___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lyzann
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
avatar
Nombre de messages : 1402
Rôle : Chef des chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 14/01/2012

Plus sur le personnage
Âge: 57 à 62 ans [Gen19]
Rôle: Ex-Chef des chevaliers d'Émeraude
MessageSujet: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Sam 13 Mai 2017, 16:29


An 1259 ~ mois 12 ~ jour 3

Dans cet endroit coupé complètement de la lumière du jour, elle ignorait le temps qui s’écoulait. À force de passer lentement, le temps finissait par filer. Son esprit ne parvenait plus à rester constant dans sa logique. Entre les soldats en poste et les sorciers accompagnés de chevaliers qui tentaient de la questionner, elle avait finis par lâcher prise. De toute manière, elle allait mourir. Même si elle devenait folle, cela importait peu. À quelque part c’était le but des tanieths. Dans le seul racoin de sa cellule qu’elle parvenait à atteindre avec ses chaines, l’ombre que Lyzann était devenu fixait un joins entre deux pierres du mur. Un sillon fin qui liait la structure. Un simple et anodin élément, mais qui était vitale à la solidité du mur. Voilà le genre de réflexions qui occupait l’esprit de Lyzann pendant des heures. Il n’y avait rien d’autre. Ses yeux avaient cessez de briller de vie depuis voilà bien quelques heures. À moins que ce ne soit quelques jours… quelques mois ? Non, l’Impératrice ne la garderait pas si longtemps. Des cernes de fatigue, d’épuisement, de faiblesse creusait son visage. Sa peau n’avait plus rien du brun doré luisant sous le soleil. Tout chez elle était devenu terne, salle et mou. La crasse, le sang et l’urine lui collait à la peau, les vêtements et les cheveux. Lyzann attendait le jour où on lui offrirait un bain froid. Ce jour-là, elle trépasserait devant les regards des habitants de l’île. Elle regagnerait le monde des esprits.

En attendant, lors d’une des nombreuses visites que l’on lui rendait, on l’avait soulagé d’une de ses blessures. Lors de son combat contre le défunt Empereur, ce dernier lui avait disloqué l’épaule en l’entaillait jusqu’à l’os. Désormais, le membre avait cessez de la faire souffrir. Le fantôme de son bras par contre la hantait, la déstabilisait, l’effrayait. Combien de fois avait-elle tenté de s’appuyer sur son bras d’arme pour se tenir debout? Combien de fois avait-elle sentis sa main sur sa joue pour chasser des cheveux? Combien de fois une douleur au creux de son coude l’avait-elle réveillé?  Recroquevillé sur elle-même dans le coin sombre, Lyzann était devenu muette. Elle avait cessé de converser avec elle-même. Son esprit ne lui répondait plus. Elle l’avait probablement vexé et maintenant il la boudait. Probablement à cause qu’elle avait remis en doute le moment où elle s’était réveillée après son combat contre Ryan. Entre ses maux de cœurs en mer, la douleur insupportable de ses blessures et les coups à la tête qu’on lui avait portée à multiples reprises, Lyzann ignorait véritablement si elle avait été réveillée entre Zénor et cette cellule. Tout lui semblait irréel. Tout aurait pu être un mauvais tour de son esprit. Tout pouvait être qu’un cauchemar. Malgré tout, elle savait qu’elle avait tué Ryan. C’était le seul fait qu’elle savait véritable. Il était mort grâce à elle. Que lui avait-il dit déjà dans son dernier souffle?  Qu’elle allait mourir de toute manière ? Que c’était confortable ? Que le rouge lui allait bien ? À moins que ce ne soit que les bras allaient lui tomber ? Avait-il seulement parlé ?

Quelque chose lui gratta le coté de la tête. Pourtant elle n’avait pas bougé de contre le mur empêchant ainsi son désormais unique bras de bouger… Ses yeux bougèrent enfin. Lentement, ils allèrent surveiller sa gauche… Personne… Le fantôme frappait encore. Maudit soit-il! Si elle avait appris à vivre avec cette torsion dans le creux de son ventre, elle ne parvenait pas à se faire à ce fantôme qui la suivait. Elle se sentait épié, mais elle n’avait pas la force d’utiliser ses pouvoirs pour démasquer ce voyeur. Son énergie était à peine suffisante pour la maintenir en vie. Et chaque fois qu’elle parvenait à en récupérer, on venait la visiter. Ce qui lui permettait de supporter ces visites inlassables était la même chose qui les rendait si insupportables : Ils ne mettraient pas fin à ses jours.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11519-lyzann-d-emeraude-chef-de-l-ordre-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t6327-lyzann
Amélia
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 453
Rôle : Chevalier d'Irianeth
Date d'inscription : 17/12/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42 ans-47 ans (Génération 18)
Rôle: Chevalier
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Dim 28 Mai 2017, 12:23

Quel merdier... Qui aurait pu croire une chose pareil? Un affront semblable de la part de ces calinours gâteux qui tremblait devant la vu d'un épée. Comment interprété ce message lancer a la plus grande surprise de l'empire? Pourtant une certaine tranquillité c'était installé dans ce monde a cause de cette entité ténébreuse qui avait ravagé les continents quelques années plutôt. Pourquoi alors rouvrir les hostilités ainsi? Ne souhaitait-ils pas la paix? La chevalier impérial Amélia retournait dans tout les sens ses questionnements dans son esprit qu'elle n'arrivait pas a comprendre. Elle se souvenait encore du jour fatidique, alors qu'elle se retrouvait a Shola, suite a l'altercation entre elle et les chevaliers qui avaient été envoyé a la frontière. Sa sœur l'avait fait appelé par message mental, lui faisant savoir que l'empereur était attaqué et qu'elle avait besoin de son aide. Bien entendu la chevalier, accompagné d'un seccyeth, de son écuyer et de son amie ailée avait accélérer la cadence pour se rendre a la capitale du royaume. Avertissant mentalement ceux-ci de préparer un cercle de téléportation pour qu'elle puisse s'y rendre dans les plus brefs délais malgré sa blessure. Beurk et elle étaient arrivé malheureusement trop tard. Tel ne fut le choc de voir l'ambiance lourde et confuse des impériaux a sont arrivé. La midjin avait été bouche-bée pendant un moment. Non seulement ils n'avaient été attaqué que part trois chevalier, les dommages que ceux-ci avaient crée avant leur mort et leur capture avait été irréparable. Qui savait ce qui était le plus dérangeant dans cette histoire. Le fait qu'a trois, ils aient réussi a terrassé l'empereur malgré la présence de tout les chefs hormis le chef des seccyeths et des chevalier? Ou le fait que l'empereur, l'homme qui faisait trembler plus de la moitié de l'empire que par son nom avait subitement péri. Lui... ainsi que Flynn, le frère de l'empereur, amante de sa sœur et père de sa nièce? Amélia avait aider du mieu qu'elle avait pu a cet événement marquant. Elle savait maintenant que les choses allaient changer. Ryan avait beau avoir des héritiers, aucun n'était assez vieux ni assez conscient pour reprendre le flambeau comme lorsque Lou avait repris les rênes après la mort de Trystan.

Quelques jours c'étaient déjà écouler suite a cet événement fatidique. Lyzann, la seul chevalier a avoir été capturé, la responsable de tout ceci, serait exécuté le mois souvent. Si, elle ne succombait pas au blessure et a la torture. Si Amélia savait les tortionnaires impériaux suffisamment compétent pour qu'il puisse la garder en vie encore un bon moment, qui savait si elle ne tenterais pas elle même de mettre fin a ses jours, si elle avait suffisamment d'énergie pour ce faire. Amélia ne lui en voulait pas personnellement malgré tout. En fait, elle n'arrivait plus a détesté leur ennemis comme elle le devrait. Heureusement qu'elle était capable d’effacé cette émotion lorsque c'était nécessaire. Elle avait beau ne pas leur en voulait, mais elle pouvait néanmoins se montré sans pitié face a ses ennemis. Enfin, peut-être si ceux-ci s'attaquait directement a ses proches directements comme ses filles, Xerkh, sa soeur, Hanaë... Qui sait, peut-être même réagirait-elle pour Kaylann, Harry, Aether, Hyllina? A vrai dire, elle ne savait plus quoi pensée en ce moment. Si Lyzann avait voulu semer la confusion dans l'esprit des impériaux, bien c'était gagné pour elle. Enfin... il fallait dire qu'Amélia, malgré toute la dévotion qu'elle portait a l'empire, n'avait toujours pas accepté entièrement les nécessités de la guerre. Pour elle, c'était simplement quelque chose qui était la, qui existait depuis bien avant sa naissance. Si parfois elle rêvait que cet ère de sang et de haine s'étouffe dans les cendres, elle n'avait que très peu d'espoir de voir ce jour de son vivant.

C'était pour cette raison qu'elle se faisait un devoir d'éduquer ses filles, son écuyer, ainsi que son apprentie a cette difficile existence. Eux aussi devraient accepté tout comme elle que c'était une partie de leur vie et qu'il devait soit ce dévouer a la cause ou faire de leur possible pour le bien de leur patrie. D'ailleurs, Amélia devait rencontrer Ezerya aujourd'hui, après avoir rapporté leur rencontre de plusieurs jours vu qu'elle était sensé la voir a son retour de sa ronde du continent. La chevalier avait voulu lui laisser un court moment de répit afin de faire son deuil. Court... Parce qu'elle était consciente que la perte de son père devait avoir été un grand choc pour elle. Celle-ci avait toujours voulu se faire valoir a ses yeux et a la connaissance de la chevalier, il ne lui avait que très brièvement accorder son attention. Le fait qu'il ne pourrait plus être la pour elle était un sentiment qu'elle connaissait, pour avoir perdu ses parents elle même très jeunes.

Malgré tout, la chevalier avait voulu profité du fait que Lyzann était encore en vie, et en état de parler, pour organiser une rencontre entre les deux? Comment est-ce que cela allait ce passer? La midjin en avait aucune idée. Il était aussi peut-être trop tôt pour que les deux se rencontres. Ezerya était encore jeune et malléable, Lyzann était une vétéran aguerrit. Il faudrait bien entendu faire attention au propos qu'elle lui lancerais, si elle ne tentais pas de la tuer d'une quelconque façon. D'un autre côté, peut-être que rencontrer le meurtrier de son père changera Ezerya a tout jamais... Non, ça elle était déjà certaine que c'était déjà fait. Il restait a savoir maintenant comment elle avait changer et a quel point. Peut-être est-ce que cette rencontre n'allait aussi qu'empirer la situation et détruire son apprentie. Mais c'était un risque qu'elle croyait bon a prendre. C'était aussi une opportunité en or pour l'enfant de faire face la première fois a un ennemi et qui sait... peut-être avoir une discussion? Si bien qu'Amélia espérait que tout aille pour le mieux, elle savait pertinemment que les chances étaient faibles. Alors qu'elle était perdu dans ses pensées, on cogna a la porte du bureau qu'elle avait emprunter afin de remplir quelque paperasse inutile concernant le petit domaine acheté par Xerkh. Amélia n'eu même pas a sonder l'extérieur qu'elle doutait déjà de savoir de qui il s'agissait.


''Entrez.''

Dit-elle simplement alors qu'elle terminait de rédiger les dernières lignes a l'encre puis souffla doucement sur la feuille afin de faire sécher l'encre avant de porter son regard sur la jeune enfant qui était rentré. Amélia lui offrit un de ses chaleureux et naturel sourire.

''Bonjour Ezerya. Je suis désolé de t'avoir fait quérir durant tes cours. Ce n'est pas dans mes habitudes d'agir ainsi a l'improviste.''

Car oui, habituellement la chevalier lui donnait toujours une date et un heure d'avance. Voir même que les sorciers étaient déjà au courant de l'absence de leur élèves lorsque la chevalier ne pouvait pas s'occuper d'elle durant les heures hors cours. Cependant, aujourd'hui était plutôt inhabituel puisqu'elle avait du attendre l'accord des dirigeants pour organisé cette rencontre entre l'enfant et leur ennemis. Elle n'avait eu que la réponse hier soir et avait préparer le tout en matinée. En pensant a la suite des événements, la chevalier perdit son doux sourire pour prendre l'air sévère qu'elle arborait lors des séances d'entraînement exigeant.

''La séance d'aujourd'hui sera différente des autres. Ce ne sera ni physique, ni magique. Alors prépare toi mentalement.''

Amélia lui avait dit ça simplement pour que son esprit soi sur le qui vive. Qu'elle puisse être concentrer sur le fait que ce ne serait pas quelque chose de tout repos malgré l'inhabituel leçon mensuel. Après s'être assurer que l'encre soit suffisamment sèche, elle replia le papier sur elle même avant de le sceller avec de la cire puis de le mettre dans sa poche.

''Suis-moi.''

Lui ordonna la guerrière des vents alors qu'elle contournait le bureau pour se diriger vers la porte. Ensuite? Direction les donjons. Si le pas d'Amélia était plus ou moins pressé, c'était parce qu'elle savait pertinemment que la jeune fille comprendrait probablement ou elle voulait en venir en se dirigeant dans cette direction. Elle était suffisamment intelligente pour cela, Amélia n'en doutait pas. Arriva en haut des escaliers les gardes la saluèrent comme ils se devaient.

''Allez vous assurez qu'elle soit réveillé.''

Dit la chevalier a l'un des gardes qui lui répondit d'un ''Oui ma dame.'' dit d'un ton plutôt machinal. La midjin se retourna alors vers la princesse impérial.

''Laisse ici tout objet dangereux. Épingle, boucle de ceinture, lacet, bijoux. Tout ce qui pourrait être utilisé comme une arme avec la magie. Nôtre invité n'est peut-être pas dans le meilleur des états, mais ne sait-on jamais ce qu'elle pourrait tenter de faire. On ne sait pas exactement a quel point la situation peut-être dangereuse. Je veut que tu reste alerte et soit toujours sur tes gardes. Tu obéis au doigt et a l’œil et tu reste loin des barreaux. La raison pourquoi je t'ai amené ici c'est, comme tu as pu t'en douter, de rencontrer l'ennemi. C'est probablement la seul chance que tu aura de pouvoir converser avec eux dans une situations avantageuse. Profite en pour en apprendre le plus possible. Si bien sur, elle se montre un minimum réceptive, ce que je doute fortement. ''

Amélia n'avait pas eu besoin de lui demandez si elle avait bien compris. Elle n'avait besoin que de voir son air pour comprendre que c'était le cas. Ah... si ses enfants pouvaient être aussi compréhensif parfois... Enfin bref, retournant au sujet présent, Amélia aussi enleva une partie de son attirail afin d'être sécuritaire. Elle n'avait même pas amené d'arme sur elle. De toute façon, ce n'était pas comme si elle en avait vraiment besoin. Encore moins face a un adversaire qui n'était certainement plus en état de combattre. Puis le duo élève/mentor descendirent les escaliers. L'odeur des cachots lui chatouillèrent de façon désagréable les narines. Elle s'y en était entendu, mais en temps normal l'odeur n'était pas aussi nauséabonde. La vue de la chevalier lui faisait simplement pitié. Loin d'être celle qui avait porté avec fierté ce bouclier des dieux lors de la fin des ombres. Elle n'était littéralement plus que l'ombre d'elle même. Pas étonnant selon la situation. Amélia n'avait jamais subis quelque chose d'aussi horrible qu'elle, même durant ses séances d'apprentissage sur la torture. Et dire qu'elle pouvait elle aussi se trouver dans cette situation. Non... l'idée même de se faire capturer ne lui enchantait guère. Amélia serait possiblement plus du genre a se suicider. D'un autre côté, elle n'avait jamais été confronté non plus a la situation, et comme elle avait un instinct de survit plus poussé qu'elle ne pouvait elle même le pensée, peut-être serait-elle elle aussi trop fier pour se laisser mourir aussi facilement.

''Ezerya, je te présente Lyzann d'Emeraude. Chef de l'ordre des chevaliers d'Emeraude, ennemie de nôtre peuple. Lyzann, je me présente Amélia d'Irianeth, ainsi qu'Ezerya d'Irianeth, élève impérial, fille de Ryan.''

Maintenant les présentations fait en bonne et du forme, ils pouvaient commencer a communiqué. Malgré tout, Amélia pouvait sentir une certaine tension d'inconfort. Ezerya devait sans doute avoir l'esprit aussi chaotique qu'une tempête en ce moment. Qui savait ce que pouvait bien ce passé dans son esprit présentement. La chevalier vérifierait peut-être un moment donnée durant la rencontre. Mais pour le moment, elle préféra simplement l'observer. Enfin... peut-être pouvait elle dire quelque chose afin de brisé la glace? Comme... pourquoi est-ce que la chef de l'ordre avait tenté une mission suicide pareil? Qu'avait-elle pensée y gagner? Pourtant, elle était certaine que celle-ci se terrerais dans son mutisme si la midjin passait par un attaque frontal. Hors... une autre question lui traversa l'esprit au moment même, passant directement sur sa langue qui communiqua le fond de sa pensées.

''J'aimerais savoir Lyzann. Qu'est-ce qui vous a poussez a devenir chevalier?''

Le ton de voix de la chevalier n'avait pas dégagé aucune hostilité. Malgré ses sentiments intérieurs, la guerrière aux cheveux immaculé souhaitait réellement avoir une conversation dite ''banale'' avec la chevalier. D'un côté, cela serait peut-être la dernière chance a la chef de l'ordre opposé d'avoir une conversations plus légère que sous la torture. Allait elle se laissez allez? Et Ezerya la dedans, avait-elle une question précise pour elle? Serait-elle capable de la formuler sans avoir envie de se jeté dessus ou s'enfuir pour pleurer? Comment réagirait l'un et l'autre a la situation? La curiosité d'Amélia avait du mal a contenir ses envies de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 78
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Dim 28 Mai 2017, 14:18


Ezerya était en plein cours de télépathie lorsque le sorcier s’était arrêté pour l’informer qu’elle devait de ce pas se rendre auprès de son mentor Amélia. Evidemment, la jeune enfant n’avait pas répliqué à cet ordre et était sortie de la salle avant d’attendre le serviteur censé lui indiquait la destination. Elle avait profité de ce temps pour modifier la forme de ses ailes, passant de la lumière à l’air étant donné qu’elle savait que la chevalière préférait ne pas être influée par ces dernières. Bien que leurs leçon avait été repoussé à cause des derniers événements Ezerya n’avait pas oublié cela. Lorsque le serviteur arriva, elle le suivit simplement dans la forteresse se demandant sur quoi porterait la leçon du jour.

Depuis quelques temps elle tentait d’éviter de penser à tout ce qui avait eu lieu se concentrant sur le travail jusqu’à l’épuisement. Elle devait être forte. Elle devait être puissante. Pourquoi ? Pour faire honneur à la mémoire de son père. Pour le venger peut-être aussi. Les prétentions d’Ezerya sur le trône n’avaient pas réellement augmenté. Elle ne désirait pas le pouvoir pour le pouvoir. Si elle avait un jour la possibilité de s’asseoir dessus ce serait sans aucun doute pour continuer l’œuvre de son géniteur. Le trône serait un moyen plus qu’un fin en soit pour l’enfant. Cependant, ces questions étaient encore lointaines. Après tout, la mort de Ryan n’avait rien changeait sur ce point là : elle n’était toujours pas une héritière officielle et s’était sa grand-mère maternelle qui avait repris le pouvoir. Que ce passerait-il si elle se l’accaparait et changeait l’ordre de succession en privilégiant d’autres personnes que les enfants de Ryan ? Ezerya s’en moquait. Elle voulait simplement voir quelqu’un de puissant, qui pourrait mener Irianeth à la victoire et Emeraude à l’anéantissement. Si elle ne devenait pas impératrice elle savait qu’elle pourrait jouer de nombreux autres rôles pour pouvoir aller dans ce sens.

Finalement, l’enfant arriva devant la porte d’un bureau et frappa énergiquement. La permission d’entrer ne se fit pas attendre et elle s’inclina devant son mentor tentant de garder un visage relativement neutre. Elle savait qu’elle pouvait être libre devant Amélia mais elle ne le faisait toujours pas instinctivement. De toute façon, il était plus simple de laisser la tristesse et la déception de côté lors des entraînements. Elle se contenta d’incliner la tête face aux excuses inutiles de la chevalière mais ne put cacher une légère surprise quant elle lui expliqua que la séance d’aujourd’hui serait différente et qu’elle devait se préparer mentalement. Naturellement, l’enfant pourtant si jeune se redressa et ses sens magiques comme physiques se firent plus aiguisés. Elle était prête à tout. Comme ordonné elle pris la suite de la chevalière et compris rapidement ce qui devait l’attendre.

En effet, la direction prise était celle des cachots. Ezerya savait exactement ce qui se trouvait dans les cachots : la femme qui avait tué son père. Amélia allait-elle réellement l’amener la voir ? Il semblait bien que oui. Comment avait-elle deviné que s’était là un désir de l’enfant ? Aucune idée. Peut-être était ce simplement un hasard ? Non. Il n’y avait jamais de hasard dans la vie. Un mélange de joie et de haine se firent sentir dans les yeux de la gamine qui avait perdu son air habituellement si neutre. Elle voulait voir cette meurtrière. Elle voulait voir à quoi ressembler celle qui avait fait tomber le guide d’un Empire. Il y avait là une idée de vengeance, de haine, de fureur mais également une curiosité. Comment quelqu’un avait pu faire tomber Ryan ? Ce devait être une créature très puissante et pourtant ce n’était qu’une femme. Tout cela se mêlait encore dans l’esprit de l’élève sans prendre sens. Comment avait-on pu tuer l’Empereur son père ? Elle n’arrivait toujours pas à le comprendre.

Amélia qui était resté silencieuse durant le trajet lui indiqua d’enlever tout ce qui pouvait être utilisé comme une arme sous entendant clairement qu’il y avait des dangers. Sans broncher, Ezerya obéit retirant broches dans ses cheveux, boucles d’oreilles et ceinture. Elle hésita quelques secondes en remettant sa dague au garde. Peut-être pourrait-elle la plonger dans la gorge de cette prisonnière et assouvir sa soif de sang ? Non. C’était stupide. Elle serait bientôt exécutée et les tortionnaires de l’Empire avaient peut-être des informations à lui faire cracher. Elle se sépara finalement de la dague non sans prendre en compte les avertissements d’Amélia qui avait été prononcé sur un ton qui ne souffrait aucune contestation : rester à distance, obéir et apprendre.

Finalement, la chevalière descendit dans les cachots suivit de près par Ezerya. L’odeur était infecte, mélange d’urine, de sueur et d’humidité elle était à la limite du supportable. L’enfant ne fit cependant aucune remarque, trop concentrée sur ce qui allait bientôt se produire. Puis, après quelques gardes passés elles arrivèrent devant cette cage. Ezerya mis un petit temps à comprendre qu’il s’agissait bien de cette cage. La créature qui s’y trouver avait presque perdue forme humaine. Pleine de crasse et d’urine elle puait plus qu’un cadavre et l’odeur acide agressa le nez de l’enfant. Un bras lui avait été arraché et elle se recroquevillé dans un coin de sa cellule tel une bête apeuré. C’était pourtant bien la grande Lyzann d’Emeraude qui se trouvait là, les mots d’Amélia lui confirmèrent.

Ezerya aurait du la craindre peut-être. Elle avait tué son père alors pourquoi pas elle ? Peut-être aurait elle du la hair et vouloir lui sauter à la gorge pour obtenir vengeance ? Lui assener quelques insultes et crachats ? La blesser ? Pourtant, elle rester là, parfaitement immobile observant cette faible chose au corps meurtri. Etrangement, ce n’était pas la haine, la tristesse, l’inquiétude ou même l’admiration qui prenait place dans l’esprit de l’enfant. Non, en cet instant ce qu’elle ressentait s’était le dégoût. Un profond dégoût pour cet être si misérable qui avait fait tomber un dieu.

Un léger goût de bile remonta dans la gorge de l’enfant qui la ravala sans plus de cérémonie. Les yeux braqués sur la prisonnière elle la fixer, attendant de croiser son regard alors qu’Amélia avait engageait la conversation. Aucun mot ne lui vint pour le moment. Elle resta silencieuse, observant simplement, attendant quelque chose sans savoir quoi.

Au final, il semblait que la chance et le hasard existait vraiment. Sinon, comment ce parasite qui lui faisait face aurait pu détruire la plus grande puissance d’Irianeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Lyzann
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
avatar
Nombre de messages : 1402
Rôle : Chef des chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 14/01/2012

Plus sur le personnage
Âge: 57 à 62 ans [Gen19]
Rôle: Ex-Chef des chevaliers d'Émeraude
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Mar 11 Juil 2017, 02:44


Dans l’unique coin qu’elle atteignait, la chevalière s’était contenté de cracher comme un chat en tournant la tête vers les barreaux pour répondre à la pierre que le soldat s’était contenté de lancer contre le mur pour s’assurer qu’elle était toujours parmis eux. Une pierre trop petite pour que l'ingérer ne lui soit fatale. Inutile comme bien d’autres détritus dans cette cellule. Elle reprit sa position initiale malgrés les pas légers qui se rapprochaient. Des pas qui n’étaient jamais venu jusqu’ici. Ce n’était pas des tortionnaires, mais des curieux. On venait voir la bête dans sa cage. Lyzann laissa la voix de cette femme se présenter et présenter la jeune personne qui l’accompagnait… La fille de Ryan. Un ricanement s’échappa de ses lèvres et s'amplifia en découvrant le visage de la fillette. Néamoins, ce fut tout ce qu’elle fit. Elle garda son regard rivé sur l’enfant qui la fixait aussi.

- Voilà la question la plus futile qu’on m’est posé depuis mon arrivé…

Se contenta de répondre Lyzann à Amélia sans même une attention pour elle. La prisonnière se contentait encore de fixer la fillette. Quelque chose de malsain s’y était installé. Une fascination peut avantageuse pour l’enfant.

- Te voilà prête à être une grande guerrière, “petite”. Les meilleurs sont orphelins…”Conseil”, n’est ni amis ni famille... lorsque tu veux être puissante….

Sa voix s’était faite langoureuse et avait insisté sur certain mot avant de finir dans un chuchotement. Ses yeux quittèrent enfin l’enfant pour chercher un point invisible dans les aires de sa cellule.

- Qui donc un jour a dit : “La meilleure façon de tuer un adversaire est de transpercer la personne à ses côtés” ? ... Ah oui… “David”… Il est mort, non ? La “famille”, je suppose...

Elle rapporta son regard dorée sur celui de l’élève. Quelque chose qu’elles avaient en commun en plus d’être orpheline de père. Elle laissa un silence s’installer avant de tendre pour la première fois un regard à son interlocutrice principale. Une femme d’âge mûre, mais aux chevaux blancs. Une visage qu’elle avait sans doute vu sur le champs de bataille.


- Je suis devenu chevalière pour protéger les impuissants et pour protéger les foyers des envahisseurs comme vous. Je suis resté chevalière pour défendre les infortunés et pour défendre les terres qui sont celles des autres. Je vais vivre chevalière encore pour envoyer en enfer ceux qui croient que tout leur appartient. Vous prospérez sur des terres souillées du sang de ses habitants originels. Vous avez tué pour vivre sur ce qui ne vous appartenait pas…

La colère avait teinté sa voix. La rage avait écumé ses lèvres, mais la fièvre était partie. Tel un prédateur,  ses yeux passèrent de nouveau sur la fille de l’homme que Lyzann avait tué.

- J’ai tué par vengeance. Tu pleures ton père, ma fille ? Des millions d’autres l’ont fait avant toi sur mon continent. Je l’ai fait avant. J’ai pleuré ma mère, mon père, ma caravane, mes amis, mes frères, mes soeurs et mes enfants.

Lyzann jugeait désormais l’enfant d’un oeil mauvais.

- N’est ni amis ni famille lorsque tu veux être puissante. Les meilleurs sont orphelins…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11519-lyzann-d-emeraude-chef-de-l-ordre-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t6327-lyzann
Amélia
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 453
Rôle : Chevalier d'Irianeth
Date d'inscription : 17/12/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42 ans-47 ans (Génération 18)
Rôle: Chevalier
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Sam 26 Aoû 2017, 19:46

La réaction de la prisonnière n'était pas surprenante. Son regard empli de haine a leur égard. Ou était-ce du dégout? Qui dans sa situation aurait pu porté un regard différent, outre la victime prise dans l'emprise d'Edwing? Et pourtant, cela n'indifférait aucunement la chevalier. Elle avait vu plus misérable dans son existance. Que Parandar lui soi témoin, elle-même avait rendu plus misérable l'existence de certain mortels. Oh Amélia n'avait absolument aucune raison de sous-estimer les tortionnaires impériaux. Après tout, ils avaient encore tout leur temps. D'ailleurs, la torture a long terme avait généralement un éffet beaucoup plus destructeurs qu'a court terme d'après ce que la demi-midjin savait. Enfin bref, suite au présentation, la première réaction de la prisonnière fut un rire... Rien d'amusant. Ou peut-être quelque chose l'était pour elle. Amélia essayait de se mettre dans sa peau pour tenter de la comprendre. Mis a part l'ironie de la situation, elle ne voyait pas ce qu'il y avait de drôle. Mais bon, puisque l'esprit de Lyzann ne devait pas marché a plein régime, cela ne la surprendrait pas qu'elle ait des moments d'écart d'esprit. Cette dernière avait posé les yeux sur sa protégé, signe qu'elle devait probablement pensée a l'ironie de voir la fille de celui qu'elle avait tué de sang-froid. Pourtant, contre tout vraisemblance, elle répondit a la chevalier aux cheveux immaculé. La question était futile? Bien entendu, la raison même de leur présence n'était que futilité. Et pourtant, même dans la futilité on pouvait apprendre des choses non?

D'ailleurs, avant de répondre a sa question, l'ex-chevalier annonça quelque chose a la jeune élève. Quelque chose qui déplaisait définitivement a Amélia. Mais pouvait elle totalement nier ses paroles? Oui et non. Ce n'était pas un mensonge de dire que les personnes seuls ne pouvaient être puissant. Après tout, ils ne vivaient que pour leur avancement, pour leur survit. Pourtant, la maître-magicienne avait trouvé que ses plus valeureux adversaires étaient au contraire ceux qui avait quelque chose a défendre. Mais dans les faits, défendre son égo, son point de vu, ses ambitions, sa propre vie était une aussi bonne raison de chercher la puissance. N'était-elle pas de ceux-la? Et pourtant, elle donnerais aussi sa vie pour protéger sa famille. Bien sur, si on s'en prenait a sa famille, comment réagirait-elle? Serait-elle de ses faibles qui se jêteraient corps et âme perdu dans une vengeance inutile? Serait-elle capable de surmonté ses peines pour se dissocier de ses ''faiblesses?'' Ce n'était certe pas une question qu'elle aimait se posé. Mais il y avait quand même matière a réflexion sur le sujet. Comme la désertine le dit si bien, la meilleur façon de tué quelqu'un était de tuer les proches d'une personne. Cette citation de son mentor arracha une grimace nostalogique a la chevalier qui pris observa en vain le point invisible qu'avait ciblé son interlocutrice. Ah ce cher David, l'homme qui lui avait confirmer que l'honneur ne servait a rien... Bien sur que cette façon de pensée était jusqu'a un certain point éfficace. Mais cela n'empêchait pas les exceptions de règles. On pouvait au contraire rendre quelqu'un plus puissant en exécutant ses proches, le forçant a puiser dans la colère pour gagner en puissance. Bref... ce sujet était débatable d'un bout a l'autre.

Lyzann posa enfin ses yeux sur la midjin au sang divin, forçant cette dernière a faire de même pour écouter sa répondre. Bien que la dame aux cheveux blancs ce moquait en général de la vie de cette personne qu'elle considérait comme une inconnue. La guerrière-sorcière écouta néanmoins avec curiosité la réponse de l'handicapé. Une réponse qui arracha un rictus aux lèvres de la chevalier. Oh, encore une fois elle n'avait pas tout a fait tort. Mais pas tout a fait vrai non plus. Encore la, tout n'étais qu'une question de point de vue. La justice de certain faisait l'injustice des autres disaient-t'on. Et rien n'était plus vrai aux yeux d'Amélia. La preuve était même présente devant elle. Ayant voulu faire ce faire justice, Lyzann n'avait-elle pas causé injustice a la jeune femme qui se trouvait au côté de la chevalier impérial?

Alors que l'ancienne chef des chevaliers d'Emeraude se ''défendait'' avec des excuses futiles, la jeune femme aux yeux azure observa la réaction de son élèves. Se doutant bien que sa peine l'empêcherais sans doute de voir d'une façon tout a fait rationnel. Son père était sans aucun doute une personne importante a ses yeux, même si a la connaissance du maître, l'élève n'avait jamais vraiment eu de rapprochement avec celui-ci. Mais bon, qui disait que l'admiration n'était pas une forme d'amour?


''Et beaucoup d'autre pleureront après... La vengeance n'engendre que la vengeance. Mais pourtant, il n'y a aucune méthode utopique pour calmer les flammes de la colère. N'est-ce pas? Je trouve cependant hypocrite de vôtre part de clâmer Enkidiev ''vôtre''. Prétendez vous alors connaître toute son histoire depuis le début de sa création? Combien de guerre ont été crée sur ce continent. Et le nôtre, connaissez vous son histoire? Et même si cela serait le cas... Les réalités sont différent aux yeux des ''autres.'' Nul personne n'a raison dans une guerre, si ce n'est que les victorieux... La justice de l'un fait l'injustice des autres dit-t'on. ''

La presque midjin s'interrompis un moment. Toisant d'un air curieux la prisonnière du regard, elle se demandait si celle-ci était d'accord avec elle. Ou était-elle tellement pris dans sa ''justice'' qu'elle ne pouvait accepté une vison plus subjective de la vie. Amélia avait elle même sa propre vision de la réalité. Bien sur, elle n'était pas vraiment une victime de la guerre. Rare était de ses proches qu'elle avait perdu a cause de celle-ci. Et pourtant, elle avait elle aussi son lot de personne qu'elle avait perdu.

''Et je ne suis pas entièrement d'accord avec vôtre notion de puissance. J'ai vu nombreux valeureux guerrier étant plus redoutable que ceux qui ne pensait qu'a eux-même. Je doute que vous-mêmes soyez de ce genre. N'avez-vous pas a coeur vos frères d'arme? Si tel est le cas, alors lorsque vous aurez rejoints les plaines de lumière n'oubliez pas de vous excusez auprès-d'eux. Notament ceux que vous avez envoyez a Fée dernièrement. Ils ont été parmis les plus redoutable opposant humains qui m'ait été permis d'affronter. Mais encore la. La définition de puissance est propre a chacun. Nous sommes tous différents les uns des autres après tout. Et toi Ezerya, quel est ton point de vu sur ces sujets? Tu as autre chose a rajouter?''

Bien sur, Amélia n'avait pas hésité a tenté de lui tourner le couteau dans la plaie a se sujet. S'en réjouirait-t'elle? Peut-être, peut-être pas. Cela dépendait surtout de sa réaction. Elle avait dit vrai par contre a leur sujet. Leur désespoir face a la mort probable avait peut-être été l'étincelle qui avait enflammé leur potentiel. Sachant après tout que l'un d'eux qu'elle considérait comme un moins que rien au départ, avait étrangement été le plus redoutable des deux. Les circonstances avaient surement été une raison aussi. Bref, pleins de détails anodin qui aurait pu jouer sur la situation. Pourtant les faits étaient la. En ce qui concernait Ezerya, Amélia était curieuse de voir sa vision des choses. Sachant pertinament qu'elle était encore loin d'avoir l'expérience nécessaire pour trouver les réponse entièrements parfaite pour sa propre personne a son sujet. Elle était encore malléable a cet âge après tout. Mais elle était intelligente, cela ne faisait aucun doute aux yeux du maître. L'élève apprendrait tôt ou tard a former ses propres idées sur ses sujets. Bien que la femmes aux cheveux immaculé souhaitait que ce soit plus tôt que tard.

(Désolé du retard ><, j'essaierais de faire en sorte de ne plus tarder autant, vu le saut qui arrive sous peu.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezerya
Apprenti
avatar
Nombre de messages : 78
Rôle : Apprentie Seccyeth
Date d'inscription : 29/11/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15 - 20 ans [G19]
Rôle: Apprentie seccyeth
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Mer 13 Sep 2017, 13:28



Les yeux de la prisonnière la fixaient avec insistance. Ezerya ne détourna pas le regard, plongeant ses yeux dorés dans le regard malade de la tueuse. Ce regard, il était profondément malsain, mauvais même. Elle y voyait une étincelle de folie quelque peu dérangeante. Pourtant, elle se força à ne pas détourner les yeux, à soutenir le regard de celle qui avait ôté la vie de son père, de son idole. La bouche de la femme s’ouvrit alors dans une mélodie presque enchanteresse. Pourtant, c’était bien une vipère qui crachait son venin. La recrue l’écouta, gardant les yeux fixer, s’efforçant de ne rien laisser paraître face à ses dérangeantes paroles. Des conseils, voilà ce qu’elle lui donnait. Des conseils qu’elle avait déjà entendue ici et là. Des conseils qui sonnaient pourtant différemment à cet instant. Un léger frisson parcouru son échine laissant ses poils se relever sur ses bras. Cette femme était mauvaise. Il n’y avait aucun doute à avoir là-dessus. Un instant, Ezerya aurait voulu lui sauter à la gorge, l’achever là. Pourtant, elle resta immobile alors que la tueuse détournait le regard.

La blondinette gardait quant à elle ses yeux fixés sur cet être qui lui avait ôté un rêve. Tentant de comprendre comment le destin pouvait être si moqueur. Bientôt, la prisonnière revint à elle pour la conseiller de nouveau. Un conseil provenant de l’ancien chef des chevaliers. Mort. Elle ne l’avait jamais connu. Elle avait entendu parler de lui. Elle savait simplement qu’il était mort à cause des ombres. Pas de la famille. Cette femme était-elle en train de la manipuler ? Peut être. Sans doute. Ce devait être un jeu pour elle de tenter de torturer la fille de sa victime. Et après certains osaient dire qu’Enkidiev n’était pas un terreau fertile à la maladie mentale. Silencieuse, Ezerya continua de fixer la femme. Que répondre ? Rien. Ce serait se rabaisser. Elle ne voulait pas tendre de perche à cette future morte.

La tension sembla diminuer légèrement quand finalement la prisonnière posa ses yeux sur Amélia afin de répondre à la question qui avait été posé pour débuter. Ezerya serra les dents faces aux accusations de la chevalière. Certes, Irianeth avait conquis des territoires sur Enkidiev. Mais à la base, les humains de l’Empire venaient bien de ce territoire. Ils en étaient issus. Ces terres étaient donc les leurs. Ils avaient simplement voulu offrir à ce peuple une nouvelle manière de vivre. Une bien meilleure manière.

Bientôt la réponse à la question qu’Ezerya se posait si souvent tomba. Lyzann grande chevalière d’Emeraude avait tué par vengeance. Simplement par vengeance. Pour un motif si futile. Si humain. Si enfantin. Si idiot au fond. Un nouveau frisson parcouru le corps de l’enfant qui teint bon et tenta de rester calme. Ses mains se crispèrent pourtant formant un poing. Elle ne ferrait rien. Elle valait mieux que ça. Elle devait valoir mieux que la vermine lui faisant face. Elle soutint une fois de plus son regard, refusant de courber l’échine devant cet être misérable.

Amélia une fois de plus coupa l’ambiance oppressante qui s’était installée en enchainant après les mots dérangeants de la prisonnière. Sans quitter la condamnée du regard, Ezerya tenta de se concentrer sur les mots de son maître. C’était après tout un entraînement, elle devait écouter, elle devait garder son calme malgré les palpitations élevé de son cœur. Elle devait garder la tête froide malgré l’envie de meurtre qui l’enserrait. Les mots de la chevalière était vrai bien sûr, elle avait eu déjà quelques notions là-dessus. Au bout du compte, tout dépendait toujours du point de vue. Mais elle savait, elle, que la vision qu’Irianeth défendait était la moins mauvaise. Elle savait qu’elle été bien meilleure que les mensonges des Enkievs.

La maître magicienne évoqua alors la notion de puissance. Etait-ce nécessaire ? Ezerya ne le savait pas. Elle se doutait que les paroles de la prisonnière n’étaient là que pour tenter de la toucher, de lui faire du mal, de la déstabiliser. Amélia sembla vouloir se servir de ça contre elle, rappelant à la femme ses frères d’armes. Quelque chose qui était censé être important pour l’ordre d’Emeraude. Du moins, du peu qu’Ezerya en savait. Finalement, Amélia interpella Ezerya, la faisant détourner la tête. Que pensait-elle de tout ça ? Et bien… ce n’était pas évident. Cependant, la gamine ne voulait pas paraître stupide devant la prisonnière ? Pourquoi ? Cela n’avait sans doute pas de sens puisque cette dernière allait bientôt mourir. Pourtant, il y avait cette envie au fond de la jeune fille.

Je crois que n’importe quel guerrier est meilleur quand il combat pour une cause à laquelle il tient profondément. Peu importe qu’il est des proches ou non du moment qu’il sait contrôler son esprit et se focaliser sur son but. L’important au final et simplement de contrôler ses émotions… C’est ce qui différencie un bon chef d’un fou qui commet un meurtre par vengeance et offre à tout un continent une nouvelle cause pour laquelle combattre.

En prononçant ses mots froids, elle avait gardait les yeux rivés sur la prisonnière. Tout cela était-il une attaque ? Oui. Elle voulait rappeler à cette femme à quel point elle avait idiote, a quel point son acte aurait des conséquences néfastes pour ceux qu’elles prétendaient protéger. Après tout, cela faisait des années que les conflits s’étaient calmés, que l’Empire se contentait de prospérer et de reconstruire les continents conquis alors pourquoi attaquer maintenant ? Pourquoi rouvrir les querelles ? Par vengeance. Par idiotie. Par manque de contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11670-ezerya-d-irianeth
Lyzann
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
avatar
Nombre de messages : 1402
Rôle : Chef des chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 14/01/2012

Plus sur le personnage
Âge: 57 à 62 ans [Gen19]
Rôle: Ex-Chef des chevaliers d'Émeraude
MessageSujet: Re: 28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya] Dim 08 Oct 2017, 20:35


L’éclat de son rire sembla provenir d’une autre dimension. Comment un corps aussi affaiblis comme le sien pouvait trouver l’énergie nécessaire à un tel rire ? Comment son esprit pouvait-il se convaincre de la légèreté de leur conversation. Ce rire venait d’ailleurs, de quelqu’un d’autre tellement il était inapproprié. Et pourtant, le visage brunis par ses origines et la crase portait ce rictus malsain. Ses yeux brillait d’une lueur démente.

- Tu crois que c'est ce qui se passe ? ... Il te manque encore des informations, ma chérie.

Répondit Lyzann à la jeune enfant. Elle enchaina tout de suite pour s’expliquer.

- Si j'avais agis par simple vengeance "personnelle" comme tu le crois, je serais déjà morte. La vengeance dont je te parle est celle d'un peuple entier. Tu n'es pas encore consciente de ce qui se passe. C'est beaucoup plus gros que ton simple et tout petit monde. "Votre" simple et tout petit monde, semble-t-il.

Corrigea-t-elle à l'intention d'Amélia. Lyzann observait la fillette qui tentait d’afficher un air brave et intelligent. Son cerveau travaillait fort pour se convaincre. Un futur soldat qui allait mourir sur le champ de bataille au nom d’un autre empereur que son père. La désertine glissa alors son regard vers la chevalière mentor qui accompagnait l’enfant. Elle se souvenait l’avoir vu sur le champ de bataille, mais n’avait jamais eu l’occasion de l’affronter. Quelle idée étrange que d’avoir amené l’orpheline devant la meurtrière de son père. Qu’espérait-elle? Faire comprendre à la petite que son père était mort de la main d’une moins que rien? Ça devait être dur pour l’estime d’un père. Lyzann s'aida de son unique bras pour se relever. Elle ne pouvait aller bien loin ainsi enchaîné. Elle se risqua toutefois de son pas vacillant jusqu'au bout de sa chaîne. Simplement pour offrir à l'enfant un meilleur regard sur celle qui avait changer sa vie à jamais.  

-Mais qu’importe … C’est nous les méchants et vous, les gentils. Nos morts n’ont pas la même valeur que les vôtres, n'est-ce pas? On t'a appris que vous rebâtissez en mieux et que vous laissez les gens revenir en profitez dans la paix. Ça vous donne en effet la belle jambe. Tuer, piller et détruire pour ensuite reconstruire et dire aux gens à qui vous avez tout pris, qui ont tous perdu et qui survivent à peine : "Venez! C’est mieux maintenant." Ce n'est qu'une illusion. Voler pour ensuite prêter... Quelle cause honorable!

Sur ces mots, elle échangea un regard avec l'adulte. C'était après tout sa cause. Lyzann savait toutefois que parler était inutile. Leur cerveau avait été lavé depuis leur naissance. Elles n'étaient même pas capable de réfléchir par elle-même. La désertine parlait à des pions... De simples pions. Elle ferma les yeux en soupirant.

- Mais qui suis-je pour tenter de vous sermonnez ? Je ne suis, après tout, que la misérable prisonnière de l'Empire... Pitoyable créature dans une cage qu'on visite seulement pour se moquer. Je suis l'assassin sans nom qui a planté son épée dans la chair chaude du magnifique EMPEREUR RYAN! Quel pitoyable mort... Ils auraient pu au moins essayé de lui sauver la face en rappelant un combat épique contre un adversaire de taille...

Laissa-t-elle tombé avant de retourner à son mur confortable où elle se laissa glisser sans ménagement. Il n'y avait plus rien qu'elle pouvait dire à ces deux tanieths de toute manière. Elles étaient venus entendre quelque chose qu'elles ne voulaient pas comprendre. Autant parler aux murs, eux au moins avaient de bonne raisons de ne pas comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11519-lyzann-d-emeraude-chef-de-l-ordre-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t6327-lyzann

28 jours avant de mourir [pv Amélia & Ezerya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Pikay :: La forteresse noire :: Les cachots-