___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un premier entrainnement [Pv Kosuké]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Mar 01 Déc 2009, 13:21

Il s'était levé peu de temps avant l'aube. Un simple regard à sa gauche avait suffit à l'informer que Kosuké étaient encore en train de somnoler. Croisant ses bras dans son dos, il resta là un moment, simplement à fixer le plafond, tandis que la lune étendait son voile immatériel au travers de la lucarne, caressant les pierres froides du sol. La voûte au dessus de lui a peine visible dans l'obscurité, il continua pourtant de la fixer un moment. Les pensées éparses. Il repensait au banquet qui s'était donné hier soir. Ce dernier s'était terminé tard, mais Curtis avait sûrement été l'un des derniers à regagner sa couche. Même si il n'avait pas et pour autant l'un des plus festifs... Il s'était contenté, comme souvent, de rester dans un coin d'ombre, adossé à un mur, et de fixer les choses qui se produisaient devant lui. Il avait échangé quelques mots avec certain de ses frères, mais il était surtout resté seul, froid et neutre... Fidèle à ses habitude. Les heures avaient passés, et uns à uns, les chevaliers allèrent se coucher, certains trop ivres pour regagner leur couche par eux mêmes.
Curtis avait fini par se retirer lui aussi, l'âme en peine. Mais contrairement à ses frères, il n'avait pas pris la direction des chambres. Il avait préféré partir s'isoler sur les toits du château. Il s'était alors enfoncé dans les couloirs, impassible, mais incapable de rester plus longtemps en présence de quiconque.

Lorsqu'il déboucha sur le toit, il s'abreuva de la lune et de ses sujettes quelques longues secondes. Il fit encore quelques pas sur l'ardoise pentue, avant de se laisser choir sur la pierre, la tête près des genoux. Malgré tout, quelques fugaces souvenirs étaient remontés, mémoires d'époques plus heureuses... Malgré tout, le visage de Jeni était remonté à travers ses pensées, nouant sa gorge. Il n'était pas parvenu à oublier que, un an auparavant, il s'était tenu ici, près d'elle, sur le même toit. Le plus étonnant, c'était qu'avec le temps, la douleur ne semblait pas s'apaiser. La seule personne à qui il s'était vraiment révélée, la seule personne avec qui il n'avait pas été de glace et ressenti quelque chose. Cette seule personne, c'était aujourd'hui aussi la seule qui le peinait, et qui en avait le pouvoir. La seule qui parvenait encore à joindre la distance qu'il gardait entre ce qu'il était vraiment et le monde dans lequel il vivait... Ainsi, ce soir là, sur le toit, il se noya dans les rayons fantomatiques, abîmé quelques part entre ses pensées et des souvenirs douloureux. Quant tout le monde était parti se coucher, et les seules personnes à encore rester debout étaient les veilleurs, il resta tout de même la tête dans les genoux, le regard perdu dans l'horizon. Ce soir là, il ne fit pas comme il le faisait souvent, fusionnant avec la nuit, atteignant l'harmonie en restant froid et insouciant. Non, ce soir là, la peine l'avait trouvé, une chose qui s'avérait bien rare. Les heures passèrent, mais lui restait. Il redescendit finalement du toit, incapable de trouver un baume pour masquer sa souffrance. La mine froide, presque sombre, il traversa les couloirs du château, prenant la direction des dortoirs des chevaliers. Atteignant la grande salle de l'aile, il monta les escaliers, longeant le long couloir percé de lucarnes. Il arriva finalement à sa chambre. Parvenant à la poignée, il marqua un temps d'arrêt, recomposant sur ses traits, un air froid et impassible. Il pressa finalement sa main sur la poignée, pénétrant dans la chambre. Kosuké dormait dans son lit, paisible. Curtis se dévêtit lentement, il regagna finalement sa couchette. Tournant les yeux fers la fenêtre, il fixa la lune au dessus du toit. Il trouva finalement le sommeil...

Mais la nuit fut courte, une heure, peut-être deux. Ainsi, il se réveilla, fixant le plafond, avant de s'abîmer dans ses souvenirs. Il prit finalement la décision de se parer. Se dirigeant vers la commode, il s'empara d'une paire de braies et d'une tunique. Passant les vêtures dont il s'était emparé, il laça ses bottes à ses pieds, avant de quitter la chambre, silencieux. Plus, dans le ciel marine, on voyait le soleil qui commençait à apparaître. Ne s'attardant pas sur cette vision, il bifurqua, prenant la direction des bains. Descendant la volée de marches, il traversa la grande salle, les tables encore encombrées de victuailles, une odeur de nourriture et d'alcool emplissait toujours l'air. Dans les différents âtres de la salle, quelques braises, éparses, se mourraient. Il continua à traverser les couloirs, se rendant aux étuves...

Une fois qu'il parvint au vestibule, il franchit les deux lourdes portes, pénétrant dans la pièce de marbre blanc. Il se défit de sa tunique, et passa une serviette à sa taille. Il accéda ensuite à la pièce voisine. Il apprécia l'air chaud qui accéda à ses poumons. Autour de lui, les torches se mourraient, mais il préférait l'obscurité, plus reposante, pour délier ses muscles. Il s'approcha du rebord des étuves, dénouant le nœud qu'il avait opéré à sa serviette. Il posa ensuite un pied dans l'eau, et les autres pas suivirent, son corps se détendant graduellement sous l'action des eaux. Arrivant au sol, il se laissa couler, laissant l'eau l'entourer, profitant du bruit sourd et calme qui occupait les eaux. Remontant à la surface, il mit ses cheveux en arrière, il se rendit finalement vers un des banc qui occupait le rebord du bassin, s'aidant d'une brassée. Reposant finalement son dos sur la pierre veinée, il laissa les eaux chaudes détendre ses muscles...
Il ferma alors les yeux, laissant le calme et le clapotement des eaux l'envahir.

Ce n'est que plusieurs heures après qu'il les rouvrit, serein. Il se leva du banc de pierre d'une poussée des bras, et nagea ensuite jusqu'aux escaliers. Lorsqu'il émergea du bassin, il s'empara de sa serviette, la nouant à sa taille. Il sortit finalement des étuves, accédant aux vestiaires. Il prit plaisir à sentir le vent frais caresser son torse. Il passa à nouveaux les habits qu'il avait vêtu pour venir aux bains. retirant un peu de l'eau qui imprégnait ses cheveux de sa serviette, il reprit la direction de leur aile, traversant les couloirs à présent éclairés par la lumière du jour. Lorsqu'il atteignit le salon, ce dernier avait déjà été nettoyé par les serviteurs. Les plats de la veillée avaient été débarrassés, et les gruaux, fruits et le pain qui feraient office de déjeuner séjournaient déjà sur les longues tables. Il monta à nouveau la volée de marches, remontant dans le couloirs. Autour de lui, tous les chevaliers dormaient encore, Vidés de leur énergie par la soirée précédente. Lorsqu'il pénétra dans la chambre, Curtis passa son armure de cuir, sertie d'émeraudes et de la croix de l'ordre... S'emparant ensuite de ses armes, pendant au dessus de son lit, il passa son épée à son flanc. Il retourna finalement s'asseoir sur la bande de cuir d'un des fauteuils, flanqués de chaque côté de la table. Appuyant sa mâchoire sur son poing, lui même reposé sur l'accoudoir du fauteuil, il fixa Kosuké. Ce dernier continuait de dormir. Au bout d'un moment, il finit par ouvrir l'œil, levant un regard interrogateur vers son maître. Pour toute réponse, Curtis se contenta de prononcer quelques mots, de sa voix froide et neutre.

- " Prépares toi, et suis moi... "

Kosuké se tira alors de son lit, s'emparant de ses habits et les enfilant. Curtis pendant ce temps, se contenta de fixer la fenêtre, le regard perdu sur les pavés de la cour. Lorsque Kosuké fut finalement tenue, Curtis se leva, prenant la direction de la porte. Il ne risqua pas même un regard derrière lui, sachant que Kosuké le suivait de près. Lorsqu'il atteint les longues tables où les chevaliers prendraient leur petit déjeuner, il s'empara d'un miche de pain, prenant une morse généreuse dans cette dernière. Il continua de manger, tandis qu'il reprenait sa route dans les couloirs. Ils franchirent finalement, tout deux, la porte du château, pénétrant sur le dallage de la cour. Sachant trop bien ce qu'il voulait, il se rendit à l'ombre d'un arbre, ainsi protégé des rayons du soleil. Là ou il s'était tenu avec Isklive, un an au paravent. Il se retourna alors face à Kosuké, le visage toujours froid et mystérieux. Tirant la lame qui ceignait sa taille, il la fit tourner une fois, puis dans l'autre sens dans sa poigne. Refermant la main sur le pommeau de son épée, il immobilisa cette dernière. De la tête, il désigna alors l'épée qui pendait aussi au flanc de Kosuké. Sa voix froide et calme s'éleva à nouveau, un mince semblant de défi dans la voix...

-" Montre moi comment tu sais t'en servir "-



[Bon, je sais c'est assez moyen, mais je file pas trop ces temps, surtout ajd...]
Revenir en haut Aller en bas
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Mar 01 Déc 2009, 20:47


( T'inquiètes pas pour les petits postes, dis-toi que les miens sont toujours pire ^^)


La soirée de la veille avait été plutôt longue. Disons qu'elle avait finit plus tard que d'habitude. Kosuké s'était bien amusé, bavardant avec ses collègues qui tout comme lui, était devenu écuyer. D'ordinaire, il ne se dirigeait pas vraiment vers les autres, mais en cette fin de soirée d'attribution, il avait été un peu euphorique, et son indifférence habituelle face aux autres s'étaient un peu dissipée grâce à l'adrénaline...ou au petit verre de vin? Probablement une combinaison des deux. Bien entendu, il avait été loin d'être saoul. Seulement, tout le monde sait qu'un petit verre peut quelques fois atténué un peu les émotions les plus calmes. Bref, c'était donc après la fête joyeuse que le nouveau écuyer s'était glissé dans son lit. Quelques minutes avant de sombrer dans les bras de Morphée, il remarquer le lit vide de son maitre. D'ailleurs, maintenant qu'il y pensait, il ne l'avait guère beaucoup aperçu, ce qui lui permettait, d'une certaine manière, d'un peu mieux connaître Curtis. Enfin, peut-être seulement, d'être certain que ce n'était pas un gars très sociable. Pour le reste, il ne lui restait plus qu'à observer et à discuter avec le Chevalier blond, ce qui, pour le deuxième cas, avait l'air de se révérer plutôt compliqué. Kosuké avait remarqué les nombreuses choses qui le différenciaient de son maître. À les voir, on pourrait presque dire que l'écuyer et le Chevalier n'allait jamais s'entendre. Cela restait néanmoins à confirmer...qui sait...
Bref, c'était sur cette dernière pensée que le jeune homme s'était endormi, l'esprit légèrement embrumé, et le cœur encore battant d'excitation.

Le lendemain matin, lorsque le jeune dieu se réveilla, il aperçu du coin de l'œil, son maitre qui était assis sur un fauteuil, et qui l'observait. Le scrutant avec un regard plutôt interrogateur, l'écuyer entendit la voix neutre de Curtis résonner dans la pièce, brisant avec écho, l'agonie du silence. Les froides paroles disaient simplement au jeune homme de se préparer et de par la suite, suivre le Chevalier. Kosuké ne prit même pas la peine de répondre, sachant que son maître savait pertinemment qu'il ferait ce qu'il lui dirait. Enfilant sa tunique avec une certaine rapidité, l'écuyer fixa ses yeux dorés dans le regard glacé de son maitre. Celui-ci lui tourna le dos, puis se mis à marcher. Sans un mot, le dieu du temps le suivit. Profitant de la barrière naturelle qu'il avait instaurer dans son être, il se mis à songer. Il ne savait pas où son maitre l'emmenait, ni qu'est-ce qu'ils allaient faire. Et pourtant, il n'avait pas envie de lui demander. Non pas qu'il était intimidé, loin de là. Seulement, il n'en ressentait pas le besoin. En vieillissant, le jeune homme avait gagné de la patience. C'était peut-être, parallèlement, à cause de son pouvoir d'avancer le temps à volonter. Sachant qu'il avait toujours la possibilité d'arriver plus rapidement à ce qu'il désirait, cela calmait, la grande majorité du temps, son ardeur à ce que l'attente passe plus rapidement. C'était vraiment quelque chose que la plupart des personnes n'auraient pas compris, car ça le concernait lui, et lui seul. De même que, il ne savait même pas comment, exactement, il était arrivé à cette étrange conclusion de patience.

Donc, en continuant de marcher dans le dédale de corridors du château, l'élève et le maître arrivèrent à la salle de repas, où déjà quelques Chevaliers mangeaient en bavardant avec leurs compères. Remarquant que Curtis ne ralentissait pas, Kosuké présuma qu'il ne l'avait pas réveiller pour aller manger. Ce qui d'ailleurs, aurait été naturel, mais le blondin présumait que ce n'était pas vraiment du style à ce Chevalier en particulier. Lorsque ce dernier s'empara d'une miche de pain et en prit une bouchée, le garçon n'hésita pas une seule seconde à faire de même...ils n'allaient pas s'arrêter manger, alors autant ne pas partir le ventre vide. Tout en s'emparant d'un quignon de pain qu'il mangea sur-le-champ, le dieu continua de suivre son maître d'un pas décontracté. C'est ainsi qu'ils pénétrèrent dans la grande cour du château. Toujours dans le même silence, Koko suivait son maitre, sans trop savoir où ils se dirigeaient. Curtis s'en alla vers un arbre, où il s'arrêta, sortit son épée, effectua quelques petits tours du poignet, puis se retourna vers son écuyer en lui disant de lui montrer ce qu'il était capable de faire. C'est là, précisement, que le cerveau du blondin se mis en marche. Lui et l'épée, ça n'avait jamais réellement bien marché. Il s'était déjà amusé avec Hayden, et c'était toujours avec un sourire qu'il remarquait qu'il ne possédait vraiment pas de don pour ce genre de chose. Disons que son ami arrivait à le désarmer assez rapidement d'habitude. Quand ils y allaient sans pouvoir, évidement. Sinon, Kosuké avait souvent l'avantage lorsqu'il pouvait arrêter le temps, bien sûr, ou simplement lorsqu'il arrivait à se dématérialiser assez vite pour assener un coup par derrière, à son meilleur ami. Le jeune dieu ne possédait pas une grande force tel quel. Les seuls raisons qui faisaient que parfois la situation de combat à l'épée tombait à son avantage, était lorsqu'il mêlait ruse et pouvoir. En terme de technique et d'habileté, il n'était pas trop mauvais. Mais face à quelqu'un d'autre qui réfléchit également, c'était un peu plus compliqué. Personnellement, le blondin savait que quoi qu'il ferait, il ne serait jamais de taille face à son maitre qui était beaucoup plus expérimenter que lui. Restait à savoir ce qu'il pouvait lui montrer.

Dégainant son épée d'un geste vif, l'écuyer aux yeux d'or fixa son maitre. Il n'était qu'à quelques mètres de lui, ce qui empêchait un peu l'effet de surprise d'une attaque rapide. Quoi que, comme mentionner tout à l'heure, les attaques à même de force brute ne serrerait absolument à rien considérant la faiblesse du garçon à cet art.

**Dans un sens, il ne me faudrait pas réfléchir trop longtemps. En combat, on a pas cette chance. Je dois y aller instinctivement, tout en ayant une certaine stratégie...aaaah, mais c'est impossible là! Vraiment, il va falloir que j'apprennes beaucoup, pour l'épée.**

Songea le jeune dieu.
Il regarda encore Curtis, puis il se mis à courir, fonçant vers lui a assez grande vitesse. Rendu à moins d'un mètre de son maitre, il abaissa son épée qu'il tenait de deux mains fermes. A vue de nez, comme ça, c'était pathétique. Mais juste au moment où il commençait à frapper, il se tourna sur le coté pour faire un tour de 190 degré, se téléporta à une vitesse relativement phénoménal, grâce à la courte distance à parcourir, juste derrière son maitre. C'est là qu'il finit son coup d'épée, rendu face, derrière son maitre.

( Let's go, c'est toi qui fait le résultat xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Mar 08 Déc 2009, 15:25

Alors qu'il tira son épée et se retourna vers Kosuké, il lut l'étonnement dans les yeux de ce dernier. Apparemment, ce n'était pas ce à quoi il s'attendait lorsque son maître l'avait mené dans la cour. Dans le blanc de son regard, l'incompréhension laissa lentement place au néant. Le temps de quelques battements de cœur, Kosuké resta le regard perdu sur l'arbre derrière Curtis, en proie à de violentes interrogations. Puis, lentement, la confiance s'installa dans son regard. Lorsqu'il tourna ses yeux vers Curtis, ces derniers baignaient dans la détermination. Il tira l'épée qui ceignait son flanc d'un geste vif et rapide, Ses yeux d'or toujours plongés dans le regard gris de Curtis. Ce dernier laissa son attention se reporter sur sa garde. Cette dernière était loin d'être parfaite, mais son niveau était déjà plus haut que celui qu'il n'en aurait jamais douté. Ainsi, il n'aurait que quelques modifications à faire sur la position de ses bras... En dépit de sa garde, il ne possédait guère beaucoup de force. Ses bras ne peinaient pas à maintenir l'épée en face de lui, mais on pouvait clairement voir qu'il ne maniait pas sa lame pour autant avec l'aisance dont jouissait Curtis. Mais il savait déjà que le former à la vitesse et l'agilité seraient surement bien plus fructueux que d'essayer d'augmenter sa masse musculaire. Curtis vit le regard observateur de son écuyer venir se poser sur lui. Il tentait d'assimiler les informations rapidement, cherchant une opportunité dans le combat qui s'imposait à lui. Il à l'esprit Critique Pensa-t-il Une bonne chose en somme... Il continuait de fixer son maître, quelque chose dans son regard, une certitude, il allait attaquer.
Curtis redressa sa garde, au moment ou Kosuké fondait sur lui. L'épée au clair, prévisible. Il avait encore à apprendre. Une fois à sa hauteur, il abattit son épée sur la sienne. Curtis s'apprêta à parer, avant de riposter pour voir sa garde. Un changement. Rapide. Kosuké partit en contre rotation, tandis qu'il inversait la coup qu'il allait envoyer. Tournant sa lame dans son poignet, s'apprêtant à la relever à son épaule, il allait parer le coup. Soudain, Kosuké disparut, ne laissant de sa présence, que du sable dansant dans le vent.
Ses sens l'avertirent autant que son instinct. Il perçut plus qu'il ne vit le coup qui filait droit sur son flanc. Il ne dut sa parade qu'à ses réflexes. Faisant preuve d'un sang froid et d'une rapidité impressionnante, il fit volte face, conservant son épée à la hauteur de son épaule. Alors que l'arme de Kosuké allait pénétrer le flanc de Curtis, elle vint se heurter contre celle de Curtis, avant de repartir en arrière. L'écuyer marqua une seconde d'innatention, titubant presque. Abasourdi par la rapidité, et la vitesse de réaction de son maître. Curtis ne le laissa pas reprendre ses esprits. Basculant à nouveau sa lame de côté, d'un revers, il l'envoya contre Kosuké. Ce dernier eût à peine le temps de lever la sienne, rattrapant le coup de Curtis in extremis. Ne lui laissant guère de répit, Il relança son coup sur l'autre flanc de l'écuyer, identique au dernier. Cette fois-ci, Kosuké ne parvint pas à faire rempart de sa lame. L'acier plongea vers l'écuyer, s'immobilisant à quelques centimètres à peine de sa tunique d'émeraude. Kosuké baissa son regard vers la lame qui flottait à quelques centimètres à peine de sa chair, un expression indescriptible dans le regard. Il venait d'apprendre sa première leçon en tant qu'écuyer, Ne jamais baisser sa garde....

Le regard de Curtis resta froid ex inexpressif. Bien qu'en cherchant bien, on aurait pu lire un petit air de malice sur son visage, presque de l'enjouement. Avec grâce, il éloigna l'acier aiguisé de l'écuyer, replaçant sa garde devant lui. Sans dire un mot de plus, il invita son écuyer à réitérer son attaque d'un signe de la tête, son visage toujours indéchiffrable... Il avait du potentiel, il venait de le prouver à Curtis, et sûrement plus que ce dernier n'aurait espéré. Il venait aussi de lui monter qu'il possédait de puissants pouvoirs. Curtis ne doutait plus maintenant, qu'il avait le potentiel pour devenir un grand chevalier... Ne lui manquait plus que les acquis. Et pour ça, Curtis ne manquerait pas de les lui montrer...

Un bref sourire, invisible, traversa ses lèvres... Il l'attendait

[c'est pas franchement mieux Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Dim 20 Déc 2009, 21:37

Pendant la fraction de seconde où Kosuké abaissait son arme, son maitre se retourna et les deux épées se percutèrent dans un éclat de son. Le jeune homme fut surpris. Non pas qu'il ait sous-estimer son maitre, seulement, celui-ci se révélait avoir une vivacité remarquable. Le jeune dieu tituba sous la surprise, mais aussi sous le choc qu'avait provoquer l'entrechoquement des deux armes. Non, vraiment, il n'était pas habitué à se battre ainsi. Au moment où il relâchait un peu son attention, Curtis porta un nouveau coup, et ce ne fut que de justesse que le blondin réussit à le parer. Le dieu du temps s'apprêtait à de nouveau décontracter ses muscles, quand l'épée de son maître répéta un autre coup. Kosuké sentit le vent que venait de provoquer la lame qui ne se situait maintenant qu'à quelque centimètre de sa tunique. Ok. Il se serait vachement fait coupé si Curtis ne s'était pas arrêter. Voilà, au moins maintenant il savait qu'il ne devait pas être déconcentrer, qu'il devait toujours rester aux aguets et finalement..qu'il ne devait pas baisser sa garde en gros. Quand même...ça devait être dur, pendant les combats, de ne jamais s'arrêter et de toujours être aux aguets d'un moindre ennemi potentiel. Cela semblait...fatiguant et pour tout dire, littéralement éreinant. Donc pour cela, il devait se pratiquer. Pour être certain de ne pas se faire déchiqueté pendant un combat. Et là encore, ce n'était qu'un élément. Il lui en restait, oh combien! d'autre à apprendre...

L'acier de la lame s'éloigna de l'écuyer avec finesse. Kosuké regarda son maitre au regard toujours aussi indéchiffrable...et pourtant, ne venait-il point de voir un éclat de malice y pointer subtilement? Ce n'était pas vraiment le moment de penser à cela tout compte fait. Le jeune homme au cheveux blond raffermit sa prise sur son épée, au moment où son maitre lui fit signe de recommencer une attaque. L'ennui, c'était que...là, il n'avait pas vraiment d'idée. Il ne pouvait répéter exactement la même attaque, ç'aurait été trop prévisible. Curtis, de plus, lui avait amplement montrer qu'il arriverait à le contrer même s'il usait de ses pouvoirs. Certes.....il ne pourrait absolument rien faire si l'écuyer arrêtait le temps, mais ce ne serait pas « fair-play ». La tentation était tout de même là, mais il ne fallait pas exagérer. Il n'était pas ici pour montrer à son maitre qu'il pouvait faire du temps, tout ce qui lui chantait. Par contre, il ne savait pas si son maitre allait l'avertir s'il usait de ses pouvoirs. Pour l'instant, il n'avait rien dit, mais ç'aurait toujours pu être parce que cela faisait partit de sa stratégie. Impossible à savoir vraiment...mais si usait de ses pouvoirs, que pourrait-il faire? Aah, je veux dire, à part arrêter le temps? Il avait un grand pouvoir sur l'eau mais...de l'eau pour attaquer? Avec l'aide d'une épée? Non...pas vraiment non plus. Restait qu'il pouvait refaire la même stratégie plusieurs fois....oui, pourquoi pas? Ça le fatiguerait, là serait l'ennui...mais il pouvait toujours essayer. De plus, il commençait en avoir marre de réfléchir, même si cela ne faisait qu'une seule seconde ou peut-être deux que tous ces choses s'étaient dites dans sa tête.

L'écuyer fronça légèrement les sourcils sous la concentration, puis lança un coup en direction de son maitre. La riposte fut immédiate. Curtis ne tarda pas à enchaîner les coups d'épées, de même que l'écuyer. À plusieurs reprises Kosuké rattrapa les coups in extremis, mais c'était déjà ça. Il essayait de se concentrer en concentrant sa force dans ses bras, mais ce n'était pas extrèmement pratique car il était pas très fort des bras. Au contraire, il réessaya de détendre ses muscles. De cette manière il lui paraissait être plus agile dans ses mouvements. Que ceux-ci étaient plus souples. Une petite pensée perça dans l'esprit du blondin lorsqu'il songea qu'en ce seul combat il arrivait lui-même à se donner des trucs. Mais tout de même, il se demandait ce que son maître allait lui dire. Peut-être qu'il n'allait juste tout bonnement rien dire. On verrai cela tout à l'heure. Pas maintenant. Le temps n'était pas au préoccupation de ce genre.
Le jeune homme savait que si cela continuait ainsi, il allait s'épuiser totalement. Alors là, il devait essayer quelque chose qu'il avait rarement fait. Se concentrer sur deux choses en même temps n'allait pas être évident. Ce qu'il allait en fait essayé de faire, c'était de faire glisser son maitre. C'était stupide, oui, mais peut-être que cela le déconcentrerait d'une quelqu'onc manière....souvent, quand on se retrouve sur une plaque de glace, on change un peu notre manière d'agir physiquement, car il faut se concentrer sur plusieurs choses en même temps. Continuant d'envoyer des coups d'épée qu'il tentait de bien placer, il s'empara mentalement de l'eau que contenait le sol sous leurs pieds, la faisait ressurgir sous les pieds de son maitre. Sa maitrise de l'eau n'était pas inné, et en fait....il ne l'avait pas beaucoup pratiquer depuis qu'il l'avait donc cela allait peut-être poser un certain problème. Et pourtant, il réussit à la geler. Résultat, il y avait une plaque de glace sous les pieds de son maitre. Sachant pertinament que lui même pourrait par mégarde poser le pieds sur la glace, il se promit de faire attention.

Kosuké mis sa lame à l'horizontale et l'envoya sur Curtis.

*Et merde...j'ai quand même vraiment de la misère....*

Songea-t-il d'un ton amusé, sachant que cette fois, il n'avait pas bloquer ces pensées là, malgré que ce soit un peu contre son gré. Il avait trop de chose à penser....


[ P'tit poste power Cool *crève* Noon, désolé, c'est que pendant les vacs' de nowel, soit je suis pas inspiré, soit j'ai pas de temps, soit j'ai la flemme donc....*sors*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Dim 03 Jan 2010, 15:04

Le regard toujours aussi mystérieux et impassible, Curtis remit sa garde en place. Kosuké leva alors son regard vers Curtis. L'espace de quelques instants il parût surpris. Avait-il vu le sourire qui avait traversé les lèvres de son maître, l'espace de quelques secondes. Son regard revint se poser sur l'épée de Curtis, et son esprit quitta le fleuve méandreux de ses pensées. Il releva sa lame devant lui, et raffermit sa prise sur le pommeau de cette dernière, prêt à donner l'assaut. Curtis l'invita alors, d'un signe de sa tête, de recommencer l'exercice. Il n'avait pas encore vu ce qu'il voulait... L'écuyer se mit alors à réfléchir furieusement sur la prochaine attaque qu'il allait opérer. Curtis n'aurait sûrement eu aucun mal à lire dans ses pensées ce qu'il désirait faire, mais c'aurait été moins drôle, beaucoup moins drôle. Le regard dans le vide, le petit blondin aux yeux d'or poursuivait toujours le fil de ses pensées. La légère morsure qu'il infligeait à sa lèvre inférieure laissait deviner à quel point ses réflexions intenses. Patientant toujours sur le coup que son écuyer aller donner, Curtis fit tourner sa lame dans son poignet, presque impatient de savoir ce que Kosuké pouvait bien imaginer. Puis, les yeux de l'écuyer changèrent, comme si son esprit venait regagner son corps. ä nouveau, ses mains forcèrent sur la garde de son épée. Il resta encore immobile quelques secondes, puis le coup fusa, immédiat. La lame de son écuyer fendit l'air en direction de l'épaule du chevalier. D'un même mouvement, Curtis recula, et stoppa la course de la lame de son écuyer à l'aide de la sienne. Un bruit métallique retentit dans l'air et les deux épées reculèrent dans la violence du choc. Mais Curtis ne tarda pas à relancer l'offensive de ses coups, implacable. Dans un combat, aucun ennemi, quel qu'il soit, ne laisserait de répit à Kosuké. Mais ce dernier ne se laissa pas abattre pour autant. Chaque fois que Curtis envoyait un coup, la lame de Kosuké venait s'y interposer. Même si parfois, la lame de Curtis ne faisait que frôler la peau de l'écuyer. Mais si Kosuké bandait d'abord ses muscles pour retenir les coups de Curtis, il ne tarda pas à les laisser aller, gagnant en souplesse. Ses réponses se firent alors beaucoup plus rapides, plus précises. Et tandis qu'il reculait sous le violence du choc des parades de son maître. Il s'en servait plutôt comme appui, pour partir avec plus de puissance sur le coup de suivant. Constatant ce changement fondamental dans la technique de son écuyer, le visage froid et impassible de Curtis ne put s'empêcher de retenir un mince sourire, qu'il se serait bien gardé d'afficher. Il apprenait vite, très vite. Et Curtis ne doutait pas qu'il ne tarderait pas à acquérir un niveau intéressant. Augmentant la cadence des coups, Kosuké commença à se fatiguer. Tout comme Isklive s'était épuisé quelques années auparavant. Encore une dizaine de minutes à ce rythme, et il ne pourrait plus rien faire d'autre. Continuant à faire pleuvoir des coups sur son écuyer, Curtis savait néanmoins qu'il ne pourrait pas aller plus loin. Pas sans outrepasser les limites de son écuyer. Il arrivait à tenir faces aux coups rapides, et toujours ajustés de son maître, mais il ne tiendrait pas indéfiniment. Déjà, les coups se faisaient plus durs à surmonter. Et quelques gouttes de sueur perlaient sur le front de Kosuké, malgré la fraicheur du matin. Il savait que, lentement, il le repoussait dans ses derniers recoins. Et qu'il finirait par lâcher du terrain. Mais il avait eu tout le temps de voir que l'écuyer n'était pas stupide. Et que Kosuké ne comptait pas que sur son escrime. Il avait quelque chose derrière la tête. Et ça, le simple éclat de malice qui perçait le regard de Kosuké suffisait à le deviner.

Puis, Kosuké se mit soudain à perdre du terrain. Comme si une autre chose occupait son esprit, comme si il le laissait gagner du terrain dans le but de s'attribuer un surcis... Il continuait de parer les coups et d'en envoyer. Mais même si ces derniers était bien plus précis que les autres, il était moins efficace, et les pas qu'il laissait son maître gagner suffisaient amplement à le prouver... Mais l'écuyer afficha alors une expression de soulagement. Tandis que le sourire qui barrait son visage se faisait bien visible. Tandis que la lame de Curtis repartait en arrière sous le coup qu'elle tentait d'absorber, ce dernier sentit soudain le sol se dérober sous ses pieds. Au même moment, la lame de Kosuké fendit les airs, partant droit sur le chevalier qui chutait au sol. Voyant la lame qui filait droit sur lui, Curtis plaça la sienne en travers de son chemin, tandis que son dos venait heurter durement le sol. Tandis que la lame de Kosuké repartit en arrière, Curtis planta son épée dans le givre, et plus profondément dans le sol, s'en servant comme d'un appui pour se relever. Bandant ses muscles sur cette dernière, il se remit sur ses jambes in extremis pour parer la nouvelle riposte de Kosuké qui fusait dans sa direction. Se gardant bien d'une autre chute, il se montra beaucoup plus précautionneux quant à ses appuis, tout en parant la passe de con écuyer. Il recula alors, prenant enfin le temps de réfléchir à la situation. Il savait que Kosuké n'aurait aucun intérêt à venir s'aventurer sur le terrain instable, il pouvait donc se permettre de réduire sa vigilance. Mais lui au contraire, devait trouver au plus vite un moyen de quitter la plaque de givre, il n'arriverait à rien sinon. Réfléchissant à la situation, il ne put s'empêcher de sourire finement, tout en secouant la tête devant l'ingéniosité de son écuyer. Il avait très bien pensé, et Curtis n'aurait pas pensé être ainsi en difficulté. Mais une question lui traversait l'esprit, d'où son écuyer tirait une telle puissance magique..? Mais il n'était guère l'instant de penser à ça, des préoccupations plus pressantes occupaient ses pensées. Tandis qu'il était toujours immobile, à quelque quatre mètres de son écuyer, la réponse à ses questions lui vint en tête. Passant de l'état stoïque à la réaction, son corps se mit en mouvement dans un ensemble parfait et gracieux. Tous ses muscles s'actionnaient en même temps, et dans un ensemble parfait. Il s'élança vers Kosuké, franchissant en trois pas puissant la distance qui le séparait de son écuyer. La force avec laquelle il appuyait ses pieds suffisaient à lui fournir un équilibre précoce, suffisant pour arriver à ses fins. Tandis qu'il était à porté de bras, un coup partit de son écuyer dans sa direction. Tandis que sa lame allait l'atteindre de pleine épaule, il plongea au sol, tandis que le coup de Kosuké passait une vingtaine de centimètres au dessus de son dos. Effectuant une roulade au sol, il se releva, tout en se retournant. Vif, sa lame vint alors caresser le dos du Kosuké, touchant sa tunique encore humide de sueur. Tandis qu'il abaissait sa lame, sa voix froide et impassible s'éleva.

-" Je ne peux m'empêcher de reconnaître que c'était un coup de maître... "

Il attendit que son écuyer se soit retourné, puis son regard froid se tourna sur sa lame. Interrogateur... Libre à Kosuké de mettre une suite à ce duel...

[Désolé, je sais deux semaines à répondre, c'est vraiment nul... :/ mais je suis tout seul que maintenant, et tu l'as dit pas toujours le temps ni l'inspiration de faire un post à noël... Mais je sais je suis quand même nul, surtoiut qu'il est pas génial... ]
Revenir en haut Aller en bas
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Jeu 07 Jan 2010, 20:10

Le coup que porta l'écuyer à son maitre fut fructueux. Celui-ci n'avait pas eu le temps de suffisament s'accommoder à la glace. Le voyant tomber sur le dos, l'étonnement se mêla avec un mince soupçon de joie. Toutefois, il ne devait pas s'arrêter maintenant, car il reperdrait son avantage. D'un mouvement vif, il relança sa lame sur son maitre. D'ordinaire, il n'aurait pas vraiment osé attaquer quelqu'un qui était en état d'infériorité, mais il avait tellement l'impression que Curtis allait stopper sa lame, que rien ne l'arrêta. De toute manière, le jeune homme commençait à s'épuiser, ses coups étaient moins forts. Pour tout dire, c'était la première fois qu'il se battait comme ça, en continue, sans jamais s'arrêter ( ou presque). Ses bras menaçaient de le lâcher d'une minute à l'autre et chaque seconde où il tenait encore son épée, Kosuké se considérait comme chanceux.
Ainsi donc, la lame fila vers le Chevalier. Celui-ci planta sa lame dans la glace, se relevant du même coup et parant l'attaque de Kosuké de justesse. Le blondin dissipa rapidement un minuscule brin de frustration, tout en se disant que cette réaction de sa part était enfantine. Le calme revint. Mais pas pour longtemps car Curtis s'élança rapidement, et bondit en quelques pas bien placé, la distance qui le séparait du dieu. La réaction du blondin ne se fit pas attendre. Il envoya un coup en direction de son maitre qui était désormais à sa porter. Le coup qui aurait atteint toutes personnes n'ayant pas de bons réflexes, siffla l'air un dixième de seconde après que Curtis ne se soit jeté par terre en effectuant une roulade. Kosuké n'avait pas prévu ce coup, et fut pendant un instant de trop, légèrement surpris. Erreur. Il sentit la lame de l'épée effleurer sa tunique dans son dos. Il s'était fait avoir une deuxième fois.

Soufflant son air pour essayer de reprendre son souffle, il raffermit la prise sur le manche de son épée, s'empêchant du même fait de la laisser tomber par l'élan de faiblesse qui avait traverser ses doigts. Il devait résister, au moins encore un peu. Au moment où il allait se retourner, une voix perça le silence dont les instants d'avant n'avaient été troublés que par les bruits d'épées. Le jeune dieu sourit. C'était la première fois que son maitre le félicitait, il n'aurait pas doutait que cela lui aurait procuré cet étincelle de fierté personnel. Ce devait sans doute être une réaction normal de la part de tout écuyer normal. C'était une façon plutôt amusante de penser, tout de même. Lui qui avait passé son enfance dans le panthéon céleste, qui avait tenu tête à tous les dieux qui s'occupaient de lui en agissant de manière obstiné et impertinent, venait d'être fier face à une seule phrase de la part d'un humain normal. De cette pensée, il aurait pu se sentir un peu rabaissé de son véritable rang, mais ce n'était étrangement pas le cas. Comme s'il préférait plaire à son maitre plutôt qu'à ceux qui contrôlaient le monde...ouai, c'était pas mal ça tout compte fait.
Donc, il se retourna, faisant face au regard gris glacial de son maitre. Ils étaient vraiment différents tout les deux. Mais ce n'était pas nécessairement incompatible. Il faudrait voir la suite.

Kosuké ne fit que remercier son maitre d'un bref sourire, qu'il garda avec lui. En tout cas, il savait qu'il n'allait plus tenir très longtemps. Ayant relâcher un peu la tension dans ses bras qui n'étaient guère habitué d'autant d'effort, ceux-ci avaient prit comme acquis qu'ils devaient déjà commencer à remplacer les fibres de muscles qui s'étaient brisés. Du fait même, les bras du jeune garçon vibrait de fatigue. Allait-il vraiment pouvoir continuer? Autant essayer quand même.

Levant son arme, il allait administrer un autre coup, quand finalement il planta sa lame dans le sol. Celle-ci s'enfonça de dix centimètres. S'accotant sur le pommeau de l'épée, il planta son regard doré et clair dans celui froid son maitre, puis sourit en disait d'une voix clair:

-Je voudrais continuer, mais mes bras semblent avoir un avis contraire au mien...je ferais bien léviter la lame et la faire attaquer à ma place, mais je doute que les coups soient très précis et efficaces...la lévitation, ce n'est pas mon domaine...

Finit-il, toujours un petit sourire aux lèvres.
Le jeune homme savait que son sourire n'allait pas lui être rendu, mais comme il en était si convaincu, c'est comme s'il avait déjà l'habitude. La question à laquelle il pensait le plus, c'était en fait ce qu'ils allaient faire à présent. Les bras étant plus ou moins inutilisables...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Dim 10 Jan 2010, 15:15

Tandis que la lame de Curtis pressait la tunique humide de son écuyer sur son dos, tout aussi ensué, Kosuké ne pouvait s'empêcher de haleter. Il était évident que le simple fait de se battre contre Curtis avait déjà fortement pris sur son endurance, ce facteur lié à la puissance magique qui lui avait été nécessaire de puiser dans ses réserves afin de créer cette plaque de givre devait l'avoir partiellement vidé de son énergie. Succombant à un accès de faiblesse, il vacilla, quelques instants, avant de retrouver sa stabilité. Lorsque Curtis parla, Kosuké se retourna, un sourire épanoui barrant ses lèvres. Sourire que Curtis admira de son regard froid. Malgré ses paumetes rouges et son visage essoufflé, une incroyable éxpression de gratitude imprégnait son sourire. On eût dit que jamais on n'eût récompensé ses efforts. Et, même si Curtis donnait rarement sa gratitude, il ne pouvait s'empêcher que le coup que Kosuké venait d'exécuter était un coup de maître, et qu'il était loin d'espérer autant d'un premier entrainement. C'était un écuyer prometteur, c'était certain. Et le chevalier ferait en sorte de le guider sur le chemin. Curtis continuait de fixer le sourire du blondin aux yeux d'or. Ils étaient bien différents, et par beaucoup d'aspects. Mais peut-être s'accorderaient-ils bien l'un et l'autre finalement.

Rapidement, son sourire s'estompa, sans pour autant complètement quitter ses lèvres. Répondant à son regard interrogateur, il marqua une seconde d'hésitation, avant de remonter son épée devant lui, malgré sa fatigue flagrante, il n'abandonnait pas. Il était très combattif, plus encore que Curtis ne l'avait pensé en le voyant. Même si il ne possédait pas la musculature qu'Isklive possédait à son age, il le rattrapait sur d'autres points, tels que son endurance ou sa persévérance. Ainsi, à nouveau, il envoya son épée contre celle de son maître. Mais son coup parût presque mou tant ses bras étaient fatigués. Mais il faiblit à nouveau, perdant l'équilibre quelques instants.

Dérouté, son coup quitta sa trajectoire, et sa lame, envoyée avec force, vint s'enfoncer de dix bon centimètres dans le sol meuble. Kosuké partit en avant, avant de se réceptionner sur le pommeau de son épée, s'accotant à sa grade de ses deux paumes. Il leva alors son regard vers Curtis. Ils étaient si différents. Les siens, d'or, clair et emplis de chaleur, créaient un brusque contraste par rapport à ceux gris, froid, et infinis de son maître. Ils s'observèrent ainsi quelques secondes. Sa voix vint finalement briser le silence qui s'était installé entre le maître et l'apprenti. Un sourire sur ses lèvres, Kosuké dit alors " Je voudrais bien continuer, mais mes bras semblent avoir un avis contraire au mien... Je ferais bien léviter la lame et la faire attaquer à ma place mais je doute que les coups soient très précis et efficaces... La lévitation, ce n'est pas mon domaine... "

Curtis le fixa alors encore quelques instants, se bouche reflétant toujours une ligne immatérielle. Il acquiesça finalement de la tête, avant de déclarer, son ton froid et serein.

" Ne t'en fais pas, j'ai vu ce que je voulais voir, tu peux rengainer ta lame. "

Terminant sa phrase, il se retourna, sachant que son écuyer le suivrait. Il continua de marcher dans la cour. Levant quelques instants ses yeux vers le soleil, il sut que ces dernier venaient de s'entrainer un peu plus d'une heure. Il laissa ses pas le guider un peu plus loin sur le dallage de pavés. Il arriva finalement au pied d'un arbre. Ce dernier, non loin du mur d'enceinte, étendait ses ramures presque jusqu'à cette dernière. La taille de ses branches et les nœud qui les parsemaient suffisaient à évaluer son age, sachant que le temps avait fait de lui un centenaire. Son écuyer toujours derrière lui, Curtis se rendit jusqu'à cette arbre, avant de se laisser tomber au pied de son tronc. Laissant son écuyer faire de même. Une fois que tous deux furent ainsi adossés, protégés du soleil par ses vieilles ramifications, Curtis laissa son regard se lever vers le ciel. Ce dernier était dégagé, mais des nuages commençaient à étendre leur ombre, au nord. Le regard ainsi perdu sur le ciel. Curtis garda le silence. Il ne doutait pas que son écuyer posât une question d'ici peu...
Revenir en haut Aller en bas
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Sam 16 Jan 2010, 13:43

Son maitre laissa tomber de sa voix habituel neutre, qu'il avait vu ce qu'il voulait voir. Autant dire que l'exercice était finit. Le Chevalier se dirigea vers l'arbre et s'assit en s'adossant contre. L'adolescent fit de même, de l'autre coté de l'arbre. Le vent soufflait doucement et rafraichissait l'écuyer dont la tunique commençait seulement à sécher. De même que son cœur qui se tranquillisait à présent. Le silence planait dans l'arène. Les cours des jeunes n'étaient pas encore commencés et personne ne traînait vraisemblablement aux alentours. Appuyant sa tête blonde contre l'écorche de l'arbre, Kosuké réfléchit. Son maitre allait-il parler et lui demander de faire autre chose? Probablement pas, car de toute manière, cela ne pouvait pas être physique; Les bras du jeune homme était inutilisable pour le reste de la journée. Peut-être que Curtis allait déclencher un sujet de conversation...ou encore, il allait probablement seulement se taire et attendre que l'autre parle le premier. À ce que ça semblait, cela allait se révérer être ainsi. Mais Kosuké n'avait pas vraiment quelque chose à dire, lui...Le silence était si apaisant, si doux que l'on pourrait presque le considérer comme un son à part entière. Lorsqu'on le perd pendant trop longtemps, on se rend compte à quel point il nous manque, combien l'on en a besoin. Bref, il n'était pas vraiment pressé de briser ce silence, laissant ses pensées vagabonder....

Comment allait se développer leur relation? Allaient-ils toujours rester à l'écart l'un de l,autre pour cause qu'ils étaient très différents? Quelle question pourrait-il lui poser pour mieux connaître celui avec qui il allait passer les cinq prochaines années? Serait-ce mieux qu'il ne dise rien? Non, pas vraiment car ils n'aboutiraient à rien. Cependant, l'adolescent n'avait jamais été doué pour commencer des conversations. Souvent, ce qu'il disait était sans importante, juste un commentaire lancer comme cela. Par exemple, là, il aurait simplement pu dire que le silence était un son agréable et si doux...mais ç'aurait été plutôt hors sujet. Quoi que..y'avait-il vraiment un sujet à l'instant? Non. Mais de toute manière, du peu qu'il connaissait de son maitre, c'était que ce dernier n'allait pas répondre ou qu'il allait simplement acquiescer. À moins qu'il ne soit pas d'accord, cela pourrait alors créé un sujet de débat...et quoi encore?! Pourquoi songeait-il à une connerie pareil. Hum..il devait être fatigué, car ce n,était pas tous les jours qu'il s'égarait d'une telle façon. Sauf que ces derniers temps, son esprit s'envolait souvent pendant des périodes plus ou moins appropriées, tel qu'un cours pas exemple. Lorsqu'on lui posait une question et qu'il se « réveillait » en sursaut. Ce temps là était néanmoins révolu, car à présent il était écuyer. Finis les cours inlassablement long et les périodes d'études le soir dans les dortoirs. Toutefois, rien ne disait que ces cinq futurs années allaient être plus aisées. Au contraire, les périodes d'études seraient remplacer par les combats et les cours par l'apprentissage que considérait que constituait le fait de devenir Chevalier. Ça promettait des journées passablement chargées. Juste le fait d'y penser l'épuisant tandis qu'il abordait un petit sourire en se trouvant des plus paresseux. Vraiment, il était incorrigible. S'il devait faire quelque chose manuellement, il s'arrangeait la majorité du temps pour faire cela le plus facilement possible en usant de magie. D'ailleurs, à ce sujet, il se rappelait qu'un jour, était élève, il avait dû nettoyer la salle de cours après avoir fait une petite gaffe. Tout avait été réglé d'un claquement de doigt. C'est fou ce que la magie peu vous rendre paresseux par temps.

Parlant de magie, Curtis avait dû se rendre compte que son écuyer n'était pas normal. Par contre, il n'avait rien dit. Était-ce parce qu'il se doutait de quelque chose, ou qu'il n'était simplement pas curieux ( ou bien parce qu'il ne sait pas comment réagir XD)? Ce pourrait être une question à poser. De toute manière, Kosuké avait déjà prévu qu'il allait dire qui il était à son maitre, si un jour celui-ci lui demandait. Il n'avait pas l'air extrêmement curieux, ce qui ferait que le temps de la « révélation » allait sans doute tardé, mais un jour il poserait sans doute la question. Ou alors, si ce n'était pas de cas, le dieu serait heureux de ne pas mentir à ses semblables après tout. À moins qu'il emmène lui même le sujet de conversation. Ce serait un peu se jeter dans la gueule du loup, mais comme la question avait déjà été réfléchi, il ne considérait pas cela comme un problème. Les autres dieux accepteraient sans doute qu'il le dise à son maitre; celui avec qui il allait passer les 5 prochaines années. Si c'était un problème, il aurait une petite conversation avec ces derniers, pour régler ce malentendu.

-Qu'est-ce que vous pensez de moi?

Demanda d'un ton clair, l'écuyer, toujours à l'opposé de son maitre, de l'autre bord de l'arbre. Il ne savait pas exactement pourquoi il avait poser cette question là, même si plusieurs petites réponses tournoyaient dans sa tête. Il aimait savoir, parfois, ce que les autres pensaient de lui. Juste pour se jouer des dieux. Incompréhensible? Je m'explique: Les dieux, les Immortels, tous étaient considérer comme des êtres sans émotions, neutres et plats, n'ayant guère de personnalité. Alors, leur représentant blond sur Enkidiev, qui souhaitait par dessus tout ne pas leur ressembler, s'assurait avec l'avis des autres que ce n'était pas le cas. Mais là, la question pouvait pouvait aussi être pour d'autre raisons. Curtis ne serait pas du genre à lui dire tous et très clairement. Donc cette fois, au lieu de demander aux autres de l'analyser, il allait lui même essayer d'en découvrir plus sur son maitre, de la manière dont il lui répondrait, de qu'est-ce qu'il lui dirait. Comparer cet unique personnage au reste du monde.

[ Pas fait de correction ><, donc beaucoup de fautes sur ce p'tit poste]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un premier entrainnement [Pv Kosuké] Mar 02 Fév 2010, 15:05

Alors
que Curtis vint s'adosser à l'arbre, tournant son regard vers les
méandres que dessinaient les nuages dans le ciel, Kosuké vint le
rejoindre au pied du tronc, s'asseyant de la sorte que seule les
quelques centimètres de bois séparent leur dos. La cour était doucement
balayée par un vent clément, balayant la chaleur que le corps des deux
membres de l'ordre dégageaient. Séchant la tunique de Kosuké. Les
minutes continuaient à s'écouler, et le silence s'éternisait, au grand
plaisir de Curtis qui savait l'apprécier. Qui l'estimait. Mais,
contrairement à ce que son maître eût pensait. Kosuké fit perdurer le
silence, si bien que tout deux le partagèrent. Et de cela, naquit un
partage bien plus profond qu'il ne l'aurait été d'un simple échange de
parole. Le chevalier laissa alors ses paupières se fermer, savourant le
toucher de cet être immatériel que l'on appelait vent.

Curtis
se laissa lentement abîmer dans le cœur de ses pensées, laissant son
âme se faire emporter par leur flots tranquilles, laissant la sérénité
le gagner plus profondément. Il prit une nouvelle inspiration, étendant
ses sens autour de lui. Il sentait le flot de questions qui
assaillaient l'esprit de son écuyer. S'enchainant les unes après les
autres, elles formaient une masse de plus en plus conséquente, alors
que chacune de ses interrogations se mêlaient un peu plus intiment les
unes aux autres, créant une masse informe quasiment indéchiffrable.
Mais si Curtis en fit fi, ce ne fut que de courte durée, car
ses pensées ne tardèrent pas à s'en éloigner. Il s'étonnait de le voir
si différent d'Isklive ses premiers jours. Lui qui d'orée avait débité
un flot de questions presque incontinu, Kosuké, lui, avait préféré
garder le silence, conservant ses interrogations pour lui même. Ainsi,
il était peut-être plus proche de lui que son ancien apprenti sur
certains points. Même si il était beaucoup moins taciturne et réservé
qu'Isklive, il avait tendance peu parler, en dehors de quelques
remarques qu'il laissait aller pour détendre l'atmosphère. Mais
pourquoi se poser tant de questions..? L'avenir lui révérait ces
réponses, rien ne servait de s'y attarder.

Une nouvelle fois,
une bouffée d'air atteignit ses poumons. Et il laissa la cadence des
battements de son cœur lentement redescendre. Laissant basculer
doucement sa tête en arrière, il l'inclina vers le ciel, alors qu'une
nouvelle brise venait faire voler ses cheveux. S'ouvrant aux forces qui
l'entouraient, il se laissa couler en elles, mêlant son essence à leur
énergie, entrant en parfaite communion avec ces dernières. Ainsi, le
silence continua de durer, alors que le temps continuait sa lente
course. Deux minutes, comme deux heures auraient pu s'écouler. Lorsque
le chevalier entrait en transe, le temps devenait une notion qui lui
était totalement inconnue.

Ce fut la voix de Kosuké qui le
sortit de ses pensées. Son ton s'éleva, clair comme à son habitude,
provenant du dos du chevalier, alors que son écuyer se tenait à son
opposé, dos à lui pour ainsi dire.
Qu'est-ce qu'il pensait de lui.
Comment pouvait-il répondre à une telle question..? En vérité, il ne
pensait rien de lui. Il ne lui tenait encore aucune opinion. Les deux
êtres ne se connaissaient depuis guère plus d'une journée, et en dehors
des quelques mots qu'il avait échangé à l'adoubement, ils n'avaient
partagés ensemble, que ce moment. D'une autre part, Curtis se gardait
bien de juger les gens. Non que ce fût une question de principe, mais
il n'en avait guère cure. La plupart des êtres qui peuplaient ce
château demeuraient pour lui anodin, et sur les rares personnes avec
lesquelles il avait tissé de quelques lien, il n'avait porté sur elles
aucun jugement. Il vivait simplement, se gardant de penser à un
quelconque avenir ou un quelconque passé. Alors comment répondre à
cette question, que pensait-il de lui..? Alors qu'en vérité, sur lui il
n'avait que très peu porté ses pensées. Le silence dura encore quelques
secondes, tandis que la question restaient suspendue sur les lèvres de
l'écuyer, sans réponse. Mais, la voix du chevalier finit par s'élever,
brisant ellipse qu'il avait crée

-"Ce que je pense de toi...
Difficile à dire... En vérité, je n'en pense rien, je garde l'avenir de
me donner quelques impressions sur toi..."

La réponse du
chevalier s'y limita, sans qu'il n'ajoute quoi que ce soit. Attendant
simplement que son écuyer y porte une réponse, ou n'y porte pas...


[Déjà,
je suis désolé du temps de réponse, mais j'ai eu un camp de ski entre
deux, et ça m'a comme un peu coupé, alors j'ai voulu répondre la
semaine d'après, mais j'ai pas prit le temps, et je le fais que
maintenant, j'ai pas vraiment d'excuse mais au moins que tu comprennes
Incertain. SInon, désolé mais j'ai une petite sinusite, alors j'arrive pas
trop à fournir quelque chose de valable... Déjà que j'étais pas très
inspiré, désolé mais ce poste est vraiment minable, j'arrive à rien
aujourd'hui, on dirait même pas que c'est moi qui l'ai écrit tellement
il est loin de mon niveau de rp habituel :/ désolé, je sais que t'es
loin de mériter un crap pareille,mais présentement je peux pas faire
mieux.. j'espère que je me rattraperai au prochain post Incertain ]
Revenir en haut Aller en bas

Un premier entrainnement [Pv Kosuké]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-