___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Mer 03 Fév 2010, 07:34

Aya marchait de bon train devant le trois autres qui la suivait. Lyla était sur Loup et Taliesin devait les surveiller en tenant leur fille pour ne pas que celle-ci tombe par terre. L'elfe était donc chargée de trouver un endroit digne de se nom pour un campement! Elle jeta un coup d'œil derrière son épaule, histoire de ne pas disparaître de leur champ de vision tout de même. Elle eut un grand sourire. Taliesin était un si bon père... Elle respira un peu et une odeur délicieuse lui parvint aux narines. Elle continua à avancer et découvrit un spectacle merveilleux qu'elle n'avait jusqu'à lors jamais vu encore! Une immense étendu. Gigantesque! Qui allait jusqu'au bout du monde... Enfin très loin quoi. Elle regarda cette étendu d'eau briller de mils feux sous le soleil qui se coucher trop vite à son goût. Il fallait qu'elle se dépêche de trouver un endroit et après Tali et elle devraient construire vite fait un abri... Ce qui n'allait pas être une mince affaire! Elle soupira doucement. Cette vie était bien douce en ces temps de guerre! Même si elle n'y prenait pas part et ne préférait pas se renseigner... Elle savait que quelque part sur le continent une guerre éclatait. Où? Elle l'ignorait complètement... Mais elle n'aimait pas du tout la guerre! Beaucoup, beaucoup trop violent en tout cas. Pour les elfes c'était quelque chose d'atroce même s'ils se battaient en essayant de se montrer brave.
Mais dans quel royaume étaient-ils tombés au faite? Un royaume côtier sans aucun doute! Mais lequel... Aya réfléchi un instant et aperçut, très loin sur cette immense plage de sable fin un château en ruine. Elle ouvrit de grand yeux. Ils avaient dérivés jusqu'à Zénor? Hé bien dit donc! Ils en avaient traversés des royaumes pour arriver jusqu'ici... Mais pourtant... Oui, ça devait faire de très longs mois qu'ils avaient quittés Rubis. L'elfe ne comptait plus le temps. Un moi était un an et un an était un moi. C'était absolument pareille à présent... Alors qu'avant ça comptait beaucoup toutes ces choses là.
La jeune fille se détacha à sa contemplation. Cette mer scintillante, vrillant comme un ciel étoilé et produisant un doux bruit de brisure sur les rochers... C'était un rêve presque. Et Aya ne savait pas encore qu'un endroit aussi doux existe au monde. Elle se surpris à penser au grandes plaines de lumières. Serait-ce dans très longtemps lorsqu'elle et Taliesin auraient des cheveux blanc et que leur fille serait en vadrouille ailleurs avec l'homme de sa vie? Ou demain au détour d'un chemin... Une chute d'une colline? Il ne fallait pas penser à demain, ça allait lui porter malheur à force! Elle eut un sourire. Elle était toujours aussi saute que lorsqu'elle avait rencontré son âme sœur et elle le serait encore demain, après demain et encore et toujours! Elle jeta encore un coup d'œil derrière son épaule. Zut! Elle avait perdu de vu les trois autres! Elle allait faire demi tour.
Mais quelque chose attira son attention à côté du chemin. Derrière les buissons. Son cœur s'accéléra légèrement. Elle maudit sa curiosité d'elfe et avança vers le bruit. Elle écarta doucement ces grandes branches mais ne vit rien. C'est ce qu'elle disait quelques minutes plus tôt. Elle était saute. Très saute! Elle eut un rire avec elle même et se retourna pour retourner sur le sentier et retrouver Taliesin et Lyla et Loup aussi qui devaient être quelque part derrière. Elle poussa alors un cri de surprise. Juste devant elle se tenait...

-Monsieur Severson! Que...


Elle se rappela soudain qu'il était un immortel et qu'elle lui devait le respect. Elle s'inclina donc, le cœur battant encore à tout rompre, raisonnant dans ses oreilles. L'elfe avait eut la peur de sa vie dit donc! Que faisait-il ici et pourquoi était-il apparut vers elle, juste derrière en plus!
Elle calma sa respiration en redressant la tête. Il n'avait pas changé d'un poil et il faisait toujours un peu peur d'ailleurs. Elle aurait bien aimé que Talie vienne par là avec les autres. Mais ils n'étaient pas là et elle allait faire face sans broncher. Les serviteurs des dieux n'étaient pas là pour le mal mais pour le bien après tout. Elle fit un grand sourire gentil et plein d'assurance en direction de l'être céleste.

-Quel... Bon vent vous amène?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Mar 09 Fév 2010, 10:19

Il y a des jours ou l'on se réveille d'une humeur masacrante, avec l'envie de tout rompre, de céder aux péchés et aux envies par pure caprice. Bref, des moments ou il est clair que l'on a pas envie de se prendre les pieds dans les jouets du petit en se levant de son nid douillet, ni dans ses vêtements de la veille laissés par terre et encore moins sur des éléments qui vous ose vous rappeler que vous avez lutté la veille pour la possession de votre propre corps.

La liberté désigne habituellement l’état de ce qui n’est pas soumis à une contrainte. Agir librement, c’est agir sans contrainte. Il n’y a que les êtres vivants qui peuvent être libres dans la mesure où ce sont les seuls qui sont susceptibles d’agir spontanément, autrement dit sans y être déterminé par quelque chose d’extérieur, par une autorité humaine ou par des causes physiques. Au sein même des êtres vivants, une distinction s’impose. En effet, la « liberté » des animaux est très imparfaite car ils ne font que suivrent leurs tendances naturelles ou leurs désirs. Certes, ils agissent en fonction de « raisons » qui leurs sont « intérieures » ou immanentes mais ils n’en demeurent pas moins soumis aux lois de la nature. L’animal n’a pas le pouvoir de choisir de suivre ou de ne pas suivre ses instincts ; c’est pourquoi on dit souvent qu’il agit par instinct. Pour être véritablement libre, il faut disposer d’une volonté qui nous permet d’effectuer des choix, de prendre des décisions en renonçant parfois s’il le faut à nos tendances naturelles. Plus généralement, l’action libre peut être considérée comme étant celle qui suit un processus qui implique notamment la réflexion et la délibération. Deux précisions sont ici nécessaires. Premièrement, la liberté peut être mise en œuvre sans que s'ensuivent des effets dans le monde ; en effet, des circonstances extérieures peuvent nous empêcher d’accomplir des actions que nous avions pourtant décidé volontairement d’accomplir. Deuxièmement, dire que les hommes disposent d’une volonté, ce n’est pas encore dire qu’ils mettent en œuvre celles-ci : en effet, ce sont bien souvent les passions et les désirs qui gouvernent les hommes. Pour conclure, remarquons ceci que nous expérimentons et connaissons notre liberté par sentiment. Nous avons un sentiment de notre liberté. Mais pouvons-nous être sûr que ce sentiment renvoie bien à une réalité ? Ne se pourrait-il pas qu’il ne soit qu’une illusion ?

Il n'y avait pas d'illusion, il n'y avait pas d'iréel : il n'y avait que du concrès ! Lui, Xerctëss, était vivant et bel et bien de retour !
Enfin, il avait été libéré de sa prison charnelle et pouvait se mouvoir à volonté et en toute impunité.

La liberté, c’est précisément le néant qui est été au cœur de l’homme et qui contraint la réalité humaine à se faire, au lieu d’être. Nous l’avons vu, pour la réalité humaine, être c’est se choisir : rien ne lui vient du dehors, ni du dedans non plus, qu’elle puisse recevoir ou accepter. Elle est entièrement abandonnée, sans aucune aide d’aucune sorte, à l’insoutenable nécessité de se faire être jusque dans le moindre détail.

Ce qu'il y a de délectable avec la liberté, c'est justement qu'elle vous permet de faire ce que vous voulez de votre vie, qui plus est pour un Dieu Immortel. On peut aussi bien observer la nature et les myriades de vies animés par la chaleur du soleil, que chasser l'ennuie en se débarassant de tel ou tel gêneur.
C'était malheureusement cette deuxième option qui attirait le personnage maléfique dans les contrées éloignées de Zénor.
En effet, Rares avaient été les occasions ou il avait pu s'y rendre en temps qu'observateur.
A vrai dire, ses véritables ambitions et pensées étaient tournées vers l'invasion des Soldats D'Irianeth au Royaume D'Argent.
Cette fourmilière était en fait, une source inépuisable d'apprentissage. Toute cette colère, toute cette haine, refletaient le pouvoir suprême de l'homme dans son acte ultime : l'autodestruction !
Que les gens sont absurdes ! Ils ne se servent jamais des libertés qu'ils possèdent, mais réclament celles qu'ils ne possèdent pas ; ils ont la liberté de pensée, ils exigent la liberté de parole.
Guerroyer pour terrasser, combattre pour survivre, tuer pour règner, voilà ce à quoi se résumait les derniers siècles sur Enkidiev, alors qu'il aurait simplement fallut négocier un terrain d'entente pour que la paix survienne.
L'homme est un abruti à l'image de son créateur ! Parandar n'a visiblement rien compris. Il pensait tout savoir, il pensait tout connaitre, mais au final : il ne sait rien. C'est un ignare illuminé par un désir de voir évoluer une bande d'êtres primitifs destinés à s'entretuer et ammusé une gallerie de dieux égoïstes, imbus de leurs personnalités et de leurs pouvoirs divins.
Il existe aussi une liberté vide, une liberté d'ombres, une liberté qui ne consiste qu'à changer de prison...
Faites de vains combats entretenus par l'obscurantisme moderne et guidés par le faux jour et vous ne sortirez jamais de cette torpeur nocturne !

En fait, les humains n'ont qu'une liberté : la liberté de se battre pour conquérir la liberté...

Y avait-il un futur pour Aya dans les plaines de lumières ? Y en aurait-il une pour la petite Lyla, pour Taliesin ?
Non, sans doute pas. Il les enverait croupir dans un monde de supplices et de souffrances éternels, simplement pour avoir osé se dresser sur son chemin !
Koukaï n'aurait pas du tenter de les dupés, de se révéler. Lui l'aurait fait avec plus de subtilités, plus d'attention... Désormais, ils avaient des doutes sur lui et les doutes n'étaient pas conseillés si il voulait éviter d'être démasqué.
Alors c'était simple, il ne lui restait qu'un choix : se débarasser des gêneurs.

Là encore, il fallait qu'il fasse preuve d'observations et de prudence.
Loup avait des sens aiguisés, il allait sentir sa présence. La petite fille serait surement avec son père et il y avait de grandes chances qu'Aya soit seule au moment ou il débarquerait. Afin d'éviter d'alerter le petit groupe et commetre une erreur fatale, il fallait qu'il isole la mère de famille du reste du troupeau.

Comme il l'avait immaginé, la jeune elfe avançait en avant du petit groupe, guidé par une once de bohneur maternel. D'un simple tour de passe passe, il entoura sa victime d'une sphère d'illusion et transporta cette dernière à quelques kilomètres de l'endroit ou elle avançait en compagnie de sa petite famille...

Lorsqu'elle le vit sous son costume d'Immortel, elle sursauta, terrifiée.


-Monsieur Severson! Que...

Elle se rappela soudain qu'il était un immortel et qu'elle lui devait le respect. Elle s'inclina donc, et il put détecter que son cœur battait à tout rompre.

-Quel... Bon vent vous amène?

Demanda t-elle poliement, sans se douter qu'elle allait subir dans quelques instant un destin funeste.
L'étrange personnage, lui fit donc le plaisir de lui répondre :


- "C'est étrange, j'étais pourtant persuadé notre prochaine rencontre serait plutôt agréable, cepandant, j'ai le regret de devoir affirmer le contraire..."

A ce moment précis, Xerctëss ôta son masque et dévoila à l'elfe sa véritable apparence. Son regard horrifié le fit rire aux éclats et sa voix rauque et sinueuse se répercuta dans la clairière ou il l'avait téléportée.
D'un simple mouvement, il l'immobilisa afin de l'empécher de s'échapper la rendit muette, pour ne pas qu'elle puisse prévenir le reste de sa famille.


- "Quel dommage... Je dois vraiment avouer qu'il est navrant pour une si douce personne de quitter ce monde. Seulement, il y a un moment ou l'on se doit de retourner dans les grandes plaines de lumières... Mais ne t'en fait pas, ta chère âme soeur et ton enfant t'y retrouverons bientôt..."

Il pouvait sentir sa peur, son désarois, son incompréhension, sa tristesse... Elle voulait épargner la vie de son compagnon et de son enfant... Elle implorait du regard le dieu pour qu'il ne commete pas plus d'attrocité qu'il s'appretait à en faire...

- "C'est marrant que tu cherches à le défendre... Après tout, c'est de sa faute si je t'ai rencontré... C'est donc de sa faute si tu vas mourrir..."

D'un mouvement, il fit apparaitre un poignard elfique, originaire du village ou Aya avait grandit.

- "Tu vois, je ne suis pas quelqu'un de cruel, je ne vais pas te tuer car... C'est toi qui va le faire !"

La révélation était surprenante et Xerctëss se moquait totalement de ce que la jeune femme pouvait éprouver en ce moment même...

- "Je sais, je sais... Tu te demandes pourquoi je jette mon dévolu sur toi... C'est pourtant simple : Taliesin et toi avez faillit deviner mon identité et je ne souhaite cela pour rien au monde. Il fallait donc, naturellement que je me débarasse de vous. Cepandant, ton dévouement et ta clémence, m'oblige à avoir un peu d'impartialité en ce moment même... J'ai donc décidé d'épargner la vie de Taliesin et de Lyla, à la seule condition que tu t'ôtes la vie à l'aide de cette arme."

Il lui jeta le poignard à ses pieds et la regarda d'un regard aussi sombre que dément.

- "Si tu ne le fais pas dans les cinq minutes qui suivent, je les tues tous et tu les regardera mourrir avant que ce ne soit ton tour. Et saches que je ne suis pas du genre patient..."

Il lui dévoila ses canines puis ajouta pour finir :

- "J'étais ravi de faire ta connaissance !"

Puis il disparu, libérant l'elfe de ses enchantements et la laissant face à son destin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Mar 09 Fév 2010, 14:13

C'était drôle... Aya n'aurait jamais crut avoir un jour un tel mauvais prèssentiment? Pourquoi avait-elle peur de cet être céleste? Il ne lui avait rien fait de mal pourtant. La jeune elfe le regardait, il paraissait d'assez mauvaise humeur mais en même temps assez heu... éxité? Pourquoi donc? Lorsque l'on est de mauvaise humeur on ne peut pas être en même temps éxité! Enfin, de l'avais de l'elfe. Après tout elle n'était pas une immortelle mais une simple femme qui ne demandait qu'à vivre sa vie.
La jeune fille regarda donc Severson dans les yeux, attendant peut-être une quelconque explication du fait qu'elle soit terrifié et que lui sois de mauvaise humeur éxité.
Mais la réponse ne fut pas exactement celle que la jeune femme avait prévu. Elle fut tellement surprenante!
Aya resta calme néanmoins pour le moment. Même devant les premières paroles énigmatiques de l'immortel.

Tiens donc? Leur rencontre ne serait pas agréable... Surement il la testait. Elle garda son sang froid. Très bien, d'accord mais...

Ce fut comme lorsqu'un masque que l'on met pour se déguiser et faire le pitre tombait. Mais le visage qui se dévoila aux yeux de la jeune elfe furent tout sauf rassurant et joyeux.
Une himmode figure lui faisait face, surmonter de dents pointus. Elle ouvrit cette fois d'immenses yeux effrayés. Mais quel était ce personnage? Un tel monstre ne pouvait pas exister!
Elle le dévisagea des pieds à la tête. S'il était aussi moche intérieurement, elle avait beaucoup à craindre et il fallait qu'elle se méffit grandement de ce qu'elle allait dire si le dialogue se prolongeait...
Elle frissonna mais elle appela à elle le visage des deux êtres qu'elle aimait le plus au monde. Il n'allait rien lui faire! Seul un être sans cœur et n'agissant que pour ses propres ambition pouvait tuer une mère de famille! De plus, n'était-il pas l'ami de Taliesin.
Taliesin savait-il au moins qui était on soit disant ami?
Elle essaya de gardait son calme, de le retrouver... Mais c'était difficile surtout que l'immortel, le monstre, l'imposteur (comme vous voulez) reprit la parole après avoir éclaté de rire... Un rire qui se répercuta dans toute la vallée. Aya essaya de crier mais aucun son ne sortit de sa gorge... Muette! Elle était muette...

Quitter ce monde? Quoi!? Elle ouvrit des yeux encore plus grand que précédemment. Avant cela elle ne savait pas qu'elle pouvait ouvrir si grand ses yeux...
Elle fixait le prétendu immortel Severson avec une telle incompréhension... Lorsque celui-ci lui dit que son âme sœur et sa chère petite fille allait bientôt la rejoindre dans les grandes plaine de lumière elle protesta violemment en hurlant un "NON" muet.
Elle sentit des larmes lui monter aux yeux mais pour son amour propre, elle les ravala avec dégoût. Un dégoût pour elle même! Elle ne devait pas se montrer faible le jour de... sa mort...
Non ce n'était pas possible! Elle était en train de chercher un lieu pour que Taliesin et elle puissent construire un abris et ils allaient bientôt se rendre là ou son âme sœur était né! Elle avait vraiment envi de parler avec sa sœur. La sœur dont le Pardusse parlait tout le temps et à qui il vouait un amour très grand. De plus Aya voulait présenter sa fille à sa jumelle Saya et peut-être à Evalmar. Était-il heureux d'ailleurs?

L'homme devant elle semblait la narguer complètement. Il lui dit qu'il n'é&tait pas si cruel parce qu'il n'allait pas la tuer. Ah bon? Mais alors quoi...?
Après ce blanc, il ajouta que c'est elle qui allait ce tuer.
Ca certainement pas! Le jour ou elle enfoncerait un poignard dans son cœur se serait parce que le ciel lui aurait prit toute la joie de ce monde! Et ce n'était pas près d'arrivé. Même si Talie venait à mourir, ainsi que tout ceux qu'elle aimait, elle ne voudrait jamais se tuer. Parce que la vie est trop précieuse pour la gâcher ainsi.
C'était surement pour ça qu'au début elle c'était attaché à Evalmar en qui elle ressentait une envie folle de quitter ce monde. E

Elle regarda un poignard d'origine elfique apparaître dans la main de Xerctëss. Son sang se glaça. Il était un monstre! Pas seulement extérieurement mais aussi au plus profond de son âme.
L'elfe le sentait bien! Cette âme était pourrie jusqu'à la moelle! Elle avait moisie peu à peu depuis le jour de sa naissance sans doute.
Mais si elle devait mourir elle exigeait les raison de ce meurtre ou sucide.
Comme s'il avait entendu ses pensées, l'immortel-imposteur lui dit alors ce qu'il pensait.
Parce que... il avait peur d'être démasquer? Aya s'en moqué éperduement de savoir qui il était. Quelle raison stupide! Ne pouvait-il pas avouer que c'est parce qu'il aimait faire souffrir les gens?
Le seul mot qui vint dans l'esprit de la jeune elfe fut "psychopate".
Elle aurait voulut le hurler de tout ses poumons et arracher les yeux hideux de Xerctëss de ses orbites!
Le monstre sans cœur reprit alors. Disant qu'il ne tuerait pas Taliesin et Lyla si elle se tué elle même. Quelle chantage pur et simple!
Mais encore une fois, dans la tête d'Aya, le visage tant aimé de Taliesin apparut. Plein de gentillesse. Lyla... Et son petit rire d'enfant de un ans! Ses joues rondelettes et ses petites mains... Toutes petites, petites...

Le poignard elfique fut jeté à ses pieds sous les menaces de l'immortel-imposteur qui lui disait que si elle ne s'était pas tuer dans les cinq minutes qui suivraient, il tuerait toute sa famille sous ses yeux pour lui ôter la vie ensuite. Il n'était pas patient.
L'autre dissparut sans plus de cérémonie, laissant un froid glaciale envahir tout l'être d'Aya et arrêter de faire couler le sang frais dans ses veines bleus...
Elle ne resta que quelques secondes à regarder le vide. Indécise. Elle resongea alors à toute sa famille. Ils ne pouvaient pas mourir. Pas eux.
Ils surviraient sans elle! Oui. Ce n'était pas le moment de flancher et de ne pas se tuer par simple crainte. Aya n'était pas une Chiffe mole! Elle allait le prouver et elle sauverait sa famille.
Mais est-ce que l'autre garantirait sa promesse? Elle ne savait pas mais... de tout façon elle était voué à mourir. Autan,t le faire tout de suite et espérait qu'il tienne parole!

L'elfe se baissa lentement, comme si le temps s'était arrêté. Son sang battait très très fort à ses oreilles. "Toc" "Toc". Elle le sentait également dans sa poitrine, étouffé. "Pouf" "Pouf".
Elle ramassa doucement l'arme, la serrant entre ses doigts fins. Sasn s'en rendre compte, elle faisait un décompte des minutes qui lui restait à vivre dans sa tête.

Plus que quatre minutes et dix secondes...

Elle regarda la lame. Parfaitement lisse et aiguié, le bout étant extrêmement pointus et asséré, comme les dents de Xerctëss.
Elle ne resta dessus que quelques instants. Son doigt passa sur la lame. Elle coupait comme un rasoir. D'ailleurs, l'elfe s'entailla le doigt. Mais elle ne s'en soucia pas. Après tout, elle allait mourir, n'est-ce pas?

Plus que trois minutes et quarante-cinq secondes...

Aya abaissa le haut de sa robe. Le poignard pénétrerait ainsi mieux dans sa chaire. Elle regarda sa poitrine quelque instant et la palpa, essayant de trouver parfaitement le cœur. Mais elle s'arrêta. Si elle se loupait elle ne souffrirait qu'encore plus! Elle remonta le hat de sa robe et palpa plutôt les veines de son cou.
Elle trouva ce qu'elle cherchait. La veine principale qu'elle allait complètement lasséré de ce poignard venant de son peuple.

Plus que deux minutes et vingt-trois secondes...

Aya prit une grande inspiration. Elle essaya de revoir un dernier moment le sourire épanouissant de Taliesin et le rire de Lyla. Elle ne pouvait même pas crier leur noms une dernière fois...

Plus que deux minutes et cinq secondes...

Elle prit un immense inspiration. Elle ne pleurerait pas. Ce n'était pas comme cela qu'elle souhaitait partir de ce magnifique continent. Elle voulait avoir un dernier sourire qui resterait à jamais figeait sur son visage. Elle pria pour que les insectes soient tous tuer et massacrés comme des chiens, comme ils le méritaient... Pour qu'enfin Enkidiev prospère et vivent de longues années de paix sans plus se soucier du reste.

Plus qu'une minute et trente-deux secondes

Il était tant! Aya ne fermerait pas les yeux. Elle serra très fort son poignard, jusqu'à ce que ses articulations blanchissent et elle avança l'arme vers sa gorge, vers la carotide. Cette veine là...
Elle fixa l'arbre devant elle. Les arbres... il y en avait pleins là ou elle avait vu le jour! Des centaines! Des arbres très beaux que personnes ne touchaient jamais de toute leur vie! Les meilleurs amis de Saya. Saya...
Le poignard s'enfonça sans plus de cérémonie dans son cou, faisant jaillir du sang rouge ui glissa lentement le long de son cou, jusque sur ses vêtement.

. . . cinquante secondes . . .

Aya bascula en arrière, un sourire naquit sur ses lèvres. Taliesin et Lyla ne mourraient pas! Jamais... Ils serraient toujours là, à vivre. Et l'elfe leur souhaita un bonheur éternel! À jamais un sourire resterais figé sur ses lèvres. Un doux sourire mi rêveur mi doux...

Ce fut à dix secondes que le décompte arrêta de se faire dans sa tête et que ses yeux se fermèrent d'eux même; que la main posé sur la dague retombait mollement sur le sol avec l'arme dans celle-ci et que le sang s'écoulait de plus en plus lentement de sa blessure...

Vous savez ce qu'on dit sur les flash back très court de notre vie à la fin de ses jours. Lors de sa mort? Ce n'est que plus faux. Aya ne revit jamais le jour heureux de sa naissance lorsqu'elle heurta violemment le sol en retirant la dague brusquement de la carotide. Elle ne revit jamais le doux sourire de sa mère et la paire d'yeux de sa jumelle qui la fixait avec déjà un brin de sauvagerie. Elle ne revit jamais la main d'Evalmar claquer sur son visage et elle ne vit jamais sa propre main siffler sur celle de Saya.
Elle ne revécut pas non plus sa première vision du château d'Émeraude et elle ne ressentit pas la pitié qu'elle avait eu en voyant le petit Itsugaya, abandonné à ce château. Elle ne vécut pas non plus une deuxième fois la colère qu'elle avait ressentit lorsque le prince de Fal l'avait quitté sans plus de façons. Jamais plus elle ne revit le sourire chaleureux et méfiant que lui offrit Taliesin lors de leur première rencontre.
Jamais plus elle ne serrait serré dans ses bras de Pardussse... Jamais plus elle ne pourrait l'embrasser. Plus jamais elle ne verrait le doux sourire de Lyla qui rayonnait comme un soleil dans ses bras, chaque jour.
La mort et en somme banale... mais une belle aventure pourtant...

Que l'âme d'Aya repose en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Jeu 11 Fév 2010, 23:21

Aya était partie loin devant… Il la laissait faire. Elle allait trouvé un endroit où établir le campement, lui, pendant ce temps là, s’occuperait de leur fille. De temps en temps, il jetait un œil vers l’avant, voir si elle ne les semait pas et si ils ne se trompaient pas de chemin… Puis, tout à coup, sans plus de préavis, il jeta un œil vers l’avant et ne la vit plus. Il avait un mauvais pressentiment sans savoir quoi dire maintenant. Il finit par prendre la fillette dans ses bras, l’arrachant au pas du loup par la même occasion. Il avança alors d’un pas plus rapide, mais il n’arrivait pas pour autant plus à voir où était Aya, pourtant, il ne la voyait pas aussi loin encore un instant plus tôt ! Il n’aimait pas ça, alors, il regardait tout autour de lui, cherchant une trace quelconque… Qu’il ne trouvait pas malgré ses efforts…

**Aya…**

Tenta-t-il de transmettre. Il n’eut pas de réponse alors, il reposa à nouveau son enfant sur le loup qui, il le savait, veillerait sur elle. Où était Aya ? Que se passait il ? Il n’arrivait pas à comprendre tout ça… Il se sentait un peu perdu et ne comprenait pas comment elle avait pus disparaitre comme ça, sans prévenir. Le Pardusse était arrêter quand soudain, son regard se figea et qu’il eut un léger vertige.

Citation :
Il volait en cercle dans les airs, il sentait la mort proche comme tout les siens. Il sentait le vent filé sous ses ailes. La faim tiraillait son estomac, mais il ne s’en souciait que peu. Il sentait une mort prochaine, il avait de l’instinct pour ça, il en avait toujours eut, c’était une faculté de sa race ! Il tourna encore un moment, perdant doucement de l’altitude. C’est alors qu’il la vit, cette silhouette de femme. Il la voyait mal mais ce n’était pas important, bientôt, elle ne serait que carcasse. Elle n’était pas encore morte, mais elle sentait que cela n’allait plus tarder maintenant… Il la vit lever une arme et se la planter dans le cou. Là, il piqua vers elle avide de guetter la mort pour ensuite festoyer sur le cadavre ! Il arrivait a quelques mètre d’elle et reconnu… Aya ! Un cri lui échappa. Un cri sonore…Un cri de détresse.

Un cri s’échappa maintenant des lèvres de Taliesin, il venait de regagner son propre corps et il tomba à genoux au sol, Il était brisé… Il en avait presque oublier Lyla et Loup. Peu à peu, les larmes se mirent à coulées sur ses joues pales. Aya… Ses oreilles étaient maintenant couchées sur son crâne et sa queue parfaitement immobile dans son dos. Le Pardusse baissa doucement les yeux sur le sol se sentant vraiment mal à l’aise et mal tout court… Pour le vagabond, le reste se fit comme si il était un automate, à nouveau, il pris Lyla dans ses bras… Il voulait avoir le cœur net de ce qu’il avait vu et soigné Aya ! Même si ce n’était pas un de ses pouvoirs et qu’il se doutait qu’il arriverait trop tard. Il ne voulait pas y croire, même si savait que ce pouvoirs et les sens des hôtes temporaires ne mentait jamais. Lyla ne pourrait sûrement pas comprendre la douleur de son père ainsi, mais il ne pouvait pas le lui expliquer… Pas comme ça… Il ne voulait pas la voir pleurer, mais comment lui faire comprendre que le voyage ce continuerait pour eux deux uniquement, que maman ne serrait plus près d’eux, qu’elle ne la câlinerait plus… Que ce serait uniquement Papa qui allait s’occuper d’elle à présent… Il ne pouvait pas… il n’arrivait pas à s’y résoudre…

**Loup ? Tu sais où était mon autre moi ? Si c’est le cas, emmène moi là-bas, je t’en supplie mon frère…**

L’animal se mis alors à humer le sol alors que Taliesin serrait sa fille contre lui. Tout les moment heureux avec l’elfe lui revenaient… Puis, il se rappela la sœur jumelle et cela l’aida à remettre les pieds sur terre… La jumelle d’Aya… Il allait devoir lui annoncer la nouvelle… La dernière fois les choses ne s’étaient pas vraiment déroulées au mieux, elle l’avait même accusé d’être la source de la furie d’Aya, mais maintenant… Enfin, quand il lui apporterait la nouvelle, elle allait sûrement le haïr un peu plus vu que c’était en le suivant qu’elle avait trouver la mort… Tali en vint à se dire qu’il n’aurait peut être jamais du lui parler ce jour là, dans ce champ, à Emeraude… Elle serait alors peut être encore en vie à présent et heureuse… Il ferma les yeux… Le Pardusse savait qu’il n’avait pas le droit de pensé ça ! Il devait être fort… Pour Lyla. Il emboita alors le pas de Loup.

**Tout va bien Lyla… tout va bien…**

Ne put-il s’empêcher de dire, plus pour se rassurer lui-même que pour rassurer sa fille. Il était donc aller à la suite de son compagnon en priant pour pouvoir tenir, pour pouvoir être fort pour la petite… Il priait avec ses propres mots puisqu’on ne lui avait jamais appris de vrai prière. Il marcha, gardant sa fille contre lui et dans le silence quand tout à coup, Loup bondit en avant pour faire fuir des oiseaux… Taliesin n’eut pas besoin de plus, il avait reconnu le volatile, il s’arrêta… Il ne voulait pas que Lyla vois ça… Et pourtant, il ne voulait pas non plus laisser Aya se faire dévorer par les charognards… Mais que devait il faire ? Il n’avait pas vu de mort jusqu’à maintenant… Pour les animaux s’était différent… Que devait il faire ? Quels étaient les rites funéraires des elfes ? Il ne pouvait hélas pas la reconduire jusque chez elle, le trajet serait trop long… Il se sentait perdu, désemparer comme jamais. Le regard vide et encore larmoyant, il attendit que loup revienne à lui et il posa Lyla au sol avant de la regarder dans les yeux.

**Ecoute moi ma puce, Papa va aller voir là-bas, mais je ne veux pas que tu t’approches d’accord ? Je reviendrait après, en attendant tu restes avec Loup, d’accord ?**

Il attendit que sa fille accepte le cœur serré, puis, il se leva doucement et alla vers le corps. Inutile d’en dire plus… Il savait déjà comment elle était morte… Il se laissa tomber au sol près d’elle. A genoux… Inutile de chercher son pouls, la pâleur de la mort l’avait déjà atteinte… Fou de douleur, il se pencha et la pris dans ses bras, se foutant pas mal du sang qu’il pouvait rependre sur sa tunique. Il souffrait… C’était comme une blessure béante à son cœur.

** Pourquoi Aya ? Pourquoi as-tu fais ça ? Tu me semblais heureuse pourtant… Alors pourquoi nous abandonner ainsi ? **

Il avait hurler le nom de l’elfe, engloutie sous une vague de douleur. Il mettrait sûrement des années à s’en remettre, mais qu’y pouvait on ? Il garda un moment le corps sans vie contre lui, puis, reprenant un peu ses esprit, il l’allongea délicatement au sol et posa un dernier baisé sur ses lèvres pales et glacées.

**Repose en paix et soit heureuse là où tu es Aya… Et surtout n’oublie pas qu’il y a des être qui t’aime ici-bas.**

Il repoussa une mèche ensanglanter de son visage pâle et décrocha sa propre couverture du paquetage qu’il transportait. Il l’étendit délicatement sur le corps de la femme qu’il avait aimé. Ainsi, il pourrait empêcher les charognards de la dévorer… Puis, il resta là, simplement prostré, près d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Mer 17 Fév 2010, 19:24

Moi j'étais bien sur Loup! Maman elle marchait devant nous un peu plus vite histoire qu'on soit bien logés ce soir! Ca faisait longtemps qu'on marchait cette fois-ci, on ne faisait plus d'aussi longue poses comme avant et moi ça me plaisait plus parce que comme ça on voyait plus de terres différentes que les adultes disent appelés "royaumes". Pourquoi ce casser la tête à appeler des choses aussi compliqué comme ça? Mieux vaut dire "terre" ou un mot de ce genre simple plutôt que de nous inventer des charades indescriptibles! Enfin, j'espère ne pas avoir la même mentalité difficile que les adultes plus tard moi!

Pour le moment j'étais complètement tranquille sur le dos de Loup, mon frère ou quelques choses qui était presque ça en tout les cas. Papa me tenait un peu au cas ou je tombait. D'ailleurs c'était peut-être utile de faire ça parce que je m'accrochais assez faiblement aux poils gris et soyeux de Loup. Le soleil tapait fort dans le ciel moi je trouvait. On était encore rentrés dans un autre "royaume", dans une autre terre.
Il faisait chaud mais c'était pas si mal tout compte fait, non? Je me couchait un peu sur Loup comme ça Papa n'aurait pas trop à me tenir vu que j'enroulais mes bras autour du cou de Loup sans pour autant le serrer trop fort parce que je savait que ça pourrait l'étouffer ou autre chose de plus grave peut-être encore!

Je regardais devant moi, Maman était toujours là quoi que encore un peu plus loin que tout à l'heure. Oui, même s'il faisait très chaud la grosse boule brillante dans le ciel: soleil, déclinait très très vite à l'horizon... Un horizon avec comme une immense rivière très très longue et très très large!! Elle reflétait les rayons du soleil et ça faisait donc comme une longue étendue de paillettes. C'était assez jolie moi j'aimais bien cette terre ou ce "royaume".
Alors que je retournais ma petite tête vers Maman, je ne la vit plus! Peut-être était-ce un jeu et qu'elle se cachait pour les surprendre? Je lâchait un rire joyeux et tapait doucement des mains tout en tenant le cou de Loup. Je me sentit soulever dans les airs et j'ouvris d'assez grands yeux et éclatais de nouveau de rire en tapant encore plus dans mes mains. Mais la mine de Papa me fit tout de suite arrêter de sourire même si je ne comprenais pas trop pourquoi il avait l'air si inquiet! Je tentait de me tortiller dans ses bras pour mieux voir son visage mais je sentit ses bras devenir légèrement plus moue alors j'arrêtais, de peur de tomber par terre et de me fracasser le crâne sur le sol. Mes yeux réussir quand même à trouver le visage de Papa et je vis ses yeux un peu vide. J'entendis un petit cri d'oiseau dans les airs. Pourquoi est-ce que j'avais l'impression de déjà vu avec ce volatile?

Je penchait la tête sur le côté et, après un instant, les bras de Papa se firent un peu plus dure et je me tortillait alors de nouveau pour voir sa tête mais... Il poussa un crie qui me figea instantanément sur place. Je sentit le sol se rapprochait très vite parce que Papa était tombé à genoux. Il me lâcha d'ailleurs une fois à genoux et je tombais sur les fesses, le regardant avec mes grands yeux étonnés. Je ne pensais même pas au léger leu que j'aurais sur mes fesses après parce que Papa avait l'air vraiment en état de heu... choque? Oui c'était ça. Même si je n'avais que un ans je savais que quelque chose de grave c'était produit! Je n'étais pas encore totalement gaga. Mais qu'avait-il bien pu se produire pour mettre Papa ainsi, alors qu'il s'efforçait toujours de rester calme? Et ou était Maman dans un moment pareil? Elle ne devrait pas être ici à prendre Papa dans ses bras comme ils le faisaient souvent?

Je vis les oreilles de Papa se coucher sur son crâne et je vis sa queue devenir immobile. Ca je savais bien reconnaître ces signes puisque moi aussi j'avais des oreilles comme lui et une queue comme lui en plus petit. Il était triste ou inquiet mais en tout cas pas joyeux du tout! Je ne comprenais pas trop. Puis, d'un seul coup, il me reprit très vite dans ses bras que je n'eut pas le temps de sentir le coup venir. Je restait collé contre sa poitrine, les bras coincé de façon à ce que je ne puisse pas m'accrocher à ses vêtements pour mieux m'accrocher.

J'entendis Papa demander dans la tête à Loup de l'amener a... son double lui? Je ne compris pas trop pour le coup. Son deuxième lui? Il en avait un deuxième? Je ne savais pas qu'un deuxième Papa existé!! J'étais un peu plus excité pour le coup mais... mes oreilles qui s'étaient momentanément dressé très haut se couchèrent un tout petit peu moins que celles de Papa. Pourquoi j'avais alors une sensation étrange dans mon être? Elle me prenait au cœur et j'avais l'impression qu'une mauvaise chose allait se produire et que ça allait être un très mauvais moment. Je sentit mon petit cœur s'emballer dans ma poitrine et je me coller encore plus contre la poitrine de Papa... dont le cœur battait vite lui aussi! Avait-il la même impression désagréable que la mienne? Je ne comprenais pas! Pourquoi, alors que tout était très beau autour d'eux?

J'entendis encore la voix de dans ma tête, celle de de Papa évidemment. Il me disait que tout allait bien. Ah bon? Mais... alors pourquoi cette sensation et le cœur de Papa qui battait vite contre moi en même temps que mon cœur à moi? Je ne comprenais encore moins que tout à l'heure!
Papa courrait sur le chemin de la terre ou l'on venait de débarquer et moi ma tête ballotait mollement contre son épaule et j'arrivais enfin à sortir mes mains de l'emprise serrait de Papa pour m'accrocher à ses vêtements.
Nous arrivâmes enfin quelque part, vers des buissons épais et une étrange odeur qui commençais petit à petit à flottait dans l'air me parvint aux narines. Je plongeais ma tête dans le cou de Papa, refusant de voir par dessus les buissons parce que j'avais peur de voir quelque chose de très moche par là bas! J'avais encore une plus grosse mauvaise impression sur mes frêles épaules d'enfant... Pour la première fois de ma toute petite existence je sentit des larmes me monter aux yeux.

Loup, qui avait prit les devant tout à l'heure, revint de derrière ses buissons... Il y était allé? Et alors, il y avait bel et bien une chose moche, n'est-ce pas? Très très moche!
Papa me déposa sur le sol et je fut à donc aux côtés de Loup, entre ses pattes protectrices. Je m'accrochais à l'une d'elles et regardais Papa, on avait tout les deux les oreilles très basses maintenant et tout les trois mêmes! Papa parla à nouveau dans ma tête et il me dit de rester bien ici avec Loup alors que lui allait voir là bas. Non! Il ne fallait pas qu'il y aille parce que il allait voir vraiment une chose très moche!! Je tendis sa petite main vers Papa mais je ne pouvais pas le retenir. Il allait voir là-bas du coup. J'attendis, j'attendis... Papa semblait parler par télépathie mais il avait coincé ses pensés pour que je ne puisse pas entendre... Je serrais un peu plus les pattes grises de Loup, très très inquiète bizarrement. Je n'étais pas sur de bien comprendre tout ce qui se passait! Et ou était Maman? Est-ce qu'elle attendait Papa vers la chose très moche et qu'ils la regardaient ensemble? Oui, certainement...

L'attente était très très longue et moi je ne savais pas quoi faire du tout parce que Papa, et très certainement Maman, ne revenaient pas encore de la-bas!! Je prit mon petit courage à deux mains et me mi sur mes quatre pattes, c'est à dire mes deux mains et mes deux pieds, et je gambadait pas gaiement du tout vers Papa...

Il était à genoux devant quelqu'un. C'était Maman! Mais et la chose moche alors? Je regardais à droite et à gauche mais rien... Et je m'aperçut que l'odeur qui continuait peu à peu à s'élever dans l'air provenait de Maman! J'ouvris des grands yeux horrifiés! Ma vu se brouilla alors... Mais pourquoi se brouillait-elle? Peut-être qu'elle sentait ainsi juste parce qu'elle avait oublié de se laver ou quelque chose de ce genre et qu'elle se reposait... Mais alors pourquoi Papa était-il ainsi près d'elle?

Je ne comprenais vraiment rien à rien décidement et ma petite tête allait exploser! Je m'approchais donc plus et je touchais la main très très froide de Mana ou une lame reposait près d'elle. Elle était pleine d'un liquide rouge et qui avait semblait sécher sur la lame brillante. Je touchait la substance et mon cœur battit très vite. Je tournais la tête vers Maman qui était allongé mais... Elle avait un grand troue dans la gorge avec un liquide rouge presque sécher sur elle qui continuait peu à peu à couler encore quelques gouttes!
Je me rappelais alors que, un jour, j'avais vu un oiseau pareillement, avec la gorge ouverte à cause d'un chat de Rubis et il ne bougeait plus, il n'avait plus de souffle... Un Sans Souffle en quelque sorte!

Pour la première fois depuis ma naissance, je le savais, des larmes brûlantes vinrent dans mes yeux et coulèrent sur mes joues et je courut vers Papa à petit pas avant de tomber maladroitement sur un de ses genoux. Je blottit mon visage sur son pantalon et je pleurais parce que je savais que Maman ne se lèverait pas du sol et qu'elle resterais là pour toujours. Après je ne comprenais pas pourquoi...
M.. morte? Je ne comprenait pas le sens de ce mot, un peu comme le terme "Amour"...
Mon petit corps était secouait de sanglot sur le corps de Papa qui semblait aussi déboussolé...


Dernière édition par Lyla le Ven 19 Mar 2010, 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Jeu 04 Mar 2010, 04:25

Taliesin était resté figé… Si il avait su ce qui arriverait ce matin là, jamais il n’aurait pris ce chemin là… Jamais il n’aurait laisser celle qu’il aimait partir devant… Jamais il n’aurait permit qu’il arrive ce qui lui était arrivé. Il était donc ainsi, aux cotés du corps de celle qu’il avait aimé du plus profond de son cœur. Il en avait oublié sa fille… Il avait oublié qu’elle était auprès de Loup, il en avait oublié son meilleur ami aussi… Le Pardusse sentait son cœur se brisé et partir en morceaux, peu à peu. Les larmes coulaient sur ses joues pales. Ce ne fut que quand il sentit l’énergie de Lyla se rapprocher qu’il revint à la réalité, il tourna les yeux vers elle, la voyant venir vers lui à travers ses larmes. Il n’eut pas le réflexe de le repousser, il avait l’esprit dans le coton. Comme un simple spectateur, il regarda la petite auprès de sa mère sans bougé. Il la vis toucher la main d’Aya et sentit encore une partie de son cœur partir en lambeau. Il n’y avait plus rien à faire pour que l’enfant garde sa mère… Il était trop tard, elle était belle et bien morte.
Le Pardusse ne sembla reprendre vie que lorsque sa fille en larmes se jeta tout bonnement contre lui en pleurant. Il la regarda un moment et la pris doucement contre lui avant de la serrer doucement contre son torse, Il posa alors un tendre baiser sur sa tête, entre ses deux oreilles, mais il la maintint en même temps contre lui de sorte à ce qu’elle ne voit pas à nouveau les larmes qui coulaient des yeux de son père… Larmes qui semblaient ne jamais vouloir se tarir. En perdant Aya, il avait perdu une partie de lui-même. Ainsi il devait tenir pour sa fille… Oui, il devait se montrer fort pour elle… Elle le méritait même si elle était encore très jeune. Tout comme elle méritait aussi qu’il reparle… Même si il ne le ferait que pour elle maintenant… Taliesin soupira doucement tout en continuant de caresser tendrement les cheveux de sa fille alors qu’il enfermait sa tristesse au plus profond de lui-même, passant sous un masque d’assentiment. Il avait mal et était fou de douleur, cependant, il avait un masque assentimenté. Il fallait qu’il tienne, pour qu’il s’occupe de sa fille puisque maintenant elle n’avait plus que lui et Loup…
Il avait déjà en partie recouvert le corps à l’aide de sa propre couverture, alors, il acheva de le faire avec une seule main, en continuant de serrer doucement sa fille contre lui avec la seconde main. La vagabond se mordit légèrement la lèvre et serra un peu plus sa sœur contre son torse avant de lui transmettre quelques mots grâce à sa télépathie. Dans le même temps, il continuait de lui passer doucement une main dans les cheveux avec douceur.


**Je suis là ma chérie, je serait toujours près de toi…**


C’est tout ce qu’il avait trouver à lui dire… Jamais encore il ne s’était sentit aussi mauvais père, mais que pouvait il faire… Il n’avait pas le pouvoir de ramener la femme à la vie, sinon, il l’aurait déjà fait depuis longtemps. Il ne pouvait que rester là, à souffrir en attendant que les larmes de sa fille se tarissent. Il pouvait comprendre qu’elle pleure mais il ne pouvait rien faire pour ça… Si ce n’était la garder au creux de ses bras puisque maintenant il n’y aurait plus qu’elle et il devrait toujours être là pour elle… Taliesin souleva sa fille et s’éloigna de quelques pas du cadavre de celle qu’il aimait. Il gardait la petite dans ses bras et s’assit au sol. Loup en profita aussitôt pour venir leur lécher le visage afin de les aider à se reprendre un peu. Il connaissait aussi la peine qu’endurait sa meute… D’ailleurs, après quelques coup de langue, il leva la gueule au ciel et hurla à la mort. Il n’y avait rien de plus à faire pour le moment, si ce n’était tenter de consoler le compagnon et la progéniture de la Sans-Souffle.

[C’est très court désolée]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Ven 19 Mar 2010, 18:25

Les larmes roulaient sur mes joues. Je ne crois pas me rappeler avoir un jour pleuré dans ma vie. Je ne me rappelle pas non plus avoir ressentit pareille tristesse. Je ne savais pas vraiment pourquoi mon petit cœur dans ma poitrine était très serré, mais je savait par contre que ça faisait très mal. Et je ne savais pas du tout pourquoi par contre. Je pleurait tout en sachant que Maman ne se relèverait pas en riant et en me serrant dans ses bras. Elle ne le ferait plus jamais ça. Elle ne reviendrait plus, n'est-ce pas? La chose qui faisait vivre à l'intérieur des gens était partit en fumé et s'était envolé vers les cieux, vers les grands êtres tout puissant qui, je crois, s'appellent "dieux".

Je sentit la main de Papa me serrer contre sa poitrine. Ce geste me rassura, me permettant de penser que au moins Papa il était bien là, auprès de moi. Vivant et non couché par terre, la chose qui faisait vivre les gens envolée. Ca me rassurait beaucoup de savoir que Papa état là et que c'était ça main qui me serrait contre lui. Je ne savait pas pourquoi non plus ce simple geste était si bénéfique... Peut-être parce que justement je n'était pas encore toute seule sur terre. Il y avait Loup aussi... Mais plus Maman. Ou était-elle? Pourquoi est-ce qu'elle ne voulait plus nous voir? Je ne comprenais pas pourquoi...

Je vit la main de Papa recouvrir le corps de Maman avec la couverture tout en continuant à me serrer. Les larmes coulaient encore sur mes joues pâles et je ne savait toujours pas pourquoi j'avais mal. Le visage de Maman disparut sous la couverture... Un visage qui souriait encore d'un sourire qu'elle leur réservait souvent. Comment était-elle partit? Moi je ne savais pas et j'avais peur maintenant, en plus d'être ce que l'on peut appelé "triste". Je n'avais jamais été triste avant je crois... Papa et Maman étaient toujours à mes côtés et ils prenaient soins de moi, j'étais contente. Je serais toujours contente sans Maman? Papa sera t-il lui aussi toujours content?

Mes yeux baignés de larmes se levèrent vers mon géniteur. Non... Il ne serait plus heureux, je le voyais à son visage triste dont les larmes venaient juste de sécher. Papa était triste, j'étais triste... Je ne savais pas pourquoi, je constatais c'est tout. J'avais peur aussi, et mes petites mains d'enfants attrapèrent les plies de la chemise de Papa sans beaucoup de force alors que je sentait sa main de père me serrer contre lui et mes larmes mouiller ses mains et mes joues.

La main de Papa caressait doucement mes cheveux et il me disait qu'il était là et serait toujours là pour moi. Je relevais ma tête vers le visage de Papa, deux petites larmes roulant sur mes joues après un battement de cil. De mes yeux bleus je regardait le visage e Papa qui était tellement protecteur et rassurant. Soudain, Papa se leva avec moi dans ses bras, tout en me serrant encore. Mes petites mains s'accrochèrent à sa chemise au niveau de ses épaules et ma tête se posa sur l'une d'elle, mes oreilles de chat ou de loup rabattus sur ma tête et mes larmes coulant encore, mais plus lentement qu'avant, elles se tarissaient petit à petit ses larmes qui tombaient une à une par terre, goutte par goutte, comme de précieuses perle de cristal qui resteraient à jamais près du corps de Maman, qui n'avait plus rien à part un coquille vide. Je ne comprenais pas.

Puis Papa s'assit. Ma tête s'appuya contre son torse et mes larmes coulèrent de moins en moins vite sur mes joues, jusqu'à, petit à petit, ne plus couler du tout. Loup hurla alors en levant son nez vers le ciel et son cri me fit me blottir contre Papa. Loup criait pourquoi? Pour Maman? Pour qu'elle revienne à la vie? Non.. Le visage de Papa était encore triste, sans plus de bonheur. Alors pour rendre hommage à la chose qui anime les personnes et qui partait dans le ciel pour Maman? Mes mains frottèrent mes yeux alors que je regardais Loup hurler ainsi après avoir lécher le visage de Papa. Moi, je regardais et j'écoutais le chant de Loup. J'aurais bien aimé que Maman sois ici pour écouter avec nous et qu'elle soit contre Papa et qu'eux deux m'aient dans leur bras... Mais ce n'était plus possible et ça ne le serrait plus jamais, n'est-ce pas cela?

Je levais les yeux vers Papa encore une fois, cherchant quelque chose dans ses yeux. Mais je ne savais même pas ce que je cherchais. L'éclat de son âme, afin de vérifier si elle était bien là? Oui! Elle était là puisque Papa clignait des yeux. Je revit alors le visage de Maman et mes yeux se remplirent de larmes, je touchais la fourrure de Loup, pour me dire que lui aussi n'étais pas encore partit. Mes deux personne familial étaient encore en vie avec moi... Mais Maman n'était plus là... Et pourquoi? Pas de réponse...

Mes yeux fatiguaient de versé encore tant de larmes se fermèrent et mes mains ne serrèrent plus la chemise de Papa. Je m'endormait? Dans un moment si horrible? Non... je ne dormais pas, j'essayais de retrouver mon bonheur envolé en même temps que la chose qui faisait vivre Maman. Qui faisait vivre ses beaux yeux bleus... Impossible de le trouver.

-Pa? Mama... 'onheur?

Ce fut tout ce que je sut dire pour demander à Papa ou était vraiment Maman et son bonheur. Je le dit d'une vois étouffé, enfouis contre son torse. Je ne savais même pas si Papa m'avais entendu dire des choses dans leur langage d'adulte.


[Moi aussi, pardon.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Ven 19 Mar 2010, 21:15

Taliesin ne savait pas quoi faire, il était même un peu perdu en fait. Et Loup ne semblait pas savoir quoi faire pour lui venir en aide, cela le désolait vraiment et il avait même un peu mal au cœur en fait. En fait, il n’avait pas UN PEU mal au cœur… Il avait même un énorme mal de cœur, il ne pouvait pas faire grand-chose de plus en fait. Il ne savait rien des rites funéraires elfiques… Il en était réellement désolé. Le Parduse se mordit la lèvre, gardant sa fille contre lui, elle était comme une bouée de sauvetage pour lui, la bouée de sauvetage qui maintenant son esprit de façon tout de même saine. Il sentait les si petite main de son enfant tenir son haut, il ne broncha pas. L’homme ne dit rien, il n’avait plus le gout de la vie et ses yeux semblaient comme éteint, mais il vivait, oui, il était encore en vie et sa fille aussi. Il devait donc tenir pour elle, puisqu’il était le seul qui pourrait vraiment s’occuper d’elle maintenant… Oui… Le seul et il n’aurait que son loup pour l’aider, mais il ne savait pas si ce dernier pourrait lui être de bonne aide.
Le vagabond continua à passer doucement sa main dans les cheveux de sa fille, commençant enfin à réfléchir, plus ou moins. Ils devraient passé la nuit près d’ici, il était déjà trop tard pour reprendre la route… Même si lui avait trop mal à l’idée de rester ici, il n’avait pas le choix. Alors, le père s’éloigna encore de quelques pas et là, il entendit sa fille parler, il plongea son regard bleu dans les yeux de sa fille et sentit son cœur se serrer un peu plus. Il la regarda un long moment en silence et finit par lui déposer doucement un baisé sur le front. L’homme ravalait ses larmes tant qu’il le pouvait, et ce même si ce n’était pas facile. Il avait compris ce que voulait savoir l’enfant… Enfin, plus ou moins. Il était quand même surpris qu’elle ait réaliser ce qui arrivait à sa mère aussi rapidement, elle était précoce sa fille…


**Je ne sais pas Lyla… Je ne sais pas…**

Transmit il simplement à la jeune enfant. Il gardait son enfant contre lui, empêchant tant bien que mal d’autres larmes de coulées. Il prenait bien garde de tourné le dos à l’endroit où il avait laisser le corps de sa compagne. Taliesin avait le cerveau dans le coton, il fonctionnait au ralentit, hélas. En tout cas, l’homme serra un peu plus les dents, puis il transmit à nouveau un message à la petite métisse.

** On va rester ici cette nuit ma puce…**

C’est tout ce qu’il avait dit. Il devait préparer le campement, mais, pour le moment, il n’avait pas le courage, il voulait simplement garder la jeune femme au creux de ses bras. Il avait besoin de savoir que quelqu’un avait besoin de lui, c’était peut être égoïste, mais il n’y pouvait rien. Le Pardusse garderait l’enfant dans ses bras jusqu’à ce qu’elle commence à s’endormir, lui, il pensait ne pas dormir de la nuit,, mais elle, elle n’était qu’une enfant, il faudrait bientôt qu’elle se repose à nouveau. L’homme n’ajouta rien de plus que cela, restant simplement immobile à bercer son enfant. A essayer de la rassurer comme il le pouvait, en lui faisant clairement comprendre que lui, il serait toujours là pour elle. L’homme s’assit simplement au sol, en tailleur, gardant l’enfant contre lui.
Les oreilles de l’adulte étaient toujours basses et sa queues toujours absolument immobile, il semblait véritablement inconsolable. Le Vagabond inspira profondément, pour se détendre un minimum, ce n’était vraiment pas facile. Pourquoi avait il fallut qu’elle meurt ? Il voulait comprendre… Il voulait vraiment comprendre pourquoi elle était morte, pourquoi elle en était venu à avoir ce geste. Il voulait comprendre, mais il ne pourrait chercher cette information que quand sa fille serait endormit. Loup vint alors tranquillement se couché près d’eux regardant les deux membres de sa « meute » qui lui restait. Il veillait sur eux, à sa façon, en leur faisant sentir qu’il était là, près d’eux… Mais qu’ils ne pouvaient pas l’aider à se reprendre, ça, c’était une chose qu’ils devaient faire par eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Dim 21 Mar 2010, 13:25

Je ne voulais plus rien comprendre de ce qui se passerait dans les prochains jours ou dans les temps à venir. Je voulais simplement être une toute petite fille qui ne savait rien du tout et qui ne voulait pas comprendre. Ne jamais avoir existait dans ce monde qui venait de perdre un bonheur précieux. Un bonheur précieux qui était partit avec Maman. Et je ne voulais absolument pas comprendre ce qui se passait, ni se qui se passerait demain ainsi que le demain de demain. Je restait contre la poitrine protectrice de Papa.

Papa s'éloignait un peu plus de Maman, quelques pas par quelques pas... Il me dit ensuite qu'il ne savait pas ou était partit le bonheur avec Maman. Ma petite tête qui s'était redressé se reposa sur la poitrine de Papa et mon pouce se porta à ma bouche alors que je n'avais encore jamais fait ce geste auparavant. Mes yeux se fermèrent petit à petit sans que je sache pourquoi je voulais ainsi m'endormir.

Papa dit aussi qu'ils allaient rester ici cette nuit. Je me blottit encore plus contre Papa. Je n'aimais plus cet endroit qui était pourtant jolie ce matin, lorsqu'on y était arrivé. Mes yeux se fermèrent pour de bon... Je ne savais pas encore ce qu'était un rêve... Mais pourtant, ce rêve fut claire, il commençait bien.

Il s'agissait de Loup avec moi perchait dessus. Papa était à mes côté et Maman aussi. Puis Maman partit devant et mes pensés la suivirent. Elle était émerveillé par le paysage du pays que l'on traversé en ce moment même. Elle regardait autour d'elle avait son habituelle sourire bienveillant. Moi je la suivait toujours avec mes pensés jusqu'à ce qu'elle arrive à un endroit entourés de buisson. N'était-ce pas là que Maman dormait pour toujours aujourd'hui? Étrangement familier alors... Je suivais Maman du regard quand quelqu'un apparut près d'elle. C'était Monsieur Severson! Il avait parlé à Maman dans mon rêve. Je ne compris rien du tout... Juste que Maman commençait a avoir peur et je comprit aussi que Severson était méchant et que il parlait de Papa et moi. Monsieur Severson se transforma alors en quelque chose d'horriblement moche. J'aurais bien aimé sortir de ce rêve maintenant mais je n'y arrivait pas. J'étais prisonnière! Le monstre qui était toujours monsieur Severson pourtant, tendit quelque chose à Maman. Un bout de bois avec une lame au bout. Un... couteau! Il ordonna qu'elle se poigna.. ... Je ne compris pas non plus. "poignarde"... Ca voulait dire? Peu importe. Monsieur Severson partit en ayant ordonné quelque chose à Maman qui regardait le couteau. Elle attendit plusieurs instant avant d'enfoncer le couteau dans son cou.

Mes yeux s'ouvrirent brusquement alors que j'étais toujours contre la poitrine de Papa qui me serrait dans ses bras. Alors que avant que je ne dorme, je voulais plus rien comprendre du tout du monde qui m'entourait, mon esprit se mit à bouillonner. Monsieur Severson, avant de partir, avait ordonné quelque chose à Maman. Il voulait que Maman s'endrome elle même pour ne plus jamais se réveiller? Alors c'était la faute de Monsieur Severson?

Je sortit le pouce de ma bouche et me mit debout, mes deux mains sur la poitrine de Papa. Je le fixais de mes yeux ronds et éveillé. Comment le dire dans la langue des adultes?

-Mama... dormir, Sever ... on!

Je ne savait pas bien prononcer le mot de Severson. Dommage! J'espérait simplement que Papa comprenait ce que je disait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Lun 22 Mar 2010, 11:26

Taliesin ne savait plus très bien ce qu’il devait faire maintenant. Il voulait rassurer sa sœur, bien entendu. La Pardusse inclina doucement la tête regardant sa fille au creux de ses bras, la seule personne qui lui restait en plus de son loup maintenant. Son visage était semblable à un masque, un masque qui était vider de toute émotion, tout ça parce qu’il ne voulait pas que sa fille voit à quel point il était démoraliser… Il ne voulait pas qu’elle sache qu’il avait, un instant, pensé à rejoindre Aya où elle était… Mais il s’était repris sachant qu’il devait s’occuper de sa fille, puisque maintenant il devait s’occupé d’elle… Quoi qu’il en soit, le père de famille garda son enfant dans ses bras, sans rien dire de plus. Le Vagabond ferma les yeux et chassa ces tristes pensées de son esprit. Il sentit sa fille s’endormir, du moins, c’est-ce qu’il pensait sur le coup, il savait que si Lyla n’avait pas été là, il se serait laisser dépérir près du cadavre de celle qu’il avait aimer de tout son être. Un soupire lui avait alors échappé.
Lyla suçait son pouce, l’homme ne l’avait encore jamais vu agir de la sorte, cependant, il ne broncha pas un seul instant. Puis tout à coup, elle avait enlever son pouce de sa boche pour se mettre debout, l’homme l’avait alors simplement regardé alors qu’elle posait ces mains sur sa poitrine. Puis, elle prononça quelques mot. Elle parla de sa mère, donc Aya qui dormait… Surement qu’elle était morte… Puis elle dit un mot qu’il ne compris pas sur le coups Severon ? Il ne comprenait pas ce dont il s’agissait sur le coup. Si l’homme ne comprenait pas, par contre, Loup regarda tour à tour les membres de sa meute, puis, il alla respirer le corps de l’elfe Sans-Souffle. Il y capta une autre odeur, une odeur qui le troublait car il la connaissait en partie… Quand il revint vers Taliesin il le poussa doucement au nouveau de l’épaule avant de grogner :


Odeur connu mais bizarre…

Le Pardusse tourna doucement les yeux en direction de son compagnon… Une odeur qu’il connaissait ? Mais qui avait quelque chose de bizarre ? Il ne savait pas vraiment quoi pensé… De qui pouvait il bien s’agir, cela s’était passé hors de vue et, même quand son esprit avait habité cet oiseau, il n’avait pas bien vu ce qui s’était passé. Juste Aya qui s’ôtait la vie. Rien qu’à cette pensée, il eut envie de hurler, mais il n’en fit rien. Le vagabond resta au contraire simplement immobile, regardant simplement sa fille. Il se demandait ce qu’elle avait bien voulu lui faire comprendre… L’homme passa doucement une main dans les cheveux de son enfant, repoussant quelques mèches de son visage.

**Tu sais Lyla, les choses vont être différentes maintenant, mais je te promet de faire de mon mieux pour être un bon père.**

Taliesin sentit ses oreilles se redressée un peu sur la tête frissonnant très légèrement. Oui, il allait faire de son mieux. Il espérait que sa fille le considérait déjà comme un bon père, mais maintenant, les choses seraient plus difficiles. Il devrait laisser à Loup le soin de chasser seul… Entre autre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Dim 28 Mar 2010, 17:58

Mes yeux étaient toujours rivés sur le visage de Papa qui semblait ne comprendre que la moitié de ce que je lui avait dit. Loup par contre, il semblait bel et bien avoir compris. Il s'agita même d'ailleurs, en tournant un peu aux alentours. Je le regardait avec insistance et il communiqua avec Papa. Mes yeux bleus se levèrent de nouveau vers le visage de ce dernier qui ne semblait pas non plus trop comprendre plus... Il se mit juste un peu sur ses gardes. Je baissais la tête. Après tout je n'avais fait qu'un rêve et puis en plus, pourquoi est-ce que Monsieur Severson aurait endormi Maman pour toujours? C'est un geste cruel et Monsieur Severson n'était pas quelqu'un de cruel.

Je baissais ma petite tête et la posa sur le ventre de Papa. J'avais sommeil mais je n'arrivais plus à m'endormir, pourquoi? Était-ce ce que l'on appelait les fantômes des personnes endormis qui me "hantaient"? La main de Papa passa dans mes cheveux pour mettre quelques mèches de côtés. Je battis des cils et le regardait d'un œil fatiguait. Il me dit ensuite quelque chose que je pensait à comprendre et que mon esprit embrumé ne capta pas vraiment. Un bon père? Papa n'était pas bon? Je ne comprenais pas et je n'avais pas envi de comprendre en ce moment.

Mes yeux très fatigués se fermèrent petit à petit encore une fois et je me laissa tombé doucement contre Papa, le pouce à nouveau dans ma bouche, ne me souciant plus de Monsieur Severson ou de bon et pas bon... Ne me souciant plus de rien. Ne me souciant que de fermer les yeux et me plonger dans des ténèbres grandissant qui me apèrent pour me glisser dans les noirceur des abysses des rêves et des cauchemars.

Tantôt je me voyait gambadant dans une prairie verdoyante et fertile, tantôt je me voyait au milieu de flammes immense, dans un endroit sombre et désespérant. La prairie à nouveau... Maman apparut devant moi, ses cheveux longs et bleus volants au vent et son regard comme l'eau de la mer me fixant avec tendresse. Elle me tendit la main et je gambadait à nouveau vers elle... Une flamme sortit du sol, enveloppant Maman et la réduisant petit petit en cendre sous mes yeux figeaient. Le feu se propagea sur le sol et enflamma tout ce qui se trouvait autour. L'herbe, les arbres, les fleurs, tout... même moi. Je brûlais en me tordant de douleur, mon petit corps brûlait de toute part, des cloques poussant sur mes mains. La main tendu de Maman se perdit dans un nuage de fumé noir et sombre, un couteau à la main près à frapper quelque chose ou quelqu'un, et tout devint ténèbreux...

Je me trouvais allongé quelque part dans le néant... Maman en face de moi à nouveau. Elle me fixait toujours avec gentillesse. Elle me tendit à nouveau sa main, un grand sourire aux lèvres. Puis, elle abaissa cette main et se retourna avec grâce. Elle semblait danser en marchant. De son autre main, tomba une sort d'arme au manche elfique et à la lame brillante. Je m'avançais vers ceci à quatre patte et regardais Maman s'éloigner de plus en plus de moi. Elle tourna une dernière fois la tête vers moi... et de son cou coulait un flot de sang rouge. Mes yeux se noyèrent de larme de terreurs et le noir surgit encore une fois...

Papa était là cette fois... Avec Loup et aussi Maman. Une sorte de gros corbeau nous guettait au dessus d'une branche d'arbre. Aux yeux de vautours, il semblait attendre quelque chose. Mes yeux se levèrent vers lui. Il fixait Maman avec convoitise et haine. Loup et Papa avançaient sur le chemin, je les suivait à vive allure. C'était étrange... Je ne savais pas que je savais courir... Mais après tout, ce n'était qu'un rêve, n'est-ce pas? Papa criait quelque chose à Maman, je n'arrivais pas à entendre les mots, simplement je voyais ses lèvres bouger. Maman ne l'écoutait pas, elle continuait à avancer. Papa se détourna et le corbeau en profita pour fondre sur Maman, un couteau dans ses pattes. Il déposa l'arme aux pieds de Maman et celle-ci prit l'instrument. Elle le regarda avec curiosité et elle leva l'objet au dessus de sa tête pour se transpercer... blanc... Mes yeux versaient à nouveau des larmes.

Le blanc qui était apparut dans mon rêve n'était autre que la vision de la vrais vie. Mes yeux pleuraient réellement et je m'étais encore endormi. Je levais mes bras vers Papa, en pleurant toujours. Je ne comprenais pas tout ce que j'avais vu dans mes rêve... Que ce passait-il au juste? Pourquoi Maman prenait-elle un couteau à chaque fois, et pourquoi il y avait du sang?

-Mama...

Je voulais voir Maman... J'aurais aimé qu'elle me prenne dans ses bras, qu'elle me rassure. Qu'elle me dise que ce n'était qu'un rêve et qu'elle ne s'était jamais endormi pour toujours... Elle versait des larmes silencieuse.

-Mama...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Mar 30 Mar 2010, 00:47

Taliesin sentit sa fille se rendormir doucement… Il compris bien vite qu’elle faisait des cauchemars, mais il n’y pouvait rien, lui-même ferait longtemps ce genre de cauchemars maintenant qu’il avait perdu son âme-sœur de façon aussi brusque. Pour Lyla, les choses étaient assez proches puisque c’était sa mère qu’elle avait perdu… En tout cas, il faudrait un certain temps au Pardusse pour réellement pouvoir dormir et se reposer. L’homme avait alors fouiné dans leurs affaires pour trouver un morceau de bois. En silence, il pris son couteau et le laissa entailler le morceau le bois qu’il tournait habilement entre ses doigts. Peu à peu, la silhouette de la défunte se matérialisa en cette petite sculpture que l’homme créait… Il avait les yeux, rougie, il se sentait un peu fatigué, mais il ne dormirait pas… Il ne pouvait pas dormir… Dès qu’il faisait, ne serait ce que songer à fermer les yeux, il revoyait dans sa tête la scène dont il avait été témoin par l’intermédiaire de l’oiseau qui avait habiter son esprit. Combien de temps Lyla dormit ? Il n’aurait su le dire, mais il avait sculpté tout ce temps là. Ce n’était pas facile avec son enfant endormit contre lui, mais il faisait avec sans problème.
Maintenant que l’enfant se réveillait, la sculpture était presque finit. Cependant, maintenant que Lyla était réveillée. Elle venait d’ailleurs de tendre ses bras vers lui et le jeune père la regarda avant de posé la sculpture et le couteau au sol à ses cotés. Enterrant légèrement la lame pour qu’aucun d’eux deux ne soit blessé. Il entendant l’enfant appeler sa mère et sentit son cœur se briser, comment expliquer à une enfant que plus jamais elle ne reverrait sa mère, il ne savait pas, mais il savait que tout deux devrais faire avec. Il la serra donc à nouveau contre lui avec douceur. Il allait falloir qu’ils partent maintenant… Surtout que Loup s’agitait de plus en plus autour d’eux sans que l’humanoïde ne comprenne pourquoi.


**Lyla… Nous allons bientôt y aller ma chérie, je… Je veux juste finir quelques choses avant… D’accord.**


Il la regardait et lui caressa doucement la tête pour essayer de lui remonter le morale comme cela pouvait être possible à l’heure actuelle. Avec un soupire à fendre l’âme, l’homme leva les yeux en direction du ciel… Il faisait beau… Était ce pour accueillit l’âme de celle qu’il aimait que ce ciel était si bleu ? Il en venait à haïr ce jour… A haïr ce monde… Un soupire lui échappa alors et il haussa simplement les épaules, gardant son regard rivé sur le ciel, même si ce dernier se brouillait à nouveau de larmes. Elle lui manquait déjà tellement… Il fallait avoué que, même si il savait qu’il devait tenir pour sa fille, il n’en avait pas vraiment l’envie… Il avait envie de rejoindre Aya, tout de suite…


« Aya… »

Laissa-t-il échapper sans même s’en rendre compte alors qu’il baissait vivement son regard, rivant ce dernier sur le sol. Il avait toujours l’enfant contre lui… Sa famille… Son enfant… Il ne savait même pas comment ils allaient s’en sortir maintenant… C’était beaucoup plus dur de voyager seul avec un enfant que quand on était un couple avec ce même enfant. Il se sentait perdu, désemparer comme jamais auparavant. Il souleva doucement son enfant et l’assit dos à lui contre son torse avant de reprendre son arme et le bout de bois, il devait s’occuper l’esprit, à tout pris ! Il avait mis le couteau dans la main de sa fille, tenant pourtant ce dernier ainsi que la main au creux de l’une des siennes. Alors il inspira un instant avant de poser une question à l’enfant par télépathie :

**C’est un cadeau que je veux faire à maman pour le voyage qu’elle a été obligée de commencer… Veux tu y graver quelques choses ? Ne t’en fait pas, tu ne risque rien, je vais t’aider…**

En effet, elle ne risquait rien, il avait agit de telle sorte à ce que l’arme frapperait ses doigt avant même d’espérer toucher la main de Lyla. Il se laisserait guidé par la fillette fournissant juste la force nécessaire pour entame le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Dim 04 Avr 2010, 08:54

Ils allaient donc bientôt partir? J'arrêtais es pleurs et attendit de voir ce que Papa voulait finir. J'étais bien stupide de pleurer, moi qui ne l'avais jamais fait jusqu'à lors. Mes yeux était tout rouge et cela me piquait un peu maintenant. Je regardais tout ce que faisait Papa, attendant de comprendre un peu. Il caressa ma tête. Je me laissais alors faire. De toute façon, je n'avais jamais refusé ce gestes chez les adultes. Papa soupira et leva les yeux vers le ciel. Le soleil perçait à travers les arbres pour caresser mes cheveux et aussi ceux de Papa et le pelage de Loup. Je me rappelais pas mes rêve... Je me rappelais juste d'un corbeau très gros. Un petit peu trop gros pour être vraiment un vrais corbeau. Mais ce n'était qu'une mauvais rêve, n'est-ce pas? Papa dit le nom de Maman à voix haute, pas dans la tête comme souvent il le faisait. D'ailleurs, j'avais toujours trouvait cela étrange qu'il parle par télép... Par télép quelque chose. Je ne comprenais pas ce mot et c'était beaucoup compliqué! Je préférais donc me tenir à dire: Papa parlait dans la tête.

Papa baissa alors soudainement la tête et semblait trouver le sol très intéressant tout à coup. Papa me souleva soudainement et il me déposa contre son torse en prenant quelque chose à côté de lui. J'attendis en silence qu'il m'explique ce qu'il faisait. Puis je sentit alors dans ma main quelque chose de froid. Il s'agissait d'une arme en faite. Je regardais la lame. C'était une lame aussi brillante qu'il y avait dans ma mauvais rêve si je me rappelle bien. Papa me dit qu'en faite il voulait faire un cadeau à Maman. Mais... Maman dormait à jamais, pourquoi voulait-il lui faire un cadeau si elle ne pouvait ni le prendre ni le toucher ni faire quoi que se soit d'autre avec? J'avouais que je ne comprenais pas, mais devant l'air étrange de Papa je ne dit rien. Sa main se posa aussi sur le couteau au cas ou ça pouvais faire mal cette lame. Il me demanda alors de tracer quelque chose sur le bout de bois taillé. Mais... Ce que Papa avait fait ressemblait beaucoup à Maman dit donc! J'ouvris de grands yeux impressionné. Oui, une petite Maman miniature! J'avançais maladroitement ma main vers la petite statut.

Ma main de toute petite fille s'enfonça dans le bois et c'était très difficile d'écrire quelque chose dessus. De plus, je n'avais jamais appris à écrire ou dessiner comme les adultes. Alors je me contentait de mettre quelque chose qui pouvait ressemblait à ce que les grandes personnes pouvaient appeler des "lettres". J'en avait déjà vu sur du papier qui s'appelait du "parchemin". Je mit alors un "M". Comme Maman. Il était un peu tordu mon "M". Mais cela ne faisait rien, on voyait bien que c'était un "M". Ensuite, juste à côtés je mit un "P", comme "Papa". C'était décidément très dur à planter dans les bois la lame d'un couteau! Je finit par faire la dernière lettre. C'était dure aussi cette lettre parce qu'elle commençait droit et elle finissait plus droite... Un "L". Comme mon nom "Lyla". Je finit par baisser ma main. On ne voyait pas trop ce que c'était, n'est-ce pas? Mais j'avais fait ce que je pouvais pour faire plaisir à Papa. Je regardais avec curiosité le visage de Maman dans ce bout de bois. Il ressemblait vraiment à la vrais Maman. Peut-être qu'elle allait tendre son pied paralysé par l'écorce et qu'elle allait tomber au sol pour grandir et redevenir Maman?

Je levais mes yeux vers Papa, peut-être qui pensait la même chose et que ceci était vrais? Qui sait? Je posais ma tête en arrière sur le torse de Papa et mes yeux n'avaient pas lâché le visage de celui-ci. Il tenait toujours dans sa main le morceau de bois et ma main avec la lame du couteau. Il allait en faire quoi après? Le mettre à côté de Maman endormie? J'enlevais ma main du couteau, comme ça il pouvais écrire quelque chose tout seul lui aussi? Je le regardais avec curiosité, comme si c'était la première fois que je le voyait alors que pourtant c'était Papa. Je le connaissait bien. Je me mit à quatre pattes et je me mit face à Papa en position assise. J'attendais qu'il face quelque chose. Je tournais mes yeux vers Loup. Et je baissais mes yeux.

-Faire quoi?


[désolée du retard... et de la longueur.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Lun 05 Avr 2010, 15:18

Taliesin était un peu étrange mais pour sa défense, pour le moment, il n’avait pas encore sa tête à lui. Il avait donc demandé à sa fille de gravé quelques choses, en veillant bien à ce qu’elle ne risque pas de se blesser quoi qu’il arrive. Il devina les lettres qu’elle se mis à graver maladroitement. Quand elle arrêta, il adoucit les courbes de ces gravures, les rendant ainsi plus lisible. Il grava aussi un symbole dans un alphabet qu’il avait inventé avec sa jumelle quand ils étaient encore tout gamin… Ce symbole en l’occurrence voulait dire « toujours ». Il l’avait fait avec soin et précaution, comme on pouvait rarement. Il fit encore quelques détail, restant tout de même attentif à ce que faisait sa fille. Ensuite, l’homme inspira profondément et rangea son couteau avec mille et une précautions. Il avait ensuite rassemblé leurs affaires, faisant de son mieux pour les casé dans le moins de sac possible afin de pouvoir tous les porter sans que cela ne lui pose le moindre problème. Une fois qu’il les eut tous caser pour les porter sans en être déranger, il posa son regard sur Lyla et Loup.

** Loup mon ami… Peux tu ? **

L’animal avait alors délicatement pris la sculpture entre ses crocs et s’était dirigée vers le corps sans vie d’Aya. Pendant ce temps là, Taliesin avait pris sa fille dans ses bras et l’avait hisser sur ses épaules, lui tenant la main pour qu’elle ne tombe pas. Elle serait sûrement contente à l’idée d’être la plus grande, même si il se doutait que ça resterait silencieux à cause de ce qui venait de se passé… Un soupire lui échappa et il attendit simplement que le canidé revienne près d’eux. Il avait donc jeter un dernier coup d’œil au corps sans vie d’Aya, puis, il avait profondément inspirer, pour se remettre un minimum les idées en place.

** Maintenant… Nous allons y aller… **

C’est tout ce que Taliesin pouvait dire. Il ne savait pas où aller, il ne savait pas quoi faire… Il voulait venger Aya… Mais la venger de quoi au juste ? Il l’avait vu s’ôter elle-même la vie, mais comment en était elle venue à ça alors qu’elle était pleine de joie encore quelques instant plus tôt… Il ne comprenait pas… Le Pardusse soupira doucement et détourna simplement le regard… Il ne savait pas quoi dire à sa fille… En attendant, il marcherait tant que son organisme le lui permettrait, puis, ensuite, il ferait un camp de base. Ainsi, ils pourraient se reposé quelques heures… Mais l’homme voulait simplement s’éloigné de ce lieu… S’en éloigné le plus possible car il ne pouvait supporter de faire face à la réalité… Surtout qu’il avait envie de hurler… Taliesin ne chercha pas à faire de sépulture ou quoi que se soit, lui-même n’avait encore jamais été confronter à la mort, hormis dans la meute de son loup… Et les loups, eux, laissait leurs morts aux charognards. Alors, il avait fait de même, même si il avait recouvert la femme qu’il aimait, pas pur réflexe.
Maintenant, il devait se persuader que tout n’avait été qu’un rêve, et ce malgré la présence constante d’Aya contre lui… Il devait se reprendre autant qu’il le pourrait. Pour Lyla car c’était maintenant à lui de prendre soin d’elle, et ce quoi qu’il advienne. Silencieuse, des larmes recommencèrent à dévalées le long des joues de l’homme alors qu’il continuait encore et toujours d’avancer… Cependant, il semblait ne même pas réaliser qu’il marchait, qu’il s’éloignait… Il suivait simplement Loup qui tournait de temps à autre un regard vers lui, comme pour s’assurer qu’il ne se laissait pas abattre et continuait encore et toujours de le suivre… Puisque, après tout, il redevenait son guide comme avant que la femme ne les rejoignes. Tout redevenait comme avant, n’est-ce pas ?
Bien sur, tout ne se passait pas comme on l’aurait voulu… Sinon, les choses ne seraient pas ce qu’elles étaient. Taliesin continuait donc simplement d’avancer, faisant attention aux branches qui pourraient être sur leur chemin pour ne pas que sa fille risque d’être blesser. Les larmes coulaient toujours sur ses joues pales et ses oreilles étaient toujours plaquées sur son crane, elles ne se redresseraient pas de si tôt… Il souffrait trop pour ça…

[désolé c’est vraiment pas top.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla) Jeu 08 Avr 2010, 10:10

Papa prit alors a statut et y grava lui aussi quelque chose en la finissant. Je regardais ses geste, les yeux un peu dans le vague. Puis Papa se leva en déposant ensuite la statut sur le sol... enfin ce n'est pas lui qui le fit, ce fut Loup. Papa ne semblait pas vouloir s'approcher de Maman endormie. Je regardais Papa qui semblais triste, il avait toujours ses oreilles couchées sur sa tête. Papa me prit alors dans ses bras et il me plaça sur ses épaules. Je me laissais faire et posai mes deux petites mains sur la tête de Papa alors que celui-ci me tenait pour ne pas que je tombe. Je regardais le monde d'en haut et j'aimais bien cela, mais bizarrement je n'arrivais pas à être aussi heureuse que d'habitude... Était-ce parce que Maman était partit à jamais ailleurs sans nous, en emportant le bonheur?

Je ne voulais plus pleuré et je me jurais alors de ne plus le faire, posant simplement ma tête sur celle de Papa et regardant le jour qui était encore là, le soleil qui brillait encore dans le ciel bleu... Et Maman qui était maintenant parmi les nuages. Je levais ma tête. Peut-être que je verrais Maman dans les nuages! Mais non... Je ne la vis pas... Malheureusement! Et donc voilà, maintenant ils partaient. Ils partaient vraiment de là ou Maman dormait toujours. Maintenant alors ils allaient plus jamais faire le voyage avec elle? C'était la fin du voyage de Maman alors? C'était trop triste pour être vrais!! Je sentit des larmes me monter aux yeux mais j'avais juré! Je ne pleurerais plus, alors je les ravalais avec toute la fierté d'une petite fille de un an... Et je posais doucement mes mains sur la tête de Papa en m'accrochant un peu à ses cheveux, sans toute fois lui faire mal avec la maigre force que j'avais de toute façon...

Donc nous partions... Nous partions loin, très loin de Maman, à jamais. Je jetais un coup d'œil par dessus mon épaule pour voir le corps de celle qui l'avais mit au monde dispraître à tout jamais derrière les buissons... Disparut... Disparut... Il fallait donc s'y faire à présent. La vie était trop courte. Même si je n'avais que un an, un seul petit an, je pouvais mourir demain et maintenant j'en prenais conscience malgré ma toute petite cervelle qu'il y avait encore dans ma tête. Et je savais que des gens n'y était pas pour rien, je soupçonné Monsieur Severson d'en faire partit. Faire partit de ceux que j'appellerais "les usurpateurs de bonheur".

-Us-Pateur....b-onheur.... v-eron!


Bien sur que Papa ne comprendrais pas. Mais plus tard, il comprendrait. Quand je serais parler sa langue des adultes.
Revenir en haut Aller en bas

La mort est une aventure... (Pv Xerctëss, Taliesin et Lyla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-