___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ] Ven 29 Avr 2011, 13:12

Un souffle de vent. Une larme. Un battement de cœur.

Les yeux de Lilith étaient mouillés. Les larmes roulaient sur ses joues et trempaient son visage. Un véritable déluge coulait. L'état psychologique de la jeune fille n'était pas au beau fixe. Le désespoir faisait trembler son corps et rougir ses yeux. Elle était sur une falaise. En face d'elle, un gouffre, un énorme gouffre. mais cette falaise n'était pas n'importe laquelle. C'était LA falaise. LE précipice. Le gouffre, le trou personnalisé d'Ellyn. Son endroit favori pour s'ôter la vie (mais ça évidemment Lilith ne le savait pas). C'était presque scandaleux de vouloir se suicider sur ce lieu. Une pancarte aurait dû être plantée ici. Une pancarte qui dirait quelque chose du genre : Faites-demi-tour-ô-futurs-suicidés-ce-lieu-a-déjà-été-réservé-alors-merci-d'aller-vous-ôter-la-vie-ailleurs-vous-serez-très-aimables-s'ilvousplaîtmerci.

Le vent glacé souffla alors et Lilith vacilla. La jeune fille avait l'équilibre fragile. Mais elle s'en fichait. Elle tremblait de tout son corps au dessus d'un gouffre d'au moins 200 mètres de profondeur mais elle s'en fichait. Ils lui ont enlevé sa mère. Il lui ont volé son père. Qu'ils soit réduits à néants. Qu'ils en payent le prix. Parandar et ses amis. Les cheveux de Lilith volaient doucement au vent, bercés, agités par la brise d'hiver. Les hommes se levaient et tombaient comme le font le blé. Mais leurs noms ne mourraient jamais. Surtout pas celui de Meyko. Ce n'était pas la mort des Chevaliers d'Emeraude que Lilith voulait. Mais celle des Dieux. Qu'ils soient réduits à néant.

Lilith serra les dents et ferma les yeux. Dans sa tête résonnait le fantôme du dernier rire de son père. Elle savait qu'il était vraiment mort. Car la nuit dernière, comme une enfant, Lilith l'avait appelé. De toutes ses forces. Elle avait crié, hurlé sa douleur aux étoiles. Mais Meyko n'avait pas répondu. Et s'il n'avait pas répondu alors que la jeune fille l'avait appelé comme si sa vie en dépendait, c'était qu'il était vraiment...

Les traits de Lilith se figèrent. Les larmes cessèrent. Quelqu'un se tenait derrière elle. Elle ne voulait pas que quelqu'un la voit en train de pleurer. Encore moins en train de pleurer quelqu'un. Elle s'essuya furtivement le visage et se retourna pour faire face à l'individu. Un misérable Tanieth. Sa main se referma sur elle-même et son poing se crispa. Sans s'en rendre compte, elle écrasa le pauvre papillon. Ses yeux se posèrent sur sa main ensanglanté puis revinrent sur le Tanieth. Pressée de vouloir faire croire au Tanieth qu'elle ne pleurait pas pour quelqu'un, pressée qu'il s'en aille et n'ayant pas vraiment toute sa tête, Lilith balbutia :


-Euuuuuh....je..je suis désolée mais...la mort de ce pauvre papillon
(elle montra sa main avec le papillon écrasé dessus) est tellement...tellement triiiiiiste...snif...pshi....il ne méritait pas de mourir, ce n'était...ce n'était qu'un...qu'un papillon après tout !

Le Tanieth hocha lentement la tête. D'accord, cette fille ne se sentait pas bien, elle était...elle était devenue dingue. Une chose sûrement dû à la mort de son père, le Chevalier Meyko. Il s'approcha doucement d'elle, les bras tendus, les mains apaisantes comme lorsqu'on essaye de raisonner quelqu'un qui tient une arme.

-Euh...lâchez ce papillon mademoiselle Lilith. Ca va aller, venez-avec moi, tout ira bien...lâchez ce papillon...


Lilith recula brusquement, le poing en l'air.

-Non !.... je veux dire...ça va...euh, je vais aller...aller enterrer ce pauvre papillon...et...et me laver la main...c'est pas parce que ce n'est qu'un papillon qu'il ne mérite pas de funérailles convenables !


Les yeux de Lilith étaient devenus si noirs, son ton était si agressif que le Tanieth jugea plus prudent de reculer et de la laisser partir...enterrer son papillon. La jeune fille passa à côté de lui puis se mit à courir plus loin, vers les cascades. Elle était consciente de disjoncter quelque peu mais elle était encore dans la phase chagrin, dans la phase déconnectée de la réalité. Surtout qu'en plus d'avoir perdu son père, elle avait perdu son maître. Andréya, l'écuyère du Chevalier Trystan lui avait annoncé que son nouveau maître allait être Ellyn. Haha...Ellyn...youpiii....la fille qui avait autant de vie en elle qu'un pauvre vieux tapis. C'était génial ça. Oh oui, c'était for-mi-da-ble. Et elle pesait ses mots. Sûrement parce qu'elle était le seul Chevalier de libre. Ellyn la joyeuse, Ellyn la toujours bavarde, celle qui illuminait le printemps. Oui, on ne pouvait pas mieux la décrire !

Lilith continua de courir, tenant toujours son misérable papillon dans sa main. La vie s'échappait de cet insecte, comme la vie de son père l'avait fait. Une tache de sang s'élargissait à présent sur la paume de Lilith. Elle serrait la main tellement fort, ses ongles s'enfonçaient dans sa peau. Elle se mordait la lèvre inférieur, fort, une goutte de sang perlait sur sa bouche. Puis enfin, elle arriva en vue de la cascade et de la rivière. Elle se jeta à genoux près de la rivière et plongea sa main ensanglantée dans l'eau fraîche. Lentement, le petit papillon se décolla de sa paume et se mit à flotter sur l'onde, bercé par les remous de la rivière. Son petit corps flotta vers la cascade. Lilith ferma les yeux. Ses parents étaient réunis là-bas, dans les plaines de lumière. Elle aurait pu les rejoindre, vivre enfin auprès d'eux, réunis, comme une vraie famille, mais elle n'avait pas eut la force de s'ôter la vie. C'était comme si quelqu'un, dans les plaines de lumière, faisait entrer les personnes qui faisait la queue. Entrez Mademoiselle Jayade. Entrez Monsieur Meyko. Oh, mademoiselle Lilith..oh non non non non, vous, vous restez dehors. Allez, dégagez, vous gênez.

Ces deux-là réunis, elle dehors. Comme au bon vieux temps. Meyko devait déjà avoir sa maison dans les plaines de lumière. Il devait déjà avoir acheté son paillasson "bienvenue". Lilith haussa les épaules et rangea une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Toute trace de larme avait disparu de son visage. Personne n'aurait pu se douter qu'elle avait pleuré. *Ça fait un peu mélodramatique tout ça*, pensa Lilith avec sarcasme. Soudain, un corbeau se mit à piailler. La jeune fille grogna et se prit la tête entre ses mains. Ce corbeau la gonflait. Elle se leva et pointa méchamment sa main sur le corbeau. Un sifflement d'air, une flamme, un coassement angoissé et l'oiseau cessa son emmerdement. Chouette. Un poulet rôti. Ca tombait bien, on était dimanche !


-Je sais, mais tu me connais, Corbeau. Je suis une fataliste.

Non. C'est un corbeau Lilith ! comment tu veux qu'il te connaisse ! vas-y, qu'est ce que t'as bu ?! hum, nan en fait t'as rien bu. Ok, t'es dingue ! Ding-ding-ding, rrrooh le joli camion ! tout blanc avec une croix rouge dessus ! oui, ce sont bien des hommes tout de blanc vêtus qui t'embarquent !

Lilith se passa une main dans les cheveux et s'appuya contre un arbre. Ses yeux argentés scrutaient tristement les étoiles qui illuminaient le ciel noir d'encre. Tout ceci était peut-être ce qu'on appelait l'ironie du sort...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ] Sam 04 Juin 2011, 21:05

[HRS : Désolé du retard premièrement et désolé aussi du post assez court et assez nul... x) J'avais pas trop d'idée... J'ai un manque d'inspiration ces temps-ci, mais j'essaie de reprendre mon imagination!!! =D]

Il ne savait exactement pourquoi, mais cette nuit, tout semblait triste… Ce n’était pas qu’il l’était lui-même parce que ce serait dire un mensonge. Il était loin d’être triste… Par contre, tout ce qu’il regardait semblait vouloir disparaître. Il était couché sur une roche, près d’une falaise. Tout était calme autour de lui. On entendait légèrement les vagues s’abattre sur les roches à quelques centaines de mètres plus bas. Le meilleur exemple qu’il pouvait donner était ces étincellements lumineux dans le ciel. À chaque fois qu’il en regardait une, elle semblait disparaître donnant sa place à d’autres petites lumières autour. C’est ce qui le rendait si triste sur le coup. Il repensa à la discussion qu’il avait entretenue avec Hyllïna. Elle semblait tellement vouloir l’aider, mais en même temps, au plus profond de lui, il lui en voulait d’avoir touché des points sensibles. Lui qui se croyait inatteignable, il avait été touché… Elle allait payer tôt ou tard d’avoir été si loin, de le rendre si vulnérable… Toutes ses pensées se chamboulaient dans sa tête. Les unes après les autres le rendant sensible, cette sensibilité qu’il détestait tant. Il repensa étrangement à ses parents. Ils étaient morts aujourd’hui… Il le savait bien. Pourtant, il n’avait jamais su pourquoi et dans quel circonstance. Il était trop petit à l’époque. Il n’avait rien compris de ce qu’il s’était passé. Puis quelques secondes plus tard, il eut un froid sur sa joue, comme s’il commençait à pleuvoir, mais ce n’était pas le cas. Il se rassit afin de comprendre. Des larmes coulaient le long de sa joue. Il toucha l’eau qui perlait en se demandant ce que c’était… En effet, depuis toujours, il n’avait jamais pleuré pour quoi que ce soit. Alors pourquoi aujourd’hui? Pourquoi ce soir-là? Hyllïna l’avait-elle réellement touché au point de le changer… Non, c’était impossible! Il cogna de toutes ses forces sur le sol, comme pour faire sortir la colère qui le hantait. Et pourtant, les larmes continuaient, même s’il s’ordonnait d’arrêter de pleurer immédiatement. Il comprit alors qu’il n’y pouvait rien… La tristesse l’englobait tellement qu’il ne pouvait plus lutter contre. Il se laissa tomber sur le dos… Puis, il se recroquevilla sur lui-même, comme pour se protéger des autres qui pourrait le voir et continua à pleurer ainsi.

Alors que quelques sanglots le prenaient par-ci, par-là, un bruit lui vint à la rescousse. Quelqu’un courrait… Où? Il ne pouvait pas le dire, mais il savait que quelqu’un était là. Il se ressaisit et se leva. D’une main, il essuya ses joues, mais on pouvait très clairement voir qu’il avait pleuré de ses yeux toutes mouiller et étincelant. Il s’avança vers le bruit. Quelques secondes plus tard, il vit Lilith, cette fille qui l’avait tant intéressé. Elle semblait aussi triste que le décor autour de lui… Il décida donc d’aller la voir. Non, pas qu’il se préoccupait si elle allait bien. Il avait simplement besoin de parler. Et cette Hyllïna, c’était loin d’être la personne qu’il voulait voir. Il descendit donc de la falaise pour aller la retrouver plus bas, près du ruisseau. De loin, on pouvait le voir arriver dans la lumière sombre de la nuit qui marchait dans le sable. Sans perdre un instant, il dit d’une voix fort et confiant avec un léger tremblement dans celle-ci, comme dans celle qui venait de pleurer :


- Tu m’as l’air plutôt triste cette nuit, Lilith, comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs.

Il ne cachait nullement qu’il avait pleuré. Et même, si tout le monde savait le crime que Hyllïna avait fait en lui parlant, il pourrait ainsi mieux se venger d’elle. Peut-être savoir la tristesse des autres allait le soulager en fait… Il ne le savait pas trop. Il avait simplement le goût de parler et Lilith était apparu. Peut-être qu’elle était prédestiné à cela par on ne sait quoi! Puis, tout à coup, alors qu’il la regardait, il la trouva différente… Peut-être était-ce à cause de cette Hyllïna, mais il trouvait qu’elle avait changé. C’était à près tout peut-être son propre regard qui avait changé… Et aussi, en quoi avait-elle changé? Comment pouvait-on décrire quelque chose de mieux qu’une autre chose? Était-ce cela de la beauté? Voilà une bonne question qui l’intéressait. Il y avait pourtant quelque chose qui l’attirait, mais il n’avait aucune idée quoi. Il n’avait qu’un seul mot qui se répétait dans sa tête en même temps que ses battements cardiaques : Wow…
Revenir en haut Aller en bas
#Trystan

avatar
Nombre de messages : 3220
Rôle : Ancien Empereur
Date d'inscription : 29/09/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort
Rôle: Empereur, Chevalier d'Irianeth
MessageSujet: Re: Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ] Jeu 23 Juin 2011, 17:13

Le sujet est-il terminé ?

Sans réponse, il sera déplacé le 30 Juin dans les Archives


[Vu que tu veux faire mourir ton perso Lilith, je veux juste savoir si tu vas finir ce RP...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ]

Revenir en haut Aller en bas

Aimer c'est préféré un autre à soi-même [Pv - Rendex ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Septième Génération-