___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ismaëlle
Élève
avatar
Nombre de messages : 55
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 4 à 9 ans [G18]
Date d'inscription : 10/09/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 4 et 9 ans en G18
Rôle: Espoir d'Irianeth
MessageSujet: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Mar 27 Déc 2016, 11:10

Un raclement lointain se fit entendre qui tira brusquement la fillette de son sommeil. Ouvrant prestement les yeux, elle demeura un instant parfaitement immobile, n'osant pas même respirer. Depuis la nuit de son départ pour le continent Noir, Ismaëlle avait prit l'habitude de ne dormir que sur une oreille. Si sa propre mère pouvait la menacer lorsqu'elle dormait, quelle confiance la jeune espoir pouvait elle attendre de la part du commun ? C'est avec ces idées en tête qu'elle scrutait l'obscurité, tachant de se convaincre que le bruit perçu devait être autre chose que pure frayeur d'enfant. Comme nul écho ne se fit plus entendre, Ismaëlle se détendit lentement. Elle s'assit très droite dans son lit, hélas déjà parfaitement réveillée. Elle avait encore la sensation étrange d'un arrière goût onirique la poursuivant par delà l'éveil, mais cela passa peu à peu. Il n'était plus question pour elle de se rendormir, aussi gagna-t-elle la petite lucarne qui lui tenait lieu de fenêtre. En ôtant le volet de bois obstruant l'ouverture, elle eut tout le loisir de constater que le jour ne poindrait pas avant encore quelques temps. L'heure était à vrai dire tout à fait ingrate : il était bien trop tôt pour se lever, mais surtout déjà trop tard pour seulement songer à se rendormir. Choisissant le moindre des deux maux, Ismaëlle ôta prestement ses vêtements de nuit pour enfiler sa martiale tenue quotidienne. Des hardes purement utilitaires, dont la seule coquetterie était la couleur d'encre qui faisait un heureux contraste avec la chevelure blanche de la fillette. Avec une discrétion quasi féline, elle s'attela à ses ablutions, lisant en une maigre queue de cheval ses cheveux récemment raccourcis et ceignant bien sûr à sa taille la dague dont elle ne se séparait plus depuis qu'elle avait posé le pied sur les terres de l'Empire. Comme toujours elle s’apprêta avec application : hors de question pour elle d'être prise pour une simple enfant ayant à faire au sein de la forteresse. Elle était espoir d'Irianeth, et cet état de fait devait être aux yeux de tous bien visible. Enfin, une gourde d'eau, des aliments secs et un onguent de sa concoction complétèrent le paquetage de cette aventurière matinale.
L'aube ne faisait pas encore mine de poindre, pourtant Ismaëlle avait l'esprit tout à fait alerte quand elle quitta ses quartiers. Ne s'accordant pas le temps de flâner, elle fit un preste détour par l'armurerie, qui lui permit de récupérer la lame double que sa mentor Thaïs lui avait fraichement fait forger. Prise d'une inspiration soudaine, il vint à la fillette l'envie de s'entraîner au bord de la plage. Elle n'avait pas d'attrait particulier pour l'océan – bien au contraire, sa première expérience des flots lui en ayant laissé un souvenir impérissable... – mais le lieu présentait l'intérêt non négligeable de n'être que peu fréquenté. D'autant moins fréquenté à cette heure d'ailleurs, mais passons. Un si vaste espace réduisait considérablement le risque de mauvaises rencontres, d'autant que le terrain plat offrait une visibilité interdisant de se faire surprendre. L'endroit semblait donc idéal à Ismaëlle pour quelques exercices au pied levé. En temps normal, elle se moquait bien d'être vue ou non ( étant ordinairement toujours très sûre d'elle même ), mais n'en étant qu'aux balbutiements de sa maîtrise de la double lame, elle préférait de loin répéter seule et sans témoins gênants les mouvements de base récemment apprit. Paraître ridicule était en effet l'une des trop nombreuses hantises de la jeune fille.
Ainsi elle se mit en route, ne croisant âmes qui vivent. Le chemin fut aisé et de courte durée jusqu'à la destination souhaitée, à tel point qu'Ismaëlle en vint à se demander pourquoi l'idée d'user de la plage comme terrain d'entraînement ne lui avait pas effleuré l'esprit plus tôt. Une fois les pieds dans le sable, elle comprit enfin pourquoi elle n'était encore jamais venue s'exercer ici. Les minuscules grains s'infiltraient déjà dans ses bottes au bout de quelques pas, quand ils ne s'agglutinaient pas sous ces chaussures pour en alourdir le pas. Obstinée, la jeune fille refusa pourtant de changer ses plans : tout de même, un désagrément aussi minime que du sable ne pouvait avoir raison de la volonté d'Ismaëlle. C'est avec un air déterminé – que d'aucun aurait pu qualifier de buté, mais là n'était pas la question – qu'elle se mit en quête d'un coin propice à ses exercices. Il ne lui fallut guère de temps pour trouver ce qu'elle cherchait, la zone idéale finissant bientôt par lui apparaître : entourée d'un rempart de rochets, ce qui devait être une crique jadis balayée par le ressacs de la mer sembla le lieu tout indiqué pour ses matinales occupations. Le sol, ici davantage couvert de galet que de sable, offrait un bien meilleur appui pour l'entraînement souhaité. En cas de chute, la réception en serait certes moins douce, mais Ismaëlle n'avait pas pour habitude de se retrouver face contre terre de toute façon. Lorsque cette remarque ô combien ironique traversa les pensées de la jeune espoir, un rictus torve bien loin de son expression ordinaire apparut sur ses traits. Avec lui la promesse que plus jamais elle ne permettrait à quiconque de lui faire vivre pareille humiliation vint un instant flotter à nouveau dans son esprit... Alors qu'une colère encore bouillante allumait un brasier dans son regard pâle...
Ismaëlle arriva enfin aux pieds des roches aperçues au loin, déposa sans ménagement ses effets contre les pierres, gardant avec elle sa seule double lame. Un échauffement bâclé plus tard, elle enchaînait dans le vent des coups pour l'heure encore malhabiles de taille et d'estocs. Manque d'aise qu'elle attribua tout naturellement au sol instable sous ses pieds, et non à une pratique encore jeune. Le regard fixé sur les flots, son attention entière se trouvait absorbée par les mouvements répétitifs qu'elle s'efforçait d'inculquer à son corps. Si elle voulait un jour être capable des mêmes pirouettes souples que sa seconde mentor, la fillette avait encore de longues heures d'entraînement devant elle. Tout en s'exerçant pourtant, Ismaëlle ne put s’empêcher de trouver à la scène une grande solennité. Arrivé sur Irianeth en n'ayant jamais touché à d'autre arme que son boomerang, la voilà maniant l'antique lame des insectes. La fillette avait assurément un nombre incalculable de défaut, mais nul ne pouvait lui retirer sa principale aptitude, celle de tout tenter pour construire l'existence que d'autre à sa place n'aurait fait que rêver. Ce début de journée était pour l'heure décidément fort satisfaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11582-ismaelle#144214
Andras
Élève
avatar
Nombre de messages : 9
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 3 à 8 ans en G18
Date d'inscription : 06/12/2016

Plus sur le personnage
Âge: 3 à 8 ans en G 18
Rôle: espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Mar 27 Déc 2016, 12:10



Assis dans son lit le jeune bambin s'ennuyait. Il avait vu par la fenêtre que le jour n'étais pas encore levé et savait qu'en aucun cas il ne pouvait réveiller papa et maman car ceux-ci ne seraient pas contents. Il attendait donc que ses parents se réveillent. Il avait joué pendant un moment avec sa couverture qui se trouvait à présent sur sa tête à la manière d'une cape. Il essayait de ne pas faire de bruit mais le temps lui semblait s'étirer sans fin, il lâchât un soupire à fendre l'âme et se laissa tomber en arrière sur son lit. Soudain, il entendit un bruit. A une heure des plus incongrue, quelqu'un se promenait dans le château. Il se redressa avec intérêt et prenant les premières affaires qui lui tombaient sous la main quitta sa chambre en prenant garde à ne réveiller personne. Là, dans le couloir, il vit une petite personne aux cheveux aussi blanc que les siens se faufiler avec discrétion dans les couloirs. Curieux, il s'élança à sa suite faisant de son mieux pour ne pas être remarqué. Elle  avait avec elle une arme qu'il ne connaissait guère. Il la suivi sans se rendre compte d'où elle le menait, avant de s'en apercevoir du sable avait envahi ses chaussures. Levant les yeux il se trouva face à l'immensité de l'océan. Il fronça le nez, il détestait l'eau. Cela faisait partie des choses qu'il ne pouvait pas contrôler, il ne se remettait pas en cause pour autant, il savait que c'était en partie dû à sa  nature démoniaque... Mais il détestai vraiment l'eau ! Il siffla pour montrer son mécontentement avant de se rappeler de la fillette qu'il avait suivi jusque là. Avec une dextérité qu'il jugea admirable il se cacha derrière un rocher qui avait eu la merveilleuse idée de se trouver tout près de lui. Il  regarda subrepticement vers l'enfant mais cette dernière ne semblait pas s'être aperçue de sa présence. Il souffla silencieusement de soulagement. Pour une raison quelconque, il ne désirait pas être vu. Il la suivi encore quelques dizaines de mètres avant de se cacher de nouveau quand l'objet de son attention s'arrêta. Elle semblait avoir trouver une place qui lui convenait en ce qui semblait être une crique. Il trouva comme avantage non négligeable à celle-ci que son sol était sec et solide. Lui même était resté sur le sable qui étouffait le bruit de ses pas. La fillette aux cheveux blanc posa un sac qui semblait presque trop lourd pour elle et s'empara de l'arme qu'il avait vu un peu plus tôt. Après quelques mouvements il remarqua que malgré un maniement de l'objet qui pouvait sembler des plus maladroit, une expression nouvelle était apparue sur le fin visage féminin. Un sentiment qu'on pouvait tout de suite identifié comme fort, mais il n'était pas certain de pouvoir l'identifier avec plus de précision, étais-ce de la colère ? De la rage ? De la haine peut-être ? Tout cela n'était-il pas synonyme, et d'ailleurs bien qu'il connu ses diverse émotions, il n'en avait pas vraiment l'expérience, il ne savait pas réellement les différencier, toujours était il qu'il sembla évident au petit garçon que la petite fille ne semblait pas contente, mais pas contente du tout. Assis dans le sable le demi démon la regardait s'entraîner avec cet air de mécontentement mêlé de détermination. Il éprouvait une certaine fascination devant ce spectacle ce qui était une première. Le plus souvent quand il rencontrait des petites personnes comme il les appelait, il éprouvait un vague intérêt tout au plus un léger élan de curiosité. L'attrait de la nouveauté s'estomperait sous peu, il ne se faisait pas d'illusion, mais d'ici là cette fillette ferait une parfaite compagnon de jeu. Une fois qu'elle se serait aperçue de sa présence où qu'il se serai lassé de la regarder de loin, il lui parlerai et ils feraient ami-amie. Les gens l'adoraient tous, et pour les rares qui faisaient exception il n'en disait rien de peur de subir les représailles de son père. Après qu'elle eu répété pour la énième fois ses mouvements elle s'accorda une pause. Choisissant ce moment qui lui paraissait des plus propice, Andras sorti de sa cachette et s'avança doucement vers sa futur amie. Attendant qu'elle ait fini de boire pour se présenter, il se planta derrière elle pour ne pas lui faire peur. Elle se retourna finalement et ouvrit de grands yeux pleins de surprise devant le petit individu qui se trouvait devant elle. Maintenant qu'il avait toute son attention il allait pouvoir se présenter comme il se devait :
-Bonjour je suis Andras d'Irianeth, fils d'Adonis de Jerianeth, alpha des démons d'Irianeth  et de Kaylann d'Irianeth, et toi,  qui es-tu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11706-andras
Ismaëlle
Élève
avatar
Nombre de messages : 55
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 4 à 9 ans [G18]
Date d'inscription : 10/09/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 4 et 9 ans en G18
Rôle: Espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Mar 27 Déc 2016, 17:06

Un coup en bas à gauche, le suivant à l’opposé du premier, exécuté avec la seconde lame, puis inversement. Ses attaques basiques devaient devenir des réflexes, car il fallait les maîtriser à la perfection pour pouvoir ensuite s'en défaire. Du moins, il s'agissait là de la théorie. Ismaëlle avait beau être pourvu d'une motivation sans faille, l'exercice était redondant. Terriblement redondant. Assez en tout cas pour que la jeune fille décide de s'octroyer une pause largement mérité. Depuis combien de temps était elle là ? Immanquablement depuis un bon moment déjà.
Tournant le dos à la mer, la jeune espoir fouilla son paquetage à la recherche de sa gourde, qu'elle avait eu la prévoyance de remplir avant de venir. Il était toujours agaçant de posséder une gourde vide. Enfin il n'était pas temps d'en disserter. Prévoyante, la jeune fille l'était assurément, il suffisait de regarder la taille du baluchon qu'elle s'était constitué en prévision d'une si courte sortie pour s'en convaincre. Il n'était pourtant pas question de divaguer sur ce sujet non plus. Alors qu'elle essayait de se désaltérer, Ismaëlle se sentant encombrée par sa double lame, l'aurait volontiers planté dans le sol pour s'en libérer les mains, mais elle craignait trop d'en émousser la lame. Une lame émoussée ne valant rien, elle jugea que s'en abstenir était une idée bien plus judicieuse. Quand elle eut but tout son saoul, elle demeura un court instant immobile, à la recherche de sa détermination. Le soleil se levait à peine, elle avait encore du temps devant elle, autant en user à des fins utiles.
Elle se retourna d'un bloc, bien décider à reprendre ses exercices matinaux.
En face d'elle, un sourire jovial au visage, se tenait un enfant. Ismaëlle s'étrangla avec sa dernière gorgée d'eau et fut prise d'une quinte de toux parfaitement ridicule, laissant par la même tomber sa double lame, qui ricochât à grand fracas sur les galets couvrant le sol. Elle venait donc de fournir le parfait exemple de la pire manière de réagir à une embuscade. Car naturellement, il s'agissait là d'un odieux piège tendu par ce jeune garçon. Il avait beau affecter une mine innocente, il avait forcément une bonne raison de se trouver en ce lieu à une heure aussi indue pour la surprendre en plein entraînement. Depuis combien de temps était il là d'ailleurs ? Sans doute se trouvait il déjà sur la plage avant l'arrivée de la fillette, sans quoi elle se serait rendue compte qu'elle était suivie. Non, c'était peu probable, elle l'aurait immanquablement remarqué, au moins en s'installant. Normalement. Sa propre inattention frustrât l'espoir au delà de toute mesure. Elle qui se croyait devenue la prudence même venait de se faire surprendre par un enfant. Fort heureusement, il n'y avait pas le moindre témoin de cet échec à l'horizon. Reprenant promptement contenance, Ismaëlle tacha de détailler plus sérieusement ce spectateur impromptu. Il avait l'air légèrement plus jeune qu'elle, mais elle n'aurait pu en jurer. En premier lieu, elle nota chez lui des cheveux blancs. Elle ne sut dire tout de suite si elle trouvait cela tout à fait ravissant ou si elle était vexée de voir sa propre chevelure de neige relayée à quelque chose de finalement assez commun. Lorsqu'elle vivait encore avec sa mère, la fillette pensait vraiment être rendue unique, ou peu s'en fallait, par la teinte de ses cheveux. Elle tenait ces derniers de son père, mais de lui, elle ne connaissait guère que le nom. Enfin, une fois encore, elle s’ébroua pour se concentrer sur l'imprudent qui avait eu le toupet de la surprendre.
Chez lui étaient surtout remarquables des yeux écarlates, le désignant immanquablement comme un jeune démon. Du reste, l'attention d'Ismaëlle ne trouva rien d'autre sur quoi se fixer particulièrement. Interrompant d'ailleurs l'inspection de la jeune fille, le garçonnet s'exprima d'un ton qui réussissait l'exploit de paraître à la fois enjôleur et guindé :

- « Bonjour, je suis Andras d'Irianeth, fils d'Adonis de Jerianeth, alpha des démons d'Irianeth  et de Kaylann d'Irianeth, et toi, qui es-tu ? »

Là encore, impossible pour Ismaëlle de ne pas tiquer. Cet impudent venait de se présenter à elle dans les règles de l'art, sans même omettre sa généalogie. Ainsi il s'agissait du rejeton d'un Sorcier et d'une Chevalière... Enfin, il s'agissait vraiment d'un gamin : demander de la sorte à une inconnue qui elle était, voilà qui était tout à fait puéril. Enfin, Ismaëlle était bien au dessus de cela naturellement. Optant cependant pour la diplomatie, la jeune fille se plia au jeu des présentations.

- « Bonjour Andras. J'ai nom Ismaëlle d'Argent et... » et elle n'avait pas de parents prestigieux à citer à la suite de son propre nom. Voilà qui n'était pas acceptable, elle se devait s'inventer une haute lignée dans l'instant ! « ...je suis la fille de Natrède, un puissant mage vivant secrètement en marge du monde, et d'une reine d'Enkidiev dont je dois hélas taire le nom. »

L'hésitation de la jeune fille n'avait durée qu'une demie seconde, mais prise au dépourvue, elle n'avait pu s'inventer de parentelle plus convaincante. Ismaëlle connaissait mal les différentes figures d'importance d'Enkidiev, et n'avait donc pu que rester vague. Elle ne voulait pas non plus s'aventurer en terrain trop glissant en citant une personnalité du château qu'Andras risquait fort de connaître. Son mensonge, toute fois invérifiable, ne devait en être que plus crédible. Et il valait toujours nettement mieux que la vérité. Elle ne pouvait après tout décemment pas répondre : « Oh et bien, je suis la fille d'une apothicaire paranoïaque et d'un cinglé qui a tenté de tuer ma mère avant même ma naissance ! ». De Melisende, Ismaëlle s'était en effet forgée une image assez misérable, prompte à éviter à la fillette tout sentiment de manque. Quant à son père, elle ne savait de lui que ce que sa mère lui en avait conté, ce qui aurait difficilement pu revêtir moins de crédit.

- « Enfin, je te parle de mes parents, mais tu ne dois pas les connaître. Passons veux-tu ? Pour ma part, j'aimerais beaucoup savoir la raison de ta présence en ces lieux. »

La voix de la fillette était douce, le ton calme. Il devait en effet y avoir une raison toute à fait rationnelle – et qui ne mettait surtout pas en doute les aptitudes d'Ismaëlle – à la présence de cet enfant ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11582-ismaelle#144214
Andras
Élève
avatar
Nombre de messages : 9
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 3 à 8 ans en G18
Date d'inscription : 06/12/2016

Plus sur le personnage
Âge: 3 à 8 ans en G 18
Rôle: espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Mer 04 Jan 2017, 11:09




En se présentant,  Andras remarqua que la jeune enfant avait légèrement froncé les sourcil et cru voir que sa mâchoire s'était serrée. Il aurait pu en déduire qu'elle était mécontente, mais il eu fallu pour cela qu'il tenta d'interpréter les signes, chose qu'il ne prenait pour ainsi dire jamais la peine de faire. Ainsi écouta-t-il la jeune fille avec un air tout à fait intéressé, un brin candide.

- Bonjour Andras. J'ai nom Ismaëlle d'Argent et...je suis la fille de Natrède, un puissant mage vivant secrètement en marge du monde, et d'une reine d'Enkidiev dont je dois hélas taire le nom.

Ismaëlle, c'était un beau prénom bien qu'il ne se souvint pas de l'avoir déjà vu porté par une fille... Si elle était fille de mage, cela expliquait ses pouvoirs. Le demi démon se fit toute fois la réflexion que quelque fut la puissance de son interlocutrice elle lui restait très probablement inférieur. Pour l'autre moitié de sa parenté, un reine d'Ekidiev disait elle, il failli conseiller à la jeune fille de ne pas trop s'en vanter. D'une part mieux valait qu'on se rappelle le moins possible qu'elle venait de cet autre continent qui ne servait guère qu'à étendre l'empire, et d'autre part, cela aurait pu être prit pour de l'arrogance, hors, la fille, illégitime semblait-il,  d'une petite reine d'Enkidiev n'était rien en ce lieu saint qu'était le château où tout deux vivaient, ici mieux valait qu'elle parte du principe qu'elle n'était personne. Il n'en dit cependant rien de peur de rendre triste sa nouvelle connaissance, après tout, tout le monde ne pouvait pas naitre avec autant de chance que lui même en avait eu .

- Enfin, je te parle de mes parents, mais tu ne dois pas les connaître. Passons veux-tu ? Pour ma part, j'aimerais beaucoup savoir la raison de ta présence en ces lieux. 

Non en effet il ne les connaissais pas, il salua le fait qu'elle ne s'étende pas plus sur le sujet, s'eut été une perte de temps des plus déplorable. A présent il voulait apprendre à connaître ce petit être qui, comme lui et maman avait des cheveux si  blanc.  La raison de sa présence en ce lieu... c'était un bon point de départ pour entamer une conversation, il répondit aussi simplement et spontanément qu'il lui était possible :

-Je m'ennuyait et j'ai entendu un bruit dans le couloir. En allant regardé j'ai vu une silhouette, c'était toi. Je t'ai suivi jusqu'ici et je t'ai regardé t'entrainé, c'était assez intéressant, conclut-il.

Il aurait voulu lui demander pourquoi elle était là, mais de toute évidence c'était pour s'entrainer, il devait donc réfléchir à une autre question. C'était une tache ardue car d'ordinaire ce n'était pas à lui de faire la conversation, il se contentait d 'écouter les grandes personnes ou de faire en sorte de leur plaire c'était un exercice qui lui paraissait de plus en plus aisé et divertissant. Il n'avait jamais pensé qu'un jour lui même devrait faire fasse à un problème aussi insoluble, il ne pouvait dignement laisser la jeune fille mener toute la conversation seule d'autant que lui même était curieux à son propos aussi se concentra-t-il pour trouver une question judicieuse.

-Si tes parents viennent tous deux d'Enkidiev, pour quelle raison résides tu au château ? Tes parents t'ont abandonnés ?

Voilà une question intéressante se dit il c'était la seule explication. Cependant il lui sembla curieux q'un papa et une maman décident de ne pas veiller sur leur enfant. Que sa mère ne puisse l'élever aux yeux de tous lui semblait compréhensible, mais qu'aucun de ses deux parents ne garde un œil sur elle semblait très inhabituel aux yeux du garçon. Si tel était le cas, la fillette méritait sa pitié, et il ne manquerait pas de se montrer bienveillant à son égard, et puis, peut être un jour pourrait elle lui être utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11706-andras
Ismaëlle
Élève
avatar
Nombre de messages : 55
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 4 à 9 ans [G18]
Date d'inscription : 10/09/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 4 et 9 ans en G18
Rôle: Espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Jeu 05 Jan 2017, 13:08

- « Je m'ennuyais et j'ai entendu un bruit dans le couloir. En allant regardé j'ai vu une silhouette, c'était toi. Je t'ai suivi jusqu'ici et je t'ai regardé t’entraîner, c'était assez intéressant »

Ismaëlle mit un certain temps avant de prendre la pleine mesure de la réponse qui venait de lui être faite. L'enfant l'avait entendu dans le couloir, vraisemblablement alors qu'elle quittait l'armurerie pour gagner la plage. Andras l'avait donc suivit depuis qu'elle avait laissé le château derrière elle, sans même qu'elle s'en rende compte. Une boule se forma au creux de son ventre : la fillette se croyait parfaitement attentive à son environnement, persuadée de ne pouvoir se faire surprendre. Pourtant cet enfant venait de souligner qu'Ismaëlle était toujours une proie facile. Elle serra les poings, ferma les yeux, et s'exhorta au calme. Tout cela s'arrangerait, au prix d'un entraînement sérieux et appliqué, tout devait s'arranger. Ce n'était pas grave après tout si un garçonnet s'était amusé à la pister sans se faire voir. S'il y avait eu une vraie menace, Ismaëlle l'aurait présentie, sans aucun doute, n'est ce pas ?
Cet Andras devait avoir le pied incroyablement léger pour que la jeune espoir ne se soit aperçu de rien alors qu'il avait cheminer si longtemps derrière elle. La jeune fille se raccrocha de toutes ses forces à cette explication qui, même si elle n'était peut être pas tout à fait exacte, avait au moins le mérité d'épargner suffisamment sa fierté.

Rassurée quant à ses capacités, ou tout du moins partiellement, elle reporta son attention sur son interlocuteur. Visiblement désireux de poursuivre la conversation entamée, voilà qu'il se mettait lui aussi à questionner Ismaëlle.

- « Si tes parents viennent tous deux d'Enkidiev, pour quelle raison résides tu au château ? Tes parents t'ont abandonnés ? »

Il ne semblait pas avoir détecté la supercherie des origine de la jeune espoir. Un bon point donc. Cependant la question d'Andras poussait la fillette à devoir développer son histoire. S'il était indéniable qu'Ismaëlle mentait déjà avec un certain aplomb, ce qui lui était un quasi réflexe, elle devait encore se perfectionner dans cet art. Enfin, ses parents venaient effectivement tout deux d'Enkidiev songea-t-elle soudain. Cela pouvait-il lui porter préjudice ? Elle espérait que non, mais ne manqua pas de noter l'information dans un coin de sa tête.

- « Et bien, je n'ai jamais connu mon père, je ne sais de lui que ce que ma mère m'en à compté. Je suppose qu'on peu donc dire qu'il m'a donc effectivement abandonnée. »

Curieusement, en y pensant, la fillette ne s'était jamais sentie « abandonnée » par son père. Elle ne l'avait jamais vu, et savait seulement de lui son nom et la couleur de ses cheveux. Il était donc un personnage bien flou dans son jeune esprit, Ismaëlle à son âge étant encore bien incapable de comprendre toutes les histoire que Melisende lui avait raconté au sujet de Yelirann. Ce qu'elle ne connaissait pas ne pouvant lui manquer, elle avait toujours vécu sans trop se préoccuper de son géniteur.

- « Quant à ma mère, c'est moi qui l'ai quittée. Elle m’étouffait, ne me donnant jamais le droit de sortir, ni même de parler avec d'autre qu'elle... Quand j'ai manifesté mes pouvoirs, elle m'a refusé le droit de développer mes dons. Elle a cru pouvoir m'interdire de devenir Chevalière. Tu comprend bien que je n'ai eu d'autre choix que de partir. »

Étayant son mensonge d'une bonne part de vérité, elle s'estima alors beaucoup plus crédible. À la vérité, elle était assez fière de cette partie de son histoire, car cela faisait d'elle une personne forte et indépendante. Oh bien sûr, sans l'appui de Kelen, elle n'aurait sans doute jamais quitté Argent, mais cela n'amoindrissait pas le courage dont elle avait du faire preuve pour s'enfuir de chez elle. Ismaëlle ne se l'avouait pas vraiment, mais la nuit de son départ, elle avait vraiment craint pour sa vie. Pourtant, une fois hors de chez elle, perdue et prise de panique, la première chose à laquelle elle avait songé avait été de retourner chez sa mère. Plus pleutre réaction ne se pouvant concevoir, la fillette éludait consciencieusement cet aspect de son périple.

- « J'ai ainsi retrouvé un bon ami à moi, sans doute pourrais-je le qualifier de protecteur. Il m'a conduite jusqu'ici, pour que j'y commence une nouvelle vie. Je loge depuis dans les quartiers réservés aux enfants magiques. C'est assez spartiate, mais je suis prête à supporter cela encore le temps de mon apprentissage, car je sais que plus rien désormais ne se dresse entre mon rêve et moi. »
conclut-elle finalement.

Alors qu'elle parlait, une lueur s'était allumée dans les yeux à la couleur incertaine de la fillette. Sa motivation, voilà bien un point sur lequel elle n'avait pas besoin d'enjoliver les faits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11582-ismaelle#144214
Andras
Élève
avatar
Nombre de messages : 9
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 3 à 8 ans en G18
Date d'inscription : 06/12/2016

Plus sur le personnage
Âge: 3 à 8 ans en G 18
Rôle: espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Jeu 12 Jan 2017, 16:21




-  Et bien, je n'ai jamais connu mon père, je ne sais de lui que ce que ma mère m'en à compté. Je suppose qu'on peu donc dire qu'il m'a donc effectivement abandonnée. 
La jeune enfant n'avait pas l'air affecté par cette réalité et il en déduisit que l'homme ne devait pas être quelqu'un d'exceptionnel. Il aurait pu penser que le filtre que la mère avait appliqué sur les informations données  orientait l'opinion de la fillette dans un sens mais il n'en fit rien, les grandes personnes étaient raisonnables et n'avaient pas de raison de mentir à leurs enfant à moins que ce ne fut pour les protéger.
-  Quant à ma mère, c'est moi qui l'ai quittée. Elle m’étouffait, ne me donnant jamais le droit de sortir, ni même de parler avec d'autre qu'elle... Quand j'ai manifesté mes pouvoirs, elle m'a refusé le droit de développer mes dons. Elle a cru pouvoir m'interdire de devenir Chevalière. Tu comprend bien que je n'ai eu d'autre choix que de partir. 
Cette description, bien sombre aux yeux du demi-démon paraissait impossible, une mère bienveillante poussait son enfant à franchir ses limites, elle ne le confinait pas comme s'il était de sucre. Il jugea que cette maman n'était guère pourvue de bon sens et qu'Ismaëlle avait bien fait de la quitter. Il ne s'imaginait pas lui quitter maman et papa, et trouvais donc dans son geste un immense courage qu'il ne pensais pas égaler. Un jour peut-être deviendrait il valeureux. Si tel était son destin, peu seraient alors capable de l'égaler, songea-t-il.
- J'ai ainsi retrouvé un bon ami à moi, sans doute pourrais-je le qualifier de protecteur. Il m'a conduite jusqu'ici, pour que j'y commence une nouvelle vie. Je loge depuis dans les quartiers réservés aux enfants magiques. C'est assez spartiate, mais je suis prête à supporter cela encore le temps de mon apprentissage, car je sais que plus rien désormais ne se dresse entre mon rêve et moi. 
Ainsi la tirade se termina-t-elle. Les deux enfants aux cheveux blancs se faisaient face et dans les yeux d'Andras brillait une lueur d'intérêt qui ne s'était jamais allumée pour aucun des comparses de son age qu'il avait rencontré jusqu'alors. La petite espoir d'Irianeth était à ses yeux l'incarnation de la persévérance du courage. Un savant mélange entre toutes ces choses auxquelles il aspirait. Bien entendu, elle avait encore nombre de progrès à faire, elle ne semblait pas exceller au combat et il ne l'avait pas vu utiliser la magie, mais lui même ne maitrisant encore avec brio ni le premier ni la seconde ne pouvait lui reprocher. Il se fit la réflexions qu'ils suivraient leur apprentissage en même temps. Ce serait une expérience intéressante, pensa-t-il, il avait peut-être enfin trouvé quelqu'un à qui il pourrait se mesurer sans partir avec trop d'avance, son patrimoine génétique lui donnant habituellement bien plus de capacité qu'aux enfant ordinaires. Ismaëlle n'était pas ordinaire, décida-t-il, elle serait son alter ego, elle serait celle qu'il dépasserait toujours d'une très courte tête ou qui le dépasserait, bien plus rarement, pour lui rappeler qu'il devait aller plus loin. Oui, il avait enfin trouvé un compagnon avec qui il allait pouvoir s'amuser dignement. Satisfait à cette idée il tandis la main droite à la petite fille.
-Formons une alliance, nous seront les meilleurs, toi et moi, les premiers. Les autres ne pourront jamais nous égaler. Intéressée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11706-andras
Ismaëlle
Élève
avatar
Nombre de messages : 55
Rôle : Espoir d'Irianeth
Âge du personnage : 4 à 9 ans [G18]
Date d'inscription : 10/09/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 4 et 9 ans en G18
Rôle: Espoir d'Irianeth
MessageSujet: Re: Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras] Sam 14 Jan 2017, 15:44

Alors qu'elle parlait, Andras l'avait écouté sans la couper. Il était plaisant pour la fillette d'avoir ainsi un auditoire attentif. D'autant plus plaisant que l'histoire d'Ismaëlle la présentait sous son meilleur jour. Ravie, la jeune espoir oubliait peu à peu d'en vouloir à son jeune condisciple de l'avoir suivit subrepticement.
Face à face, Ismaëlle en vint même à trouver cette compagnie inattendue agréable. Après tout, quand bien même elle ne s'en plaignait jamais, la jeune fille s'ennuyait parfois aussi. Elle n'avait pas l'âge requis pour être élève et n'avait donc pas encore le droit d'assister aux cours. Naturellement, elle pouvait s'occuper pendant ce temps à visiter le palais dont elle n'avait encore certainement pas fait le tour complet, mais l'exercice était lassant à force, et se lancer dans de telles expéditions perdait peu à peu de son intérêt.
La présence d'Andras faisait écho à un autre démon de la fillette : elle avait la solitude en horreur. Depuis son départ d'Argent, ses fréquentations étaient fort peu nombreuses si on omettait ses mentors. Oh bien sûr, lorsqu'elle vivait encore chez sa mère, Melisende était la seule société – ou peu s'en faut – d'Ismaëlle. Maintenant qu'elle vivait au palais, nombre de nouvelles rencontres possibles s'offraient à la jeune espoir, mais elle avait un mal fou à aller vers les autres. Se faire des amis lui étaient un exercice complexe, et pour lequel elle rechignait à s'entraîner. Peut être Andras avait il bien fait de la suivre finalement.
En un instant, et avec l'absence de demie mesure qui la caractérisait, Ismaëlle revit son jugement du garçonnet. Il avait les cheveux blancs, donc forcément fière allure. Il avait su se montrer discret quand il s'était lancé à la suite de la fillette au détour des couloirs du château, elle avait donc à apprendre de lui. Enfin, il était né au sein du palais, et en connaissait par conséquent le fonctionnement bien mieux qu'Ismaëlle. Oui, il serait assurément de bon ton de s'en faire un ami.
Coupant court aux réflexions de la fillette, Andras tendit brusquement sa main droite à son interlocutrice, assortissant son geste de ces mots :

- « Formons une alliance, nous seront les meilleurs, toi et moi, les premiers. Les autres ne pourront jamais nous égaler. Intéressée ? »

Dans un premier temps surprise, Ismaëlle finit par saisir la main offerte. Imitant un geste qu'ils avaient souvent pu observer, les deux enfants échangèrent une poignée de main très théâtrale, l'océan devenant la toile de fond de leur alliance.

- « Être les meilleurs ? Nous ne pouvons rien être de moins. C'est d'accord, laissons l'Empire tout entier être le témoin de notre réussite. »

L'échec était une notion qui n'existait tout simplement pas dans l'esprit d'Ismaëlle. Avoir un compagnon le route lui paraissait une bonne chose, et elle s'en félicita comme si l'idée était de son fait. Quand Andras lui avait tendu la main, la fillette avait perçu une invitation, mais elle sentait bien qu'une sorte de défi sous tendait les propos de son comparse. Et Ismaëlle n'aimait rien mieux que les défis. Il se dégageait d'Andras une assurance tout à fait étonnante pour un enfant de son âge. La fillette s'imaginait donc aisément un condisciple de talent en lui, il ne pouvait en être autrement. Un condisciple de talent auquel se mesurer, quelqu'un qu'il lui faudrait perpétuellement dépasser. Oui c'était une bonne chose.

- « Après tout seuls les meilleurs deviennent Chevalier n'est ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11582-ismaelle#144214

Un compagnon de route pour ma quête [RP Andras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Dix-huitième génération-