___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Quand la magie opère [ Pv: Naryaa ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Quand la magie opère [ Pv: Naryaa ] Sam 16 Jan 2010, 19:16

Après plusieurs jours de marche à travers les vastes et luxuriantes terres des Royaumes de Rubis et de Jade, Ella atteignit enfin les territoires d'Emeraude, la destination qu'elle s'était fixée. Ce qu'elle espérait y trouver, la jeune magicienne l'ignorait encore, mais son intuition l'avait conduit dans ce Royaume central du continent d'Enkidiev qui abritait les légendaires Chevaliers d'Emeraude. Pour une fillette ayant grandit au coeur des champs en pleine campagne, dans un minuscule village dans un coin isolé du royaume de Diamant, près de la frontière, il n'était guère surprenant qu'elle aspire à découvrir de nouvelles horizons. Quant aux célèbres chevaliers, leur réputation les précédait jusqu'au recoin du continent oubliés des Dieux.

Au cours de son enseignement chez le magicien qui lui servit de maître, Ella avait souvent rêvée elle aussi de chevaucher aux côtés de ses vaillants combattant en Armure sertie d'émeraude lorsqu'il lui avait récité ses histoires. Bien évidemment, elle était déjà trop âgée pour devenir l'une des leurs et au fond, la jeune fille savait bien que son destin n'était pas de devenir une combattante, non elle leur enviait seulement leur prestige, elle qui n'était qu'une fille de paysan avec d'abominables pouvoirs. Elle n'avait jamais eu sa place là d'où elle venait, ces gens la haïssait, sans doute à raison, peut être par ignorance et crainte. Toujours est il qu'elle ne conservait que rancoeur à leur égard. La vengeance était malsaine, son maître le lui avait enseigné, mais on ne lui pouvait lui demandé de porter dans son coeur des gens l'ayant autant fait souffrir.. Enfin.. à quoi bon ressasser ce passé, il était derrière elle, loin derrière.

La jeune femme pleine d'assurance et de détermination qu'elle était devenue, n'avait plus rien de commun avec la fillette d'antan, craintive et prostrée, si ce n'est les mêmes yeux émeraudes et cette chevelure d'un rouge sombre qui la rendait si différente de ses autres enfants aux cheveux bruns ou blonds. La marche l'avait épuisée. Ella n'avait définitivement pas les moyens de s'offrir un cheval, ni même un âne ou un mulot, il ne restait dans sa besace que quelques maigres provisions récoltées au dernier village ou elle était passée et sa gourde était vide. Heureusement, la jeune femme ne tarda pas à atteindre le grand village d'Emeraude, situé non loin du château. Là bas, elle y comptait bien, elle pourrait enfin repartir de zéro et menait une tout autre existence. D'ailleurs, il faudrait qu'elle trouve un moyen de rendre quelques services, il fallait dire que les quelques pièces d'or qui lui restaient seraient vite épuisées sinon.

Evidemment, elle pouvait toujours ce servir de ses dons pour survivre mais voler et piller n'était pas la meilleure des solutions et ce ne serait pas vraiment rendre honneur à l'enseignement de son maître. Ella n'avait rien d'une fille sage et disciplinée, loin de là, son caractère était plutôt du genre explosif dira t-on, l'un de ses plus gros soucis d'ailleurs, et elle n'en avait toujours fait qu'à sa tête, mais si ses pouvoirs avaient vocation à détruire tout ce qui était autour d'elle , la jeune femme était loin d'avoir un mauvais fond. Il aurait été sans doute plus aisé de posséder un pouvoir de guérison afin de rendre service et s'attirer des remerciements et des récompenses, mais comme son maître le lui avait dit, il fallait accepter les dons que la nature nous avait offert. D'ailleurs, quoi qu'elle en dise, Ella avait fini par apprendre à apprécier ses pouvoirs. C'était toujours amusant face à des brigands et autres bandits de grands chemin d'enflammer leurs affaires et d'effrayer leur chevaux par quelques explosions. Un spectacle toujours très satisfaisant de les voir s'enfuir pitoyablement, terrifié devant cette démonstration de sorcellerie comme ils disaient.


La magicienne passa devant les premières habitations, sa longue cape noire de voyage voletant derrière elle au rythme de ses pas. Certains tournaient la tête pour dévisager l'étrangère qu'elle était, surtout la couleur vive et peu commune de sa chevelure attirait l'attention, mais se reconcentraient bien vite sur leur tâche. Les gens dans ce pays semblaient bien plus ouverts qu'ailleurs. L'attention de la demoiselle fut retenue alors par un femmee en train de sermonner son fils.

- Tu n'as pas encore allumé ce feu ? Tu attends quoi ? Dépêche toi ! Fais moi brûler tout ça !
- Ce n'est pas ma faute, le bois est humide ! Ça ne prend pas .
- Je ne veux pas entendre tes excuses, débrouille toi !

La jeune femme esquissa un sourire songeant que lorsqu'elle avait cet âge, elle était plutôt confrontée au problème inverse, à savoir qu'elle allumait des feux sans arrêt involontairement. Ella s'approcha de l'enfant qui s'évertuait vainement à enflammer des brindilles, dans des tentatives de plus en plus rageuses et désespérées.

- Un coup de main ?

L'enfant de retourna surpris, d'être interrompu dans sa tâche et dévisagea cette étrangère qui se présentait à lui avec incrédulité et méfiance avant de décréter finalement:

- C'est inutile, impossible d'allumer un feu avec ça..
- Impossible n'est pas sorcier.

Répliqua Ella avec un sourire en coin en se concentrant sur l'amas de bois mort qui explosa aussitôt en une gerbe de flammes brûlantes.

- Un peu de magie peut aider.

Conclut la magicienne avec un clin d'oeil avant de tourner les talons pour poursuivre sa route. La rouquine s'éloigna de quelques pas dans la ruelle principale, quand son regard de jade se posa sur l'uniforme d'un vert scintillant arboré par une fillette en face d'elle, désignant l'appartenance à l'ordre des chevaliers ou apprentis chevaliers. L'enfant était penchée sur une vieil homme visiblement malade , sur lequel elle dirigeait les paumes de ses mains dégageant une aura lumineuse tandis que la magie opérait. La magicienne, immobile, cachée dans l'ombre d'une habitation, la regarda à l'oeuvre, sans un mot, autant fascinée que curieuse. Puis lorsque la guérison fut achevée, Ella s'avança vers la jeune fille et signala sa présence en prenant la parole.

- Tu possèdes un sacré don, les gens du village peuvent s'estimer chanceux d'un tel dévouement..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Quand la magie opère [ Pv: Naryaa ] Sam 23 Jan 2010, 08:33

Naryaa marchait tranquillement sur le petit chemin de terre qui menait au village d'Emeraude. Elle l'avait emprunté tant de fois qu'elle aurait pu fermer les yeux et quand même arriver à sa destination. Enfin, si par un quelconque malheur elle perdait ses pouvoirs magiques, puisque là, même si elle fermait les yeux, elle verrait aussi bien que si ils étaient ouverts. De toute façon, elle ne serait même pas étonnée si un tel évènement se produisait. Perdre ses pouvoirs lui semblait quelque chose d'assez anodin comparé à ce qu'elle avait vécu cette année... Quoi qu'elle fasse ou qu'elle pense, elle en revenait toujours à cette nuit là... Comme si sa vie s'était mise en pause et n'avait jamais repris depuis.

Cela c'était passé il y a presque un an déjà. Alors qu'elle n'était encore qu'une écuyère d'Emeraude comme tous les autres écuyers. Fière d'avoir été choisie pour devenir elle aussi quelques années plus tard un véritable chevalier d'Emeraude, d'avoir un maître qu'elle admirait et qui lui enseignait tout ce qu'elle savait. Cependant, tout cela lui avait été enlevé. En une nuit. Cette soirée là, la jeune elfe s'en rappelait parfaitement. Elle avait fini son entraînement avec son maître et elle était épuisée. Elle était rentrée au château avec son maître, alors que le jour tombait. Son maître, voyant bien son état, lui avait laissé le reste de la soirée libre. Elle lui avait juste dit de ne pas s'inquiéter si elle rentrait tard, elle allait juste dans la forêt faire un tour. L'écuyère avait acquiescé, sans se poser de question. Elle était aller dans son lit quasiment après le départ de son maître.

C'était après que tout s'était compliqué. En plein milieu de la nuit, elle s'était réveillée, brusquement, sans savoir pourquoi, avec un horrible mal de tête. Elle s'était tout simplement rendormie, pensant que c'était dû à son entraînement de la veille. Mais en se réveillant le matin, elle trouva que quelque chose n'allait pas. Mais quoi ? Déjà, elle s'en aperçu dès qu'elle ouvrit les yeux, le soleil était haut dans le ciel, ce qui indiquait qu'il devait être une heure proche de midi. Et jusqu'à présent, son maître ne l'avait jamais réveillé à une heure aussi tardive. Mais non, ce n'était même pas ça qui la dérangeait. C'était... autre chose. L'écuyère ressentait une sorte de vide en elle. Comme si elle avait perdu une partie de son corps. Ou plutôt de son esprit. Elle tenta alors de contacter son maître par son esprit pour s'assurer que ses pouvoirs étaient encore présents au cas où. Mais là surprise, elle ne tomba que sur du vide. Comme si son maître n'existait plus... Ou était trop loin pour l'entendre.

Sauf qu'elle n'avait jamais retrouvé son maître. Personne d'autre ne l'avait fait d'ailleurs. Son maître était officiellement "disparue". Mais Naryaa avait compris des choses qui s'était passées cette nuit là. Bien après, mais tout de même. Elle savait que le mal de tête qu'elle avait eu pendant la nuit n'était pas anodin. Elle savait qu'en fait elle avait ressenti la douleur que son maître avait à ce moment là. Elle ne savait par contre pas à cause de quoi. Ni pourquoi elle savait cela car sa théorie n'était fondée sur aucune preuve. La jeune elfe avait aussi compris que la disparition de son maître était un enlèvement. Elle n'avait en effet pas disparu sans raison. Même si les chevaliers adultes de l'Ordre faisait tout, ou avait tout fait plutôt, pour lui cacher, elle savait se qu'ils se murmuraient entre eux : Evaliyah, son maître, avait été enlevée par Drace, le pire ennemi des chevaliers.

Naryaa avait réagit à tous ces évènements en se repliant sur elle-même, en restant seule avec son chagrin. Le problème était que la plupart des personnes ne comprenaient pas vraiment pourquoi aujourd'hui encore, elle était si triste. Il est vrai qu'elle n'avait connu son maître que durant quelques semaines à peine, normalement pas assez de temps pour s'attacher vraiment à elle. Elle-même ne comprenait pas vraiment ses propres sentiments. De plus, c'était tout son entraînement d'écuyère qui s'était arrêté. Elle s'exerçait bien à l'arc de temps en temps, mais c'était tout. Evaliyah avait emporté avec elle son désir de devenir chevalier.

Cependant, cette situation s'était améliorée il y avait environ six mois. Un jour, elle était descendue au village d'Emeraude car elle avait besoin d'une huile spéciale qui lui permettait d'entretenir son arc. La femme qui lui avait vendu était une bavarde qui lui avait demandé son identité. Naryaa lui avait répondu qu'elle était une écuyère d'Emeraude. La femme avait l'air d'avoir entendu parlé des chevaliers d'Emeraude, car elle avait commencé à raconter tout ce qu'elle savait à ce sujet, comme si Naryaa n'était qu'une simple personne, qui elle n'en n'aurait jamais entendu parler de sa vie. A la fin de son long monologue, elle avait demandé à Naryaa si c'était vrai que les chevaliers étaient capables de guérir n'importe quelle blessure ou maladie. Naryaa avait hoché distraitement de la tête en espérant que la femme allait la laisser partir. Seulement ce n'était pas ce qui s'était passé : elle lui avait alors demandé si elle avait quelques minutes pour voir si elle pouvait faire quelque chose pour son fils, gravement malade, suite à une mauvaise chute sur la tête. Naryaa avait dit oui, et elle ne le regrettait pas. Elle avait non seulement guérit le fils, mais elle avait aussi acquit une sorte de réputation dans le village. En effet, la femme de la boutique s'était empressée de raconter ce qui s'était passé à d'autres personnes du village. Et quand, une semaine plus tard, elle était retournée au village, trois personnes l'attendaient pour lui demander de les aider.

La jeune elfe s'était vite rendue compte qu'elle aimait rendre service à ses gens et qu'en plus, cette activité lui permettait d'oublier tous ses soucis pendant quelques heures au moins. Ses débuts n'avaient tout de même pas été extrêmement faciles. En effet, elle devait souvent, et même encore maintenant, convaincre certaines personnes de se laisser soigner. En effet, des personnes étaient assez réticentes à se faire soigner avec de la magie, et d'autres étaient méfiantes, car Naryaa était encore très jeune, elle n'avait que 11 ans, alors même une gamine avec des pouvoirs magiques, ça reste une gamine disaient certaines personnes.
Elle se rendait maintenant deux à trois fois par semaines au village d'Emeraude.

Et ce jour là était un des jours qu'elle passait au village d'Emeraude. La jeune elfe avait revêtu son habit vert des écuyers d'Emeraude, comme ça, c'était plus simple pour les personnes de la repérer et de savoir qui elle était. Même si avec ses cheveux violets et ses oreilles pointues, elle était déjà très repérable ! Aujourd'hui, elle devait aller s'occuper prioritairement d'un vieil homme, qui était subitement tombé malade il y a quelques jours et dont elle avait promis à la fille de passer le voir bientôt. Elle se dirigea vers l'adresse indiquée par la fille de l'homme malade, se faufilant entre les maisons et les étalages des marchands. Après être passée dans la rue principale, elle tourna dans une petite ruelle. Naryaa repéra vite la maison du vieil homme car celui-ci se tenait devant la porte.

-Je suis la guérisseuse lança-t-elle à l'homme.
Il lui répondit par un bref hochement de la tête. Il ne paraissait vraiment pas en forme. Naryaa ne vit pas l'utilité d'attendre plus longtemps avant de voir de quel mal il était atteint. Elle demanda à l'homme d'étendre son bras et posa sa paume de main dessus. Après avoir localisé l'origine de la maladie, elle se prépara à lui donner de sa propre énergie vitale qui permettrait à son corps de se guérir par lui-même par la suite. De la lumière blanche sortit de sa paume. Au bout de quelques secondes, elle sentit qu'il y avait assez d'énergie comme ça, alors elle mit fin à l'opération magique. Le vieillard n'avait pas bougé.
-Voilà, lui dit-elle. Vous n'avez plus qu'à vous reposer pendant quelques jours.
L'homme la gratifia d'un sourire et rentra dans sa maison.
*Moi aussi j'aurais besoin de me reposer* songea Naryaa. En effet, réaliser une guérison magique n'était pas très reposant. Naryaa sentait que sa tête tournait.

L'elfe n'avait pas encore bougé qu'une voix retentit près d'elle, la faisant sursauter :
- Tu possèdes un sacré don, les gens du village peuvent s'estimer chanceux d'un tel dévouement..
Naryaa chercha la provenance de la voix. Avec surprise, elle vit devant elle une femme aux cheveux rouges sombres et un regard émeraude, qui fascina tout de suite la jeune elfe. C'est pourquoi elle resta plantée devant la femme, comme hypnotisée. Les paroles de la femme n'atteignèrent son esprit qu'après. Quand elle comprit enfin le sens des paroles, elle ne su pas quoi répondre. Elle hésita avant de dire :
-Je suppose que oui... Mais quand on possède un pouvoir, autant l'utiliser le mieux possible.
Puis elle réalisa qu'elle était en train de parler à une inconnue, qui apparemment, l'avait observée pendant qu'elle guérissait l'homme. De plus, elle pouvait sentir que cette personne possédait elle aussi des pouvoirs magiques. Que lui voulait-elle ?
-Et qui êtes vous ? Et que faites vous ici ? lui demanda l'elfe, avec un ton un peu dur peut-être, mais c'était parce son côté méfiant avait pris le dessus, et elle serait rassurée seulement quand elle en saurait plus sur cette femme.
Revenir en haut Aller en bas

Quand la magie opère [ Pv: Naryaa ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-