___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La fin d'une vie, le début d'une autre ? [PV - Athena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La fin d'une vie, le début d'une autre ? [PV - Athena] Dim 15 Mai 2011, 18:32

Une sale semaine ! Les événements de ces derniers jours étaient... détestables ! Après toute ces années d'apprentissage, de progrès, de mise en confiance et d'adoration, tout s'écroulait en à peine une journée. Un vieux sage avait dit une fois : « La vie est un excellent instructeur ». On aurait pu le trouver sage autrefois, maintenant on pourrait le prendre pour un sadique. On parcours un petit bout de chemin qui constitue notre existence, on apprend, on devient plus fort, mais des événements comme celui-là sont comme une petite voix qui nous murmure fréquemment « Eh, rappelles-toi, tu es insignifiant, tu ne peux rien faire pour empêcher ça ! ». D'abord on ne se laisse pas vaincre aussi facilement car, après tout, c'est rare, ça ne se reproduira plus puisque l'on s'arrange avec une détermination sans faille que ça n'arrivera plus... jusqu'à ce que ça recommence. Et là, on abandonne, on se sent dépassé, maudit, impuissant. On laisse tout tomber et on se fait oublier... Ou alors, par un acte désespéré, on se dit que l'on a plus rien à perdre, on devient plus sec, plus agressif, plus renfermé : on cherche à être au dessus de tout pour s'immuniser aux aléas de la vie jusqu'à que, par une simple erreur, on y laisse sa vie.

Yasuko s'était levé très tôt se matin, le soleil n'avait même pas encore pointé le bout de son nez. Elle était descendu dans la cour, passer ses nerfs sur un pauvre mannequin d'entraînement. Il n'y avait personne qui circulait, à part quelques gardes en patrouille sur les remparts à moitié endormis. L'ex-écuyère ne cherchait pas à améliorer une quelconque technique de combat, seulement frapper le plus fort qu'elle pouvait jusqu'à en sentir des bleus et des crampes. Lorsque la douleur devenait trop forte, elle prenait le temps de se guérir quelques minutes avant de recommencer. Cet exercice assez brutal l'épuisait beaucoup et elle finit par s'arrêter. Elle observait ses mains ensanglantées et le mannequin complètement cabossé par endroit. Pourquoi faisait-elle ça ? Par colère ? Pour oublier ? En y réfléchissant bien, s'attacher à quelqu'un revenait à 'reculer pour mieux sauter'. On apprécie cette personne, on prend exemple sur elle, elle nous félicite quand c'est bien et nous aide quand ça va mal. Et en fin de compte, elle disparaît, comme ça, on la reprend d'un coup, sans prévenir. La mort de Zeïlia, aussi soudaine soit-elle, avait plongé Yasuko dans la déprime. Même si théoriquement, un nouveau maître allait prendre la relève, on a le sentiment que la personne manquante reste irremplaçable.

Les premières lueurs du jours commençaient à se faire voir. La jadoise n'avait plus la force de guérir ses blessures, elle décida d'enrouler assez maladroitement sur ses mains quelques bandages qui traînaient dans ses affaires. Cela devait être la première fois de sa vie qu'elle devait appliquer un pansement. Elle remonta vers l'aile des chevaliers et se dirigea vers ce qui était depuis peu sa chambre à elle toute seule. Elle ferma la porte, posa ses affaires sur le lit longtemps inoccupé de son défunt maître et se dirigea vers la petite fenêtre qui éclairait la petite pièce. En serrant les poings, la jadoise ressentait des picotements partout dans les mains. C'est amusant, on a l'impression de mieux les sentir ainsi que lorsqu'elles sont saines. Lorsque l'on sert plus fort, des frissons parcours les bras, le dos et la nuque, et on verse une larme... Il fallait vraiment être dérangé pour aimer avoir mal et trouver refuge dans la douleur.
Elle pouvait soigner ses mains, mais son cœur continuait de saigner.

*Il faut que tout ça s'arrête, je ne suis pas faite pour cette vie là. Si un chevalier doit pouvoir accepter la mort, alors je ne serai pas capable d'en être un.*

C'est alors que l'atmosphère devint... différente. Comme si quelqu'un était présent, sans vraiment être là. Mais non, elle avait bien fermé la porte, et elle aurait senti approcher si une personne venait par ici. Même sans ça, la porte grinçait beaucoup, on aurait entendu entrer. Mais quelqu'un était là... Était-elle devenue folle ? Sans se détourner de sa fenêtre, elle posa tout de même la question banale.


- Il y a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: La fin d'une vie, le début d'une autre ? [PV - Athena] Ven 10 Juin 2011, 14:21

Le RP est-il toujours d'actualité ?

Sans réponse, il sera déplacé le 20 Juin dans les Archives
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La fin d'une vie, le début d'une autre ? [PV - Athena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Septième Génération-