___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Sam 18 Juin 2011, 11:22

Assis sur la plage aux dragons, le chevalier regardait au loin. L'horizon engloutissait l'Océan, laissant l'illusion qu'aucune terre ne s'épanouissait par delà cette étendue sombre... Les choses à Argent stagnaient, depuis un moment, il n'y avait guère plus de mouvements de troupes et aucun des protagonistes de cette guerre ne franchissaient leurs frontières. En dehors de quelques escarmouches sans guère d'importance, il ne s'était rien passé depuis un moment. L'Ordre avait reçu la permission de regagner Iraneth le temps de quelques jours. Le chevalier avait toujours autant de plaisir à regaganer sa terre natale, le palais d'Argent avait beau être agréable, le temps humide et les plages du continent noir finissaient toujorus par manquer au chevalier. À cette pensée, le chevalier leva les yeux vers le ciel, gris, ne laissant apparaître du soleil qu'une lueur fantomatique, le même temps qui recouvrait presque toujours les rochers infertiles du continent de son manteau. Dans le lointain, le hurlement d'un dragon vint déchirer le chant monotone des vagues, avant de décroître, doucement s'effacer dans leurs remous. Du ciel, le regard de Draken retomba sur la terre, ou la mer peut-être, ses yeux contemplants les vagues qui venaient se briser sur les récifs au loin, laissant force d'écume derrière elles. Le chevalier s'émerveillait toujorus de voir cette même mer, si violente, si déchaînée au loin, venir s'échouer si tranquillement sur les galets, quelques mètres devant les pieds du chevalier. Ses jambes en tailleurs, il balança ses bras de part et d'autre de son dos, et laissa s'échapper un soupir. Au venir d'une brise marine, le chef des chevaliers laissa sa tête choir vers l'arrière, fermant les yeux et offrant sa face au ciel grisaillant. Il sentit alors une goute de pluie tomber sur la peau mate de son visage. Au contact du liquide, cette dernière se crispa dans un rictus nerveux, surprit.
Draken ramena son corps et rouvrit les yeux pour constater les rides dont se couvrait la mer sous le pillonage du ciel. Bientôt, les goutelettes s'intensifièrent et la petite bruine se transforma en véritable pluie. Retrouvant une position verticale, le chevalier rabattit sa capuche sur sa tête et prit la direction de la forteresse.
Lorsqu'il eût atteint cette dernière, sa tunique était trempée. Il regagna ses appartements et se defit de cette dernière. Il passa alors une nouvelle tenue et se laissa choir sur un des fauteuils de bois. Il passa une main dans sa tignasse encore humide tout en soupirant. Il appréciait ces quelques jours de répit, mais il n'aimait guère le désoeuvrement. Posant ses deux mains sur les accoudoirs, il se leva d'une pulsion. Il s'empara alors de la ceinture ou pendaient ses deux fourreaux, la noua à sa taille, et quitta promptement sa chambre.

Lorsqu'il pénétra dans la salle d'entrainement, cette dernière était vide. Il y avait longtemps qu'il n'était pas retourné dans cette salle. S'approchant du mur, il posa la main sur ce dernier tout en continuant à marcher. Cette salle abritait beaucoup de ses souvenirs. Le lieu était magnifique. Les quatre mètre d'hauteur sous plafond donnaient un peu l'impression d'être écrasé par la pièce. Le décoration était sobre, mais octroyait aussi une pureté à la pièce, il n'y avait pas trop de fioritures. Quatres piliers pronaient au milieu de la pièce, au milieu desquels des tapis étaient disposés pour la lutte. Partout sur les murs, des torches faisaient reculer l'obscurité d'une flamme vigoureuse. Des manequins et des présentoirs à armes occupaient un peu l'espace, le reste était dévolu aux combattants. Draken n'était guère vêtu que d'une légère tunique de tissus, en effet ce dernier n'aimait guère s'encombrer de trop d'armure, qui ne faisait en définitive qu'entraver ses mouvements. S'arrêtant, donc, dans un coin spacieux, il porta ses deux mains sur le pomeau de chacune de ses armes. Se saisissant de ces dernières, il les retira de leur fourreau, révélant leur éclat noir à la lumière des torches. Il les fit tourner une fois dans ses mains avant de se mettre en garde. Il porta un premier coup en avant, et se mit à valser, entrainant ses lames chaques fois dans une nouvelle direction. Ses coups partaient, et ses lames tournoyaient, au rythme de leur sifflement. Il ne se battait pas, certes, mais on aurait pu croire que le chevalier était en train de danser, pris dans une valse sanglante.
Il continua à s'exercer encore un moment, et le sueur commença à imbiber sa tunique, le chevalier mainenant l'effort sans guère s'arrêter. Il était si concentré dans son kata, qu'il ne sentit pas l'élève arriver. Il ne remarqua la présence de ce dernier que quand les bruit de pas parvinrent à ses oreilles et que l'enfant était rendu dans la salle d'entrainement. Le chef des chevaliers s'arrêta alors, finalement, et tourna son regard vers la porte.
Revenir en haut Aller en bas
#David

avatar
Nombre de messages : 500
Rôle : Chef des Chevaliers d'Irianeth
Date d'inscription : 19/12/2010

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G15]
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Irianeth
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Sam 18 Juin 2011, 12:13

Cela faisait maintenant quelques années que David avait rejoint la forteresse d'Irianeth, il ne savait pas depuis combien de temps... Sa vie à la forteresse était malheureusement monotone. Il se levait chaque matin au lever du soleil, il allait la cuisine manger et transporter des quantités incroyables de viande pour son ami Fleming, ce qui lui avait par ailleurs permis de s'améliorer considérablement dans le domaine de la lévitation qu'il commençait à bien maîtriser. Il allait ensuite avec son chargement voir Fleming qui lui avait appris beaucoup de choses, il avait été en quelque sorte son professeur particulier. Il lui avait pris à projeter ses sens pour détecter des dragons sur la plage, il lui avait apprit la technique pour pouvoir lire dans les pensées, un pouvoir avec lequel il se débrouillait fort bien à présent. Il avait ensuite appris avec Fleming la technique des rayons incendiaires, mais ce n'était clairement pas son point fort, autant au niveau de la précision que de la puissance du jet. Après s'être entraîné à cet exercice magique, il maintenait son endurance en courant sur la plage en évitant habilement les dragons grâce à ce que lui avait appris Fleming. Il devait beaucoup à son mentor qui lui avait appris beaucoup de choses.

Après, il rentrait et allait souvent voir Analia, la seule personne humaine qu'il considérait comme sympathique, un petit peu comme la petite soeur qu'il n'avait jamais eu... David tentait de lui apprendre à maîtriser ses facultés magiques même si elle avait du mal à cause de son jeune âge. Et après, il partait s'entraîner dans la salle réservée à l'entraînement, c'est là-bas qu'il musclait son corps, qu'il tentait de manier les épées, katanas et autres armes qui se trouvaient dans la salle, il s'était toujours entraîné seul, il n'avais jamais vu personne dans cette salle. Et pourtant, il n'avait jamais cédé à la fainéantise d'être le seul à venir, du moins dans cet horaire.

David avait acquis durant ses années plusieurs valeurs comme la persévérance, l'indifférence face à la souffrance, et par rapport à presque tout d'ailleurs. Même si son esprit farceur n'avait pas complètement disparu, il commençait à s'éteindre. Il n'avait plus qu'un seul objectif en tête, devenir chevalier d'Irianeth, rendre fiers ses aînés et tenter de rentrer dans l'histoire de l'ordre d'Irianeth comme l'un des tous meilleurs. Il avait besoin de cette force pour aller un jour défier le monde céleste qui l'avait abandonné à des tortionnaires, ce même monde qui avait réduit Fleming à être un dragon domestique. En outre, il nourrissait une haine féroce envers Enkidiev pour l'avoir abandonné. Et il éprouvait de la gratitude envers son continent adoptif qui l'avait accueilli. Il rendrait son continent fier, il réduirait Enkidiev en poussière, dusse t-il en mourir pour cet objectif.

Sa journée commença comme toutes les autres journées, il alla aux cuisines de la forteresse, il alla voir Fleming, puis Analia, et enfin partit en direction de la salle d'entraînement. Lorsqu'il arriva devant la porte, il vit que quelqu'un se trouvait déjà dans la salle... Une première. La personne qui était dedans était solidement bâtie, avait la peau mate et il émanait une aura de puissance autour de lui, David était comme hypnotisé par les mouvements grâcieux et qui seraient meurtriers si quelqu'un lui barrait la route. Il exécutait une sorte de danse meurtrière que rien ne semblait pouvoir arrêter. Il se sentait minable en face de lui, il se souvenait encore de son entraînement de hier lorsqu'il avait mis un temps fou à arriver à trancher la tête d'un mannequin en bois avec une sorte de danse ridiculement lente et tout simplement... ridicule. En voyant cette personne, surement un chevalier, faire cet enchaînement, il prit conscience du niveau que doit atteindre un chevalier, atteindre cette perfection serait son but. Il se demandait comment on pouvait aussi bien mêler la grâce, la précision et la puissance.

D'un coup, le chevalier arrêta son exercice et regarda en direction de l’entrebâillement de la porte où se trouvait David. Ce dernier se demanda s'il devait culpabiliser d'avoir interrompu l'exercice du chevalier et s'il devait le laisser tout seul. Après réflexion, il se dit que c'était surement une des meilleures occasions de s'entretenir avec un chevalier et de continuer à le voir exécuter cet enchaînement donc il devait détenir seul le secret. Il devait surement être un des meilleurs chevaliers. David était loin de se douter qu'il avait en face de lui le chef des chevaliers d'Irianeth.

- Désolé de vous importuner, je venais m'entraîner aussi, je peux entrer ?

Il attendit toujours à côté de la porte la permission de rentrer dans la salle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Sam 18 Juin 2011, 12:50

Une journée comme les autres, un endroit ou l'on se réveille et d'où on espère retourner dans son rêve. Monotonie ou lassitude, deux idées primaires qui rentraient dans l'esprit de Mukuro ou celui de Merryl, il était difficile de bien les discernée du fait qu'elle n'était que la même personne en tout temps et tout instant. Mukuro émergea de son sommeil discret et agréable, du moins pour elle. C'était l'un des rêve qui se répétait sans cesse dans sa tête, mais a chaque fois dans un endroit différent ou avec des protagonistes différents. Cette fois-ci, étrangement, l'espace n'était autre que les plages sombres d'Irianeth ou les dragons vaquaient a une occupation dépassant la compréhension des pauvres être miteux et idiot qui peuplait cette île. C'était une simple nuit avec une lune très claire et très illuminée par le soleil en dehors de cette planète gouvernée par des Dieux, quelques nuages permettait a l'île d'Irianeth de faire valoir ses magnifiques pics et côtes escarpées qui faisait d'Irianeth une île quasi imprenable par le nord. Sur cette plage, Mukuro était adulte et ne faisait que regarder un pauvre homme d'Enkidiev se débattre avec une ombre que Mukuro créait directement dans son esprit. La lutte durait des heures ou des jours, personne ne pouvait comprendre comment se passait le temps dans les pensées toujours plus ou moins irréelles de Mukuro. Mukuro se régalait de se spectacle des plus idiot, un homme qui cours dans une direction aléatoire afin d'espérer échapper aux griffes de la mort et cette dernière toujours revenant au près de lui pour mieux le torturer encore et encore. Dans le rêve, ou dans la conception du temps de Mukuro, l'homme courait dans tout les sens et essayait de se battre contre l'ombre pendant de nombreuses heures avant d'arriver au moment parfait ou épuisé il tombe a genoux sur le sol en pleurant pour demander la pitié. A ce moment précis, Mukuro s'approche de derrière l'ombre et apparaît dans la lumière de la lune a l'homme. Il pleure, ce qui provoque un rictus de joie et de plaisir fou sur le visage de Mukuro, et la supplie de lui laisser la vie sauve. C'est a ce moment précis, la ou l'espoir semble regagner l'âme de l'homme, que Mukuro sors sa dague et tranche la gorge du pauvre homme. Et tout cela pour finalement la ramenée a la réalité qui l'entoure...

Mukuro se réveilla donc, pour cette agréable ou désagréable journée, dans son endroit favori sur Irianeth : la réserve de viande derrière les "cuisines" aménagées. L'odeur de mort et de sang qui y règne ne fait que sourire Mukuro et ne lui génère aucun dégoût si ce n'est celui de la vie. Elle jette un coup d’œil rapide en se réveillant lentement aux cadavres autour d'elle, avec le même rictus de joie sur son visage que celui du jour ou elle avait tuée sa mère adoptive. Le spectacle était réjouissant et presque jouissif pour la jeune fille tourmentée par le sang et les morts, des immenses crochets tenaient en l'air des carcasses d'animaux ou d'humains par les aisselles et ils se vidaient petits a petits de leurs hémoglobines. Le sang sur le sol avait touché a quelques endroit la cape sombre de Mukuro et avait taché sa cape d'une couleur brune et rouge a certains endroits, portant un intérêt a ses vêtements Mukuro réagit au quart de tour a l'encontre de la première carcasse qu'elle trouvât, elle serra son poing et en proliférant d’innombrables jurons des plus ignobles elle frappa de toutes ses forces la carcasse. Le contact avec la chair et la sensation du liquide qui coulait autour de son bras ne la fit que rire, avec un air sombre elle retira lentement son bras de la carcasse d'animal. Elle n'essuya pas le sang qui sécha rapidement sur sa peau et remarqua qu'elle en avait aussi un peu sur le visage. Grommelant de sa stupidité et de son manque de réflexion, elle mit sa capuche et sortit par la ou elle était entrée la veille : la porte de la cuisine. Un des serviteurs insecte la remarqua et lui décocha un regard de colère, elle le fixa un instant de ses yeux, qu'il ne voyait pas, et du fait de son manque de volonté réelle il fut vaincu par la sensation de peur et baissa la tête en susurrant dans la langue des Tanieth qu'il ne voulait pas lui manquer de respect et qu'il la priait de lui laisser la vie sauve. Elle soupira de son manque de force et sortit dans les couloirs de la forteresse d'Irianeth, sa terre et sa maison. Les couloirs étaient évidemment d'une obscurité très agréable pour l'esprit de la jeune élève d'Irianeth, elle se laissa donc bercée par cette couleur qu'elle adorait et marcha au gré de ses envies en tachant de heurter un maximum d'être vivant afin de tester leurs volontés et sa propre force par rapport a eux.

Au détour d'un des couloirs d'Irianeth, Mukuro rencontra exactement ce qu'elle cherchait a trouver inconsciemment depuis le début de sa journée : des jeunes élèves friand de vouloir démontrer qu'ils étaient forts et que les hommes étaient de nature plus puissants que les femmes. C'était une rencontre des plus classiques et sans aucun intérêt dans le déroulement mais néanmoins comique. La jeune fille s'était élancée dans un couloir plus sombre que les autres et elle avait heurté un groupe d'enfant regroupé en bande autour de leurs chef qu'elle venait de faire tomber dus a sa vitesse et a la violence du choc. Ce dernier se releva furieux du comportement de la jeune fille et commis une faute incroyable, il retira la capuche de Mukuro dévoilant ainsi ses yeux d'un bleu irréel et avant même qu'il ne pus parler pour lui crier dessus, il fut d'abord touché par l'aura de peur de Mukuro puis par son coup de poing directement dans le visage. Sous l'influx de la colère, les flux de pouvoirs de Mukuro voyagèrent rapidement en elle et provoquèrent se phénomène étrange que d'illuminer ses yeux d'une façon étrange : une flamme voguant au gré du vent sortant de ses yeux. Mukuro n'attendit pas plus longtemps et prenant appuie sur le mur, elle sauta et écrasa les côtes du garçon d'un coup de genoux bien placé. Elle fit le sang sortir de sa bouche et ressentit la joie et le plaisir monter en elle. Elle se retourna rapidement et poursuivis sa route en laissant sa colère retomber et elle releva sa capuche.

La route la mena comme par hasard vers la salle d'entrainement d'où une lumière sortait et semblait être gênée par un être humain au niveau de la porte d'entrée. Mukuro sourit en pensant a des morts et du sang et accéléra le pas jusqu’à la porte, ou elle apparut comme une ombre derrière un autre élève. Voulant entrée de façon a pouvoir voir et entendre la personne a l'intérieur de cette pièce, elle grogna intérieurement de colère et donna un grand coup de pied dans le dos de l'élève devant elle. Ce dernier s'écrasa au sol pendant qu'elle rentrait dans la pièce. Elle remarqua une créature avec des ailes et une peau mate assise avec deux épées. Elle le reconnut rapidement, il s'agissait de Draken, leurs chef et personne qu'elle voyait comme une idole ou un modèle a suivre. Néanmoins, elle remarqua son manque d'armure et de protection et ne pus s'empêcher d'imaginer son corps transpercer de part en part par son épée ou son trident. Elle secoua la tête un instant pour se remettre les idées en place et pris la parole a l'intention de Draken :


"Bien le bonjour Seigneur Draken. Puis-je me joindre a vous pour un entrainement ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Sam 18 Juin 2011, 17:12

    Ça fait maintenant plusieurs années que Eleiwyn vit à Irianeth en tant qu'élève. Il a essayé de s'enfuir, mais des hommes insectes le lui avait empêché d'y aller. Cette journée se passera comme toutes les autres, il pense plus à s'enfuir et ne ce se souvient plus de sa famille et de son enfance. Il se réveilla et sortit de son lit, il alluma les torches de sa chambre manuellement plutôt qu'avec sa magie pour éviter toute destruction, car il ne contrôle pas encore ces pouvoirs. Il se vêtit de sa chemise et de son pantalon noir et mit sa ceinture noire en cuir. Il sortit de sa chambre pour se diriger vers les cuisines pour prendre un petit en cas pour le premier repas de la journée. En arrivent dans la cuisine, il trouva du sang d'animaux par terre devina que Mukuro était passé par là

    -Rha!!! Mukuro, elle ne peut s'empêcher de se servir de la nourriture comme martyr, enfin c'est mieux de prendre la vie d'un bout de viande que selle d'un homme.

    Il prit un bout de viande et monta dans le dortoir des élève qui était vide à cette heure ci. Il regarda par la fenêtre les montagnes infranchissables du nord qui sont une partie bien protéger, naturellement ce qui était un avantage pour Irianeth. Si le continent était en guerre, il savait pertinemment que personne ne passerait par là. Il regarda peu après la mer qui s'abattait sur les rochers de la cote des montagnes. Il adorait regarder la mer déchainée qui tentait sans cesse de se frayer un chemin à travers la roche, il admirait sa détermination et espèrait être aussi persévérant.
    Il se rendit à la salle d'entrainement pour s'exercer à l'épée. Il sonda la salle de loin avec ses pouvoirs et détecta trois personnes puis sentit un chevalier et deux élèves mais n'arriva pas à les identifier. Il se dirigea donc vers la salle et trouva dans le couloir une bande d'élèves accroupis à côté, à ce qui parut être le chef de la bande, il s'accroupit et dit:


    -Que s'est-il passeé ici? demanda-t-il à un membre de la bande
    -Mukuro est passé a vive allure et a foncé dans notre chef, il s'est énervé et à retiré la capuche qu'elle portait sur sa tête ce qui ne fallait surtout pas faire avec Mukuro et elle la mit par terre et a écrasé ses côtes et elle partit vers la salle d'entrainement
    -Vous avez essayé de soigner le Chef de bande?
    -Oui mais en vain on n'était pas assez puissant
    -Sans vous donner d'ordre je vous conseillerais de le mener vers le dortoir pour qu'il se repose
    -Oui je pense aussi que c'est la meilleure solution et toi tu vas faire quoi?
    -Je vais aller à la salle d'entrainement pour lui parler en espérant qu'il ne m'arrive pas la même chose

    Il se dirigea maintenant vers la salle d'entrainement en regardant les autres emmener leur chef, il traversa un couloir très long et enfin arrivé il vit David par terre, un élève qu'il appréciait, il était humain comme lui, mais ne connaissait pas ses origines dans le continent d'Enkidiev. Il vit Mukuro juste à côté qui se doutait que c'était elle qui avait mis David par terre. Il regarda dans la salle et vit le chef des chevaliers en personne et hésita à partir où à rester, il nous regarda tous les trois et Eleiwyn se décida à prendre son courage à deux mains et dit:

    -Bonjour Maître, excusez-moi de vous déranger mais est-ce que je pourrais participer à l'entraînement avec vous?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Dim 19 Juin 2011, 04:07

Maître corbeau sur le rebord de sa fenêtre tenait en son bec... Absolument rien! Maître Nyen'Vöss à l'odeur allécher lui tint à peu près ce langage.

- AYAAAAAAAH!

Et... Plus de corbeau. En faite le volatile qui avait fait l'erreur de se posé sur le rebord de sa fenêtre était déjà entre les deux pattes vicieuse et griffés du jeune. Il le regardait de ses grands yeux jaunes. Il vint lentement laisser sa langue lécher ses lèvres trouvant sa proie plutôt appétissante. Avantage d'être plus ou moins humain? Manger n'importe quoi... Avantage d'être Nyen... Digérer n'importe quoi... C'est alors qu'il ouvrit doucement sa bouche, laissant ses canines se faire voir par la petite bête qui se débattait avec violence et panique. Il savait très bien que le sort qui lui était destiné était l'estomac de Nyen'Vöss. Mais quel honorable corbeau désirait vraiment finir engloutit dans ce corps? Le gamin eut un petit rire étouffé, les yeux grands ouverts, fixant sa proie. Il vint simplement écraser de ses deux mains le charognard. Prenant une bonne croqué en plein centre de son ventre. Il laissa les entrailles et quelques os de la petite cage thoracique, sortirent au grand air saluer Nyen. Il ferma les yeux goûtant la délicieuse viande du charognard qui venait sûrement de manger un cadavre. Mmmh! Quel festin! Il se retourna lentement vers la porte. Mâchant lentement son petit déjeuner. Il s'avança donc vers cette sois-dis-ante porte, l'ouvrant d'un coup de pied. Bravo Nyen'Vöss... Mauvais côté. Il ne fit qu'enfoncer la porte. Il plissa le regard, détaillant son pied encré dans la porte, baissant ensuite son regard vers son snack. Il prit une autre croqué, partant cette fois avec plus de "chaire" et de "muscle". Grugeant plus le contour que les os même. La viande c'est meilleur quoi! Il haussa les épaules, baissant son pied pour finalement ouvrir la foutue porte.

Il se promena dans les couloirs, crachant des plumes noirs de temps à autre, parfois s'étouffant avec ceux-ci. C'est plutôt désagréable à avoir dans la gorge. C'est long et... Sec et... Pas agréable, simplement. Il croisa un attroupement de gamin qui trainait un autre gamin amoché. Nyen arrêta net et sec. Il eut un énorme sourire. Ça ne prit aucun temps qu'il était au dessus du gamin un coude en sa direction l'écrasant au sol sous son poids. Le pauvre gamin amoché par Mukuro avait été empiré pas Nyen'Vöss. Deux pour un aujourd'hui! Le chanceux! Il reprit simplement son chemin en laissant entendre un petit rire satisfait derrière lui. Dernier truc... À quoi ça lui avait servit? À absolument rien...

- Heh heh heh!

C'est alors qu'il regarda les gamins ramasser leurs chef tout simplement amocher et à bout de souffle. Il vint prendre une nouvelle et délicieuse bouchée de son charognard. Laissant quelque plume dépasser de sa bouche. Il regardait les autres élèves avoir tant de mal que de bien à soulever l'autre gamin sonné. C'est alors qu'il vint simplement casser le cou du volatile, arrachant la tête, léchant le sang ensuite, prenant le reste du corps pour voir à l'intérieur directement. De toute sa classe il vint brasser violemment le corps, laissant un peu de sang s'éparpiller. Il renifla bêtement, avant qu'une nouvelle bouchée se laisse empreinte dans le cadavre. Nyen adorait manger. En faite c'était peut-être un très mauvais côté animal qu'il avait. De un en plus de ne pas avoir aucune classe, il mangeait toujours, sans même grossir et en plus il pouvait bouffer des trucs tout simplement, incroyablement dégoûtant. Comme un charognard... Lui il aimait bien. D'ailleurs il avait une drôle de haine et une drôle de passion de chasser les oiseaux et les écureuils, à la limite les chats. Maintenant pour revenir à sa "classe". En faites avec son éducation qu'il eut avec retard, il tout de même dans les élèves les plus arrogants, en retard, lent, déconcentré, qui manque un peu d'autonomie, impoli, ne sait peut-être même pas "vivre". Nyen'Vöss serait du genre à manger en compagnie d'un membre impérial et de lui laisser entendre un de ses plus gros rôts pour finalement lui rire au visage par après. Vraiment en terme d'être bien élever, il était le pire échec existant. Mais ce qui lui laissait une place était évidemment ses capacités. Quoi que difficile, il avait un très grand potentiel en terme de devenir un Chevalier. Mais bordel qu'il est exaspérant...

Il passa lentement devant la cuisine, tout en prenant une bouchée de son charognard! Il s'arrêta brusquement. Il renifla longuement et à plusieurs reprise. Tel un loup ou un chien quoi. Il fit de grands yeux. La viande cuite... Ça sentait la viande fraîchement cuite. Voir même saignante. Il eut un large sourire, prenant une autre bouchée de la carcasse entre ses pattes. Il se pencha doucement. Une petite tête grise aux reflets blancs vint se faire voir dans le cadre de l'entrée. Il plissa son regard cherchant son objectif. Il regarda sur la table. Rien... Comptoir... Rien... Four.. BINGO! C'était là. Une viande saignante en pleine cuisson. Visiblement un des serviteurs insecte se faisait à manger où le faisait pour quelqu'un d'autre. Ou encore... Il le faisait pour Nyen qui avait très bien en vue ce morceau de viande dégoulinant de graisse. Il plaça doucement la carcasse à sa ceinture. Un sourire bordait ses lèvres. D'ailleurs on ne gaspille pas la nourriture! Surtout pas un corbeau frais de ce matin! Ah... Autre passe temps. Emmerder les insectes. Rien de plus amusant. D'ailleurs le serviteur semblait concentré dans sa cuisine et donc le jeune en profita pour s'approcher lentement et subtilement de sa proie. Il était face au dos de l'insecte. Il passa son index droit sous son nez, frottant celui-ci avec ardeur, laissant son œil gauche semi-clos. Il tourna doucement la tête vers la droite. Sac de farine... Vers la gauche, instruments de cuisine. Quelle arme choisir? La plus amusante! Les deux! Son bras vint se tendre lentement vers une énorme cuillère. Il agrippa de la farine ensuite, remplissant la cuillère. Il siffla, question d'attirer l'attention de l'espèce de créature. Qui se retourna donc pour finalement recevoir de la farine au visage ainsi qu'une cuillère. Bah oui! La cuillère on la lance aussi quoi! Il se dépêcha, quoi que très rapide, de prendre le morceau de viande dans un rire malicieux. Il prit la fuite, ne laissant pas sa victime le reconnaître, quoi que il n'y en na pas une tonne qui font se genre de chose...

Dans sa marche aléatoire, il engloutissait son morceau de viande. Il avançait doucement, sans presse, même voir d'un pas lent. Il avait une pièce quelle conque dont on se fou de sa description! Mais sous cet étage là, était la salle d'entraînement. Par pur curiosité. Nyen voulait aller voir ce qui se passait en bas. Seulement, en tant que gros paresseux et espèce d'abrutit qu'il pouvait être, les escaliers c'était trop loin et trop banal. Pourquoi ne pas arriver par la fenêtre hein? C'est donc par là qu'il allait arriver! Il agrippa le corbeau à sa ceinture, prenant une nouvelle bouchée, laissant sa bouche envahit de plumes noirs. Il garda la carcasse entre ses dents, s'approchant du rebord de la fenêtre ensuite. C'était l'heure de l'escalade! Il vint regarder autour, être sur de ne pas se faire prendre. Il s'assied donc sur se fameux rebord. Il vint planter ses griffes dans les fentes des pierres qui constituaient la forteresse. Il descendit donc, arrivant à l'autre rebord de la fenêtre, un étage plus bas, son corbeau à la bouche..

- Onhou ah ouss! Eh éhanhe?
Traduction: - Bonjour à tous! Je dérange?

Son regard jaune vint donc se promener dans la pièce, patientant une réponse. Définitivement, comment avoir l'air stupide et attirer l'attention inutilement? Être Nyen'Vöss... Il était carrément désespérant. Ce qui lui rajoutait un air encore plus innocent était sa queue de loup qui balayait l'aire doucement, l'air de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Dim 19 Juin 2011, 16:37

La poitrine du chevalier se levait et s'abaissait, pareille à un soufflet de forge, et quelques gouttes perlaient ça et là sur sa peau. Il abaissa sa garde et se tourna vers la porte, désireux de voir qui venait de pénétrer dans la salle. C'était la silhouette d'un élève qui se dessinait dans son cadre. Du moins, Draken fondait sa description sur son age apparent et les couleurs qui maculaient la tunique qu'il portait. Il lui semblai pourtant avoir déjà vu ce dernier dans la forteresse, si la mémoire du chevalier était bonne, il devait s'appeler David. C'était un autre problème depuis qu'ils avaient conquis Argent, le colosse ne passait plus autant de temps qu'il le désirait sur le continent. Il ne pouvait plus se faire une aussi bonne idée sur les élèves qu’auparavant, tout comme il ne pouvait plus les surveiller grandir du coin de l'oeil. Mais maintenant qu'il se trouvait à nouveau dans la forteresse, il allait pouvoir mettre ce temps à profit. Ayant remarqué que le chevalier s'était interrompu pour lui, David adressa la parole à ce dernier, il s'excusa en premier lieu d'interrompre le chevalier, avant de demander si il pouvait lui aussi utiliser la salle pour s'entraîner. Draken le regarda pendant quelques secondes, son visage, impassible, inexpressif, toujours. Il pencha légèrement la tête sur le côté, et un petit rictus apparut au coin des lèvres de ce dernier, avant de s'effacer, alors qu'il ouvrait la bouche afin de s'adresser à l'élève. Sa voix, froide, aussi vide d'expression que son visage s'éleva dans la pièce

-" Oui, tu peux entrer, mais tu vas faire mieux que ça, tu vas venir me montrer ce que tu sais faire "


Draken continua à fixer l'élève en face de lui, s'amusant de la gène qu'il tenta de cacher tant bien que mal, et plutôt bien d'ailleurs face à la proposition du chevalier. En même temps, le chevalier sentit une autre présence s’approcher, il ne prit pas la peine de la sonder, mais à sa nature fébrile, on pouvait devenir l'aura d'une enfant, une autre élève présuma le chevalier, et cette dernière se dirigeait également dans la salle d'entrainement. D'avid allait s'avancer pour rejoindre le chevalier, mais le pied de la seconde élève lui heurta le dos, propulsant ce dernier durement sur le sol de pierre. Pris par surprise, ce dernier ne put faire autre chose que s'y étaler de tout son long. Le chevalier ne put s'empêcher que cette dernière faisait preuve d'une agilité étonnante pour son age. Ce qui la rendait particulièrement intéressante aux yeux de Draken. Quand elle eut retrouvé une position normale, elle leva ses yeux vers les chef des chevaliers, ce dernier ne pouvait guère les discerner, cachés par un capuchon, mais il devinait quelque chose d'intriguant dans son regard. Il ne voyait guère la couleur de ces derniers, mais il il avait l'assurance qu'ils n'avaient rien de commun. Son regard resta rivé sur elle un instant, puis sa voix, à nouveau, vint trouver écho contre les murs de la salle d'entrainement, seulement, il s'adressait cette fois à la seconde élève.

-" Aide le à se relever, il ne doit pas y avoir de conflits entre nous, c'est ce qui fera en partie la force de votre génération. "


Il avait prononcé cela sur le même ton calme, inexpressif. Il n'avait pas l’amertume que pouvait avoir une remontrance, c'était simplement une remarque, c'était à elle de comprendre la portée de cette dernière. Une sorte de test, en un sens. Il marqua une légère pause, afin que ses dires résonnent un instant dans la tête de l'élève, tout comme dans celle de David, la remarque du chevalier était tout autant destinée à David qu'elle l'était à l'autre élève. Il reprit ensuite la parole, désignant d'un geste du bras un présentoir qui retenait des armes en bois massif. Un léger pli apparaissant à nouveau au coin de ses lèvres.

-" Montrez moi ce que vous avez appris jusqu'à maintenant. "


Si ils étaient deux c'était encore mieux, en les faisant combattre l'un contre l'autre, il n'allait que mieux pouvoir juger leur niveau. Les attributions approchant, ça ne lui confierait qu'une meilleure idée pour les répartir. Il allait rengainer ses deux sabres de métal noir quand une troisième silhouette apparut dans l'embrasure de la porte, derrière les deux autres. À son apparence, Draken devina aussi que c'était un élève, ses traits lui rappelaient quelque chose, mais il ne serait pas parvenu à mettre un nom dessus, le chevalier ne les voyait a trop grande fréquence et leur apparence pouvait changer si profondément durant cette période de leur vie. Ce leva aussi son regard vers le chevalier, restant muet quelques secondes, hésitant. Il finit par prendre la parole et demanda si il pouvait se joindre à eux. Draken acquiesça de la tête. Il allait lui répondre quand il sentit une autre présence dans son dos. Il fit volte face vers la fenêtre pour voir apparaître un autre adolescent à la fenêtre de la salle d'entrainement. L'apparence de ce dernier était... peu commune. Il tenait un corbeau dans sa bouche, dont la carcasse à moitié déplumée et maculée de sang accusait de sérieux manques du point de vue anatomique. La tête de ce qui devait aussi être un élève affichait une certaine difformité sans qu'on ne sût dire pourquoi. Elle avait quelque chose de pas humain, une impression encore renforcée par la queue touffue qui battait l'air. Ce qui rendait le compte d'élèves dans la salle à quatre. Ils s'étaient passés le mot apparemment. Il tenta de prononcer quelque mots, sa bouche encore obstruée par la carcasse de l’animal. Le chevalier regarda ce dernier quelques instants. Il ne se rappelait guère du nom de ce dernier, quelque chose à consonance compliquée, mais il se rappelait par contre de l'élève. Il avait tout de suite attiré l'attention de par ses caractéristiques animales et des aptitudes magiques, quoique pas spécialement fortes, dans beaucoup de domaines. Mais Draken se souvenait aussi qu'il faudrait lui imposer de la rigueur comme écuyer, chose qui ne semblait guère avoir changé. Le regard et le visage de Draken étaient toujours impassibles, il s'adressa alors à l'élève.

-" Non, tu tombes même très bien, débarrasses toi de cette carcasse et viens par là "

Il se retourna vers le reste des élèves pour terminer sa phrase, d'une voix plus forte cette fois

-" Trouvez vous un adversaire et une arme, on va voir si vous faîte aussi bien que ceux qui sont passés avant vous"

Ils étaient maintenant quatre, ça rendait les choses réellement intéressantes, de plus, si ils s'étaient retrouvés ici, c'est que cette salle ne leur était pas inconnue et qu'ils devaient tous plus ou moins savoir se servir d'une arme. Ils avaient tous l'air très prometteurs, ce qui enchantait le chef des chevaliers. Rangeant ses sabres dans leur fourreaux, au flanc droit du chevalier, il regarda autour de lui les élèves se préparer, impassible...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Lun 20 Juin 2011, 11:00

Mukuro fut choquée, du moins le faisait-t-elle paraître sur son visage, de ce que lui demanda le chef des chevaliers d'Irianeth : elle devait aider David a se relever alors qu'il était en tord vu qu'il bloquait sa route. Enfin, il n'était pas temps de discuter des agissements du chef des chevaliers, il fallait obéir même si ce n'était pas un ordre et ainsi faire croire qu'elle appartenait a ce groupe dont les membres étaient si fiers de l'être des élèves pour devenir quoi, des tueurs ou des soldats dans les deux cas cela ne semblait que revenir et être axé sur un seul détail : mourir, tuer ou être tuer. Bref, un domaine ou excellait la jeune Mukuro qui n'hésitait jamais dans ses agissements même s'il s'agissait d'un entraînement : chaque action a ses conséquences, c'est vrai, d'ailleurs l'effet retour peut-être pire que l'action mais Mukuro pourrait bien se servir un jour de cette position de faiblesse du jeune David pour l'affaiblir plus tard ou mieux : l'énerver pour provoquer sa mort ou celle de quelqu'un d'autre. Cette idée de la mort de David ravie l'esprit macabre de la jeune illusionniste ce qui lui arracha un petit rire comme elle les aimait et qui glaçait le sang d'un bon nombre d'élèves lorsqu'elle sortait du noir ou de l'ombre et qu'elle ne pouvait retenir son rire : froid et glacial mais néanmoins brillant de sa voix cristalline de jeune fille. Dans la pièce ou l'entraînement aurait lieu, se trouvait 4 personnes sans compter Mukuro et parmi ses quatre personnes seule une avait déjà entendue sa voix : il s'agissait de Nyen'Voss un des rares élèves d'Irianeth qu'appréciait Mukuro et ce n'était pas seulement par sa simplicité mais aussi par son utilité pour l'avenir, il pourrait l'aider dans tous ce qu'elle voulait faire ou prévoyait de faire et cela suffisait a réjouir l'esprit de Mukuro. Peut-être que sa voix changerait la vision que les élèves ont d'elle et qu'ils baisseront la garde plus tard ce qui permettra donc a Mukuro de mieux "jouer" a les faire souffrir et mieux se servir d'eux, elle avait déjà l'avantage d'être un femme et d'être intelligente : les deux atouts les plus meurtriers pour mettre a mort quelqu'un.

Nyen'Voss, un être a la fois très étrange et parfaitement habilité a être un tueur bien plus performant que Mukuro mais dans seulement différents domaines. Ils s'étaient rencontrés dans de bien étranges circonstances du simple fait qu'il avait "mangé" une des victimes de Mukuro. C'était il y a de cela deux années, deux longues et monotones années, chargés de la même routine et du même train train quotidien. Elle avait dormit comme a son habitude dans la réserve de viande ou le sang et l'odeur des cadavres se mélangeaient parfaitement de façon a crée une atmosphère totalement jouissive a cette psychopathe. Cependant, cette journée bien spéciale qui fut marquée par trois évènements bien spéciaux était restée gravée dans la mémoire de Mukuro comme si elle s'était déroulée la veille : c'était une belle journée qui commençait comme une mauvaise, un insecte venu récupérer de la viande avait remarqué Mukuro qui dormait et comme guise de réveil il retira d'un coup son capuchon, une erreur fatale. Mukuro déteste de nombreuses choses mais en tête de liste il s'agit d'exposer son visage a des gens qui ne le méritent pas et aussi de se faire retirer son capuchon sans son accord. Évidemment, l'insecte tenta de se défendre en essayant de jouer de sa soi-disant force pour la maintenir au sol mais il laissa un de ses bras se débattre, encore une erreur. Mukuro sectionna la tête de l'insecte avec son rayon incendiaire bleu, la raison de cette couleur bleu : aucune, ses rayons sont justes bleus. La tête d'insecte remua encore les mandibules pendant quelques secondes avant de finalement s'arrêter, a ce moment Mukuro avait frapper de toutes ses forces le torax du corps sans tête qui était encore debout devant elle. Sous l'impact du métal de son gant, le torax de l'insecte s'ouvrit en deux et couvrit le bras de Mukuro de sang violet très répugnant mais qui la réjouissait intérieurement. Ce fut d'ailleurs au moment ou Mukuro posa ses lèvres sur son bras pour goûter le sang de l'insecte que Nyen'Voss avait fait son entrée et avait commencé a manger l'insecte avec une faim quasi-immuable ce qui ne fit que le plaisir de Mukuro qui se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire de ce cadavre.

C'était ensuite suivie d'une amitié, chose rare dans la vie de Mukuro, sincère avec vocation l'entraide de chacun des deux élèves : Mukuro tuait un insecte et Nyen'Voss s'occupait de faire disparaître les corps et les traces. Ils étaient inséparable et Nyen'Voss fut la rare personne a entendre la voix cristallin et totalement pure de Mukuro lui dire son vrai prénom et son prénom de substitution : Merryl et Mukuro. C'était pour elle le début d'une réelle amitié sans sous-entendus de futures manipulation ou de futurs mauvais coup a fomenter. Mais tout cela n'était qu'un vulgaire souvenir dans la boîte crânienne de Mukuro qui d'ailleurs venait de se rendre compte de la manière dont était rentré Nyen'Voss : il était venu un cadavre dans la bouche, typiquement lui cette manière idiote de faire son entrée. Mukuro lui adressa un sourire en tendant la main a David qui la saisit avec ce regard de tueur a son encontre car elle venait surement de détruire un petit peu plus son suprême égo, il était le type de garçon qui énerve a un point indescriptible Mukuro. Néanmoins, a chaque fois que Mukuro voyait de loin David elle ne pouvait s'empêcher de se sentir "Bien", cette sensation très étrange a l'origine de la renaissance de la gentille et innocente Merryl, allait-elle sortir cette fois-ci. Il était difficile de le dire mais néanmoins, pour se remettre les idées en places, Mukuro se secoua la tête et relâcha un instant sa main de celle de David qui s'écrasa a nouveau contre le sol dur et solide de la salle d'entraînement. A ce moment précis, un étrange "éclair" eut lieu dans le cœur et l'âme de Mukuro : ce n'était plus sombre et torturé par des images de meurtres ou de sang mais cette fois par des images plus douces sans queue ni tête mais pour la plupart dirigée vers David. Pourquoi cette soudaine passion pour ce garçon en particuliers, aucune idée, c'était la même réponse pour une autre question des plus classiques : Pourquoi y avait-il une lumière blanche autour de sa misérable tête. La sensation étrange s'étira lentement dans le cerveau torturé de Mukuro qui finit par hurler de douleur du manque de sang et de mort a l'intérieur de cette âme. Elle venait d'être enfermé a double tour dans une salle blanche ou elle ne devait faire que vivre et attendre de sortir a nouveau.

Quelle sensation étrange que la liberté, quelle sensation étrange que de sentir ses pouvoirs et son corps nous appartenir totalement, fut-il pendant un court instant. Néanmoins tout s'accéléra d'un seul coup, toute la mémoire retournant a sa réelle propriétaire et les souvenirs du comportement. Une pensée très différente mais aucune questions posées, juste un espoir que cela continu dans une paix bien que précaire entre le monde réel et cette fracture mentale qu'était Mukuro et Merryl même si trois quart du temps, les deux étaient d'accords pour tel ou telle action. Merryl ouvrit lentement les yeux de son corps, l'énergie circula en elle comme la foudre et elle pouvait faire ce qu'elle désirait faire. Dans un mouvement rapide elle mis le bras devant elle et serra son poing avant de le frapper contre sa paume et dans la même seconde tendit le même bras a David tout en soulevant sa capuche lentement. David posa sa main sur celle de Merryl et elle venait de finir d'enlever son capuchon, pour la première fois depuis qu'elle était arrivée sur Irianeth quelqu'un voyait son visage et sa chevelure imposante attachée a l'arrière et laissée au vent devant. Elle avait les yeux fermés et elle les ouvrit lentement dans une lumière certaine qui venait l'illuminée de tous son long. Un côté sombre, couvert de sang et de tâches d'hémoglobine notamment sur le visage, le bras qu'elle avait tendit a David et sa jambe droite. Le côté droit, sombre et ensanglanté a l'ombre pendant que son sourire radieux et ses yeux bleus irréels et parfaitement étrange qui fixait avec une aura de joie David. L'instant sembla duré des heure et la surprise était visible sur certains visages, Merryl ne comprenait pas mais elle finit par ouvrir la bouche pour s'excuser. Sa voix cristalline, sa vraie voix, résonna dans la salle comme une lumière brille dans les ténèbres les plus profondes :

"Je m'excuse de d'avoir poussé et de d'avoir encore une fois fait tomber"

Un sourire gêné et les joues totalement rouge berçaient le visage innocent et totalement parfait de Merryl qui commençait a perdre le contrôle de son corps. Mukuro venait de reprendre sa place de maître de ce corps décidément torturé non seulement psychologiquement mais aussi physiquement. La lumière laissa place a l'ombre et au sang. Les idées de meurtres reprirent le dessus sur celles de paix et d'amour. Les joues autrefois rouge redevinrent légèrement rosée et le sourire gêné se modifia en sourire narquois et sadique typique de Mukuro. Elle ne pouvait pas remettre son capuchon, ce qui la fit soupirer un instant en fermant les yeux et voyant qu'elle était le centre d'intérêt de la pièce, elle se dirigea vers le râtelier d'arme sur le mur en face d'elle. Détachant des épées de bois pas très lourdes, elle les envoya dans les directions de Nyen'Voss, son ami, David, l'orgueilleux, et Eleiwyn, le gentil parmis les méchant. Elle ramassa la sienne et se plaça devant le jeune Eleiwyn, jugeant d'elle-même qu'il serait plus pratique de se battre contre lui plutôt que contre Nyen'Voss et elle n'avait en même temps aucune envies de se battre avec David après ce malencontreux accident. Sans prêter attention au fait de savoir si Eleiwyn était en garde, elle chargea sur lui en frappant a droite puis a gauche. Et sans un geste d'hésitation, elle fit apparaître une image d'elle en train de frapper Eleiwyn par la droite au moment ou elle frappait a gauche. Il serait surpris et n'aurait aucune chance d'esquiver se coup venant de son angle mort. Ce que personne ne savait dans cette salle c'était que Mukuro était une illusionniste et elle pourrait toujours démentir le fait d'avoir utilisé ses pouvoirs a Eleiwyn : il était tellement naïf...
Revenir en haut Aller en bas
#David

avatar
Nombre de messages : 500
Rôle : Chef des Chevaliers d'Irianeth
Date d'inscription : 19/12/2010

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G15]
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Irianeth
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Lun 20 Juin 2011, 16:09

David était encore dans l'encadrement de la porte lorsque Draken l'autorisa à entrer, il eut le temps de faire quoi, un pas, peut être deux avant d'être plaqué au sol par une espèce de petite chose encapuchonnée. Il avait été bousculé ! Lui, David ! L'élève qui avait le plus d'ancienneté ! Et cette chose, ce moins que rien, ce looser venait le bousculer comme si David était quelqu'un qu'on bousculait... Inacceptable, il montrerait à ce ou cette petit(e) insolent(e) qui était le patron ici ! On ne ridiculisait pas David impunément. Oui David avait un égo légèrement surdimensionné, Il avait été quelques temps le seul élève survivant de la forteresse... avant une arrivée massive de mauvais. Bon, il y en avait pas mal qui avaient survécu dans l'arrivage mais ça ne durerait pas... Il entendit sa voix alors qu'elle s'adressait à Draken, il avait été attaqué par une fille, normal qu'il ait été touché, toutes des fourbes les filles... Enfin presque toutes.

Il reconnut alors la silhouette, c'était la psychopathe, il ne l'avait vu que récemment, chaque élève blessé était un jeu de la psychopathe. Il poussa un soupir dédaigneux intérieurement. Il n'avait rien contre les blessures qu'elle infligeait aux autres élèves. Tous des incapables qui connaîtraient bientôt la mort. Un peu plus vite, un peu moins vite, il n'en avait rien à faire. Mais le pousser lui ! C'était impardonnable, comment apprécier cette chose, cette... Il n'arrivait même pas à inventer des mots méchants pour elle, comme si elle était immunisée contre son acerberie. Et cela, ça l'énervait encore plus profondément. Vouloir se venger et haïr une personne et en être incapable. Et en plus, pendant qu'il se relevait, deux autres élèves arrivèrent, un ami Eleiwyn, une personne sympa et l'home-loup un peu stupide mais marrant. En plus, il passait pour ridicule auprès d'eux. La psychopathe, Mikoru, si il avait bien mémorisé, ce qui n'était pas le cas, allait le payer, même si étrangement, il n'arrivait pas à se convaincre de lui faire du mal. Décidément David était devenu bien trop gentil ! C'est alors que le grand chef prit la parole.


-" Aide le à se relever, il ne doit pas y avoir de conflits entre nous, c'est ce qui fera en partie la force de votre génération. "

Se faire aider par cette calamité vivante. Oui humaine serait trop flatteur pour elle. Et pourtant, l'ordre, puisque David l'avait perçu comme tel était clair. Mukuro était aussi obligée de le relever qu'il devait se laisser faire. Tout le monde lui en voulait décidément. Cette journée commençait si bien, il était calme, son esprit était posé et concentré sur les choses vraiment importantes à savoir s'entraîner. Et maintenant, sa seule envie était d'étrangler cette petite peste histoire qu'elle le laisse tranquille une bonne fois pour toutes. Car l'avantage d'un mort, c'est qu'il vous embêtait beaucoup moins ! Elle se mit à rire d'un rire glacial ! Au lieu de lui glacer les veines, ça lui enflamma l'esprit. Si elle se moquait de lui, ça allait devenir David le psychopathe.

La psychopathe lui tendit la main, David la regarda avec un regard qui voulait clairement dire, tu me fais un coup qui ne me plaît pas, tu meurs. Et le pire, c'est que ce coup vicieux, elle le fit... Alors que la psychopathe le remontait elle le relaissa tomber. A partir de ce moment la. L'esprit de David parut très... simpliste. ** Garde ton calme, Garde ton calme. Garde ton calme. Garde ton calme. Je vais tuer cette psychopathe !!! Je vais l'étriper et enrouler ses intestins pour en faire un collier !! Calme David. Calme David. Calme David. Et puis non, j'la ferais souffrir, j'lui enlèverais organe par organe jusqu'à ce qu'elle crève !!! Zen, zen, zen, zen, zen, zen. Voir son sang couler la voir hurler, agoniser lentement. Arrêtes David, calmos, calmos, calmos. TUER, JE VEUX TUER LA PSYCHOPATHE, reprend ton souffle, reprend toi, tu n'es pas psychopathe, ne fais pas comme elle. Je veux voir sa tête plantée dans une pique et me servir d'une partie de son fémur pour la garde de mon épée !! Respire David, lentement, calme toi.** Il entendait la voix de la psychopathe crier de douleur. ** Oui, crève, crève, crève !! Souffre, agonise, je ne veux plus te voir ** C'est alors qu'une voix douce le tira de son esprit et lui prit la main.


- "Je m'excuse de d'avoir poussé et de d'avoir encore une fois fait tomber"

Voila, il délirait, elle l'avait tellement énervé qu'il délirait, il n'y avait pas d'autres solutions. Ou autre possibilité tout à fait probable, elle se foutait de lui. Mais il s'en fichait un peu. Il était debout, c'était l'essentiel. Il regarda son agresseur avec un regard qui voulait dire tu vas mourir. Mais la tête qu'il croisa et la voix ne pouvaient pas appartenir à la psychopathe. Un visage avec du sang mais avec des yeux qui exprimaient la bienveillance et la gentillesse, un sourire qui le fit presque fondre... Et une sorte d'aura mystérieuse se dégageait de la jeune fille. Il était comme stupéfait face à elle. Si c'était elle Mukuro, il l'avait jugée bien trop vite... Une telle aura de bonté, une telle... il n'arrivait pas à l'expliquer. Il était encore à moitié en transe lorsqu'il vit un spectacle très ennuyeux qui fit remonter sa colère qu'il cacha avec plus de succès. Il sonda l'esprit de Mukuro et c'était... effrayant, il voyait toutes les personnes dans cette pièce morte de diverses façons. C'était macabre de se voir égorgé sur le sol. Il en frissonna, ill se demanda s'il avait rêvé ou s'il y avait une personne aussi douce que celle qu'il avait vu avant.

-" Trouvez vous un adversaire et une arme, on va voir si vous faîte aussi bien que ceux qui sont passés avant vous"

La psychopathe se remit à regarder tout le monde et s'approcha du ratelier d'arme et lança une arme, l'épée en bois avec laquelle il avait l'habitude de s'entraîner depuis quelques années. L'épée qui lui avait servi pour survivre en cage avec un homme insecte pendant vingt minutes... Il se souvenait qu'il y avait eu des dizaines de morts ce jour là. Une épreuve made in Trystan, évidemment. Mukuro se mit imméditement à agresser le pauvre Eleiwyn qui n'avait même pas eu le temps de se préparer. David se tourna vers l'homme loup, Nyen'Voss et lui adressa un sourire en coin qui voulait clairement dire que c'était à eux de rentrer en scène.

- Je crois que c'est à nous.

Il s'était déjà humilié aujourd'hui. Il ferait tout pour ne pas perdre, il savait qu'il était plus agile que lui, mais il avait plus d'expérience que lui au combat. Et puis, si ça tournait mal, Draken n'avait jamais interdit l'utilisation des pouvoirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Lun 20 Juin 2011, 18:43

Ses grands yeux jaunes étaient portés vers le petit attroupement, incluant du coup, les élèves et Draken. Déjà qu'arriver avec un corbeau à la bouche c'était assez pour attirer l'attention, en plus, il avait passé par la fenêtre. C'était du typique à Nyen'Vöss. En faites c'était simple, il ne pouvait pas faire les choses normalement, c'était contre sa propre nature. Comme si au plus profond de lui même, être normal, c'était impossible. Il faut dire qu'avec sa tronche, une queue de loup et ses aptitudes canines, c'était plutôt difficile d'être comme les autres, ce qui avait d'ailleurs un impact sur son caractère, hors du commun. D'ailleurs à la place de se demander quoi que ce soit, sur qui était dans la salle, ou encore sur ce qu'il faisait ici, Nyen était entrain de...

* Aaaah c'est bon du corbeau... Troooop bon.... Ouaiiiiis... Mmmmh! Miam... Je t'adore toi!... Ouuuaaannh.... *

Il dévorait toujours la carcasse du corbeau avec appétit, il était tant concentrer sur celle-ci qu'il n'avait pas trop eux le temps de faire attention à sa meilleure amie plus loin. Mukuro! En faites, c'était simple, cette fille là, il aurait peu mourir pour elle. Il se faisait presqu'un devoir de la protéger... Quoi qu'elle y arrivait très bien seule. D'ailleurs, malgré tout, elle faisait peur. Ce n'était pas volontaire, même que Nyen'Vöss l'adorait cette fille là, mais son côté un peu.. Timbré lui faisait, par moment, craindre la jeune fille. C'était plus ou moins très... Gentil et saint ce qu'il pouvait bien avoir là dedans. Du moins, ça pouvait bien dépendre de comment elle était. Bref, tout ceci pour dire qu'il avait rencontré la jeune fille dans des circonstances... Spéciale! Ça n'empêcha pas leur amitié de ce créé en tout cas! Il l'aimait bien c'est tout. Ils faisaient un bon duo ensemble, leurs deux caractères différent n'empêchaient même pas cette amitié, génial non? Psychopathe... Étrange... Vraiment ces deux allaient bien de paire!

Quelque chose vint briser, anéantir la joie de ce merveilleux festin nommé, charognard crue à la Nyen'Vöss. Une voix c'était élever pour laisser entendre un ordre, une obligation des plus atroces. Ces mots là vinrent carrément détruire l'ambition de notre ami le loup. C'était comme lui rentrer un poignard en plein cœur. Ces mots là étaient capables de ravager une ville entière. En faites, pendant un bon moment, Nyen avait figé en les entendant, c'était incroyablement difficile pour lui. Lui annoncer qu'il était clone, ou encore qu'il était une fille aurait été bien moins pire! C'était la fin du monde...

- "... débarrasses toi de cette carcasse et viens par là "

Le jeune vint regarder son déjeuner. Sa lèvre inférieure eut de faibles spasmes. Mais pourquoi ce tel châtiment? Qu'avait-il bien peu faire pour mériter une telle torture?! Son regard jaune se tourna vers Draken, son regard lui, exprimait toute cette peine, cette tristesse, la douleur qu'il pouvait bien ressentir. C'est même avec un regard piteux, qu'il tenta de faire changer d'avis au puissant Draken. Peine perdu... Même son regard mignon servait absolument à rien. Toujours assied sur le bord de son entrée, la fenêtre, il prit délicatement la carcasse. Il la regarda avec de grand yeux, lui démontrant à quel point il pouvait être désolé de la jeté ainsi. Sans pouvoir la terminé comme voulut. Il renifla bêtement, il tendit doucement ses bras vers le vide, carcasse en main. Il la fixait avec tant de mal. Ça lui déchirait le cœur. Soit maudit Draken! On ne gaspille pas de la nourriture! Il inspirait à fond s'apprêtant à commettre l'acte... Jeter son déjeuner.

Puis tout d'un coup, c'était comme si il était au ralentit. Sa chevelure vaguait dans le vent. Il voyait la carcasse de l'oiseau dans ses mains, se rappelant tout ses beaux moment passer il n'y à pas 5 minutes... Tout repassait au ralentit dans sa tête, comment il l'avait tué, comment il l'avait gouté la première fois. Il souffla de douce parole dans le vent, à l'intention de son déjeuner.


- Va ton chemin... Va... Il prit un instant de silence, baissant la tête, fermant les yeux, son visage crispé. Sache que... Que je t'aime... Tu étais si bon... Adieu... Déjeuner...

Sur ses derniers mots, il laissa tomber son corbeau mort et au trois quart mangé. Il inspira profondément, tentant de reprendre le dessus sur cet événement si tragique pour son estomac. Il releva finalement ses grands yeux jaunes vers l'horizon, se retournant ensuite, un petit sourire niais sur son visage, l'air de rien. Il détailla d'ailleurs les autres pour de bon. Il y avait chose... Et chose... Et Mukuro! En réalité, il les connaissait un peu, c'était David et Eleiwyn. Deux gamins, Eleiwyn était du genre gentil. Pour ce qui était de David. Il n'avait pas eu la chance de lui parler tant que ça. Il avait peut-être entendu dire qu'il avait une tête enflé, mais qui savait? Nyen'Vöss ne jugeait pas les gens, la preuve, sa meilleure amie était une psychopathe!


Le jeune mi-homme mi-loup vint cligner des yeux à plusieurs reprises, elle lui avait envoyé la main. Il y répondit en levant sa main et faisant un petit signe inutile avec son index et son majeur, un espèce de salut militaire mais haut dans les airs. Il lui envoya donc un sourire par la suite. Elle était tellement génial, mais ce qui était encore plus génial. C'est qu'elle venait de repousser à terre l'espèce de tête enflée. Il eut un petit rire sourd. Détaillant la scène avec amusement. C'était plutôt marrant de voir Mukuro lui faire du tords. Il croisa doucement les bras contre son torse, prenant assistance à un spectacle qui s'annonçait des plus drôles. Seulement... Cette magnifique voix cristalline vint percuter les oreilles de toutes les personnes présentes. Cette voix si magnifique venait chatouiller les oreilles de notre Nyen'Vöss. Il eut un petit frison, comme à chaque fois qu'il avait entendu cette voix. Il dut même secouer la tête, cette fois-ci, non trop étonner par la voix, mais par son message... Elle s'excusait? C'était quoi ça? D'ailleurs dans toute son exclamation intérieur, il y eu une exclamation extérieur... Un peu gênante.

- QUOOOOOUUUUWAH?!

Il avait les yeux ronds, fixant la scène, les deux mains plaqué contre sa bouche, dramatisant son air et en guise de "désolé d'avoir hurlé". Il aurait bien voulut se retenir, mais là... Il y avait bien des limites! C'était quelque chose de... D'incroyable. Même que Nyen commença a pensé qu'elle devait être tombée sur la tête, ou encore malade. Ce n'était pas normal.. Surtout à tête enflée! Il détailla le tout d'un air surpris. Ses pupilles bougeaient de droite à gauche frénétiquement, tentant de trouver une réponse et une solution plausible. Rien... Notre loup avait la bouche à moitié ouverte ainsi que son œil gauche à semi-clos et son œil droit lui grand ouvert. Un visage qui soulignait toute cette incompréhension.

Il ne peu se permettre d'en faire un cas très longtemps. Sa meilleure amie alla se bouger vers la réserve d'arme de bois. Elle en jeta à toutes les personnes présentes. Mukuro ne prit pas trop de temps avant de s'attaquer au petit gentil du groupe. D'ailleurs elle y avait envoyé plusieurs bons coups. C'était définitif, Mukuro était une guerrière hors paire. Elle allait vraiment botter des fesses une fois Chevalier D'Irianeth. C'est en regardant ses mouvements et ses durs coups que Nyen'Vöss siffla, époustoufler de la violence et de la performance dans ses coups. Vraiment elle l'épatait de jour en jour. Il vint faire un nouveau bruit désagréable avec sa bouche, tout en regardant sa performance. C'était ce bruit, comme si il goutait quelque chose, frottant sa langue contre son palais et faisant une succion pour laisser la salive et la pression créer un bruit. Comme si on mâchait un chewing gum.

Quelque chose attira son attention en particulier. Tête enflée s'était dressé devant lui avec une épée de bois en main.

- Je crois que c'est à nous.

Nyen avait la bouche à moitié ouverte de nouveau, avec son œil gauche plissé et son œil droit grand ouvert. Il avait même le sourcil gauche froncé et celui de droit haussé. Dévisageant l'intello devant lui. Il voulait vraiment se battre? C'était quoi la plaisanterie? Il devait y avoir une plaisanterie! Ce mec là ne pouvait pas arrivé ainsi et... Ah.. Bah oui il le faisait. Il voulait affronter Nyen'Vöss. Surprise. Deuxième surprise. Nyen était un mélange de loup. Sa mutation lui avait fait pousser des griffes acérées. Dans la mutation des loups, leurs corps créaient des griffes et des crocs d'une résistance incroyable. Ce qui faisait en autre que notre ami ici présent, avait les mêmes capacités. Mais bon pour David il allait ranger les griffes. Tout ceci pour dire qu'entre autre, Nyen'Vöss ne se battait pas avec une lame, mais ses propres membres. Ça lui facilitait son agilité. Réduisait sa portée, mais rapide comme lui ça changeait pas grand chose, même qu'il était favorisé, habitué de se battre ainsi, son propre corps, son arme. D'ailleurs avec une lame, on ne peut pas arracher l'aorte dans le cou! Quoi que ce n'était pas le destin de tête enflée! Eeeh. David. Mais bon, en résumé, Nyen était des rare qui aimait se battre sans arme, quoi que son corps en était une.

Il sauta en bas de la fenêtre, détaillant David devant lui, gardant toujours la même tronche surprise. Il cligna à plusieurs reprises les paupières, reniflant ensuite bêtement. Il alla pousser la lame de bois plus loin avec son pied. Précision, celle que Muruko lui avait lancée. Il inspira profondément son air, ses yeux se plissèrent finalement et ses sourcils se froncèrent à leurs tours. Il semblait se préparé à charger. Soudainement dans un mouvement si rapide que le vent, il laissa entendre un énorme rôt, ayant digérer sa charogne de tout à l'heure. Il se permit de rire, en ayant lancé un bon.

- Heh heh heh... Il était bon celui-là! Eumm... Dis-moi "Tête enfl..." Eeeh David! Petit rire nerveux. Bah eh.. Coucou hen... Il se racla la gorge. Hrm... Renifla ensuite bêtement. C'est quand tu veux. En haussant les épaules lâchement.

Tête enflée... Il était drôle. Quoi qu'étant enflure, il semblait vraiment trop... Chiant. Mais en faites, il pouvait être extra. Seulement, Nyen'Vöss se devait de le connaître avant de juger. Avant tout, c'était quand même le plus ancien. Il patienta donc devant David, pliant légèrement les genoux, ses mains placé dans les airs comme des serres. Visiblement, il savait très bien se battre avec son corps. Il n'était pas parfait, loin de là. Mais il savait se servir de ses atouts. En faites Nyen'Vöss était sur de lui mettre une raclée. Ce qui ne se doutait pas par exemple, était des incroyables capacités magiques de monsieur.

Un sourire anima les lèvres de notre homme loup, lui donnant un air amicale et quelque peu abrutit, souriant de toutes ses dents pointues et acérées.


* J'ai faim... *
Revenir en haut Aller en bas
#David

avatar
Nombre de messages : 500
Rôle : Chef des Chevaliers d'Irianeth
Date d'inscription : 19/12/2010

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G15]
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Irianeth
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Mer 22 Juin 2011, 05:09

Incroyable, c'était incroyable. David avait déjà rencontré Nyen'Voss dans la forteresse mais ce serait-il douté qu'il était stupide à se point. La mutation lui avait affecté le cerveau pour sur. Ce serait donc facile, comment pouvait-il perdre face à un niais comme lui... Et cet air surpris... Il ne s'attendait pas à affronter le meilleur élève de la forteresse, lui-même, David ! Il le plaignait, il devait actuellement penser à la malchance qu'il avait eu. Avoir David comme adversaire c'est un peu affronter un dragon quand on était un loup... David ne doutait pas une seule seconde de sa victoire. Après tout, se faire battre par une cervelle de loup qui parle à sa nourriture. Une nourriture morte, crue et à moitié mangée. C'était lamentable... Oser dire " Que je t'aime " à une carcasse. C'était horriblement... stupide... et drôle.

- Heh heh heh... Il était bon celui-là! Eumm... Dis-moi "Tête enfl..." Eeeh David! Petit rire nerveux. Bah eh.. Coucou hen... Il se racla la gorge. Hrm... Renifla ensuite bêtement. C'est quand tu veux. En haussant les épaules lâchement.

David arqua un sourcil. Il devait se battre contre une cervelle de loup dégoûtant. Il fallait admettre que le rot était joli, mais tout de même. David pensa à écrire un livre sur comment se préparer au cours d'un combat pour gagner. Il serait évidemment le modèle, et l'autre idiot serait le contre exemple. Il semblait sur le point d'attaquer mais pas du tout. Une feinte mesquine et futile tant l'auguste adversaire qu'il affrontait. A savoir David lui-même était expérimenté et ne ferait qu'une bouchée de ce type. " Qu'une bouchée " ! Qu'est ce que c'était drôle vu les circonstances. David retint une larme, décidément j'ai un humour fantastique ! Néanmoins, il n'avait pas apprécié une de ses paroles ente les bruits louches et les phrases stupidement imbéciles. " Tête enfl" ce qui voudrait dire tête enflée ?!! Oh le fourbe. Comment osait-il critiquer la modestie et le réalisme incarnés... Il était juste super fort pour un élève et est même un Dieu parmi les élèves. Comment osait-il critiquer sa légendaire modestie, il allait le payer !

Bientôt, ce Nyen Voss le vénérerait une fois qu'il l'aurait battu, il se voyait, debout regarder le ciel, l'épée à la main, comme un héros de guerre, et Nyen Voss qui s'agenouillerait, tout comme toute la population d'Irianeth. Tout serait allé très bien s'il n'avait pas adopté cette posture réellement. La honte, il se sentait encore plus stupide que Nyen'Voss... Sacré déchéance. Mais, il ne bougea qu'à peine, tentant avec peine de faire croire que c'était sa position de pré-combat. L'autre cervelle de loup voulait se battre sans épée. Dans ce cas, il n'aurait plus besoin de son épée. David utilisa ses super pouvoirs de lévitation et attira l'épée de Nyen Voss à lui. Mais il avait voulu mettre trop de puissance et il ne parvint pas à arrêter ni à esquiver l'épée qui le frappa à un endroit très, très sensible. Aïe, ça faisait mal, le pauvre blessé parvint à se relever en oubliant la douleur. Il venait de réduire ses chances de descendance !

Il se mit à sourire, David aussi, décidément, il était impatient de se prendre une raclée. Il lut dans ses pensées pour anticiper son prochain geste et là. Dans l'esprit de David, tout s'arrêta, comme s'il était tombé en arrière de surprise et sous le poids de telles bêtises. Alors que David allait le réduire en pâté de loup (rires intérieurs), il pensait juste à " J'ai faim ". Il avait une faim de loup, d'accord (nouveaux rires intérieurs qui provoquèrent quelques spasmes ) mais ça ne lui permettait pas de penser ça, David allait lui mettre la raclée. Toute sa vie, il s'en souviendrait. David se plaça dans une position épique avec ses deux sabres en bois. Il n'aurait manqué plus que des vraies épées, une taille plus grande et du vent et il aurait été le parfait héros !

C'est alors que Nyen Voss chargea avec un coup de poing. David leva son épée nonchalamment afin de tranquillement arrêter ce coup. Cependant Nyen Voss baissa l'épée d'une main et frappa David avec l'autre. David était scotché, comment avait-il pu être aussi idiot. Bah non, c'était volontaire, il voulait qu'il parte avec un peu d'espoir histoire de le démolir quand il ne s'y attendrait pas... David n'aurait pas pu se faire aussi facilement avoir. Par contre il constata que le petit homme loup n'en avait pas que la cervelle. David se remit en position en bougeant sa tête de telle sorte que ça fasse effet cheveux au vent. Il n'en revint pas de sa propre classe. Il décida de se mettre à attaquer avec une seule épée. Deux, c'est pour les mauviettes, pensa t-il. En fait c'était juste qu'il ne savait pas se battre avec deux épées... Il chargea dans l'intention de le détruire comme il détruisait les mannequins tous les jours. Mais ce petit avait le don de tout esquiver. Il aurait au moins pu se faire toucher pour lui faire plaisir. David était entré dans une sorte de danse frénétique d'épée auquel n'importe quel autre élève en serait déjà un pied sous terre, si ça n'en était pas six. Mais cette cervelle de loup esquivait tout. Nyen Voss se remit à l'attaque. Même sans épée, il avait une force, une vitesse et une agilité que David ne pouvait même pas imaginer. Ce combat n'était pas aussi marrant que prévu pour David. Il allait devoir sortir le grand jeu. David devrait par contre noter dans son futur livre (qui sera évidemment dans toutes les bibliothèques en tant que référence) qu'il ne faut pas trop penser dans les combats. Quand il "revint à lui" Il vit Nyen Voss attaquer et casser son épée.

C'est la qu'il comprit ce que ressentait Nyen Voss pour le corbeau. Son épée en bois. Son beau bâton en bois, il lui offrirait une sépulture décente... Il regarda Nyen Voss d'un regard haineux, la perte de son baton était de sa faute. Il allait le payer par sa magie de demi-immortel. Il allait lui montrer pourquoi on l'appelait le dieu de la magie ! (nota bene : il est le seul à se nommer par ce surnom ). Nyen Voss avec un grand sourire, pensant que c'était fini chargea. David ne bougea pas, il dévia son attaque sur le côté et il le vit courir, la tête en avant, les bras battant vainement l'air comme s'il ne pouvait pas s'arrêter avant de s'écraser lamentablement contre le mur. Haha, il était ridicule. C'était presque aussi drôle que ses blagues. Il parvint à se relever et à se remettre face à David. Nyen Voss, David utilisa sa lévitation pour le repousser violamment. Avant de sentir comme un coup de fatigue. Il avait peut être un peu forcé sur cette dernière lévitation. En plus, il était retombé debout prêt à charger une nouvelle fois.
* Les loups retombent toujours sur leur pattes *, non David, ça c'est les chats ! Il s'introduit dans son esprit afin de deviner ses plans futurs, il en avait un principal : aller à la cuisine pour manger. Quelle honte, penser à autre chose quand on combat, il n'y a que les débutants qui font ça (nota bene : ne pas tenir en compte ce que David fait actuellement ). L'homme loup se remit à charger et atteignit son but à savoir toucher David, une fois, deux fois, trois fois, avant que David, au comble du désespoir s'il devait perdre, tendit la main vers Nyen Voss pour utiliser sa lévitation. Mais c'était une sorte de corde noire qui sortit de la main de David et qui s'enroula autour de Nyen Voss, le ligotant solidement. David arma un sourire. Il avait gagné, il tira sur cette espèce de corde noire pour attirer le garçon loup vers lui. Mais au contraire de l'effet voulu, la corde fit tourner Nyen Voss une bonne vingtaine de fois avant de revenir vers David avec une force qui le fit voler en arrière. Pendant ce temps Nyen Voss avec le tournis, fit un autre tour sur un pied avant de s'écraser par terre.

Les deux parvinrent à se relever en même temps et David proposa :


- Je te propose de tout mettre sur un dernier coup.

Nyen Voss acquiesça avec un sourire, finalement, il était peut être stupide mais il avait l'air sympathique, était un bon combattant et était drôle. Mais ce n'était pas le moment de penser à ça. L'homme loup allait mettre toute sa force dans ce dernier coup. David allait mettre tout son pouvoir de lévitation afin de rendre plus puissant son coup. Les deux s'observaient et d'un seul coup, en même temps, comme synchronisés, Nyen Voss, fit un rot encore plus puissant que le premier alors que David bailla en se grattant. Les deux faisaient bien la paire malgré ce que disait David. Sans prévenir, toujours synchronisés. Les deux crièrent en même temps.

- Aaaaaaaaaaaa, afin de se donner de l'énergie en fonçant sur l'autre, iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, lorsque les coups de poing des deux protagonistes rencontrèrent la mâchoire de l'autre, euuuuuuuuuuuuuuuh, lorsque les deux comprirent qu'ils avaient mal.

A ce moment la, David s'écroula sur les genoux. Nyen Voss leva les bras et criant en guise de victoire, avant de lamentablement tomber en basculant vers l'arrière, quand à David, ce fut quelques secondes après que David s'écroula sur le ventre, un peu sonné. Ce combat avait été ridicule et néanmoins, les deux protagonistes avaient montrés qu'ils étaient capables d'utiliser leurs pouvoirs et leurs dons. Même si ce combat était un raté et la fin du combat finirait surement dans le bêtisier d'Irianeth...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Mer 22 Juin 2011, 19:26

Quand Draken eût intimé a la seconde élève, dont il faudrait notamment qu'il s'informe du nom, d'aider David à se relever, cette dernier laissa l'étonnement paraître sur son visage. Où du moins ce qu'on pouvait discerner de ce dernier, ses yeux demeurant invisibles au chevalier. Mais l'expression qui étirait sa bouche était néanmoins sans équivoque. Elle demeura quelques instants, la même expression figée sur son visage. Assez pour que le chevalier puisse penser qu'elle voulait le lui montrer, du moins, elle ou une partie d'elle. Puis elle marqua un temps d'arrêt, avant de laisser échapper un rire que le chevalier aurait pu qualifier de malsain. Mais, cette élève, il en avait l'impression, était différente des autres. Son apparence était peu commune certes, mais à la ne se limitait pas cette impression. Elle était de ces personnes qui dégagent une certaine aura, mais Draken aurait été incapable de la décrire. Il ne parvenait a voir ses yeux, mais se sentait tout de même pris d'une certaine fascination pour ces derniers. Et il était certain que s'il avait pu fixer ces derniers, il y aurait lu une vive intelligence. Mais, il y avait autre chose, elle était loin de l’innocence, oh bien sûr, personne ne l'était vraiment sur ce continent, innocent. Dans un lieu ou les réalités de la vie et la brutalité du monde était bien trop présentes pour qu'on puisse se bercer d'illusions, mais contrairement aux autres élèves de cette salle, elle en semblait totalement dépourvue. Et puis, d'un autre côté, dans son apparence, sa façon de s'étonner, elle lui inspirait cette même innocence, ignorance totale de la réalité du monde dans lequel elle vivait. Et c'était ces sentiments contradictoires au vus de l'élève qui troublait autant le chevalier.
Et puis, elle tendit finalement la main à David, ce dernier, bien évidemment blessé dans sa fierté, décocha un regard amère à la jeune élève, ce qui s'ensuivit étonna à nouveau le chevalier, ce ne dura qu'un instant certes, mais ce qu'il lut sur le visage de la fillette, ce fut le trouble, lâchant son étreinte sur le bras de David, le dos de ce dernier revint heurter le sol, et Draken pût presque sentir la frustration et l'énervement qu'éprouvait ce dernier. Et puis, en même temps qu'elle lui retendit le bras pour le relever, l'élève porta une main à son capuchon, et révéla finalement son visage a l'attroupement. Ses yeux étaient d'un bleu... pour ainsi dire pas commun. Draken avait vu des yeux ou se mêlaient des couleurs bien plus extraordinaires, mais pourtant il n'y avait jamais vu un tel bleu, vu d'ici il semblait presque iréel. Tout comme le sourire radieux qui animait les lèvres de la jeune fille qui étaient demeurées jusqu'à présent pavides. Le visage de cette dernière affichait une expression complètement différente de ce que le chevalier avait pu y voir auparavant, on aurait même pas dit la même personne. Cette dernière donc, aidant David à retrouver une position normale, avant de s'excuser, fait qui finit d'étonner Draken. Il n'avait, à son souvenir, rencontré que peu de personnes au tempérament aussi étonnant, incernable.

C'est un hurlement qui le tira de ses réflexions, ils se tourna directement en direction de la fenêtre, de là où le demi homme venait de pousser un cri. L'expression du faciès de ce dernier était elle aussi peu commune, ses deux mains ramenées vers sa bouche dans une expression d'étonnement suprême. Ses deux yeux, écarquillés à l'extrême voguaient de David à l'élève donnant au perché un air de total désarroi. Les lèvres du chevalier demeurèrent immobiles, mais il sourit intérieurement, alors qu'un seule mot parvenait à décrire la face de l'élève, grotesque. Et puis il se retourna vers l'entrée de la salle, mais, déjà, l'élève avait retrouvé l'expression qu'elle avait à son entrée dans la salle. Sinon cette fois que ses yeux n'étaient plus cachés par sa capuche. Draken ordonna alors aux élèves de se trouver de quoi combattre et un partenaire de duel. Aux dires du chevalier, l'élèves aux yeux bleus se dirigea vers le râtelier, et, se saisissant de quatre épées, en envoya une à chacun des élèves présents dans la salle. Puis, toujours sans mot dire, elle se dirigea vers le troisième à être arrivé dans la salle d'entrainement. Impitoyable, elle se lança à l'assaut de ce dernier sans même s'enquérir de s'il était prêt ou non. Elle frappa un premier coup, à droite, rapide. Que l'élève n'eut pas de mal à parer, et elle frappa une seconde fois, à gauche, projetant une illusion d'elle même donnant un coup de l'autre côté. Elle faisait preuve d'une maîtrise impressionnante de ses pouvoirs pour son age, et même si Draken parvenait à discerner parfaitement l'illusion de la vraie élève, il doutait que l'autre élève aurait ses sens magiques assez aiguisés pour faire la différence. Du moins l'impression que ce second coup laissa au chef des chevaliers, c'est qu'elle semblait déterminée à en finir rapidement
(J'attends le post d'Eleiwyn pour finir ici)

Draken tourna ensuite son regard en direction du second affrontement. Avec grand étonnement, il vit que l'homme-loup n'avait dans les mains aucune épée, il se contentait de ses poings pour seule arme, préférant sûrement éviter de taillader la face de David à coup de griffes. Le premier coup que porta l'élève à David eût pour effet de sonner un peu ce dernier. L'homme loup se retira, laissant le temps à l'élève de reprendre son aplomb. Il en profita aussi pour se délester de sa seconde arme, comprenant que cette dernière ne lui serait guère d'utilité. Il cramponna alors ses deux mains sur le manche de son arme en bois, et envoya un premier coup en direction de l'homme-loup, latéral, qui aurait du lui atterrir en plein dans le flanc. Aurait du... en réalité, l'élève se ramassa sur lui même in extremis et se deplaça fluidement vers la gauche, rendant soudain le coup de David tout à fait ridicule. Ce dernier répondit par un second coup, que l'homme-loup ésquiva tout aussi facilement, puis un troisième. De tous les coups que tentait de lui asséner David, aucun ne parvenait jusqu'à sa chair, il se demenait de façon tout à fait remarquable. Mais ce qui était le plus impressionnant, n'étant pas tant l'agilité du combattant -pourtant très bonne- mais les réflexes de ce dernier. En effet, on aurait dit qu'il venait voir venir chaque coup, il tenait très certainement ce brio de ce qui était loup en lui, mais à chacun des coups de David, son corps répondait pas une parade, sans même on eût dit, qu'il eut à penser. C'était comme une seconde nature.
Et pourtant David ne se débrouillait pas mal non plus. Pour son age, il faisait preuve d'un grand talent avec une épée, même si ses mouvements manquaient un peu de coordination, ce qui faisait d'ailleurs apparaître chez ce dernier les premiers signes de fatigue, ses coups étaient doués d'une fluidité étonnante, et à aucun moment il n'avait à s'arrêter ou à se reprendre. Malgré les esquives de son opposant, il faisait pleuvoir sur ce dernier une pluie de coups. Et puis, une seconde d'inattention, et l'autre élève s'était déjà saisi de son épée, la brisant en deux en la ramenant contre son genou. Ce dernier avait un don se dit Draken, il avait ça dans la peau, le combat lui coulait dans les veines. Excès de confiance, l'homme-loup chargea, précipitant sur David un coup qui l'aurait envoyé au tapis. Ce dernier fut plus rapide, se dégageant d'un pas sur le côté alors qu'il déstabilisait l'élève avec ses pouvoirs. Ce dernier tituba, agitant ses bras pour tenter de reprendre son équilibre, mais il ne put éviter le mur qui se tenait à peine un mètre devant lui, où il fonça, tête baissée. Ce dernier ne perdit pourtant pas une seconde, presque instantanément, il se releva, prêt à reprendre le combat. David tendit alors ses mains devant lui, usant de nouveau ses pouvoirs de lévitation, il propulsa son opposant contre le mur, qu'il heurta durement, sa tête faisait un bruit mat contre la pierre sombre. Mais ce dernier se releva à nouveau, semblant insensible à la douleur. Il repartit à l'assaut contre David et ce dernier tendit une nouvelle fois ses mains devant lui. Pourtant, cette fois, au lieu d'envoyer l'élève valser une nouvelle fois, c'est une espèce de tentacule sombre qui quitta la paume de David, Constrictant le corps de son adversaire. Et c'était une chose tout à fait singulière. Draken ignorait totalement que ce dernier était en possession d'un tel pouvoir. Le temps qu'ils passaient à Argent avait de plus lourdes conséquences qu'il n'aurait pu l’imaginer. Mais comme il était apparu, le filament noir qui avait quitta la main de l'élève la réintégra, laissant le second élève choir au sol.
Les deux élèves retrouvant une position verticale simultanément, David fit une proposition à l'homme-loup. Il lui offrit de tout miser sur un dernier coup, la victoire reviendrait à celui qui enverrait son poing au mieux dans la figure de son adversaire. Les deux envoyèrent donc, leur main, fermée comme un roc, en direction du visage de l'autre, sans guère de stratégie, hurlant à qui mieux mieux. Le seul résultat que donna cette action, fut de voir les deux élèves au sol, l'un et l'autre à moitié sonnés. Ce n'était pas du tout ce à quoi le chevalier s'était attendu, mais le combat s'était pourtant avéré tout à fait enrichissant pour Draken. Il en avait en effet sûrement apprit beaucoup plus que si les deux s'en étaient tenus à leurs armes de bois. Ce qui prouva aussi aux chevalier que cette génération s'avérait pleine de ressources. Draken ne pouvait savoir combien réussiraient l'épreuve, mais il savait en tout cas que ces prochains écuyers allaient montrer une rare valeure. Détournant son regard des deux combattants, encore au sol, il le tourna de l'autre côté, là ou les deux autres élèves se battaient encore
Revenir en haut Aller en bas
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia Ven 01 Juil 2011, 10:18

Le RP est-il terminé ?

Sans réponse, il sera déplacé le 8 Juillet dans les archives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia

Revenir en haut Aller en bas

A la lueur des torches [PV Eleiwyn, Nyen'Vöss, David, Analia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Septième Génération-