___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Mar 20 Juin 2017, 20:20


An 1260 - mois 6

Inspirant doucement, lentement, jusqu’à ne plus être capable de faire entrer la moindre molécule d’air, Zed fixait l’horizon. Ses petits membres, pâles et effilés, s’étiraient longuement, jusqu’à ne plus être capable de s’éloigner de son corps. Tout son être semblait chercher à dévorer le ciel, à attraper ce qu’il pouvait voir, à s’emparer de tout le continent. Ses muscles se tendaient sous sa peau, son corps se raidissait et silencieusement, il se hissait sur la pointe de ses pieds. Lorsqu’il laissa l’air s’échapper de ses poumons en une seule et longue soufflée, le jeune pré-adolescent ne put que refermer lentement ses yeux.

Il quittait momentanément ce monde.

Pour Zed, le monde dans lequel il vivait n’existait qu’à travers ses yeux. En ce sens, lorsqu’il prenait le temps de les fermer, de s’isoler des informations lumineuses, il s’échappait du monde réel. Bien sûr, si on venait poser la main sur son bras ou si on effectuait une petite pression sur son épaule, il était rappelé à la réalité. Pourtant, à cet instant précis, dans ce petit coin de solitude, il pouvait se permettre de fuir et d’oublier un instant ses devoirs et ses obligations. S’échapper. C’était le but, simplement s’échapper un instant. Et fort heureusement pour Zed, malgré toutes les choses négatives qu’il était possible de trouver à propos de son pouvoir, c’était le seul et unique pouvoir qui pouvait lui permettre de s’éloigner de la façon qu’il le faisait.

Ouvrant un instant les yeux, Zed inspira doucement par le nez, laissant retomber ses bras le long de son corps. Il avait beau ne pas pouvoir ressentir grand-chose, il pouvait tout de même réaliser sa propre solitude, sa propre tristesse et son propre manque de puissance. Il savait que même s’il priait tous les dieux, même s’il se sacrifiait à l’instant, on ne lui redonnerait pas ce qui avait été perdu. On ne lui donnerait pas de deuxième chance. On ne lui donnerait pas même l’ombre d’un espoir. Il était seul et le monde semblait le lui rappeler un peu plus fort chaque jour. C’était comme si l’univers en entier lui rappelait sans cesse que celui dont il s’était jusqu’alors tant soucié avait disparu complètement. À travers le murmure du vent dans les arbres, les paroles des gens qu’il croisait chaque jour et les gestes désespérés des paysans, il se sentait complètement seul et désemparé.

Devant lui, l’horizon s’étendait. Du haut de la tour de garde où le pré-adolescent s’était perché, il était possible de tout observer, de remarquer les petits détails, d’observer la vie être vécue. Cela devait bien faire un bon bout de temps que le garçon s’était mis à observer l’horizon, à regarder les dragons se prélasser au soleil et les oiseaux effectuer leurs petites séances de chasse. Il n’y avait que très peu d’êtres humains qui visitaient cet endroit, étant donné qu’il ne s’agissait pas d’un point très pratique ni très utile à surveiller, ce qui en faisait un endroit idéal pour Zed pour s’échapper un peu et observer ce qui lui était tant étranger.

Le jeune garçon se laissa tomber au sol, laissant ses jambes pendre dans l’air au-dessous de lui. Il était littéralement au bord du précipice, au bord du mur, prêt à sauter, à disparaitre dans un néant encore inconnu. Ce fut au moment où, relevant la tête vers l’arrière un instant avant de la faire basculer vers l’avant de nouveau, Zed posa le regard sur une petite tête blonde, un peu plus bas.

« Eh… »

C’était bien. Bravo Zed. Maintenant, il lui fallait chercher dans sa mémoire pour se souvenir de qui il s’agissait, car il était bien beau de vouloir apprendre à communiquer et de chercher à être capable de soutenir une conversation normale, il lui fallait en être vraiment capable pour le faire! Alors il se retrouvait là, un regard toujours aussi impassible, le visage un peu idiot et incapable de prononcer le moindre mot intelligible devant cette jolie petite demoiselle qui l’observait d’en bas.

« Eum… Eh… »

Zed releva lentement la main vers son visage et il ne fit qu’écraser la paume au beau milieu de son visage avant de renverser la tête vers l’arrière. Il était stupide. Il avait l’air stupide. Et malheureusement pour lui, il en avait pleinement conscience. Même s’il n’était pas très conscient des normes sociales et des sentiments habituels des êtres humains, il avait pris assez de temps à observer d’autres interactions pour réaliser que ses propres actions le rendaient vraiment idiot.

Pourvu que la petite personne ne l’ait pas du tout remarqué ou qu’elle l’ignore royalement.

« Erf… »

Pour un garçon de 11 ans. Il avait vraiment l'air d'agir comme un gamin de 5 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Sam 24 Juin 2017, 11:05



J’ai été contacté par l’Impératrice ! Je suis sûre qu’elle va faire de mon son héritier !  déclara impérialement le blondinet.

Tu mens Volkan, laissa tomber Ezerya à son demi-frère en soupirant. Il avait, semble-t-il, décidé de la suivre après leur cours. Ce qu’il voulait, elle n’en avait aucune idée pour le moment.  

Non !  

Si. Je sais que tu essayes de me  pousser à bout pour prouver que je ne suis pas apte à monter sur le trône, que je m’énerve trop facilement ou ce genre de choses. Mais tu sais Volkan, il est venu me voir avant de partir, il s’intéressait à moi et maintenant que  nous avons une  impératrice tu ne seras peut être plus le favori…,  répliqua-t-elle  un petit sourire narquois sur les lèvres.

Ezerya savait que ce n’était pas l’attitude à adopter. Elle savait que pour le moment rien n’était fixé quant à son avenir et  au choix de l’héritier. Un enfant d’Hyllïna pouvait tout aussi bien être désigné.  

Même comme ça, ça ne suffira pas, tu es trop faible.  

Si tu le dis, au final je me fiche de monter sur le trône. Je ferais ce qui est  le mieux pour l’Empire, pour conserver ce que notre père avait construit ici, quel que soit le rôle qui sera le mien…,   dit-elle sagement tout en continuant de marcher à travers la foule.

Bien sûr ! Moi aussi je veux faire le mieux pour l’Empire ! Mais le mieux, pour moi, c’est d’être Empereur tout le monde le sait.  

Ezerya roula des yeux tout en continuant d’avancer. Le décès de leur père n’avait pas assagi Volkan, loin de là, il ne cessait de se mettre toujours plus en valeur à présent que l’occasion de s’emparer du trône était ouverte. Si l’Empereur était décédé d’une façon plus étrange, sans doute aurait-il pu être soupçonné.  Ezerya savait que son demi-frère ne se rendait pas compte de cela. L’intelligence n’avait jamais été son fort. Il était doué pour l’égocentrisme et le combat, elle ne pouvait le nier, pour le reste  il avait sa famille.

La blondinette avait espéré que Volkan la lâche, mais il ne semblait pas être de cet avis. Alors qu’elle marchait, il continuait d’étaler les raisons qui faisaient qu’il était le meilleur. Ezerya décida d’opiner du chef tout en regrettant de ne pouvoir couper son ouïe juste un moment. Elle leva les yeux au ciel devant l’insistance du garçon et c’est à cet instant qu’elle remarqua une tête  à la chevelure blanche l’observer. Le garçon avait les pieds dans le vide et ne semblait pas voir cela comme  dangereux. Un instant, elle croisa le regard particulier du garçon et s’y perdit alors qu’il semblait vouloir lui parler sans y arriver. Volkan la ramena  alors à la réalité d’un violent coup de coude dans les côtes.  

Hé tu ne m’écoutes plus ! Mais ? Qu’est-ce que tu observais ? Lui là-haut ? Zed ? Vraiment ? Il est vraiment trop étrange  et sa famille n’est plus si importante, aucun intérêt, crois-moi !  

Elle ne doutait pas de la parole de Volkan. Il n’était pas assez futé pour tenter de  la mener sur une mauvaise voie, du moins pas de manière aussi subtile. Cependant, l’élève là haut qu’elle se souvenait avoir déjà croisé à quelques reprises sans y prêter plus d’attention était  une diversion parfaite pour qu’il la lâche enfin. Elle déploya alors ses ailes d’un blanc immaculé sous le regard courroucé de Volkan. Elle aimait voir la jalousie à chaque fois qu’elle faisait cela et elle sentait bien qu’il ne comprenait pas  pourquoi elle ne suivait pas ses conseils si avisés.

En quelques battements d’ailes, l’enfant avait faussé compagnie à son demi-frère et se posa avec délicatesse en haut de la tour de garde, à assez bonne distance de l’enfant blanc pour ne pas le faire basculer accidentellement dans le vide. Elle replia alors ses ailes autour desquels l’air semblait toujours circuler. Après tout, quand la jeune fille n’activait pas  les ailes de lumières, elle avait tendance à garder celle lui permettant de se protéger. Elle adressa alors un grand sourire au garçon qui l’avait sauvé malgré lui d’une ennuyeuse discussion qui se serait à tous les coups terminée en confrontation.

Zed c’est ça ? Nous n’avons jamais réellement eu l’occasion de nous parler, il me semble. Mon demi-frère en bas dit que tu es étrange, mais ne fais pas  attention à lui, il ne s’intéresse qu’à lui et tout le reste est soit étrange soit inférieur. Alors, qu’est-ce que tu faisais ici ?  

Il était un fils noble de ce que  Volkan avait sous-entendu, mais s’il était réellement d’une famille peu importante il ne serait sans doute pas  offusqué par son  ton un peu décontracté. De toute façon, depuis la mort de son paternel elle était  un peu moins à cheval sur le protocole et l’étiquette lorsqu’elle n’était pas en public. C’était sans doute en partie à cause de l’éducation d’Amélia qu’elle avait réussi à se détendre sur ce point. Dans tous les cas, c’était beaucoup plus simple pour aborder les autres, quel que soit leur rang. Conservant un sourire chaleureux aux lèvres elle observait ce garçon à la peau pâle et aux yeux  si particuliers attendant simplement sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Sam 24 Juin 2017, 12:38


Toujours la tête renversée, la paume de la main au beau milieu du visage, les yeux mi-clos, Zed prit quelques secondes pour soupirer. Il fut cependant coupé dans son élan lorsqu’un subtil son de froissement résonna à ses oreilles. Ouvrant de nouveau les yeux complètement, il laissa retomber sa main le long de son corps, attrapant du bout des doigts le bord de la muraille sur laquelle il s’était assis. La tête argentée suivit le délicat mouvement de la jeune fille jusqu’à ce qu’elle se pose un peu plus loin, à une distance respectable, sécuritaire. Il laissa son regard flotter sur le visage de la blonde avant de le ramener vers les ailes claires qui se repliaient doucement. Lorsqu’il ramena de nouveau son regard perçant vers celui d’Ezerya, il tomba sur son visage souriant, reconnaissant. Bien sûr, il ne comprit pas vraiment la raison de ce sourire. Était-ce une façon normale d’approcher les gens? Était-il sensé effectuer la même chose? En était-il même capable?

Le jeune pré-adolescent allait tenter l’expérience lorsque la voix de la jeune fille vint résonner à ses oreilles. Sans réelle déception, il fit une croix sur la tentative de sourire et rapporta plutôt son attention sur les paroles en elles-mêmes.  

« Zed c’est ça ? »

Il hocha doucement la tête.

« Nous n’avons jamais réellement eu l’occasion de nous parler, il me semble. Mon demi-frère en bas dit que tu es étrange… »

Son… Demi-frère?

L’espace d’un instant, Zed eut l’air surpris. Il tourna momentanément la tête vers le bas de la muraille. Ahh. Elle n’était pas toute seule. Eh bien. Il n’avait même pas remarqué cet autre personnage. C’était de lui qu’elle parlait? Il avait dit quelque chose sur lui?  Étrange? C’était tout de même vrai, en un certain sens. Zed pouvait comprendre pourquoi d’autres pouvaient le considérer comme quelqu’un d’étrange. Il n’avait pas été élevé comme la plupart d’entre eux, après tout, à ses propres yeux, ils étaient tous plus étranges les uns que les autres.

« … mais ne fais pas  attention à lui, il ne s’intéresse qu’à lui et tout le reste est soit étrange soit inférieur. Alors, qu’est-ce que tu faisais ici ?  »

Tournant de nouveau la tête vers la jeune blonde, le pré-adolescent plissa légèrement les paupières. Honnêtement, il ne savait pas trop ce qu’il devait répondre à cette question. Lui-même ne savait pas trop ce qu’il était venu faire sur le haut de cette tour de garde. Il savait que cela le calmait de venir à cet endroit, mais c’était tout.

Zed inspira lentement, cherchant le plus rapidement, dans sa tête, les mots exacts. Il se pencha légèrement vers l’avant, vers le vide et, d’un seul coup, se donna une espèce de poussée vers l’arrière. Son corps se tortilla d’une drôle de façon, jusqu’à ce que ses pieds entrent en contact avec la pierre, ce après quoi il se donna une nouvelle poussée pour redresser son corps et ainsi se retrouver accroupi. Ralentissant un eu ses mouvements, Zed se redressa complètement et s’avança de quelques pas vers la jeune fille, le visage impassible, comme toujours.

Après un petit râlement, la tête argentée dodelina de son épaule gauche à la droite jusqu’à ce qu’il s’arrête, recule d’un pas, incertain, s’avance de nouveau, plisse les yeux et penche encore une fois la tête vers son épaule gauche.

« Je ne sais pas. »

Il soupira, recula encore un peu plus, passa machinalement sa main droite dans sa chevelure emmêlée avant de relever le regard vers le visage de la jeune blonde.

Ah. Bien sûr!

« Ezerya. »

Encore une fois, bravo Zed! Elle avait maintenant un nom, c’était un bel avancement, c’était bien, il s’améliorait à vue d’œil. S’il se souvenait bien, c’était l’un des enfants de l’ex Empereur, l’une des personnes qui, à priori, il se devait de protéger. Mais était-ce encore le cas? Enfin, pour l’instant, il n’avait pas réellement envie de se prendre la tête avec cela. Il y réfléchirait prochainement, lorsque les choses de seraient calmées, lorsque les éléments se mettraient en place et où sa destinée serait plus facile à dessiner.

« Ton… Heu… Pourquoi est-ce que tu es montée ici? »

Eh, wow! Il avait fait une phrase presque complète! Il avait répondu autre chose que « Et toi? », c’était déjà une belle tentative de communication. Sa famille serait fière de lui, très certainement! Il jeta furtivement un regard derrière lui, cherchant à savoir si l'autre être était toujours au bas de la muraille, imaginant qu'il s'agissait là de la fameuse raison recherchée.

« Ton demi-frère… t’embête? Je l’élimine? »

Non. Zed ne comprenait pas vraiment qu’il y avait une différence entre simplement s’éloigner de quelqu’un et vouloir le faire disparaitre. Disons qu’on ne lui avait appris qu’à détruire et à fuir pour pouvoir ensuite détruire encore plus.

Clignant innocemment des yeux, Zed attendit sagement qu’on lui donne un ordre ou qu’on lui indique quoi faire. Il était un outil après tout. Ezerya était du sang de celui qui, par le passé, guidait ses pas, il pouvait bien l’écouter un peu, si jamais elle demandait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Sam 24 Juin 2017, 13:52



D’accord. Volkan avait peut-être eu raison pour une fois. Zed semblait étrange. Ezerya n’était pas réellement capable de définir exactement en quoi, mais elle avait une sensation étrange à ses côtés. Lorsqu’il s’était penché en avant elle avait craint un instant pour sa vie. Pas qu’elle avait un attachement quelconque pour lui, mais elle préférait ne pas être mêlé à ce genre d’accident. Pourtant, le garçon semblait n’avoir fait cela ni pour l’impressionner ni pour lui faire peur. À présent qu’elle le voyait de plus près, debout face à elle, elle ressentait ce petit truc qui n’allait pas quand elle croisait son regard. Cette étrangeté augmenta lorsqu’il ouvrit la bouche sans être capable de tenir en place. Il ne savait pas ce qu’il faisait là. C’était une réponse particulière. Ezerya tenta de deviner s’il ne voulait pas en parler, mais il fallait avouer que le garçon manier à la perfection le visage inexpressif. Elle pourrait presque en être jalouse. Elle ne laissa rien de paraître de son léger malaise. Malheureusement, il fallait bien avouer que son sourire s’était terni remplacé par une expression de concentration pour comprendre ce que pensait réellement le garçon.

Il la nomma alors après avoir reculé comme pour mieux la voir, mieux savoir qui elle était. Pourtant, il fallait bien dire qu’un simple coup d’œil sur ses ailes suffisait à savoir qui elle était. Ezerya ne savait pas vraiment quoi penser de tout cela. Elle continuait d’observer le gamin, hésitant à entrer dans son esprit pour comprendre. Elle l’aurait sans doute fait s’il n’avait pas repris la parole. Il le fit pourtant, toujours avec cet air parfaitement neutre qu’elle n’avait vu que sur peu d’autres visages. Pourquoi était-elle montée ? N’était-ce pas une évidence pourtant ? Il semblait que non. Quoi que peut-être que si. Elle n’en savait rien et il fallait bien dire qu’elle avait du mal à comprendre son interlocuteur.

Ainsi, lorsqu’il demanda d’un ton tout à fait sérieux s’il devait éliminer Volkan, Ezerya eut un mouvement de recul et son visage s’affaissa. Il semblait tellement sérieux. Est-ce qu’il était en train de blaguer ? C’était rare sur Irianeth. Mais c’était plus logique que de réellement proposer une élimination. Cela ne se faisait plus depuis des années. Son père y avait veillé afin que tous puissent servir a hauteur de leur capacité. Zed cligna des yeux. Aucun sourire sur ses lèvres. Rien ne venait indiquer la moindre tentative d’humour. Il semblait juste attendre. Après un moment de silence où l’élève tenta de jauger son interlocuteur sans y parvenir elle prit la parole.

Heu… Tu… Tu es sérieux ? Tu ne peux pas éliminer Volkan. Il m’ennuie c’est sûr, mais je ne veux pas qu’il meure pour autant. Tu aurais de gros problèmes si tu le faisais, et moi aussi. Tu ne peux pas tuer les gens de l’Empire. C’était comme ça avant, mais maintenant nous ne le faisons plus.

Ezerya ne savait pas si elle avait bien réagi, peut-être que le garçon allait soudainement se mettre à rire et lui taper l’épaule devant sa mine déconfite. Cela serait sans doute préférable parce que s’il était sérieux il fallait réellement lui apprendre certains trucs. Sinon, nul doute que d’autres profiteraient de sa serviabilité .

Pourquoi tu voudrais m’aider surtout sur quelques choses d’aussi important ? Quelqu’un d’autre te là déjà demandé ?

Pas de doute, Volkan avait pour une fois raison, son interlocuteur était vraiment étrange et elle espérait être la première à qui il est fait cette proposition. Quoi qu’il en soit, Ezerya avait perdu son air chaleureux sur le visage. C’était l’inquiétude et l'incompréhension qui prédominaient sur ses traits.

Maintenant, il y avait un malaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Sam 24 Juin 2017, 16:25


Un long soupir s’échappa lentement des lèvres de Zed alors qu’Ezerya tentait rapidement de le ramener à la raison : ne pas tuer le demi-frère. Oups. Il s’était complètement trompé sur ce que cette fille désirait, d’accord. Maintenant, c’était clair, il ne lui fallait pas éliminer l’autre enfant, ce serait mal et ça poserait problème. C’était une vieille façon de faire, il semblait. Ah bon? Si elle le disait, cela devait probablement être vrai. Mais ça n’était pas comme si ça lui importait plus que cela, de toute manière. Il savait ce qu’il avait à faire et si cela impliquait de de mettre à dos l’ensemble de la population, il s’en contre-fichait. Ce qui importait, c’était son rôle, sa tâche, sa destinée, son but, cette chose qu’on lui avait imposé de réalisé, ce qu’on espérait de lui.

Hochant doucement la tête, Zed chercha à faire comprendre à la blonde qu’il comprenait bien, qu’il n’en ferait absolument rien, si c’était ce qu’elle désirait, mais celle-ci ne sembla pas remarquer son mouvement. Il lui faudrait probablement parler. Heh. Pourquoi…

« Pourquoi tu voudrais m’aider surtout sur quelques choses d’aussi important ? »

L’espace d’une seconde, Zed paru ennuyé, pinçant les lèvres et fronçant légèrement les sourcils. Honnêtement, il avait toujours une certaine difficulté à répondre à la question pourquoi. On n’avait jamais vraiment exigé de lui des explications quant à ses agissements, durant son enfance. On ne faisait qu’exiger de lui de répéter les indications données, on lui demandait à qui il devait sa vie, à qui il devait répondre et à quels caprices il se devait de répondre. Il s’agissait vraiment d’une question difficile pour le pauvre petit esprit de Zed.

Le jeune pré-adolescent allait répondre, une fois encore qu’il ne savait pas, qu’il le lui avait offert, car elle était une descendante de l’ancien Empereur et que, peut-être un jour elle deviendrait sa destinée, mais Ezerya ne lui en laissa pas le temps, continuant plutôt son questionnaire.

« Quelqu’un d’autres te là déjà demandé ? »

Les sourcils de Zed se relevèrent un instant : il était surpris. Ils reprirent leur place assez rapidement, laissant le visage pâle, blafard, de Zed retourner à son état habituel, c’est-à-dire impassible, difficile à comprendre. Si quelqu’un le lui avait déjà demandé? Lui avait-on déjà demandé d’éliminer quelqu’un, réellement? Il se souvenait, bien sûr, avoir simulé des assassinats avec son père et les quelques serviteurs qui l’aidait à entraîner et « programmer » Zed. Il se souvenait aussi qu’on lui avait cité des exemples de ce l’Empereur pourrait lui demander et il savait pertinemment qu’éliminer quelqu’un était l’un des premiers exemples.

Peut-être était-ce des exemples de l’Empereur précédent, celui qui avait régné avant que Ryan ne devienne l’être le plus important. Cela ferait beaucoup de sens, actuellement. Son père avait passé la plus grande partie de sa vie à chercher à plaire à l’ancien Empereur, comme son père avant lui et probablement la majorité de ses ancêtres.

Le visage de Zed, toujours impassible, se tourna un instant vers l’horizon qu’il avait observé un peu plus tôt. Que devait-il répondre à cette jeune fille, à Ezerya? Sa vie avait toujours été vécue ainsi. Il n’y avait pas vraiment de questions à se poser. Enfin, il n’avait jamais vraiment prit la peine de s’en poser. Il effectuait ce qui se devait d’être fait et d’une façon qui devait l’emmener à être puissant, près du pouvoir ultime de l’Empire. Zed se fichait de devoir se salir les mains, de toute manière, il ne le saurait même pas, il ne le sentirait pas.

Le jeune garçon retourna sa tête de façon à pouvoir observer le regard d’Ezerya. Il fut déçu. Il ne comprenait absolument rien au visage qu’elle avait adopté.

Zed soupira doucement, creusant au plus profond de lui-même pour être capable de construire des phrases complètes, compréhensibles et claires.

« Je ne crois pas qu’on me l’ait déjà… Eum… Demandé. »

Il hésita un instant, incertain de la façon d’apporter ses pensées hors de sa tête.

« Mais je ne l’ai jamais offert non plus… à personne… »

Zed vint attraper l’une des petites couettes argentées de sa chevelure pour l’enrouler machinalement autour de son index, prenant quelques secondes pour préparer ses mots avant de parler. Son regard avait quitté le visage d’Ezerya pour se fixer sur ses propres bras, glissant d’une cicatrice à l’autre avant de ne retourner vers le regard de la jeune blonde.

« Ezerya est... spéciale. »

Ok. Le malaise qui avait plané entre les deux enfants depuis le début de leur soit disant conversation venait de décupler. Pour Zed, bien sûr, il n’y paraissait absolument rien. À ses yeux, ce qu’il venait de dire était la chose la plus naturelle du monde et tout à fait véridique. Ezerya était bel et bien spéciale à ses yeux, dans le sens où il l’avait considéré comme une possible future destinée. Il n’avait rien à lui cacher, de toute façon, elle avait le droit d’exiger n’importe quoi et il y répondrait comme on le lui avait toujours indiqué. Enfin, plutôt comme il s’était imaginé que les choses devraient être faites, considérant qu’il n’avait pas pu demander l’avis de sa famille depuis la mort de l’Empereur Ryan.

Tentant de sourire, les lèvres de Zed s’étirèrent maladroitement pour le laisser avec une apparence des plus ridicules. Il avait réussi à comprendre que le sourire était une bonne façon de s’attirer les faveurs d’autrui. C’était un peu ce que son père lui avait tant de fois répété : être doucereux et flatteur permet de se rapprocher rapidement du trône, mais ce qu’il faut, au final, c’est d’être complètement dévoué et prêt à donner sa vie. Bon, il avait un peu fait l’inverse, mais soit, il avait compris qu’un sourire était un billet facile vers la victoire. Restait à le mettre en pratique maintenant.

« Maintenant tu sais. »

Oh non. Zed ne s'aidait définitivement pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Dim 25 Juin 2017, 04:20



Était-ce de la surprise qu’elle avait vue là sur son visage alors que ses sourcils s’étaient relevés ? Sincèrement, elle n’en savait rien. Le visage de Zed était passionnant à observer. Pas qu’il possédait quelque chose de particulier si ce n’est ses yeux. Non, il était intéressant à analyser, car il n’y avait quasiment rien. Une impassibilité qui semblait à toute épreuve, sauf pour cette question. Pourtant elle n’était pas si étrange. Elle voulait juste savoir si elle était la première à qui il faisait cette offre. Rien de complexe, rien de surprenant. La réponse pouvait être directe et pourtant elle ne le fut pas. Zed prit le temps de la réflexion, se tournant pour contempler l’horizon avant de revenir sur elle avec cette même mine vide d’expression. Puis la réponse tomba, hésitante.

Il n’était pas certain qu’on lui avait déjà demandé. Cela pouvait donc être arrivé ? Avait-il obéi ? Une moue inquiète traversa le visage de la blondinette. Elle ne savait pas grand-chose de Zed, mais il était clair qu’elle avait envie d’en apprendre plus. Elle voulait le comprendre, comprendre ce visage parfaitement neutre et ses propositions meurtrières si naïves. Il la rassura bientôt : il n’avait jamais proposé ce service à d’autres. Pourquoi elle ? Pourquoi si naturellement ? Est-ce que ce geste machinal dans ses cheveux révélait de l’anxiété ? Argrr. Elle n’en savait rien. Il avait lâché son regard, il regardait ses bras, comme un gamin qui se sent mal à l’aise, qui se sent honteux. Ezerya n’était pas certaine que ce soit cela et pourtant ça y ressemblait bel et bien. Elle allait le questionner, tenter de comprendre tout cela, mais il s’exprima de lui-même.

Ezerya est spéciale.

Elle était spéciale.

C’était une réalité pour beaucoup de gens. Elle était spéciale de par son sang, quoique cette spécificité était loin d’être unique, encore plus depuis la mort de son père. Cependant, pour ce garçon, elle ne voyait pas en quoi elle était spéciale. Il était un enfant noble selon les dires de Volkan. Cela signifiait-il qu’il avait été élevé pour l’approcher à l’instar de beaucoup d’autres ? Pour devenir son ami et espérer offrir une meilleure place à sa famille si, un jour, elle montait sur le trône impérial ? Était-elle un peu trop paranoïaque là-dessus. Certainement pas. Elle en avait déjà assez vu durant ses premières années pour savoir que c’était tout à fait possible.

Devant la réflexion d’Ezerya le visage du garçon se transforma laissant de côté sa neutralité habituelle pour autre chose. Il se déforma, faisant craindre à la blonde que quelque chose n’allait pas jusqu’à ce qu’elle remarque que sa bouche semblait vouloir se tordre vers le haut. Le rictus était étrange, mais il semblait que ce soit un sourire. Penchant la tête sur la droite, la jeune fille resta silencieuse, tentant de comprendre ce que cette espèce de sourire si particulier signifiait. Il voulait la rassurer ? Il était content ? Elle n’en avait aucune idée. Cette conversation devenait de plus en plus étrange et de toute évidence ce n’était pas fini.

Les derniers mots de Zed la plongèrent dans une incompréhension plus totale encore. Maintenant elle savait. Ouvrant la bouche, elle resta éberluée une petite seconde avant de la refermer, incapable de savoir quoi répondre à tout ça.

Zed était-il en train de lui faire un aveu quant à une mission quelconque ? Était-elle en train de lui avouer des sentiments cachés ? Y avait-il autre chose de bien plus important derrière ce malaise qui s’était installé ? Elle n’en avait aucune idée. Pensive, elle tourna la tête vers le côté avant de se gratter le haut du front. Que dire ? Que faire ? Que répondre ?

Je… hum…

Bravo ! Zed venait de transmettre ses hésitations à Ezerya. La jeune fille se gifla mentalement. Elle ne devait pas bafouiller de la sorte. Elle avait appris à ne jamais le faire et voilà qu’elle le faisait face à un gamin de son âge dont elle n’était absolument pas certaine de comprendre les motivations.

Pourquoi je suis spéciale… pour… toi ? Pourquoi à ce point ?

Elle aurait pu lui dire qu'il était bien de ne jamais avoir proposer ses services à d’autres, qu’il ne devait pas le faire, qu’il devait simplement obéir aux ordres de l’Empire, aux ordres des supérieurs. Mais tout cela venait de passer à la trappe. Elle voulait comprendre ce qu’il voulait. Elle voulait comprendre ce qui se tramait. Elle voulait savoir. Et pour cela, elle ne connaissait qu’une solution : le faire parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Dim 25 Juin 2017, 11:14

Plus les secondes s’écoulaient depuis la toute dernière question d’Ezerya, plus Zed devenait une source de malaise. Ça n’était pas réellement intentionnel, il faut se l’avouer. En fait, il n’avait tout simplement aucune idée de ce qu’il était supposé répondre à la blondinette. Déjà qu’il avait une certaine difficulté avec les questions nécessitant une réponse développée et explicative, cette fois, il n’avait pas même la moindre idée quant à la piste de réponse qu’il se devait de suivre. Lui-même ne savait pas réellement pourquoi Ezerya lui avait apparu comme « valant la peine d’écouter ». Oui, bien sûr, il pouvait toujours expliquer ce qu’on attendait de lui, dans sa famille, et les buts ultimes qu’on lui avait demandé d’atteindre pour le bien-être d’autrui, mais il ne savait même pas comment apporter la chose. En fait, il ne savait même pas si c’était réellement pour cette raison.

N’était-elle pas qu’une possible héritière? Elle n’allait certainement pas monter sur le trône dans la prochaine année, considérant la présence de l’Impératrice actuelle. En ce sens, elle ne valait théoriquement pas tant que cela dans l’avenir immédiat de Zed.

Et pourtant, il l’avait mis de l’avant. Il l’avait privilégiée.

Dodelinant une fois encore de la tête, cherchant bêtement une réponse à la simple question d’Ezerya, la petite tête argentée faisait marcher ses neurones comme jamais, laissant le silence s’élargir encore un peu plus, augmentant l’étrange malaise. Il avait beau prendre son temps pour trouver la meilleure réponse possible, il ne réalisait pas vraiment que la longue minute qui avait passé dans un silence des plus lourds commençait à peser sur la crédibilité de sa réponse prochaine. Quoique le visage impassible de Zed laissant transparaître toute sa concentration, laissant son regard plonger dans un vide total, dans un vide lui permettant de s’enfermer vaguement dans sa petite tête pour analyser sa situation.

Pliant les genoux jusqu’à se retrouver en tout petit bonhomme, le jeune garçon releva ses mains jusqu’à les faire entrer dans sa chevelure, protégeant momentanément sa vision d’Ezerya et de son visage insistant. Il prit de longues secondes à réfléchir plus intensément, dans cette position.

Pourquoi lui avait-il offert d’éliminer quelqu’un? Pourquoi le lui avait-il offert à elle? Pourquoi ne lui avait-il pas simplement demandé si elle fuyait ce fameux demi-frère? Pourquoi. Pourquoi. Pourquoi…

Pourquoi était-elle « spéciale »?

Zed se releva d’un seul coup, un peu trop vivement même. Il approcha légèrement son visage de celui de la jeune fille, plongeant son propre regard dans celui d’Ezerya. Il n’avait jamais réellement prit la peine de l’observer correctement, cette jeune fille. Il n’avait jamais porté attention aux stridents yeux dorés, portant plutôt son attention sur l’image générale, sur la chevelure et les ailes. Mais cette fois, il prononça tranquillement ses paroles le regard plongé dans celui d’Ezerya, un peu innocemment, comme d’habitude.

« Pourquoi…? »

Il recula la tête légèrement, reprenant relativement sa position initiale.

« Je ne sais pas… pourquoi. »

Zed fut lui-même ennuyé de sa propre réponse. Ça n’était définitivement pas le genre de conversation qu’il avait pris le temps d’observer et tenté d’imiter. Pinçant légèrement les lèvres, il reprit la parole sans laisser le temps à Ezerya d’ajouter quoi que ce soit.

« Je n’ai pas pu… eum… demander de raison… Je n’ai pas… depuis euh… l’Empereur? Eh… »

Fixant toujours l’élève blonde, Zed soupira avant de reprendre du même ton monotone, difficile à lire.

« Je n’ai pas reçu de… d’ordre depuis, hum, la mort de l’Empereur. Alors… Je ne sais pas… Je ne comprends pas. »

Zed fronça les sourcils une secondes avant de pencher la tête sur le côté.

« J’ai pris une liberté… Je crois? J’ai désobéi… Je crois… Je ne sais pas… »

Il y avait bel et bien quelque chose à comprendre à ces paroles. Malheureusement pour Ezerya, Zed n’était pas quelqu’un ayant appris à discuter adéquatement avec d’autres personnes. Ainsi, il ne savait pas réellement comment transmettre ses pensées et ses sentiments à travers des phrases complètes et des mots précis et clairs. Il ne cherchait pas à lui mentir, il ne cherchait pas à lui cacher ses intentions. En fait, s’il avait pu les dire précisément, il l’aurait fait, ça lui aurait évité bien des problèmes. Même s’il faisait la majorité de ses actions d’une façon naturelle, à cause de son éducation, cela restait ses actions, ses décisions, ses choix. Il travaillait dans le but de rendre sa famille fière, dans le but de permettre à ceux qui lui avait indiqué comment vivre de devenir des gens importants, reconnus, appréciés. Pour lui, sa famille avait tant donné pour l’Empire que celui-ci se devait de rendre la pareille et il savait que c’était à travers lui-même qu’il pourrait pousser l’Empire à respecter cela. Il n’était qu’un outil, un petit pion, un objet de valeur pour sa famille. Il était l’être élu, l’être spécial qui les sauverait tous.

C’était ainsi qu’il avait été élevé. C’était son rôle, c’était sa destinée et il aurait aimé pouvoir l’expliquer à cette jeune fille qui avait bien gentiment accepté de tenter une « conversation » avec lui.

Oh. Peut-être était-ce ça, sa valeur, en fait.

Elle était peut-être spéciale uniquement parce qu’elle lui avait donné de l’attention. Un peu comme un chien idolâtre son maître lorsqu’il lui gratte les oreilles et lui parle.

Zed était comme un chien.

Et Ezerya comme le maître.

Mais était-ce réellement simplement cela?

En fait, ç’aurait probablement été pour le mieux, si cela avait été le cas. Si seulement les choses pouvaient être aussi simple avec Zed…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Dim 25 Juin 2017, 14:12


Le silence était une chose terrible. Ezerya ne s’était jamais rendu compte à quel point il pouvait être oppressant jusqu’à aujourd’hui. Seuls lui parvenaient les bruits de la foule en contre bas. En dehors de cela, il n’y avait rien. Zed ne disait rien. Il ne faisait rien. Il restait simplement silencieux devant elle, à rechercher la réponse à cette question. Comme si tout cela était difficile. Comme s’il fallait prendre un long moment de réflexion. Les secondes s’égrainaient avec lenteur, faisant monter la pression sur les épaules de la blonde. Le silence avant de parler donner de l’importance à ses propos. Ezerya s’attendait à une révélation. Une immense révélation même. Et cette attente la mettait mal à l’aise. Que pouvait-il y avoir de si important pour qu’il prenne tout ce temps. Ses yeux ne semblaient plus la voir, ils étaient immobiles, cherchant le meilleur moyen de l’annonce. Ou le meilleur mensonge peut-être ? Puis, sans prévenir, il plia les genoux et s’enferma dans une sorte de bulle, se repliant sur lui-même. Était-ce si difficile ? Était-ce si grave ? La pression augmentée pour la blonde. Qu’allait-il lui dire ? Quelque chose de si horrifiant ?

Soudainement, il se releva, de surprise, Ezerya fit quelques pas en arrière alors qu’il s’approcha près d’elle. Trop près. Il la regarder à présent. Il la regarder vraiment. Ses yeux verts aux teintes bleus étaient là, plonger dans les siens, elle pouvait en percevoir chaque nuance. Jamais la jeune fille ne s’était sentie si étrange face à quelqu’un. Ses mains étaient aussi moites que lorsqu’elle avait discuté avec son père. Elle ne respirait plus, attendant simplement les mots, attendant de comprendre, attendant la suite. Elle aurait dû le repousser. Elle aurait dû le questionner. Elle resta simplement là, beaucoup trop proche. Puis, après ce qui lui parut interminable, il parla d’une voix trop innocente, d’une voix qui ne correspondait pas à ses actes. Pour des mots sans intérêts. Pourquoi ? Oui. Elle voulait savoir pourquoi. Il ne l’avait pas fait attendre tout ce temps, il n’avait pas fait monter cette pression pour rien ?

Il recula sa tête et Ezerya reprit le cours de son oxygénation. Pourquoi ? Elle devait savoir pourquoi. Il lui répondit. Il ne savait pas. La blondinette écarquilla les yeux devant cette réponse. Tout ça pour ça ? Non. Ce n’était pas possible. Elle allait protester, mais elle ne fit rien si ce n’est cligner des yeux beaucoup trop rapidement. Il n’avait pas pu demander la raison ? À qui à quoi ? Depuis l’Empereur de quoi ? Mais que signifiait tout cela ? L’esprit de la recrue se mit à fonctionner à toute allure tentant de combler les vides laissés par l’argenté, tentant de donner du sens à ce qui n’en avait pas. Il n’avait pas reçu d’ordre depuis la mort de l’Empereur ? Était-il un enfant spécial entrainé pour une mission quelconque ? Un enfant qui recevait ses ordres de son père ? Où était-il autre chose pour qui la mort de l’Empereur avait une importance ? Quel était son rôle ? Quel était son but ? Des scénarios multiples se firent dans l’esprit de l’enfant alors que Zed continuait à parler. Elle s’emparer de ses mots et tentaient de les assembler d’en faire quelque chose, d’en faire une histoire. Il avait pris une liberté, il avait désobéi. Elle manquait d’information. Elle voulait en savoir plus. Elle voulait combler les trous.

Alors qu’il s’était tu la laissant avec beaucoup trop de vide à combler Ezerya poussa un long soupir.

D’accord.

Non. Elle n’était pas vraiment d’accord. Elle n’y comprenait rien. Elle avait juste besoin de temps, elle avait besoin de se ressaisir. Elle avait l’impression que tout cela avait une importance, une réelle importance, si seulement la pauvre était au courant de la vérité. Fermant les yeux elle passa sa main sur son front tout en penchant la tête. Elle devait faire le vide. Elle devait réfléchir. Elle devait recoller les morceaux et elle devait en apprendre plus. Malheureusement, Zed ne semblait pas enclin à lui proposer un monologue pour tout lui expliquer. Alors, elle devait lui tirer les vers du nez.

Lourdement, elle se laissa tomber sur le sol. Elle n’était pas censée faire cela. Elle était censée garder sa posture bien droite, mais cette conversation était épuisante et elle voulait être dans la meilleure position pour pensée en paix. Elle fit un petit signe à Zed pour qu’il s’asseye également. Le comprendrait-il ? Elle ne pouvait le prédire. Elle soupira de nouveau avant de se passer la main dans la nuque pour se détendre.

Tu sembles vouloir m’aider Zed, ça je le vois. Mais… Je ne comprends pas… Est-ce que tu peux me dire de qui tu reçois tes ordres ? À qui as tu désobéi ? Ce que tu devais faire avant la mort de l’Empereur ? Dis-moi juste cela, s’il te plaît.

Ce serait un bon début. Elle comprendrait pour le compte de qui il agissait et elle pourrait alors rassembler les morceaux et commencer à former une histoire. Il fallait juste qu’il l’aide encore, un petit peu au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Dim 25 Juin 2017, 18:05

Le long soupir que poussa Ezerya laissa Zed incertain de sa propre réponse. Avait-il été assez clair? Était-il allé assez loin pour qu’elle soit satisfaite de sa réponse? Il espérait silencieusement qu’elle arrête de lui poser tant de questions et qu’enfin, ils puissent entamer une conversation qui ressemblerait un peu plus à ce qu’il avait entendu par le passé. Même s’il se savait maladroit, il avait un peu plus confiance en ses capacités de maintenir une conversation banale sur le beau temps, sur l’horizon, sur les cours et même sur leurs entraînements si nécessaire. Mais une conversation un peu plus personnelle comme celle-ci le rendait définitivement mal à l’aise. Il n’était pas dans sa zone de confort et ça l’embêtait un peu. Il ne serait probablement pas capable de maintenir le niveau de concentration et de réflexion du début à la fin, enfin, surtout s’il se retrouvait encore à devoir répondre à des questions explicatives, difficiles et exigeant de lui un certain développement.

Zed sursauta lorsqu’Ezerya reprit la parole. Il ne s’était pas réellement attendu à ce qu’elle prononce ce mot exact. D’accord. D’accord?! Alors ça lui convenait? Quel soulagement! Peut-être n’était-il pas aussi mauvais en communication que ce à quoi il s’était attendu. Il n’avait eu que de très rares occasions de s’entraîner à parler, à discuter et surtout à répondre à une question large. Il était donc assez surprenant qu’une explication aussi importante que celle qu’il avait donnée ne crée pas encore plus d’incompréhension. Intérieurement, Zed se félicita et se dit que ses mentors auraient été fiers de lui, étant donné qu’on lui avait vaguement reproché d’être difficile à comprendre. Un petit hochement de tête fut la seule preuve de son autosatisfaction, son visage restant de glace, son regard identique à celui d’un pauvre poisson mort.

Zed se prépara pour une nouvelle tentative de sourire, cherchant mentalement quels muscles il lui fallait contracter pour que le résultat ne soit pas aussi… surprenant. Malheureusement, la blonde fit un mouvement à cet instant précis, ce qui coupa net l’élan de Zed qui suivit plutôt des yeux les moindres mouvements de la jeune fille. Il ne comprenait pas très bien à quoi cela servait, mais ça ressemblait vaguement à sa propre tentative d’évitement, lorsqu’il s’était maladroitement exprimé pour tenter de commencer une conversation avec la jeune fille. Oui oui, la paume, dans le visage, la tête basculée. Était-elle en train d’essayer de lui faire comprendre quelque chose? Devait-il faire comme si elle n’existait plus? Comme il avait vainement espéré quelques instants plus tôt?

Ehh…? Oui, bon, d’accord. Il n’y comprenait rien, mais absolument rien.

Zed plissa légèrement les yeux, cherchant à trouver la moindre petite information lui permettant de comprendre un peu mieux la situation. Lorsque, soudainement, Ezerya se laissa tomber lourdement sur le sol, Zed sursauta, un spasme l’agitant légèrement alors qu’il clignait des yeux à quelques reprises. Elle le stressait. Il n’était jamais aussi crispé, il n’avait jamais la tête prête à exploser de la sorte; c’était tout à fait nouveau, pour son pauvre petit être.

Le petit mouvement d’Ezerya laissa Zed encore une fois perplexe. Il croyait comprendre, étant donné que ça n’était définitivement pas la première fois qu’on lui demandait de s’asseoir, mais c’était un peu différent de ses habitudes, sommes toutes. Il n’y avait rien d’agressif ou d’autoritaire dans les gestes de la petite blonde, c’était… étrange. Zed tourna légèrement la tête de côté, plissant légèrement ses yeux de poisson mort avant de très lentement plier les genoux. Il s’attendait à tout instant à ce qu’Ezerya le foudroie du regard, crie et l’insulte en lui demandant ce qu’il croyait se permettre de faire, mais elle ne fit que faire quelque chose avec sa nuque en passant sa main dessus. Lorsqu’elle parla de nouveau, Zed stoppa net ses mouvements jusqu’à ce qu’elle ait complètement terminé de parler, ce qui le laissait bien sûr dans une position un peu inhabituelle : à moitié debout, un genou presque en terre. Il était simplement au beau milieu de son mouvement pour s’asseoir lentement. Il se laissa choir un peu plus rapidement lorsque la blonde s’arrêta de parler. Il ramena ses genoux contre son corps, faisant passer ses minces bras pâles autour de ses jambes, laissant son visage dégagé au-dessus des deux articulations. Ses yeux étudiaient attentivement le visage et les expressions de la jeune fille, cherchant encore une fois à décrypter quelque chose qu’il ne comprenait même pas.

Il faut se l’avouer, il était un peu déçu de devoir discuter encore de sa vie personnelle. Mais cette fois c’était un peu différent des questions précédentes. Les questions n’étaient plus guidées par un simple et vague « pourquoi ». Elle voulait savoir quelque chose de précis. Elle lui demandait certaines informations, des données qu’il lui était, cette fois, beaucoup plus facile de rapporter. Elle lui facilitait la tâche et, en ce sens, il en était satisfait, voire content.

Inspirant doucement, Zed jeta un coup d’œil vers sa droite, pencha légèrement la tête avant de fermer tranquillement les yeux, plongeant au plus profond de son propre esprit, il entama la rapide recherche des informations demandées. Enfin, celles qu’il se souvenait qu’elle ait demandé.

« De qui… Je reçois mes ordres…? Il faut savoir... eh… de quels ordres… on… parle… »

L’argenté ouvrit les yeux, soupira, secoua un petit peu la tête avant de refermer ses paupières et de recommencer à parler.

« Je ne reçois plus d’ordre… de mon père… de la famille… Mais avant mon entrée dans… hum… l’Ordre, je répondais du dirigeant… de la famille… Père. Je ne réponds… maintenant… euh… que de l’Empereur… c’est mon devoir. Enfin… Je su… Je suis sensé ne répondre que du… eum… que du dirigeant d’Irianeth… que du pouvoir. »

Ouvrant de nouveau les yeux, Zed releva la tête et plongea de nouveau son regard dans celui d’Ezerya. Les choses à dire étaient claires, maintenant, plus besoin de se concentrer tant que cela. Il fallait maintenant qu’il réussisse à tout transmettre, malheureusement.

« J’ai désobéi. J’ai agi selon… hum… moi-même? Je devrais… ne… heh… Je ne devrais que servir… pour gagner le pouvoir… pour la famille. »

Zed inspira très lentement avant de réciter ce qu’on lui avait tant fait réciter. Des paroles qu’il connaissait par cœur, sur le bout de ses doigts. Gravées en rouge au plus profond de son âme, il ne pouvait que les réciter machinalement.

« Je ne suis qu’un outil. Je ne sers qu’à sauver cette famille d’une destinée maudite. Je suis l’élu et je me dois d’agir comme tel. Je représente la force, la frayeur et cette famille en entier… Je ne puis échouer, telle est ma destinée… »

Lentement, la main gauche de Zed se glissa jusqu’à sa tête, attrapant la preuve même de ce statut d’élu, cette chevelure de neige, ce signe indéniable de sa destinée au sein de la famille. Il avait un statut de dieu maudit, au sein de ceux qui l’avaient élevé et son corps en était l’ultime preuve.

« Tu es descendante de l’Empereur. »

Il baissa les yeux.

« Tu es comme… euh… une suite de ma destinée. »

Zed releva le regard encore une fois.

« Tu es… Hum… »

Il tenta de sourire : rictus immonde décoré de billes mates, tout sauf éclatantes.

« La destinée pour laquelle… hum… j’ai désobéi… L'Impératrice que j'ai... choisie... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Lun 26 Juin 2017, 08:15



Étrange n'était même pas le mot approprié pour décrire Zed. Il était spécial à n'en pas douter, mais au lieu d'étrange Ezerya l'aurait qualifié de bizarre. Très bizarre même. Alors qu'elle l'avait invité à s'asseoir, il avait commencé son geste puis s'était stoppé dans une position inconfortable jusqu'à ce qu'elle se taise. Pourquoi ? Juste pourquoi faire cela ? Elle ne connaissait personne qui agissait de la sorte. Comme si s'asseoir était impoli. D'où sortait Zed ? Qui était-il ? La curiosité de la blonde envers ce garçon augmenter à chaque instant, alors même qu'il n'avait pas répondu à ses interrogations. Il était là, assis, les genoux replier contre lui, à l'observer comme si la réponse qu'il devait donner se trouver sur son front. Puis, finalement, il reprit la parole.

Pour reposer la question qu'elle avait posée. C'était quelque peu... frustrant. Ezerya était habituée à aller vite, à obtenir les réponses avec célérité. Là, elle devait attendre que Zed décide de parler et d'être compréhensible. Or, il ne semblait pas vouloir l'être. Cela dépendait des ordres. Allait-il réellement la questionner sur la terminologie exacte ou les ordres exacts. Ezerya ferma les yeux afin de garder son calme. Elle avait le sentiment que s'énerver serait tout à fait inutile face à l'argenté. Finalement, cela fut payant, Zed continua de lui-même. Comme si la question avait juste permis de recentrer ses pensées.

Il recevait donc ses ordres de son père, mais maintenant il répondait à l'Empereur. D'accord, elle pouvait avancer avec cela, peut-être un peu. Même si au fond, tout le monde sur Irianeth prenait ses ordres auprès de l'Empereur. Il y avait cette phrase qui permettait à Ezerya de penser que c'était plus que cela. Il n'était censé répondre que du dirigeant d'Irianeth. Cela le plaçait-il parmi ses êtres spéciaux qui n'appartenaient à aucun ordre bien défini et qui était là pour accomplir une tâche unique ? C'était tellement frustrant pour la blonde d'être ainsi écarté des secrets de l'Empire et de ne pas pouvoir tout comprendre. Cependant, il lui paraissait étrange que quelqu'un comme Zed puisse être sélectionné à moins qu'il cache une spécificité extraordinaire. Il plongea son regard dans le sien avant de continuer devant une Ezerya attentive, prête à se saisir du moindre mot, de la moindre tournure de phrase.

Il avait désobéi, il ne devait servir que pour gagner le pouvoir pour sa famille. D'un coup, c’était beaucoup moins clair. Pour qui agissait-il ? Pour l'Empereur ou pour sa famille ? Faisait-il semblant d'agir pour l'Empire afin de servir sa famille ? Mais pourquoi lui dire dans ce cas ? Un aveu ? La suite arriva de manière bien moins saccadée, beaucoup plus directe, comme un mantra qu'on aurait répété. Le ton était clairement différent. Il se considérait donc comme un outil qui devait sauver sa famille d'une destinée maudite. Comment devait-elle prendre tout cela ? Sa famille était-elle réellement maudite ou était-ce une manière de parler ? Ezerya avait voulu des réponses, mais elle était dans un flou encore plus grand à présent. Chaque mot du garçon éveillait en elle de nouvelles interrogations.

Finalement, Zed continua avec ses hésitations. Elle était une descente de l'Empereur, c’était un fait, mais cela semblait être la raison de cette proposition et de tout ce qui en avait découlé. Elle était la suite de sa destinée. D'accord. Elle commençait à comprendre. Ou pas. Elle continua de regarder attentivement le garçon ainsi que la grimace qu'il lui faisait à présent. Pourquoi cette grimace ? Ça n'avait aucun sens. Elle haussa un sourcil, surprise, alors qu'il reprenait la parole comme si de rien était. Elle était l'Impératrice qu'il avait choisie ? Oui. C'était gentil. C'était agréable à attendre. Sauf qu'il y avait cette affreuse grimace qui venait rendre tout vraiment trop étrange.

Hum… Tu peux arrêter de faire… ça ? demanda-t-elle en désignant son visage.

Ce n'était pas pour le vexer, mais vraiment cette grimace était très troublante, comme s'il avait un problème quelconque. Elle n'aimait pas ça, cela l'empêcher de se concentrer.

Donc, si je comprends bien, tu devais servir l'Empereur, mais comme il… parti, tu es as décider de me servir moi, sa fille, même si je ne suis pas encore officiellement héritière et que quelqu'un d'autre est monté sur le trône… C'est… gentil.

Oui, c'était gentil, elle ne savait pas quoi répondre. Il semblait avoir fait ce choix seul, avoir désobéi pour cela même, c'était que son acte était sincère sans doute. Heureusement qu'il avait préféré la choisir elle plutôt que Volkan sinon sa position ne serait sans doute pas la même.

Mais… hum… que dois tu fais pour le dirigeant de l'Empire et comment cela est censé aider ta famille ? Quelle est cette destinée maudite dont tu parles ?

Elle devait en savoir plus à ce sujet, elle devait connaître son rôle, celui qui semblait lui avoir été attribué, ce rôle d'outil. Ezerya connaissait bien cela. Au fond, elle aussi été un outil pour sa famille : pour sa mère elle avait été un moyen de récupérer l'amour de son père. Pour sa grand-mère, elle était un marchepied vers plus de puissance sociale. Il n'y avait que son grand-père qui la traitait différemment et écouter ses espoirs. Zed avait beau être particulier, il n'était pas si différent qu'elle sur ce point. Elle lui parlerait peut-être de cela. Mais pas tout de suite. Tout de suite, elle devait finir de tout comprendre, tout devait être limpide et ensuite tout serait plus simple. Il y avait cependant une question qui lui restait en tête. Sans doute aurait-elle du attendre un peu au vu de sa difficulté à répondre, mais elle voulait savoir, elle devait savoir. Ainsi, avant qu'il puisse répondre, elle ajouta doucement.

Et pourquoi désobéir pour moi. Pourquoi ne pas servir l'impératrice Hyllïna ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Lun 26 Juin 2017, 09:40

Les muscles des joues de Zed se détendirent en quelques fractions de seconde après la demande d’Ezerya. Arrêter de faire ça. D’accord, il allait arrêter. De toute manière, ça n’était pas comme si cela lui faisait grand-chose de devoir arrêter de tenter de sourire. Un effort de moins à faire, c’était bien, c’était même très bien. L’incompréhension d’Ezerya arrangeait donc, en un sens, le jeune Zed. Ses lèvres se détendirent donc et son visage retourna à cette situation d’impassibilité. Les yeux verts du jeune homme scrutaient attentivement le visage d’Ezerya alors qu’elle entamait un résumé des dire de l’argenté.

C’était gentil? Il avait fait quelque chose de gentil? Était-ce réellement le cas? N’était-ce pas plutôt quelque chose de mauvais? Il avait désobéi, n’est-ce pas? Il n’avait pas respecté les règles. Il aurait dû s’échapper pour chercher de nouveaux ordres lors de l’annonce de la mort de l’Empereur Ryan, mais il n’en avait rien fait, il avait plutôt décidé de réfléchir par lui-même à la suite des choses, se disant que sa destinée se présenterait d’elle-même.

Ça avait été un hasard qu’il se retrouve à considérer Ezerya comme telle. Il faut se souvenir que quelques instants plus tôt, Zed avait complètement oublié le prénom de la petite blonde. Il connaissait son identité générale, mais son nom lui avait tout de même échappé et puis, soudainement, un certain « pourquoi pas » s’était imposé. Il avait offert à la jeune fille quelque chose qu’il n’aurait pas dû lui offrir si rapidement, selon les indications générales de son père. C’était comme s’il avait abandonné l’idée de se concentrer vers la recherche de puissance dans le sens où son paternel l’entendait.

Ezerya ouvrit de nouveau la bouche, demandant innocemment quel était son rôle et que signifiait la destinée maudite de sa famille. Honnêtement, il n’en savait pas grand-chose lui-même, on ne le lui avait jamais réellement raconté. En fait, si, en partie. On lui avait raconté que depuis de nombreuses générations, sa famille servait l’Empire aveuglément, cherchant à entrer dans les rangs de l’Ordre pour appuyer le continent noir dans sa quête de pouvoir. On lui avait raconté qu’il n’y avait jamais eu d’enfant magique dans la famille et que cela avait toujours limité leur implication dans le côté décisionnel. On lui avait raconté qu’il était le premier, qu’il était spécial, qu’il avait la possibilité de ramener l’image de la famille à quelque chose de puissant. On espérait de lui qu’il entraîne la famille vers les hautes sphères politiques.

Mais comment expliquer toutes ces choses? Si seulement il avait pu lui faire voir dans sa tête, lui faire voir ce qu’il se souvenait, les paroles exactes des gens de qui il avait tout appris. Mais sa tête restait toujours close, presque vide, indéchiffrable pour qui ne pouvait se reconnaître dans le labyrinthe de ses pensées troubles. Il faudrait donc, au jeune garçon, prendre son courage à deux mains et chercher à tout raconter. Peut-être qu’en y allant très tranquillement…

La dernière question de la jeune blonde laissa Zed pantois. Il ne savait pas vraiment quoi répondre à cela. Déjà que sa question précédente l’angoissait légèrement, maintenant il ne savait tout simplement pas quoi faire. Quel était donc le but de retourner vers des « pourquoi » encore et encore? Était-il vraiment nécessaire de donner une raison à tout, de devoir s’expliquer sur ses moindres faits et gestes. Ça l’ennuyait royalement.

Soupirant longuement, Zed entama sa descente aux enfers des explications, prenant le temps de diminuer ses hésitations le plus possible. Il prendrait plutôt des pauses. Cela serait moins pénible pour lui et probablement pour l’intense petite blonde qui le fixait depuis un bon moment maintenant.

« D’abord… Ce que je devais faire… c… Je heum… La moindre chose que l’Empereur pouvait me demander. Je suis un outil… Un outil pour l’Empire. Je peux être n’importe quoi… Ce que l’Empereur désire… »

Zed hocha la tête pour lui-même, satisfait de son explication.

« Être dans les bonnes grâces de l’Empereur… Emmener la reconnaissance pour… euh… la famille. Ramener ce qui est dû là où c’est nécessaire… Être le plus utile à l’Empire possible… Ma famille n’est pas… maudite, je crois. Enfin, pas vraiment maudite. Il n’y a jamais eu d’enfant… de… l’Ordre. Jamais de puissance suffisante pour monter dans… hmm… dans… euh… dans la politique et pouvoir aider l’Empire... à… euh… être forte encore? Avant moi… Alors… Famille destinée à plonger dans les ténèbres et à disparaitre. À être faible… inutile. »

Zed baissa les yeux vers sa main droite, observant tranquillement sa paume pâle. Il ne cherchait pas grand-chose dans l’observation de celle-ci. C’était plutôt une façon pour lui de se concentrer un peu plus sur ce qu’il voulait dire, sur ce qu’il voulait extirper de sa tête pour l’offrir sur un plateau d’argent à cette petite fille qu’il ne connaissait réellement que depuis quelques minutes maintenant.

« L’Impératrice… »

Zed fronça légèrement les sourcils.

« Je ne sais pas… Je… Je heum… Je ne voulais pas.
»

Vraiment. Pourquoi n’avait-il pas cherché à être plus utile à l’Impératrice? Ne représentait-elle pas l’autorité de l’Empire? N’aurait-il pas pu se dévouer plutôt à cette grande femme qu’était Hyllïna d’Irianeth? Pourtant, il n’avait pas effectué la moindre action le guidant vers son but ultime avant cette conversation avec Ezerya. Peut-être qu’elle lui faisait un peu peur, en fait, l’Impératrice.

Non. Ça n’était définitivement pas ça, Zed n’avait jamais réellement peur de quoi que ce soit. Il n’avait pas appris à avoir peur, à comprendre la peur ou à la ressentir. Enfin, pas cette peur physique que la majorité des gens ressentent la plupart du temps.

Zed soupira longuement avant de relever le regard vers la blonde.

« Je peux te… demander quelque chose? »

Il posait la question, mais il n’attendait pas vraiment de réponse, il allait le demander quand même, même si elle refusait de répondre. Il s’en fichait, de toute manière.

« Tu me poses beaucoup… de questions. À quoi ça peut servir? À quoi ça peut te servir de savoir… tout… ça? »

Zed pencha légèrement la tête sur le côté, resserrant légèrement ses bras autour de ses jambes.

« Je veux dire… Et alors si je t’offre… ça? Et alors si j’agis sur ordres… et alors si tu ne comprends pas pourquoi? En quoi… euh… Ça change quelque chose? »

Il était un outil et rien d’autre. Qu’est-ce qu’il y avait de si difficile à comprendre là-dedans?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Lun 26 Juin 2017, 14:08



Zed avait cessé de faire son affreuse grimace pour le plus grand bonheur d’Ezerya. Un long soupir échappa de ses lèvres à l’instant où elle avait terminé son questionnement. Était-il agacé ? Ennuyé ? Fatigué ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Peut-être avait-il du mal lui aussi à comprendre cette discussion ? Pourtant il n’avait rien à comprendre normalement. À moins qu’il ne comprenne pas qu’elle ne comprenne, mais alors les choses devenaient bien trop compliqué. Cette fois-ci cependant il ne tarda pas trop à s’expliquer. Il devait faire tout ce que l’Empereur demandait. Certes, comme beaucoup de gens d’Irianeth si ce n’est la quasi-totalité en fin de compte. Il revint sur cette notion d’outil, comme s’il n’avait pas réellement envie de servir l’Empire. Elle lui poserait la question. Plus tard. Il était en effet hors de question de lui couper la parole alors qu’il semblait bien partie et qu’il donnait de réelles informations cette fois. Alors qu’il hochait la tête, elle l’encouragea à continuer en lui faisant un petit sourire. Il était sur la bonne voie.

Il voulait être dans les bonnes grâces de l’Empereur pour faire reconnaître sa famille. D’accord. Ça, elle le comprenait, c’était somme toute assez banal pour les familles plus ou moins nobles d’Irianeth. C’était un jeu de pouvoir qu’elle voyait depuis son enfance avec sa mère et sa grand-mère en principales actrices. Leur famille n’avait jamais eu d’enfant dans l’ordre et avait donc perdu de l’importance. Zed était un enfant magique, il devait donc entrer dans l’ordre et faire briller le nom de sa famille qui grimperait dans la hiérarchie sociale de l’Empire. Certes, l’argenté n’avait pas dit les choses ainsi, mais c’était bien l’essence de sa phrase. À présent qu’il faisait un effort, elle comprenait tout. Et il fallait bien avouer que pour le moment, il n’y avait pas de complots cachés comme elle avait cru le croire. Déçue ? Peut-être un peu, mais cela passait derrière sa satisfaction d’avoir enfin compris une partie de ce que Zed était.

Il continua ensuite après une légère pause. Il n’avait pas voulu de l’impératrice. Pourquoi ? Ezerya faillit poser la question, mais elle s’abstint. Ce n’était pas si important au fond. Il était de toute évidence fidèle à l’Empire et il voulait être fidèle à Ezerya. Or, la blondinette voulait la gloire de l’Empire alors l’un dans l’autre tout fonctionnait plutôt bien non ? La recrue hocha la tête tout en adressant un nouveau sourire à Zed. Les choses étaient moins tendues à présent qu’il s’était expliqué. Il ne lui avait pas dit pourquoi la choisir elle plutôt qu’Hyllïna, mais elle se contenterait de cette réponse pour le moment. Un jour, elle le saurait bien de toute façon.

Alors qu’elle s’attendait au silence, il la surprit en soupirant de nouveau avant de la questionner. Il ne l’avait pas vraiment fait jusque là, se contentant d’encaisser l’interrogatoire d’Ezerya. Il voulait lui demander quelque chose ? La blondinette hocha la tête, l’encourageant à le faire. En penchant la tête sur le côté, une habitude qu’il semblait avoir il formula alors sa demande. À quoi servaient les questions ? Qu’est-ce que ça changeait ? Un instant, la blonde se retrouva bête face à ses demandes. Tellement qu’elle ne répondit pas tout de suite, prenant le temps de la réflexion. Ce n’est qu’après avoir passé une mèche de cheveux derrière son oreille qu’elle se décida à répondre.

Ca me sert à te connaître, à savoir qui tu es. Je voulais comprendre pourquoi tu m’offrais ça parce que c’est quelque chose qui peut être dangereux et je ne voulais pas que tu l’offres à n’importe qui. Et j’ai ensuite été intriguée par ce que tu m’as dit, sur moi. J’ai besoin de comprendre les choses, de savoir comment elle fonctionne et c’est pareil avec toi, je suppose. Je voulais savoir ce qui te poussait à proposer ça. Nous servons tous l’Empire et son dirigeant au final, mais d’habitude les gens ne le font pas de manière aussi… hum… poussée ? Alors je voulais simplement te comprendre.

Comprendre, être curieux, c’était quelque chose de naturel chez la plupart des humains. Les gens appréciaient connaître les rouages des choses. Il semblait de toute évidence que ce n’était pas le cas pour Zed, sinon, il n’aurait sans doute jamais formulé cette question.

Si je comprends les choses ça permet de fonctionner avec, de prendre de meilleures décisions. Je devais savoir si tu faisais cela pour de bonnes ou de mauvaises raison. Il y a beaucoup de gens qui disent servir l’Empire, mais qui mentent alors, je voulais simplement savoir ce qu’il en était pour toi.

Est-ce qu’il comprendrait ce qu’elle disait ? Elle n’en avait aucune idée. De toute évidence, les quelques minutes passées avec lui avaient révélé qu’il ne communiquer pas comme tout le monde. Était-ce un mal ? Ezerya ne le pensait pas. Irianeth s’était construit sur les différences. Malgré les apparences, l’Empire ne cherchait pas à faire rentrer tout le monde dans un moule, il savait s’adapter aux spécificités de chacun pour en retirer le meilleur.

Tu dis que tu es un outil, d’une certaine façon nous le somme tout. Mais, ça te dérange d’être cet outil ? Tu voudrais être autre chose si cela permettait à ta famille d’être mieux considérée ?

Au fond, c’était ça l’important non ? Ezerya, si elle devenait Impératrice, ne voulait pas opprimer son peuple. Elle voudrait sans doute son bonheur. Alors, est-ce que Zed était heureux ou non ? Est-ce qu’il faisait cela par choix ou par obligation ? Elle voulait savoir, même si cela ne changeait rien dans l’immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Mar 27 Juin 2017, 22:38

Connaître et comprendre. Telles étaient donc les motivations derrière tous ces questionnements. Cela ne semblait pas vraiment négatif, ça ne pouvait pas réellement faire de mal, mais aux yeux de Zed, il s’agissait de motivations assez inutiles. Pourquoi donc chercher à comprendre des choses qui ne nous regardent pas le moins du monde? Pourquoi fourrer son nez dans des histoires qui, parfois, valent mieux de rester cachées? Pourquoi se mettre dans le trouble pour comprendre? Il était capable de comprendre, à un certain point, la curiosité physique. Il pouvait comprendre qu’observer quelque chose de nouveau soit fascinant et que l’on puisse vouloir en découvrir encore plus, mais c’était tout. Zed pouvait le comprendre uniquement parce qu’il en faisait l’expérience tous les jours depuis maintenant près d’un an. Depuis qu’il avait quitté le domaine familial, il avait été comme libéré de murs et de hautes tours qui lui bloquaient la vue. Il avait été laissé à lui-même d’un seul coup, dans un environnement totalement nouveau. Ça avait été un choc, mais il avait ressenti un certain bien-être à découvrir toutes ces nouvelles choses, ces nouvelles images.

Mais la curiosité intellectuelle le laissait de glace. Il n’en voyait tout simplement pas le gain. Ses propres réflexions sur la question emmenèrent le jeune garçon à, encore une fois, pencher la tête sur le côté, d’une façon quasiment imperceptible cependant, comme s’il se retenait de bouger alors que la blondinette recommençait à parler.

« Pour de bonnes ou de mauvaises raisons » n’est-ce pas? Y avait-il réellement quelque chose du genre au sein-même de Zed? Pour être tout à fait honnête, lui-même ne faisait pas réellement de distinction entre le bien et le mal. Pour lui, il n’y avait toujours que l’utilité et l’inutilité. Si quelque chose pouvait lui permettre d’avancer, de devenir plus fort, de vaincre alors c’était utile, mais dans le cas contraire, il ne le considérait qu’inutile et l’ignorait. Que ce soit en matière de personnes, d’objets ou d’actions, c’était toujours la même histoire et la même division. Il n’y avait rien d’autre à percevoir à travers tout cela, c’était simple et c’était définitif.

Lorsque le mensonge fut mentionné, Zed fut relativement intrigué. Il connaissait le principe du mensonge. Il savait de quoi il s’agissait et comprenait qu’une majorité de la population l’utilisait quotidiennement de toutes sortes de façons différentes. Il y avait encore une fois un petit problème aux yeux de Zed, avec ce principe, cependant. C’était toujours la question de motivation. Lui-même ne répondait pas réellement de la motivation, se contentant d’agir comme on le lui indiquait, mais le mensonge était quelque chose de différent. Le mensonge, en lui-même ne permettait absolument rien. Il fallait donc une motivation pour mentir, ce qui, bien sûr, manquait à Zed. Il ne mentait pas, de toute manière.

Ça n’était pas comme s’il savait comment mentir de toute façon. Il n’aurait tout simplement pas trouvé quoi que ce soit de logique à répondre en sachant qu’il devait mentir. Ainsi, il se contentait de dire exactement ce qu’il pensait. Enfin, il se contentait d’essayer de dire ce qu’il pensait.

Le ton d’Ezerya changea une fois encore, reprenant ce ton de questionnement qu’elle avait utilisé à de nombreuses reprises déjà. Zed ramena son attention sur les dires de la jeune fille, laissant ses réflexions sur le mensonge un peu plus loin dans sa tête. Plus les mots s’échappaient de la bouche de la jeune blonde, plus Zed était intéressé. C’était… Probablement la première fois qu’on lui demandait franchement ce qu’il en était pour lui, qu’on lui demandait son avis sur sa propre situation. C’était quelque chose à laquelle il n’avait jamais franchement réfléchit. Il ne s’était simplement jamais posé la question, puisqu’elle ne se posait pas. Il n’y avait rien… Aucune matière à réflexion, dans son esprit.

Pour Zed, sa propre existence ne représentait rien. Pour être un peu plus direct, il ne se considérait pas vraiment comme un être vivant. Quel être vivant ne peut rien ressentir, absolument rien du tout, de toute façon? Dans son esprit, il avait plus en commun avec les objets qu’avec les autres êtres humains. En ce sens, être un outil ne lui faisait absolument rien; ni chaud, ni froid. Simplement rien.

La recrue inspira doucement, se préparant à répondre à propos de l’idée d’être un outil quand Ezerya mentionna sa famille. Cela laissa Zed figé. S’il y avait un autre rôle que celui qu’il avait… Le prendrait-il? Si cela donnait le même résultat, la même chose, exactement, que ferait-il? Que deviendrait-il?

À de nombreuses occasions, Zed ouvrit la bouche, mais la referma presque aussitôt, incapable de faire sortir le moindre son de son corps. Ça n’était pas un problème physique, c’était simplement qu’il ne savait absolument pas quoi répondre. Beaucoup de liberté était toujours synonyme avec trop de liberté, pour Zed. Il se faisait offrir tant de possibilités qu’il en restait légèrement engourdi. Il ne savait pas réellement quoi penser de tout cela. Même s’il ne s’agissait que d’une discussion hypothétique, il le prenait très au sérieux.

« Être un outil ne me fait rien. C’est ce que je suis… Alors… »

Son cerveau avait pris cet échappatoire, répondre à la première partie de la question, donnant ainsi un petit sursis au jeune garçon pour trouver sa réponse idéale.

« Être au… autre chose… »

Zed ferma les paupières un instant avant d’ouvrir de nouveau les yeux et de secouer légèrement la tête, presque pour lui-même.

« Je ne crois pas… En fait… Je ne sais pas. Je ne… Qu’est-ce que je… serais? Qu’est-ce que je pourrais… être? »

L’idée même de perdre la seule représentation de son identité laissa Zed avec un certain vertige, ce qui était, en soit, assez nouveau pour lui.

« Sans cela… Je… Je… eum… »

Il inspira. Puis expira longuement.

« Que… Hum… Qu’est-ce que tu… ferais… à… euh… sans… »

Zed s’emmêlait encore dans ses paroles et dans ses pensées. Il prit le temps d’inspirer et d’expirer quelques fois avant de reprendre la parole. Il faisait de gros effort pour discuter, il fallait lui donner cela, malgré toutes ses difficultés!

« Si tu pouvais… être… autre chose… pas possible héritière… tu… hum… le ferais, toi? Tu deviendrais… autre chose? Tu… Euh… Changerais ton… des-… avenir? »

Après tout, c’était ainsi qu’il se sentait. La question qu’elle lui avait posée représentait la même chose, à ses yeux. C’était complètement perdre ce qu’il était, tout ce qu’il avait toujours été…

« Je crois que... tu es bien... comme ça. Ton... euh... identité... est la bonne... je crois. »

Zed aurait voulu tenter de sourire. Mais il se souvenait de l'indication d'Ezerya; plus de grimace, c'était troublant. À la place, il ne fit que la fixer, toujours impassible, toujours de glace, toujours avec ce maudit regard de poisson mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 74
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Mer 28 Juin 2017, 09:31



Était-ce de l'intérêt qu'elle voyait là dans les yeux si particuliers et pourtant si mornes du garçon ? Elle n'en savait rien. Zed n'était pas expressif, il était même impossible à décrypter pour Ezerya. Ce qu'elle comprit par contre, c'est qu'elle avait réussi à surprendre encore plus la recrue qui semblait s'être transformée en poisson. Il ouvrait et refermer la bouche à rythme régulier lui donnant un air des plus ridicule qui étira un sourire d'amusement sur les lèvres de la blonde. Elle n'était pas censée s'amuser de si peu, mais elle n'y pouvait rien, elle trouvait vraiment cela drôle. Elle retint malgré tout son rire afin de ne pas perturber son interlocuteur. Après tout, elle été vraiment intéressé par la réponse qui lui serait donnée. Enfin, s'il arrivait à parler ce qui n'était pas encore gagné.

Sa première réponse fut de dire qu'être un outil ne lui faisait rien. Que c'était ce qu'il était. Pourtant, il n'était pas réellement un outil. Il pouvait se considérer comme tel, mais il n'était pas un balai ou une épée. Il était un être humain, il avait des sentiments, des émotions, des envies, un libre arbitre. L'Empire pouvait l'utiliser, lui donner un rôle, une tâche des ordres, mais cela ne faisait pas de lui l'équivalent d'un couteau. Il gardait une volonté propre avec les risques inhérents. C'était justement ce qui rendait les choses si compliquée et si intéressante à la fois. L'Empire menait une guerre avec des êtres vivants et ses êtres vivants ne pouvaient pas simplement être déplacé et envoyé à la guerre. À agir comme ça, on était certain d'obtenir une révolution. Non, il fallait donner un but à ces gens, leur offrir un avenir, leur donner envie de combattre pour l'Empire. C'est exactement ce que l'Empereur faisait chaque jour. Il ne forçait pas les gens à se battre pour lui, comme cela pouvait être fait avant, il leur donner une envie de le faire. Que ce soit pour le pouvoir, le patriotisme ou simplement par besoin.

Il semblait en tout cas qu'Ezerya avait réussi à ouvrir une nouvelle voie dans l'esprit de Zed. Il était troublé, du moins c'est ce que sa réponse semblait traduire puisque son visage restait toujours neutre. Il ne pensait pas, il ne savait pas. Cela était une réponse récurrente chez Zed, il ne semblait jamais savoir grand-chose. Que pourrait-il être ? Pour Irianeth il serait sans doute mieux qu'il choisisse une voie : chevalière, sorcier ou seccyeth. Après tout, s'il était là c'est qu'il avait des compétences magiques qu'il serait dommage de gaspillé. Cependant, Ezerya savait que dans ces voies, et notamment celle de sorcier il existait de nombreuses spécialités. De plus, elle était également au fait que d'autres postes existaient au sein de l'Empire, différent, plus spécialisé et ouvert aux personnes magiques. Irianeth offrait une multitude de postes différents qui permettait à chacun de trouver son bonheur, ce pour quoi il était fait. Elle allait le questionner sur ce qu'il appréciait, mais il continua à parler, butant sur les mots jusqu'à ce qu'une question survienne de ses lèvres.

Si elle pouvait être autre chose, est-ce qu'elle changerait son avenir ?

Ezerya se figea complètement et elle cligna plusieurs fois des yeux alors qu'il lui disait croire que son identité était la bonne. Si elle pouvait tout changer. Le ferait-elle ? C'était là une grande question. Si elle n'avait pas été la fille de l'Empereur, que serait-elle devenue ? Elle n'aurait sans doute pas toute cette pression sur les épaules. Quoi que, Zed n'était pas fils de Ryan et pourtant sa tâche semblait primordial. Elle resta silencieuse un instant, réfléchissant à ce qu'elle pourrait être tout en se disant que cela ne pouvait pas changer. Elle était une potentielle héritière, un jour, elle serait soit écartée de la succession soit officialisée. En attendant, elle avait cet étrange statut bâtard. Après quelques secondes de réflexion, elle prit la parole, incertaine de répondre ce que Zed voulait réellement savoir.

Je… Je ne sais pas si je deviendrais autre chose. Ce n'est pas possible de toute façon… Mon père est… était… l'Empereur. Je ne peux pas changer ça. Je suis sa fille. Peut-être que je deviendrais son héritière, peut-être pas, ce n'est pas vraiment moi qui choisis. Je veux devenir son héritière, je veux marcher sur ses pas, rendre l'Empire plus fort et plus beau encore, mais, si je ne peux pas le faire, si quelqu'un d'autre est choisi… Alors je ferais de mon mieux pour servir l'Empire sans le trône…

La lutte pour le trône n'était pas une priorité pour Ezerya. Elle voulait suivre les traces de son père, mais si ce privilège lui était retiré alors elle savait déjà qu'elle emprunterait une autre porte pour parvenir au même résultat. Le titre d'Impératrice était ce qu'on voulait pour elle, pas ce qu'elle désirait plus que tout. Ce qu'elle voulait, c'était améliorer encore et encore l'Empire.

Mais toi, tu peux devenir qui tu veux en servant l'Empire. Tu n'as pas besoin d'attendre qu'on t'ordonne de l'être. Qu'est-ce qui te ferait le plus envie ? Devenir un chevalier ? Un seccyeth ? Un sorcier. Tu es peut-être un outil, mais tu es un humain aussi, alors tu dois bien avoir des envies particulières ? Moi, je crois que j'aimerais devenir seccyeth, j'aime les dragons et être dans les airs…

Ezerya se tut. C'était la première fois qu'elle soumettait cette envie à voix haute. Certes, elle la poursuivait depuis son enfance et s'amplifiait à chaque moment passé avec son grand-père, mais elle savait que ce n'était pas le choix que le reste de sa famille voulait pour elle. Elle était censé devenir une chevalière comme son père. Pourtant, elle sentait bien que si cette voie était prestigieuse, celle des seccyeths lui été plus adapté, ou à défaut celle des sorciers. Quoi qu'il en soit, lors de l'examen elle serait la seule à prononcer sa demande, elle serait la seule maîtresse de son choix, et il en serait sans doute de même pour Zed s'il s'en donnait les moyens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Zed
Animateur - Ecuyer
Animateur - Ecuyer
avatar
Nombre de messages : 37
Rôle : Écuyer d'Irianeth
Date d'inscription : 01/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-20 ans [G19]
Rôle: Écuyer d'Irianeth
MessageSujet: Re: Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya] Lun 03 Juil 2017, 18:45


« Ce n’est pas possible de toute façon… »

N’était-ce pas ce qu’il lui avait lui-même dit? N’était-ce pas exactement la même chose pour eux deux? Leurs deux destins sortaient complètement de leurs mains. Ils n’y pouvaient rien, la vie était comme elle était, ils ne pouvaient rien décider, leur sort était déjà décidé, probablement depuis longtemps et les possibles changements du futur ne dépendaient pas d’eux. Alors n’était-ce pas exactement la même chose? Pourquoi voulait-elle tant qu’il choisisse, qu’il change, qu’il devienne quelque chose qui, au fond, le dépassait de loin?

« Tu peux devenir qui tu veux en servant l’Empire. »

Oui, il le savait. Il le savait très bien même. Mais pourtant, il n’y avait pas ce « vouloir » en lui-même. Ce « Qui tu veux » n’existait tout simplement pas. Il serait ce qu’il était prescrit pour lui de devenir, c’était tout, c’était final. Ezerya ne semblait pas vraiment réaliser à quel point l’esprit de Zed ne suivait pas le cours habituel des pensées humaines. Son corps avait été entraîné pour être l’arme ultime d’une guerre pour laquelle il n’avait pas vraiment de sentiments. Son esprit avait été littéralement diminué au minimum, effacé pour ne conserver que le strict minimum à sa survie. Même s’il ressentait les choses, même s’il pouvait ressentir certaines envies, certaines émotions, à la base, il n’était rien. Il ne serait probablement rien non plus, dans le futur et ça lui passait plus d’une centaine de mètres au-dessus de la tête.

Zed subissait sa vie, passivement, tel un observateur. Au plus profond de son âme, il n’y avait pas de larmes, de désespoir, d’envie profonde de contrôler sa vie. Il n’en était rien. C’était un concept difficile à comprendre, à réaliser, spécialement pour les êtres extérieurs, ceux dont la vie était contraire, différente. Et pour Zed, c’était difficile à expliquer. Pour la simple et bonne raison qu’il ne pouvait pas réaliser à quel point sa différence avec les autres êtres humains était grande, à quel point il était inhabituel, différent, étrange et incompréhensible.

« … mais tu es un humain aussi, alors tu dois bien avoir des envies particulières… »

Ah bon? Était-ce réellement le cas? Pour Zed, la seule et unique preuve de son humanité était le sang qui coulait dans ses veines, les hématomes qui se formaient sous sa peau lorsqu’il combattait, les plaies qu’il pouvait observer de ses yeux nus. Son existence était tellement vide, tellement monochrome qu’il n’était plus tout à fait humain. En fait, c’était probablement sa capacité passive, ce corps étrange qui le rendait presque inhumain, encore plus que son esprit tordu et conditionné. Puisqu’il ne pouvait rien ressentir, il n’y avait rien qui lui rappelle son humanité. En fait, si on lui enlevait ses yeux, il serait prisonnier d’une cage physique imperceptible, un endroit où il serait en tête-à-tête constant avec son propre esprit, incapable de se concentrer sur autre chose que sur ses pensées. Même s’il était capable de savoir qu’il touchait quelque chose par la pression de celle-ci contre son corps, il ne lui serait possible de savoir de quoi il s’agit, ce qui pourrait rendre son esprit un peu détraqué, à un certain point. En ce sens, son humanité, la compréhension de sa propre existence passait par ses yeux, par son regard sur le monde et la façon dont il analysait celui-ci.

Alors les envies particulières d’humain… Il ne se sentait même pas concerné…

Lorsqu’Ezerya mentionna les différents postes possibles dans l’armée d’Irianeth, les différentes sections de l’Ordre rouge, il cligna bêtement des yeux. Il n’avait jamais pensé avoir sa place ailleurs qu’avec les Chevaliers. Il n’avait jamais réellement cherché à développer ses capacités magiques au-delà d’où elles étaient actuellement, ce qui laissait la possibilité d’entrer chez les sorciers assez basse. Il n’avait pas réfléchit à la possibilité d’entrer chez les seccyeth, étant donné la relation qu’il lui faudrait développer avec un dragon.

Pas que les dragons ne lui fasse peur, au contraire.

Il ne serait tout simplement pas capable de les comprendre correctement. S’il n’était pas capable de se faire comprendre parfaitement par des humains qui parlaient son langage, comment lui serait-il possible de s’entendre avec une bête puissante et fière comme un dragon. Il se ferait probablement manger tout cru.

Zed hocha docilement la tête alors qu’Ezerya ouvrait un peu plus son cœur et ses pensées à l’argenté. Alors comme cela, elle visait la place de seccyeth. Zed hocha quelques coups de tête, posant son regard un peu sur le côté de la petite blonde. Il était capable de l’imaginer volant dans les airs, maîtresse d’un puissant dragon. Elle était beaucoup plus adaptée à ce rôle qu’il ne l’était et il voulait le lui faire savoir, peut-être qu’ainsi elle comprendrait qu’il allait suivre la voie qu’il lui avait été dessiné, pas nécessairement par choix ou parce qu’on le lui avait dit, mais simplement parce que les choses en étaient ainsi faites.

Cela serait probablement mieux accepter.

Ouvrant la bouche un instant, Zed la referma et fit glisser son regard vers sa droite, jusqu’à ne plus apercevoir la petite blonde, plongeant de nouveau son regard dans la contemplation de l’horizon.

« Hum… »

Pouvait-il dire qu’il « voulait » devenir chevalier, même si le terme n’était pas exact? Même si ça n’était pas tout à fait le cas? Allait-elle comprendre la nuance? Zed ramena son regard vert vers celui d’Ezerya, tentant d’analyser son expression sans réelle réussite cependant.

« Je suis… adapté… eum… Je serais un bon… euh… Chevalier… Pas assez… magique ni… eum… compreéhensif… Et euh… Voler sur un dra… un dragon… serait dangereux… »

Bien sûr, il ne pouvait pas savoir si son corps était bêtement en train de manquer d’oxygène… Il ne sentirait pas le malaise…

« Je serais… Mangé… Pas comme… toi… »

Oui, il avait sauté quelques explications, disons.

« Tu eum… Seras une bonne… euh… seccyeth… Les… ailes… »

Zed déglutit, prenant le temps d’aérer un peu ses propres paroles et ses explications de moins en moins claires.

« Tu es déjà… euh… forte dans les airs… C’est un… avantage. Je ne... Eum... Suis pas comme ça... Je serais... inutile... en danger... »

Il lui avait fait un compliment. On peut l’analyser comme on voulait, même si ça semblait objectif et froid, il l’avait complimenté, dans un sens. C’était bien, enfin, pour lui c’était une grande avancée vers l’acquisition de qualités communicationnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11965-zed-d-irianeth#147947

Sur le toit du monde, les esprits s'envolent! [PV Ezerya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Pikay :: La forteresse noire-