___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Sam 18 Juin 2011, 12:39

Cette situation était ridiculement pathétique. Depuis quand quelqu’un osait lui demander de faire quelque chose à lui ? Depuis quand l’héritier du trône d’Irianeth se trouvait-il dans l’obligation d’obéir à un simple Tanieth, sûrement un esclave qui plus est ? Tout ceci était inacceptable. Encore à cause des usages. Toujours à cause des usages. Alors voilà, à cause d’une simple missive, Trystan se trouvait dans l’obligation d’organiser, de surveiller et de juger l’examen final des élèves. Pourquoi lui ? Il détestait les enfants et il ne leur trouvait vraiment aucun intérêt ! Et ces prétendus élèves d’Irianeth hein… Pourquoi étaient-ils encore en vie hein ? D’ordinaire, presque tous les élèves périssaient au cours d’un malencontreux accident… Oh, personne ne s’en plaignait. Seuls les forts étaient acceptés dans les rangs de l’élite chevaleresque. Or, à présent, Trystan se devait de jouer le rôle de l’ultime recruteur. Ce n’était pas son job ! Val aurait très bien pu s’en charger après tout, c’était lui le recruteur qui officiait à son compte… Sauf qu’il n’était pas habilité à juger des performances magiques ; ou, tout du moins, c’était la réponse peu convaincante qu’un sorcier lui avait fourni lorsqu’il avait été protesté contre cette décision hâtive. Certes, un membre de la famille Impériale devait faire acte de présence pendant cet examen, histoire d’encourager les jeunes recrues et de leur montrer qu’ils ont de l’importance. Quoique, en vérité, ce n’était pas ça du tout. Non, vraiment pas, il ne faut pas croire que l’Empereur ou que quiconque se préoccupe des soldats, encore moins de ces gamins avec juste assez de pouvoirs pour soulever une table… La finalité de cette présence consistait surtout à leur rappeler qui ils servaient, qui les contrôlaient, et qui décideraient de leur survie sur ce continent. Et de leur mort. De toute manière, les élèves devaient être habitués à entendre parler de la mort, et ils la côtoyaient fréquemment. Personne n’était dupe : les élèves défaillaient ne disparaissaient pas ou n’étaient pas renvoyés dans leur famille… Au mieux, ils devenaient de simples serviteurs. Au pire… Tout le monde le savait. Personne n’en parlait. Encore une coutume débile.

Dès lors, il devait décider qui devait survivre et atteindre le rang supérieur et qui… n’aurait plus jamais l’occasion de progresser disons… Trystan détestait ça. Je veux dire, les morts gratuites. Il en avait bien trop vu à Ombres. Seulement ici, il n’avait pas le choix. Draken connaissait l’aversion de son ancien apprenti pour cette tâche morbide ; d’ailleurs, en y repensant, lui confier cet exercice devait être une de ses idées brillantes. Le chef des chevaliers ne pouvait certes plus l’accabler de corvées (et de toute manière, il ne les avait jamais vraiment faites…), ni même le commander réellement puisque Trystan était à présent entièrement reconnu comme étant supérieur à Draken, mais le demi-dieu ne se privait pas dès qu’il pouvait lui compliquer la vie. Comme il l’avait fait à la dernière attribution en lui confiant une écuyère. Un enfant sous sa responsabilité ! Mais bien sûr. Pfff. Trystan l’aurait tué ce jour-là si cela avait été autorisé par la loi de son père. Lui, et Meyko. Mais Meyko était mort, grâce à Ellyn. Qui aurait cru que celle-ci deviendrait une meurtrière de sang froid ? Cette frêle créature livide qui ne faisait jamais un geste sans consulter le prince héritier du regard… Elle avait tué un homme. Comme ça. On aurait pu finir par croire qu’il n’y avait vraiment aucune moralité sur ce continent. Tout reposait sur le démonstratif d’Irianeth : le continent noir. Mieux que ça : le continent maudit. Tous ceux qui parvenaient à survivre ici étaient maudits, cela ne faisait aucun doute. Et, à en croire les statistiques des élèves qu’il venait de recevoir, peu d’entre eux auraient la chance de devenir écuyer. La chance ? Non. Plutôt une malchance. Ce n’est pas drôle d’aller à la guerre. Cependant, certains aiment ça… Il ne restait plus qu’à repérer ces quelques erreurs de la nature parmi les élèves restants.

La veille de l’examen, Trystan se rendit dans les quartiers des sorciers afin de consulter le programme des cours et les résultats des élèves aux différents exercices. Le but était de leur concocter une tâche extrême, totalement nouvelle, et absolument inhumaine. Le tout devait apparaitre comme impossible. En fait, cela devait ÊTRE impossible. Impossible dans le sens où n’importe quelle personne normale serait morte de panique juste en lisant l’énoncé ; où n’importe quel soldat d’Irianeth aurait été incapable de survivre plus que quelques minutes ; où un chevalier d’Emeraude aurait échoué lamentablement ; où même un sorcier n’était pas assuré d’une réussite. Dans cette tâche, la perfection était impossible à atteindre. C’était pourtant ce que Trystan attendrait des élèves le lendemain. Ils devaient prouver qu’ils étaient dignes de suivre des enseignements élitistes délivrés par des chevaliers. Devenir écuyer représentait un réel changement de niveau, le but de l’exercice était de s’assurer qu’ils pourraient suivre le rythme afin de ne pas fournir un boulet au groupe. Les chevaliers d’Irianeth avaient l’habitude de côtoyer l’impossible. Après tout, prendre le royaume d’Argent en une seule nuit n’était-il pas « impossible » ? Et pourtant, ils avaient réussi. Avec ce test, Trystan devait écrémer l’Ordre. La majorité des chevaliers ne voulaient pas prendre d’écuyers. Trop lents. Trop petits. Trop ignorants. Pas assez parfaits. Moins il y avait d’élèves aptes à être attribués, plus les chances de l’Empire d’acquérir du territoire étaient grandes. Ce que l’Empire voulait, c’était gagner des batailles et rayer le nom « Enkidiev » des cartes. Or, l’Empire, c’était Trystan. Alors, autant dire qu’il serait intransigeant.

Sur la cinquantaine d’élèves recueillis à cette session, il n’en restait plus que dix, ce qui signifie que les instructeurs avaient déjà bien fait leur travail (c'est-à-dire éliminer les mauvais éléments). Selon les dires des documents, les élèves restant maitrisaient leurs pouvoirs convenablement, étaient aptes à obéir, et plus ou moins prêts à travailler en équipe. Ah intéressant, ils n’avaient fait aucune excursion auparavant ! Ainsi, les élèves n’avaient jamais exploré les environs de la forteresse. Pire encore, ils ne s’étaient jamais retrouvé seuls. Rapidement, Trystan réussit à établir la tâche qui les attendrait, se rappelant les quelques entrainements douteux que Draken lui avait fait subir… En s’appuyant sur les résultats, il constitua cinq équipes de deux élèves. Ces équipes étaient assez homogènes, puisque, selon les sorciers, tous les élèves avaient de grandes chances de survie. Trystan était loin d’être de cet avis, pourtant, il ne releva et continua de composer l’exercice, ajoutant toujours une difficulté supplémentaire. Plus vite ils auraient échoués, et plus vite Trystan pourrait retourner auprès d'Ellyn. Une fois la description de l’épreuve achevée, Trystan dicta le texte à un scribe qui devrait donc l’écrire en quelques dix exemplaires pour le lendemain matin. Le rôle de Trystan était terminé. De toute façon, aucun d’eux n’allait survivre plus de cinq minutes avec le programme qu’il leur avait concocté. Dans le cas contraire, un serviteur viendrait le réveiller pour l’avertir que les élèves rescapés se rendaient au point de rendez-vous et qu’il devait aller les récupérer là-bas…






- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




« Jeune Invité,

Le jour de l’examen final est arrivé. Lève-toi, habille-toi. Lis ce message très attentivement et sache qu’aucune aide extérieure ne te sera accordée. Quand tu auras fini de lire ce message, et uniquement quand ça sera le cas, tu pourras sortir. Mémorise-le bien car tu ne seras pas autorisé à l’emmener avec toi. Essaye de l’emmener, et tu es recalé. Oublie une partie de l’exercice, et tu es recalé. Proteste, et tu es recalé. »




Cela aurait été bien trop facile si les élèves avaient eu connaissance de leur date d’examen : ils auraient tous fait des réserves de provision dans leur chambre malgré l’interdiction formulée dans les règlements, ils se seraient couchés tôt et encore tout habillés pour gagner du temps… Quelques petits futés auraient même tenté de pénétrer dans l’esprit de leurs instructeurs pour découvrir la nature des épreuves avant tous le monde et ainsi être bien mieux préparé. Ce qu’ils ignoraient, c’est que rien, absolument rien, ne pouvait les préparer à ce qui suivait. Pas le temps de manger, pas le temps de prendre une douche, pas le temps de lire attentivement les instructions. Les gamins devaient réagir comme en temps de guerre. Il est vrai que, quand l’ennemi perce la première ligne, un chevalier d’Irianeth ne peut pas se permettre de demander à dormir un peu plus car il n’a pas terminé sa nuit. Il ne peut pas prendre le temps d’aller faire un brin de toilette. Et s’il arrive à manger quelque chose, c’est uniquement car des servantes sont dehors avec quelques morceaux de pain à leur tendre alors qu’ils courent vers le champ de bataille en terminant de mettre leur cuirasse. L’examen commençait maintenant. Le premier élève qui bâillait ou qui formulait ne serait-ce qu’une seule protestation serait recalé avant même d’avoir commencé l’épreuve. Ce qui ferait, en somme, un élève de moins à évaluer. Rien de plus.



« N’espère pas survivre à cet examen, et encore moins réussir. Le seul conseil que tu auras durant cette épreuve est le suivant : cours vite et ne te préoccupe pas du reste. Tu feras équipe avec un autre élève pour cette première tâche, ne l’attends pas. Si tu as de la chance, vous vous trouverez en chemin ; si tu as encore plus de chance, ton partenaire sera derrière toi et occupera donc tes poursuivants pendant quelques minutes. Car oui, il va y avoir des poursuivants. Attends ton équipier, et tu es recalé. Essaye de l’aider à se défendre alors que cela ne te profite pas directement, et tu es recalé.

En ce qui concerne les poursuivants, il s’agira de quatre soldats insectes. Ces soldats sont en train de lire une missive, eux aussi, en même temps que tu lis la tienne. Par ailleurs, je suis certain qu’ils ont déjà terminé et qu’ils te cherchent à présent. A partir du moment où tu sortiras de la forteresse, tu auras trois minutes de répit. Après ce délai, ils partiront à ta poursuite pour t’empêcher d’atteindre ton objectif. Dès que l’un d’eux te dis : « C’est terminé », tu dois te taire, abandonner l’exercice, et rentrer à la forteresse. Si tu te fais attrapé par l’un d’eux, tu es recalé. Tu as le droit de te défendre, mais n’oublie pas que ce n’est pas ton objectif principal. Dès l’instant où tu atteins ton point de rendez-vous (dans un périmètre de 300 mètres), ils ne peuvent plus te nuire. Si tu arrives après eux, tu es recalé. S’ils parviennent à te tuer avant que tu n’atteignes ce lieu, tu es recalé. »




Trystan n’avait pas menti, cet exercice était bien cruel. Les soldats d’Irianeth avaient été choisis au hasard, en évitant les gradés puisque cela ne valait vraiment pas la peine de les déranger pour une tâche aussi futile que l’examen des élèves. Avec cette poursuite, les élèves avaient plusieurs capacités à prouver. Tout d’abord, il s’agissait de montrer qu’ils suivaient les ordres à la lettre. Ensuite, l’aspirant écuyer devait prouver qu’il pouvait performer dans toutes les circonstances possibles, ceci incluant une bonne dose de stress due non seulement à la pression de n’importe quel examen, mais aussi à la menace de mort que représentaient ces soldats insectes au pas de course. Si les insectes ne réussissaient pas à attraper les élèves ou au moins à leur nuire un peu, ils seraient châtiés sévèrement. Or, un insecte ferait n’importe quoi pour éviter d’être puni ; alors autant dire qu’ils allaient tous courir vite et que les pauvres élèves avaient de quoi se faire du souci.



« Rends-toi à l’endroit suivant : [au choix – voir plus bas]. En admettant que tu parviennes là-bas avant de te faire attrapé, tu devras te concentrer pour sonder le territoire. Un objet sera caché dans les alentours. Trouve-le. Tu disposeras d’un délai de trente minutes pour cela. Si une fois le temps accordé écoulé tu ne l’as pas trouvé, tu es recalé. »



Trystan avait établi cinq destinations différents, toutes aussi difficiles à atteindre les unes que les autres… Il n’avait pas accordé d’importance à la personne qui recevrait le lieu puisque, de toute façon, il se moquait éperdument de cette nouvelle génération. Bien entendu, tous les objets étaient protégé par des charmes et ne pouvaient pas être récupérés par le procédé de la télékinésie ou lévitation. Le but était de tester les capacités physiques des élèves. Ainsi, il y avait la forêt noire ; l’objet étant un vieux foulard de la couleur du bois, disposé en haut d’un arbre vieux d’au moins deux siècles… L’arbre en question ne surplombait pas la forêt, cela aurait été bien trop facile, au contraire, il s’agissait d’un arbre affreusement ordinaire, perdu dans les méandres de cette forêt obscure. Ensuite, Trystan avait proposé le lac noir à deux élèves infortunés. Oh, bien sûr, le lac était bien plus facile à identifier qu’un arbre, mais l’objet était d’autant plus compliqué à récupérer. En effet, Trystan avait fait placé une botte au milieu du lac, là où la profondeur était la plus élevée. Le troisième lieu à l’affiche n’était autre que les falaises ; encore une fois, il n’était pas très difficile de les repérer, toutefois, l’endroit exact serait plus difficile à atteindre. Afin de tester l’endurance des élèves, le périmètre commençait quelques trois kilomètres plus loin de la forteresse. L’objet, un simple casque militaire avait été laissé tombé du haut de la falaise, pour se retrouver sur les rochers, en bas, au milieu des vagues. Autant dire que cette mission était suicidaire et Trystan n’attendait pas qu’un seul d’entre eux en reviennent vivant. La quatrième destination possible amenait aux montagnes, plus loin dans le nord de l’île… Cette fois-ci, l’épreuve consistait surtout en une parfaite localisation de l’objet. En effet, en sondant le territoire, il se rendraient compte que la présence de l’objet mystère en question était présente sur plusieurs montagnes, ce qui pourrait être déconcertant. Il faudrait alors pour eu se concentrer sur la source même de l’objet, exercice difficile auquel un sorcier aurait probablement échoué… Trystan était vicieux, il avait donc fait placé une gourde pleine d’eau, veillant à ce que l’eau soit répandue sur plusieurs montagnes afin d’embrouiller les pistes. Enfin, la dernière destination que l’on pouvait trouver sur l’une des missives distribuées aux élèves était le village. Une fois encore, la localisation poserait un problème car il y avait plusieurs villages autour de la forteresse… L’objet, caché dans le village le plus éloigné de la forteresse, n’était autre qu’une simple fourche de paysan. Facile à repérer n’est-ce pas ? Oui. Sauf que le paysan en question se servirait de cette fourche et que l’élève, ayant interdiction de tuer des civils, devrait le convaincre de lui donner. Toutes ces tâches étaient presque irréelles tellement elles étaient compliquées, et pourtant, il leur faudrait réussir s’ils voulaient devenir écuyer, puis peut-être chevalier un jour.



« Une fois en possession de l’objet, une épreuve psychique se présentera à toi pour te tester. Durant cette épreuve, tu seras dans l’interdiction d’avoir recours à tes pouvoirs. Utilise ne serait-ce que la télépathie, et tu es recalé. Attaque, et tu es recalé. Fuis, et tu es recalé. Réussis, et tu te trouveras en possession d’un autre message. Echoue, et tu es mort. »



Cette épreuve psychique était en fait une simple épreuve de loyauté. Pour se faire, Trystan avait demandé à cinq sorciers maitrisant l’art de l’illusion de se prêter au jeu. Une fois qu’ils auraient trouvé l’objet, les prétendants au titre d’écuyer verraient apparaitre un homme ou une femme riche à souhait, propre, et représentant ce qu’ils avaient toujours souhaité au fond d’eux. Les sorciers connaissaient bien les désirs des gamins puisque de nombreuses études psychologiques avaient été effectuées. L’adolescent devrait alors effectuer un choix : suivre l’individu pour acquérir une vie meilleure, ou refuser. S’il décidait de renoncer à Irianeth pour ce rêve fou d’une existence idyllique, le sorcier était dans l’obligation de faire « disparaitre » l’élève renégat. Au contraire, si l’élève refusait la proposition, et qu’il affirmait sa loyauté à Irianeth, à l’Empire et à l’Empereur, alors, il aurait réussi sa tâche. Après quoi, le sorcier reprendrait sa forme initiale et remettrait un papier à l’élève. Un simple papier qui ne comporterait pas grand-chose et qui serait assez explicite :



Destination : Les marécages
Délai : 1 heure
Avertissement : Temps écoulé = Recalé




Cette partie était assez simple. Bien entendu, les marécages se trouvaient à l’opposé de la région où ils avaient été envoyé et cela prenait bien plus qu’une heure pour s’y rendre depuis la forteresse même en marchant vite. Mais c’était tout de même plus simple que le reste. Pas d’attaquants. Pas de poursuivants. Pas d’énigmes à résoudre. Pas d’objets à trouver. Pas de tentation. Juste des douleurs musculaires intenses et quelques crampes. Et une destination. Pourquoi avoir fait quelque chose d’aussi simple comme dernière tâche ? Tout simplement car Trystan était persuadé que personne n’arriverait jusqu’à là, donc cela ne servait à rien de rajouter une autre difficulté. Les morts ne font pas les épreuves…



« A n’importe quel moment, tu pourras abandonner ; pour cela, il te suffit de prononcer la phrase suivante : « Je renonce volontairement ». Si tu abandonnes, il n’y aura pas d’autres essais, et tu seras recalé.

Fais-le, ou échoue. Gagne, ou meurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Sam 18 Juin 2011, 13:36

Un examen était obligatoirement a prévoir pour une future écuyère, Mukuro le savait pertinemment vu la difficulté et le nombre relativement peu élevé d'élève survivants. Mukuro avait vue la mort de plusieurs d'entre-eux, ses pauvres idiots qui croyaient qu'ils étaient invincibles et tellement puissant qu'ils n'avaient pas besoin d'entraînement physique ou magique, que des idiots naïf et voués a mourir pour le plus beau plaisir des dirigeants d'Irianeth et de Mukuro. L'examen allait être horrible et peu d'élèves sur les dix restants pourront s'en sortir vivant et/ou réussir l'épreuve car Mukuro savait pertinemment que Trystan, le chevalier d'Irianeth qui surveillait cette épreuve, était un sadique et quelqu'un de froid qui n'appréciait pas du tout les enfants qu'il catégorisaient comme des faibles voués a disparaître. Ainsi depuis quelques années, Mukuro s'était entraînée a l'endurance et a la géographie du continent en prenant soin de ne jamais en parler et aussi de noter tous les raccourcis menant aux zones les plus éloignés de la forteresse et difficiles a atteindre : les villages, les montagnes, les marécages, la tanière des dragons sur la plage et d'autres endroits encore. Mukuro n'était néanmoins pas du genre a économisé ce qu'elle possédait alors elle ne prévu pas du tout de la nourriture ou de l'eau pour se jour fatidique dont la date n'était pas encore connue ni de certains professeurs ni des insectes ni même des sorciers qui étaient sensé superviser l'épreuve avec Trystan. Mukuro s'en fichait de toute façon, vu son train de vie monotone, elle savait toujours quoi faire et quand le faire et elle ne serait jamais surprise par quoi que ce soit d’inhabituel si ce n'est ce qu'elle détestait le plus après la joie de vivre : être réveillée lorsqu'elle fait un rêve très agréable pour une psychopathe comme elle.

Comme par hasard, cette journée d'examen arriva beaucoup plus vite que ce qu'avez tout de même prévu l'adolescente. Encore une fois elle n'avait pas dormi dans sa chambre et elle était déjà habillée dans ses habits dans la réserve de viande ou sang et cadavre se mélangeaient parfaitement. Elle était encore en train de dormir paisiblement lorsqu'un insecte ou un serviteur insecte la réveilla en parlant a une vitesse effrénée et en lui tendant une lettre écrite par l'un des scribes de la forteresse. Le rêve cette fois était beaucoup plus intéressant que tous les autres qu'elle avait fait depuis plus de 5 longues années : elle jouait plus longtemps avec des élèves qu'elle connaissait et elle provoquait leurs meurtres en les retournant les uns contre les autres mais au moment ou elle allait achever le dernier d'entre-eux, a ce moment fatidique, Mukuro rouvrit les yeux a la réalité qui l'entourait et elle remarqua l'insecte qui l'avait réveillée dans un rictus de colère intense et avec ses yeux qui s'était instantanément illuminés, elle sectionna sa gorge d'un rayons incendiaire de couleur noir comme elle les lançaient lorsqu'elle était en colère. Voyant le sang sur le sol et l'odeur de cadavre monter dans ses narines, elle rit de joie et de sa force. C'était sa quatrième victime et elle en était fière et n'en n'était pas moins ravie. Elle laissa planer quelques secondes et ouvrit la lettre noter a son nom. C'était l'invitation a participer a cette fameuse épreuve, elle était conviée a se rendre au Village a l'autre bout du continent pour récupérer une saloperie d'objet. Mais ce n'était pas le pire dans cette épreuve idiote et dénuée de sens, elle devait se coltiner un abruti de coéquipier qui pourrait néanmoins l'aider dans sa quête pour ralentir leurs poursuivants. Elle soupira de colère et se jura de se venger de Trystan un jour ou l'autre et elle courut en direction de se village idiot...

La route n'était pas fondamentalement longue par rapport aux cuisines de la forteresse d'Irianeth, a une trentaine de minutes en courant sans s'arrêter. Mais l'a n'était pas le problème principal de Mukuro pour l'instant, il n'avait que trois minutes depuis qu'il avait franchit les premiers 300 mètres et elle entendait derrière elle la venue des soldats insectes aussi discret qu'une chute de pierre par une nuit sans lune. Ils étaient trois a ses trousses, signe que son "camarade" n'en avait qu'un dans son dos. Mukuro grommela avant de matérialisé une illusion d'elle-même partant dans une autre direction, opposée a celle que Mukuro voulait prendre. Un des insecte pris la fausse Mukuro en chasse et continua donc sa chasse dans des couloirs sombre et étroits dont il mettrait plusieurs minutes a sortir. Mukuro courut donc de plus belle jusqu'à une des sorties les plus petites qu'elle connaissait. C'était au bout d'un couloir, dans un éclat de lumière blanche éclatante, chose étrange pour le continent d'Irianeth mais pas assez rare pour ralentir Mukuro dans sa course effrénée pour sa survie, même si elle avait du mal a l'admettre. Elle arriva a pleine vitesse contre le mur et réussit a glisser sur le sol juste a temps pour sortir d'un trou dans le mur de la forteresse. Elle entendit une lance se planter sur la paroi et le cri de colère des Insectes qui ne pouvaient pas passer par la pour la suivre. L’atterrissage lui par contre provoqua une douleur dans le bras gauche de Mukuro qui tacha de ne pas en prendre compte et de continuer vers le village qui n'était plus très très loin devant elle.

Sur le chemin elle remarqua un garçon plus jeune qu'elle qui courrait en direction du village avec un abruti d'insecte sur le dos et elle devina rapidement qu'il devait s'agir de son "camarade". Malheureusement pour Mukuro, lui aussi l'avait remarquée et il avait bifurqué dans sa direction en provoquant son aide forcée. Il arriva donc a sa hauteur et le soldat insecte était très proche des deux participants, Mukuro fit donc apparaître un arbre devant son camarade qui ralentit subitement pour essayer de l'esquiver. Son camarade s'arrêta donc devant l'arbre et se retourna rapidement pour mener un combat acharné pour sa survie contre le soldat insecte. Bien que Mukuro voulait absolument voir la mort de son "camarade", elle savait qu'elle devait absolument se dépêchée et ainsi elle accéléra son rythme pour finalement atteindre le village. Arriver dans le village elle se rendit compte qu'elle ne savait pas du tout quoi chercher et elle se concentra un instant afin de se rappeler de ce qu'il y avait marqué dans cette satanée lettre qui avait causé la mort d'un autre serviteur idiot. Mukuro ferma les yeux une demi seconde en ressentant la proximité avec un objet magique, elle se laissa guider par cette aura et finit par arriver dans une maison ou un paysan tenait une fourche contre elle. Elle devinait que c'était la fourche dont elle avait besoin et elle se rappela qu'elle ne devait pas utiliser de pouvoirs ou le tuer. Il fallait l'amadouer et cela était facile pour elle, sa capacité d'aura de peur s'était développée et elle n'était pas une capacité magique ou quoi que ce soit. Elle regarda donc fixement le paysan dans les yeux en laissant agir son charme et parla d'une voix forte en le sommant de lui donner la fourche. Le paysan terrifié et tremblant lui jeta la fourche a ses pieds et s'écrasa au sol en demandant la pitié. Mukuro sourit de la réaction du faible paysan et ramassa la fourche en sortant.

Mukuro assista a un spectacle des plus jouissif, elle ressentait les meurtres et la sensation de tués des gens en se voyant sur une montagne de cadavre de faibles en léchant le sang sur sa main. Cette vision était tout a fait parfaite et représentait son idéal et ce qu'elle désirait a tout prix. Il était même dur de se dire que tout cela n'était qu'une illusion : étant une illusionniste, elle savait que cela n'était qu'une illusion. Elle savait que cette vision n'était la que pour la tentée et la rejeter de la voie primaire de la raison de sa présence dans ce village perdu sur Irianeth : son épreuve psychique. Elle vit apparaître un cadavre qui lui décrit une vie parfaite de meurtres et de sang a la portée de sa main mais pour cela elle devait renoncée a l'épreuve et partir d'Irianeth pour Enkidiev et tuer des centaines de milliers de gens. Le choix était tentant et Mukuro eut énormément de mal a se décider mais elle finit par crier qu'elle restait fidèle a l'Empire et a Trystan l'Empereur. A peine avait-elle finit sa phrase que la vision s'évanouit soudainement pour laisser place a un être mi-seccieth mi-tanieth, le sorcier a l'origine de cette vision. Cet homme lui jeta un air désobligeant chargé d'émotions négatives et Mukuro ressentait son aura de tueur et elle savait que s'il avait voulut il aurait pus la tuer sur le champ sans lui laisser la moindre chance. Il soupira et lui jeta la lettre au niveau de ses pieds. Le soleil commençait a tomber derrière la forteresse d'Irianeth et ce qu'annonçait la lettre n'était pas plus réjouissant. Elle devait en une heure rejoindre les marécages d'Irianeth a plus de deux heures de marche rapide. Mukuro jeta un air sombre au sorcier qui hésita une seconde en voyant ses yeux bleu emplis de colère et dans le même instant, Mukuro courut vers les Marécages. Les raccourcis les plus proches furent tout de suite utiliser et Mukuro eut un mal fou a réussir a gagner quelques précieuses minutes sur le temps qu'il lui aurait fallut pour arriver dans les Marécages. La course avait été la plus longue et la plus éprouvante que Mukuro n'avait jamais faites et elle réussit a arriver avec 4 minutes d'avance sur le temps donné par la feuille de papier du sorcier. Elle s'arrêta sur l'endroit exact du rendez-vous en tâchant de cacher sa grande fatigue mais elle ne résista pas a la douleur physique et finit par tomber a genoux afin de se reposer...
Revenir en haut Aller en bas
#David

avatar
Nombre de messages : 500
Rôle : Chef des Chevaliers d'Irianeth
Date d'inscription : 19/12/2010

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G15]
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Irianeth
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Dim 19 Juin 2011, 06:29

David était intimement persuadé depuis son arrivée à Irianeth et son grade d'élève qu'un examen allait sans aucun doute arriver. Il ne savait pas combien d'élèves étaient déjà morts. Une trentaine ? Une quarantaine ? Il s'en souvenait d'un qui croyait pouvoir battre un dragon grâce à sa lévitation. Il ria, le spectacle en valait la chandelle. Il en avait également tué un lors d'un entraînement, il avait apprit à utiliser un des pouvoirs obtenus grâce à sa condition d'immortel, une sorte de lasso de couleur noire. Il avait alors involontairement étranglé l'élève, il ne ressentait pas vraiment de culpabilité, il n'aurait sans doute pas survécu aux épreuves quasi perpétuelles que les instructeurs imposaient. Il avait entièrement conscience que cet examen de fin était le plus important, le plus dur aussi, il avait eu vent que c'était le petit empereur, Trystan, qui s'occupait de l'organisation. Enfin, ça aurait pu être pire... Imaginer que Val puisse faire l'examen, l'examen aurait été de survivre une journée dans un périmètre de un kilomètre avec ce malade aux trousses.

Tout comme tous autres élèves, il ignorait la date de l'épreuve, néanmoins il avait lu tous les traités géographiques et avait déjà défini les endroits spécifiques et reconnaissables qui auraient pu être la visée d'une excursion. Il avait également renforcé tous les jours ses pouvoirs grâce à son ami dragon, Fleming, grâce à lui, il était en mesure d'utiliser la lévitation et son nouveau lasso ténébreux. Tous les jours, il s'était entraîné physiquement : se battre à l'épée, se battre à mains nues, courir, musculation,... Il avait tout fait, il n'accepterait pas l'échec, seule la victoire était envisageable. Il avait paré toutes les éventualités. Il regardait avec dégoût tous ceux qui ne préparaient rien, qui étaient persuadés qu'ils deviendraient écuyers sans se préparer ni s'entraîner. Ils étaient dans le faux, le passage d'élève à écuyer n'avait rien de naturel et d'acquis, ce passage était un écrémage permanent, les gagnants survivaient et pouvaient accéder à l'épreuve suivante, les perdants mourraient. Au début, ils étaient plus d'une cinquantaine, il n'en restait plus que dix. Il en dénombrait 5 qui avaient une grande chance de victoire : Lui-même, la psychopathe Mukuro, l'homme loup Nyen'Voss, Eleiwyn et Dario. Selon lui les cinq autres mourraient lamentablement dans cette épreuve.

Alors qu'il se voyait torturer mentalement et physiquement sa mère céleste, il fut réveillé par un cliquetis fort incommodant. Un homme insecte était au pied de son lit. Qu'est ce que cet être primitif faisait dans son alvéole. Il tenait dans ses "pinces" une lettre. L'insecte s'inclina, posa la lettre sur le lit et disparut. Il eut à peine le temps de bailler et de s'étirer qu'il comprit à quoi servait cette lettre. L'épreuve arrivait, il se dépêcha de la lire. Beaucoup de conditions, D'abord, il avait vu juste, c'était l'examen final, une petite boule se forma en lui. C'était le jour, le jour il allait constater si son entraînement avait été utile où s'il serait un boulet et auquel cas, il serait mort, il paraissait évident que si l'on était recalé, on n'avait qu'une seule option la mort. Rien que d'imaginer le sourire de Val si on lui proposait de tuer les élèves recalés, ça donnait des ailes à David. Pour rien au monde il ne voulait mourir aux mains de ce psychopathe. D'autant plus s'il croisait Mukuro. Ce serait une très mauvaise chose d'allier comme cela deux psychopathes pareils.

Il poursuivit la lecture, il serait avec un camarade, il priait ou plutôt espérait de se trouver avec quelqu'un de compétent au lieu d'un des cinq lâches. Il ne tenait pas à rester non plus avec Mukuro, devoir lutter avec quelqu'un qui loin de tenter de l'aider tenterait plutôt de le tuer ne le tentait pas non plus, il ne devait pas être avec quelqu'un avec qui il perdrait du temps à se disputer et à se battre, or, il plaignait déjà le pauvre camarade de Mukuro... Ils seraient poursuivis par quatre soldats insectes, deux par élève. Il ne s'en faisait pas trop pour eux, ce n'était qu'un problème mineur vite réglé. Par contre le fait de devoir se retrouver à chercher un objet pour lequel il faudrait sonder le territoire ne l'arrangeait pas, il était véritablement mauvais dans ce domaine, il savait juste comment repérer les dragons, et encore, juste les adultes... Il espérait de tout coeur se retrouver avec quelqu'un étant bon dans ce domaine. De plus, il était sur que l'objet qu'ils devaient trouver était un objet tout banal pour le lieu. Quelque chose comme un bout d'écorce, une branche, une feuille. Il ne se doutait pas à un seul moment que ça pouvait être un foulard et encore moins qu'il soit sur le sommet d'un arbre. Il avait appris beaucoup de choses mais il n'avait jamais appris à grimper dans les arbres. Et en plus dans un délai de trente minutes, chercher trente minutes dans une forêt dense dans un rayon de 300 mètres, ça s'annonçait très difficile pour le jeune David. Il ne redoutait pas particulièrement l'épreuve psychique qui ne devait pas être très difficile, juste prouver que l'on est prêt à obéir aux ordres, que l'on est prêt mentalement à intégrer les rangs d'Irianeth. A prouver que l'on était prêts à mourir pour le continent. Quoi de plus facile lorsque l'on était déjà prêt à mourir pour l'ordre. Le plus dur serait sans doute l'épreuve qui suivrait l'épreuve psychique.

Il lui fallait partir tout de suite la forêt lui demandait de partir dans des boyaux de la forteresse que très peu de gens connaissaient, il lui fallait pour cela traverser la moitié de la forteresse, il ne se pressa pas, le temps était était limité à partir de l'arrivée dans le périmètre de l'objet et les soldats insectes commencent à nous poursuivre trois minutes après la sortie de la forteresse. S'il avait vu juste, les insectes attendraient à l'entrée principale de la forteresse et il savait que la forêt était à trois quarts d'heure de l'entrée de la forteresse et à trente-cinq minutes de la sortie qu'il avait choisi... ça lui offrait une certaine avance sur les hommes insectes. Il espéra secrètement que son coéquipier soit déjà parti et mort, il ne voulait pas se trimbaler un boulet et il savait que les équipes seraient homogènes et donc qu'il se verrait attribué un boulet de service incapable de faire quoique ce soit de bien. Il vit la fin du tunnel, il pleuvait dehors de ce côté là. Il sentit la boule de plus en plus présente, il savait aussi que cette boule disparaîtrait aussitôt qu'il serait sorti du tunnel. Il inspira profondément, une fois, deux fois, trois fois... Et il s'élança en sprintant en dehors de la forteresse... et passa devant deux soldats insectes qui avaient anticipé cette sortie. David était stupéfait, comment ces êtres primitifs avaient ils pu deviner cette sortie. Ils étaient trop idiots. Il n'y pensa bientôt plus pour se consacrer sur son seul objectif, arriver à la forêt vivant... Il vit au loin quelqu'un courant aussi, ils se rejoignirent au bout de deux minutes. Il ne put empêcher un petit cri de satisfaction, il connaissait bien Dario, c'était un ami et il n'était pas incompétent... et sa force était de pouvoir sonder le territoire. Tout ce qu'il fallait. Ils ne se parlèrent même pas, ce n'était pas nécessaire, il sprintèrent pour sauver leur peau. Trois minutes s'étaient écoulés depuis leur sortie de la forteresse. Maintenant, il fallait survivre.

Ils couraient à en cracher leurs poumons, ils étaient encore à 20 minutes de leur but quand les insectes commencèrent à les rattraper. David se dirigea en compagnie de Dario pour passer entre deux rochers qu'il lia après le passage des deux garçons avec son lasso noir. Le temps que ces créatures stupides comprennent qu'il faut contourner les rochers, ils auraient repris une avance qui leur permettrait d'être un peu plus tranquille. Car inexorablement, plus, ils avançaient, plus ils se fatiguaient, et les insectes, craignant d'être châtiés ne connaissaient pas la fatigue. Tout en avançant, Dario et David laissaient des pièges un peu partout afin de gagner du temps. Et ce avec succès. Ils ne savaient pas ce qui arrivait à leur poursuivants et ils n'y pensaient pas, ils étaient trop occupés à convaincre leur cerveau que la fatigue était entièrement psychologique. Deux homme insectes s'étaient pris dans les lassos de David et un était tombé sur une charogne que Dario avait mis sur la route et avait trop de retard. Il n'en restait donc plus qu'un seul. Un soldat insecte qui leur barra la route la lance en avant, Dario put faire une roulade pour éviter la lance, David ne put que se mettre de profil pour ne pas se faire empaler le torse. Son bras n'eut pas cette chance et la lance de l'insecte s'enfonça dans la chair du jeune. Dario trancha le bras à l'insecte avec sa dague tandis que David s'occupa de l'autre bras de l'insecte qui s'écroula dans un dernier râle. David enleva la lance plantée dans son bras, dans son malheur, il avait de la chance, la lance n'avait pas touché l'os, il ne mit donc que quelques secondes à soigner les deux orifices de la plaie. Ils se remirent à courir, plus vite encore, et quelques minutes plus tard, ils virent quelque chose qu'ils n'espéraient plus voir, les arbres, des centaines d'arbres alignés : La forêt.

Ils y pénétrèrent prudemment, ils savaient que tant qu'ils n'étaient pas dans un périmètre de 300 mètres de l'objet recherché, ils n'étaient pas en sécurité. Les deux aspirants écuyers n'avaient pas communiqué une seule fois depuis le début de l'épreuve, les deux savaient ce qu'il fallait faire. C'est pour cela que David n'eut aucune hésitation lorsqu'il vit Dario s'enfoncer dans la forêt, c'était lui le spécialiste pour sonder les territoires. Dario se retourna et fit un signe de la tête dont David trouva immédiatement la signification, ils étaient dans la périmètre.
30 minutes. David tenta aussi de sonder les environs mais c'était le trou noir, il ne repérait rien de spécial, il n'était véritablement pas doué dans cette discipline. Il décida de chercher avec ces yeux ce qui pourrait être étrange et passa devant l'arbre visé sans broncher.
22 minutes : Dario cherchait toujours et se rapprochait de l'objet, quand à David il retenta d'utiliser ses facultés pour sonder les environs. L'homme insecte qui s'était emparé de la charogne s'arrêta avec des cliquetis de dépit et de colère devant le périmètre.
16 minutes : Par une chance incroyable, David trouva la localisation de l'objet magique. Dario le rejoignit et avec un sourire lui confirma qu'il ne s'était pas trompé et que l'objet se trouvait au sommet de l'arbre.
12 minutes : Après de nombreuses tentatives infructueuses pour grimper l'arbre par des moyens classiques, ils décidèrent d'unifier leur pouvoirs de lévitation pour soulever un des deux. C'était David qui grimperait.
10 minutes : Grâce à leurs pouvoirs de lévitation, David s'éleva dans les airs et parvint à attraper une branche et entama les recherches.
5 minutes : David n'avait toujours pas trouvé l'objet.
1 minute : En s'accrochant à une des branches du sommet, sa branche de soutien casse et David s'écrase au sol après avoir ralenti sa chute avec d'autres branches.
48 secondes : David heurtait le sol avec une certaine violence et est un peu sonné.
22 secondes : David peine à se relever, Dario. Lui fouille less branches tombées dans la chute.
7 secondes : Un foulard marron qui était sur la branche sur laquelle David se trouvait finit sa lente chute sur le visage de David. La première épreuve est gagnée.
2 secondes : Dario touche aussi le foulard, synonyme de victoire pour les deux membres de l'équipe.

C'est alors que dans cette forêt très peu accueillante apparut un homme. Celui ci enlaça David et prétendit être son père. Il voulait que David le suive et rentrer sur Enkidiev où il lui présenterait sa mère adoptive puisqu'il avoua avoir fécondé une immortelle. Il lui dit aussi qu'il l'avait recherché pendant très longtemps et qu'il voulait absolument qu'on vive heureux sur Enkidiev. La bouche de David se tordit dans un rictus. Cette illusion croyaiy vraiment qu'elle allait lui enlever tous ses amis et camarades, Fleming, Analia, Nyen'Voss, Eleiwyn, Mukuro, Dario. Ce sorcier illusionniste prétendait-il réellement annihiler son rêve avec une illusion aussi stupide, aussi naïve, certes, il souhaitait secrètement ce moment mais jamais il ne l'avouerait. Et jamais il n'abandonnerait son rêve pour ça. L'individu continuait son monologue en terminant en lui disant d'abandonner Irianeth et ses chevaliers du mal pour le suivre. Heureusement pour l'illusion qu'il avait l'ordre de ne pas attaquer, il ne se serait pas privé sinon. David prit la parole.

- Je ne sais pas qui tu es illusionniste mais saches que je suis David d'Irianeth, futur chevalier de l'ordre du même nom. Mon rêve n'est pas de retrouver ma famille mais de me battre.. de mourir s'il le faut pour protéger mon continent qui m'a adopté !

Lorsqu'il retrouva enfin la forêt, il se retrouva devant un sorcier étrange, cet illusionniste ne ressemblait à rien qu'il ne connaissait, un mélange entre les écailles d'un poisson dont il avait aussi les bronches, entre un homme insecte dont il avait les mandibules, à un crabe auquel il avait emprunté les pinces et pour finir à un oiseau auquel il avait emprunté les ailes. L'ensemble était réellement repoussant. Cependant il ne pouvait que sourire devant se sorcier qui le félicita, lui jeta une lettre à ses pieds et se téléporta. Quand à Dario, il parraîssait déjà être parti. Il ouvrit la lettre dont le contenu était parfaitement explicite. Il allait devoir courir à nouveau, re-courir à s'en cracher les poumons pour réussir à atteindre les marécages en moins d'une heure. Il allait devoir courir moins vite que pour arriver à la forêt ce qui le rassurait un peu. C'est ainsi qu'il se mit en route.

Même s'il pouvait se permettre de ralentir un peu, il partit comme une flèche. Il voulait arriver le plus vite possible, sa vie en dépendait, sans exagération. Il parvint à tenir plus de 25 minutes à un rythme extrêmement soutenu avant de voir une silhouette par terre. Il estima avoir assez d'avance pour s'arrêter une petite minute et ce qu'il vit l'attrista. Dario s'était écroulé de fatigue et s'était gravement blessé en tombant, il allait surement mourir ici, sur les galets de la plage, dévoré par un insecte, où pire par un certain sorcier psychopathe dont tout le monde connaît le nom et la réputation. Néanmoins, il ne pouvait pas s'attarder davantage.

- Merci, mon ami, repose en paix.

Et il repartit en flèche, il lui restait un peu plus d'une demie heure et il avait déjà parcouru les deux tiers. Un jeu d'enfant cette dernière épreuve. Et soudainement, comme pour donner une leçon d'humilité à David en sautant au dessus d'une trappe naturelle qui d'habitude ne lui aurait posé aucun problème se blessa. A cause d'une mauvaise réception de l'autre côté, David venait de se faire une entorse. Une entorse qui lui faisait atrocement mal. Mais il se devait de continuer. Il se devait de se battre. Il se remit à courir et s'écroula. Il ne devait pas se décourager pour une vulgaire entorse ! Une vulgaire entorse très douloureuse et une cheville qui ne cessait d'enfler.

Il fit abstraction de la douleur pour s'élancer à nouveau, de ce côté la d'Irianeth, il pleuvait toujours et les galets étaient très glissants. Néanmoins il courrait, du moins il tentait. Il en versait des larmes de douleur, à chaque pas, son entorse gagnait en intensité et devenait de pire en pire. Et pourtant, il faisait fi de la douleur, il se battait contre son corps et son cerveau qui le suppliaient de s'arrêter mais il n'écoutait que son coeur qui lui disait que ce n'était pas fini, qu'il lui fallait continuer. A 10 minutes de la fin du temps, il s'écroula sur les galets de tout son long. C'est la que son moral prit le plus gros coup. Il était à terre, il sentait un liquide chaud descendre et l'aveugler partiellement. Son bras s'était remis à saigner, sa cheville lui faisait souffrir le martyre. Il n'arrivait plus à ce relever, non, il ne voulait plus se relever. Il allait abandonner. Il était trop blessé, c'est alors qu'il regarda devant lui et vit quelque chose qu'il n'espérait pas voir, une adolescente, Mukuro qui courait en direction des... marécages, David les voyait.

Il prit sur lui même, il rassembla les maigres forces qui lui restait pour tenter de se relever. Il n'avait jamais autant souffert et pourtant, il continuait à se battre contre la douleur. Il se remit à courir tant bien que mal et traversa la frontière entre la plage et les marécages. Il ne savait pas s'il avait de l'avance, s'il avait du retard. Il ne se souciait plus de rien, il voyait juste qu'il était arrivé. Il vit Mukuro par terre à côté de lui. Il oublia toute la mauvaise opinion de lui à ce moment qu'il avait eu à partir de ce cours. Il ne lui dirait jamais mais c'était grâce à elle qu'il y était arrivé. Si elle n'était pas passé devant, il n'aurait jamais vu qu'il était aussi prêt du but qu'il s'était fixé. Elle était à genoux et peinait encore à reprendre son souffle. David ne put s'empêcher de lâcher à Mukuro.

- Bien joué.

Ensuite il s'écroula, et tenta, dans l'extrême état de blessé et de fatigue qu'il subissait de ne pas sombrer dans l'évanouissement. Il avait réussi, il allait devenir écuyer. Désormais, il n'avait plus aucun doute, les 5 lâches devaient surement être morts. Si Dario avait succombé à cette épreuve, ils avaient surement succombé aussi. Il ne manquait plus que Nyen'Voss dont il ne doutait pas une seule seconde, son instinct de survie qu'il avait hérité des loups lui permettrait de se tirer d'affaire. Il pensait aussi aux bonne chances de réussite d'Eleiwyn, c'était un garçon qu'il appréciait, il était sympathique et avait des pouvoirs assez développés. Il espérait juste que leur coéquipier ne les avait pas gênés. En tout cas, il était certain que celui de Mukuro n'avait pas survécu longtemps, elle avait sans doute bien fait. David lâcha alors un cri, un cri de victoire, il avait passé l'épreuve, il avait su utiliser ses pouvoirs avec ruse, su se battre avec ses souhaits, su lutter contre la douleur, il avait réussi l'épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Dim 19 Juin 2011, 13:03

Le messager vint se poser doucement sur le rebord de sa fenêtre. Le malheureux ne savait aucunement où pouvait se trouver notre cher ami. C'est d'ailleurs dans un mouvement d'ailes que son petit corps frémit en voyant une chambre n'étant pas habité de Nyen'Vöss. Le volatile détaillait la pièce de ses petits yeux noirs. En lui une peur et une nervosité incroyablement semblait faire surface. Étrangement le petit oiseau, le corbeau pour être plus précis. Il n'y avait pas des milliers d'oiseau sur cette île. Entendons nous que c'est plutôt un coin qu'on ne désir pas trop fréquenter quand on est... Normal. Ce qui n'est à peu près, pas le cas ici. Si on trouvait une personne normale, elle ne survivait pas vraiment longtemps. L'oiseau tout de fois restait sur son perchoir, espérant que son message se rendre entre les pattes du gamin sans mourir. Lentement une tête grise aux reflets blancs descendit derrière l'oiseau. Du haut, du dehors, il descendait, fixant de ses grands yeux jaunes la petite créature apeuré. Il fixait la bête plumé avec un grand appétit. Il se laissa doucement glisser derrière elle pour soudainement l'attraper d'une main, se tenant évidemment avec l'autre pour ne pas tomber. Il vint passer sa langue contre ses canines. Détaillant l'oiseau qui se débattait dans la main du jeune. Ce ne prit pas trop de temps, heureusement pour l'oiseau, qu'il remarqua une lettre attaché au bout de petite patte droite. Il plissa son regard jaune toute en se plaçant d'une agilité incroyable sur le rebord de sa fenêtre. Il vint simplement faire un petit bruit énervant avec sa bouche comme si il ruminait sa salive ou peu importe. Comme si il goûtait sa nourriture avec trop de motivation.

- C'est quoi ça, le corbeau... C'est une arnaque? Heen? Ouaiiis.. C'est ça... C'est ton jour de chance... Je viens de me lever et je suis de bonne humeur...

Il agrippa la lettre, entre ses doigts, déposant le corbeau sur le rebord à ses côtés. Ça ne prit pas trop de temps qu'il s'envola le plus rapidement possible, effrayé. Un petit crie strident vint se faire entendre de l'oiseau. La main tendu vers le volatile, Nyen'Vöss ramena sa mimine vers lui, apportant entre ses canines une plume noir, la mâchouillant. Il renifla bêtement, ne comprenant absolument pas ce que ça pouvait bien être. En faites, que ce passait-il? Depuis quand les corbeaux ramène des messages? Le jeune était plutôt septique, il avait l'impression qu'on allait lui annoncer une mauvaise nouvelle. Il n'avait pas l'impression qu'il allait vraiment aimer ce qui était écrit sur le papier. Il l'ouvrit lentement, lui faisant attention. Ses yeux jaunes à semi-clos, posséder d'un air ennuyé et las parcoururent le message, laissant entendre une espèce de soupire de plainte. Il vint alors lire le message attentivement prenant bien soin de se rappeler tout son contenue. En faites même qu'au plus profond de lui, dans sa terrible manière d'être, il avait une grande crainte. En faites il se rendait de plus en plus compte que Trystan était cinglé. C'était un vrai fou. Il devait donc survivre à un truc impossible.

- Et quoi encore...

Il continuait de lire le message. Il comprit donc qu'il avait avoir des poursuivant.. Un coéquipier. Très intéressant... Sonder le territoire. De grands yeux ronds comme une balle se firent voir. Nyen.. Était vraiment nul avec la magie. Il avait vraiment peur de l'examen désormais. Mais c'est alors qu'il eut un petit sourire sur ses lèvres. En faites, son coéquipier.. Lui aurait sûrement ou du moins ne pouvait être que meilleurs. Il devrait donc se servir de lui comme aide. Il allait s'en servir à coup sûr. Il vint ramasser simplement un chandail qu'il enfilant, partant désormais vers sa destination. Les falaises...

Dans le couloir, il croisa son coéquipier. Drôle de coïncidence. Mais bon il allait faire avec. Il lui lança un regard "motivant", du genre "Prêt?". L'autre élève et Nyen partit vers ses falaises rapidement. D'ailleurs ils n'avaient que trois minutes pour se rendre au premier point. Notre cher Nyen courrait avec aisance, comparé à l'autre élève. En faites, c'était bien sa force, des capacités physique implacable, dans son cas. C'était sûr que pour grimper, courir, se battre. Il était plutôt bon. C'était dans les autres trucs, du genre sonder un territoire, que ça lui nuisait plus qu'autre chose. C'est le pourquoi de se faire "ami, ami" avec l'autre était son plan. Non loin qu'il haïssait les gens. Seulement, il était tout de même plus sélectif. L'autre demeuré qui le suivait, il ne l'aimait pas trop. Petite gueule de fendant, cheveux blond platine sous de grand yeux vert pomme. C'était laid. Mais le pire c'était sa tronche... Vraiment ce petit air supérieur donnait à Nyen l'envie de lui étampé sa petite gueule de blondinet aux airs supérieur. Il rageait en lui. Mais vraiment... Soudainement, un bruit vint le déranger. Les insectes approchaient. Heureusement, il ne restait que 100 mètres, avant d'atteindre le point de "rendez-vous". Ce ne fut pas très long que malgré son envie incroyable de tuer l'autre tarlouse, il augmentait sa vitesse, seulement, l'autre ne semblait pas aussi rapide... Il avait besoin de lui... Les insectes se rapprochaient de plus en plus du petit fendant. Celui-ci, apeuré vint crier, ne voulant pas se faire pincer par ses créatures là. L'un d'eux commença à élever la voix. Il pouvait dire n'importe quoi... Même "C'est terminé". C'est alors que son premier mot n'eut même pas le temps de se faire prononcer qu'il avait déjà une pierre entre les deux yeux. Nyen c'était permit de le faire, tout était permis quoi! Finalement à bout de souffle, le fendant vint rentrer dans la zone sur. Prochaine destination... Les falaises. Il vint simplement tenter d'entraîner l'autre. Ils partirent. Ce qu'adorait notre cher ami, c'était que les falaises n'étaient pas trop compliquées à trouver. C'était même plutôt évidant. Bon c'était loin, mais pour lui, c'était rien. Il avait les capacités à se rendre là, sans problème. Ça Trystan n'y avait sûrement pas pensée. C'est d'ailleurs dans leurs escalades qu'il arriva un petit contre temps... Le fendant... Eut la cheville tordue. Il était misérable et désespérant. Nyen laissa même entendre un long grognement sourd inhumain, voir identique à celui d'un loup.


- Ne m'abandonne pas! Je t'en prie!

- Naaah non! Nous sommes une équipe! Toi et moi!

Dis-t-il avec un faux sourire qui cachait sa malice et ses plans envers ce petit coéquipiers qui était une vrai plaie. D'ailleurs il le traînait depuis un moment avec tant de bien que de mal. Ils étaient rendus au bout d'une de ses falaises. L'autre vint extraordinairement utiliser ses pouvoirs. Vraiment le fendant avait un influx magique incroyable, ça ne prit pas de temps qu'il pointa vers le bas, où y régnaient des pique de roches et de l'eau. C'était incroyablement haut... Et incroyablement Trystan... Du genre c'était vraiment dangereux et impossible. Du moins pour quelqu'un qui ne ce nomme pas Nyen. C'était sûrement pour ça que Trystant n'avait aucun espoir de revoir les élèves qui allaient s'y aventurer, c'était tout simplement impossible. Le fendant releva son regard vers l'hybride.

- Tu va devoir y aller seul... Je ne pourrais pas y aller...

- M'aaah.. Tu vois... Riant subtilement. J'avais une autre idée... On ne sait pas si c'est si dangereux là...

- Où veux-tu en venir?

- Bah tu vois, c'est peut-être creux, mais est-ce mortelle?

-Mais certainement! Tu crois que c'est aussi facile que ça?! Créature idiote..

-Naaah c'est pas ce que je dis, simplement que tu m'emmerde et qu'en plus disons que si je saute, vais-je mourir?

- Hein!? Mais allez arrête de tourner autour du pot!

- D'accord!


Il s'avança vers le bout de la falaise, poussant le gamin qu'il traînait. Dans un terrible hurlement de peur, il vint s'écraser contre des rochers, d'ailleurs un de ses membres s'arracha sous l'impacte d'un pique rocheux. Notre jeune homme-loup, vint identifier sa chute, jugeant du coup toute les possibilités pour se rendre en bas. Ça terminait dans de l'eau.. C'était tout de même anodin! Le corps du gamin s'écrasa finalement en bouillit de sang sur le rocher où s'y était posé le casque. Ce qui aida donc Nyen'Vöss à trouver l'objet. Il lui fit un petit salut de tout en haut.

- Merci vieux. Heh heh heeeh...


C'est alors qu'il vint faire de nouveau de l'escalade. Il descendit doucement, sautant d'un pique à l'autre. C'était maintenant que ça ce jouait. Il était véritablement nul à la magique, malgré quelque exceptions au niveau de la guérison. Mais là, il était dans son élément. Les acrobatiques s'enchaînaient d'avantages, se donnant toujours une poussée, arrivant à un autre rocher plus bas, s'agrippant à des pierres qui ressortait des murs rocheux. Il vint donc finalement poser pied sur la plate forme rocheuse, au centre des vagues. Il agrippa le casque, reniflant bêtement, comme habitude. Le détaillant. Un casque crasseux et vieux. Ça ne peut pas vraiment être ça... Non... C'était impossible...

Soudainement, tout autour de lui devint le vide. Une espèce de pièce blanche infini. Il cligna à plusieurs reprises les yeux, ne pouvant vraiment croire l'endroit où il était caché en ce moment. Soudainement un poulet cuit passa devant lui. Suivit d'oiseau et d'écureuil. Des chats... De la nourriture... Du genre une tarte au pommes. Tout ce qui pouvait être délicieux aux yeux de Nyen. Ce ne prit pas trop de temps qu'il vint à poursuivre cette nourriture. Il les suivit l'eau à la bouche, en attrapant un de temps à autres. Puis tout redevint clair. Il était de nouveau aux sommets de la falaise. Une femme se dressait devant lui. Une femme attrait d'une beauté remarquable, voir angélique. Elle avait des courbes magnifiques, un visage parfait. Elle vint simplement chuchoter dans le vent.

- Suis-moi... Je sais qui tu es... Ta famille... Ton identité... Ta vrai place est a mes côtés... Viens... Mon amour....

Il eut un petit sourire, faisant un pas vers elle. Il allait doucement vers cette femme si belle, qui savait tout... Qui il était vraiment. Sa plus grande question. Puis doucement la nourriture vint entourer la jeune femme. L'invitant à la suivre. Mais c'est dans sa marche vers elle que quelque chose vint vraiment le déranger. Un petit bruit... Un écureuil... Il se retourna brusquement, ses grand yeux jaune fixant sa proie, il vint complètement oublier la femme et le reste de nourriture. Pouf! Tout disparu. Nyen avait même sauté dans les airs en vue d'attraper l'écureuil. Il arrivait à ses fins avant de tomber a plat ventre sur le sol, les mains vides. Il cligna des yeux à plusieurs reprises une nouvelle fois.

- Eeeh... Écureuil?

Puis soudain il se rappela de l'épreuve psychique. L'illusion... Tout ça réussit à cause d'un écureuil. Ridicule. C'est alors qu'il se rappelait qu'il avait réussit! Il eut un petit sourire. Un picotement vraiment agaçant semblait survenir de sa gorge, il toussa, toussa encore, se raclant la gorge bruyamment et violement, quelque chose à l'intérieur y était prit. Il vint cracher un bout de parchemins au sol. Son regard vint se promener de gauche à droite, très perplexe. Espérant que personne ne venait de voir ça. Pas un mouvement... Il s'avança donc vers le bout de papier, le ramassant doucement de sa main griffés. Marécage... Dans une heure... Là... Il en avait vraiment marre. Il venait de se taper un beau grand trois kilomètre! Descendre et grimper une falaise! Là... Il en avait vraiment plein le dos...

- ARRRRRRRRRHHH!!!! Le son devenant un réel hurlement rageur de loup.

Il courait avec cette vitesse folle, il serrait les dents, ses yeux jaunes devinrent éjecter de sang sous la rage qui l'habitait. Il courait rapidement, s'aidant parfois de ses mains pour se donner une pousse plus grande, tel un canin aurait fait. Il grognait et rageait, rebroussant chemin en direction du marécage. D'ailleurs il rattrapa même les insectes qui avaient été chargés de le poursuivre. Le temps s'écoulait de plus en plus. Il lui restait de moins en moins de temps. Les minutes s'achevait et passait. Il devait courir de plus en plus vite. En comptant les pauses prise pour se reposer sous l'effort énorme qu'il mettait dans sa rapidité à courir, il était désormais à 55 minutes. 5 minutes et il échouait... Sa dernière course battait tous les records possibles. Il avait courut à une vitesse si folle. D'ailleurs que l'autre demeuré de fendant, qu'il avait tué, l'avait fait courir plus vite à cause de son incompétence, maintenant environs un bon... 3 kilomètre et demi, 4 kilomètre à courir en revenant... Donc pour un total de... 6 kilomètre et demi ou peut-être bien 7. Totalement inhumain. Il arriva donc, David et Mukuro déjà là. Il n'eut même pas le temps de les saluer qu'il s'écrasa au sol dans un nuage de poussière. C'était tout simplement débile. Il venait presque de se tuer. Bien beau avoir des capacités étonnante, ça... C'était trop. D'ailleurs il se releva rapidement, allant vomir dans des buissons plus loin. C'était vraiment trop. Il plaqua une main contre son estomac, laissant de nouveau un vomissement prendre le dessus. Il s'écroula à genoux vomissant de nouveau. Il était tout trempé de sueur. Il ne s'était jamais autant poussé avant ça. Le manque d'eau et de nourriture dans son corps n'avait sûrement pas aidé. C'est d'ailleurs ainsi qu'il devint semi conscient, rentrant plus dans une phase semi-conscience. Plus aucune énergie à donner et à fournir. sa respiration se faisait régulière, mais franchement bruyante et profonde. Il s'était donné à fond. Ah... Et Trystan était vraiment cinglé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Mer 22 Juin 2011, 01:28

    Eleiwyn se réveilla normalement comme tout les jours, il sortit de sa chambre et voulut courir pour aller dans la cuisine car il mourrais de faim. Il n'avait manger hier soir ayant un mauvais présentement. Il arriva dans la cuisine et vit qu'il y avait une énorme part de viande qui grillait au four. Il hésita à la prendre en se disant quelle appartenait à quelqu'un d'autre, son ventre criait famine et au bout de 2 seconde il prit le bout de viande et la dévora comme si il avait pas manger depuis une semaine. Il alla en dehors de la forteresse et alla faire sa promenade pour enregistrer tout se qui l'entourais. L’examen approchait et étais impatient de commencer pour mettre toutes ses capacité à l’œuvre. Se jour là, il a décider de visiter tout les recoin du lac noir. En arrivant il vit un petit lac, il enleva ses vêtement et plongea dans l'eau, il savait nagé et eu aucun mal a aller dans le fin fond du lac. Il retourna a la surface et restât dans l'eau une bonne heure pour identifier les moindres recoin de cette endroit. Il avait mit a peu près 30 minutes a arriver devant le lac en partant de la forteresse à pied. Il retourna a la forteresse, il faisait presque sombre et il prit une bouchée de la viande que lui offrit une servante insecte. Il alla se coucher dans son lit s'endormit rapidement.

    Eleiwyn fit un cauchemar pendant son sommeil où il perdait l'épreuve pour devenir écuyer et Draken allait le tuer lui même, il se réveilla juste avant que la lame de la hache lui coupe la tête. Il respirait avec difficulté et transpirait par tout les port de la peau. Il était tôt, il en profita pour aller se purifier et manger son premier repas de la journée qu'il dût préparer lui même, malheureusement les servantes dormaient encore. Il retourna dans sa chambre et regarda la mer. Une trentaines de minutes plus tard il sentit un insecte approcher, L'insecte entra en vitesse comme si il devait faire quelque chose d'urgent juste après. L'insecte posa la lettre sur le lit d'Eleiwyn et repartis aussi vite qu'il est arriver. Eleiwyn intrigué, prit et ouvrit la lettre. Il y découvrit que l'épreuve de passage pour les élève était arriver et lut en mémorisant tout se qui il y avait écrit. Il apprit que s'était le petit Empereur Trystan qui étais charger de superviser l'Examen malheureusement il était très sévère et détestait les enfants donc il avait très peu de chance, il avait même entendu dire que plus de cinquante élèves sont mort et donc il ne resta plus que 10 personnes dont: Nyen'Vöss, l'homme-loup, David, le plus âgé, Mukuro, la psychopathe, Dario, qu'il connaissait presque pas et 5 personne qui étais des incapable et qui se croyait pour les meilleur se qu'il détestait par dessus tout. Par coïncidence le lac étais sa destination choisis. Il découvrit aussi que 2 insectes le devront le chasser et qu'il sera accompagné par un camarade. Il espérait de tout cœur qu'il tombera pas sur un boulet qui se croivent pour les meilleur alors qu'il surpasse personne

    Eleiwyn enfila sa chemise noir, son pantalon noir attacher avec sa ceinture noire en cuir. Il prit sa dague et deux épée en bois pour se défendre des hommes insectes. Il sortit et se dirigea vers la sortis de la forteresse et vit un camarade et devina que c'était lui qui l'accompagnerais et comme par hasard, il es tomber sur le plus arrogant des 5 élèves qu'il détestait. Il vit 4 insecte près a partir dés que les 3 minutes se serons écoulé. Eleiwyn évalua rapidement la situation et décida de faire seul le travail qu'avec cette espèce d’énergumène. il se dit qu'il vas mettre environ 15-20 minutes a arriver au lac se qui était convenable. Eleiwyn partis avec toute la vitesse qu'il pût et regarda son compagnons marcher. Il l'attendit pas pour éviter l'affrontement avec les insectes. Les 3 minutes écouler, les insectes partis a toute vitesse à la poursuite des 2 élèves. Eleiwyn avait encore une bonne dizaines de minute de course avant d'arriver au lac. Les insectes rattrapa son compagnons se qui ravie Eleiwyn qui voulait faire le travail tout seul ou alors un camarade qu'il appréciait. Les 2 autres insectes charger de l'attraper continua leur route. Leur âge plus élever que Eleiwyn, ils le rattrapèrent peu à peu et avant que le premier insecte l'attrape, il prit sa dague et l'enfonça dans le torse de son poursuivant et lança habillement la dague sur l'autre insecte se qui le tue instantanément. Eleiwyn débarrasser de ses insectes ralentit sa course et arriva au lac 10 minute plus tard.

    Il sonda l'endroit, pas très bon pour sonder un endroit éloigner, il sonda juste le lac a la recherche d'un objet. Il sentit une aura qui provenait du milieux du lac ou la profondeur était la plus grande. Il trouvait quand même Trystan vicieux. Il enleva sa ceinture d'arme et ses vêtements puis plongea dans l'eau. Il vit une botte et sut qu'il devait la récupérer pour gagner cette première épreuve avant l’exercice psychologique. Il alla chercher la botte mais a chaque fois il manquait d'air avant de l'attraper et dut remonter a la surface souvent. Il commença a s'énerver et quand il manquait d'air il voulut l'attraper ,mais il était entrain de se noyer. Ne voulant surtout pas mourir dans de tel circonstance, il attrapa la botte mais ne put remonter a la surface par son manque de force physique qui lui manquait. d'un coup une lumière blanche venu de nul par se propagea dans le corps d'Eleiwyn et lui donna une force physique surhumaine et remonta a la surface avec une vitesse qui surprit Eleiwyn. Il sortis de l'eau avec la botte et revêtit ses vêtement. Il a réussit au bout de 29 minute, il a faillit perdre et mourir si la force ne serait pas venu en lui.

    Eleiwyn ayant réussit la première épreuve, il se souvient que c'était l'heure de l'épreuve psychique. Il fallait montrer qu'on était prêt a mourir pour son continent. C'est alors qu'apparut le continent d'Enkidiev avec un point visée par une flèche. C'était son pays où il est né! Apparu aussi ses parents qui disait de venir avec lui:

    -Vient avec nous. Nous somme ta famille, nous te cherchons depuis plusieurs années et nous pleurons chaque nuit quand tu n'est pas là. Revient faire une vie meilleurs avec nous et tu sera heureux toute ta vie.


    Eleiwyn hésita a y aller. Il rêvait de retourné sur Enkidiev avec sa famille mais se dit dans sa tête:

    -Reste calme, reste calme, c'est juste une illusion, c'est juste une illusion. Ce n'est pas réelle, la vie se paye, se n'ait pas possible que l'on m'offre une vie meilleure comme sa. Non, non, non!!!!!!

    -Je suis fidèle au continent qui m'a adopter, je mourrait pour lui!

    C'est alors que tout disparut d'un seule coup faisant un soupire de soulagement. Un sorcier apparut, il était mis Homme mi oiseau et avait une tête affreuse. Il avait les plumes noire nuit et avait le bec courbé comme les corbeaux. Le sorcier lui jeta violemment la lettre à ces pieds et partis en rageant. Eleiwyn s'approcha de la lettre et lu qu'il avait une heure pour arriver au marécage. Eleiwyn était content car le lac n'était qu'a une demi-heure de course. Mais il voulait arriver très rapidement pour se dire que c'était fini. Alors il courut de toute ses jambes pour arriver le plus vite possible. Il croisa en chemin son compagnon attraper par les insectes qui le poursuivait. Il allait arriver dans 20 minutes a toute jambes. regardant que devant lui in ne vit pas le petit troue sur son chemin et trébucha. Il tombât violemment en se rattrapant avec ses mains qui ont craqué sous le choc. Eleiwyn cria de douleur et essayer de se lever. Il réussit mais la douleur de ses bras le ralentissait mais il courrait quand même avec la même ardeur mais plus lentement. Il arriva devant les marécage, mais il ne reste plus que 10 minute et la douleur se mit a s'intensifier et tombât sous la douleur. Il voulait se relever mais ses bras ne voulait pas et la force qui l'avait aidée dans le lac réapparut et lui donna une force phénoménale lui enlevant toute douleur. Il se releva et courut sans attendre car il savait que l'effet était temporaire. Il arriva au marécage et vit ses meilleur camarade rassemblé donc il y avait: Mukuro, David et Nyen'Vöss. On était tous arriver a la fin et Eleiwyn cria victoire mais le pouvoir ayant plus effet il tomba par terre et dit a ses camarade:

    -On a tous réussit, bien joué a nous quatre dit-il avec de la difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Mer 22 Juin 2011, 11:09

S’il y avait bien une chose que Trystan détestait, c’était d’être réveillé. Je veux dire, réveillé par une personne autre que son fils ou qu’Ellyn. Et encore, quand il s’agissait d’Ellyn, c’était tendancieux ; disons qu’elle devait avoir une excellente raison pour se permettre d’agir de la sorte. La majorité des nobles d’Irianeth pensaient que le narcissisme poussé à l’extrême de Trystan se serait calmé avec l’âge ; mais en réalité, ce n’était pas vraiment le cas. Le jeune homme se trouvait important lorsqu’il n’était qu’un enfant insignifiant ; puis il avait compris qu’il possédait un réel pouvoir en arrivant sur le continent maudit, sauf que ce pouvoir n’était pas réel. Non, ce n’était pas encore assez pour lui, Trystan voulait plus, il avait toujours voulu plus. Alors, l’évidence s’était imposée à lui : il suffisait de monter sur le trône. Le vieux trône que son père s’efforçait de tenir au chaud sans en exploiter tout le potentiel… Or, pour avoir ce trône, il fallait tout d’abord éliminer son occupant. Plus facile à dire qu’à faire ? Non, bien au contraire ! En amenant une idée aussi révolutionnaire dans une discussion (qu’elle soit formelle ou informelle), Trystan aurait simplement réussi à gagner un aller simple pour l’exil ou la détention à vie… Et ce, dans le meilleur des cas. Alors, il avait simplement suffit de le faire. Agir. Une mort gratuite. Enfin, pas réellement, c’était pour le bien du peuple qu’il avait dû faire ça. Ou pour son bien personnel… Peu important en vérité, l’important étant que cela avait été fait. De plus, cette nouvelle fonction lui accordait encore plus de privilèges qu’il n’avait eu en sa qualité de prince héritier. Comme par exemple, de ne plus jamais recevoir d’ordres de ses supérieurs, puisque, techniquement parlant, il n’a plus de supérieurs ! Ou encore, de ne plus jamais être dérangé lorsqu’il ne le souhaite pas, ce qui inclue de ne pas être réveillé par un insecte puant qui se permet d’entrer dans ses appartements alors que le soleil vient seulement de se lever. Si Trystan n’avait pas tenu à connaitre la raison de sa présence dans ce lieu sacré, il l’aurait tué sur place ; mais comme l’insecte avait de toute évidence un message de la plus haute importance à transmettre, il le laissa bafouiller quelques mots avant de l’expulser de chez lui par un champ de force. Trystan n’était certes pas très aimable ; mais au moins, contrairement à une majorité de dignitaires, il ne tuait pas les insectes gratuitement. C’est vrai, si il les tuait tous, il n’aurait plus de serviteurs prêts à satisfaire ses moindres désirs avant même qu’il n’ait fini de claquer des doigts. Une vraie vie de luxe. Ce qu’il avait toujours souhaité au plus profond de lui-même en vérité. A un petit détail près.

Lorsqu’il voulait que quelqu’un meurt, il n’avait pas le droit de s’en tirer. Du moins, pas aussi facilement. Pas indemne. Pas sans être handicapé, paralysé ou dans le coma. N’importe quoi ! Surtout lorsqu’il avait pris la peine de travailler durement pour concocter un examen à côté duquel survivre à une attaque de sirènes aurait été une balade de plaisance. Alors, dans ce cas, POURQUOI CERTAINS AVAIENT-ILS SURVECU ? Non, Trystan n’était pas en colère, il était juste simplement irrité. Juste un tout petit peu. Pas grand-chose. Vraiment. Il irait beaucoup lorsqu’ils auraient tous échoués. Selon des calculs rapides, les survivants devaient actuellement se diriger vers les marécages. Ah, si seulement ils pouvaient tous tomber dans une crevasse en chemin… Et ne pas en sortir. Au pire, il aurait pu envoyé Andréya pour effectuer cette tâche ingrate ; mais non, cela aurait été trop facile, elle les aurait simplement félicité d’être arrivés jusqu’à là et aurait déclarés qu’ils étaient tous des vainqueurs. Et ça, c’était spécifiquement ce que voulait éviter le jeune Empereur. Il fallait repartir sur des bonnes bases, et, pour ce faire, il était nécessaire de ne garder que la crème de la crème. Si ces gosses étaient encore en vie, c’est uniquement car ils avaient eu un peu plus de chance qu’il ne l’avait prévu en rédigeant le contenu de l’épreuve. Dans ce cas, il était nécessaire d’en inventer une autre. Bien plus difficile. Avec bien moins de chance de survie encore. C’est en réfléchissant à la meilleure manière de recaler les jeunes élèves Irianeth qu’il avala quelques tartines et se rendit dans l’aile des sorciers. Les cinq sorciers illusionnistes se trouvaient déjà là, la plupart affichant un air satisfait qui avait le don d’exacerber Trystan au plus haut point. Après tout, ils avaient gagné leur pari, à savoir que les élèves de cette génération étaient préparés à survivre à n’importe quoi. Trystan ne fit aucun commentaire sur leur attitude suffisante ; toutefois, son expression devait être suffisamment froide pour convaincre les sorciers de ne rien dire de désobligeant qui pourrait aggraver la situation. Le nouvel Empereur prit place à la place en bout de table qui lui était réservé et il commença à lire les rapports au fur et à mesure que les sorciers les achevaient. Apparemment, plus de la moitié des élèves avaient survécu. Ainsi, c’était du grand n’importe quoi. Dès lors, Trystan se mit à imaginer une seconde épreuve réellement irréalisable.

Six survivants. La première arrivée au point de rendez-vous se nommait Mukuro, jeune psychopathe en herbe, il était d’ailleurs étonnant qu’elle ait résisté à la tentation de tuer les soldats insectes plsu sauvagement, ou son coéquipier, ou même le sorcier illusionniste. Cette jeune fille aimait tuer. En fait, elle était d’un grand ridicule. De plus, Trystan savait pertinemment que c’était ce genre de personnages qui étaient le moins loyales à l’Empire. Après tout, si elle voulait vraiment tuer, elle pouvait le faire dans les deux camps, et autant dire qu’elle ne se gênait pas pour le faire. Au pire, si elle devenait gênante, il suffisait de l’éjecter dans le château d’Emeraude et de la laisser faire un massacre avant qu’elle ne meure. Le deuxième, parvenu à atteindre les marécages peu de temps après sa camarade ayant de sérieux troubles psychologiques, n’était autre que David, un élève très prometteur, en particulier à l’escrime selon ses enseignants. Défaillant au niveau magique. En gros, rien de plus qu’un boulet parmi tant d’autres. Seulement, c’était un boulet relativement chanceux puisque la magie de son camarade lui avait permis de localiser l’objet et de l’acquérir quelques secondes avant la fin du délai imparti. Après quoi, il y avait eu le dénommé Nyen’Vöss, peut-être le seul qui aurait dû survivre selon Trystan. De fait, avec ses caractéristiques assez animales, l’adolescent possédait de meilleurs réflexes et avait pour ainsi dire des chances de survie démultipliées de par le fait qu’il pouvait s’adapter à n’importe quel type de situation. Cependant, il s’avérait qu’il était aussi faible que les autres mauviettes qui lui servaient de camarades, puisque son corps étaient à bout de forces. Pathétique. Puis, un autre garçon était arrivé, le dénommé Eleiwyn. Pff, et dire qu’il était fier de sa performance. N’importe quoi ! Comment peut-on être fier d’avoir presque échoué deux fois de suite ?! Sur Irianeth, on se moque de la victoire, ce qui importe ce n’est rien d’autre que la perfection. Enfin, selon le dernier sorcier, deux filles étaient encore en chemin et allaient arriver quelques trente secondes avant la fin de l’épreuve, en fait, elles étaient les seules à avoir sû conservé leur binôme en vie jusqu’à la fin de la première tâche. Alors que Trystan reposait la dernière feuille de rapport de l’examen, un sorcier prononça quelques mots à mi-voix, craignant de se faire châtier pour impolitesse envers l’Empereur. Le blondinet n’en fit rien. Le sorcier avait raison. Le temps imparti allait être écoulé dans quelques secondes et il se devait d’être là-bas pour annoncer la fin de l’épreuve, établir le bilan aussi désolant soit-il et surtout, annoncer le déroulement de la seconde tâche. Avant que le sorcier à moitié lézard ait pu protester contre le manque de ponctualité de l’Empereur, Trystan avait disparu et se trouvait à présent dans la région des marécages, face à cette jolie bande de nuls, tous à terre, épuisés.


- L’épreuve est terminée. Ne vous attendez pas à ce que je vous félicite, vous avez tous démontré que vous étiez des incapables et aucun de vous ne devrait être ici actuellement. En particulier toi, Invité.

Avec le temps, Trystan avait appris à soigner ses entrées, de manière à imposer un effet à son auditoire dès le début de son discours. Tout ceci, il l’avait appris aux côtés d’Améthyste, cette conseillère qui avait malencontreusement perdu la vie à cause de son ambition légèrement trop grande aux yeux de l’Empereur. Peut-être aussi car elle faisait en sorte de l’Empereur héritier sache quoi faire pour s’emparer du trône et mener tous ses sujets à la baguette. La mort de cette femme avait été un coup dur pour Trystan mais il s’était efforcé de ne rien montré. On ne montre pas ses faiblesses sur Irianeth. Ici, avouer que l’on peut avoir des failles de temps à autres n’a rien d’une force, c’est simplement un moyen efficace pour l’ennemi de gagner la bataille. Il faut être fort. Il n’y a pas de place pour les faibles. Les faibles meurent. Les forts se débrouillent pour survivre… Ainsi va la vie, ainsi va le monde. Le jeune Empereur dévisagea les six survivants attentivement : certains paraissaient déterminés, d’autre au contraire étaient encore épuisés et avaient de la difficulté à se tenir debout, notamment le jeune Eleiwyn et le garçon loup Nyen’Vöss. Sans rien dire, Trystan se contenta d’imaginer qu’une force invisible les projetait dans une flaque de boue visqueuse et malodorante située à peine quelques pas devant eux et les garçons s’y retrouvèrent. Après quoi, le superviseur de l’examen leur fit un signe de tête aussi froid que possible, leur indiquant de reprendre leur place respective, de faire fi de la douleur et de se montrer attentifs à ce qui allait suivre.

- Je suis extrêmement déçu de votre performance, à chacun de vous. Vous croyez peut-être avoir réussi, mais vous n’avez rien accompli et aucun d’entre vous six ne mérite le titre d’écuyer d’Irianeth. Il ne s’agit pas réussir, il s’agit d’être parfait. Qualité que vous ne possédez pas.

Commençons par toi, Mukuro. Sache qu’il n’y a pas de passages secrets sur un champ de bataille. Or, sans ces raccourcis improvisés, tu ne serais pas arrivée à l’heure. Rien que pour ça, tu mériterais d’être recalée. Pour ce qui est du reste, tu as eu beaucoup de chance d’être sortie avant ton camarade qui a réussi à contenir les soldats, te permettant de prendre un peu d’avance. Une dernière chose, ne tue plus jamais un messager. Il ne t’appartient pas, ce n’est pas à toi de décider qui doit vivre et qui doit mourir. Ceci, c’est mon rôle. C’est mon premier et dernier avertissement à ce sujet…

En ce qui te concerne David, j’aurai cru que tu étais un peu plus intelligent que ça. Non pas que je t’estime, ça non, certainement pas ! Seulement, après toutes ces années passées ici, tu aurais bien dû te douter que les soldats insectes n’attendraient pas de toi que tu sortes par l’entrée principale. Après, tu dois savoir autant que moi que sans ton partenaire, tu ne serais pas ici. Sans Dario, tu n’aurais pas pu échappé aux insectes, tu n’aurais pas localisé l’objet et tu ne serais jamais parvenu à l’attraper… C’est Dario qui devrait être ici, et pas toi. Tu n’as aucune force morale, sinon tu te serais battu pour lui. Et ne viens pas me sortir l’excuse des règlements, ça ne prend pas avec moi. Tu es un lâche, un minable, et j’espère bien que la mort de ton « ami » pour qui tu n’as rien fait va te hanter toute ta vie durant.

Parlons de toi à présent , Nyen’Vöss. Tu as de l’instinct de survie et cela se sent parfaitement. Toutefois, ce n’est pas une raison pour tuer ton camarade en le poussant simplement du haut de la falaise. En fait, tu as fait pire que Mukuro. Mais passons, puisque ta performance était honorable et que ton équipier était un boulet encore pire que David, on pourrait presque dire que tu as bien agi. En revanche, je reste assez déconcerté par l’épreuve psychique. Aucune allégeance n’est-ce pas ? Tu ne prêtes serment à personne… Tu n’es pas fiable, garçon ; or, ne sont admis comme écuyer que ceux que j’estimerai comme étant fiables. Tu as donc plutôt intérêt à faire tes preuves.

Quant à toi, Eleiwyn, tu le sais que tu n’as réussi l’épreuve qu’à cause d’un heureux hasard : si tu n’avait pas été au lac la veille, jamais tu n’y serais arrivé à temps. Et la natation n’a pas l’air non plus d’être ton fort, tu devrais réellement te mettre à travailler si tu veux survivre. Et puis, pour l’épreuve psychique, tu l’as réussi uniquement car tu savais qu’il s’agissait d’une épreuve, en conclusion, c’est moyen. Et même bien plus que médiocre encore.


Oui, Trystan était réellement méchant avec ces pauvres gosses qui avaient donnés le meilleur d’eux-mêmes et qui s’en étaient, somme toute, pas si mal tiré que cela, pour des nuls. Trystan répéta le même exercice avec les deux dernières arrivées, une jeune fille brune répondant au nom de Noelween, ainsi qu’une fille rousse, la plus âgée du groupe, nommée Pauleen. Evidemment, la deux eurent le droit à une foule de reproches et Trystan ne s’arrêta que lorsqu’il vit perler des larmes dans leurs yeux. Pour ceux qui se demandent l’utilité de cette technique, et bien c’est très simple… En agissant ainsi, Trystan les décourageait au maximum, enfin, il brisait le moral des faibles ; or, les forts seront au contraire stimulés par tous ces reproches et souhaiteront donner le meilleur d’eux-mêmes pour la suite, histoire de prouver que leur Empereur avait tort. A présent, il ne restait plus qu’à trouver les éléments défaillants, et à les éliminer. Simple. Facile à retenir et à appliquer. Une chose était certaine, les gosses allaient être ravis d’apprendre que leur examen n’était pas terminé…

- Toutefois, rassurez-vous, vous allez avoir l’occasion de prouver une nouvelle fois votre valeur. Car l’épreuve est peut-être terminée mais l’examen ne fait que commencer.

Suite à cette nouvelle déclaration de torture, Trystan repéra un soupir de lassitude parmi la bande. Sans essayer d’être discret, il entra dans les pensées de ceux qu’ils suspectaient : d’abord Eleiwyn, puis Noelween, et enfin Pauleen. La coupable étant bien évidemment cette dernière. En fait, Trystan était presque ravi qu’un d’entre eux serve de cobayes, ainsi, ils seraient tous prévenus. Le jeune Empereur claqua des doigts et fusilla la jeune fille du regard ; aussitôt, celle-ci se plia en deux de douleur. C’était si simple de faire souffrir les gens ; et pourtant, ce n’était pas la passion de Trystan, pas depuis qu’il avait été obligé de le faire pour pouvoir survivre en retour. C’est pourquoi il arrêta peu de temps après avoir commencé à utiliser cette forme de magie noire… Après quoi, un sorcier apparût et emmena la jeune fille loin du groupe, vers la forteresse, où elle entrerait sûrement au harem avant de finir sa vie comme servante… De toute façon, elle l’avait mérité ; et puis, c’était sa coéquipière qui avait fait tout le travail dans les montagnes, la rousse s’était contentée de suivre. Bien sûr, il y avait une autre raison à la satisfaction de Trystan, mais pour le comprendre, il fallait connaitre un peu plus le jeune Empereur, ce qui n’était pas le cas des élèves ici présents. Pauleen était rousse. Andréya, son écuyère actuelle, était rousse. En expulsant Pauleen, c’est comme si il expulsait Andréya de son rôle… Tout était symbolique. De plus, il était presque certain que son apprentie éprouvait de l’affection pour la jeune fille qu’il venait de envoyer ; or, du moment qu’il pouvait faire de la vie de son écuyère un enfer insoutenable, il était heureux. Et pourtant, elle aussi, elle s’accrochait. Elle s’accrochait même tant et si bien qu’elle allait finir par devenir chevalière, au grand damne de Trystan. La vie est injuste. Et il comptait bien passer ses nerfs sur ses jeunes garnements qui avaient ruinés la matinée qu’il avait promise à son fils.

- Une seule protestation, et tu es recalé Invité. Vous êtes tous prévenus, les règles n’ont pas changé. Cette fois-ci, pas de lettre. Et pas de course non plus. Non, c’est loin d’être une faveur ce que je vous fait là, ce n’est vraiment pas mon genre. Au moins, quand vous courrez, vous avez une chance de survie. Essaye de fuir, Invité, et tu es recalé.

Vous allez tous les cinq être placés dans une des flaques délimitées magiquement par un cercle lumineux. Un élève par cercle. Tu ne peux pas sortir du cercle Invité, si tu essayes ou que tu franchis la limite, même s’il s’agit d’un accident, tu es recalé. Vous allez devoir affronter douze soldats chacun, ils seront facilement identifiables grâce à la couleur de leur casque. Si je peux me permettre un conseil, il serait préférable de ne pas les laisser pénétrer dans votre périmètre ou vous avez peu de chances de réussir l’épreuve. Voire même de survivre. Bien entendu, les armes sont interdites puisque cet examen repose essentiellement sur la magie. Si tu ne me remets pas les armes que tu as sur toi avant de commencer l’épreuve, et/ou que tu en utilises une pour affronter un insecte, tu es recalé Invité. Si tu attaques un soldat alors que ce n’est pas à toi de l’attaquer Invité, tu es recalé. De plus, la personne à qui appartenait ce soldat sera recalée automatiquement. C’est injuste, mais c’est la règle.

Si vous êtes encore en mesure de continuer l’examen une fois tous les soldats maitrisés, vous allez devoir survivre à un sorcier. Un insecte n’est pas toujours très habile ou intelligent. Et surtout, il ne maitrise que les armes. Les chevaliers d’Emeraude constituent ainsi des adversaires bien plus redoutables, mais ils restent des larves. Si vous n’êtes pas capables de survivre quinze minutes, dans un périmètre restreint, face à un sorcier, vous ne pourrez pas tenir une heure à la guerre et nous aurons tous perdu du temps à vous former. Tu es recalé à partir du moment où tu déclares forfait. Libre à toi, Invité de préférer la mort à la honte éternelle, mais ne crois pas que l’on honorera la mémoire d’un faible si tu échoues.

Enfin, si par malheur tu es encore parmi nous, sache que ton calvaire ne sera pas terminé aussi facilement. Tu devras encore trouver le moyen de sortir du cercle. Tu te demandes comment, n’est-ce pas, Invité ? Et bien réfléchis pour une fois, ça te changera. Je ne vous donnerai pas plus d’indications pour ceci.


Jamais Trystan n’avait été aussi exigeant lors d’un exercice, pas même dans ceux qu’il avait imposé à Andréya au cours des cinq dernières années. L’exercice paraissait en effet très compliqué mais il l’était encore plus lorsqu’on était au courant d’un détail particulièrement sadique : les périmètres dans lesquels les élèves aspirant écuyers allaient être placés n’étaient autres que du sable mouvant. Certes, ce sable mouvant-ci était réputé pour être assez lent d’action, ce qui permettait aux élèves de passer quelques minutes sans s’apercevoir de rien. Oh, il n’y avait rien de personnel contre les élèves. Trystan ne voulait pas les voir mort, une simple mutilation sévère ou même un abandon aurait amplement suffit. Qui serait assez stupide pour préférer la mort à la disgrâce ? Invité peut-être… Et encore. Les sorciers qui avaient aidé à la première tâche apparurent et distribuèrent des dossards de couleur aux élèves : rouge pour Mukuro, vert pour David, bleu pour Nyen’Vöss, jaune pour Eleiwyn et blanc pour Noelween. Avec cette couleur, les élèves sauraient quels soldats attaquer puisque cette même couleur serait appliquée sur leur casque. La difficulté dans cette première partie de l’épreuve consistait bien entendu à viser correctement puisque les soldats seraient complètement mélangés et allaient arriver de toutes parts, laissant les jeunes élèves livrés à eux-mêmes, prompts à faire une erreur leur coûtant leur place dans l’Ordre de chevalerie. Avant de commencer, Trystan passa parmi les élèves pour s’assurer qu’ils n’avaient pas d’armes sur eux. Au passage, il s’arrêta sur David et soigna son membre blessé ; après tout, l’examen devait être égal pour tout le monde et il aurait été soigné par un guérisseur sur un champ de bataille… Avec l’aide des sorciers, Trystan fit entrer les cinq élèves dans leurs cercles respectifs et alla se mettre plus loin, pour ne pas gêner les insectes dans leur massacre sanguinaire.

- La deuxième épreuve commence… MAINTENANT

Un des sorciers poussa un cri strident et l’on entendit les insectes qui se mettaient en route, au loin, dans la forteresse. Vu qu’ils n’allaient pas courir, ils seraient là dans une petite demi-heure environ, ce qui laissait aux élèves le temps de respirer un peu. Trystan indiqua aux sorciers qu’ils pouvaient disposer et ils disparurent, se tenant prêts à intervenir dès que la première partie serait terminée. Ah, en effet, il ne fallait pas croire que les sorciers allaient être assez stupides pour combattre depuis la terre ferme ; et puisqu’ils maitrisaient tous l’art de la téléportation, il était certain qu’ils allaient en user et en abuser. Tout le monde savait que Trystan ne voulait pas de gagnants. Et tout le monde savait qu’il allait détester avoir à composer une dernière épreuve si il y avait des survivants. En ce qui concerne la dernière partie de cette tâche, le petit Empereur avait tenu à conserver le mystère… Les élèves devaient prouver leur loyauté à nouveau, et surtout, comprendre qu’ils n’étaient rien de plus que des larves ; en d’autres termes : que Trystan était le maitre et qu’il était impensable de penser à le doubler. Le jeune homme était prêt à accepter de nombreuses choses en échange… Loyauté, services, baisers… Et oui, Trystan était volage et cela le perdrait certainement un jour. La majorité des Tanieths savaient cela, qu’en étaient-ils des filles ici présentes ? Pff, de toute façon, aucun n’aura survécu jusqu’à la troisième tâche alors, pourquoi s’en faire ?





[HRP : Ne dites pas que vous avez réussi à trouver ce qu’il fallait faire pour sortir du cercle, c’est moi qui le déciderait ça ! Wink Et pour le sable mouvant, on va dire que ça peut durer jusqu’à deux heures avant d’être totalement englouti…]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Mer 22 Juin 2011, 12:23

Enervée, c'était le principal sentiment que ressentait Mukuro a l'annonce de cette nouvelle épreuve et aussi aux insultes qu'avaient proférer Trystan a son encore. Cet idiot ne se ménageait pas pour démontrer son pouvoir et aussi sa volonté de voir l'échec afin de tuer chacuns des élèves présents pour se test. Mukuro grogna lorsque Trystan punit Pauleen, la rousse et lorsqu'il soigna le bras de David. Elle ne sut pourquoi mais elle ressentait le besoin de le soigner même sans dons particuliers pour la magie de guérison. Elle aurait juste voulue être aux côtés de ce dernier. Cette pensée troubla Mukuro qui secoua la tête afin de se concentrer sur autres choses mais cette pensée resta en dominance.

Mukuro se dêpécha de rejoindre son cercle et elle s'assit en son centre afin d'avoir de la marge pour esquiver les éventuels coups qui viendraient des fantassins venant pour la tuer et non la faire échouer a son examen comme chacuns des élèves pouvaient s'en douter. Elle détacha sa cape et retira son capuchon afin de se sentir plus légère, c'était la deuxième fois depuis qu'elle était sur Irianeth qu'elle l'enlevait. Ses cheveux se soulevèrent au vent et elle n'esquissa aucun mouvement le temps de se concentrer sur sa respiration. Elle se releva en voyant arriver au loin les premiers insectes. Elle se concentra pour repérer ceux qui lui étaient attribués et nota dans sa tête leurs positions : 10 a gauche et 2 a droite près de ceux d'Eleiwyn. Elle soupira a nouveau en pensant a cet abruti qui pensait être son camarade et son ami mais elle ne fit aucun commentaires dans sa tête se rendant compte qu'elle manquait de temps pour le faire.

Néanmoins, lorsque les insectes arrivèrent a portée de tir de ses rayons incendiaires de couleurs bleu, elle ne pus s'empêcher de ressentir cette sensation de plaisir et de joie qui parcourait sa chair et sa peau dans une vague de vibrations très agréable qui si elle connaissait le terme de "jouissif". Elle laissa libre court a ses pulsions se qui lui valut un grand sourire illuminant son visage lorsqu'elle réussit a découper d'un seul coup la tête d'un de ses insectes et de blesser celui d’à côté. Les insectes ne rigolaient pas et ils continuer de courir droit sur les élèves et Mukuro eut pour la première fois de sa vie peur de cette vulgaire épreuve. Elle serra les dents en se déplaçant un peu sur la droite pour mieux viser ses insectes. Elle continua de faire tomber les insectes les uns après les autres mais ils continuaient d'avancer implacablement jusqu'à ce que l'un des trois derniers insectes pénétra dans son cercle. Mukuro se jeta sur le côté in extremis en réalisant qu'elle avait été ralentie par les sol friable, qui s'écartait pour l'avaler complètement. Elle réussit a tuer l'insecte en visant le coup et en le touchant par chance.

La tête produisit un son très spécial en touchant le sol, ce qui éclaboussa le visage de la belle Mukuro encore plus belle dans le sang et la bataille qui faisait rage dans l'esprit des élèves. Lorsque les gouttes de sang touchèrent le visage de Mukuro, celle-ci entra dans un état second digne des plus beaux psychopathe de toute cette planète. Un sourire angélique, un corps sombre et couvert d'éclat de peau, de gouttes de sang et de saletés. Mukuro était complètement dans un état de transe de tueuse entièrement concentrée a abattre le deuxième Insecte qui pénétra dans le cercle. Les pensées de Mukuro se limitait a ce moment clef a tuer et tuer et tuer mais aussi a boire du sang. Pour une raison inconnue, Mukuro voulait boire du sang. Néanmoins, au moment ou le deuxième insecte tomba la tête la première sur le sol, le dernier des insectes de Mukuro apparut derrière elle et elle eut juste le temps de sauté sur le côté mais trop tard du aux sables mouvants.

Sa lance se planta avec un sentiment de douleur incroyable dans le bras de Mukuro, le bois de cette dernière ploya sous l'impact et se brisa laissant la lance logée dans le bras de Mukuro. Mukuro étant encore dans son état second, ne percuta pas tout de suite de l'intense douleur que cela lui causa et elle ne fit que sourire plus fort lorsqu'elle tira la jambe de l'insecte a l'aide sa jambe. Celui-ci s'effondra sur le sol et Mukuro sauta sur lui en lui découpant la tête d'un ultime trait de sa magie bleu. Elle était heureuse et elle se rendit compte de la lance logée dans son avant-bras. Elle le tira en réunissant ses dernières forces dues a l'adrénaline et retira d'un coup la lance qui lui tira un cri de douleur mais aussi de plaisir. Mukuro dus rapidement arraché un morceau de son tee-shirt pour pansé la blessure et serrer fort afin de se faire une sorte de garrot. Elle se releva en voyant arriver par téléportation cette saloperie de sorcier qui ne lui laisserait aucun échappatoire. Et surtout qu'il allait bien évidemment abuser de sa téléportation.

LA douleur rongée Mukuro et les sables mouvants commençaient a l'attrapée par les jambes, elle ne pouvait plus sauter sur les côtés ou esquiver. Il fallait qu'elle empêche le sorcier de la tuer ou de la blesser mortellement sinon c'était fini pour elle. Elle s'essaya a lire rapidement ses pensées et chance pour elle, elle réussit a déterminer une de ses peurs qui pouvait être utiliser ici mais arriverais-t-elle a manipuler son pouvoir alors qu'elle était totalement épuisée par l'usage de ses pouvoirs. Ce sorcier avait simplement peur de ne pas pouvoir voler, les illusions allaient devoir être convaincantes et rapidement organisées. Mukuro se concentra une ultime fois en voyant le sorcier plongé sur elle. Elle leva la main sur lui et fit apparaître sa vision des choses : une intense gravité forçant le sorcier a rester cloué au sol. LE sorcier n'en revenait pas et il essaya en vain de battre des ailes : il ne pouvait pas, en fait si mais Mukuro réussissait a le persuader que cela était impossible pour le moment. L'illusion ne tiendrait pas plus longtemps et il fallait que Mukuro dise quelque chose.

"Si tu te rends je te laisse tes ailes et ta capacité de voler"


Le sorcier lui croassa au visage et la peur gagna son cœur. Il devait choisir entre Trystan et ses ailes et bizarrement ce lâche choisit de prendre ses ailes. Il dit alors tout haut que Mukuro remportait l'épreuve et Mukuro relâcha son pouvoir au seuil de l'inconscience mais tout de même apte de tenter des mouvements plus tard et de rester sûre d'elle. Elle garda son sourire pendant que les sables mouvants commençaient a lui "manger" les cuisses. Elle laissa son esprit pensé a pleins de choses avant de réfléchir a ce qu'elle pouvait offrir pour sortir des sables mouvants. Il fallait forcément offrir quelque chose de valeur. Elle ne pus offrir que quelque chose de dérisoire aux yeux des gens mais a une valeur inestimable pour elle : Son premier baiser. Elle fit donc part de sa proposition a Trystan par télépathie.
Revenir en haut Aller en bas
#David

avatar
Nombre de messages : 500
Rôle : Chef des Chevaliers d'Irianeth
Date d'inscription : 19/12/2010

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G15]
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Irianeth
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Ven 24 Juin 2011, 08:58

Lorsqu'il vit l'empereur arriver, David sentit la fierté d'avoir réussi avec ses camarades, dont deux des 5 lâches avaient miraculeusement réussi, un coup de chance surement. Réussir à faire bouger l'empereur de son alvéole était très difficile, voire impossible. Il avait eu le temps avant que l'empereur arrive de se mettre debout malgré son entorse qui le lançait. Il ne voulait pas prendre le risque d'utiliser ses pouvoirs magiques, bien que très développés au niveau de la guérison, s'il y avait une autre épreuve, ce qui serait un coup de sadique de la part de l'Empereur. Mais David ne pensait pas une seule seconde qu'il y aurait une deuxième épreuve. Il pensait encore moins que celle-ci serait d'un côté plus difficile que l'autre car ils n'avaient pas toutes les consignes. Et il n'imaginait même pas que Trystan les critiquerait, un par un. C'est pour ça que lorsque Trystan prit la parole, David ouvrit la bouche de stupéfaction. Lorsque Trystan se mit à critiquer Mukuro, il avait envie de lui dire de se taire, qu'elle avait fait un travail parfait, elle était arrivé avant, si elle avait prit des raccourcis c'était parce qu'elle avait eu l'intelligence d'étudier la région. David fit taire ses pensées, elle n'était qu'une sadique qui méritait d'être recalé, pourquoi vouloir la sauver des critiques de Trystan. Dans ses pensées plus confortables, il entendit quelque chose de... terrible.

- En ce qui te concerne David, j’aurai cru que tu étais un peu plus intelligent que ça. Non pas que je t’estime, ça non, certainement pas ! Seulement, après toutes ces années passées ici, tu aurais bien dû te douter que les soldats insectes n’attendraient pas de toi que tu sortes par l’entrée principale. Après, tu dois savoir autant que moi que sans ton partenaire, tu ne serais pas ici. Sans Dario, tu n’aurais pas pu échappé aux insectes, tu n’aurais pas localisé l’objet et tu ne serais jamais parvenu à l’attraper… C’est Dario qui devrait être ici, et pas toi. Tu n’as aucune force morale, sinon tu te serais battu pour lui. Et ne viens pas me sortir l’excuse des règlements, ça ne prend pas avec moi. Tu es un lâche, un minable, et j’espère bien que la mort de ton « ami » pour qui tu n’as rien fait va te hanter toute ta vie durant.

Vous connaissez l'hydre ? Cet animal mythique. Un animal qui à chaque fois qu'on lui coupe la tête devient plus fort. A chaque fois qu'on lui coupe la tête, il en repousse deux. Or critiquer à ce point David, c'était couper sa tête de sérieux, de talent confiné et de stratège pour faire pousser deux autres têtes, encore meilleures. La première était la tête de l'égo surdimensionné, le signe d'une croyance en lui renforcée, le signe d'un renforcement de ses pouvoirs, le signe d'une vantardise incroyable. L'autre tête qui avait poussé était celle de la hargne, celle du mental, il ne faisait plus fi de rien, ni de la souffrance, ni de la peur, ni de quoique ce soit, juste la hargne de réussir, de montrer que la perfection peut être humaine, lui. A partir du fait que ces deux têtes étaient réunies, David devenait plus fort et se sentait prêt à tout et ne s'arrêterait pas avant d'avoir six pieds sous terre. Et il n'allait d'ailleurs pas tarder à en avoir deux.

David regarda Trystan d'un regard haineux, rien de ce qu'il disait n'était vrai. Ce que disait l'empereur était inacceptable, malgré son poste, il ne pouvait pas se permettre de l'insulter lui, David ! Il avait éliminé deux des trois insectes et aurait pu décapiter le troisième d'un rayon incendiaire si on lui en avait laissé le temps, il aurait pu se soigner, il avait repéré l'objet, Dario n'avait fait que confirmer ses soupçons. Il aurait pu monter l'arbre seul, il en était persuadé, Dario ne l'avait pas attendu après l'épreuve psychique, il était mort comme un idiot, c'était sa faute. David méritait sa place plus que quiconque ici et il leur prouverait en tant qu'écuyer.

Ah non, cet examen déjà extrêmement difficile ne suffisait pas, il fallait en plus qu'il y ait une deuxième partie d'épreuves, il entendit Pauleen soupirer. Quelle idiote, elle ne méritait même pas d'être ici, qu'elle s'en aille, elle n'avait pas le mental, elle n'avait rien, même pas la beauté d'ailleurs. Un sorcier la prit et l'amena dieu seul sait où. Or Dieu ne le savait pas (nota bene : David se prend pour un dieu ) . Enfin bref, qu'elle finisse sa vie en servante, elle ne méritait que ça, les chevaliers n'avaient besoin que de talent. Pas de pleurnicheuses aux pouvoirs aussi développés que ceux de Nyen'Voss sans sa capacité physique exceptionnelle.

Bref, l'épreuve consistait à tuer des insectes dans une flaque ? C'était une blague, il n'avait pas quelque chose de plus facile, histoire qu'il puisse le faire en dormant. Etant donné qu'il n'écoutait que d'une oreille discrète, il n'avait pas vraiment entendu et capté cette idée de casque et de couleur, il savait juste qu'il devait tuer 12 insectes, rien de plus facile. En comptant bien, il y aurait 60 insectes, un lancer de dagues avec lévitation, 3-4 morts puis quelques rayons incendiaires dans le tas et c'était fini... C'est alors qu'il capta clairement un ordre, Interdit aux armes !? Mais quel cynique, quel sadique et quel petit empereur de pacotille narcissique, Déjà le mettre dans une flaque de boue était inacceptable, lui faire passer des épreuves était inacceptable, le contraindre à donner toutes ses armes étaient inacceptable. Cet empereur était inacceptable. Pendant qu'il ruminait, Trystan ne s'était pas arrêté dans son grand monologue. Un sorcier !? Il avait beau être un demi-immortel, il n'en restait qu'un élève qui ne maîtrisait pas vraiment ses pouvoirs... Mais il n'était pas le plus à plaindre... Il regarda son meilleur adversaire, Nyen'Voss, le dernier à l'avoir mis dans l'état gros égo. Il allait avoir du mal le pauvre, beaucoup de mal sans pouvoir, d'autant plus que le sorcier n'allait surement pas se rendre dans sa flaque.

David, tel un héros s'apprêtant à faire un coup d'éclat se mit à faire des étirements inutiles, mais qui faisait bien le sportif qui attendait tranquillement la suite du match. David ne doutait plus une seule seconde de lui. Jamais personne ne le battrait, surtout pas des insectes. Il remonta les manches de son chandail, enleva les cheveux qui lui bloquaient légèrement la vue. Il afficha un sourire confiant en attendant les insectes. Tout en attendant il se demanda comment battre les insectes. Il songea tout d'abord à faire une plantation d'insectes. Les faire voler et les faire atterrir tête la première dans le marécage et les voir remuer inutilement leurs pattes d'insectes. Trop d'énergie, s'il voulait botter les fesses au sorcier, il fallait quelque chose de moins fatigant. Il pensa alors à la solution qu'il avait pensé avant, il allait les décapiter aux rayons incendiaires ! C'était si évident qu'il faillit rire de sa stupidité. Mais David ne riait pas de cela, et David n'était pas stupide. Un sorcier vint alors lui remettre un dossard. Quelle laideur ! Pourquoi lui mettait-on un ce chiffon vert sur lui, quelle honte, il s'en plaindrait à... bah David ne se plaignait pas de toute façon. On l'amena dans une grosse flaque délimité par il ne savait quoi. Trystan s'approcha de lui pour soigner sa grosse entorse, il l'avait oubliée celle-la, le plus dur fut surtout de ne pas donner un coup de pied à Trystan... Il tenait quand même à sa place dans l'ordre... Trsytan annonça officiellement le début de l'épreuve et un sorcier siffla le coup d'envoi de la deuxième épreuve.

Il dut attendre une demie heure dans sa flaque qu'il trouvait étrangement molle. Il accueillit les insectes avec un regard et un sourire en coin qui ne trompaient pas, David croyait dur comme fer à ses chances et il allait exploser ces insectes, un par un. Dès que les insectes approchèrent et rentrèrent dans la zone de portée de ses rayons incendiaires. David secoua la tête afin d'éliminer les mèches rebelles qui étaient revenus. A chaque fois qu'il faisait ce geste, il était étonné par sa propre grâce et sa propre classe. Il était décidément le meilleur élève dans presque toutes les catégories... Il tendit ses mains comme un mage surpuissant lèverait ses mains et deux rayons incendiaires partirent, décapitant deux insectes du premier coup.
* T'es le meilleur Dav ! *. Il remarqua avec amusement qu'il avait décapité deux insectes au casque vert, comme la couleur de son dossard. C'est alors qu'il se rendit compte qu'il fallait peut être viser les insectes au casque de la même couleur que son dossard. Oui, ce serait plus marrant de mettre un peu de challenge. Il se mit donc à tirer des rayons incendiaires en touchant des insectes, s'écriant "Ace" dans sa tête à chaque HeadShot. Il en avait déjà tué 8 comme ça. Mais étrangement, y avait plus d'insectes avec un casque vert, c'était pas normal ça. Il en repérant un dans le cercle de Nolween, Il tira un rayon incendiaire qui frôla Nolween, un autre insecte au casque blanc avant d'échouer et de finir au loin dans les marécages. Il sentit alors la présence de deux être vivants derrière lui, il tenta de se retourner en sautant mais il ne réussit qu'à se faire une autre entorse, au genou cette fois. Sauter tout en tentant de se retourner quand on est embourbé jusqu'à la mi-jambe n'était pas particulièrement facile, même pour David. Il tenta de tirer au hasard derrière lui le plus de rayons possible pendant près de 30 secondes. Il n'y avait plus personne derrière mais David tentait encore de secouer ses mains en soufflant dessus, se carboniser les mains et se faire une entorse pour tuer deux vulgaires insectes. Il allait devoir rectifier le tir dans tous les sens du terme... Il parvint enfin à tuer l'insecte qui était autrefois dans le cercle de Nolween. Le dernier insecte lança sa lance avec une précision incroyable. Mais David l'avait vu et utilisa son pouvoir de lévitation pour écarter la lance, Néanmoins, l'objet était trop aérodynamique et rapide pour être contré, il se contorsionna afin de la lance ne fit que se planter dans son chandail, passa à quelques millimètres de sa peau. avant de se planter juste derrière lui. Il se contorsionna pour prendre la lance derrière lui et la lança à l'aide de la lévitation. La lance monta très haut, David et l'insecte regardant sa trajectoire, elle retomba et... ses points de suspension auraient pu suspecter un epic fail mais pas du tout la lance se ficha entre les deux yeux de l'insecte.

David ferma le poing et embrassa sa main, il était décidément trop fort pour ses vulgaires insectes. Il voulut tendre ce poing à quelqu'un pour dédier son succès mais il finit par se tendre le poing à lui même, il ne devait sa victoire qu'à lui même. Il bougea de nouveau sa tête de façon à enlever les mèches rebelles tout en se félicitant encore. Il était réellement le meilleur, du moins, il aimait le croire. Il fut tiré de ses pensées par un rayon qui s'échoua dans la flaque et l'éclaboussa. Qui avait osé viser aussi mal et atterrir dans sa flaque !? Sa sublime tunique et son visage divin éclaboussé de boue, quel blasphème... Il tourna la tête et comprit.

Un sorcier se trouvait devant lui. Sa tête qui ne ressemblait en rien semblait se tordre en un sourire. Il allait devoir survivre à un sorcier 15 minutes sans bouger dans une flaque, un sorcier qui soit dit en passant était capable de carboniser une flaque avec un rayon incendiaire. Il aurait été à sa place il aurait fait un strike de tous les insectes. Comment il allait ne serait-ce qu'en réechapper, David préférait mourir que de prendre la honte éternelle. Puis il se rappela qui il était, il était le dieu de la magie ! (Toujours selon lui ) Il n'allait pas échouer cette épreuve, il n'avait pas fait tout ce chemin pour finalement crever dans une flaque. Il devait montrer à Trystan qu'il n'était pas un incapable. Mais cela n'empêchait qu'il était au dessus de lui... Et alors, il restait David, futur écuyer de l'ordre d'Irianeth, il ne se laisserait pas faire comme ça. L'enjeu, le challenge firent apparaître en David l'intelligence qu'il avait en quelque sorte perdue dans son passage en mode orgueilleux hargneux.

Ce combat, où plutôt cette mission de survie, il allait devoir la jouer à l'intelligence, et surtout jouer la montre, le coup de sifflet final n'était pas loin, il ne pouvait tout simplement pas s'effondrer maintenant, c'était inenvisageable. Il allait être écuyer et ce n'était pas cette chose informe qui allait l'en empêcher !


- Salut, comment s'appelle mon malheureux challenger ?

Sa réponse fut des cliquetis incompréhensibles, et malheureusement, on pense toujours dans sa langue donc cela excluait presque toutes les solutions qu'il avait. A savoir, lire dans les pensées ses faiblesses, où encore se servir de la faiblesses des sorciers qui consistait à leur envie de toujours avoir plus de pouvoirs, plus de puissance, comme ce qui avait perdu Fleming... A partir de là il aurait pu faire un cours sur la lévitation qu'il avait posé sur papier sur les mouvements des forces et des vecteurs. Mais s'il ne comprenait pas une phrase si simple, il n'allait pas tenter quelque chose de plus compliqué...

Il décida de tester les capacités du sorcier, en prenant une lance à l'aide de la lévitation et l'envoyer de la même façon en direction du sorcier qui se téléporta à sa droite, nouvelle tentative à l'aide de son lasso, même chose derrière lui puis son rayon incendiaire échoua et le sorcier apparut à sa gauche en riant. Il s'amusa à lancer des rayons que David avait énormément de mal à esquiver vu qu'il était à présent embourbé jusqu'aux genoux. Ses exercices de contorsionniste étaient douloureux mais il avait déjà survécu. Ce sorcier le sous estimait vraiment. Il n'avait même pas de bouclier magique, il se contentait de lancer des rayons incendiaires en se téléportant... toujours d'un quart de cercle dans le sens des aiguilles d'une montre ! Néanmoins, David parvint à garder son visage impassible. La seule chose dont laquelle il pouvait bénéficier était l'effet de surprise...

En revanche, il se demanda très vite ce qu'il ferait une fois que le sorcier serait à sa portée. L'emprisonner au lasso serait inutile, un rayon incendiaire ne l'atteindrait qu'une fois, une lance serait une bonne option mais c'était une attaque trop longue à préparer, il la verrait venir. Qu'est ce que pourrait faire un vulgaire élève face à un sorcier pour survivre 10 minutes. Il devait le mettre à terre. Le sonner. David souria intérieurement, il venait de trouver, il était un génie.

Il envoya un rayon à sa gauche de sa main gauche et dans le même tempo fit partir son lasso en face de lui avec sa main droite. Comme prévu le sorcier se téléporta et fut enlacé par la corde ténébreuse. Avant que le sorcier ne pense ne serait-ce qu'à essayer de briser le lasso. David avec un air de concentration ultime qu'il n'avait jamais eu auparavant fit venir une lance de la main gauche tout en tirant sur le lasso pour faire au sorcier comme il avait fait involontairement sur Nyen'Voss. Le sorcier fit donc de multiples tours sur lui-même avant de s'effondrer. On pouvait soigner les blessures. On pouvait contrer les rayons incendiaires, mais on ne peut rien contre le tournis, on ne peut que s'écrouler pendant quelques secondes en attendant de voir le monde normalement. Ne se considérant pas comme vainqueur, David usa ses dernières forces pour faire voler la lance, la mettre au dessus de la tête du sorcier avant de la faire tomber entre les deux yeux. il avait mit moins de 20 secondes pour réaliser cet enchaînement. Il savait que le sorcier n'était pas mort, le seul moyen de battre était de les trancher en deux. David souffla, il était dans un état détestable, il avait les mains carbonisées, le torse brûlé par un rayon du sorcier, il avait utilisé tout ce dont il avait en lui pour se battre. Encore une fois, il lutta contre l'évanouissement. Il était vidé mentalement, physiquement et au niveau des pouvoirs.

David regarda Trystan, il ne faisait rien, il n'avait pas l'intention de les sortir de là, il leur fallait trouver comment faire pour sortir. Même avec son égo, David se pensait et se savait incapable de sortir de ces sables mouvants, il ne pouvait rien faire, il n'avait plus qu'à se laisser mourir. Il avait écrasé un sorcier pour rien, il avait perdu... Il n'avait jamais été autant en position de faiblesse. Il n'avait pas remboursé sa dette envers Irianeth pour l'avoir accueilli, il mourrait ici. Sans avoir réalisé quoique ce soit. David lacha un petit rire, il avait tout donné. Il n'était même pas en position de négocier, il n'avait rien à donner de plus que ce qu'il avait déjà donné. Il était un élève d'Irianeth, il ne s'abaisserait pas à faire quoique ce soit de déshonorant. Il n'avait plus rien à donner. Il n'allait pas implorer la pitié. Il ne pouvait que redonner sa loyauté, il n'avait que cela, et si ça ne suffisait pas, il finirait sa vie sur ces paroles.


- Je suis David, élève de l'ordre d'Irianeth, à jamais, ma loyauté restera toujours à l'ordre ! Si je dois mourir, je mourrais en tant qu'élève d'Irianeth au service de l'empire, je ne vivrais jamais en tant que vulgaire serviteur.


Dernière édition par David le Ven 16 Nov 2012, 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Ven 24 Juin 2011, 11:45

Il ouvrit les yeux, reniflant bêtement son air, se frottant le nez ensuite. Il se releva, restant tout de même assied, inspirant à fond, étrangement, s'avoir poussé autant l'avait tué au début, mais étrangement, en si peu de temps, il se sentait plutôt bien et bien moins amoché qu'au départ. Il en profita donc, se relevant, détaillant les gens présent. Il s'arrêta beaucoup plus aux personnes qu'il avait l'habitude de côtoyer. Eleiwyn, Mukuro et David. Il eut un petit sourire en voyant sa meilleure amie. Il avait se petit sentiment de fierté en lui. Il se disait qu'elle méritait sa place plus que personne ici. Elle était vraiment génial celle-là. Ensuite pour David. En faite quoi que son plus grand adversaire, il en était une personne que Nyen'Vöss aimait bien. Il fut donc content de voir sa petite tête enflée ici. Eleiwyn, compagnon plutôt inconnu pour notre homme loup. Seulement, il fut tout de même heureux pour lui, il était là, et tant mieux pour lui. S'il pouvait faire partit des écuyers, ça ne serrait que bon, il était l'un des meilleurs. Pour les autres... Il s'en foutait. Après quoi, il s'étendit au sol, un petit sourire niais aux lèvres, il trouvait le sol si adéquat pour une sieste et un repos bien mérité non?

Non... La chose la plus agréable qui existe?! Oui! Un cinglé! Le roi des cinglés, le chef des plus débiles que ces terres pouvaient porter! Nommé de toute la splendeur de Nyen'Vöss! Le blondinet cinglé! Bah en faites... Il ne sut seulement qu'il était blondinet en le voyant, mais ce ne prit pas grand temps à Nyen de lui trouver ce nom de toute manière. En faites c'était déjà sur et certain qu'il n'aimerait jamais ce type. Il venait d'arriver et les rabaissait. Surtout qu'il semblait étrangement avoir une dent contre lui. Ce qu'il l'énervait au plus au point. D'ailleurs, il se retrouva avec Eleiwyn, la face première dans une flaque de boue... Nyen releva son regard jaune vers cette espèce de... Cinglé! Cette espèce de microbe. Il serrait durement les dents, détaillant ce petit empereur de pacotille. Il rageait au plus profond de lui même. C'était instantané chez lui. Sans même le vouloir, un grognement sourd et de sonorité canine se fit entendre venant du loup. Son regard haineux et rageur le trahissait. Vraiment ce petit blondinet cinglé là... Il l'imaginait bien dans son assiette.

Il se mit dans en rang, placé comme l'Empereur des cinglés l'avait demandé. Nyen eut un petit rire intérieur.

* Heh heh heh... Empereur des cinglés.. Elle est bon celle-là... Heh heh heh*

Il se mit à râlé. D'ailleurs Nyen'Vöss le regardait, n'écoutant plus ou moins ce qu'il pouvait bien raconter. Ses grands yeux jaunes détaillait et fixait l'Empereur d'une drôle de manière. C'était comme si il avait une proie devant lui. Vraiment son regard, même pour l'Empereur, pouvait être inquiétant, se faire regarder comme si on est un joyeux festin, c'est jamais rassurant. Mais en plus d'en vouloir profondément a...

* L'Empereur des cinglés... Heh heh heh heh... Oooh elle est trop bonne... *


Il trouvait qu'il avait une profonde ressemblance avec l'espèce de boulet qu'il avait jeté dans les falaises. Vraiment, la libération et le plaisir qu'il avait eut, c'était génial! Il s'imaginait donc avec Trystan dans les bras, celui-ci le suppliant de le laisser tranquille et de ne pas lui faire mal. Il pleurait. Nyen'Vöss, involontairement, eut un sourire qui anima ses lèvres, cette image était si agréable dans son esprit, qu'il ne pouvait s'empêcher d'y réagir. Puis le moment le plus beau arriva. Il le jetait du haut de la falaise... Son regard jaune devenait étrangement différent, habité avec une tendance et un esprit bien différent du Nyen'Vöss que les gens semblait connaître. Cette tendance devenait beaucoup plus sauvage et brutale. Comme si la violence à L'état pure habitait son regard. Il se contentait tout de même de le fixer, restant dans son monde. Il cligna bêtement des yeux, se rendant compte que le blondinet était en plein débat de fillette. Bah oui! Il fait comme c'est petite princesse... Il râle sur tout et fait sa chochotte. Nyen eut besoin de se retenir pour ne pas rire.

* Impératrice des cinglés.... M'heh heeeh heh hehe!!! Trop drôle!! Hrm! Ne rit pas! Il ne faut pas rire! *


Il regarda donc Trystan l'imaginant avec de longs cils, les joues toute roses, habillé d'une robe rose, une grosse sucette à la main. Plus il l'imaginait, plus que l'image dans sa tête devenait détaillé. Soudainement, Trystan apparu avec des courbes plus féminines, beaucoup trop... Belle?

* BEUUURRH! *

Il frissonna cessant d'imaginer immédiatement ce genre de chose très traumatisante. Puis comme ça tombait bien, il en était à lui même. Suffit les conneries sur Trystan. Même que ce que lui disait l'Empereur vint quelque peu l'enrager, il serra les dents, légèrement irrité par ses propos. Il en jetait le petit blondinet. Il avait ce tour de vous mettre au bout de vous même. Il avait le don de piquer aux bonnes places pour vous mettre en rogne. Finalement, il l'appréciait mieux en princesse... Loyauté... Loyauté... Il avait un écureuil!? Comment voulez-vous porter loyauté quand il a un écureuil!? C'était impensable! Vraiment Trystan était un homme incroyable, s'il pouvait se contrôler en face d'un écureuil, il méritait peut-être son titre d'Empereur. Il avait des nerfs d'acier celui-là! Mais il était tout de même convaincu que si il aurait été là, il aurait comprit le pourquoi qu'il n'avait fais aucune marque de loyauté... Un écureuil! Pendant qu'il se retourna pour râler sur les deux autres, Nyen'Vöss pencha la tête sur le côté, imaginant son empereur favoris, seulement en écureuil cette fois. Il plissa son regard sauvagement jaune. C'était tout de même étrange, l'habit de l'écureuil lui faisait bien. Du point de vue de Nyen'Vöss évidemment. Peut-être que les autres ne l'aurait pas vue comme lui. Mais c'était vraiment marquant pour notre garçon loup. L'Empereur qui est sur sa tête pouvait parfaitement être un écureuil...

Comme si il n'y en avait pas assez... Une autre épreuve. Notre ami le loup vint même inspirer profondément son air préparant un argument de la mort. Mais... Il commença les règlements. Ces maudits règlements finissant toujours par un " N'est-ce pas Nyen'Vöss? " ou encore un " Nyen'Vöss " à chaque fin de phrase. C'est même ainsi que le concerné, Nyen'Vöss, en vint à fixer l'Empereur directement dans les yeux, son regard plissé, serrant durement la mâchoire. Le blondinet avait une dent contre lui, du coup, le loup en avait une contre le blondinet. C'était un automatisme. C'est alors que notre ami se rendit compte du poids et de la débilité de cette épreuve. Mais c'était cinglé!? Aaah... Trystan... Ça expliquait tout..


Cinglé... Bon pourquoi Nyen'Vöss trouvait Trystan cinglé? Voilà pourquoi. En faites dans ses principes personnelle, on n'envoi pas des futurs écuyers se faire tuer aussi facilement. Les critères de sélection ne sont pas obligatoires de terminer en mort. Ensuite, avec du recule, on peut en quelque sorte, remarquer que, l'Empereur voulait leurs mort... C'étai tout de même spéciale non? Cinglé, dans sa définition, veut dire quelqu'un de fou. Fou dans sa définition veut dire plusieurs chose, quelqu'un qui est dément, insensé ou encore, qui à perdu la raison... N'est-ce pas le qualificatif du blondinet? Avoir perdu la raison. Mais non! Évidemment que non! Il les simplement tous envoyé dans des endroits où la morts était franchement très présente, où qu'un seul faux mouvement et on est mort. Tuer des gens gratuitement! C'est si... Nyen s'arrêta de pensé un instant. En faites... Il tuait gratuitement... Mais pas ses alliés! Bon! Voilà, il avait trouvé le problème et ce qui le protégeait de se classé du côté des cinglés. Maintenant suffit! Concentration examen!

Il se plaça dans la flaque de boue. Pendant se temps, il maudissait cet Empereur de mettre cet exercice magique. Pourquoi la magie!? C'était tellement ridicule, la seule chose qu'il haïssait vraiment, la seule chose qui pouvait vraiment le faire recalé pour de bon. C'est alors que son regard qui avait prit une teinte plus sauvage, semblait s'amplifier. Tranquillement, le Nyen'Vöss que tous connaissait était en train de disparaître. Il allait sans doute revenir, mais en ce qui le concernait pour l'instant, c'était un esprit plus sauvage, plus violente, plus agressive, qui prenait le dessus. Il jeta un regard vers Mukuro. Pouvait-il vraiment se permettre d'être recalé et de la laisser filé, elle? Non. Sa respiration se faisait profonde. C'était l'heure de vérité. Était-il à la hauteur de ce destin ou non? Il vint se réchauffer, fixant droit devant lui. Le garçon devenant loup, le loup devenant le prédateur. De toute façon, était-il vraiment pour tout laisser tomber? L'Empereur voulait sans doute le voir abandonner. Bah juste pour l'emmerder, il n'allait pas se laisser faire.
Une demi-heure passa. Habillé de son dossard bleu, le jeune loup patientait l'approche de ses proies. Son regard jaune se dirigea une dernière fois sur les quatre autres. S'arrêtant d'avantage sur Mukuro plus qu'autre chose. Il revint vers lui. Il vit apparaître des casques avec de la peinture bleu. Le massacre des autres insectes avait commencé. Sa meilleure amie, son meilleur adversaire avait commencé à tailler en pièce la vague d'insectes qui leurs était attribué. Nyen tendit sa main, un rayon incendiaire en sortit pour aller s'écraser dans un arbre et déjà, faire chauffer sa paume de main. Il se concentra, tentant de s'appliquer dans sa tâche... Échec... Le rayon lui avait brûlé la main pour simplement passer dans le vide et ne rien toucher. Il lança un regard vers Mukuro, celle-ci un lance dans le bras... Les yeux de NyenV'öss vinrent carrément rond. Fixant la scène avec terreur. Pendant ce temps, les insectes s'approchaient de lui. L'un d'eux lança sa lance qui était parfaitement aligné avec son torse.

* Meryl... *


Dans un éclaire de mouvement, son regard vint se tourner vers la lance. Malgré les sables mouvant, il avait un avantage. Esquiver. Ses capacités physiques lui transmettait une force incroyable, l'aidant du coup à se déplacé, malgré le ralentit. Son corps se tassa agrippant d'une seule main la lance qui continuait sa trajectoire. Il la fit dévier pour la renvoyer directement contre le lanceur. Elle le transperça d'une force incroyable. Le jeune laissait entendre un long grognement sourd et typique à un loup. Ses canines vinrent se laisser voir. Ses griffes elles, étaient prêtes à n'importe qu'elle assaut. Un autre des guerriers vint brandirent sa lance, mais une boule de boue lui arriva en plein visage. Pendant ce temps, malgré que l'un d'eux ait été attaqué de boue, les autres envoyèrent leurs lances. Quatre au total, l'un d'eux tout de fois s'était faufilé derrière lui. Leçon à retenir, même si un loup ne vous regarde pas, il sait que vous êtes là. Il vous a sentit et même entendu. Il se tassa donc. L'insecte derrière reçut directement la lance en plein torse. Seulement, une des lances vint le frôler et du fait lui faire une entaille. Étrangement, sa blessure ne saignait pas énormément. Elle aurait dut saigner avec une légère importance, mais non... Voir que à peine quelque goute sortirent de la plaie. Une des lances était à ses côtés, dans le sable. Il la prit donc, il en restait dix...

Bien sûr, Trystan avait dit, pas d'armes. Mais il n'avait jamais mentionné ceux des adversaires. C'est pourquoi que Nyen se servait des lances comme projectiles. Bien sur il enfonçait un peu plus, par ses mouvements, il entraînait en quelque sorte la réaction qu'il se renfonçait. Mais pourquoi ses mouvements n'étaient-ils pas si ralentit? Bien sûr il n'avait pas une rapidité aussi incroyable, mais il en avait tout de même une favorable à cet événement. Il lança donc la lance, en tuant un nouveau. Neuf... Seulement, s'attaquer de loin, ça devient barbant. Il les attendit donc... Quelle est la formule d'un être d'une rapidité inhumaine, au ralentit, contre des être beaucoup plus lourd que lui et beaucoup plus lent au ralentit? Une sur avantage! Tel à son habitude. En plus, il avait parlé d'armes. Non de son corps. Son corps en était une, en ce qui le concernait. Ses griffes et ses crocs vinrent à bout des neufs... De manière différentes, se servant soit de l'attaque d'un pour le retourner contre un autre. Par une morsure fatale ou un coup de griffes acéré bien placé. Il réussit tout de fois a en terminé avec eux. Quoi que plusieurs coupures et écorchures y fussent, il ne saignait étrangement pas abondamment comme supposé. Mais ce n'était pas terminé. Il lança un regard vers Mukuro, elle s'en était sortit..

Le sorcier apparut devant lui, détaillant sa victime de son regard globuleux et affreux. Seulement... Il avait l'apparence d'un corbeau... Corbeau... Nourriture!! Nyen eut un petit sourire, quoi que son regard restait le même, sauvage et intense, il voyait tout de même de la nourriture. Bien sûr, sa téléportation allait vraiment rendre l'exercice difficile, il devrait trouver un moyen simple de lui empêcher de se téléporter. Il restait une lance dans le sable, quoi qu'elle renfonçait de plus en plus. Lui aussi d'ailleurs...


- Sache... Que je meurs ou vie... Je le fait pour mon honneur... Et pour l'honneur de cet empire...

Il haïssait l'impératrice... Eeh!! L'Empereur, non l'empire. Les gens qu'il avait côtoyés, les personnes qui lui avait fournit un toit. Quoi qu'on lui avait arraché sa maison... Mais il avait rencontré David, Mukuro... Il voyait Mukuro comme sa petite sœur, donc sa famille et son chez sois. Ce n'est certainement pas en pensant à notre ami Trystan qu'il eut cette intention si loyale. Bien qu'en bout de ligne c'était à lui. Mais bon! En l'imaginant soit en princesse ou écureuil il pourrait le toléré! Bon! Le sorcier!


Le sorcier eut le droit à une attaque incroyable de boule de sable et de boue. Bien sur, notre loup devait se bouger question d'éviter les rayons et les attaques que l'autre lui envoyait, mais le fait qu'il ressemblait à de la nourriture agrandissait son désir de l'avoir. Étrange... Il calculait du coup les déplacements de la téléportation. À la longue ça devenait prévisible, c'est pourquoi que le sorcier reçut une jolie boule de sable en plein visage. Déstabilisé, il n'eut pas le temps de voir la lance qui suivait la boule. Ce qui le mit un peu... Au sol... Il avait des chances de survie... Mais bon hen! Ce qui avait vraiment fais rire Nyen'Vöss c'est qu'il était venu à bout du sorcier en dix minutes mais surtout c'était le conseil de Trystan. "...il serait préférable de ne pas les laisser pénétrer dans votre périmètre ou vous avez peu de chances de réussir l’épreuve. Voire même de survivre..." Ouais... Bah disons que c'est grâce à ça qu'il avait réussit? Mais bon! Ne mettons pas sa parole en jeu!

Nyen'Vöss lança un regard vers Trystan, il avait en quelque sorte réussit l'épreuve en faisant tout autre de ce qui était demander, mais en restant en règle. Aaah quel cinglé ce Trystan...
Revenir en haut Aller en bas
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth] Dim 26 Juin 2011, 10:44

[HRP : Les attributions sont là donc l'examen est terminé. Si jamais tu veux tout de même répondre Eleiwyn tu peux...

Pour ce qui est de ma réponse, c'est le début de mon poste aux attributions, comme ça vous savez ce qui c'est passé après !

-> http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t5636-admirez-l-elite-d-irianeth-attributions#85508 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth]

Revenir en haut Aller en bas

Win it, or die [PV - Examen des élèves d'Irianeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Septième Génération-