___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez|

D'humain à dieu, jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: D'humain à dieu, jugement Jeu 01 Avr 2010, 09:37

Il avançait depuis plusieurs heures dans le sable chaud qui auraient normalement brûler la peau des pieds aux humains, surtout qu'il ne portait aucune soulier à ses pieds. Il devait se situer au alentour de midi vu la position de l'astre lumineux dans le ciel. Il marchait depuis plusieurs heures sur le continent d'Enkidiev. Il aurait très bien pu se téléporter, mais il n'y avait plus rien a voir dans le monde céleste, il avait tout vu, tout entendu et il n'avait pas nécessairement envie d'entendre son père lui beugler des ordres ou bien des reproches quant à son travail, mal accomplit d'après lui. Il ne faisait pas assez attention à Irianeth et trop à Enkidiev. Même si lui même préférait les chevaliers d'Émeraude, son fils ne pouvait pas avoir de favoris, cela créerait une grand injustice dans le monde et l'équilibre serait basculé. Donc, pour éviter tout ses reproches, il restait sur Enkidiev, là ou son père ne descendait jamais. Il avait ainsi une certaine tranquillité. Il pouvait toujours se faire attaquer par un dieu-déchu qui se tiendrait dans le coin, mais il n'avait pas peur de leur attaque, sachant très bien se défendre lui-même. Il n'allait pas vivre dans la peur toute sa vie, il avait le droit de sortir de son royaume céleste et se n'était pas les déchu du panthéon qui allait l'en empêcher.

Il revenait du désert ou il avait fait une visite à certains brigand qui pensaient échapper à la justice. Il s'était rendu en personne pour leur infliger une punition qu'il méritait depuis plusieurs années, mais Loan avait été beaucoup trop occupé pour aller leur rendre visite lui-même. Il tenait à les punir en personne et de toute façon, maintenant dans le désert, il ne pouvait que tuer des brigands comme eux, donc cela lui ferait moins de travail. Lorsqu'il était question de gens qui avaient tuer d'autres gens pour le plaisir, le dieu de la justice n'avait plus aucune pitié, il n'y avait pas de procès ou de deuxième chance. S'il en avait le pouvoir, il tuerait toute forme de vie sur le continent de Irianeth, puisque se continent n'apportait que le mal et l'injustice, mais se continent ne relevait pas de sa juridiction et s'il l'attaquait ouvertement, il aurait plusieurs autres dieux sur le dos, donc plusieurs déchu qui se rendait sur Irinaeth pour lutter contre son père. Tout se qu'il pouvait faire s'est d'attendre qu'il débarque ici et même encore là, que pourrait-il faire de plus. Il n'avait aucunement le droit d'aller les exterminer, puisqu'il n'avait même pas le droit de mettre un pied sur Enkidiev. Si Enkidiev et Irianeth se déclarait la guerre, il n'y avait rien d'injuste là dedans et il ne pouvait pas les empêcher de se détruire l'un l'autre. Il pourrait certainement aider le peuple qui subissait des pertes, mais cela devait contenir une injustice. Il ne pouvait se présenter partout et aider les gens juste parce qu'il le voulait. Se n'était pas son devoir, il n'était pas le dieu de la protection ou de l'amour.

Il était si jeune et il avait encore beaucoup de choses à apprendre, la justice était quelque chose de très dure a assimiler, car, dépendant de tout les cas, elle était différente à appliquer. Certainement fois, la sentence était la mort, d'autres fois il méritait seulement une mauvaise nouvelle ou faire brûler sa maison, les choses dépendaient tellement de tout qu'il devait se rendre sur Enkidiev pour avoir l'impression de bien juger les gens. Il ne savait même pas lui-même s'il était vraiment juste, qu'il rendait bien justice aux gens. Il ne parlait jamais aux humains et il ne retournait jamais voir ceux qu'il avait aidé, il n'avait pas du tout le temps. C'est sous toute ses pensées que son esprit était occupé pendant son voyage qui l'ennemerait à Fal. Son devoir l'appelait là bas pour une raison de coeur cette fois. Ce cas pour lui était encore un peu ambiguë. Il devait trouver Shaona, princesse des fées. Se serait sa première intervention sur un membre de la royauté, mais pour Loan cela n'avait aucune différence, un humain était un humain peu importe son titre. Il devrait l'observer pour savoir si elle avait vraiment été injuste envers son mari. Certains diraient immédiatement oui, mais pour les dieux, avoir plusieurs femmes étaient quelque chose de très courant, donc se serait une expérience déstabilisante pour lui, car il n'y avait rien de mal à cela. Par contre, la mentalité des humains n'étaient pas du tout ainsi. Normalement, il devait s'attacher à un seul humain pour la vie et le marier, il ne pouvait jamais aller voir ailleurs. Lui-même n'ayant jamais été amoureux, il se trouvait très mal placé pour juger cette femme, c'est pourquoi il devait l'observer.

Alors qu'il quittait enfin le sable pour apercevoir un peu de terre et des arbres, il sentit la présence de celle qu'il recherchait, elle était encore loin, il devrait marcher pour entrer un peu plus dans la capital, histoire de voir le royaume de Fal. Il n'avait pas peur d'être repérer, car peu de gens le reconnaissaient, personne ne l'avaient encore peint. Tout se que le peuple connaissait de lieu s'était son nom et qu'il était le fils de Parandar. Il se dirigeait vers le château quand une force à l'intérieur de lui le dérangea. Il devait mettre de côté cette histoire pour en régler une autre. Alors que quelques paysans étaient présent, Loan habillé de blanc seulement, marchait normalement, quand il se retourna, faisant ainsi un 180 dégrée et utilisa son pouvoir de vitesse pour se diriger vers une petite forêt, juste avant le château. Il venait de sentir des bandits pourchassés un enfant qui s'était un peu trop éloigné de ses parents. Il devait réagir avant que l'injustice se produise, il en avait le droit, pour une fois. Se précipitant à une vitesse folle vers les bois, il arriva, non pas juste à temps, puisqu'il avait sentit le délit très tôt, le petit garçon n'était pas encore en situation de mort, il avait encore une certaine avance contre les brigands, mais il n'était pas nécessaire d'attendre qu'il soit en danger pour l'aider. Utilisant ses pouvoirs de lévitation, il donna une bonne leçon au brigand, les projetant contre des arbres pour les voir ensuite prendre la fuite. Personne ne l'avait aperçu, même pas le petit garçon, qui regardait, tout ébahi, derrière lui pour apercevoir les bandits se sauver de lui. Loan s'était déjà téléporter dans le château de Fal, n'ayant plus de temps à perdre à marcher. Il se situait dans la chambre de la princesse, ou elle était actuellement.


- Bonjour.

Il la regardait avec ses yeux gris perçants. Il n'avait pas l'air d'une menace, habiller de blanc. Il n'avait aucune lueur autour de lui qui pourrait le faire ressembler à un ange, mais sa peau parfaite, sans bouton, aussi propre que la neige, pouvait peut-être donner un très bon indice de la provenance divine. C'était la première qu'il s'adressait à un humain, mais il se devait de le faire cette fois ci car il ne pourrait pas juger d'une bonne façon puisqu'il ne connaissait pas l'amour et toute ses complications.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: D'humain à dieu, jugement Jeu 01 Avr 2010, 15:58

Ce matin-là, Shaona se leva aux cotés de son mari qui dormait à poings fermés. D’un geste lent, elle caressa ses cheveux. N’avaient-ils encore jamais consumés leur amour? La princesse sentit son cœur se serrer en pensant à Léo. Lui qu’elle avait failli donner sa virginité. Elle avait détruit leur mariage légèrement et Evalmar avait failli mourir pour elle. Était-elle coupable d’infidélité si elle n’avait montrée que son corps nu et qu’elle avait embrassée Léo? La jeune fée embrassa le front de son mari avant de se lever. Elle avait envie d’explorer le château aujourd’hui, bien que son cœur battait la chamade. Nell dormait tranquillement contre son père. Shaona l’embrassa légèrement avant de se rendre dans les couloirs silencieux du château de Fal. Elle avança à pas de loups, ne rencontrant aucunes servantes sur son chemin. Finalement, elle en vit une qui rangeait des tuniques. Doucement, elle s’approcha d’elle et murmura :

-Excusez-moi, j’aimerais savoir où sont les bains?

La servante fit un large sourire. Elle se tourna vers elle et la prit par le bras. Elle l’emmena jusqu’à une large pièce de couleur beige et or. Un immense bain y reposait au milieu. Les yeux de la fée s’illuminèrent un instant. Elle se tourna vers le cadre de porte mais déjà, la servante était repartie à ses tâches. Shaona sourit et fermait la porte derrière elle. Elle enleva sa tunique blanche salit légèrement et la laissa tomber sur le sol. L’eau chaude regorgeait déjà dans les bains. La princesse s’avança et mit un pied dans celle-ci. Elle frémit de sensation. Ses jambes et son bassin trempèrent déjà bientôt dans l’immense bassin. La jeune mariée soupira et se laissa couler doucement dans les draps de l’eau. Et tout lui revint.

Tous des souvenirs. La naissance de ses sœurs. Son abandon. Sa solitude. Ses années de plaisir à jouer avec des amies qui ne rêvait que d’avoir une amie royale. Dans l’eau, ses larmes se fondirent lentement. Sa rencontre avec son présent mari. La découverte du tatouage. Sa sortie matinale avec lui dans la rivière Mardall. Sa promesse de ne jamais l’abandonner… qu’elle brisera un instant. Shaona se mordit les lèvres inférieures. Les bulles d’air devenaient de plus en plus fortes. La princesse sentit l’odeur du sang remonter et se dissoudre dans l’eau chaude. Le bal d’émeraude. Sa rencontre avec son beau-frère qu’elle avait failli mettre dans son lit. La demande d’Evalmar. Sa jalousie pour Ellina. Leur mariage. Si beau… la tentative de son mari… pour la tuer. La jeune fée déglutit lentement, sentant ses poumons sur le point d’exploser. Que l’air sorte d’un coup et qu’on la retrouve dans le fin fond du bassin. Finalement, leur voyage jusqu’à Zénor. Les grandes plaines. Sa rencontre avec Léo. Sa tentative de suicide. Lui et elle s’embrassant. Son désespoir. La bête. L’océan. Lui et elle. À nouveau réunis. L’amour. Nell.

La princesse se releva de l’eau. Sa tête était immergée d’eau. Elle reprit son souffle en panique. Shaona porta sa main à sa poitrine pour sentir ses battements de cœur irréguliers qui devinrent bientôt normaux. Sans prendre le temps de se laver, la fée se releva et prit une serviette blanche pour se sécher. Finalement, elle remit sa tunique et quitta le bain presque en larmes. Avait-elle voulue mourir dans le bassin? Son cœur se serra. Jamais elle ne pourrait quitter Evalmar et Nell de cette façon. Lorsqu’elle arriva dans la chambre, les couloirs étaient déjà moins silencieux qu’avant. Lorsqu’elle entra dans la chambre, Nell et Evalmar étaient déjà partis. Sûrement déjeuner. Combien de temps avait-elle passée dans le bain?
Shaona se rasseyait sur le lit déjà fait. Elle plaqua sa tête contre ses mains pour lisser ses cheveux blonds plus foncés par l’eau. Soudain, l’ambiance changea. Elle sentit une présence près d’elle. Evalmar? Elle tourna la tête vers la porte mais ne put voir qu’un homme en tunique blanche, comme la sienne mais plus ample.

- Bonjour.


La princesse regarda avec des yeux ronds l’homme. C’était devenu plus chaleureux. Ses yeux étaient d’un gris perçant que la fée sut plonger dedans pour voir la pureté. Un être divin? Sans savoir exactement pourquoi, elle répondit :

-Bonjour… Que… Qui êtes-vous?, dit-elle calmement.

Un peu abasourdie, la princesse savait en elle que peut-être son heure était réellement venue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: D'humain à dieu, jugement Lun 05 Avr 2010, 17:43

Il s'était trompé, elle n'était pas humaine. En fait, oui elle l'était, mais elle avait deux magnifiques ailes dans le dos qui la faisait ressembler à un ange. Il connaissait très bien cette race, mais il n'en avait jamais approcher d'aussi près. Ayant vu son mari, il était certain que celle-ci serait de la même race que lui, mais Loan avait oublié que les humains aimaient aimer des races différentes d'eux et de faire des mélanges. Pour ça part, si jamais il devait tomber amoureux un jour, se serait avec une déesse, certainement pas une humaine. Loan n'était pas pour les mixtes de race. Les races devaient rester pure, pour garder leur origine, si cela continuait ainsi, dans plusieurs années, aucun humain normal ne serait sur Enkidiev. Loan voulait préserver la race que son père avait créer. Se secouant légèrement la tête, il se rendit compte qu'il commençait à sortir de son état neutre qu'il devait garder pour pouvoir juger une personne. S'il commençait à se dire qu'elle ne méritait pas son mari, cela serait injuste pour elle, car elle devrait se défendre et elle partirait avec un moins.

S'avançant vers elle, il n'avait aucune crainte, plutôt de la curiosité. Il n'avait pas l'habitude de voir la peau des fées, leurs ailes, leurs cheveux. Lorsqu'il fut a quelques centimètres d'elle, il utilisa sa main pour effleurer son menton doucement, laissant une impression de froid sur la peau de Shaona. La peau de celle-ci était chaude, un peu humide, elle sortait de l'eau. Il monta ensuite sa main pour toucher les cheveux de celle-ci, laissant glisser ses doigts à travers eux, encore un peu mouillé eux aussi. Récupérant de l'eau sur sa main, il prit le temps d'observer se que les peuples avaient besoin pour survivre. Lui, il n'avait besoin de rien pour vivre, il ne dépendait pas de nourriture ou d'eau. Ses êtres étaient si faible et si fort à la fois. Ne s'intéressant pas vraiment s'il faisait peur à l'être devant lui, il alla ensuite toucher ses ailes. Si les ailes représentaient les anges, alors pourquoi lui n'avait-il pas d'ailes et elle oui ? Serais-se les humains qui ayant vu les fées les avaient prit pour des anges et leur avaient donnés une signification divine ? Prenant soin de ne pas tirer sur ses ailes, il les effleura du revers de sa main. Il n'était pas fait de plumes comme dans les légendes des humains, alors peut-être n'étaient-ils pas à l'origine de celle-ci. Se décidant enfin à se présenter, elle comprendrait pourquoi l'être divin se retrouvait devant elle.


- Je m'appelle Loan, mais vous, peuple d'Enkidiev, aimez bien m'appeler le Dieux de la justice.

Se reculant pour lui faire face, il la regarda dans les yeux. Celle-ci semblait déjà comprendre pourquoi il se trouvait dans sa chambre. Loan était au courant qu'elle avait essayé de se tuer quelques minutes avant, c'est le risque qu'il avait couru lorsqu'il avait décidé de sauver l'enfant avant de venir la voir. Il aurait très bien pu apparaitre dans les bains pour l'empêcher d'agir, mais il avait fait son choix, décidant que l'enfant avait plus besoin de lui qu'elle. Il avait fait le bon choix, sauvant deux vies à la fois. Il était tout de même de l'expérience avec ses 56 années à observer le peuple. Lorsqu'il vu dans ses yeux qu'elle savait elle même, sans avoir recours à lui, qu'elle était coupable, Loan se sentit envie d'une certaine pitié. Cette femme ne semblait pas gonflé de mauvaise intention lorsqu'elle avait trahi son mari et maintenant elle le regrettait au point de se tuer. Alors qu'il essayait de se ramener à l'ordre, en se disant qu'il ne devait avoir aucun partie prit, il prit la femme par l'épaule. Il voulait l'emmener ailleurs, se n'était pas un bon endroit pour discuter, des gens pouvaient entrer dans la chambre à tout moment et cela mettrait la princesse dans l'embarras. Il choisit un endroit calme, un oasis ou personne ne viendrait les déranger. Il y avait une dizaines d'arbres et un petit amas d'eau qu'on ne pouvait pas appeler lac car s'était trop petit, mais il ne pouvait pas non plus être considérer comme une rivière, car s'était trop grand.

- Je crois que tu sais déjà pourquoi je suis ici. J'ai eu vent de tes agissements et mon devoir est de rendre la justice à ceux qui l'ont perdu. Lorsque tu as épousé ton mari, tu jures d'êtres fidèle, alors pourquoi l'as-tu trompé comme tu l'as fait ? N'essaie pas de me berner jeune fille, je connais beaucoup de choses sur ta vie et je sais que tu n'es pas une mauvaise personne, si tu me mens, cela ferait une tache à ton dossier que je ne tiens pas à ajouter. Parle librement, explique moi ton point de vue de la situation et voyons comment je peux arranger les choses.

Le jeune dieu alla se mettre les deux pieds dans l'eau de l'étang. Il ne semblait avoir aucune réaction au contact froid du liquide et il ne regardait même plus Shaona dans les yeux, de toute façon, il n'avait pas besoin de la surveiller, elle ne pouvait aller bien loin et s'était idiot de vouloir fuir un dieu, s'était tout simplement impossible à faire. Il attendait sa réponse, qu'elle soit longue ou non il avait tout son temps, il était immortelle, alors pour lui le temps n'avait aucune importance et les autres cas qu'il devait aller rendre visite devrait attendre leur sentence, il devait s'occuper de celui-là avant les autres. Chacun son tour, c'est ainsi qu'il marchait, il ne réglait pas deux cas à la fois, il ne voulait pas se tromper ou mal jugé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: D'humain à dieu, jugement Lun 05 Avr 2010, 19:09

Shaona fixait l’être divin d’un air béat. Il s’avança vers elle, serein. Celle-ci ne tenta pas de fuir ni de reculer. Il leva la main alors qu’il était à quelques centimètres d’elle. Elle fermait les yeux. C’était son heure, elle le sentait. Dans sa tête, elle s’excuse auprès de son mari, de sa fille, de sa famille, de l’elfe que Léo aimait. Tout le monde! Soudain, elle sentit des doigts froids lui toucher le menton. Elle rouvrit les yeux en voyant des yeux gris observer son corps. La main grimpa doucement le long de sa joue jusqu’à ses cheveux humidifiés par le bain pris plus tôt. La princesse ouvrit de grands yeux mais ne bougea pas. Que faisait-il? Il descendit finalement jusqu’à ses ailes. Sensible, elle fermait les yeux. Allait-il les arracher? Simplement, il les effleura du revers de la main. Étonnée, elle rouvrit les yeux.

« Je m'appelle Loan, mais vous, peuple d'Enkidiev, aimez bien m'appeler le Dieux de la justice. »


La jeune fée fit un rictus. Il allait donc la juger pour son… « Crime ». Elle hésita à sa présenter mais finit par se taire en le regardant. Leurs regards se croisèrent l’Espace d’un instant tandis que Shaona rougissait en détournant la tête. Loan se recula avant d’entendre un silence de plusieurs minutes. Finalement, il mit une main sur son épaule. La princesse sursauta puis vit la pièce changer de paysage. Ses pieds touchèrent finalement à une eau tiède. Autour d’elle, des dizaines d’arbres avaient remplacés les meubles de son mari. Son questionnement s’arrêta finalement tandis qu’une voix forte la tira de ses pensées.

« Je crois que tu sais déjà pourquoi je suis ici. J'ai eu vent de tes agissements et mon devoir est de rendre la justice à ceux qui l'ont perdu. Lorsque tu as épousé ton mari, tu jures d’êtres fidèles, alors pourquoi l'as-tu trompé comme tu l'as fait ? N'essaie pas de me berner jeune fille, je connais beaucoup de choses sur ta vie et je sais que tu n'es pas une mauvaise personne, si tu me mens, cela ferait une tache à ton dossier que je ne tiens pas à ajouter. Parle librement, explique moi ton point de vue de la situation et voyons comment je peux arranger les choses. »

Shaona hésita à parler mais il se tourna pour ne pas voir son regard, les deux pieds dans l’eau. Elle inspira lentement. Elle allait le dire. Elle fermait les yeux avant de les rouvrir. Par où commencer? Elle ouvrit finalement la bouche :

« Lorsque j’ai épousée mon mari, je lui es jurée fidélité certes, mais je n’avais pas prévue ce qui allait se passer. Evalmar… est un homme courageux qui a su me conquérir dès notre première rencontre. Mais comme vous devez déjà le savoir, en lui réside une ombre implantée par Léo de Perle. J’ai promis à mon mari de ne jamais le laisser tomber et c’est pourquoi à toutes les tentatives de meurtre qu’il a fait sur moi, j’ai été compréhensible. Je l’aime tellement… »

La princesse soupira longuement, les larmes aux yeux.

« Enfin bref, après notre mariage, je lui est demandée de m’apporter à cet homme qui l’avait fait souffrir. Ce Léo est mon âme-sœur et bien qu’il ne m’attire pas du tout. Au fil de ses paroles, il a commencé à jouer avec la réalité. Il a finalement fini par me convaincre que mon idéal n’était pas Evalmar mais lui. Malheureusement pour moi… Je n’ai pas pue résister. Si c’est mon âme-sœur, cela voudrait-il dire que je suis liée à lui… à jamais? Cette question me torturait et je l’ai laissée m’amadouer. Vous savez aussi bien que moi que je n’ai pas eu de rapport sexuel avec ce prince, mais j’ai quand même brisée la confiance de mon mari avec moi… »

Des larmes lui vinrent aux yeux. Elle baissa la tête vers l’eau cristalline.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: D'humain à dieu, jugement Jeu 08 Avr 2010, 21:14

Il regardait le sol, l'eau se cogner contre sa peau sans pouvoir la pénétrer pour autant. Sa peau était comme un imperméable, l'eau n'entrait pas a l'intérieur, comme sur les vêtements. Avant d'aller plus loin, le prince des cieux se baissa pour remonter ses pantalons blancs, de sortent qu'il ne serait pas tremper. Il ne voulait pas ramener une preuve de sa descente sur la terre des humains. Alors, pendant qu'il écoutait le princesse se vider le coeur sur des évènements qui l'avaient emmenés à être infidèle, si on pouvait appeler cela de l'infidélité, car pour lui, se n'était rien, mais il ne devait pas juger dans la mesure que lui prenait les choses, il devait le voir comme un humain, des humains qui se juraient la fidélité jusqu'à la mort, s'était beaucoup plus compliqué, il avança plus loin dans l'eau jusqu'à ce que celle-ci vienne atteindre la hauteur de ses chevilles. Le contact froid de l'eau le fit frisonner, il n'avait pas l'habitude aux changements de température, mais il devait avouer que sous le soleil, il trouvait cette eau très rafraichissante pour ses pieds. Il fit lentement bouger ses orteils et du sable se mit à bouger entre ceux-ci. Peu de dieux avaient la chance de sentir de tels choses en étant sur la terre des hommes, il n'y avait pas d'eau dans le panthéon, les dieux ne dépendaient de rien.

Lorsque la princesse eu finit de se vider le coeur, Loan y voyait un peu plus juste sur ce qui avait amené la princesse à ses évènements. La pauvre devait supporter un mari agressif et imprévisible, mais après tout, elle était au courant avant leur mariage, alors elle devait s'y attendre, donc elle avait fait le choix de vivre ainsi, alors Loan ne pouvait pas prendre en compte aucune pitié sur le fait que son mari était possède d'un démon. Si elle n'avait jamais été au courant de la situation d'agressivité, il aurait pu juger qu'elle avait un certain droit d'aller voir ailleurs, mais jusqu'ici, rien n'indiquait que son choix était le bon. Poussant son raisonnement plus loin, Loan s'avança dans l'eau plus loin, il n'était pas vraiment fait pour supporter le désert et la sensation de l'eau sur sa peau éveillait en lui une grande curiosité. N'ayant aucune notion du temps, il ne savait pas qu'il restait de longues minutes en silence sans répondre aux paroles de la fée, il devrait s'habituer à leur manière et aussi à comprendre que les humains n'avaient pas toute une vie à attendre ses paroles. Pour le moment, il avait l'air de plus s'intéressé à l'eau contre sa peau qu'à la fée qu'il était entreint de juger.

Tien, un revirement de situation. Pourquoi avait-elle voulu rencontrer l'homme qui avait fait du mal à son mari. Aurait-elle voulu le tuer ? Aurait-elle voulu se venger, sinon pourquoi aller le voir. Elle ne voulait certainement pas demander au démon, prince, tout titre qu'il pouvait porter, de retirer la « malédiction » si malédiction pouvions-nous dire, de son mari. Si le prince le pouvait, son mari se serait rendu le voir plus tôt pour le menacer ou essayer de s'expliquer ou le tuer. Il essayait de comprendre se bout d'histoire, mais se mettre à la place d'une fée était difficile pour lui, se n'était pas chose simple de penser à la vengeance, jalousie, lorsqu'on avait vécu soit même dans un environnement très serein. Il essaya tout de même d'oublier se bout d'histoire et d'aller plus loin, peut-être que la suite du raisonnement lui donnerait un meilleur éclaircissement. Lorsque l'eau pénétra ses vêtements, il se rendit à quel point s'était bon de défier les règles et d'oublier ses obligations. Il était un dieu, il avait le droit de toucher de l'eau si cela lui disait et se n'est pas son père qui allait le convaincre du contraire. Il en était au genou et il se sentait déjà rafraichit. Un âme soeur ? Oui il en avait entendu parler. Deux êtres nées pour s'aimer et être ensemble, une autre histoire d'humain compliqué. Encore là lui venait une question. Pourquoi avait-elle épousée un homme qui n'était son âme soeur ?


- Que tu es eu des relations avec lui ou non ne change rien à la promesse que tu as faites.

Loan avait maintenant de l'eau jusqu'à la taille et il fixait toujours son regard dans l'eau bleu clair de l'oasis. Il devait bien formuler sa réfutation, car il ne pouvait pas dire n'importe quoi, quelques éléments devaient encore être régler et il devait avoir de bonne réponse de la princesse. S'il lui faisait des questions flous, elle répondrait de la même manière et son jugement en serait altérer.

- Tu as juré fidélité à ton mari et pour vous que se soit embrassé ou bien avoir couché, est de l'infidélité, alors je considère le geste aussi pire que si tu avais couché avec lui, car tu as quand même brisé se lien de confiance. Qu'est qui ne dit pas à ton mari que tu n'iras pas plus loin la prochaine fois ? Même si Léo se trouve à être ton âme soeur, il est trop tard pour changer d'avis. Tu es marié, tu appartiens à ton mari comme lui t'appartiens, une telle promesse ne se brise pas à moins d'en assumer les conséquences. Par conséquent, je n'entends pas la mort, je ne considères pas l'infidélité comme une peine de mort et donc ne t'attends pas à ce que je te libères de ta souffrance aussi facilement, tu devras affronter la réalité et en sortir plus forte. Les dieux ne t'auraient pas fait affronter de tels épreuves si tu ne pouvais pas les surmonter, tu te sous-estimes en voulant te tuer, tu te crois faible et cela te rends encore plus faible. Tu te rends compte du mal que tu as fait, ce qui veut dire que tu es une bonne personne, maintenant tu dois affronter la réalité et passer par dessus. Tu es encore jeune, une nouvelle fille sous ta protection, un mari qui devra te pardonner tes infidélité comme tu lui as pardonné son agressivité. Je crois avoir répondu à toute les questions que je me posais à ton sujet et je crois êtes capable de t'imposer une sentence qui te sera juste. Tu devras tout simplement vivre, je n'autoriserai pas le dieu de la mort à prendre ton âme si tu essaie de t'ôter la vie, tu devras vivre avec tes choix. Ne te méprend pas, tu n'es pas immortelle, tu ne peux simplement pas te suicider.


Le dieu, toujours dans sa découverte de l'eau se retourna pour regarder la coupable dans les yeux. Il avait toujours son regard neutre, mais il lui affichait un petit sourire et il l'invitait de la main à venir le rejoindre dans l'eau. Si la pensée populaire était que les dieux n'avaient rien à faire des humains et que normalement après le jugement, Loan aurait du disparaitre, il en était pour le dieu de la Justice qui voulait rester ici encore quelques instants et qui avait de la compassion, malgré lui, pour cette femme qui ne méritait pas de sentence sévère, elle était jeune et encore insouciante, elle apprendrait avec l'expérience qu'elle n'avait pas besoin de son âme soeur pour être pleinement épanoui et heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: D'humain à dieu, jugement Dim 11 Avr 2010, 16:46

L’eau du désert était si belle. Si cristalline et rafraichissante en même temps. Son regard s’embuait en pensant à cette eau qu’elle ne reverrait peut-être plus jamais après cette discussion avec Loan. Un mouvement de celui-ci la fit relever la tête. Il remontait ses pantalons blancs. La princesse se demandait s’il l’écoutait vraiment. Après tout, techniquement, elle n’avait pas trompée son mari. Elle le regrettait infiniment mais elle ne l’avait pas trompée d’une manière plus atroce. Shaona repensa à leur mariage si magique dans les contrées elfique. Ça avait été le plus beau jour de sa triste vie! Loan avança plus loin dans l’eau jusqu’à ce qu’elle atteigne ses chevilles. Elle le vit frissonner doucement. La princesse put le voir avancer après quelques minutes de silence. Elle se mordit la lèvre inférieure et fermait les yeux. C’était son heure, non? Que dirait Evalmar en ne la voyant plus? Croirait-il qu’elle était retournée vers Léo? En y repensant, Shaona se demanda ce qu’elle aurait fait si elle et Léo n’avaient pas été âme-sœurs? Aurait-elle réellement demandée à cet homme de reprendre le démon? Elle soupira. Non. Et pourquoi son mari ne s’était-il pas pointé plus tôt? Son regard était devenu vitreux mais elle sortit de sa torpeur lorsque la voix de Loan résonna.

- Que tu aie eu des relations avec lui ou non ne change rien à la promesse que tu as faite.

Shaona regarda au loin pour voir le dieu fixer l’eau, maintenant jusqu’à sa taille. La princesse baissa la tête en signe de pardon.

- Tu as juré fidélité à ton mari et pour vous que se soit embrassé ou bien avoir couché, est de l'infidélité, alors je considère le geste aussi pire que si tu avais couché avec lui, car tu as quand même brisé ce lien de confiance. Qu'est qui ne dit pas à ton mari que tu n'iras pas plus loin la prochaine fois ? Même si Léo se trouve à être ton âme-sœur, il est trop tard pour changer d'avis. Tu es mariée, tu appartiens à ton mari comme lui t'appartiens, une telle promesse ne se brise pas à moins d'en assumer les conséquences. Par conséquent, je n'entends pas la mort, je ne considère pas l'infidélité comme une peine de mort et donc ne t'attends pas à ce que je te libère de ta souffrance aussi facilement, tu devras affronter la réalité et en sortir plus forte.

Shaona ouvrit la bouche de stupéfaction. Elle n’allait donc pas mourir? Qu’est ce qui l’attendait alors? Bravant tous les dangers pour elle, elle releva la tête et regarda Loan.

-Les dieux ne t'auraient pas fait affronter de tels épreuves si tu ne pouvais pas les surmonter, tu te sous-estimes en voulant te tuer, tu te crois faible et cela te rends encore plus faible. Tu te rends compte du mal que tu as fait, ce qui veut dire que tu es une bonne personne, maintenant tu dois affronter la réalité et passer par dessus. Tu es encore jeune, une nouvelle fille sous ta protection, un mari qui devra te pardonner tes infidélité comme tu lui as pardonné son agressivité. Je crois avoir répondu à toute les questions que je me posais à ton sujet et je crois êtes capable de t'imposer une sentence qui te sera juste. Tu devras tout simplement vivre, je n'autoriserai pas le dieu de la mort à prendre ton âme si tu essaie de t'ôter la vie, tu devras vivre avec tes choix. Ne te méprend pas, tu n'es pas immortelle, tu ne peux simplement pas te suicider.


Shaona serra les points et acquiesça de la tête, déterminée. Il avait tout à fait raison. Loan se tourna justement vers elle et elle fixa ses grands yeux gris. Elle rougit et fit un demi-sourire. Elle voulut le remercier mais se ravisa en baissant la tête. Lorsqu’elle releva la tête, il affichait un léger sourire et lui tendait la main. La fée lui répondit par un sourire éclatant en s’avançant dans l’eau. L’eau s’engouffrait dans sa tunique et elle avait un peu de mal à avancer au fur et à mesure que l’eau montait. Lorsqu’elle arriva finalement à sa taille, elle remonta les yeux et le regarda. Elle sourit et prit sa main doucement. Sa main tremblait quelque peu mais elle savait que c’était pour le mieux.

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas

D'humain à dieu, jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-