___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Joyeux petits jeux [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
#Zyra

avatar
Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 02/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Indéfini
Rôle: Ex-Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Joyeux petits jeux [Terminé] Dim 09 Juin 2013, 15:52



Voilà trois semaines que la guerre avait eu lieu et qu’Irianeth avait merveilleusement bien asservi les elfes qui avait eu l’idiotie de rester dans leur tendre forêt en grande partie carboniser. Zyra c’était bien amusé et la rencontre avec la petite copine de Reissere avait été divertissante. La gamine l’avait légèrement abimé mais bien sûr la démone n’était pas du genre à s’énervé pour si peu. Après tout, on lui avait fourni un parfait moyen de torturer un peu plus son très cher Reissere tout en rappelant à la chevalière qui dominé ici. Il aurait tout de même était dommage que cette jeune femme nourrisse l’idée qu’elle pouvait rivaliser avec une démone. La chevalière avait donc passé les semaines d’après guerre à surveiller les frontières entre les royaumes conquis et Emeraude. Après tout, la chevalière finirait bien par s’approcher un peu trop et tomberait dans les filets dressé par Zyra. Ce jour là arriva d’ailleurs relativement rapidement. Il semble que la chevalière fut envoyée sur les lieux d’une attaque particulièrement dévastatrice de l’Empire. Oh bien sûr, elle n’était pas seule mais ce genre de chose n’avait jamais été un problème pour la démone. Il lui suffisait juste de réquisitionné un camp et de l’envoyé à l’attaque. Avoir un poste de chevalier sur le continent noir avait des avantages non négligeables. Bon, certes, le combat était légèrement déséquilibré, mais la mort de quelque sous-fifre n’avait jamais ennuyé la démone. C’est donc après avoir rappelé à un général Tanieth légèrement ennuyant que le chef c’était elle qu’elle avait joyeusement envoyé un petit camp se faire massacré par les soldats qui avait été envoyé sur place. La diversion fut parfaite et rapidement le sang de l’Empire se répandit sur le sol d’Emeraude. C’est en profitant de se massacre que la démone réussi à légèrement assommée la chevalière qui avait pourtant fait bon nombre de dégât dans les rangs du continent noir. Certes, la démone n’avait pas hésité à attendre que la chevalière soit en combat avec trois autres soldats mais cela n’avait pas d’importance. Zyra n’avait jamais eu d’affection pour l’idée d’honneur. Si la chevalière avait vu le coup venir elle n’eu pas l’occasion de l’éviter et rapidement la démone s’éloignait du champ de bataille en laissant ses hommes mourir et ainsi servir de bouclier humain de manière à ne pas être dérangée. Après tout, les enlèvements étaient tout de même assez rare de la part d’Irianeth, surtout envers une chevalière inutile, pour que personne ne la craignent. La mort était plus courante. Mort comme un cadavre dans une armure d’Emeraude carbonisé. Zyra avait en effet tout prévu pour être certaine de n’avoir aucun dérangement durant son petit jeu. Il aurait tout de même était dommage que l’Ordre d’Emeraude décide de sauver la petite Ally ? Ainsi, après la fin de ce petit combat tout ce que les soldats d’Emeraude récolteraient serait cette armure carbonisé et le lien avec le feu que la démone venait de faire apparaître. On déclarerait la chevalière verte morte et personne n’aurait l’idée de la chercher puisque personne ne l’aurait vu se faire enlever. Simple et efficace. L’enlèvement parfait.

A présent, la démone se tenait dans l’une des caves d’un bâtiment qui se trouvait dans le royaume de perle, en dessous d’un camp de soldat noir. Elle avait réquisitionné l’ensemble de la bâtisse qui avait du être une ancienne auberge. Après tout, ce qu’elle prévoyait aller lui prendre un certain temps et elle tenait à ne pas s’éloigner de sa petite victime. Mike avait eu l’obligeance de lui apporter tout ses instruments de torture et elle aurait donc de quoi s’amuser un bon petit moment. La chevalière verte allait empêcher bon nombre de soldat de dormir avec ses hurlements, c’était une certitude. Et plus elle résisterait, plus cela serait difficile pour elle. Malheureusement, elle n’était pas au courant de cela. Personne ne croyait jamais à ce genre de chose pourtant bien réel. Après tout, tous le monde finissait toujours par craquer. Il était donc plus intelligent de faire cela au plus vite de manière à ne pas avoir à résister pour rien n’est ce pas ? Tranquillement, Zyra attacha la jeune femme par les poignets à deux chaines qui pendaient du plafond de manière à ce que la chevalière verte ne puisse pas toucher le sol. Cette position était clairement désagréable pour n’importe qui mais il ne s’agissait bien sûr que du commencement. Quant à l’idée que la femme pourrait joindre ses copains par télépathie c’était clairement impossible. Les cercles de fer que la démone avait posé sur les poignets et le cou de la gamine empêchaient toute utilisation de magie. Quelque chose de particulièrement pratique dans la torture des gens magiques. Profitant d’un saut d’eau que Mike avait eu l’obligeance de remplir à force d’observation des pratiques de sa maitresse elle l’envoya directement sur la chevalière de manière à ce que cette dernière puisse légèrement reprendre ses esprits.

« Alors gamine. Tu as cru m’avoir fait du mal la dernière fois n’est-ce pas ? J’espère que tu n’espérais pas sincèrement pouvoir être à ma hauteur. Il est temps que tu joues le rôle que j’ai imaginé pour toi dans cette affaire. Reissere sera ravie je n’en doute pas. »

Sans attendre la moindre réponse ni même l’écoutait la démone était ressortie de la cave laissant la verte attaché au plafond avec cette simple phrase pour accueille. Pour seule lumière la jeune femme disposait d’une bougie qui éclairait l’impressionnante panoplie d’instrument qui servirait à jouer sur son corps. Bien sûr, d’ici quelques heures la bougie s’éteindrait et il ne resterait plus rien pour éclairer la jeune femme qui aurait bien du mal à dormir dans cet environnement. Surtout quand on savait que la démone avait laissé Fire dans la pièce pour la prévenir du moindre endormissement qui serait tout de même difficile dans cette position. Ainsi, si la chevalière finissait par piquer du nez, la démone reviendrait simplement lui brûler légèrement les pieds pour la faire se réveiller. Agréable n’est-ce pas ?

Zyra laissa la gamine ainsi durant trois jours. Sans manger et sans dormir. Quant à boire, elle n’avait eu le droit qu’au strict minimum pour survivre, c’est-à-dire clairement pas grand-chose. Evidemment, la démone avait également pris le soin de déshabillé la chevalière qui devait grelotter de froid ici. Finalement, la démone entra de nouveau dans la cave alors que la verte avait eu l’occasion de s’assoupir. Zyra aimait procéder ainsi. Elle trouvait amusant d’affaiblir ses victimes en avance. Il était amusant de les voir lutter toujours plus et avec une plus grande détermination pour résister. Et puis, ils arrivaient toujours aux questions d’honneur et tout le baratin de ce genre sans comprendre qu’il n’était clairement pas sur un pied d’égalité avec la rousse. Tranquillement, la démone s’assit sur une chaise juste après avoir allumé quelques chandelles de manière à pouvoir admirer le corps encore sans traces de la jeune femme qui commençait doucement à se réveiller. Pas assez rapidement au goût de la démone qui envoya un saut d’eau glacé la sortir de sa torpeur. Une fois cela fait, Zyra pris sont plus chaleureux sourire pour s’adresser à sa victime du moment qui ne devait même pas savoir combien de temps s’était écoulé depuis sa capture.

« J’espère que tu me pardonneras l’accueille, gamine mais je te trouvais un peu trop grosse à mon goût. Ce régime forcé t’as fait du bien. Et puis, je t’avoue que j’avais peur que tu abimes mon cher Reissere avec ta fougue. Maintenant, je suis certaine que tu ne pourras pas résister. Mais bien sûr, tu n’es pas encore prête pour lui. Je dois tester tes capacités à le satisfaire. Et bien sûr, il me faut vérifier ta force plus en profondeur. Je suis sûre que tu comprends tout cela. Je ne peux pas le laisser fréquenter n’importe qui. »

La démone jouer toujours ce jeu étrange dans lequel Reissere était plus ou moins d’accord. La verte n’y avait peut-être jamais cru mais dans son état supposé de fatigue et de faiblesse son esprit pouvait divaguer ce qui serait très amusant. Si Zyra était aussi bien connu pour la torture mental que physique ce n’était pas pour rien. Est-ce que la chevalière verte avait été entraînée contre ce genre de chose ? Aucune idée. Peut-être suffisamment pour ne pas révéler des informations sur Emeraude mais pour les sentiments, c’était autre chose. Après tout, pour le moment, Zyra ne posait pas de question mais affirmer simplement ce qui était beaucoup plus déstabilisant.

« Mais bien sûr, le plus important dans tout ça c’est le cris. C’est une chose très stimulante pour un homme. Alors tu comprendras que je vais devoir tester tes capacités vocales. Mais bien sûr, tu ne me feras pas le plaisir de simplement obéir n’est-ce pas ? Je vais donc devoir te forcer… Ce n’est rien c’est toujours de cette manière qu’on obtient les meilleurs hurlements. Nous allons donc commencé doucement. »

Puis après une seconde d’attente pour s’assurer que la jeune femme n’allait pas obéir la démone attrapa une dague qu’elle envoya se ficher dans le corps toujours nu de la chevalière. Se servir des victimes comme cible ? Zyra n’avait encore jamais essayé, elle allait bien voir si c’était drôle ou pas. La dague en question se figea dans l’une des cuisses de la jeune femme et déjà la démone en prenait une seconde en main.

« Je ne suis pas très doué pour visé, j’espère ne rien touché d’important pour toi. L’avantage, c’est que même si je touche quelque chose de vital j’ai des sorciers près à venir te guérir. Il ne serait tout de même pas drôle que tu meurs simplement pour un manque de précision ? Tiens, jouons toutes les deux. A ton avis, combien de dague je dois enfoncer en toi avant que tu te décides à lâcher un cri digne de ce nom ? A moins que tu t’évanouisses avant mais ce serait impolis. Ou que tu es quelque chose d’intéressant à dire bien sûr. Je dirais 6. »

La démone qui jouait toujours avec la dague attendait une éventuelle réponse de la chevalière. S’il n’y en avait pas elle allait tout de suite vérifier sa théorie quant à la résistance de la chevalière verte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ally
Modérateur - Ex-Chevalier
Modérateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 639
Rôle : Ex chevalière d'Emeraude
Date d'inscription : 28/04/2012

Plus sur le personnage
Âge: 47 ans
Rôle: Ancienne chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Ven 28 Juin 2013, 09:51

    Ally ouvrit les yeux en sursaut et toussa, recrachant des gerbes d'eau. La soudaine lumière dans la cave l'éblouit, elle cligna plusieurs fois des paupières. La scène se concrétisa devant ses yeux. Finalement, elle aurait mieux fait de rester dans le noir. Éclairée par la lumière de plusieurs bougies, plantée en plein milieu de la pièce, Zyra l'observait, un seau sous le bras, souriant jusqu'aux oreilles. Dans cette semi-obscurité, ses yeux couleur de sang lui donnait un air carnassier. Ally aurait voulu lui sauter dessus pour l'étriper, mais la douleur cuisante contre son cou nu la ramena bien vite à la dure réalité. Elle se souvenait de certaines choses.
    Il y a de cela... un certain temps, Ally avait été envoyée en mission avec un groupe de chevaliers, au royaume de Diamant. On avait signalé des soldats rouges à la frontière qui venaient de Perle. Ça s'annonçait sans problème : ils semblaient peu nombreux et aucun chevalier de l'empire n'était présent sur les lieux. Ils avaient attaqué et la falienne s'était débarrassé sans aucune peine de bon nombre de soldats. D'ailleurs, c'était presque trop facile. De la part d'Irianeth, c'était carrément envoyer ses hommes au suicide... A moins que dans un élan de flemmardise ils aient eu envie de se débarrasser de quelques indésirables sans avoir à bouger le petit doigt, il y avait anguille sous roche. Mais jusque-là, il n'y avait rien à signaler. Jusque-là...
    Ally se débrouillait tant bien que mal contre trois soldats à la fois. Elle était même sur le point d'en faire une belle brochette quand soudainement, une douleur fulgurante traversa son cerveau. Elle s'écroula en sol en gémissant, tenant son crâne à deux mains. La dernière chose qu'elle aperçut avant de sombrer était une mèche de cheveux rouge comme les braises.
    Le reste était embrouillé. Elle se souvenait que Zyra était déjà venue, au moins une fois. Elle avait laissé une bougie allumée, histoire qu'elle observe sa collection d'outils personnels. Ally avait préféré fermer les yeux. La jeune chevalière avait essayer de joindre Émeraude, inlassablement. Mais elle ne sentait plus ses frères d'armes dans son esprit, et chaque essai lui faisait un peu plus mal. Elle était dans l'incapacité de bouger, plongée dans le noir le plus complet. La bougie avait dû s'éteindre. Si elle était terrorisée, elle refusait de se laisser abattre. La jeune fille se replia au fond d'elle même. Là elle pouvait supporter la faim, le froid. Mais Zyra ne lui facilitait pas la tâche. Privé de sommeil, son esprit peinait à la maintenir dans sa bulle. Alors inlassablement, elle comptait les heures pour tenter de se raccrocher au présent et ne pas devenir dingue. Parce que paniquer n'était pas une solution envisageable. Et puis, ça aurait fait trop plaisir à la démone, cette pensée la motivait à continuer de compter.
    A présent, cela faisait approximativement trois jours qu'elle était là. Est-ce que ses frères d'armes étaient à sa recherche ? Elle savait qu'ils ne l'auraient pas laissée disparaitre sans réagir, à moins d'être certains qu'elle était morte. Mais sauraient-ils seulement où la trouver ?
    Zyra l'avait laissée dans une cave qui ne laissait pas passer son signal, pendant au plafond par les poignets, sans toucher le sol, cou et bras entourés d'anneaux de feu qui la scarifiaient un peu plus à chaque mouvement. Et en plus elle était presque certaine que les fameux joujoux de la démone mis en évidence avec tellement de soin lui étaient destinés. Sa situation n'allait faire que s'aggraver.
    Ally fixa la démone d'un regard haineux. Face à elle, la peur avait laissé la place à la rage qui lui déchirait le ventre plus encore que cette faim atroce qui la tiraillait. Elle n'avait plus sommeil. Plus la démone parlait, plus elle avait l'impression que son intestin allait se scinder en deux.
    Parce qu'en plus, elle lui faisait l'offense de recommencer à faire comme si Reissere était un sale enfoiré devant elle. Mais elle ne comprenait pas ? Non seulement Ally n'en croyait pas un mot, mais en plus elle était dans l'incapacité la plus totale de penser du mal de Reissere. Il était son âme-sœur, sa moitié, celle sans laquelle elle était incomplète, déjà à moitié morte. Si il lui faisait du mal, s'il lui plantait une flèche dans le ventre elle ne pourrait même pas lui en vouloir... Mais non bien sûr, elle ne pourrait jamais comprendre une chose pareille. Après tout elle n'était qu'une démone stupide et sans cœur.


    - Mais bien sûr, le plus important dans tout ça c’est le cris. C’est une chose très stimulante pour un homme. Alors tu comprendras que je vais devoir tester tes capacités vocales. Mais bien sûr, tu ne me feras pas le plaisir de simplement obéir n’est-ce pas ? Je vais donc devoir te forcer… Ce n’est rien c’est toujours de cette manière qu’on obtient les meilleurs hurlements. Nous allons donc commencé doucement.

    Avant qu'elle est eu le temps de réagir, une douleur aiguë lui déchira la cuisse. Elle baissa les yeux sur sa jambe et vit le poignard figé dans sa chair. Le sang coulait déjà sur son genou.


    - Je ne suis pas très doué pour visé, j’espère ne rien touché d’important pour toi. L’avantage, c’est que même si je touche quelque chose de vital j’ai des sorciers près à venir te guérir. Il ne serait tout de même pas drôle que tu meurs simplement pour un manque de précision ? Tiens, jouons toutes les deux. A ton avis, combien de dagues je dois enfoncer en toi avant que tu te décides à lâcher un cri digne de ce nom ? A moins que tu t’évanouisses avant mais ce serait impolis. Ou que tu es quelque chose d’intéressant à dire bien sûr. Je dirais six.


    Ally releva les yeux, son joli minois halé déformé par la haine.

    - Je ne te donnerais JAMAIS raison ! hurla-t-elle.

    Un nouveau poignard, dans son autre cuisse cette fois. Elle serra les dents. Trois autres vinrent se planter dans son ventre. Elle voulait tenir, au moins jusqu'à sept. On arrivait au sixième. Il vint se loger quelque-part, pas loin de sa clavicule. Elle le sentait très bien, coincé entre deux os. Elle geignit. Sa vue se brouilla, le sang dégoulinai sur son corps, ruisselait jusqu'à ses pieds. Quelques gouttes s'écrasèrent sur le sol avec un petit "plop" régulier. Il y eu cinq autres couteaux de plantés, certains dans ses mollets, d'autres encore dans ses jambes. On en était à onze. Ally ne voyait plus rien, rien d'autre qu'un rouge écarlate qui l'empêchait de voir la mine réjouie de Zyra. La douzième lame se planta dans sa main droite avec un craquement sinistre. Ally écarquilla les yeux, et ne put réprimer la longue plainte qui montait de sa gorge. Elle hurla. Ses yeux se chlorent. Elle tenta de bouger sa main et eut un violent haut-le cœur. Son corps entier tremblait, sans qu'elle puisse maitriser quoi que se soit. Elle haleta, couverte de sueur et toussa, couvrant son menton de gerbes de sang écarlates.
    Sa tête retomba mollement contre sa poitrine.

    - Sale... garce, souffla-t-elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Zyra

avatar
Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 02/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Indéfini
Rôle: Ex-Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Dim 30 Juin 2013, 17:46



Qu’elle était mignonne la petite chevalière en couche culotte à hurler haineusement que la démone ne lui donnerait jamais raison. Très belle démonstration de force. Bravo. Zyra aurait presque lâché la dague qu’elle tenait amoureusement pour applaudir. Ou pas. Un soupire légèrement blasé la rousse envoya en guise de réponse l’arme se planter dans la seconde cuisse de la gamine. Sérieusement, tout cela devenait presque ennuyant. Le début était toujours le même. Blablbala tu es méchante. Blabla je suis la gentille donc je vais gagner. Blablabla même si je suis complètement attaché et que je n’ai aucun moyen de me libérer je vais te tenir tête juste par ce que je suis complètement maso et que j’aime souffrir plus longtemps. Oh ! Et par ce que je connais l’honneur moi ! Très important l’honneur quand on est en train de se faire charcuter et que votre tortionnaire à décider de vous balancer des couteaux dessus histoire d’attendrir votre chair avant de commencer à vous découper en quartier comme du bétail. A pardon, ce n’était pas que ça. C’était aussi car il fallait toujours résisté. Et que les chevaliers verts étaient super fort, car gentil, et que du coup on irait à la recherche d’une pauvre chevalière inutile et elle devait donc tenir le coup jusqu’à ce magnifique sauvetage. Non. Sérieusement. Tout ça c’était vu et revu. Pourquoi personne n’arrivait en lui disant « Bon, c’est bon, je vais crier quand tu veux, tu veux également un chocolat chaud avec du lait ? » Ce serait tellement plus amusant. Ou peut-être pas. Zyra n’avait jamais encore eu l’occasion de tomber sur un spécimen de ce genre. Au moins, cela ferait un peu de changement, par ce que les grandes (ou petites) déclaration ca devenait vraiment chiant. Et trop prévisible. Alors qu’avec un autre cas elle pourrait peut-être avoir des doutes, utiliser les choses d’une autre manière. A moins qu’elle tombe amoureuse de sa victime pour son humour ? Non. Improbable. Mais nuls doutes que celui-ci la divertirait un bon moment et qu’elle ne le tuerait pas trop vite. Ou pas du tout.

Voilà à quoi réfléchissait distraitement la démone alors qu’elle balançait tranquillement les dagues dans le corps trop mou de sa victime qui n’avait pas décidé de crier. Ce n’était pas vraiment gentil de torturer quelqu’un sans lui porter toute l’attention requise mais que voulez-vous, la gamine n’était vraiment pas amusante. Elle était beaucoup trop banale. Un moment, Zyra perdit même le compte et s’arrêta pour recompter joyeusement – et à voix haute – le nombre de couteau planté dans le sac de viande en face. Sept. Jolie score ! Zyra avait eu tord. Devait-elle applaudir ? Non. Elle avait eu tord. Elle avait perdu un pari. Oui, et alors ? Cela ne changeait absolument rien. La désertine était toujours attaché avec des couteaux dans le corps et personne n’était venu la sauver. Quant à la démone, elle ne s’était pas fait une foulure du poignet en balançant les dagues et pouvaient donc continuer tranquillement ce petit jeu en pensant distraitement à autre chose. Après tout, ce n’était pas elle qui été blessé. Clairement, la chevalière verte aurait mieux faire de combler les désires de Zyra. Ainsi, elle aurait évité de se retrouver avec cinq lames de plus planté dans le corps. Et elle aurait put pousser la démone à la sous estimer. Alors que là, elle montrait une résistance plus que correct qui permettrait à Zyra de pousser encore plus loin les tortures. Ce qui était une très bonne chose pour la démone. Il était toujours intéressant d’avoir des sujets qui duré plus longtemps. Quand finalement la douzième dague se plante dans le corps de la gamine celle-ci ne put retenir un cri qui fit sourire la démone. Belle corde vocal assurément. Alors que la chevalière avait hurlé Zyra se leva nonchalamment pour s’approcher de sa victime et eu alors tout le loisir d’entendre deux petits mots sortir de sa bouche. Oh. Elle l’insulter. Comme c’était mignon. Un petit rire amusé sortit de la gorge de la démone.

« Sale garce ? Vraiment ? Je viens de planté douze dagues dans ton corps tout en me faisant les ongles et tout ce que tu penses à me dire c’est sale garce ? Pauvre petite. Tu manques vraiment d’imagination. C’est décevant. Vraiment. Moi qui pensait que tu été une femme pleines de ressource. Une femme de pouvoir et de caractère. Je vois que je me suis trompée. Tu es juste banal… »

Une moue déçue traversa le visage de la démone. Elle semblait vraiment triste de tout ça. Le sang coulait du corps de la gamine et Zyra savait très bien que si elle retirait les couteaux la chevalière allaient surement finir par se vider de son sang. Ce qui n’était bien sûr pas voulu. Il ne faudrait pas qu’elle mort. Elle avait encore une utilité tout de même.

« Mais ne t’inquiète pas ! Tu vas avoir un peu de temps pour pouvoir imaginer quelque chose d’intéressant à dire. Ou du moins de spécial. »

La démone commença alors à se détourner de l’autre idiote qui finirait surement pas s’évanouir. Ou peut-être pas puisque bien sûr, le repos selon la définition de Zyra était assez étrange. Et c’est pour ça qu’elle ne put s’empêcher de faire une dernière petite précision.

« Oh bien sûr, il risque d’y avoir un peu de passage pour nettoyer tout ça. Des hommes qui n’ont pas vu de femme depuis un certains moment. Alors ton corps… aussi peu séduisant soit-il pourrait être attirant. De la viande reste de la viande après tout. J’espère que tu n’y vois aucun inconvénient ! »

Laisser sa victime avec la peur d’un viol en cas d’évanouissement ? Oui, c’était quelque chose d’amusant pour la démone. Cependant, cela n’était normalement pas prévu au programme. Non. Ce que la démone allait faire en sortant était très simple. Elle irait chercher un sorcier qui aurait pour mission de soigner la détenue. Oh bien sûr, il y aurait surement quelques mains baladeuse – ou peut-être pas – et la chevalière serait surement évanoui. Le but était uniquement de soigner la victime de manière à ce qu’elle ne meure pas. La magie de guérison était vraiment très utile pour la démone. Après, si Zyra pouvait faire un peu de torture mental en faisant pensait à l’autre qu’elle risquait un viol, ou qu’elle avait une raison d’espérer c’était toujours un petit bonus intéressant. Mais, ce qu’elle voulait avant tout, c’est avoir un corps à peu près en état de fonctionnait. Que fallait-il entendre par là ? Tout simplement que le sorcier ne soignerait pas les os brisés. Il se contenter de refermer légèrement les plaies pour qu’elle ne saigne plus et que la fille puisse donc être de nouveau utilisé. Ca ne demandait pas beaucoup d’énergie et c’était particulièrement utile. La victime risquait moins de mourir et elle ressentait toujours une vive douleur. Bref, tous les bénéfices sans les pertes ! Parfait.

C’est donc après quelques heures de répit durant lesquels la chevalière avait pu faire ce qu’elle désirait (Comprendre : S’évanouir tranquillement ou attendre sagement en étant incapable de bouger) que Zyra décida de revenir dans la sordide cave de torture. Le sorcier avait dut faire son travail puisque les dagues qui ornaient le corps de la fille avait disparu, ne laissant comme trace que de longues cicatrices qui feraient avec un peu de chance un jolie souvenir à la désertine. De plus, la femme se trouvait à présent coucher sur une table au lieu d’être suspendu dans les airs. Question de praticité bien sûr. Si la chevalière c’était assoupi elle sembla pourtant réveiller quand la rousse arriva et celle-ci prit donc directement la parole.

« Je vois que tu es toujours là ! Tes petits copains chevalier n’ont pas du vouloir venir te chercher. Je les comprends. Tu es tellement décevante. Tu ne dois pas valoir le coup qu’on te sauve. En fait, je n’ai vu aucune patrouille circulé dans le coin. Peut-être font-il la fête en apprenant que tu as été capturé. Même pour eux tu devais être une erreur non ? »

Une nouvelle fois Zyra semait la graine du doute dans l’esprit de la chevalière. Après tout, il était étonnant que personne ne soit venu à son secours alors qu’elle se trouvait si proche des frontières. Et le fait que la démone en parle ne ferait que souligner ce léger problème. Sans attendre aucune réponse la rousse se tourna vers son jolie établis pour y saisir un jolie petit marteau ainsi qu’un pince qu’elle fit tourner tranquillement dans ses mains puis, sans se retourner elle continua à parler.

« Tu sais, avant de revenir te voir deux soldats avaient une discussion intéressante. L’un à parié que le corps humain avait plus de deux cents os alors que l’autre mise sur cent soixante. Je leur aie promis d’apporter toute ma lumière sur cette histoire et je suis certaine que tu es d’accord pour faire avancer cela. Ce sera très utile. Mais bien sûr, je peux concevoir que tu es des choses encore plus utiles à dire. Sur le fonctionnement d’Emeraude par exemple. Ou n’importe quoi d’autre d’utile à ce sujet. A moins que tu préfères me parler de ton cher Reissere ? Je serais curieuse de savoir ce qu’il ta fait croire. Alors, tu es d’accord avec ce marché bien sûr ? Je compte les os jusqu’à ce que tu dises quelque chose d’intéressant. »

Tout en parlant la démone s’était rapproché de la chevalière immobilisée de force. Attrapant la main gauche qui n’était pas brisé Zyra tordit violement la première phalange du petit doigt de manière à ce qu’il se brise dans un craquement sinistre. Puis, elle commença à compter. Si la fille ne disait rien la démone continuerait ainsi pour toute la main. Puis elle s’occuperait de l’avant bras, du bras, de l’épaule puis terminerait le second bras. Zyra comptait découvrir tous les os du corps humain. Ainsi, si la chevalière ne se décidait pas à parler, pour dire quoi que ce soit, la démone aurait tout de même retiré un certain apprentissage de cette petite expérience.

« Non. Vraiment, je serais toi, je parlerai rapidement. Inutile de vouloir protéger des gens qui ne t’apprécie pas. Et puis, si tu été coopérative peut-être que tu pourrais te faire une place sur Irianeth… »

L’idée d’une trahison ? Impensable pour un grand chevalier d’Emeraude. Et c’était exactement pour cela que Zyra avait lancé cette idée. Pour provoquer une réaction chez la gamine. Une nouvelle insulte peut-être ? Mais cette-fois ci celle-ci serait surement puni. Du moins, si elle n’était pas assez inventive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ally
Modérateur - Ex-Chevalier
Modérateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 639
Rôle : Ex chevalière d'Emeraude
Date d'inscription : 28/04/2012

Plus sur le personnage
Âge: 47 ans
Rôle: Ancienne chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Lun 08 Juil 2013, 18:41

    Ça allait mieux. Nan, ça ne pouvait pas aller mieux. Mais est-ce que ça pouvait aller pire ?
    D'accord les plaies étaient refermées. Mais ça n'avait rien de soulageant. Ally ne savait pas si ce sorcier avait eu les mains baladeuses. Sans doute que oui, à en juger par ce sentiment bizarre qu'elle ressentait. Elle avait préféré reprendre des forces tant qu'il en était encore temps. Mais pour quoi faire après tout ? Elle était bien planquée, personne ne la retrouverait. Même si la démone voulait lui faire croire que personne ne le souhaitait, elle ne la croyait pas. Mais ça ne changeait rien. Elle allait crever ici, comme un rat, ce n'était qu'une question de temps. La chevalière ricanait intérieurement. Tant d'efforts fournis pour en arriver là, tellement de chemin parcouru depuis douze ans, tout ça pour en arriver là ? Cruelle ironie du sort. Elle avait juste mal, sans doute avait-elle déjà dépassé la limite du supportable. Pourtant personne, même pas la démone ne pourrait renouveler la souffrance qu'elle avait connu dans son enfance. La quantité de rage et de frustration accumulée était inimaginable, incalculable.
    Zyra était donc revenue, et Ally était là, attachée à cette table, impuissante. Comment elle était arrivée jusqu'ici ? Elle n'en savait pas grand chose. Sans doute un coup de ce bon sorcier.
    Elle sentit son petit doigt craquer. Elle couina. C'était horrible. La jeune femme avait toujours été sensible au niveau des mains, depuis ce jour où elle les avait approcher un peu trop près d'une torche... Elle n'était qu'une élève à l'époque, elle avait grandi depuis, ses plaies avaient guéri. Mais cette susceptibilité tactile était restée, hélas. La démone ne souhaitait pas s'arrêter là, quelle surprise. Elle voulait qu'Ally parle ? Sur Émeraude ? Pour gagner une place à Irianeth.
    La chevalière sourit. Un sourire nerveux, un tic complètement déplacé. Son ricanement intérieur finit par sortir. Elle explosa de rire. Était-ce de la joie ? De la folie ? Non, juste une situation qui échappait à sa compréhension. C'était trop absurde.
    Elle s'arrêta net, et lâcha d'un ton indéfinissable :


    - Quoi ? Une place sur Irianeth ? T'as rien trouvé d'mieux ? Là, c'est toi qui est décevante. Imaginons un peu que tu sois sincère, tu crois que je supporterais d'être ton "jouet" à domicile ? Là, tu m'offres seulement une bonne raison de ne rien dire. Tu vois, tu m'aurais proposé de me tuer plus vite, j'aurais été bien plus intéressée. Là, tu vas seulement continuer à jouer, je vais souffrir jusqu'à ce que je claque entre tes doigts. Tes sorciers ne pourront rien y faire. Et qu'ils n'essaient pas de forcer mon esprit, mon cerveau est actuellement tellement bordélique qu'ils ne pourront rien en tirer. C'est mal joué, dommage. Qui sait, j'avais peut-être aussi des informations sur la tour des mages.

    En disant cela, Ally avait plus mal que jamais. Elle était au bord de la crise d'hystérie, pourtant ses propos étaient tout à fait cohérents et lucides. Aurait-elle parler sur Émeraude ? Non, de toute façon. Elle ne trahirait pas. Par honneur ? Ouais, peut-être après tout. Ce mot prenait soudain tout son sens dans son esprit. Il était de son devoir de se taire, jusqu'à la fin.
    Devoir. Elle ne s'y raccrocherai plus pour longtemps. Quand la chevalière serait suffisamment proche de la mort, avant que les sorciers arrivent, elle utiliserait la technique de suicide enseignée à Émeraude pour rejoindre l'autre monde et éviter des souffrances supplémentaires. C'était son unique moyen de fuir, la démone ne pourrait jamais lui retirer le droit de mourir. Plus qu'à espérer que Zyra ne se retienne pas et évite ainsi de limiter les dégâts.
    Quelle ironie nan ? Elle en était venue à souhaiter que Zyra l'aide à mourir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Zyra

avatar
Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 02/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Indéfini
Rôle: Ex-Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Mar 09 Juil 2013, 15:47



Décevant. Voilà ce qui décrivait sans doute le mieux la chevalière couché sur la table de torture. A peine une phalange de brisé et l’autre en était au stade du ricanement hystérique qui était souvent un signe annonciateur d’une folie à venir. Et bien sûr, torturé quelqu’un de fou n’avait absolument rien de drôle. Le plus souvent, il ne souffrait plus. Son esprit modifiait les choses. Il n’y avait plus rien à briser. Zyra avait clairement sur estimé la petite chevalière. Même de simple guerrier sans magie était plus résistant. Peut-être était-ce dut au fait qu’il s’agissait d’une femme ? La démone devait avouer qu’elle faisait moins dans ce genre de torture féminine. Et si une chevalière d’Emeraude devait être considérée comme une femme forte et difficile à briser il était clair qu’elle avait eu raison jusque là de se concentrer sur les hommes. Est-ce qu’il y avait là une dénigrassions de la gente féminine ? Peut-être. Est-ce que c’était paradoxal. Pas vraiment quand on savait que Zyra ne se considéra pas comme une femme. Du moins, pas une femme comme les autres. Elle était une démone elle, et cela changeait tout. Elle était supérieure à tout le reste. Et aux autres démons aussi. Même masculins. En grande partie par ce que tout ceux dont elle avait eu vent de l’existence était sur Emeraude en train de servir de chien de compagnie obéissant. Pathétique.

En tout cas, si la désertine semblait déjà être au bord de la folie cela ne l’empêcha pas d’ouvrir la bouche. Pour dire quelque chose d’intéressant peut-être ? Non. Juste pour parler de la place sur Irianeth qu’elle n’aurait de toute façon pas eu. Lui proposer de la tuer plus vite ? C’était vraiment méchant. Zyra n’était pas comme ça. Elle ne s’appelait pas Val. Et puis, le souci avec la mort, c’est qu’elle était définitive. La donner pour une simple information était idiot. On en perdait plein d’autre. Sans compter l’amusement et les tests pour lesquels un corps vivant pouvait être utilisé. La démone continua donc de regardait l’autre qui semblait presque contente de pouvoir joyeusement tenté de casser le « plan » de la démone en lui disant que c’était mal joué. Ahah. Très drôle. Le sourire amusée de Zyra aurait pourtant du lui montrer qu’elle n’allait pas sur la bonne voix. Mais c’était trop tard à présent. Elle en était aux suppositions douteuses et aux hypothèses foireuses. Voir même aux insultes. Voyons, étaient-elle en train d’imaginer que la rousse n’était pas assez compétente pour la tenir en vie ? C’était presque vexant. Quand enfin la victime évoqua la tour des mages avant de se taire Zyra venait de prendre entre ses doigts une nouvelle partie de la main de l’autre qu’elle caressait pour le moment sans lui faire le moindre mal.

« La tour des mages ? Non merci. Ca ne m’intéresse pas. J’ai déjà un ami qui s’occupe de cette dernière. »

La démone avait haussait les épaules ce qui ne faisait que souligner son désintéressement pour la fameuse tour en question. Il était clair que la chevalière ne s’en sortirait pas avec un si petit appât. En fait, même avec un plus gros appât elle ne s’en sortirait pas. Après tout, on parlait de Zyra n’est-ce pas ? Et la démone n’était pas réellement connu pour sa loyauté envers qui que ce soit.

« En fait, je me moque aussi des informations sur les chevaliers. Je sais déjà tout ce que je veux savoir. Vous êtes humains. Vous brûlez joliment. Un petit quelque chose aurait simplement fait plaisir à ceux qui veulent gagner cette guerre. Et puis, bien sûr, c’est toujours agréable de faire la conversation ! Mais si tu préfères simplement souffrir il n’y a aucun souci. Les autres viendront surement essayer de fouiller dans ton esprit. De toute façon, tu finiras forcément par dire quelque chose. C’est ce qu’il y a d’intéressant avec les gens comme toi. Au début, il y a cette notion d’honneur qui fait qu’il ne faut rien dire. Mais une fois que la douleur est trop forte, tous les moyens sont bons pour ne pas avoir à la subir. Surtout quand on sait qu’elle peut durer infiniment. Alors, on parle de tout, sans même que quelqu’un le demande. Tu seras comme tous les autres. Tu résisteras juste un peu plus car je t’ai demandé de parler. Et cela ne fera que m’amuser puisque je me fou de ses informations. »

Zyra arrêta alors de caresser le doigt de sa victime pour le casser dans un bruit sec qui lui tira un nouveau sourire. C’était tellement drôle de casser les os des gens. Et l’avantage, c’est que cela ne tuait pas. Au pire, la douleur poussait à s’évanouir. Mais la victime finissait toujours pas se réveiller.

« Et, au vue de ton rire et de tes cris, tu finiras bientôt par devenir folle. Ou briser. Tu n’es vraiment pas résistant pour une chevalière d’Emeraude. »

La démone se retourna alors pour attraper sur l’établi un petit scalpel, puis souriant toujours plus reprit la parole comme si elle parlait à une amie.

« Au final, nous allons mettre notre comptage d’os de côté pour le moment ! Nous en sommes à deux, retiens le bien ! J’ai décidé que je voulais également voir de combien de couche tu été faîte et calculé la profondeur bien sur. Ce sera très instructif. »

Elle eu alors une mine triste, comme si elle avait oublié quelque chose puis se retourna et attrapa joyeusement un petit pot plein de sel qu’elle posa près de la table afin d’y avoir accès facilement. Bien sûr, elle avait bien fait voir à sa victime du jour de quoi il s’agissait. C’était tellement plus drôle de tout savoir et d’attendre que la douleur arrive.

« Oh bien sûr, n’essaye pas de mourir. Tu n’y arriveras pas de toute façon. C’est ce qui est amusant avec le corps humains. Même si l’esprit veut mourir, le corps à toujours ce magnifique instinct de survie qui fait qu’il empêche la mort. Sauf si tu as une arme. Ou que tu peux te tuer avec ta magie… mais t’as magie ne fonctionne pas… Et tu es attachée ! »

Toujours aussi souriante et après avoir retiré l’espoir de mort que semblait nourrir la chevalière – comme toutes les autres victimes qui commençait à craquer – la démone arrêta de regarder cette dernière pour se concentrer sur un doit de l’autre main qu’elle venait de saisir. Puis tout doucement, elle fit glissé le scalpel sur la peau de manière à pouvoir éplucher celle là comme on éplucher une pomme de terre. Zyra commençait clairement à écorcher la chevalière. Si la douleur pouvait clairement être soutenable au début mais plus la démone continuait plus la peau devenait rouge et sanglante. Ignorant la chevalière, Zyra continuait son œuvre jusqu’à ce que toute la peau du haut du doigt soit enlevée. Puis quand cela fut fait, elle prit le petit pot de sel et plongea sans aucune pitié de doigt écorché de sa victime dans ce dernier. Puis ensuite, elle recommencerait. Décidément, il n’y avait pas que le feu qui pouvait être amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ally
Modérateur - Ex-Chevalier
Modérateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 639
Rôle : Ex chevalière d'Emeraude
Date d'inscription : 28/04/2012

Plus sur le personnage
Âge: 47 ans
Rôle: Ancienne chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Mar 09 Juil 2013, 18:15


    La jeune fille étouffa un nouveau cri en sentant son second doigt craquer comme une brindille. La douleur était-elle que le simple fait qu'elle soit toujours consciente défiait toutes les limites du corps humain. Elle souffrait trop, mais pas encore assez. Son corps fabriquait beaucoup d'endorphines pour limiter la douleur, alors Ally se retrouvait à moitié dans les vapes, à avoir mal tout en ne prenant pas totalement conscience de sa douleur.
    Zyra voulait l'empêcher de mourir ? Non, hors de question. Ça ne marchait pas comme ça. Pour réussir, il fallait qu'elle tente d'apprivoiser la souffrance dans toute son intensité. C'était horrible à penser mais... pour avoir le courage de se suicider il fallait que la douleur arrive à son paroxysme, que la mort soit à un cheveu... Surtout, la chevalière devait atteindre son but avant que la folie prenne le dessus. Elle l'a sentait bien, tapie au fond d'elle, prête à bondir au moindre instant. Et ça devenait de plus en plus dur de la garder confinée dans un coin de son esprit. Pour le moment, sa lucidité était au maximum, il fallait faire vite.
    Ally ferma les yeux et se concentra. C'était pas évident, jamais elle ne s'était sentie aussi tendue. Mais pour mettre son plan à exécution, il fallait réellement qu'elle soit sereine. Ce qui était clairement mission impossible dans cette situation. Cependant la jeune femme détendit ses muscles. Elle tenta de ressentir chaque fêlure, chaque petit os brisé, chaque hématome dans tout son corps. Aucun symptôme de douleur ne devait lui échapper. La chevalière fut submergée par une vague de souffrante démesurée. Elle serra les dents à s'en péter les molaires. C'était insupportable, vraiment insupportable dans le sens strict du terme. La chevalière resta détendue malgré tout. Mais elle ne tiendrait pas...
    N'empêche que la motivation commençait à devenir assez forte, plus qu'un effort.
    Dans l'empressement, Ally commença à ralentir son rythme cardiaque, de plus en plus lents... Elle devait en être à trente pulsations par minute. Mais il lui en fallait encore, plus de souffrance...
    Cette souffrance, c'est tout naturellement Zyra qui lui fournit. En arrachant joyeusement la peau de ses doigts. Les mains de la chevalière étaient si sensibles que nul poignard planté n'importe où dans son corps n'aurait pu lui faire plus mal. C'était au dessus de tout ce qu'il y avait d'imaginable, mais il fallait qu'elle termine avant de perdre conscience ou de se laisser gagner par la folie douce. Elle ralentit encore, progressivement. Vingts pulsations... dix pulsations par minute... trois... Ally cessa de respirer. Elle se retint de toute ses forces de reprendre son souffle en calmant les battements de son cœur affolé. Elle était dans une sorte de transe indescriptible, à cheval entre la réalité cruelle et la mort douce et lente qui commençait à tétaniser tous ses muscles.
    Quelques secondes, juste quelques secondes et tout serait fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Zyra

avatar
Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 02/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Indéfini
Rôle: Ex-Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Mer 10 Juil 2013, 05:27



Ce fut quand la désertine ne cria pas que Zyra compris qu’il y avait un léger problème. Ressortant le doigt de sa victime du pot de sel elle reporta son regard sur cette dernière qui était livide. Elle ne bougeait pas. Elle semblait être comme un pantin désarticulé. Comme une morte. Une morte qui ne semblait plus respirer d’ailleurs. Oh, il fallait de la volonté pour se laisser mourir de la sorte. Et surtout pour y arriver. Normalement, ca ne fonctionnait pas. L’esprit devenait simplement inconscient et le corps recommencer à respirer, interdisant ainsi toute porte de sortie. Cependant, un petit coup de main expert sur le cou de sa victime apprit à Zyra que le cœur de cette dernière semblait également ne pas fonctionner correctement. Si vite ? La chevalière était réellement faible pour déjà tout vouloir abandonner. Normalement, les gens garder espoir plus longtemps et continuait à vivre et à supporter la souffrance. Ne serait-ce que pour défier la démone. Mais non, elle, elle préférait fuir comme une lâche et mourir. Surtout si elle y arrivait réellement. Ce qu’elle semblait faire. Si elle était faible, elle semblait être capable de contrôler assez son corps pour lui interdire de s’évanouir et donc aller jusqu’à la fin. La démone soupira juste avant de gifler violemment la chevalière. Il fallait que cette dernière reprenne assez conscience pour écouter tout ce que Zyra avait à dire. En se faisant, la démone avait également contacter son très cher Fire pour que celui-ci aille chercher un sorcier, juste au cas ou l’autre irait réellement trop loin, ainsi qu’une autre petite surprise que la démone avait fait venir spécialement pour l’occasion en manipulant quelques bonnes personnes. Ce qui avait été un véritable jeu d’enfant pour elle.

« Mourir ? C’est vraiment ce que tu veux ? Ca serait dommage tu ne crois pas ? Et complètement indigne d’une chevalière. Mais si c’est vraiment ce que tu veux. Ce n’est pas grave. Je me ferais un plaisir de montrer ton corps à Reissere. Il sera très heureux. Même si je crois sincèrement qu’il aurait préféré te voir en vie… Il était pourtant si proche… Tant pis ! Il apprendra à être plus rapide dans le futur j’imagine. »

Un sourire s’étirait sur les lèvres de la démone alors qu’elle s’était approché des bracelets qui empêcher à la jeune femme d’utiliser sa magie. Elle commença d’abord à retirer celui du cou pour que cette dernière puisse, si elle le voulait, communiqué par télépathie. Zyra savait que même si elle arrivait à joindre ses compagnons avec la maigre magie qu’il lui restait ce ne serait pas un problème. Mais ce que la démone espérait surtout c’est qu’elle sonde le territoire pour découvrir si son cher Reissere se trouvait bien là. Ce qui était le cas. Ou mieux encore, qu’elle le contacte par télépathie ce qui pourrait être très amusant. Mais pour le moment, la démone préférait faire semblant de considérer la chevalière comme morte et donc sans menace. Cela fonctionnait toujours avec les cas qui avaient décidé de mourir. Il suffisait de leur redonner un peu d’espoir ou un moyen de fuir pour qu’il arrête et tente leur chance aussi futile soit-elle. Mais déjà la démone continuait à parler pour elle-même.

« Les sorciers seront surement légèrement déçue. Mais après tout quelqu’un d’aussi peu important ne pouvait pas donner des informations intéressant. Abandonner si rapidement sérieusement… pitoyable. J’imagine qu’elle devait être faible. Même pour les chevaliers. »

La démone se retourna alors après avoir saisir le petit marteau qu’elle reposa à sa place sur l’établi en haussant les épaules comme si de rien était.

« Tant pis. J’aurais perdu moins de temps avec elle et je pourrais m’amuser un peu plus avec eux. Je leur dirais qui remercier pour ça dans les plaines des lumières. »

Bien sûr que la démone savait que l’autre était encore vivante et qu’elle pouvait contacter ses amis ou Reissere. Mais n’était-ce pas le but de la manœuvre de faire croire qu’elle avait baissé sa garde pour que la chevalière arrête de vouloir mourir et tente quelque chose. En réalité, Zyra était tellement sur d’elle-même qu’elle alla même jusqu’à retirer les bracelets qui empêchait la magie des mains. Oh bien sûr, pour le moment la désertine était toujours ligoter mais Zyra finirait par la libérer pour la jeter dans la fosse commune. Est-ce qu’elle allait tenter de se débattre avant ? Ou est-ce qu’elle se ferait passer pour morte jusqu’au bout ? Zyra ne le savait pas. Mais dans tout les cas elle aurait gagné. Tournant de nouveau le dos à sa victime, la démone attendait de voir si cette dernière tentait quelque chose ou pas. Si elle ne faisait rien, Reissere ne tarderait pas à entrer, s’énerver, puis ressortir de force. Pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ally
Modérateur - Ex-Chevalier
Modérateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 639
Rôle : Ex chevalière d'Emeraude
Date d'inscription : 28/04/2012

Plus sur le personnage
Âge: 47 ans
Rôle: Ancienne chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Dim 04 Aoû 2013, 19:23

    S'accrocher malgré tout ?
    Ce n'est pas vraiment le coup de la démone qui avait sortie Ally de sa torpeur. Oh non, ça n'avait strictement aucun rapport. C'était cette présence dans son esprit, aussi dérangeante qu’enivrante. Familière. Il était là, et malgré tous ses efforts, il l'empêchait de franchir le dernier pas. Ça aurait été si simple pourtant...  Les douleurs auraient cessé, qu'elles fussent intérieures ou extérieures. Mais mourir, c'était faire une croix sur Reissere pour une durée inimaginable.
    Fallait-il qu'elle fût faible pour oser renier la vie de la sorte ? Ou bien au contraire, était-ce une preuve de force ? Quel chevalier aurait confier cette décision ultime au hasard d'une présence imprévue ? Était-elle une bonne chevalière ? Médiocre ? Snow était-il en de bonnes mains ? Toutes ses questions tournaient en rond dans son esprit, sans queues ni têtes. Elle n'avait aucune réponses à offrir. Rien. Le néant.
    La pression disparut au niveau de son cou. Aussi tôt, sans qu'elle y fasse quoi que se soit, elle eut accès à l'esprit de Reissere. Un tas d'émotions confuses l'habitait. Il avait paru déboussolé et apaisé à la fois quand leurs deux esprits étaient entrés en contact. Mais il était aussi en colère, rongé par la haine et impatient. Sa soif de vengeance semblait plus grande encore que la dernière fois. Reissere... Ally ne voulait pas qu'il vienne, elle refusait qu'il la voit comme ça. Elle ne voulait pas qu'il constate que malgré son rejet, leur lien la mettait toujours dans un danger qu'elle n'avait pas su surmonter.
    La jeune femme avait eu tord sur toute la ligne. Elle aurait dû accepter de s'enfuir avec lui, devenir des vagabonds, bouger sans cesse sans laisser le temps à personne de les rattraper. Ils auraient allier leur magie pour se cacher et laissé derrière eux la guerre. Elle aurait peu à peu oublié tous ceux qu'elle avait juré de ne jamais laissé, même Lyzann. Ça n'aurait pas été une vie de rêve mais cette vie là aurait eut le mérite de les réunir. Juste tous les deux. Sauf qu'il n'est pas si aisé d'échapper à un destin qui semblait tracé d'avance.
    Zyra parlait. Ally ne l'écoutait pas. Exténuée, elle restait par les dieux dieux savent quel miracle lucide et parvint quand même à envoyer un signal de détresse en direction d'Emeraude. Faible mais suffisant. La démone fit sauter la protection qui l'empêchait d'utiliser sa magie. Elle lui tournait déjà le dos. Se croyait-elle à ce point invulnérable ? Elle n'avait peut-être pas tout à fait tord, au fond. Mais libérée de toute emprise, la chevalière réussit à se défaire de ses liens, même à bout de forces. Pas par magie, mais par technique. Ne demandez pas comment, mais il y arriva, c'est tout. Il y avait les couteaux sur la table et la démone était toujours de dos. Assez rapidement malgré tout, et au prix d'efforts d'une douleur démesurée, Ally réussit à s'asseoir sur la table. La démone était toujours de dos, insouciante, et les couteaux si proches... La jeune femme regarda furtivement ses mains, puis ses jambes. Jamais elle ne pourrait marcher jusqu'à là-bas, ni s'en saisir. Tenir assis était déjà assez atroce en soi. Son cerveau, bien qu'affaibli, tournait à plein régime. La falloise sentait une dernière réserve de magie, infime, dans laquelle puiser. Elle tendit sa main tremblante et écorchée vers l'établi, souhaitant très fort voir le poignard - du moins c'est ceux à quoi l'arme ressemblait le plus - s'élever dans les airs. Rien ne se passa. Elle recommença, encore, avec une énorme conviction qu'elle ne pensait plus posséder depuis quelques heures. L'arme décolla comme une flèche et vint se planter très profond entre les deux omoplates, dans la chair de la démone. Elle avait beau être ce qu'elle était, elle aurait forcément mal, et aurait toute les peines du monde à se le faire retirer. Et quand il serait enfin extrais elle aurait encore plus mal, ne serait-ce que pour quelques secondes.
    Le corps d'Ally trembla de plus bel. Elle cracha de nouveau du sang et dans un moment de vertige, s'effondra sur le sol. Le contact avec Reissere avait été rompu, elle n'en avait plus la force. Trop tard. L'écuyer aux cheveux bleus se tenait là, devant elle, sérieusement encadré par plusieurs soldats. Il avait l'air désemparé, près à tomber à genou. L'horreur et la détresse d'un supplicié se peignait sur son visage. Ally avait envie de pleurer, mais aucune larme ne coula sur ses joues. Elle avait envie de hurler, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle avait envie de prendre Reissere dans ses bras, de l'embrasser, de le consoler en passant sa main dans ses cheveux bleu océan, mais elle ne pouvait pas bouger. Ally arrivait juste à planter son regard ocre dans ses yeux verts. Un regard tendre et ô combien désespéré. Elle l'aimait, elle l'avait dans la peau, mais ça ne faisait aucune différence.
    Ses yeux se voilèrent, et elle sombra peu à peu dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Zyra

avatar
Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 02/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Indéfini
Rôle: Ex-Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Lun 05 Aoû 2013, 05:44



Une douleur dans le dos fit légèrement vaciller la démone qui retint tant bien que mal un grognement de douleur. Elle avait semble-t-il sous estimé sa victime qui avait décidé de se battre encore. Cette idée la fit sourire malgré la douleur de son dos. Elle serra les dents pour ne rien laisser voir de tout ça alors que Reissere venait d’entrer dans la pièce pour pouvoir admirer l’état de la tendre femme à qui il avait décidé de s’attacher. Sans poser son regard sur Ally Zyra préféra de loin admirer les yeux de Reissere. Il avait mal c’était une évidence. Et il voulait se venger. Il voulait faire mal à la démone. Mais il n’y arriverait surement pas. Ally était encore vivante c’était une certitude. L’attaque envers Zyra ne l’avait pas tué. Juste affaiblie. La démone l’avait entendait tousser violemment. Elle laissa Reissere assistait à la scène durant quelques minutes de manière à ce qu’il ne doute pas de ce qui se passait ici puis quand il commença à vouloir se débattre elle inclina simplement la tête pour que les soldats le raccompagne plus loin. Ignorant la douleur pourtant bien présente dans son dos elle s’avança vers Ally. Cette dernière était de nouveau inconsciente. Ce n’était pas grave. Zyra en avait fini avec elle pour le moment. Sans s’autoriser à relâcher son visage figé pour ne pas laisser paraître la douleur elle fit appeler un des sorciers d’Irianeth qui arriva bien vite alors qu’elle venait d’arracher le couteau de son dos avec une petite plainte de douleur. La fillette ne l’avait décidément pas raté. Elle ordonna au sorcier de la soigner ce qu’il fit bien vite puis elle quitta la pièce après avoir ordonnait à l’homme de ramasser la désertine, de l’attacher de nouveau et de la soigner très légèrement afin qu’elle soit de nouveau consciente dans les heures à venir. En attendant, Zyra voulait simplement aller se changer et manger quelque chose.

Ce fut donc moins d’une heure plus tard qu’elle revint dans la pièce. Sa victime n’avait pas réellement été soignée et les blessures étaient toujours présentes. Le sorcier lui avait juste redonnait assez d’énergie pour qu’elle puisse dormir et se reposer afin d’avoir quelques minutes de conscience. Sans attendre quoi que ce soit la démone s’approcha de la table ou la chevalière était toujours allongée complètement nue. Elle avait sans doute envoyé un message de détresse à Emeraude même si Zyra doutait que quelqu’un est pu le recevoir à une telle distance et encore moins qu’on puisse deviner l’endroit ou Ally se trouvait. Mais passons, dans quelques heures cela ne serait plus un problème. Posant ses mains sur le haut de a poitrine de la femme la démone laissa agir son pouvoir si particulier sur le feu et surtout sur le feu démoniaque afin de brûler la femme le plus profondément possible et de la réveiller tout en lui laissant une marque. Quand celle-ci eu finalement ouvrit les yeux Zyra éteignit son pouvoir. Le but était simplement nt de réveiller la femme même si elle devait continuait à sentir une petite brûlure au niveau de sa poitrine mais pas assez intense pour lui faire perdre connaissance. Croisant le regard de la femme Zyra lui adressa un grand sourire avant de prendre la parole profitant de la conscience de cette dernière.

« Ne t’inquiète pas. Tout va être rapide à présent. Je vais simplement t’expliquer ce qui va se passer. Dans quelques heures Reissere va venir te sauver. N’imagine pas qu’il ma combattu. C’est simplement que je l’aurais autorisé à le faire. Il ne peut rien contre moi pas plus que toi tu le peux. Je ne sais pas ce qu’il fera. Il sera libre. J’espère qu’il se montrera digne de moi mais je ne peux pas le prévoir. »

Pourquoi disait-elle cela ? Car c’est ce qui allait se passait. Elle le savait très bien et elle ne voulait en aucun cas que la chevalière imagine qu’elle avait gagné. Ca ne serait pas le cas. En se laissant sauver elle ne ferait qu’obéir à Zyra et elle deviendrait définitivement son jeu. Est-ce que cela provoquerait assez d’hésitation en elle pour faire doute Reissere lui-même. Bref, ce que faisait Zyra était simple : Elle faisait plâner son ombre sur ce petit couple en rappelant que s’ils finissaient ensemble ce serait uniquement car Zyra le désirait. Et si Zyra désirait quelque chose il ne fallait mieux pas lui donner.

« Par la suite, si tu es assez idiote pour te faire sauver et pour décider de filer le parfaite amour avec lui sache que je serais toujours là à vous observer. Tu es une chevalière d’Emeraude, il est simple de te retrouver. Alors ne te fait pas d’illusion. Tu m’auras échappé aujourd’hui c’est une certitude mais c’est simplement par ce que je le veux. Et n’oublis jamais que je pourrais te capturer de nouveau dans les moments ou tu seras les plus heureuses. N’oublis jamais que je pourrais toujours tout te retirer. Que se soit tes amis. Ou mieux encore. Ta famille. J’espère d’ailleurs que vous aurez de beaux enfants… »

Un grand sourire illumina le visage de la démone alors que déjà elle se détournait de sa victime. Elle n’attendait aucune réponse. Elle avait dit tout ce qu’elle désirait faire. Elle activa de nouveau son pouvoir et la marque qu’elle avait faite auparavant sur la poitrine de la femme devint brûlante. La douleur était clairement insoutenable et la chevalière allait de nouveau sombrer dans l’inconscience. Une fois que cela fut fait, Zyra désactiva simplement son pouvoir. Le but n’était pas de brûler Ally durant toute sa vie mais simplement de faire une marque qui ne pourrait jamais être soigné, même par la magie. Elle la garderait en permanence et Reissere la verrait toujours s’il tenait à vivre avec la jeune femme. Quant à Ally, elle n’aurait pas le droit d’oublier et cette marque serait le rappel des paroles de la démone. C’était simple. Sortant de la pièce Zyra se dirigea alors vers sa chambre. Bientôt, Ally s’enfuirait et Reissere déserterait. Tout cela allait clairement être très amusant et la démone jubilait d’avance à l’idée de ce qu’elle pourrait faire de ce petit couple dans quelques années. Mais pour le moment, ils avaient le droit au bonheur. Après tout, on ne pouvait pas retirer à quelqu’un quelque chose qu’il n’avait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ally
Modérateur - Ex-Chevalier
Modérateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 639
Rôle : Ex chevalière d'Emeraude
Date d'inscription : 28/04/2012

Plus sur le personnage
Âge: 47 ans
Rôle: Ancienne chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Joyeux petits jeux [Terminé] Lun 05 Aoû 2013, 19:43


    Ressentiment : ça brûle, c'est horrible, souffrance... Pas possible d'avoir aussi mal... Insupportable... ARRÊTEZ CA !
    La brûlure sur son sein était atroce pour ses sens engourdis. Elle geignait, se débattait, tentait de mordre comme un gamin hargneux. Tout cela ne faisait qu'accentuer la douleur. Mais intérieurement, c'était pire encore. Reissere allait la sauver, c'est ce que Zyra voulait. Et même si Ally avait souhaité s'extirper des bras du garçon - ce qui n'aurait rien changé - , elle n'en avait pas la force. La démone gagnerait, elle avait déjà gagné. Qu'elle la torture encore, qu'elle la fasse hurler si ça lui plaisait. Qu'elle la mette à genoux pour lui fouetter le dos jusqu'au sang si l'envie lui en prenait. Qu'elle l'oblige à la vénérer, à lui baiser les pieds... N'importe quelle option aurait été plus acceptable que de perdre un proche des mains de la démone. L'idée qu'un ami meurt et que Zyra vienne lui susurrer à l'oreille d'un air réjoui que c'était entièrement de sa faute lui plaquait les poumons et lui tordait le cœur comme une vulgaire serpillière. Ally tentait tant bien de mal de se convaincre que ses amis ne couraient presque aucun risque, qu'ils étaient bien préparés et sécurisés autant qu'ils le pouvaient. Mais son esprit endolori admettait qu'il y avait des moments où ils étaient vulnérables, comme elle-même il y a de cela quelques jours. Et le visage souriant de Snow revenait sans cesse, tournant en boucle. Si la démone le torturait... Pire, si elle voulait le ramener sur Irianeth ?
    Non... NON !
    La douleur cessa quasiment. La douleur physique, du moins. Ally releva la tête avec effort et aperçut la marque fumante laissée sur sa poitrine. Elle savait instinctivement qu'elle ne partirait pas. Jamais. Prise d'une soudaine et violente nausée, elle dût reposer la tête et respirer amplement pour calmer son organisme. La jeune femme décida de dormir avant de s'évanouir de nouveau. Le sommeil l'emporta presque aussi tôt. Malgré cela, son état physique ne faisait qu'empirer. Ses plaies n'avaient pas pu réellement cicatriser et elle se sentait de plus en plus affaiblie - encore plus affaiblie.
    Tout se passa comme la démone l'avait dit. Quelques heures plus tard, Reissere vint pour la libérer. Il ne trouva alors qu'un pantin désarticulé à moitié conscient. L'écuyer défit habilement ses liens et la chevalière sentit un peu de chaleur réveiller son corps gelé quand il l'enveloppa délicatement dans une couverture, lui enfilant également sa veste. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait même plus l'énergie de claquer des dents. En fait, elle se sentait plus spectatrice extérieure que présente sur la scène. Comme si elle constatait, de très haut, ce qui se passait en dessous. Quand il la prit dans ses bras, elle se blottit instinctivement tout contre lui. Son odeur la rassura, et elle finit par fermer les yeux, ballotée par un cheval dans la fraicheur de la nuit.
    Tout semblait être resté pareil, mais rien n'était vraiment comme avant.
    Parce-que Zyra avait gagné la partie.  



To be continued... /SBAF/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Joyeux petits jeux [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Onzième génération-