___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Mar 26 Jan 2010, 19:31

La mort d'Elthor. La nouvelle s'était répandu d'une rapidité fulgurante. Après tout, cela ne s'était passé que la veille. C'était récent et choquant. Il était le roi d'émeraude, un ancien compagnon de plusieurs Chevaliers. Il était connu de tous, que ce soit pour ces raisons ou pour d'autres. Beaucoup ne le connaissait que de nom, mais avait probablement présentement ce dernier sur les lèvres. Pour ce qui était de Kosuké, il n'avait pas personnellement connu ce roi, mais il savait que Hayden, son ami, en avait été proche. Si ce ne serait que cela, l'écuyer serait peiné, mais sans doute pas davantage, Alors que là, c'était différent. Il n'était pas seulement mort, il avait été assassiné...non, même ce mot n'est guère suffisant. Il avait été mutilé et transformer en boucherie. L'acte était ignoble, impensable. Et l'auteur de ce carnage? Nul autre que le même qui, il y a plusieurs années, avait ôté l'immortalité à l'écuyer. Le même qui jadis avait enlevé le maitre de Lyllianna, l'avait transformer en esclave. Encore le même qui un peu après avait prit en otage Lyra et l'avait torturée. Puis ce n'était pas tout. Non, car il y a quelques mois, cet enfoiré s'en était même pris à Hayden et l'avait détruit intérieurement. C'était cet homme..non, ce monstre qui même aujourd'hui n'en avait sans doute pas terminé avec l'ordre d'Émeraude. Ce minable..Drace. Comment une seule personne pouvait faire tant de mal? Être si sadique, si ignoble et infecte. Remontant dans ses souvenirs, le jeune dieu se rappelait l'aspect de cet être. Une peau d'un blanc laiteux, il pourrait presque ressembler à un mort. Ses cheveux étaient sans doute encore bleus électriques et hérissés. Sur sa figure, se contorsionnaient des signes étranges et indéfinissables. Dans l'ensemble, il foutait la trouille. Il semblait menaçant et dangereux. Koko espérait ne plus jamais le revoir, même si d'un côté, il aimerait bien venger tous ceux à qui il avait fait du mal...même s'il savait pertinemment qu'il se ferait totalement péter la gueule. Drace était trop fort pour tout le monde. Comment pouvait-il seulement exister? Pourquoi les dieux ne s'en débarrassaient-ils pas? Lorsque les Chevaliers l'avaient trouvé dans son repaire, quelques années plus tôt, les êtres célestes avaient sans doute aperçu l'endroit où il se cachait, alors pourquoi n'en finissait-il pas avec lui? Ce serait tellement plus facile, et le monde serait à nouveau en paix. De cet idiot qui avait eu le culot de se pointer à même la demeure du roi d'Émeraude pour le tuer, tous allaient avoir peur à présent. Si ce ne serait qu'un simple assassin, probablement qu'il serait considérer comme moins horrible...mais il faisait tout. Il enlevait les personnes, il leurs volait leur âme, il torturait physiquement comme mentalement et bien certainement; il tuait de manière affreuse.

Se promenant d'un pas rapide et stressé, l'adolescent avait néanmoins autre chose en tête. C'était bien évidement lié à la mort d'Elthor, mais c'était quelque chose dont les autres ne prêtaient pas attention. On avait dit que c'était une jeune écuyère qui avait trouvé le corps. L'écuyère du Chevalier Zeïlia pour être plus précis. Mais même sans cette précision, Kosuké aurait pu le deviner. La veille, au moment exacte où Lyllianna avait trouvé les restes du roi d'Émeraude, le dieu du temps l'avait parfaitement senti. Il avait toujours fait une sorte d'empathie avec les personnes à qui il tenait vraiment. Hayden par exemple. Et Lylli était l'autre personne sans qui il ne pourrait vivre. Relié à elle par un lien invisible, le choc l'avait également atteint. Il avait ressenti la panique de l'écuyère, la détresse. Au moment où il arrivait sur les lieux du crime, plusieurs personnes étaient déjà entassés et on lui avait durement dit que ce n'était pas ses affaires. Le Chevalier en question qui lui avait parlé, le jeune homme ne le connaissait pas, mais comme il avait lu le désespoir dans son regard, pour la première il ne s'était pas obstiné. Et pourtant, il aurait si voulu. Il était plus que troublé par les émotions qu'il avait dans son être par l'intermédiaire de celle qu'il aimait. Mais il avait dû aller faire ses travaux, et ne se mêler rien. Avec fureur, il n'était même pas rester concentré dans ce qu'il faisait, et tout était de travers. Le soir venu, il essaya une deuxième fois d'aller voir Lyllianna, sachant qu'elle n'était pas encore vraiment dé-traumatisée, mais il ne put. On lui avait dit qu'elle dormait et qu'elle avait besoin de se reposer. L'adolescent avait accueilli cette excuse en serrant les dents, puis s'était retenu à grandes peines de crier sur cette servante qui le fixait d'un œil sévère. Au moins, il avait maturé depuis ces dernières années. Il était moins impoli et arrogant avec les adultes...ce qui expliquait un peu, juste un tout petit peu cette retenue. Ainsi donc, le dieu du temps s'était enfermé dans sa chambre, tourmenté par les émotions intenses de la fille à qui il tenait le plus dans ce monde. La nuit lui avait paru longue. Une éternité. Probablement qu'il ne dormit que quelques heures au maximum. Et si on peut appeler ça dormir...Se tournant sans cesse, il n'avait cesser de réfléchir en serrant les dents, jurant contre ceux qui lui avait empêcher de voir Lyllianna, et contre Drace qui n'était qu'un salaud.

Continuant de marcher dans les couloirs, il cherchait la présence de son amie. Trop énervé, il se sentait stupide de ne pas arriver à se concentrer suffisamment pour la trouver parfaitement. L'endroit où il l'a localisait était trop flou, mais il savait un peu la direction à prendre. Il ne se risquait pas à se téléporter, pour ne pas passer tout droit. Ainsi donc, il se contentait de marcher d'un pas vif. Les couloirs du château lui semblait éternellement longs. Oh bien sur, il aurait pu s'arrêter, se concentrer et probablement la trouver, mais en fait...Non, il n'aurait pas pu. Ça impliquait le fait de se calmer, et cela, ça lui était à peu près impossible à l'instant. Autant marcher. Les pas heurtant le carrelage résonnait dans le couloir vide de tous autres âme qui vivent. Seuls ces derniers et le souffle accéléré du blondin brisait le silence environnant. C'était une des premières fois que l'écuyer passait dans un couloir du château sans qu'il n'y ait le moindrement quelqu'un qui passa près de lui. L'ambiance semblait immédiatement un peu plus lugubre. Étrange. Il n'aurait jamais cru pouvoir qualifier le château d'Émeraude d'un endroit lugubre. Et pourtant, maintenant que le roi de celui-ci avait été sauvagement assassiné, plus rien ne semblait sûr. Chaque endroit pourrait peut-être être le futur tombeau d'un Chevalier, d'un écuyer ou même d'un élève. On ne se sentait plus protégé. Bien sûr, Kosuké n'avait pas peur. Il aurait eu honte d'avoir peur. Ç'aurait été stupide. Seulement, il songeait à présent aux élèves dont certains étaient un peu nouveau. Quel magnifique ambiance de se sentir ainsi à la merci de tout. Toutefois, Drace n'allait surement pas ré attaquer immédiatement. Il attendrait un peu...et il frapperait à nouveau. N'importe qui pouvait être sa cible. On avait déjà vu trop d'exemple pour pouvoir exempter une catégorie, ou quelqu'un de la liste des futures victimes. Koko eut un frisson de dégoût en songeant à quel point ce sombre personnage était une abomination. C'était pathétique de savoir que l'endroit qui contenait le plus de défenseurs, ou plutôt, l'endroit qui contenait les défenseurs les plus expérimentés du continent, était sans cesse attaqué par une seule et unique personne qui causait d'effroyables dommages à chaque fois qu'elle agissait. L'adolescent songea avec un brin d'amertume, aux autres royaumes, qui devront hésiter ;a présent avant d'envoyer leurs enfants dans la gueule du loup. Bon...il exagérait plausiblement, mais il y avait tout de même un fond de vérité dans ces obscures pensées.

Tout en ne cessant d'avancer, il détecta l'âme de son amie à proximité. Sortant dans la cour extérieur, il accéléra le pas. Elle était dehors. Peut-être qu'elle avait eu besoin de prendre un peu l'air. Ou qu'elle avait trouvé aussi que l'ambiance du château était nulle. Bref, le garçon aux yeux d'ors marchait en plein dans la direction où elle était. Au loin, la silhouette si reconnaissable de la jeune fille apparu lorsque Kosuké s'avança vers côté nord de la cour. Elle était loin, mais il ralenti le pas. On aurait pu croire le contraire, qu'il se serait précipité vers elle, or s'il y avait bien une chose que l'adolescent souhaitait éviter, c'était de la brusquer. Ayant partagé ses émotions sans qu'elle ne le sache, par contre, il savait indubitablement qu'il ne devait pas arriver et partir une conversation comme si de rien n'était. Le cœur un peu plus pesant, il progressait vers celle qu'il aimait. Elle était de dos, elle ne pourrait pas le voir immédiatement. Il ne camouflait point sa présence, mais si elle était trop absorbé par ses pensées ou par autres choses, elle ne le remarquerait pas. Poussant un petit soupir, le garçon remarqua à quel point il était affecté de voir son amie ainsi. S'il n'aurait pas encore découvert qu'il était amoureux, il se serait posé des questions, mais à présent, il mettait sur le compte de ce sentiment. Avec raison d'ailleurs. Voir cette fille aux cheveux roux bouleversée, lui donnait envie de la rassurer, de la serrer dans ses bras pour lui dire que tout allait bien aller. Lui dire qu'il était pour elle n'importe quand, si elle en avait besoin.

Koko souffla un peu, le cœur encore battant. Elle ne l'avait pas encore vu. Ni le regard doux qu'il lui avait adressé, ni celui légèrement peiné qui avait suivi. Le jeune dieu se glissa avec tranquillité dans son esprit, sans qu'elle ne puisse s'en rendre compte. Il ne voulait pas savoir ce qu'elle pensait. Elle avait ses pensées et elle en était maitre. Tout ce qu'il souhaitait, c'était voir exactement ce qu'il s'était passé la veille. Il percevait par les yeux verts de son amie. Elle s'en allait aux bains. Tout s'était relativement passé vite. Elle était arrivé et ç'avait été le choc. Même pour Kosuké, à ce moment, son cœur tangua un peu. Le cadavre d'Elthor. Mutilé, comme il l'avait si bien entendu parler. Le corps était ouvert, et un trou béant remplaçait la majorité de ce qui aurait dû être un poitrail. Une barre de fer était solidement planté dans la gorge de ce qui fut auparavant le roi. Le cœur coupé en deux du souverain, gisant pathétiquement à côté de la tête souillé de sang. Du sang? Il y en avait partout. Partout, partout, partout. Même l'eau des bains étaient d'une couleur rougeâtre peu rassurante. Ce liquide vital s'étendait encore un peu, devant l'air neutre de...Drace. Lyllianna venait de le voir. L'assassin, le tueur, le meurtrier, le criminel, l'éventreur. Il ne lui avait rien dit, et s'était contenter de l'observer. Puis il était partit. L'adolescent fit de même de l'esprit de son amie. Wow. Il y avait vraiment de quoi être traumatisé à vie. Surtout pour une fille qui n'était rempli que d'innocence auparavant. Koko eut l'erreur de songer qu'elle ne l'avait peut-être pas totalement perdu, mais se ravisa, en se rappelant les images horribles qu'il venait de voir. [/size]

L'écuyer de Curtis s'avança vers Lylli. Elle était assise sur une roche, juste devant la rivière qui coulait d'un air serein, ignorant les désastre continuel qui se passait à ses alentours. Elle, même souiller de sang continuerait toujours à couler en cascade d'un rythme joyeux et rapide. En tout cas...Lorsque Kosuké fut situé à un mètre ou deux derrière celle pour qui il était venu, il n'eut qu'un seul murmure.

- Lylli...

Le vent porta le nom dit avec douceur, vers celle à qui il était destiné. En même temps, celui qui l'avait prononcé vint s'asseoir à côté de la fille dont les cheveux roux voletaient doucement. Sans même lui demander ne serait-ce que son accord, il l'a serra tendrement contre délicatement et avec tendresse contre lui. Ç'avait été instinctif, il voulait la protéger, même si présentement il ne pouvait pas grand chose pour elle.


[ 2012 mots...aah, fin du monde =O *crève*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Ven 29 Jan 2010, 20:28

Elle était plongée dans un profond désespoir. C'était comme si chacun de ses gestes n'en valais pas la peine. Comme si elle pouvait se raccrocher à chaque bruit, que tout même quelque chose d'habituellement apeurant puisse être un espoir. Sa gorge lui serrais tant elle se retenais de pleurer et par la suite, un mal de tête atroce s'emparait d'elle. Elle laissa donc ses larmes couler. Et même lorsqu'elle croyais qu'elle n'en avait plus en dedans, soit qu'elle revivais cette scène et se remettais à pleurer, soit qu'elle s'endormait par fatigue. Elle aurait voulu pouvoir dire qu'elle était plus forte d'esprit que ça, mais ce n'était pas le cas. La vie ne l'avait jamais préparé à de telles circonstances. Oui, étant destinée à devenir chevalier, elle aurais du s'y attendre un peu, mais à une place qu'elle était si habituée de fréquenter? C'était ça le pire. Le pire cauchemar qu'on pouvait vivre. Qu'une place ou une chose à laquelle on était attaché fasse quelque chose à laquelle on était pas attaché. C'était la façon la plus simple d'expliquer cela. Et c'était ce qui s'était passé. Quelque chose à laquelle elle n'était ni attachée, ni préparée. Elle se laissa tomber sur la roche sur laquelle elle était maintenant assise depuis un bout. Oui, elle avait décider d'aller se promener ce matin-là. Le lendemain du grandiose meurtre du roi. En fait, la petite n'était pas attachée au roi. Elle ne le connaissait pas. Tout ce qu'elle savait sur lui, c'est qu'il avait eu une âme plutôt forte, et qu'il était l'amoureux de la chef des chevaliers, Lyra. Qui se trouvais aussi à être le maître du meilleur ami de Kosuké, Hayden. Surement qu'il était plus affecté qu'elle. Oui. Cela se pouvait. Mais il avait peut-être quand même une force vitale plus grande que la sienne. Alors peut-être que même s'il était plus attristé qu'elle, il en restait moins traumatisé. Et puisque c'était un garçon, il voulais certainement moins le montrer, donc continuer de voir les gens en se montrant fort. Lyllianna préférait fuir les gens un peu, pour pouvoir réfléchir un peu. Mais des fois, réfléchir lui faisait mal. Comme aujourd'hui. En même temps, elle ne pouvait pas essayer de fuir l'évidence: Si elle s'était levée plus tôt, elle aurait pu voir le meurtre, ou peut-être l'empêcher d'arriver. Car quand elle était arrivée, il était beaucoup trop tard, et le criminel, Drace lui avait-on dit, ne lui avait rien fait. Mais absolument rien. Il l'avait peut-être un peu observé, il avait peut-être analysé qui elle était, mais il était partit en laissant le chaos derrière lui, sans un seul remord. Qui était-il vraiment? Certains gens de l'ordre le connaissait. Dont Zeïlia. Mais jamais quelqu'un lui avait vraiment parlé de lui. Son idée s'était faite très vite, mais il n'en restait pas moins qu'elle ne le connaissait absolument pas.

Et alors, ses pensées refaisaient encore et encore le même cheminement, se posant les mêmes questions, espérant toujours qu'une de ces petits bruits qui venaient de derrière la rivière, lui donne une soudaine inspiration pour qu'elle ait mieux. Mais la vie ne semblait pas être faite pour être aussi simple. Il fallait travailler pour avoir ce qu'on voulais. La vie ne comprenait pas que si on avait ce qu'on voulais avant, cela nous aiderais à travailler avec vigueur. Non. Il fallait que tout soit en désordre et compliqué et triste. Il fallait qu'elle passe au travers de ça seule. Qu'elle trouve le petit indice qui l'aiderais à trouver la clé, seule. Une clé? Qu'elle clé? Qui menais à quoi? Et là encore, elle reculais. Elle s'était fait tout un plan qui expliquait ce qu'elle pouvait faire our s'aider elle-même, très compliqué pour sa petite tête, et l'avait égaré. Elle devait recommencer. Donc. Raison pour laquelle être triste ou frustrée. La mort d'un proche des certains proches qui étaient plus tristes qu'elle. Voir des gens tristes, elle n'aimait pas ça. Ça la rendait vraiment frustrée, le plus souvent contre elle-même de ne pas pouvoir aider, et encore plus triste qu'elle était frustrée. Alors seulement, elle avait le premier pas pour retrouver son petit plan. Et puis ensuite, qu'y avait-il? Qu'avait-elle trouvé? De quel plan? Elle finissait mélangée. Ce qu'elle pouvait se souvenir, vraiment, ce devait être la haine qu'elle nourrissait présentement. Ou juste la tristesse. Et pendant ce temps-là, on voyait au loin une petite fille à la chevelure rougeâtre qui ne bougeait pas. En fait, elle était couchée sur une roche près de la rivière. Et elle regardait de façon vide les nuages passer. Espérant qu'eux aussi lui remonteraient le moral. Et ça allais mieux. Il aurait fallu qu'elle regarde les nuages avant. Ou simplement qu'elle les remarque. Ils lui faisaient dériver ses pensées. Et au final, c'est ce dont elle avait besoin. Penser à autre chose. Et alors, elle se dit qu'elle avait besoin d'un petit peu de compagnie. Quelqu'un qui ne lui parlerais pas vraiment du problème qu'elle avait. Finalement, elle avait besoin de penser à autres choses oui. Mais pas trop, sinon elle se sentirais mal. Elle devait laisser un coin de ses pensées à tout ça.

Alors elle pensa à son maître. Combien de temps maintenant avait-elle été sous sa tutelle? Un an peut-être. Ah. Un nuage qui ressemblais à un mouton. Le classique. Elles s'étaient beaucoup rapprochées. Même si Lyllianna avait vraiment eu peur d'avoir un maître, chose qui l'avait fait angoissé longtemps. Hon. Une nuage qui avait l'air d'un éléphant. Oh. Zut, sa trompe sur défaisait peu à peu à cause que les nuages n'allaient pas au même rythme. Elle s'était plus endurée qu'elle ne l'avait cru grâce à son maître. Même si c'était moins qu'elle l'avait espéré, si l'incident d'hier s'était produit une poignée d'années plus tôt, elle ne l'aurais vraiment pas toléré. Peut-être même que le fait d'avoir été choisie parmi autant de bons élèves lui avait fait avoir plus confiance en elle-même. Oh? Ce nuage-ci avait l'air d'une main. Il lui fallut un peu d'imagination pour que la main se forme vraiment, mais elle était là. Alors Lyllianna tendis aussi sa main vers cette grande main comme pour l'attraper. Mais même en refermant sa main, elle ne happa que le vide, et elle la reposa où elle avait été. Juste à côté d'elle. Comment était-elle plus petite? Plus elle vieillissait, moins elle s'en souvenais. Elle savait qu'elle était au château depuis qu'elle avait trois ans, alors qu'elle connaissait le nom de beaucoup de gens, même s'ils ne le savaient pas. C'était comme ça qu'elle avait rencontré Naryaa après tout. En ayant entendu parler de cette fillette et son caractère plutôt doux au goût de l'écuyer. Et Lyllianna était contente, car sa meilleure amie fille à ce jour avait réussis à devenir écuyer elle aussi. Elles pourraient combattre côte à côte. Se l'étaient-elles promises plus petites? Non. Car depuis la fin des classes d'élèves, elles ne s'étaient pas revues. Il en serait temps maintenant. Hein? Pourquoi ce nuage avait la forme d'un visage? Comme un dieu. Cette idée l'amusait, s'imaginer que les dieux les regardaient par les nuages. Mais c'était plus qu'improbable. Il s'agissait surement encore de son imagination, mais c'était amusant de voir un vieil homme se déformer au rythme que suivait les nuages. Bon. Elle avait assez regardé les nuages. Même si elle aimait beaucoup regarder tous les astres qui avaient la chance de se trouver dans le ciel, jour ou nuit, matin ou soir. Sauf le soleil lui-même, car elle ne pouvait pas le regarder en face, elle aimait observer les étoiles, les nuages, la lune... Même les oiseaux! Ok, moins les oiseaux car à la fin ils se ressemblaient tous. Mais bref, tout ce qui avait la chance de passer dans le ciel lorsqu'elle l'observait. Oh. Et les flocons de neige l'hiver.

Elle se releva enfin. Il y avait maintenant un moment qu'elle avait décider de ne plus regarder les nuages. Mais elle l'avait fait encore un bon cinq minutes. Mais là elle était à nouveau en position assise sur le gros rocher. Enfin, elle pouvait toujours faire semblant que son dos ne lui faisait pas mal à longue, mais c'était le cas. Et elle s'étira un peu. Puis elle regardais la petite rivière devant elle. Bon, elle pourrais aller prendre une marche, peut-être croiserais-t-elle quelqu'un qu'elle pourrait parler avec? Mais alors qu'elle se serait levée, pour une raison, les images de la veille revinrent, et elle se rendis compte à quel point elle était minuscule dans ce monde. Quelques instants plus tôt, elle avait retrouvé une certaine stabilité. Puis on murmura son nom. Ou plutôt, un de ses surnoms, celui que Kosuké lui donnais. Puis il s'approcha alors qu'elle ne s'était pas retournée pour lui faire un câlin. Une caresse plutôt protectrice pour une raison, qui criait qu'il était là. Oui, elle l'avait remarqué. Alors elle lui rendis son accolade, sans rien dire. Qu'y avait-il à dire? Il le savais très bien ce qu'il s'était passé. Puis elle le relâcha. Il était bizarre qu'il ne soit pas aux côtés de Hayden qui était surement plus touché qu'elle. Mais elle ne lui demanda rien. Devait-elle parler? Si oui, que dire? Devait-elle lui montrer qu'elle se sentais mieux? Se sentais-t-elle vraiment mieux? Oui. Tant que personne n'emmenais LE sujet, elle serait en parfait état. Oui. Tout irait bien. Elle avait des amis à ses côtés, Et Kosuké pour le prouver.

-Oh! Salut!fit-elle comme si elle ne venais pas de profiter d'un câlin.

Maintenant quoi? Elle voulais parler. Converser. Faire quelque chose de diversifiant. Quelque chose de tous les jours. Mais quelque chose dont elle s'ennuierais si elle ne le faisait pas pendant trop longtemps. Rester ici et parler lui sembla être une bonne chose. C'est ce qu'elle allais faire. C'est que qu'ils allaient faire.

- Tu vas bien? Pourquoi n'es-tu pas au château comme tout le monde?

Rien ne s'était passé. Elle avait un grand sourire aux lèvres et un esprit déchiré, mais qu'elle leva une barrière autour. Même si cela éveillerais les soupçons du garçon, elle ne voulais pas gâcher une autre belle journée avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Sam 06 Fév 2010, 16:06

(Désolé pour le temps, j'étais malade toute la semaine '¬'....et en plus mon poste est minuscule ><....)

Elle lui rendit son étreinte. Mais ce n'était évidement pas très joyeux ni très affectueux. Si il aurait dû le qualifier, ç'aurait été le mot “froid” qui lui serait venu à l'esprit. Évidement, il ne lui en voulait pas. Si elle aurait été joyeuse, peut-être même que ça l'aurait encore plus embêté. Elle ne devait pas cacher ses émotions, même si c'était certain qu'elle allait le faire un peu plus tard. Officiellement, montrer son désarrois n'était pas son genre. Kosuké préférait qu'elle soit elle même, cependant, ce n'était pas évident car il voulait qu'elle lui fasse confiance.
Chaque personne avait des raisons différentes de cacher ce qu'il ressentait. Que ce soit par peur de revivre des évènements, par orgueil ou par une simple crainte de la réaction des autres. En ce qui concernait l'écuyère rousse, c'était probablement le premier choix, mais il n'en fut pas certain. En ne désirant pas violer l'intimité des pensées de son amie, il n'allait pas voir ce qu'elle songeait. Elle lui dirait ce que ça lui tentait et non pas ce qu'il pourrait aller voir par lui-même. Le désir de connaître ce qu'il ne savait pas, pouvait bien être fort, il s'empêchait volontairement d'aller trop loin.
Les paroles de son amie résonnèrent faiblement. Elles sonnaient exclamatives mais semblaient plates. L'exclamation ne semblait pas si fictives, mais le dieu du temps n'avait jamais été un as pour découvrir les mensonges de la réalité. Même sur elle qu'il observait le plus souvent, sans se lasser, cette chose lui échappait de temps à autre. Le reste, ce n'était rien, il pouvait deviner quasiment tout. Peut-être que pour l'instant, il devrait attendre avant de savoir si les paroles étaient sincères ou non, mais à l'instant, il avait le sentiment qu'elles avaient sonnées un peu trop creuses.

Il se recula un peu pour regarder son amie. Elle avait un radieux sourire sur le visage, mais ses yeux ne disaient pas vraiment la même chose. Enfin, ils ne disaient pas le contraire, mais l'habituel éclat qui les faisait généralement briller, n'était pas présent et donc ces deux perles émeraudes n'accompagnaient pas bien les lèvres rosés qui traçaient un joli petit sourire sur le visage de la fille pour laquelle Kosuké s'était rendu ici. Ce dernier, bien que son cœur ratait un battement à chaque sourire que son amie lui adressait, ne put s'empêcher de grimacer intérieurement. Pas besoin d'être un génie pour deviner que ce sourire, lui, il était forcé. À moins que la jeune fille avait réussi à se détacher de la scène à laquelle elle avait assister la veille...mais ç'aurait été très étonnant et surtout presque impossible, considérant que le jeune dieu du temps n'avait pas dormi ( ou presque) de la nuit à cause des émotions qu'il sentait dans l'âme de l'écuyère. Il aurait fallu qu'elle ait une révélation comme quoi Elthor était encore en vie, ou un truc du genre. Et même encore, la scène était gravé dans sa mémoire à jamais.
Les paroles de la fille sonnèrent tel un carillon encore une fois. Elle lui demandait ce qu'il faisait ici alors que tout le monde était au château. Premièrement...depuis quand est-ce qu'il faisait ce que tout le monde faisait?! Il faillit lui dire ces mots, mais il avait la petite impression que Lylli n'avait trop le cœur à rire. Faudrait pas qu'il la fasse pleurer non plus, mais les conneries, ça viendraient plus tard.

En tout cas, il ne savait pas trop quoi répondre. L'habituel « Je suis venu pour toi » serait vraiment trop cliché, et absolument déplacé face au sourire que lui offrait son amie. L'impression que le sujet d'Elthor ne devait pas trop entrer rapidement sur la piste, se fit sentir. Elle n'avait probablement vraiment pas envie d'attendre parler de ça. Même si c'était la raison principale pourquoi Koko avait fouiller tout le château à la recherche de celle qu'il aimait.
Il esquissa un sourire doux. Les réactions de Lyllianna, il ne pouvait pas toujours les prévoir, ainsi donc il fallait se contenter de faire attention à ce que l'on dit. Encore une autre chose dans laquelle il avait un peu de misère. Les paroles sortaient un peu trop vite parfois, ou simplement totalement de travers. Espérons que ce ne soit pas le cas cette fois-ci.

-Je ressens trop les émotions chez plusieurs personnes, alors soit je m'en éloigne, soit je m'en approche, c'est pour ça que je suis ici.

....Si Lylli comprenait ces paroles, et bien elle serait forte car elles n'étaient pas vraiment évidentes à bien assimiler. Ce que le dieu du temps avait voulu dire en fait, c'était qu'il ressentait les émotions des personnes qui étaient près de lui, et choqué. Disons qu'il croisait une servante traumatisée, ce serait un peu énervant à supporter, alors il les évitait. Mais si c'était quelqu'un à qui il tenait, il ne tiendrait pas à s'en aller loin, au contraire, il voudrait tenter de régler le problème, ou banalement de réconforter. Oh bien sûr, ce n'était pas les seules raisons pour lesquelles il était présent ici-même si le bord de la rivière. L'instinct de protection ( même si c'est bête à dire ><) avait son rôle à jouer. Lylli avait vu Drace, et ce dernier l'avait aussi aperçu. Aussi fourbe qu'il pourrait être, il pourrait prochainement s'en prendre à elle. Évidement, ces pensées étaient un brin paranoïaque, mais le blondin n'acceptait pas du tout la seule hypothèse que l'écuyère ne soit qu'un tantinet blessé. Parallèlement à cela, c'était aussi pourquoi il s'en faisait tant pour elle à cet instant. Il y a bien sûr le mal physique, mais le mal mentale peut être aussi fort, sinon plus.

-Au fait, désolé si je t'ai surprise....

Rajouta l'adolescent d'un petit air piteux. Car même si ce n'était absolument pas relié à ses pensées présentes, il avait sans doute un peu briser la bulle de son amie en s'approchant ainsi d'elle.

( En passant, d'après le poste de Hayden ( d'ailleurs je sais même pas si elle l'a officiellement posté, m'enfin bref), ça fait 3 ans de passé....mais bon, j'en ai aucune idée pour ma part...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Mar 09 Fév 2010, 21:21

Elle avait toujours eu les pensées ailleurs. Surtout en sa présence. Et en même temps, c'était avec lui qu'elle avait l'air le plus audacieuse, folle, forte, naturelle. Pour une raison aujourd'hui, elle n'avait pas le goût de se sentir ainsi. Mais elle finirais par craquer. Ce n'était pas rien ne ne pas être soit-même devant une personne qui n'a que vu ça chez vous depuis la première rencontre. C'était comme un sentiment qui brisait le sens de la nature. Il causait un malaise plus grand que celui qu'on tentais d'éviter et causait aujourd'hui un mal de ventre à la fille. Mais elle essaya de son mieux de l'ignorer. Peut-être aurait-elle du retourner se coucher ce matin. Mais elle voulais oublier, et passait souvent sur le bord de le faire, de plus, son sommeil, ce n'était pas comme s'il n'était pas un peu agité au moins. C'était probablement ce qui l'avait fait se décider quoi faire. Car elle avait souvent deux choix pour une raison quelconque et inconnue. Les nuages continuèrent de passer, sans qu'elle ne leur porte de nouvelle attention. Après tout, son attention était maintenant portée sur les paroles de l'autre écuyer. Son ami disait trop ressentir les émotions... Que c'était pour ça qu'il était là. Il était là, car il y avait trop d'émotions dans le château et qu'il n'était pas très persuadé de trouver cela encourageant, ou parce qu'elle était ici et avait le même genre d'aura que tout le château, et qu'elle faisait pitié parce qu'elle ne le partageait pas avec le reste de cette population minoritaire? L'un ou l'autre, ce n'était pas très clair son affaire.

Elle ferma les yeux. Longuement. Il avait été gentil de venir tout de même. Il aurais toujours pu aller voir Hayden justement. En fait, elle n'arrêtait plus de penser qu'il aurais tout de même pu aller voir son meilleur ami. Il le lui avait dire lui-même n'est-ce pas? Elle était numéro deux. En fait, il avait peut-être ses raisons. Peut-être que lui-même était en train de passer du temps avec quelqu'un d'autre, mais n'voyais pas qui. Sauf son maître peut-être. En fait, Lylli croyais vraiment qu'elle aurais dû rester avec Dame Zeïlia. Mais bon, tant qu'à se trouver avec quelqu'un, valais mieux un ami qu'un inconnu.

- Au fait, désolé si je t'ai surprise....

L'avait-il surprise? Elle ne s'en souvenais plus. Oui. Oui mais pas vraiment en même temps. C'était à peine s'il l'avait bousculé dans son souvenir. Elle avait bien apprécié l'accolade, mais s'était un peu obligée a sourire pour ne pas perdre la face devant lui. À l'instant, son visage restait neutre. Depuis un bout de temps maintenant, son visage était resté inexpressif. Un peu plus et chaque fois qu'elle regardais ses yeux dorés, elle les remplaçaient par un grand vide. En fait, c'était le cas. En le regardant dans les yeux, elle ne voyais qu'un grand flou parce qu'elle cherchait à regarder à l'horizon, mais qu'il y en avait pas, et pensais à autre chose. Valais mieux ne pas dire quoi. Peut-être qu'elle ne pensais pas dans le fond. S'aidant seulement un peu plus à oublier. Elle n'aimait pas oublier. C'était une chose horrible. Mais son corps, son esprit, son cœur et sa tête lui criaient d'oublier ce choc. C'est ce qu'elle faisait. Elle se construisais un cocon qui la bloquait du monde? C'était pour ça qu'elle n'était même plus capable de le regarder droit dans les yeux et de décrire avec délice cette couleur dorée qu'elle aimait tant? Oui. Tant qu'à moins souffrir. C'était mieux comme ça.

Mais elle se réveilla. Prononçant un petit ''Mééé'' endormit. Elle le regarda pour de vrai. Il était inquiet. Le laissais-t-il paraître par exprès ou... Ouais, il avait juste l'air inquiet. Peu importe ce qu'il voulais laisser paraître. Elle était encore sur ce gros rocher plutôt inconfortable. Elle se laissa tomber sur lui. S'accotant contre son torse. Repos. C'était une bonne chose, amusante, peut-être pas, à faire. Ça serais relaxant. Elle réfléchissait et pensais à tout. Causes. Conséquences. Oui, pourquoi cet homme qu'on appelais avec peur ou avec haine, Drace, faisait-il tout cela? Avait-il une bonne raison de s'en prendre à Enkidiev, et spécialement aux chevaliers du royaume d'Émeraude? Il lui semblais qu'il n'y avait pas de raison pour toute cette haine. Il s'était probablement fait tromper ou quelque chose du genre. En tout cas, chose certaine, il ne venais pas du coin avec le physique qu'il avait. En fait, elle n'avait pas eu le temps de le décrire. Vraiment. Si elle s'en souvenais, elle était bonne. Mais il avait un look plutôt complexe. Et on ne s'en souvenais pas qu'au bout de quelques secondes. Drace. Pourquoi même la seule idée de son nom la faisait frémir? Elle ne voulais pas chercher à en savoir plus, mais elle se souvint du cadavre. C'était vraiment l'image qu'elle cherchait le plus à éviter dans ce monde. Mais elle se souvint de la tige qui traversait sa gorge, de son bras arraché, de tout ce sang... Lyllianna n'avait jamais eu peur du sang, mais en cette grande quantité, en plus d'en avoir eu sur elle, c'était vraiment dégoûtant. Elle se mis à trembler légèrement dans les bras de son ami. Est-ce qu'il savait à quoi elle pensais? Elle espérait que non. Valais mieux pas en plus. Elle n'espéra pas. Pour lui. Mais pour elle même, elle voulais très fort ne pas avoir à supporter tout ça toute seule. Même si ce n'était pas exactement le cas.

Qui l'observais en ce moment? Lui. De quel regard? Elle ne se leva pas pour vérifier. Peut-être qu'elle était sous la garde de quelqu'un d'autre présentement. Qu'en savais-t-elle. Le meilleur exemple n'était-il pas ce nuage qui avait la forme d'un vieux sage portant une barbe et une moustache? Ou simplement le fait que la petite ne captais pas toutes les présences tout le temps?

Puis elle repensa à son naturel. Comment était-elle supposée agir maintenant? Elle se retenais bien de pleurer, même si ça lui faisait mal. Il ne fallait pas. habituellement elle n'était pas comme cela. Habituellement elle lui offrirait le plus joli des sourires en échange de son accolade. Il fallait vraiment qu'elle dénoue ses pensées. Vraiment rien n'était clair dans sa tête. Elle devais devenir dure à suivre. De tous les points de vue. Pourquoi un instant souriait-elle et l'instant d'après elle grelotait comme si elle était en train de mourir de froid? L'écuyer relava enfin sa tête. Assez. C'en était assez. Il fallait que tout redevienne clair. Il fallait qu'elle se remette en place. Jusqu'à date, c'était surement la chose la plus claire à laquelle elle avait vraiment pensé. Si dans sa tête il était tellement évident que c'était le bordel, que ça paraissait à l'extérieur, il était temps qu'elle se ressaisisse. Vraiment. Se calmer, respirer. Elle se décolla de lui. Elle le regarda. Que faire maintenant? Avait-il une idée pour l'aider? Que fallait-il décortiquer pour qu'elle aille mieux?

- Ouais bon... Ça va... Désolée.

Elle détourna son regard, elle avait honte d'elle en ce moment. Elle n'aimais pas ne pas être sure d'elle-même. Car toujours, elle avait été certaine de tout, et là, juste... pas. Quelle folle elle faisait. Finalement, un peu plus naturelle, c'était le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Sam 13 Fév 2010, 21:15

( J'aime ton poste Bla bla)

Elle semblait un peu endormie...Non, seulement pensive. Elle ne l'écoutait peut-être que d'une oreille. Il aurait tant voulu qu'elle se confie, il aurait si souhaiter qu'elle se laisse aller. Mais il ne faisait rien, bien entendu. Ce n'était guère en son pouvoir de lui demander de parler. Il préférait bien mieux, de toute manière, qu'elle le fasse d'elle même. Apparemment, il devrait attendre. En tout cas, elle ne le regardait pas du tout dans les yeux. Elle fuyait même son regard. Pourquoi? Avait-elle peur qu'il sache à quoi elle pensait? Qu'il sache qu'elle était plus vulnérable à cet instant précis? Kosuké n'en savait rien, mais cette attitude l'inquiétait un peu. Non pas qu'il cru l'esprit de son amie, dérangée, seulement qu'il savait qu'elle était troublée, et au point de ne pas vouloir le regarder, elle l'était vraiment beaucoup. Et pourtant, elle releva les yeux, paraissant se réveiller soudainement. Les yeux d'émeraude de l'écuyère se fixèrent quelques instants dans ceux du jeune dieu. Pas très longtemps, car un peu après, elle se laissait tomber d'un soupir dans les bras de son ami. Enfin...disons qu'elle s'accota contre le torse de l'adolescent, en relâchant ses muscles. À cet instant précis, le jeune homme blond ressenti une bouffée d'amour et de tendresse envers cette fille dont il était amoureux. Elle était forte, mais parfois fragile, si tendre et douce, mais de temps à autre bornée et têtue. Elle était elle même et c'est tout ce qui faisait que celui qu'elle considérait comme son ami, l'aimait profondément. D'ailleurs, ce dernier aurait bien voulu poser tranquillement sa tête sur celle de son amie, or il se contenta de poser ses bras sur le corps de la fille pour la serrer un peu contre lui. Il se retenait, cependant. Se retenait de lui déposer un baiser sur la tête, se retenait de l'emmener encore plus contre lui. Tout ce que son cœur amoureux lui disait de faire, il ne le faisait pas, de peur de choquer l'écuyère aux cheveux roux. Un jour, il lui dirait qu'il l'aimait, mais pas maintenant. Surtout pas maintenant, où son amie était en position mentale de faiblesse...enfin, de traumatisme. Valait mieux ne pas la choquer encore plus. Surtout qu'il était persuadé qu'elle ne ressentait pas la même chose envers lui. Pour se donner du courage, il attendait, se disant que peut-être qu'un jour elle tomberait amoureuse de lui. Si ce n'était jamais le cas, lui même songeait qu'il ne penserait pas arrêter de l'aimer. La voir dans les bras d'un autre serait naturellement difficile, mais il ne pouvait pas s'imaginer cesser de l'aimer. Vous qui lisez ces lignes, vous songez peut-être que ce jeune homme ne fait que penser ainsi sous l'effet de l'amour, et peut-être avez vous raison. Qui sont ceux qui n'ont jamais pensez un sentiment éternel et sans soucis? Pour l'instant, c'était le cas de Kosuké, dont la simple idée de cesser d'aimer Lyllianna ne lui passait même pas dix pieds au dessus de la tête. Tout, c'était elle. Il avait un peu l'impression de gravité autour de cette fille, et il s'obligeait souvent à ne pas être trop souvent avec elle, cette dernière pouvant s'énerver de sa présence constante. Mais il avait toujours envie de la voir. Heureusement, cela ne perturbait pas trop son entrainement, bien que quelques fois, il se déconcentrait de sa tâche en songeant au magnifique visage de la jeune fille. Probablement que Curtis se doutait de quelque chose...si ce n'était pas le cas, il devait être aveugle. Déjà qu'habituellement le jeune homme se perdait dans ses pensées, le regard dans les nuages, c'était encore pire à présent. Au moins, il arrivait encore à se battre de manière convenable à l'épée, et à discuter normalement. Parfois il souriait en pensant qu'heureusement que son esprit n'était pas constamment fixé sur Lylli, car il ce serait catastrophique aux entrainements. Lorsque c'était le cas, il semblait être parti dans un autre monde. Le pire, c'était que lorsqu'après on lui demande à quoi il pensait, il ne s'en souvient plus la majorité du temps. Comme ses pensées n'étaient que nuages...ayant fréquemment le visage de l'écuyère de Zeïlia. M'enfin, disons que ce n'est pas toujours clair, net et précis.

Bref, il posa ses yeux d'or sur la tignasse un peu ébouriffer de son amie; seule chose qu'il avait sous les yeux. Il sourit un peu, tout en se sentant hypocrite d'effectuer un tel geste en sachant que l'autre n'avait probablement que d'horribles pensées dans la tête. Au moins, son sourire n'était pas fabriqué de joie, mais plutôt d'un mélange de compassion et de tendresse.

Le silence dura et l'écuyère se mit à trembler dans les bras de son ami. Une vague d'inquiétude passa dans le cœur de l'adolescent. Cela confirmait ses inquiétudes du fait que Lylli n'avait pas des pensées très réjouissantes. Les souvenirs. Ça peut être si destructeurs. Il y en a des heureux, des tristes, et étonnement, ceux qui marquent le plus sont toujours dans la deuxième catégorie, encore plus quand cette dernière est mixée avec de l'horreur. C'est marquant. C'est pourquoi on peut se ne se souvenir que d'un jour d'un petit film d'animation cocasse, alors que le film d'horreur va nous faire faire des cauchemars pendant des semaines. Les images du deuxième sont beaucoup plus marquante dans l'esprit et elles y restent longtemps. Tout ce que Koko pouvait espérer, c'était que Lyllianna surpasse cette épreuve émotionnelle. Et en fait, il ne pouvait rien faire pour l'instant. Seulement être là pour elle. Il resserra un peu son étreinte sur la jeune fille. Il voulait tellement lui faire comprendre qu'il était là pour elle n'importe quand. Que ce soit pour péter une crise de nerf, pour fondre en larme ou pour exprimer une joie. Il voulait l'écouter. L'entendre. À tout ce qu'elle lui disait, lui dirait, il l'écoutait et il continuerait pendant longtemps à agir de la sorte. Trop peu nombreux sont ceux qui savent réellement écouter, sceller ses lèvres lorsque le temps est venu et prodiguer des conseils lorsque ceux-ci sont appropriés.

« - Ouais bon... Ça va... Désolée. »

En disant ces mots, la jeune fille s'était décollée, et Kosuké avait desserré son étreinte, non sans un petit pincement de déception au cœur. Elle le regarda un peu, d'un regard qui semblait triste et perdu aux yeux du blondin, puis elle détourna les yeux, comme honteuse de s'être laisser aller pendant ces quelques minutes avaient passé trop vite de l'avis de l'écuyer.

En laissant échapper un petit soupir, l'adolescent leva le regard vers le ciel, observant les nuages innocents qui passaient en prenant leur temps.

-Tu sais, ça ne dérange pas du tout. Fais ce que tu veux, quand tu veux, agis comme bon te semble, je vais être le dernier à t'en empêcher et te dire de cesser.

Sa voix était douce, quoi que grâve en raison de son genre masculin, mais elle sonnait délicate. Il n'avait pas hésiter sur les mots. Car ce qu'il avait dit, il le pensait vraiment. Ce fut une manière subtile de lui dire qu'elle pouvait agir normalement. Qu'il voulait qu'elle agisse comme elle le sentait. Ç'aurait été indélicat et stupide de lui lancer directement qu'elle pouvait pleurer si ça lui tentait. Un enfant aurait peut-être agit de la sorte, mais pas un adolescent, surtout un qui prenait habituellement soin de ce qu'il disait à l'écuyère.

Détachant son regard des nuages blancs et anodins qui ne cessaient de défiler avec lenteur devant ses yeux, il ferma tranquillement les yeux avec un sourire, avant de les réouvir pour regarder la fille dont il était amoureux, avec un sourire doux qui étirait ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Mer 03 Mar 2010, 20:05

Quand elle refusa de continuer de se blottir dans ses bras, Lyllianna s'attarda sur la rivière une nouvelle fois, mais lui portant beaucoup plus attention. Un peu large, ce cours d'eau ne faisait pas exprès de continuer, et n'en avait pas le choix, c'était ainsi pour tout le monde, pourtant, les êtres vivants pouvaient lui mettre des bâtons dans les roues, littéralement, et aller la boire ou construire par pur plaisir une barrière qui servirait de maison. Pourtant, ce fluide continuerait son chemin vers le plus vaste des Océans. Les reflets de la rivière Wawki se prolongeraient jusqu'aux frontières d'Émeraude, vers l'est, malgré les détours ses courbes naturelles et les troubles qu'ils expérimenteraient. Ils s'embrouilleraient aux reflet de la rivière Mardall une fois rendus à Argent et retrouveraient même à Cristal pour traverser leurs lacs et se rendre aux plages où ils rejoindraient cet immensité d'Océan qui séparaient tout Enkidiev d'Irianeth. Là où sans erreur, habitait Drace. Et il fallait bien évidemment qu'elle oublie toute cette histoire. Quoique c'était bien difficile à faire en comprenant qu'il était presque devenu au fil des ans, le pire ennemi de l'ordre, prenant des gens sous son contrôle, les faisait indéniablement devenir des esclaves, leur faisant peut-être plus mal qu'elle n'osait l'espérer. Dame Zeïlia aussi s'était faite kidnapper dans le passé. Ce n'était pas difficile de le savoir lorsque le bruit courait. Mais ce qu'elle avait vécu, son petit double ne le saurait jamais.

Une autre bourrasque de vent vint lui ébouriffer les cheveux encore plus. Elle tenta de les replacer un peu avec une main. Ensuite, Kosuké lui dit quelque chose, de très gentil. Même si elle aurait trouvé cela exagéré en temps normal, elle le trouva aujourd'hui très gentil. Bon, il lui disais de plutôt agir comme elle le voulais, et elle voulais s'alléger l'esprit un peu, donc, elle descendis de la roche et se dirigea lentement vers le cours d'eau. Le fixant un peu, lui insufflant des pensées positives sur le long chemin qu'il avait a faire, elle s'excusa quasiment de devoir lui emprunter un peu de son liquide plutôt froid. Même si ce n'était que tremper ses mains dedans pour avoir quelque chose à faire, elle se dit que Kosuké avait raison. Elle pouvait agir à sa guise dire et faire ce qu'elle voulais sans en avoir honte. Après un moment, quand ses mains furent vraiment froides et qu'elle n'en pouvait plus, même si elle ne les sentais plus vraiment, elle les retira de l'eau, et alors qu'elles étaient toutes dégoulinantes, elle les plaça devant elle, jointes. C'était comme si elle essayais de garder le plus d'eau possible dans ses mains. Un air plutôt neutre sur le visage, peut-être, ça se pouvait, un peu moqueur et bête et du genre de « regarde-moi bien faire ¦') », elle se retenais de ne pas regarder le nuage qui lui cacha le soleil quelques longues secondes, puis marchais vers Kosuké d'un pas las. Quand elle fut à son niveau, qu'il se soit avancé vers elle ou pas pendant qu'elle euthanasiait ses mains, elle leva son visage vers le siens et posa ses mains gelées sur les joues du garçon. Elle les posa tendrement, mais elles n'étaient pas pour le moins toutes froides et mouillées. Et l'eau qui était sur ses mains finit sur le visage de Kosuké, coulant sur son cou. Les yeux verts de la fille étaient braqués vers ceux du garçon. Pourquoi ne les détournaient-elle pas? Elle laissa glisser un main jusqu'au menton de l'autre écuyer pour ensuite la retirer, son autre main reprenait de la chaleur qui lui venais du visage de Kosuké. Avait-il réagis à la froideur des mains de la fille? Avait-il seulement profité du fait qu'elle se rapprochait de lui soudainement? Car oui, Lyllia avait remarqué un changement de comportement chez le garçon. Mais en quoi? Depuis quand? Et qu'est-ce que ça voulais dire? Ça, c'était autre chose.

Puis ce moment bien que légèrement électrisant pour elle, pris fin. Quand elle retira son autre main maintenant chaude à nouveau, elle regarda ailleurs. Qu'avait-elle vu dans ses yeux? Était-ce son imagination? Son cœur battais vite. Elle avait voulu lui faire une plaisanterie, mais il n'avait pas beaucoup réagis extérieurement, ne lui donnant aucune occasion d'agir de façon décontractée. Puis elle choisi de se retourner complètement. Elle avait un sourire qui lui fendait le visage, mais elle ne le laissa pas le voir. Son rythme cardiaque dévala et ses joues qui étaient jusqu'alors devenues enflammées retrouvèrent leur teinte pâle. Elle se retourna ensuite, laissant paraitre son sourire ou pas? Oui, pourquoi pas finalement? Tout cela était tellement étrange, valait mieux laisser de telles choses de côté, s'amuser un peu. Elle venais de s'en rendre compte.

Mais même là, du coup, il était possible que plus tard, elle s'en souvienne et n'en revienne plus. L'erreur! C'était certain que des gens l'avaient faite, peut-être en des circonstances beaucoup moins pire, ou surprenamment, plus grave. Mais c'était dur à imaginer pour la petite, et c'était tant mieux comme ça. Puis en retournant ce genre d'idée dans la tête, elle pu se convaincre que personne n'était pareil, identique, jumeaux... Non certaines personnes étaient jumeaux, mais probablement pas pour autant si pareils que ça. Donc, même si pour la majorité, il valais mieux faire face à ses problèmes, peut-être vaudrais mieux les oublier? Et puis, elle ne sentais pas qu'elle était comme tout le monde, malgré le fait qu'elle aimerait peut-être mieux ça. Puis ces pensées se divisèrent en deux, mais se reliant quand même. Est-ce qu'elle connaissait quelqu'un qui avait un jumeau? L'idée tordue que Kosuké en possédait peut-être un lui fit garder son charmant sourire. Et une autre idée lui traversa l'esprit pas mal en même temps, car tout se bousculait quand même dans sa tête, comment serais-t-elle si elle était des plus normal? C'était dur à imaginer, pour commencer, elle n'aurait pas eu peur des chevaux comme elle l'avait eu, et du coup elle ne se serais pas forcée à aller à l'écurie pour se faire mal etc etc. Du coup, Kosuké serais resté seul à l'écurie ce matin-là à faire ce qu'il voulais. En remontant un peu dans le temps, elle ne serait même pas venue à Émeraude, car normal dans ce monde voulais du coup, forcément dire sans pouvoirs magiques. Donc à l'âge de trois ans, presque quatre, elle serais encore chez elle, à apprendre ce que ses parents voulaient bien lui apprendre. Étant de simple villageois, ceux-ci lui avaient probablement décidé un destin bien différent. Et il se trouvait qu'à l'âge qu'elle avait présentement, elle serais en train de rôder dans le village, avec un garçon duquel elle se serais peut-être même épris! Et comme tout était possible, elle se dit que puisqu'elle était normale, il aurait peut-être aussi des sentiments pour elle. Et là l'image du garçon de l'autre fois, au bal, le premier cavalier de sa vie qu'elle avait eu, lui vint. Ça aurait pu être lui puisqu'il n'habitais évidemment pas le château! Puis Lyllianna se vit enfermée dans ce monde. Elle se voyait même plus tard, dans les bras d'un mari, les cheveux noirs et les yeux tout aussi bleus que ceux de son ami qui était là aujourd'hui pour la réconforter. Soi-disant. Non, elle n'était plus dans son rêve, elle ne pouvait pas vivre dedans non plus, peu importe ce qu'elle pouvait penser. Les yeux bleus qu'elle voyais étaient vraiment ceux de Koko. Aahhh, ce surnom qu'elle s'était tant attardée à décider si elle allais finir par le dire ou pas. Finalement il avait fallu que le prénomé Hayden le dise devant elle pour qu'elle se décide. C'était quand même un bon six mois après, alors que le jeune homme qu'était Kosuké avait déjà décidé de lui donner un surnom. Ou plusieurs du même style. Elle ne s'en rendait pas autant compte que ça au final. Le nom de Lyllianna s'était lentement transformé en Lylli, en Lyllia et en peut-être d'autres choses, au fur et à mesure que des gens différents entraient dans sa petite vie de petite fille.

Et ça, Drace ne le changerais pas, peu importe qui il était. Puis la petite écuyère réalisa à quel point il était important pour elle que Kosuké soit là, à quel point il lui fallait, pour vivre, ne pas vivre comme les autres. Puis une autre image lui vint, les cheveux noirs de son prétendant semi-imaginaire se changèrent en blond, quelques traits changèrent peut-être... Et elle pu voir sa vie avec peut-être, un ami comme Kosuké? Bien que ce n'était pas une mauvaise idée de marier quelqu'un de l'ordre... FALLAIS-T-IL VRAIMENT QUE SA MAUDITE TÊTE FASSE QUE ÇA AIT L'AIR D'ÊTRE AVEC SON MEILLEUR AMI!??!? Elle décida donc d'arrêter d'essayer de deviner le futur, c'était un peu troublant. En plus, elle était devenue toute rouge et avait perdu son sourire toujours en le regardant, comme rendue ébahie, un peu plus et elle regardais autour au cas ou une personne très suspecte lui ai donné ce drôle d'idée. Avait-elle pensé à bloquer ses pensées? L'idée que comme à son habitude il ait capté les plus fortes de ses pensées la fit avoir une teinte encore plus rouge que rose. Puis elle dut lui répondre, il devait bien attendre au moins ça le pauvre, elle ne faisait que réfléchir et essayer et tenter de lui faire avoir au moins un frisson.

- Tu sais que je t'aime?

Ce fut bien trop naturel et sérieux de sa part. Elle, une fillette qui avait tendance à se faire de vieux os, pour que ce soit d'une manière plus forte que de l'amitié. Il serais donc bien pour le pauvre Kosuké qu'il joue à l'intelligent, comme si ce n'était pas difficile pour lui, et qu'il s'en rende compte, car il n'y eu dans ces paroles, aucune arrière-pensée(En fait, si, l'image de son futur avec Kosuké comme mari lui trottais encore dans la tête). Bref, elle le lui avait dit comme elle aurait toujours voulu le dire à ses amis, mais elle était souvent trop gênée. Pourquoi était-elle si différente qu'elle-même plus jeune? Des fois, elle n'arrivais pas à croire qu'elle ait déjà été téméraire, le moindrement.

- Kosuké? T'étais comment plus jeune?

C'est bien vrai ça. Comment était-il plus jeune? Pourquoi se sentais-t-elle obligée de lui poser ça comme question là? Mais elle voulais pourtant connaître son caractère, ce qu'il préférait faire... Avait-il toujours été un tel ange? Ou peut-être avait-il été comme elle? Peut-être pas. Il y avait tellement de possibilités. Lui avait-elle déjà posé ce genre de question? C'était probable. Et encore, il se pouvait qu'il ne lui réponde jamais la même chose, ça dépendais comment il pouvait percevoir la question. Et cette fois, comment allais-t-il réagir? Et un jour, ce serais à Lylli de raconter son passé bien que plate?

[HJ: Ouais, revoilà déjà la Lyllia pleine de vie >
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Mar 09 Mar 2010, 18:38

Elle descendit tranquillement du rocher, puis se dirigea vers la rivière d'un pas lent. L'adolescent ne la quitta pas du regard. Peut-être qu'elle pouvait sentir les yeux de son ami qui suivaient chacun de ses mouvements ou peut-être pas, car après tout, ceux-ci n'étaient guère hostiles et ce n'étaient que de la douceur et du calme que l'on pouvait percevoir dans les yeux dorés du jeune homme blond. Donc bref, ce regard ne pesait que plume et si on le sentait, ce n'était guère négatif. Le jeune dieu suivait chaque gestes de Lyllianna, s'attardant sur les reflets orangés de ses cheveux, passant par sa délicate nuque, tout en poursuivant en longeant chaque forme de sa silhouette, en suivants les mouvements de cette que cette dernière effectuait souvent lentement. Ne serait que les bras qui se tendaient pour se plonger dans l'eau glacé. Rien n'échappait à Kosuké qui pourtant, restait assis sur la pierre. L'écuyère se releva en gardant ses mains en cuillère, de manière à ce que l'eau reste un peu dans ce dernières. L'adolescent la regarda se rapprocher d'un pas las, sans nullement effectuer de gestes plongeant uniquement ses yeux dans ceux de Lylli. Lylli. Voilà longtemps qu'il l'avait rebaptisé ainsi. Déjà que c'était plus rapide, c'était aussi plus mignon. Quoi que bien sur, Lyllianna était déjà un bien joli non et Koko n'oserait jamais témoigner du contraire, surtout qu'il ne le pensait pas. En tout cas. Il continuait de regarder l'adolescente s'approcher de lui. Il aurait apprécié savoir à quoi elle pensait, mais il n'osait s'aventurer dans l'esprit de la fille qu'il aimait. Bien que rongé par la curiosité, c'est qu'il comme s'il craignait de savoir ce ;à quoi elle pensait. Même si ce dernier détail n'était que tr;es mineur, mais mélangé au fait qu'il ne souhaitait pas violé l'intimité de son amie, cela suffisait largement à le convaincre de ne pas se servir de ses facultés magiques. Si elle avait quelque chose à lui dire, elle choisirait de le dire et ce ne serait pas lui qui lui soutirerait des informations personnelles.

Lyllianna s'arrêta finalement en face de lui. Elle s'approcha encore un peu, puis leva ses mains vers le visage de l'écuyer de Curtis. Au contact de ses mains sur ses joues, il frissonna un peu. Elles étaient absolument glacées, ces mains là. Mais ce n'.tait pas juste ça qui l'avait fait frissonner; le visage de l'écuyère était rendu également proche du sien. Le cœur de Kosuké battait un peu plus vite qu'à l'ordinaire. Il faillit poser sa main sur celle de Lylli pour réchauffer cette dernière, mais pour la énième fois, il se retint, car ce geste même s'il était animé par les meilleures intentions qu'ils soient, aurait été probablement déplacé. C'est plutôt frustrant de devoir toujours se retenir. Vivement le jour, si celui-ci existe, où il pourra agir sans avoir peur de la blesser d'une quelqu'onc manière, ni la choquer.

Kosuké sentit une goutte d'eau glacé qui coulait le long de son cou. Il n'en fit guère attention, bien que son corps réagit d'un nouveau léger frisson. Seul les deux émeraudes devant lui lui importaient vraiment. Le corps mortel ayant l'habitude de perde de la chaleur là où un contact froid se produit, le dieu du temps sentait que les mains de Lylli se réchauffait en lui prenant un peu de sa chaleur à lui. D'une certaine manière, l'adolescent avait lui aussi chaud, malgré ces mains froides. Son satané coeur battait trop vite, pompant le sang rapidement, rendait le corps entier de l'écuyer plutôt chaud, et celui-ci songea même au fait que ses joues étaient surement un peu plus rosé que d'habitude. La fille rousse retira ses mains de sur Kosuké et un petit sourire fendit les lèvres de ce dernier, pendant que son amie se retournait. Il cru apercevoir l'ombre d'un sourire sur le mignon visage de Lylli, mais ça avait été si rapide qu'il n'était sur de rien, surtout qu'elle s'était retournée trop vite pour qu'il puisse voir quoi que ce soit de concret. Il ne pu s'empêcher de passer une minuscule fraction de seconde dans la tête de l'adolescent, juste pour s'assurer qu'elle avait cesser de penser à Elthor. Sans savoir exactement à quoi elle songeait, il remarqua avec soulagement que la mort du roi d'Émeraude s'effleurait même pas son esprit.

Puis soudainement, la jeune fille se retourna. Un magnifique sourire éclairait son visage, la rendant si ravissante que le cœur de l'écuyer fit un petit bond dans sa poitrine. Le soleil à présent dénudé de tous nuages réchauffait de ses rayons bienveillants les deux adolescent ici présents. Quand même, ce qui lui procurait le plus de chaleur, c'était de voir le radieux visage de la fille qu'il aimait. Il répondit au sourire ce cette dernière, par un même sourire, amusé mais toujours très doux. Il avait déjà aperçu auparavant que la fille n'appréciait pas toujours quand il souriait de manière moqueuse. Auparavant, il le faisait plus souvent et l'arrogance le caractérisait bien lorsqu'il rouspétait à quelqu'un. Maintenant, sans doute par maturité, il se retenait et gardait son ton sarcastique dans sa tête. Bien sur, nombreuses étaient les personnes qui n'avaient jamais connu un tel Kosuké. Même certain qui l'avait rencontré plus jeune pourrait accidentellement le qualifié de petit ange. Oh dieu que ces personnes se trompaient. Pendant les cinq premières années de sa vie, lorsqu'il était au panthéon céleste, aucun dieu de ne pouvait le supporter. Il était un vrai petit monstre qui mettait littéralement la pagaille partout. Ces années étaient bien loin derrière à présent. Le jeune homme avait changé pour plusieurs raisons. D'une certaine manière, il se demandait si le fait qu'il soit amoureux modifiait son comportement, outre le fait qu'il soit plus régulièrement perdu dans ses pensées. Tout compte fait, c'était peut-être juste le sourire qui avait changé à cause d'elle niveau pensée, c'était bien sur plus axé sur cette fille également. Elle qui présentement, ne cessait toujours pas de sourire. La tentation de lire ses pensées étaient si forte! Notamment quand une lueur rieuse passa dans ses yeux. C'était si, si tentant! Juste un peu..Non >
Puis elle parla. Sur le coup, Koko ne pensa plus vraiment. Il y avait un point d'interrogation géant dans sa tête. Ce ne fut guère long, peut-être seulement quelques secondes, avant qu'il comprenne qu'avec le ton qu'elle avait employé, la jeune fille n'avait rien dit de sérieux. Si on aurait dit un jour au jeune homme que cette scène allait se produire, il se serait attendu à être déçu, mais ce ne fut étonnement pas le cas. Même s'il savait que ce n'était pas dans le sens qu'il l'entendait, il était heureux de constater qu'au moins, elle tenait à lui, même si ce n'était que pour lui dire ça en ami. Autant se dire que c'est mieux que rien, après tout. Sans retenir un petit rire, il déclara à son tour d'un ton qui n'avait rien d'officiel, mais qui restait bien sur joyeux et sympathique:

- Moi aussi je t'aime Lylli.

Pour Koko, il ne considérait même pas lui-même que c'était une déclaration officiel. Ici, cela voulait simplement dire « moi aussi je t,apprécie vraiment Lylli » et non pas « Je mourrai pour toi », même si dans un sens, ce dernier passage restait véridique. Il protégerait, s'il le fallait, son amour jusqu'à en mourir. Sur ces pensées, qui bien sûr, il bloquaient, il entendit une fois de plus les paroles de la jeune fille. Elle lui demandait à quoi il ressemblait plus jeune. La question prit le demi-pardusse plutôt de court. Heu...C'était vraiment bon à dire qu'il se faisait détester par tout le monde parce qu'il ne cessait ses conneries incessantes? Il eut un sourire tout en fermant légèrement les yeux pendant quelques secondes.

- Hmmm...si tu veux vraiment savoir, j'étais un vrai monstre...

Esquissant un sourire amusé, il poursuivit.

- Je n'ai jamais vraiment bien connu ma mère, et mon père encore moins. Donc côté famille, c'était plutôt moyen, j'errai un peu partout. Pendant le cours moment où je fréquentais ma mère, je me souviens que j'avais un frère. Un frère jumeau pour tout dire. Il est mort ça fait un bail.

Continua-t-il avec un petit sourire un peu plus triste. Il n'avait pas vraiment eu le temps de connaître Eiden et ignorait comment il était réellement mort. C'était les dieux qui lui avaient annoncé sa mort, et à l'époque il n'avait pas posé de question.

- M'enfin bref, je causais des problèmes à absolument tout le monde car malgré le fait que j'étais petit, je savais en faire, des grandes bêtises. Donc personne ne voulait réellement de moi.

Si cette dernière phrase aurait pu être triste, Kosuké, au contraire, l'avait prononcé d'un ton joyeux avec un grand sourire en se rappelant tous les dieux qui venaient sans cesse se plaindre de ce petit bout qui n'écoutait personne, qui ne travaillait pas du tout et qui se contentait de mettre sans dessus-dessous chaque pièces.

- Techniquement, c'est à cause de Hayden et de.... Que je suis arrivé ici...En tout cas, tout ceci n'est pas très pertinent...

Aie, super subtile le mec ><. Il allait rajouter « Drace », mais ç'aurait probablement été assez mal prit. L'hésitation avait été flagrante et le jeune homme espérait que ça n'avait pas « trop » été apparent. Car effectivement, c'était parti de ce sorcier, qui lui avait enlevé son immortalité, qu'il était maintenant sur Enkidiev et au château d'Émeraude par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Lun 15 Mar 2010, 18:17

- Moi aussi je t'aime Lylli.

Ces paroles lui firent un peu de bien en étant si joyeuses en apparence. Même si elle avait deviné que d'une quelconque façon, il lui retournerais ses paroles, on aurais dit que c'était différent de ce qu'elle était allée s'imaginer. C'était... mieux. Il n'y avais rien d'autre à faire que de l'écouter en plus. Aujourd'hui, elle aurais tout donné pour ne faire rien d'autre du tout. Pourquoi avait-elle changé d'avis? Un peu plus tôt elle avait eu envie de retourner se coucher ou de juste, tomber endormie sur le rocher où elle s'était couchée. Elle était bien là, à l'instant, tandis que le soleil bronzais sa peau trop pâle à un rythme tellement ralentit que cela ne paraîtrais jamais d'une autre façon que par un beau coup de soleil. Quand cela arrivais, l'impression donnée était que l'écuyer rougissais sans cesse. Oui, bien entendu que ses joues étaient plus chaudes qu'à l'habitude, comme quand elle rougissait vraiment, mais au point de brûler sa peau fragile, elle trouvais ça un peu trop. Et elle se voyais souvent obligée d'appliquer des compresses d'eau fraîche pour calmer l'effet de brûlure constante qu'elle éprouvais. Mais aujourd'hui, elle consacrerais bien son visage à un coup de soleil. Juste pour écouter Kosuké parler. Surtout qu'il lui parlais enfin de sa jeunesse.

En tout cas, ça elle ne s'y serais jamais attendue. En fait si, un peu. Lui? Un monstre? Même la petite rousse n'avais pas toujours été très sage dans ses plus jeunes années. Toujours être sur la limite pour arriver en classe ou faire des balades à des places où elle n'était pas certaine du tout qu'elle avait le droit d'aller. En tout cas lui, avec le sourire qu'il affichais, il avait l'air de se réjouir de quelque chose. Soit que c'était l'expression un peu en train de le reprocher de ne pas avoir été sage, mélangé au même amusement que Koko sentais de Lyllianna qui lui faisait avoir cette expression, mais on ne la loupais pas. Peut-être que ça lui plaisait de revivre intérieurement ces moments, se réjouissant de se souvenir à qui ce comportement avait « profité », ou tout simplement, de les partager un peu. Aurais-t-il eu la même expression s'il avait raconté cela à quelqu'un d'autre? Aucune importance. Elle l'écouta continuer. Ne pas connaître ses parents, ce n'était pas trop pire, elle dût admettre, puis elle s'imagina elle-même avoir une jumelle ou un jumeau qui avait du périr pour une raison peut-être inconnue. Aussi, le sourire de son ami changea. Ses yeux aidèrent surtout l'expression à être plus triste. Pourtant, la rousse gardais un visage serein, où l'ombre d'une sourire se cachais. Peu importe ce qu'il lui raconterais, elle était contente qu'il lui parle enfin un peu de lui. Elle ne s'était pas vraiment rendue compte jusqu'à ce jour qu'elle ne le connaissais pas mieux que cela, mais qu'elle se permettais de lui donner le titre de meilleur ami! Bref, un pas à la fois ce n'était pas comme si c'était réciproque, puisqu'il avait Hayden. Continuant, il ajouta que ça faisait un bail, selon ses paroles, donc cela datait de nombreuses années, même avant qu'elle ne le rencontre. Même si cela se trouvais à être évident. Parce que sinon, des changements bien plus évidents seraient visibles à l'écuyer qu'elle était. Toujours en continuant, il dit qu'on ne voulais pas de lui. Et encore là, si ça aurais du ne pas être très joyeux, voir triste, mais comme une petite fille différente, elle pouvais voir le bon côté, et se dire que peu importe où il habitais, si on l'avais rejeté, c'est ce qui l'avais permis de le rencontrer. En secret, elle en remercia un peu les dieux. Bien qu'elle ne priait pas vraiment très souvent. En plus, elle pu constater que son sourire qui était triste un peu avant, était devenu plutôt radieux, insistant Lyllia a se poser des questions silencieuses. Dans le genre de... quel genre de grandes bêtises pouvait-il commettre? Donc c'était grâce à Hayden qu'il était ici. Elle s'y était un peu attendue, contrairement à une grande partie du reste du court récit de son enfance. Peu importe, lui, elle ne le remercierais pas. Mais, et de qui? Il avait vraiment coupé sec juste là, continuant sa phrase comme s'il l'avais dite. Cela voulais clairement dire qu'il y avait un autre bout d'histoire derrière cela. Pourquoi l'impression qu'il voulais à tout prix le lui cacher la tiraillais?

Elle laissa tomber. Il avait ses raisons et elle était plutôt habituée à ce qu'il omette de lui donner les détails. Elle avait bien aimé regarder les différentes expressions se succéder sur son visage. Si l'on regardais cela sans rien entendre, on jurerais qu'il était peut-être un peu fou? Ou au contraire, il serais très convenable qu'en disant autant de choses, plusieurs expressions fassent leur apparition.

- Mééééé!! Bien sur que c'est pertinant!

Son sourire avais fendu ses lèvres, bien qu'elle était légèrement déçue qu'il ait déjà terminé. Pas question de le montrer. Elle lui pris les deux mains des siennes encore refroidies par l'air ambiant (elles avaient le réflèxe de faire cela) Avec un joli sourire. Sur l'inspiration du moment, elle ne sur pas quoi dire. Elle le regardais avec un genre d'expression qui disais « de quoi tu parlais quand tu as coupé au milieu de la phraaase? » Mais ne disais rien et n'attendais aucune réponse. Elle plongea à nouveau ce regard assez content de lui-même dans les yeux plus dorés que d'habitude du garçon (ce devais être à cause de la chaude température et du soleil de moins en moins couvert par les nuages). Que dire? Surement que son sourire suffirais, mais au bout de quelques secondes de silence, alors qu'il semblais qu'elle préparais ce qu'elle allais dire, elle s'exclama quasiment:

- Je suis très contente que tu m'ai tout dit ça!

Elle garda les mains de Koko dans les siennes parce qu'elle ne trouva aucune raison à les lâcher pour l'instant. Elle aurais pu le faire par prétexte qu'elle voulais faire autre chose ou qu'elle voulais faire les cent pas, mais c'était ridicule! Ce n'était pas une assez bonne raison maintenant pour qu'elle le fasse. Les muscles de son visage se détendirent progressivement en laissant place à une presque moue, parce qu'à quoi d'autre ressemble un visage détendu? M'enfin, selon elle c'était l'expression qu'elle affichait. Ses yeux toujours plongés dans ceux de l'adolescent devant elle, elle recommença à sentir son cœur battre un peu plus vite. Elle trouvais cela tellement curieux qu'elle pencha légèrement la tête sur le côté. Ah? Tiens, réflèxe... Elle cessa de penser. Enfin, presque. Ce n'était pas la première fois qu'elle se sentais comme cela, en face de lui. Pourtant, elle ne laissa pas ce sentiment gagner contre elle, car il lui était inconnu et ce n'était pas une chose qu'elle appréciais. Elle laissa ses mains avant qu'il la trouve étrange. Elle baissa aussi les yeux, mais ne se retourna pas. Pas encore une fois. Elle pouvais bien au moins rester devant lui. Comme il était mentionné, elle n'avais trouvé rien d'autre à faire aujourd'hui selon ses souvenirs, car il y avait une telle commotion... Un autre nuage passa enfin devant le soleil qui était resté à découvert depuis un bon moment. L'action du vent tout innocent poussant les nuages fit passer une autre brise dans les cheveux des adolescents qui restaient maintenant silencieux en même temps d'emporter la légèreté qui avait saisi Lyllianna un instant plus tôt. Ça ne faisais qu'une vingtaines de minutes qu'ils étaient là tous les deux, et même si cela ne passais pas très vite, c'était certain que ce n'était pas assez pour la satisfaire. Mais que pouvaient-ils inventer comme raison de rester là tous les deux? S'il était venu la réconforter, il avait ce qu'il voulais, déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Dim 28 Mar 2010, 17:20

( Watch out, poste absolument riquiqui et pas beau xD...en tout cas, si tu veux, on peut le finir rapidement Bla bla)

Elle avait l'air si joyeuse. Le soleil semblait suivre les émotion de la jeune fille, car il éblouissait de milles feux les alentours. Elle était si mignonne...non, pas uniquement cela. Elle était belle. Peu à peu, ses traits enfantins devenaient clairement ceux d'une adolescente et d'une jeune femme. Bientôt, ce serait ceux d'une femme. Le temps passait si vite. Le temps. Le temps. Il pouvait le contrôler non? Mais depuis combien de temps ne l,avait-il pas fait? Oh, bien sur, il l,arrêtait de temps à autre, ne serait-ce que pour dormir plus longtemps ( d'ailleurs, en parlant de cela, ce n'était pas une manœuvre particulièrement efficace car cela l'épuisait d,arrêter le temps..ce qui devenait un peu équivalent). Pour ce qui était de reculer ou avancer le temps, il ne l'avait pas du tout fait récemment. Il n,en avait pas ressentit le besoin. Il avait l'impression que le temps présent était précieux. L'adolescent ne souhaitait plus avancer le temps. Ce serait du gaspillage. Toutes ces rencontres dont il ne pourrait pas pleinement profiter, n'ayant qu'un flou souvenir de ces dernières..Mais surtout, la raison principale était que pour lui, les moments passés avec Lyllianna étaient les plus importants et s'il les passait vite, il n'en profitait pas, ou les oubliait par mégarde. Bref, ç,aurait été stupide de grimper sur la ligne du temps. Même si techniquement, son entraînement aurait peut-être passé plus rapidement...il se refusait à lui même d'utiliser son pouvoir. Enfin... C'est en voyant le visage craquant de l'écuyère qu'il savait qu'il faisait le bon choix en boycottant son pouvoir.

Lorsque Kosuké cessa de parler, elle s'était écrié qu'au contraire, c'était bien pertinent. Le jeune homme sourit à la réaction de son amie. Lui, il n'avait jamais vraiment considérer que son histoire était intéressante, bien qu'il devait s'avouer qu'elle n'était pas vraiment ordinaire. En tout cas, ce qui le soulageait, c'était qu'elle n'avait pas poser de question auxquels il n'aurait probablement pas pu répondre. C'était loin d'être sa faute! La dernière fois qu'il avait essayer de lui dire la vérité, le dieu du son L'avait menacer de le rendre muet à jamais, ce qui l'aurait nécessairement un peu embêter...Ainsi donc, il avait été obliger de reculer le temps en disant que quelque chose l'empêchait de dire quoi que ce soit. Probablement qu'elle ne l'avait pas cru à cet instant, mais en tout cas, elle semblait l'avoir oublier à présent, car cela faisait quelques années que ça avait eu lieu...

La fille prit les mains de Koko dans les siennes. Celui-ci fut un peu surpris, mais il l'avait déjà vu faire ça maintes fois, donc il ne fit ce cela n'avait rien d'anormal. Celle qu'il aimait fixa ses yeux dans les siens. Ils pétillaient tant! Un peu comme des feux d'artifices verts...Tout aussi captivant en tout cas. Ni l'un ni l'autre ne détournait le regard. Du pouce, l'adolescent blond effleura les doigts froid de son amie. Il arrêta aussitôt son geste, craignant qu'il ne soit mal prit ou qu'il embarrasse la jeune fille. Mais elle ne sembla pas y prêter attention, car elle changea de mimique pour un regard qui remplaçait les paroles qu,elle aurait pu dire pour poser des questions sur ce qu'avait dit Kosuké. Celui-ci se sentit un peu mal pendant un instant de ne rien pouvoir dire, mais il n'y laissa rien paraître. Il se contenta de contempler le sourire de Lyllianna, laissant son cœur fondre et palpiter autant que ce dernier le voudrait.

Finalement, elle s'exclama qu'elle était vraiment contente qu'il lui ai raconter cela. Le blondin sourit, amusé. Pour lui, ça n'avait rien été. Si elle était contente pour si peu, tant mieux alors. Le silence perdura. Les traits de l'adolescente fondirent tranquillement pour laisser place à un visage détendu et paisible. Elle semblait penser. Sa tête se pencha légèrement sur le côté, comme si elle était intriguée par quelque chose. Koko ne fit pas de commentaires. Si elle pensait, autant la laisser penser. Encore une fois, il aurait voulu voir ce qu'elle pensait, ou au moins sentir ce qu'elle ressentait, mais il ne fit rien de cela. Il se contentait de regarder Lylli, d'un œil doux et teinté de curiosité.

Quoi qu'elle pensa, elle retira ses mains de celle de son ami, et ce dernier sentit un vide dans les siennes lorsqu'elle effectua ce geste. Comme si ses mains en redemandait. Il lui semblait avoir besoin du contact de cette fille. Il n'alla pas reprendre ses mains, mais se dit qu'il ne tarderait pas en lui en prendre une au moins. Lylli détourna également les yeux, au moment où Kosuké faisait de même, en posant son regard doré vers le nuage qui venait de cacher le soleil. Il lui semblait plutôt gros et serait peut-être long à passer. Un petit vent se mis à souffler légèrement, ébouriffant encore plus les cheveux de l'adolescent, qui l'étaient déjà beaucoup. Celui-ci passa rapidement une main dans ces dernier, espérant peut-être remettre un peu d'ordre, mais sans succès.

Il reposa son regard sur la rivière. Depuis qu'il possédait le pouvoir d'un élémentaire d'eau, il se sentait particulièrement proche de cet élément. Il esquissa un petit sourire un tendant la main vers le dit ruisseau. Un filet d'eau se dirigea avec lenteur vers la main de l'écuyer, pour former une boule d'eau parfaitement uniforme, juste en suspension au dessus de la paume de l'adolescent. La faisant monter légèrement, il la mis face au soleil qu'un nuage avait dégagé pendant un instant. Fermant le poing, l'eau contenu dans la sphère éclata en gouttelettes minuscules. Arrêtant les mouvements de ces dernières, ont pouvaient voir sur elles, un arc-en-ciel magnifique, où tous les couleurs rayonnaient.

Un autre nuage s'apprêtait à passer devant le soleil, lorsque Kosuké remarqua ceux qui arrivaient au loin. Des plus gros, plus gris, presque noirs, s'en venaient vers eux. Ce ne serait donc pas la journée agréable à l'extérieur qu'il avait espéré. Reconduisant tranquillement l'eau jusqu'au ruisseau, il posa finalement les yeux sur Lylli, puis lui pointa les nuages.

-Apparemment, le temps va se couvrir bientôt...on a le choix, soit on rentre, soit on reste à la pluie...

Kosuké sourit, puis eu une petite révélation en se disant qu'il pourrait surement faire une espèce de parapluie naturel en usant de ses pouvoirs d'élémentaire d'eau qui lui avaient été confié par l'intermédiaire de ce collier en forme de triskel qu'il portait toujours au cou...Enfin bref, ce serait Lylli qui déciderait. Il la suivrait où qu'elle aille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli] Dim 28 Mar 2010, 20:46

Est ce que la pluie dérangeait Lyllianna? C'était bien un élément comme un autre, tout aussi efficace que le feu, mais moins dangereux dépendant de comment on l'utilisais. L'eau servais à tellement de choses, Lyllianna en était plus reconnaissante, et elle serais bien restée à l'extérieur malgré les avertissements de la nature et de l'écuyer blond, mais cela seulement s'il n'avais pas commencé à faire plus froid. Cet écuyer blond en question contrôlais aussi cet élément, comme elle contrôlais l'électricité de son mieux depuis qu'elle avait compris que c'était son « élément ». Le vent soufflais toujours, n'aidant pas à cette situation, mais cette fois, il ne semblais pas vouloir stopper, en plus. Et comme Kosuké le lui avait pointé juste un peu plus tôt, des nuages beaucoup plus épais et foncés arrivaient, avançant au même rythme que la brise qui s'était graduellement transformée en vent plus puissant. Le vent aussi pouvais se montrer dangereux parfois...

Les nuages arrivèrent plus vite que n'importe qui ne l'aurais cru, pour la vitesse avec laquelle le vent fouettais leurs visages. Et pourtant, elle restais silencieuse. Refusant de donner une réponse au jeune homme qui se tenais devant elle, et qui lui était si fidèle depuis longtemps maintenant, autant qu'elle lui était fidèle à lui. En fait, si elle y réfléchissais bien, c'était environs à ce temps de l'année qu'ils s'étaient rencontrés des années plus tôt, alors qu'ils venaient d'être attribués tous les deux. Une goutte lui tomba sur les cheveux. La faisant enfin réagir. Soudainement réveillée, Elle remarqua qu'il pleuvait déjà. En fait, la pluie n'était pas venue graduellement, elle s'était formée au loin, et il aurais été facile de regarder cette chute s'approcher. Pourtant, elle ne l'avais pas seulement pas vue, elle n'aurais même pas cherché à la fuir, cette averse. Ils étaient tous les deux trempés à cause d'elle cette fois. Comme toujours.

Finalement, presque trempée jusqu'aux os, elle lui tendis la main. Regagnant son sourire habituel, replongeant aussi ses yeux émeraude dans les yeux dorés de son meilleur ami. Si ce ne fut pas lui qui la saisit, ce fut elle. De sa main toujours et à jamais froide, celle de son ami lui parut chaude. Brûlante. Même sous la pluie. Mouillés tous les deux, ils auraient du courir pour entrer au château. Mais en sens contraire, puisqu'ils étaient déjà tous les deux très trempés, valais mieux être prudent et éviter de glisser dans la boue qui se formait. Comme raison de le tenir par la main, elle le trainais derrière lui, faisant bien attention de marcher plus vite que lui si jamais il la rattrapais, pour encore avoir l'impression d'avoir une raison de lui tenir la main. Elle la tint plus serrée, en la sentant glisser à cause de l'eau qui voulais les séparer de sa matière qui pouvais se glisser n'importe où, toujours en faisant attention de ne pas lui faire de mal. Bien que quelque chose comme ça l'aurais étonné.

Quand ils furent près de l'entrée, ils coururent le dernier dix mètres alors que Lyllianna riais d'être autant mouillée sans même être entrée dans un bain. Mais elle réalisa aussi avoir froid et se dirigea vers les bains qui étaient fermés à cette heure. Tenant toujours la main de son ami aussi fermement. Peut-être se posa-t-il des questions en reconnaissant la direction où elle allais, en plus de remarquer qu'elle ne le laissais pas aller, mais ce n'était pas plus grave. Là-bas, il y avais des serviettes, et ils pourraient au moins se sécher. Marchant au travers des corridors, comptant ses pas parce qu'elle n'avais rien d'autre à faire, aux yeux des servantes et enfants qui passaient çà et là, elle avais un air préoccupé sur le visage. Ce qui était normal, puisqu'aujourd'hui, le roi était mort et le message avait passé qu'une fille rousse avait trouvé le corps détruit du souverain. Mais par la seule présence de son ami, elle avais oublié cela. Mais l'écuyer ne les écoutais pas faire de commentaires, et ne faisais même pas attention à ne pas mouiller le plancher du château au déplaisir des femmes de ménage qui devraient s'en occuper. Puis ils arrivèrent, répondant certainement aux doutes de Kosuké. Mais en lâchant la main de Koko, elle n'alla que chercher deux ou trois serviettes. Elle revint vers lui en silence. Ils n'avaient plus rien à dire. L'écuyère rousse en garda une dans ses mains, posant deux autres serviettes à leurs côtés, elle invita son ami à s'asseoir sur une chaise. Et s'il ne voulu pas, elle le força à le faire, insistant sur le fait qu'il était mouillé à cause d'elle, et que c'était son travail de le sécher.

- Allez! Assied-toi!!

La serviette entre ses deux mains, elle commença par sécher les cheveux de l'adolescent. Elle faisais très attention à ne pas lui faire mal, frictionnant gentiment sa tête d'une façon presque maternelle. Quand ils furent assez sèches à son goût, et qu'ils ne dégoutèrent plus sur les épaules de son ami aux yeux d'or, elle essuya aussi les épaules plutôt musclées à son goût de Kosuké. Puis elle se plaça devant lui, se pencha, et lui épongea le visage, le forçant à fermer les yeux et plisser son joli visage à quelques reprises, la faisant rire, mais pas arrêter son manège jusqu'à ce que sa tête soit sèche au grand complet. Puis elle réalisa qu'elle-même était encore dégoutante, mais que la serviette était très mouillée, puisque son ami gardais quand même ses cheveux longs, et que donc, l'eau s'y était imbibé. Mais il était plus beau avec des cheveux encadrant son visage, donc ce n'était pas un problème. Elle en pris une autre et recommença les mêmes gestes avec elle-même, sous la supervision de Koko, à qui elle jetais des regards amusés de temps en temps. Puis quand elle eût terminé, elle se dirigea vers lui qui était toujours assis et lui repris la main pour « l'aider » à se relever. Mais elle lâcha ensuite sa main.

- Mééé!? Ta main est encore toute mouillée!

Ce qui était à moitié vrai à moitié faux. Elle lui lança la troisième serviette, lui proposant ainsi de se sécher les mains lui-même. Se demandant pourquoi elles n'avaient pas séché. Ou simplement pourquoi il ne les avaient pas séchées. Mais en fait, avec ces vêtements mouillés, il n'aurais pu que les poser sur ses vêtements pour qu'elles redeviennent trempées. Alors elle décida qu'ils allaient se séparer pour aller se changer, puis se retrouver ailleurs. Ils décidèrent ensemble de cette place, qui allais bien entendu être à l'intérieur du château vu la température extérieure, concluant qu'ils pourraient aller manger, ils allaient se retrouver près de la cuisine.

[HRP: Je conclus ainsi, moi non plus mon poste n'est pas mon meilleur, mais je me suis amusée à inventer une partie de la journée qu'on a passés! =) J'espère qu'elle te plais! oO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli]

Revenir en haut Aller en bas

Où la rivière coule sereine contrairement aux pensées[Lylli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-