___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Ven 9 Oct - 10:19

Ce n'était que depuis très peu que la jeune fille était devenue un écuyer. Après un attribution qu'elle trouva moyennement réussie vu la façon dont elle avait rencontré son maître, Lyllianna s'était mise à être un peu anxieuse sur toutes les choses dont elle n'avait jamais vraiment pu se perfectionner. Bien qu'elle eût fait de belles rencontres sur cette magnifique journée qu'était l'adoubement et qu'elle s'était sentie flotter, elle était maintenant retombée au sol. À la vérité. La gamine avait la même fragile et surtout non-sensée peur que les autres écuyers: Ne pas être à la hauteur. Bien qu'elle sût que tout cela n'avait aucun sens. N'étaient-il pas attribués à un maître pour apprendre, justement? Mais Lyllianna n'était pas toujours de genre à contrôler ce qu'elle ressentait en elle. Elle avait plutôt le pouvoir de ne rien montrer de cela. Mais bien décidée de réduire à néant cet inconfort, elle avait entreprit de s'occuper de tout une étape à la fois.

Lyllianna avait très peur des chevaux. Des autres animaux aussi en fait, mais la première chose dont elle devrait s'occuper, c'était surtout cela. Alors la rouquine s'était toujours demandée comment elle pourrait faire face à des ennemis aussi répugnants que ceux qu'elle allait devoir abattre dans le futur. Mais là, dans le présent, elle ne s'était pas rendue à l'idée qu'elle aurait pu demander l'aide ou l'assistance de quelqu'un duquel elle était proche. Son maître étant le meilleur exemple.

Lyllia s'était donc levée très tôt ce matin-là. Le soleil en fait, n'était même pas encore dans le ciel. On ne pouvait donc pas dire tôt à quel point. L'écuyer s'était dirigée aux bains où on lui prépara une baignoire, les servantes étaient surprises de voir quelqu'un de si jeune se lever très tôt. « Ce doit être un écuyer, on dit que leur entrainement peut être très dur dépendant du maître. » « Mais elle est si jeune! Et où est son maître alors? » Mais pas très réveillée, l'ancienne élève fit fi de leurs propos qui lui semblèrent bien ennuyeux de si bon matin. Puis elle enfila nonchalamment ses vêtements pour sortir à l'air frais de la matinée. Pour cette petite frileuse, l'air était même très froid. Donc bien entendu, quand elle entra dans l'écurie, bien que l'odeur y soit saisissante, Elle fut très heureuse d'y retrouver un air plus réconfortant que celui de la nuit. Par contre, rongée par cette froisse absurde des chevaux, elle n'était pas capable de faire un pas de plus.

- Allez... Tes capable Lylli... Ce ne sont que des chevaux! Que peuvent-ils te faire?

Mais ses propres paroles se voulant réconfortantes ne firent aucun effet. Et si l'un de ces puissants animaux lui donnait un coup de sabots? Ou lui marchait sur le pied? Ça devait être très lourd! De plus, elle avait aussi peur se se faire mordre. Trop perturbée à l'idée de se faire très mal avant même de commencer son entrainement avec Zeïlia, Lyllia décida qu'elle devrait abandonner sur-le-champ.

Mais elle fit un effort. En marchant dans l'écurie, elle se rendit compte que les chevaux avaient de petits enclos respectifs. Ils ne pouvaient donc pas sortir, right? La jeune adolescente les observa tous un court moment qui lui semblait vraiment long. Quand un de ces destriers ouvrit soudainement les yeux, elle échappa un petit cris, recouvrant très vite sa bouche de ses mains. Espérant très fort que personne ne serait aux alentours, se trouvant tout d'un coup elle-même ridicule. Elle prit une très grande respiration de cet air dont elle était maintenant habituée, pour se décider à... sortir et régler ça plus tard. Se mettant à courir vers la sortie du plus vite dont elle en était capable, elle bucha. Dans ses propres pieds? Dans une marche qu'elle avait oubliée? toutefois, son genou droit était ouvert et ses mains très égratignées. Ça faisait mal. Ça brûlait. Il avait fallu qu'un erreur comme celle-là se passe dans un endroit si peu propre! Très frustrée contre elle-même, retenant de peu ses larmes, la petite essaya de se lever pour trouver de l'eau, question de nettoyer sa blessure et ses mains, mais retomba assise. Elle n'était pas capable de se lever et ne connaissait pas de sort de soin qu'elle était capable d'utiliser. Pourtant, elle n'était peut-être pas aussi malchanceuse qu'elle ne le croyait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Mer 14 Oct - 20:52

Un jour avait passé depuis l'attribution. Depuis qu'il était devenu finalement un écuyer. L'écuyer de Curtis plus précisément. Il ne le connaissait pas très bien encore, mais il ne doutait que cela ne saurait tarder. Bientôt, il verrait qui se cache derrière le masque impassible du Chevalier...ou pas. Tout allait dépendre. Dépendre de quoi? Dépendre de plein de chose. De leur relation, de comment ils allaient s'entendre, de comment Kosuké allait réagir, et etc. Bref...tout cela viendrait plus tard. Pour l'instant et bien...le soleil n'était pas encore lever, et le jeune homme, la tête plaqué contre son oreiller, n'avait franchement pas envie de se lever. Il était bien sur....le sol?! Sous lui, le sol était frais et inconfortable. Dans un grognement, le garçon se redressa lentement. Merde, il n'était pas habitué à ce genre de lit. Enfin, peut-être plus à sa position. Ainsi donc, sans s'en rendre compte, l'écuyer s'était déplacé de son lit, et était arriver par terre. Oh wow, comme c'est amusant de ce réveiller dans une tel situation ( ironique). Rendu debout, Kosuké chancela légèrement, un peu étourdi...comme quand on se lève un peu trop vite ( ce qui était d'ailleurs arrivé). Bref, le jeune garçon enfila sa tunique, puis sortit tranquillement, sans trop avoir d'idée pour sa destination. Les bains? Il en avait prit un hier soir, c'était donc inutile de refaire la même chose ce matin...

Se redressant légèrement pour avoir l'air un peu plus réveillé, le jeune dieu bailla. Il étira ses bras, histoire de encore plus se réveiller. Au moins, il aurait l'air moins fou. Bon donc. Où allait-il aller? À cet heure du matin, le château ne grouillait pas encore de vie, et était quasiment désert. À part quelques servantes qui faisaient le ménage ou encore, qui préparaient les bains, personne n'était assez fou pour se lever à une tel heure, surtout après une soirée de festivité si mouvementée. D'ailleurs, Kosuké se maudissait intérieurement de l'avoir fait. Il aurait dû prendre un peu de sommeil, histoire de se préparer à son futur entrainement qui commencerait probablement tôt les matins, avant que le soleil ne se lève? Avant que le soleil ne se lève? Hmmm, peut-être pas à ce point, avec un peu de chance. L'écuyer franchit la porte du château, tout en continuant à marcher tout droit. Le temps était plutôt doux, quoi que un peu frisquet. Sans trop de bruit, le dieu blond marchait, la tête rivé vers le ciel pourpre de l'aube. Il se dirigeait droit vers l'écurie. Raison de ce choix? Il n'y en avait pas vraiment, il avait simplement continué à marcher tout droit...et ce chemin correspondait à celui de l'écurie où les chevaliers laissaient leurs chevaux. Le sol était plutôt froid...ah merde! Il n'avait pas mis de souliers! Voilà pourquoi le sol était froid! Levant les yeux au ciel de sa propre inattention, Kosuké ne s'arrêta néanmoins pas, et continua a marcher bien tranquillement, dans l'herbe.

Soudain, il sentit une présence. Il n'était pas seul dans ce coin-ci. L'énergie provenait de l'intérieur de l'écurie. Une fille apparemment. L'âge? Impossible à déterminer. L'émotion?...Peur? Trouble? Pourquoi ressentait-elle de tels sentiments, à l'intérieur d'une écurie? Accélérant un peu le pas, le jeune dieu continua de se diriger vers l'endroit où l'on gardait les chevaux. Pratiquant son empathie, Kosuké ressentit lui même une douleur au genou. Elle s'était blessée?! Atteignant rapidement l'écurie, le jeune homme ouvrit tranquillement la porte qui grinça. À quelques mètres devant lui...une jeune fille. Plus jeune? Plus vieille? Probablement un peu plus jeune, mais pas assez pour qu'on remarquer clairement la différence. Elle était assise, par terre, dans la paille. Du sang coulait de son genou, et ses mains étaient apparemment égratignées. Une pointe d'inquiétude perça le cœur du dieu du temps, mais son visage en afficha le contraire. Un petit sourire à la pointe de la moquerie, étira un peu le coin de sa bouche. Il s'avança d'un pas assuré vers la fille.

-Et bein dit-moi, comment t'a pu te faire ça?

Demanda le jeune garçon d'une voix à la limite du moqueur. C'est alors que la jeune fille leva les yeux vers lui. Elle avait un regard magnifique. Des yeux verts grands, et un visage horriblement mignon. Un peu destabilisé, Kosuké faillit faire un geste physique, mais son..embarras resta intérieur. À l'extérieur, seul un petit sourire moqueur paraissait. Cette fille avait l'air timide. Le jeune dieu allait attendre de voir comment elle allait réagir...il était un peu intrigué. Disons que ce n'était pas une scène normale. Lui qui voulait seulement se prommener tranquillement, il venait de voir une jeune fille particulièrement mignonne, et ensanglanté, assis dans la paille de l'écurie. Spécial n'est-ce pas? Le garçon blond aux yeux or se pencha vers la jeune fille, puis lui demanda dit d'un ton simple, encore une fois avec un fond un peu moqueur, comme s'il ne pouvait pas s'en empêcher:

- Oh puis laisse tomber....Tu veux que je te guérisse?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Mer 14 Oct - 22:59

-Et bein dit-moi, comment t'a pu te faire ça?

Il y avait quelqu'un. Miracle! Elle n'avait rien ressenti. À cette heure si matinale? Qui de tout Enkidiev se levait avant le soleil, sauf cette petite écuyère? Aujourd'hui, elle venait d'en apprendre une bien bonne. Pourtant, même si elle fût très soulagée de voir quelqu'un, n'importe qui, auprès d'elle, il avait fallu que ça tombe sur une personne qui menaçait de s'en aller d'une seconde à l'autre et qui affichait un air si moqueur. Pourtant, c'était vrai. Comment avait-elle réussit cela? L'écuyère ne s'en souvenait déjà plus, tellement elle avait honte en ce moment même. Rougissant jusqu'aux oreilles, intimidée au plus au point, ce fût à peine si... Non. Elle ne put les retenir ses larmes.

*Ridicule. tu es ridicule. Dans deux ans tu vas te voir et...*

Elle leva son regard vers lui. Curieusement, les yeux de la fillette ne rougissaient pas quand ils voulaient faire sortir de l'eau salée, alors, tout ce qu'il aurait pu remarquer étaient ses larmes. Pas son visage supposément bouffi. Mais il ne sembla pas se méprendre. Toujours en affichant son stupide sourire vexant qu'elle haïssait déjà tant. Et elle ne connaissait pas encore son nom, au moins, à son ''sauveur''. Qu'elle ne reverrait très probablement plus jamais car elle ne connaissait pas son rôle dans ce monde. Ce dernier se pencha sur elle. Cela permit à Lylli de voir plus clairement les étranges yeux jaunes de l'adolescent. Jaunes? Non, c'était les insulter. Ils étaient d'un doré exquis.

Ses cheveux étaient blonds. Leurs reflets, même s'ils n'étaient pas supposés en avoir, vu qu'il ne faisait pas tout à fait clair, semblaient être aussi doré que ses yeux. Il n'avait pas une si grande taille, mais Lyllianna se jugea plus petite que lui quand même. Elle ne put dire quel âge il avait par contre, c'était même plutôt difficile à dire. Ses oreilles, elle put les entrevoir. Elles étaient difficilement pointues. Entre les oreilles d'un humain et celles d'un elfe ou d'une fée. Ses bras n'avaient pas l'air trop battis, mais pas menus du tout non plus. Ce fût tout ce que Lyllianna pu voir sur le coup. Car ensuite il pris la parole.

- Oh puis laisse tomber....Tu veux que je te guérisse?

Elle n'avait pas eu le temps de lui répondre! Whoops! elle fronça les sourcils. Lyllianna n'était pas muette tout de même! Mais il ne l'avait pas laissé finir ses pensées! Frustrant. Avant de répondre, elle lui jeta un regard accusateur, comme s'il l'avait fait exprès et prit un trente secondes de répit, de silence. Elle réfléchissait. Puisqu'il semblait être le seul à pouvoir l'aider pour la prochaine heure, et qu'elle saignait comme ça ne se pouvait pas, elle n'eût d'autre choix que d'accepter.

- Hmm... Oui. Je... Je n'connais pas bien les sorts de guérison... fit-elle d'une petite voix.

Pourquoi devait-elle lui admettre cela? Il n'était même pas gentil avec elle et elle, tout bonnement, lui avouait qu'elle était pourrie en guérison. *Bravo!* Se félicita-t-elle. *Mah et puis, il l'aura sans doute deviné nan?* En effet, quelque chose d'évident comme cela, ça ne se manquait pas. Mais elle ne l'avait pas encore remercié. D'abord, il n'avait qu'offert son aide et aucune action n'avait été produite. Alors, elle le laissa agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Jeu 15 Oct - 20:21

La fille lui jeta un regard...accusateur? Hein? Pourquoi? Après tout, il n'était pas responsable du fait qu'elle se soit plantée! Kosuké continuait à la regarder droit dans les yeux, tout en gardant la même face que tout à l'heure. Cette jeune fille l'amusait. Elle avait l'air d'avoir un drôle de caractère. En même temps timide, en même temps farouche. En tout cas, elle avait l'air plutôt sympathique. Restait seulement à voir comment le jeune dieu allait continuer de se comporter avec elle. Il avait tellement de choix. Un peu trop d'ailleurs, ce qui ne rendait pas la décision facile. Oh...et après tout. Il pouvait continuer à agir comme d'habitude...impulsivement. Sans réfléchir. Juste en disant ce qu'il voulait dire, en faisant ce qu'il voulait faire, simplement. Depuis les 5 ans qu'il était ici, il en avait vu des choses. Il en avait dit des choses, en surtout, en avait beaucoup fait. La décision qu'il prenait maintenant, d'agir de manière impulsive avait déjà été beaucoup réfléchi. Il y avait eu un moment, où il s'était chercher lui même, se demandant comment il pourrait agir. Il avait esseyer l'air blasé, un peu comme Hayden, mais cela n'avait pas fonctionné plus de une seule heure. Il avait essayer le surexcitement, mais encore là, il ne se sentait pas vraiment bien en agissant ainsi. C'est pourquoi au fil des ans, il découvrit simplement qu'il pouvait agir normalement. Dans cette catégories, il y avait plusieurs comportements. Des comportements qu'il prenait instinctivement. À ce moment, ce n'était plus devenu de simples comportements, c'était devenu son caractère normal. Il pouvait passé de la douceur ultime à une arrogance extrême, c'était son caractère, point à la ligne.

Bref, présentement, il pensait plutôt au fait que le caractère de cette fille semblait sympathique. Il en avait connu des filles! Enfin, rarement personnellement, se contentant de...s'amuser avec. Non pas dans le sens croche, ne vous inquiétez pas. C'était juste amusant de voir la réaction de la gente féminine lorsqu'on leur sortait simplement un « Tu as de beaux yeux » ou un truc du genre. Soit les gifles partaient, soit la fille devenait rouge comme une tomate. Bref, c'était vraiment drôle à regarder. Mais cette fois, Koko ne voulait pas trop...Enfin, l'idée de s'amuser en essayant de crouser cette fille ne lui effleura même pas l'esprit. Cette fois, il était curieux. Simplement curieux de continuer à parler avec cette adolescente qui avait le genou qui pissait le sang, et des ecchymoses sur les mains. Amusé, le dieu du temps balaya l'air de sa queue de chat couleur blé. Il attendait que la fille réponde. Après tout, cela n'allait sans doute pas tarder. Si elle ne le faisait pas, alors il continuerait lui même à lui parler, simple non? Et pourtant, elle ouvrit la bouche.

" Mhhh. Oui. Je... Je n'connais pas bien les sorts de guérison... "

Dit-elle simplement d'un ton plutôt timide.

Le sourire de Kosuké s'adoucit. Un peu moins moqueur? Ouai, on pouvait dire ça comme ça. Tranquillement, l'écuyer s'accroupit pour être à la hauteur de la fille. Il était environ à un demi mètre d'elle. Le dieu dirigea son regard vers la blessure qui saignait à flot, de la jeune dame aux cheveux orange-roux. La plaie était...pas très belle disons. Au moins, ce n'était pas profond, mais quand même bien entaillé. Les sourcils blonds et fins du jeune homme se froncèrent.

- Tu t'es pas manqué en tout cas...

Déclara-t-il simplement, d'un ton relativement doux, ayant perdu un peu son sourire...quoi que le coin de sa bouche était encore un peu tiré vers le haut alors... Bref. Le nouvel écuyer tendit la paume de sa main près de la blessure. Sans peut-être que la fille ne s'en rendre compte, il avait également rajouter un...anesthésiant, juste pour ne pas qu'elle est mal durant l'opération. En fait, elle ne sentirait rien, et juste après, elle n'aurait simplement plus mal, au moment où Kosuké retirerait sa paume. Justement, ceci se produisit, et du même coup, l'écuyer arrêta également l'anesthésiant. Il regarda pendant un bref instant le genou quasiment neuf, satisfait de son travail, puis il releva les yeux vers la fille, en lui souriant, cette fois-ci, de manière plus..sincère. Et d'un seul coup, il se releva.

- Voilà.

Dit-il d'un ton simple. Puis, il tendit sa main vers la fille.

- Je t'aide à te relever?

Lui demanda-t-il en la fixant dans les yeux, le sourire aux lèvres. Il se demandait si elle allait accepter. Oui...Non...Peut-être. Il ne le connaissait pas assez. En fait, tout ce qu'il savait d'elle, c'était qu'elle n'aimait probablement pas les chevaux ( cette conclusion venant du fait que plus tôt, Kosuké avait sentit sa peur dans le bâtiment) et qu'elle était écuyère ( vennant du fait qu'il l'avait vu sur l'estrade...enfin, apperçu du coin de l'oeil. Son maitre avait la même couleur de cheveux alors...ce n'était pas très dur à manquer, surtout que des cheveux de cette couleur...). Sinon, a part de cela, elle était une totale étrangère pour lui. D'ailleurs, c'était quoi son nom? Non, il n'allait pas lui demander immédiatement. Il allait attendre qu'elle le fasse ou encore que la discussion aille plus loin. Si c'était la cas. Au pire, elle pouvait toujours se lever toute seule et décamper...quoi que ce serait étrange. La suivrait-il? Le dieu du temps secoua la tête. Bon, il allait un peu trop loin dans ses réflexions. Il se contenta de regarder les magnifiques yeux émeraudes de la fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Dim 18 Oct - 10:44

Après les paroles qu'elle eût elle-même prononcées, les traits du garçon changèrent. Lyllianna ne sût pas dire en quoi, donc elle plissa légèrement les yeux. Mais elle ne le dévisagea pas très longtemps. Sa peau commençait à lui brûler, là où elle était blessée. L'écuyer porta ses deux main à son genou en réflexe, mais s'arrêta à temps. Ses mains aussi étaient égratignées et surement pleines de germes. Alors, elle ne ferait qu'infecter plus la plaie ce qui pourrait s'avérer plus difficile à guérir. Mais est-ce que c'était vraiment comme cela? Car en fait, même en classe de magie, Lylli n'avait pas souvent été capable de bien guérir de blessures mineures. Mais même si ce n'était pas le cas, et même si le sourire du jeune homme ne lui avait pas inspiré confiance, elle ne voulait pas lui causer plus de trouble qu'elle en avait déjà occasionné. Ou était-ce seulement le fait qu'elle ne veule pas lui devoir une faveur trop grosse après cet événement?

- Tu t'es pas manqué en tout cas.

Se moquait-il d'elle? Bien entendu qu'elle ne s'était pas manquée! C'était pour cela qu'elle avait mal à la jambe, d'ailleurs. Mais La jeune fille ne lui en voulu pas longtemps. De plus, elle ne voulait pas répondre un truc comme ce qu'elle venait de penser. D'ironie, elle aurait eu l'air familière avec lui. Puis le garçon se pencha sur elle. M'enfin, plus sur son genou quoi, pour y placer sa main. Dès que ce geste fût posé, Lyllianna n'eut plus mal. Ce qui lui permit de relâcher ses muscles jusque là tendus. Sa grimace disparut aussi. Ce qui lui permit de mieux distinguer les traits du garçon. Ses yeux dorés lui parurent plus être fait en or. Sa bouche était plutôt fine et se terminait en un sourire toujours présent. Aussi, chacun de ses traits lui sembla plus beau. Tout comme s'il eût été un dieu. Ce qui lui parut des plus improbable et absurde.

- Voilà.

Déjà? Elle se retourna vers son genou pour voir si ce n'était pas une illusion. Il y avait encore du sang autour, qui tachait sa tunique déchirée, mais elle n'avait plus mal. 'Manquait plus qu'à se changer et nettoyer tout ça, et ce serait oublié. Mais elle était quand même très reconnaissante envers ce garçon qui quelques instants plus tôt, lui inspirait presque la haine. Ensuite, ce même garçon lui tendit la main pour l'aider à se relever. Elle n'allait pas refuser comme elle l'avait fait à son maître. Agrippant solidement la main de l'adolescent, elle se donna une poussée pour se lever en même temps qu'il tirait.

Un élan un peu trop fort? C'était vraisemblablement la seule façon qu'elle aurait pu se retrouver ainsi collée à lui... Mais les cinq ou six secondes qu'elle se retrouva collée à son torse, les mains de chaque côté de sa tête, ainsi étendue sur lui... Oh, bien entendu que la rousse ne resta pas positionnée de cette façon très longtemps. Après ces six secondes, elle se décolla de lui assez rapidement. Gênée plus que jamais. Croirait-il qu'elle l'avait fait exprès? Ce n'était pas à souhaiter.

- Désolée! Vraiment! Et.. Aussi... Merci beaucoup.

Lyllianna n'osait plus le regarder dans les yeux, donc elle regardait ses pieds. Pour un peu réaliser que ceux du jeune homme étaient nus. Drôle de chose à regarder, mais bon. Maintenant, elle faisait quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Dim 18 Oct - 13:44

La fille prit finalement sa main, à son grand soulagement. D'un seul coup, il la releva...peut-être un peu trop fort? En tout cas, d'une quelqu'onc manière, la jeune fille aux cheveux roux, se retrouva carrément...collée à lui. Pendant quelques secondes. Combien? Tout avait l'air de se passé au ralenti. Kosuké se demanda même pendant un bref instant, s'il n'avait pas arrêter le temps, ou quelque chose du genre. Quand il se rendit compte qu'il n'avait rien fait en terme de magie, il se demanda à ce moment s'il devait l'arrêter. Pourquoi l'aurait-il fait? Parce qu'il était bien. Avec cette fille qu'il ne connaissait pas, collée sur lui, il était bien. Et pourtant, il ressentait un espèce de trouble. Peut-être que cela venait de la fille...ou peut-être de lui même. En tout cas, c'était la première fois qu'il avait une fille collée sur lui...même si cela se révélait être un accident plutôt stupide. La sensation n'était pas mauvaise du tout. Un silence plutôt gêné s'était installé pendant ces quelques secondes. Un peu comme si ( comme je l'ai mentionner plus haut) le temps s'était arrêter. Mais finalement, la fille du se rendre compte de quelque chose, car elle se retira brusquement, les joues légèrement rosés...mais terriblement gêné. Enfin, c'était ce que Koko ressentait de ce qui émanait d'elle. Soit elle n'arrivait clairement pas à cacher ses sentiments, soit ils étaient trop fort pour qu'elle le fasse...ou soit elle n'y pensait simplement pas. Le jeune dieu, quant à lui, était toujours, sans arrêt, pourvu d'une gigantesque barrière de glace interne qui empêchait qui qu'onc d'aller fouiller son esprit, ou juste ressentir ce qu'il ressentait. Ce qui était d'ailleurs bien pratique en plusieurs circonstances, notamment celle d'empêcher les autres de savoir qu'il était un dieu.

Bref, une voix perça le silence, quasiment en même temps que la fille se dégageait. Un peu après en fait. Bref, celle-ci était...gêné. Comme quoi les émotions de la jeune fille auraient été parfaitement lisibles à travers sa voix. Bref, celle-ci déclara:

"Désolée! Vraiment! Et.. Aussi... Merci beaucoup."

Elle avait la tête penchée vers la sol. Non mais vraiment, elle était un peu trop gêné là. Qui avait-il de mal à, sans faire exprès en plus, se retrouver collé sur un garçon qu'on connait ;a peine? Bon...ok. C'est vrai que c'est peut-être un peu embarrassant. Mais là! Elle n'était pas obliger d'agir ainsi non plus! Quoi que c'était plutôt amusant à observer du point de vue du jeune dieu du temps. En tout cas, elle n'avait pas à s'excuser voyons...ça avait été plaisant comme expérience. Sauf que probablement pas pour elle. C'est vrai que souvent, le blondin devait se rappeller que ce n'était pas tout le monde qui pensait comme lui...qu'en fait, il était le seul à songer de manière étrange parfois. Sauf que parfois, il était vrai qu'Hayden était un peu plus pire que lui..mais bon, ne changeons pas trop de sujet là. Donc la jeune fille avait également remercier Kosuké, de sa deuxième courte phrase. Celui-ci avait toujours un sourire amusé aux lèvres. Il tendit son doigt, puis releva la tête de la fille, en soulevant son menton. Intérieurement, il se demandait si ce geste allait déranger la jeune fille. C'est pourquoi juste après lui avoir relevé la tête, il lui sourit en autant sa main, en penchant la tête de coté et en disant d'un ton sympathique...mais encore amusé:

-C'était rien de très dur...

Résistant à la tentation de rajouter quelque chose par rapport à la situation cocasse qui avait précédé les paroles, il sourit encore une fois à la fille, puis se dirigea vers une botte de paille pour s'y asseoir. Celle-ci se situant sur une deuxième, puis une troisième botte, elle était plutôt en hauteur. C'est pourquoi le jeune dieu dû effectuer un petit saut pour parvenir au troisième « étage », s'aidant de sa queue de pardusse. Le jeune garçon retourna son regard doré vers la fille qui était maintenant à deux mètres de lui, puis lui demanda d'un ton légèrement charmeur, et d'un regard pétillant de gaieté:

-Puis-je connaître votre nom jolie demoiselle?

Encore là, la réaction de la fille était impossible à capter d'avance. Elle pourrait s'offusquer, elle pourrait le giffler, elle pourrait rougir, elle pourrait restait neutre, elle pourrait s'en aller sans dire un mot, elle pourrait le traiter d'idiot...bref, elle avait beaucoup d'option, et Kosuké n'avait aucune idée quelle allait être la décisive. Peut-être n'aurait-il pas du demander ainsi son nom à la jeune fille...mais bon, ça lui tentait, et c'était ainsi qu'il avait voulu s'exprimer...alors pourquoi ne pas le faire? Certes, cela pourrait déclencher quelques conséquences, comme le fait de ne jamais revoir cette fille...ce qui d'ailleurs serait assez ennuyant. Elle semblait sympathique, et de plus, elle était très mignonne alors..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Lun 19 Oct - 21:03

Sans que tout de suite, elle sache pourquoi, Lyllianna se retrouva à le regarder dans les yeux. Mais L'écuyer sentit la pression sous son menton donc elle devina qu'il lui avait relevé la tête du bout du doigt. Pourquoi est-ce qu'elle avait l'impression que c'était d'une certaine façon, important pour lui qu'elle ne regarde pas ailleurs? Mais avant même qu'elle n'ait le temps de penser à détourner ses yeux, il la relâcha.

- C'était rien de très dur...

Était-ce de la sympathie qu'elle sentais dans le ton de sa voix? Ou de la pitié? Elle cru même percevoir de l'amusement. Se moquait-il encore d'elle? Que cherchait-il à prouver? Mais il la détourna de ses pensées. Où allait-il?

- T'as une queue?

La jeune fille ne l'avait jusqu'alors pas remarquée. Une queue de chat. Tiens donc. Est-ce que ça voulait dire qu'il avait du sang de pardusse? Intéressant. En fait, il n'y avait aucun doute dans son esprit. En cours, elle avait bel et bien apprit que tous les humains qui avaient des oreilles pointues et une queue de chat étaient des pardusses, nan? Ces humanoïdes étaient habituellement plus poilues, mais Kosuké était encore jeune. Pendant qu'il escaladait les bottes de foin, l'adolescente se surprit à penser qu'elle y monterait bien avec lui.

- Puis-je connaître votre nom jeune demoiselle?

- Mééé?

En réflexe, dut au fait qu'il la surprenait encore pendant qu'elle était au milieu de ses pensées, elle se retourna vivement vers lui. Plus précisément, elle tourna sa tête vers le haut, pour découvrir qu'il avait l'air de bien s'amuser ainsi assis sur sa pile de foin! Méritait-il de connaître son nom? C'était la moindre des choses, son nom. Elle lui devait même plus que ça. Embarquant dans le jeu de l'adolescent, elle monta elle-même sur une première botte de foin, d'une grande enjambée. Prenant un air faussement hautain, elle se décida sur ces simples paroles:

- Mon nom, est Lyllianna.

Puis elle monta encore pour aller s'asseoir à ses côtés. Les jambes croisées, face à lui. D'où tenait-elle son énergie en ce moment? Cette envie de s'amuser pour le plaisir de rire ou de sourire. Elle le dévisagea un court moment, comme si elle attendait qu'il lui dise quelque chose. Jusqu'à ce qu'elle ait l'envie de s'adosser à un mur qui n'était pas là. En chutant, elle s'agrippa à tout ce que ses mains purent prendre. Le chandail du garçon. Oups? Encore, vraiment? Elle voyait où ceci s'en venait. Mais quand elle se retrouva sur le sol, et qu'elle se rendit compte qu'elle l'avait comme, obligé de tomber avec elle, et par dessus elle en plus, elle se mit à rire. Cela faisait quelques semaines qu'elle n'avait pas autant rit. Comment se retrouvait-elle toujours dans des situations comme cela, ou son cerveau lui envoyait des ''hahaha!!!'' répétitifs et pleins d'entrain? C'était si drôle que cela? Mais pourtant, ça lui fit du bien de s'esclaffer. Et elle n'avait rien d'autre à faire comme action. Un peu à contre cœur, elle dût se forcer à arrêter de rigoler, si elle n'avait pas eût mal aux côtes et aux joues, elle aurait continué quelques minutes. Mais rire aussi franchement, bien qu'une trentaine de secondes, c'était bien. Ça lui avait remonté le moral. Lyllianna allais passer une bonne journée. Toujours couchée sur le sol de l'écurie, elle lui adressa la parole.

- Et toi, c'est quoi ton nom?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Mar 20 Oct - 18:32

La réaction de la fille ne tarda pas à arriver. Elle prononça un « Méééé » un peu allongé. Kosuké sourit. Il s'amusait bien. Balançant tranquillement ses jambes dans le vide, il attendit que la jeune dame réponde à sa question, il elle allait le faire bien sur. Cependant, cela ne semblait pas être pour immédiatement. Car, prise d'une soudaine vivacité, elle monta sur une première botte de foin. Le jeune dieu continuait à sourire. Voulait-elle aller le rejoindre? À ce rythme là, peut-être. Pourtant, elle s'arrêta. Les adolescents se regardaient l'un l'autre, quand soudain la jeune fille releva la tête d'un air hautain, puis lâcha du même ton que son nom était Lyllianna. Le sourire du blondin devint moqueur. Il trouvait le ton de cette Lyllianna, plutôt amusant. Elle jouait le jeu, c'était amusant. Il espérait à l'intérieur de lui, qu'elle ne pense pas qu'il se moqua de son nom. Au contraire, il le trouvait...beau. Cela sonnait doux, mignon, clair, enchanté. Il aimait bien ce nom. Mais voir s'il allait lui dire! En tout cas, surement pas pour l'instant. Brusquement, la fille au si joli nom, grimpa les deux dernières bottes de foin pour finir par s'assoir aux cotés du garçon...enfin, un peu plus, face à lui. Celle-ci pencha le dos par en arrière. Quel était donc son intention? Voulant l'avertir du futur danger de tombé, Kosuké n'en n'eu néanmoins pas l'occasion, car déjà, Lyllianna tombait...agrippant l'adolescent par le gilet! Le blondin n'eut guère le temps de réagir, qu'ils se trouvaient déjà étendu dans la paille. Le dieu du temps secoua brièvement la tête, pour finalement remarquer sa position...qui pouvait vachement être considéré comme...« étrange » si je puis dire. Disons qu'il était en plein sur la fille.

Ce ne dura qu'une fraction de seconde. Peut-être même que Kosuké lui même ne se rendit pas compte de ce qui se passait dans sa tête. Il avait été sur le moment, pendant ce bref petit bout de temps, troublé. Troublé de se retrouver, tout d'un coup, sur une fille si mignonne. Troublé de voir son visage de si près, pendant une fraction de seconde. Troublé de sentir son doux souffle, pendant un instant, sur ses lèvres. C'était normal ça? Surement. Probablement que n'importe quel gars aurait réagis ainsi...n'est-ce pas? Oui voyons...surement...peut-être. Bref, cela ne prit guère beaucoup de temps, que le jeune dieu se plaça sur le coté. Durant un court instant, il eut craint que Lyllianna ne se fut un peu blesser en atterrissant, mais apparemment, ce n'était point le cas. Car, elle s'était mise à rire. Koko en fut un peu étonné. Puis il réalisa effectivement le ridicule de la situation, puis un doux rire s'échappa de ses lèvres. Mais il ne voulait pas le faire durer trop longtemps, car sinon, il avait de la misère en entendre celui de la fille aux cheveux roux. Il préférait s'empêcher de rire que de manquer ne serait-ce qu'une seul seconde de ce rire joyeux et cristallin qui était si agréable à entendre...et aussi à observer. D'un regard amusé, l'écuyer regardait la jeune adolescente, se rouler sur le sol de l'écurie. À plusieurs reprises, il ne put réprimer des rires amusés et joyeux. Il se sentait léger.

Puis, au bout d'une trentaine de seconde plus tard, Lyllianna arrêta finalement ses rires, devant le regard doux et joyeux de l'adolescent qui la regardait depuis tout à l'heure. Kosuké voyait bien qu'elle avait dû s'empêcher de continuer à rire, ce qui lui fit affiché un sourire amusé. S'étant assis au court de l'hilarité de la jeune fille, le dieu la regardait toujours. Celle-ci était encore étendu par terre, la respiration saccadée. Et alors, elle lui demanda quel était son nom, à lui. D'un sourire cette fois, moqueur, car oui, Koko aimait bien faire des sourires moqueur, sans pour autant se moquer de la personne à qui il les adressait, il répondit d'une voix identique à son sourire:

-Kosuké!

Se levant tranquillement pour finir par se mettre, accroupi à juste à coté de la fille, il la regarda de ses yeux dorés pétillant de gaieté, puis il demanda la première question qui lui passa par la tête:

-Tu es écuyère hein? Qu'est-ce que tu fais ici de si bonne heure?

Ces paroles avaient été prononcé d'un air légèrement amusé. Évidement, Koko savait que Lyllianna pouvait parfaitement lui retourner la question, mais avec un peu de chance, elle lui répondrait d'ailleurs. Après tout, c'était vrai...que faisait-elle là alors que le soleil était à peine lever?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Mar 20 Oct - 21:07

Il riait lui aussi. D'un rire qu'elle apprécia beaucoup, même si elle ne l'entendit pas tant que ça. Quelle chance quand même! Même s'il n'en faisait pas autant qu'elle, elle fut heureuse de l'entendre rire plus de trois secondes. En plus, elle fut un peu carrément contente de voir qu'il n'avait pas un rire aussi moqueur que son sourire. Au fait, était-ce son sourire le plus naturel? C'était un peu dommage s'il souriait en fait seulement ainsi. Ça ne la rendait pas seulement inconfortable, mais elle devait bien s'admettre qu'elle était toujours légèrement déçue de le voir. Son nom. Kosuké. Ce nom lui donnait simplement envie de sourire. Ou était-ce seulement le fait qu'il lui ai donné son nom, tandis que rien n'avait laissé présager qu'il allait le faire? Ses lèvres s'amincirent pour laisser place à un sourire. Finalement, un vrai ange se cachait derrière cette image bien que légèrement persistante de lui étant un garçon un peu trop malpoli. Mais en fait, il ne l'était pas du tout. Lyllia était très contente d'admettre ce fait.

- Tu es écuyère hein? Qu'est-ce que tu fais ici de si bonne heure?

Écuyère. Bien sur que oui!! Même si elle avait eu de la misère à se le faire croire elle-même et que ça lui avait prit quelques jours à s'imaginer qu'elle allait connaître cette vie qu'elle espérait mener depuis au moins une dizaine d'années, elle le regarda comme si rien n'était moins évident que cela. Selon elle, il n'aurait pas dû lui demander cette question. Mais elle se trouva à rire intérieurement d'elle-même, tellement elle était ridicule de lui en demander autant, se donnant un sourire ironique.

- Mhhh. Disons que la raison...

Lyllianna regarda ailleurs. C'était honteux d'avoir peur de chevaux? Probablement un peu oui. Alors, l'écuyère considéra de lui mentir. Mais ça ne serait pas gentil non? Autant lui dire qu'elle adooooraaais les chevaux! Not. Ce n'était pas son genre. Alors, elle se releva à l'aide d'une poussée brusque vers le haut, comme si elle effectuait un redressement assis, mais les bras croisés sur sa poitrine, comme si en prenant ainsi moins d'espace, ce serait plus facile pour elle de s'asseoir. Ce le fut en fait. Puisque lui était face à elle pendant qu'elle était couchée, elle se retrouva placée de côté à lui. Mais elle ne voulu pas se mettre face à lui cette fois. Prenant tout d'un coup un air très sérieux, qui demandait en même temps le respect. Aucun sourire moqueur cette fois. Puis elle tourna sa tête vers lui. Il devait absolument se montrer d'accord avec elle.

- Je te la donne si tu acceptes de m'aider par après?

Un peu plus et elle fronçait les sourcils en prenant un air qui disait: ''Aide-moi. s'il te plait.'' Mais elle n'allait pas se mettre à genoux devant lui pour lui demander une faveur qu'il ne serait jamais obligé d'accepter. Et pourquoi elle lui demandait ça à lui? Ça ne devait pas le captiver plus que ça, les troubles d'une jeune fille qu'il connaissait depuis une couple de minutes. Mais pourtant, elle se décida de lui faire confiance. Tout le monde avait le droit à ses chances. Et surement que Lylli en avait auprès de lui aussi. Bref, elle l'espérait.

- C'est... Je ne sais pas si ça va vraiment t'intéresser de m'aider, je t'avertis tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Jeu 22 Oct - 17:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un bref regard de reproche de la part de la jeune fille laisse vite place à des yeux plus...moqueurs. Elle commença à parler, allant presque expliquer la raison, mais elle s'arrêta avant la fin. D'un coup rapide, elle se releva, se retrouvant assis à coté de l'autre écuyer qui l'observait avec intérêt. Sur le visage de Lyllianna, s'afficha une expression sérieuse. Le sourire de Kosuké s'adoucit. Il avait sentit, en étant un peu connecté aux pensées de la fille rousse, que cette fois elle n'accepterait pas un sourire moqueur en guise de réponse. C'est pourquoi celui qui étirait le visage de l'écuyer était plutôt doux. Au fond de lui même, il se demandait pourquoi seulement le fait qu'une fille ne veuille pas voir son sourire moqueur, faisait qu'il n'en faisait pas. Il n'arrivait pas à se répondre à lui même. C'était rare. Habituellement, il était plutôt...confiant? Bah, là aussi il était confiant, mais il y avait quand même un certain trouble dont il n'arrivait pas à cerner la raison exacte. Normalement, il aurait gardé son sourire moqueur. Mais pas maintenant. Pourquoi? Ça, il ne le savait pas, point final. Il n'avait pas envie de trop réfléchir à tout cela. Il préférait profiter du moment présent; moment où il était heureux et qu'il se sentait bien. Presque qu'apaisé, même si c'est étrange à dire.

- Je te la donne si tu acceptes de m'aider par après?

Sa voix résonna doucement à l'oreille du dieu du temps. De sa figure un peu trop mignonne, elle semblait supplier le garçon blond. Celui-ci ne fit que continuer à lui sourire. Si ce n'était que lui, il accepterait sur le champ, mais la voix de Lyllianna perça à nouveau le silence. Elle disait qu'elle ne pensait pas que ça allait intéresser Kosuké de l'aider. Celui-ci ne put se retenir d'afficher une expression quelque peu étonné, un sourcil haussé. Pourquoi croyait-elle cela? Au contraire, cela ne pourrait faire plus plaisir, à cet écuyer, que de l'aider? Hmmm, certes, probablement qu'il n'avait pas vraiment eut l'air intéresser, depuis qu'il l'avait rencontré. Il avait toujours abordé un sourire moqueur, ce qui faisait que la plupart des personnes n'avaient pas vraiment envie de se confié à lui. Mais pourtant, cette fille avait tout de même essayer. Le dieu sourit intérieurement en se disant qu'au moins, Lyllianna n'avait pas fait comme tout le monde. Elle était différente. Restait seulement à savoir jusqu'à quel point.

En tout cas, pour maintenant, c'était certain que Koko tennait à l'aider. Mais il s'était tout de même retenu de le dire trop vite, car cela aurait paru un peu trop empresser. Il se contenta de hausser les épaules avec une attitude plutôt désinvolte, et il dit d'un ton doux:

-Je veux bien t'aider...

Il s'empêcha de rajouter qu'il voudrait bien toujours l'aider, car ç'aurait été...déplacé, n'est-ce pas? Et comme l'écuyer avait toujours tendance à parler trop vite, peut-être aurait-il regretter ses paroles par la suite.Au moins cette fois, il avait réfléchi. Bref, il se leva. Il avait toujours eut de la misère a rester immobile trop longtemps. Peut-être était-il un peu hyperactif. S'accotant contre une poutre de vois, puis fixant l'écuyère de son regard maintenant doux et amical, il attendit....juste après avoir rajouté d'un ton amusé:

- Vas-y, je t'écoute, et je vais faire mon possible!



[Petit poste u_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Dim 25 Oct - 9:01

Le sourire de Kosuké s'adoucit.

Lyllianna en fut en quelques sortes, poussée à lui faire confiance tout d'un coup. Ce sourire, elle l'aimait bien. L'écuyer observa cet air un peu plus sage résider un moment sur le visage du garçon. S'il pouvait être comme cela plus souvent, elle se sentirait moins gênée ça c'est certain. Mais Lyllianna se rendit compte que finalement, un jour ou l'autre, elle donnerait surement tout pour le revoir sourire de cette façon. Mais l'instant présent ne le lui permettait pas. Puis ses lèvres bougèrent. Il acceptait de l'aider? Ah bon. C'était un peu inattendu. Il lui semblait que même s'il avait refusé, en disant qu'il avait ''D'autres chats à fouetter'', elle l'aurais peut-être laissé partir. De plus, cela aurait été moins gênant pour Lylli qu'il parte. Mais en même temps, elle était drôlement contente de pouvoir rendre cette stupide épreuve un peu moins difficile. De plus, l'adolescent s'était montré galant envers elle, et l'avait déjà aidée, ce qui prouvait aux yeux de la petite qu'il pouvait le refaire. Certes. Kosuké la tira (pour la dernière fois, pouvait-on espérer) encore de ses pensées. Bien qu'elles ne soient jamais très profondes, ça paraissait tout de même être son rôle favori. Mais à cause de ça, elle ne compris pas ses paroles sur-le-champ. Elle l'observa, interdite, d'une durée de peut-être une dizaines de secondes, puis le message entra dans sa tête. La réponse qui lui parut la plus facile à répondre en ce moment fut cela:

- Merci.

Elle s'en allait encore lui dire qu'il n'était pas obligé de le faire! À quoi pensait-elle? Le faire fuir? Pas question! Le garçon aux cheveux blonds venait de lui dire qu'il ferait son possible pour l'aider! Pour elle, dans le fond. Cette pensée lui réchauffa le coeur. Ou était-ce à cause du soleil qui se levait? Car il faisait plus clair et l'adolescente avait moins froid que quelques minutes plus tôt. Puis, elle dévia ses yeux émeraude quelques instants afin de replacer ses pensées. Avant de commencer, elle les reposa sur lui. Aussi, il lui sembla inutile d'ajouter à quel point il y avait beaucoup de chances qu'il rit d'elle. Et s'il en avait l'envie, elle espéra qu'il ne se retienne pas. Après tout, peut-être que ça allégerait l'ambiance.

- C'est juste que, j'ai peur des chevaux.

Elle attendit une réaction de lui avant de continuer sur le même ton.

- Je ne sais même pas si j'ai juste vécu quelque chose de mal avec l'un d'eux, mais il me semble qu'ils sont imposants. Pourtant, je sais que ce sont les humains qui les dressent.

Voilà, elle avait terminé son explication. Elle avait peut-être même terminé de lui parler. Cela dépendrait de lui par contre. Pourtant, il resta là, devant elle. Soulagement? Joie? Quel fut le motif qui la poussa à continuer malgré le fait qu'elle aurait dû se mettre à rougir? Non. Elle ne pu pas le décrire sur le coup. Mais, ça ne fit que l'aider en lui donnant une forme de courage différent de celui qui pousse vers l'ennemi et qui dicte de le frapper. Cette forme de courage était un peu plus douce.

- Si j'ai besoin de ton aide, était-ce vraiment de son aide qu'elle voulait? Ou était-ce à cause que c'était lui qui était devant elle? c'est un peu pour surmonter ma... Peur.

Du mal à prononcer ce mot? Depuis quand la petite Lyllianna était-elle faite pour avoir peur de rien? Ça n'avait pas de sens. Il y avait quand même des peurs qu'elle pouvait vivre avec. Mais, pas celle-là. Jusqu'à maintenant, elle s'était surtout concentrée sur le fait que devant elle, il y avait un garçon prêt à l'aider. Mais ensuite, elle avait été entraînée dans cette histoire. Était-elle véritablement prête à entreprendre cette sorte de thérapie, par contre?

Par quoi commencer? Bien entendu, elle pouvait sentir les chevaux, il n'y avait pas de problème avec ça puisqu'elle était toujours dans l'écurie et qu'elle s'était habituée à l'odeur qui rôdait dans la place. Les regarder, ça passait encore. Mais s'en approcher et voir, les caresser, elle allait avoir de la misère avec ça. Ensuite il faudrait qu'elle en monte un. Bien entendu ce serait sur son dos puisqu'elle ne savait pas seller un cheval et qu'elle ne voulait pas que Kosuké le fasse. M'enfin, peut-être qu'il ne savait pas comment faire ça non plus. Et ce serait juste tant mieux. Comment allaient-ils s'y prendre? Combien de temps avaient-ils...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Jeu 29 Oct - 17:47

La jeune fille le remercia. Kosuké se retint de lui répété que cela lui faisait plaisir. Il ne fallait pas exagéré quand même. Ainsi donc, il attendit. Il aurait pu attendre longtemps, il n'était pas pressé. Enfin...théoriquement, si, mais il ne se sentait pas pressé. Il était bien là où il était et surtout avec « qui » il était. Si quelqu'un lui disait que son maitre l'attendait, il aurait surement réagis...mais personne ne lui avait dit, et avec un peu de chance, Curtis dormait encore alors. Bref, le jeune homme continuait de détailler la fille, sans pour autant donner l'impression de la fixer trop intensément. Ses yeux étaient vraiment différents de ceux des autres. Une lueur joyeuse y brillait en permanence, donnant presque, parfois, une petite impression de malice. Ces magnifiques yeux émeraudes étaient encadrer d'un joli visage doux et mignon. Quant à ses cheveux d'un roux..presque pétant, ils étaient un peu ébouriffer, mais cela ne faisait que rendre davantage la jeune fille, mignonne. Donc, sa douce voix aigu perça le silence, lorsqu'elle avoua finalement avoir peur des chevaux. Sur le coup, le blondin fut un peu étonné. S'était-il imaginer que cela serait pire? Enfin, il n'avait absolument rien hypothèser à ce sujet, donc il ne faisait que rester bouche-bée, sans pour autant que cela paraisse, extérieurement. Justement, il se contentait de garder une face plutôt neutre. Il était convaincu que la jeune écuyère ne le prendrait vraiment pas, s'il osait se moquer d'elle. De toute manière, il n'en avait pas...réellement le goût. Pourquoi? Peut-être qu'il avait simplement trop peur de la blesser? Ah mais merde, pourquoi réfléchissait-il à ça? Pourquoi commençait-il à s'interroger de quel manière il devait agir avec cette fille, pour ne pas qu'elle pense quelque chose de mal de lui. D'ailleurs, était-ce pour cela qu'il restait gentil? Trop de question là, ça devenait un vrai capharnaüm dans la tête du blondin.

Heureusement, celui-ci fut vite balayer lorsque l'adolescente continua à parler, disant simplement qu'elle ne savait pas exactement la cause de sa peur. Car, enfin, les chevaux étaient dressé par les hommes après tout! Elle précisa que c'était peut-être simplement le fait qu'ils soient imposants. Kosuké ne savait pas vraiment plus qu'elle, la raison pour laquelle elle craignait ces équidés. Personnellement, il avait lui-même toujours apprécié ces bêtes, les trouvant...affectueuses? Il aimait bien la puissance que dégageait ces mammifères, et aussi l'assurance qui venait avec. Certes, tout dépendait du cavalier. Si celui-ci était le moindrement incertain ou apeurée, la bête pouvait s'emballer et devenir craintive. C'était pour cette raison que Koko prenait au sérieux le problème de la jeune fille. Il n'osait pas imaginé qu'est-ce qui arriverait si elle se retrouvait sur un cheval un peu fringuant, ou incertain, et qu'elle avait encore la frousse des chevaux. Sa monture pourrait galoper dans tout les sens, peut-être même la faire tomber, ou pire, la piétiner. Le jeune dieu frissonna intérieurement à cette dernière hypothèse. La seule pensée que la jeune fille puisse être blesser, lui était intolérable. Pourquoi?Hé merde. Encore une fois, il se disait que c'était surement un « instinct » de gars probablement. Tsé, vouloir protéger les filles et tout le tralala qui vient avec...bref, il n'avait pas réellement envie de se poser ce genre de question immédiatement, cela irait à plus tard.

Donc, la jeune fille rousse continua en lui disant que c'était justement pour sa peur des chevaux qu'elle avait besoin de son aide. Elle avait semblé avoir un peu de misère à prononcer le mot peur. Pourquoi? Avait-il peur qu'il se moque d'elle? Ou simplement, avait-elle de la misère à s'avouer à elle même cette peur? Ç'aurai été à vérifier, mais Kosuké ne lui demanda rien, se contentant de réfléchir par quel moyen il pourrait lui enlever sa peur des chevaux, ou simplement peut-être, l'amenuiser. Valait mieux commencer du début complètement. Au bout d'un petit moment de silence, le visage neutre de l'adolescent laissa transparaitre un sourire doux, puis, sa voix brisa le l'écho de silence.

-Ok! On va commencer par le début...peut-être simplement à te faire approcher un cheval sans que tu ne le craignes. Juste comme ça, il faut que tu saches qu'il va ressentir parfaitement si tu as peur, et va être beaucoup moins enclin à te faire confiance et te laisser approcher si c'est le cas.

Kosuké finit sa phrase d'un ton qui pourrait se rapprocher du sérieux. Mais quand même...c'est Kosuké après tout...lui et le sérieux...Bref. Sans attendre la réponse de la jeune fille, il lui attrappa la main pour la tirer sans mouvement brusque, jusqu'à un box. Le blondin n'avait pas tout à fait réfléchit avant de poser sa main sur l'écuyère, et pour tout dire, encore une fois, il n'avait pas vraiment envie d'y réfléchir. Il l'avait fait, tout simplement. Il essaya de ne pas trop se concentrer sur la douceur de la paume de la fille, dans sa main qui enveloppait la sienne. Il se convainquit néanmoins de lâcher, non sans regrets, la main de Lyllianna, pour ne pas que ça fasse....trop bizarre? Ouai, on peut dire ça comme ça. Il secoua légèrement la tête de gauche à droite, pour reprendre ses esprits, puis regarda la jument devant laquelle il venait d'apporter la jeune fille rousse. Il connaissait depuis longtemps cette bête. Enfin, disons seulement qu'il la connaissait assez pour savoir qu'elle était tout à fait inoffensive, et que c'était à elle que l'on donnait les enfants les plus intimidés et peureux. Autant dire que cette jument ne ferait pas de mal à une mouche, et qu'elle était habitué face à des personnes beaucoup plus craintive.

L'écuyer de Curtis retourna son attention sur Lyllianna, puis lui lança:

-Avec elle, c'est certain que tu ne risques rien, elle est habitué aux personnes...disons...plus distantes...

Le jeune dieu avait fait attention de bien choisir ses mots. Il avait bien vu que tout à l'heure, l'écuyère n'avait pas vraiment apprécié se traiter elle même de peureuse, alors lui, il n'allait pas le faire non plus. Il avait n'avait pu retenir un petit sourire amusé, tout en adressant un clin d'œil à la fille aux yeux émeraudes.
Puis, il reporta son attention sur la jument blanche devant lui. Hayden aimait beaucoup les chevaux, et grâce à lui, Kosuké avait apprit à fréquenter régulièrement ces bêtes, durant ses temps libres. Il avait tout de suite bien aimé cette jument au pelage si clair, malgré le fait qu'elle soit plutôt calme. Cette dernière arrivait souvent à « cerner » les gens. Quand elle savait que ceux-ci n'avaient point peur d'elle, elle s'autorisait quelques caprices. Le jeune garçon avait toujours trouvé que ces bêtes étaient fascinantes, notamment avec l'étincelle d'intelligence qui brillait de temps à autre dans leurs yeux. Koko posa tranquillement sa main sur le long museau du cheval, tout en chatouillant avec affection ce dernier. Fixant ses yeux dorés dans ceux bleus de la jument albinos, il lui dit d'un murmure affectueux, avec des yeux doux:

-Salut toi! Ça fait assez longtemps que je suis pas venu ici, j'espère que tu t'es pas trop ennuyé...bref, tu veux bien que je te présente une amie?

Il adressa un sourire à l'équidé, avant de se tourner vers l'écuyère en disant d'un ton sur de lui, et sympathique.

-Aller, essaye de t'approcher Lylli...anna.

Ç'aurait été déplacé de lui donner un diminutif prénominal? Il n'était pas trop certain, donc il préférait éviter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Mer 4 Nov - 19:40

Kosuké attrapa sa main pour l'emmener devant un box. Il avait une idée derrière la tête sans aucun doute. Cela amusa légèrement la fille effrayée. Puis il s'arrêta et lui lâcha la main. Dès qu'elle la sentit glisser, Lyllianna resserra sa main dessus. malheureusement, la petite main de l'écuyère s'était refermée sur elle-même. Elle fût légèrement soulagée de le voir retourné vers l'espace où était enfermé un cheval... blanc. Il n'avait pas peur et elle l'envia. En même temps qu'il sortait la bête blanche, la petite se dit qu'il était bien chanceux d'aimer les chevaux. Et elle était très chanceuse de le connaître. Il l'aidait sans lui demander quoi que ce soit en retour, semblait-il. Enfin, pour l'instant. Juste un peu plus tôt, il lui avait dit de ne pas approcher les chevaux si elle les craignait sérieusement nan? Peut-être voulait-il seulement dire qu'il ne fallait pas qu'elle montre sa peur? Une chose ou l'autre, elle se montrerait bien forte, il ne s'agissait pas encore de le monter au moins!

Puis l'autre écuyer s'approcha avec la jument. Euh, comment le savait-elle que c'était une femelle? C'était surement dans son visage. Et c'est cela qui effrayait tant Lylli. Leur intelligence. Comment s'assurer que cet animal ne lui lisait pas carrément au travers? En fait, c'était peut-être ridicule, mais l'écuyer n'était pas certain du comportement à agir face à cette race, donc elle resta figée là. Était-ce ce que Kosuké attendait d'elle? Car il ne semblait pas avoir terminé de lui expliquer les détails. Comment aurait-il su que la rouquine n'aurait pas voulu s'approcher sur-le-champ? En fait, c'était lisible dans son visage surement. Même si elle s'efforçait de le garder calme, ses pensées restaient troublées, donc ses sourcils probablement froncés. Pourquoi est-ce qu'elle n'était pas capable de garder une seule chose pour elle-même? Sur cette pensée, Lyllia se dit que plus vieille, elle aimerait pouvoir développer une telle confiance et un genre de technique pour cacher ses pensées et ses sentiments. Mais il faudrait qu'elle change. Est-ce que c'était bien de changer comme ça? Peut-être que les gens la préféraient ainsi en fait. Mais au diable ce que les autres pensaient d'elle! Elle se donna comme but de changer ne serait-ce qu'un peu. Puis il lui expliqua qu'avec ce cheval, elle ne devait rien craindre. Elle était soi-disant habituée aux personnes plus distantes.

QUOI? Est-ce que ça voulait dire qu'en voyant qu'elle ne s'approchait pas, la jument s'approcherait d'elle? C'était quoi l'idée de sortir ce cheval au lieu d'un autre?!? Pourtant, après un instant de silence, Lylli regarda la jument droit dans les yeux, laissant tomber ses épaules qu'elle avait tenues hautes un instant plus tôt.

- Ouais ouais... fit-elle d'un air las.

Elle s'approcha de l'animal. Les sourcils maintenant tirés vers le haut à cause de l'inquiétude. Ce cheval, il était presque beau. En fait, peut-être l'était-il, mais ça, Lylli ne l'avouerait tout simplement pas. Puis, quand elle se jugea assez proche, elle pencha la tête sur le côté, évalua le comportement du cheval, et s'étonna de voir qu'il n'insistait pas. Alors, cela la poussa à mettre sa main devant les naseaux du cheval qui les renifla sans délicatesse, touchant sa main par le même cas. Quand elle eût le contact avec, elle retira sa main au plus vite. La fillette aux yeux émeraude eût envie de dire au cheval qu'elle aurait voulu décider quand elle oserait poser sa main sur son museau, mais elle se dit qu'il l'avait surement déjà lu dans ses pensées de toute façon. Finalement, elle le fit toute seule. Est-ce que Kosuké était toujours là? Lylli ne le voyait plus, elle était comme absorbée par ce qu'elle faisait. Hmm. flatter un cheval c'était presque comme flatter un chat, mais elle avait peur que la bête n'apprécie pas et qu'il lui fasse quelque chose. Pourtant, elle ne devait pas avoir si peur que ça, si elle avait été jusqu'à le flatter ne serais-ce qu'un peu.

- Je... Fais quoi maintenant?

Lyllia était toujours face au cheval, faudrait-il qu'elle le monte? Ah ça, pas question! Mais pourtant, avait-elle le choix de le faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Sam 7 Nov - 20:27

N'ayant pas l'air vraiment sûre d'elle, la jeune fille s'approche néanmoins de la jument, sous les yeux satisfaits de l'écuyer. Lyllianna leva sa main, et l'équidé vint renifler cette dernière. Brusquement, la fille retira sa main...pour ensuite la relever. Elle était toujours hésitante, mais elle posa tranquillement sa main sur le museau de l'animal. La jument se laissa faire sans broncher. D'un rapide coup d'oeil dans l'esprit de cette dernière, Kosuké puis remarquer à quel point elle était paisible à l'instant. Elle n'éprouvait que de la sérénité face à cette petite fille un peu troublé. Justement, Koko remarquait que la jeune fille rousse était absorbée par ce qu'elle faisait. Il n'allait pas la détourner, loin de là. Au contraire, il allait simplement attendre, jusqu'à temps qu'elle lui dise quelque chose. Cela ne tarda pas. Elle demanda de sa voix cristalline, qu'est-ce qu'elle faisait maintenant. Un sourire teinté d'un léger malice éclaira le visage du dieu du temps. Ce qu'elle allait faire. Il pourrait y avoir plusieurs réponses à cette question, mais ce n'était qu'une seule que Kosuké allait prononcer. Il ne jugeait pas que Lylli était parfaitement prête à ce qui allait l'attendre. Il savait que ce qu'il allait faire allait probablement lui déplaire. Alors pourquoi le faisait-il? Probablement pour connaître encore plus la fille. Pour encore mieux savoir quelles étaient ses réactions. Pour plus tard, être capable de peut-être, anticiper ses mouvements comme il n'était point capable de faire à l'instant. Il voulait en savoir plus, sur cette fille. Le sourire du blondin s'adoucit, laissant place à un petit sourire doux, pour ne pas dire craquant.

- Tu vas venir avec moi et Leï.

Dit-il simplement.

Leï était le nom de la jument qui regarda l'écuyer au moment où celui-ci prononça son nom. Kosuké passa un doigt en dessous de la tête de cette jument qu'il connaissait si bien, puis lui murmura:

- Aller, suis-nous beauté.

Ces deux êtres, bien qu'ils soient si différent, l'un, un dieu et l'autre un simple cheval, s'entendaient à merveille, se comprenait. Par moment, Koko s'était demander s'il avait le pouvoir de communiquer avec les animaux, mais cela ne marchait pratiquement qu'avec cette jument alors, ses doutes à ce sujet s'étaient dissipés rapidement. C'était un lien étrange qui les unissait. Une complicité que l'on ne retrouvait qu'habituellement, entre cavalier expérimenté et son cheval de combat. Alors qu'ici...Bien sur, l'écuyer avait maintes fois fait galoper la jument, tout en étant sur son dos, mais théoriquement, cela n'aurai pas été suffisant pour qu'un si grand attachement lie la jument à l'écuyer. Bref, au moment où le cheval d'un blanc immaculé entendit la voix du blondin, elle se mit doucement en marche, en prenant bien soin d'éviter la jeune fille, notamment ses pieds. Quant à Kosuké, il se tourna vers Lyllianna, luis attrapa la main, geste spontané et impulsif, mais il ne la sera pas, se contentant de la maintenir avec délicatesse. Doucement, il la tira avec lui pour la deuxième fois. Cette main qui était un peu plus petite que la sienne et certes plus douce, il aimait la tenir. Simplement et tout bonnement. Donc, menant tranquillement la fille, il se mis à marcher aux cotés de la jument, qui venait de sortir de son box.

Finalement, ils arrivèrent dans une petite bâtisse intérieur. Un endroit que, de nos jours, on pourrait qualifier de « manège » ( bâtiment ou emplacement où l'on entraine les chevaux), celui-ci étant intérieur. On voyait clairement que le bâtiment n'était pas beaucoup entretenu. À Émeraude, il faisait rarement mauvais, ce qui incitait les cavaliers à aller monter leurs chevaux à l'extérieur et non pas à l'intérieur, dans cet endroit qui ne mesurait pas plus de vingt-cinq mètre de longueur. D'expérience, l'écuyer au yeux ors avait justement remarquer le fait que personne ne venait ici. Donc, s'il souhaitait faire des choses à l'insu de la majorité des chevaliers et des autres habitants, il pouvait venir ici ( quand même, c'était un peu louche comme phrase ça...). Après avoir fait entrer Leï et Lyllianna dans la place où le sol n'était que de la terre et où plusieurs fenêtres brisées faisaient entrer de la lumière, Kosuké se mit entre la jument et la fille, puis se tourna vers cette dernière, lâchant doucement sa main, à regret, devait-il s'avouer. Il la regarda droit dans les yeux, puis tout en souriant, lui dit simplement, d'un ton très doux:

- S'il te plait, je t'en supplie, ne m'en veux pas d'accord?

Ces paroles pouvaient être incompréhensible sur l'instant. Mais Koko avait eu l'impression qu'il devait les prononcer. Ça avait été plutôt impulsif de sa part de dire une telle chose. Il savait ce qu'il allait faire depuis tout à l'heure. D'un geste rapide, il se mit derrière le jeune fille rousse, puis il posa ses mains sur sa taille. En moins d'une fraction de seconde, ils étaient les deux rendu à califourchon sur la jument. En une autre fraction de seconde, Kosuké enlevait ses mains de sur la fille, puis se matérialisait juste à coté de la jument. Il avait longtemps pratiquer le « confort » de la matérialisation sur courte distance. Probablement que Lyllianna n'avait ressentit pratiquement rien, contrairement à s'ils auraient voyagé sur une longue distance où le voyage était un peu plus..désagréable et nauséeux si je puis dire. Quant au blondin, il ressentait une petite pointe de fatigue, dû au fait que cet opération était plus compliqué depuis qu'il était mortel.

Une chose que Lyllianna ne savait pas, et que personne au monde ne savait a part Kosuké, c'était qu'il avait arrêter le temps, lorsqu'il avait été sur Leï en même temps que la jeune fille. Il ne l'avait arrêter que pendant une quinzaine de seconde. Ça avait été pour réfléchir, mais surtout pour regarder l'écuyère. Il l'avait observer d'un regard doux, sentant un sentiment de bien-être dans son être. Lentement, il avait passé son doigt sur la joue lisse et douce de la jeune fille. Il avait observer le regard vert surpris de cette dernière, qui était figé avec elle. Puis le dieu du temps avait retiré sa main, et il s'était téléporter par terre ( comme le mentionnait le paragraphe avait celui-ci). Il avait défigé le temps, puis s'était emparé de la main de Lylli, pour la troisième fois aujourd'hui. D'un air presque piteux, il dit:

- Je me répète, ne m'en veut pas s'il te plait...

Il leva la tête vers elle, puis lui sourit d'un air coupable:

- Si tu tombes, je t'attrape, t'inquiète, tu risques rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Lyllianna

avatar
Nombre de messages : 1213
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 46
Date d'inscription : 05/04/2009

Plus sur le personnage
Âge: Morte à 46 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia] Lun 16 Nov - 19:27

Le garçon blond la regarda avec un nouveau sourire. Comment le qualifier? Doux? Beau? Simplement moins moqueur? Ou... Craquant?

- Tu va venir avec moi et Leï.

*Leï, c'est vraiment joli comme nom.*

La jeune écuyère de Zeïlia se disait qu'elle aimerait bien développer un lien avec ce cheval aussi. Car elle n'aimait pas jusqu'à maintenant être exclue du couple Leï-Kosuké. Oh et puis de toute façon, comment réagirait-elle si il l'appelait beauté? ==' Elle se serait mise à rougir pour commencer, en plus d'être fâchée contre lui de ne plus arrêter de changer de personnalité. Dès qu'elle achevait de penser à cela, il lui agrippa la main de façon légère, mais en même temps, assez serré pour la trainer si jamais elle refusait de le suivre. Ce qu'elle ne fit pas. Où pouvaient-ils aller? À l'extérieur très certainement. Oui. Le soleil se levait peu à peu. Même si Lyllia n'aimait pas ce moment de la journée à cause de la couleur jaunâtre-bleuâtre qu'avait le ciel, elle décida qu'elle essayerait de profiter du moment à son maximum. Malgré le fait qu'elle allait faire quelque chose avec un cheval et que n'importe quoi qui se reliait à ce mot l'inquiétait juste beaucoup. trop.

Mais, où étaient-ils? Devant une bâtisse, certes, mais depuis quand était-elle là? Enfin, c'était sans importance car elle était rarement allée faire de cheval par avant. Euh... Jamais, même. Alors si elle ne le savait pas que cette place était là, c'était normal. À quoi bon se poser la question? Quand elle, Kosuké et Leï furent entrés, sa nouvelle connaissance lui lâcha la main et s'excusa.

- Comment ça t'en voul---

Koko se plaça derrière elle et bien avant qu'elle se décide à lui demander ce qu'il fabriquait, elle se retrouva sur le cheval. Lui était à ses côtés, mais par terre. Bien entendu, elle s'était fait téléporté, mais comment avait-il fait pour ne pas être martéalisé sur la jument? Mais quand il lui prit la main pour la troisième fois depuis qu'ils se connaissaient, elle cessa d'y penser. Au lieu de se bourrer la tête de pensées frivoles, elle se frotta la joue du revers de sa main libre. Étrange. Était-ce un insecte qui était atterrit là, ou ses cheveux qui l'avaient effleurée? Tout d'un coup, Lylli serra la main de Kosuké solidement, sans penser à lui faire mal une seconde. Elle était sur le cheval et c'était assez haut merci! Alors qu'elle allait lui dire sa façon de penser, il la regarda d'un air presque piteux pour lui rappeler qu'il ne voulait pas qu'elle lui en veule. Il eu raison de le dire, car elle lui en avait voulu la seconde avant qu'il la calme avec ces paroles.

- Si tu tombes, je t'attrapes, t'inquiète, tu risques rien...

Bien sur qu'elle ne risquait rien! Elle était assise, ou plutôt couchée sur un cheval alors qu'elle trouvait ça trop haut. Elle était sur le cheval... Ses pensées s'embrouillèrent. «Si tu tombes, je t'attrapes... t'inquiète...» Pourquoi se répétait-il? Non, ses lèvres n'avaient pas bougées. C'était Lylli qui s'accrochait aux paroles de Kosuké Pour se donner du courage. Ça fonctionnais peut-être. Oui. Elle détourna ensuite son regard. Il ne fallais pas qu'elle regarde au sol de toute façon.

Lylli décida de se placer de position assise sur le cheval. Devant lâcher la main de Koko car elle était maintenant trop haute pour la tenir, et qu'en plus, elle voulait pouvoir bien s'agripper au cheval. Ne pas tomber. Bon finalement, ce n'était pas si pire. Surement à cause que c'était Leï. Finalement, elle ne s'opposerait pas au couple que Kosuké formait avec ce cheval tellement plus mature qu'elle. Et... Pourquoi se comparait-elle à cette jument, et comparait leurs chances avec le garçon!? Sur un élan de ''Je veux changer ce à quoi je pense'' elle prononça ces paroles:

- Kosuké... Peux-tu faire avancer Leï? Mais seulement à marche s'il-te-plaît.

Elle avait cru prononcer ces paroles haut et fort, mais ensuite elle réalisa qu'elle était beaucoup moins brave qu'elle ne le croyait. Quand Leï Se mit à avancer, Lyllianna se tendit, mais rien n'arriva. Elle rebondissait sur le cheval, ce qui pouvait s'avérer une drôle de scène pour quelqu'un qui la regardait. (Kosuké, comme de fait.) Fermement accrochée à Leï, elle avait peur que quelque chose se passe. Après avoir fait un ou deux tours sous la supervision de Kosuké, elle se rendit compte que la jument était bien entrainée. Ou juste entrainée différemment. C'était bien par contre, mais elle avait déjà envie de descendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vaincre ses peurs [PV Koko - Lyllia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-