___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une demande désespérée [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Une demande désespérée [Pv] Ven 10 Mai 2013, 08:47


\\ Ce rp se déroule en l'An 1225 //


Cela faisait maintenant un peu plus de deux ans que je vivais au sens propre du terme comme un ermite. Depuis un évènement des plus malheureux, j’avais décidé de m’isoler pour ne plus faire le moindre mal. J’aimais sincèrement cette femme. Après Miyäck, mon âme-sœur, c’était l’unique personne que j’vais vraiment aimé. Et elle aussi elle m’aimait. Jusqu’à ce jour où mon double avait réussit à prendre le contrôle de mon corps, lors que je me trouvais en son agréable compagnie. Le pire était alors arrivé, Hisashi l’avait… Je préfère oublier cela, il vaut mieux. J’en souffre déjà bien assez. Mais je le mérite, je suis un être maudit, maudit par la folie de mon horrible père. Que ce Dieu est méprisable, faire cela à son propre enfant. C’est tout simplement inhumain. A cause de lui, j’avais foutu en l’air ma seule chance de trouver le véritable bonheur dans les bras de Lysandraline. Et surtout, par sa faute, j’étais sûr qu’elle était aujourd’hui traumatisée, et cela par ma faute. Ce sale con avait détruit ma vie. A la Tour, tout le monde devait me prendre pour un être abject, un véritable monstre. Même si ce n’était pas MOI qui avais commis ce crime, j’étais dorénavant un violeur. Alors il semblait logique ce soit aussi le cas au Château d’Emeraude. Même ma vieille amie Miyäck devait avoir honte de moi. J’avais songé, et essayé de nombreuses fois de mettre un terme à mon existence. Mais jamais je n’y étais parvenu. Comme dicté par son instinct de survie, mon double prenait alors le contrôle et m’en empêchait. Il ne m’était même pas donné le droit de mourir, je n’en étais pas capable, c’était impossible. J’étais maudit, je vous le dis sans le moindre doute. Pourquoi mon Dieu de père m’avait-il fait une chose pareille ? Je n’arrivais pas à comprendre, j’étais torturé par cette incompréhension. Qu’avais-je fais pour mériter ça ? Pourquoi, pourquoi moi ? Assis dans l’herbe humide, adossé contre un arbre, je pleurais la tête dans mes bras…



Il y’a peu de temps, je m’étais décidé à mourir, Je voulais assumer les actes de mon double, comme étant les miens. Je n’étais pas un lâche. J’avais fui, certes, mais pas pour moi, non je l’avais fais pour les autres, pour ne plus faire souffrir personne. Donc j’allais payer pour mes actes. Mais je ne voulais le faire qu’une fois que je serais guéri de la folie de mon père. Je ne voulais pas mourir comme un monstre. Nan, je ne pourrais pas mourir avant d’être moi-même. Là je me sentirais assez serein pour partir le cœur léger et l’esprit apaisé. En fouillant un peu dans les pensées de mon double, j’avais appris une chose : il détestait la Déesse Aequiva. Pourquoi ? Je n’en savais rien, mais s’il ne l’aimait pas, alors mon père non plus. Aussi, j’en concluais qu’elle devait être une ennemie à lui, ou que du moins, elle n’allait pas dans son sens. J’eu donc une idée. Depuis quelques temps donc, je m’étais mis à prier la Déesse avec ferveur. Je voulais que dans un premier temps elle remarque ma présence, afin que je puisse lui demander audience dans un second temps. Je me relevais, saisissais un de mes couteaux. Je voulais lui prouver mon dévouement. Elle était la Déesse de la souffrance ? Très bien, dans ce cas pour être plus proche d’elle, j’allais me l’infliger. Sans la moindre hésitation, je vins planter la lame directement dans ma main libre. La douleur me fit faire une grimace. Le sang se mit à couler assez abondamment, mais je savais que ce n’était pas assez. Aussi, je sortais le couteau de ma main, et y apposais un glyphe explosif. Alors que je le tenais encore, je le plaquais contre mon torse et le fit exploser. La puissance de l’explosion me fit voler un mètre en arrière et je percutais violement un arbre. Ok. Là on pouvait dire que ne faisais pas le fier, j’avais vraiment super mal. Mais je sentis qu’il était temps de faire ma demande à la Déesse sans perdre la moindre seconde. Je fermais les yeux et pris un ton sincère.



« Puissante Déesse Aequiva, Maîtresse des Souffrances et des Peurs, je suis vôtre humble serviteur. Je sais que je ne suis rien à vos yeux, mais je vous supplie de m’accorder une audience. Sur ma vie, je vous fais la promesse de ne pas vous faire perdre vôtre précieux temps. Et si vous vous estimez lésée, je subirais vôtre courroux comme il se doit. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Aequiva
Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/02/2012

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: [PNJ] Déesse de la souffrance et des peurs - Formatrice des Immortels et Jeune Dieux
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Sam 11 Mai 2013, 05:43



Dans le vide de son domaine Aequiva observait un mortel. Elle n’avait pas fait attention à sa présence auparavant. Elle savait qu’il existait. Qu’il était la et que son pouvoir fonctionnait correctement sur lui. C’était suffisant. Il ne s’agissait certes pas d’un mortel comme les autres. Il était maître magicien. Mais il était déjà lié à une autre divinité et la déesse des souffrances n’avait donc pas jugé utile de lui rendre visite. Cela aurait sans doute provoqué des conflits qui ne l’intéressée pas. Car cette époque semblait être une de ses époques ou les dieux s’amusent à se chamaille entre eux pour un rien. Aequiva avait toujours trouver cela affligeant et avait toujours fait de son mieux pour se tenir à l’écart de ce genre de petit guerre divine qui ne menait à rien si ce n’est a la destruction du monde mortel. Car bien sûr, c’est toujours sur ce terrain là que ce déroulait ce genre de jeu. Le mortel en question s’appelait Minato et pour une raison qui échapper à la déesse cela faisait plusieurs jours qu’elle recevait des prières de sa part. Pourquoi ? Elle n’en avait aucune idée. Il semblait vouloir se débarrasser d’un mal mais la déesse ne comprenait pas pourquoi il s’adressait à elle alors qu’il connaissait son statut de maître magicien et son géniteur. Il aurait dut se tourner vers ce dernier, même si on pouvait comprendre qu’Edwing ne sois pas forcément quelqu’un vers qui on est envie de se tourner. Dans un premier temps, la déesse avait ignoré ces demandes, craignant qu’il ne s’agisse que d’un piège du dieu de la folie et de la discorde pour la faire rentrer dans un conflit idiot. Aequiva n’avait jamais perdu son temps avec ce genre de chose et elle ne le ferait pas. Elle trouvait déjà déplorable que les divinités se prêtent à ce genre de jeu puéril. Franchement, un dieu se devait d’être supérieur. D’être un exemple. Un dieu n’était pas là pour jouer. Il devait accomplir son devoir pour que le monde tourne rond et pas pour un désir de souffrance, de folie ou d’amusement. Pourtant, malgré son ignorance les prières avaient continué, toujours plus insistante et Aequiva c’était donc intéressé à ce mortel qui vivait en reclus dans la forêt et qui ne semblait pas vouloir en sortir. Elle avait analysé ses souffrances mentales. Il souffrait d’un acte qu’il avait commis, un acte horrible, et il souhaitait mettre fin à ses jours mais il en était empêchée ce qui engendré de nouvelle souffrance. A ce moment, la déesse ne savait pas encore si elle allait descendre pour en savoir plus puisqu’il n’était tout de même pas un simple mortel mais bien un maître magicien voué à devenir immortel, ou si elle allait simplement atténué ses souffrances pour le laisser avancer.

Cette hésitation fut de courte durée quand une douleur physique commença à se faire ressentir chez l’homme et chez la déesse au passage. Une lame qui se plante dans une main. Une explosion sur un torse. C’était douloureux même si la déesse était habituée à ce genre de chose. Avait-il décidé de mourir aujourd’hui ? Non. Il pensait que cela permettrait d’attirer l’attention d’Aequiva et commençait à prier. Elle leva les yeux au ciel. Pourquoi tout le monde pensait-il toujours qu’elle adorait la souffrance. Pourquoi ne voyait-on que le côté mauvais de son existence ? C’était déprimant. Quand à l’idée de lui faire perdre du temps. C’était relatif. Elle était une déesse. Elle était immortelle. Le temps n’avait pas franchement d’impact sur elle. Laissant de côté ce genre d’erreur commune elle décida finalement d’accéder à la requête du maître magicien. Elle allait bien voir ce qu’il désirait et sa légère curiosité serait ainsi comblée. De plus, il s’agissait d’un maître magicien et une rencontre avec lui ne serait donc pas une perte de temps. Il restait le problème d’Edwing qui viendrait peut-être lui casser les pieds car elle avait rendu visite à son maître magicien mais elle n’avait pas vraiment peur de lui et elle n’entrerait pas dans son jeu de guerre stupide. Fermant les yeux, elle disparut simplement du monde céleste pour réapparaître tout aussi simplement devant le dénommé Minato toujours avachis contre un arbre. La déesse était sous sa forme habituel avec ses longs cheveux blancs et les cornes qui la caractérisé temps. Elle portait toujours cette même robe bleutée très simple. Aequiva n’avait jamais aimé faire dans le spectaculaire et cela ne changerait pas aujourd’hui. Sans même bouger la main elle annula la souffrance que venait de se causer l’homme. Bien sûr, les blessures étaient toujours présentent, mais il n’aurait plus mal pour le moment. Elle ne tenait pas à ce qu’il soit déconcentré par cette dernière. Elle laissa bien sûr actif toutes les autres souffrances avant de prendre la parole d’une voix calme.

« Je t’ai entendu Minato, même s’il n’y a nul besoin de se mutiler de la sorte pour m’appeler. Alors soigne-toi car même si tu ne ressens plus la douleur tes blessures sont toujours là. Et explique-moi ensuite pourquoi faire appel à moi alors que tu connais ta qualité de maître magicien et que tu sais ne pas m’être lié. Si tu souhaites mourir, je peux t’accorder cette faveur, mais si elle est uniquement là pour supprimer tes souffrances, elle ne suffira pas puisque après ta mort mortel, tu n’es pas sans savoir que tu deviendras un immortel. Tous tes souvenirs seront conservés et cette souffrance n’est de toute évidence pas physique mais mental. Elle restera donc présente. »

Comme toujours la déesse était le calme même. Immobile. Droite. Elle observait l’homme de ses yeux si caractéristiques et attendait simplement qu’il lui explique ce qu’il désirait et la raison qui le pousser à faire tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Lun 13 Mai 2013, 15:12




Alors que je dégustais joyeusement la douleur qui me tiraillait, je ne fis pas de suite attention. Une seconde, personne ne se trouvait en ma compagnie, celle d’après, la Déesse me faisait face. Je ne sus retenir une espèce de mouvement brusque signalant tout à fait ma surprise. Cela faisait seulement quelques brèves secondes que j’avais effectué ma prière. Jamais au grand jamais je n’avais espéré voir la Déesse arriver ici aussi vite. Pour dire vrai, j’avais même des doutes quant au fait qu’elle viendrait. Mais elle était là. Finalement mes prières avaient été entendues, et cette femme si supérieure avait daignée m’accorder son temps. J’étais sincèrement honoré de me retrouver en face de la grande Aequiva. Alors qu’elle me parlait, mon regard se perdit dans le sien. Elle avait sans le moindre doute aucun les plus beaux yeux que la vie m’avait permise d’admirer. Son visage, sa peau, tout chez elle semblait d’une pureté et d’une beauté si grande qu’il m’en était presque difficile que c’était chose possible. Mais baissais brusquement la tête. Je n’étais qu’un simple maître-magicien, encore dans son enveloppe mortelle, je n’avais aucunement le droit de poser les yeux sur un être si supérieure à moi. C’était presque un crime, je devais me dominer enfin, je ne lui avais pas prié de venir pour la regarder. Alors qu’elle parlait toujours, je réalisais que la douleur avait disparue. Subjugué par la surprise de son apparition, je n’avais pas fais de duite attention au fait qu’elle venait clairement de me priver de ma souffrance physique. Bien malheureusement, seulement celle qui était physique… Obéissant aux ordres d’Aequiva sans y dire la moindre chose, je m’empressais de soigner ma main. Elle avait tout à fait raison, même si je ne souffrais plus de mes blessures, elles n’avaient pas pour autant disparue. Mon pouvoir s’activa, et rapidement, ma main fut soignée. Concernant mon torse, mutilé par la violence de l’explosion, je décidais que cela pouvait attendre. Je veux dire que je ne saignais pas de cet endroit, ce ne serait plus tard que douloureux, mais pas mortel. Et puis, au fond de moi, je voulais continuer de souffrir physiquement pour le mal que j’avais fais par le passé. Je me rapprochais alors très légèrement de la Déesse, et dans le plus grand des respects du monde je m’agenouillais juste devant elle, la tête baissée, car je ne me trouvais en fait pas digne de la regarder une fois de plus.



« Ô puissante Déesse, il est vrai que je ne vous suis pas lié. Mais pour rien au monde je ne ferais face volontairement à mon père. La moindre rencontre avec cet être abject rendrait de toute façon la situation bien pire au final… Je fis une pause, pour ne pas m’énerver rien qu’en pensant à Edwing. J’ai cru comprendre que mon père ne vous… eh bien….je veux dire que…enfin…il ne, vous, aime…pas. Mais pas du tout… Je suis vraiment désolé de dire pareille chose devant vous, croyez bien que ce n’est pas mon cas du tout… Mais voilà, j’ai supposé que s’il ne vous… enfin vous savez… il se peut que vous non plus… »



Je me sentais si faible, si insignifiant. J’avais prononcé mes mots avec une certaine tristesse, mais aussi de la peur, dans la voix. Il est vrai que je ne n’étais pas franchement rassuré par cette compagnie si impressionnante. Il est vrai qu’après ma mort, je serais voué à servir les Dieux, donc à les rencontrer. Mais c’était de toute ma vie ma première rencontre avec une Divinité. Je repris la parole, mais cette fois ci, j’étais bien plus déterminé, et ça devait bien s’entendre.



« Je voudrais que vous alliez voir mon père pour moi. Que vous le fassiez chanter, que vous l‘intimidiez ou quoique ce soit d’efficace. Et cela dans le but qu’il lève sa malédiction. Je ne peux plus vivre ainsi, c’est insupportable, et je ne peux rien faire, je ne peux pas même décider d’en finir, ce serait inutile. Mais je vous rassure, jamais je ne demanderais à une Déesse comme vous d’effectuer un tel travail pour moi gratuitement. Aussi, je vous propose la seule chose que je possède : moi-même. Si vous décidez que cela en vaut la peine et que vous réussissez à me rendre libre de l’emprise de mon père, je vous servirais éternellement une fois que mon heure sera venue et que je deviendrais pleinement maître-magicien. Je suppose que ce n’est pas grand-chose, mais je n’ai rien de plus à vous offrir…. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Aequiva
Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/02/2012

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: [PNJ] Déesse de la souffrance et des peurs - Formatrice des Immortels et Jeune Dieux
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Mer 15 Mai 2013, 06:03


Le maître magicien devant elle était légèrement intriguant dans son comportement. Il était bien plus soumis que les autres. Oh bien sûr, il l’avait observé mais il c’était rapidement détourné et de s’agenouillait après lui avoir obéis sans broncher. Il aurait certes pu faire tout ça pour que ca prière sois exaucé mais Aequiva sentait une certaine sincérité dans cette démarche. C’était intéressant car un jour Minato serait appelé à devenir immortel et il était toujours mieux d’avoir des immortels qui ne tentaient pas de faire n’importe quoi et qui comprenaient leurs places. C’était beaucoup plus simple à éduquer et beaucoup plus simple à utiliser également. On pouvait faire confiance à ce genre d’immortel calme et soumis alors qu’il fallait sans cesse surveiller les autres. Il ne fut pas long à exprimer sa demande et à s’expliquer sur la raison de son appel. Il ne voulait donc pas faire face à son concepteur ce qui était une sage décision quand on connaissait ce dernier et il avait fait appel car Edwing ne l’appréciait pas, ce qui n’était pas non plus une surprise. Quand à savoir les sentiments d’Aequiva pour le dieu de la folie. Il était clair qu’elle ne le jugeait pas comme étant un dieu digne de ce nom. Pour le reste, elle était bien trop divine et ancienne pour se laisser aller à des sentiments mortels. Elle resta donc de marbre devant le pauvre mortel qui semblait si déranger de prononcé ce genre de mots. Comme si Aequiva pouvait réellement être affecté de savoir que certaine divinité ne l’appréciait pas. Edwing était loin d’être le seul dans cette catégorie de dieu indigne qui n’aurait jamais du voir l’existence. Enfin, la demande arriva. Une demande surprenante. Il voulait donc l’utiliser comme messagère, comme négociatrice. Il voulait qu’elle rencontre Edwing pour le faire lever la malédiction qui se trouvait placé sur le maître magicien. Bien sûr, Aequiva aurait put en prendre ombrage. Ce n’était pas une mission digne d’elle. Elle écouta cependant jusqu’au bout. Jusqu’au moment ou le maître magicien lui proposa ses services dans l’autre vie. Un serviteur de plus pour elle, un jouet de moins pour Edwing. L’idée pouvait être tentante, elle devait l’avouer.

Sans bouger, la déesse réfléchissait donc à cette demande même si elle ne laissait rien paraître. Aequiva n’avait jamais été du genre à participer aux quelques conflits divins qui secouait parfois le monde. Elle se tenait toujours à l’écart de ce genre de chose, s’efforçant de continué à faire tourner le monde correctement alors que d’autres s’amusait à des jeux mortels tentant de s’entre tuer alors qu’ils étaient tous immortels. S’amusant avec les humains comme avec des pions dans le simple but de faire mal à l’autre. Elle avait toujours jugé ce genre de pratique pitoyable et avait toujours gardé ses distances. Cependant, elle savait que si elle acceptait la demande du jeune maître magicien à ses pieds elle allait provoquer ce type de conflit. Edwing serait jaloux. Furieux. Et il tenterait de se venger en attaquant les propres protégés qu’Aequiva avait en ce monde. Des protégés qui avaient une importance primordiale bien sûr. Après tout, la déesse s’attachait rarement à des gens pour le simple plaisir. Il y avait toujours un but là dedans. Un but supérieur. Ainsi donc, laissait Edwing approcher ainsi pourrait avoir des conséquences désastreuse. D’un autre côté, elle devait avouer que Minato était intéressant et qu’elle avait réellement envie de le libérer de cette malédiction qui semblait tant le faire souffrir. Elle aurait pu le libérer de la souffrance bien sûr, mais cela aurait été inutile et dangereux. En effet, il n’aurait alors plus de culpabilité pour ses actes et deviendrait simplement un monstre. Edwing aurait ce qu’il voulait et elle ne désirait pas cela.

Elle soupira légèrement. Il semblait qu’elle allait devoir légèrement faillir à ses propres règles pour pouvoir protégé ce mortel là puisque de toute évidence, il était inutile ainsi à se cacher dans la forêt. De toute façon, il lui suffirait de ne pas entrer dans le jeu d’Edwing par la suite. Elle pouvait gérer tout cela. Avec ou sans elle, un nouveau conflit allait de nouveau éclater dans le monde des dieux. Elle le sentait. Et quoi qu’elle puisse faire elle allait devoir s’en mêlait cette fois-ci. Elle frustrerait simplement les autres en refusant de se donner complètement. En refusant de devenir comme eux et de s’attaquer aux mortels. Elle les protégerait comme elle l’avait toujours fait. Quand aux attaques personnelles. Elle n’en avait rien à faire. Ils ne pourraient rien contre elle. Il lui restait cependant un point à éclaircir.

« Comment sais-tu que c’est ce que tu souhaites vraiment ? Ne penses-tu pas que la malédiction prend en partie le contrôle de toi en ce moment. Je crois qu’Edwing apprécierait particulièrement que je sois l’instigatrice de ce petit conflit qui ne manquera pas de naître si j’accepte ta demande. De plus, ton service en tant qu’immortel ne sera en réalité pas un sacrifice pour toi. Après tout, tu es destiné à servir ton père et j’imagine que tu préfères servir n’importe qui d’autre plutôt que lui. Si j’accepte ta demande, cela ne suffira donc pas. Il faudra que tu quitte cette forêt et que tu retournes à la Tour des mages. Un maître magicien ce doit de vivre parmi les humains. C’est son utilité première. Et je pourrais avoir besoin de toi là-bas ou ailleurs… »

Elle n’avait pas encore accepté mais l’espoir était permis. Cependant, la déesse devait bien avoué qu’elle n’avait aucune idée de comment convaincre Edwing de levé une malédiction avec laquelle il devait bien s’amuser. Mais elle trouverait bien un moyen. Il le fallait. Il était en effet hors de question que Minato meurs avec cette dernière. Celle-ci continuerait alors dans le monde céleste et elle ne tenait pas a avoir un immortel fou dans ce dernier. Il y avait déjà beaucoup trop de corruption à son goût. Mais pour le moment, toujours immobile, elle attendait la réponse du mortel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Dim 30 Juin 2013, 10:10


Mes mots prononcés, je baissais un peu plus la tête. Je ne me sentais pas digne, ne serait-ce que de regarder un être si supérieur. Je n’étais qu’un monstre, une erreur de la nature, cela à cause de mon père. Une partie de moi lui était semblable, alors ce serait presque insulter la Déesse que la regarder. Certes, cette vision de la chose était pour le moins étrange, mais il faut dire que la souffrance me fait un peu manquer de jugement parfois. Impassible, la Déesse ne disait rien, elle ne se mouvait pas. On aurait presque dit une statue. C’était impressionnant de réussir une telle chose. Un certain temps se déroula, quand alors Aequiva soupira. Ce ne fut pas ostentatoire, mais c’était troublant. Pourquoi donc avait-elle fait pareille chose ? Etait-ce de ma faute ? La dérangeais-je à ce point ? Rien n’aurait été mieux pour me faire perdre toute confiance en moi. Elle prit ensuite la parole. Le premier point qu’elle exposa était le fait du doute quant à la véracité de la volonté que j’exprimais. Ce qui n’était en soi par bête. Elle qui ne me connaissait pas comme je me connaissais pouvait en effet douter de ce point. La deuxième était bien plus pratique. Elle exprima le fait que simplement la servir une fois que je serais mort n’était pas suffisant. Que de plus c’était même une bonne chose pour moi. Enfin, elle émit la condition, selon l’hypothèse dans laquelle elle accepterait ma demande, que je devrais cesser de vivre en ermite et repartir à la Tour. Que la fin d’un maître-magicien est d’être avec les humains, car le cas échéant il ne sert simplement à rien. Mon estomac se noua à cette idée. Mais il semblait que je n’aurais de toute manière pas le choix si je voulais être acquitté de mon fardeau. La déesse redevint tout aussi immobile. Ce qui cette fois-ci montrait que je me devais de répondre. Ne désirant pas lui manquer de respect, je posais mes mains à terre et courbais l’échine. J’étais la position typique d’une personne suppliant son Dieu. Bien qu’ici ce soit plus une preuve de ma soumission envers elle.


« Je ne cherche nullement à vous manquer de respect ou remettre votre parole en cause. Mais voilà, le fait est que je me connais très bien. Cette partie de moi est une tout autre personne. Avant sa mort, ma mère l’a scellée. Mon père n’a pas la moindre influence sur moi quand j’ai conscience de ce que je fais. Ce n’est le cas que lorsque Hisashi prend le…. »




Mon crâne se mit à chauffer, une affreuse douleur s’insinua dedans. Oh non pas ça… Il prenait le contrôle. Il voulait m’évincer un temps. En temps normal, je ne luttais que peu contre lui. Mais là, je me trouvais en face de la Déesse qui pourrait me libérer de lui. Il était impératif qu’il ne puisse rien lui dire ou rien lui faire. Mes mains s’agrippèrent à mes cheveux et mon visage heurta le sol. J’étais au sol, gémissant de douleur. Je devais lutter, lutter, il en allait de ma vie même. La souffrance commença à s’atténuer. Jusqu’à ce qu’enfin je ne souffre plus du tout. J’avais réussis à me rendre maître d’Hisashi cette fois-ci. C’était en soi déjà une chose hors du commun. Mais l’enjeu en valait la chandelle. Essoufflé, je repris appui sur mes jambes afin de me remettre à genoux. Je risquais un coup d’œil furtif vers Aequiva. Je que ce contretemps illustrait malgré moi ce que je disais plus tôt.


« Je suis sincèrement navré de ce qui viens d’arriver… En ce qui concerne votre condition, j’accepterais. La raison pour laquelle je vis ainsi est justement car je suis maudit. Si ce n’est plus le cas, je n’ai pas besoin de rester isolé. En revanche, je ne sais pas si mon retour sera très bien apprécié par certaines personnes. J’ai fait des choses horribles, tellement que je n’ose pas même les raconter… »


Au souvenir de Lysandraline, et ce qu’Hisashi lui avait fait subir. Je ne fus pas en mesure de répirmer quelques larmes de perler sur mes joues. Je baisais la tête afin que la Déesse ne le voie pas. Mes mains vinrent les essuyer en vitesse. Je n’étais pas là pour me morfondre mais pour faire accepter ma demande à Aequiva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Aequiva
Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/02/2012

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: [PNJ] Déesse de la souffrance et des peurs - Formatrice des Immortels et Jeune Dieux
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Lun 01 Juil 2013, 07:01



Minato courbait l’échine devant elle. Il était clair qu’il ne voulait commette aucun impaire. Il tenait réellement à ce qu’elle puisse exaucer son « souhait » même si cela ne relevait clairement pas de son pouvoir. Il lui expliqua donc que sa folie ne pouvait normalement pas avoir d’influence mineur sur lui. Il devait prendre le contrôle complètement ou pas du tout. Est-ce qu’Aequiva y croyait ? Elle voulait bien penser qu’il ne mentait pas. Cependant, il était possible qu’il ne soit pas complètement au courant de ce qui se passer en lui et que « Hisashi » sache parfois se faire discret. L’illustration même des propos de l’archimage par la tentative de prise de contrôle de son mauvais côté était d’ailleurs de trop aux yeux d’Aequiva. Comme si Minato cherchait à l’émouvoir avec cette vision de la douleur qu’il pouvait ressentir. Malheureusement, c’était peine perdue, Aequiva avait depuis bien longtemps appris à contrôler toutes ses émotions qui ne devait absolument pas la guider dans son choix. La divinité resta donc immobile alors que l’autre tentait semble-t-il de reprendre le contrôle. Minato sembla réussi à gagner ce petit combat contre lui-même et s’excusa avant d’accepter la condition de la déesse. Tout cela semblait beaucoup trop commode. Comme si tout été fait en cet instant pour forcer la déesse à accepter la demande du garçon. Et donc l’obliger à aller Edwing et créer un conflit ou devoir à ce dernier une faveur quelconque. Bien sûr, l’archimage n’y pouvait surement rien est n’était qu’une marionnette des êtres supérieurs mais cela ne justifier par le fait qu’Aequiva fonce tête baisser dans ce qui était sans doute un piège. La divinité resta donc un moment silencieuse en cherchant ce qu’elle devait faire ou non. Puis, après ce long moment de réflexion elle prit la parole.

« Je comprends la douleur que tu peux ressentir à cause de cette malédiction. Cependant, je n’irais pas voir Edwing pour le convaincre de lever cette malédiction. En réalité, mon intérêt pour toi risque de justement le pousser à te tourmenter encore plus. De plus, il serait trop heureux de se servir de toi pour ouvrir un conflit ouvert ce qui n’est pas souhaitable pour ce monde. »

C’était donc à première vu un refus. La chandelle n’en valait simplement pas le prix. Peu importe le coût de la levé de la malédiction il serait sans aucun doute excessif pour la divinité. Le sort de Minato avait beau être difficile, le maître magicien n’était en aucun cas plus important que le reste du monde. La déesse n’avait cependant pas terminé de parler et c’est pour ça que sa voix empli de nouveau l’air autours de Minato.

« Néanmoins, je ne trouve absolument pas productif le fait qu’une telle malédiction t’oblige à te couper ainsi du monde. Tu es un maître-magicien est tu es censé évoluer et faire ta vie ici avant de servir en tant qu’immortel. De plus, un immortel fou ne sera d’aucune utilité dans l’éternité. Pour cette raison, je vais t’apprendre à contrôler cette malédiction. Cela n’est pas impossible. Tu viens toi-même de le faire. Je suis après tout la formatrice des immortels et tu es destiné à devenir un immortel. Il n’y a rien de mal à commencer cet entraînement en avance. Et ce dernier commence par le contrôle de soi-même et de ses émotions. »

Aequiva était en réalité en train d’interprété et de détourner les choses comme elle le désirait. De son point de vue la malédiction de Minato était contre productive. Oh bien sûr, elle savait qu’il en allait différemment pour Edwing mais ce dernier n’était-il pas légèrement fou ? Si un conflit venait à naître elle pourrait sans mal défendre son point de vue. De plus, en agissant ainsi et en « démolissant » le divertissement d’Edwing ce serait à lui de venir la voir et de débuter ce conflit. Ce qui était presque normal en venant de sa part. Elle aurait donc l’avantage et aurait des justifications de son acte. Elle resterait irréprochable. Certes, son raisonnement était complètement tourner dans ce sens et d’autre interprétation était possible mais ca n’avait pas d’importance pour le moment.

« Alors, commençons maintenant tant qu’il me reste un peu de temps. Explique-moi la manière dont se manifeste ce Hisashi. »

Bien sûr, la divinité n’avait pas attendu l’accord de Minato. Il restait tout de même un mortel et n’avait donc pas vraiment le choix d’obéir s’il ne voulait pas énervé la divinité. Aequiva, toujours aussi immobile attendait donc que le maître magicien commence à expliquer. A moins qu’il tente de la convaincre de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parandar
◊ PNJ
◊ PNJ
avatar
Nombre de messages : 1911
Rôle : Représentation physique du STAFF
Date d'inscription : 01/10/2012

Plus sur le personnage
Âge: Naissance du monde
Rôle: Dieu Suprême
MessageSujet: Re: Une demande désespérée [Pv] Mer 11 Sep 2013, 18:22

Bonjour! Ce sujet est-il toujours d'actualité? Prière de répondre avant le 25 septembre s'il vous plaît sans quoi il sera déplacé dans les postes archivés. Merci! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une demande désespérée [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Onzième génération-