___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Petite étincelle luit en ténèbres. [PV Aëva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Behemoth
Animateur - Dieu / Déesse
Animateur - Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 43
Rôle : Dieu des Monstres & des Ténèbres
Date d'inscription : 06/01/2015

Plus sur le personnage
Âge: Depuis que la lumière fut crée, donc depuis le tout début.
Rôle: Dieu des Monstres & des Ténèbres
MessageSujet: Petite étincelle luit en ténèbres. [PV Aëva] Jeu 24 Aoû 2017, 17:26



Dans sa rotonde, Behemoth se laissait bercer par les divers sons indescriptibles qui résonnaient. Que ce soit pour les mortels et même les autres Dieux, il était impossible d’en comprendre le langage. Cela ne ressemblait à rien et tout à la fois. Une douce symphonie pour le Dieux des Monstres et des Ténèbres. C’était les diverses pensées de ces créatures qui sonnaient en cœurs tout autours. Comme un murmure. Depuis l’exécution de Taëva, l'être d'obscurité avait la mèche plutôt courte –enfin, encore plus- et c’était d’avantage engouffré dans les méandres des Abysses qui le caractérisait si bien, mais... Il n’avait su résister à veillé sur sa réincarnation. Aëva, une petite Berserk laquelle il ne pouvait assurément s’empêcher de rôder autour, telle la mort. Si ses parents avaient sans doute un étrange doute quant à une présence Divine inquiétante parfois dans les parages, ils étaient loin d’imaginer qui l’épiais, la nuit lorsqu’elle dormait, ou en plein jour, alors qu’elle s’amusait innocemment.

Il n’avait aucun doute sur le fait qu’il comptais bel et bien un jour officiellement se présenté à elle, lorsqu’il la jugerait prête. Lui dévoilerait-il la Vérité?... Il ne le pouvait pas, mais est-ce que cela signifiait qu’il ne le ferait pas? De toute façon, elle la connaissait plus que quiconque, malgré son corps d’enfant… Son regard sur elle lui permit de réaliser qu’il restait au fond d’elle une part importante de la Déesse. Et cela le dérangea d’avantage. Non parce-qu’un Mortel n’étais pas en droit de connaître de la sorte le monde Divin, mais, parce-qu’elle souffrait. Terriblement. Et qu’il n’y pouvait rien… Ou presque. Incomprise et coincée dans le corps d’une gamine maintenant d’à peine 5 ans. L’entendre de sa rotonde déchirer la nuit de ses pleurs rageurs éveillait en lui un instinct qu’il ne se connaissait qu’avec sa propre fille, ou ses créatures. Il était étrange, sans doute peut-être déplacer pour lui de réaliser que cette Déesse éveillait en lui des sentiments qu’il ne c’était jusqu’alors jamais cru capable d’éprouver. Lui, Behemoth. Et ressentir une telle chose en observant une enfant, lui faisait encore plus étrange. Cependant, cela n’avait rien de physique. C’était l’âme, cette vieille âme ravagée, cette obscurité qui la grugeait, même encore qui l’attirait tel un papillon de nuit.

Dans la pénombre bien entendu, le Dieu leva légèrement une main alors qu’un nuage opaque commença à se formé à l’intérieur de celle-ci pour rapidement devenir suffisamment grand pour pouvoir y voir clairement à travers. Du moins pour lui. À mesure que le nuage se créait, les sons ambiants avaient disparues pour laisser place à cet écho bien distinct qui avait attiré son attention. C’était des pleurs, encore ceux de Taëva. Cachées dans un recoin du Domaine de ses parents mortels, la jeune enfant était encore déchirée et se sentait comme toujours, plus seule que jamais.

Une petite chose bondit sur ses genoux et le Dieu baissa son regard vermeil sur celle-ci. Cette clé, qu’il lui avait offert quelques peu avant son jugement. Il l’avait créé pour elle et n’appartiendrait qu’à elle, pour toujours. Celle-ci lui communiquait son désir de la rejoindre, encore. Il avait bien remis celle-ci à la Déesse, qui n’était à peine capable de se lever dans son berceau, mais ses parents la rejetaient à chaque fois qu’ils tombaient sur celle-ci. Impossible de la détruire, impossible de connaître ce qu’elle renfermait. Oh, Amélia, curieuse petite souris, qui avait pourtant tenté, en vain. La clé en quelques temps, ce volatilisait. Et, voilà qu’elle était là, sur lui, encore et Aëva qui pleurait et sans doute la cherchait partout. Cette fois, au lieu de ce contenté de la lui remettre durant son sommeil, ou de la faire réapparaitre, le Dieu l’agrippa dans sa main, puis la posa doucement sur son épaule, lui caressant gentiment la tête, pour disparaître dans un nuage sombre.

En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, Behemoth se retrouvait sur le continent noir, dans la forêt noire, dans l’ombre des arbres de celle-ci. Il observait la belle, désemparée, toujours et encore et, telle une ombre, il s’approcha. Elle ne le craignait pas. Elle l’avait déjà vue, depuis qu’elle n’était qu’un poupon. Elle le considérait comme un ami, quelque chose qu’elle ne saisissait étrangement pas vraiment, il lui semblait. Elle savait, pourtant… Peut-être était-ce son esprit trop jeune de mortel, qui l’empêchais de rationalisé comme il savait que Taëva était en mesure de le faire. Maintenant, elle pouvait parler, mais ne savait pas encore que lui était en mesure de le faire. Il n’avait jusqu’alors toujours été qu’une présence, une écoute, lorsqu’elle parlait aux ténèbres, parce-qu’elle savait assurément que dans ceux-ci, quelqu’un était là.

Celle-ci ne l’ayant pas encore remarqué, Behemoth se contenta de l’observé quelque secondes, puis de se penché, afin de laissé la petite Clé monstrueuse aller la rejoindre en sautillant. Les retrouvailles lui faisaient toujours plaisir à voir. L’un des loups qui se trouvait avec la petite remarqua sa présence obscure et montra les crocs. Les animaux n’appréciaient pas réellement sa présence, en général. Le Dieu des Ténèbres fut bel et bien repérer, se contentant cependant de baisser légèrement la tête où trônait sa capuche qui donnait l’impression que celle-ci ne tenait que dans le vide, la noirceur, car il était impossible d’y voir ses traits dans cette pénombre malgré la journée plutôt ensoleillé, ce qu’il n’avait d’avance jamais été dans ses coups de cœur. L’animal couina aussitôt et quitta à la course, la queue entre les jambes alors que le Dieu laissa la clarté ambiante s’atténué, question de le rendre plus à son aise. Elle n’avait pas besoin de ces protecteurs que son père lui laissait. Il était là. Toujours là. D'une façon ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t10122-behemoth-dieu-des-monstres-de-l-horreur

Petite étincelle luit en ténèbres. [PV Aëva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Forêt Noire-