___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
#Elthor
♯ Staff's slave
♯ Staff's slave
avatar
Nombre de messages : 1371
Date d'inscription : 17/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: 105 - 110 ans [G18]
Rôle: Ex Chevalier d'Emeraude à la retraite - Ex Roi d'Emeraude
MessageSujet: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 11 Sep 2009, 19:24

Elthor était installé sur l’un des bancs d’une des multiples estrades qui avaient été spécialement érigées pour l’occasion. Le soleil était au rendez-vous et c’était l’un de ces après-midi où la chaleur était insupportable. Cela faisait depuis l’aube qu’il travaillait alors il avait bien droit à quelques minutes de repos. De grosses goutes de sueur perlaient son front et sa respiration était saccadée. Cherchant à retrouver son souffle, il se leva debout et inspira une grande bouffée d’air par sa bouche. Ses poumons l’en remercièrent et il descendit de l’estrade pour se remettre au boulot. Plusieurs personnes s’étaient mobilisées pour cet événement inoubliable, mais les bénévoles étaient majoritairement constitués des gardes et des servantes du château, bien que plusieurs paysans avaient insisté pour venir leur prêter main forte. Bref, tout cela pour dire qu’il y avait une quantité astronomique de personnes regroupées dans la grande cour du château et on avait de la difficulté à y circuler sans bousculer quelqu’un au passage. Elthor alla aider des gardes à soulever des poutres qui serviraient de support pour la scène principale là où le sort des élèves et des écuyers allait se jouer dans les prochaines heures. Les préparatifs allaient très bientôt être achevés et les réjouissances pourraient commencer dans un peu moins d’une heure si tout le monde continuait de travailler à ce rythme. Le roi parcourut la grande cour du regard et il sourit devant le spectacle qui s’offrait lui. Les gens affluaient de part et d’autre et chacun s’investissait pour que tout soit parfait. On aurait pu les comparer à une colonie de fourmis qui s’entassaient les unes et les autres dans une fourmilière et qui travaillaient ensemble en coopérant.

Le roi se dirigea vers une sorte de table qui servait également de présentoir et sur laquelle avait été placée de la nourriture en quantité industrielle. Elthor tendit la main pour prendre une miche de pain frais et il en huma l’odeur. Son ventre lui criait de la dévorer, mais il la redéposa là où il l’avait prise, se disant que les paysans et les villageois en seraient bien plus sustentés. De très jolies fleurs de toutes les couleurs avaient été dispersées un peu partout afin d’embellir l’endroit et afin d’y rajouter un peu de vie. Des rubans en soie colorés de plusieurs teintes de vert étaient accrochés entre les tables et entre toutes choses sur lesquelles on pouvait les suspendre. Tout avait été disposé de sorte à ce que le centre de la grande cour soit libéré afin que l’on puisse y danser et s’y amuser une fois les attributions terminées. De toute façon, la grande cour était si vaste que la place disponible l’était elle aussi et Elthor ne craignait pas qu’elle soit surpeuplée. C’était la dernière de ses préoccupations pour l’instant.

Le long des côtés gauches et droits de la grande cour, on avait disposé tous les présentoirs des commerçants et on y avait également mis des articles de tous genres. Dans le « rayon alimentaire » il y avait des pâtissiers, des boulangers ainsi que des cuisiniers qui offraient de la nourriture gratuite ou encore pour une somme modique. Il y avait des bijoutiers, des costumiers pour ceux ou celles qui voulaient profiter au maximum de la fête, des armuriers, des forgerons, des tailleurs, des menuisiers, des joailliers. Bref, ce n’est pas la diversité qui manquait. Il y avait également un buffet où n’importe qui était libre de se servir ainsi que deux arènes de joute à l’épée. L’une d’entre elles était réservée à l’usage exclusif des paysans tandis que l’autre était pour les chevaliers, les écuyers et les combattants chevronnés. Des tournois seraient organisés parmi les participants et les vainqueurs se verraient attribués des prix. Ces prix constituaient en une somme d’argent pour les paysans (les trois qui ressortiraient premier auraient chacun droit à un montant) et pour les chevaliers et les écuyers c’était plus particulier. En plus de se mériter le prestige de ses camarades et du peuple d’Émeraude, le vainqueur aura le mérite d’affronter son roi en combat singulier. Bien que ce ne soit pas véritablement un prix, ce serait la seule fois de sa vie où il serait autorisé à mettre une raclée au roi sans qu’il n’ait à subir des conséquences pour ses actes. Bref, pour certains cela pouvait être une satisfaction personnelle alors que pour d’autres cela pouvait se résumer en un divertissement incomparable. D’une manière ou d’une autre, Elthor en ressortirait probablement perdant, mais c’est justement ce qui rendait la chose amusante. Après tout, ce n’était pas à tous les jours que l’on pouvait assister à un pareil spectacle alors c’était un incontournable. Les tournois et la plupart des festivités se dérouleraient après les attributions des écuyers et des élèves concernés.

Au bout, une immense scène avait été emménagée pour les adoubements ainsi que les attributions. Les écuyers y monteraient à tour de rôle pour être proclamés chevaliers, suivis ensuite par les élèves que l’on confierait à des chevaliers pour qu’ils puissent commencer leur apprentissage en tant qu’écuyers. Les épées ainsi que les ceinturons des futurs écuyers avaient été rassemblés sur de longues tables qui se trouvaient elles aussi sur la dite scène. Cette année, le banquet se donnait à l’extérieur et tout le monde (les villageois y compris) y étaient conviés. Il y avait des tables sur la scène, lesquelles accueilleraient les nouveaux et les anciens chevaliers ainsi que leurs écuyers lorsque viendrait le temps de se mettre à table. Il y en avait également de nombreuses parsemées un peu partout dans la grande cour qui permettraient aux paysans et aux autres invités de s’asseoir pour se régaler de leur repas dans le confort et en toute tranquilité.

Tout près de la grande scène se trouvaient des estrades qui pouvaient contenir jusqu’à près de mille personnes et qui donnaient une vue complète sur la scène pour ceux et celles qui ne voudraient rien manquer de l’événement.

Elthor voulut aller voir où en étaient rendus les gardes avec l’installation de la grande scène, mais il se ravisa lorsqu’il constata, à sa plus grande surprise, que le travail avait déjà été complété. Une servante s’approcha de lui et elle l’avisa que tout était fin prêt pour le début de la cérémonie.


- Bon travail, dites à la vigie d’abaisser le pont levis et de faire entrer les villageois et dites aux chevaliers, aux écuyers et aux élèves qu’il ne manque plus qu’eux pour que l’on entame officiellement les célébrations.

Elthor remercia la servante et il alla s’asseoir dans son trône, regardant la grande cour se remplir à vue d’œil. Malgré l’atmosphère festive qui régnait, le roi était inconsolable, même s’il n’en laissait rien paraître. Il aurait aimé pouvoir affirmer que l’esprit était à la fête, mais c’était loin d’être le cas. Du moins, ce ne l’était pas pour lui. Pourquoi ? Cela faisait maintenant plus d’un an qu’il était sans nouvelles de Lyra d’Émeraude, la femme dont il est amoureux, l’ancienne chef des chevaliers, car oui, il prévoyait nommer un nouveau chef aujourd’hui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Hayden

avatar
Nombre de messages : 868
Rôle : Renégat recherché & ex Chevalier & ex Roi d'Emeraude
Âge du personnage : 78 - 83 ans [G18]
Date d'inscription : 25/07/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 78 - 83 ans [G18]
Rôle: Renégat recherché & ex Chevalier d'Emeraude & ex Roi d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 11 Sep 2009, 19:44

La nuit avait été si pénible. Une sale nuit que on préférerait oublier. L'attente interminable du levée du soleil était attendu par tout l'ordre. Se sale soleil qui refusait de montré le bout de son nez, il prenait tant son temps que Hayden lui aurait dit sa façon de penser. Appuyé contre sa fenêtre depuis quelques heures, il attendait son levée pour descendre quand le signal du début de l'événement sonnerait. Aujourd'hui s'était le jour ou le destin allait montré ses cartes. S'était le jour le plus attendu de son existence. Le plus beau jour de sa vie, le jour de son attribution. Dans quelques heures seulement il deviendrait un écuyer. Il aurait l'honneur d'accompagner un chevalier dans toute ses missions et apprendre de lui. Il espérait de tout son coeur avoir Lyra. Il ne l'avait jamais vraiment vu à l'action, mais être avec la chef des chevaliers étaient un énorme honneur, mais il y avait un énorme problème, elle était porté disparu. Il s'était entrainer si durement que ne pas l'avoir serait un échec. Il y a 5 ans, il avait décidé de débuter son entrainement. Il en avait plus qu'assez d'être un faible et un minable. Prenant une bonne musculature, il devenu un adolescent impressionnant, le portrait cracher de son père à l'époque, si seulement il aurait pu être fier de lui, mais la réalité était tout autre. Sans vraiment savoir comment se placer, il avait tourné dans son lit toute la nuit. Il n'arrivait pas a fermer les yeux. Ses yeux restaient ouvert obstinément, il ne ressentait aucune fatigue. Alors, il s'était levé et placé sur le rebord de sa fenêtre pour bien observer se soleil se lever. Il avait passé la journée passé a marcher dans la ville, il avait insister pour être seul, il voulait vraiment penser seul cette journée là, demain tout changerait pour toujours. Il avait essayer de s'épuiser, il savait bien qu'il n'arriverait pas a dormir, il tremblait déjà. Il aurait voulu sortir de sa chambre et se rendre à l'attribution dès maintenant, mais il gâcherait l'effet de surprise de la journée. Il tenait vraiment à cette effet de surprise, il ne voulait pas voir les arrangements que les servantes avaient fait avant l'heure. Par contre, Hayden était un impatient née, il ne tenait pas en place, il tapait du pied depuis quelques heures déjà. Sa deuxième option aurait été de rejoindre Kosuké pour le prier d'avancer le temps, même s'il savait qu'il n'aurait pas pu exaucer son voeu. Il avait très rarement accès à se pouvoir. Ces conséquences pourraient être très grave, donc il devait attendre comme tout les autres. Attendre dans son lit, les deux yeux ouverts avait été une expérience horrible, alors il s'était levé. Cette situation lui donnait le temps de tout analyser. Pendant un moment, il mit sa colère de côté et repensa à tout les événements passés et futur. Tout les événements qui avait fait de lui se qu'il était aujourd'hui. Physiquement, le changement était mineur. Il avait bien sure énormément grandit, il était surement un des plus grands élèves, ses épaules étaient devenu plus large et plus solide. Ses bras maintenant pouvaient soulever des charges plus lourde, il était dans la bonne voie pour devenir un homme puissant. Le plus grand changement s'était effectuer dans son coeur. Son comportement totalement différent faisait de lui un homme différent. Bien différent de se que ses parents avaient connus. Il n'était plus le même grâce aux gens autour de lui. Sans lui parlé, il l'avait changé.

À son arrivée au château, le jour de ses six ans, il était une boule de colère. Sans comprendre réellement pourquoi on l'avait emmené ici, il se vengeait sur tout se qu'il voyait, il détruisait les murs en frappant dedans, il avait brisé beaucoup de vase en donnant des coups de pied, sans parler de ses mauvaises relations avec les autres élèves. Il ne s'était pas avantagé en arrivant ici, dès qu'il avait vu des gens, tout de suite, il avait chercher a les effrayer et a les repoussé. Dès ses premiers cours il fut sortit de la classe sans tarder, les magiciens le sondaient et voyaient en lui sa colère. Il n'arrivait pas a comprendre comme un si petit garçon pouvait déjà en contenir autant et avoir cette aura aussi noir. Il avait envoyer des missives au château de Zénor, des missives qui étaient resté sans réponse. Il avait ensuite cru que le fait d'être séparer de ses parents l'avaient mit en colère, donc il lui laissèrent le temps de se calmer, il avait un bon potentiel alors il ne le retournèrent pas dans son royaume. Le problème est que Hayden ne se calma jamais, il devenue de plus en plus arrogant, il cherchait la baguare avec les autres ou il s'isolait pendant des heures dans sa chambre. À cette âge il n'avait pas encore comprit que la colère qui avait en dedans de lui ne partirait pas, alors jours après jours, il essayait de s'en débarrasser et se par tout les moyens possibles. Tout les mauvais coups, il les faisaient sans même penser au conséquence. Par contre, lentement, il s'intéressa à ses cours de magie et de combat. Apprenant comment bouger les choses par la pensée et comment voler par lui même l'avait passionné. Il s'intéressa aussi aux livres de la bibliothèque, il découvrit alors se qu'était vraiment l'ordre d'Émeraude. Sans plus attendre, il se renseigna sur Lyra, la chef des chevaliers de l'ordre en se moment. Il fut tout simplement impressionner. Il eu seulement la chance de la croiser une fois et il ne s'était jamais parler. D'ailleurs elle ne l'avait surement pas vu, il était resté au loin à la regarder s'entrainer. Il y avait eu une sorte de clic dans sa tête lorsqu'il apprit que plus tard, un maitre lui serait choisit. Il voulait Lyra. S'était aussi simple, mais avoir un tel honneur est aussi de grande responcabilité. Alors, il décida de mieux étudier et de devenir le meilleur. Le meilleur dans tout. Tout les domaines, il devait être le plus fort, le plus intelligent, le plus rapide, il n'avait pas le droit à l'erreur. Il avait apprit que les mauvais élèves ne devenaient pas écuyer et était renvoyé chez eux. Hayden ne voulait pas retourner de ou il venait. Là bas il n'avait pas d'avenir, pas de vie. Sa vie était ici maintenant et s'il ne faisait rien, il ne deviendrait pas écuyer. Alors, sous l'effort du désespoir, il changea pour devenir quelqu'un d'autre. Changer un diable n'est pas chose simple. Il devait abandonner tout comportement agressif envers les autres, il devait être polie et respectueux en tout temps et ne jamais laisser la colère et la haine s'emparer de lui. Avec quelques conseils et appuis de Keeko, Elthor et Kosuké, il réussit a se contrôler, mais plus le temps avançait et plus il devenait une bombe à retardement, sa colère ne cessait de grossir et de devenir plus forte. Il était devenue plus fort certes, mais sa colère en faisait de même. Nombre de fois ou il avait du prendre de grand respire et s'éloigner des autres pour arriver à faire le vide dans son esprit. Il savait qu'un jour, il exploserait littéralement, mais se jour n'était pas encore arriver.

Jusqu'à ses 10 ans, il avait accepté tout les moqueries ou les commentaires des autres à son égard, il savait très bien se que les autres pensaient de lui et il l'est avait toujours laissé parler contre lui et même quelques fois il s'était fait jeter dans les poubelles. Il n'en avait parlé à personne, il trouvait ceci trop honteux, mais il savait qu'un jour tout sa devrait changer. Il ne pourrait pas toute sa vie être le mouton noir de se village. Si se village ne voulait pas l'accepter, alors il comprendrait assez vite que Hayden ne les accepterait pas non plus. Il avait fait d'énorme effort pour être accepter, il avait complètement changer, il ne terrorisait plus personne, il restait calme et écoutait les ordres, mais pour eux il restait le monstre qu'il était. Si ceux-ci voulait le voir comme un monstre, alors Hayden ne leur laisserait aucune chance. Il s'entraina sans relâche avec tout se qu'il trouvait. Après ses cours de magie et de combat il se rendait dans un coin seul pour s'entrainer. Il levait des poids, courrait pendant des heures. De jours en jours il changeait et pour le mieux d'après son professeur de combat, par contre, plus il s'isolait, plus le contact avec les autres se faisaient difficilement par la suite. Il détestait les autres, alors se couper de eux il le faisait sans misère et quand il devait reprendre contact s'était toujours de façon froide et directe. Il avait clairement dit aux autres élèves qu'il ne les aimaient pas, tout simplement. Il n'était pas dans cette école pour se faire des amis, mais pour devenir le meilleur. Prenant une bonne stature, les gens ne riaient plus de lui maintenant, il s'écartait sur son chemin. Hayden n'hésiterait pas a les bousculer si il restait sur son chemin, il n'avait besoin de l'aide de personne pour devenir le meilleur, par contre il devait apprendre a ne plus se faire marcher sur la tête, il avait le droit a sa place sur le monde. Il avait autant le droit que les autres de vivent sur se continent. Il refusait totalement d'être un faible, il voulait pouvoir se débarrasser de n'importe qui très facilement. Il voulait faire honneur à sa famille. La famille de Zénor ne contenait pas de faible dans ses rang. Depuis qu'il avait apprit de Aïleen que sa mère était partit, peu de choses comptaient pour lui. Il voulait devenir chevalier pour lui faire honneur, mais maintenant qu'elle était partit dans un endroit inconnue et qu'elle ne reviendrait surement plus jamais, Hayden avait du se trouver un autre but. Il était trop tard pour abandonner et ne plus devenir chevalier. Se trouver un autre but fut une chose très complexe. Il décida tout simplement de le faire pour être fier de lui. Il allait devenir chevalier pour lui. Malgré s'être convaincu de le faire pour lui, son esprit errait toujours de plus en plus quittant la réalité.

Ou était sa mère ? Était-elle en sécurité ? Si jamais il apprenait que celle-ci avait été maltraité ou pire tuer, sa colère n'aurait pas d'égal. Elle avait une des rares personnes à ne pas le juger sur son apparence et lui avoir apprit beaucoup de choses. Elle avait tout fait pour que son fils soit accepter dans la société et en échange le monde lui autait sa famille, s'était complètement injuste pour elle. Il espérait sans cesse de la voir traverser les murs du royaume d'Émeraude. Qu'elle le prenait dans ses bras pour rester avec lui définitivement. Ici elle pourrait rester autant qu'elle le voudrait, mais Hayden savait qu'elle ne viendrait pas ici. Il espérait chaque jours de la voir, mais il savait au plus profond de son coeur que la vérité était tout autre. Sans sa mère et son père, sans ami proche de lui, il avait du apprendre a devenir un homme seul. Le résultat du dehors était assez convaincant, le dedans était tout autre. Se mélange de sentiment le rendait comme une bombe prête à exploser au moindre inconvénient dans sa vie. Plus que tout il aurait eu besoin des conseils de sa mère, personne ne pouvait le rassurer autant qu'elle, elle était la seul a avoir ses mots magiques de sens sur Hayden. On pouvait lui dire 30 fois d'arrêter, mais il ne suffisait que la voix de sa mère pour qu'il se calme. Aujourd'hui elle avait disparu, il était seul. Comment pouvait-il apprendre à grandir ? Il était seul pour s'en sortir pendant tout se temps. Il n'était jamais aller demander de l'aide aux adultes, il avait voulu tout régler seul, mais retrouver un équilibre sain dans le corps d'un enfant aussi perturber que le sien était un trop grand défi, même si il disait l'avoir réussi s'était tout autre. Un énorme mensonge. Le plus grand de toute sa vie. Perdu dans ses pensées, le sommeil prit de plus en plus de place et il finit par tomber endormit sur le cadre de la fenêtre. Il était dans un champs, il avait déjà fait se rêve, il allait bientôt voir son père, il le savait. Il resta immobile au milieu du champs. Il détestait se cauchemar, il voulait déjà que celui-ci se finisse. Lorsqu'il voulu avancer, quelqu'un le prit par derrière, le serrant dans ses bras. c'est alors que Hayden remarqua qu'il était retourner dans le corps de son enfance. Il était si petit comparer au corps qui le serrait. Retournant rapidement la tête, il aperçu sa mère. Se retournant vivement, il la serra si fort de peur qu'elle parte. S'était injuste qu'il n'aille le droit que de la voir dans ses rêves. Il voulait la revoir en face, personne n'avait le droit de le priver de sa mère. Il se mit à pleurer en pensant que dans quelques secondes, il se réveillerait dans sa chambre et elle ne serait plus là avec lui pour le soutenir dans ses épreuves. Celle-ci se pencha vers son fils. Elle ne pouvait pas l'aider dans le monde présent, mais elle pouvait au moins essayer de le réconforter par la parole. Son fils avait besoin de beaucoup d'attention et d'amour et elle n'avait pas eu l'occasion de lui en donner autant qu'il en avait besoin. S'était un peu de sa faute aussi. Se penchant vers lui, elle lui souffla à l'oreille se qu'elle pensait que son fils devait comprendre avant tout.


- Hayden, laisse ton coeur te guider. Malgré tout se qu'ils pourront te dire, tu as un coeur d'humain. Il murmure à ton oreille, alors écoute le mon fils. Ne laisse pas ta haine te consumer.

La séparation fut encore plus brutal que la dernière.

Hayden tremblait, s'était maintenant, à se moment précis, il devait se préparer pour aller à l'attribution. Le soleil avait décidé de pointer le bout de son nez pour venir éclairer son visage, c'est ce qui l'avait tirper de ses rêves. Les élèves plus jeunes courraient surement déjà dans les marches. Pour Hayden il n'était pas question de descendre ainsi. En se préparant il essayait d'oublier par dessus tout le rêve qu'il venait d'avoir. Prenant des plus grands respires, il se rendit au bain pour purifier son corps. S'était un mode de vie des chevaliers, il devait entrer dans les bains pour purifier leur corps au début de la journée. Aujourd'hui en se jour sacré, ne pas suivre de tels étapes étaient impardonnable. Il se déshabilla et entra son corps dans l'eau encore tiède des bains. Il était si tôt le matin que les pierres chauffantes avaient à peine eux le temps de rendre l'eau chaude. Hayden eu un léger frisson en entrant dans l'eau, elle était si froide que son corps lui lançaient un avertissement comme quoi il ne voulait pas qu'il reste trop longtemps dans cette eau. L'eau était un énorme aphrodisiaque pour Hayden. Le simple fait d'être en contact avec l'eau pouvait le rendre totalement zen. Toucher l'eau pouvait faire taire la plus grande de ses crises. Il entra sa tête sous l'eau et essaya d'oublier la visite de sa mère dans ses rêves. Sa mère n'était pas une maitre magicienne, si elle venait le voir en rêve, c'est qu'elle était morte. Se mêlant à l'eau autour d'eux, les larmes de Hayden quittèrent son corps. Il était avant tout un garçon sensible et il était dans une période de sa vie où il avait a affronter beaucoup de chose à la fois. Plus que tout il avait besoin de sa mère, mais il en était privé jusqu'à sa mort. Remontant la tête avant de se noyer, il essuya ses joues et sortit de l'eau. Toute cette eau le rendait malade. Il voulait sortir de là. Se rendant à sa chambre le plus vite possible, il prit les plus beaux vêtements que pouvaient contenir sa garde robe. Prenant une serviette pour se sécher les cheveux, il les plaça à la façon que sa mère aimait les placer, c'est à dire, légèrement ébouriffés, se serait sa manière à lui de lui rendre hommage aujourd'hui. Il prit la direction que tout les élèves prenaient, celle de la grande cour. Faire une sorte de faire dans la grande cour au lieu de dans le château était une très bonne idée. Il n'y avait aucun nuage dans le ciel, l'ambiance y était parfaite pour faire la fête. Hayden ne précipitait pas le choses, il ne courait pas dans les marches pour descendre plus vite, mais les autres le poussaient pour qu'il descende plus vite, il avait déjà hâte que tout soit terminé se soir. Il était tous réuni en groupe dans le même endroit, mais pas seulement les élèves, les écuyers et même les chevaliers seraient présent. Une horrible expérience pour lui qui avait de la misère a supporter les gens. Maugréant des paroles inaudible à l'oreille, il avança toujours avec la même lenteur. Il mit ses mains dans les poches de son pantalon et regarda les décors autour de lui. Il château n'avait rien de changé, tout serait surement dans la grande cours. La première chose qui le frappa se ne fut pas le paysage féérique que les servantes du château avaient créé, mais la foule monde qui se tenait devant lui.

Il y avait trop gens voilà tout. Trop de mouvement a gérer, trop de parole a anticiper. Il ne voulait pas que les gens rient de lui en secret dans l'autre coin de la cours. Certains étaient si isolé qu'il pouvait comploter dans son dos sans qu'il ne puisse les voir. Il y avait trop de gens pour le mettre en colère, il devait trouver un endroit pour souffler. Un endroit calme dans cette foule de monde. S'était une mission impossible, même si il se mettait dans le plus petit coin perdu, des plus en plus de gens arrivaient et tout les coins se retrouvaient rempli. Il n'y avait pas que les élèves qui étaient présent, il y avait aussi certains parents ou tout simplement des villageois curieux qui voulait assister à l'événement. Des rencontres d'amis, des rencontres de famille, lui il n'avait pas ça. Il n'avait personne pour venir le voir et lui dire un bravo. Il ne savait même pas si sa mère était fier de lui. Elle avait eu si peu de temps pour lui accorder quelques mots. Vide de sens en apparence, mais dans l'avenir il lui servirait pour devenir plus fort. Il n'était pas le fils de n'importe qui après tout. Se frayant un chemin à travers la foule, se qu'il n'avait nullement de misère a faire, il essayait de se trouver un endroit ou il pourrait être seul. Il trouva un arbre à l'écart un peu de la soirée. Utilisant ses pouvoirs de lévitation, il se fit léviter jusqu'au haut de celui-ci pour s'assoir sur une branche. Il finit par se coucher sur celle-ci, ayant l'air de dormir puisque ses cheveux lui cachaient le visage, mais en fait, il observait tout se qui se passait autour de lui. Maintenant, ainsi en hauteur, il pouvait avoir une vue d'ensemble sur tout se qui se passait et personne ne viendrait le déranger. Après tout, avec sa réputation, personne ne voulait le connaitre. Il affichait un regard si colérique et rancunier que le simple fait de la regarder ôtait l'envie de lui parler. Il fabriquait cet air pour éloigner les gens de lui, il savait que certains élèves s'amuseraient surement a monter le voir, peut-être pour l'agacer ou par simple ignorance, mais Hayden le repousserait pareil, quelque soit la raison qui l'emmenait à lui, il voulait être seul dans son arbre pour observer la soirée en détail. Lorsque la cérémonie débuterait, il descendrait, mais pour l'instant, dans son perchoir il était le plus heureux des oiseaux. Loin de tout les regards grâce aux feuille de l'arbre, il pouvait replonger dans ses pensées personnels, mais avant il bloqua son esprit. Keeko lui avait donné des cours pour cette technique et après avoir suer à grosse goutte, il pouvait désormais fermé son esprit facilement. Lorsqu'il pensait à des choses personnels comme sa mère, il fermait son esprit, il ne voulait pas que un élève ou pire un chevalier se rende compte de sa faiblesse face au manque de sa mère. Il était très sensible sur se sujet, il n'acceptait pas sa mort. Elle n'était pas morte, elle devait surement faire de la magie, elle ne pouvait pas être morte, elle n'avait pas le droit d'être morte. Se mordant les lèvres, Hayden ne pensait qu'à elle. Le jour de son attribution, elle aurait du être là, mais il n'y avait personne pour lui donner une tape dans le dos et lui dire '' Bravo '' . Tout ses gens en bas avait une grande chance qu'il ne connaissait pas et il n'en profitait pas. Il osait dire qu'il n'allait pas bien lorsqu'il se disputait avec un ami, ses gens stupides ne pouvaient même pas comprendre l'immense chance qu'il avait. Le simple fait d'avoir un ami était une chance. Hayden avait un ami, son meilleur, mais il n'était pas du genre à le suivre partout et en tout temps. Kosuké et lui passait quelques fois du temps ensemble, entretenant une relation que personne ne pouvait comprendre. Il était les opposer.

Deux amis totalement différent sur tout les points de vue, en fait, pas sur tout les points de vue. Il était d'accord sur le fait que tout les deux, même entourer de gens, il était seul. Le seul point qui les réunissaient été ça, pour tout le reste ils étaient des antonymes. Il passait pourtant de bon moments ensembles. Serte, Kosuké était plus jeune que lui et Hayden n'hésitait pas a menacer les élèves qui n'était pas gentil avec lui. Les gens qui se comportait mal avec Kosuké recevait la colère du Diable blanc, il ne comprenait pas que des gens puissent lui en vouloir, Kosuké était un ange, un petit enfant parfait, on ne pouvait pas lui faire du mal. Il avait déjà penser que Kosuké aurait le maitre que lui voulait et même si ceci se passerait il ne lui en voudrait pas, après tout se n'était pas lui qui choisissait de tels décisions, s'était les magiciens ( Et un peu la grande Lyra XD ). Plus il s'enfonçait dans ses pensés et plus il oubliait le moment important qui se passait sous ses pieds. Il ne cherchait même pas a trouver Kosuké dans la foule, pourtant en haut de l'arbre il y avait de la place pour deux, mais dans la tristesse qui le traversait, il ne voulait pas mêler Kosuké à ça. Comme lui, il était un petit garçon sensible et Hayden ne voulait pas le faire pleurer. Oui, Hayden était devenue une autre personne avec son ami, complètement une autre personne, il lui avait ouvert son coeur et sa confiance et Kosuké ne l'avait pas écraser mais écouté, cela changeait tout pour le petit diable qui avait fait de lui, son protégé. Pendant plusieurs années, il avait été là pour lui, il ne l'avait jamais laissé tomber, pour Hayden s'était beaucoup. Si quelque chose devait lui arriver il ne s'en remettrait pas. Rien ne semblait pouvoir déranger ses pensées, pourtant au moindre signe que la cérémonie commencerait, il réagirait immédiatement. Il avait l'impression que pour les élèves, ils avaient organisés des choses avant de commencer la soirée, des sortes de jeux, si s'était le cas, Hayden ne bougerait pas de là. Participer à des jeux avec d'autres personnes pour en décider un gagnât et un perdant ne l'intéressait pas du tout. Il voulait profiter de ses derniers moments de solitude avant d'être attribuer à un maitre qu'il devrait suivre en tout temps sans jamais le quitter, se serait l'enfer.


Dernière édition par Hayden le Ven 24 Sep 2010, 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 11 Sep 2009, 20:04

Petit enfant deviendra grand. Petit élève deviendra écuyer, petit écuyer deviendra chevalier. Petit chevalier deviendra… Kelio adorait les attribution, un moment festif où tout le monde est heureux… sauf que cette fois c’est différent. Un poids énorme pesait sur tous les cœurs, il manquait la personne la plus importante de cet ordre. Pas que les autres était moins important, loin de là, mais disons que Lyra était un pilier important. Mais surtout, le cœur d’une personne en particulier était dans un état misérable, son meilleur ami. Depuis un an, Kelio passait tout son temps avec le roi, pour tout et n’importe quoi. Faisant les pires conneries du monde espérant retrouvé le sourire de l’homme qui comptait le plus à ses yeux, enfin avec son père. Kelio n’avait pas penser à lui depuis très longtemps, sa préoccupation première s’était Elthor. Il ne pouvait pas le laisser seul trop longtemps, il se devait d’être à côté. Le roi avait beau lui ordonner de partir, de faire un voyage, Kelio n’avait jamais cédé. Son cœur à lui aussi était lourd, car voir son meilleur ami dans cet état lui ravageait le moral. Pourtant avec lui, il racontait n’importe quoi, comme lui seul pouvait le faire. Il l’écoutait en bras droit sage qu’il était et lui laissait quelques moment de solitude pour ce laisser à lui-même, car le roi aimait beaucoup ses moments dans sa vie de tous les jours. Kelio priait souvent les dieux de lui ramené Lyra, car il savait bien que son meilleur ami n’y survivrait pas, jamais il n’Avait vu quelqu’un aimé autant une personne. C’était un sentiment qu’il ne connaissait pas, enfin pas encore. (Airy, pour simplifier le truc j’ai décidé qu’on se rencontrait après l’attribution.) À tous les jours, il espérait de tout son cœur voir Lyra passé les grandes portes du château, pour lui, mais surtout pour Elthor et les chevaliers. Il espérait de tout son cœur que si elle revenait, que les histoires entre ce couple deviendraient bien claires pour chacun d’eux, car pour lui ce l’était. Il était évident que jamais rien pourrait les séparer, pas même la mort…Mais assez parler d’Elthor…

Kelio et Kyrim, maintenant âgé de 28 ans, sont maintenant une équipe hors paire. Elthor, ne pourra plus jamais vivre sans eux. Kyrim pense stratège et psychologie, Kelio sagesse et connaissance. Ensemble il forme un tout important. Kyrim sort souvent la nuit, va discuter avec le roi, avec qui il s’est rapproché beaucoup, mais il garde toujours son esprit « solitaire » et se promène dans la cours et sur des parties du toit du château… un secret. Kelio quand à lui, a éplucher une très grande partie de la bibliothèque, plusieurs rangé ont été lu à leur entier par le bras droit. Plusieurs stratégies que Kyrim a mémorisées… La guerre approchait et le bras voulait avoir un répertoire très large pour pouvoir changer de tactiques au fur et à mesure des événements. Par contre, il ne fallait pas oublier que tout son savoir s’était des éléments du passé, des événements déjà vécu, rien de comparable à ce qu’on ne sait pas, ce qui n’existe que dans le futur… comment peut-on même imaginer savoir suffisamment pour prévoir toutes éventualités et c’est pour cela que Kelio dévore les livres et il veut être prêt à tout, même s’il sait que tout ceci est impossible. Il avait plusieurs matin à se demander où il était, pour finalement se rendre compte qu’il était entrain de baver sur un livre vieux de quelques centaines d’année… Honteux, il le faisait sécher et se sentait toujours très mal de voir les pages ainsi bombées par sa faute…

C’était l’adoubement, une partie de son être était comblé de bonheur, c’est petit si plein de vie, ces petit gamin plein d’espoir pour le continent allait vivre une étape importante, mais l’autre partie de son être était épuisée. Nombre de fois, il avait essayé par mille manèges impensables de changer les idées de son bon roi, sans très bon résultat, mais c’était compréhensible, mais tellement frustrant.

Kelio descendait jusqu’à la grande cours, seul. Il s’attarda au travail de tous et chacun, l’endroit était tout à fait splendide. Le vert émeraude était tout à fait bien présent. L’homme, n’étant plus aussi jeune qu’avant, était ébahi par ces couleurs festives. Les plans de cette soirée était fort intéressants, il avait bien hâte de voir tout ça. Par contre, il savait que cette journée serait encore plus dur pour le roi que bien d’autre… il fallait qui nomme un chevalier pour remplacer le rôle si important de sa bien-aimée… Alors, il le chercha des yeux. Il le trouva, comme par hasard, sur son trône. Il n’alla pas le voir tout de suite. Il regarda la scène qui avait été préparé pour la jeunesse. C’était incroyable tout avait été penser. Tout le monde travaillait sans relâche, sauf lui, qui regardait avec admiration le travail… comparable à celui des abeilles. Kelio vit que le pont levis commençait sa descente au loin.


-Que la fête commence peuple d’Émeraude !

-Tu sais que tu parles tout seul ?

***Je ne parle pas tout seul, tu vois, tu m’as entendu, Ohhh!***

- Bah moi ça ne compte pas!

***Oh que si!***


Il encouragea tous les travailleurs qu’il croisa sur son chemin. Il fit un petit détour pour arriver par derrière sans être vu par sa majesté. Arrivé derrière le trône, il s’encouragea mentalement et s’avança vers le roi. Il posa sa main sur son épaule et garda le silence.


- Ne lâche pas, je suis là. Je sais que tu es fort et que tu y arriveras, mais si jamais tu te sens plus faible averti moi et je te sauverai la vie… comme à mon habitude…. Comme avant que tu te plantes dans les escaliers ou que tu te brûles comme un con dans le feu… Non, mais t’imagine ce que tu ferais si je n’étais pas là! En fait tu serais… un éclopé brûlé! Voilà! En plus, tu ne pourrais pas faire cet adoubement si attendu ! Suffi les conneries. Est-ce que tu pourrais faire quelque chose pour moi ?

Kelio n’avait pas bougé, il regardait à l’horizon avec un sourire sur les lèvres, un sourire qui était bien évidement obligatoire à ce moment, mais qu’il était très content de ressortir pour l’occasion, comme s’il ne souriait jamais d’abord!

- Regarde, seulement le visage des paysans de ton royaume Elthor, bois de leur bonheur et de leur énergie. Ils sont toujours tellement contents d’être présent à ces festivités si importantes pour tout Enkidiev. Je ne sais pas si tu as déjà remarqué ces petites lueurs qui brillent dans les yeux de tous et chacun pendant ces journées, autant des élèves, des écuyers, des chevaliers, des paysans, des serviteurs, des fleurs, des marmottes, des chevaux… des Kelio ?


Kelio rigolait toujours, mais le fond était très sérieux, Il adorait voir ce phénomène, ça le remplissait de joie. C’était un bonheur collectif tellement contagieux, qu’il ne pouvait être qu’en admiration devant se phénomène.

Le bras droit était épuisé, son cœur, sa tête et son âme était lourde. Il avait bien longtemps qu’il n’avait pas dormit. Les problèmes de son meilleurs ami, ils les prenaient beaucoup à cœur et ça commençait à être dangereux pour sa santé, mais il refusait obstinément d’écouter son corps, il voulait aider son ami, coûte que coûte. Et il se disait que son meilleur ami, ne devait pas dormir non plus… Bien entendu, ça fait un long moment que tout ça c’est passé, mais rester dans l’ignorance pendant si longtemps est pire que de faire un deuil… Le bras droit se sentait quelque peu étourdit, mais le montrait aucunement, il se disait que ça allait bien passer à un certain moment donné.


***Pas aujourd’hui! Merde! Je me dois d’être présent, simplement aujourd’hui!***

-Qu’est-ce qui se passe!?

***Rien de très important!***

-Kelio..

***Rien, laisse moi tranquille tu veux!***


Kyrim se tut, mais chercha dans sa tête jusqu’à atteindre un mur psychologique imposé par Kelio.
Revenir en haut Aller en bas
#Lyon

avatar
Nombre de messages : 1230
Rôle : Chevalier d'Émeraude/Père d'Edward, Jenna, Emi et Maily/Frère de Lyllianna
Âge du personnage : 25 ans
Date d'inscription : 02/02/2009

Plus sur le personnage
Âge: Mort à 25 ans
Rôle: Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 11 Sep 2009, 22:13

Lyon se trouvait devant un petit batiment en bois en mauvais état, dont le bois avait noirci par le temps, mais on y voyait une force qui lui avait permit de résister au passage du temps. Le temps était frais, annonciateur de la saison des pluies qui approchait à grand pas, la brise était douce et fraiche, l'ambiance était calme, on pouvait entendre les oiseaux chanter au loin et les petits animaux dans les buissons. Plus loin, on pouvait entendre le son caractéristique d'une rivière qui coulait. Juste à coté du batiment en bois, il y avait une belle maison, modeste, mais très jolie. C'était vraiment calme comme endroit...et étrange aussi.

Puis, sorti de Parandar sait où, des jeunes sont sorti de nul part, une bonne dizaine au moins, et ils entrèrent tous dans la maison de bois noirci. Il ne semblait porter aucune attention à Lyon, comme s'il n'était pas là, comme s'il n'existait même pas, même pas un seul regard. Un petit garçon sortait de la petite maison et se dirigea comme les autres vers le batiment. Lyon avança d'un pas mal assuré, comme s'il n'avançait pas par sa propre volonté, il se dirigea comme les autres vers le sombre batiment.

À l'intérieur, le jeune homme s'apperçu que le batiment était en fait une étable, il y avait des vaches, des moutons et même un cheval de très bonne race. Au fond de l'étable, les jeunes jouaient à toute sorte de jeux, ils se chamaillaient, jouaient aux dés et d'autres jeux que Lyon ne connaissaient pas. Ils firent celà pendant plusieurs minutes avant de tous s'asseoir un peu partout, sur le matériel, dans le foin ou encore par terre. De là, ils discutaient de leur vie, ce qu'ils aimaient, ce qu'ils n'aimaient pas, ce qu'ils feraient plus tard, leurs rêves, leurs amourettes, leur vie quoi. Ils avaient l'air d'une bande de jeune qui allaient avoir du sucess à première vu, sauf un des jeunes, le petit qui était sorti de la maison, assit sur une botte de foin, n'avait encore pas dit un mot, de plus près, on aurait presque pu voir qu'il était fièvreux, il avait le front en sueur et sa respiration n'était pas régulière. Après quelques minutes, on l'entendait haleté, comme s'il avait couru des miles sans arrêter, alors qu'il était assis à ne rien faire. Ses amis ne manquèrent pas de le remarquer et lui demandèrent à plusieurs reprises s'il allait bien, chaque fois, il affirmait que ce n'était rien, mais on voyait bien que c'était faux, juste de la manière qu'il aggripait ses côtes de gauches.

Puis, ce fut là que tout devint clair pour Lyon, ce gamin, c'était lui! C'est la journée où il avait fait sauter la grange sans le vouloir! Le jeune homme essaya de prévenir les jeunes de sortir de là, mais ils l'ignorèrent tous, comme s'ils ne l'entendaient toujours pas. Lyon cria à plein poumon lorsqu'une lumière verte ce dégagea de son autre lui. La seule chose qui vint après fut une vive lumière blanche, des cris de terreur et d'agonie, ainsi que celui du bois qui brise et qui brûle...

______________________________________


Lyon se réveilla en sursaut, respirant fort et couvert de sueur. Il avait les poings tellement crispés que ses ongles, pourtant très court, lui rentrait dans ses paumes de mains. De légères gouttes de sangs tachèrent les draps, la machoire serrée et des larmes aux yeux, Lyon tentait de reprendre la maitrise de lui-même, mais le rêve, comme la réalité, lui mattraquait la tête et ne semblait pas vouloir partir. Un mélange de larmes et de sangs finit par souiller ses draps. Le jeune homme resta dans cette état quelques minutes avant d'enfin reprendre le contrôle de lui-même, ou en tout cas, revenir à un état plus stable, mais toujours une sale migraine.

* Encore ce rêve, il ne veut pas me lâcher à la fin! *

Cette affirmation fut accueillit froidement par l'Autre, mais dans la présente situation, même la voix sans émotion de Zephyr était d'un énorme réconfort pour l'âme meurtri du jeune homme.

* Ce n'était qu'un épisode de ton passé, et tu n'as pas encore passé au travers, c'est ça qui le rend si pénible, tend que tu ne feras pas la paix avec toi-même, les cauchemars comme ça ne feront que commencer. *

Après quelques secondes de répit pour se calmer, Lyon se leva et alla vers la petite bassine d'eau que des servantes lui avaient apporté, pendant la nuit sans doute, ou il ne l'avait pas vu avant de se coucher. Il s'aspergea le visage d'eau tiède, mais peu importe la température de l'eau, celà fit un bien fou à Lyon. Il se dirigea vers sa commode, en tira une chemise verte et un pantalon vert foncé, qu'il jeta sur son lit. Il n'était vêtu que d'un pantalon noir et il voulait sentir la petite brise qui entrait par la fenêtre encore un peu, mais la voix de l'Autre le remena à la réalité:

* Hé oh, cesse de rêvasser comme un imbécile et habille toi, on a pas toute la journée, depuis le temps que t'attends ce jour... *

* Calme-toi un peu, le soleil n'est même pas encore debout *

* Me fiche du soleil, moi j'ai l'estomac dans les talons! *

Discuter avec Zephyr était presque aussi plaisant que se rentrer un glaçon dans le cerveau. Lyon enfila ses vêtements avec une lenteur calculer, assez lente pour profiter du vent, mais assez rapide pour ne pas avoir d'autre commentaire de l'Autre. Après s'être vêtu, il enfila ses bottes au bord de la porte, approcha sa main de la poignée, lorsqu'il eu la main dessus, il poussa un long soupir et sorti en marmonnant:

- J'suis pas sûr d'être prêt pour se genre de cérémonie...

Il était encore trop tôt pour descendre à la cour, le soleil venait à peine de se lever qu'elle était déjà bourdonnante d'activité, des préparatifs sans doute. Puisque la cour n'était pas une option, il pensa aux cuisines, puisqu'il n'avait nul envie d'un bain en se moment, et que Zephyr ne le laisserait pas tranquille non plus. Il prit donc la direction des cuisines, d'une démarche plutôt mal assurée, mais assez rapide.

Arrivé en bas, la cuisine était tellement bruyante que la migraine de Lyon s'accentua. Il osa à peine jeter un regard dans la cuisine que déjà deux servantes c'était pointée pour lui demander s'il désirait manger maintenant. C'était assez gênant de répondre oui, mais il sentait que l'Autre lui arracherait la tête s'il refusait, donc il accepta le plateau remplit de nourriture qu'il eut en à peine quelques minutes. Il alla s'asseoir dans à une table de la salle à manger et mangea son déjeuner. Même s'il n'avait pas très envie de manger, il avala tout pour que l'Autre lui fiche la paix. Il ramena le plateau au cuisine et se dirigea vers les remparts, pour digérer un peu, il n'y avait pas mieux que l'air frais du matin.

Le brouhaha de la cuisine n'avait rien à voir avec la cacophonie qu'il y avait à l'exterieur, ça ne se comparait même plus. Le bruit des conversations couvraient la plupart des autres bruits, mais ce n'était rien comparé à la foule de villageois rassemblé devant la porte. Le soleil n'était pas levé très haut et déjà le pont-levis s'abaissait pour laisser entrer la foule. Du haut des remparts, Lyon poussant un soupir désespéré:

* J'suis pas fait pour ce genre de vie, je déteste rester en publique *

* C'est pas si mal que ça, tu t'es fait des amis non? *

Il disait vrai, durant l'année précédente, Lyon s'était fait beaucoup d'amis parmi les écuyers, ils étaient pratiquement devenu frères et soeurs, il ne pouvait pas nié qu'il n'aurait jamais eu se genre de relation dans une ferme. Encore une fois, la vérité sortait de la bouche de l'Autre.

* De toute façon, c'est mieux que de pourrir parmi les animaux, au moins ici, il y a de la nourriture digne de se nom! *

* Dit, tu penses à autres choses que la nourriture? *

* Si, mon estomac *

Même de mauvais goût, la petite plaisanterie rendit le sourire à Lyon, ce n'était pas si mal après tout, et d'ailleurs, il allait devenir chevalier, ce n'était pas donné à n'importe qui. Il descendit les escaliers qui menaient à la cour et alla s'adosser au mur près de l'entrée principale, en attente de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosuké
www.perdu.com
avatar
Nombre de messages : 1368
Rôle : Dieu du Temps
Âge du personnage : "5" ans
Date d'inscription : 14/06/2008

Plus sur le personnage
Âge: Eternel
Rôle: Dieu du temps
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Ven 11 Sep 2009, 22:37

Il faisait un temps radieux aujourd'hui. Les oiseaux chantaient leurs magnifiques mélodie, tandis que les criquets et sauterelles des environs rajoutaient une touche de gaité à ce moment. Le soleil était éclatant, et malgré que ce soit une immense boule de feu, il éclairait d'une lumière blanche et angélique, les personnes, la verdure, mais surtout les multiples rubans et décorations qui enjolivaient la scène. Quand au ciel, il est d'un bleu éclatant. Pas un seul nuage n'était visible à l'horizon. Il ferait beau donc. Kosuké sourit. Cela faisait maintenant plus de deux ans qu'il était arrivé à Émeraude. Certes, il n'était pas arrivé en même temps que tout le monde, c'était pour cette raison qu'il avait dû travailler plus durement. Quoi que ce ne fut pas réellement un problème. Il connaissait parfaitement les bases de la magie qui lui avait déjà été enseignés auparavant. Pourtant, au court de ces années, il avait apprit des choses. Beaucoup de chose. Notamment sur l'histoire, mais aussi sur le respect de tous, que ce soit la royauté, un chevalier, ou encore un simple camarade de classe. Le jeune homme blond avait apprit à tous les aimé, ces derniers. Certes, il n'avait pas vraiment socialiser avec beaucoup de personne, se contentant de Hayden, probablement son seul ami en fait. Il l'adorait. Les deux entretenaient une relation spéciale d'amitié. Chacun ressentait du respect pour l'autre, et la complicité qui les unissait était sans failles. Rares avaient été les chicanes entre ces deux jeunes hommes qui étaient maintenant rendu adolescent. Adolescent dis-je? Certes, Kosuké avait normalement parlant, 10 années d'existence, ce qu'il cachait néanmoins aux autres. Car il n'avait pas l'air d'avoir dix ans, oh non, pas du tout. Si il aurait prétendu avoir seulement dix années, probablement que personne ne l'aurait cru. Pourquoi? Parce que non seulement physiquement il n'avait pas l'air d'avoir cet âge, mais aussi mentalement. Il s'exprimait d'une manière quasi-adulte à l'âge de 8 ans, mais aussi, il agissait réellement comme un ado de 14-15 ans. Ce qui était encore le cas présentement. Pour justifier l'apparence, disons qu'entre sa huitième et neuvième année d'existence, il avait subitement grandit. Il avait perdu ses rondeurs d'enfant, et semblait vraiment être plus vieux. Pendant les années qui suivirent, il se développa encore, tellement que maintenant, on pouvait lui donné facilement l'âge de 14 ou 15 ans. C'était justement ce qu'il disait aux personnes qui lui la demandait. Il répondait néanmoins toujours vaguement. Comme quoi il ne savait pas exactement, ne sachant pas quand il était né. Il racontait comme histoire, qu'il avait été recueilli dans une famille d'accueil et qu'il ne savait pas qui était ses vrais parents. La plupart du temps, l'histoire passait sans encombre, même si plusieurs restaient parfois septique. Pourtant, au bout d'un moment, tout le monde semblait avoir une certaine confiance en cet élève qui était arrivé au beau milieu des années d'entrainement des autres. Au début, il s'était fait énervé par certain, mais étonnement, Hayden avait toujours répliquer, foutant parfois la frousse à certains élèves. À chaque fois, Kosuké rigolait. Personne ne comprenait jamais pourquoi le Diable du château défendait cet intrus. Mais cette réaction porta fruit. Au bout de quelques mois seulement, on avait arrêter d'embêter cet étrange garçon aux oreilles d'elfe et à la queue de chat. Ce qui n'était pas pour déplaire à celui-ci. Il avait toujours apprécier la solitude. Quoi que parfois, il s'amusait à égayer l'endroit, soit en faisant des bouffonneries, ou en racontant des blagues. Bref, il finit par se faire accepté par tout le monde. En réalité, ce fut vers la fin de la dernière année que Kosuké « se découvrit » vraiment. Il commença à entretenir une véritable confiance en soit. Que se soit face aux autres élèves, ou simplement envers lui même, lors des défis. Quelques fois, il se permettait même l'arrogance. Oh bien sur, seulement envers ceux qui le méritait, c'est à dire, pas grande personne. Le jeune dieu était rendu quasiment toujours joyeux, et quelques fois, il s'amusait même à draguer quelques filles. Certaines réagissaient plutôt mal, exemple, en le giflant. D'autre ne faisait que rougir timidement, mais dans tout les cas, le jeune garçon trouvait cela plutôt amusant. En réalité, il n'avait jamais aimé personne pour l'instant, s'amusant simplement de temps à autre. Comme je le disais tout à l'heure, il avait vraiment changé pendant ces cinq années. Mais ce qui était le plus étonnant, c'est que parfois, il redevenait ce garçon qui écoute toujours, sage dans son coin. Surtout avec Hayden. Il avait toujours été compréhensif de nature, mais là, c'était vraiment le cas ultime. À chaque fois qu'il écoutait ou qu'il parlait avec son ami, il analysait toujours les phrases de celui-ci attentivement avant de répondre. Parfois c'était aussi impulsif, mais ce qui sortait de sa bouche dans ces moments là étaient des paroles intelligentes et sensés. Lorsqu'il était avec le Diable Blanc, comme tout le monde l'appelait, il était sage. Cependant, parfois, il se maudissait intérieurement de ne pas pouvoir faire d'autres choses pour son ami. Il voyait bien que celui-ci était triste. Et toujours en colère contre quelque chose, ou quelqu'un. Le dieu du temps s'était, depuis le jour où il avait rencontré Hayden, toujours défendu de retourner fouiller dans l'esprit de son ami. Étonnement, il tint cette ordre qu'il s'était attribuer, et se contentait de comprendre par les paroles du garçon aux cheveux noirs.

Kosuké regarda aux alentours. Le jeune garçon était accoter contre le mur du château, un peu à part du reste. Il était plutôt heureux. Maintenant, il pourrait enfin remplir pleinement la mission que les dieux lui avaient donné. Humm, avais-je oublié de mentionner ce détail? Effectivement, la raison principal pour laquelle le dieu du temps était entré dans l'ordre d'Émeraude, c'était que ses supérieurs le lui avaient demandé. Il aurait pu répondre non, mais à quoi bon? De toute manière il avait toujours désirer pénétrer l'Ordre d'Émeraude, alors pourquoi pas? Les dieux attendaient de lui à ce qu'il puisse protéger les humains qui s'occupaient d'Enkidiev. C'était un peu étrange à dire, car ces mêmes dieux lui avaient ordonné de ne pas utiliser ses pouvoirs, ou presque en tout cas. Bref, ces deux ordres étaient plutôt contradictoire, mais maintenant, en y pensant, Kosuké ne faisait qu'hausser les épaules. Il verraient avec le temps ce qu'il pourrait faire, rien ne pressait en tout cas. Ses pouvoirs étaient bien confiné au plus profond de son être, de façon à ce que personne ne puisse les remarquer. Le jeune garçon blond avait eu un peu de misère à mentir au début, mais il s'était habitué à tout cela. Le véritable ennui allait être lorsqu'il aurait un maitre. La règle dit clairement qu'il faut laisser notre esprit ouvert à notre maitre en tout temps. Ce qui allait relativement poser problème. En fait, à ce sujet, le jeune homme n'avait pas encore tout à fait décidé de ce qu'il allait faire. Il attendait de voir qui allait être son mentor pour les cinq prochaines années. Dans un sens, c'était quasiment impossible qu'il puisse lui cacher sa véritable identité pendant autant de temps. Mais bon, pour l'instant, ce n'était pas ce qui comptait. Qu'est-ce qui comptait pour l'instant en fait? Pas mal rien tout en réalité.

Kosuké regardait autour de lui. Heureusement qu'il s'était éloigné un peu de tout cette foule en délire, car il aurait finit piétiné. Bon, peut-être pas à ce point, mais se faire bousculer n'était..disons pas ce qu'il appréciait le plus. Les grandes foules lui donnaient l'impression de suffoquer. Tendance claustrophobe peut-être? Disons qu'il n'avait pas réellement envie de tester. De toute manière, il était bien lui, au soleil, contre le mur imposant du château. Ses cheveux d'un blond marqué rayonnait comme de l'or. Quant à ses yeux de la même couleur que sa chevelure, ils brillaient d'un éclat de confiance mais aussi d'impatience. Ce moment serait un moment unique dans sa vie. Il allait devenir écuyer. Malgré tout les problèmes que cela engagerait, il était impatient de commencer cette nouvelle étape de sa vie. Il se surprit brusquement à songer à son ami. Au fond de lui, il espérait que Hayden trouverait un maitre qui l'écouterait, et qui le comprendrait. Non pas qui le réconforterait, mais qui l'aiderait. Le jeune homme aux cheveux noirs n'avait pas besoin de la pitié des autres. Il était vraiment solitaire, quoi que tout le monde en fasse. Il n'y avait pas beaucoup de personne dans sa vie à qui il pouvait se confier. Dans un sourire, le jeune dieu songea qu'il était chanceux de faire partie du cercle d'entourage de ce jeune garçon étrange aux yeux rouges. Justement, il était passé où celui-la? Kosuké le chercha des yeux, mais rien n'y fit. Il n'aurait pas osé ne pas venir non? Non, car le jeune dieu ressentait son énergie à quelque part. Le cherchant grâce à ses sens magiques, il remarqua un arbre a part dans la cours. Sans grand étonnement, il aperçu Hayden couché sur une branche plutôt haute. Ayant l'air de dormir, le dieu du temps savait parfaitement cependant, que celui-ci ne faisait rien de ce genre. Lui adressant un sourire que peut-être il ne vit pas, Kosuké finit par détourner la tête pour observer tout le monde. Vraiment, il y en avait de tous les genres. Des elfes, des fées, quelques pardusses, des grands, des petits, des maigres, des gros, bref, vraiment de tout. Dans un sourire néanmoins joyeux, le dieu qui a perdu son immortalité se rappela le début de sa journée.

Tout avait commencer lorsqu'il s,était réveiller tranquillement d'une nuit sans rêve. Sur le coup, il n'avait pas songé à l'attribution, et avait commencer sa journée normalement. D'un bain rapide, il s'était lavé convenablement, laissant ses cheveux blonds plutôt long, séché tout de seul. Ce ne fut qu'au bout d'un certain moment qu'il croisa une bande d'élève surexcité et qu'il entendit le sujet de leur conversation, que soudain, il comprit. D'une claque rapide, il se frappa la frond.* Au nom de Parandas, mais je suis vraiment idiot ou quoi?* Ce jour là, il l'avait attendu depuis tellement longtemps! Et aussi stupide qu'il était, il avait oublier que c'était aujourd'hui. À ce moment là, Kosuké avait tourné les talons et couru vers son dortoir, sous le regard septique des élèves qui venaient de le voir faire. Rendu dans la petite pièce qu'il partageait avec d'autres élèves qui n'étaien tpourtant pas là, il changea rapidement de tunique, de manière à mettre quelque chose de plus propre. De coups de main plutôt rapide, il esseya d'arranger ses cheveux. Rien n'y faisait, ils restaient en broussailles. Le jeuen garçon avait donc abandonné dans un bref soupir, pour finalement se rendre dans la cours où les festivités avaient déjà commencé. Pour tout dire, Kosuké avait probablement manqué un discours ou quelque chose, si cela avit eu lieu.

Bref, au moins, maintenant il était là. Quoi que un peu ailleurs, il attendrait que cela commence, si personne ne venait l'interpeller ou quoi que ce soit..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Dorianne
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 555
Date d'inscription : 05/08/2009

Plus sur le personnage
Âge: 72-78 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalière et Doyenne de l'Ordre d'Emeraude - Ex régente d'Argent
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 02:54

Le plafond…La chose n’avait certes pas grand intérêt, pourtant, Dorianne l’observait depuis la toute première trace du jour.
C’était le plafond de sa chambre…Chambre comme les autres, terne, sans décoration, si un inconnu y entrais , il ne trouverais aucune différence avec les autres pièces
Du château, la fillette n’avait rien ajoutée à la pièce dans la quelle elle dormait depuis 9 ans.
Depuis les première lueurs de l’aube, Dorianne fixait le plafond, incapable de retrouver le sommeil, se demandant même comment elle avait fait pour dormir cette nuit, car après tout, la journée qui s’annonçait n’était pas une journée comme les autres…Aujourd’hui, si tout se passait comme prévu, la fillette serait pour la première fois de toute sa vie fière… ce mot raisonnait dans sa tête depuis quelques jours déjà, l’avait t’elle déjà été avant ? Non, elle avait un niveau moyen en classe, ni trop bonne ni trop mauvaise, elle n’avait jamais fait quelque chose de spectaculaire, et elle avait surtout toujours eu hontes des originalités qu’elle affichait.
Cette fois si, tout allait être différent, elle allait devenir écuyer, enfin, normalement, et sans doute, cet événement, lui donnerais raison d’être fière d’elle, car après tout, comment peu t’on être fière quand on sais que l’on a été lâchement abandonnée ? C’est vrais, si elle était au château depuis qu’elle avait 4 ans, c’est car on l’avait abandonnée, ses parents (bien qu’ils ne méritent même pas ce nom) avaient évidemment pris peur en voyant que les cheveux et les yeux de leur fille (là encore, ce mot n’a pas lieu d’être) ne cessait de changer de couleurs, et donc, il l’avait abandonnée.
Cela peu paraître si simple, de se débarrasser d’une chose qui nous horrifie, en tout cas avant de s’attacher à elle . Pourquoi alors avoir attendu 4 ans ?
Dorianne ne préférait pas savoir, pour ne pas avoir l’esprit embrouillé lors de la cérémonie, elle décida de faire le bilan de ses neuf années passées au château…
La seule chose qui lui vint directement à l’esprit c’est le fait qu’elle changeait de couleurs moins régulièrement que quand elle était plus jeune, la chose qui se produisait généralement plus d’une dizaine de fois par jours, s’était arrêtée à une moyenne de trois ou quatre fois, et de temps à autre, mais rarement, ses cheveux avait brusquement changé de couleur après…un busque changement d’humeur.
Elle avait aussi fait l’incroyable découverte qu’il existait d’autres sortes d’amis que les livres, elle s’était effectivement liée de se que l’on pourrait appeler « amitié » avec certaines personnes, mais rien de très excessif, pourtant elle venait de se faire la promesse d’essayer de se lier plus au gens, car après tout les chevaliers était sensés être très.. Lier.

Dorianne était donc là, allongée sur son lit, ses cheveux qui pour le moment brun étalés sur un coussin assez peu confortable, à penser à tout et n’importe quoi

Un an, deux ans, trois ans, quatre ans, cinq ans, tout cela passait vite, mine de rien.
Cela devit faire un an que les chevaliers étaient revenus de quête, sans Lyra, Dodo n’avait jamais vraiment connu la chevalière, mais il était difficile, quand elle était encore au château, on ignore rarement un éclair roux, mais changement de sujet, la jeune fille savait que le sujet de la chef des chevaliers était plus où moins tabou.

Elle ferma les yeux quelque instant…Pour…Ne rien faire, juste être dans le noir, se vider l’esprit avant le grand moment, avant se qui serait sans doute un des plus beau jour de sa vie. Plus que quelques heures, une, deux, trois, quatre, peut être cinq ? Qui sais…

Rouvrant ses yeux qui étaient, en cette jolie matinée, d’un magnifique vert jade, son regard tomba a nouveau sur le plafond, logique, elle était allongée sur le dos mais une toute petite chose attira son attention (elle avait toujours fait attention aux détails) une petite araignée, qui se balançait le long de son fil, alors, l’attirant vers elle avec l’aide de son pouvoir de lévitation, Dorianne la fit voler, une araignée volante, la pauvre bête devait sûrement se demander se qui lui arrivait, sûrement se questionner sur son avenir…Alors la reposant ,toujours avec l’aide de sa magie, sur le bord de la fenêtre, la future écuyère, ou vieille élève se questionna sur son avenir à elle…
Allait t’elle vraiment passer le grade supérieur ? Allait vraiment t’elle devenir l’écuyer de quelqu’un ?
Allait t’on lui faire confiance ?A elle qui semblait si différente ?
Bien sur…Enfin peut être…Sans doute…Mais maintenant qu’elle y pensait, ce ne serait pas sa différence qui ferait bah…La différence

Un seul problème lui vint a l’esprit, comment allait t’elle s’y prendre pour ne pas croise le regard de son maître pensant tout son apprentissage ? On lui avait bien dit que si la personne qu’elle regardant dans les yeux bloquait son esprit, elle ne pourrait plus lire ses pensées, mais cela ne serait vraiment pas pratique pour son maître de devoir tout le temps se bloquer…Haaa…Quelle plaie ce truc…Il est vrais que l’on ne pouvait guère penser que c’était ennuyant de lire les pensées comme on le veut, mais cela a plus de désavantage que de bons points…

*STOP* C’était la première fois de la journée qu’elle se parlait, il fallait qu’elle arrête de se perdre dans ses pensées…
Mais bon, quand on attend avec appréhension un événement, il est dur de penser à autre chose et quand on essaye, on s’y perd, c’est généralement comme ça, du moins c’est-ce que pensait Dorianne, mais elle pensait aussi qu’elle ne faisait rien comme les autres, cela ne l’arrangeais donc pas…

Enfin…Bon…Le plafond…Pas très intéressant, au bout d’un moment on en avait vite fait le tour, un tour de tête et maintenant c’était la fenêtre que Dorianne voyait…Encore rien de très intéressant, de l’autre coté ? Le mur encore quelque chose qui n’était pas très passionnant… De retour sur le plafond, des pierres, bien taillées, mais comment tenait t’elles ? Le jeune fille ne se l’était jamais demander comment tout cela restait en place, mais en même temps elle n’avait jamais étudier l’ « art » de la maçonnerie…

Il fallait peut être qu’elle se lève là ? Non…Elle était bien dans son lit, Dorianne, et malgré l’importance de l’événement qui allait se dérouler dans quelque heures, peut être la cause de cet envie de rester allongée était dut à une certaine anxiété ?
Sûrement, de toute manière tout les élèves devaient ressentir la même chose non ?

Pfff, un soupir par pied posé au sol Dorianne se leva, fit craquer ses doigts trois fois, s’étira un peu puis résista à la tentation de se laisser tomber sur le lit pour prendre sa tunique de cérémonie

*Mais franchement a quoi ça sert de mettre un truc de cérémonie si juste après on nous habille avec autre chose ?*

Il fallait absolument qu’elle arrête de penser comme ça, il fallait être POSITIVE aujourd’hui, elle s’efforça donc d’enfiler sa tunique avec le plus de joie possible, chose quasi impossible, surtout qu’elle se rendait compte qu’elle devait avoir l’air super stupide à sourire comme ça…
Une fois sa tenue bien mise, elle s’écroua sur le lit, bien qu’elle s’était promis de ne plus le faire, mais apparemment, elle avait l’impression d’être aimantée par ce grand matelas inconfortable , et qu’elle ne pouvait rien y faire.

Dorianne poussa un grognement, il fallait absolument qu’elle se bouge ! Elle n’allait tout de même pas rester dans cette chambre tout la journée non ?
Il lui sembla qu’a un moment un petite voix murmura un timide « oui », mais comme pour le combattre, elle se releva, bien déterminée de ne plus s’affaler sur son lit.

*Un peu de nerf, franchement tu va être attribuée, enfin normalement, nan, tu, je vais être attribuée, je vais avoir un maître, je vais changer de vie !*

Et poussée par cette pensée positive, elle sorti de la chambre, non sans jeter un dernier coup d’œil a cette chambre dans la quelle elle ne reviendrais jamais, de toute manière, elle n’y avait pas vraiment de souvenir, elle avait essayer de s’en faire le moins possible, sachant qu’elle devrais bien quitter la chambre a un moment ou a un autre, mais si elle suivait cette logique, elle ne devait s’attacher a rien du tout car tout était en changement permanant…

Se promettant de changer de logique, Dorianne s’élança dans le couloir, où d’autre élèves s’agitaient déjà, les ignorant pour le moment se dirigeant vers un escalier désert, et qui ne descendais pas, mais qui montait, pourquoi ?
Car la jeune fille avait toujours été curieuse et que cela lui plaisait de voir les préparatifs de haut.
Elle monta donc une dizaine de marches, jusqu’à une fenêtre plutôt prisée des observateurs car elle avait un rebord assez pour que l’on puisse s’asseoir dessus, elle s’hissa donc dessus et pris une position confortable, c’est-à-dire les genoux pliés près du visage et le menton posé sur les genoux, et observa.
En bas, les gens s’agitaient comme des fourmis, courants dans tout les sens, certains s’emblais construire des choses pas très précises vu de là ou Dorianne était.
Elle cru apercevoir les armures vertes des chevaliers, qui par lien, signifiait la présence de chevaliers dans la cour, a moins que les reflets d’émeraude qu’elle apercevait n’étaient les équipements des futurs écuyers.

Il fallait qu’elle aille voir ça de plus près, descendent donc de son perchoir, elle dévala les marches qui menait en bas, mais a peine passait t’elle devant la cuisine ,d’où s’échappait de douces effluves, son ventre émit un grognement qui signifiait qu’il voulait être remplit et maintenant, glissant donc sa frimousse par la porte de la cuisine, la jeune fille fut accueillie pas les cris de joies des cuisinières qui étaient enthousiastes à chaque grand événement, et donc, cinq petite minutes plus tard, Dorianne sortait de la cuisine, un bon morceau de pain chaud à la main, le ventre remplit, prête a continuer sa vadrouille et la dure journée qui l’attendait.


Mais toute bonne journée ne pouvait pas se faire si on était sale, après tout, on n’assiste pas au cérémonie sans s’être lavé un minimum non ?
Le fillette se dirigea donc, vers les bains, elle avait toujours aimé cette pièce, bien qu’elle ne sache pas pourquoi, et après être rester &0 minute dans l’eau froide, l’adolescente en ressortit légèrement plus calme et repris son chemin vers où, elle ne savait as, laissant ses pas la guider, bien que a cause d’eux elle avait traverser la moitié du château sans avoir pris de direction précise

Tandis qu’elle marchait, une chose la frappa, son caractère, ses émotions…Ils changeaient sans cesse ! Il y moins d’une heure elle ne voulait pas se lever et trouvait ça idiot de revêtir une tunique…
C’était peux être l’âge qui lui jouait des tours, après tout, n’entrait t’elle pas dans l’adolescence ?
Sachant qu’elle en saurais plus si elle allait a la bibliothèque (vieux réflexe chez elle) Dorianne commença à cheminer vers cette pièce quand la chose lui vint à l’esprit;
La bibliothèque, elle y irait beaucoup moins maintenant qu’elle aurait un maître, il fallait donc qu’elle ailler récupérer quelque choses qu’elle cachait précieusement dans cette pièce, un vieux carnet dans le quel elle avait recopier les textes, les chansons, les poèmes et les autres choses qui l’avait marquer durant les 9 ans pendant les quels elle avait vagabondée dans cette grande réserve de sagesse.

Première rangée, deuxième rangée, troisième rangée, quatrième rangée, cinquième rangée, il était là, le petit carnet noir, elle l’ouvrit au hasard et tomba sur la page ou de ses pâtes de mouches elle avait recopier une chanson traditionnelle de Zénor, puis le cahier fut refermer et fourré dans la grande poche de la gamine qui se dirigeait maintenant vers la grande cour

Il y avait du monde…Beaucoup de monde, bien plus qu’elle n’en avait supposer de son perchoir, des paysans, des cuisiniers, des servantes, des marchand, des palefreniers, des voyageurs, et la moitié d’entre eux étaient venu pour voir l’ordre d’Émeraude s’agrandir.
Une boule vint se loger dans le ventre de Dorianne, non pas a cause du monde, enfin pas seulement, mais à cause d’une table…Une grande table ou étaient alignées les armures des futurs écuyers, et la choses sautais au yeux…Il n’y avait pas d’armure pour tout les élèves, nombreux d’entre eux allaient avoir la déception de leurs vie…La jeune fille se doutais que les plus jeunes ne seraient pas pris, mais ceux de sa tranche d’âge, entre 10 et 15 ans ? Ils étaient nombreux aussi, et certains ne deviendrais sûrement pas chevaliers.
Mais elle ? Allait t’elle avoir la chance de recevoir un maître ?
L’angoisse qu’elle avait plus ou moins réussi à faire partir revint en force, elle n’avait pas donner tout ce qu’elle pouvait, elle était trop faible, elle n’allait pas être prise…

Ses cheveux prirent immédiatement une teinte noire, attirant les regard des curieux des alentours qui commençais à se demander jusqu’à ou l’ordre allait aller dans les bizarreries avec leurs membres, et la se fut les joues de Dorianne qui changèrent de couleur, alors tourna les talons elle alla se mettre dans un petit coin à l’ombre, pas très loin d’un arbre d’ailleurs, pour essayer de se calmer, de redevenir brune, d’arrêter de paniquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 05:22

Le grand jour était arrivé. Les nouvelles attributions, cela faisait longtemps décidément, combien d’années avaient passé ? Une, non cinq ! Quel misère ce temps… Toujours tellement rapide, 19 ans, et oui le temps passe trop vite. Quinze ans qu’elle était ici et qu’elle avait la chance de faire partie de cette grande famille ! Vraiment cela passait trop vite.
La chevalière ouvrit les yeux sur cette pensée. Que du bonheur !

Et maintenant, elle allait laisser s’envoler l’oisillon qui dormait encore à côté d’elle, Ellina, son écuyère. Elle l’avait formée et lui avait apprit tout ce qu’elle savait… Il y avait eu toutes ces leçons. L’expédition pour ces ailes au royaume des fées et elles y étaient retournées ensuite pour une mission de reconnaissance avec la chevalière Kirlia et son écuyer. Pour une fois, il n’y avait pas eu de problèmes. Mais cela ne dura pas, Lyra avait disparu, combien de temps, beaucoup trop. Juste après le sauvetage de la petite Zeïla – tiens, elle allait devenir chevalière d’ailleurs celle-là !

Enfin, en tant que chevalière, elle devait être là-bas rapidement, elle ne serait sûrement pas la première mais pas la dernière non plus ! Sans faire de bruit, elle se leva et prit son costume d’apparat quelle avait bien astiqué la veille. Puis elle sortit de la petite chambre avec un dernier regard sur celle qui ne serait bientôt plus son écuyère. Elle avait tant grandi, tant changé…

En silence, elle rejoignit les bains où elle s’équipa rapidement après s’être lavé. La cérémonie n'était pas encore totalement prête. Il lui faudrait patienter ainsi qu'à tout le monde. Quoi faire ? Aller, un tour dans la bibliothèque à chercher quelques informations supplémentaires sur des sujets divers et variés... L'après-midi s'annonçait et des servantes se bousculaient dans tout le château pour prévenir tout le monde du début de la cérémonie. Quand elle se trouva enfin dans la grande cours, préparée pour l’occasion, elle leva les yeux vers les dortoirs, se rappelant exactement ce qu’elle avait ressentie ce jour là. Rien du tout, puisqu’elle ne s’était pas réveillée à l’heure et avait oublié l’événement ! Mais après ce fut de la peur et de l’angoisse d’être rejetée ou de ne pas avoir LE bon maître.
Plusieurs petites têtes et yeux curieux échappaient aux servantes qui tentaient de les calmer pour regarder ce qui se passait au-dehors. Qui sait, peut-être que l’un d’eux deviendrait son prochain écuyer.

Profitant de la légère brise dans cet après-midi doté d'une chaleur étouffante, elle alla se placer non loin de l’estrade et regarder tout le monde qui arrivait dans cette cour où de nombreux spectateurs arrivaient déjà pour assister à l’événement. Les premiers avertis se pressaient déjà, tous aussi impatients les uns que les autres…

Revenir en haut Aller en bas
#Akyro

avatar
Nombre de messages : 383
Rôle : Guérisseur
Âge du personnage : MORT
Date d'inscription : 02/02/2009

Plus sur le personnage
Âge: 49 - 54 ans [G13]
Rôle: Ex-Chevalier guérisseur mort
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 05:48

Une des premières nuits, non la première nuit qu’il ne dormait pas avec sa mère, il avait choisit de la faire la veille de son attribution à un chevalier d’Emeraude… ! Quelle idée, tous les mômes étaient surexcités et parlaient en tous sens dans un capharnaüm horripilant. D’ordinaire, cela ne le dérangeait pas, mais là, tout allait tellement vite, qu’il aurait préféré ne rien entendre. Et malheureusement, il n’existait aucun pouvoir magique pour empêcher d’entendre les gens. Pour les empêcher de parler, peut-être, mais ne serait-ce pas trop bête de se faire exclure de l’ordre maintenant ?!

Voilà cinq ans qu’il avait été rapatrié de force sur ce continent, et continent plutôt pas mal il faut dire. Enfin, l’autre ne peut pas tenir la comparaison puisqu’il n’avait vu qu’une petite cellule pendant 4 ans. Il y a deux ans, le petit garçon avait commencé à en avoir marre de cet apprentissage long et fastidieux… Le jeune Akyro avait commencé à ressentir l’envie véritable d’avoir un maître ! Allez savoir pourquoi, il ne vous le dira pas, mais lui voulait aller à la guerre, mais il ne vous dira jamais pourquoi… Et maintenant qu’il sait protéger ses pensées, essayez toujours de percer la défense, vous serez bien mal… !

Bref, il n’arriva pas à fermer l’œil de la nuit, bien embêtant certes puisque le jeune garçon, presque pré-adolescent – et fier de l’être ! – n’arrêtait pas ses réflexions sur son prochain maître. Quelques à priori sur certains et sur d’autres de la méfiance, très peu de chevaliers ou d’écuyers actuels l’intéressaient vraiment… Il était sur d’une chose, il n’aurait pas sa mère, elle avait demandé à ne pas l’avoir, et il avait surprit la conversation. Pourquoi ? Très simple, quand il lui demandait quelque chose, elle lui calait tout et ce n’était apparemment pas la conduite que devait adopter un chevalier face à son écuyer. Et surtout, elle ne lui laisserait rien faire qui puisse s’avérer dangereux, conclusion elle ne le laisserait rien faire du tout !

Bon, fin des tergiversions, c’est l’aurore, déjà. Toutes les douches et bains étaient pris, personne ne voulait laisser sa place. Du haut de ses neuf ans, Akyro poussa un long soupir sur ses camarades, quasiment tous plus âgés que lui ; il rassembla ses affaires, et se téléporta dans les quartiers des chevaliers, espérant qu’il n’y aurait personne. Un coup de chance, véritablement ! Il fut prêt en un temps record, sa plus belle tunique sur lui, les cheveux relativement coiffés – grande première – il se téléporta à nouveau avant d’être surprit dans un quartier interdit… Enfin, plus pour très longtemps. Le garçon se stoppa net. Plus d’interdits ? Mais alors, que
pourrait-il faire ?!

* Oh, il doit bien y avoir encore quelques règles en tant qu’écuyer ! *

En faisant attention de ne percuter personne – ou plutôt de ne pas se faire percuter – il erra dans le château attendant avec impatience le moment où les servantes les pousseraient tous dehors. En attendant, il se remémora tout ce qu'il avait apprit durant ses cinq années d'apprentissage. Durant quatre ans il s'était calqué sur un modèle, non deux, non trois même, mais un restait prédominant. Kyera était souvent avec sa mère et elle se comportait comme ce que les gens d'ici appellent une "tante" d'ailleurs, n'était-elle pas sa marrainne ? Enfin, il avait peut-être mal compris ! Isklive, il l'avait rencontré alors qu'il allait faire de l'équitation, et désormais, à chaque fois qu'il le voyait, il lui collait aux pieds, ne voulant plus le lâcher. Il faut dire que cet écuyer s'était révélé être un très bon maitre dans ce qu'il s'agit de ne pas respecter les règles, et cela avait tout de suite plu au petit garçon !

Mais ce n'était aucun de ces deux-là qui le motivait intérieurement marojitairement. C'était une des premières personnes avec qui il avait discuté lors de son arrivée, excepté l'ancien maitre de sa mère, Mathys. Et cette personne là, elle avait disparu il y a un an, laissant le semi-orphelin terrassé à l'idée de ne plus la voir. Bon, d'accord, elle avait sauvé deux écuyers, et probablement tout l'Ordre d'Emeraude, mais la vérité c'était qu'elle lui manquait affreusement. Mais après une discussion intense avec sa mère et Kyera, il avait conclu qu'elle serait certainement plus heureuse de le voir continuer sa vie que de se morfondre. Il avait donc repris ses entrainements avec assiduité et se sprogrès avaient été tout aussi rapides qu'impressionant. Surtout en armes. De son groupe, il était le meilleur, il était toujours le premier à arriver, le dernier à partir et demandait sans cesse des cours supplémentaires à tout les professeurs et ceux-ci lui avaient assuré qu'il était très doué ! Peut-être pas le plus fort des élèves - on n'en était pas sur, il ne les avait pas tous défiés - mais dans les meilleurs, ça c'était une certitude. Après tout, le gamin avait ça dans le sang, des deux côtés... Et quelques fois, il se demandait si Hyllïna s'en sortait aussi bien que lui.

D'ailleurs, voilà cinq ans qu'il n'avait pas communiqué. Autrefois, quand il avait essayé de lui parler, il s'était heurté à un mur, surement la distance, et ce mur était infranchissable, alors il n'avait pas pu. Mais désormais, avec l'expérience et le travail, il avait peut être ses chances. Il se concentra et visualisa sa soeur, il y a cinq ans, la petite tête blonde et les deux grands yeux. Il se concentra après sur le message à envoyer. Un mur, mais cette fois, il le percerait, alors il l'escalada virtuellement et abandonna quand il vit qu'il grandissait au fur et à mesure qu'il progressait. Il reprit alors sa vieille technique, creuser ; celle qui lui avait valu son admission en tant qu'élève ! Ce fut un travail long et fastidieux mais il y parvint. Et le message fut transmit dans les règles :

** Hyllï ? C'est moi, Akyro... Tu m'entends ? Est-ce que tu vas bien ? **

Voilà c'était fait. Il ne restait plus qu'à attendre la réponse, si réponse il y aurait. Enfin, il n'eut pas le loisir de s'avancer plus avant dans ses réflexions car il sentit une pression sur son épaule droite, il se retourna vivement et entre apreçut le visage d'une servante lui souriant à pleine dents. C'était l'heure ! Enfin ! Alors le jeune garçon se mit à courir jusqu'à la porte d'entrée ou plutôt de sortie du château et s'arrêta devant. C'était un moment tellement important.

Après quelques secondes de délibération, il poussait la grosse porte et se rendit d’un pas joyeux mais angoissé dans la cour où devrait se dérouler la cérémonie… Très joli, très spacieux, bien aménagé. Et tout plein de spectateurs ! Il résista à l’envie d’aller discuter avec eux et scruta les alentours pour se dénicher un endroit confortable.

Une petite pierre posée en équilibre précaire sur une colonne délabrée, un peu haut mais voilà qui ferait l’affaire ! Il s’en approcha et sauta pour s’accrocher à une prise. Avec la force de ses bras, il se hissa tout en haut, les cours de combat avaient été une chose profitable pour ses muscles. Arrivé au sommet, il s’installa sur le promontoire, tout fier de lui et épousseta les légères traces de poussière sur ces vêtements. Voilà, il était sale, et ses cheveux n’étaient plus en ordre ! Bof, pas si grave que ça ; il avait l’habitude !

Il ne restait plus qu’à attendre, que quelqu’un vienne le voir ou que la cérémonie commence ou encore que sa soeur lui réponde, mais il ne comptait aps trop là-dessus, après tout, elle n'avait peut-être pas les mêmes capacités que lui, ou elle ne pourrait pas lui répondre, ou peut-être même qu'elle n'avait pas reçu son appel… Enfin, pour faire patienter le temps, il n’aurait qu’à observer les gens qui arrivaient de toute part…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 06:04

Une page allait être tourné définitivement et cela était finalement inévitable... Nùura était allongée sur son lit, le clair de lune brillant par sa petite fenêtre à moitié recouverte par des rideaux transparents. Les bras autour de son cou, elle ressassait le passé, pensait à toutes les choses qu'elle avait vécu jusqu'ici. Tout avait bien changé depuis sa naissance. Petite fille sans destin deviendra une grande chevalière. C'était ce qu'elle se disait sans cesse pour taire ses doutes et ses remords. Elle se tourna sur le côté pour prendre une position plus agréable. Elle devrait pourtant faire de beau rêve et penser au lendemain qui devrait normalement être radieux mais elle n'y parvenait pas. A dormir, certes, mais à chasser ces idées de sa tête. Que serait devenue sa vie si elle n'avait pas croiser le chemin de Layla ?! En quelque sorte, elle était sa sauveuse, son idole. Sans elle, elle serait toujours dans cette famille qu'elle ne connaissait pas, rejeter par les autres, mal vu par la société. Après tout, ce n'était pas sa faute si l'union de ses parents n'avaient pas été approuvés et que malgré tout, ils se soient mariés et que sa mère soit revenue au pays, devenant la risée du Royaume des Elfes. Non, rien n'était de sa faute, rien. Mais rejeter la faute sur d'autres ne servirait à rien, et n'était pas digne d'une future écuyère. C'est pourquoi elle devait oublier et se concentrer sur le présent. Penser au passé n'a jamais été bon, et certains devenaient fou à cause de cela. Elle soupira en silence, et regarda les cieux bleutés parsemés de moutons blancs, eux aussi teintés d'un vert bleus profond. Est ce que Lizzy se trouvait t'elle là-haut ?! Cela faisait bien longtemps qu'elle ne l'avait pas vue, et sa présence lui manquait cruellement. Enfin, il y avait Dorianne, sa confidente, une partie d'elle même, celle qui savait tout. Mais elle se faisait du mourons pour sa meilleure amie qui était en ce moment même avec les Immortelles. Regardait t'elle par la fenêtre de sa prison de soie, dans la grande tour des Dieux ?! Pensait t'elle à tout les bons moments que les deux fillettes avaient passés ensemble ?! Ou était t-elle encore en train de travailler pour espérer devenir un jour une immortelle accomplie. Nùura ne doutait pas un instant que plus tard, elle soit à ses côtés et qu'elle se batte pour le continent d'Enkidiev. Elle pourrait enfin la présenter à Dorianne, qui même si elle connaissait son existence, ignorait tout de son physique. Jamais elle n'avait pu la voir apparaître dans son précieux halo blanc avec sa tunique blanche, entouré d'une lumière magique et magnifique. Elle avait hâte de pouvoir les présenter. Et peut être à Naryaa aussi. Car elle avait beau être timide et réservé, c'était une grande amie sur qui l'on pouvait compter. Elle savait qu'aucunes d'elles ne la trahirait. Non, jamais. Sombrant peu à peu dans un sommeil léger, elle ferma ses paupières et posa sa tête sur son oreiller en plume d'oie. Elle remonta ses draps le long de son corps, et s'y emmitoufla pour pouvoir dormir en paix, le temps d'une nuit. Demain, elle ne serait plus la même. Ce ne serait plus : Élève Nùura, mais Écuyère Nùura. Et cela faisait un grand changement pour une gamine de son âge. 11 ans, elle avait bien grandie. Et dire que hier, elle semblait être un poupon dans les bras de sa mère enfouie au plus profond du Royaume des Elfes. 3 ans dans ce Royaume qu'elle détestait désormais. 3 longues années interminables, où chaque jour, elle se renfermait peu à peu sur elle. Les plus belles années de sa vie furent certainement celles qu'elle avait passé au château d'Emeraude. Oui, sans aucun doute. Un sourire doux se dessina sur ses lèvres et elle pénétra dans le pays des Rêves...

x. Un coq brailleur chanta très tôt ce matin là. Nùura était déjà réveillée, prête à partie. Assisse sur son lit, elle tenait dans ses mains une dague qu'elle avait eu le temps de son entraînement. En fait, elle voulait la garder cette petite dague pourtant sans importance. Les mains posés sur sa tunique toute propre bien plissés, elle regardait le sol avec nostalgie. Elle remarqua que désormais, quand elle balançait ses jambes le long de son lit, elle touchait par terre. Elle avait bien grandit. Au début, elle peinait presque à se faufiler ici. Elle descendit, et fit le tour pour aller voir sa commode. Elle venait de plier toutes ses affaires, impeccablement. Car désormais, elle dormirait avec son maître, le suivrait partout. Elle sortit une petite valise et y mit sa dague, l'enroulant dans un papier un peu déchiré. Elle se releva ensuite, et les mains sur les hanches, regarda sa chambre. 8ans qu'elle y vivait. Elle sentait une partie d'elle même partir en quelque sorte, mais bientôt, elle ouvrirait une nouvelle porte. Elle soupira à nouveau et monta sur le rebord de sa fenêtre. Au dehors, des villageois, paysans arrivaient de tout le Royaume pour venir voir les futurs Ecuyers et Chevaliers adoubés dans peu de temps. Elle se gonfla de fierté, mais se ravisa, un bon écuyer ne devant jamais faire preuve d'orgueil et devant toujours être humble. Elle décida de descendre au cuisine pour grignoter un peu avant de se rendre dans la grande cour. Elle noua ses cheveux les ayant couper depuis peu pour qu'elle soit plus à l'aise. Il était encore long bien sur, mais moins que d'habitude. Elle les laissa détacher derrière et prit deux mèches en faisant deux tresses qui se rejoignaient derrière. Elle mit ses cheveux de devant vers l'arrière et en laissa quelque un tomber en panache devant ses yeux. Elle était fin prête. Mais son ventre gargouillait de plus en plus. Elle aurait voulut aller chercher Dorianne pour qu'elle parte toute les deux, mais elle n'avait plus le temps. Elle décida donc de partir seule et de la rejoindre après.

x. Descendant les escaliers deux par deux, elle sortait des douches où elle s'était lavée les mains. Les frottant sur sa tunique délicatement pour enlever le reste des gouttelettes d'eau, elle poussa la porte des cuisines et y vit quelques autres personnes. Elle les salua toutes et s'approcha d'un serviteur. Elle le salua aimablement, puis monta sur la table. Elle lui demanda s'il pouvait lui apporter du pain et de l'eau et il s'inclina avant de se précipiter vers les réserves. Nùura attendit son retour en observant la pièce qu'elle connaissait parfaitement. Il lui arrivait de descendre en douce ici quand elle avait trop faim. Et puis les serviteurs étaient toujours très gentils avec elle et elle les considérait plutôt comme des nounous et des amis pour la plupart. Celui ci revint quelques minutes plus tard avec le pain et un pichet d'eau fraîche. Il le lui tendit et Nùura l'attrapa à deux mains. Elle prit un verre et se servit un peu du liquide frais. Elle arrache une miche de pain et l'avala goulument. Elle mangea le pain entièrement et finit le pichet à moitié. Elle remercia les serviteurs et remonta les escaliers pour sortir.

x. Sortant dans la grande cour, elle vit les bancs et les escalades érigés spécialement pour l'occasion par le roi, Elthor. Celui ci supervisait le tout, les bras croisés et prêtant parfois main forte aux autres. Nùura alla un peu plus loin, et vit plein de marchands venus voir, ainsi que les paysans et paysannes, qui tenaient fermement leurs enfants par la main. Ceux ci s'amusait, se prenant eux aussi pour les chevaliers. Elle sourit en voyant cela et marcha encore un peu sans sortir de l'enceinte du château. Elle ne vit par Dorianne, et finit par se mettre à sa recherche. Elle partit en direction des écuries et aperçut le petit cheval palomino qu'elle avait vue, lorsqu'elle était venue avec Dorianne et Naryaa. Celui ci était parés d'une sorte de cuirasse en fin voile, avec des sac doubles à l'arrière. Un fourreau prévu pour mettre l'épée lors de la parade dans les villages devaient être prévu pour ça. Elle s'appuya sur la porte du box, et caressa lentement le beau cheval qui mangeait tranquillement. Elle finit par sortir et se dirigea vers un banc. Elle s'assit attendant que la cérémonie commence. Tout le monde n'était pas encore arrivée, et elle préférait rester encore à part quelques instants. Elle regarda les gens installer ce qui restait, et puis vit le roi monter sur une estrade. Elle se leva et attendit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 06:16

Ellana se leva de bonne heure afin de faire plusieurs choses utiles. Quand elle sortit du lit,elle était en robe de nuit en bref, son pyjama. Ellana déteste les robes! Elle bougonne un moment avant de retirer, ou du moins d'essayer, la robe blanche. L’attache se trouve derrière le dos de la jeune fille et elle n’a pas de bras à rallonge. Ellana lâche une bordée de jurons bien sentis avant de s’acharner sur cette stupide robe. Après quelques minutes, il devient évident que la jeune fille n’arriverait pas à s’habiller seule. La demi-Elfe demi-Fée sort discrètement de la chambre et avance dans le couloir. Elle avance lentement en se demandant quel serait son maître… La jeune fille se dit que Lyra à disparut et elle ne peut pas le supporter. Cette jeune femme qui est si forte ne peut pas avoir disparut comme ça sans raison apparente. Non, Ellana ne peut plus le supporter. Elle chasse une image de la chef des Chevaliers enchainée à Irianeth en train de subir les pires tortures jamais imaginées… La jeune fille secoue la tête et essaye de penser à autre chose… Mais l’image d’une jeune femme rousse lui souriant et la félicitant après son cours d’armes ne cesse de la hanter… Ellana pense ensuite que la personne qui doit avoir le plus de mal à supporter l’absence de la femme Chevalier est sûrement Elthor, le roi d’Emeraude. Le souverain doit sûrement être plus, et beaucoup plus, tourmenter qu’elle. Mais changeons de sujet ! Ellana n’a presque pas dormit de la nuit car elle à essayer de faire un rêve prémonitoire ou d’avoir une vision concernant l’adoubement. La troisième raison de l’insomnie d’Ellana c’est ce fameux évènement d’adoubement et d’attribution.

A force d’essayer de faire un rêve, elle en fait un. Seulement il ne lui a pas apporter beaucoup de renseignements : Ellana est dans le couloir et elle marche,… Elle arrive enfin à la destination tant attendue, la grande cour côté ouest. Elle est sur place, est appuyée sur une colone de pierre froide et regarde le paysage… Il y as beaucoup, beaucoup de monde mais Ellana ne craint pas le monde. Elle aperçoit la fameuse table où sont disposées les armures des futurs Ecuyers et c’est de ça qu’elle a peur. Trop d’élèves, pas assez d’armures… Ellana se réveille alors en sursaut en ayant oublié le tiers de son rêve…

Revenons dans le couloir où la jeune fille se dit que c’est bien dommage qu’elle ne se souvienne de presque rien. Elle arrive enfin au cuisines. Elle entre discrètement et demande de l’aide à une servante qui prépare le repas de fête. La femme rit en voyant Ellana empêtrée dans sa robe et lui défait la petite attache. Ellana la remercie et se dit que ses vêtements sont restés dans sa chambre. Elle se concentre et fais léviter ses vêtements… Dans la chambre, un pantalon brun, une petite tunique, des chaussettes et des chaussures brunes également. Ils arrivent rapidement sur place où Ellana les attrapent au vol et vas se cacher dans un coin sombre où elle se change en vitesse. Elle se lisse rapidement les cheveux, remercie la servante et s’éloigne. Elle passe la porte et se concentre avant de sonder les servantes unes par unes. Ellana est persuadée que l’unes d’elles doit bien savoir qui elle aura comme maître. Mais la jeune fille est rapidement déçue. Les servantes ne pense qu’au repas qu’elles doivent préparer en vitesse.

En remontant dans sa chambre afin d’y ranger cette stupide robe de nuit,Ellana se met à penser à Citeo,… Son Citeo… Il n’est pas venu au cours de combat et Ellana s’inquiète pour lui. Elle arrive dans la chambre au moment où elle pensait à son premier baiser échanger avec le jeune garçon. Ellana soupire de contentement et pousse la lourde porte de bois massif. Elle jette la robe sur le lit et réfléchit : doit-elle faire ses bagages ? Elle secoue la tête en pensant que non ça ne sers à rien elle n’a que sa robe de nuit, ses vêtements, son arc offert par son père adoptif et l’épée que Lyra lui a offerte… Rah !! Rien à faire, Ellana n’arrive pas à oublier la Chevalière !!

Ellana met sa robe et sa brosse dans un petit sac et son épée et son arc les rejoignent et la jeune fille embarque le tout. En touchant la brosse, elle se remémore l’époque où elle vivait heureuse avec ses parents… Elle pense également avec nostalgie à son père adoptif qui se demande sûrement comment elle vas… Ellana décide que quand elle devras prononcer le serment elle perlera haut et fort afin que ses parents et son père adoptif l’entende de là où ils sont… Elle promet aussi que quand elle sera Ecuyer, elle enverra une lettre à son faux père afin de l’informer des dernières nouvelles… Si elle est Ecuyer, bien sûr,… Et ça c’est déjà une incertitude… Elle regarde une dernière fois sa chambre et sort, sans aucuns regret, en laissant derrière elle son lit et sa table de nuit… Quand elle à fermé la porte, un vent glacé souffle dans la pièce et apparaissent deux forme blanches, des fantômes plus précisément. Le premier fantôme, qui est un homme, dit :

-Parandar est généreux, il nous laisse voir une dernière fois notre fille. N’es-tu pas heureuse?

Le deuxième fantôme lui répond :

-Oui,… Je suis très heureuse... C’est un dieu généreux. Heureusement que Théandras nous à aider à convaincre le dieu.

Le premier fantôme hoche la tête avant d’appeler doucement :

-Ellana?!

La jeune fille est déjà dans le couloir lorsqu’un mot vient lui chatouiller ses oreilles pointues : Ellana?! Elle sursaute en reconnaissant la voix de son père.

-Papa?

Elle remonte les escaliers quatre à quatre et sonde sa chambre. Il n’y a personne mais Ellana entre quand même pour vérifier. Quand elle aperçoit les fantômes de ses parents, elle lâche le sac et reste bouche-bée. Sa mère s’accroupit et tend les bras. Ellana se jette immédiatement dans ceux-ci et se met à pleurer. Tous trois s’enlacent en pleurant de joie. Quand les pleurs se calment, les fantômes contemplent leur fille. Le père dit :

-Comme tu as grandis !

La jeune fille lui arrivait plus ou moins au torse. La mère renchérit :

-Ca pour grandir, elle a grandit !

Soudain, un petit vent vient balayer la pièce et les Caldin se redressent. Les fantômes annoncent à leur fille :

-Nous allons devoir y aller ma chérie mais resterons près de toi par la pensée. D’accord?

Ellana hoche la tête en disant :

-Je vous aime vous savez. Et je n’ai pas pour habitude de désobéhir.

Ils s’enlacent une dernière fois puis les fantômes disparaissent en disant d’une même voix :

-Au revoir Ellana…

-Au revoir papa au revoir maman…

Contrairement à ce qu’on peut penser, Ellana ne pleura pas. Elle éclata de rire en tournoyant dans la pièce maintenant vide… Elle récupère son sérieux et son sac puis, va dans la cour. Ellana est dans le couloir et elle marche,… Elle arrive enfin à la destination tant attendue, la grande cour côté ouest. Elle est sur place, est appuyée sur une colonne de pierre froide et regarde le paysage… Il y as beaucoup, beaucoup de monde mais Ellana ne craint pas le monde. Elle aperçoit la fameuse table où sont disposées les armures des futurs Ecuyers et c’est de ça qu’elle a peur. Trop d’élèves, pas assez d’armures… Elle pense alors à ses parents et se calme en allant vers le premier rang…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 06:41

Gryfenfer se leva avec un mal de crâne terriblement épouvantable. Il avait très mal dormi en pensant à l'attribution. Qui aurait-il comme maître? Serait-il seulement attribué? Son maître serait-il gentil avec lui? Ou bien aurait-il peur de lui? Bref,il avait très,très,très mal dormi. Il regarda les autres lits qui étaient presque tous vide. Il appeçut non loin de lui Umarth et Hekall qui roupillait tranquillement. Cela faisait maintenant cinq ans que le jeune pardusse avait faits la connaissance des deux garçons et depuis l'amitié ne les avait plus jamais séparés. Gryfenfer avait changer depuis ces cinq années. Il n'avait plus aussi peur de subir les foudres des autres élèves d'Emeraude. Il avait chercher des vêtements un peu plus couverts car ses gouts avait changer et il préférait être couvert. Il s'était également teint une mèche de ses cheveux en noir parce qu'il trouvait ça "cool. Il reste allongé afin de trouver ou même d'attendre le sommeil qui ne tarda pas à revenir l'englober de sa cape de bonheur ou de malheur...

Il marche vers la cour mais le couloir n'en fini pas. Il essaye de marcher plus vit mais il ne se rapproche pas d'un micropoil. Alors il s'assied en se disant qu'il ne sera jamais arrivé à teps pour l'attribution. Il entend alors son nom qui est cité: Gryfenfer sera l'Ecuyer de... Il eu beau tendre l'oreille,le nom n'arrivait pas. Il entendit qu'on répétait plusieurs fois son nom. Finalement,comme il n'arrivait pas,on appella un autre élève à sa place. Gryf reconnut le garçon qui lui avait tiré la queue quelques années auparavant. Ce drenier l'apperçut et dit: He bien quoi traitre? Tu ne sais plus nous espionner?

Gryf se réveille en poussant un cri.

-Ahh!

Cette fois,ce n'était pas un rêve,mais un cauchemard! Il reprend petit à petit son souffle et regarde autour de lui. Cette fois,Umarth et Hekall ne sont plus près de lui. Alors,il se lève,prend sa petite épée et sa vieille cape puis sort de la pièce pour,et il l'espère,la dernière fois... Il file se purifier avant d'aller manger. Cette fois,il trouve sur la table de la viande fraiche. Il s'emparre d'une bonne cuisse de poulet roti bois son verre d'eau et sort du réféctoire encore rempli d'enfants et d'adolescents. Gryf eu beau chercher,il ne trouva pas ses deux amis. Par contre,une jeune fille qu'il n'avait jamais vue ne cessait de le dévisager. Gryf ne réagit pas car in se disait qu'il n'était différent qu'en appareance. Il coinça sa cape sous le bras et alla alors vers la cour où les élèves et les Ecuyer devaient être attribuer. Il appercut la table où étaient posée les armures scintillantes d'Emeraudes et Gryf se mit à les compter. Oh non! Il n'y en a pas assez pour touts les élèves! Le pardusse va vers le premier rang d'élèves en se disant qu'il ne serais jamais choisi... Et que même si il devenait Ecuyer,il serait rejetté immédiatement.

(Hrp: J'avais rien à mettre alors voilà un mini texte ^^')


Dernière édition par Gryfenfer le Mar 15 Sep 2009, 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 07:20

Luthien ouvrit les yeux, se réveillant pour la dernière fois dans cette chambre qui avait été la sienne pendant 10 ans. 10 années qui avaient passé plus vite qu’elle ne l’avait pensée .Elle n’était plus la petite fille qui avait franchi les portes du château. Elle avait désormais 15 ans et était plus grande, plus calme .Elle avait aussi changé physiquement, elle était plus grande, moins fragile. Les 10 années qu’elle avait passés à Emeraude l’avait transformé .Elle se demanda si ses parents seraient là, elle n’avait pas eu de nouvelles depuis qu’elle était ici .Elle savait qu’il ne la reconnaîtraient pas mais ,elle ne pouvaits s'empécher de penser qu'elle avait peu ètre des frères ou des soeurs qu'elle ne connaissait pas .Souvent ,Luthien se demandait ce qui se serait passé si ses parents ne l'avait pas envoyé à Emeraude ..Elle se leva et s’habilla rapidement. Elle décida de laisser ses longs cheveux bruns détachés .Elle songea à son enfance heureuse avec ses parents . Elle mit ses bottes et se dirigea là où elle avait rangée le pendentif en argent de sa mère .Elle le prit et l’observa ,il était toujours dans le mème état c'était le seul souvenir qu'elle avait emporté .Elle se rapella sa promesse de ne jamais revenir en arrière ,elle rangea le collier et finit de ranger ses affaires .Elle sortit de sa chambre ,heureuse .Elle allait être écuyer, elle avait attendu ce moment depuis longtemps. Elle savait que sa vie allait changer désormais, elle allait sortir du château et allait enfin découvrir Enkidiev. Elle ne savait pas qui elle aurait comme maître mais, cela, n’avait aucune importance pour elle .Elle voulait seulement apprendre à se battre et protéger Enkidiev. Elle arriva dans la cour et se fut à ce moment qu’elle se rappela la disparition de Lyra d’Emeraude .La chef des chevaliers .Elle avait disparut depuis un an et l’ordre n’avait pas eu de nouvelles .Elle n’avait jamais parlé à la chevalière mais, elle l’avait aperçu au château et en avait entendu parlé .L’attribution ne serait peu être pas aussi joyeuse qu’elle l’avait pensé. Elle rejoignit les autres sans rien dire .Elle commençait vraiment à avoir peur .Elle savait que sa vie allait se jouer maintenant si elle n'était pas choisit ,elle ne serait jamais chevalier car ,elle était légèrement plus vieille que les autres élèves .

[dsl ,pour la taille de mon texte ,je savais pas quoi écrire ...]


Dernière édition par Luthien le Sam 12 Sep 2009, 08:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 07:24

Farelle n'arrivant pas à dormir c'était réfugier dans la blibiothèque pendant la nuit. Mais il lut pas il réfléchit au faite qu'il allait devenir un chevalier d'émeraude. Lui aussi allait partir en guerre contre l'ennemi tout cela grâce à Kirlia, son maître. Farelle avait été très heureux de faire sa connaisance mais, il avait aussi craint de pas être à la hauteur de ses espèrance. Car la femme chevalier avait déjà eu une écuyère mais finalement il Farelle et son maître c'était bien entendu et maintenants c'est lui qui allait avoir un écuyer ou une écuyère. Il était tendue à l'idée de ne pas être à la hauteur. Il s'interrogea sur son futur élève avant de s'endormir dos au mur de la blibiothèque.

Farelle fit le pire cauchemar qu'il n'est jamais vécu. Il était enfin l'heure du moment tant attendue il se tenait devant son maître prêt à reçevoir son armure. Tout était parfait sauf qu'au moment où Kirlia devait lui remettre son armure son maître lui dit qu'il n'était pas accepter en tant que chevalier d'émeraude car il n'était pas assez fort n'y assez courageux il avait donc l'obligation de retournait chez lui.

Il se réveilla en sursaut, il contata avec joie que tout ceci n'était qu'un rêve.Et que le jours allait se levait. Farelle se hâta d'allait se purifier puis il alla dans chambre pour revêtir sa tenue d'apparat. Il se rendit dans le hall d'entrer puis dans alla dans la grande cour tout était déja prêt. Il se trouva une place. En attendant les autres il oberva les élève déjà présent en se demandant si un de cela sera son écuyer.
Revenir en haut Aller en bas
#Kirlia

avatar
Nombre de messages : 528
Rôle : Chevalière d'émeraude ailée/Mère de Nathan
Âge du personnage : 55 ans
Date d'inscription : 20/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: Morte
Rôle: Ex chevalière d'émeraude
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 08:40

Il y a 5 ans
Kirlia se promenait dans le château ne savant plus ou aller,les chevaliers et écuyers s'entraînait dans la cour mais elle ne pouvait pas aller les rejoindre,elle alla vers sa chambre pour aller s'asseoir mais quand elle arriva tout près de la porte,elle fût secouer d'étranges élan.Elle n'avait jamais ressentit sa avant,puis elle eût vraiment mal au ventre...Les contractions commençait. Elle cria donc de venir l'aider et une servante arriva en courant,elle aida Kirlia à se relever et l'amena à son lit,pendant le temps que la femme allait chercher de l'aide elle appela son écuyer et lui dit qu'il n'avait pas à s'en faire si il voyait qu'elle avait mal car le bébé arrivait. Puis elle se concentra sur ce qui se passait dans son ventre.
Pendant quelques temps,elle fit le mieux qu'elle pouvait puis enfin,son enfant sortit et elle pût voir le visage du seul être cher qu'il lui restait.Elle prit son enfant dans ces bras et dit:Je vais t'appeler Nathan et l'enfant lui sourit comme si il avait comprit ce que la chevalière venait de dire. Elle sera fort dans ces bras l'enfant,son enfant.Le rêve de toute femme devenir mère.
-----------------------------------------------
Maintenant

Kirlia se leva le soleil était déjà assez haut dans le ciel,le petit lit à côté d'elle était encore bombé car un petit être dormait paisiblement. Elle se leva et alla se purifier,gardant toujours un lien avec son fils au cas ou il se réveillerait pendant qu'elle était au bains,elle fit rapidement et retourna voir son enfant. Elle lui donna un petit bisou sur la joue et dit:


-Nathan,c'est l'heure de se réveiller!C'est le grand jour pour toi!Tu vas enfin devenir un élève!

Elle attendit de voir si Nathan allait se réveiller ou s'il était trop fatiguée pour se réveillé,se qu'elle comprendrait très bien.Puis elle alla mettre son habit de chevalière et peigna ces cheveux,cette journée allait être mémorable,les écuyers devenait chevalier et les élèves devenaient à leur tour écuyer,elle avait très hâte de savoir qui allait-elle avoir comme écuyer. Étant magicienne elle avait le devoir d'aller assister ces élèves si il n'était pas prit cette année,ils avaient tous bien travaillé mais il n'y avait pas assez de chevaliers pour tout les élèves,donc quelques uns devraient reprendre les études pour encore attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Mathys

avatar
Nombre de messages : 582
Date d'inscription : 18/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: 72 - 77 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Ex Chevalier d'Emeraude, à la retraite
MessageSujet: Re: Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter) Sam 12 Sep 2009, 09:24

Une année avait passé depuis cette fameuse quête sur les terres arides du Désert. En une année, beaucoup de choses étaient arrivées.

Lorsque Lyra s'était sacrifié pour Zeilia, Mathys et les autres n'avaient eu d'autre choix que de revenir à Émeraude. Il avait réussi leur mission, mais à quel prix ? Comme Louan, l'écuyer de Lyra, se retrouvait seul, le jeune chevalier l'avait pris sous son aile. Ne sachant pas si leur chef était encore vivante, il se devait de continuer l'entrainement de ce jeune adolescent. Connaissant l'enseignement de Lyra pour l'avoir subit, Louan n'aurait pas à s'habituer à un nouveau maître. Annoncer la nouvelle à Elthor avait été une lourde tâche, mais malheureusement nécessaire. Les coeurs des chevaliers étaient donc en miettes. Il fallait toutefois continuer, pour Lyra.

La relation entre lui et Evaliyah, pris de l'ampleur et deux mois après lui avoir avoué son amour, il la demanda en mariage. Il n'eu pas de grand banquet ou de fête. C'est dans la chapelle du château qu'ils firent la cérémonie avec leurs frères et sœurs d'armes. Son seul regret fut que Lyra n'ait pas pu être là. Mais attendre plus longtemps en n'ayant pas de nouvelles d'elle n'aurait pas été normal non plus. Une surprise attendait Mathys alors qu'il apprit, quelques semaines après le mariage, qu'il allait devenir père. Lui, père, vous imaginez ! Ce fut la plus belle nouvelle qu'on aurait pu lui faire. Malgré toutes ses inquiétudes, il ne pouvait être plus heureux. Il allait avoir une famille.

Les mois passèrent et la vie repris doucement son cours. L'ordre n'étant sans chef, Mathys veillait au bon fonctionnement de l'ordre sans pour autant s'autoproclamé chef. La place lui aurait revenu de droit, mais il n'était pas fait pour être chef d'une aussi grande troupe. On décida donc de nommer un nouveau chef durant l'attribution des écuyers dans quelques mois. De toute façon, avec deux garçons à éduquer et un enfant autre à venir, le chevalier n'avait pas vraiment la tête à se mêler de politique. Et puis, quand la grossesse d'Evaliyah fut trop avancé pour qu'elle puisse se battre à l'épée, (Mathys veillait à ce qu'elle se ménage...^^) il fini l'entraînement de l'écuyer de son épouse.

Trois mois avant l'attribution tant attendue, Evaliyah mit au monde une magnifique petite fille. Il l'a nommèrent Zerrah. La plus grande peur de Mathys était que leur enfant naisse avec le même handicap que lui. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Elle était en parfaite santé. Et le chevalier était complètement fou d'elle.

C'est avec elle que Mathys s'était rendu dans la cours en ce matin fort chargé. Malgré la fatigue, Evaliyah était déterminé à avoir un apprenti. Mathys demanda donc passer son tour cette année. Avec deux écuyers, ils n'auraient pu s'occuper convenablement de leur enfant. Ça n'empêchait pas le jeune homme de venir assister à adoubement de Lyon. Zerrah dans ses bras et en costume d'apparat, le sourd regardait les préparatifs assis dans l'estrade. Evaliyah allait arriver dans quelques minutes et il avait laissé la matinée libre à Lyon. Il regarda avec attention les chevaliers, le roi et les paysans s'activé aux dernières préparatifs alors qu'il sondait le bébé. Il ne l'entendait pas pleurer et ça le rendait un peu anxieux quand il était seul avec elle. Si Eva le voyait encore faire, elle lui dirait encore qu'il était trop protecteur.


(hj: Si quelque chose ne va pas avec le post, dites-le moi !)


Dernière édition par Mathys le Lun 21 Sep 2009, 21:52, édité 1 fois (Raison : changer l'âge de Zerrah !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adoubements et attributions (ouvert à tous, venez fêter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Cinquième Génération-