___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Toujours la quand il faut! [Evrard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Toujours la quand il faut! [Evrard] Jeu 05 Mai 2011, 15:02


    Ce matin là, je m'étais réveiller en silence... étrange n'est ce pas? Et oui, il arrive à tout le monde d'avoir un petit coup de blouse.. .A peine avais-je ouvert mes grand yeux bleu, que déjà un larme coulée dans leurs coins.. .J'avais rêver cette nuit. De maman, de papa, et de mes frères..., tous à Turquoise, tous si loin. Pensés t-ils à moi? Est ce que je leurs manque? Toutes ces questions me venais en tête si rapidement que je ne piper pas un mot. Cela fis du bien à beaucoup de monde, et de nombreuses personnes notamment les professeurs me lancèrent de petites piques gentilles : "Ahhh, enfin du silence!" ou encore "Ont à jamais eu un cours si paisible !" .Je ne répliquer pas... comme je l'aurais fait habituellement! Je laissais passer, ravalant mes larmes. Toute la journée passa, et je refusais de jouer avec mes camarade, fainéant d'être fatiguée. Non, vraiment ce n'étais pas ma journée.

    L’après midi arriva, et la grande récréation avec. Habituellement, je criais et riais avec les autres enfants de mon âge! pourtant, aussi étrange que cela puisse paraitre, je me suis rapidement retirer dans le côté de nord de la cours pour être seul. M’asseyant auprès du ruisseau, je ramenais mes jambes contre mon corps, et les serrer dans mes bras... comme si quelqu'un me tenais à son tour. Ici tout le monde est toujours ensemble.. pourtant je n'ai jamais étais aussi seul qu'a ce moment présent. Ont aurais dit que je fut revenue à mon premier jours passé à Émeraude. Alors, une petite sourie passa juste de l'autre côté du ruisseau... Ohh toute grise toute mignonnette, certainement un bébé car elle sembler vraiment très petite! Je ne bougeais pas, pour ne pas l'effrayer, c'est alors que arriva un bien plus grande souris, identique en taille fois deux! Sa maman... .

    -M...Ma...Maman..., mes sanglots qui étaient apparues noyèrent mon chuchotement...

    Je cachas alors mon visage dans mes genoux et continuas à verser les larmes de mon corps... Cela faisais si longtemps que ma maman n'étais pas là pour me prendre dans ses bras, mes serrer fort et me dire "je t'aime ma petite chérie". Ici, personne ne m'aime... je suis tellement insupportable après tout...
Revenir en haut Aller en bas
#Evrard
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 917
Date d'inscription : 18/10/2009

Plus sur le personnage
Âge: 74 - 79 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Jeu 05 Mai 2011, 17:46

    Ouhaaa ! Une belle matinée qui s'annonçait !! Evrard, comme souvent ces derniers temps, était réveillé à l'aube. Il ne savait pas pourquoi, lui qui était si paresseux d'habitude ! Peut-être que son tempérament naturellement excité commençait à déteindre sur ses heures de sommeils et le poussait à se lever plus tôt ? Oui, sans doute quelque chose dans ce genre là ! En tout cas, le jeune homme se sentait toujours en pleine forme et il ne tombait jamais de fatigue le soir bien qu'il se levait tôt et se couchait relativement tard. Mais il était quelqu'un de très actif qui ne pouvait pas rester en place plus de deux minutes; vous voyez l'genre ? Enfin bref, arrêtons le portrait psychologique, on n'est pas trop là pour ça après tout. Le rouquin frotta ses cheveux naturellement en bataille sur sa tête et posa le pied sur le sol en essayant de faire le moins de bruit possible parce que son écuyer dormait encore à côté. Il lui avait dit, la veille, qu'il lui donnait quartier libre pour la journée donc il se ferait ce qu'il voulait aujourd'hui, y compris se lever à l'heure qu'il désirait. Le chevalier s'habilla donc en silence et attacha son épée à sa ceinture avant de refermer doucement la porte derrière lui. Une fois dans le couloir il sautilla comme un gamin avec un grand sourire aux lèvres. Quelle attitude digne d'un adulte et d'un chevalier d'Émeraude, dit donc ! Il faisait un peu honte, pour le coup. Mais lui, il s'en fichait complètement. Qu'on le regarde de travers, qu'à cela ne tienne. Mais il ne voulait pas faire trop de honte à l'ordre, il en avait déjà bien assez fait déjà lorsqu'il était un écuyer jadis. Evrard décida qu'il n'avait pas faim. En général, ce n'est pas quelque chose que l'on décide mais lui il fonctionnait comme ça. Enfin... pas toujours ! le matin seulement. Son estomac était encore trop endormi pour recevoir quoi que ce soit. Le jeune homme jeta un coup d'œil dans les bains. Normalement les femmes y allaient en premières mais comme il était très tôt, le rouquin se demandait si quelqu'un y était déjà. Mais non, personne. Tant mieux, après tout ! Il allait pouvoir en profiter et partir avant que les dames n'arrivent ! Il savait un peu près à quelle heure elles venaient, l'important c'était de ne pas rester trop longtemps à se prélasser dans l'eau chaude, juste le temps de se purifier deux minutes.

    Evrard se glissa dans l'eau et il ferma les yeux quelques instant. Sans se laisser aller au sommeil, il plongea la tête sous l'eau et essaya d'ouvrir les yeux. Un vrai gamin, je vous dis ! Il remonta à la surface et sortit de l'eau et se sachant rapidement. Il laissa ses cheveux mouillés; il préférait qu'ils sèchent petit à petit. Le chevalier se rhabilla et il sortit dans la grande cours du château. Il constata alors que les élèves étaient déjà debout et se rendaient à leur cours respectif. Evrard ne se rappelait plus qu'il se levait lui aussi, aussi tôt lorsqu'il était un enfant. Il se rappelait détester les cours de magie car il était piètre en tout. Dans les autres cours ? Il était un âne ! Il adorait amuser la galerie et se faisait souvent punir par les professeur. Mais il s'excusait en faisant les tâches qu'on lui ordonnait de faire parce qu'il avait peur d'être expulsé de l'ordre. Et puis il ne voulait pas décevoir son âme sœur, Ambre, qui l'avait bien aidé à changer un peu de caractère. Pas beaucoup, mais un peu. Il avait tenté de s'améliorer et faisait moins le pitre. Néanmoins, les bêtises semblaient attirer à lui comme un aimant. Aujourd'hui encore c'était le cas, bien des années plus tard. Comme quoi, on ne se refait pas ! Le jeune homme se dirigea vers les écuries pour s'occuper de son cheval. Il poussa la porte du boxe et se dirigea vers ce noble animal. Il devrait bientôt apprendre à Edward à monter correctement à cheval -s'il ne savait pas déjà le faire- et comment se battre dessus. Ah ! Evrard poussa un soupir. Plus le temps passait, plus il se rendait compte qu'il ne connaissait vraiment rien de son écuyer en fait. Il n'avait pas la relation que le chevalier aurait espéré. Mais bon ! Il l'aimait bien quand même ce petit gars, et il le dériderait un jour ou l'autre, ça c'était un objectif.

    Evrard brossa le beau cheval brun à la crinière et à la queue noire. Il le sella ensuite pour lui faire faire une petite ballade autour du château d'Émeraude, pas trop loin, juste le temps d'apprécier le matin et la brise fraiche et agréable qui venait caresser son visage, et juste le temps que sa monture se délecte un peu de l'herbe et de l'eau fraiche de la campagne. C'était une belle journée qui commençait. Le soleil brillait déjà dans le ciel et les nuages se faisaient rares. Evrard respira à plein poumon l'air frais de la campagne d'Émeraude et il décida de rentrer au château après quelques minutes passer en selle et laisser son cheval se dégourdir. Une fois rentré au château, le rouquin passa la plus grande partie de la matinée à s'occuper de sa monture avant d'aiguiser son épée et de réfléchir à ce qu'il pourrait faire pour se rapprocher un peu plus d'Edward et se qu'il pourrait lui enseigner par la suite. Evrard décida qu'il n'avait pas faim non plus ce midi. Il était persuadé qu'il mangerait comme quatre ce soir. Qui plus est, il était assez curieux de savoir ce que faisait son écuyer à cette heure-ci, mais il ne se donna pas la peine de le chercher. Peut-être tomberait-il sur lui au cours de la journée. Enfin ! Qu'il profite de sa journée de repos, en tout cas. Le chevalier passa la première partie de l'après midi à s'entraîner dans un coin avec ses pouvoirs magiques. Parce que, oui, il était loin d'être au point en magie. Il avait beaucoup progressé, cela dit. Mais il restait encore tant de choses à faire !!

    Le rouquin, pour s'entraîner un peu plus à l'écart, décida de trainer du côté Nord de la grande cours, là où coulait ce petit ruisseau dans lequel il avait découvert que Ambre était son âme sœur. Le jeune homme étira ses bras au dessus de sa tête, il avait un grand sourire aux lèvres en se demandant ce qui allait se passer s'il recommençait à faire quelques bêtises. Evrard aimait beaucoup animer la galerie avec ses frères et sœurs d'arme. Il espérait un jour dérider Edward également et ne pas lui faire honte en tant que maître. Alors qu'il songeait à tout cela, Evrard aperçu qu'il n'était pas seul dans ce côté Nord de la grande cours. Il repéra un élève d'Émeraude assise devant la rivière qui semblait sangloter. Le rouquin s'approcha pas à pas pour voir de qui il s'agissait. Ah bah ça alors ! Il s'agissait de Zane ! Qui était-elle ?! Ah ! Quelle longue histoire ! C'était une élève d'Émeraude qu'Evrard aimait beaucoup, mais vraiment beaucoup. Il la prenait un peu comme sa petite sœur et elle était sa protégée. Cette petite lui ressemblait vraiment beaucoup. Elle était une vraie petite peste et elle était turbulente en cours. Le chevalier trouvait ça amusant de voir ça. Il s'assit à côté d'elle, un sourire aux lèvres. Il n'aimait pas voir les gens tristes, il essayait toujours de les faire sourire en leur transmettant sa bonne humeur. L'image de Lili en larme lui revint en tête. Ca ne marchait pas toujours, bien entendu ! Le jeune homme aimait beaucoup sa sœur d'arme. Lorsqu'ils étaient élèves d'Émeraude, Evrard la trouvait très jolie et était un peu amoureux d'elle sans savoir vraiment ce que cela voulait dire. Mais Ambre était son âme sœur et il avait tout de suite comprit qu'il ne pouvait aimer qu'elle. Le rouquin posa une main sur la tête de Zane et lui ébouriffa un peu les cheveux.

    -Éh ben alors ? Qu'est-ce qu'y t'arrive toi, tu as le cafard ?

    Evrard leva un sourcil. Ses yeux verts étaient toujours pétillant bien qu'il fut un peu triste de voir Zane dans cet état. Il la voyait toujours en train de jouer et rire avec les autres élèves. Il enleva sa main du sommet du crâne de Zane et prit un petit cailloux plat qui trainait sur le sol et il l'envoya à la surface de l'eau pour qu'il fasse des ricochets. Il retourna la tête vers Zane, attendant qu'elle lui explique ce qui la tracassait.


Dernière édition par Evrard le Ven 06 Mai 2011, 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Sam 07 Mai 2011, 18:01




    [PARDON ! XD je me souvenais plus de ce que sa voulais dire U.C]

    Alors que je pleurniché, une main vînt m'ébouriffer mes cheveux blond. Ce qui me fit avoir des cheveux devant le visage, et défis toute ma tresse que l'ont m'avait faite ce matin là!

    -Éh ben alors ? Qu'est-ce qu'y t'arrive toi, tu as le cafard ?

    Je n'avais pas encore lever la tête, que déjà j'avais reconnue Evrard! Mon chevalier adorer! Je lever alors mes grand yeux bleu emplis de larmes vers lui, en étant soulager de le voir. Il n'y aurais pas eu mieux que Lui en ce moment! Cela lui remis du baume au cœur, et alors qu'il lançais un caillou dans le ruisseau mes yeux suivirent le trajet de la pierre plate... un....deux ...trois ...quatre... plouf. Un léger sourire se dessina alors sur me lèvres. et essuyant mon petit nez dégoulinant de la manche de mon petit habit vert, je me levais, et attrapa une petite pierre plate! L'ayant dans la main, je baissais mon regard vers l'eau qui onduler sur la berge.

    -Evrard... pourquoi ma maman peu jamais venir me voir... ?

    Et en demandant cela, mon petit cœur qui avait oublier un instant son cafards se resserra... Et je sentis les larmes remonter dans les yeux... .Mais, je les retenais, je ne voulais pas pleurée devant mon chevalier préférer! Mais, j'avais tant besoin d'un câlin, ou d'une marque d'amour. Cela faisais trop longtemps que j'étais privée d'amour! Fixant mes pieds pour ne pas pleurer, j'avais ma petite pierre dans la main gauche, et tenter de retenir mes pleurs. Debout à côté du beau chevalier roux, j'étais tellement petite que je ne lui arriver que à la taille! Pourtant j'avais neuf ans..! Mais, ma croissance à fais de moi une petite fille de taille de 6ans au moins! Restant dans cet état, je trembler... au non pas de froid, ou un simple frisson. Mais, mon honneur étant en jeux, je me refuser de pleurer... mais c'est tellement dure...
Revenir en haut Aller en bas
#Evrard
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 917
Date d'inscription : 18/10/2009

Plus sur le personnage
Âge: 74 - 79 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Jeu 12 Mai 2011, 11:33

    Evrard regarda Zane imiter son geste; elle se saisit d'un cailloux mais elle ne le jeta pas dans l'eau de la rivière qui glissait doucement sur les rochers humides. Le chevalier, assit à côté de sa protégée, la regardait. Elle semblait avoir légèrement oublié certain de ses soucis. Néanmoins, lorsqu'elle prit la parole, la tristesse sembla de nouveau s'emparer de son cœur et de son âme. Le rouquin eut un petit air désolé de la voir dans cet état. Elle lui demanda alors pourquoi sa mère ne pouvait jamais venir la voir. C'était donc ça ! Elle lui manquait sans doute mais... Elle avait ses autres occupations dans sa maison, sans doute. Et elle devait aussi savoir que sa fille ne manquait de rien. Le chevalier fut un peu rassuré, un sourire éclatant apparut sur ses lèvres. Il posa une main sur la tête de Zane alors que celle-ci serrait le petit cailloux plat dans son poing.

    Evrard tapota la tête de l'élève d'Émeraude tout en ébouriffant ses cheveux en même temps. Il ne savait pas trop quoi lui dire mais il comprenait très bien se que l'enfant pouvait ressentir. Lorsque le rouquin était encore l'enfant de deux paysans du royaume d'Argent, et qu'ils avaient découvert qu'il avait des pouvoirs magiques, on ne lui avait pas demandé son avis pour l'emmener au château d'Émeraude. À quatre ans, Evrard avait été conduit ici par son père. Le visage de sa mère au moment où ils s'étaient séparés resterait toujours gravé dans la mémoire du jeune homme même s'il avait oublié les détails des traits de ses parents. Arrivé à Émeraude, le rouquin avait longtemps été désorienté et attristé avant de se faire des amis. Mais il s'était néanmoins habitué à sa nouvelle vie même s'il s'inquiétait pour ses parents depuis qu'Argent était occupé par Irianeth. Le chevalier retira sa main des cheveux de Zane et lui fit un clin d'œil de l'un de ses yeux verts émeraude. Il étira ses bras et les déposa sur ses genoux avant de rassembler quelques idées pour prendre la parole:

    -Tu sais Zane, ta mère se n'est pas parce que ta mère ne peut pas venir te voir qu'elle n'en a pas envie. Je suis sûre que tu lui manques. Mais elle doit avoir beaucoup d'occupation, et elle sait que tu es entre de bonnes mains. Mais ne pense pas trop à ta famille, le passe c'est... le passé ! Regardes, tu deviendras écuyère puis chevalière d'Émeraude et... qui sait ? Tu retourneras peut-être voir tes parents lorsque tu seras adoubé !

    Evrard prit le menton de Zane et redressa sa tête. Il lui fit un large sourire et se redressa en lui tendant la main pour qu'elle puisse la prendre. Le rouquin savait que l'élève avait neuf années déjà, mais elle était encore petite pour son âge et lui arrivait à la taille. Elle était très mignonne, cela dit, et deviendrait sans aucun doute une charmante fille puis une jolie femme. Ses cheveux étaient d'un beaux blonds soyeux, longs et légèrement bouclés par endroit; ses yeux étaient d'un bleu les plus pure comme deux petites turquoises. Son visage avait quelque chose d'angélique alors qu'elle était au contraire une vrai petite peste. C'était pour ça qu'Evrard l'aimait bien, il était exactement pareille à son âge et ne connaissait pas de limites aux bêtises. Lui, Evrard, dans sa jeunesse, avait ses cheveux roux toujours en bataille; non qu'il n'essayait pas de les coiffer mais il étaient rebelles ! Ses yeux avaient toujours le même pétillement malicieux et la même joie de vivre bien qu'ils soient devenu plus adulte. Ses tâches de rousseurs étaient devenues plus pâles et se voyaient moins qu'autrefois. Son visage avait également perdu ses rondeurs enfantines pour devenir relativement gracieux. Sa voix aussi avait changé; elle était passé d'un peu aigüe a de douces notes profondes. Seules ses dents étaient restées inchangées. Elles étaient imparfaites et mal alignées; sa canine prenait beaucoup de place dans sa bouche et chevauchait les autres. Bref !

    Evrard s'agenouilla devant Zane avant qu'elle ne puisse prendre sa main. Il considérait cette petite comme la sœur qu'il n'avait jamais eu ou n'avait jamais connu. Il ignorait si ses parents avaient gonflé la famille avec d'autres enfants. Au fond de lui, il l'espérait. Il appuya son doigt sur le nez de Zane en lui tirant la langue.

    -Je t'ai déjà raconté le jour où j'ai faillis tombé du toit du château avec deux anciens amis qui ont quittés l'ordre, quand j'étais élève ?

    Autrefois, Evrard aurait eu terriblement honte de parler de cette histoire parce qu'ils auraient pu mourir sans l'intervention de Ambre, et c'était entièrement la faute du rouquin. À présent, cet évènement était fait pour en rire et Evrard voulait justement amuser un peu Zane. Il y avait tant d'autres choses à raconter ! La fois où il était aller jusqu'au village le plus proche sans permission et qu'il y avait rencontré un certain Boris, le jour où il s'était encore rendu au village en compagnie de Lyxie. Et puis toutes les bêtises faites avec ses amis et ses âneries dites en salle de classe. Evrard avait l'impression de redevenir un enfant. Il souriait d'une oreille à l'autre en pensant à tout ça et il savait que Zane aurait autant de choses en mémoire en grandissant. C'était lorsqu'il avait été écuyer de Lady Luthien qu'Evrard avait réussi à se plier à la discipline. Sa maladresse naturelle lui faisait pourtant toujours faire des gaffes. Evrard saisit les mains de sa protégée et, avec la force de ses bras, la releva. Elle n'était pas très lourde en même temps ! Le poids d'une petite plume. Il relâcha les ses mains pour poser la sienne sur son épaule. Evrard ne savait pas s'il avait réussi à lui faire oublier sa tristesse alors, pour en être sûr, il la poussa brusquement dans l'eau en éclatant de rire. Il s'assit sur la berge de la rivière. Heureusement, elle n'était pas profonde. Le rouquin ne savait pas si Zane savait nager. Il cria depuis sa place:

    -Pas trop fraîche ?!

    Et tout en parlant, son rire résonnait à ses oreilles comme dans ses plus lointain souvenirs. Le vent frais qui soufflait à travers les branches des arbres emportait ce son ancien à travers la riante campagne d'Émeraude accompagné par quelques pétales de fleur en ce début d'été. Le soleil brillait haut dans le ciel, il faisait chaud. Evrard déposa son épée dans l'herbe sur la berge et enleva sa chemise verte afin de rejoindre sa petite élève préférée dans la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Ven 13 Mai 2011, 17:07



    Evrard & Zane

    Être deux c'est mieux




    Le regard perdu dans les magnifiques yeux verts de son chevalier préférer, je voyais sentais en Evrard du réconfort ! Oui, toujours le sourire aux lèvres, il était le seul adulte à savoir mettre du baume à mon petit cœur, et à le « maîtriser ». Oui, je ne faisais confiance à aucuns autres adultes ici ! Et je dois l’avouer que cela m’arranger bien souvent de ne pas les écouter… .Mais, grâce à Evrard je pouvais avoir un appui dans le château. Certes il était souvent en patrouille, mais lorsqu’il passer à Émeraude comme ce jours d’hui, c’étais les meilleurs moments de ma journée que je passée en sa compagnie. Lorsque mon protecteur me donna un petit tapotement sur ma tête, tout en décoiffant tous mes cheveux blonds qui partaient maintenant dans tout les sens, ce qui n’est pas grave car ils ne restent jamais longtemps bien placés. Le beau jeune homme marquer un léger sourire triste de compassion. Lui avait était là avant moi et devais certainement avoir dût envie de voir sa maman aussi. Mais, il était si fort… Alors dans un clin d’œil qui me vola un léger sourire en coins de mes petites lèvres rosées il m’expliqua la situation, ce qui réconforta mon cœur ! C’est vrai maman avait beaucoup de choses à faire à la ferme, mais devais surement pensée à moi la bas à turquoise !

    Tout en écoutant la voie apaisante de Mon chevalier, j’avais baissais mes yeux bleu pur fixer mes petits pieds et mieux écouter ses arguments. Puis il exprima la possibilité de revoir mes parents lorsque je serais grande ! Oui ! Mais pour cela, il me fallait bien travailler ! Et être l’une des meilleures chevalières du monde pour qu’ils soient fiers de moi ! Comme si un vent avait soufflé sur mes soucis de jeune enfant, mon regard repris son pétillement coquin et heureux ! Et un large sourire s’était dessiné sur mes lèvres ! Mais alors qu’il s’agenouillait devant moi, il me dit dans l’un de ses sourires que je trouver les plus beau, car il était mélange d’espièglerie, de joie, et d’amusement ! Tout ce que j’aime ! Le même sourire qui trôner souvent sur mon visage enfantin !

    -Je t'ai déjà raconté le jour où j'ai faillis tomber du toit du château avec deux anciens amis qui ont quittés l'ordre, quand j'étais élève ?

    Et, levant mes grand yeux bleu vers lui, le menton entre son indexe et pouce je secouer la tête négativement ! Il m’avait bien souvent appris qu’il était lui aussi un petit enfant qui faisait bien des bêtises lorsqu’il avait mon âge ! Et j’aimais tant lorsqu’il me conter ses péripéties extraordinaires ! Toute sa vie me faisais rêver, ce pourquoi je le prenais lui comme exemple ! Il se mit alors à réfléchir, mais vite je voulais qu’il me conte son histoire ! Mais, alors que j’allais lui demander avec excitation son récit, je n’eu le temps que de pousser un cri aigus car en quelques seconde, je me retrouver fesses dans l’eau !

    AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !
    -Pas trop fraîche ?!

    L’eau arrivée à ma taille ! Et son contacte lui avait donné de me faire pousser un cri que digne d’un cri de dinde ! Ces volatiles qui sans cesse crier dans la cours du château ! Mais, bien vite mon rire enfantin pris le dessus, et avec humeurs, je me remis debout, à moitié dans l’eau ! L’aire était chaude ce jour là, et le soleil qui avait donné de ses rayons toute la journée avait rendue l’eau de ce ruisseau agréable ! Piquer dans mon honneur tout de même, et d’esprit taquine, je lançais des éclaires de malice au beau chevalier roux ! Et les mains posé sur les hanches comme les grands, je lui lançais alors qu’il ôter sa chemise très certainement pour me rejoindre !

    -Goute la toi-même !

    Et sur ceux, les mains en cœur, je lançais de milliers de gouttelettes d’eau vers le grand homme musclé par les entrainements et nombreux combats qu’il avait mené ! Dans cris de rire montèrent alors jusqu’au ciel ! Avec cette chaleur, cela faisait du bien de se reposer un peu ! Surtout en s’amusant !
    Plongeant la tête dans l’eau claire, je remplis mes joues du précieux liquide ! Et, alors que le chevalier approcher, je lui sautais au coup ! Une fois dans ses deux bras fort, avec de pétillements de joie, je lui lançais un jet d’eau au visage !

    -HAHAHAHA Je t’ai eu Evrard !!!

    Qu’est ce que c’est bien d’être avec lui ! Jamais je ne trouverais un meilleur grand frère que mon Chevalier Vert à moi ! Alors, riant aux éclats et tentant de me libérer des bras de mon assaillant, je lançais avec mon humeur habituelle !

    -Quand je serais ton écuyer, tu voudras bien qu’ont se baignent dans l’océan !? Sa serais trop cool ! S’il te plaît, s’il te plaît ! Comme sa en plus, je pourrais te couler moi-même ! Par ce que c’est de la triche t’a plus pied que moi !

    Mes mots étaient légèrement manger par mon petit accent d’enfant ! Mais, cela ne peut être que touchant non ? Enfin, SI Evrard serais mon maître plus tard… Ohh !!! J’aimerais tant !! Et je ne le conçois pas autrement.
    Sur ceux, tels un petit vers de terre, je tentais de me glisser hors des bras du beau chevalier roux, pour essayer de rejoindre la berge ! Mes habits étaient trempés ! Mais qu’est ce que ça peu faire ! Hihihi

    Dans ce petit jeux, j’avais oublié mes traquas, et ceux, une nouvelle fois grâce à Lui.



Dernière édition par Zane le Dim 15 Mai 2011, 07:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
#Evalmar

avatar
Nombre de messages : 2607
Rôle : Roi de Fal
Date d'inscription : 08/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G11]
Rôle: Ex-Roi de Fal
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Dim 15 Mai 2011, 05:48

[Voilà ! Sans être méchant ni rien du tout, juste pour te signaler Zane qu'il faut faire attention à ton orthographe. Ca me brûle les yeux. ;o; J'ai peut-être rien a dire mais bon, tu fais aussi des mélanges à la première personne et à la troisième personne c'est un peu cafouillage. x_x

Citation :
Le regard perdu dans les magnifiques yeux verts de son chevalier préférer, je

Citation :
Lorsque son protecteur lui donna un petit tapotement sur ma tête, tout en décoiffant tous mes cheveux blonds

n_n ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Dim 15 Mai 2011, 07:22

[Ohhh oui ! Pardon !! =SSS je vais repasser tout mon texte! ]
Revenir en haut Aller en bas
#Evrard
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 917
Date d'inscription : 18/10/2009

Plus sur le personnage
Âge: 74 - 79 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Ven 27 Mai 2011, 13:27

    L'eau de la rivière glissait lentement tout autour d'Evrard et venait tremper son pantalon. Il regarda Zane qui le regardait en retour et il reçut sur le visage de multiples gouttelettes d'eau. Le chevalier ferma ses yeux verts pour qu'aucune goutte ne vienne lui faire de mal et il laissa échapper un rire amusé de ses lèvres. Lorsqu'il ne sentit plus le contact de l'eau sur sa figure, il les rouvrit, un grand sourire illuminant son visage. Qu'allait-il faire de cette petite chipie ? La manger ? Il tendit le bras vers elle mais l'élève fut plus rapide et lui sauta au cou. Le jeune homme, surpris, vacilla un peu en arrière, mais referma ses bras autour de l'élève. Celle-ci avait les joues gonflés et le chevalier comprit trop tard se qu'elle comptait faire; elle lui cracha son jet d'eau au visage. Evrard eut juste le temps de fermer les yeux. Il eut un légère grimace car il y avait avec l'eau la salive de Zane qui collait sur son visage. Mais cette grimace fut rapidement remplacé par un sourire amusé, surtout après la réplique de la jeune élève. Il soutint la petite d'un seul bras pour pouvoir s'essuyer le visage avec sa main gauche.

    Il n'eut rien le temps de dire, Zane poussa une grand exclamation. Elle le suppliait presque d'aller voir l'océane lorsqu'elle serait son écuyère. Evrard eut un petit air surpris. Elle n'avait jamais été à l'océan ? Evrard avait toujours connu cet horizon bleuté puisque son royaume natale, Argent, était proche de la mer. Désormais, il était aux mains d'Irianeth ! Le rouquin poussa un léger soupire et lui fit un clin d'œil; bien entendu il espérait bien l'avoir comme écuyère mais ce n'était pas à lui de faire les répartitions des élèves et il aimerait chacun des enfants qu'il aurait sous son aile. Pour le moment, il s'agissait d'Edward, ne pressons pas les choses !

    -L'océan ? Hum... Tu n'y est jamais allé ? C'est très beau l'océan. Mais c'est vrai que j'y aurais moins pied que toi, néanmoins attentions aux requins. Ah ah ! Mais oui, je t'y amènerai, bien sûr.

    Evrard ne pouvait rien refuser à cette petite fille. S'il était son maître plus tard, il devrait pourtant faire preuve de sévérité pour tenter de lui faire faire moins de bêtise, difficile à entrevoir car il avait l'impression de se regarder dans le miroir de sa jeunesse ! Il ébouriffa les cheveux de la jeune fille. La dernière fois qu'il était entré dans cette rivière, c'était il y a longtemps. Il était encore un écuyer à l'époque et il avait parlé avec Lili. Il ne se rappelait plus vraiment pourquoi mais il était tombé deux fois dans l'eau, et la deuxième fois, il avait bien faillit se noyer. Il aurait tant aimé aider sa pauvre soeur d'arme qui se traitait alors de monstre et qui semblait se détester. Ce n'était franchement pas la peine de se rabaisser de la sorte. Oh ! Evrard le faisait aussi, avant. Il ne cessait de se décourager et de se traiter d'incapable, surtout en magie. Cela peut paraître impossible, mais l'âge lui avait donné un peu de sagesse. Il savait que se rabaisser ne servait pas à grand chose et ne conduisait nul part... sauf au désespoir. C'était tellement stupide.

    La voix de Zane le rappela soudain à la réalité. Ce son paru d'abord lointain puis il tinta à ses oreilles et cligna des yeux. Il n'avait encore jamais été aussi plongé dans ses pensées qu'aujourd'hui. Le bruit de l'eau lui revint aussi et il se rendit compte que son pantalon était complètement trempé. Il fit un immense sourire à Zane.

    -Et tu m'as eu, en effet. Mais tu sais que cracher de l'eau à la figure d'un Chevalier est honteux, mademoiselle ?


    Evrard tenta de prendre un air extrêmement sérieux mais il ne réussit pas à le rester bien longtemps et son habituel sourire farceur vint fendre son visage. Il donna une petite tape sur le nez de l'élève et avança un peu dans la rivière, là où elle devenait un peu plus profonde.

    -Pour ta punition, mon écuyer, tu vas devoir prouver ta bravoure, tu devras affronter les dangers de la rivière d'Émeraude !

    Evrard ne savait pas si Zane aimait ce genre de jeux où il fallait inventer diverses créatures imaginaires et prouver son honneur pour être proclamé le héros. Mais le rouquin voulait l'amuser même si elle semblait avoir oublié son précédent chagrin. Il l'a déposa dans l'eau tout en sachant qu'elle devait avoir encore un peu pied. Il croisa les bras sur sa poitrine et, sur un ton amusé, clama:

    -Il te faut au moins ça si tu souhaites être l'écuyer du superbe Evrard plus tard. 8D

    Evrard lui fit un clin d'œil; bien entendu elle n'avait rien à prouver, le chevalier espérait bien l'avoir comme écuyère qu'elle le prouve ou pas. Il poussa un léger soupire et serra les bras de Zane à la façon d'un chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard] Jeu 23 Juin 2011, 17:08

Le sujet est-il terminé ?

Sans réponse, il sera déplacé le 30 Juin dans les Archives
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Toujours la quand il faut! [Evrard]

Revenir en haut Aller en bas

Toujours la quand il faut! [Evrard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Septième Génération-