___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

My baby boy ♦ Andras & Kaylann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kaylann
Modérateur - Chevalier - Chef
Modérateur - Chevalier - Chef
avatar
Nombre de messages : 165
Rôle : Chevalière d'Irianeth et seconde de l'Ordre
Date d'inscription : 22/02/2013

Plus sur le personnage
Âge: 39 ans
Rôle: Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: My baby boy ♦ Andras & Kaylann Sam 22 Avr 2017, 20:38


La nuit était déjà tombée sur la forteresse lorsque le bateau qui l’avait ramenée des colonies avait accosté au port. Son premier réflexe avait été de traverser la forteresse jusqu’à rejoindre les appartements qu’elle partageait maintenant depuis quelques années avec Adonis, un démon au demeurant fort attrayant qu’elle avait pris depuis longtemps l’habitude d’inviter dans sa  couche – ainsi que d’autres lieux bien plus propices à des ébats aussi destructeurs, quelques lits ayant déjà été réduits en copeaux de bois par la puissance mêlée du démon et de la pardusse.  Adonis l’accueillit assez distraitement, semblant plongé dans ses pensées, sans doute en train de réfléchir à une nouvelle formule visant à créer une de ses fameuses potions en compagnie de sa sorcière bien aimée -  Exaora, son nom était Exaora. Somme toute, elle s’en moquait. Pour l’heure, elle avait plus important à faire que de se laisser aller contre le torse puissant de son amant.
Sans bruit, elle ouvrit la porte de la chambre. Dans la semi-obscurité, la bougie continuait de briller. L’objet de sa présence lui tournait le dos, étendu sous les draps. Kaylann s’approcha doucement, s’assit sans brusquerie sur le bord du lit avant d’accorder toute son attention à la petite créature assoupie. Ses cheveux pâles prenaient une teinte presque dorée à la lueur de la bougie. C’était juste un jeune enfant, semblable à tous ceux qui se baladaient dans la forteresse. Il n’avait pas de raison d’être différent. D’ailleurs, à le voir ainsi, les paupières remuantes, avec cet air si tranquille sur le visage, il n’y avait pas de raison de douter qu’il soit exactement comme les autres. Rien n’était plus faux, cependant.
Kaylann soupira d’aise. Dix jours. Cela faisait dix jours qu’elle n’avait pas vu son fils. Une mission comme une autre d’extermination des quelques indésirables qui grouillaient dans l’Empire. Quelques rebelles par ci, des espions par là… des cris, du sang, la routine en somme. Elle avait eu tout le loisir de songer à Andras, qu’elle avait laissé derrière elle, sur Irianeth. Kaylann ne savait pas si elle devait s’étonner ou même s’inquiéter du fait que la présence de son fils lui ait autant manqué. Il n’en allait pas de même pour tout le monde, qu’il s’agisse d’Adonis ou du reste de sa famille. Les courtes séparations ne l’avaient jamais affectée outre-mesure. Et puis Andras était venu au monde, couvert de sang et de flammes.
Dès lors, il y avait eu cet étrange besoin qui avait vu le jour. C’était quelque-chose d’encore relativement nouveau dans l’existence bien remplie de la pardusse. Le besoin de ne pas avoir son fils  trop loin d’elle, trop longtemps. Le besoin de savoir qu’il allait bien, et aussi, le désir de lui apprendre tout ce qu’elle savait, d’ en faire une arme de guerre, afin que personne ne puisse l’atteindre, que cela fût physique ou mental. Mieux valait garder la rigidité du rock que de laisser à autrui la possibilité de vous attendrir, de vous toucher. Kaylann avait fait cette erreur, sans comprendre comment cela avait pu arriver. Le fait est que c’était arrivé. Les doigts de la jeune femme se perdirent dans les mèches éclatantes de son fils. Elle voulait le meilleur pour lui. Elle voulait qu’il soit le meilleur. Son potentiel était grand, elle en avait senti l’intensité avant même sa naissance. Depuis, il n’avait fait que confirmer ses prédilections. C’était certain, Kaylann avait de l’ambition pour Andras. Naturellement, l’élite était pour lui une destinée toute tracée. Si malencontreusement il venait à s’en éloigner… à jouer les subordonnés… Comment ne pourrait-elle pas être déçue ? Une petite voix lui soufflait perfidement que s’il ne réussissait pas, s’il ne s’élevait pas jusqu’au sommet de la pyramide, alors, l’intérêt qu’elle pouvait lui porter ne s’en verrait que diminué. Peut-être même qu’elle le désavouerait, après tout,  les plus faibles n’avaient jamais attiré son intérêt. Oui, c’était ainsi que Kaylann avait toujours pensé. Peu nombreux étaient ceux à qui elle témoignait un réel intérêt. Toute la complexité du problème venait du fait qu’Andras n’était pas n’importe qui et encore moins le premier larbin venu. Cet enfant… c’était son fils, son sang. Quelque-part, elle savait bien que quelque-soit son futur, quoi qu’il puisse faire, elle ne pourrait jamais se  résoudre à l’abandonner à son sort. Cette idée lui était, par bien trop d’aspects, intolérable. C’était étrange… Lorsque Kaylann se surprenait à avoir ce genre de pensée, elle ne se sentait jamais plus proche de sa mère. Faelina avait été prête à tout pour ses enfants, elle l’était toujours. Un lien fort l’unissait à chacun des membres de sa progéniture. La chevalière comprenait depuis quelques temps déjà qu’un lien identique existait entre elle et son Andras. Kaylann n’avait jamais possédé un instinct maternel comparable à celui de sa mère, pas vraiment. Le sien n’était certes, pas aussi développé et les moments de véritable complicité avec son fils se faisaient rares. Chacun de leurs échanges étaient bien souvent teintés d’une froideur dont Kaylann ne savait se défaire. Elle songeait souvent que si son fils avait hérité de son sang pardusse, de sa capacité à se transformer, alors, la proximité se serait établie plus naturellement, comme cela avait été le cas entre sa mère et elle. Bien au contraire, Kaylann avait toujours eu plus de difficulté concernant son père. Une distance existait entre eux, qui perdurait avec son fils. Si David était une affaire classée qui ne lui importait plus depuis longtemps, il n’en allait pas de même pour Andras. La tendresse humaine ne s’était jamais particulièrement ancrée en elle, et la jeune femme n’en usait jamais, à quelques exceptions notables. Dans une certaine mesure, elle s’en félicitait. Cela allait à l’encontre des valeurs qu’elle voulait inculquer à son fils. Elle voulait en faire un soldat, pas une quelconque lavette imprégnée de bons sentiments. Il n’y avait qu’à voir la progéniture de Kassilli pour comprendre à quel point les gestes maternels pouvaient gâter les potentiels et ramollir les jeunes esprits malléables.  Cela étant, son fils comptait à ses yeux ; ça, elle ne pouvait le nier. Il était impératif qu’il reste en vie, qu’il aille bien. Qui voudrait faire du mal à Andras ne verrait une nouvelle aurore qu’à travers le regard vitreux et éternellement horrifié du crâne décapité d’un macchabée. Après, bien entendu, qu’elle ait rempli sa gorge des propres morceaux de son intestin, pour faire bonne mesure.
Andras se mit à remuer, il finit par ouvrir les yeux ses grands yeux vermeil, ceux-là même qu’il tenait directement de son père – mais son visage, lui, lui rappelait beaucoup celui de Zéphyr.

« Tu devrais te rendormir. C’est une longue journée qui t’attend demain. Je compte bien m’occuper de toi et l’entrainement ne va pas être simple. »


Son ton, loin d’être aussi détaché qu’à l’habitude, recelait une certaine douceur, à laquelle l’enfant avait eu quelques rares occasions de goûter.

« On pourrait aussi chasser. »
ajouta t’elle avec la certitude que de telles paroles ne pouvaient que faire plaisir à Andras. « Et dépecer quelques proies. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andras
Élève
avatar
Nombre de messages : 21
Rôle : Espoir d'Irianeth
Date d'inscription : 06/12/2016

Plus sur le personnage
Âge: 3 à 8 ans en G 18
Rôle: espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: My baby boy ♦ Andras & Kaylann Jeu 27 Avr 2017, 13:51



Le jeune garçon avait passé une journée épuisante. Il s'était d'abord rendu à quelques classe qu'il avait trouvé intéressante, bien que moins attractive que les exercices auxquels il aimait se livré lorsqu'il était seul, puis il avait passé un moment avec Ismaëlle. Si cette dernière était un talent prometteur, et il n'en doutait pas puisqu'elle était son amie, il ne pouvait que voir que certaines lacunes dans son éducation en faisait une enfant moins douée que lui. Il ne lui reprochait cependant pas, après tout personne ne pouvait l'égaler puisqu'il avait une ascendance plus prestigieuse que n'importe qui d'autre et que personne au château n'égalait Papa et Maman. Il aimait donc assister aux entrainements de la petite fille pour observer avec curiosité quels progrès elle faisait. Ce jour là il avait pu la voir manier sa double lame, arme que lui même ne maitrisait pas mais qu'il laissait bien volontiers à quelqu'un d'autre.
Il était à présent dans sa chambre à coucher, plus précisément dans son lit. Et attendait avec impatience que le sommeil l'emporte. Il lui semblait qu'il était couché là depuis des heures et pourtant il n'avait toujours pas sommeil. Il souffla et re-souffla, sans succès. Il fini par fermer les yeux et par s'endormir sans même s'en apercevoir.
Le petit démon, comme à son habitude, dormais du sommeil du juste quand quelque chose vint troubler ses agréables songes où il se trouvait devant un grand buisson en feu. En effet il cru sentir quelque chose l'effleurer mais, trop occupé à rêver préféra resté endormi. Comme la sensation persistait, il ne put faire autrement que d'ouvrir les yeux. Il vit alors, penchée au dessus de lui, sa mère qu'il n'avait pas vu depuis au moins une éternité. Maman était décidément la plus belle femme de tout le palais, son plus bel atout étaient sans aucun doute ses cheveux d'une parfaite blancheur qu'elle avait eu la bonne idée de lui léguer.
- Tu devrais te rendormir. C’est une longue journée qui t’attend demain. Je compte bien m’occuper de toi et l’entrainement ne va pas être simple.
L'enfant s'il n'avait était encore engourdis par le sommeil aurait probablement sauté de joie en entendant de telles paroles. Les professeurs qu'il côtoyaient étaient pour la plupart très compétent mais aucun n'était meilleur que ses parents. Ces derniers étaient exigent et perfectionnistes, aussi grâce à eux était-il certain de pouvoir devenir le meilleur. C'était la plus grande ambition de sa vie : devenir aussi puissant que ses indétrônables modèles.
-On pourrait aussi chasser, et dépecer quelques proies
Le garçonnet était  comblé partir chasser voulait dire qu'ils passeraient le plus clair de leur journée à l'extérieur et la chasse était un exercice qu'il adorait.Ce n'était pas en soit de tuer des animaux qui l'musait mais tout le processus qui précédé, dans la chasse le plus drôle c'était la traque. Faire attention à ne pas faire de bruit ne pas se faire voir, et encore bien d'autres choses que maman faisait si bien et que lui même exécutait, il en était persuadé, avec beaucoup d'habileté. Il était bien trop impatient pour vouloir se rendormir.
-Qu'est-ce qu'on va chasser maman ? On va aller où ? On va faire quoi ?
Il n'avait pas pour habitude de poser autant de question, mais son esprit embrumé n'avait pas remis en marche le filtre habituel de ses pensées et ainsi toutes ces paroles coulaient naturellement hors de sa bouche.
-Dis Maman, c'est parce que tu étais partie chasser que tu étais pas là ?
En y réfléchissant bien, il ne lui semblait pas que sa maman soit déjà partie aussi longtemps simplement pour chasser, mais il était curieux et plus que tout il n'avait pas envie de se rendormir. Maintenant que maman était là, peut-être consentirait elle à lui raconter quelque histoire palpitante qu'il aimait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11706-andras
Kaylann
Modérateur - Chevalier - Chef
Modérateur - Chevalier - Chef
avatar
Nombre de messages : 165
Rôle : Chevalière d'Irianeth et seconde de l'Ordre
Date d'inscription : 22/02/2013

Plus sur le personnage
Âge: 39 ans
Rôle: Chevalière d'Irianeth
MessageSujet: Re: My baby boy ♦ Andras & Kaylann Sam 10 Juin 2017, 06:55

L'enthousiasme que Kaylann pût lire sur le visage de son fils lui arracha un sourire de fierté maternelle. Puisse Andras ne jamais la décevoir. Son potentiel était si grand... Très tôt, la pardusse avait pu remarquer qu'il avait hérité de ses deux parents. Il tenait d'Adonis, cela ne faisait aucun doute, mais d'elle également. Il aimait chasser, sentir l'adrénaline pulser dans ses veines. Il n'y avait que deux catégories, avait-elle toujours pensé. Les prédateurs et les proies. Les uns dévoraient les autres. Les prédateurs étaient tout puissants et les proies n'avaient que les yeux pour pleurer leurs pertes et leur gorge pour hurler leur peine. Ils n'étaient rien, personnes, seulement des cibles faciles pour les plus forts, l'élite, les prédateurs. Il était inconcevable pour Kaylann de donner la vie à un futur amuse bouche, cependant, Andras en était très loin et elle veillait à ce que cela ne change pas avec le temps. Il ne fallait pas qu'il s'adoucisse, laisse libre cours à ses émotions trop souvent et se laisse dirigé par elles. Il valait beaucoup mieux que ça. D'ailleurs, son impatience de partir à la chasse était palpable, tout comme celle de sa mère. Elle le cachait mieux, voilà tout, mais Kaylann avait tout aussi hâte d'avoir son fils pour elle seule le temps d'une journée. Il ne s'agissait pas tant de chasser que d'être avec lui. La jeune femme avait eu son compte de victimes ses derniers jours, et si son animalité n'était de sang jamais rassasiée, son désir de partager du temps avec Andras était à cet instant le plus fort. C'était une façon intelligente de mettre tous les partis d'accord, son fils compris. Lui se posait des questions quant au lendemain. Où iraient-ils, que chasseraient-ils...

- J'ai entendu dire qu'il y avait un groupe de cerfs au nord-est de la forêt noire. Cela me semble être un bon entrainement pour toi. Tu auras l'embarras du choix...

Andras n'en demeura pas là de ses interrogations, et les dernières d'entre elles étaient d'une nature bien différente. Son absence était-elle liée à une partie de chasse ? En quelque-sorte, oui. Les souvenirs encore frais dans sa mémoire lui revinrent à l'esprit. Les cris, les supplications, les larmes, le goût du sang sur ses crocs, les gorges qui se transformaient en fontaines écarlates... Des enfants terrifiés, aussi. Ils empestaient si fort la peur que Kaylann en avait été tentée de se boucher le nez. De voir leurs parents massacrés, les plus jeunes ne s'en remettaient pas. Tant mieux. Il fallait montrer l'exemple après tout, signifier à tous les rebelles du continent qu'ils mettaient chacun de leurs proches en danger en continuant leurs petites rébellions ridicules. Ils faisaient des leurs leurs complices, et au même titre qu'eux-même, des traitres. Habituellement, Kaylann ne s'en prenait pas aux enfants, jugés trop jeunes pour être tenus responsables de complicité. Pour une fois, elle avait dû faire une exception. Une jeune adolescente de treize ans. Cette dernière combattait déjà au côté de son père, il n'y avait plus rien à en faire. Dans un élan de charité, elle l'avait tuée rapidement, proprement. Elle ne pouvait pas en dire autant pour son géniteur. L'homme l'avait supplié à genoux d'épargner sa fille, et Kaylann n'aurait rien demandé de mieux que de la laisser vivre. Elle semblait intelligente et débrouillarde, elle aurait fait une bonne recrue pour Irianeth mais il avait fallu qu'il pervertisse son esprit. Elle avait tué des hommes de l'empire, elle croyait dur comme fer dans le soi-disant idéal de liberté prôné par son père, il n'y avait pas de retour en arrière possible pour quelqu'un d'aussi fanatique. Alors, Kaylann l'avait égorgée devant son paternel avant de mutiler horriblement ce dernier. Comment ne pas lui en vouloir d'avoir gâché un si beau potentiel ? Par esprit de revanche, elle l'avait massacré.
Kaylann finit par hocher la tête.


- Je chassais, oui. Je chassais des ennemis de l'Empire. Des rebelles. Il y avait un métamorphe dans le lot. D'ailleurs, j'ai un souvenir pour toi.

Outre l'adolescente et son père, il y avait en effet un métamorphe loup dans le lot. Il s'était bien battu, mais la jeune femme n'en avait fait qu'une bouchée. Elle n'en avait gardé que... les dents. Trois dents de loup qu'elle avait fait accrocher à une chaîne en argent. Kaylann sortit le pendentif de sa poche et le tendit à son fils.

- Voilà ce qu'il advient des vaincus, Andras. Ils n'ont pas de seconde chance. C'est pour ça que tu dois faire en sorte d'être toujours vainqueur. Seuls les meilleurs demeurent et ont droit au chapitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andras
Élève
avatar
Nombre de messages : 21
Rôle : Espoir d'Irianeth
Date d'inscription : 06/12/2016

Plus sur le personnage
Âge: 3 à 8 ans en G 18
Rôle: espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: My baby boy ♦ Andras & Kaylann Ven 01 Sep 2017, 12:51




- J'ai entendu dire qu'il y avait un groupe de cerfs au nord-est de la forêt noire. Cela me semble être un bon entrainement pour toi. Tu auras l'embarras du choix...
Des cerfs. Cela représentait sans doute un bon entrainement puisque maman le disait. A dire vrai ce n'était pas tant la proie que la chasse en elle même qui intéressait le jeune garçon, d'autant plus que dans ses moments là, il avait sa mère pour lui tout seule. Il la regarda avec de grands yeux. Sa mère était, aimait-il à penser, la plus belle et la plus puissante des femmes de l'Empire être son fils était un honneur dont il s'enorgueillissait secrètement. Il ne pouvait en effet se pavaner, s'eut été indigne de sa position et de son ascendance, ses parents n'auraient d'ailleurs probablement pas approuvé.
La seconde des Chevaliers continua son explication :
- Je chassais, oui. Je chassais des ennemis de l'Empire. Des rebelles.
Les rebelles de l'Empire, Andras était encore très jeune mais il éprouvait déjà un dégout mêlé de haine envers ces traitres. Il ne pouvait blâmer les habitants d'Emeraude qui ne possédaient sans doute pas qu'ils se fourvoyaient. Ils étaient, assurément, maintenus dans l'erreur par leurs dirigeants. Mais des habitants d'Irianeth, ou tout comme, qui connaissaient la puissance de l'Empire … Que de telles personnes puissent choisir de tourner le dos à ce qui constituait tout son monde lui semblait tout à fait incompréhensible.
- Il y avait un métamorphe dans le lot. D'ailleurs, j'ai un souvenir pour toi.
Kaylann tendit à l'enfant une chaine d'argent à laquelle avaient été suspendues trois dents animales, de loup, crut-il identifier. Nul présent n'eut pu faire plus plaisir au fil de la pardusse. Lorsqu'il le porterait il pourrait se souvenir, toujours, ce qu'il était et ce qu'il combattait. Ce qu'il devait combattre à jamais. Pour l'Empire !
- Voilà ce qu'il advient des vaincus, Andras. Ils n'ont pas de seconde chance. C'est pour ça que tu dois faire en sorte d'être toujours vainqueur. Seuls les meilleurs demeurent et ont droit au chapitre. [/color][/b]
Oui seuls les meilleurs demeurent seuls les meilleurs ont droit au chapitre. Cette phrase devait se graver à jamais dans son esprit. Il devait être le meilleur en tout ce qu'il entreprenait, comment pouvait-il en être autrement, comment pouvait il accepter qu'il en soit autrement ?
Andras enfila le collier et se jura de ne plus l'ôter.
-Je serai à la hauteur maman, promit-il.
Puissent les Dieux être les garants de ce serment, car il avait bien l'intenssion de le respecter.
-Un jour, maman, comme toi je me battrais pour l'Empire et je vaincrais chacun de ses ennemis !
L'enfant posa sa petite main sur celle de sa mère comme preuve de sa bonne fois et de sa détermination. Oui, un jour il serait chevalier, ce n'était qu'une question de temps il aurait pu le garantir. Il espérait simplement que sa mère en serait fière. Mais pour il savait qu'il n' »tait pas encore temps, il était trop jeune disait-on bien qu'il su en lui même que sa ferveur et son engagement était bien plus ardent que celui d'apprentis ou d'écuyer qu'il avait pu croiser.
-Tu restes longtemps maman ? Interrogea-t-il curieux
Il espérait en effet que l'excursion de demain serait suivi sous peu d'une nouvelle partie de chasse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11706-andras

My baby boy ♦ Andras & Kaylann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Pikay :: La forteresse noire :: Le quartier des Chevaliers-