___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Chambre de Daramir: Dépression nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mer 04 Fév 2009, 17:49

Une chambre simple, une chambre ou le vert et le rouge était dans les couleurs principal. Une chambre maintenant dans un désordre presque sans nom pour le chevalier qui la possédait. En fait, seul quelques vêtements trainait sur le sol et un meuble était de travers, résultat de la colère déprimante du chevalier. Sur le rebord de la fenêtre on pouvait voir un dragon miniature immobile, qui fixait son maitre qui tournait en rond, son bandeau rouge qui couvre ses yeux imprégner
de larme de déprime.

Le grand homme aveugle se trouvait tellement inutile depuis l'accident qui lui avait pris les yeux. Ses frères et soeurs d'armes le sous-estimait grandement et les autres semblait simplement fuir sa compagnie, le croyant inutile comme il ne pouvait plus voir comme eux. En fait depuis la dernière année, très peu l'avait vu hors de sa chambre, sauf son écuyer pour quelques entrainements. Autrement, seule les servante qui apportait son repas l'avait vu. Ses cheveux rougeâtre arrêtant au cheveux semblait négliger, un début de barbe avait poussé signifiant que le chevalier l'avait négliger elle aussi. En bref l'homme qu'était Daramir n'avais à ce moment pas l'air de celui qui était revenu d'une mission aveugle et plus fort, il était maintenant à peine le reflet de lui même, décourager par sa propre cécité.


-HAAAAAAAAAAA, suis-je donc rendu si inutile Darastix? Suis-je donc devenu incapable de faire une tâche et d'être aussi compétent que les autres?!

LE chevalier avait crié cette phrase le comble du désespoir l'avait frapper durant la nuit. Atteignant ses limites psychologique, ses mains passèrent sur la table de nuit agrippant la dague qui y reposait, approchant lentement la pointe, il allait se perforer la poitrine avec alors que la porte de sa chambre s'ouvrit...

[À vous d'entrer, j'aimerais pas avoir à le tuer pour vrai Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Lyra
◊ La gardienne
◊ La gardienne
avatar
Nombre de messages : 1930
Date d'inscription : 16/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: Inconnu
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Emeraude - Ex Reine d'Emeraude
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mar 17 Fév 2009, 10:44

Lyra n'arrivait pas à dormir en sachant qu'Elthor avait tout oublié de leur histoire. L'idée de le cotoyer jour après jour sans pouvoir lui dire la vérité la blessait... Elle devait s'y faire et elle savait qu'avec le temps, elle devrait réussir. Cherchant un certain réconfort, elle était sortie de sa chambre en vérifiant que la petite Chloé dormait profondément. En sondant le château, elle sentit tout le désaroie de son frère d'arme désormais aveugle. Son coeur se mit à battre rapidement en sentant qu'il était vraiment sur le bord du gouffre. Elle courra vers sa chambre et, tout en marchant, il entendit sa voix. Il devait parler à son dragon, mais ces paroles n'étaient très rassurante surtout crié ainsi. Elle pousa la porte dans sa chambre.

- Dara... Non. Tu es toujours le même...

Lorsque la rousse leva la tête, elle fut horrifiée par ce qu'elle était en train de voir... Son frère d'arme semblait être sur le point de se retirer la vie. Il était prêt à se perforer la poitrine. Elle ouvrait le bouche, mais la refermait aussitôt en sentant la peine de son compagnon. Oubliant son orgueil, ces larmes étaient montées jusqu'à ses yeux bleux. Voyant ce qu'elle risquait de perdre, Lyra se decida d'agir. Elle fit un pas en avant en lui envoyant une vague d'apaisement.

Elle s'approchait doucement de lui ne voulant pas l'effrayer. La rousse posa sa main sur celle de son frère d'arme. La coeur de la belle battait très vite n'ayant pas vu venir cette situation. Oui, Daramir, depuis son accident, était beaucoup plus dépressif, mais après tout ce temps, elle n'aurait jamais cru qu'il voulait se retirer la vie.


- Daramir, écoute moi... Je t'en pris pose cette arme.

Sa voix était saquadée provant qu'elle tenait à lui. Lyra tirait doucement sur les mains du chevalier dans l'espoire d'éloigner la lame de lui. Elle sentait les larmes qui lui montaient aux yeux devenir de plus en plus insitantes. Elle avait déjà trop perdu de personnes qu'elle aimait, elle ne voulait pas qu'il en fasse partie.

- Je... Je ne veux pas te perdre et personne ici ne le veut....

Sans penser aux conséquences, elle l'obligea à éloigné la lame de lui en se blotissant dans ses bras. Restant ainsi contre lui, elle finit par lui murmurer:

- Daramir... Si tu veux vraiment faire ça, tu devras me tuer avec toi... Je te laisserais pas faire. J'ai trop perdu, je ne veux pas te perdre...

Jamais la chef des chevaliers s'étaient montré aussi sentimental et humaine que maintenant... Sauf peut-être avec son ancien fiancé, mais c'était de l'histoire ancienne. Elle resta ainsi en entendant une réponse quelquconque de l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mar 17 Fév 2009, 11:50

Quand la porte de sa chambre s'ouvrit, Daramir leva lentement les "yeux" vers la personne qui venait d'entrer. À cette heure, il n'aurait jamais pensé que quiconque viennent, comme tout le monde dormait les chances qu'on vienne le voir était mince. Regardant l'aura qui se tenait à quelque mètre de lui il reconnu les formes caractéristique de son chef, Lyra. Ouvrant lentement la bouche il allait essayer de prononcer une phrase complète mais il ne réussi qu'a prononcer un seul mot. Le dragon lui restait sur le rebords de la fenêtres, le regard triste tourner vers son maitre.

-Lyra...

Le bandeau vert cachant les yeux déficient de l'aveugle était déjà trempé de larme depuis un bon moment et sa voix tremblait énormément. Ce que Lyra dit ajouter à la vague d'apaisement ne fit pas broncher d'un poil l'aveugle, la pointe de l'arme qu'il tenait toujours à quelque millimètres d'entrer dans sa chair. Pour lui, il n'était plus le même, tous semblait le traiter comme un être fragile qui avait besoin d'attention et qui ne pouvait rien faire, un enfant presque. Même certains ennemi se détournait simplement de lui quand il se campait devant eux.

-Non... je ne suis qu'un vieil aveugle sous-estimé par tous, je n'ai certes pas perdu mes capacités mais ma fierté et mon honneur se sont bel et bien envolé avec ma vision.

Bien sur, après son dragon, c'était ses yeux qu'il chérissait le plus autrement. Parlant du dragon, celui-ci était triste de voir son maitre dans cet état et se sentait affreusement coupable de ce qui lui était arrivé car il était en patrouille à ce moment. La main de Lyra se posant sur la sienne, celle-ci se mit à faire comme sa voix, trembler. La chaleur du contact sembla diffuser dans le grand corps du chevalier un bien supérieur à la magie que son chef avait employer au début sans pour autant faire que Daramir ne change l'arme de position.

-Qu'est-ce qu'un chevalier sans ses yeux?....

L'arme pointant sur la poitrine du chevalier fini par bouger de quelque centimètre quand Lyra tira sur son bras, voulant éloigner le danger du chevalier. À peine une seconde plus tard alors qu'il allait exécuté un mouvement pour la repousser, Lyra vint se blottir dans ses bras l'obligeant à complètement enlever l'arme d'une position risquer pour sa santé. Maintenant, attenté à ses jours avec cette arme semblait impossible et l'idée l'avait quitté car pour cela il devrait évidemment tuer Lyra en même temps et cela il ne voulait vraiment pas le faire. Ses doigt tremblant de plus en plus, un son métallique se fit entendre signe que l'arme lui avait échappé des mains et avait fini par tomber sur le sol en même temps que ses bras tombèrent sur ses flancs.

-Mais pourquoi?...

Ces deux mots avaient sortit de la bouche de l'homme qui n'était pas arrivé à prononcer une réplique plus complexe, demandant comme un enfant "Mais pourquoi?", les tremblements était maintenant présent dans tout son corps malgré que la chaleur créer par le contact de la jeune femme lui faisait un bien insoupçonné jusque là. Darastix, spectateur faible de ce qui arrivait compris malgré tout ce qui se passait, émettant une sorte de plainte de remerciement à l'encontre de Lyra. Après tout où le dragon irait si son maitre passerait de l'autre côté?

-Je suis... totalement inutile pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Lyra
◊ La gardienne
◊ La gardienne
avatar
Nombre de messages : 1930
Date d'inscription : 16/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: Inconnu
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Emeraude - Ex Reine d'Emeraude
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mar 17 Fév 2009, 15:45

Lyra était toujours contre le chevalier lorsqu'elle avait entendu le bruit de la lame qui avait frappé le sol de la chambre. La bruit cristallin de ce dernière résonna un court moment avant de s'éteindre avec un soupire de soulagement de la jeune femme rpisse. D'un geste non-calculé, elle le serra un peu plus fort en sentant qu'il tremblait. Dans un murmure destiné à lui seul, elle lui dit:

- Toi ?.. Inutile ... Non.

Elle avait murmuré ses mots en appuyant sa tête contre le torse de l'homme. Une larme glissa sur sa joue en sentant enfin que l'idée qu'avait eu Daramir était passée. La rousse ne pouvait pas croire qu'elle avait risqué, encore une fois, perdre quelqu'un à qui elle tenait. Dernièrement, elle avait perdu sa famille. Ismy était disparu et Elthor avait tout oublié d'elle. Maintenant, elle avait presque perdu un membre de son autre famille qu'elle devait guider; l'ordre d'Émeraude. Pourtant ces temps-ci, elle avait l'impression d'être complètement à côté de la plaque...

Remarquant que Daramir gardait ses bras contre son corps, Lyra rougit se disant qu'elle n'aurait peut-être pas dû faire ça. Elle s'éloignant doucement de son corps en se disant qu'elle devait le mettre mal à l'aise... Elle n'avait pas grandit avec lui, mais avait appris à la connaitre lorsqu'il était venu au château et intégré l'Ordre. Elle l'estimait beaucoup, mais elle n'avait osé lui dire.


Le regardant de loins, la rousse murmura:

- Ce n'est pas tes yeux qui faisaient de toi un bon chevalier Daramir...

Elle le regardait, ne sachant plus quoi faire. Il tremblait toujours, mais elle n'osait plus l'approcher... Regardant le dragon du chevalier, elle espéra qu'il lui donna un petit indice, mais ce dernier semblait aussi impuissant qu'elle. La douleur du chevalier la touchait réellement et elle s'en voulait de ne pas l'avoir remarqué avant.

- Tu sais, Mathys est sourd et il fait un très bon chevalier. Ainsi que Layla qui est aveugle et qui sera une brillante chevalière... Je sais que le vue est un don, mais la vie l'est encore plus... Daramir... Tu es un très bon chevalier même sans ta vue...

La rousse avait toujours de la misère à s'exprimé quand il n'était pas question de stratégie ou de guerre... Elle lâcha de nouveau un soupire en regardant le chevalier devant elle. Prenant son courage à deux mains, elle s'approcha et s'arrêta à quelques centimètres de lui. Elle hésita, puis fit un nouveau pas. Étant presque face à lui, elle posa délicatement sa main sur sa joue.

- Tu n'as peut-être plus la vue, mais il te reste tes autres sens qui la remplacera... Comme le touché... Suis moi...

Lyra retira sa main de la joue de l'homme pour lui prendre la main. Elle le tira jusqu'à sa fenêtre en demandant respectueusement au dragon de se déplacer des quelques centimètres. Elle pointa le ciel étoilé.

- Tu sens le souffle du vent dans tes cheveux non ? Concentre toi et tu pourras même voir les étoiles les yeux fermés... Tout n'est qu'une question de concentration et d'espoire...

Lyra regarda le chevalier en espérant qu'il allait essayé. Elle retira sa main de la sienne et la posa sur son épaule. Elle sourit tristement puis ferma les yeux. Elle se concentra sur l'énergie que dégageait les astres lunaires pour pouvoir les visualiser dans sa tête. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, une larme était toujours au coin de son oeil.

- J'aurais jamais cru que la vie était aussi difficile et pourtant, je suis née dans une famille de meurtrié et de violeur... La vie est injuste, mais penses à tout ceux qui mérite mieux que ce que les dieux leur donne... Ne devons nous battre... Même si des fois... C'est très compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mar 17 Fév 2009, 18:52

Lui, utile... Daramir avait peine à le croire, mais venant de la bouche de son chef cela semblait être improbable que cela ne soit faux. Le chaleur diffusé par le corps de Lyra diffusait un énorme bien dans le grand corps du chevalier réduisant les tremblements. En fait, l'homme n'avait pas serrer Lyra contre lui car il était simplement troublé et faible d'une certaine façon, esquissé un simplement mouvement lui semblait un effort colossal.

En effet l'homme n'avait pas été élevé avec les première génération des chevaliers, on l'avait intégré à l'ordre après l'anéantissement de sa tribus il y a maintenant quinze ans, n'ayant plus d'endroit où aller on la incorporé à la troupe de chevalier pour ses talents et sa monture peu régulière.


-Sans mes yeux je ne peux pourtant plus attaquer et parer avec autant d'efficacité, même si j'ai presque récupéré ce que j'avais avant, il me manque toujours quelque chose dans ma nouvelle "vision"...

Le chevalier ne voyant que des ombres, bien des détails pouvait lui échapper en combat. Des détails qui pourrait lui couter la vie, ou même celle à un compagnon d'arme. Cela lui avait déjà pris énormément de temps pour récupéré ses capacité de sorte qu'il sois parfaitement fonctionnel en combat. Cela l'avait grandement affecter de savoir ses capacité ainsi diminuer, ne se voyant plus qu'au un dixieme de ce qu'il était avant, maintenant il se voyait plus comme une grande carcasse faible.

-Être née sans un sens n'est pas la même chose que Mathys ma dit un jour, quand on viens au monde sans un sens précis on ne sait pas ce que l'on manque alors que quand on le perd plus tard c'est un énorme changement.

Gardant la tête tourné vers Lyra, Daramir continuait de la fixer, voyant son aura verte s'approcher une seconde fois, lentement hésitante. Ce fut alors que Lyra posa sa main sur la joue du grand chevalier pour ensuite lui dire que ses autres sens prendraient la relève. Certes cela c'était produit, mais Daramir sentait encore un énorme vide en lui quand il "regardait" les aura et les ombre se promener devant lui. Maintenant, tout est rouge ou vert, rien de plus.

Se faisant tranquillement attiré vers la fenêtre, l'homme s'en approcha lentement, sentant en effet la brise du vent nocturne dans ses cheveux. Mais même avec toute sa concentration, il n'arrivait plus à voir les petites lueur que son les étoiles, ou même l'astre lunaire.


-Je n'y arrive pas...

Quand Lyra parla de sa famille, le chevalier ne put que penser à sa tribus, morte assassiner par des attaquant inconnu alors qu'il n'avait que vingt ans. Il revoyait tout les membres de sa famille proche et leurs dragon mort, une vision de cauchemar pour le chevalier.

-Pour ma part ma famille ainsi que toute ma tribus sont mort et je ne sais pas de la main de qui, je l'ai ai retrouver tous mort en revenant d'une mission...
Revenir en haut Aller en bas
Lyra
◊ La gardienne
◊ La gardienne
avatar
Nombre de messages : 1930
Date d'inscription : 16/07/2007

Plus sur le personnage
Âge: Inconnu
Rôle: Ex Chef des Chevaliers d'Emeraude - Ex Reine d'Emeraude
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mar 17 Fév 2009, 21:45

Lyra posa de nouveau sa main sur son épaule pour lui faire comprendre qu'elle était désolée pour sa famille. Elle savait que ce n'était pas toujours facile d'avouer ce genre d'histoire... Elle était touchée, mais ne savait pas quoi dire. Les mots n'étaient pas son fort et elle le regrettait dans ces situations là. Elle aurait voulu le ressurer de son mieux en lui faisant comprendre qu'elle lui faisait toujours autant confiance que lorsqu'il avait sa vue, mais elle ne trouvait pas les mots... Elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle le prenait en pitier, car il méritait beaucoup plus que de la pitier.

- J'ai toujours confiance en toi Daramir...

Ces mots avaient fini par traverser sa gorge après un effort qui était venu tout seul finalement. La rousse s'excusa au près du chevalier en le poussant gentilement. Elle monta sur le rebord de la fenêtre et sorta sa tête de cette dernière. Elle regarda en haut du château. Quelques mètres les séparaient du toit principal. Elle arqua un sourcil en regardant attentivement les structures qui constituaient le château.


- Tu te sens d'attaque pour une escapade nocturne sur le toît ? Si tu me fais confiance bien sûr...

Elle détourna la regard pour le poser sur le chevalier au dragon. Il avait totalement droit de refuser de l'accompagner sur les toit du château. La rousse adorait être en altitude, elle avait l'impression de pouvoir tout faire... D'être plus prêt du ciel, d'être au dessus de tout les sentiments qui la dévoraient de l'intérieur. Elle voulait lui montrer sa petite cachette quand elle se sentait aussi seule et impuissante... Voyant qu'il semblait étonné, elle sourit avant de s'expliquer:

- Quand j'étais encore qu'une simple élève, j'adorais me sauver du dortoir et des autres élèves pour aller sur le toit. J'imagine que tu dois en avoir entendu parler, j'étais loins d'être l'élève parfait et le toit était le seul endroit qui me permettait de tout oublier pour quelques minutes... Ce n'est pas grand chose, mais pour moi ca valait le risque de m'échaper.

Lyra haussa les épaules avant de regarder le dragon de Daramir. Elle s'approcha doucement de lui en faisant des mouvements lents.

-Et vous, vous en dites quoi grand dragon Darastix ? Vous croyez que votre maître doit moi suivre ?

La rousse espérait que le dragon soit d'accord avec son idée. Elle se retourna vers son compagnon d'arme qui avait grandement besoin de se changer les idées.

- Après tout cher Daramir, tu n'oserais pas dire non à ton chef ?

Lyra sourit en espérant qu'il allait se prendre au jeu. Elle ne voulait pas l'oubliger et espérait qu'il allait le comprendre malgré sa petite plaisanterie. Elle le regarda toujours, appuyer contre le rebord de la fenêtre. Sa tunique dansait avec le vent qui soufflait doucement dans cette nuit fraîche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne Mer 18 Fév 2009, 17:12

Le chevalier avait regarder son chef lentement alors qu'elle lui disait qu'elle lui faisait toujours confiance. Ces mots bien que très simple allèrent droit au cœur de l'homme. Il sentait une certain vague de compréhension émanant par la voix de Lyra, ce qui avait fait tout l'impact des mots. Seul survivant de la tribus et aucune descendance... que penserait ses parents si ils seraient au courant que leurs fils âgé de trente-cinq ans était encore célibataire? En fait cela ne le tracassait pas vraiment, si la tribus devait s'éteindre avec lui, cela en sera ainsi.

Puis Lyra sortit la tête par la fenêtre pour examiner les structure amenant au toit pour proposer à Daramir d'aller y faire un tour, ce qui fit hausser un sourcil du chevalier suffisamment haut pour qu'il apparaisse de sous le bandeau. Le grand air ferait probablement du bien à son grand corps qui avait besoin d'un bon coup de vigueur.

Ayant à peine le temps de placer une réponse positive, Lyra lui raconta qu'elle allait souvent sur les toits quand elle était une simple élève. Daramir pour sa part lui avait plus été un enfant calme et bien encadré.


-J'ai eu vent de vos prouesse de désobéissance en effet...


Par la suite, Lyra s'adressa directement a son dragon, lui parlant légèrement comme à un enfant ce qui attira un regard étrange de la part du lézard ailé.

-Vous savez il comprend parfaitement le langage humain, en temps normal nous communiquons par télépathie quand nous voulons éviter les oreilles indiscrètes. Par contre, il vous appuis et dit que je devrais y aller avec vous.

Puis Lyra ajouta un argument qui aurait pu convaincre aisément Daramir en temps normal, elle est son chef. Levant la tête son bandeau cachant toujours son regard blanc laiteux d'aveugle, il tendit lentement la main vers son chef avant de prendre la parole mettant ses conditions à la "sortie", après tout il devait bine y en avoir.


-Bine je vous suis, mais j'aurai besoin d'un guide, pour moi la brique est une simple façade noir sans faille, alors y trouver des prise reviens à être très difficile.

Sur les mots du chevalier, le dragon s'envola vers le toit où il jugeait que le duo irait s'asseoir, jetant un dernier regard soulager vers son maître avant de disparaitre dans un battement d'aile. Le bras toujours tendu il attendait que Lyra le dirige dans ce dédale noir qu'est sa vie, une expression maussade toujours afficher sur son visage, sans pour autant être aussi inquiétante que celle qu'il avait il y a quelque instant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Chambre de Daramir: Dépression nocturne

Revenir en haut Aller en bas

Chambre de Daramir: Dépression nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Troisième Génération-