___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Pas un mot [PV Annawen - Zekyra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Mer 26 Juin 2013, 17:21


Il avait le droit d'aller où il voulait, quand il le voulait. Son passage n'était rien, pour tous les mortels qui côtoyaient les rues. Il ne se faisait pas remarquer, comme s'il était l'ombre à côté du baril près de la maison de la tavernière, ou bien il passait comme une personne normale qui était tout bonnement là pour acheter ses emplettes, comme tous les autres.

Et ce, malgré ses drôles de vêtements qui n'avaient rien à voir avec ceux des paysans et nobles autour. Rien à voir avec même les vêtements royaux, ou les accoutrements des elfes, fées, hommes du désert... Normalement, il aurait du se faire remarquer assez facilement, pour être aussi voyant. Sauf que même en passant à côté des plus fins observateurs, les autres continuaient leur chemin. Faisaient leurs courses. Continuaient leurs vies. À quoi bon s'arrêter pour in inconnu, après tout? Ils n'y pensaient même pas. Tous ces gens pensaient soit à leurs enfants, leurs famille, leur argent, leur revenu, la température, même. Ils pensaient à tout ce qu'ils trouvaient utiles, maintenant, tout de suite, avant de penser à lever les yeux vers lui ne serait-ce qu'une seconde, pour lui demander d'où il tirait ces habits farfelus. Farfelus pour eux, certes, mais réconfortants pour le dieu des mémoires.

Si on le lui avait demandé, il aurait répondu franchement. Que c'était des fringues anciennes que les tout premiers hommes avaient portés. Qu'il y avait pris goût et qu'il ne les avait jamais abandonnées. Qu'on le croit ou pas, il aurait peut-être juste continué sa route et son interlocuteur n'aurait pas fait attention, continuant lui aussi son chemin et son petit train si confortable et prévisible, sans se souvenir d'avoir croisé quelqu'un d'aussi curieux et fou. Et ç'aurait été correct ainsi. Sauf que le hic, c'était que personne ne l'arrêtait. Pas qu'il était là pour faire du social, mais il devait admettre que tuer un peu de temps l'aurait aidé. Tuer le dieu du temps... Est-ce que vraiment, ça changerait quoi que ce soit? Peut-être est-ce que ça en valait la chandelle. Après tout, il était dans le royaume de celui-ci. Il pourrait aller lui rendre visite l'instant de le rayer du monde. Et puis, si rien n'allait plus, il se ferait chicaner un peu et le panthéon créerait une nouvelle divinité pour s'occuper de contrôler le temps. Après tout, le dieu qu'ils avaient en place était trop rebelle. Trop jeune. Trop immature. Il jouait avec les événements, et arrêtait le temps pour tout le monde, sauf lui-même. Ce demi-pardusse n'avait même pas conscience d'être celui qui faisait en sorte que les jours passaient et que les humains avaient le sommeil idéal durant la nuit. Qu'ils vieillissaient au même maudit rythme régulier. C'était lui qui gardait la progression du temps en équilibre, et il le faisait sans même s'en rendre compte. C'était si dommage que Chronos se soit fait détruire... Celui-là avait été un dieu respectable, honorable et avait toujours répondu à la demande. C'était lui qui avait mis en place la durée du jour et de la nuit. Son descendant blond... N'avait que continué à appliquer ce système déjà adopté par les humains.

Mais bon, ces histoires de dieux pouvaient en être longues à en bailler, si on continuait dessus. Zekyra n'aimait pas Kosuké, point à la barre.

En deux secondes, il sentait la peur de gens du village près de lui. Il semblait que quelqu'un un peu plus loin avait vu une gouttière se détacher dans un vacarme que seul la rouille parvenait à faire. Et que cette vieille pièce métallique allait tomber sur un enfant qui passait par là, par un sort malheureux. En vivant tout le désespoir des humains environnants, Zek' ne put s'empêcher de se lancer sur l'enfant, pour la tasser du chemin. Normalement, il aurait laissé cette petite à son sort. Elle n'avait probablement même pas remarqué ce qui s'en venait pour elle. Mais ses parents étaient si paniqués, qu'il n'avait pas pu s'empêcher de la secourir.

La gouttière était tombée sur son dos, le blessant probablement gravement au passage. Il tenait la fillette dans ses bras, écrasé sur le côté, mais ne lui causant aucun mal. Lui, par contre, ressentait bel et bien la douleur, la brûlure, ce mal qui l'empêchait de respirer par son ardeur. Malgré le sang qui devait être en train de ruiner ses vêtements parfaits. Il lui demanda, d'une voix alerte, si tout allait bien, et apeurée, la petite se mis à pleurer bruyamment, alors que ses parents accouraient, inquiets. Mais elle allait bien, il le sentait dans les membres de la gamine. Et avec tout ça, il avait attiré l'attention sur lui-même. Comme quoi il faut faire attention à ce que l'on souhaite. Bon, peu importe. Les parents partirent en le remerciant mille fois, ne semblant pas remarquer ni sa blessure, ni la douleur qu'elle lui causait. Bon, il la leur avait un peu cachée, aussi, mais il faut dire que ça le déçu un peu, en même temps. Il aurait pu avoir un peu d'hospitalité, en échange de ses bonnes actions. Au moins, les deux adultes étaient vraiment reconnaissants et contents de ce que l'homme blond avait accompli. Ça en soit, c'était assez. Quoi qu'ils l'oublièrent bien vite, oubliant par le fait même l'événement au grand complet.

Les autres étaient un peu inquiets, mais quand Zekyra continua sa marche, ils le regardèrent partir et passèrent tous à autre chose. D'autres réparèrent la gouttière et continuèrent leur journée, heureux que personne n'ai été blessé. Une image était toujours persistante, par contre. Celle de son dos ensanglanté. Celle de lui-même qui marchait avec un peu de difficulté. C'était les mémoires d'une personne qui le suivait. Selon ce qu'il comprenait, cette personne était plus petite que lui. C'était donc un autre enfant. Ces petites créatures avaient des façons de penser tellement étranges... Mais bon. Le dieu pris un tournant sec, et s'arrêta dans cette ruelle, prêt à embusquer l'enfant. Quand son minois apparu entre les murs de briques, il l'intercepta soudainement, lui bloquant tout accès. L'empêchant de continuer.


- Allez, finie la promenade! Tu as eu tord de me suivre, gamine.

Annawen. Jeune. Encore qu'une enfant, venue de Turquoise pour apprendre l'art de la magie. Elle n'était pas tout à fait à cheval sur les règlements, ce qui expliquait surement sa présence dans le village côtoyant sa résidence. Bref, il venait tomber sur une petite boule d'énergie, et peut-être que c'était ce qu'il avait espéré. car malgré l'attitude qu'il voulait garder, son dos le torturait et il grimaçait de douleur tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Jeu 27 Juin 2013, 10:34

Annawen trouvait cet homme étrange, presque mystérieux. C'est pour cela qu'elle le suivait. Mais aussi parce qu'il avait sauvé cette petite fille et que, l'instant d'après, tout le monde semblait l'avoir oublié, parce qu'il portait des vêtements bizarres et qu'il était blessé. Alors elle le suivait. Pourtant, cette journée avait commencé comme d'habitude...

-Le matin même-
Annawen arpentait la bibliothèque à la recherche d'un nouveau livre sur l'histoire d'Enkidiev. Elle s'était levée tôt et, après d'habituels exercices pour s'entrainer à contrôler ses pouvoirs, elle s'était rendue dans le Salon du Savoir. Après presque une heure de recherches vaines, son regard s'était posé sur un livre dont la couverture ne comportait aucune inscription. Par curiosité, elle l'avait ouvert, pensant découvrir un ouvrage secret. Quelle n'avait pas été sa déception en comprenant qu'il ne s'agissait que d'un livre banal traitant de magie. Un livre comme il y en a des dizaines dans cette bibliothèque. Poussant un soupir qui ne cachait nullement sa désillusion, l'élève magique avait décidé de poursuivre sa journée en dehors de la Tour des Mages. Bien sûr, la jeune fille aux indomptables boucles rousses n'avait pas le droit de quitter l'enceinte de la Tour mais c'était justement cela qui l'attirait. Pour l'instant, elle s'en tirait bien puisque personne ne semblait avoir connaissance de ses excursions dans les environs.

C'est avec mille et une précautions qu'elle s'était glissée hors de la Tour des Mages et s'était rendu jusqu'au village. Là, elle était forcée de rester dans l'ombre, d'être la plus discrète possible car l'uniforme qu'elle portait l'aurait trahie. Cachée dans l'angle d'une maison, elle avait remarqué cet homme aux habits étrange et avait entrepris de le suivre. Alors, elle l'avait vu se comportait comme n'importe quel émerien venu faire des achats. Puis, il y avait eu cette gouttière qui s'était détachée et l'homme qu'elle filait l'avait sauvée. Et enfin, les gens s'étaient désintéressés du héros comme s'il n'avait jamais existé. Sa curiosité piquée au vif, l'élève magique n'avait plus quitté l'inconnu des yeux. Même quand il s'était retourné et lui avait enjoint de ne plus la suivre. Et malgré cette injonction, il continuait de la regarder. Alors, elle tenta le tout pour le tout.

-Vous êtes blessé et je sais guérir certaines blessures. Je pourrais peut-être vous aider? Après, si vous ne voulez pas, je partirai et vous laisserai seul, mais voilà, je propose parce qu'on ne sait jamais.

Annawen s'était exprimée d'un ton assuré et avec conviction et son regard couleur de l'océan plongea dans celui vert de l'homme. Il était vraiment mystérieux et la jeune fille posa la question sans vraiment sans rendre compte.

-Qui es-tu?

Elle avait toujours eu du mal à vouvoyer les personnes, même si, comme la princesse de Rubis Nymeria, leur rang l'imposait normalement. Mais, le sentiment que celui qui se tenait devant elle était encore plus important que Nymeria qui l'avait envahie ne la dérangea pas plus que cela. Après tout, il l'avait tutoyée aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Ven 28 Juin 2013, 18:53

Zekyra soupira bruyamment. Non pas parce qu'il avait besoin de plus d'air, ni parce qu'il s'ennuyait, ni même parce qu'il ne savait plus quoi faire. Au contraire, il croyait être parfaitement au courant de ce qu'il devait faire. C'était un signe, il l'avait appris auprès de toutes ces personnes délicates qui veulent faire savoir leurs sentiments de la façon la plus subtile qui soit. Ce soupir était sensé être bourré de reproches et de lui donner un air embêté, qui devrait, en principe, faire passer un message habile et semi-caché. Après tout, il n'avait pas l'intention de se répéter.

Pourtant, elle lui proposa quelque chose de tellement simple, de si pur, qu'il fut coupé en pleine plainte. C'était vrai que ses intentions n'avaient pas été noires depuis le début. Il avait juste trouvé qu'elle se mêlait un peu de ce qui ne la regardait pas. Et pourtant, en se faisant rappeler qu'il était blessé. Bien entendu, il ne l'avait pas oublié et en grimaçait encore un peu. Un élancement lui prenait dans le dos, semblant se propager dans tout son corps. C'était pire que juste avant. Après tout, ça brûlait énormément. Et pas juste physiquement, mais il lui semblait que son ego en était aussi un peu contaminé. Lui, se faire guérir par une enfant humaine? Il... il ne savait pas trop qu'en penser. Même si tout l'univers s'en contre-ficherait, lui, n'oublierait pas. Annawen était si jeune, si mignonne et tellement... typiquement enfantine, qu'il s'en sentit adouci, comme tous les parents l'étaient pour leurs enfants. L'humilité était la meilleure leçon que les hommes pouvaient recevoir. Mais il avait d'autres raison pour ne pas trop vouloir se frotter aux mortels... Il avait des raisons très particulières et des règlements qui était censés être très strictes. Mais lui-même en doutait un peu, en ce moment. D'ailleurs, il n'avait pas approché cette gamine. Elle était venue vers lui et lui avait proposé de l'aide comme une grande. Non seulement ça, mais elle avait techniquement insisté, puisqu'elle lui avait fait part de son pouvoir après qu'il l'air rabrouée. Alors peut-être qu'elle arriverait à atténuer la douleur. Ce n'était qu'une grosse égratignure après tout, et ça allait s'infecter s'il ne faisait rien, ce qui allait juste lui coûter plus cher entre les mains d'un vrai guérisseur. Qui plus est, il ignora la question pourtant conforme qui lui fut posée. Il ne pouvait pas encore lui répondre car... Hé bien la vérité se méritait. Autant qu'il avait la capacité de tout savoir sur cette cocotte, connaître les gens peu à peu était un vrai plaisir. Et les mémoires courantes entraient sans cesse comme un gros tsunami qui ne finissait jamais. C'était immense. Mais il était capable de ne pas trop y penser. Surtout quand d'autres choses se produisaient directement en face de lui. Des scènes où il devait être actif et présent mentalement.


- Bon... si tu insistes. Je te laisse voir ce que tu crois pouvoir y faire. Décida le bonhomme blond.

Pour soutenir ses paroles, il commença à défaire le système de boutonnage complexe de son veston ruiné, pour tourner le dos à l'enfant et se dénuder le torse. Ôter le tissus de sa peau ne lui fit pas mal comme tel - encore heureux - puisque la plaie était encore fraîche et n'avait eue le temps de guérir ne serait-ce qu'un peu. Par contre, il ne pouvait nier que la sensation n'était pas confortable et l'agaça un tantinet. Puis, le dieu se pencha et ferma les yeux, décidant de suivre la mémoire de l'enfant, pour voir ce qu'elle allait lui faire. À sa surprise, mais pas à celle de l'enfant, il lui semblait qu'elle n'eût pas à évaluer cette grande blessure bien longtemps avant de savoir quoi en faire. La sensation de bien que lui procura la lumière guérissante de l'enfant fut divine. Et ce n'était pas peu dire de sa part. Son soulagement était si intense qu'il perdit sa concentration et fut propulsé dans son propre corps.

Un peu éberlué, il ouvrit ses yeux et les cligna quelques fois, s'assurant de ne pas perdre son équilibre, sa position n'étant pas tant évidente. Avant de crier victoire, le blondinet bougea un peu ses omoplates, étira son dos et ses bras, pour voir si tout était bel et bien en place. Il ne fut pas surprit, mais bien content de voir qu'il avait pu faire confiance à la petite. La douleur avait été inhabituelle et désagréable pour lui, donc il se retrouvait de fort meilleure humeur de se sentir mieux ainsi, et surtout, aussi tôt après avoir subi l'attaque de la gouttière. En se relevant, il réalisa encore un peu plus à quel point son chandail était ruiné et qu'il ne pourrait rien y faire. Sauf que cela ne l'empêcha pas de se retourner vers l'humaine.


- Mon nom est Zekyra. Connais-tu une bonne place où je peux me chercher un nouvel accoutrement? Déclara-t-il en levant son veston imbibé de liquide rouge, désignant celui-ci par ce mouvement. On en profitera pour trouver une façon dont je pourrai te remercier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Dim 30 Juin 2013, 13:02

Elle sourit à l'homme étrange. **Bien sûr que j'insiste !** pensa-t-elle. Elle avait toujours apprécié pouvoir aider les autres et les cours de soins étaient les seuls auxquels elle portait un intérêt sincère et vrai. C'est en partie pour cela qu'elle ne releva pas la non-réponse du blessé. Celui-ci enlevait d'ailleurs son veston et montrait son dos à l'élève magique. Elle grimaça. Bien que superficielle, la plaie n'était pas très belle à voir. Se ressaisissant rapidement, elle observa la blessure un court instant avant d'approcher sa paume. Elle se concentra et la douce lumière habituelle apparut. Un sourire se dessina sur le visage encadré de boucles rousses. Elle ferma la main et la lumière guérisseuse disparut. Examinant la peau de son "patient", elle fut satisfaite de ne découvrir aucune trace de la plaie. L'inconnu se tourna alors vers elle et lui offrit son nom qu'elle entreprit de mémoriser. Ainsi, il s'appelait Zekyra. Quand il lui désigna son veston endommagé et lui demanda si elle savait où il pourrait le remplacer, une lueur espiègle passa dans son regard bleu. Sans prévenir, elle saisit la main de l'homme blond et l'entraina derrière elle. Au contact de sa peau, elle avait tressailli mais n'y avait pas prêté une réelle attention.

Annawen conduisit l'individu mystérieux vers le tailleur le plus proche. Elle oublia de se dissimuler et, en y repensant un peu plus tard, ne douta pas d'être sermonnée à son retour à la Tour des Mages. Elle salua un vieil homme à la bedaine saillante et, se tournant vers Zekyra, lui dit avec un sourire :

-Voilà, Sumiril est le meilleur tailleur que je connaisse et je suis sûre qu'il pourra t'aider.

Elle avait tu le fait qu'il était aussi le seul qu'elle connaissait et fureta un petit moment dans les réalisations du vieil homme. Elle dénicha un veston presque aussi bizarre que celui endommagé du presque-inconnu et le lui tendit :

-Tiens, regarde. Il ressemble à celui qui a été abîmé par la gouttière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Lun 01 Juil 2013, 23:14


Le blond fut à peine prit par surprise quand l'enfant lui aggrippa la main. En quelques sortes, il s'y était attendu. Après tout, il avait suivi le cours de pensées de l'enfant, et avait su qu'elle faisait le mouvement alors qu'elle le faisait. Sauf qu'il n'avait rien fait pour éviter le contact de la main de la gamine, qui ne semblait pas prête de le lâcher. L'enfant ne ressentait aucune méfiance envers Zekyra, ce qui le laissait un peu bouche-bée. Il lui semblait pourtant qu'on apprenait aux enfants de ne pas faire confiance aux inconnus. Peut-être se croyait-elle capable de se défendre de lui, s'il décidait de s'attaquer à elle. L'idée en elle-même était risible. Comme s'il lui ferait du mal! Il serra cette misuscule main autoritaire en retour, pour être certain qu'elle ne glisse pas de sa paume. Après tout, il fallait qu'il soit certain de la suivre. Ce n'était pas comme s'il savait exactement où elle comptait se diriger, ni le nom du tailleur propriétaire du magasin où ils s'en allaient, ni rien de tout ça, voyons! Mais le tout l'amusait un peu. Il se trouvait bon de juste suivre le cours des événements, au lieu de tout prendre en main lui-même, comme il s'en savait capable. Et puis, tout était tellement plus amusant ainsi. Si seulement... Si seulement il était capable d'arrêter le flot de mémoires qui venait sans cesse à lui, peut-être serait-il capable d'aime chaque journée encore un peu plus. Dans tous les cas, ceci était un excellent début. Il devait décidément cesser de jouer à l'hermite.

En entrant dans le magasin où ils s'étaient dirigés avec tant d'énergie (venant surtout de la part de la gamine – lui avait juste suivi) il ne put s'empêcher de remarquer non seulement modèles, mais odeurs, couleurs et ambiance. La place était effectivement... correcte. Certes, ça pouvait tout être très impressionnant dans la tête d'un enfant, et le fait qu'il suivait cette petite aventure dans la tête – justement – d'une jeunesse, lui rendait la place un peu plus merveilleuse à lui aussi. Le Sumiril bedonnant qu'il apprit très vite à reconnaître, pour ses traits spécifiques mais son habillage sans faille, sourit à cette petite qu'il semblait connaître. Comme quoi elle avait l'habitude de ne pas être à la bonne place en tout temps. S'il avait eu cette impression en la voyant au village, alors qu'elle était si jeune et qui plus est, élève magique, ceci ne faisait que le convaincre qu'il avait eu la bonne intuition. Si intuition ç'avait été... Il trichait toujours sans le vouloir, sur ce genre de matière. Pendant ce temps, Annawen d'Émeraude aussi regardait autour, et lui désignait bientôt un costume, en affirmant qu'il ressemblait à celui qu'il avait brisé.

La première chose qui lui vint en tête, avant même d'avoir vu, était que rien ne pouvait arriver à la cheville de son ancien mais parfait accoutrement.

Pourtant, il approcha de quelques pas, afin de pouvoir tâter le tissu. Si celui-ci était différent, il fallait dire que le progrès ne lui avait qu'apporté du bon. Très solide, mais pourtant confortable, Zekyra avait déjà hâte de l'enfiler. Pourtant, ses valeurs et son amour de son ancien veston lui sommaient la patience. Regarder, sentir et évaluer les autres produits, afin d'avoir un peu de matière à laquelle comparer le tout ne lui ferait pas de tort. Le dieu déclara que le choix ne semblait pas mauvais, mais qu'il préférait encore faire le tour lui-même. C'est ce qu'il fit, goûtant même un tissu du bout de la langue. Mais alors qu'il faisait le tour du magasin, sans un mot, dans l'arrière de sa tête, il voulait retourner vers son premier choix. Vers ce que l'enfant lui avait proposé. Encore quelques manteaux, alors que ses yeux revenaient toujours furtivement dans la même direction... et finalement, comme s'il eût mené un duel contre la fillette tout ce temps, il déclara enfin, tout en levant les bras devant lui, en guise d'abandon:


- Raaaaahhh! Ça va! Ça va! Il est vraiment très bien, ce veston!

Ce qui était un peu stupide, puisque ça n'avait jamais été une compétition. Pourtant, ça lui faisait mal de devoir donner raison à une gamine qui avait juste eu un coup de chance. Qui n'avait probablement même pas essayé. Cela ne l'empêcha pas de sèchement retirer la chemise de son support et de l'enfiler du même mouvement, pour voir s'il lui allait. Bien entendu, le prénommé Sumiril dû le lui ajuster un peu et quand il eût fini, il fut question du prix.

- Le... prix?

Zekyra était un peu étonné et son expression exprimait parfaitement ce sentiment. Ah, merde. L'argent. Il avait beau être un dieu, il ne pouvait pas magiquement faire apparaître de monaie et pour une surprise, ceci en était toute une. Bon, c'était bien dommage, mais tout ceci n'avait servit à rien et il leur faudrait faire demi-tour, car il n'avait pas envie de voler le bon Sumiril, mais il n'avait pas d'argent non plus.

- Aaah, veuillez me pardonner, je n'en possède pas du tout. Au plaisir!

Zekyra retira la chemise, la remis prestement entre les mains du propriétaire et se dirigea vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Mer 03 Juil 2013, 09:38

Annawen fut presque déçue qu'il ne l'essaye pas tout de suite, persuadée d'avoir trouver ce qu'il cherchait. Elle mourrait d'envie de sonder Zekyra pour savoir ce qu'il pensait vraiment du veston mais quelque chose lui soufflait que c'était une mauvaise idée. Elle s'abstint donc et le suivit lorsque l'homme aux yeux verts décida de jeter un oeil aux autres créations de Sumiril. Elle ne put se retenir d'afficher une moue perplexe quand il s'attardait devant un manteau. L'élève magique remarqua que le regard de l'étranger revenait sans cesse vers le veston qu'elle avait déniché. Soudain il leva les bras en signe d'abandon et avoua que l'habit était à son goût. L'enfant aux boucles rousses étouffa un rire en plaquant sa main devant sa bouche. Bien sûr, de petites retouches furent nécessaires pour ajuster le veston, mais bientôt, on eut dit qu'il était destiné à Zekyra.

Alors, vint un sujet fâcheux : le prix. L'étonnement se lut sur le visage de l'étranger, renforçant son côté mystérieux. Il avoua qu'il n'en avait pas. Annawen était presque davantage déçue que l'homme blond. Puis, elle se souvint qu'un des enfants du village avait une dette envers elle. Alors que Zekyra se dirigeait vers la sortie, elle le tira par la main.

-Attends, je sais comment faire. Ne bouge pas d'ici, je n'en ai pas pour très longtemps.

Et, sans vérifier qu'il l'avait écoutée, elle s'élança dans la rue. L'histoire remontait à quelques jours. Un enfant avait cassé une jarre du vin que produisait son père. Il se serait fait sévèrement corrigé si l'élève magique ne s'était pas faite accusée à sa place. Avec sa tunique, l'homme bourru avait reconnu son appartenance à la Tour des Mages et n'avait pas osé commenter l'incident. Elle devait retrouver l'enfant. Elle courut jusqu'à l'endroit où se rassemblaient les gamins des alentours. Annawen avait pris l'habitude de les rejoindre parfois et ils l'avaient acceptée sans peine. Elle retrouva l'intéressé et, à bout de souffle, faillit s'effondrer à ses pieds. Sa respiration était difficile. Visiblement, elle manquait d'exercice.

-Salut Kagan. Tu te souviens du service que je t'ai rendu. Il faut que tu me rendes la pareille aujourd'hui. J'ai besoin d'argent. Tu sais où je peux en trouver.

Le garçon acquiesça et lui fit signe de le suivre, ce qu'elle s'empressa de faire. Ils se rendirent chez un paysan dont la maison se trouvait à l'entrée du village. Là, elle vit son copain murmurer quelques mots à l'oreille d'une jeune fille et des pièces changèrent de main. Il les donna ensuite à Annawen qui le remercia.

-Merci à toi, Annawen. Fais attention à toi et reviens vite nous voir.

La jeune fille s'était déjà élancée vers la boutique du tailleur. Elle y entra en trombe et faillit heurter le propriétaire des lieux. Elle sourit à l'homme blond qui se trouvait aussi dans la boutique et lui adressa un sourire. L'élève magique ne se souvenait pas de l'avoir déjà rencontré.

-Tiens, qui t'es toi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Mer 10 Juil 2013, 12:02

Quelque chose de fragile s'infiltra dans sa main. Cette chose avait une certaine force, bien que petite, et serra la paume du dieu, qui, surpris une fois de plus par ce contact si rare pour lui, se retrouva à s'arrêter. Le blondinet allait se retourner pour tirer sa main de l'embarras, en expliquant à la porteuse de cette si petite main qu'il ne pouvait tout simplement pas voler le veston, sinon le vendeur se demanderait longtemps où cette magnifique pièce de vêtement était passée, quand elle parla avant lui. La gamine lui somma de l'attendre là, car elle savait comment s'y prendre pour le paiement. Leurs paumes se quitèrent pour la seconde fois, alors que le blond faisait un geste vers elle pour l'arrêter de partir, voulant insister sur le fait qu'il avait déjà eu son aide. Que c'était lui qui était endetté envers elle déjà. Mais sa bouche se ferma sans un son. De la mémoire de la gamine, il ne voyait déjà plus de mémoires de lui. Le dieu des mémoires regarda le plafond et soupira longuement. Juste quand il avait cru s'être trouvé une amie pour la journée, ça n'avait même pas duré une heure. C'était décevant et dans tous les cas, il se disait bien qu'il ne sortirait jamais avec ce veston entre les mains. Peut-être était-ce aussi bien ainsi. Il lui aurait rappelé cette mignonne cocotte qui le lui avait choisi. Et à chaque fois qu'il aurait baissé les yeux sur le morceau de vêtement, il n'aurait pu s'empêcher de penser au fait qu'il ne faisait pas partie de ses connaissances. Qu'elle n'aurait pas eu la fierté de lui avoir choisi ce veston, car pour elle, ça ne se serait jamais passé. Les mémoires de lui... N'existaient nulle part. Parfois, ça pouvait le plonger dans des questionnements existentiels interminables. Mais il se savait vivant. Il se savait utile.

Étant encore dans le magasin, Zek' hocha poliment la tête au vendeur, en levant la main en guise de bonjour, prêt à partir pour de bon. Mais l'homme avait un regard interrogateur. Il l'intercepta, ne voulant évidemment pas qu'il parte.


- Que fais-tu? La petite Annawen va revenir d'un moment à l'autre! Laisse-lui te rendre cette faveur. Je prévoyais lui faire un prix réduit de toute façon.

L'homme aux yeux lime hésita un peu, l'ombre d'un sourire au visage. Bien sur qu'elle reviendrait. Sauf qu'il savait que ça ne serait pas le cas. Et s'il partait maintenant, cet homme non plus n'attendrait rien de lui. Il ne perdrait pas de sous à faire plaisir à une gamine qui ne saurait même pas où étaient passées ses dépenses. Il la reverrait en ayant un souvenir flou qu'elle était passée dans son magasin pour jouer, une fois de plus. Et puis, Zekyra ne voulait pas la voir le regarder comme un étranger, quand elle avait si facilement décidé de lui prêter sa confiance. Il redeviendrait un inconnu pour elle. En fait, il l'était déjà, mais il ne voulait pas le voir dans ses yeux.

Dire qu'il l'avait presque laissée faire. Il l'aurait laissée gaspiller son argent si elle l'avait eue sur elle, parce que pendant les minutes passées avec elle, il avait un peu oublié qui il était. Lui qui n'oubliait rien, avait laissé s'échapper de son conscient le fait que la relation qu'il aurait avec cette enfant serait éphèmère. Sauf que ça lui sautait en plein visage maintenant. C'était le temps de partir. Avant que ça ne se produise deux fois de suite. Il détourna le regard, comme incapable d'assumer ses actions, et continua son chemin, ne laissant plus le patron l'empêcher de partir.

- Tiens, t'es qui, toi?

Aaahhh c'était pas vrai. Il reconnaissait cette petite voix, même si son regard était ailleurs. Il savait que la petite était revenue aussi rapidement qu'elle l'avait pu. Plus rapidement qu'il l'avait présumé. Mais c'était de sa propre faute, pour avoir hésité aussi longtemps. Si seulement les mémoires de Zekyra de tous et chacun existaient encore, il aurait simplement été les chercher. Mais elles n'étaient nulle part. Il n'y avait que lui qui se souvenait des gens, et pas le contraire. Alors, ne pensant plus vraiment, voulant juste quitter cette place parce qu'autrement, il allait juste il y avoir du trouble, l'homme lui répondit, sourire aux lèvres.


- Je suis Zekyra et j'étais sur le chemin de la sortie. Bonne journée, mademoiselle, monsieur.

En sortant, il entendit le vendeur lui crier quelque chose en rapport avec le fait qu'Annawen était revenue et qu'il était très méchant de partir ainsi, sauf qu'il décida de tout ignorer. Le monsieur allait juste mélanger cette petite fille qui ne le connaissait pas et qui... Et qui...

Aaaagh, l'avait-elle encore suivi? Était-ce vraiment surprenant? Après tout, la cocotte entrait dans un magasin de vêtements, pour y trouver un homme torse nu qui sortait avec rien entre les mains. C'était probablement normal qu'elle se pose des questions et veuille des réponses! Et puis, ce n'était pas de sa faute... Elle ne se rendait pas compte du mal qu'elle lui faisait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Jeu 11 Juil 2013, 14:56

L'inconnu lui sourit et lui offrit son nom. Zekyra. L'élève magique trouva que cela sonnait bien. Elle allait d'ailleurs le lui faire remarquer quand l'homme blond sortit. Elle s'élança donc à sa suite et le tira par la main pour qu'il s'arrête. Elle vit tout de suite qu'il n'était pas très très joyeux et lui adressa un sourire pour lui remonter le moral. Il fit mine de repartir et elle se plaça devant lui, lui coupant ainsi la route.

-Attends! Je voulais te dire que tu as un joli prénom.

Annawen observa l'inconnu et découvrit qu'il était torse nu alors qu'il sortait tout juste de chez Sumiril. Elle s'étonna à haute voix :

-Bah pourquoi t'es torse nu alors que tu sors de chez un tailleur? Et tu sais pourquoi je suis allée chercher ses pièces et que je suis revenue à la boutique de Sumiril?

Elle le regardait de ses yeux bleus et lui souriait toujours. Avec son regard couleur lime et ses cheveux blonds, Annawen le trouvait charmant et se dit que, si elle tombait amoureuse, ce serait d'un garçon qui ressemblerait un peu au moins à Zekyra. Elle croisa les bras et prit un air autoritaire, interdisant à l'homme de reprendre son chemin sans lui accorder un tant soir peu d'attention. Et cela commençait pas répondre à ses questions. Cependant, elle ne parvint pas à garder cette moue longtemps et un puceau sourire jovial se dessina sur son visage aux tâches de rousseur. Et ses bras retombèrent le long de son corps. Et l'élève de la Tour des Mages attendit ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pas un mot [PV Annawen - Zekyra] Mar 30 Juil 2013, 14:20

Ce ne furent pas les paroles d'Annawen qui cessèrent les pas pressés du dieu, mais biens ses pensées. Ou encore, les mémoires de ses pensées courantes. Quand il se retourna vers elle, elle travaillait dur pour garder une moue non satisfaite au visage. Aucune expression au sien, Zekyra n'était pas moins énormément surpris de ce qu'une gamine pouvait penser. Le mariage, à cet âge? Bien entendu, il ne comptait même pas rester à ses côtés assez longtemps pour dire qu'il la connaîtrait, mais maintenant, s'il avait vent d'elle, ou s'il la voyait le dépasser en courant, où que ce soit, il la reconnaîtrait parmi les autres. si la magicienne céda enfin à ses émotions, le blond miroita l'expression joviale de la future magicienne, ses yeux exprimant un peu de tendresse. Ce n'était pas pour ça qu'il savait quoi lui répondre, pourtant. Il aurait beau lui raconter qu'ils s'étaient rencontrés auparavant, c'est qu'à la fin de la journée, ce serait de nouveau oublié. Et s'il décidait de lui dire qu'il n'en avait rien à faire, il avait l'impression qu'elle le suivrait encore, en l'invitant à faire ci ou ça. Une autre chose qui aurait été intelligente et qui l'aurait surement débarrassé de la compagnie de cette mortelle, aurait été de lui dire que son chandail était en réparation chez le couturier et que c'était pour ça qu'il était nu, maintenant.

- Qui sait, peut-être est-ce le destin? décida de lui répondre l'homme.

Il lui expliqua que certains événements avaient causés la perte de son veston. Modifiant un peu l'histoire de façon cohérente, il raconta à Annawen comment ses pas l'avaient mené jusque devant ce magasin, où il avait trouvé un veston tout neuf qui lui avait beaucoup plu, mais que malheureusement il n'avait pas un rond sur lui. Sans vouloir avoir l'air de l'inciter à lui payer quoi que ce soit, il termina en lui donnant raison sur le fait que c'était drôle qu'il la rencontre en même temps et qu'elle venait d'aller chercher de l'argent. Il la vit baisser les yeux vers lesdites pièces, puis le regarder avec un sourire incitatif. La cocotte lui pris encore la main et le traîna de nouveau à l'intérieur. Elle ignora le fait que le vendeur ne leur souhaitait pas particulièrement un bon retour, mais un bienvenue. Elle remarqua la même veste que plus tôt et tenta très fort de ne pas espérer que c'était celle-là que le dieu avait préférée. Son regard s'était éclairé lorsqu'il l'avait prit et essayé. Elle avait payé, très, très heureuse de son cadeau et ils étaient sortis main dans la main.

Il se serait bien sentit comme un parent, s'il ne s'était pas fait payer un morceau de vêtement par une gamine. L'attendrissement qu'il s'était mis à ressentir pour la petite était bien réel et lui faisait peur. Maintenant, il avait la fin de leur journée à craindre. Sauf qu'il y ferait face quand le temps viendrait. Et il en reviendrait. Il aurait passé une bonne journée et ce serait tout. Il n'était pas comme le dieu du temps. Jeune, peureux et immature. Il vivrait avec une perte de plus.

Zekyra profita donc de sa journée, toutes dépenses payées par sa jeune amie. Ils mangèrent deux pommes, couchés dans la pelouse, à regarder les nuages qui passaient et à commenter sur leurs formes. L'herbe chatouilla l'enfant, ce qui donna envie au dieu de l'entendre rire encore plus, donc il fini par l'épuiser sous les chatouilles. Peut-être ne s'en rendit-elle pas compte, mais elle s'endormit ensuite, accotée sur son bras ce lui coupant la circulation à la longue. Durant l'heure où elle dormit, il la recouvrit de gazon qu'il arrachait par petites poignées avec sa main libre. Quand tout ce qu'il pouvait atteindre (torse, bras, cou et tête) fut recouvert de verdure, il décida de la réveiller en lui chatouillant le nez avec une brindille. Anna éternua et paniqua un petit instant en ne trouvant pas son corps. Sa réaction fut tellement spontanée, que même la divinité fut pris par surprise et se retrouva à lâcher un petit rire.

Bref, il s'amusa jusqu'au dernier moment. Moment qu'il avait, durant un instant, oublié de redouter. La petite vint lui faire une accolade, qu'il lui rendit très volontiers, mais tout aussi brièvement. Quand elle lui demanda quand est-ce qu'ils pourraient se revoir, il figea un très court instant. Cette petite qui ne savait rien de lui, mais qui lui avait prêté confiance, temps et argent, en avait fait beaucoup pour lui et maintenant, il se rendait compte qu'il ne pourrait pas de sitôt, si jamais, lui rendre la pareille. Au lieu de lui répondre, Zek' prit la main de sa nouvelle connaissance. Il ouvrit sa paume, et d'écriture magique, y inscrivit son nom. Il assura à l'apprentie magicienne que ce n'était pas permanent et qu'elle ne devait pas s'inquiéter.


- Reviens me voir quand tu ne te souviendras plus de moi.

Malgré son regard interrogateur, ce furent les derniers mots qu'il lui adressa. Il la regarda partir un instant, puis disparut soudainement de son emplacement. Très, très loin de là, il suivit encore un peu les mémoires de l'enfant. Annawen partait sans regarder en arrière d'elle, ne se souvenant déjà plus de comment diable elle avait pu gaspiller toutes ces heures, ni où était partie l'argent qu'elle avait collecté. Mais elle vit quelque chose briller dans sa main et s'arrêta pour regarder de quoi il s'agissait. C'était un mot. Ou un nom. Peu importe ce que c'était, il ne lui disait rien et la façon dont elle avait réussi à avoir des lettres dorées au fond de la paume lui était un vrai mystère. Pire encore, les lettres s'effacèrent lentement de sa main, comme si elles avaient juste attendu que des yeux les regardent. Ce mot qu'elle trouvait bien joli devint flou, puis disparut complètement. Ou enfin, presque complètement... Car il resta gravé dans la mémoire de la jeune mortelle.

"Zekyra"

[RP TERMINÉ]
Revenir en haut Aller en bas

Pas un mot [PV Annawen - Zekyra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Onzième génération-