___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss] Mar 31 Aoû 2010, 12:03

Dans le langage courant, on parle habituellement de jumeaux pour désigner une naissance double.
Il existe des cas documentés où l'un des jumeaux est né plus tard que son « colocataire ».
Il y a une limite physiologique, volume et poids par exemple, à ce qu'une mère peut porter. Pour cette raison, il est notablement plus rare que celle-ci puisse mener à terme une grossesse multiple. Pour des raisons de santé chez la mère, une grossesse de jumeaux doit être plus suivie qu'une grossesse « classique ». En revanche, l'accouchement très prématuré a des conséquences importantes sur la santé des enfants...

La pierre m'a dit que nous étions des Jumeaux dizygotes ou « faux » jumeaux, du coup j'ai toujours surnommé ma soeur Dizy, même si son vrai prénom était Alyss. Je sais que ça l'agace un peu, un peu comme Tante Esmé qui est toujours agacée des petits tours que lui joue Papa...
M'enfin, c'est ma soeur, je l'apprécie beaucoup. Ma pierre, elle, pense que je ne devrais pas trop m'attacher à elle parce qu'il dit que les petites filles n'attirent que des ennuis. De toute façon, je ne comprends pas encore tout à fait quels genre d'ennuis elle pourrait m'attirer. J'essaye simplement de me tenir à l'écart, sans pour autant l'ignorer.

Ainsi donc, guidé par les paroles chantonantes de mon caillou magique, je m'étais rendu dans un beau quartier de marbre et de murs volcaniques ou étaient dressés de grands bâtiments blanc, noirs et rouge et ou de gigantesque statues, hautes comme cinq ou six hommes adultes, représentaient les divinités saluées des Tanieth.
A mon grand étonnement, je les connaissais toutes sans jamais les avoir vu, comme si quelqu'un m'avait soufflé tous les noms dans ma tête...
Grands, puissant, imposant, majestueux, terrifiant, cruels, barbares ou encore riches, ils imposaient chacun leur style et leur impact au sein du peuple. Il y avait la Déesse des Araignées, à mi chemin entre l'homme et l'insecte, comparable à une veuve noire séduisante, dans une robe vampiresque. A la fois douce, cruelle et attirante ; Le Dieu des Insectes et sa stature semblable aux plus féroces des guerriers noirs de l'Empereur. Il tenait à la main une puissante épée et dans l'autre le coeur battant d'un ennemi, indiquant ainsi la soif de chaire humaine de ces créatures des enfers.
Sur un autre piédestal, on retrouvait un Dieu petit par la taille, mais riche en couleurs et en prestance : celui des Midjins et des Secyeth ! Incroyablement svelte et noble, il représentait la majesté et la grâce des chevaucheurs de Dragons.
On retrouvait égallement d'anciens membres du Panthéon très puissant comme par exemple le très célèbre Akuretari, ainsi que d'autres moins connus mais tout aussi particuliers dans leur visage sadiques et menaçant...


**Pourquoi n'y a t-il pas de Dieu des Lézards ?** Demandais-je innocement.

Mais je ne reçu en réponse qu'un sifflement strident de la pierre qui me fit presque mettre à genoux, comme si j'avais rpofondément choquée cet être magique... Paniqué, je ne pouvais plus exprimer que ma douleur et mon pardon.

**Excusez moi... Je ne souhaitais pas vous importuner...**

Et les ultrasons stoppèrent net.
Inquiet, je décidais de ne plus poser de question et continuait d'avancer sur un terrain vague, semblable à une agora mais vidée de sa population... Complêtement abasourdi, je me mis à errer sans but. Mon diamant boudait, il ne voulait plus me parler et je n'entendait plus son son cristallin... C'était horrible ce silence, ça me faisait presque perdre la tête, comme si toutes mes connaissances s'échappaient une à une de ma mémoire...
C'est alors que je l'apperçu. Elle m'avait suivi : Alyss.
Je me demandais bien ce qu'elle pouvait faire dans le coin... Pourquoi donc m'espionnait-elle ? Etait-ce un jeu ? Ou simplement une filature ? Maman était-elle au courrant de cela ? Ou était-elle encore occupé avec ce Chevalier qui venait toujours la voir en cachette ?
La pierre s'en fichait, elle était devenue muette. Occasion idéal pour enfin pouvoir agir librement.


- "Dizy ! Tu viens jouer avec moi ?" Demandais-je à tout hasard.

Pendant qu'elle se rapprochait de la place, je ramassait soigneusement 6 petites pierres. C'était un jeu intelligent que mon caillou préféré m'avait appris. Il disait même que c'était les Dieux qui y jouaient avant nous.

- "Regardes ! Tu vois ces six petits cailloux ? Et bien je vais t'en donner trois. Le but c'est de n'en avoir plus aucun, mais pour s'en débarasser il faut faire ce que les grands appellent des "Paris". Attends, je vais te faire une démonstration tu veux bien ?"

Il la regarda dans les yeux. Même si l'enfant ne s'adressait jamais aux autres, c'était différents avec sa soeur et sa mère. Il était muet avec quasiment tout le monde, même Shivak, mais ça, la pierre lui avait interdit d'en parler...
Sa soeurette était mignonne, elle ressemblait beaucoup aux deux parents avec un penchant pour Shivak. Kij était plus extravagant et on voyait tout de suite de qui il tenait rien qu'en l'observant quelques secondes...
Le ciel était encore sombre et il allait surement bientôt pleuvoir. Hors, le fils de Shivak et de Naliatès n'aimait pas du tout l'eau, il en avait la peur phobique, un peu comme son père lorsqu'il était plus jeune...


- "Au fait, tu sais ou est Papa ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss] Jeu 02 Sep 2010, 14:11

Alyss avait la tête dans les nuages aujourd'hui. Lasse et fatiguée, elle écoutait son frère parler, parler, parler...et blablabla, il piaillait pour ne rien dire, il parlait a son caillou comme a un être vivant et semblait même beaucoup s'amuser avec lui. Tant mieux si il était content , comme ça, il la laisserait tranquille. Elle aurait bien voulu aller dans le quartier un peu plus bas car le vent transportait une odeur de tourte a la viande qui provenait du quartier des marchands et la fillette y serait bien allée faire un tour. Maman venait souvent ici, au quartier des temples. Il y avait un temple pour chaque dieu protecteur d'Irianeth. Tous étaient représentés par une immense statue au milieu de la place . Maman venait rarement ici. Mais quand elle y mettait les pieds, c'était pour prier la Déesse Inou et le Dieu Kader. La première était la déesse protectrice de la famille et le deuxième un dieu guerrier dont la fonction était restée floue aux yeux d'Alyss. Elle, elle ne croyait en aucun dieu. Sa religion, c'était manger, jouer et dormir, voilà. Tante Esmé venait avec Shivak auparavant. Lui, il n'avait pas de dieu particulier mais Tante Esmé les priait tous, comme le voulait Grand mère.
D'ailleurs, Alyss n'avait vu qu'une fois sa grand mère...elle avait été surprise de voir qu'elle paraissait presque aussi jeune que maman ! Elle qui s'attendait a une petite vieille aux cheveux blancs et a la peau ridée, elle avait eu la surprise de découvrir une femme d'un peu plus de trente ans en apparence, avec de longs et beaux cheveux noirs- les mêmes qu'Alyss- et des yeux gris comme ceux des puissants rapaces qui survolaient les plaines cendrées. Maman n'était pas allée la voir et c'était Tante Esmé qui les avait amenés. Grand mère avait insisté pour que Kij et sa soeur l'appellent Bella et elle avait fait a manger pour eux. Fallait dire qu'elle ne faisait pas de petits gâteaux avec du thé , la mémé..enfin, euh, Bella. Elle préparait des plats que mangeaient les Enkievs, du genre... un ragout, ou du gratin. Miam ! En tout cas, elle cuisinait bien et elle était plutôt sympa. Papa disait qu'elle ressemblait beaucoup a Tante Esmé. C'était vrai, elles avaient toutes les deux un fichu caractère mais aussi un grand cœur. En plus, Bella elle vociférait des injures pas possibles quand un de ses serviteurs faisait tomber quelque chose ou faisait une bêtise. Mais avec ses petits enfants, elle était très sympa. Par contre, ils n'avaient pas vu leur Grand Père, parce qu'il était général a la guerre et que là, il était a Argent, un royaume très loin sur le continent des chevaliers d'émeraude....

- "Dizy ! Tu viens jouer avec moi ?"

Pfff qu'est de qu'il l'énervait lui a l'appeler tout le temps Dizy. D'ou lui était venu ce surnom ridicule qui de plus, ne lui allait pas dut tout. Alyss leva les yeux au ciel et soupira. Son frère avait beau être le meilleur des petits frè...pardon, des jumeaux, il était aussi plutôt agaçant. La fillette soupira a nouveau. Mais elle l'aimait quand même, même plus que sa mère.D'ailleurs, elle était ou maman ? Encore a un de ces fichus entraînements ? Elle pouvait pas rester un peu avec ses enfants ? Non ? C'était pas possible ça ?

- "Regardes ! Tu vois ces six petits
cailloux ? Et bien je vais t'en donner trois. Le but c'est de n'en
avoir plus aucun, mais pour s'en débarasser il faut faire ce que les
grands appellent des "Paris". Attends, je vais te faire une
démonstration tu veux bien ?"


Alyss s'assit par terre, un brin d'herbe dans la bouche. Pffff, quel ennui...et lui il lui proposait de faire des paris ? Comme si elle ne connaissait pas ces choses ridicules et sans aucune utilité. Tante Esmé aimait parier avec Papa, mais il perdait tout le temps et elle lui piquait tout le temps de sous dans sa bourse. En fait, Tata Esmé , c'était surtout une grosse arnaqueuse qui embêtait Papa. Mais bon , Papa lui rendait tout le temps la pareille alors...


- "Au fait, tu sais ou est Papa ?"

Alyss se figea. Elle baissa les yeux et se mordit la lèvre. Non, elle n'avait pas vu Papa depuis trois jours. En fait, c'était plutôt qu'elle ne ressentait plus sa présence. Comme si il avait disparu du continent. Était il mort ? Alyss en frémit de peur rien qu'à cette idée. Papa, elle ne 'avait pas revu depuis une semaine. Mais il y avait un autre monsieur qui venait parfois manger ou dormir a la maison quand Papa n'était pas là. Ce monsieur là , c'était un nouveau chevaler et il l'effrayait. Il n'était pas net et son écuyère encore moins...

-Non, je n'ai...pas revu papa..en fait, je ne sens plus sa présence.

Alyss fronça les sourcils. Peut être était il reparti au royaume dArgent ?

- Je m'inquiètes pour lui...maman, elle s'en fiche totalement. Elle, elle a l'air d'être heureuse avec le monsieur là...mais moi, je le hais. Je l'aime pas du tout. Il me fait peur...dit elle, en essayant d'éviter le regard de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss] Jeu 16 Sep 2010, 09:43

Le silence est l'absence de son.

............................................................................

C'est vrai que Papa n'était plus là... Même moi je n'entendais plus sa présence dans mon coeur. Parti pour toujours ?

Un être humain perçoit une certaine plage de fréquence vibratoire et il a été décrété que physiquement le silence serait ce qui est au-delà et en deçà de cette perception humaine.
Les chiens sont capables d'entendre des ultrasons. Les chauve-souris se dirigent en absence de lumière par écholocation au moyen d'ultrasons inaudibles pour nous. Les éléphants communiquent par des infrasons tout aussi imperceptibles par l'oreille humaine. Les limites du silence ne sont pas les mêmes suivant les animaux.
Tout être vivant est limité dans la perception du silence par le simple fait qu'il émet lui-même des sons. Dans une chambre sourde, chaque être humain perçoit son propre pouls, sa respiration et un bruit aigu qui serait dû au système nerveux.
Les Lézards, eux, se repèrent à la chaleur et perçoivent les vibrations dans le sol.
Shivak ne foulait plus le sol depuis désormais le sol d'Irianeth...


**Il est partit pour quelques temps, il reviendra plus fort, mais il reviendra différent !** Susura la pierre.

Nous vivons dans un monde où la verbalisation est la règle et le silence l’exception. Nous vivons au milieu d’un torrent de mots ; si bien que la valeur du silence nous échappe le plus souvent ; et pourtant, il est difficile de séparer le silence et la parole, le silence et l'intention de signification. Sans un espace entre les mots, les mots eux-mêmes seraient-ils compréhensibles ?
Nous ne savons plus au fond ce que représente la Parole, ni ce que signifie le silence. Pourtant, nous sentons aussi que nous avons besoin du silence. La Parole et le silence sont étroitement liés. N’est-ce pas parce qu’à sa manière le silence signifie à travers les mots autant que les mots signifient eux-mêmes ?
Ou bien, faut-il admettre que le silence est seulement une impuissance ou une impasse dont le langage nous libère. Le silence ne dit-il rien ? Peut-on aller jusqu’à soutenir que le silence est un langage non-verbal sous-jacent au langage verbal ?

Ainsi, son ami minéral ne l'avait pas oublié. Elle ne parlait que lorsque Kij était inquiet ou mal à l'aise... C'était assez particulier...

Il existe plusieurs formes de silence. Tous n’évoquent pas nécessairement l’expérience de la souffrance, mais le plus difficile, c'est assurément celui de l'incapacité de pouvoir communiquer. Nous sommes si familiers avec le bruissement constant des paroles, qu’il nous est difficile d’imaginer « comment c’était avant », ou encore ce que nous deviendrions s’il n’y avait pas de mots, pas de sons, pas de capacité d’audition. En l’absence de l’ouïe, comment donc pourrions-nous manipuler des signes, comment pourrions-nous former une pensée ? Qu'est-ce que le silence de celui qui n'entend pas ?
Sommes nous sourd de tous ces cris qui nous entourent ? Des appels à l'aide ?
Pourquoi Papa avait eu si mal dans son coeur avant de partir ? Pourquoi personne ne l'as entendu ?

Pour la plupart d’entre nous, le silence fait peur. C’est une sorte de néant, de vide oppressant. Inconsciemment, nous avons donc tendance à rabattre le silence sur mutisme. Comme si nécessairement le silence devait être terrifiant. Ce qui nous permet de justifier le rejet du silence, au profit de la valeur de l’expression tous azimuts. Donc du bruit. Mais attention, ne ramenons pas le silence à cette seule valeur. Il y a différentes valeurs du silence et de toute manière, le langage, à lui seul ne remplit pas nécessairement la pensée. Pas plus qu’il ne produit la conscience. Il y a aussi une confusion engendrée par le verbalisme. Le langage, sans l'espace d'une certaine forme de silence, perd son sens et peut noyer la pensée dans le bruit des mots.

J'ai peur du silence. Il m'angoisse, me ramene à l'état de foetus... Là ou rien n'était...

**Le silence est doux, il faut l'apprivoiser** Rassura l'émeraude magique

La question du silence est donc assez paradoxale. Le silence exprime sans détour ce que nous sommes, le bruit permet de dissimuler et de se dissimuler. Le silence exprime notre propre complexité, il est auto-révélation de notre stase dans l'Être, et il exprime aussi notre rapport étroit avec la parole. Dans l’Être, il ne peut mentir et c’est à peine pouvons-nous dissimuler son sens. Il signifie la joie ou le malaise, la jouissance ou le tourment d'exister, c'est-à-dire la forme que revêt la conscience. Mais, arrimé à la seule expression, il semble seulement un poids mort, ou la négativité d’un contraire. Pour la pensée duelle, il n’y a que l’opposition du tout au rien : parole/silence. La pensée duelle ordinaire a bien du mal à comprendre l’importance du silence. Mais dès que l’on dépasse la dualité, les contraires deviennent des complémentaires, et le silence la parole se révèlent inséparables...

- "Papa va bien. Ne t'en fais pas Dizy !"

Voyant qu'elle n'avait pas l'air motivée pour jouer, il jeta ses petites pierre au gré du vent. L'enfant alla s'assoir prêt de sa soeur et l'imita en prenant une brindille dans sa bouche pour en tester l'effet... C'était dégeulasse, mais rigolo ! Le truc c'était de pas sucer la tige !

- "C'est qui le monsieur dont tu parles et qui est toujours avec Maman ? Je le connais pas moi ?"

Un bruit strident résonna et l'enfant plaqua ses mains à ses oreilles. Seul lui avait entendu le cri de la pierre qui semblait vouloir que Kij oublie ce personnage.

**N'approche jamais cette personne. Il en va de ta vie. Tu ferais bien de protéger ta soeur aussi.**


S'immobiliser pour réorienter ses pensées
Des détentes fréquentes pour mieux relaxer
Renouez avec la nature
Une retraite pour réfléchir?
Quels solutions pour luter contre le silence ? L'absence ? Le désir ?

Papa me manque...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss] Dim 03 Oct 2010, 07:56

En fait, elle avait peur de bien des choses. Derrière cette moue boudeuse et cet air blasé, elle cachait la peur. La peur a l'état pur. Mais elle rangeait cette peur dans un tiroir et l'oubliait comme on oublie un vieil ami d'enfance. Elle redoutait peu de choses mais celles ci étaient les pires. Elle aurait ou être la première des froussardes si elle n'avait pas eu la volonté de fer de sa mère et l'assurance de son père. Tout se résumait avec un seul mot : Courage. Et ce mot n'était pas inconnu a Alyss.
Être courageux ne se résumait pas a n'avoir peur de rien. Être courageux, c'était enfouir ses craintes au plus profond de soi même et garder la tête haute, la démarche digne. Si la peur se trahissait sur le visage de la fillette, l'ennemi en profiterait, croyant être le plus fort. Mais si elle gardait une expression froide et dure , rien ne lui arriverait. Elle n'aurait plus peur. Elle n'aurait plus a craindre tout ce qui l'entourait. Elle serait a sa manière, invincible...et foncerait dans le tas.

Alyss s'assit par terre. Elle commençait a s'ennuyer. Les jeux auxquels jouaient son frère ne lui plaisaient pas. Les paris, c'était un truc d'adultes. Un truc bête. Parfois, la petite fille se prenait a penser que les enfants étaient supérieurs et plus matures que les adultes sur bien des points. Chez un enfant,il n'y avait aucun vice,aucun désir absolu de détruire ou de faire du mal. On naissait pur et innocent pour mourir souillé et corrompu. Alyss leva les yeux au ciel et regarda les nuages...le ciel était d'un bleu pâlot aujourd'hui. Une nuée d'oiseaux de proie passa et l'enfant décrocha son regard du bleu profond pour se fixer sur le soleil.

Depuis toute petite, elle défiait le soleil. Et elle gagnait out le temps. Ses yeux se bloquèrent sur l'astre l'expression qu'elle gardait continuellement aux lèvres (moue boudeuse et air blasé) s'adoucit. Maman lui disait tout le temps qu'il ne fallait pas trop regarder le soleil. Car il lui brûlerait les yeux, comme Maman et elle ne verrait plus rien. Et bien non. Alyss pouvait passer des heures a regarder le soleil sans bouger, des heures à attendre qu'il capitule.
Un nuage passa devant la cible d'Alyss. Le soleil n'en pouvait plus de la fixer, il avait perdu et s'était caché. Elle avait encore gagné. Comme toujours quoi.

Mais un long silence s'était installé entre elle et son frère. Il parlait a sa pierre magique. Alyss se leva et marcha toute seule sur la place, regardant les immenses statues des Dieux qui dominaient l'entrée des temples. Grand mère avait été une déesse autrefois. Mais le chef des dieux l'avait puni. A regret, car il lui avait ensuite demandé de revenir au Panthéon car il avait besoin de son aide. Mais Bella avait refusé. Elle ne voulait pas retourner avec les autres. Ainsi, a Irianeth, on ne la considérait plus comme déesse mais comme une puissante sorcière. Certains lui donnaient le titre de «déesse déchue» et d'autres de «sorcière des cieux» car Bella avait toujours pratiqué la magie noire.
Alyss en avait donc déduit qu'elle avait du sang divin dans les veines et que Maman descendait tout droit d'une Ex-déesse.

Dis, Kij...j'ai remarqué quelque chose...

Il fallait qu'elle lui fasse part de ses doutes car...elle s'était rendue compte que Bella et l'Homme Étrange qui venait parfois a la maison...dégageaient la même énergie. Papa avait apprit a Alyss a différencier les différentes auras et autres énergies magiques que dégageaient les gens. Celle de Bella avait tout particulièrement retenu l'attention d l'enfant. Lorsque la fillette s'asseyait parfois sur les genoux de son aïeule , elle se sentait a la fois en totale sécurité mais aussi en grand danger. Comme si son corps entier était empli de magie qui ne demandait qu'à être libérée ou utilisé. Après tout, c'était grâce a la magie qu'elle avait stockée que Bella gardait une apparence jeune.
Mais l'Homme Étrange avait cette même magie...purement destructrice.

-L'Homme Étrange...il ressemble a Grand Mère.

Ce n'était peut être qu'une coïncidence après tout...pas de quoi s'inquiéter.
Mais la peur revint tout a coup et le cœur d'Alyss se serra.
Revenir en haut Aller en bas

L'Autre moitié de Moi [Pv Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-