___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

{Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Ven 01 Mar 2013, 12:21


J
e n’étais pas encore remit de ma rencontre avec cette fille qui était en réalité… Mon… Âme-sœur. J’avais une âme sœur. Une âme sœur ! J’avais envie de mieux la connaître, d’apprendre à la connaître. Je ne parlais pas de devoir l’aimer absolument, elle était encore trop jeune pour cela. Non, j’ai juste envie d’être proche d’elle, que l’on soit ami. Pour le moment. Qui sait ce que l’avenir nous fera comme cadeau, empoisonné ou non ? J’étais curieux et fasciné. J’avais une âme-sœur… Moi qui pensais qu’en raison de ma malédiction que je n’en aurais pas. Ma malédiction… Ma malédiction m’interdit de tels rapports. Je ne peux pas me lier de cette façon à elle. Ça la ferait souffrir si elle s’attache à moi. Si je mourrais dans la folle quête avec Joy et ses amis…

J’avais donc la tête ailleurs, dans mes pensées. Je réfléchissais activement à tout ceci, à tout ce qui se passera, aux conséquences de mes actes. De ce fait, je ne faisais pas vraiment attention à la direction que prenaient mes pieds. J’avais vaguement conscience que je me trouvais désormais dans le hall du Château. Je n’y étais presque jamais allé, préférant contourner le Château pour y entrer. Je préconisais une certaine… Transparence, et une forte discrétion. Ne pas me faire remarquer, faire profil bas. C’était le plus important. Sortant de mes pensées, je regardais autour de moi. Un haut plafond, des sculptures, des tableaux. Magnifiques. Ce hall était magnifique. Je n’en avais presque jamais vue à vrai dire, mais cela ne pouvait m’empêcher de trouver ce hall déjà très bien.

Mais, mes pensées dérivèrent une nouvelle fois tandis que je traversais le hall. Et si… Et si elle insiste pour faire partie de l’équipe qui ira à Irianeth pour délivrer ma sœur et moi-même … Et si elle mourrait là-bas ? Je ne me le pardonnerais jamais, car j’aurais l’entière responsabilité d’elle. Certes, elle sera plus grande que moi étant donné qu’elle devra être Chevalière pour cette expédition. Oh, comme j’espérais qu’elle ne participe pas ! Ce serait tellement plus facile. Elle serait en sécurité à Emeraude, et moi en danger de mort permanent à Irianeth. Surtout que je me ferais peut-être beaucoup d’ennemis là-bas… Mais je vivrais à Emeraude. Avec ma sœur saine et sauve, dans un corps d’adulte… Je serais un adulte, je grandirais… Je pourrais développer mes pouvoirs ! Je pourrais même entrer dans l’ordre d’Emeraude si mes capacités sont assez grandes. Mais pour cela il fallait que…

Impacte. Je percutais quelqu’un. Je ne saurais dire qui, n’ayant pas regardé devant moi, mes yeux étant tournés dans mon espace intérieur. Avec le choc et la force de l’impact, moi et ma victime tombons à terre. Ma tête percuta le sol avec un petit bruit plutôt inquiétant et mon corps en fut tout engourdit. J’eus du mal à retrouver un semblant de stabilité et je restais couché ainsi pendant quelques minutes avant de m’assoir. Ma tête tournait et me faisait mal. Je devais avoir eut un sacré choc ! J’attendis encore un moment pendant lequel je ne bougeais pas, jusqu’à ce que ma tête cesse légèrement de me faire mal.

Lorsque ce fut le cas, je regardais devant moi la personne que j’avais bousculée. C’était un enfant lui aussi. Mais un enfant qui avait une énergie et une apparence très… Etrange. Je ne l’avais encore jamais vu… Mais il semblait être un habitué du château. Dans ses yeux, je vis de la colère et de l’irritation. Normal, je venais de le bousculer ! Et, étant un enfant, je me doutais qu’il allait être en colère. Je ne savais pas encore jusqu’où sa colère irait.

« Désolé, je ne regardais pas où j’allais… »

Je me relevais lentement et lui offrit de l’aide pour se relever, en lui tendant la main. Allait-il accepter son aide ? Bonne question.


Dernière édition par Timéo le Sam 10 Aoû 2013, 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Sam 02 Mar 2013, 19:00

L'enfant bâilla. Franchement, ce n'était pas du jeu. Au moins, cette fois, il n'était pas perdu, il savait exactement où il allait. Il avait demandé à son Papa s'il pouvait se promener un peu dans le château, pendant qu'il parlait avec Tonton Dyden (communément appelé Hayden par tout le château excepté Raphaël et Jay). Bien entendu, celui-ci avait accepté, et l'enfant avait détallé. Son but initial était de trouver la salle d'armes du château. Là où les grands Chevaliers verts gardaient l'équipement. Il avait terriblement envie de toucher à toutes ces armes dangereuses. Après, il pourrait dire à son frère qu'il avait tenu les épées des plus grands Chevaliers! Bien entendu, Jay serait impressionné. N'est-ce pas? Avec un peu de chance, il pourrait peut-être même subtiliser une dague, pour la rapporter chez eux. Et il pourrait l'utiliser pour menacer son frère si avec ses grands yeux verts et ses cheveux roux ridicules, celui-ci osait lui désobéir. Oui, il fallait absolument qu'il trouve la salle d'armes! Marchant rapidement, muni d'une volonté sans faille, il croisa quelques personnes qui le regardaient en fronçant les sourcils, mais il les ignorait. Il n'allait pas les questionner! Ils lui auraient tous menti en prétextant qu'il était trop jeune pour aller dans cette salle. Ce qui était probablement vrai, mais pour lui, l'âge ne comptait jamais pour rien. C'était la... « tumarité », qui comptait. Oui, la tumarité! Et lui, il était assez tumare pour aller dans la salle des armes! Qui lui avait dit? Personne. Il l'avait décrété lui-même. Un sourire éternellement fonceur illuminait son visage. Il avait hâte d'être capable de sonder les lieux. Tous les Chevaliers en étaient capables! Il serait le meilleur, là-dedans. Il serait le meilleur dans tout. C'était tout aussi simple que ça. Il était déjà le plus grand, le plus fort des futurs élèves! Et il pouvait faire brûler tout le monde, si cela lui tentait. Alors, oui, il serait le meilleur. (Ne vous posez pas de question sur les liens faits par Raphaël, il faut juste... l'excuser et l'ignorer).

Il marchait toujours, la tête haute, ses petits bras se balançant fermement de chaque côté de son corps. Puis il tourna le coin d'un mur et... bang. Non. ENCORE? Si c'était encore cette putain de saleté de peste complètement insupportable, il s'arrangerait définitivement pour la défigurer éternellement, et la faire souffrir du plus qu'il le pouvait. Parce que bon, ça fait MAL tomber sur le sol, se cogner la tête contre la pierre du plancher, et voir des étoiles pendant quelques instants. Et c'était la deuxième fois que cela lui arrivait. La deuxième fois que quelqu'un avait le CULOT de s'en prendre à lui. Il cligna fortement des yeux pour se rétablir une vision précise. Oh. Il ne voyait pas de cheveux noirs. Ce n'était pas le détestable cafard aux yeux dorés. C'était... C'était qui? Quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Mais déjà, sa relation avec Raphaël commençait très mal. Il l'avait bousculé. L'avait fait tombé. Avait volontairement heurté son orgueil. Volontairement? Allons! Non, ce n'avait pas été volontaire, mais le bambin était trop confus/frustré pour s'en rendre compte. Il fixa le blond aux yeux bleus de ses yeux eux-mêmes bleus teintés de rouge. Le nouveau venu pouvait se considérer chanceux de ne pas affronter le regard rouge de Raphy. Car lorsque ses yeux tournaient au rouge, c'était nécessairement lorsque des flammes s'élevaient de tout bord tout côté. L'enfant d'Evan et d'Andréya n'en était pas encore rendu là. Il se contentait d'avoir un air carrément mécontent. Son toupet noir lui cachait un peu la vue, et ce fut grâce à ses oreilles qu'il fut légèrement étonné. L'autre s'excusait. Oh. C'était déjà un changement ça. Il n'aurait probablement pas à le tuer, s'il continuait comme ça. Si l'autre agissait avec tumarité, lui aussi devrait agir avec tumarité. Et ne pas vouloir le tuer. Oui, il avait bientôt quatre ans, après tout! Il vieillissait. Et ses parents ne voulaient pas qu'il refasse comme la dernière fois, avec le cafard. Ainsi, il regarda la main que l'autre lui tendait. Quaaaand même pas. Quand même pas. Il n'était pas FAIBLE. Il pouvait tout à fait se relever tout seul. Il lorgna la main de l'inconnu, et se releva de lui-même.

-T'es élève ou futur élève toi? Quesse que vous z'avez tous à me rentrer dedans? Au moins toi t'es pas sorti d'un mur... et tu m'accuses pas...

Air suspicieux. Ton agressif.

-Tu m'accuses pas hein? Tu sais que c'est entièrement de ta faute hein? Tu sais que c'est à cause de ton... nanattention ...ninattention... nanittention... Bref. C'est pas moi qui suis faible. C'est toi.

Pauvre Raphy. Toujours en train d'attaquer verbalement ou physiquement tout le monde, sans le vouloir. Il commençait déjà à chercher l'autre involontairement, tandis qu'il pensait juste à se défendre. Sauf qu'il n'arrivait pas à se défendre normalement, lui. Il fallait absolument qu'il attaque. Et son expérience avec Zouck était encore trop fraiche à son esprit pour ne pas qu'il pense qu'il était possible de rencontrer quelqu'un d'un peu plus sympathique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Mar 05 Mar 2013, 12:08

L
’enfant se releva sans mon aide. Evidemment. C’était à prévoir. Non seulement l’orgueil et la fierté de l’enfant était touché, mais en plus je me doutais qu’il n’était pas quelqu’un qui se laisse facilement approcher. Surtout pas par un inconnu. J’eus presque un sourire attendri en voyant sa petite bouille. Mais je me retins. Il l’aurait encore plus mal prit – déjà que notre rencontre ne commençait pas franchement bien. Je le regardais donc droit dans les yeux, sans être gêné du fait de leur couleur inhabituel, avec un calme déconcertant. Disons aussi qu’il en fallait beaucoup pour m’énerver. Très beaucoup ! De ce fait, je me faisais … Si, je me faisais quand même des ennemis. Car mon attitude exaspère beaucoup de monde, et donc je me fais des ennemis, comme les enfants du village.

Il prit enfin la parole. Son ton, sa voix et ses paroles me firent sourire. Non, ce n’était pas un sourire moqueur. C’était un sourire attendri. Il était adorable. Malgré la férocité de ses propos et son tact naturel, je ne pouvais décemment pas me fâcher contre lui. Déjà, cela n’aurait pas été mérité étant donné que je suis le seul fautif. Le seul problème est que néanmoins, il a un ton qu’il ne devrait pas employer, un ton qui risquerait d’avoir des répercutions pour plus tard. Il fit une petite pause avant de reprendre sur le même ton agressif que tout à l’heure. Cette fois pour me dire que je ne devais pas l’accuser, car je suis le seul fautif. Je suis d’accord là-dessus. Mais le fait qu’il dise que je suis faible ne me plaid guère. Enfin bref. Il est temps d’éclaircir un peu les choses. Calmement.

« Je m’appelle Timéo, et non je ne suis pas Elève ni futur Elève, je suis sous la protection de l’Ecuyère Joy. Et toi, qui es-tu ?

Petite pause avant de reprendre, toujours sur le même ton calme, posé, et amical.

« C’est vrai, c’est ma faute si je t’ai fais mal, j’étais en pleine réflexion. En clair, c’est à cause de mon in-na-ten-tion, » fis-je en détachant les syllabes pour bien que l’enfant entende toutes les sonorités et ainsi pouvoir le redire bien. « Et je ne suis pas faible. Personne n’est faible. Nous avons juste à un niveau différent. Nous sommes tous différents, mais nous ne sommes pas faibles. Chacun à ses faiblesses qu’il doit affronter. »

Je lui souris affectueusement. Franchement, il était vraiment adorable, même quand il était en colère.

« Il faudrait cependant que tu sois moins agressif envers les autres. Sinon, tu te mettras tout le monde à dos. »

Comment va-t-il réagir ? Je m’attendais déjà à ce qu’il réagisse mal. C’était encore un enfant, c’est normal. Un enfant très fier et orgueilleux je dirais même. Comment va-t-il réagir ? Tant qu’il n’use pas de magie, je laisserais passer toutes les mauvaises choses qu’il pourra dire. S’il m’attaque, je serais obligé de le considérer comme étant un ennemi. Tout ce joue sur lui maintenant, bien qu’il était petit et qu’il ne comprenait pas tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Mar 05 Mar 2013, 14:35

Timéo. Il n'était rien, alors. Sous la protection d'une écuyère? Et bien. Il avait besoin de protection alors? Est-ce que cela voulait dire qu'il était faible? Raphaël ne s'était pas trompé? Le gamin pencha la tête sur le côté. Bon, il lui avait demandé son nom. Il devait répondre? Non, pas immédiatement. Il voulait attendre que l'autre ait terminé de parler. Ce n'était pas bien, de couper les gens. Et puis, voulait-il réellement lui avouer son identité? En quoi est-ce que ça pourrait lui être utile, de savoir son nom? De toute façon, il n'était personne, cet enfant plus vieux que lui. Il n'avait rien à faire de sa vie. Bon, il tirait probablement des conclusions un peu trop rapides. Il continua à l'écouter. Il parlait calmement et doucement. Tout le contraire du cafard. C'était... moins frustrant. La colère que le petit avait ressentie se calma. Il acceptait sa faute. Oh. Par contre, il le corrigeait dans sa façon de parler. Les sourcils du demi-démon se froncèrent. Avait-il fait ça pour se moquer de lui? Oui, bon, il avait eu de la misère avec le mot, mais lui, il n'avait pas le droit du tout de se moquer! Inattention. C'était ça qu'il avait dit aussi! Voyons! Puis il continua en racontant des absurdités sur quoi la faiblesse, ça n'existait pas, que c'était juste des niveaux différents. Le concept était... compliqué à comprendre pour l'enfant. Chacun a des faiblesses? Bein voyons! Il n'en avait pas, lui! Il ne pouvait pas se permettre d'avoir des faiblesses! Il était bien au-dessus de tout cela. Il gardait un air incertain de très sceptique. L'autre souriait. Étrange. Il n'avait aucune raison de sourire non?

Moins agressif. Oh. Si. On lui avait déjà dit. Son papa lui avait déjà dit. En d'autres mots. Mettre les autres à dos? Ça voulait dire quoi ça? Il ne voulait pas porter tout le monde sur son dos! Il était fort, mais pas à ce point. Était-ce cela, sa faiblesse? De ne pas être capable de porter le monde entier sur son dos? Mais...mais... il n'avait que trois ans! C'était normal de ne pas être super fort physiquement non? Un air d'hésitation se peint sur le visage du gain.

-J'peux pas porter tout le monde sur mon dos... C'est ça une faiblesse?!?

Air presque horrifié.

-Mais j'peux pas avoir de faiblesses moi... ze doit être le beaucoup plus moins faible! Toi... toi ta faiblesse c'est d'avoir besoin de Zoy? D'avoir besoin de protection? Pourquoi t'entres pas dans l'Ordre alors? Tu vas avoir moins de faiblesses. Tu vas être à un niveau moins...différent. Parce que là... t'es rien... tu es « Timéo sous la protection de Zoy ». T'as besoin de quelqu'un d'autre pour être quelqu'un? C'est pas bien ça non? À moins que ce soit bien? Est-ce que z'ai besoin de quelqu'un pour être moi? Est-ce que ça rend moins faible d'avoir besoin de quelqu'un? C'est pas l'inverse? Moi ze crois que c'est l'inverse. Faut être moins faible par soi-même. Pas à cause des autres... hein?

Froncement de sourcils accentués. Il avait trop de questions dans sa tête. Il ne comprenait pas du tout, à présent. Mais au moins, il avait cessé d'être frustré. Il balaya ses questions d'un revers de main.

-Moi, ze suis Raphaël d'Émeraude. Fils d'Evan et d'Andréya. Frère de Jay, futur élève de l'ordre des Chevaliers d'Émeraude. Futur moins faible du château.

Il avait un air tout particulièrement sérieux, et ça en était presque comique, malgré l'étincelle de défi qui brûlait son regard. Il regardait l'autre enfant, en attendant sa réaction. Craignant un peu sa réaction, en fait. Il doutait de tout le monde. Voilà pourquoi il avait toujours cet air renfrogné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Dim 10 Mar 2013, 13:00

I
l sembla réfléchir intensément à mes paroles. Je lui laissais donc le temps. Mais très vite, je vis dans ses yeux de l’incompréhension. Evidemment. C’était à prévoir. Il était encore jeune, et très jeune apparemment. Il ne pouvait pas tout comprendre, surtout que je n’employais pas des mots assez simples pour lui. J’oubliais parfois que je m’adressais à des enfants, j’oubliais aussi souvent que j’en avais l’apparence, bien que mon esprit soit plus développé. Tout aurait été plus simple si j’avais été un adulte… Tellement plus simple. Me fondre dans la masse. Être… Adulte, avoir de grandes responsabilités, pouvoir aller à la guerre. Oui, être adulte aurait été vraiment plus simple pour moi. Mais ce n’est pas le cas, alors il faut que j’arrête de m’apitoyer sur mon sort.

Et en effet, lorsqu’il reprit la parole, il n’avait pas compris le sens de « avoir tout le monde à dos ». C’était compréhensible qu’il ne comprenne pas. Il fallait que je revoie mon vocabulaire… Franchement, des fois, je devrais me donner des claques. J’embrouillais plus ce garçon que je ne l’aide à comprendre. Je suis vraiment d’une aide infaillible ! Le gamin n’avait pas besoin de questions en plus dans son esprit. Mais bon, je vais quand même tenter de m’expliquer mieux, avec des mots plus simples pour le jeune homme. La mention au fait que je n’étais rien du fait que j’étais sous la protection de Joy aurait put m’énerver. Au contraire, cela m’attendrit. Il était encore jeune, pourquoi s’énerver ? Bien sûr, lui pouvait s’énerver contre moi, il en avait même le droit. Les actes d’un enfant sont excusables. Les actes d’un adulte, beaucoup moins. Il poursuivit ses questions en se demandant si être sous la protection de quelqu’un faisait que l’on était plus fort, ou au contraire, moins fort. Il est vrai que si l’on était dépendant de la protection et de la force des autres, il ne sert à rien d’essayer d’avancer car on s’enfoncera toujours plus profondément dans ces sables mouvants.

Enfin, après une légère pause et un geste d’impatience et d’énervement tout à fait louable, le gamin reprit la parole pour se présenter. Il était donc Raphaël, fils d’Evan et d’Andréya, frère de Jay – autant de noms que je ne connaissais pas mais je faisais semblant du contraire – et futur élève d’Emeraude. Il devait donc avoir moins de 7 hivers. Je dirais même moins de 5 hivers. Je le regardais dans les yeux. Il semblait sérieux et déterminé. Alors, au lieu de me moquer comme l’aurait fait le gamin lambda, je pris moi aussi un air sérieux et parfaitement calme. Après tout, si ce petit être devait un jour être un homme, autant le traiter comme tel.

« Enchanté Raphaël, je sens que tu deviendras très puissant ! » commença-t-il calmement et avec sincérité – oui oui, il le pensait vraiment ! « Tout d’abord, « se mettre quelqu’un à dos » ne veut pas dire le porter, mais l’avoir pour ennemi. Si tu continus à être aussi agressif, tu te feras pleins d’ennemis, et avoir pleins d’ennemis signifie que tu mourras trop tôt. Ensuite, je ne suis pas un Ecuyer, je ne peux pas rentrer dans l’Ordre, car j’ai un… Petit problème. Si je suis sous la protection de Joy, c’est simplement pour ne pas que des personnes malveillantes ne s’attaquent à moi le temps que je sois au Château, car je ne resterais pas toute ma vie ici, je devrais partir, un jour. Être sous la protection de quelqu’un n’est pas une faiblesse, mais ce n’est pas un avantage non plus. Il faut savoir se faire un bon protecteur pour éviter de mourir, mais il faut aussi savoir se débrouiller par soi-même lorsque l’on est tout seul. »

Ais-je été assez clair et simple ? Je n’en savais rien. Après tout, je n’étais encore qu’un « jeune adulte », je ne savais pas vraiment comment m’adresser à plus jeune que moi. Mais, c’est en essayant et en faisant des erreurs que l’on apprenait non ? Alors, c’est le bon moment pour moi – mieux vaut tard que jamais ! Cependant, avant que Raphaël ne réponde à ma longue tirade, je repris la parole :

« Être méfiant envers tout le monde est bien. Mais, il faut aussi savoir faire confiance aux autres, c’est uniquement comme cela que l’on peut se faire des amis et des alliés. Tu as raison de te méfier de moi, mais saches que je ne te ferais pas de mal, si je le pouvais. »

Voilà, c’est dit. Je ne lui ferais pas de mal, et quelque chose me disait que si j’avais voulut, je n’aurais pas totalement réussit. De toute manière, je n’étais pas quelqu’un de violent. Il fallait vraiment que l’on y aille fort pour me mettre en colère. Que l’on touche à ma corde sensible, qui n’a toujours pas été découverte, et que je n’ai pas l’intention de montrer. Comment va réagir le petit Raphaël ? Bonne question. A-t-il compris ? Aucune idée. Je suis vraiment pas doué avec les enfants, comme avec les filles, c’est indéniable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Lun 11 Mar 2013, 14:25

Raphaël était sur les nerfs, attendant impatiemment la réaction, les dires de cedit Timéo. Paroles qui vinrent directement gonfler son orgueil de gamin, assez intensément. L’enfant redressa les épaule, bombant le torse, comme n’importe quel petit garçon l’aurait fait face à un compliment de cette ampleur. Il allait être puissant. Vraiment puissant. Parce que son Papa et sa Maman étaient très fort! Enfin, pas tant que ça, mais aux yeux rougeâtres du demi-démon, nul ne pouvait dépasser ses parents, et ce, dans tous les domaines. Ils étaient les meilleurs. Et il deviendrait le meilleur. Avec toutes ces pensées simplettes, il écoutait à peine la définition de l’autre garçon sur le « se mettre quelqu’un à dos ». Oh. Ce n’était pas la même chose que «mettre quelqu’un sur son dos ». Comment aurait-il pu le savoir? Pffff! Il n’avait pas à se moquer de lui! Une légère lueur de frustration passa très momentanément dans le regard du demi-démon, qui, néanmoins, remarqua bien assez vite que son interlocuteur avait un air calme. Il était loin de blaguer, ou de se foutre de sa gueule. Bien. Très bien. Chaque petite poussée de colère ou de frustration passagère se rendait de moins en moins sur le baromètre de pression intérieure. C’était rare qu’il arrivait à discuter de la sorte avec quelqu’un d’autre. Même ses sourcils se défronçaient progressivement. Timéo parlait, et il l’écoutait. Pas d’ennemis. Plus facile à dire qu’à faire. Il était impulsif. Et il choisissait ses amis de manière très… sélective. Il n’avait pas besoin d’amis, ni d’ennemis. Tout simplement.
Un «petit problème»? Ah. Qu’est-ce qui pouvait vraiment empêcher un enfant d’entrer dans l’Ordre? À part le fait qu’il soit faible… non, il y avait bien des jeunes qui étaient très faibles dans le château, Raphaël en avait croisé quelques-uns (sans leur adresser la parole, bien entendu) et ils étaient tous «futurs Chevaliers»… enfin, s’ils survivaient à toutes les épreuves. Il partirait bientôt? Ah. Dommage. Dommage? Bah non, pas vraiment. Si ça pouvait l’empêcher d’être faible… Puis il continuant en disant que c’était bien, parfois d’avoir quelqu’un pour le protéger, mais… pas trop. L’enfant aux cheveux noirs plissa les yeux. Il comprenait. Un peu. C’était… quand même complexe à comprendre. Il était probablement mieux de ne pas se faire de protecteur trop… protectif. Pour ne pas dépendre de lui. Cela dit… lui, il avait ses parents! Ça compte comme protecteurs, ça, des parents? La question tournoyait dans sa tête, mais il ne la posa pas immédiatement.

Bon. Être méfiant. Oui c’était bien! Il disait que Raphaël devait se méfier de lui, mais qu’il était inoffensif pour le petit être… bein… tant mieux! Il n’avait pas à se méfier alors! Quoique… le petit bout d’homme avait toujours tendance à rester suspicieux. Et les dires du jeune homme n’y changeraient rien.

-Est-ce que c’est à cause de ton problème qui faut que je me méfise de toi?

Le petit démon d’approche et tâte le bras de Timéo, avant de rabaisser sa main et de regarder les yeux de son interlocuteur. Puis, comme si toutes ces questions avaient été balayées de son esprit, il sourit d’un air presque adorable, et sautille sur place :

-Montre moi la zalle d’armes! Avec tous les zépées et… et les zépées! Tu sais c’est où? Je voulais pas le demander à quelqu’un, mais toi… toi t’as l’air bien! Tu vas m’aider hein?

Wow. Raphy complimentant quelqu’un? Il n’avait pas dû s’en rendre compte. Certainement. Il agrippa la main de cette personne qui parlait vraiment trop et la tira dans une direction, d’un pas décidé, avant de s’arrêter au bout de deux mètres, l’air penaud.

-Ze sait vraiment pas c’est où… C’est mieux de pas avoir de protecteur alors? Toute manière, j’comprends pas comment quelqu’un voudrait protéger quelqu’un d’autre… ‘veux dire… y’a pas d’avantage à faire ça! C’est prendre un risque de le rendre faible, pas de l’aider, non? Puis… à part pour se sentir mieux… aider c’est inutile…

Bon, une autre question controversée. Le gamin était d’un naturel égoïsme, et il n’avait aucunement honte de l’avouer. C’est qu’il ne se rendait pas encore compte que c’était vraiment mal. Pour lui, c’était juste normal de se faire passer devant tout. Pourquoi se creuser la tête pour quelqu’un d’autre?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Sam 23 Mar 2013, 07:20

L
e petit Raphaël me regarda, toujours aussi méfiant et suspicieux. Je sentais cependant que j’avais réussi à lui faire comprendre les explications de tout à l’heure. C’était déjà un bon point ! Mais il ne me faisait toujours pas confiance. Normal ! J’avais l’impression que ce petit garçon était d’un naturel méfiant, gagner sa confiance ne devait pas être facile. Je l’observais de bas en haut. Oui, son apparence en elle-même étiat étrange, et devait inciter les autres à la méfiance et à la méchanceté. La méfiance du petit être avait donc dut être instinctif. Tant mieux pour lui ! Au moins il risquait moins de se faire avoir par des personnes mal intentionnées. Mais, il risquait aussi de passer à côte de belles amitiés. Il était encore jeune, il avait le temps !

Il me demanda alors si c’était à cause de mon problème s’il devait se méfier de moi. Non, pas tellement à vrai dire. Il est vrai que le fait que je ne grandisse pas n’était pas rassurant, et donc les autres ont tendance à se méfier de moi. J’eus même droit à une appellation plutôt marrante ! L’enfant du Mal. J’étais l’enfant du Mal, disait un gosse d’un village de Turquoise. Ces gens-là étaient naturellement doués pour les suspicions et les croyances bizarres. Je n’y étais resté qu’une semaine, et je m’étais juré de ne plus y retourner ! Mais alors que j’allais lui répondre, une réponse que j’avais moi-même du mal à formuler dans mon esprit, le petit garçon reprit la parole.

Il voulait que je lui montre la salle d’armes. Oula ! La salle d’arme, à son âge ! Hm, j’espérais qu’il ne ferait pas de bêtises si je l’y emmenais… Devais-je l’y emmener ? Bonne question. Il enchaina sur le fait qu’il ne voulait pas le demander à d’autres personnes, mais que moi j’avais l’air… Bien ? Ah, cela voulait-il dire que d’une certaine manière, il me faisait confiance ? Son compliment me fit sourire, mais pas de moquerie. Un sourire franc. Il sautillait et semblait euphorique. Il en fallait peu pour qu’il change de sujet dis donc ! Et il lui en fallait peu pour le réjouir aussi.

Soudain, il m’agrippa la main et m’entraina à sa suite en direction d’un couloir, mais s’arrêta soudainement, avec un air indécis sur le visage. Il n’avait même pas besoin de s’expliquer pour que je comprenne. Il ne savait pas où était la salle d’arme ! Je m’attendris de nouveau devant sa bouille toute mimi. Mais il ne me laissa pas le temps de parler qu’il me posa des questions sur le fait de n’avoir ou de ne pas avoir de protecteurs. Il ne comprenait pas non plus pourquoi une personne voudrait en protéger une autre. C’était une bonne question qu’il me posait là, surtout si l’on prenait en compte le risque de dépendance et donc de rendre faible la personne protégée. Hm. Comment pourrais-je lui répondre ? Peut-être en lui faisant part de moi. De moi et de mon envie de le protéger lui. Car, il faut dire qu’il est tellement adorable que je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir le protéger. Alors, par où commencer ?

« Protéger quelqu’un est bien comme pas bien. Il faut juste trouver un milieu. Protéger une personne tout en lui laissant de l’indépendance. Lorsqu’une personne veut en protéger une autre, c’est tout simplement car elle l’aime beaucoup, car ils sont amis. Ou tout simplement, car on en a envie. Par exemple, moi, j’ai envie de te protéger car tu es adorable et innocent. »

J’haussais les épaules, naturel. Pour moi, la question de protéger quelqu’un était rapide à répondre. On en a envie, ou l’on n’en a pas envie. Entre amis, on s’entre-aide. Dans un couple aussi. Les parents veulent obligatoirement protéger leur parent. Et d’autres personnes veulent simplement protéger d’autres personnes pour les aider à devenir plus forts, justement. Est-ce que Raphaël acceptera ma protection ? J’en doutais fort. Fier comme il était, il rejettera ma protection car il voudra s’occuper de lui tout seul. Mais, de toute façon, qu’il le veuille ou non, je le protégerais !

« Je veux bien te montrer la salle d’arme. A une seule condition ! Pas de bêtises avec les armes ! »

Puis je pris les devant, entrant dans un couloir. Je marchais calmement, et je pouvais entendre distinctement les pas de Raphaël qui me suivait. Oh, je savais déjà qu’il ferait des bêtises avec les épées, mais bon, je voulais lui faire plaisir. Et, s’il faisait des bêtises… J’utiliserais mon pouvoir pour lui arracher les armes des mains et le forcerais à partir. Je savais qu’il avait des pouvoirs lui aussi, je ne savais pas encore quels étaient ces pouvoirs, mais j’espérais seulement qu’il n’aurait pas l’idée saugrenue de m’attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Sam 30 Mar 2013, 20:11

Oh non, encore une réponse vague! Bien, comme pas bien... Et comment est-ce qu'il devait assimiler ça, lui? Un juste milieu. Plus facile à dire qu'à faire. On lui avait déjà dit, à Raphaël, qu'il devait également balancer, en quelque sorte, ses émotions. Il en était complètement incapable. Alors, faire un juste milieu entre protéger quelqu'un ou peu... au pire, il ne protégerait personne. Ce serait beaucoup plus facile. Protéger quelqu'un parce qu'on l'aime? Bein voyons! Le bambin aimait son papa et sa maman, mais il n'allait pas les protéger pour autant! De toute façon, Andréya et Evan étaient invincibles, c'était bien connu de tout. Quant à Jay et Edmund... les protéger? Non. Il ne protégerait jamais son frère et la petite vermine rousse qui les suivait tout le temps. Enfin, c'était ce qu'il se disait, ce dont il était persuadé, mais en fait, il avait bel et bien tendance à être possessif envers ces deux « choses » qui lui appartenaient, et si quelqu'un touchait à son petit frère, il se faisait cramer. C'était juste, juste lui qui pouvait s'en prendre à son jumeau. Et à Mumu. Mais ce n'était pas de la « protection ». Plus de la « possessivité ». Ce qui n'était pas tout à fait illégitime non plus. Timéo rajoutait qu'on pouvait juste avoir « envie » de protéger quelqu'un. Et il le pointa en exemple. Heu... quoi? Adorable? Innocent? Innocent? D'une certaine manière, Raphaël se sentit un peu mal, limite frustré, quand l'autre lui dit ça. On disait souvent de Edmund qu'il était adorable. Qu'il était innocent. Mais il était terriblement faible aussi!!! Est-ce que lui aussi était faible? OH QUE NON! Alors, le protéger parce qu'il était adorable et innocent... ça ne va pas la tête? Le gamin afficha un air carrément scandalisé. L'autre enfant était peut-être moins intelligent qu'il le pensait, finalement. Lui, il était un démon. Il ne pouvait pas du tout être adorable. Et encore moins innocent! Innocent c'était... c'était indigne, c'était ne pas être au courant des réalités du monde, c'était vivre dans une bulle de confort. Lui, lui il n'était pas du tout innocent! Il était très intelligent! Très aux courants des réalités! Innocent... tssss. Non. Non, pas du tout. Et adorable... Non plus. Il n'était rien de cela, parce que c'était négatif.

Il haussait les épaules, comme si ce qu'il venait de dire n'était pas une infamie, une attaque odieuse et directe à la crédibilité du petit garçon aux cheveux noirs. Même si à ce moment-là, Timéo accepta de le guider à la salle d'armes, l'enfant gardait les sourcils froncés de désaccord, et boudait définitivement son nouveau « copain ». Il. N'était. Pas. Faible. Et il le lui prouverait bien. C'est pourquoi il suivit le jeune homme tranquillement, tandis que son cerveau roulait à une vitesse particulièrement élevée. Il se préparait un plan. Un plan de génie, pour prouver à l'autre qu'il n'était si adorable, si innocent. Pas de bêtises avec les armes hein? Tant mieux s'il croyait qu'en être « adorable » et « innocent », il allait l'écouter. Il lui prouverait le contraire.

Bien rapidement, ils arrivèrent à ladite salle d'armes. C'était...grand. Super étincelant, de par les vingtaines d'armes accrochées un peu partout. Vingtaine? Que dis-je! Il y en avait bien plus! Immédiatement, l'enfant se précipita sur l'une d'elle, une épée courte à la garde incrustée de petites pierres, qui était plus petite que lui. Sans ménagement, il prit le manche à deux mains, et, comme un vrai petit Chevalier, pointa le bout de l'épée vers Timéo. C'était...lourd. Vraiment très lourd. Mais il allait lutter. Parce qu'il n'était ni faible, ni adorable, ni innocent.

-Ze suis le Schevalier Raphaël d'Émeraude. Ze suis le plus fort de l'Ordre des Schevalier d'Émeraude. Toi tu es Timéo, le messant sorcier de Raneth.

Bon, Irianeth, Raneth, c'est la même chose. Et Raphy avait tendance à se laisser influencer par son frère qui articulait encore moins que lui, et qui inventait toujours plein de mots... alors bon... Pour ponctuer son discours, il attrapa d'une main un casque mis sur un promontoire, et se l'enfonça sur le crâne. Il ne voyait plus rien, mais bon, ça, ce n'était qu'un détail. Il faut dire que la visière lui arrivait presque au nez, aussi... alors pour les yeux, c'était peine perdue.

-Tu dois mourir pour tes crimes, Timéo, et pour avoir dit que z'étais adorable et innossant. Moi, ze suis un Démon. 'suis pas adorable, pas innossant. Aller, bats-toi comme un homme, veeermine...

Il fit valser l'épée dans les airs, la tenant toujours à deux mains, tandis que le feu d'une torche allumée, non loin de là, doublait de grosseur, en réaction à l'excitation et l'étrange frustration que ressentait Raphaël. Il envoyait des coups un peu partout, sans savoir vers où il frappait, exactement. Au fond... la scène était effectivement mignonne. Mais il ne fallait surtout pas lui dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Lun 08 Avr 2013, 14:45

N
ous arrivâmes enfin, après une promenade aussi longue que silencieuse, à la salle d’armes. J’ouvris les portes en grand, et observais les alentours. Pas de gardes, ni de chevaliers. Bien, nous ne serons donc pas dérangés. La pièce était immense, peuplée de nombreuses armures et armes en tout genre. J’étais déjà venu ici par simple curiosité, pour observer et étudier les différentes armes que proposaient Emeraude. Seulement, je ne pus aller au bout de mes investigations qu’un Chevalier ou soldat peu importe, a pénétré dans la salle. Je m’en suis sortis, de peu. C’est pourquoi cette fois-ci je devais redoubler de vigilance. Autant le petit Raphaël pouvait s’en sortir, étant un futur Elève, autant moi qui ne suis rien… Je risquais d’être mal vu.

Avant même que je ne puisse me tourner vers le garçon que celui-ci s’est élancé vers la première arme à sa portée. Je ne pus m’empêcher de sourire tandis que le gamin prenait une épée à deux mains, mais mon sourire disparut bien vite, car je commençais à bien connaître le petit. Et sourire alors qu’il était si sérieux… Il n’apprécierait sûrement pas ! Fronçant les sourcils, je me retins de sourire de nouveau tandis que Raphaël se donnait un air féroce bien que cela se voyait qu’il luttait pour tenir son épée droite.

Il lança alors une petite phrase de guerre, si on veut. Il se dit Chevalier d’Emeraude, et s’enorgueillit d’être le plus fort de l’Ordre. Franchement… Je n’ai jamais autant eut de mal à ne pas sourire devant la scène. Cependant, lorsqu’il me traita de sorcier d’Irianeth – pour jouer bien sûr – mon sourire disparut et une ombre passa sur mon visage. Sorcier… Cela me rappelait de douloureux souvenirs. Et une haine abyssale contre Irianeth et ses sbires. Ils paieraient tous… Pour avoir osé toucher à ma sœur… Pour avoir osé me retenir prisonnier de ce corps… Un éclat meurtrier qui contrastait avec mon visage d’ordinaire serein jaillit de mon regard. Je ne pouvais pas en tenir rancune au petit homme pour la comparaison, il ne savait pas à quel point le terme « Sorcier » me faisait frémir de haine. C’est pourquoi je pris une profonde inspiration tandis que le jeune « Chevalier » s’enfonça un casque sur sa tête. En temps normal, j’aurais trouvé cela encore plus adorable, tellement le casque engloutissait son visage. Mais j’étais trop énervé pour cela.

Avant d’attaquer, le petit Raphaël expliqua ses raisons pour vouloir m’attaquer. Car il n’était ni adorable, ni innocent. Car il était un Démon. Oh. Un Démon. Bah tiens. Qui a dit que les Démons devaient systématiquement être méchants et vilains ? Ha, il était encore jeune. Il ne pouvait très certainement pas tout comprendre. C’est après m’avoir ordonné de me battre contre lui qu’il commença à donner des coups… Dans l’air. J’aurais pus rester à ma place, il ne m’aurait pas touché d’un millimètre. Mais je décidais de prendre quand même une petite distance avec lui. On ne sait jamais, un enfant si impulsif peut vous réserver des surprises.

Le voir se démener pour me tailler en pièce eut tôt fait de faire taire ma haine. J’aurais bien aimé pouvoir me défouler cependant. Mais je ne le pouvais pas. Pas maintenant. Suite à ma rencontre avec le petit homme, j’irais sûrement m’entrainer à en saigner à la salle d’entrainement. J’avais grand besoin d’évacuer toute ma rage… Mais l’heure n’était pas de ruminer ses arrières pensés. Le petit Chevalier réclamait de pouvoir me tuer. Mais ses coups aléatoires pouvaient être dangereux, autant pour lui que pour les choses qui l’entouraient. Je dis à plusieurs reprises faire un barrage de liane pour l’empêchait de faire des bêtises, faisant passer cela pour des coups que je lui aurais infligé. Puis, après un petit sourire amusé, je décidais qu’il était temps de mettre un terme au « combat ».

Faisant exprès de tomber à terre en faisant de grands bruits, je pris un air contrit et souffrant, jouant impeccablement la comédie pour lui faire plaisir. Ah, ce que l’on était prêt à faire pour un petit poussin !

« Ha ! Ha je me rends, ô grand Chevalier ! Tu es bien trop fort pour moi… Je ne dirais plus que tu es adorable, ou encore innocent ! »

Feignant la douleur, je restais à terre, regardant en fronçant les sourcils la où devrait se trouver les yeux du petit homme, me demandant comment il allait réagir. Oh bien sûr, je disais qu’il n’était pas adorable ni innocent, mais je n’en pensais pas moins ! La seule chose que je redoutais était s’il avait l’intention de… Me tuer. Impulsif et insouciant comme il est, il voudra sûrement jouer jusqu’au bout. Heureusement j’avais quelques atouts dans ma poche… Je pouvais très bien faire pousser une liane pour faire barrage – mes autres tentatives magiques avaient été si rapides et insignifiantes que je n’étais que très peu épuisé – ou je pourrais tout aussi bien rouler à terre pour éviter le coup. Cela reste donc à voir ! En espérant qu’il ne fasse pas de bêtises rameutant des adultes…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Mer 24 Avr 2013, 08:31

Le fait que l’enfant ne voyait absolument rien faisait tourner son imagination à cent mille à l’heure. Soudainement, il était sur un champ de bataille, avec des dragons cracheurs de feu autour de lui, qui décimait les autres Chevaliers. Bientôt, il ne resta que lui. C’était lui, le dernier espoir de l’Ordre d’Émeraude. Le seul qui pouvait empêcher les monstres d’Irianeth de s’emparer de… Turquoise tient! Les autres avaient fui. Peut-être que Lyra avait sonné la retraite, il ne l’avait pas entendu. Et de toute façon, il s’en foutait. Il savait qu’il était capable de vaincre le vilain sorcier qui contrôlait les reptiles ailés. Il reculait déjà devant lui. Raphaël sentait qu’il hachait des choses, et s’imaginait bel et bien blesser le vilain sorcier (même si c’était en réalité les lianes de Timéo, qu’il fauchait sans remords). Bientôt, l’épée se fit de plus en plus lourde et le gamin peina à continuer ses gestes héroïques si puissants. Pourtant, il n’abandonnait pas. Mais dieu qu’il faisait chaud, à l’intérieur de ce casque d’acier! Ses cheveux commençaient à le gratter et il eut la furieuse envie d’enlever le heaume pour faire cesser la désagréable démangeaison . Mais il n’avait pas le temps! Il devait se débarrasser du méchant menaçant. Il continuait donc à lever l’arme, et l’abaisser un peu partout, alors que la sueur commençait à perler sur son front. C’est qu’il était coriace, cet ennemi! Sauf que lui, Raphaël d’Émeraude, demi-démon, fils d’Evan et d’Andréya, Chevalier émérite, l’était beaucoup plus!

Un grand bruit, typique d’un corps heurtant le sol attira son attention, et le gamin sut enfin qu’il avait eu son ennemi. Déposant l’épée par terre, il enleva le truc qui lui cachait les yeux pour observer sa proie gémissante. Un sentiment extrêmement agréable de supériorité l’envahit. Son orgueil était sur le point d’exploser. Il laissa tomber le casque sur le sol, qui déclencha un bruit métallique dans toute la salle, alors que l’enfant dont les bras tremblotaient de fatigue reprenait l’épée. La redressant, il s’accota contre celle-ci, avec un très grand sourire au visage, alors que le méchant sorcier disait qu’il se rendait. Il était trop fort. Et il précisa qu’il ne le qualifierait plus d’adorable ou d’innocent. Bien! C’était une bonne chose. Mais qu’en était-il des dragons qui volaient autour, sur le champ de bataille? De ces bêtes qui continuaient à tuer ses camarades de combat?

-Rammène tes dragons, vilain sorcier! Abadonner le siège de Turquoise, vous pourrez jamais gagner! Raneth perdra toujours!

Il s’accroupit à côté du sorcier.

-Je devrais-tu brûler ta carcasse? Ou la laisser pourrir pour que tes dragons te mangent?

Rassemblant ses forces magiques, il emmena une petite boule de feu provenant d’une des torches qui éclairaient la salle. Malheureusement, sa maitrise de ce pouvoir étant assez pitoyable, la flamme s’éteint en cours de route. Il n’était pas assez…frustré pur pouvoir la garder en vie. Hmmm.

-Bon. ‘vais laisser ton corps pourrir. C’est tout ce que tu mérites pour l’mal que t’as fait.

Il avait l’air toujours mortellement sérieux. Son cœur battait très fort, mais commençait à s’apaiser progressivement, comme son corps fatigué ne faisait plus d’effort. Ses yeux papillonnèrent et il s’assied sur le sol, pour regarder le vilain.

-T’sais, c’est pas bien de tuer des gentils…

Autour de lui, le champ de bataille se dissipait progressivement, et les traits torturés du sorcier d’Irianeth se transformait progressivement pour laisser place à ceux de Timéo. Raphaël sourit.

-Coucou Timéo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Mer 26 Juin 2013, 12:51


R
aphaël. Un petit être intéressant. Dans la comédie où j’étais en train de mourir, je ne pouvais que m’interroger sur l’identité de cet enfant. Il est le fils de personnes que je ne connaissais pas, mais que je me doutais être de puissants guerriers. Pourquoi ? Tout simplement en regardant leur enfant. Je pouvais presque voir la puissance du jeune homme. Il deviendrait certainement très fort dans l’avenir, et il devait probablement tenir cette puissance de ses parents. Je devais retenir ces noms… Andréya et Evan. Pourquoi les retenir ? Car, j’aimerais beaucoup les rencontrer. Enfin… Je les rencontrerais plutôt lorsque je me serais délogé de mon fardeau. Ma malédiction. Si j’y arrivais. Une ombre passa devant mes yeux, ombre que Raphaël ne semblait pas. Il était tellement dans son jeu qu’il ne voit absolument rien, et c’est une bonne chose. Comme une mauvaise, si jamais je voulais interrompre ce jeu avant qu’il ne soit trop tard ! Il y avait une possibilité que je ne pouvais écarter. Celle que je ne revienne jamais du Continent Noir. Je pourrais dire adieu à Arika, à Joy, à Raphaël – que je me suis pris d’affection – et d’autres personnes uniques que j’appréciais. Mais eux ne sauront peut-être jamais. Que je suis mort. Avais-je peur de mourir ? Très franchement, il faut être un sot, ou un fou, pour ne pas avoir peur de mourir. Surtout lorsqu’on aimait des personnes auxquelles on ne voulait pas se détacher, et qu’on ne voulait pas leur créer de la peine. Il fallait que je devienne fort… Pour eux.

Le petit être me parla alors. Tiens, j’avais des Dragons avec moi ? Je devais être un puissant sorcier dis donc ! Mais… Les grands Dragons, ça ne devait pas courir les rues. Est-ce qu’Irianeth en avait ? Des Dragons… Sûrement que oui. Mais avait-il des puissants Dragons, énormes et capable de réduire un château en miette sans problème ? Je ne savais pas. Et… Cette éventualité m’effrayait un peu. Que mes ennemis possèdent de telles armes, de tels fléaux… Est-ce qu’Enkidiev survivra à de telles attaques ? Certes, ce n’est pas la première fois qu’il a vaincu des Dragons. Mais ce n’était pas des Dragons adultes, pour la plupart… Mais, dans un sens, ce sont des créatures magnifiques. Je me surpris à vouloir en posséder un. Je ne pourrais certainement pas. Il fallait le nourrir, l’éduquer pour qu’il vous obéisse et qu’il ne tue pas n’importe qui. Une certaine admiration pour le Continent Noir pointa le bout de son nez dans mon esprit. Car ce sont eux qui élèvent ces créatures, donc ils doivent tout de même avoir un doigté et un savoir-faire hors du commun ! Bref. Cessons les divagations.

Lorsque Raphaël émit l’idée de me carboniser, j’eus une légère… Mimique. Qui tordit mes lèvres. Il avait l’air si sérieux que ça faisait presque peur ! Quoi ? Est-ce que cette mimique était de la peur ? Non. Plutôt de l’appréhension. Est-ce qu’il avait vraiment l’intention de me tuer ou est-ce qu’il ne faisait que jouer ? Très franchement. Dans les deux cas. Je préfère que les Dragons me mangent ! Cependant, lorsque je vis la petite boule enflammée s’approcher de moi et du « soldat », je ne pus m’empêcher d’être émerveillée par la chose. Ainsi, il contrôlait le feu… C’était intéressant. Devrais-je me méfier ? Car, il voulait quand même me brûler vif là ! Mais… Non. Déjà car c’est une minuscule boule de feu. Ensuite, car elle s’est éteint en cours de route. Observant les traits de l’enfant, je fronçais les sourcils. Il avait l’air de devoir canaliser ses émotions négatives pour créer sa boule de feu. Hm. Ce n’était pas une bonne méthode. Il risquait plus de s’autodétruire qu’autre chose. A moins que cette frustration n’était dut qu’au fait que son tour de magie n’a pas marché… Il fallait vraiment que je parle à ses parents. Je pourrais découvrir des choses intéressantes.

Le fait qu’il décide finalement de me laisser pourrir me fit sourire. J’étais vraiment amusé. Par toutes les mimiques du petit personnage. Non seulement il me distrayait mais en plus j’en apprenais de plus en plus. Je restais tout de même couché au sol. Pourquoi ? Car… Quelque chose me disait que le jeu n’était pas terminé. Bref. Je restais couché, et j’observais le petit homme s’asseyant à côté de moi. Son sérieux était… amusant. Pas dans le sens que je me moquais, juste que cet air n’allait pas du tout avec son âge et son physique, alors le tout donnait un résultat assez spécial qui me fit sourire. La phrase qu’il me sortit alors me surprit beaucoup tout de même. Il ne fallait pas tuer les gentils ? J’étais plutôt d’avis qu’il ne fallait pas tuer tout court. Mais la candeur et l’innocence de cet enfant me retint de rétorquer autre chose. Il ne pouvait pas comprendre. Il était trop jeune. Chaque être a une motivation qui lui est propre. D’où le fait qu’il y ait deux camps opposés. Qui sont les gentils ? Je n’irais pas jusqu’à dire qu’Enkidiev est le méchant de l’histoire, il ne fait que se défendre pour garder ses terres. D’où la nécessité de tuer. Mais ils ne sont pas non plus les gentils. Car, autant des méfaits sont commit de la part d’Irianeth, autant Enkidiev n’est pas complètement blanc. Certaines personnes sont tellement aveuglées par la vengeance ou autre qu’ils sont prêts à faire n’importe quoi pour faire souffrir le camp adverse. Raphaël sera obligé de tuer, dans l’avenir. Il y prendra peut-être plaisir, lui qui qualifie les soldats rouges comme les méchants. Et puis, le jeu auquel j’ai été confronté montre bien que son âme est noire. Il aimera sûrement tuer, et faire souffrir. Sauf s’il a les bons mentors… Quant à dire si je suis un bon mentor, cela reste à prouver. Je n’étais qu’un enfant à ses yeux, donc je n’ais pas les autorités qu’il faut pour me faire respecter de lui ou tout autre chose, il aura tôt fait de vouloir me carboniser à nouveau par excès de rage. Je pouvais encore devenir son ami. Si ce n’est pas déjà fait.

Le sourire qu’il m’adressa me réchauffa le cœur. Certes, il avait l’air d’aimer la violence, mais il restait un enfant naïf et, il faut le dire, adorable. Laissons le futur là où il est, et profitons du présent, tant qu’il est tout jouli et tout rosie.

« Coucou, petit soldat. »

Je l’observais un moment. Il avait l’air épuisé par tous ses efforts, mais satisfait de lui-même en même temps. C’était mignon à voir. Dire que plus tard… Oh ! J’ai dis précédemment que le futur devait rester où il est ! Donc, stop les avancés dans le temps. Est-ce que si je lui ébouriffais les cheveux il le prendrait bien ? Il est assez impulsif comme garçon, et légèrement sang-chaud. Hm. Je devrais éviter. Pour le moment !

« Tu t’es bien battu, tu sais ! » continuais-je alors.

Bon, sachez que je ne fais que flatter son égo ! Ego qui, je l’ai remarqué, lui tint beaucoup à cœur. Et puis, ce n’était pas un véritable mensonge !

« Tu sais, si tu le veux bien sûr, je pourrais t’aider à t’entrainer. Cela te donnera une excuse pour pouvoir utiliser des armes, et en même temps tu pourras devenir plus fort ! »

M’asseyant à mon tour en tailleur, je l’observais avec sérieux. Oui, j’étais tout à fait sérieux dans mon offre. Certes, je n’étais pas le modèle de la personne forte et intègre qui peut se permettre de donner des leçons, mais je pourrais tout de même l’aider sur certains points. Comme le contrôle de sa colère par exemple ! Mais… Avant qu’il ne formule une réponse, j’enchainais avec un sourire :

« Oh ! Et… Je peux t’appeler Raphy ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo
#Raphaël

avatar
Nombre de messages : 65
Rôle : Chevalier d'Emeraude [PNJ]
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 38 - 43 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Jeu 25 Juil 2013, 00:47

La bagarre était terminée et Timéo était revenu. D'ailleurs, celui-ci le salua un peu de la même manière que lui l'avait fait. Satisfait du combat, Raphaël souriait toujours. Le mieux, LE MIEUX, c'est que Timéo le félicita! Il lui disait qu'il s'était bien battu! Bien qu'il en était parfaitement conscient, le fait que des yeux extérieurs le remarquent était particulièrement flatteur! Souriant un peu plus, le bambin, bien qu'assis sur le sol, bomba le torse. Arf, c'était plus dur de faire le fier en étant fatigué comme ça! Mais il avait vaincu le sorcier, alors il avait le droit d'être un peu fatigué. Juste un peu. Tant qu'il ne le montrait pas trop à ce semi-étranger à la drôle de couleur de cheveux. Semi-étranger? Bah si! Après tout, il lui avait beaucoup parlé, à Timéo! Peut-être qu'il n'était plus TANT un étranger. C'était étrange comme sensation. De communiquer et de QUASI apprécier quelqu'un d'autre que sa propre famille. Bon, disons qu' « apprécier » n'était pas vraiment le bon terme. « Tolérer » était plus réaliste. Il tolérait Timéo. Timéo qui, d'ailleurs, lui offrait... Quoi? De l'aider à s'entrainer? Vraiment? Sans blague? M-mais... il n'avait besoin de personne! Tsss, quelle idée stupide! Stupide, mais... oui, il pourrait utiliser des vraies armes, sans avoir à se cacher. Son père n'aurait rien à dire contre! Mais il devrait peut-être demander à sa mère. Au cas où elle ne serait pas d'accord. Mais si c'était pour qu'il devienne plus fort, elle serait certainement d'accord! Parce qu'il devait devenir fort comme elle, et comme Evan. C'était certain que demander l'aide d'un autre enfant n'était peut-être pas l'idée du siècle, mais aucun Chevalier d'Émeraude n'accepterait de prendre un futur élève sous son aile. Aussi doué soit-il, comme l'était, bien évidemment, Raphy. Accepter, refuser? C'était compliqué à savoir. Il n'arrivait pas à prendre de décision. Sa fatigue ne l'aidait pas non plus. Il devait se concentrer et penser convenablement. Peser les pour et les contres de se faire entrainer par un gamin de 12 ans...

Raphy? La question le prit au dépourvu. Le demi-démon leva la tête, les sourcils froncés. Se faire appeler Raphy... Seuls son frère et Mumu l'appelaient Raphy. Et ses parents, parfois. Alors... permettre à cet étranger de l'appeler Raphy? C'était la pire des colles qu'il aurait pu lui poser. Il hésita, laissant même un long « Hmmmmmmmmmm »  s'échapper d'entre ses lèvres, signe évident de sa contrariété. Il fixa longuement le garçon avec ses yeux bleus-rouges. Généralement, ceux qui l'appelaient Raphy étaient ceux en qui il avait confiance (pour peu qu'il fasse confiance à son souffre-douleur roux du nom d'Edmund). Et il ne pouvait pas RÉELLEMENT dire qu'il faisait confiance à celui qui venait de proposer de l'entrainement. Mais dans la vie, daaans le vie, il faut prendre des risques. Quitte à mettre son honneur en jeu, si c'était pour avoir enfin la permission d'utiliser des véritables armes dangereuses et pointues, il pouvait peut-être permettre à Timéo de l'appeler par son surnom. Affichant un air solennel, le bambin répondit d'un ton qui l'était tout autant. Seulement, la fatigue faisait ses effets, et les capacités de communications du grand guerrier en étaient affectées  :

-Hmmm. Après une grosse flexion,  ze t'autorises à m'appeler Raphy, SEULEMENT si tu l'utilises à bon... encens. Et... Et il faudrait que ze demande à Maman, pour l'entrainement, mais comme c'est pour que ze devienne plus fort comme elle, elle va accepter c'est sûr.

Prenant une grande inspiration, sans quitter le regard de Timéo, il continua :

-Tu vas être dine de m'entrainer hein? Y faut pas une minute que tu aies l'air d'être faible. Sinon ça va être le déssonneur, sur moi et sur tout ma famille. Et ÇA, tu veux vraaaaiment pas que ça arrive. Parce que ma famille, ça inclus Dyden, Rara, Zolie et tout ceux qui contrôle le royaume, passe que Dyden, c'est mon oncle, passe que c'est un démon et Papa aussi, et c'est pour ça qu'on est super fort et uni.

Lentement, Raphy se releva, sans cesser de regarder Timéo. S'obligeant à ne pas céder à la fatigue, le petit être plaça son dos bien droit.

-D'ailleurs, reconduis-moi aux appatements royaux. Papa devrait être là.

Longue inspiration. Il cligna des yeux et secoua un peu sa tête pour se réveiller. Ce qui l'avait crevé était le mélange entre le fait de lever une vraie épée, et ces stupides flammes torches dont le feu avait augmenté à chaque exclamation de voix.


[HRP: Si tu veux poster une dernière fois et qu'on arrête le rp juste après, c'est à ta guise! Comme le nouveau saut est déjà commencé...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timéo
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52-57 ans [G18]
Rôle: Noble d'Emeraude & Prince d'Esprits
MessageSujet: Re: {Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël] Sam 10 Aoû 2013, 13:50


L
’allure et le ton qu’il se donnait était comique. Pas un comique méchant, mais un comique attendrissant. Mais, cernant le profil psychologique de l’enfant avec une précision étonnante, je savais qu’un sourire de ma part dans ce moment « sérieux et cérémonial » serait ma prit par Raphaël qui se serait empressé de vouloir me carboniser, même si pour cause de sa fatigue il ne sera sûrement pas capable d’allumer un feu de camp (mais plutôt une allumette). Alors je me réservais mon sourire amusé pour le moment où le pyromane aura détourné son attention. Ce fut dur, mais je me doutais que même si je laissais la commissure de mes lèvres se relever légèrement, Raphy n’aurait vu que du feu, trop concentrée à parler. Car il semblait avoir plus de mal que d’habitude, ce qui rendit la conversation plus compliquée à comprendre – voyez-vous, je n’étais pas habitué à parler à des enfants aussi jeunes. Mais je m’efforçais de décortiquer ce charabia.

« Hmmm. Après une grosse flexion » - Flexion ? Si l’on considère le sens de la phrase, je dirais « réflexion » à la place de flexion, mot qui est totalement… Hors contexte.
« Ze t'autorises à m'appeler Raphy » - Bon, c’était ça ou me faire cramer. Quoique, je doute qu’il aurait réussit, donc de toute manière, fatigué comme il est, il se serait évanoui. Et qu’aurais-je dis à ses parents hein ? « Désolé, il s’est évanoui après s’être trop déchainé, mais je n’y suis pour rien hein ! Je peux repartir entier ? »
« SEULEMENT si tu l'utilises à bon... encens » - Encens. L’utiliser à bon encens. Eh bien, j’étais fatigué moi aussi, car mes capacités à réfléchir s’en trouver affecter. Disons aussi qu’il ne m’avait pas ménagé le petit, avec ses pirouettes et ses attaques ! Mais bon, mieux valait ça plutôt qu’il ne se fasse mal, sinon je pourrais dire adieu à ma pauvre petite vie illico.

Le reste de ses paroles furent plus faciles à comprendre et à interpréter. Entre autre, il devait d’abord demander l’autorisation à sa mère de pouvoir s’entrainer aux armes et à la magie, ce que je trouvais d’abord mignon, mais ensuite une sourde appréhension m’assaillit. Si Raphy était si teigneux, alors qu’est-ce que sont les parents ! Andréya et Evan. Je ne les ai jamais vus, mais j’ai entendu parler d’eux, quelque fois. Et, de ce que l’on me raconte, mieux valait ne pas les énerver. Et, en tant que mère, Andréya devait être très protectrice envers ses rejetons. En clair, je vais devoir faire preuve de tout mon courage pour lui faire face et argumenter pour qu’elle me laisse entrainer son enfant. Peut-être même devrais-je lui dire la vérité sur mon compte. A vrai dire, c’était même sûr ! Car je devrais un jour ou l’autre, partir avec Joy arracher ma sœur à ce Sorcier et le tuer par la même occasion pour pouvoir ravoir ma taille normale. Il faudra aussi expliquer cela à Raphaël. En temps voulu. Il était trop jeune, en cet instant, pour comprendre l’enjeu.

Le reste des paroles du bambin me firent l’effet d’une douche froide. Me montrer digne de l’entrainer ? Se croyait-il de la royauté ? Bon, peut-être l’était-il, Evan était le… frère ( ?) d’Hayden qui est l’ancien Roi d’Emeraude en plus d’être un Chevalier. En clair, on peut dire que Raphy est de la Royauté, donc important. Sans oublier que c’est une famille de Démons, donc un seul faux pas, et je suis mort. Comme si savoir que j’allais entrainer le fils d’Andréya n’était pas assez intimidant comme ça. Ne montrant rien de mon petit malaise par rapport à ça, j’estimais que Dyden, Rara et Zolie n’était autre qu’Hayden, Lyra et Zoelie. En bref, des personnes influentes qui auraient tôt fait de me pulvériser si un membre de leur famille avait un problème. Je me méfiais particulièrement d’Hayden, qui est un Démon, et donc potentiellement dangereux pour ma survie – note à moi-même : faire en sorte de ne jamais le croiser au détour d’un couloir. Autre note : ne pas les appeler par les surnoms de l’enfant. Car oui, j’avais tendance à mémoriser les surnoms plus rapidement que les noms. Et je doute grandement que cela soit bon pour ma propre sécurité.

Raphaël finit par se relever et par me demander de le ramener à ses appartements. Me relevant à mon tour avec un sourire – voyant bien qu’il était exténué – je lui fis signe de me suivre avant de m’engager dans les couloirs. Je fis d’abord attention à ce qu’il n’y ait pas de gardes lorsque nous quittons l’armurerie, puis, d’un pas lent pour ne pas fatiguer plus Raphaël, je me dirigeais vers ses appartements. Je gardais une oreille attentive, au cas où il tomberait de sommeil, et bien qu’il s’efforce de garder une allure fière, je voyais bien qu’il se donnait beaucoup de mal pour ne pas laisser les besoins de son corps le rattraper sur sa fierté. Cependant, se fut sans encombre que nous arrivions devant sa porte.

« Reposes-toi bien Raphaël d’Emeraude ! » lançais-je alors qu’il rentrait dans la pièce.

J’attendis que la porte se referme pour m’en aller à mon tour. Retrouver la porte de sortie fut un jeu d’enfant, moi qui me perds très souvent c’est une première ! Mais j’étais juste trop épuisé pour prêter une réelle attention au lieu, et je me suis dirigé d’instinct jusqu’au petit village proche du Château qui m’avait accueillit quelques temps plus tôt. Depuis combien de temps suis-je dans ce village ? Bonne question. Je ne fais pas réellement attention à ce détail, je vis ma vie au jour le jour comme on dit. N’attendant même pas d’arriver dans le petit coin où je dormais d’habitude, je montais dans un arbre, me calais sur une branche et je m’endormis. J’ai tellement l’habitude de dormir dans des arbres que cela ne me gênait plus, et devenait presque… Instinctif. En bon nomade je suis.



THE END !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11377-timeo

{Terminé} Sorry, too late [PV Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Onzième génération-