___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Âge du personnage : 58 - 63 ans [G18]
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck) Mar 02 Mai 2017, 16:54



Les gouttes tombaient inlassablement. Chacune soulevait un peu d’eau qui retombait vite. Nul n’aurait pu dire combien de temps s’écoulait entre elles. Des secondes ou des années ? Aucune des deux réponses possible ne semblait en mesure de pouvoir prendre l’ascendant sur l’autre. En dehors de cette récurrence, rien ne troublait le silence de mort qui régnait. Seul et affaibli, un homme flottait dans un océan de larmes. Immobile, il n’était plus conscient que d’une chose: l’eau qui tombait. Un temps semblant infini passa. L’homme restait là. Seul. Au loin, une lueur naquit. Il voulait la rejoindre, sans le pouvoir. Plus le temps passait, plus son corps reprenait vie. A mesure que sa force grandissait, la lumière s’intensifiait, jusqu’à ce qu’elle devienne éblouissante.


Minato ouvrit les yeux. Il tombait. Paniqué, il regarda autours de lui dans l’espoir de comprendre quelque chose. Que se passait-il ? Où se trouvait-il ? Avant d’avoir le temps de comprendre, il s’écrasa contre le sol avec fracas. Pourtant, il ne ressentait aucun douleur. Bien que son corps soit endolori, il se releva sur les coudes pour tenter de ses repérer. A première vue, il était dans une forêt. Tout en fermant les yeux et posant l’index dans l’herbe humide, l’immortel se servit de ses pouvoirs. En un rien de temps, il se repéra. Une sueur froide lui coula dans le dos quand il comprit qu’il ne se trouvait qu’à quelques kilomètres de la ferme de son âme soeur, la chevalière Miyäck. Pourquoi ? Paniqué, il se demanda s’il s’agissait d’un coup de son alter-ego. Pourtant, ce n’était pas lui.


Perdu et fatigué, Minato se releva en s’aidant d’un arbre. Peu à peu les souvenirs lui revenaient. Les yeux écarquillés il put partager les souvenirs de Takeshi et tout lui revint. Cela faisait plus de quinze ans maintenant qu’il n’avait plus prit le contrôle. Alors que le passé lui revenait, ses genoux défaillirent. L’homme tomba à terre et se mit à pleurer. Pourquoi tant de cruauté ? Pourquoi avoir fait subir cela à Miyäck... C’était de sa faute, il en était sûr. Creusant toujours plus, il vit sa fille. Pour la seconde fois, son frère démoniaque s’était reproduit. Cette seule pensée lui était intolérable.


Après un long moment de réflexion, l’Archimage déchu décida d’aller à la rencontre de sa vieille amie. Usant de ses pouvoirs, il s’assura qu’elle soit seule. Dans la ferme, son mari était présent. Par chance, elle s’éloigna de la maison. Peut-être allait-elle chercher de l’eau ? Ni une ni deux, l’Immortel s’approcha d’elle en masquant son énergie. D’un geste de la main, il l’immobilisa par télépathie et s’empressa de plaquer sa main contre sa bouche. Il ne fallait pas qu’elle crie. Si Evrard s’en mêlait, rien ne pouvait lui assurer que Takeshi ne reprendrait pas le contrôle.


« Excuse moi de t’effrayer de la sorte. Je ne voulais pas te faire peu... RAHHH ! »


Une douleur extrême s’empara de Minato avant qu’il n’ait le temps de finir sa phrase. Sa tête semblait sur le point d’exploser. Jamais il n’avait eu aussi mal de son existence. Takeshi tentait de prendre le contrôle mais il n’y arrivait pas. Une barrière magique semblait avoir été dressé entre lui et son double. Terrassé par la bataille qui se jouait en lui, il s’écroula dos contre terre. Les yeux fermés, il ne voulait qu’une chose, que sa souffrance passe. Après quelques secondes impitoyable, son souhait se réalisa. Quand ses paupières se rouvrirent, il put voir le visage de Miyäck. Son si beau minois qu’il n’avait pas vu depuis une éternité. Bien qu’elle ait physiquement vieilli et lui non, il avait presque l’impression de se revoir en sa compagnie de décennies plus tôt. La voix faible et le regard fuyant, Minato se redressa sur ses avants-bras.


« C’est moi, Miyäck... »







Dernière édition par Minato le Mer 03 Mai 2017, 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyäck
Administrateur - Ex-Chevalier
Administrateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 688
Date d'inscription : 19/04/2011

Plus sur le personnage
Âge: 64 - 69 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Émeraude - Guérisseuse
MessageSujet: Re: Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck) Mar 02 Mai 2017, 22:00


An 1259 - Mois 12


La journée battait son plein de manière relativement calme. Laidy avait prit congé à la ferme, laissant les deux Chevaliers s’occuper de leurs tâches quotidiennes. L’entraînement avait été décalé à plus tard dans la journée étant donné le froid mordant du matin dû aux vents. Et si les conditions ne s’amélioraient pas, ils iraient certainement dégager de l’espace dans le hangar pour s’y atteler ici même. Alyss était partie poursuivre son apprentissage à la Tour avec le Cardinal Cameron ce matin, laissant ses parents bien seuls dans une si grande habitation. Depuis qu’ils avaient apprit la mort de leur fille aînée Lin et de la capture de Lyzann, Alyss avait décidé de revenir avec eux. Ce qui soulagea ses parents autant que la jeune fille. Quoi qu’il en était, en l’attente de ce futur Grand Conseil promit par leur Royauté, l’ambiance était bien morose au sein de leur Ordre et se faisait sentir dans tout le château. Ils ne pouvaient rien faire d’autre que constater leur impuissance face à toute cette situation.
L’après-midi semblait plus clément, ainsi, l’Elfe se décida à aller puiser de l’eau dans le puits un peu plus à l’ouest du chemin des Chevaliers, trainant ses seaux vides. Leur propre réserve n’était pas encore à sec, mais elle préférait jouer la carte de la prévoyance plutôt que d’attendre toujours le dernier moment, comme Evrard semblait aimer le faire. Miyäck marchait  donc d’un pas décidé au travers de la plaine, fixant son objectif visuellement.

Cette journée aurait pu être banale. Comme bien d’autres. Mais la Chevalière se méfiait maintenant de tout car tout pouvait changer si vite, l’espace d’un instant… Néanmoins, jamais elle n’aurait cru que ce simple voyage jusqu’au puits –pourtant si proche de chez eux– allait être la provocation d’une rencontre… Inattendue. Tandis qu’elle allait simplement continuer son avancée, son corps se raidit soudainement, lui arrachant un frisson d’effroi. Elle connaissait cette sensation… Bien trop. Ses pupilles s’écartèrent de stupeur tandis que ses lèvres allaient s’entre ouvrir pour exprimer sa torpeur. Mais elle n’eut le temps de rien car très vite, elle sentit quelqu’un se coller contre elle et plaquer sa main –d’homme– contre sa bouche. Un vent de panique se saisit d’elle tandis qu’elle semblait être prise par l’angoisse d’être ainsi impuissante face à quelqu’un qu’elle n’avait même pas senti venir. L’homme en arrière d’elle parla et le son de sa voix fut étonnamment familier…  Il ne voulait pas lui faire peur !? C’était loupé !
L’homme se mit soudainement à crier, la Chevalière senti l’emprise sur son corps se délier, ses sensations revenant progressivement. Elle sentit son ventre se tordre sous l’anxiété et ses jambes commençaient à trembler. Lorsque son regard roula en arrière jusqu’au corps de l’homme qui s’était jeté à terre –se tordant apparemment de douleur– le choc n’en fut que plus grand. Instinctivement, elle recula de quelques pas, incapable de bouger, ses mains n'eurent même plus la force de tenir les seaux qu'elle laissa tomber impunément à terre. Elle avait Minato face à elle. Le physique que Minato avait eu depuis sa naissance, pas l’horrible visage que Takeshi s’était choisit. L’Elfe fut mélangée entre une immense crainte et de nombreux questionnements.

Elle ne pouvait malheureusement plus se fier à rien.

Plus depuis que Takeshi l’avait gardée enfermée durant plus d’un mois. Qu’il s’était servi du visage de Minato pour l’allier dans sa folie. Sa première pensée fut bien évidemment pour Alyss, qui était fort heureusement avec le Cardinal aujourd’hui… Puis à Evrard qui avait écopé d’un coma lors de sa dernière venue… Que lui voulait-il cette fois !? N’avait-il pas déjà prit suffisamment ?! Le corps de la femme tremblait, son regard était bien trop apeuré… Malgré cette lumière, cette apparence… Elle ne le sentait pas lui –puisqu’il avait caché son essence– et ne pouvait donc être sûre de rien. Takeshi était bon dans le domaine des illusions pour semer la discorde…

- T-tu mens. Tu ne … Tu ne m’aura pas une seconde…fois. Avec tes ruses…  

Instinctivement, elle recula de nouveau de quelques pas tandis que sa main fit léviter les dagues qu’elle cachait dans son pantalon jusqu’à ses mains. Dans un tel état de choc émotionnel, elle n’aurait que des difficultés à être réellement efficace mais qu’importait… Elle n’allait pas le laisser recommencer comme la dernière fois sans même tenter de riposter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t5503-miyack-liens-rps
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Âge du personnage : 58 - 63 ans [G18]
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Re: Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck) Mer 03 Mai 2017, 17:30



La peur régnait dans l’air. Face à Minato, sa vieille amie tremblait. Son corps ne cessait de trembler tel une feuille au vent. Comment l’en blâmer après ce que son frère pervers lui avait fait subir. Honteux et dévasté, l’Immortel ne savait plus quoi dire. Au bord des larmes, il se retenait péniblement de pleurer. Tout en reculant pour s’écarter de celui qu’elle pensait être Takeshi, Miyäck s’empara de ses dagues. Elle était décidée à se défendre, quand bien même toute résistance aurait été superflue de toute manière, du moins si l’alter-ego avait été présent. Cependant ce n’était pas le cas. La gorge serrée, l’esclavage d’Edwing n’arrivait qu’à peine à parler et ses mots étaient si faibles qu’un peu de vent les aurait rendu inaudibles.


« Miyäck... C’est bien moi... »


Malheureusement, aucun mot n’était assez puissant pour réconforter la chevalière. Allait-elle vouloir l’attaquer avec ces lames ? Si cela avait eut la moindre chance de le tuer, il se serait jeté vers la mort mais il n’y avait aucune chance que cela ne fonctionne. Il était un être céleste aujourd’hui. Nulle lame n’avait la puissance de le détruire.


Minato voulait que son amie aille mieux. Il ne supportait pas de la voir dans cet état. Comment l’aider ? Intérieurement, il pouvait ressentir toute sa peur. Elle paniquait. Il ne voulait plus l’endurer. Tout en levant lentement la main, il envoya vers elle une vague d'apaisement. Sa magie était tellement puissante qu’elle aurait tôt fait de la rassurer. En elle, il plaçait tout son coeur, ton son amour pour elle. Maintenant qu’il y pensait, malgré tout ce temps et le fait qu’elle soit marié et farouchement amoureuse, il tenait toujours tant à elle. Sentant que sa dulcinée rêvée se calmait, il baissa sa main. Son regard humide pointé vers le sien, il s’engouffra jusque dans sa tête.


* Je t’en prie, crois moi. Je ne sais pas trop comment ni pourquoi mais j’arrive à le dominer. Takeshi est confiné. C’est moi. C’est Minato... *


Au fond de lui, le serviteur de la Folie sentait qu’une approche mentale serait préférable. Il espérerait vraiment réussir à la calmer. Pensant qu’il y parvenait, l’homme se releva lentement. Genoux à terre, il restait plus bas qu’elle pour qu’elle puisse continuer de le dominer. Alternativement, il fixait le sol puis son visage. Chaque fois que son regard se posait sur les yeux doux de son amie d’antan, il ressentait une terrible culpabilité. Jamais il n’arriverait à sa pardonner. Mais le pouvait-elle ? En aurait-elle la force ? Il voulait le savoir, même s’il n’y avait aucune chance que cela n’arrive. Abattu, Minato se laissa écrouler aux pieds de Miyäck alors que ses larmes ne pouvaient être retenues plus longtemps.


« Pardonne moi, je t’en supplie. Depuis ma naissance, je suis un monstre. J’apporte mort et tristesse partout autours de moi. Je n’ai jamais voulu te faire du mal... »


Le visage entièrement recouvert de larmes et les yeux rouges, il se redressa avec difficulté vers la femme. L’air absolument minable, il posa ses mains sur ses genoux. Lentement et un air à la fois honteux et inquiet au visage, il posa la question qui le faisait le plus souffrir depuis qu’il avait reprit le contrôle du corps commun.


« Comment va-t-elle ? Alyss... Dis moi qu’elle va bien... »


Incapable de soutenir plus longtemps le regard de la chevalière, Minato la lâche pour courber de nouveau l’échine. C’était sa place, il n’avait pas l’ombre d’un doute là dessus.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyäck
Administrateur - Ex-Chevalier
Administrateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 688
Date d'inscription : 19/04/2011

Plus sur le personnage
Âge: 64 - 69 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Émeraude - Guérisseuse
MessageSujet: Re: Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck) Ven 12 Mai 2017, 20:49



Pendant quelques instants, l’Elfe ne vit plus rien d’autre que la peur autour d’elle. Son champ de vision s’était rétrécit sur une unique chose : La présence de Takeshi sous l’apparence de Minato, juste devant elle. Qu’importait ce qui l’entourait ; le reste du monde avait cessé d’exister. L’Emerienne senti sa respiration se saccader de plus en plus et l’air lui manquer. Elle n’y arriverait pas… Elle ne serait jamais de taille face à lui. Intérieurement, elle vivant avec la crainte que tout ça ne recommence ou pire, qu’il s’en prenne une nouvelle fois impunément à Alyss. Il l’avait déjà tellement détruite qu’elle ne savait pas si elle supporterait de la voir encore subir le courroux de son père biologique. Alors, dans une vague de courage puisé dans la force du désespoir, elle s’arma de deux dagues, bien décidée à en découdre. La dernière fois, l’Elfe s’était fait la promesse de même si elle devait en mourir, Takeshi aurait son dû. Que cela soit sur terre comme aux cieux.
Mais bien évidemment, avec le fils du Dieu de la Folie et de la Discorde, l’on ne peut jamais s’attendre à quoi que ce soit. Tout ce que Miyäck avait toujours voulu anticiper de lui ne lui avait jamais vraiment servi. Et pour cause… Alors que tout son être ne transpirait que des sentiments négatifs, une puissante vague d’apaisement vint s’écraser sur elle. Soudainement, tout le poids du monde sembla quitter ses épaules, si bien qu’elle sentit son corps se ramollir tandis que ses mains venaient de lâcher les deux dagues sur le sol. S’il y a bien une chose que pouvait détester l’Elfe dans cet homme, ce n’était rien d’autre que sa puissance magique. Qu’importe ce qu’il faisait, son essence divine surpassait tout. La surpassait. Elle préférait étrangement vive toute cette colère, cette haine et cette peur plutôt que le vide auquel elle devait soudainement faire face. C’était comme s’il l’avait privé du droit d’être en colère contre lui… Elle se sentait ainsi d’autant plus vulnérable et au vu de la situation, elle n’aimait pas ça.

Elle secoua la tête vivement. Son visage gardait encore la trace de cette main qui l’avait touché… Cette sensation ne la quittait pas et elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi. Partagée entre cette peur liée aux souvenirs et la chaleur qu’il dégageait… Un contraste douloureux auquel elle devait faire face.

- Imbécile…

Son regard s’assombrit. Il était là. Qu’importait, après tout… Elle avait toujours cru en lui, même si cela lui avait finalement prit des années, Takeshi avait bel et bien eu tort : Minato existait bel et bien toujours. C’était un point sur lequel il n’avait aucune puissance, face à ce qui les liait. Cela pouvait paraître comme n’était qu’un petit rien mais c’était pour la Chevalière la plus grandes des victoires. Néanmoins, même si elle devait s’en réjouir, la peur face à cet homme la prenait toujours au ventre. Takeshi avait su viser juste, comme toujours… Apparaître avec le physique de Minato avait été ce qui l’avait fait le plus souffrir.
Le voir ainsi s’effondrer face à elle la meurtrit bien plus qu’elle ne l’aurait souhaité… Si bien du monde avait du souffrir de la main de Takeshi, il en avait été le premier à en pâtir. Elle avait bien vu à quel point cette femme –dont elle avait finit par oublier le nom– qui était également la mère de la Chevalière Tempérance, n’avait jamais su faire la part des choses entre les deux entités. Minato avait été privé de tout… De sa liberté, de sa vie, des sentiments tels que l’amitié et l’amour… Relayé au rang de simple parasite.

-M-Minato…, finit-elle part articuler, difficilement.

Elle soupira, tandis que ses genoux fléchirent pour s’abaisser face à lui. Maintenant accroupie, elle tendit sa main encore tremblante jusqu’à son visage pour relever son menton vers elle. Intérieurement, elle pria pour qu’une fois qu’il eut redressé sa tête, le regard de Minato soit toujours le sien. Pitié, qu’il n’apparaisse pas… Qu’il n’apparaisse pas…

- … Cesse donc de tout prendre sur toi. Ce… Ce sont ses fautes lui, pas les tiennes. Ne te rends pas… Ne te rends pas responsable de tout ça. Je…, sa voix s’abaissa : Je ne te laisserai pas te dénigrer ainsi.

Que faisait-elle !? Elle ne comprenait même plus. Elle avait pourtant envie de fuir, de le frapper, de le réduire en cendre, de partir le plus loin possible de lui… Pourtant elle était là à essayer de le rassurer comme il n’avait jamais dû l’être. En cet instant, Miyäck s’en voulait d’être aussi vulnérable dès qu’il s’agissait de lui. Elle était à sa merci… Il n’en était pourtant pas question. Pourquoi ne pouvait-elle simplement pas être en colère.. ? Pourquoi !?

- Alyss.. Va… Elle va bien.

Même si Minato brillait de cette aura blanche qu’elle pouvait reconnaître entre milles, il n’en restait pas moins l’hôte de Takeshi. C’était plus que malaisant de parler soudaine de sa… Leur fille ? Elle frissonna à cette idée. Depuis des années, elle avait dénié, ne voyant que son géniteur comme un élément externe à leur famille. Evrard était le père d’Alyss et l’avait toujours été. Elle n’avait plus qu’à espérer qu’en ce moment, Takeshi ne sonde pas ses pensées.

- C-comment as-tu… ?

L’Elfe ne lui laissa pas le temps de continuer de parler d’Alyss et dériva sur le sujet qui lui brûlait les lèvres depuis longtemps : Comment avait-il fait pour réussir à prendre le contrôle !?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t5503-miyack-liens-rps
Minato
Immortel(le)
avatar
Nombre de messages : 33
Rôle : Immortel d'Edwing
Âge du personnage : 58 - 63 ans [G18]
Date d'inscription : 26/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 58 - 63 ans [G18]
Rôle: Serviteur d'Edwing
MessageSujet: Re: Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck) Mar 23 Mai 2017, 15:23



Tandis que la chevalière s’abaissa vers lui, il l’entendit dire son nom. Comprenait-elle ? Il était bien lui. Mais comment la blâmer d’éprouver de la crainte face à lui ? Il lui avait fait tant de mal par le passé. Soudain, alors qu’il était toujours en pleurs, la main de son âme-soeur vint au contact de sa peau. Avec délicatesse, elle lui releva le menton pour qu’il la regarde dans les yeux. Dans le temps, il aurait tout donné pour qu’elle le touche. L’amour à sens unique qu’il éprouvait pour elle ne pouvait que s’emballer face au moindre contact. Pourtant, ce jour-ci, la main de Miyäck le fit trembler. Il n’arrivait pas à se regarder en face.


Malgré tout, la femme qu’il avait tant fait souffrir était là, face à lui et elle lui disait de ne pas tout se reprocher. Elle affirmait que ses actes barbares n’étaient pas les siens mais ceux de son double. Son frère était le responsable, c’était évident. Pourtant, comment arriver à ne pas se le reprocher ? C’était à travers le corps de Minato que Takeshi faisait toujours ses basses besognes...


Les larmes de l’immortel cessèrent quand la femme lui apprit que sa fille Alyss était en bonne santé. Malgré tout ce qu’il lui avait fait, elle allait bien selon Miyäck. Même s’il avait un peu de mal à y croire, Minato préférait lui faire confiance. Il avait besoin d’entendre de bonne nouvelle pour pouvoir souffler un peu.


Avant même qu’il n’ait le temps de poser plus de question sur sa fille biologique, son interlocutrice changea vivement de sujet. Sans même avoir à y penser, il la sondait et comprit qu’elle n’était pas à l’aise. Elle ne voulait pas parler d’Alyss avec lui. Comment lui reprocher ? Ironiquement, il entendit la chevalière souhaiter qu’il ne puisse pas lire dans ses pensées. Dans d’autres circonstances, il se serait amuser à lui répondre que si. Pourtant, il n’avait présentement aucune envie de rire.


La dernière interrogation de son aimée portait sur la raison de sa présence. Plus exactement, par quel moyen lui avait-il été possible de prendre le dessus. C’était une bonne question. Pour être franc, c’était difficile à expliquer. Du moins, avec des mots. C’était une sensation presque impossible à expliquer. Il allait néanmoins essayer. Réconforté par la bienveillance de son amie, il cessa de se morfondre et essuya les larmes qui séchaient lentement sur ses joues.


« C’est... Eh bien. Je ne sais pas trop l’expliquer. C’était comme un verre d’eau. Takeshi est un feu que je dois éteindre. Mais remplir le verre est presque impossible si on veut le faire trop vite. Il déborde. Je sais que c’est confus, mais j’ai du en somme accumuler de l’énergie. Goutte après goutte je l’ai rempli pour éteindre la flamme de mon frère. Je pense que c’est la manière la plus simple de l’expliquer. Pourtant, même maintenant, je le sens encore en moi... »


Paradoxalement, ce fut le fait de penser à son double qui le fit réagir. Minato sentit qu’il perdait le contrôle. Alors que son regard devenait aussi rouge que le sang, Takeshi se libéra. Habituellement fou de rage quand son sou frère prenait le contrôle, il semblait cette fois très déconcerté. Il semblait ne pas comprendre où il se trouvait ni ce qui venait de ses passer. Ignorant complètement Miyäck, il se releva. Les sourcils froncés, il se mit à gratter le bas de son menton.


« Bon sang, c’est quoi ces conneries encore ? Depuis quand il arrive à prendre le dessus l’autre minable ? Merde, c’est pas bon. Oh fait chier, j’aime pas ça. Père, vous m’entendez ? Oui, c’est ça. Il a... Mais... Enfin je vous jure ne pas être responsable. Bi...Bien sûr, je rentre au plus tôt... Abruti va. »


Les derniers prononcés par le serviteur d’Edwing n’avaient clairement pas atteint leur destinataire, fort heureusement. Après tout, l’immortel n’était pas fou non plus. Il ne voulait pas de faire torturer en revenant au domaine de son Dieu de père. Finalement, alors qu’il pensait disparaitre, il vit face à la lui une femme terrorisée. Un sourcil se leva, comme s’il cherchait à se rappeller d’elle. Il était évident qu’elle lui disait quelque chose. Son regard se faisant insistant, il comprit qui elle était. Tout en soupirant, il s’adressa à elle.


« Oh non, encore toi ? C’était donc bien un coup de l’autre abruti. Quand va-t-il comprendre que tu ne ressens pas d’amour pour lui. Quel minable, il devrait être content d’avoir pu te sauter par mon biais. Enfin bon. Quoi ? T’as peur ? Merde, tu me fais rire. C’est bon ça va, j’ai pas le temps de m’occuper de toi, arrête de chier dans tes culottes. Et puis... Que ? Oh merd.... NON ! »


Soudainement, Minato était de retour. Son regard redevint alors qu’il posait de nouveau un genou à terre, essoufflé. Lutter contre son double n’était décidément vraiment pas de tout repos. Par chance, Takeshi n’avait pas eu envie de tyranniser la femme qu’il aimait, pas cette fois. Pourtant, il sentait la terreur en elle. Cet homme lui avait fait tant de mal, comment aurait-il pu en être autrement. Ne voulant pas qu’elle soit plus effrayée encore, Minato décida de se relever pour s’éloigner de quelques pas. La main sur la tête, il se frottait le front avec violence.


« Pardonne moi. Je n’ai pas réussi à le contenir suffisamment. Cela n’arrivera plus, je t’en fais la promesse. Mais... Peut-être devrais-je m’en aller. Je ne sais même pas ce que je viens faire ici. Pourquoi risquer de t’exposer à lui ? Je ne suis qu’un pathétique égoïste. C’est ma faute si tu as du subir tout ça. Je... Miyäck, je suis sincèrement désolé. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une lueur dans la nuit (Pv: Miyäck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume d'Émeraude :: Les plaines-