___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

-={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Lun 28 Déc 2009, 15:40

Dans l'obscurité de ses songes, la forêt sombre se dessinait er une mystérieuse silouhette menaçante se tenait devant lui, guêttant et attendant sa réaction. Puis l'image se transforma pour passer à Gryf et d'Athalée qu'il reconnaitrait entre mille. Il y avait un duel... Une lutte à mort... Mais contre qui ? Une jeune femme dont le visage était caché par un foulard gris. Son meilleur ami se transformait en créature venu d'un autre monde, un démon félin... Valandil voulut crier, mais il ne pouvait pas, il voulait s'enfuir de cette horrible scène, mais il ne le pouvait pas... C'était son destin de mourrir de la main du pardusse.
Mais le rêve n'était pas terminé... Il y avait toujours ce vieil homme et... JACK ! L'oiseau fourbe était perché sur son épaule.

"Tu viendras à moi !" Sifflait-il.
Flash
"Tu es malade..."
Flash
"C'est ton destin !"
Flash
Noir....Rien....

Comme d'habitude, son cri déchira la nuit lorsqu'il se réveilla en sursaut.
Cela faisait trois jours qu'ils avaient quitter le Royaume d'Emeraude pour partir à la recherche de réponses de leur passé et à chaque nouvelle nuit dans leur bivouac improvisé, Valandil avait fait le même cauchemard, où plutôt, la même prémonition.
Evidement, il avait réveillé ses compagnons de route, mais ne souhaitant pas les déranger plus que ça, il décida de ne rien dire et se renferma sur lui même. Penaud, il se leva en direction du feu de camp et y rajouta une bûche avant de se retourner vers Athalée qui l'observait d'un regard inquiètant. Il se coucha à côté d'elle, l'embrassa tendrement et lui caressa la joue d'un revers de main.


- "Pardon si je t'ai réveillé." Murmura t-il dans un simple souffle.

Il savait que ses compagnons attendaient toujours des explications sur ses visions et qu'il se refusait de leur donner par crainte de leur causer de la peine, mais il se savait condamné et n'osait pas leur avouer la triste vérité de son sort funeste.

Coucher sur le dos, il observait désormais les étoiles perchés dans le ciel avant de remarquer que son nez saignait de nouveau.
Il plaqua brusquement la main sur sa tempe qui l'avait brusquement fait souffrir... Pas de doute, c'était une blessure cérébrale, sans doute causé par ses mauvais rêves... Il fallait qu'il reste allongé, malgré la douleur qui lui labourait la tête et qui faisait bourdonner son esprit.
Les vertiges céssèrent aussi rapidement qu'ils étaient apparus, comme à chaque fois que l'évènement s'était produit. Comme si le mal le rongeait petit à petit avant de disparaitre dans le néant.
Quel était donc le mal qui avait pris possession de son corps, lui qui n'avait jamais été malade depuis qu'il était tout petit ?
Rien ne semblait pouvoir sauver le coeur meurtrit de Valandil.
Il se sentait pris entre le marteau et l'enclume.
Sa tête le brûlait, son corps était parsemé de douleurs musculaires, son esprit était vide. Il n'arrêtait pas de voir sans cesse les prémonitions qu'il avait vu quelques secondes auparavant, Athalée, Gryf... Pourquoi l'avaient-ils accompagné ? Il n'étaient pas obligés. De plus, si son meilleur ami était réelement son futur meurtrier, pourquoi ne l'avait-il pas emprécher de le suivre ?
Simplement parce qu'il croyait en lui, comme en chacune des personnes qui l'accompagnait dans ce périple. Il se sentait capable d'influencer l'espace temps. Il était sûr de pouvoir modifier son destin.


Troublé par la douleur, meurtrit et fatigué, le jeune homme eut tôt fait de se rendormir jusqu'à l'aube.
Bien que son sommeil ne fût pas la source de nouveaux troubles psychiques, l'apprentit magicien se leva avec difficulté, sous le regard perçant de ses accolytes.
Il en avait marre d'être observé et avait passé une mauvaise nuit, ce n'était pas vraiment le moment de s'énerver, mais bon son mal de crâne l'avait finalement poussé à bout !


- "Ecoutez, je vais bien, arrêtez de m'observer comme si j'allais m'effondrer dès que vous avez le dos tourné. Je suis capable de gérer ce mal de crâne tout seul ! Vous ne m'aidez pas en me scrutant jour et nuit comme si j'avais la peste ou je ne sais pas quel autre maladie ! Je sais que vous attendez des explications, je ne vois tout simplement pas comment vous les donner et par où commencer ! Je me torture jour et nuit en espérant pouvoir éviter de vous décrire mes visions mais vous êtes à chaque fois derrière moi pour me le rappeller... Vous ne semblez pas comprendre que je tente de vous préserver en vous épargnant la vérité, même si sa me brise le coeur de vous mentir ! Vous voulez passer votre voyage à vous morfondre ou préférez vous avancer ? Parce que si vous saviez ce que j'ai vu, vous me supplieriez de faire demi-tour et c'est justement ce que je ne veux pas qui se produise. J'ai moi aussi mes raisons qui m'ont poussé à venir ici et je suis sûr que tout se passera bien si vous me faites confiance !"

Il les laissa mariner sur cette note négative et s'empressa de sceller son cheval d'un air bougon. Il n'était pas vraiment d'humeur à se fâcher. Pourtant, si l'un deux voullait obtenir des informations, il ne les laisserait pas dans le vide constant car ils étaient égallement en droit de savoir ce qu'il se passait.
Rassemblant ses affaires, il bu une gorgée d'eau fraiche qu'il avait récupérer à la rivière la veille puis s'aspergea un peu le visage pour se réveiller.
La route était encore longue et l'entrée de la forêt n'était plus très loin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Sam 02 Jan 2010, 13:00

La jeune femme se réveilla en entendant quelqu’un crié .Elle s’assit et commença à chercher qui avait crié .Son regard s’arrêta finalement sur Valandil....Encore. Depuis qu’ils étaient partis d’Emeraude, il y avait 3 jours de cela, le jeune homme se réveillait en hurlant, en les réveillant par la même occasion Gryf et elle. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui pouvait le réveiller de cette manière mais, elle se doutait que quelque chose d’important et de grave allait arriver. Athalée n’essayait pas de deviner de quoi il s’agissait .A vrai dire ce qui préoccupait la béryloise c’était surtout l’attitude de Valandil.

Il avait refusé de leur décrire ses visions et semblait éviter le sujet. De plus, le jeune homme ne parlait presque pas, souvent perdu dans ses pensées. Il n’était pas difficile de voir qu’il était malade. Ses visions lui provoquaient des vertiges, le fatiguaient et son nez se mettait à saigner à chaque nouvelle vision ...Lorsqu’il se rendit compte que la béryloise l’observait, l’air plutôt inquiète, Valandil vint s’allonger près d’elle. Il l’embrassa doucement avant de caresser sa joue.


- "Pardon si je t'ai réveillé."

La jeune femme lui adressa un léger sourire et s’allongea de nouveau un peu rassurée. Un peu seulement .Il fallait qu’elle parle à Gryf .Avec un peu de chances Valandil lui avait peu être dit quelque chose pendant qu’elle se trouvait au village. Mais si le pardusse était au courant de ce que lui cachait son compagnon, allait-il accepter de lui en parler ? Pas sûr ...

Lorsque Athalée se réveilla, Valandil essayait de se lever sous l’œil attentif de son meilleur ami. Le jeune homme semblait avoir du mal à se lever ; ses visions le réveillant toutes les nuits, il n’était pas difficile de voir qu’il était de mauvaise humeur ...

-"Ecoutez, je vais bien, arrêtez de m'observer comme si j'allais m'effondrer dès que vous avez le dos tourné. Je suis capable de gérer ce mal de crâne tout seul ! Vous ne m'aidez pas en me scrutant jour et nuit comme si j'avais la peste ou je ne sais pas quel autre maladie ! Je sais que vous attendez des explications, je ne vois tout simplement pas comment vous les donner et par où commencer ! Je me torture jour et nuit en espérant pouvoir éviter de vous décrire mes visions mais vous êtes à chaque fois derrière moi pour me le rappeller... Vous ne semblez pas comprendre que je tente de vous préserver en vous épargnant la vérité, même si sa me brise le coeur de vous mentir ! Vous voulez passer votre voyage à vous morfondre ou préférez vous avancer ? Parce que si vous saviez ce que j'ai vu, vous me supplieriez de faire demi-tour et c'est justement ce que je ne veux pas qui se produise. J'ai moi aussi mes raisons qui m'ont poussé à venir ici et je suis sûr que tout se passera bien si vous me faites confiance !"

Lui faire confiance ? Parce que le suivre jusqu'à Turquoise en ignorant totalement ce qui allait se passer c’était quoi ? Quand au fait qu’elle le surveille sans cesse elle ne pouvait s’en empêcher.

Bon d’accord .A la réflexion il était peu être éventuellement possible qu’ils en fassent légèrement trop …Peu être …

Et puis, si elle s’inquiétait pour lui c’était normal .Elle ne changerait pas d’avis : ce voyage était une mauvaise idée …Il fallait qu’elle sache ce qui se passait le plus tôt possible…

Elle devait lui parler …Plus tard ! Pour le moment, elle doutait franchement que ce soit le moment de le faire. Le jeune homme sellait son cheval et ne semblait pas bien disposer .Elle rassembla ses affaires en silence en le surveillant du coin de l’œil …Ah non ! Il avait dit plus de surveillance ! La jeune femme jetait néanmoins de temps en temps un œil du coté de Valandil …

Peut être que Gryf allait aller lui parler mais, pas elle .Elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait lui dire. Ce que Valandil voulait c’était que Gryf et elle arrêtent de s’inquiétez pour lui .Il voulait qu’ils lui fassent confiance pourtant c’était impossible .Elle pouvait néanmoins arrêtez de le surveillez à tout bout de champs .Ca c’était possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Mer 13 Jan 2010, 10:04

Gryf marchait tranquillement dans les bois. Cela faisait un bout de temps, mais une force inconnue le tirait lentement mais sûrement vers l'avant... Une chose, soudain, le forca néanmoins à s'arrêter: une douleur intense à la tête. Gryf se replia sur lui-même avant de hurler de douleur.

La force inconnue fit en sorte qu'une rage incontrolable s'empare du pardusse. Ce qui marcha à merveille. Il lacha son crâne et laissa retomber ses mains le long de son corps... Il gardait la tête baissée, sa crinière rousse le long de son visage faisait en sorte qu'on ne voyait pas son visage.

Un grondement sourd se fit soudain entendre, Gryf se retourne afin de se défendre et apperçoit un lac. Sans savoir ce qu'il fait, il regarde dans l'eau... Il y voit en reflet une créature rousse aux yeux rouges, la bave aux lèvres une lueur de rage incontrôlable dans ses prunelles rouges...

Le Jaguarian se rend soudain compte que ce démon enragé n'est autre que lui-même. La frayeur fait reculer le pardusse jusqu'à ce qu'il butte contre quelque chose. Il se retourne et se retrouve face à lui-même... L'autre sourit d'un sourir carnassier avant de se jeter sur lui en hurlant...

Gryf, en dehors du rêve, dort d'un sommeil agité. Il se secoue dans tous les sens en gémissant doucement... Il se réveilla en sursaut. Tout le monde dormait encore et Gryf en souffla de soulagement. Tout le monde avait déjà du mal à dormir car les cris de Valandil les réveillait asser souvent.

Le pardusse fit quelques pas en dehors de sa couchette de fortune avant de s'asseoir sur un rocher et de regarder la lune qui se faisait pleine. Il respira un bon bol d'air frais en fermant les yeux. Le vent refroidit immédiatement le corps remplit de sueur du Jaguarian se qui eu pour effet de le calmer.


Cela faisait maintenant trois jours que la petite troupe avait quitté Emeraude. Gryf, qui avait enfin découvert son âme-soeur, avait eu le plus de mal à accepter de quitter Jadina... La belle Ecuyère... La veille du départ, ils avaient eu une discussion et avait appris à se connaître.

Après quelques minutes passées à souffler calmement, Gryf retourna se coucher, passant d'abord voir le jeune étalon que le roi lui avait permit de prendre: Ouragan. Un joli poulain pommelé, pas encore bien débourré, qui avait une tête fine sur laquelle il y avait une longue liste blanche.

Ce poulain était un des seul animal à accepter le pardusse tel qu'il était. Ouragan était un bel étalon qui portait aisaiment Gryf et ne semblait pas effrayé par son aspect singulier. Le bel étalon avait de longs crins noirs et quand il galopait, Gryf avait l'impression de s'envoler,... littéralement...

Bref, après être passé voir Ouragan qui hennit doucement en voyant approcher le pardusse, Gryf retourna se coucher, et replongea dans le sommeil le plus profond qui soit non sans avoir jetté un coup d'oeil au matériel et à ses compagnons...

Nous disions donc le sommeil le plus profond qui soit. C'est ce qui empêcha Gryf de se réveiller lorsque Valandil hémit un hurlemenbt sonore. Alors que tout le monde regardait le jeune homme, Gryf ronflait, couché sur le dos, les bras en croix comme si il allait enlacer le ciel.

Il se réveilla peu à peu avec une bonne odeur de soupe improvisée. Son nez prit soudain toutes les directives et, après avoir hûmé l'air, Gryf se leva et avança vers le feu avant de se laisser tomber assis, à côté de son ami en souriant, d'un sourir qui faisait tois fois le tour de son visage et avec un regard gourmand.


Après avoir déguster la, on peut le dire, délicieuse soupe, dont l'estomac de Gryf se souviendra longtemps, Valandil se leva avec difficultés et Gryf s'empressa de l'aider tandis qu'Athalée les regardait, Valandil sûrtout... Ce dernier, après s'être violement défait de l'épaule de Gryf, dit soudain avec agressivité:

-"Ecoutez, je vais bien, arrêtez de m'observer comme si j'allais m'effondrer dès que vous avez le dos tourné. Je suis capable de gérer ce mal de crâne tout seul ! Vous ne m'aidez pas en me scrutant jour et nuit comme si j'avais la peste ou je ne sais pas quel autre maladie ! Je sais que vous attendez des explications, je ne vois tout simplement pas comment vous les donner et par où commencer ! Je me torture jour et nuit en espérant pouvoir éviter de vous décrire mes visions mais vous êtes à chaque fois derrière moi pour me le rappeller... Vous ne semblez pas comprendre que je tente de vous préserver en vous épargnant la vérité, même si sa me brise le coeur de vous mentir ! Vous voulez passer votre voyage à vous morfondre ou préférez vous avancer ? Parce que si vous saviez ce que j'ai vu, vous me supplieriez de faire demi-tour et c'est justement ce que je ne veux pas qui se produise. J'ai moi aussi mes raisons qui m'ont poussé à venir ici et je suis sûr que tout se passera bien si vous me faites confiance !"

Valandil alla ensuite seller son cheval, passant devant Ouragan qui se cabra un peu avant de piétinner le sol avec fougue... Gryf alla calmer son poulain tout en se demandant à quoi la réaction de Valandil était due... Gryf pensa bien à sonder son ami avant de se rendre compte que c'était mal de ne pas faire confiance à son ami.

Ne pouvant rien faire de physique, le pardusse envoya une vague d'apaisement puissante qui atteignit non seulement Valandil, mais également Athalée et les chevaux... Ouragan, qui piaffait nerveusement, se détendit immédiatement et se permit même de se coucher discrêtement.

Gryf regarda son poulain avec étonnement avant d'aller vers son smi, une gourde à la main, cachée dans son dos... Il passa sa main valide autour des épaules de son ami en lui disant:


-Que se passe-t-il?

Un sourir malicieux et angélique était peint sur la face du pardusse qui n'attendit pas la réponse de Valandil et lui lança un peu du contenu de la gourde au visage.

-Ha ha ha!!!! Si tu voyais ta tête!!

Se moqua Gryf avant de s'enfuir en prévision de la douche qui ne tarderait pas à suivre. Il passa derrière Ouragan, qui s'était remis de la vague d'apaisement de Gryf, qui se mit à hennir. Gryf brida et sella rapidement le poulain qui, en attendant que Gryf monte sur son dos pommelé, piaffait d'impatience.

Ce qui ne tarda pas à suivre. Une fois juché sur l'étalon qui se mit immédiatement au trot, Gryf sentit une gerbe d'eau lui effleurerles crins, ce qui le fit crier de surprise, effreyant ainsi Ouragan qui cabra viollement, envoyant Gryf au tapis.

Ouragan fit quelques ruades avant de venir se ranger près des autres chevaux. Gryf se releva doucement: c'est bon, rien de cassé. Il vit soudain que Valandil et Athalée le regardait, inquiets. Gryf les rassura immédiatement en leur lançant:


-Ca va j'ai rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Ven 15 Jan 2010, 15:59

Après avoir passé une matinée dans la bonne humeur après l'attaque sournoise de Gryf et la riposte vangeresse d'Athalée et Valandil, sans compter sur la magnifique galipette que le pardusse avait fait depuis le haut de sa selle, alors qu'il sursautait à cause du fait d'avoir été arrosé aux poils de la nuque et du dos, les trois amis approchaient enfin de l'orée du bois dans lequel leurs vie allait prendre un nouveau tournant.

Ayant oublié la frustration qu'il avait ressentit peu après son réveil et son agacement contre ceux qui l'accompagnaient, il avait retrouvé le visage joyeux et enthousiaste que l'on lui connaissait et s'apprêtait désormais à pénêtrer dans la forêt de sa dernière vision. La scène ne lui fit ni chaud ni froid, il était prêt à affronter les règles de la nature. Il savait que de toute manière, il allait mourrir un jour et qu'il ne pourrait pas l'empécher. Il cherchait simplement à comprendre pourquoi il devait se rendre ici, pourquoi Gryf allait se transformer en monstre, pourquoi son meilleur ami allait l'attaquer et pourquoi le vieil homme ne faisait rien pour lui venir en aide...
Jack, l'épée d'or blanc, la lutte, les brigants... Tout était lié depuis le début et allait s'enchêner dès le moment même ou ils pénêtreraient dans l'endroit sombre et inacceuillant.

Alors que Nick, son nouveau cheval, commençait à trotter en direction des premiers grands connifères, après être pénétré dans le lieu mystérieux, il lui fit effectuer un halte et arrêta ainsi ses deux compagnons, qui se trouvaient derrière lui. Tirant sur les rennes, il fit effectuer un léger quart de tour à sa monture et planta son regard droit dans celui de ses deux amis, indiquant ainsi qu'il avait quelque chose de grâve à leur annoncer.


- "Athalée... Gryfenfer..., je ne vous remercierais jamais assez de ce que vous avez fait pour moi. Je sais que je vous ai fait du mal en vous cachant volontairement certaines scènes de ma vision mais je l'ai fait uniquement dans un but précis..."

Les mots semblaient s'obstruer dans sa gorge, comme un poison, refusant de libérer ses cordes vocales et les paroles qui allaient avec. Il avait répété cent fois ce discours dans son esprit, mais aucun de ses monologues ne l'avait convaicu. Encore aujourd'hui, il hésitait à leur avouer la triste vérité de sa misérable existance, de peur d'en être rejetté...
Il savait qu'il aurait du leur en parler avant, qu'il en avait eut l'occasion, mais à chaque instant ou cela pouvait être possible, un nouvel évènement imprévu faisait son apparition.
Etait-ce une manifestation volontaire de malchance ? Un coup du sort hasardeux, ou une simple lâcheté de sa part ? Il l'ignorait, n'avait pas envie de la savoir et arrivait même pas à se convaincre qu'il n'aurait pas du s'attacher autant à d'autres personnes sans qu'ils ne sachent la vérité...


- "Pour toi Gryf, ce sera sans doute plus simple à comprendre car tu connais certaines choses de ma vie qu'Athalée ne sais pas, mais les révélations que je m'apprete à vous faire, j'aurais du vous les donners il y a longtemps..."

Il ne voulais pas laisser durer le suspense, mais il ne savait simplement pas comment leur avouer toute l'histoire... Il devait pourtant se jeter à l'eau et commencer son récit.

- "Je ne suis pas né à Perle comme je vous l'ai déja racconté, je ne suis pas un simple voleur, magicien, comme j'ai pu vous le dire auparavant... Ma mission est d'un ordre bien plus important et bien plus grâve que ce que vous pouvez immaginer... Vous avez cru me connaitre jusqu'à présent, pourtant ce n'était pas réelement moi que vous avez pu voir, ce n'était qu'une illusion de ce que je suis vraiment... Je ne suis pas quelqu'un de bien, comme vous avez pu le croire, ni quelqu'un en qui on peut baser sa confiance, et vous le comprendrez quand je vous aurais tout dit... J'espère simplement que rien n'alterera nos relations après ce discours, car c'est ce que je désire le moins au monde."

Il soupira un grand coup, fourra sa main dans sa tignasse bleue, et commença par révéler les sentiments qui lui tenait à coeur :

- "Gryf, tu es mon meilleur ami ! On a passé des moments incroyables tous les deux, on s'est attaché l'un à l'autre, comme des frères. D'ailleurs, je t'ai toujours considéré comme tel ! Pour moi tu fais partie de ma famille, je ne peux pas me permettre de te perdre, parce que sans toi, la vie serait beaucoup moins drôle et beaucoup plus ennuyante..."

Il lui lança un grand sourire et se tourna vers l'être aimé :

- "Athalée, tu es... Comment dire... La chose la plus merveilleuse qui me soit arrivé ces dernières années et je m'en veux de ne pas avoir pu te révéler mes sentiments avant. J'ai l'impression que c'était encore hier que je te rencontrait dans les bois de Jade, pourtant, cela fait déja cinq ans et mon coeur ne bat que pour toi... J'ignore encore ce qu'il va se passer, mais je veux que tu saches que quoi que je dise, que je fasse, ou qu'il se passe, que je t'aime plus que tout et que je ne peux pas vivre sans toi. Je veux passer la fin de mes jours à tes côtés et ne plus jamais de décevoir... Je sais que je t'est déçu en te cachant certaines révélations, mais j'y était contraint, sinon tu ne m'aurais pas laissé venir ici... Je veux juste que tu prenne le temps d'analyser tout ce que je vais vous dire avant que tu ne décides ou non de continuer à partager ta vie avec moi..."

Le ton était plus sombre en fin de phrase... Ce prélude annonçait des phrases plus dûrs à encaisser et des explications beaucoup moins attendrissantes...

- "Je suis un Espion chargé d'évaluer et de kidnapper des enfants magique pour qu'ils ne puissent pas apprendre à servir l'ordre d'Emeraude, mais qu'ils puissent eux même choisir leur destinée..."

L'annonce était sèche et donnée avec amertume. Il savait que cette révélation allait grandement chamboulé le coeur de ses amis, aussi, il ne leur laissa pas trop le temps de réfléchir et continua son récit :

- "Ma mission était d'infiltré la garde rapproché du Roi Elthor de façon à être envoyé dans les différents royaume pour y trouver des cibles potentiels. Une fois découvertes, si le Roi n'était pas mis au courrant et si l'enfant en question ne faisait pas partie de l'entourage d'un monarque et venait plutôt d'une famille défavorisée ou pauvre, nous l'emmenions dans notre guilde de l'Ombre de la justice, ou l'enfant était nourrit et subissait un apprentissage moins brûtal et plus enrichissant que celui dont il pouvait bénéficier au seine d'une caste de chevalerie. De cette façon, ils étaient égallement protégés et sûrs de ne pas être découvert par les créatures d'Irianeth, ou d'autres personnages qui pourraient en tirer profit..."

De nouveau, il chercha ses mots, comme si il ne sentait pas en sécurité... Il voulait à tout prix que cette discution en finisse.

- "Nous cherchons uniquement la paix sur les deux continent, même si nos méthodes ne semblent pas vouloir le prouver. Notre réputation n'est pas très bonne et on passe pour la plupart du temps pour des ennemis de la société, pourtant, nos intentions sont pures et notre civilisation et nos façon de penser divergent totalement de celles des autres royaumes... C'est pourquoi la plupart d'entre nous vivons à l'abri des autres, dans cette forêt..."

Ainsi donc, le lieu de sa vision lui était connu dès le début. Il savait pertinement ou sa prémonition le conduirait ici et il y était quand même venu.

- "Seulement, nous n'avons pas tous les mêmes centres d'intérêts et certains brigants et malandrins se font une joie d'essayer de détrôner notre chef actuel... A savoir... Mon père..."

Le vieil homme, il l'avait reconnu, il savait que c'était lui qui lui demandait de revenir à la maison, sans doute pour lui annoncer une nouvelle importante ou lui confier une nouvelle tâche...

- "Disons qu'il y a plusieurs guildes à l'interieur de la guilde... Toutes divergeantes en points de vue et en mode de vie. Seul notre but commun de vouloir apporter la paix en Invalice nous est égal. Sachez donc que nous trouverons ici aussi bien des alliés que des ennemis... Et que nous sommes dans une zone magique indétectable, anciennement créee par un demi-dieu qui s'appellait Danalieth. Il y a cepandant quelques détails qu'il faut que je vous donne : quant on entre ici, c'est pour longtemps... Seul le chef à le droit de permettre à des individus de sortir de la zone. Or, vu que nous y sommes déja entré, nous ne pouvons plus en resortir avant d'avoir été sondé et étudié par les magiciens de l'ordre afin de savoir si nous représentons une menace ou non. C'est pourquoi j'ai fait en sorte que tu sois mon apprenti Gryf, pour t'éviter des ennuis, car ils n'ont pas les chevaliers d'Emeraude à la bonne ces derniers temps, à cause de quelques conflits de négociations quant à toi Athalée, ils ne pourront rien dire, car tu es avec moi..."

Valandil s'en voulait. Il ne comptait pas leur imposer une vie loin du lieu ou ils avaient toujours vécu, mais il était décidément obstiné à poursuivre sa quête coûte que coûte.

- "Ce n'est pas tout malheureusement... J'ai été obligé de vous ammener ici, car vous faisiez partie de la vision que j'ai eu lors de la cérémonie d'adoubement ou nous étions tous présent. Mes visions se réalisent toujours, pourtant, celle-ci était différentes des autres, car je n'avais jamais eut de problêmes cérébraux jusqu'à présent. J'ai fait en sorte que tout ce passe comme dans ma vision pour voir si elle se réaliserait vraiment ou si ce n'était pas une série d'images que mon père m'aurait envoyer par téléphatie. Je n'avais cepandant pas d'autres moyen de le vérifier que de tous nous ammener ici.
Sachez simplement que dans la version originale de ma prémonition, j'étais blessé à la suite d'un combat contre un monstre et je mourrais. Je pense que c'est une illusion, je pense qu'on m'a fait venir ici pour me tester. D'ailleurs, je quasiment certain que nous sommes épiés à l'heure actuelle. Je vous demanderais d'agir normalement, comme si de rien n'était."


Et il n'avait en effet pas tort, caché derrière les buissons à côté d'un grand pin se trouvait une autre membre de l'ordre, chargée de connaitre leurs intentions et leur valeur. Elle ne tarderais d'ailleurs pas à se manifester.
Continuant de faire semblant de parler, il leur indiqua des directives par la pensée :


**Je sais que ce n'est pas le moment, mais restez sur vos gardes, on va être attaqué !**

Il n'eut pas le temps d'en dire plus, déja, ils entendaient les mouvements d'un ennemis, un peu plus au nord. Un duel innévitable allait commencer. D'un simple mouvement, le jeune homme s'empara de son épée et se posta en position défensive devant ses amis. L'avaient-ils compris ? Pouvaient-ils le pardonner de tous ces mensonges ? Du fait qu'ils allaient être captif ici ? Ce n'était pourtant pas le moment d'y réfléchir, déja, leur aventure marquait un tournant : c'était l'heure de montrer ce qu'ils avaient appris, le premier test d'admission !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Lun 25 Jan 2010, 07:58

Le monde était trop moche pour y vivre.Mais bon,on y vivait quand même et la plupart mourraient dans la souffrance et dans l'agonie.C'est cela que je trouvai plutôt moche:mourir de maladie et souffrir des années avant de m'éteindre.Mais cela ne risquai pas.J'avais encore trop de choses a accomplir dans la guilde comme par exemple,le sale boulot qui avait d'abord été confié a Aswell. Ce paresseux me l'avait ensuite "donné" et bien sûr,j'avais du partir le plus vite possible avant de me faire taper sur les doigts par le reste des membres.En fait,je les aurai facilement battus mais je ne voulais pas prouver ma supériorité devant des hommes.Cela les vexeraient et en plus,je n'avais pas envie de m'attarder inutilement.Mon objectif était Valandil,encore un empoté...Tout les mecs de l'ombre de la justice étaient des empotés d'après moi.L'humain était un empoté.Eh merde,voila que je devenais misanthrope.Bravo.Ainsi,je ne supporterai même plus ma propre bêtise purement humaine et l'objectif de ma mission.Bref,ce n'était pas le moment de penser psychologie.Je devais me concentrer sur mon objectif principal qui s'était ramené avec deux personnes.Perchée sur une branche d'arbre,je voyais tout,entendais tout et sentais tout.Il y avait une fille.Assez grande,cheveux roux et tâches de rousseur.Une gentille fifille quoi.Le deuxième compagnon de Valandil devait être un pardusse vu que son physique rappelait vivement un félin.Rien de dangereux en fait.

-Pffff...des bande de blaireaux...


Cela faisait déjà quelques heures que je les avait repérés.Trop facile.Ils avaient été trop faciles a trouver.Et peu discrets.Je décidai de passer a l'attaque.C'était tentant de se battre contre un ennemi que je ne connaissais que vaguement.Doucement,je sortis mon fouet de son fourreau et me levai.Un vent frais faisait voleter mes cheveux et je m'excitai de plus en plus.Valandil avait du me détecter car il avait sorti son épée.Je ricanai et sautai avec la grâce d'un chat pour atterrir avec souplesse sur le sol qui se fissura,juste devant le groupe.Vu l'air étonné de la fille rousse et du pardusse;j'avais dû les surprendre même si j'avais sentis que Valandil avait détecté facilement ma présence.Lui,il était de la guilde.Mais les autres n'en étaient pas et n'iraient pas plus loin.Quelle idée d'amener des novices ici !

-Salut ! On se bat ?


Je ne leur laissait pas le temps de me répondre que déjà,je faisait claquer mon fouet sur le sol et riait de bonheur,puis,avec rapidité,je fondis sur eux,les dents serrées.Jaden avait été mon maître pendant quelque mois et avait laissé tombé l'entraînement vu que je réussissais a maîtriser toutes les armes a la perfection et m'avait donné un fouet en cuir pour me battre ainsi que des poignards que j'imprégnai de poison.Mais mon arme préférée restai le fouet.Vif,puissant,rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Sam 30 Jan 2010, 07:00

L' après-midi s'était déroulé dans la joie et la bonne humeur mis à part la chute de Gryf. Mais il s'était finalement avéré que le pardusse n'avait pas subi de dommage...

Arrivés devant les bois, Valandil fit une halte et se retourna vers ses compagnons de route. Gryf sentit alors un odeur inconnue lui frotter les narines...

Alors qu'il allait avertir Valandil que quelqu'un les espionnait, mais ce dernier le devança... Il parlait de son passé, de son présent et de son futur tandis que Gryf et Athalée écoutait respectueusement...

Quand Valandil eut fini son, on peu le dire ^^, long discours, il semblait enfin soulagé d'avoir allégé le poids qui pesait sur ses épaules...

Gryf en avait oublié la menace proche. Ouragan le ramena à la réalité en piaffant nerveusement. Le pardusse raccourcit ses rênes tandis que Valandil leur envoyait par la pensée:

-**Je sais que ce n'est pas le moment, mais restez sur vos gardes, on va être attaqué !**

Gryf s'y étai préparé et il dégaina son épée et se mit en garde, tandis que Ouragan se cabrait en hênissant bruyamment, espérant effrayer l'ennemi caché...

Qui ne tarda pas à se montrer. Une jeune femme... Avec un fouet en main. Gryf activa sa magie de sa main gauche et de la droite tenait son épée... Une lueur bleue pâle émanait de sa main...

La jeune femme fit claquer son fouet avant de demander si ils voulaient se battre. Gryf passa sa langue sur ses lèvres sèches avant de répondre agressivement et en montrant les dents:

-Si je dis oui, tu vas le regretter! Alors fiche-nous la paix ok!


(petit mais pas d'idée, comme souvent ^^" Valandil, c'est ici que "super-Gryf" fait son entrée?)


Dernière édition par Gryfenfer le Mer 03 Fév 2010, 07:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Dim 31 Jan 2010, 15:39

Grâce à Gryf, le silence qui s’était installé entre les 3 compagnons fit vite place à leurs rires. La matinée se déroula sans problèmes et ils reprirent leurs routes en direction de la forêt .La jeune femme semblait moins inquiète que les jours précédents même si les mots qu’avait prononcé Valandil le matin même trottaient toujours dans son esprit .De quoi voulait-ils protéger en leur cachant la vérité ?

Ils arrivèrent assez rapidement à la forêt .Elle ne ressemblait en rien à celle du royaume de Béryl ....Troublée, la jeune femme se concentra de nouveau sur le chemin qu’ils empruntaient .Comment pouvait-elle se rappeler de Béryl alors qu’elle avait perdue ses souvenirs à Jade ?Il lui était déjà arrivé de se rappeler certaines détails de son passé sans qu’elle ne s’y attendent mais ,c’était toujours des détails tout à fait inutiles .Jamais un seul nom ou un seul visage ne lui revenaient .

A peine avaient-ils commencé à avancer dans la forêt que Valandil s’arrêta, obligeant Gryf et la jeune femme à faire de même ...Rubis hennit et essaya de faire demi-tour .Athalée tira sur les rênes pour l’obliger à s’immobiliser .Valandil se tourna vers eux et commença son discours, leur expliquant qu’il avait une bonne raison pour leur avoir caché sa vision.

Le léger sourire qui se dessinait sur les lèvres de la jeune femme s’effaça .Le ton employé par le jeune homme ne laissait rien présager de bon .Pourquoi était-il obligé de faire autant de mystère lorsqu’il s’agissait de sa vision ? Quelle était vraiment cette raison qui le poussait à ne rien leur dire ?

Valandil précisa qu’elle aurait plus de mal à comprendre puisque le pardusse savait des choses sur lui qu’elle ignorait ... Pff....Jalouse ? Non, Gryf était le meilleur ami de Valandil, il était normal qu’il lui ait confié plus de choses sur son passé.

Il leur avoua ensuite deux choses .La première : leur avoir menti sur son royaume de naissance, il lui avait dit être né à Perle, mais ne leur expliqua ni pourquoi il avait menti ni d’où il venait réellement. La deuxième : qu’il n’était pas vraiment celui qu’ils pensaient ...Leur affirmant qu’il n’était pas quelqu’un à qui on ne pouvait pas accorder sa confiance ...Et il osait leur dire ça alors qu’il leur avait demandé le matin même de lui faire confiance !

Continuant sur sa lancée, Valandil se tourna vers Gryf lui rappelant qu’il était son meilleur ami et qu’il le considérait comme son frère. Athalée ne savait pas ce qu’il allait leur annoncer mais, le jeune homme devait savoir que cela n’allait pas leur plaire.

Il se tourna vers elle et commença par lui rappeler leur rencontre à Jade .Comme si elle avait pu l’oublier. Lui disant qu’il ne savait pas ce qui se passerait mais qu’il l’aimait plus que tout et que la raison pour laquelle il ne lui avait rien dit, c’était parce qu’il savait qu’elle l’aurait empêché d’aller à Turquoise .Sa dernière phrase laissait supposer que ce qu’il leur cachait était suffisamment grave pour la faire changer d’avis quand à son avenir avec Valandil ...


- "Je suis un Espion chargé d'évaluer et de kidnapper des enfants magique pour qu'ils ne puissent pas apprendre à servir l'ordre d'Emeraude, mais qu'ils puissent eux même choisir leur destinée..."

Mais pourquoi avait-il fallut qu’il intègre cette guilde ? Et pourquoi avait-il obéi ? Si, les parents envoyaient leur enfant à Emeraude c’était pour devenir des chevaliers et aider Enkidiev pas pour devenir des voleurs ou des assassins ! Il les kidnappait sous prétexte que c’était mieux pour eux ! La jeune femme n’arrivait pas à comprendre comment il avait pu accepter cette mission jusqu'à ce que le jeune homme leur apprenne que son père était le chef de cette guilde .Le père de Valandil chef de l’Ombre de la Justice ? Pas étonnant qu’il soit si attaché à cette guilde !

Athalée pensait que ce long monologue, dont les révélations étaient plutôt difficiles à accepter, touchait à sa fin mais, visiblement Valandil n’en avait pas terminé .De nouvelles révélations attendaient encore la béryloise et cette dernière comprit vite que les ennuis ne faisaient que commencer ...Ils allaient être prisonniers et ne pourraient pas revenir à Emeraude avant un long moment .Il les avait piégés.


Cet idiot jugea ensuite utile de préciser qu’il avait été « obligés» de les amener avec lui à cause de sa vision ! Il était vraiment inconscient ! Il ne savait pas ce qui se passerait en les amenant ici mais était venus quand même, il leur avait menti, avait révélé des choses sur celui qu’il était réellement que la jeune femme n’avait pas aimé, avait trouvé le moyen de les obliger à rester ici et maintenant il leur annonçait comme ça qu’il allait mourir ...Quoi ? Non pas lui ! Si il mourrait, Athalée savait qu’elle ne pourrait pas le supporter .Malgré le fait qu’elle lui en voulait, elle l’aimait et savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas vivre sans lui. Il était la seule personne en qui elle avait confiance, le seul qu’elle n’ait jamais aimé .Si elle avait pu resté à Emeraude c’était grâce à lui, pendant les 5 ans qu’elle avait passé il avait été le seul à venir la voir, le seul à se soucier d’elle .La jeune femme avait toujours redouté les moments oû il était obligé de partir en mission sachant qu’elle n’allait pas le voir avant un long moment. Il avait même essayé de l’aider à retrouver ses parents.

**Je sais que ce n'est pas le moment, mais restez sur vos gardes, on va être attaqué !**

Valandil tenait déjà son épée à la main et se plaça devant eux. Lorsqu’une jeune femme, qui devait avoir son âge, sauta sur le sol à quelques mètres seulement d’eux la jeune femme, surprise, sursauta.

-Salut ! On se bat ?
-Si je dis oui, tu vas le regretter! Alors fiche-nous la paix ok!

La nouvelle venue ignora l’avertissement et fonça droit sur eux ...Athalée ne savait pas se battre mais, elle pouvait toujours aidé Gryf et Valandil avec sa lévitation...Si elle arrivait à s’en servir .La jeune femme s’empressa d’essayer et sa main s’illumina. Ce que la béryloise espérait c’était de ne pas blesser Valandil ou Gryf en essayant de les aider. Attentive, la jeune femme se concentra sur le combat qui commençait ...


Dernière édition par Athalée le Jeu 04 Fév 2010, 07:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Mer 03 Fév 2010, 16:15

Le printemps arrive, cela se voit avec tous ces arbres en fleurs, les arbustes avec des centaines de bourgeons. Les oiseaux chantent, les promeneurs sortent, cela annonce la fin de l'hiver, le début des beaux jours.

Nous y voilà, nous y sommes.
Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance.
Nous avons chanté, dansé.
Nous nous sommes construit une vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit nos brebis, nous avons vidé nos espoirs, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussés nos bottes de cuir, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des illusions, des rêves, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés...

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer des montagnes, détruit les espoirs qui étaient fondés en nous, on a même fait preuve de confience, enfoncé nos souvenirs et nos péchés dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s'est marrés. Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de se faire agresser par des inconnus que de biner des pommes de terre.

Certes.
Mais nous y sommes.
On n'a pas le choix, la révolution a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.
La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, commence peu à peu à nous montrer ses valeurs, ses qualités, et elles se font rares.
Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi, ou crevez avec moi.
Evidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.
D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance. Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner ses proches, figer le temps, ramasser les cadavres d'insectes, éteindre les envies, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).

S'efforcer.
Réfléchir, même. Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire. Avec le voisin, avec Irianeth, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Conditions.
Ne pas mourrir ici, maintenant. Passer le test d'admission et racheter ses erreurs. Voilà le présent.
Se fier à ses alliés, à leur pardon, à leur clémence. Voilà le passé.
Vaincre sa peur, vaincre ses doutes, vaincre ses peines, se surmonter soi même. Voilà le futur.
Fallait-il encore pour cela y réfléchir pour se tirer de se malentendu.

Révoltes.
Du corps, du coeur et de l'âme.
Aujourd'hui, plus rien ne semblait pourvoir arrêter Valandil.
Tout le monde avait cru le connaitre et tout le monde s'était trompé. Il était sans aucun doute le plus beau baratineur et le plus stratège que l'on n'est vu depuis des années. Son but était simple : Reprendre sa place au sein de l'Ombre de la Justice, celle qui lui revenait de droit, celle dont il était l'héritié désigné.
Tout son être allait de contradictions en contradictions. L'Attachement lui avait souvent été interdit et il devait s'en défaire pour ne plus être influencé. Pourtant, ses amis étaient en même temps sa plus grande force.
La troisième révolution, celle qu'il allait mener, était tourné vers lui même.
Faire un trait sur les épreuves passés, ouvrir la porte vers un avenir meilleur, vers un monde utopique, ou les gens marcheraient égaux et serain sur les deux continent.
Sa volonté était dûr comme le fer, son dévouement pour cette cause était sans failles.
Il lui fallait un peuple, il lui fallait un pouvoir politique : il lui fallait la place de son père !
Pour atteindre ses buts, il ne renoncerait devant rien car il s'avait qu'il pourrait tout obtenir lorsqu'il aurait apporté la paix sur le monde.

Certes la tâche qu'il avait décidé d'entreprendre n'était pas de tout repos et paraissait même bien plus qu'extravagante, cepandant, il sentait au fond de lui même qu'il avait toujours été créer pour règner et pour accomplir une mission importante sur cet univers. La guerre était imminente et il n'y avait qu'un moyen de mettre fin au conflit : Rallier les troupes de malandrins, brigants, barbares, voleurs, rangers, pilleurs, toutes les petites minorités guerrières qui avaient intégrer la guilde et qui n'attendaient plus que de se joindre aux rangs d'Emeraude pour contrer les attaques de l'Empereur Noir.
Grâce à eux et à leur intervention en tant qu'habitants et défenseurs d'Enkidiev, le monde aurait des chances de retrouver la félicité.
Evidement, tout cela ne prendrait pas forme en un jour et c'est pour cela qu'il fallait à tout prix qu'il accède au pouvoir, malgré son jeune âge et son innexpérience. A vrai dire, il n'avait pas vraiment de plans et seulement des ambitions...
Seul ses prémonitions avaient pu lui donner la nature des évènements à venir et aujourd'hui il se sentait pourtant en danger et indécis.

Perdu dans ses réflexions et face à la réaction terrible qu'Athalée manifestait sur son visage, Valandil ne pût s'empécher de s'en vouloir de lui avoir caché tant de choses. Et Gryf ? Qu'en pensait-il ? Il semblait si affligé lui aussi...
Heureusement pour le magicien, ils n'auraient pas à subir leur courroux pour le moment, car l'invitée surprise venait de se manifester.
Elle avait surement été envoyé sur les lieux en tant que messagère pour leur faire passer un test d'admission pour qu'ils puissent obtenir l'autorisation de ralier le village de l'Ombre.
Ils ne leur restait qu'une chose à faire : Vaincre cet adversaire.

Comme il s'y attenait, son meilleur ami n'avait pas laisser le temps à la guerrière d'en placer une qu'il lui avait déja répondu aussi sêchement qu'un roi l'aurait fait pour un serviteur malpoli.
Ce dernier s'était d'ailleurs aussitôt placé à ses côtés, épée dans une main et lueure luminescente dans l'autre.
Le maître sonda rapidement l'esprit de son apprentit et constata qu'il était entre frustration et colère. Il fallait à tout prix qu'il se calme si ils ne voulaient pas avoir affaire au monstre qui prenait possession de son meilleur ami lorsque la rage le consummait...

Il lui fallait un plan d'action et rapidement si ils ne voulaient pas tâter du fouet de l'inconnue.
Il n'eut pas le temps d'agir que déja, il reçut un violent coup, surgit de nulle part, qui le désarcona et le fit tomber à terre. Désarmé, son épée tomba à quelques mettres de lui, assez loin pour qu'il ne puisse pas la récupérer en se relevant, mais assez près pour qu'il s'en saissise avec un bond.

Un rire sournois mais famillié lui fit aussitôt deviné qui était son agresseur.
Perché sur une branche après avoir lancé son attaque sournoise, un vieux hibou gronchon fixait avidement Valandil et sa Béryloise de compagne.


- "Je veux, pour composer chastement mes églogues,
Coucher auprès du ciel, comme les astrologues,
Et, voisin des clochers, écouter en rêvant
Leurs hymnes solennels emportés par le vent.
Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde,
Je verrai l'atelier qui chante et qui bavarde ;
Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité,
Et les grands ciels qui font rêver d'éternité.

Il est doux, à travers les brumes, de voir naître
L'étoile dans l'azur, la lampe à la fenêtre,
Les fleuves de charbon monter au firmament
Et la lune verser son pâle enchantement.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes ;
Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres,
Des jardins, des jets d'eau pleurant dans les albâtres,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l'Idylle a de plus enfantin... "


Le grand duc s'était-il mit à la poésie entre temps ? Non, ce n'était pas ça... Ce chant, il l'avait déja entendu quelque part auparavant... C'était l'hymne de l'Ombre ! "Le Paysage".

Qu'attendait-il de lui ? Que voulait-il dire ? Valandil était confus, il ignorait totalement le sens de ses paroles... C'était à peine si il se souvenait les avoir entendus...

Le rapace n'attendit pas plus longtemps, toutes serres dehors, il se rua sur la seule fille du groupe et lui planta ses griffes dans l'épaule avant de rejoindre une nouvelle branche. Blessée, la Béryloise avait perdu le flux d'énergie qui illuminait sa paume. La haine qu'elle avait jadis pour l'oiseau de malheur lui était subitement revenu...


- "Hé bin dis donc, ma grande, t'est toujours aussi lente à réagir !" Lança le piaf sur un ton sarcastique.

Comment se concentrer sur plusieurs échelles ?
Affronter la membre de l'Ombre de la Justice, résoudre l'énigme, se débarasser de Jack... Trop de choses à faire en si peu de temps alors qu'il fallait réagir à l'instant !

Il y eut comme un flash, une révélation subite. Sans comprendre pourquoi, ni comment les paroles lui étaient revenues à l'esprit, Valandil prononça simplement :


- "L'Émeute, tempêtant vainement à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre ;
Car je serai plongé dans cette volupté
D'évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon cœur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère"


Un violent coup de fouet le fit de nouveau chanceler, tandis qu'il se redressait sur ces genoux.

Sur son perchoir, l'animal ajouta :

- " Je vois que tu n'es pas aussi mauvais que ce que j'avais pu penser... Les paris étaient plutôt élevés à ton encontre..."

Des paris ? Mais de quoi parlait-il ? Encore une de ses fanfaronnades et/ou balivernes ? L'Ombre attendaient-ils vraiment sa venue ? Que signifiait donc toute cette mascarade ?

En un instant, sans crier gare, poussé par une seconde vague d'adrénaline, il effectua une roulade sur le côté, saisit son épée et se rua vers la jeune femme aux cheveux noirs.
Malheureusement pour lui, il reçut de nouveau un coup de fouet contre l'épaule puis un violent coup de pied dans le torse qui le recloua au sol. Menaçant de le tuer d'un coup de poignard si il bougeait, la jeune voleuse lui lança un regard détestable.
C'est alors que les éléments de sa vision lui apparurent plus clair :

Jack, la guerrière, son échec et l'instant suivant... La bête...

Il n'eut pas le temps de prévenir l'assistance du danger imminent : Gryf n'était déja plus lui même ! Poussé par la haine et la vue de son ami en danger, il avait succombé aux ténêbres et s'apprêtait à commetre l'irréparable...

Ensuite...

Ensuite, Valandil s'interposerait et il serait tué...





[Lâche le fauve ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Ven 05 Fév 2010, 16:06

La jeune femme au fouet ne semblait pas vouloir laisser passer les trois amis. Pour répondre au pardusse, elle fit claquer son fouet juste sous son nez et Gryf referma son poing dans le vide... Le lasso filant sous ses griffes...

Gryf rengaina son épée et laissa filer sa magie le long de ses griffes: une mouche finit foudroyée sans savoir pourquoi... Elle s'écrasa mais le monde l'avait déjà oubliée, personne ne s'y intéressait... Gryf commença à perdre le contrôle de lui-même...

Ouragan dut le sentir car il se mit à trembler et à s'agiter en hénissant. Gryf lui grogna un calme toi rapide avant de sauter de sa selle et d'atterrir accroupit sur le sol tandis qu'Ouragan rejoignait Nick en galopant, loin du danger imminent...

Valandil et Athalée se firent soudain attaquer par un oiseau parlant,... Mais le Jaguarian ne s'en souciait guère tout ce qui l'intéressait, c'était la chair et le sang de la jeune femme au fouet... Cette dernière dut s'en rendre compte car elle envoya son arme vers le pardusse.

Qui l'évita aisément... Il se redressa, ses crins roux voletant autour de sa tête... Gryfenfer leva la tête vers la jeune femme et lui montra ses pupilles rouges sang, comme celui qu'il désirait tant...

Le fouet claqua de nouveau et Gryf, cette fois, l'attrappa au vol. La jeune femme eut beau tirer, elle ne récupérerait jamais son fouet, du moins, ... Pas en entier... Il amena l'arme jusqu'à lui et la cassa en deux avant de se jeter sur la femme en grognant...

Alors qu'il allait enfin enfoncer ses griffes dans la chair, oh combien tendre de la fille, Valandil se précipita devant elle et Gryf, ne reconnaissant pas son ami mais un morceau de choix, n'arrêta pas son mouvement et griffa violemment son ami qui s'effondra dans un bruit sourd...

Alors que Gryf, si on peut toujours l'appeler ainsi, allait se jeter sur la jeune femme, il s'arrêta, sentant une drôle d'odeur... Une odeur qui pouvait être dangereuse pour lui... Il renifla l'air en levant la tête avant de se tourner vers les buissons en souriant. Un sourire carnassier...

Il grogna avant de lâcher en un râle rauque:" Sors de là..." L'instant suivant, les fougères se déchirèrent et surgit une bête immense. Rousse, énorme, des pattes garnies de griffes immenses, à faire pâlir un dragon,... Un instant, ils se contemplèrent, Gryf se mit en garde en murmurant:" C'est parti pour une baston."

Il se jeta sur elle en grognant. Elle l'évita d'un simple mouvement d'épaule. Le Jaguarian se retrouva le nez dans la poussière. Furieux d'avoir été berné, il se releva encore plus enragé. Mais cette fois, elle attaqua en rugissant. Gryf l'évita souplement mais alors qu'il; allait frapper, un poing le cueilli au menton et la tête du pardusse heurta un rocher et les ténèbres l'engloutirent...

-------------------------------------------------------------------------

La bête je m'en occupe ^^

La bête:

Elle avait sentit l'odeur de son fils adoptif dès qu'il s'était approché des bois. Elle avait grogné et avait pressé le pas: il fallait arriver avant la catastrophe! Elle sentit aussi l'odeur de trois humains, d'un oiseau et de trois chevaux.

Il, était sur l'un d'eux. Elle se cacha derrière un buisson, en se plaçant afin que personne ne sente son odeur. Elle Le vit enfin descendre de cheval. Il avait une aura,... Menaçante.

Elle s'apprêtait à se montrer, mais elle se retint: pas encore. Bientôt mais pas encore... Enfin, Il frappa l'humain à la chevelure bleue. Il la sentit enfin, il lui souffla de sortir se battre et elle se montra...

Il avait changé. Beaucoup même. Il avait un corps plus musclé mais également très fin. Il la vit. Elle le regarda. Il soutint son regard. Il se jeta sur Elle. Elle l'évita. Elle l'envoya ensuite valser.

Elle se redressa et s'ébroua. "Je regrette d'avoir à en ariver là" murmura-t-elle. Elle regardait Son corps roux allongé dans la boue, du sang coulant devant ses yeux. Voyant ensuite chevelure bleue dans le "même " état, Elle se reprit en pensant au mal qui rongeait le coeur de son fils adoptif...

Elle se remit à quatres pattes et s'avança vers les deux jeunes femmes. Elle sentit leur odeur et regarda leur aura: bonne toutes les deux , l'une moins pûre que l'autre mais bon... Ca fera l'affaire.Elle leur dit:

-Je ne vous veux pas de mal ne craignez rien. Je suis obligée de vous emmener avec moi. Je connais bien celui que vous nommez" Gryf". Mettez leur corps sur leur chevaux et suivez-moi.

En disant cette phrase, elle désigna les corps inanimés des deux garçons. Son ton n'était pas menaçant, mais il valait mieux obéir. Quand tous furent près, elle s'enfonça dans les bois... Elle les guida jusqu'à une grotte dans laquelle elles pourraient s'occuper des blessés.

La bête s'occupa personnellement de Gryf.Elle le descendit de son cheval et le ligota avec une corde improvisée: au cas ou il se réveillerai... Elle demanda à la fille rousse de s'occuper de chevelure bleue: Gryf avait besoin de lui et de son savoir...


(Elle ne vous fera pas de mal ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Dim 14 Mar 2010, 09:48

Tout s'était passé beaucoup trop vite a mon gout.Je détestais ces absences,ces moments ou ma conscience n'était plus.Désormais,je me retrouvai sans fouet et la bête qui avait surgi d'un buisson nous disait de venir avec elle.Dans ses rêves.Je n'aimais pas qu'on me donne des ordres a tout bout de champ,elle allait voir cette bestiole de quel bois je me chauffai,et croyez moi,elle ne ressortirait pas vivante de ce combat.Valandil s'était rendu a "la base"pour une bonne raison et elle ne devait pas l'empêcher de réaliser sa mission.En aucun cas je ne laisserai la bête faire de mal a la fille rousse,a Valandil ou au pardusse qui m'avait volé mon fouet.Le soleil se couchai.Je pris lentement mes deux poignards accrochés a ma ceinture et retenait ma respiration.

-Je ne vous veux pas de mal ne craignez rien. Je suis obligée de vous emmener avec moi. Je connais bien celui que vous nommez" Gryf". Mettez leur corps sur leur chevaux et suivez-moi.

Pour qui se croyait cette bête ? Pas pour quelqu'un de peu important en tout cas.J'aiguisai silencieusement mes deux lames dans mon dos.Mais je savais que je n'en aurai pas besoin.La bête ordonna a la rouquine de s'occuper de Valandil tandis qu'elle s'occupait elle même du petit pardusse.Le soleil était couché.J'étauis sûre que la bête serait surprise.Bien surprise.


-Rêve espèce d'animal puant.


La lune se leva.En l'espace d'une seconde,je put changer d'apparence.Je courus a toute vitesse vers la bête et le pardusse et m'élançai d'une pierre pour sauter.La lune était mon amie et la nuit ma sœur.La lune était pleine et j'avais mes pleins pouvoirs.La vraie Elenda s'était réveillée.


( Passage a la troisième personne)

Theme musical d'Elenda)

Ce n'est pas la fille aux longs cheveux bruns que tout le monde vit atterrir dans un fracas assourdissant.La terre s'était fendue sous des pattes immenses et poilues.Un grognement puis un hurlement se firent entendre.Plutôt menaçants il fallait dire.Le vent se mit a souffler et dans la pénombre de la nouvelle nuit,tous purent découvrir la véritable nature de la jeune femme.Une louve immense d'un peu moins de deux mètres au garrot se tenaient devant eux,babines retroussés,une flamme brûlant dans les beaux yeux de la bête.Son pelage noir était soulevé par les vent et ondulait.Oreilles en arrière,elle était prête a attaquer.Elenda aimait cette forme.Sous son aspect de louve elle était bien plus puissante que quiconque dans cette forêt.Mais peut être réagissait elle mal a la "provocation"de la bête ? Non.Elle en tout cas ne le croyait pas.Elle savait pertinemment que sous cette forme,elle ne risquai rien.

-Tu vas voir sale bête !Tu vas vite comprendre ta douleur !


C'était bien la voie railleuse et humaine d'Elenda qui s'échappa de la gueule de l'animal.D'un bond prodigieux,elle sauta sur l'animal qui lui faisait face et le rua de coups de griffes et de morsures sous les yeux horrifiés de la femme rousse qui s'occupait de Valandil.La bête hurla de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Jeu 18 Mar 2010, 15:51

Athalée, impassible, attendait que le combat commence sans lâcher des yeux la jeune femme aux cheveux noirs, jusqu’à ce que quelque chose frappe Valandil qui tomba de cheval. Son épée, tomba elle aussi. Il ne pourrait pas la récupérer assez rapidement pour se défendre. La jeune femme leva sa main, s’apprêtant à utiliser sa magie pour essayer de la récupérer mais, un rire, qui ne laissait rien présager de bon, se fit entendre... Elle était persuadée de l’avoir déjà entendu et quelque chose lui disait qu’elle connaissait déjà le nouveau venu. Perché sur une branche à quelques mètres d’eux se tenait, Jack...

Le hibou, qui n’avait pas changé et semblait toujours aussi idiot, se mit à chanter. La jeune femme était perdue. Pourquoi leur chantait-il cela ? Etait-il seulement stupide ou l’avait-il fait dans un but précis ? Elle tourna la tête pour observer la réaction de Valandil : elle constata rapidement qu’il ne comprenait pas plus qu’elle ce qu’il se passait. Voyant que sa petite chanson ne semblait pas les faire réagir plus que ça, le hibou s’envola de nouveau et... Attaqua une nouvelle fois. Athalée n’eut pas le temps de réagir et Jack fonça droit sur elle...

Les griffes du rapace se plantèrent dans son épaule et il retourna se percher sur un arbre. La jeune femme étouffa un cri. La douleur devenait de plus en plus insupportable et la lumière qui illuminait sa paume s’éteignit. Une tâche de sang apparut sur sa robe à l’endroit oû les serres de Jack avaient entaillé sa peau...


- "Hé bin dis donc, ma grande, t'est toujours aussi lente à réagir !"

Ce stupide hibou allait la rendre folle ! Elle le détestait. Elle l’avait toujours détesté ! Pourquoi était-il parti ? Alors ça bonne question ! Non, elle était sûr que ce n’était pas parce qu’il était jaloux d’elle, quoi qu’en dise Valandil. Cet oiseau la détestait et c’était réciproque. Il fallait qu’elle trouve un moyen de s’en débarrasser. Par sa faute, Valandil avait complètement oublié qu’il était censé se battre... Mais, sa stupide magie ne voulait pas marcher !

Valandil prononça alors quelques mots, sortant la jeune femme de ses pensées, qui semblait être la suite à ceux prononcés par Jack quelques minutes plus tôt. La femme aux cheveux noirs attaqua de nouveau Valandil. Le bruit du fouet ne plut pas à Rubis qui se mit en tête de se débarrasser d’Athalée. La jeune femme avait toutes les peines du monde à le calmer. Ne tenant plus les rênes que d’une seule main, la jeune femme tomba. Rubis partit rejoindre les chevaux de ses compagnons.

La jeune femme heurta le sol en grimaçant, à moitié assommée, elle entendit quelqu’un parlé sans vraiment saisir le sens de sa phrase. Elle releva la tête, trop vite, et ne réussit à distinguer que des ombres. Elle attendit quelques secondes que cela passe.

Retrouvant peu à peu la vue, elle reconnut Gryf qui s’approchait de l’autre jeune femme. Le pardusse, qui n’était plus vraiment lui-même, cassa le fouet de la jeune femme et attaqua. Valandil, voulant stopper son meilleur ami, se planta devant Elenda. Ce fut à ce moment précis qu’Athalée comprit, trop tard, ce qui allait se produire. Valandil leur avait avoué qu’il allait être tué par un monstre... Mais, ce n’était pas un monstre qui allait le tuer, c’était Gryf ! Elle savait ce qui allait se passer et elle ne pouvait rien faire pour l’en empêcher. La scène se déroula lentement sous les yeux de la jeune femme effrayée. Gryfenfer frappa Valandil qui s’effondra à quelques mètres du pardusse.

Athalée essaya de se relever avec une seule idée en tète :savoir si Valandil était toujours vivant. Un rugissement retentit... Une bête sortit des bois. Au dernier moment, Gryf préféra attaquer la bête. Plus agile, cette dernière l’évita et assomma le pardusse. Elle se remit à quatre pattes et se tourna vers elles tandis que la rouquine finissait par arriver à se lever. Alors qu’elle rejoindre Valandil, la bête s’interposa entre les corps inanimés des deux jeunes hommes et Athalée...


-Je ne vous veux pas de mal ne craignez rien. Je suis obligée de vous emmener avec moi. Je connais bien celui que vous nommez" Gryf". Mettez leur corps sur leur chevaux et suivez-moi.

Les ordres de la bête étaient clairs et la jeune femme comprit que ce n’était pas la peine de discuter. Elle semblait vouloir les aider et Athalée ne chercha pas à la contredire. La béryloise, sans jeter un regard de plus en direction de la bête ou de l’autre jeune femme, se dirigea vers Valandil.

Le visage blême, il semblait vraiment mal en point et Athalée ne pu s’empêcher de penser qu’il était trop tard... Elle s’assit près de lui. Il était vivant. La jeune femme poussa un soupir de soulagement. Elle retira sa cape, la plia et la plaça sur la tête de Valandil. La béryloise s’appliqua à refermer les blessures du jeune homme. Elle commençait enfin à comprendre comment marchait ce pouvoir et c’était plus facile de l’utiliser. Enfin, du moment que ce n’était pas trop grave. Même si, Gryf ne l’avait pas manqué, le jeune homme devrait s’en remettre. Mais, pourquoi l’avait-il attaqué ?

Elle ne savait pas ce qui était arrivé au pardusse ni pourquoi il avait réagi comme ça. Encore quelque chose que Valandil lui avait caché...Cela venait peut être de ses origines pardusses ? Ou peut être ignorait-il aussi que son meilleur ami allait agir de cette manière ? Athalée n’y croyait pas vraiment. Etait-ce la raison pour laquelle les autres élèves avaient toujours évité Gryf ?

La béryloise entendit alors un bruit derrière elle. Elle tourna rapidement la tête et eut juste le temps de voir l’espionne aux cheveux noirs prendre appui sur une pierre et bondir... Si, elle ne l’avait pas vu se transformer, Athalée n’aurait jamais pu y croire. Lorsqu’elle retomba sur le sol, une louve, aussi haute que la bête, se tenait à sa place. La rouquine ne pus s’en empêcher et elle poussa un cri de terreur. La bête, en l’entendant crier, se retourna et vit la louve l’attaquer. La louve profitant de la surprise de la bête, n’attendit pas et attaqua la bête.


-Tu vas voir sale bête !Tu vas vite comprendre ta douleur !

La bête poussa un hurlement de souffrance. Athalée ne savait pas quoi faire pour aider la bête. Il fallait qu’elle trouve un moyen de séparer les deux bêtes sans les blesser... Mais sa lévitation était-elle assez puissante pour faire léviter la louve, qui mesurait environ deux mètres de haut ?!? Et même si c’était le cas était-elle capable de s’en servir correctement ?

De toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix. La jeune femme tourna sa paume en direction d’Elenda et activa sa magie. Puis, sans vérifier si sa paume s’était éclairée, elle déplaça sa main ...


[Je te laisse décider si, elle a réussit ou pas .Dites moi si je dois modifier quelque chose.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Mar 23 Mar 2010, 14:16

Blanc, tout est blanc.

Pas d'autres couleurs. Il est omniprésent : pas d'encre, pas de pigmentation, pas la moindre petite tache.
Rien. Le vide.
Blanc, tout est blanc.
Le danger est là. Sa présence domine l'atmosphère. La lumière est de plus en plus vive, aveuglante...
Blanc tout est blanc.
Trop de blanc, mes yeux me brûlent. Tout s'assombrit. Une sensation bizarre me parcours, comme si je sentais mon sang s'écouler tout autour de moi. Bientôt, la lumière disparaît. A nouveau, le vide. Un flash d'ombre perce la lumière, et tout s'assombrit. Je faiblis, j'ai froid. Je renonce...

Noir, tout est noir.


Qu'y a t'il de plaisant dans l'obscurité, dans la mort elle même ?
Rien à première vue. La hantise d'un drâme prochain nous pousse à vivre comme si demain n'existerait pas. "Profite de la vie" en est l'expression clef. Notre destin funeste de mortel est déja tout tracé : On nait, on vie, on meurt. Il n'y a pas d'alternatives. Nous ne sommes pas immortels, ni maîtres magiciens et encore moins des dieux. Nous serons déportés dans les grandes plaines de lumières pour y trouver le repos éternel et cela s'arrête là.
Nous avons toujours cru à la vie après la mort mais que vaut cette existance si elle n'existe pas vraiment ? Y serons nous libre ? Pourrons nous nous y mouvoir ? Ressentirons nous des émotions ? Trouverons nous enfin le repos tant cherché et convoité ? Il faut que je sache !


Noir, tout est noir.
Est-ce la fin ?


Du haut de son perchoir, stupéfait, Jack avait observé la scène avec un grand intéret. Ce n'était pas le fait que son ancien mâitre soit tombé sous les griffes de son ami, qui lui donnait ce regard ; C'était au contraire le fait qu'il se soit interposé pour sauver la vie d'autrui. Le hibou grand duc était forcé de reconnaitre la triste vérité : Valandil s'était sacrifié et avait donné sa vie pour un autre. Il n'y avait pas d'acte plus important et plus noble aux yeux des monarques, penseurs, philosophes et chevaliers, tout royaumes confondus. Faire abstraction de soi, refouler son égoïsme au profit d'une initiative destinée à protéger un être que l'on juge plus important.
Le fils Anàrion avait réussi le test d'entrée avec une facilité remarquable : Il s'était souvenu de l'hymne de l'Ombre de la Justice et avait réussi à protéger des membres de ce groupe au prix de sa propre vie. Il était digne de succéder à son père.


***

Dans les cieux, perçant les nuages de son vol gracieux, distançant les villages et les terres qui le séparaient du Royaume d'Emeraude ou il avait attendu que son amie soit rétablie, Racoon, le faucon Pelerin de Valandil, plongeait en piquée sur sa proie...
Quelques dizaines de mètres en dessous se tenait le responsable de toute cette mascarade, celui là même qui avait volontairement attaqué Larien, la buse de Haris, et qui l'avait laissée à moitée morte pour des raisons inconnues, celui qui avait toujours été son rival au titre de premier messager de la fauconnerie, ce même oiseau qu'il avait si souvent jugé trop sournois et cachotié sans même se rendre compte des noir dessins auquel il était rattaché, ce vieil oeuf brisé aux yeux globuleux et à l'air hirsute : Jack !
Depuis toutes ces années, une occasion inespérée de se débarrasser de lui s'offrait enfin ! Toute cette rancoeur, cette haine et cette jalousie qui s'était accumulée dans le coeur du rapace avait enfin la chance de pouvoir s'exprimer et cette fois-ci, personne ne serait là pour l'en empécher : L'impact serait précis, net et meurtrier !


***

La Lumière naît en choeur avec la vie.
La prière plaît aux coeurs grâce à l'envie.
L'aurore triomphe du soir par sa vertu.

Tout cela ne fait qu'un, essence de l'homme,
Combustion nécessaire du je vers tu,
Protégeant ce soleil précieux par vélum.

Sa chaleur, à chercher vers le Sud, on s'évertue.
Jeune, on court les chemins pour trouver la Lumière
Alors qu'elle est interne et familière.

Blanc, tout est blanc...


***

Monochrome multicolore.
La lumière ténêbreuse du néant apparaissait enfin. Les Archanges allaient enfin sceller son âme et la guider au delà du repose éternel.
C'était comme si les illusions étaient soudainement devenues réelles, comme si avaient été dôtés d'un sens. C'était la nuit en pleine journée et le soleil nocturne obscurcissait la vie. Opposition négative et distincte.
Dans ce rêve éveillé, tout était harmonieusement disproportionné : Des formes étranges se mouvaient aux sons d'une symphonie de l'immaginaire et des couleurs inconnues se distinguaient dans un kaléïdoscope spiralesque et hypnotique.
Verre vitrillé, cristaux et pierre précieuses, babioles gargantuesques : l'enfer du vide avait laissé place au paradis des yeux. Une myriade d'objets et de bijoux myrifiques ornaient les buissons, les arbres, les maisons, les vallées, les montagnes et le ciel d'un univers parallèle aux richesses paranormales.
Là, face à cette vision surnaturelle, posté sur un trône d'or, de cuivre et de pierres agentés, posté sous un grand chêne aux racines saphires, au tronc turquoise, aux fruits de rubis et aux feuilles d'emeraudes, siègeait un homme âgé au regard inquiet et aux traits de visage familliers. C'était celui-là même qu'il avait vu dans ses prémonitions, celui qui l'avait mené jusqu'à son heure fatidique.

A cet instant précis, son coeur se serra. Il comprit qu'il avait échoué et qu'il était tombé sous les griffes acérées de son ami pardusse.

On en change pas son futur, ni son destin.

Cette histoire drammatique devait s'échouer ainsi, ici, dans l'entre monde que l'on nommait "Purgatoire".



- "Approche..." Lui demanda une voix grâve et caverneuse, usée par les aléas du temps.

Il s'exécuta et avança sur un sol carrelé de marbre sombre.
Chacun de ses pas résonnait d'une nouvelle note musicale et diffusait d'étranges auréoles de lumières vives...
Symboliquement, ils sonnaient le glas de ses derniers battements de coeur.
Tandis qu'il avançait sans s'en rendre compte, il dicernait petit à petit les multiples facettes qui composaient le visage ridé du vieil homme.
Ainsi, il n'y avait plus aucun doutes. Cette ressemblance, cette vision, ce voyage...
Tout n'était qu'une pure manigance pour des retrouvailles qui n'avaient que trop tardés et qui avaient un but précis : Un avènement : Le sien.
Autour du cou de cette apparition pendait une chainette de bronze représentant une trèfle et une dent de dragon. Symbole et sceau de la lignée des Anàrions, marque qu'il avait toujours trouvé sur son grimoire sans jamais n'y prêter réelle attention. Tous ces indices, toutes ces évidences...

Il n'y avait qu'une seule et logique possibilité...


- "Père...?" Osa t-il demander timidement, l'espoir que cela puisse être vrai.

L'interrogé arqua un sourcil, comme si il fut étonné que l'on ait pu l'appeler ainsi, puis se mit à sourire tendrement.
Un flot de sentiments contradictoires semblait peser sur l'atmosphère. Comment réagir face à la personne que l'on désirait le plus voir, à qui l'on avait tant de choses à dire et que l'on détestait pour ce qu'elle avait pu vous faire subir ?
Entre abandon et pardon, il y avait un gigantesque précipice...
Mirage ? Ou pouvait bien se trouver la réalité dans ce capharnaüm de magie ? S'en était trop...
Comment faire lorsque l'on se trouve face à l'évènement le plus attendu et le plus redouté à la fois ?
Son âme était prisonnière entre le marteau et l'enclume, sous la pression d'un nombre incalculable de sensasions incompatibles.
Heureux, triste, rageur, soulagé, émotif, reconnaissant, paniqué, conscient, admiratif, penseur, fou ?
Son corps était parcouru de nouvelles convulsions...


Flash Back
Flash Black
Noir, Tout est Noir


Impression de déja vu.
Il avançait dans la forêt du Royaume de Turquoise.
Ambiance naturelle et préhistorique, bordée de Cycas, Gynko et fleurs tropicales. Une rivière dansait le long des Cyprès chauves et de différentes espèces de Fougères géantes. Son son cristallin ruisselait lentement et propageait un doux écho porteur de vitalité pour toute la faune et la flore avoissinante.
Tandis qu'il chevauchait Nick à travers un tunnel de branches d'arbres sinueuses, accompagné de ses fidèles amis : Athalée, sa compagne et Gryfenfer, son meilleur et ami de toujours, il fut contraint de s'arrêter et de leur expliquer le but de leur mission en ce lieu reculé. Quelques instants plus tard, ils affrontaient une espionne de L'Ombre de la justice et Jack, son ancien partenaire, qui leur barrait la route.
Il revoyait toute cette scène en tant que spectateur...
Tout était fidèlement reproduit, même jusqu'à son intervention pendant la crise de Gryf. Aucun détails ne manquaient.

A moins que...

Une douleur lui labourra la tampe droite et lui lançait de violents ultrasons dans les oreilles. Une nouvelle fois, il se sentit faiblir et son nez saigna comme si il se l'était cassé...
C'était comme si il avait soudainement eut une revelation...


- "Alors, tout ceci n'était qu'un mauvais rêve..."

[ Suite in the next post !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Dim 28 Mar 2010, 10:54

Tel un sifflement sournois, conduit par un geste foudroyant, le faucon fella l'air de ses ailes blanches d'acier et s'abbatit sur la forêt en un éclair. Un cri rugissant, perça l'équilibre du monde et stoppa l'étincelle dans son grondement.
Racoon observait la bête. Elle était grande, robuste, à l'allure féline et aux reflets de braises. Le poil long, des crocs et des griffes pointues, tranchantes comme des rassoirs, elle avait tout d'un monstre cruel et sans pitié. Heureusement, ce n'était qu'une impression : elle ne s'interessait qu'au corps de Valandil et à ce pardusse que son maître aimait beaucoup. Le rapace stagnait sur place, dans le ciel, à quelques mètres de la cîme d'un pin, celui sur lequel se trouvait Jack. Ce dernier, l'avait d'ailleurs repéré et avait ainsi anihilé ses espoirs d'embuscade. Tout ce qui importait désormais au hiboux, c'était de clarifier les choses.
D'un tour de tête à cent quatre vingt degré, il observa de ses deux gros yeux oranges la mine déconfite de son ancien camarade de fauconnerie. Racoon, furieux descendit se poser sur une branche de seigle, annexe, prêt à affronter son ennemi juré. Ce n'était pourtant pas dans les intentions du Grand duc de se battre. Il avait de nombreuses révélations à annoncer et il lui fallait pour cela calmer les ardeurs de tout ce petit monde en folie.
La bête se tourna soudain vers le hiboux et lui transmit les informations suivantes :


" -Je ne vous veux pas de mal ne craignez rien. Je suis obligée de vous emmener avec moi. Je connais bien celui que vous nommez" Gryf". Mettez leur corps sur leur chevaux et suivez-moi."

La suite s'enchaina à une allure indéchiffrable : Elenda Analya se moquait des agissements de La Bête et se fichait totalement de son intervention. Sa seule option pour réagir à la menace avait été de se métamorphoser en une forme plus adaptée au combat rapproché, sous l'apparance d'un loup ténêbreux comme une nuit sans lune.
Cette pinbêche de Béryloise avait même tenté de jeter un sort à l'oiseau et ce dernier fut obliger d'élever une barrière de protection pour empécher la slave d'atteindre ses points vitaux. Il n'était pas courrant de voir un hiboux parlé et encore moins de le voir manipuler la magie. Le détail n'avait échappé à personne, si bien que celui que l'on pensait connaître décida de se réveler au grand jour.
D'un simple battement d'ailes et dans une luminescence dorée, le rapace nocturne apparaissait enfin sous sa véritable apparance...
En une seconde, il s'était placé entre l'espionne et la Bête, puis, d'un seul coup de serres avait stoppé les griffes de la louve, sous une pluie de plumes d'un vert de jungle et zébrés de rayures d'un bleu saphir.
A la manière d'un doux Siroco de Fal, de minuscules particules de terre voletaient autour du nouveau personnage, gravitant autour de lui comme des astres autour d'un soleil.
Le temps semblait s'être arrêté. Tous observaient désormais l'étincellant plumage de l'homme-oiseau qui était resté pendant des années sous la forme d'un hiboux grotesque.
L'incompréhension et la peur semblait gagner peu à peu les lieux, si bien que la Bête possa un rugissement terrifiant.
Jack décida alors de reprendre la forme que l'on lui connaissait tous. Il avait suffisament attiré l'attention sur lui et l'assistance n'attendait plus que des explications de sa part.


- "Nous avons des choses à nous dire..." Annonça t-il de sa voix agançante, tout en se positionnant sur une souche voisine.

Sur la branche de seigle, le regard de Racoon était passé de la haine à l'incompréhension. Athalée était resté de marbre, n'osant pas attirer plus l'attention face à ce nouveau danger.
Habitué aux évènements qui avaient lieu au sein de l'Ombre de la Justice, Elenda n'avait pas bronché quant à l'apparition de l'oiseau. Elle connaissait déja sa véritable identité pour avoir préalablement collaboré avec ce dernier.


- "Avant que tout ceci ne se change en conflit, il faut que vous m'écoutiez attentivement : Cette mise en scène n'est qu'un test destiné à évaluer les capacités de Valandil."

Il s'adressait surtout à la jeune femme aux cheveux roux et au faucon pélerin qu'il connaissait bien. Les autres étaient déja au courrant de cette mascarade.

- "Votre ami va bien et Gryfenfer à simplement fait une crise. Nous allons prendre soin d'eux le temps que les choses se remettent dans l'ordre. Je sais que vous avez des quesions et je vais vous y répondre dès maintenant."

Ces mots avaient été comme un soulagement pour les amis du voleur mais il n'en demeuraient pas plus curieux et frustrés d'avoir été les objets d'une manipulations douteuse.

- "Le Chef de l'Ombre de la Justice était jusqu'à ce jour un dénommé Drake Anàrion. Père légitime de l'homme que vous avez cotoyé ces dernières années. Malheureusement ce dernier se savait mourrant et il avait projeté depuis des années de céder ses pouvoirs et son titre à son seul héritié connu : Valandil. Pendant près de huits années, j'ai été recommandé pour le surveiller et lui assurer une protection constante jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de se débrouiller tout seul. Elenda, ici présente, faisait égallement partie des personnes qui travaillaient à Emeraude et qui étaient chargés de la fillature de votre ami. Vous ne l'aviez encore jamais vu, car c'est notre meilleure espionne et elle est très douée en matière de camoufflage et de déguisements. Ainsi, pendant cette période d'observation, j'ai décidé de jouer le rôle de cet oiseau qui se trouve devant vous. Certes, ce n'est pas ma véritable apparance mais vous comprendrez aux vues de mes origines qu'il est préférable que je reste sous cette forme afin de préserver mon anonymat."

Et il n'avait pas tort. Depuis le sorcier Asbeth il y a 600 ans, les habitants d'Enkidiev étaient effrayés de tous les êtres qui pouvaient venir du ciel. Lorsqu'il avait su qu'il devrait servir le Seigneur Urianos pour le restant de sa vie, Jackörsonn, de son vrai nom, avait décidé de fuir son île natale pour monter un groupe qui l'aiderait à libérer son espèce de l'envahisseur insecte. Ce but, il l'avait toujours mené en secret jusqu'à ce qu'il rencontre Drake. Leur association fut l'une des plus importantes acquisitions de l'Ombre de la Justice car l'oiseau disposait d'atouts magiques grandement utiles au sein du groupe.

- "Valandil a jusqu'à présent suivit l'enseignement de son grimoire à la lettre car il savait qu'il serait prochainement appelé à reigner sur ce groupe. Cepandant, nous disposions de nombreux ennemis et notre identité et notre discretion sont primordiales pour notre sureté. Voilà pourquoi il a été mis sous la protection du Roi Elthor pendant sa jeunesse. De cette manière, personne ne pouvait douter de son rôle et de son but prochain. Jusqu'à il y a 5 ans, tout se passait à merveille mais des complications sont intervenues..."

L'homme-oiseau s'arrêta un moment et plongea son regard perçant dans les yeux de la Béryloise, l'air menaçant.

- "Notre futur chef a malencontreusement commencé à se faire des amis et des rencontres et sa stabilité s'est retrouvée ébranlée, c'est pourquoi nous avons essayé de vous éloignez de sa destinée... Mais vous étiez déja trop proches pour tenter quoi que ce soit. C'est pourquoi j'ai disparu et que je suis retourné à Turquoise avec Elenda pour superviser les évènements et mener mes recherches."

Il marqua une pause et son regard fut plus inquisiteur et plus insistant.

- "D'ou pouvait bien sortir une jeune fille amnésique aux pouvoirs magiques sinon d'un endroit dangereux ? Et bien ma chère Athalée, je dispose des réponses qui pourraient t'aider à te souvenir mais je préfèrerais attendre l'accord de Valandil pour te le réveler... Quoi qu'il en soit, je me suis toujours méfié de toi et je te considère toujours comme une menace !"

Si Gryf n'avait rien à envier puisqu'il était le fils adoptif de la Bête et que l'Ombre en était informée et le savait en sécurité à Emeraude, ils n'avaient reçu aucune informations sur Athalée et sa présence en ces lieux inquiètaient les membres de l'Ombre.

- "Valandil t'a accordé sa confiance, c'est pourquoi nous ne t'arrêterons pas pour t'interroger, mais saches que tu n'est pas la bienvenue !"

Le ton était dur et sans compasion. Pour des raisons inconnues, ils refusaient la présence de la jeune femme et ils semblaient inquiet à l'idée qu'elle puisse les cotoyer.
Ce n'était pas comme si elle avait la peste, mais presque.


- "Bref, passons cet épisode ininteressant pour nous rapprocher de l'actualité : Drake est décédé il y a une semaine et il a utilisé ses derniers pouvoirs pour transmettre un message à Valandil. Ce message, il l'a reçu sous forme de vision qui lui causait un léger traumatisme crannien. Vous avez surement du observer ses migraines et ses saignements..."

Ce n'était pas faux, plusieurs fois, Valandil avait été sujet à des maux de tête intenses et des saignements notoires. Fragile et désorienté il avait été à deux doigts de sombrer dans l'inconscience.

- "... Cette mort a grâvement atteint le moral de nos rangs et les esprits s'achauffent désormais pour la prise de pouvoir et l'élection d'un nouveau leader. Drake avait tout prévu en envoyant son fils loin de tous ces problêmes de politiciens. Désormais, c'est à lui de reprendre le flambeau laissé par son père : il va être nommé Chef de L'Ombre de la Justice."


***


Chef ? Lui ? Depuis toutes ces années qu'il avait passé à assimiler des connaissances et des techniques de malandrins, jamais il n'avait vraiment soupçonné de devoir remplacer son géniteur au sein de la guilde qu'il menait.
Certes il avait toujours étudié avec assiduité et volonté toutes les leçons pratiques, la politique, l'utilisation de la magie, le language, les stratégies, l'art du combat, les mathématiques... Mais il avait toujours ignoré sa réelle destinée et s'était toujours focalisé uniquement sur le présent et ses rares visions prémonitoires. Désormais, le rêve prennait le goût d'une amère réalité.


- "Alors tout ce temps, vous m'avez éloigné de l'Ombre simplement pour que je puisse étudier et vous succéder ?"

Il y avait un air outré dans la voix du voleur, qui comprennait enfin qu'il avait été l'objet d'une manipulation pendant toute sa vie et de surcroit, que c'était son propre père qui en était l'investigateur...

- "Pourquoi ...?" Lachâ t-il simplement, serrant les poings, cherchant à canaliser sa colère...

La tristesse dans l'âme, Drake prononça les mots qui lui semblaient le plus juste et le moins blessant à avouer :

- "Je n'ai jamais voulu me séparer de toi, seulement tu comprendras très rapidement que le rôle de chef est très convoité dans une communauté et que certains n'hésiteront pas à te tuer pour l'obtenir. C'est par sécurité que je t'ai envoyé vivre à Emeraude afin d'éviter que l'on ne puisse t'enlever ou te faire du mal, chose que je n'aurais pas supporté...
J'ai toujours cru que je pourrais rattraper le temps perdu lorsque tu serais un homme, mais la maladie m'a rattrappé et je suis mort sans avoir pu te voir de mes propres yeux... Je regrête tant..."


C'était un réel déchirement pour tous les deux.
Valandil venait de retourver son père et l'avait perdu de nouveau. Drake n'avait pas pu voir grandir et n'avait jamais élevé son propre fils. Sa fierté en avait pris un grand coup.
Ils s'observaient d'un regard rempli de tristesse. C'était la première et la dernière fois qu'ils se verraient.
L'ex-chef de l'Ombre de la justice l'avait pourtant prévenu dès le début de leur conversation : Il était mort et n'apparaissait que sous une forme iréelle et fantômatique, simplement dans le but de lui transmettre un message et ses dernières volontés.
De la même manière que Jackörsonn, il lui avait narré le rôle de l'oiseau ainsi que toute l'histoire qui avait plané autour de lui, dévoilant de cette manière les nombreux mystères qui étaient restés trop longemps enfouis. Il lui avait même révélé les origines d'Athalée, sa compagne et il en était resté bouche-bée et impuissant. Il voulait que le cauchemard prenne fin.


- "Valandil, pendant toutes ces années je t'ai observé à travers les yeux des oiseaux que je t'avais offert, alors qu'il n'étaient encore que de petits oisillons. Crois-moi, je n'ai manqué aucun évènement et je peux t'avouer que je suis fier de ce que tu es devenu. Si tu es fort dans ton coeur comme je le crois, personne n'aura à te dicter ta conduite. Si tu fais confiance à ton amie et si tu l'aimes vraiment, prouves le lui et ignore les réactions des autres. Seuls tes propres choix compterons désormais. Aussi bien ceux de ta vie personelle que ceux que tu devras prendre pour l'Ombre. Libre à toi de réveler à Athalée ses origines et de la protéger. Quoi qu'il en soit, ne doute jamais de tes capacités : tu portes en toi la flamme et la volonté de vaincre les ennemis d'Enkidiev et je suis sur que tu réussiras la tâche qui t'a été confiée. Tu es mon fils, ma plus grande réussite. Je suis honoré de te savoir à ma succesion. Saches que je t'ai toujours aimé malgré les absences et que..."

Il ne put pas terminer sa phrase. Déja, son film le serrait dans ses bras et cette étreinte lui procura un bien immense. Jamais plus il ne pourrait agir ainsi. C'était un instant unique et toute sa rancoeur s'était changé en amour.

- "Merci Père..." Annonça Valandil d'un voix triste et pleine de gratitude.

- "Prends soin de toi fils. Tu y arriveras. J'ai confiance en toi..."

Puis tout devint trouble. Le trône en or fut souffler comme une trainée de poussière, les couleurs devenaient plus froides et obscures, le son s'était éteint et le monde féerique avait laissé place à un enfer chaotique.

Come back
Come black
Noir, tout est Noir...






[Je vous laisse poster une dernière fois. C'est fini pour moi dans ce RP. (je suis K.O pour un bout de temps.)^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Dim 28 Mar 2010, 14:05

La violence avait rendu Gryf plus fort... Le temps d'un soupir... Un long soupir, je dois l'admettre ^^, mais un soupit quand même...

Mais maintenant, le Jaguarian se sentait,... Lessivé,maintenant que la rage l'avait abandonné. Un mal de tête le faisait souffrir atrocement.

La sensation de se sentir vide l'énervait au plus au point! Il voulait du sang! Mais en même temps... Il n'en avait plus tellement envie...

Un véritable combat s'opère dans l'esprit du jeune pardusse. La bonne partie et la mauvaise partie de son âme... Toutes deux s'affrontent...

Finalement, la bonne partie l'emporte et Gryf se sent renaître. Il se sent enfin lui-même. Il n'est plus cette bête assoiffée de sang.

Dans un songe, Gryf voit apparaître d'autres personnes... Qui sont exactement comme lui. L'une des silhouettes s'approche de lui et lui prend l'épaule avant de s'évanouir...

Gryf ouvre les yeux... Sa mère est à côté d'un loup et entre eux deux, un rapace... Gryf n'a jamais réussi à faire la différence entre les oiseaux de Valandil, mais s'en était un...

Gryf veut se lever et porter secours à sa mère mais... Des liens en corde le retienne. Et il est impuissant face à un massacre imminent.

Le pardusse veut pousser un rugissement de rage mais sot de sa gorge un bruit rauque et silencieux... Un murmure impossible à entendre...

Il sent soudain un liquide chaud s'écouler de l'arrière de son crane. Ne pouvant passer la main sur ce dernier pour s'inquiéter de la nature du liquide, il apperçoit une flaque à ses pieds...

Une flaque rouge... Rouge sang.... Et ce sang semble provenir de son corps à lui!! Tout lui reviens alors en mémoire... Il quitte de nouveau le temps et plonge dans l'inconscience suite au manque de force...

Tout lui reviens en songe...

L'attaque surprise,... La perte du contrôle de lui-même,... L'envie de sang,... Ses griffes dans la poitrine de Valandil,... Les souvenirs reviennent tourmenter le pardusse qui sombre lentement,...

Quand il rouvre les yeux, Valandil est levé, tout le monde parle et Gryf ne peut toujours pas se lever. Cette fois,il appelle:

-Heu,... Les gars?! On pourrai venir m'aider si ça ne vous dérange pas, puis, m'expliquer ce qu'il s'est passé?


---------------------------------------------------------------------------
La bête:

La fille aux chveux noire avait laissé place à une louve noire également... La bête passa la langue sur ses canines en pensant:

-**Enfin un Adversaire à ma taille**

Mais la louve avait bougé plus vite que prévu et une douleur fulgurante traversa l'avant bras de la bête qui poussa un hurlement de douleur.

Mais elle se reprit rapidement et envoya l'animal bouler,mais alors qu'elle allait l'achever,... Un oiseau vint se poster entre elles..

Sentant que c'était quelqu'un d'important, la bête laissa la bataille de côté et laissa retomber ses pattes le long de son corps en écoutant.

Ce fut un long, très long discours... Elle ne put s'empêcher de bailler... Le rapace utilisant des mots un peu compliqués pour elle, elle cessa d'y porter attention...

Gryf dormait toujours et cela devenait inquiétant. Pour s'assurer de sa santé, elle s'avança vers lui et remarqua qu'il était en fait éveillé mais très faible...

Elle coupa les liens qui retenaient son fils adoptif et le prit à part... Lui même avait entendu toute l'histoire et elle avait une révélation à faire...

Et cette chose allait sûrement boulverser sa vie à jamais...

---------------------------------------------------------------------------

Gryf:

Sa mère l'ayant libéré, Gryf la suivait dans la broussaille. Ils s'arrêtèrent près d'un cours d'eau et Gryf s'empressa de soigner son crâne meurtri.

La bête s'était assise face à l'eau et le regardait faire... Gryf, quand il eut fini sa besogne, leva son regard vers le sien et lui demanda finalement:

-Que se passe-t-il? M'ma?

La bête soupira avant de répondre:

-Assied toi, cela risque d'être long...

Un frisson de peur parcouru le dos du pardusse qui obéit néanmoins aux ordres de sa mère...

La bête commença sans plus attendre:

-Gryf,... Comme tu le sais déjà, tu n'es pas comme les autres personnes de ton âge. Tu es ce que l'on appelle, un pardusse,...

Le Jaguarian haussa un sourcil: tout cela il le savait déjà! Pourquoi tant de mascarade?!

-Mais tu ne sais pas tout... Je vais aller droit au but: je ne suis pas ta véritable mère...

Le monde parut s'effondrer autour de Gryf. Son coeur rata un battement, puis un autre,... Tout ce dont il pensait être sûr n'était en fait que des illusions...

La bête continuait, comme pour en finir le plus rapidement possible:

-L'homme que je faisais passé pour ton père était un ami. Il t'a trouvé près de la chaîne de volcan et il t'a ammené ici dans la forêt. Peu de temps après, il décédait suite à une chute d'une falaise...

La bête murmura ensuite pour elle-même:

-Je lui avait dit de faire attention...

Elle se ressaisit et continua, regardant Gryf dans les yeux:

-Je t'ai donc élevé comme mon propre fils. Tu étais si fragile, si attendrissant, dit-elle en lui ébouriffant la crinière, et, de plus, tu me ressemblais, alors j'ai pris soin de toi...

Gryf secoua la tête pour remettre sa fourrure en place avant de se lever et de s'éloigner en silence... Sa "mère" le ratrappa rapidement:

-Je peux comprendre que tu soies affligé et déçut mais je te prie de croire que je faisais cela pour ton bien...

La vue brouillé par les larmes, le pardusse se retourna vivement et se jeta contre la bête en étouffant un sanglot rauque...

-Je ne suis pas faché,... Comment le pourrais-je? Je suis juste triste de la réalité qui vient de m'être révélée...

Il restèrent longtemps ainsi: Gryf, collé contre sa mère et... Non! Il fallait qu'il arrête de la prendre pour sa mère! après quelques minutes, Gryf releva la tête et s'éloigna du corps chaud de la bête.

Il passa sa main griffue sur ses babines où ruisselaient des restes de larmes et murmura:

-Peu importe ce que tu viens de me révéler, tu sera toujours ma mère dans mon coeur...

Elle sourit et répondit:

-Idem,... Gryf...

Ils se serrèrent une dernière fois, puis, Gryf soigna la plaie de sa mère et ils retournèrent près des autres, patte dans la patte...


Finish!!!!!!! Ouais!!! Je suis out aussi moi... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: -={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=- Mer 07 Avr 2010, 11:06

Athalée n'a rien à ajouter, Gryf a terminé, Elenda n'est plus là, je n'est rien d'autre à mettre, donc :

[FIN DU RP]
Revenir en haut Aller en bas

-={ Pour que tout reste un mauvais rêve... }=-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-