___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Depuis les cieux, des regards provocants [PV Caliel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Zed
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 27
Rôle : Élève d'Irianeth
Âge du personnage : 10 à 15 ans [G18]
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 10-15 ans [G18]
Rôle: Élève d'Irianeth
MessageSujet: Depuis les cieux, des regards provocants [PV Caliel] Ven 23 Juin 2017, 17:00


An 1260 - mois 5

Le regard rivé sur sa destination finale, le jeune pré-adolescent à la chevelure d’argent ne se souciait pas le moins du monde des quelques autres élèves impériaux qui tentaient de lui adresser quelques mots à son passage devant eux, lui demandant, semi-intéressés, pourquoi il fuyait ainsi, ce qu’il se passait et dans quel pétrin il s’était, encore, jeté. S’il avait porté un peu plus attention, il aurait pu entendre assez clairement les quelques insultes qui provenaient de l’autre bout du corridor, des deux enfants qui le pourchassaient, l’accusant de toute sortes de choses plus répugnantes les unes que les autres.

Selon ces enfants, Zed allait se faire égorger, ils allaient le tuer et l’envoyer se faire dévorer par les dragons. Il ne resterait plus rien de lui et même sa mère chanterait joyeusement sa mort. Selon eux, Zed n’était qu’un traître, un fuyard, un peureux, une mauviette et un enfant stupide. Sommes toutes, Zed n’aurait jamais dû naître!

Bien sûr, tout ceci n’était, encore une fois, qu’un simple malentendu. Il s’agissait encore d’une histoire d’un pauvre garçon se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment. Et bien sûr, comme Zed ne pouvait avoir agi que comme il le faisait toujours, il s’était empêtré encore un peu plus et avait empiré la situation jusqu’à rendre les autres personnes impliquées complètement folles. De toute manière, à ce moment précis, les raisons et le pourquoi de la pourchasse n’étaient que de futiles détails, car le plus important était que Zed se devait de fuir et plus rapidement que son ombre. Il avait réussi à prendre de l’avance, car les deux garçons qui couraient derrière lui s’étaient un peu emmêlé les pieds et étaient restés bloqués dans l’embrasure de l’une des portes que Zed s’était empressé de traverser. Il avait gagné de l’avance grâce au très long corridor qui traversait la majorité des dortoirs des élèves impériaux, surtout en considérant qu’après le passage de Zed, certains étaient sortis dans le corridor et avaient malencontreusement bloqué le passage aux poursuivants, au grand soulagement de Zed qui se sentait vaguement embêté par cette situation.

Courant aussi rapidement que le corridor lui permettait de le faire, le jeune garçon cherchait, au plus profond de ses pensées, une solution finale au problème qui s’était dressé devant lui : où devait-il aller après avoir passé la porte extérieure? Lui serait-il possible de fuir durant toute la journée? Non, pas à cette vitesse. Il se savait assez endurant, surtout considérant l’entraînement qu’il avait subi au sein de sa famille et considérant les demandes exigeantes de ses mentors, mais il connaissait aussi assez bien ses propres limites physiques. Disons qu’avec le temps, il avait appris après combien de temps il perdait conscience et après combien de temps son corps refusait complètement de lui répondre. Heureusement, il était encore assez loin de cette situation, mais il lui fallait absolument en rester le plus éloigné possible. Et cette solution, il espérait vraiment qu’elle lui apparaisse d’un seul coup dès qu’il franchirait la porte.

Esquivant un élève qui était sorti d’une petite pièce sans vraiment regarder devant lui, Zed s’écorcha légèrement le bras, sans pour autant qu’il ne le remarque vraiment. Il avait senti qu’il avait heurté quelque chose, l’espèce de pression de l’objet contre son corps, mais la douleur qu’aurait dû lui créer la blessure ne se fit tout simplement jamais sentir. Il s’engouffra par l’ouverture de la sortie et fut projeté littéralement dans une marée de lumière vive. C’était la fin de l’après-midi et le soleil commençait à descendre, mais il conservait tout de même une certaine force. Enfin, assez pour momentanément aveugler Zed qui plissa les paupières en évaluant rapidement ses options.

Il ne fallut qu’une toute petite minute pour que les autres enfants le rejoignent sur cette espèce de rebord de pierre. Pour le jeune garçon, il y avait toujours la possibilité de recommencer à courir dans l’un des autres corridors de la forteresse en espérant semer les autres enfants de son âge, mais son espèce de paresse naturelle l’encourageait plutôt à gérer tout de suite la situation et d’éliminer le problème le plus rapidement possible.

Pourquoi fallait-il toujours qu’il se retrouve dans une situation qui lui demandait un maximum d’effort pour un minimum de gain?

Alors que les deux garçons l’observaient méchamment tout en reprenant leur souffle, Zed jetait de rapides coups d’œil autour de lui. Soudainement, sans attendre, le jeune garçon aux cheveux argentés fit un demi-tour et s’élança rapidement vers l’une des bordures du corridor extérieur. S’accrochant au bord avec ses petits doigts blancs, le jeune pré-adolescent utilisa la vitesse que son corps avait accumulé pour faire un simple saut de l’autre côté de la bordure, laissant son corps pivoter jusqu’à ce qu’il s’écrase légèrement contre le mur. Les autres enfants s’écrièrent en voyant le jeune garçon faire et ils s’approchèrent du bord, cherchant frénétiquement un autre chemin leur permettant de suivre Zed sans se blesser. Ils durent cependant accepter le fait qu’il leur faudrait faire le tour par l’autre aile pour atteindre les deux paliers plus bas où Zed venait de se laisser tomber mollement. Leur chasse se terminait assez mal… Mais il l’attraperait ailleurs, c’était certain…

Zed, qui s’était d’abord laissé tomber du premier rebord pour ensuite se lancer littéralement en bas du deuxième, venait de s’écraser lourdement sur le sol.

Mais quelque chose clochait.

Là. Devant lui. Il y avait… L’Empereur?

Venait-il de tomber sur l’Empereur? Alors qu’il était mort? Venait-il lui-même de mourir de la chute? Était-il rendu avec l’Empereur de l’autre côté? Par Parandar! Il ne comprenait vraiment plus rien.

Se relevant presque d’un bon, Zed posa son regard vert sur le visage de l’être qu’il avait pris pour l’Empereur. Son expression cachait bien sa surprise, car de l’extérieur, tout ce que l’on pouvait décrypter était une aura d’impassibilité et d’indifférence. Seul son regard trahissait un peu sa surprise et son incompréhension. Enfin, jusqu’à ce qu’il réalise qu’il s’agissait en fait d’un chevalier. Mais pas n’importe quel chevalier, c’était le chevalier qui l’avait entraîné vers le Colisée, celui qu’il avait suivi, le jour de l’exécution.

« Euh… »

Zed paru presque mal.

« Oups. »

C’était sa façon de s’excuser de lui avoir sauté dessus. En espérant que c’était assez clair pour que le monsieur chevalier évite de lui trancher automatiquement la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947

Depuis les cieux, des regards provocants [PV Caliel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Pikay :: La forteresse noire-