___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 09 Oct 2009, 16:12

Naryaa n'eut pas à attendre longtemps puisque juste après la fin du discours du roi, elle vit une chevalier rousse lui faire signe.
Tandis qu'elle s'avançait vers son maître, la voix de Keeko résonna dans sa tête :
**Félicitation mes petites puces. Vous avez faites du très bon travail pendant ces cinq ans passées et vous méritié ce poste d'écuyer. Il est par contre dommage que votre frère Hayden ne soit pas été nommé, mais je crois que tout va s'arranger pour lui. Alors profiter bien de cette fête et soyez sage pour les années à venir avec le monde qui vous entoure et surtout avec votre nouveau maître. Montrez tous à celui-ci ou celle-ci comment je vous est bien enseigner (petit rire). Allez, on se voit plus tard mes chéries! À bientôt! Et soyez surtout en forme pour ma petite fête, dans deux jours!**
Entendre la voix de son ancienne professeur la rassura et ses paroles lui firent chaud au coeur. Une nouvelle détermination naissait en elle.

Quand elle se trouva à quelques pas de son maître, elle se présenta en la regardant dans ses yeux d'un bleu profond, comme tout écuyer devait le faire lorsqu'il s'adressait à son maître :
-"Bonjour maître, je suis Naryaa", dit-elle d'une voix qui ne tremblait pas.
Son maître lui répondit :
-"Bonjour, Naryaa. Désormais, tu n'es plus élève, tu as déjà gravis un échelon. Tu portes maintenant le nom Naryaa d'Émeraude. Ces cinq prochaines années, je t'aurai sous mon ailes et ton entraînement repose maintenant sur mes épaules. Je ferai en sorte que tu ne déçoives personnes, je prendrai soin de toi comme si tu étais ma fille, poursuivit-elle en jetant un regard à Mathys et Zerrah. Je jure devant toutes les personnes présentes ici même que je te protégerai au péril de ma vie."

Naryaa fut touchée par les paroles de son maître. Déjà, elle était la première à l'appeler par le nom qu'elle porterait désormais jusqu'à la fin de sa vie : Naryaa d'Emeraude. De plus, elle promettait de prendre en charge son éducation et de la protéger quoi qu'il arrive. Mais ce que Naryaa trouva le plus touchant fut qu'Evaliyah lui accordait d'emblée sa confiance et même plus : elle lui offrait un amour qu'une mère avait pour sa fille.
Elle lui répondit alors, d'une voix empreinte d'une gravité inhabituelle chez elle :
-"Je vous remercie pour ce que vous m'offrait maître. Moi, Naryaa d'Emeraude, je vous promet de vous obéir, de suivre mon entraînement du mieux que je pourrais et de ne jamais vous déçevoir."
Naryaa était émue en pronnoçant ces paroles qui devaient rester à jamais gravées dans sa mémoire.
Puis elle récita le reste des devoirs qu'un écuyer avait envers son maître et Evaliyah pronnonça à son tour le reste du serment qui la liait à son écuyer.
Evaliyah lui sourit et Naryaa lui rendit son sourire. Elle sentait qu'une confiance mutuelle allait bientôt s'établir entre elle. Mais pour l'instant Evaliyah lui proposa de passer la soirée en sa compagnie pour qu'elles se connaissent mieux. Naryaa accepta avec empressement. Elle brûlait de connaître plus celle qui allait être son maître pendant les cinq années à venir...


Dernière édition par Naryaa le Dim 11 Oct 2009, 08:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 10 Oct 2009, 08:19

Le roi procéda aux attributions des élèves. Roia était devenue écuyère. Farelle lui aussi était de venu maître de la jeune Ellana il espérait être à la hauteur car il allait devoir former une future chevalière d'émeraude tout comme Kirlia l'avait formé. Il s'inspirerait de c'est des leçons que lui avait donné son ancien maître. Bien qu'il ne connaissait pas les élèves qui n'vait pas pu devenir écuyer il éprouva beaucoup de peine pour eux. Ils avait travaillés si dur pour devenir écuyer et il voyait leurs efforts réduits au néants. Farelle alla aidé la jeune fille à mettre sa cuirrace, lui attacha ça ceinture et lui remit ces armes. La jeune fille avait de longs cheveux noirs lisses et éclatants, des yeux bruns. Sa nouvelle écuyère était plutôt fine. Elle semblait avoir une déterminaion de fer malgré son âge. Farelle sentait qu'ils allait sûrment bien s'entendre. Elle ne lui ressembler ni physiquement, mais peut être avait-ils plusieurs points commun comme une passion pour pour les armes ou autre chose mais il aurait le temps de découvrire tous cela. Alors il s'avança vers Ellana.

"Bonjour je suis Farelle ton nouveau maître et je suis ravie de te rencontrer ! Je vais faire de mon mieux pour que tu devienne une exellente chevalière plus tard car tu est ma première écuyère."

(HRP: Si tu veux que je change une chose sur ton physque dit le moi.)
Revenir en haut Aller en bas
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1370
Rôle : Dieu du Temps
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 10 Oct 2009, 11:37

( Just listen that song when you read: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Kosuké croisa le regard remplis de haine de Hayden. Il le soutenu. Pourtant, il savait que son ami lui en voulait à mort. Il le connaissait assez bien pour être persuader qu'à l'instant même, le garçon aux cheveux noirs ne se contrôlait plus vraiment. Et pourtant, le nouvel écuyer restait là. Pas par pitié, ni pas masochisme bien sur. Quelque soit la future réaction de Hay, ce dernier allait y réfléchir plus tard. Ainsi donc, le blondin aperçu son ami se lever. Il continuait de le regarder d'un regard neutre, quoi qu'un peu attendrit, tandis que l'autre lui lançait un regard assassin. Puis, tout se passa rapidement. Hayden qui s'avance, son poing qui s'avance, Kosuké qui reste là, le poing dans la figure de l'écuyer. Sous l'impacte, l'écuyer revola. Il avait eut le temps de voir toute la scène, même le poing ensanglanté. Il aurait pu se détourner. Ou arrêter le temps, c'était à sa guise. Pourtant, il n'avait rien fait. Peut-être encore dans le seul fait d'espérer qu'Hayden allait reprendre ses esprits par la suite. Un bref craquement retentit, et le jeune dieu ressentit une affreuse douleur au nez. Ce fut avec des pensées d'un ton neutre que l'écuyer se fit remarquer à lui même qu'il avait probablement le nez cassé. Cela le dérangeait-il? Non. Il pourrait se guérir si cela lui chantait. Mais il ne le ferait pas. Enfin, pas tout de suite. Du sang s'écoulait de sa blessure.

Puis il entendit une voix. Tiens, cette voix, il l'avait déjà entendu. C'était Lyra...mais, que faisait-elle ici? Malheureusement, il avait les yeux fermés, et n'entendait pas très bien ce que la Chevalière disait. Il avait sentit néanmoins l'énergie de Lyra s'approcher de celle de Hayden. Celui-ci...demeura silencieux pour l'instant. Ah tiens. Une autre énergie venait d'arriver. Curtis. Oh merde, il l'avait suivi o_o. Ouvrant légèrement les yeux, il remarqua son maitre pencher au dessus de lui...puis il s'apperçu que la douleur de son nez avait disparu. Super! Comme cela, il n'aurait pas à le faire soit même. Il s'apprêtait à remercier son mentor, quand celui-ci fixa ses yeux froids et neutre sur son écuyer, en lui demandant de ne jamais refaire ça. Oups...il l'avait fâché. Certainement, les cinq prochaines années allaient être plutôt étrange en sa compagnie. Ils n'avaient pas encore bien fait connaissance, mais cela allait se révéler probablement plutôt...drôle peut-être. Kosuké adressa un maigre sourire d'excuse à son maitre, puis il se rassit. Devant lui, Lyra maintenait son ami au sol. Celui-ci se débattait comme un vrai démon. Dans son cœur ne régnait encore que la colère. Un masque de neutralité s'était placé sur la figure de l'écuyer. À présent, il allait attendre la suite. Le garçon au teint balzané hurlait. À chaque fois qu'il recommençait, le jeune homme blond tressaillait. Il faisait toujours preuve de beaucoup d'empathie envers son ami, même quand il ne le voulait pas. Ainsi donc, sa fureur le bouleversait, mais il restait là. Même Lyra lui demandait de se calmer. Cela ne fit rien. Mais la femme rousse renchérit avec d'autres paroles. Elle affirma qu'elle n'accepterait pas que son écuyer se conduise ainsi. Heu...quoi? Malgré la frustration d'Hayden qu'il ressentait dans son propre coeur, ses sentiments à lui revinrent à la surface. Quoi? Le jeune dieu avait-il bien entendu? La deuxième fois que la Chevalière rousse prit la parole, Kosuké pu se convainque qu'il ne rêvait pas. Lyra. Lyra venait de sauver Hayden. Peut-être ne sen rendait-elle pas compte, mais c'était exactement ce qu'elle venait de faire. Elle l'avait sauvé des pires sentiments qu'un humain ne pouvait ressentir. Elle l'avait sauvé d'un destin de 5 autres années en tant qu'élève. Oh oui, elle l'avait vraiment sauvé de tout. Un sourire étira le visage du jeune dieu, un sourire doux et heureux.

-Hay....

Murmura-t-il pour lui même. Le nouvel écuyer avait cessé de se débattre. Il s'était abandonné au sol. Puis, un cri retentit de nouveau. Mais cette fois-ci, c'était un nom. Le nom de l'ami de celui qui venait de crier. Kosuké attendit. Il savait. Il savait que Hayden était redevenu lui même. Quoi que un peu fatigué. Il retrouvait son ami. Ce dernier continua a parler. Il se traita lui même d'idiot.

*Oh non Hayden, tu n'est pas idiot. C'est juste ce que tu croit être. Jamais tu ne seras un idiot. Juste le fait que tu le pense prouve que tu ne l'es pas. Tu es mon ami, et tu ne fais que souffrir de ton passé, ne crois pas que cela puisse être qualifier d'idiot.*

Le garçon aux cheveux noirs continua à parler après de long soupir. Quant à ce que Kosuké venait de penser, il n'avait envoyer le message à personne, se contentant de songer pour lui même. Peut-être qu'ensuite, il s'exprimerait à voix haute, mais pour l'instant, il se contenta d'écouter. L'eau lui montait aux yeux. Hayden. Bon sang. Chaque parole que prononçaient son ami rentraient droit dans son cœur. Le jeune dieu ne savait pas quoi penser. Il se contentait de laisser ses émotions et celles de son ami, l'envahir. Il était ému. Plus qu'ému. Triste aussi peut-être, mais heureux à la fois. Une chose était certaine, il allait lui pardonner, c'était évident. Que Hayden le veuille un pas, suite à un tel monologue, Kosuké ne pouvait pas le laisser tomber et l'ignorer. C'était simplement impossible. Le nouvel écuyer regarda son ami qui maintenant, était écuyer. Les yeux du blondin étaient mouillés, mais aucune larme ne coulait. Il n'en voulait pas à Hayden. Il ne trouvait pas le moyen de lui en vouloir. Ce garçon qui pourtant était plus vieux que lui, il l'avait toujours comprit. Le dieu du temps se rappelait, bien sur, du nombre de fois où il avait été à coté de son ami, et qu'il l'avait écouté. Il se rappelait que le fait que Hay lui parle de ses problèmes l'aidaient à oublier les siens. Il aimait entendre son ami lui parler simplement. Il aimait esseyer de l'aider à régler ses problèmes. Et celui-ci lui demandait de ne pas lui pardonner? Voyons, et quoi encore?

L'écuyer de Curtis sourit. Non pas un grand sourire, mais un sourire doux, attendrit, sincère. Il fixa son ami de ses yeux dorés. Celui-ci continuait de parler, mais cette fois en s'adressant à Lyra. Il lui demandait si elle était certaine de vouloir d'un monstre pendant cinq longues années. Le sourire ne quitta pas la figure du jeune homme blond. Si seulement Hayden pouvait réaliser à quel point il comptait pour lui. Si seulement il pouvait comprendre la raison pour laquelle Lyra avait fait de lui son écuyer. Peut-être qu'il aurait davantage confiance en lui.

-Bon sang Hayden, malheureusement pour toi, je vais continuer à te parler, j'espère que ça te dérangera pas trop...

Dit alors le jeune écuyer d'une voix douce, en continuant à regarder son ami qui sanglotait par terre. Le regard que lui lançait Kosuké était pareil à son sourire; doux, et plein d'amitié pour ce garçon qui était par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra
◊ La gardienne
◊ La gardienne
avatar
Nombre de messages : 1930
Date d'inscription : 16/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: Inconnu
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Emeraude - Ex Reine d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Dim 11 Oct 2009, 00:30

Lyra n’avait pas bronché de sa position malgré les mouvements presque démoniaques de Hayden qui était toujours pris sous elle. Le jeune homme s’était débattu comme si sa vie en dépendait probablement dans l’espoir de se défaire de l’étreinte de la rousse pour laisser libre cours à sa colère qui aurait été dévastatrice. La chevalière remercia mentalement son expérience qui lui permit de garder son écuyer au sol pendant plusieurs minutes même s'il se débattait. Après tout, avec le temps Hayden était devenu bien plus grand qu’elle et il était probablement aussi fort physiquement qu'elle. Elle ne devait pas le sous-estimer, surtout pendant qu'il était en colère et elle le savait.

Voyant qu’il devenait de plus en plus calme suite à ses paroles, la chevalière lâcha lentement sa prise. Après quelques secondes, son écuyer sembla réaliser ce qu’il avait fait et les larmes qui coulèrent sur ses joues le prouvaient. Sachant que le risque qu’il se relève pour finir d’arranger le portrait à Kosuké était maintenant derrière eux, la rousse leva finalement la tête pour voir comment allait justement le jeune homme. Sans surprise, elle constata que Curtis avait rejoint et avait guéri son écuyer. Lyra se sentit rassurée en voyant que le jeune homme avait été guéri. Puis, en regardant Curtis, elle s’excusa du regard pour la blessure que son écuyer avait fait au sien. Sachant que le chevalier allait comprendre, son attention retourna sur Hayden. Ce dernier se retourna vers celui qui semblait être son meilleur ami pour s’excuser. Ses paroles fit sourire son maitre qui se sentit un peu soulagée. Sans le vouloir, il venait de lui prouver qu’elle avait fait le bon choix en le choisissant comme écuyer. Par la suite, il se retourna vers elle pour lui demander si elle était vraiment certaine de vouloir passer 5 ans avec lui. La rousse lâcha un long soupire. Que pensait-il ? Qu’elle l’avait pris par pitié et que c’était la raison pour laquelle elle avait choisi de le nommer écuyer ? Et pas l’écuyer de n’importe qui mais bien son écuyer ?

Lyra se leva enfin et se mit à genoux devant lui. Lentement, elle prit son visage dans ses mains blanches l’obligeant ainsi à la regarder dans les yeux. Décidément, il ne semblait pas comprendre pourquoi elle avait décidé de le prendre sous son aile ( ce qui est une drôle d’image en prenant en considération qu’il avait au moins deux têtes de plus qu’elle ). Le fixant droit dans les yeux, elle reprit la parole :

- Hayden… Crois-tu réellement que j’aurais décidé par ma propre initiative de te prendre sous ma garde si je n’aurais pas voulu de toi ?


Elle marqua une pause pour que le jeune homme puisse écouter attentivement chacun de ses mots. Elle savait combien il était important qu’il comprenne qu’il n’avait pas été choisie car elle avait eu pitié de lui pour la suite de leur relation maître-écuyer. Le regard de Lyra était toujours aussi dure que lorsqu’elle avait demandé à Hayden de se calmer. Présentement, il n’avait pas besoin de compassion, au contraire, il avait besoin de comprendre qu’elle ne le prenait pas en pitié. Elle voulait qu’il comprenne qu’elle était aussi sérieuse qu’elle pouvait l’être et qu’elle lui disait la vérité. Essuyant du bout des doigts les quelques larmes qui avaient perlés sur les joues de Hayden, Lyra continua d’une voix un peu plus douce :

- Et tu n’es pas un monstre loin de là… Je n’aurais pas choisie un monstre comme écuyer… Rappel toi d’une chose… Ce n’est pas par pitié que je t’es choisi, au contraire. Je t’es longtemps observé quand tu étais élèves… Je me suis renseignée sur toi et j’ai eu la chance de voir combien tu étais un élève excellent. Tu devais devenir écuyer, tu le méritais…

Puis, un doux sourire apparu sur son visage. Elle lui envoya une vague d’apaisement, avant de se relever et de regarder ces mains en sang. Elle soupira faiblement. En se débattant ainsi il avait probablement du se blesser d’avantage. La rousse ferma les yeux avant de s’adresser de nouveau à lui.

- Ne bouge pas que je te soigne.

En profitant pendant qu’il était encore couché sur le sol, la rousse le sonda et alla soigner ses éraflures et ses autres blessures qui se répartissaient un peu partout sur son corps. Une fois qu’elle eut terminé, Lyra se releva et se plaça de nouveau devant Hayden. En souriant, elle lui présenta sa main et attendit qu’il la prenne. Il était bien temps qu’il se relève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Dim 11 Oct 2009, 04:18

Gryf venait de fnir de parler avec Valandil Anàrion,son meilleur ami,et Athalée sa fiancée lorsqu'il entendit le roi d'Emeraude proclamer les noms des Elèves qui deviendraient Ecuyers... Le Jaguarian,nom que Valandil avait trouvé pour sa race unique,ouvrit grand ses oreilles pointues et écouta attentivement. Avant de citer les noms des heureux élus,Elthor dit:

-Chers élèves, honorables enfants, fervents serviteurs du bien, aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui est le jour où le fruit de vos efforts se concrétise une bonne fois pour toute. Lorsque vous avez entamé votre apprentissage ici, ce fruit était encore à l’état de graine, mais maintenant il est prêt à être cueilli et il est bien mûr… il a atteint le point culminant de sa croissance. À partir de maintenant, pour la plupart d’entre vous, votre vie va prendre une toute autre tournure. Pour certains ce sera un rêve devenu réalité alors que pour d’autres ce sera une amère déception. J’aurais bien aimé que vous deveniez tous écuyers, mais vous étiez trop nombreux pour le nombre de chevaliers disponible alors j’ai malheureusement dû en pénaliser quelques-uns. J’ai laissé le « hasard » décidé du résultat final et je n’ai pas fait mes choix par favoritisme. Cependant, soyez au courant que les élèves qui ne deviendront pas écuyers aujourd’hui le deviendront forcément lors de la prochaine attribution. Sachez cependant, et ce que je vais dire est valable pour chacun d’entre vous, que ce n’est pas parce que vous n’avez pas été choisi que vous devez cesser de travailler durement et de fournir beaucoup d’efforts. Je tiens à ce que votre comportement demeure le même et surtout à ce que vous gardiez espoir. Le tour de tout le monde viendra un jour ou l’autre. Maintenant, pour ceux dont je vais nommer les noms dans quelques instants, sachez que de rudes épreuves vous attendent et que vous devrez suivre à la lettre les instructions de vos maîtres. Ils seront vos tuteurs pendant cinq ans alors il est important qu’une bonne symbiose règne dès le départ. Sans plus tarder, voici donc les noms des chanceux et des chanceuses.

Un vieil homme,sûrement un scribe, apporta un parchemin au souverain d'Emeraude. Le roi parcourut la foule du regard pour ensuite entamer la lecture tant attendue de la liste sur laquelle étaient inscrits les noms des futurs écuyers.

- Yume tu auras pour maître Dame Elyon.

Gryf se souvenait bien de Yume,la jeune fille qui était dans son cours durant les cinq dernières années. Il était content pour elle. Le roi continua:

- Esper ton maître sera Dame Amyxa.

- Nuùra tu es attribuée à Dame Layla.

- Kosuké, ton apprentissage sera fait par Sir Curtis.

- Namassé, tu es désormais entre les mains de Dame Kyera.

- Dorianne, Dame Kirlia est celle qui se chargera de toi pour les 5 ans à venir.

- Luthien, Dame Keeko est celle qui sera ta tutrice.

- Naryaa, Dame Evaliyah s’occupera de t’enseigner tout ce que tu dois savoir.

- Roia, je te confie à Dame Miralya.

- Lanna, pour toi ce sera Dame Ellina.

- Jadina, tu seras guidée par Dame Kysilin.

Le pardusse chercha la fameuse Jadina du regard,par pûre curiosité, et il reconnu la jeune fille qui l'avait suivi un peu plus tôt dans la journée... Grâce à sa vue perçante,le jeune pardusse vit que la jeune fille avait de grand yeux verts,de longs cheveux noires noués en un chignon,... Elle était...merveill... Entourée d'une fine lumière blanche!! Gryfenfer se demanda ce que ça signifiait... Quoi qu'il en soit, cette fille était magnifique,merveilleuse,lumineuse,... Bref,ce sentiment était totalement nouveau pour Gryf... Il demendera plus tard à ses amis ce que ça signifie. En attendant,le roi continuait:

- Citeo, Sir Louan sera celui en qui tu devras placer toute ta confiance.

Tiens,Citeo... Le seul garçon avec lui dans son groupe de magie et de combat. C'etait un chouette garçon et un bon ami. Gryf lui fit un petit signe de victoire avant d'écouter la suite de la liste:

- Akyro, la tâche de t’entrainer revient à Sir Isklive.

- Lyllianna, tu seras l’écuyère de Dame Zeïlia.

- Katylin, ton instruction sera prise en charge par Sir Lyon.

- Melina, le devoir de te former revient à Dame Litthyssia.

Elthor observa le groupe des élèves. Gryf le regarda en tremblant. Le roi reporta son regard sur le parchemin qu’il tenait entre ses mains.

- Et finalement et non des moindres…

- Ellana, Sir Farelle sera ton instructeur.

- Et la liste se termine ici… félicitations à tous les nouveaux écuyers et je m’attends à ce que vous soyez à la hauteur de l’Ordre d’Émeraude et que vous lui fassiez honneur.

Gryf sentit un vague de tristesse le submerger... Il n'était pas choisi... Pas attribué il resterais seul... Il repoussa gentiment Valandil et Athalée et se retourna en leur disant gentiment:

- Je sui désolé de vous quitter comme ça mais j'aimerais rester seul un moment... Merci d'être venu m'encourager et à bientôt...

Sentant les larmes monter jusqu'à embuer ses grands yeux jaunes. Il s'éloigna en se disant qu'Umarth et Hekall n'avait pas été attribués non plus... C'est en pensant à ses amis qu'ils se mit à pleurer à chaude larmes...
Revenir en haut Aller en bas
#Isklive

avatar
Nombre de messages : 1123
Rôle : Chevalier d'émeraude
Date d'inscription : 25/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 27 ans [G13]
Rôle: Ex-Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Dim 11 Oct 2009, 13:06

La foule s’agrandissait à vu d’œil, chaque minute, une nouvelle vague de gens arrivaient, se joignant à ceux qui étaient déjà présents, un véritable brouhaha s’élevant de la grande cour alors que des centaines de conversations sur divers sujets avaient lieux en même temps, de son côté, le futur chevalier se contentait de rester aux côtés de Lyon, sans dire un mot, simplement un léger sourire aux lèvres. Plus le temps passait, plus il se rapprochait du titre de chevalier, lui qui en rêvait depuis des années maintenant, bien que depuis certains temps, il commençait à douter de ses capacités à être un bon chevalier…Mais bon, il préférait garder ces pensées obscures hors de son esprit, ça ne lui servirait à rien de se morfondre là-dessus. C’est à ce moment que la porte du château s’ouvrit de nouveau, pour laisser sortir une autre personne. Curieux, il étira le cou, tournant la tête pour apercevoir de qui il s’agissait, son sourire s’agrandit en apercevant Zeïlia. Celle-ci parut chercher quelque chose lorsqu’elle sortit du château mais elle sembla abandonner sa recherche peu après et c’est alors qu’elle aperçut les deux jeunes hommes, appuyer sur le mur. Elle leur envoya la main, geste auquel Isklive répondit d’un signe de tête. Elle semblait bien aller, ça lui faisait plaisir de voir que sa meilleure amie semblait être redevenue celle qu’il avait toujours connue, elle avait vraiment passée des moments difficiles, dans les dernières années…Mais bon, elle semblait être en forme alors tout était parfait et elle pourrait toujours compter sur lui. Bref, il n’eût pas le loisir de réfléchir plus longtemps, Zeïlia avait rapidement franchit la distance qui la séparait de ses deux futurs frères d’armes. Elle parut un peu exaspérée en les détaillants du regard, soupirant longuement, leur lançant un regard qu’Isklive interpréta un peu comme de la pitié, ce qui l’amusa. C’est vrai que en y pensant bien, lui et Lyon devait faire un peu pitié, tout seuls dans leur coin. Mais bon, à quoi s’attendait-elle ? Il n’y avait pas grand-chose à faire pour le moment, tout le monde attendait que l’adoubement et l’attribution soient terminés avant de commencer la fête et Isklive ne connaissait pas beaucoup de gens pour être honnête, il n’y avait personne d’autres que Lyon ou Zeïlia qu’il était vraiment à l’aise d’aller voir pour le moment, sauf peut-être Curtis, mais son mentor ne semblait pas encore être là, alors…

- Vous êtes un peu... Hum... Comment dire? Ennuyants?! Non mais, une réaction, je vous pris! Ce serait vraiment apprécier! Je sais pas moi, dites moi que je suis jolie?!

Isklive sursauta légèrement lorsque Zeï le tira de ses pensées, de nouveau. Il eût un sourire amusé aux paroles de son amie ainsi qu’au rire qu’elle avait laissée s’échapper. Il pouvait encore sentir qu’elle n’était pas encore tout à fait remise de ce qui lui était arrivé, c’était compréhensible en fait mais elle semblait déjà se porter bien mieux. Il espérait qu’avoir un écuyer ou une écuyère pourrait la guérir complètement de ses blessures, après tout, s’occuper d’un écuyer allait demander pas mal de temps, ça lui changerait les idées. Bref, il décroisa les bras pour passer une main dans ses cheveux encore légèrement humides, question d’écarter quelques mèches rebelles qui lui tombaient sur le visage avant de cacher ses mains dans ses poches, cette fois. Avec un sourire, il posa alors son regard azur sur sa meilleure amie et décida de répliquer, d’un ton amusé.

- J’crois pas que ce soit nécessaire de te le dire, t’es toujours jolie, Zeï !

Il lui offrit un sourire moqueur bien qu’au fond, ce qu’il disait était plutôt véridique, avec le temps, Zeïlia était vraiment devenue une très belle jeune femme, elle n’aurait sans doute aucun problème à se trouver un prétendant plus tard…Ehh…Pourquoi pensait-il à ça au fait ? Il se secoua la tête légèrement, tout ça, ce n’était pas de ses affaires. Bref, il se contenta de sourire à sa meilleure amie alors que soudainement, Amyxa apparut dans son champ de vision. Il perdit légèrement son sourire en voyant la tristesse que le maître de son amie dégageait. Elle semblait complètement brisée, comme si elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. De ce qu’il pouvait se rappeler, l’ayant vu à quelques moments, Amyxa lui avait toujours semblé comme une femme très sympathique et qui semblait heureuse. Cependant, depuis ce qui était arrivé à Zeïlia, elle avait complètement changée, elle ne souriait plus, elle se sentait coupable de ce qui était arrivé à son écuyère, c’était évidemment. Par contre, Isklive n’était pas du même avis, il ne se doutait pas un instant que Amyxa avait été un maître super pour sa meilleure amie et malheureusement, personne n’aurait pu prévoir l’enlèvement de celle-ci, c’était arrivé bien trop rapidement…Mais, il pouvait comprendre ce que ressentait la jeune femme, lui-même se sentait un peu coupable de ce qui était arrivé, si il aurait été avec Zeïlia, à ce moment là, il aurait peut-être put l’aider…Non, en fait, il se serait sans doute fait enlever lui aussi, il n’aurait pas aider du tout, malheureusement, il était faible, il n’avait pas la force nécessaire pour protéger tout le monde, comme il le voudrait..

Bref, l’aînée fit signe un signe dans leur direction, s’adressant sûrement à Zeïlia, l’invitant à la rejoindre. Isklive se contenta de sourire, ne bougeant pas d’un poil, cette conversation ne le concernait pas, c’était entre maître et écuyer. Pendant ce temps, il se contenta de promener son regard sur le reste de la cour. En fait, il cherchait à trouver son propre maître, il voulait profiter un peu du dernier moment où il serait officiellement l’écuyer du chevalier. Il avait beau chercher, cependant, il ne semblait vraisemblablement pas présent pour le moment, du moins, le futur chevalier ne le voyait pas, ce qui était assez étonnant, son maître n’était pourtant pas du genre à arrivé en retard, quoi que, il n’était pas le seul qui manquait à l’appel et son maître était quelqu’un d’assez réservé, il ne devait pas apprécier les grosses foules du genre. Bref, il détourna le regard pour se concentrer sur les deux jeunes femmes qui semblaient avoir terminées leur discussion, du moins, plus personne ne parlait. C’est à ce moment qu’il aperçut une jeune fille, courant en direction de deux femmes chevaliers. Elle semblait assez distraite puisqu’elle se dirigeait directement sur Zeïlia qui n’avait apparemment pas aperçut la gamine. Il aurait voulu avertir la fillette, lui dire qu’elle fasse attention avant de foncer dans quelqu’un mais il était déjà trop tard, tout ce passa extrêmement rapidement et comme il l’avait prévu, la jeune fille entra en contact avec sa meilleure amie et tomba au sol, repoussée par la collision. Le futur chevalier ne put réprimer un sourire amusé, sans savoir pourquoi, il trouvait la scène assez amusante. Aucune des deux ne semblaient vraiment blessée par le choc, heureusement. D’où il était, il put très bien entendre les excuses de la jeune fille, qui semblait un peu sous le choc. En y pensant bien, c’est vrai que la ressemblance entre celle-ci et Zeïlia était frappante, on aurait dit un sosie de sa meilleure amie, plus jeune. Bref, apparemment mal à l’aise, la fillette se releva et s’inclina devant Zeïlia, s’excusant de nouveau avant de tourner les talons pour s’éloigner. Elle semblait plutôt timide comme jeune fille. Quoi que, dans sa situation, il aurait sans doute fait pareil. Elle n’avait par contre pas à s’excuser, ça arrivait à tout le monde d’être distrait de temps en temps.

Soudainement, du coin de l’œil, Isklive s’aperçut que tout le monde semblait se réunir devant la grande scène. C’est à ce moment qu’il aperçut le roi Elthor, levant les bras, provoquant une vague de joies dans la foule avant qu’il ne les fasse taire d’un signe de main. Le roi d’émeraude allait commencer un discours. Le futur chevalier s’avança en direction de la grande scène, il ne voulait pas manquer ça. Elthor prit donc la parole une fois que le silence fut total. Sa voix forte se faisait entendre dans toute la grande cour alors que tout le monde écoutait attentivement. Cet homme faisait vraiment un monarque impressionnant, sa seule présence était imposante, il imposait le respect, du haut de cette scène. Le discours portait en gros sur l’ordre d’émeraude, disant qu’ils étaient un modèle à vrai suivre, un groupe sur qui on pouvait compter pour protéger le continent. Dit comme ça, on aurait dit que les chevaliers d’émeraude étaient pratiquement invisible, ce qui était tout à fait faux mais un sentiment de fierté envahit le jeune homme, il était vraiment fier d’avoir été choisit pour devenir un chevalier bien qu’il n’était pas certain d’être un bon modèle à suivre. Il se contenterait de faire de son mieux pour accomplir son rêve, celui de défendre Enkidiev. C’était la fonction des pouvoirs qu’il avait reçus, non ? Protéger Enkidiev et les personnes qui sont chères à ses yeux, voilà comment il comptait utiliser ses pouvoirs. Bref, après avoir prit une pause, Elthor repris son discours, annonçant que l’adoubement et l’attribution aurait lieu lorsque tous les concernés seraient arrivés, ce qui n’était pas encore le cas. Il marqua un autre silence avant de reprendre de nouveau, d’une voix beaucoup plus triste que précédemment.


- Mes confrères et consœurs, aujourd’hui n’est pas uniquement qu’un jour de fête, aujourd’hui est également un jour de deuil. Cette journée marque la disparition de l’ancienne chef des chevaliers d’Émeraude, Lyra d’Émeraude.

Lyra…Le futur chevalier perdit son sourire alors que l’image de la jeune femme lui revint à l’esprit. Ça devait bien faire un an depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Il n’arrivait toujours pas à croire que la chef des chevaliers avait vraiment put disparaître, en grande partie par sa faute, d’ailleurs. Car oui, il se sentait toujours coupable de la disparition de Lyra. Il ne s’était jamais pardonné l’erreur qu’il avait faite ce jour-là, ça n’aurait jamais dut se passer comme ça..Lyra ne devrait pas être disparue ou pire encore. Comme Elthor le disait, Lyra était une femme remarquable, une chef incroyable, une idole pour tous les membres de l’ordre. C’était une perte immense pour tout le monde, bien qu’il n’arrivait toujours pas à se résoudre à croire que la chef était… morte. Le roi d’émeraude conclut tristement ce discours en levant son verre de vin à l’honneur de Lyra avant de demander qu’on reprenne la fête. Dans son cas, Isklive n’en avait plus vraiment envie, c’était assez difficile de fêter après un tel discours. Elthor avait peut-être demandé de ne pas s’apitoyer sur la disparition de Lyra, mais ce n’était pas tâche facile de mettre une telle chose de côté. Soupirant longuement, le jeune homme imita la foule qui commençait à se disperser, s’éloignant de la grande scène. Il ne savait plus quoi faire en fait, il n’avait pas vraiment la tête à la fête mais d’un autre côté, il ne pouvait pas se morfondre sur lui-même pendant toute la cérémonie, il se devait de sourire, d’avoir l’air heureux. Il ferma donc les yeux pendant quelques secondes, faisant le vide dans son esprit, s’obligeant à laisser sa tristesse de côté. S’était une belle journée ensoleillée, il allait enfin devenir chevalier et avoir un écuyer, c’était ce qu’il se répétait, il avait toutes les raisons d’être heureux en ce moment et puis, Lyra préfèrerait sans doute que les chevaliers fêtent plutôt que se morfondre. Il força donc un petit sourire alors qu’il avisa à Zeïlia et Lyon qu’il allait se chercher quelque chose à manger au buffet. Il s’éloigna donc, se dirigeant vers les nombreuses tables de nourritures que comportait la grande cour. Il promena son regard sur la table, observant les différents aliments qui y étaient déposés. Il s’arrête finalement sur un panier de fruits, où il pêcha une belle pomme bien rouge qu’il frotta un moment sur son chandail, pour être sûr qu’elle soit bien propre. Il tourna ensuite le dos au buffet, prenant une croquée dans le fruit juteux, cherchant Zeïlia et Lyon des yeux pour retourner les rejoindre. C’est à ce moment qu’il s’aperçut que la foule s’était de nouveau réunit autour de quelque chose. À la fois surpris et curieux, il ferma les yeux, se concentrant pour envoyer ses sens au centre de la foule.

Il eût la surprise de sa vie, il sentit son cœur manquer un battement, si bien qu’il faillit s’étouffer avec son morceau de pomme. L’énergie qu’il venait de ressentir, il ne l’avait pas sentit depuis plus d’un an maintenant. Il n’arrivait tout simplement pas à y croire. Il pensa d’abord qu’il hallucinait, mais après quelques vérifications, il se rendit compte que ce n’était pas son esprit qui lui jouait des tours, il arrivait véritablement à ressentir l’énergie de Lyra. Le futur chevalier ne savait pas trop comment il devait réagir, il était complètement sous le choc. Elthor venait tout juste d’officialiser la disparition de Lyra que celle-ci revenait soudainement. Isklive put sentir un poids énorme tomber de ses épaules, Lyra n’était pas morte, cette nouvelle l’apaisait énormément, il se sentait toujours coupable de ce qui était arrivé à la chef des chevaliers mais au moins, elle était de retour, elle était vivante et l’ordre d’émeraude n’avait pas perdu leur chef. Que devait-il faire maintenant ? Il avait envie de rejoindre la foule, aller voir le retour de Lyra de ses propres yeux, aller s’excuser pour ce qu’elle avait dut subir par sa faute, cependant, il se doutait bien qu’il n’était pas le seul à vouloir parler à Lyra, elle devait déjà en avoir plein les bras, il allait donc attendre, il aurait sans doute une occasion de parler à la chef des chevaliers pendant la soirée ou sinon, il tenterait de lui parler demain. Bougeant pour la première fois depuis un moment, il porta le fruit rouge, qu’il tenait toujours dans sa main, à sa bouche et prit une autre croquée. Il se dirigea ensuite vers la foule, il ne pourrait pas lui parler, mais au moins, il pourrait voir le retour de la chef des chevaliers par lui-même.

Il arrive juste à temps pour voir le roi Elthor se jeter sur la chef des chevaliers, l’entourant de ses bras avec force. Un sourire tendre se dessina sur le visage du jeune homme, la scène était vraiment touchante, il n’en avait pas vraiment prit conscience encore mais en y pensant bien, Elthor était sans doute celui qui avait le plus souffert de la disparition de Lyra, voir celle qu’on aimait disparaître, sans avoir de nouvelle pendant un année entière, sans savoir si elle allait bien ou pas, ça devait être un cauchemar épouvantable. Il ne pouvait pas vraiment comprendre ce qu’avait dut ressentir le roi d’émeraude, n’ayant jamais vraiment connu l’amour lui-même mais il pouvait imaginer la douleur qu’on devait ressentir face à un tel déchirement. Bref, une fois les retrouvailles terminées, Lyra proposa de terminer la cérémonie, chose qu’Elthor approuva, le roi d’émeraude, accompagnée de la chef des chevaliers s’étaient alors dirigé sur la grande scène, suivit de près par la foule qui était maintenant devenu complètement muette, plus personne ne prononçait quoi que ce soit, tout le monde restait silencieux, attendant la suite des évènements. Une fois sur la grande scène, le roi d’émeraude débuta un nouveau discours, toujours de sa voix forte mais emplie d’émotion. Aucun son ne se fit entendre, autre que la voix du roi, tout le monde écoutait le discours touchant d’Elthor, expliquant bien la détresse que cet homme avait dut endurer. Ce n’est qu’à la fin du discours que la foule entière se manifesta en acclamant le couple, Isklive accompagna la foule, plus heureux que jamais, le retour de Lyra semblait vraiment avoir remonté le moral de tout le monde, en ce moment, tous étaient heureux de retrouver leur chef.

Après un moment, Elthor leva les bras, faisant taire la foule alors qu’il annonça le début de l’adoubement. Le futur chevalier sentit son rythme cardiaque s’accélérer alors qu’il promena son regard sur la foule, cherchant de nouveau Curtis. Cette fois, il le trouva, adossé contre un mur, un peu en retrait du reste de la foule. L’écuyer se dirigea immédiatement vers son mentor, se frayant un chemin dans la foule. Lorsqu’il fut assez près, il sentit le visage neutre du chevalier se tourner vers lui. Il était toujours aussi impassible, Curtis restait fidèle à lui-même. De son côté, Isklive se contenta d’offrir un léger sourire à son maître alors que celui-ci quitta son mur pour prendre la direction de la scène, sans un mot. Isklive s’empressa de le suivre de près, empruntant le chemin que son maître se frayait dans la foule. Il monta ensuite les quelques marches pour atteindre la scène, allant rejoindre son maître qui s’était déjà placé au côté des autres chevaliers. De son côté, il alla se placer aux côtés des autres écuyers, devant son maître. Le stress s’empara de lui alors qu’il observait la foule. Ce n’était plus qu’une question de temps, dans quelques instants, il serait officiellement chevalier. Respirant profondément en fermant les yeux, le futur chevalier se calma peu à peu. Il sentit alors la main de son maître se déposer sur son épaule. C’est alors qu’Elthor prit la parole, demandant aux écuyers de se mettre à genoux. Isklive imita tous les autres écuyers alors qu’il posa un genou au sol, baissant légèrement la tête, attendant patiemment que Curtis vienne lui remettre ses armes. Isklive put alors entendre Elthor prononcer le serment d’émeraude alors que chacun leur tour, les maîtres de leurs écuyers respectifs s’avançaient pour remettre l’armure et l’épée de l’ordre à leur écuyer alors que ceux-ci répétaient le serment. Les quelques minutes qui passèrent avant que ce ne fut son tour lui parurent comme des heures. Son cœur cognait contre sa poitrine et même en se concentrant, il n’arrivait pas à contenir tout le stress qu’il ressentait dans le moment. Il observa du coin de l’œil l’écuyer qui était tout juste à côté de lui prononcer le serment. Il était le prochain…Quelques secondes plus tard, il vit Curtis s’avancer devant lui, le visage toujours aussi impassible qui aida l’écuyer à conserver son propre calme. Puis finalement, ce fut son tour de répéter le serment d’émeraude, ce qu’il fit d’une voix fière et forte. Lorsqu’il prononça finalement le dernier mot, il sentit la lame de Curtis se déposer sur son épaule gauche alors qu’il prononçait ces mots qu’il avait attendus depuis tant d’années. Il reçut ensuite un message télépathique de la part de Curtis, qui affirmait être fier de lui. Isklive n’avait aucune idée de quoi répondre, il avait la gorge nouée par l’émotion, il n’arrivait même pas à penser clairement pour répondre télépathiquement à son maître.

**Merci..**

Ce fut la seule chose qui lui vint à l’esprit, merci, tout simplement. Il remerciait Curtis pour tout ce que ce dernier avait fait pour lui. C’était à lui qu’il devait tout ça, sans le chevalier, il ne serait pas ici en ce moment, c’est grâce à lui qu’il était devenu l’homme qu’il était..Le nouveau chevalier sortit de ses pensées lorsque Curtis lui présenta la fameuse cuirasse d’émeraude et sa nouvelle épée. Se relevant lentement, Isklive les prit dans ses mains, remerciant de nouveau Curtis d’un signe de tête alors qu’il allait rejoindre les autres qui étaient déjà adoubés. Il commença d’abord par attacher le fourreau de sa nouvelle lame à sa ceinture avant d’enfiler sa nouvelle armure. Il attendit ensuite la fin de l’adoubement, un sourire au visage alors qu’il chercha Zeïlia et Lyon du regard, les deux étaient placés un peu plus loin, eux aussi portant maintenant la cuirasse d’émeraude.

**Félicitation, vous deux !**

Il leur offrit un sourire avant de détourner son regard vers la foule. Une fois que l’adoubement fut terminé, le roi Elthor reprit la parole, levant les bras pour faire taire la foule encore une fois et suggéra à tout le monde de s’asseoir. Il demanda ensuite à tous les élèves de monter sur la scène. La foule s’écarta donc pour laisser passer les élèves qui se réunissaient en un grand groupe devant le rang de chevalier. Une fois que tous les élèves furent présents que tout le monde était à l’écoute, Elthor reprit la parole, se lançant dans un nouveau discours adressé aux élèves. Un sentiment de nostalgie s’empara d’Isklive alors que celui-ci se souvenait très bien de l’époque où c’était lui qui se trouvait à cet endroit, 5 années plus tôt. Cette fois, les rôles étaient inversés. Bref, Elthor avoua que ce n’était pas tous les élèves qui allaient devenir écuyer cette fois-ci, certains resteraient élèves et deviendraient écuyers la prochaine fois. Une fois le discours terminé, un vieil homme s’avança, un parchemin à la main qui devait sans doute contenir la liste des écuyers et déposa le précieux manuscrit dans la main du roi. Celui-ci déroula lentement le parchemin, observant la foule avant de finalement se lancer dans la lecture de la liste. Les élèves furent attribués un à un. Le quatrième élève, un certain Kosuké, fut jumelé à Curtis. Un sourire amusé apparut sur les lèvres du nouveau chevalier alors qu’il songeait aux épreuves que ce garçon allait devoir subir, dans les prochaines années. La lecture se poursuivit, chaque fois, un élève se détachait du groupe pour aller rejoindre le maître qui lui avait été attribué. Puis finalement, il attendit son nom, jumelé à celui d’un certain Akyro.

Akyro…Étrangement, ce nom lui disait vaguement quelque chose. Il vit alors un petit garçon se détacher du groupe. Il était certain de l’avoir déjà vu quelque part, mais le souvenir était flou, il ne se rappelait plus très bien. Quoi qu’il en soit, il fut un peu surprit par l’âge que semblait avoir le jeune garçon. Il était beaucoup plus jeune que lui lorsqu’il était devenu écuyer, il devait bien avoir 9-10, maximum. Il semblait assez fragile, assez petit et plutôt maigrichon. Mais bon, il ne se plaindrait pas, il était fier d’avoir un écuyer, un enfant qu’il allait devoir guider et instruire. Il avait déjà hâte de commencer l’entraînement et de pouvoir discuter un peu avec son nouveau protégé. Il espérait seulement qu’il arrivait à bien s’entendre avec cet Akyro. Bref, il sortit de ses pensées lorsqu’il entendit le nom de Zeïlia. Sa meilleure amie avait reçu la tâche d’instruire une certaine Lyllianna. Cette dernière s’avança d’ailleurs et Isklive fut surpris de s’apercevoir qu’il s’agissait de la jeune fille qui avait justement percuté Zeïlia, un peu plus tôt. Assez ironique, tout de même. Le suivant à recevoir un écuyer fut Lyon, qui devrait s’occuper de Katylin. La liste se poursuivit encore un moment avant que finalement, Elthor mette un terme à la lecture, annonçant que la liste se terminait là. Isklive ne put s’empêcher d’être désolé pour les élèves restant, ça ne devait vraiment pas être facile à encaisser, rêver de devenir écuyer pendant 5 longues années pour finalement devoir rester élève, encore une fois.

C’est alors que tous purent sentir un élan de rage provenir de la foule, plus particulièrement d’un des élèves qui n’avait pas été attribué, un adolescent à la peau plutôt sombre et aux yeux rouges. Ce dernier semblait en proie d’une rage intense, si bien qu’il se mit à courir dans la cour, frappant et détruisant tout sur son passage. Ceux qui tentaient de l’arrêter se retrouvait ruer de coups alors que le jeune homme en rage s’éloignait de plus en plus. Isklive fut bien tenté de se lancer à sa poursuite mais il se ravisa, ça ne servirait à rien pour lui d’aller essayer de le raisonner, le chevalier ne connaissait pas ce jeune homme et celui-ci ne l’écouterait sans doute pas et d’ailleurs, Lyra semblait déjà s’être lancée à sa poursuite, elle, elle réussirait sans doute à calmer la colère du jeune homme. C’est à ce moment que, en se retournant, le nouveau chevalier passa bien près de faire un face à face avec son écuyer. Ce dernier s’était arrêté tout juste devant lui, il semblait avoir couru pour venir le rejoindre. Le jeune garçon le regardait, la tête levée en raison de la différence de taille, avec un sourire immense sur le visage alors qu’il annonça d’une voix remplie d’enthousiasme qu’il était son écuyer. Isklive ne s’attarda pas vraiment sur le fait que le gamin l’avait tutoyé, ça ne le dérangeait pas vraiment, il se contenta de lui adresser un sourire légèrement amusé. Ce garçon semblait vraiment avoir de l’énergie, les 5 prochaines années s’annonçaient intéressantes.

- Eh bien, t’as l’air d’avoir pas mal d’énergie, toi, dis-moi !..Enchanté de te rencontrer, Akyro. J’espère qu’on va pouvoir bien s’entendre.

Il s’était adressé d’un ton qu’il avait voulu le plus doux possible, lui adressant un sourire à la fin. Ils étaient peut-être différent, Akyro semblant beaucoup plus énergique que lui mais il espérait vraiment qu’ils arriveraient à bien s’entendre, à partir de maintenant, ce gamin était sous sa responsabilité, c’était son devoir de le protéger et de lui transmettre les valeurs que son propre maître lui avait transmis.

- Si tu veux profiter de tes derniers instants de repos, tu peux aller rejoindre tes amis si tu veux, on aura tout le temps nécessaire pour mieux se connaître demain. Et je t’avertis d’avance, tu vas devoir travailler dur, tu as beau être jeune, je ne vais pas te ménager pour autant, si tu es devenu écuyer, c’est qu’ils ont jugés que tu étais assez fort pour le devenir.


Il lui adressa un dernier sourire, se demandant ce que ferait le jeune garçon, si ce dernier préférait aller rejoindre ses amis, Isklive se contenterait d’aller relaxer un peu, ça ne le dérangerait pas le moins du monde…Bref, il détourna son regard pour regarder les autres chevaliers, qui eux aussi, commençait à faire connaissance avec leur écuyer respectif.


Dernière édition par Isklive le Dim 11 Oct 2009, 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Dim 11 Oct 2009, 13:10

Ambre restait là à observer toute cette assemblé puis elle vit soudain le roi prendre la parole.

-Chers élèves, honorables enfants, fervents serviteurs du bien, aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui est le jour où le fruit de vos efforts se concrétise une bonne fois pour toute. Lorsque vous avez entamé votre apprentissage ici, ce fruit était encore à l’état de graine, mais maintenant il est prêt à être cueilli et il est bien mûr… il a atteint le point culminant de sa croissance. À partir de maintenant, pour la plupart d’entre vous, votre vie va prendre une toute autre tournure. Pour certains ce sera un rêve devenu réalité alors que pour d’autres ce sera une amère déception. J’aurais bien aimé que vous deveniez tous écuyers, mais vous étiez trop nombreux pour le nombre de chevaliers disponible alors j’ai malheureusement dû en pénaliser quelques-uns. J’ai laissé le « hasard » décidé du résultat final et je n’ai pas fait mes choix par favoritisme. Cependant, soyez au courant que les élèves qui ne deviendront pas écuyers aujourd’hui le deviendront forcément lors de la prochaine attribution. Sachez cependant, et ce que je vais dire est valable pour chacun d’entre vous, que ce n’est pas parce que vous n’avez pas été choisi que vous devez cesser de travailler durement et de fournir beaucoup d’efforts. Je tiens à ce que votre comportement demeure le même et surtout à ce que vous gardiez espoir. Le tour de tout le monde viendra un jour ou l’autre. Maintenant, pour ceux dont je vais nommer les noms dans quelques instants, sachez que de rudes épreuves vous attendent et que vous devrez suivre à la lettre les instructions de vos maîtres. Ils seront vos tuteurs pendant cinq ans alors il est important qu’une bonne symbiose règne dès le départ. Sans plus tarder, voici donc les noms des chanceux et des chanceuses.

L'adolescente se demandait bien qui allait être écuyer parmis les filles et les garçons qui étaient là pour assister à la célébration. Elle écouta attentivement les noms qui allaient être cités en espèrant faire parti des adolesents.

- Yume tu auras pour maître Dame Elyon.

- Esper ton maître sera Dame Amyxa.

- Nuùra tu es attribuée à Dame Layla.

- Kosuké, ton apprentissage sera fait par Sir Curtis.

- Namassé, tu es désormais entre les mains de Dame Kyera.

- Dorianne, Dame Kirlia est celle qui se chargera de toi pour les 5 ans à venir.

- Luthien, Dame Keeko est celle qui sera ta tutrice.

- Naryaa, Dame Evaliyah s’occupera de t’enseigner tout ce que tu dois savoir.

- Roia, je te confie à Dame Miralya.

- Lanna, pour toi ce sera Dame Ellina.

- Jadina, tu seras guidée par Dame Kysilin.

- Citeo, Sir Louan sera celui en qui tu devras placer toute ta confiance.

- Akyro, la tâche de t’entrainer revient à Sir Isklive.

- Lyllianna, tu seras l’écuyère de Dame Zeïlia.

- Katylin, ton instruction sera prise en charge par Sir Lyon.

- Melina, le devoir de te former revient à Dame Litthyssia.

- Et finalement et non des moindres…

- Ellana, Sir Farelle sera ton instructeur.

- Et la liste se termine ici… félicitations à tous les nouveaux écuyers et je m’attends à ce que vous soyez à la hauteur de l’Ordre d’Émeraude et que vous lui fassiez honneur.


Le coeur de la jeune fille se brisa soudain en mille morceaux. Jamais elle ne pourrait devenir écuyer et venger la mort de ses parents en retrouvant l'homme qui les a assassiné. Pourquoi ne l'a t-on pas choisi? Est ce son comportement toujours malheureux qui avait fait qu'on ne l'avait pas choisi? Ou alors, les chevaliers avaient ils honte d'avoir un écuyer qui avait des ailes d'ange et qui était différente des autres enfants? De toute façon, personne ne la comprendrait. Elle ne put empêcher les larmes de se verser. Ne voulant pas de la pitié des autres, elle s'éloigna des autres mais elle vit non loin d'elle un jeune élève qui pleurait. Lui non plus n'avait pas été accepté. Finalement, elle s'approcha de lui et s'accroupit devant l'enfant pardusse.

Toi non plus tu n'as pas été accepté comme écuyer...

Elle avait dit cela un peu tristement et attendit qu'il lui réponde et qu'il calme sa peine. Elle n'aimait pas voir les gens souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
#Litthyssia

Nombre de messages : 478
Rôle : Ancienne porteuse de lumière
Date d'inscription : 11/02/2008

Plus sur le personnage
Âge: Morte
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Dim 11 Oct 2009, 17:30

Juste avant que Litthy'e est retrouver son écuyer. Mathys lui parla. Elle fut contente de son message. C'est vrai que malgrer le peu de temps qu'ils avaient passer ensemble, elle l'avait bien apprécier.

*** j'ai aussi aimer ses années avec toi. Merci pour tout. *** répondit-elle.

Hum... c'était pas facile a vivre ca. Lorsqu'on était proche de quelqu'un on voulait souvent la même chose pour elle de ce que nous avons. Sa nouvelle écuyer était toute mélanger dans ses sentiments. Partager par sa tristesse que son ami soit encore élève et le fait qu'elle soit heureuse parce qu'elle était écuyer.

Litthy'e se demanda si sa fille aurait été ici avec elle, est-ce qu'elle aurait eu se genre de problème ? Mélina allait surement en quelque sorte, remplacer sa fille. Mais là n'était pas la question. Il fallait l'aider.

- Pour l'instant, tu devrais la laisser seule. Elle est surement triste et en colère en même temps. Mais se soir, tu iras la voir, et lui diras que c'est pas de sa faute si elle n'a pas été prise comme écuyer. Elle a surement le potentiel requis, mais soit son âge et le manque de chevalier en est la cause.

Litthyssia ne savait pas trop comment lui expliquer que son amie Rose était surement trop triste pour que quelqu'un est la voir. Qu'elle avait besoin de ce calmer par elle-même avant que quelqu'un lui dise quoi que se soit. Mais c'était pas toujours facile de savoir qu'on était vulnérable dans ses moments la.

- Pour l'instant, laissons cela de coter... Même si je sais que ca peut être difficle. Parle moi un peu de toi. Je sais que plusieurs personnes me connaisse assez bien, mais moi je connais rien de ma nouvelle écuyer.

Elle sourit lorsqu'elle parla.Il fallait pas déprimer la petite plus qu'elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t3714-litthyssia-d-emeraude
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Lun 12 Oct 2009, 13:28

Mélina écouta attentivement la réponse de son maitre qui d'apres elle était de bon conseil.

- Pour l'instant, tu devrais la laisser seule. Elle est surement triste et en colère en même temps. Mais se soir, tu iras la voir, et lui diras que c'est pas de sa faute si elle n'a pas été prise comme écuyer. Elle a surement le potentiel requis, mais soit son âge et le manque de chevalier en est la cause. lui dit la femme chevalier. Pour l'instant, laissons cela de coter... Même si je sais que ca peut être difficle. Parle moi un peu de toi. Je sais que plusieurs personnes me connaisse assez bien, mais moi je connais rien de ma nouvelle écuyer. lui demanda-t-elle ensuite en souriant

Mélina la regarda quelques secondes, tourna la tête vers les dortoirs ou son amie avait trouver refuge et fini par répondre à la jeune femme qui se tenait devant elle.

- Je suis née au Royaume de Fal, ma mère est morte en me donnant la vie, j'ai été élever par les femmes du village ou mon père vivait, ma mère était une fée et mon père un paysan, je lui ressemble beaucoup, même si je n'ai pas encore mes ailes. J'ai été envoyer au château d'Emeraude ou je suis devenu élève et maintenant je suis sous votre tutelle. conclua la petite fée-humaine Je ne sais pas vraiment quoi dire sur moi, je préfèrerai que vous me posiez des questions mais peux être pourrions nous discuter un peu à l'eccart? il y a beaucoup de monde içi et ce n'est pas l'endroit idéal pour faire connaissance. Mais je propose juste si vous préférer rester içi ca ne me dérange pas non plus. lui dit Mélina en lui randant son sourire. Et puis j'aimerais aussi que vous me parliez un peu de vous maitre, car je ne sais rien a part que vous êtes la porteuse de lumière. demanda la jeune écuyère.

Elle regarda autour d'elle et vit que ses amis et les autres écuyers étaient aussi avec leur maitre et ne pu s'empêcher d'être heureuse pour eux, même si son coeur se tournait toujours vers Rose, son amie, elles avaient apprit a se connaitre et à s'aprécier et Mélina était triste de ne pas pouvoir partager encore plein de moment avec son amie. Elle reporta son attention sur son maitre et attendit passiement sa réponse et les éventuelles questions qu'elle avait peu être à lui poser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Lun 12 Oct 2009, 13:33

Luthien avait entendu dire que maître Keeko allait continuer à s’occuper des élèves .Elle savait aussi que son maître allait se marier dans quelques jours .Elle se promit d’aider Keeko autant qu’elle pourrait. Elle savait qu’elle n’avait pas le droit à l’erreur désormais, elle allait devoir apprendre à obéir, ne pas en faire qu’a sa tète …Elle se mit à penser à son enfance solitaire passé à jouer dans les champs, entouré de ses parents .Ses parents n’auraient jamais contredit leur fille unique …A Emeraude tout avait changé, elle avait du apprendre à obéir aux règles du château. La jeune femme avait obéi et elle avait réussi à devenir écuyère. Elle savait que rien n’était gagné elle allait encore devoir travaillé dur pour devenir chevalier, c’était pour cela qu’elle avait été envoyé à Emeraude …Elle n’avait jamais regretté la décision de ses parents se doutant bien qu’elle n’aurait pas été celle qu’elle était aujourd’hui si elle était restée près d’eux…Maître Keeko prit la parole sortant Luthien de ses pensées …La magicienne lui annonça qu’elle était contente d’être son maître pour les 5 années qui allaient suivre, ce qui était réciproque .De plus ,la demi elfe avait appris à faire confiance à la chevalière .Puis ,elle lui présenta son fiancé et lui indiqua qu’il allait l’aider pour son éducation .L’écuyère sourit à Arandir puis se tourna de nouveau vers son maître qui marqua une pause afin de laisser à Luthien le temps d’assimiler toutes ces informations . Puis, Keeko lui annonça qu’elles ne logeraient pas au château. Son maître eut un sourire désolé. En vérité cela ne dérangeait pas Luthien qui préférait rester seule la plupart du temps. Elle n’était pas timide, n’avait peur de personne mais, elle aimait juste être seul de temps en temps. Keeko lui demanda de ne pas être gêné avec elle puis, elle annonça qu’elle lui laissait sa soirée et qu’elle la préviendrait lorsqu’il serait l’heure de rentrer .Luthien remercia son maître et s’éloigna elle aussi dans la foule …
Revenir en haut Aller en bas
#Hayden

avatar
Nombre de messages : 868
Rôle : Renégat recherché & ex Chevalier & ex Roi d'Emeraude
Date d'inscription : 25/07/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 78 - 83 ans [G18]
Rôle: Renégat recherché & ex Chevalier d'Emeraude & ex Roi d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Lun 12 Oct 2009, 16:13

Beaucoup de malheur s'était abattue sur lui, mais il avait eu la chance de connaitre un frère comme Kosuké. Sans lui, il y a longtemps que Hayden serait devenu fou, il y a longtemps qu'il ne se contrôlerait plus, qu'il n'aurait eu plus aucun lien avec le monde où il vivait, si il ne l'avait pas rencontré dans la rue cette journée là, sous la pluie. Il lui donnait la force de regarder devant et d'avancer et encore aujourd'hui, il lui avait donné cette force de revenir à la réalité. Malgré tout le mal qu'il pouvait faire autour de lui, Kosuké était là pour l'appuyer, le défendre et le pardonner. Il n'avait pas hésité a désobéir à son maitre dès le premier jour pour venir l'aider. Même après avoir commit un acte que beaucoup aurait qualifier comme une guerre ouverte entre les deux hommes, Kosuké était resté totalement neutre, il avait encaisser cette colère, cette douleur, sans la méritée, sans bronché un muscle de son visage. Il n'avait pas cherché a l'arrêté, il l'avait seulement laissé faire. Il avait fermé les yeux, ne voulant pas voir le mauvais Hayden, il ne voyait que le bon en lui. Le mauvais avait été crée par son père, une sorte de bête a enfermé. Il acceptait ses écarts de conduite comme seul un frère pouvait le faire. Malgré que tous l'ordre d'Émeraude était sa famille, Kosuké restait le seul a l'être véritablement. Malgré leur grande différence, il restait son frère. Tout deux n'avait plus de mère, ni même de père, il devait compter l'un sur l'autre pour grandir. Bien sur maintenant il avait leur maitre respectif, mais Hayden persistait a croire que personne ne le comprendrait mieux que Kosuké, que même après 5 ans passé avec son maitre, qu'ils ne pourraient pas être aussi proche. Il était deux frère d'âmes. Il n'avait aucun lien de parenté, s'était impossible, rien de les reliaient par le sang, mais ils en faisaient tout les deux abstractions. Hayden comprit que même si il avait tué des gens, Kosuké aurait été là derrière lui, silencieux, mais présent. Si Kosuké devait tombé et lui aussi pleurer, Hayden serait derrière lui pour le soutenir. Dans le meilleur comme le pire, il serait tout les deux ensembles, chacun tenant l'épaule de l'autre pour l'empêcher de tomber.

Lyra avait raison, il était temps qu'il se relève. Qu'il prenne son courage à deux mains et accepte qu'il n'aurait rien de facile, qu'il n'aurait jamais rien en restant couché au sol. Il avait du se battre pour son rang d'écuyer et il était passé a deux doigts de ne pas réussir. Si il laissait tombé maintenant, il ne deviendrait pas chevalier. Son père aurait eu raison. Il ne laisserait jamais son père avoir raison, il devait resté debout et affronter l'ouragan de la vie, il devait le faire pour sa mère qui l'avait mit au monde. Il devait honorer sa mémoire et lui faire honneur. De sa main droite, il alla mettre son coude au sol pour lui servir d'appuis. Maintenant que Lyra l'avait guérit, il n'avait plus aucune raison de dire qu'il avait mal, il n'avait plus le droit a ses excuses d'enfants gâtés. Il ne pouvait plus faire comme il l'aurait fait avant, le petit prince gâté par sa mère ne se serait jamais relever. Hayden de Zénor ne se serait jamais relever. Hayden d'Émeraude devait le faire. Kosuké méritait un ami dont il pouvait être fière, il devait pouvoir le pointer du doigt et affirmer sans retenue qu'il était son meilleur ami, personne ne veut d'un perdant comme ami. Hayden lui même ne voulait pas d'un perdant comme ami et Kosuké était loin d'être un perdant. Tout le monde s'imaginait que se petit garçon l'avait eu facile, qu'il était arrivé ici comme un enfant surdoué qui n'aurait pas a fournir beaucoup d'efforts pour devenir un écuyer. Que l'intégration serait facile, qu'il n'aurait aucun mal a se faire a cette vie. Qu'elle bande de sans coeur. Kosuké avait quitté comme tout le monde son nid réconfortant, il avait quitté les bras de sa mère pour descendre sur terre, celle-ci avait disparu, il ne la reverrait surement jamais, mais il avait du relever la tête et descendre ici bas pour aider les chevaliers dans leur mission. Renonçant a sa vie de dieu, a ses privilèges. Venu étudier des pouvoirs qu'il connaissait surement déjà, des livres affreusement répétitifs, ne connaissant personne et devant mentir toute la journée pour cacher la réalité. Il avait du endurer les regards moqueurs des autres sur son meilleur ami, les commentaires désobligeants Il soutenait une lourde tache, il n'avait pas le droit à l'erreur, il devait être comme Hayden, le meilleur, mais pour des raisons différentes. Alors toute cette bande d'imbécile pouvait se ravaler leur penser que s'intégrer ici avait été facile pour Kosuké. Il ne le montrait pas, mais Hayden le savait, il n'avait rien pu faire pour lui puisque certaine épreuve devait être faite seul. Comme Hayden avait a se relever seul, Kosuké avait du passé cette épreuve seul. Malgré que le mot seul était énorme puisque Lyra lui tendait la main pour le relever et que Kosuké avait eu l'aide de Hayden.

Cette main, il ne savait pas si il devait la prendre. Il ne savait pas si il méritait de l'aide rendu là. Il avait été impolie et surtout agressif envers son nouveau maitre. Il méritait de se relever seul sans aide. De sentir ses jambes le faire souffrir et son dos craquer était se qu'il méritait. Les gens pouvaient lui pardonner, mais le mal était fait et il aurait a payer le prix. Après tout, lorsqu'on plante un couteau dans le bois, même en le retirant et en l'excusant le nombres de fois qu'on voulait, le bois restait avec cette marque, cette blessure. Kosuké n'avait peut-être plus le nez cassé, mais s'était certain que toute sa vie il se souviendrait de se coup de poing. Il avait si violent, si puissant, un coup digne d'un ennemi. Se servant maintenant de ses jambes pour se relever, son mouvement fut lent et douloureux. Lorsqu'il s'était débattu pour sortir de sous Lyra, il s'était bien sure étirer les muscles de tout les sens possibles. Lorsqu'il serait enfin debout, les événements qui venaient de se passé se retrouverait derrière lui, il devait entrer dans se qu'on appelait l'âge pré adulte. La femme qui se tenait devant lui deviendrait son maitre, il devrait lui obéir sans jamais rien dire, la suivre partout ou elle allait. Il devrait se séparer de Kosuké. Il n'était pas dupe, il savait qu'il quitterait Émeraude pour certaine mission et il se retrouverait loin de lui. Même dans le royaume d'Émeraude, si Lyra ne désirait pas passer de temps avec Curtis, Hayden devrait en faire de même avec Kosuké. Il était content en se jour de savoir communiquer par télépathie. Prenant maintenant un dernier soupir, il était maintenant debout devant son maitre. Il fut étonné de constater a quel point il était grand, il savait qu'il avait une grandeur exagérer pour son âge, mais lorsqu'il devait baisser légèrement la tête pour regarder quelqu'un dans les yeux, il comprenait qu'il avait vieillit, loin était l'époque ou il devait lever la tête pour regarder les adultes. Il faisait face a elle et restait silencieux. Il ne pensait a absolument rien. Elle soutenait son regard depuis le début, elle n'avait pas peur de le regarder en face. C'est lui qui aurait voulu tourner les yeux, c'est lui qui ne soutenait pas son regard. Il avait tout simplement honte de son comportement incontrôlable. Il regarda comment allait Kosuké, son nez semblait guérit, il aurait voulu aller avec lui. Il se devait d'avoir une conversation, ils attendaient se moment depuis si longtemps, ils ne parleraient surement pas de se qui venait de se passer, il passerait surement une nuit de silence a regarder tout les deux les étoiles dans les champs, mais se soir n'était pas comme les autres. Se soir était spécial, s'était leur premier soir en quant qu'écuyer et ils se devaient de le passer avec leur maitre. Il devait apprendre a se connaitre avant de partir en mission, il devait apprendre dans les plus brefs délais comment monter à cheval et tenir une épée. S'était la guerre pour eux qui les attendaient, seuls les idiots ne le savaient pas. Retournant son regard sur son maitre, il était prêt a la suivre n'importe ou, jusqu'au bout du monde et même en enfer. Il devait se réjouir de son sort, il était maintenant debout et il ne retomberait plus jamais.


[ Mini poste TT__TT ]


Dernière édition par Hayden le Ven 24 Sep 2010, 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Zeïlia

avatar
Nombre de messages : 986
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 25/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 35 ans
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Lun 12 Oct 2009, 19:47

Sourire.

Telle était sa plus simple et à la fois sa plus grande devise. Durant son enfance, elle avait appris que se plaindre n'amenait que pitié et mensonge, apitoiement et tristesse. Le malheur ressentit se devait de rester intérieur, caché, recouvert d'un mince linceul de soie. Si elle pouvait offrir aux autres ce qu'elle désirait recevoir, alors tout irait bien. C'étaient les mots qu'elle se répétait. Elle ne voulait pas que les autres la voient différemment simplement à cause de la noirceur et de la tristesse qui caressait son âme sans cesse, dans un mouvement calme, lent et protecteur. La race humaine, comme la plupart des autres races d'Enkidiev, avaient la mauvaise manie de s'apitoyer sur le sort des faibles et de ceux considérés comme les "Victimes". Ils avaient la manie de pardonner à tous ceux qui disaient "On m'a utilisé". Bien que c'était son cas, Zeïlia se refusait à le dire directement aux gens, à leur avouer qu'elle n'avait pas réellement voulu tuer cette domestique. Elle ne méritait pas de pardon. Elle devait donc...

Sourire.

Laisser les autres se dire "Elle ne s'en veut pas?". Bien qu'elle s'en voulût, c'était la seule façon de ne pas attrister ceux qui connaissaient la vérité et de laisser les ignorants la détester comme il se le devait. Le mouvement qu'Isklive fit retira Zeïlia de ses pensées et elle perdit son sourire un instant, il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour se remémorer les derniers événements et reprendre son sourire, un peu plus naturel et moins pensé. Les deux garçons, avec qui elle était, étaient bien dans les seules personnes capables de laisser la réelle Zeïlia s'exprimer naturellement. Elle n'avait pas besoin de craindre leur jugement, leurs reproches, leurs regards, elle pouvait sourire naturellement. Elle n'avait pas le choix de le faire, si jamais elle forçait un peu trop, cela ne leur prendrait probablement pas beaucoup de temps pour le découvrir et lui faire cracher le morceau. Avec eux, elle était un livre ouvert dans leur main, les pages remplis d'informations qu'elle considérait comme secrètes.

Clignant des yeux, Zeïlia étira encore plus ses minces lèvres au sourire d'Isklive, le remerciant du fond du coeur dans un silence complet, sans un mot, sans un signe. Les paroles d'Isklive firent rire Zeïlia qui baissa légèrement la tête, jouant des épaules et camouflant son rire cristallin. Ce garçon, qu'elle considérait avec franchise comme son grand frère et son meilleur ami avait toujours les mots justes, même si ce n'était qu'une bêtise ou une rigolade, Zeïlia savait toujours que c'était ce qu'il pensait. C'était justement une des choses qu'elle appréciait le plus chez lui.

La jeune femme allait répliquer une autre bêtise qui agirait comme un faut reproche comme quoi il se moquait d'elle, mais le changement d'air d'Isklive la fit figer, elle l'observa, le regard rond, légèrement inquiète avant de se retourner et d'apercevoir Amyxa un peu plus loin, un air triste et désolé sur le visage. Un frisson incertain parcourut la peau claire de Zeïlia qui baissa les yeux avant de les relever vers Amyxa, étirant le coin de ses lèvres. Elle n'était pas réellement attristée par le visage de son Maître, mais plus part le fait qu'elles n'allaient plus pouvoir se parler comme elles l'avaient si souvent fait. Elles ne seraient plus Maître et Écuyer, elles seraient camarades, soeurs d'armes. Bientôt, Zeïlia serait considérée comme importante, elle ne serait plus l'élève! Pourtant, bien que cela devait la rendre heureuse, elle avait adoré être avec Amyxa, c'était une femme merveilleuse qui avait su lui parler franchement et être là pour elle dans les moments difficiles.

Voyant qu'Amyxa la demandait auprès d'elle, Zeïlia s'approcha, lançant un dernier regard à ses deux amis en guise de "Je reviens, attendez-moi!". Retournant sa tête vers son Maître, Zeïlia laissa un sourire triste flotter sur ses lèvres, cela allait probablement être la dernière discussion qu'elle aurait avec Amyxa en tant qu'Écuyère. Penser à cela bouleversa le coeur de Zeïlia, elle avait mis de côté les préjugés des gens, cette fausse envie de sourire pour pouvoir parler franchement avec Amyxa, comme elle l'avait toujours fait. Zeïlia s'arrêta à environ trois ou quatre pas de son Maître Chevalier. Amyxa avait le regard baissé. Zeïlia ne fit rien pour la forcer à la regarder, bien qu'elle aurait aimé pouvoir lire sans sonder les pensées de son Maître.

Sans bouger Zeïlia écouta attentivement les premiers mots de son Maître. Son visage était attendri par la sincérité dans la voix d'Amyxa, cela la touchait, elle sentit une boule se former dans sa gorge. Elle voulait tellement dire à Amyxa comment elle avait apprécié être son écuyère et comment elle lui était reconnaissante. Elle n'aurait jamais pu faire mieux, elle le savait, mais comment le dire? Comment dire cela à travers des mots? Tout ce qui lui venait en tête était des sentiments des émotions, des impressions! Rien de tout cela ne se traduisait dans la faible langue humaine.

Le regard d'Amyxa se releva pour croiser celui de Zeïlia. La jeune fille avait les larmes aux yeux, bien que ce n'étaient que des paroles, Zeïlia les prenait très à coeur, Elle n'en avait jamais voulu à Amyxa de ne pas avoir empêché Drace de l'enlever, mais elle savait que c'était sa propre faute. Elle avait quitté la chambre sans avertir, en pleine nuit. Comment Amyxa aurait-elle pu prévoir ce qui s'était passé? Elle était en vie maintenant non? C'était déjà bien assez! Amyxa n'avait pas à s'en faire. Zeïlia laissa son sourire toujours sur ses pâles lèvres et écouta de nouveau les paroles de son Maître bien aimé.

Zeïlia ne pu que secouer la tête à la deuxième vague de mots prononcés par Amyxa. Son Maître avait une estime d'elle-même aussi haute que trois pommes alors que c'était quelqu'un d'exceptionnel que Zeïlia admirait. Elle avait toujours été prête à écouter et c'était quelque chose que Zeïlia voulait aussi enseigner à l'écuyer qu'elle recevrait. Amyxa lui avait appris cette chose merveilleuse qu'était l'écoute et elle l'enseignerait à son tour. Amyxa reprit pour une troisième fois la parole, à ce moment, Zeïlia stoppa son mouvement pour écouter de nouveau.

Cette fois, lorsque Amyxa se tut, Zeïlia sus que c'était terminé. Les yeux de Zeïlia s'étaient recouverts d'une mince couche humide qui si elle s'épaississait, finirait par recouler sur sa joue sous la forme d'une larme. Pourtant, Zeïlia faisait tout pour la retenir. Bien que les paroles d'Amyxa la touchaient profondément puisqu'elle était son Maître, son mentor, la personne à qui elle devait tout, elle ne voulait pas paraître faible et émotive, bien que c'était ce qu'elle était. Zeïlia inspira lentement, prenant le temps d'essayer de placer ses mots correctement dans son esprit, la voix qu'elle utilisa fut rauque et émotivement remplie, elle était pourtant franche et facilement identifiable. Zeïlia ne mentirait en aucun point, c'était certain!

- Vous savez, Maître...

Zeïlia mit de l'emphase sur le mot Maître, comme pour lui prouver qu'elle la considérait comme telle et non comme un être stupide ou innocent.

- Vous n'auriez probablement rien pu faire de meilleur que ce que vous avez fait pour moi! En étant là, pour moi, vous m'avez protégé d'une façon autre que physique! Qui sait ce que j,aurais pu faire si je ne vous avais pas eu pour m'épauler! Vous êtes chère à mon coeur, si vous ne le saviez pas! Alors je vous pris... Ne vous considérez pas comme inutile!

Zeïlia sourit tendrement à son Maître. Elle lui prit les mains avec ses propres petites mains pâles et douces. Elle releva la tête et sourit franchement en direction de la femme chevalier. Elle la remercia sans paroles, sans mêmes pensées télépathes, simplement par le langage du regard. Les événements qui suivirent la courte discussion se passèrent un peu trop rapidement à son goût. Une percutation, Zeïlia qui lâcha les mains de son Maître pour perdre l'équilibre et reculer de quelques pas. Un soupir de satisfaction tant qu'à sa capacité de ne pas tomber, puis cette petite fille. Cette chevelure rousse, ce regard émeraude, cette pétillance dans ses yeux. Ce visage pâle, c'était exactement le même qu'elle avait eu tant d'années durant. Elle crut alors se voir dans un miroir quelques années plus jeune, encore au moment où tout allait bien pour elle, où elle pouvait rire et sourire sans avoir à se trouver une raison, une motivation.

Zeïlia déglutit lentement avant de s'approcher de quelques pas de l'enfant qui se mit à marmonner de bêtes excuses. Zeïlia voulut lui tendre la main pour l'aider à se relever, mais la jeune fille fut plus rapide qu'elle et se releva d'un seul coup, Zeïlia sursauta et l'observa gênée. L'écuyère voulue dire à la jeune fille que ce n'était pas grave qu'elle ne devait probablement pas avoir fait exprès, mais la jeune fille tourna les talons et s'apprêta à quitter et Zeïlia figea. Elle tendit finalement la main et attrapa l'épaule de la petite fille. Elle laissa échapper un " Attends! " Elle ne voulu pas vraiment dire cela, c'était plus calme ce qu'elle voulait dire, moins féroce et fort. Elle attendit que la petite se retourne vers elle pour la lâcher, se relever et calmement sourire.

- Comment t'appelles-tu dit moi?!


Zeïlia se rendit soudainement compte que ses paroles pouvaient êtres interprétés différemment. La petite pouvait facilement croire que Zeïlia lui demandait son nom pour porter plainte ou pour raconter à son futur Maître ce qu'elle avait fait. Zeïlia allait rectifier ses paroles, pour être plus clair lorsqu'elle entendit l'acclamation plus loin. Elle se retourna lentement, intriguée par tout ce bruit. Elle s'approcha alors de la scène, entraînant avec elle la jeune fille d'avant et son Maître pour aller écouté avec attention le discours du Roi Elthor. Zeïlia accompagna la foule criarde de ses applaudissements légers et discrets.

Le regard de Zeïlia perdit peu à peu de sa vitalité, elle redoutait depuis un bon moment ce discours, non pas parce qu'elle craignait de ne pas être adoubée, mais simplement parce qu'elle savait très bien qu'il y avait un sujet qui allait venir et c'était ce sujet qu'elle redoutait. Elthor baissa lentement les bras, faisant taire la foule, Zeïlia fut une des première à se calmer, ses yeux mi-clos scrutaient avec attention al foule et le Roi. Serait-ce la première chose dont il parlerait? Dirait-il quelque chose avant? En parlerait-il au moins? Serait-elle pointée du doigt par le Roi? C'était fort probable! N'était-elle pas la personne à blâmer? C'était sa faute et elle le savait mieux que quiconque, plusieurs lui en voudraient probablement jusqu'à leur mort et elle était certaine qu'Elthor était l'un d'eux. Il y avait aussi probablement plusieurs chevaliers qui lui en voulait et probablement plusieurs écuyers. Au fond, dans tous les groupes sociaux d'Émeraude, elle rencontrerait des ennemis, des être méprisants qui l,accuserait. Bien que c'était ce qu'elle méritait pour ses fautes, elle voulait tout de même que les gens aient une douce pensée pour la victime et non une pensée noire pour la coupable.

Elthor prit alors la parole, parlant de sa voix forte, impressionnante et imposante. Les mots coulaient de sa bouche comme un ruisseau descendant de la montagne. Les mots étaient choisis avec soin et dit d'une façon à ce que même les plus idiots en comprenne le sens voulu. La richesse du vocabulaire et impressionnante. Le Roi avait commencé avec les événements plus joyeux de la journée. Le rythme cardiaque de Zeïlia augmentait de plus en plus. Lorsque la foule acclama les chevaliers, Zeïlia ne bougea pas, une jeune femme immobile, le regard grand, affolé au milieu d'une foule en délire.

Le discours continua encore un peu, Elthor parlait du rôle des chevaliers, d'Émeraude et d'un tas d'autres choses plus ou moins importantes. Zeïlia commençait à se demander s'il en viendrait au sujet qu'elle redoutait. Une once d'espoir commença alors à se lire au travers de son regard émeraude. Serait-elle finalement épargnée par le Roi. Au moment où un premier sourire allait apparaître sur ses minces lèvres, sa tête voulu éclater.

Faux espoirs!

Elthor n'avait jamais eu l'intention de l'épargner, de laisser sa conscience tranquille, il voulait tout simplement l'achever! C'était comme tendre un morceau de pain à un itinérant jusqu,à ce que faiblement il tende les bras vers le morceau, un sourire béat sur le visage, des larmes de joie dans les yeux pour finalement se mettre à genoux devant lui et manger le bout de pain devant ses yeux en le narguant du goût du pain. C'était exactement la même situation. Les mots qu'Elthor avait prononcés agissaient comme l'être qui mangeait le pain représentant l'espoir de Zeïlia.

- ... Mais je tiens à vous faire part d’une dernière chose avant de vous ficher la paix une bonne fois pour toute.

Zeïlia aurait voulu se jeter à son cou, empêcher sa bouche de s'ouvrir, empêcher les mots suivants d'atteindre les oreilles de tous ces gens qui, dès qu'ils la croiseraient, lui lanceraient des regards noirs. Elle s'était peut-être préparée mentalement à cela, mais pas suffisamment pour y survivre. Elle craquerait, rapidement, c'était certain! Pourtant, malgré toutes les menaces, les supplications silencieuses qu'elle lança contre Elthor, les mots traversèrent tout de même sa bouche...

- Mes confrères et consœurs, aujourd’hui n’est pas uniquement qu’un jour de fête, aujourd’hui est également un jour de deuil. Cette journée marque la disparition de l’ancienne chef des chevaliers d’Émeraude, Lyra d’Émeraude.

Zeïlia sentit son coeur se fendre en millier de petits morceaux et éclater dans une explosion silencieuse. Tout ce qui l'entourait devint flou et sa tête lui tourna, pourtant, sa détermination à faire face à tout reproche l'emporta sur son envie de disparaître. Elle resta debout, fidèle à elle-même, cependant une détresse exagérée se lisait dans son regard émeraude. Elle remarqua même quelques rapides coups d'oeils noirs vers elle. Elle fit tout pour les ignorer, bien que cela fut difficile et lui demandât une grande quantité d'énergie pour se concentrer sur les paroles meurtrières d'Elthor.

- Longue vie à Lyra d’Émeraude et qu’elle demeure à jamais dans nos mémoires.


La foule éclata dans de grands cris. Tout le monde semblait ignorer Zeïlia, elle sentait pourtant une forte pression psychologique. Les villageois qui lui en voulaient, tous réunis semblaient la blesser sans le savoir. Zeïlia plissa les yeux avant de poser son regard sur le Roi. Bien que d'une certaine façon, il venait indirectement de l'attaquer, elle ne pouvait réellement lui en vouloir. Comment le pourrait-elle premièrement? N'avait-il pas souffert encore plus qu'elle de la perte de Lyra? Il avait même le droit de la condamner à mort s'il le désirait, elle ne lui en voudrait probablement pas, enfin, elle se disait qu'elle ne lui en voudrait pas. Elle espérait ne jamais lui en vouloir!

Zeïlia baissa la tête avec force, ses jointures virèrent au blanc et son coeur se mit à battre plus lentement. Elle abandonnait? Elle se laissait pointer du doigt sans rien dire? Sans se défendre? Non, pas exactement! Elle était plus en train d'accepter les reproche, la mort de Lyra était sur sa conscience depuis bien longtemps. Dès qu'elle était retournée dans son corps, reprenant vie, conscience de ses mouvements, elle s'était mutilée de l'intérieur, étant ainsi prête à n'importe quel argument agressant et accusateur d'un villageois, d'un écuyer ou d'encore un chevalier. Elle était donc capable d'accepter la décision de parler de Lyra du Roi.

Zeïlia ne bougea pas tout le long du cri des paysans, chevaliers, écuyers et élèves mélangés. Elle les observa pour finalement se retourner et avancer de quelques pas vers un coin plus reculé, accompagnant donc Isklive légèrement jusqu'au buffet où elle changea de direction pour aller encore un peu plus loin, sous un arbre qui avait perdu presque toutes ses feuilles. Il serait probablement bientôt coupé pour le remplacer par un arbre plus jeune, plus vif et feuillu. Zeïlia resta là, la paume contre l'arbre mort depuis bientôt plusieurs mois. Elle caressa ainsi l'écorce en silence, le regard vers le sol, les cheveux au vent. Ce fut un bruit de Isklive qui fit revenir Zeïlia à la réalité, elle n'était pas très loin à droite du buffet et pouvait donc l'entendre ainsi. Elle lui lança un de ces regards incompréhensifs.

* Mais qu'est-ce qu'il a celui-là?! *


La jeune fille fronça les sourcils. Elle s'apprêtait à envoyer un message télépathique à Isklive, lui demandant bêtement pourquoi il faisait ce genre de bruits tout seul dans son coin, mais elle commença par suivre le regard d'Isklive vers la foule. Elle commença d'abord par se demander s'il ne s'agissait pas d'une stupide bagarre entre deux paysans saouls, mais ravisa assez rapidement son avis en voyant qu'il y avait plusieurs cris de joie. Zeïlia allait tout de même envoyer son message télépathique à Isklive lorsqu'un nom parvint à ses oreilles ce qui la figeât sur place pour un bon moment.

- LYRA!

Le coeur de Zeïlia s'arrêta l'espace d'une seconde, elle arrêta tout aussi de respirer, à ses yeux montèrent des larmes et sans vraiment qu'elle n'en prenne la décision, son corps réagit de lui-même, relâchant toute l'énergie magique emmagasinée dans son faible corps. L'entourant tel un aura, l'énergie, restant invisible se rassembla devant Zeïlia en une grande tache magique qu,elle laissa partir à une vitesse folle en direction de la foule. L'énergie magique rasa le sol, contournant les gens pour passer à travers la foule pour finalement toute la couvrir, une a une, Zeïlia scruta les énergies et lorsque sa propre énergie se frotta à celle qu'elle avait tant de fois rêvée retrouver, Zeïlia rappela ses propres traces magiques. Elle enferma tout cela au fond de son âme alors que sa tête explosait des milliards de fois sans cesse. Comment devait-elle réagir? Celle qu'elle avait tout bonnement condamné venait de revenir au bercail!

Comment Lyra réagirait-elle lorsque apprendrait que Zeïlia avait tué une domestique?! Comment? Elle serait probablement en colère! C'était compréhensif, mais Zeïlia ne voulait pas cela. Elle se fichait bien que tout le monde la déteste, mais elle ne voulait pas qu'Elle la déteste! C'était la seule personne qu'elle n'aurait pas dû blesser! C'était la personne la plus importante dans tout l'Ordre d'Émeraude et c'était de Sa propre faute si elle avait passé près de mourir. Tout le monde se jetait sur Lyra en criant et en l'embrassant, Zeïlia ne pu que rester là, figée, complètement glacé et terrifié, elle avait peur de voir Lyra la chercher pour la frapper et lui dire de quitter Émeraude. Quitter Émeraude, cela, devait bien être la seule chose à laquelle Zeïlia n,avait pas eu le temps de se préparer, la mort, l'enfermement, tout cela était prêt dans sa tête depuis de longues semaines, mais devoir quitter le Royaume d'Émeraude était le pire des supplices pour elle. Elle avait fait sa vie ici. Elle était née à Émeraude, elle avait grandi dans ce Royaume sans le quitter pour de longues périodes. Bien sûr, elle avait passé du temps dans le Désert, mais c'était minime comparable au temps passé à Émeraude.

Zeïlia remonta lentement ses mains jusqu'à ses oreilles qu'elle serra avec plus ou moins de force. Elle se laissa choir sur le sol, le dos contre l'arbre. Son coeur battait la chamade, ses yeux étaient grands ouverts et de longues larmes sans joie ni tristesse coulaient le long de ses joues. Bien sûr, elle était extrêmement heureuse de retour de Lyra, mais... Il y avait un mais. Elle avait peur, elle tremblait de peur, elle pleurait de peur. Son âme se noircissait de peur, elle rêvait éveillée de sombrer dans les ténèbres profondes de la mort et pourtant, quelque chose l'obligeait à rester en vie. Mais quoi? Était-ce son rêve de devenir chevalier? Était-ce une promesse? Elle ne le savait pas et elle n'osait pas imaginer pourquoi. Son coeur la faisait souffrir, les plaintes de son âme la noyaient. Était-ce tellement terrible de revoir une personne influente? Logiquement, non. Était-ce parce qu'elle était émotivement instable qu'elle réagissait ainsi? Fort probable! Son coeur était déjà éclaté, comment pouvait-il devenir encore pire sauf en brûlant dans ses propres cendres? Son corps la démangeait, son coeur lui faisait mal, sa respiration la faisait de plus en plus souffrir...

Respirer...

* Respire! *


Zeïlia ouvrit grand les yeux, sa bouche en fit de même et elle laissa enfin l,air pénétrer ses poumons. Depuis quand avait-elle arrêter de respirer? Elle n'en savait rien, elle voyait des taches noires un peu partout, sa tête tournait, sa gorge lui faisait mal, l'air entrait comme un baume sur ses blessures pour quitter ses poumons, emmenant le mal avec lui. Elle manquait d'air. Ses mains quittèrent ses oreilles et les cris parvinrent de nouveau à elle. Elle déplaça ses membres à sa gorge et continua d'inspirer bruyamment. Pourtant, personne ne remarquait rien.

* À l'aide... *

Les cris continuaient, tout le monde était concentrés sur la belle scène de retrouvaille qui était en train de se dérouler sous leurs yeux. Tout le monde s'enquillait de comment allait Lyra. C'était maintenant au tour de la Coupable de souffrir après avoir fait souffrir la Victime. Zeïlia remarquant qu'elle était laissée à elle-même comprit rapidement qu'elle devait une fois de plus s'enfermer. Ignorer, quitter cet endroit dangereux qu'était le monde extérieur. Ne l'avait-elle pas fait durant près de 9 ans de sa vie? Elle en était encore capable! Reprenant lentement son souffle, le visage de Zeïlia se calma, les larmes de peur quittèrent progressivement son visage. Ses yeux rapetissèrent jusqu'à revenir à une grandeur normale, même mi-close. Elle se releva lentement lorsque son souffle fut normal. À ce moment-là, son visage exprimait encore de la peur, mais dès que sa respiration ne fit plus de bruit et qu'elle voyait clairement, la coquille qu'elle avait commencé à former se referma lentement autour de sa conscience, toutes émotions quittèrent son visage.

Le vent soufflait, les mèches rousses passaient devant son regard, lui donnant un air assez démonique. Non, ce n'est pas comme vous semblez le croire. La Sombre Zeïlia n'avait pas repris le dessus, c'était plutôt comme une troisième Zeïlia qui était revenue. La neutre, la calme, la sans réaction. Celle qui avait vécu le plus longtemps entre les trois possibilités de Zeïlia. La jeune femme s'aança alors légèrement vers la foule, mais s'arrêta. Son visage était calme, il n'y avait rien dans son regard sauf le calme et l'ignorance. La neutre était un peu comme celle qui ne sait rien et qui devra ignorer tout de son entourage. Elle n'est pas mise au courant des pensées ni de ce qui se passe dans la réalité. Elle est enfermée dans une petite pièce sombre où il n'y a rien à faire sauf regarder ses mains, ses pieds. Ou bien, encore, regarder le noir.

Zeïlia resta là quelques minutes jusqu'à ce que la foule se calme et laisse Lyra parler. Ce fut sa voix que Zeïlia entendit et pourtant, elle ne réagit pas, aucune réaction, rien. La Neutre ne connaissait pas réellement son existence alors, à quoi bon réagir d'une façon exagérément fausse, elle allait simplement rester comme cela, calme et faire ce qu'on attendait d'elle. Peut-être mentirait-elle quelques sourires, mais tout cela n'était que superficiel. Elle verrait en temps et lieu de toute manière!

- Je reste avec toi Elthor... Mais il faut terminé cette cérémonie ne crois-tu pas ? Beaucoup d’élève et d’écuyers attendent avec hâte la suite des évènements… Et d’ailleurs, j’espère que j’arrive à temps pour remettre l’armure à mes anciens écuyers ?

Zeïlia s'arrêta de marcher pour essayer d'apercevoir Lyra à travers la foule, sans réussir, tout le monde bloquait son champ de vision, la grandeur n'ayant jamais été son fort, elle était aveugle de cette façon! Mais peut-être était-ce mieux ainsi qui sait comment elle aurait réagit si jamais elle avait aperçu le visage de Lyra. Il y eu ensuite un autre discours long et que Zeïlia trouva vachement inutile. Elle observa la scène en silence et lorsqu'il y eu une acclamation, tout ce que Zeïlia trouva à faire fut: " Woo... Hoou... " étrangement sarcastique. Lyra n'avait-elle pas demandé à ce que l'adoubement et l'attribution se continue? Pourquoi fallait-il toujours ajouter des mots inutilement stupides et qui donnaient juste du trouble à d'autres personnes. Zeïlia soupira lentement et quelques paysans la dévisagèrent méchamment, mais qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ces " regards-là "?! Allaient-ils tous l'assassiner à coup de regards aujourd'hui?! Enfin, Elthor se décida à faire ce que tout le monde attendait depuis assez longtemps. Il invita tous les écuyers et leur Maître à monter sur scène. Zeïlia se dirigea vers là sans plus attendre, mais plus elle avançait plus elle se rendait compte qu'elle devait commencer à sourire un peu.

Changeant du tout au tout, le visage de Zeïlia passa d'une inexpressivité à un visage exagérément joyeux, elle ajusta ce surplus de joie un peu et ne fit que garder un sourire qui semblait presque réel, mais aux yeux de ces stupides paysans, elle avait l'air d'une écuyère totalement normale et heureuse qui allait être adoubée. Elle suivit les instructions d'Elthor à la lettre, laissant en la réelle Zeïlia tout de même un sentiment de fierté. Ce n'est pas parce qu'elle n'était pas totalement elle-même qu'elle n'avait pas le droit de se souvenir de ce bon moment. Elle était simplement elle-même, mais avec un masque d'argile sur le visage.

Tour à tour, ils vinrent s'agenouiller devant le Roi. Zeïlia en fit de même, diminuant légèrement le niveau de son sourire pour paraître un peu plus sérieuse. Elle récita de sa voix cristalline calmement le serment. Elle entendit quelques discrets commentaires, mais les ignora, enfin, elle ne fit que ne pas les écouter. Se concentrant surtout sur ce qu'elle devait dire. Elle s'approcha ensuite de son Maître qui lui remit ses armes. Un sourire gratifiant flottait à la surface des lèvres de Zeïlia. Bien que la Neutre était bien en place dans Zeïlia, elle ne faisait que camoufler les sentiments noirs et désespérés. Les sentiments plus heureux, Zeïlia s'en chargeait, elle ressentait assez de joie pour la laisser paraître. Sans prononcer mots et sans utiliser son esprit, les lèvres de Zeïlia bougèrent pour former le mot "Merci". La jeune femme quitta donc son Maître, allant enfiler ses armes à côté des autres nouveaux Chevaliers.

Lorsqu'elle reçu le message télépathique de Isklive, elle esquissa un mince sourire en cherchant du regard celui qu'elle avait toujours considéré comme son ami le plus proche. Elle le trouva assez rapidement et lui fit un énorme sourire franc. N'ayant pas vu Lyra encore, Zeïlia pouvait lentement reprendre le contrôle sans devenir folle et se mettre à perdre les pédales comme une poule sans tête. Elle évita d'envoyer un message télépathique comme réponse puisque Elthor reprenait son discours. La Neutre reprit alors le contrôle, Zeïlia ne voulant pas apercevoir Lyra et être surprise. La pensée que la Neutre eut, fut plutôt amusante, c'était un mélange de " Enfin " et de " Encore?! " Bien sûr, le encore voulant désigner le long et pénible discours. Zeïlia ignora une partie du discours, mais bien sûr, elle trouva dommage qu'il y ait eu certains élèves qui ne seraient pas attribués. Elle trouvait plutôt injuste aussi, elle ne voulait pénaliser personne, mais elle était certaine que de bons enfants obéissants et prêts à être attribués ne le seraient pas.

Elthor commença donc. Les noms défilaient les uns après les autres. Un premier couple fut créé, des rire, des cris, de la joie sortait de tout ce groupe de gens. Plusieurs groupes furent créés avant qu'il y en ait un qui retienne l'attention de Zeïlia, celui de Isklive. La jeune fille fit un grand sourire et commença tout bonnement à applaudir avec les autres chevaliers. Elle observa l'échange oculaire qui se fit entre Maître et Écuyer et trouva la scène plutôt amusante. Puis vint son nom. Zeïlia sursauta et fit un pas en avant. Elle devait bien être la plus petite des chevaliers. Peut-être pas la plus jeune, mais elle n'était vraiment pas grande, c'était assez comique à voir. Elle fut heureuse de voir une petite fille sortir, mais son coeur se figea lorsqu'elle recroisa le regard émeraude de la jeune fille. Le déclencheur? Elle l'était. Cette vision heureuse d'elle-même fit éclater sa protection en mille morceaux et Zeïlia se sentit mise à nu, elle observa tout de même calmement la jeune Lyllianna, sa protégée. Sa tête lui faisait mal, son sourire était toujours là, mais sa tête n'y était plus. Comment une simple petite fille pouvait avoir un tel effet? Était-elle devenue si faible. Pourtant, bien que sa protection psychologique fût éclatée, elle ne devint pas folle. Elle resta...

* Moi-même?! *


Puis vint le tour de Lyon, bien qu'il était un de ses amis proches, Zeïlia ne comprit que partiellement ce qui se passait. Elle ne pouvait lâcher du regard sa nouvelle protégée. Son coeur s'emballait. Allait-elle réagir ainsi à chaque fois qu'elle la verrait? Elle espérait que non, sinon elle ne serait probablement jamais capable d'être un bon Maître. L'attribution se termina assez rapidement, Zeïlia s'apprêta à chercher la petite Lyllianna le plus rapidement possible pour éviter toute situation où elle devrait parler avec Lyra, mais un élan de rage venant de la petite troupe attira son attention. Elle tourna la tête et vit l'étrange petit démon démolir tout sur son passage.

* Pas attribué?! *

Essayant de se souvenir des visages de la scène elle se souvint qu'il n'y avait pas apparut, bien qu,elle trouva cela dommage pour lui, elle fronça tout de même les sourcils. Pourquoi réagissait-il de cette façon? S'il n'avait pas été choisit, il n'avait qu'à travailler toujours plus fort pour être attribué! Devait-elle être soulagée que cet enfant ne soit pas choisi?! Quel genre de chevalier cela deviendrait-il? Elle avait entendu des rumeurs comme quoi cet enfant était démoniaque et détesté de tous. Étaient-ils semblables au fond? Non. Pour elle ce n'était qu'un événement, pour lui, cela semblait plus venir de son apparence et des actes répétés. Peut-être lui parlerait-elle un jour. Elle l'espérait, peut-être s'entendraient-ils assez bien. Qui se ressemble s'assemble n'est-ce pas? Bien que différents, elle leur trouvait des points communs assez facilement. Zeïlia allait lui envoyer un message télépathique lorsqu,elle vit Lyra se jeter à ses trousses. Un frisson la parcourut et elle se résigna à laisser la chef s'en occuper, peut-être le comprenait-elle elle aussi, bien qu'elle était aimé de tous contrairement à eux deux!

À la place, elle chercha du regard la jeune Lyllianna, elle ne fut pas très difficile à trouver, une petite tête rousse. Zeïlia se dirigea vers elle, gentiment et calmement, gardant tout de même une partie de son esprit sur l'autre sauvage qui se défoulait sur tout ce qu'il trouvait. Lorsqu'elle arriva finalement à sa protégée, Zeïlia l'évalua d'un oeil serein. Elle devait se souvenir de toutes les caractéristiques de la jeune fille. Enfin, ce ne fut pas très difficile, elle n'avait qu'à se regarder dans un miroir pour décrire la petite fille. Elle posa sa main sur la tête de Lyllianna et sourit gentiment.

- Enchantée! Je ne dirai pas tout de suite que je suis fière de t'avoir ma chère!


Zeïlia l'observa d'un air moqueur et évaluateur, elle essayait de voir de quelle façon elle allait réagir à cela, mais ne voulant pas se taper une crise de colère ou de pleur, elle ajouta tout de suite, avec un ton plus doux et plus compréhensif.

- Je dois apprendre à te connaître avant, ensuite je verrai si je suis fière! Mais je peux te dire tout de suite que je suis très contente de t'avoir, ça ne sera pas très difficile te retrouver. On se ressemble beaucoup, tu dois l'avoir remarqué! Je n'aurai qu'à me chercher et te voilà!


Zeïlia éclata de son rire cristallin en laissant son esprit voguer jusqu'à Hayden, rendu dans la forêt?!! Ils n'avaient que trois ans de différence et pourtant, elle avait l'impression de voir un enfant. Lyra semblait avoir le contrôle de tout. Elle reposa son regard sur Lyllianna, enleva sa main et inspira avant de parler.

- Tu as deux choix qui s'offrent à toi. Mais je crois déjà connaître celui que tu vas prendre. Donc premièrement, rester avec moi et me suivre comme un chien ou sinon, aller voir tes amis. Personnellement, je te conseille la deuxième option, tu n'auras plus beaucoup de temps pour les voir à partir de demain! Alors...?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t3696-zeilia-d-emeraude
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Mar 13 Oct 2009, 10:19

Une femme brisée, une femme détruite, voila ce qu'était la chevalière devant son écuyère. Elle était rongée par le remord, un remord indescriptible. Le remord d'avoir échouée, le remords d'avoir laisser à son ennemie la joie de détruire l'innocence d'une envoie. Le remord d'avoir laissée à l'ennemie leurs chef à tous, Lyra. Amyxa n'avais plus voulu vivre, mais avait continuée, pour Zeïllia. Elle voulait pleurer, elle voulait s'enfuir. Un jour encore et elle pourrait disparaître. Tous cela s'arrêteraient. Elle avait donnée quelques mots à Zeïllia, elle aurait méritait un maître tellement plus compétent...

L'écuyère comme le maître se regardèrent un instant, un instant ou tout fut échangée dans un regard brillant. Puis enfin le silence qui avait fait place fut brisée par la voie rauque de Zeïlia, une voie réaliste, une voie qui ne laisser pas place au mensonge. Cette voie fit friponnée le Maître, elle n'était pas Maître, elle n'était rien... Pourquoi la considérait t-on encore comme un chevalier ? Elle qui avait faillit à plusieurs reprises. De nouveau mots, qui malgré la déchéance d'Amyxa la touchèrent, profondément. Aucun sourire n'apparut sur son visage mais elle comprenait la reconnaissance de Zeïllia... Pourtant, une certitude restait encrée, elle aurait put être meilleurs, elle n'aurait pas du échouer. Leurs mains se touchèrent dans un ultime contact. Zeïllia était à présent une chevalière, elle n'était pas sa sœur d'arme puisque l'hybride continuée de ce considéré comme une ratée. Elle ne pouvait plus portée un grade aussi important. C'était impossible.

Pourtant, son regard ne put qu'exprimer le remerciement et la fierté, oui surtout la fierté d'avoir eu une apprenti comme Zeïllia... Un jolie bout de femme qui avait déjà tellement souffert. Puis plus aucun lien. La disparition de tout. Zeïllia avait était percutée par une enfants lâchant ainsi les mains de l'hybride. Le temps des paroles était à présent terminée. Amyxa se décala à l'écart de la foule. Le cœur n'était pas à la fête, il n'y était plus depuis longtemps. Son erreur avait pesée sur chaque épaule de l'ordre, sur chaque épaule d'Enkidiev. Son erreur avait détruit un symbole, une femme : Lyra.

La voie de Elthor se fit alors entendre. Le roi, elle l'avait rencontrée il y a cinq ans, elle s'en souvenait encore. A cette époque Lyra était encore parmi eux... A cette époque... Mais à présent, elle n'était plus, au grand désespoir d'Amyxa, elle avait causée trop de mal par son erreur, beaucoup trop. Depuis ce jours, elle avait perdue le sommeille, trop de peur, trop de risque. Elle ne voulait pas faire une nouvelle erreurs, elle ne voulait pas qu'une personne lui soi enlevée. Elle qui était arrivait sans nom et sans famille, elle qui avait était accueilli, comment avait t-elle pu laisser souffrir les seuls personnes qui lui était importante... Elle était si mauvaise, si pitoyable.

Les chevaliers méritait l'ovation du publique. Elle non. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle se tenait à l'écart. Elle ne méritait pas tout cela, elle ne valait plus rien. Elle ne valait pas plus que ce paysans qui cultivée son champ tout les jours, pas plus de cette tavernière qui nourrissait les passants. Elle n'était rien. Elle n'était qu'un fardeaux, qu'un défauts. Les paroles du Roi lui rappelait pourquoi elle avait tant désirée faire partie de cet ordre, pour trouvée une famille, pour protégeait cette terre. Une larme perla au coin de son œil pour rouler sur sa joue, suivit d'une seconde, silencieuse. Elle avait échouée son rêve n'était qu'un cauchemar elle n'avait plus sa place ici.

Puis la suite du discourt. Moins enthousiaste, plus triste. Aujourd'hui marquait la perte de leurs chef à tous, la perte de Lyra. Tout était sa faute, Amyxa ne se le pardonnerait jamais. Elle aurais dut être à sa place, elle aurait dut mourir pour les protégeait tous, pour rattraper son erreur. Mais elle en avait était incapable... était t'elle capable de quelques chose en réalité ? La chevalière voulait mourir à cette instant même. Elle n'avais pas sa place. Trop de douleur. Trop de souffrance. Elle n'était plus de son monde, elle n'avait rien à faire ici. Pourtant, il fallait encore attendre un peu, un instant, le temps d'adouber Zeïllia. Elle disparaîtrais lorsque les festivité commencerait. Longue vie à Lyra d'émeraude... Elle ne pouvait dire ses mots, il lui donnèrent même la nausée. Lyra n'aurait pas du disparaître. Jamais... L'hybride donnerait tout ce qu'elle avait pour que Lyra soit la à présent.

Les discutions reprirent de l'ampleur peu à peu en attendant le moment des attributions. Puis un murmure parcouru l'assemblée. Colportée peu à peu Amyxa put percevoir cette agitation. Comprendre. Lyra était de retour. Possibilité ? Impossibilité ? Amyxa ne savait plus, peut être était-ce un rêve. Se déplaçant doucement avec la foule, elle put alors l'apercevoir. Lyra, leurs chef, la jolie rousse. Elle était de retour. Le flots de larmes s'intensifia peu à peu dans les yeux noirs d'Amyxa, il avait perdue toute teinte depuis son retour. Une intense brûlure dans le corps, comme si ses poumons se réouvrait après un an sans avoir put respirée. Un soulagement, Lyra était revenue. Lyra était parmi eux. Les genou de l'hybride tremblèrent, puis elle s'effondra. Simplement. Trop d'émotions ? Lyra était de retour...

La joie n'était pourtant pas présente, seul un soulagement minime... Elle avait dut tellement souffrir durant cette année que Amyxa ne pouvait pas être heureuse. Elle continuerait à s'en vouloir toute sa vie de ne pas avoir agit, de ne pas avoir su protégée celle qu'on lui avait confiée. Puis peu à peu, la foule s'écarta pour laisser passer le couple, Elthor et Lyra enfin réuni. La rousse était perdue et Amyxa ne pouvait pas s'empêcher de s'en vouloir. Doucement, elle prit appuie sur le sol pour se relever... Elle c'était tellement hais... Comment pouvait t'elle reprendre confiance en elle en un instant ? Amyxa n'avait pas la force d'aller parler à son chef, elle n'avait que la force de se tenir debout et de regarder. Rien de plus.

Elthor, accompagnée de Lyra reprit la parole. Il était temps de procédé aux adoubement. Amyxa trouva la force de bouger, un pas, puis un autre. Elle devait se rendre sur l'estrade. Elle devait adouber Zeïllia. Le contours de ses yeux était rougit, elle ne trouvait pas la force de sourire. Pourtant, elle était présent, ici sur l'estrade, devant tout Enkidiev... Elle ne le méritait pas. Pourtant, tel une machine, elle remit à Zeïllia son nouvel équipement. La regardant une nouvelle fois, la félicitant.

Puis ce fut le tour aux élève d'être attribuée. Jeune enfants qui attendait impatiemment cette instant. A cette instant, Amyxa n'espérait qu'une choses, qu'elle n'aurait pas d'écuyer. Elle ne voulait pas, elle ne pouvais plus... Même si son cœur c'était réouvert depuis l'arrivée de la rousse, les blessures était trop ancrée pour cicatrisée si rapidement. Pourtant, son nom apparut en deuxième, précéder de celui d'Esper. Les yeux de l'hybride se fermèrent dans une expression de tristesse. Qu'allait t'elle faire ? Elle ne pouvais plus, elle n'était plus capable... Elle ne méritait plus d'être chevalier... Pourtant... Les autres semblait considéré le contraire.

Forte. Elle devait être forte. Des yeux, elle chercha l'enfant qui lui avait était assignée. Son visage n'affichait toujours pas le moindre sourire, ses yeux était sombre, mais elle cherchait. Un sourire sur des lèvres pales, une euphorie sans nom. Un nouveau rêve. Le cœur d'Amyxa se brisa. Une nouvelle fois. Forte. Elle devait être forte. Pour cette nouvelle apprentie. Pour cette nouvelle jeune fille. Elle n'avait pas le droit de lui briser son rêve pas une nouvelle fois. Elle avait faillit dans le sien, ce n'était pas une raison pour gâchée celui des autres.

L'adolescente arriva devant elle, s'inclina en la saluant d'un ton confus. Amyxa la regarda un instant. Un nouvel écuyer... En serait-elle capable ? Elle ne savait plus. Son corps amaigrie, ces cernes, son visage froid, ses cheveux mal coiffée, ses yeux d'un noir des plus sombre. Tout prouvée qu'elle n'était plus rien, qu'une ombre, qu'elle n'avait plus sa place ici. Pourtant, elle devait jouer le jeu, pour cette jeune fille. Être forte. Elle avait toujours était forte. Se ressaisir, pour Esper. Toute son attention était déviée sur la jeune fille. Un soupire. Prendre la parole, ne pas rester devant cette enfant qui ne comprendrait pas. Parler. Faire murir le rêve de cet enfant, l'emmener à maturation. Un couinement. Le regard sombre de la chevalière dériva sur le coup de l'enfant. Une autre vie, une fourrure blanche, une hermine. Puis enfin, les mots décidèrent de passer. D'une voie faible, Amyxa parla à sa nouvelle écuyère.


-"Bonjour... Esper..."

Elle ne pouvait pas dire qu'elle était enchantée. Elle n'était pas capable de parler. Trop d'émotion. Trop de sensations. Elle n'était plus capable de rien. Elle était perdue. Elle qui voulait mourir devait vivre... encore un peu.. pour cette enfant si joyeuse... encore un peu pour ne pas détruire une autre vie... Pourtant, elle ne pouvait pas rester sur cette simple phrase. Un autre effort, un simple effort. Puis de nouveau mots.


-"Profite de cette journée... Rejoins tes amis..."


Pourtant, une peur s'infiltra dans l'esprit de la chevalière. Si un nouveau malheur arrivée... elle ne pouvait le permettre... Non... Elle ne voulais pas. La peur s'empara d'elle à nouveau, broyant son ventre... Ses yeux rougit semblèrent brillait de nouvelle larme qui arrivait. Forte ! Elle devait être forte, encore quelques secondes. Sa voie était rauque, cachant mal ces émotions.


-"Profite, Esper, mais ne quitte pas l'enceinte du château."


Elle voulait la surveillée. Non pas pour l'espionner, mais simplement pour être sur qu'elle ne courrait aucun risque. Elle devait être prudente. Elle se détourna alors de sa nouvelle écuyère. Trop de sentiment. Trop de chose. Elle devait faire le point. Se retrouver. Se préparer. Pourtant, elle ne pouvait partir sans un mots. Se détournant à nouveau, elle regarda l'enfant.

-"Je ne serais pas loin de ma chambre, rejoins moi y quand tu le voudra... Nous commencerons à travailler demain."

En était-elle sur ? Non. Elle ne savait absolument pas si elle aurait la force de travaillée demain. Elle ne savait plus rien. Elle était perdue. Faire le point. Oui. Elle verrait ensuite. Se détournant de son écuyère, elle se dirigea vers le château. Vers le calme. Vers elle même. Pourtant, une partie de son esprit continuait de surveillée la nouvelle âme à sa conaissance. Celle qu'elle devrait protégeait et cette fois, elle mourait pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Mar 13 Oct 2009, 19:12

C’était plus qu’impossible.

Comment pouvait-on disparaître au-delà de deux moissons et revenir frais comme la brise? La disparition de Lyra d’Émeraude n’avait pas rapprochée tous les chevaliers. Au contraire, plusieurs membres de l’Ordre s’étaient refermés sur eux-mêmes et un froid était apparut autour d’eux. Les gens ne souriaient plus comme dans le bon vieux temps et les blagues se faisaient plus rares. Le chef de remplacement n’avait pas organisé de grande quête, aucune mission de repêchage, ni même de sympathie. Le château d’Émeraude semblait appartenir à une gloire passée. Les servantes qui y étaient semblait le seul mouvement, aussi répétitif soit-il, jusqu’au village. Les chevaliers s’entraînaient parfois avec leurs écuyers à l’extérieur, mais la plupart étaient d’avantage laissés à eux-mêmes.

C’était tout de même étrange de songer que Drace l’avait laissé repartir comme cela. Cela n’était pas son genre de laisser aller ses victimes, intactes, retrouver leur terre d’accueil. Lyra devait être chamboulée. C’était soit elle, ou soit que le dieu déchu préparait quelque chose. Quelque chose de malsain. Un frisson parcourut l’échine de Louan. La dernière fois qu’il avait vu l’être, c’était pour se jurer qu’il paierait pour les crimes qu’il avait commis. Maintenant, le maître-magicien se demandait sérieusement si sa promesse en valait la chandelle. Le dieu, lui était déjà mort. En fait, il n’avait jamais été vraiment vivant. Aucun amour à témoigner, aucune sympathie pour personne. Ça devait être triste de ne toujours compter que sur soi-même et sur la prochaine victime qu’il capturera en son fief…


-Citeo, Si Louan sera celui en qui tu devras placer toute ta confiance.

Entendre son nom fit sortir le jeune homme de sa tête. Longtemps il avait attendu le moment où, tout souriant, il recevrait son premier écuyer. Mais il comprit qu’il n’en serait rien aujourd’hui. Déjà, l’homme songeait à autre chose. Très vite, le chevalier avait deviné qu’avoir un écuyer était sa dernière priorité. Il devait par contre se conditionner afin d’être persuadé que son écuyer ne manquerait de rien et aurait toute sa concentration…

*Allez, mon vieux. Concentres-toi. On s’en contrefiche de tes problèmes. Lyra aussi devait en avoir, mais elle t’a accepté à bras ouverts. Sourit, c’est l’un des beaux jours de la vie de ce garçon…*

Louan releva la tête et chercha son écuyer des yeux. En lui se nourrissait une certaine hâte de le voir. C’était tout de même avec lui que l’homme passerait les cinq années prochaines de sa vie. Kysilin lui manquerait. Mais, après l’adoubement de ce Citeo, ils pourraient être ensembles. Ça n’était qu’une question de temps…


-Bonjour, Je suis Citeo vôtre nouvel écuyer... Je voulais juste vous saluer car je vais maintenant partir mais je voulais que vous sachiez qui j'étais...

C’est en voyant détaler la petite tête brune au loin que l’homme commença à se poser des questions. À peine le jeune garçon était arrivé pour le voir, déjà il était repartit. Pour son âge, ce Citeo semblait plutôt grand. Grand, aux cheveux bruns et posé. Le portrait tout craché de Louan à cet âge. La différence, était que le chevalier ne voulait jamais quitter son maître. Jamais il ne se serait présenté sans révérence. Au maître-magicien, cela ne faisait aucune différence s’il y avait des marques flagrantes de respect ou non. Seulement, si Louan et son écuyer serait appelés à l’étranger, il serait important que Citeo apprenne les bonnes manières. Il serait bien de travailler un peu là-dessus…

** Pardonnez moi d'avoir manquer cette dernière année... Mais sachez que je suis si fière de vous deux... Louan... Kysilin. Si vous savez combien j'aurais voulu revenir plus tôt et terminer votre apprentissage. Au moins ... Je suis enfin là pour votre adoubement. **

Entendre pour la première fois la voix de son ancien maître depuis des lustres fit sourire le jeune homme. Tant de fois il avait rêvé à la disparition de son maître. Mais jamais il n’y avait eut cette pointe d’espoir que peut-être, un jour, elle reviendrait en parfaite santé juste à temps pour lui remettre cuirasse et épée à lui et Kysilin, son âme-sœur. Une main se posa sur son épaule. C’était l’ancien chef, qui lui souriait à pleine dent.


- Te voilà maintenant mon frère d'arme Louan. Je suis heureuse et fière de te considérer comme un membre de ma famille. Maintenant nous voilà au même rang ... Te voilà enfin un chevalier d'Émeraude. Tu es digne et tu mérites de porter cette armure. Je suis fière de toi.

Louan était aux anges. Non seulement son maître était revenu mais en plus Lyra était fière de lui. Ne sachant trop que dire, l’homme baissa la tête en lassant les sangles de sa nouvelle armure. Il souriait, il avait les joues roses mais il était heureux comme jamais il ne l’avait été depuis une année. Ensuite, le chef s’adressa à sa compagne. Le maître-magicien aussi avait remarqué combien la princesse d’Opale avait changé depuis qu’ils étaient élèves. Sa véritable identité avait prit le dessus, même si quelque fois le jeune homme avait plus l’impression d’être avec son meilleur ami que son âme-sœur. Mais le chevalier l’acceptait ainsi. Il aimait autant l’un que l’autre et les moments avec elle étaient précieux.

Concentration. Concentration. Concentration.

Pour l’aider à garder le focus sur ce qu’il faisait au moment, Louan décida d’entrer en contact avec son nouvel écuyer. Son premier écuyer.


**Profites de ta soirée, Citeo. Festoies avec tes amis et apprend tu maigre temps que tu passes avec eux. Nous ne commencerons qu’à midi demain. J’ai…des choses à vérifier. Tu trouveras ma chambre parmi les autres, dans l’aile des chevaliers.**

À ce dernier mot, l’homme coupa le contact. Cependant, il mit le don qu’il avait braqué sur son jeune apprenti, histoire de l’avoir à l’œil. Maintenant que l’écuyer avait une partie de la conscience du maître, celui-ci se permit un congé. Après un bref clin d’œil à sa compagne, il envoya un message télépathique à son ancien maître disparut de la scène ainsi qu’à son âme-sœur non loin de lui.


**Je suis libre jusqu’au zénith demain. Contactez-moi lorsque vous voudrez discuter un peu…**

Tout doucement, il s’arrêta. Puis, marcha un peu jusqu’à retrouver ses nouveaux frères et sœurs d’armes. Il approcha d’Isklive, lui donna une claque dans le dos avec ses légères félicitations. Pareillement pour Lyon. Ce fut plus compliqué pour Zeïlia. C’était elle qui avait trahi. Elle qui avait renié l’Ordre pour un dieu qui n’avait rien d’autre à faire que de torturer bon nombre de gens. Louan ne pouvait entretenir autant de liens avec elle qu’il l’avait fait pour les deux autres hommes. Le garçon se contenta simplement de bafouiller un petit bravo et continua son chemin. Après avoir félicité tous les écuyers et chevaliers, le maître-magicien prit place dans les estrades et regarda ses confrères, menton dans les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Mer 14 Oct 2009, 12:47

Esper baissa doucement les yeux en se sentant un peu mal à l’aise maintenant. Quoi qu’il en soit, durant l’attribution, Citeo était venu s’arrêter en face d’elle pour lui parler. Leurs chemins allaient se séparés ? Peut être, mais qui pouvait en être sur, après tout, d’ami, il passerait frère et sœur d’arme d’ici quelques années, en plus de l’être déjà de cœur… Elle lui avait sourit et avait hocher la tête, lui aussi il était comme un frère pour elle, plus encore que ses frères et sœur de sang qui, pour le plupart ne connaissait même pas son existence. Quand Citeo la pris dans ses bras, il lui rendit doucement son étreinte en souriant.

« Courage à toi aussi Citeo ! »


Puis, elle l’avait regarder s’éloigné vers d’autres élèves. Alors, la jeune fille à la blanche chevelure était allé chercher son Maître parmi les rang des Chevaliers en pensant encore à ce que son ami avait pus lui dire. Quand enfin elle avait trouver son maître, cette dernière lui sembla ne pas vraiment être dans son assiette et aussitôt, l’écuyère récemment adoubé eut envie d’aider son maître si cela lui était possible. Elle sentait la culpabilité de son nouveau maître grave à son don d’empathie, mais elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Cependant, elle ne lui poserait pas la question, pas tout de suite, elle ne voulait pas faire de faux pas dès le premier jour… Elle s’était donc contenté de se présenter à son nouveau maître en toute discrétion et en tout politesse. Esper plissa doucement les yeux, cherchant quoi dire maintenant. Elle ne savait vraiment quoi lui dire en faire et elle tremblait un peu sous l’appréhension quand à ce qui pourrait advenir par la suite. Son maître lui demanda alors de profiter de sa journée avec ses amis. Des amis, elle n’en avait pas beaucoup, mais rien ne l’empêchait de profiter de la soirée maintenant… Après tout, cette fête était en leur honneur n’est-ce pas ? La fillette haussa les épaules chassant ses pensées dans son esprits, autant que possible, elle comptait bien profiter de la fin de la journée. Autant qu’elle le pouvait, même si elle ne savait pas encore comment elle allait en profité…
Son maître lui avait alors dit de ne pas quitter le château, alors elle avait hocher la tête et s’était un peu inclinée devant elle. C’était son premier devoir en tant qu’Ecuyer d’obéir à son Maître alors elle ne quitterait pas le château. La jeune fille avait alors hoché la tête avant de tourner son regard vers la foule, ses yeux pales brillant légèrement. Voilà, elle était Ecuyère, elle avait enfin sa place quelque part. Un sourire s’étira sur ses lèvres, puis, elle hocha doucement la tête en regarda à nouveau le Chevalier qu’elle devrait suivre durant les années à venir et qui ferait son éducation au combat.


« Bien maître Amyxa… »


Souffla simplement la jeune hybride avec un petit sourire posé sur les lèvres Elle s’inclina doucement dans sa direction, puis, elle regarda autour d’elle et vit son maître se diriger vers le château. Alors, Espere la regarda et caressa doucement la fourrure de la petite hermine qui était encore enroulée autour de son cou. Cette dernière lui mordilla affectueusement l’oreille, elle paraissait partager le soulagement de l’Ecuyère.

[Arf c’est nul]
Revenir en haut Aller en bas

Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-