___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Les rues de Léost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Les rues de Léost Dim 11 Oct 2009, 21:39

Le royaume de Perle, un havre de paix dans ces eaux tourmenté qui semblait être sur le point d’engloutir le continent d’Enkidiev. Partout on pouvait voir les retombés de la guerre, sauf en ce lieu précis qu’était le royaume de Perle. Ici, les habitants faisaient tout en leur pouvoir pour laisser leur terre vierge de toute forme de perversion issue du monde des insectes. A force de travail acharné, ils avaient réussis à rendre leur petit monde parmi les derniers lieux où l’on ne ressentait pas encore les cous de la guerre.

C’était sur ces contrées parcouru jour après jour de centaine de chevaux sauvage que régnais Ameilra. La reine était fière de sa nation qui accomplissait chaque jour des miracles qu’elle ne cessait de s’impressionner. Forgerons, dresseur, vigneron, paysans et marchant œuvraient ensemble pour permettre a leur contrée natale de prospéré. Oui, les habitants de Perle avaient souvent mauvaise réputation. On disait d’eux qu’il disait tout connaître mieux que tout le monde, mais comment leur en vouloir, avec toute la sueur qui ruisselait sur leur front du devoir accomplis, qui aurais accepté après cela d’en voir un autre le dépasser.

C’était dans un petit village que la reine c’était déplacer ce jour la, le premier d’une longue série d’autre qui allait changer son destin pour toujours. C’était sous le nom de Nadine que la reine avait choisit de se présenté. Vêtue d’une tenu de paysanne, elle avait depuis longtemps commencé à mettre son savoir a l’œuvre dans les campagne environnant sa forteresse. Bien entendu, elle faisait en sorte de ne pas se faire reconnaître. Ce qui n’était pas très compliquer en sommes, car très peux de gens avait déjà vue son visage. En effet, comme elle avait la réputation d’être une femme plutôt étrange, les gens venaient rarement lui demander une audience. Pour ce qui est des évènements public, il y en avait très peux a perle, et souvent il n’y avait pas de gens du peuple qui y assistait. Non pas parce que c’était interdit, mais parce qu’ils n’y venaient simplement pas, préférant passer du temps avec leurs familles et amis.

C’était comme cela que la reine avait entamé, il y a plusieurs années de venir environ au moins une fois a chaque mois, afin de proféré des soins au malade et de s’assuré que ses sujets avait de bonne condition de vie. Ainsi, Ameilra avait pour ne pas ce faire prendre dit aux gens qu’elle se nommait Nadine et qu’elle venait des forets de l’est.

En se magnifique jour environ au centre de la saison chaude, Nadine venais de sortir d’une petite chaumière situé près du centre du village de Léost. Ce dernier était a peine à quelque lieux de la forteresse. Les bâtiments, pour la plupart de modeste chaumière sans plus d’apparat était néanmoins tous placé a un intervalle régulier de quelque mètre et avait presque toute la même apparence. Çà et là, des auberges et des moulins faisait leurs apparitions.

Nadine regarda autour d’elle, le paysage n’avait rien pour lui déplaire. Des gens heureux qui s’adonnait a leur passions. La jeune femme venait d’aider un homme a se remettre d’une infection occasionner par une blessure. Le pauvre homme serait au lit pour encore quelque jour, mais il s’en sortirait. La reine déguisée marcha quelque pas vers le marché. Ce dernier regorgeait de monde à cette heure. Des marchands hurlaient leur bonnes offre a tût tête. Le bruit était assez énervant, mais cela ne sembla pas déranger les acheteurs emballé par les offres incroyables.

La guérisseuse se dirigea vers un quartier moins bien fréquenté. Non pas qu’elle allait la par plaisir, mais elle avait a voir une dernière personne avant de rentré. Il s’agissait d’une jeune femme qui avait été atteint d’un problème de santé grave le mois dernier, et elle voulait voir si la pauvre femme avait suivis ses conseils et avait bien pris les herbes qu’elle lui avait prescrites. Si cela avait été le cas, la femme s’en sortirait sans trop de problème et pourrait sans doute retourné s’occuper de sa famille. La pauvre avait des enfant et avait beaucoup de difficulté a vivre. Son époux était mort quelque année auparavant.

Ameilra passa devant un groupe d’homme, c’est dernier ne manquèrent pas de la remarquer. Sans plus attendre, les quatre individus se levèrent prirent la jeune femme en chasse. Sans plus attendre, deux des malfrats accélérèrent et passèrent de chaque côté de la jeune femme. Après avoir fait quelque mètre, Ameilra se retrouva face aux deux colosses qui venaient de ce placer devant elle.

‘’ Alors ma petite dame, on va quelque part? ‘’

La reine du levé la tête pour regarder son interlocuteur ‘’ Oui, alors je vous prierais de vous écarter de ma route’’

‘’ Même pas un petit s’il vous plaît? Ar, je suppose que je devrais être galant et m’écarter…mais nous nous demandions mes amis et moi.sa vous plairait de passer un moment agréable avec nous?''

Ameilra en fut répugner ‘’ Plutôt mourir maintenant laisser moi passé’’ Alors qu’elle tenta de contourner le barrage humain que formait les malfrats, l’un d’eux étira son bras et tenta de la saisir. Rapidement, Ameilra recula pour éviter d’être agripper.

‘’ Et bien mademoiselle, excuser moi, mais je crois que mes amis on un peux trop envie de passer du temps avec vous’’

La reine se retrouva alors dans un diem, elle ne pouvait rien faire. Bien sur elle pourrait les carbonisé avec un simple rayon, mais non seulement elle briserais sa couverture et en plus, elle blesserais son propre peuple…
Revenir en haut Aller en bas
#Evalmar

avatar
Nombre de messages : 2607
Rôle : Roi de Fal
Date d'inscription : 08/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G11]
Rôle: Ex-Roi de Fal
MessageSujet: Re: Les rues de Léost Lun 12 Oct 2009, 11:40

[Tite présision, ce Rp ce passe, pour moi, juste après ma rencontre avec la magicienne Thys. Et avant le RP que je fais à Emeraude.]

Sous un soeil chaud et sec, un cavalier arpentait le pays de Perle à vive allure, un large sourire au coin des lèvres. Heureux pour la première fois depuis... depuis longtemps. Cela remontait au jour où il avait quitté Fal pour partir découvrir les autres royaume sans causer de mal aux autres avec sa colère. Sans ce démon en faite... jamais il n'aurait rencontré Saya et la fouce Aya. Il était vraiment heureux au fond de lui.
Evalmar, le prince de Fal, traversé donc le royaume de Perle pour rentrer à Emeraude. Mais il commencer à être fatigué. Il ne s'était pas encore arrêter depuis qu'il avait quitté la magicienne Thys. Mais il ne s'en souciat guère. Le prince toucha son épaule lumineuse ou était enfermé un pouvoir qu'il ne savait pas contrôler le moins du monde. Mais là encore, il ne s'en soucait pas.
La chance lui sourit quand même. Un petit village apparaissait à l'horizon. Fort content, Evalmar ne pressa pas le pas de son cheval. Pour une fois, il n'était pas préssé d'arriver quelque par ni impatien que tout finisse vite.
Une fois arrivé dans le village, plutît accueillant, il ralentit sa monture et la fit avancer au pas parmis les ruelle, à la recherche d'une aunberge et de quelqu'un qui voudrait bien s'occuper de sa monture pour une nuit.
Alors qu'il traversait un rue, un peu à l'éccart, il apperçut une femme, entouré de quatre hommes qui avait plutôt l'aire menacant. Mais il ne les disringauit pas assez bien à cause de la pénombre de la rue pour en être sur. La demoiselle semblait assez pris au piège avec ces hommes. Evalmar se demandait quoi faire. Passez son chemin en faisant semblant de ne rien avoir vu, comportement de lâche et d'égoïste, ou alors porter secour à la dame. Il opta pour la deuxième solution. Il daigéna son épée et s'avança vers les cinq personnes. Il s'arrêta à la hateur de la femme et mit pied à terre:
-Messieurs,salu le prince de FalMilady. Puis-je savoir, messieur, ce que vous voulez à cette humble femme?
Il avait l'épée à la main même si le ton de sa voix était très respectueux et polie. Il murmura en direction de la feme:
-Vous veulent-ils du mal, Milady?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Les rues de Léost Mar 13 Oct 2009, 21:06

La reine regarda le nouvel arrivant avec un air aussi sévère que tous les autres. Même si ce dernier semblait avoir des intentions bien plus nobles, elle ne voulait pas tomber dans un piège. Même si elle doutait que les cervelles de moineau qui tentait de la retenir eu l'intelligence requise pour mettre en scène une telle comédie. Mais comme après tout l’avantage d’être intelligent n’est pas d’arriver à passer pour un idiot. Après tout elle-même arrivait facilement a dissimulé sa nature. Alors c’était normal de se posée des questions sur celle des autres. Néanmoins, un homme muni d’un cheval et d’une épée ne pouvait ce permettre d’être un vanupied. De plus l’homme n’utilisait aucun joual local, habituellement parler par les gens des rues. Ameilra en déduit qu’il ne venait sans doute pas d’un village des environs. Hors, la peau plutôt foncé de l’homme monté laissait croire que soit il travaillait les champs, soit il venait d’un pays ou il faisait très chaud. Comme il était armé, c’était évident que cet homme n’était pas un paysan.

Les quatre hommes reculèrent devant l’apparition de ce nouvel arrivant. Malgré l’avantage que leur donnait le nombre, ils n’étaient pas sur de vouloir ce mesuré à un cavalier. Après tout, un cheval de bataille n’avait aucun problème à piétiner un adversaire sans le moindre remord. L’idée de finir sous les sabots de cette énorme bête était assez apeurant pour ces pauvres petits voyous des rues sombres. L’un d’eu ne pris même pas la peine de soutenir le regard du cavalier et détala en courant. Les trois autres plus braves restèrent, sans pour autant laissé paraître plus d’assurance. Néanmoins le chef pris quand même la parole

‘’ Holà monseigneur…nous étions justement en train de discuter avec cette jolie dame…’’
Contrairement au homme, Ameilra ne se sentait pas le moins du monde intimidé par un homme a cheval. Après tout elle devait diriger presque chaque jour de nombreux chevalier et soldat, alors elle c’était rapidement habituer à être plus petite que ses interlocuteurs. La reine regardait le cavalier dans les yeux sans la moindre trace de peur. Ses yeux sombres restaient fixés à l’homme qui portait une épée.

’ Non, ils allaient partir, il voulait uniquement connaître la façon la plus rapide de quitter la ville.’’ Posant son regard sur le chef, Ameilra lui dit ‘’ Vous garder cette rue, et au marcher tourné a droite, vous arriverez a la route, c’est tout ce que je puis vous dire’’

L’homme sembla comprendre que c’était la une façon simple et sans trop perdre de son égos de s’éclipsé.

‘’ Oui c’est bien cela mademoiselle, merci….’’

Tout en se retirant, le chef de malfrat garda la dame et le noble en vue, pour être bien sur de ne pas se faire donner un coup dans la dos, puis arriver assez loin, il fit une révérence assez loufoque et pris ses jambe a son cou sans demander son reste,

Ameilra se tourna vers son sauveur et dit avec une révérence qu’elle s’assura être digne de n’importe qu’elle jeune fille de village ‘’ Merci monseigneur, je ne sais pas ce que j’airais fait si vous ne m’aviez pas sauvé. ‘’ Puis se relevant, elle ajouta ‘’ Mais dites moi, il est rare que l’on voit des hommes d’arme dans les environs, venez vous du château?’’
Revenir en haut Aller en bas
#Evalmar

avatar
Nombre de messages : 2607
Rôle : Roi de Fal
Date d'inscription : 08/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 44 ans [G11]
Rôle: Ex-Roi de Fal
MessageSujet: Re: Les rues de Léost Mer 14 Oct 2009, 06:36

Evalmar remarqua l'air sévère de la femme. Elle avait l'air d'une fille plutôt dure à cuire. Du moins au premier coup d'oeil. Elle semblait légèreùment méfiante en son égart. Evalmar tenta de la rassurer avec un sourire couroie.
Le prince vit que les quatre hommes reculaient en le voyant armée, avec son cheval... qui n'était pas vraiment un cheval de guerre, un qu'il avat empreinté à Emeraude. Mais les hommes semblèrent s'en effrayé, d'ailleur l'un d'eux s'enfuit en courant comme si il avait le diable à ses trousse. Un des froussards parla nénmoins en lui expliquant qu'ils discutaient simplement avec cette dame... Bien sûr.
Evalmar ne relâcha pas sa garde, suspect. Les yeux fixé sur lui, la dame aux puils sombre lui confirma qu'ils discutaient juste et elle indique à l'homme un lieu dans le village. Evalmar la regarda avec amusement. Il savait très bien que ce n'était pas vrais tout ça. Mais comme ces sympathique messieurs repartaient en courant après une révérance assez comique, le prince de Fal rangea son épée dans son fourreau. La femme s'inclina son tour devant lui en le remerciant. Evalmar eut un sourire:
-Je savais bien que vous ne discutiez pas avec eux jpour leur indiquer un chemin.
Il lui rendit ensuite sa révérance d'un signe respectueux de la tête.
-Non, Milady, je ne vient point du royaume de Perle, mais d'un contré un peu plus éloignée. Je vient de Fal, Ma Dame.
Et vous, que faites vous ainsi seule. Une dame ne devrait pas rester sans surveillance.

Ne connaissant pas bien la vies des paysans, il ne savait évidemment pas que les femmes paysanne se déplacer sans hommes armées pour les accompagner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les rues de Léost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-