___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Dim 08 Nov 2009, 07:47

Le soleil venait tout juste de se lever et sous la canopée de l’une des forêts du royaume d’Emeraude, les premiers rayons de chaleur annonçant le début de cette magnifique journée ne perçaient pas encore le feuillage des arbres.


Dans l’une des rares clairières au milieu de ce petit royaume végétal, où personne ne semblait vouloir s’aventurer, un petit campement avait été aménagé. En fait, campement est un terme un peu fort pour désigner les restes d’un feu de camps, comme les vestiges de quelque chose de plus grand, seule preuve de la présence d’un humain dans ce lieu abandonné par la race gouvernante du continent. Berethor se tenait près du cercle de pierre délimitant le feu. Assis à proximité des braises les jambes repliées contre lui, il enserrait ses genoux de ses deux bras.


Ses yeux étaient fatigués, à vrai dire il n’avait pas pu dormir cette nuit. Les bruits et la présence d’animaux autour de son petit refuge ne lui avaient pas parut de bon augure, aussi avait il décidé de ne pas relâcher sa vigilance. Ses traits étaient creusés par la fatigue et la faim. Il avait marché pendant deux jours et avait passé une nuit blanche sur les routes à avancer comme l’aurait fait un somnambule. La nuit qu’il avait passé dans cette clairière était le premier repos qu’il osait s’accorder.


S’il y a bien quelque chose qui peut tenir un enfant éveillé aussi longtemps c’est bien la vue des cadavres encore chauds de ses propres parents. Il avait peur que les assassins ne reviennent pour le tuer cette fois. De plus il savait qui étaient les tueurs, tout du moins à quoi ils appartenaient : La guilde secrète des transactions, L’Orzhova.

Le sceaux de la guilde était gravé au couteau sur le front de ses géniteurs.


La guilde des Orzhovs étant une guilde secrète de magiciens chargés de protéger certaines familles bourgeoises, il pensait qu’en se réfugiant à l’intérieur du royaume d’Emeraude les tueurs n’oseraient pas le poursuivre.


Cependant, il était orphelin, ce qui voulait dire nul par où aller. Que faire ? Qui accepterait d’héberger un pauvre orphelin sortit tout droit de la forêt.


Il se força à se lever. Son uniforme d’agent de la guilde noir était composé d’un pantalon, d’une chemise et d’une veste noire. Un ceinturon de cuire noir avec une boucle en argent lui enserrait la taille. A son bras était attaché un brassard noir avec représenté dessus un Ouroboros blanc, symbole le situant dans la hiérarchie de la guilde. Des gants noirs étaient eux aussi coincés dans sa ceinture.


Il n’avait pas prit de manteau et il l’avait regretté, les nuits étaient fraiches. Il s’étira, faisant jouer les muscles de ses bras et de ses jambes. Il entreprit ainsi de faire le tour de son « refuge » improvisé.
Qu’allait-il faire ? Il lança un regard noir à la sacoche dans laquelle il avait entassé à la hâte quelques vivres. Elle était vide maintenant. Il ne pourrait pas rester indéfiniment dans cet endroit qu’il commençait à trouver de plus en plus hostile.


Pour ne rien arranger, il tombait de sommeil et il rêvait de se retrouver dans un bon lit dans sa maison du royaume d’argent. Sa mère le borderait et son père viendrait pendant la nuit lui faire réciter les leçons qu’il avait apprises avec ses maîtres dans l’une des places secrète de la guilde.
Le souvenir de ses parents lui fit monter les larmes aux yeux. Non, il n’avait pas le droit de pleurer maintenant. Il essuya ses yeux d’un revers de manche mais ça ne suffit pas. Les larmes continuèrent à couler sur ses joues mais ses sanglots s’étranglèrent dans sa bouche. Il devait faire cesser ça tout de suite.


Une bouffée de haine vint remplacer la tristesse, d’une main il tira son poignard du fourreau qui pendait à sa ceinture. Il lâcha le manche et se concentra sur le mouvement de la lame. Il pointa le bras qui lui avait servit à essuyer ses larmes sur l’un des arbres.

L’arme vola en direction de l’objectif en effectuant un dangereux mouvement de foret pour se planter jusqu’à la garde dans l’un des troncs.
Il aimait bien se servir de ses pouvoirs de télékinésie, au moins l’effort et la distraction lui avaient fait oublier ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Ven 13 Nov 2009, 16:24

Encore ce regard haineux, ces insultes venimeuses... Non, elle ne pouvait plus... La jeune hybride ne tenait plus dans ce château... Non, c'était trop, elle devait partir... A ses pupilles dont on ne distinguait -et à peine- qu'une petite traînée noire, on pouvait bien voir qu'elle était en colère. Pourquoi tant de haine envers les gens différents ? Pourquoi tant de méchanceté envers elle ? Elle n'avait pas choisi d'être née hybride, et elle avait dû l'accepter, et en subir les conséquences. A cause de ses origines, Aika n'a pas connu un momant depaix depuis sa naissance. Cette fois-ci, la jeune hybride prit sa décision. Elle allait partir. La nuit tombée et sa compagne de chambre endormie, Aika s'empara d'une cape et sortit discrètement du château et escaladabt d'abbord le mur jusqu'à la cour, puis la muraille. Entre temps, elle courrait. Elle déscendit prudamment de la muraille avant de bondir à l'éxtérieur, vers la forêt. Elle marcha tout droit, pendent un bon bout de temps. Elle ne s'apperçu pas de son entrer dans une clairière, trop occupée à comparer la for^et des Elfes à celle-ci, moins touffue. Elle fut surprise par un couteau qui volait. Il se planta dans l'arbre juste devant elle. Elle tendis la paume et l'arracha de l'arbre avant de le faire léviter jusqu'à elle. Elle s'en saisit, et cet effort magique la laissa éssouflée. Elle se reprit rapidement, cachant son corps entier sous sa cape, et se tourna dans la direction d'où venait le poignard.
Un garçon à peine plus âgé qu'elle se tenait là, vêtu entièrement de noir, une paire de gants et un fourreau à sa ceinture. Elle se redressa et serra daventage sa cape sur elle.

- Qu'es-tu ?

Aika se disait vraiment qu'elle ne pouvait jamais être seule, de plus, elle savait le temps de son escapade limité puisqu'elle devait aussi dormir avant les cours, et personne ne devait remarquer son absence, pas même Lilian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Sam 14 Nov 2009, 17:28

Les rayons de soleil atteignirent enfin la cime des arbres et semblaient parsemer d'or la canopée, jouant ainsi avec les couleurs des feuillages.
Mais ceci ne suffisait pas à éclairer la clairière qui demeurait dans l'obscurité.

Toutefois, les ténèbres étaient moins denses ce qui permit à Berethor de voire non sans stupéfaction, son poignard se déloger du tronc d'arbre et voler en direction d'une main tendue.
Il distingua tout d'abord une forme vaguement humanoïde...Puis, une fois que ces yeux furent habitués il entendit l'individu lui parler.


"Qu'es tu?"


Cette fois ci il en était sûr, quelqu'un se cachait bien dans l'obscurité et à la voix, il jurait que c'était un enfant.
Peut-être pourrait il l'intimider...Mais s'il s'enfuyait avec le poignard c'en était fait de lui.


Comment avait il pu être aussi bête au point de lancer son arme.Un moment d'égarement sans doute.
En plus il n'avait pas manger depuis un moment, jamais il ne pourrait battre quelqu'un à la course dans son état,


"Je suis un enfant du royaume d'argent et un humain. Mes raisons n'importent que moi. Je vous prie de m'excuser je ne voulais pas vous viser, pourriez vous me rendre mon bien...

Sa voix était éraillée,à vrai dire aucun son n'était sortit de sa bouche depuis quelques jours outres ses sanglots pour pleurer la mort de ses géniteurs.

Quoiqu'il en soit, s'il n'avait plus son poignard pour se défendre, il pouvait se considérer comme mort.Comment convaincre qu'il se moquait bien de savoir qui était cet enfant. Tout ce qu'il voulait c'était qu'elle lui rende son arme et rien d'autre.
Mais à tout bien réfléchir, peut-être que cet enfant cherchait à la tuer.


Il se résolu donc à utiliser ses dernières ressources magiques pour essayer de pénétrer l'esprit de l'enfant pour essayer de déterminer ses intentions.

Au pire il pourrait essayer de la neutraliser en invoquant de mauvais souvenir ou en stimulant les centres de la douleur.

Mais dans l'état dans lequel se trouvait son pouvoir ne pourrait pas se manifester aussi intensément qu'il le voulait.


Aussi accompagna-t il cette opération d'un message télépathique.
Si jamais il devait se servir de son pouvoir pour faire mal l'effort le viderait à coup sûr de ses dernières réserves. Il devait manger s'il ne voulait pas s'évanouir, mais il n'avait plus de nourriture sur lui.


** Je ne veux de mal à personne et je me moque bien de savoir ce que tu es. Par contre tu as quelque chose qui m'appartient...Pourrais tu approcher?**

En attendant la réponse de son interlocutrice il espérait qu'elle accepterait. Il ne voulait pas se retrouver sans arme à cause d'une stupide erreur.
Mais il y avait une question encore plus importante à laquelle il devait répondre: Comment pourrait il se sustenter le plus rapidement possible?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Dim 15 Nov 2009, 11:44

"Je suis un enfant du royaume d'argent et un humain. Mes raisons n'importent que moi. Je vous prie de m'excuser je ne voulais pas vous viser, pourriez vous me rendre mon bien..."


L'hybride ressera d'aventage sa cape sur elle. Lorsqu'elle n'avait plus ce sentiment d'être captive, il fallait tout de même qu'il y est quelqu'un. Lui rendre son arme ? Pour encore se faire attaquer ? Surement pas ! Aika avait une trop mauvaise expériance pour faire ça. Elle rest là, à détailler l'enfant Argentois (On dit bien comme ça ? x) ). Voir dans le noir n'était pas un souci pour la jeunne fille, ses origines lui accordant une vision nocturne plutôt bonne, ou tout au moin assez pour reconnaître quelqu'un grâce à seulement sa vision. Elle pouvait donc voir des traits typiques de ceux qui n'ont pas manger depuis un bout de temps, sans pour autant savoir les identifiés. En effet, comment une gamine sans éducation qui a passer sa vie -ou du moins la majeur partie de celle-ci - pourrait savoir quoi que ce soit à ce sujet, ainsi que sur bien d'autres, d'ailleurs ? Elle resta immobile, pour une fois libérée de sa pression.

** Je ne veux de mal à personne et je me moque bien de savoir ce que tu es. Par contre tu as quelque chose qui m'appartient...Pourrais tu approcher?**


Aika ne broncha pas. Pourquoi broncher, d'abbord ? Un enfant. Un simple enfant ! Voilà, qui était en face d'elle. Elle avait des griffes, et ce poignard qui appartenait à son interlocuteur.

**Un monstre. Voilà, ce que je suis.**

Elle fit léviter le poignard jusqu'à l'Argentois avant de se rendre compte qu'elle avait parler par télépathie. Une fois que le garçon ce fut emparer du couteau, elle se mordit la lèvre inférieur -tout du moins la partie qui n'est pas visible comme ça- se rendant compte de son erreur, qui pourrait lui être fatale.

- Le château... Est par là-bas, dit-elle en pointant derrière elle un massif dont on pourrait dire une maison, à cette distance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Dim 22 Nov 2009, 15:39

Berethor se saisit de l'arme alors qu'elle lévitait vers lui et la remit au fourreau avant de poser sa main gauche sur la garde afin d'interdire à la jeune magicienne de se servir une nouvelle fois de ses dons pour le désarmer.
Un sourire se dessina sur ses lèvres. Un sourire fatigué, mais un sourire quand même.
En sondant de nouveau son interlocutrice il sut qu'elle avait agit sous l'influence d'une intuition.


"Je crois que tu t'es définit comme étant un monstre...Pourtant, si tu en avait été un, tu aurais profité de l situation pour me tuer. ce qui prouve que tu n'en es pas un."

Par contre lorsque la petite fille mentionna le château et l'invita à la suivre il se rembrunit.
La soleil se levait vite et la lumière bordait maintenant de ses rayons mordorés la lisière de la clairière juste derrière Berethor.

La forteresse dont parlait la petite fille était celle qui abritait le fléau de ce monde: Les chevaliers d'émeraude.
Pourquoi le monde n'a connu aucune innovation technologique depuis plu de 1100 ans, les chevaliers d'émeraude, en prêchant tout et n'imorte quoi ont transformé les habitants d'Enkidiev en mollassons. Seul quelques guildes disparates avaient accumulé des connaissances et les Orzhovs les réunissaient toutes et les protégeaient grâce à ses agents psionniques.
Mais comment se débarrasser de cette petite avant qu'elle n'avertisse le château de sa présence.

Soudain, dans un tourbillon de fumé noir se matérialisé derrière Berethor Un garde spectral de L'Orzhova.
La garde spectrale était constituée des anciens membres des agents psionniques de l'Orzhova, souvent morts pour protéger les secrets de la guilde. Leur âme étaient préservés de l'influence des gardiens du royaume des morts par des sceaux. Ainsi, même morts les agents continuent de servir...Mais n'ont plus aucune liberté, ni aucune intimité. Ils deviennent des esclaves et n'ont plus aucune personnalité. Cela revient à mourir, sauf que les patriarches de l'Orzhova peuvent se servir de votre et de votre fantôme pour accomplir leur dessins.

Berethor se retourna calmement vers le fantôme et sans s'incliner s'adressa à lui avec politesse.un sourire aimable sur le visage.


"Bonjour, sir, vous semblez m'avoir suivit."

Le fantôme se contenta de hocher la tête. Il était vêtu de l'uniforme entièrement noir des maîtres agents de la guilde et une épée pendait à son côté et le blason de l'orzhova pendait à son col, retenu par un imposant collier. Un brassard noir avec le même symbole entourait son avant bras droit.
de sa voix monocorde il s'adressa au disciple en fuite.


" J'ai été affilié à votre protection, Berethor. Il est normal que je vous suive pas à pas et que j'apparaisse pour vous remettre sur le droit chemin."

Le regard du fantôme se porta sur la silhouette encapuchonnée avec qui Berethor discutait juste avant son apparition.
Berethor savait que ce genre de fantôme se débarrassait des témoins gênants de manière systématique.Même lui en tant que disciple ne pourrait l'en empêcher.


Dernière édition par Berethor D'Orzhova le Sam 28 Nov 2009, 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre) Sam 28 Nov 2009, 16:06

"Je crois que tu t'es définit comme étant un monstre...Pourtant, si tu en avait été un, tu aurais profité de l situation pour me tuer. ce qui prouve que tu n'en es pas un."

Aika vit une lueur percer dans la forêt. L'aube était là. Elle n'avait plus vraiment le temps de rester là. Soudain, l'hybride vit une fumée noire apparaître derrière le garçon.

"Bonjour, sir, vous semblez m'avoir suivit."

Le fantôme hocha la tête. Aika se surpirs à le détailler. Vêtu de noir, une épée pendait à ses côtés. Un étrange symbole apparaîssait sur un brassard.
La jeune fille mauve serra les dents. Le fantôme se mit à parler.

" J'ai été affilié à votre protection, Berethor. Il est normal que je vous suive pas à pas et que j'apparaisse pour vous remettre sur le droit chemin."

Sir ? Une protection ? Le droit chemain ? Là, franchement, l'hybride ne suivait plus. En tout cas, ce type qui est apparu ne lui inogurait rien de bon. Elle repoussa un peu la cape, de manière à pouvoir utiliser ses griffes si besoin est. Bah, au pire,elle pouvait ne montrer son apparence que si besoin est vraiment, et ramena de nouveau la cape contre elle. Elle serra les dents. Avaient-ils seulement vu le mauve de sa peau et ses griffes ? Non, elle ne préférait pas. De toute façon, tôt ou tard, ce phénomène de rejet viendrait aussi de la part de ce garçon.

- Le temps passe trop vite...

Elle observa le point lumineux qui était apparu.

- ...Lorsqu'on profite de lui...


[Désolé, c'est toujours court]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre)

Revenir en haut Aller en bas

Un chant funèbre...une mélodie de sang (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-