___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le retour de la belette (RP Jamère)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Meïlhor
Mercenaire / Assassin
avatar
Nombre de messages : 91
Rôle : Mercenaire
Date d'inscription : 14/03/2016

Plus sur le personnage
Âge: 26 à 31 ans en G 19
Rôle: Mercenaire
MessageSujet: Le retour de la belette (RP Jamère) Sam 10 Déc 2016, 05:44

Cela faisait plusieurs mois désormais que Jamère, Jenna et moi même vivions dans l'ancienne demeure de Jubey. Nos vies étaient des plus paisible. J'attendais notre deuxième enfant, mon ventre s'arrondissait de manière significative et les nausées avaient déserté mes jours depuis plusieurs semaines. Jenna avait depuis peu soufflée sa première bougie et c'était une petite fille adorable malgré ses facétie régulière, mais à dire vrai ses coups d'éclat m'amusaient plus qu'ils ne m'irritaient. Elle était le savant mélange entre son père et moi, j'adorais ma fille d'un amour sincère, ce qui contrairement à Jamère ne m’empêchais pas de la réprimander lorsqu'elle faisait une bêtise plus grosse qu'elle. Il était un père extraordinaire aimant et attentionné, comme tout enfant mériterait d'avoir. Bien sur je ne manquais jamais une occasion de le railler sur son côté fusionnelle avec Jenna, mais le spectacle de les voir ensemble si complice m'attendrissait. Les jeu d'esprits étaient devenus depuis longtemps notre manière de nous exprimer l'un à l'autre, après tout la vie serait triste sans fantaisie. Notre existence était douce, j'officiais  en tant que mercenaire néanmoins, depuis la naissance de ma fille je ne m'éloignais guère plus de notre foyer. Bien qu'il m'était difficile de l'admettre être loin d'elle était toujours une épreuve. Le monde était dangereux et bien plus encore les individus qui le peuplaient. Il était nécessaire de la protéger de l’extérieur tant qu'elle n'était pas en mesure de le faire elle même.

Le terme de ma grossesse approchant et après divers discutions plus ou moins houleuse avec Jamère, nous avions décidé que jusqu'à la naissance de notre second enfant, je resterais au calme et en sécurité dans notre demeure. L'idée ne m'enchantait pas vraiment, mais force m'était de constater que mon état ne me permettait pas la grande discrétion qui m'était essentielle à la bonne réalisation de mes offices.  Je prenais donc malaisément mon mal en patience et tachait de rester relativement inactive. Passer du temps avec mon compagnon et notre fille m'était des plus agréable mais voyager me manquait.

Jenna dormait et je commençais  à m'ennuyer, aussi me mettais-je à la recherche du mercenaire.
Il c'était prit d'affection pour l'immonde petite belette que je lui avais ramené avant la naissance de notre fille. Il l'avait affublé du nom de Memei, une manière supplémentaire de m'agacer et il pavanait avec elle sur l'épaule, il s'amusait alors à me toiser de toutes sa hauteur.
Il était sans doute encore en train de détailler du bois à l'arrière de la battisse avec près de lui son animal de compagnie.
C'était donc confiante que je me dirigeais vers mon compagnon, mais le spectacle qui se tenait devant mes yeux me laissa pour le moins interloquée.
Jamère était un genou en  terre, tenant son acolyte poilu dans les mains, lui déclamant son amour éternelle d'une manière des plus pompeuse. Qu'avait-il encore inventée là... Je ne retenais pas un profond soupir avant de questionner le mercenaire sur son comportement encore plus étrange qu'a l'accoutumée.

«  Jamère puis-je savoir ce que tu fabrique avec cette belette ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11197-meilhor
Jamère
Armée - Soldat
avatar
Nombre de messages : 76
Rôle : Soldat et justicier à ses heures perdues
Date d'inscription : 21/03/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 28 et 33 ans en G19
Rôle: Soldat et justicier à ses heures perdues
MessageSujet: Re: Le retour de la belette (RP Jamère) Dim 11 Déc 2016, 08:00

La paix régnait sans partage en ma demeure. Que demander de plus ? J'avais déjà tout ce qu'un homme peut espérer posséder. C'est dans cet état d'esprit proche de la béatitude que je me trouvais depuis plusieurs jours. Enfin, je dis « trouvais » car il s'était passé plusieurs événements aptes à troubler cette vie idyllique que je chérissais tant. Tout d'abord, je m'étais découvert récemment une sœur cadette. Le fait été plutôt une bonne nouvelle en soit, car plus proche en âge de Jenna que de moi, elle serait pour ma fille une sorte d'aînée bienvenue. En revanche, ce qu'impliquait la naissance même d'Eyreen me dérangeais en cela qu'il s'agissait de la preuve que je ne savais pas tout de mes parents. Je savais bien à mon âge qu'il est des secrets qu'il vaut mieux taire à ses enfants (je me voyais mal parler de son grand père maternelle à Jenna pour ne pas le citer), mais à cause de cela des paroles que j'aurais préféré oublier refaisaient surface dans ma mémoire. Lios ne m'avait il pas dt que je savais rien de mes géniteurs ? Enfin, j'avais beau refuser d'y penser, l'idée ne désertait jamais complètement ma conscience.
Malgré cette petite tâche noir dans le tableau de mon existence, voir Jenna grandir était un bonheur de chaque instant. Cette enfant était immanquablement l'être le plus formidable de toute la création. Talonné sans doute par son cadet à venir qui grandissait paisiblement dans le ventre de Meïlhor. Cette dernière s'était admirablement bien acclimater à sa vie de mère de famille, et je ne manquais jamais une occasion de le lui signaler. Les jours coulaient donc heureux dans notre petite chaumière. Jusqu'au jour où une révélation me frappa : ma Jenna était bâtarde. Cette petite créature si belle et si parfaite était illégitime. L'horreur m'avait saisit lorsque j'avais réalisé cette erreur. Horreur que n'avait absolument pas partagé ma compagne.

- « Je suis aussi née hors mariage, et rassure toi, ce terrible fardeau n'a pas la moindre incidence sur ma vie. »

Avait elle rétorqué à mon air affolé, un sourcil vaguement haussé, comme si je faisais d'un rien une montagne. Mes arguments n'avaient trouvé d'une oreille très distraite chez Meïlhor, et Jenna ne m'avait répondu que par des gazouillements joyeux. Chaque jour pourtant, je voyais le terme de ma compagne s'approcher, et avec lui le spectre que mon deuxième enfant porte lui aussi le fardeau de l'illégitimité. Il me fallait donc agir promptement.
Le projet de demander sa main à Meïlhor s'imposa à moi comme une évidence : je ne la lui avais pas demandé, comment avais je pu commettre une telle erreur ? M'en vouloir à m'en rendre malade n'étant une solution très efficace, je me préparais donc à faire ma demande. Elle serait en retard certes, mais mieux valait tard que jamais.
À chacune des occasions qui se présenta à moi, un sort désastreux s'acharna à mettre à mal mes projets : Meïlhor confectionnait des onguents, Jenna requérait notre attention, j'étais retenu tard le soir sur le chemin du retour pour aider à réparer la joue d'un chariot fracassée dans une ornière... il y avait toujours un contre temps improbable.
Cependant, je ne perdais pas une miette de mon temps. Si je ne pouvais demander bellement la main de la dame de mes pensées, je m'entraînais quotidiennement à le faire. Pour plus de réalisme, ma fidèle Memei tenait le rôle de son illustre homonyme. Le belette ne m'avait pas quitté depuis son rétablissement, et elle restait la plupart du temps perchée sur mon épaule, toisant le reste du monde avec hauteur, portant décidément fort bien son nom. Le rongeur m'était d'ailleurs une compagnie d'autant plus amusante qu'elle arrachait des soupirs lourds de sens (mais vraiment hilarants) à Meïlhor chaque fois que les yeux de cette dernière se posaient sur l'animal.
C'est d'ailleurs lors d'une répétition de ma demande que la Rubienne découvrit mes projets. J'avais mis un genoux en terre, et élevé devant moi la belette, installée au creux de mes mains.

- « Meïlhor, depuis cette nuit la à Diamant, tu ne quitte pas un instant mes pensées. Je ne passe plus une seconde sans évoquer ton visage à ma mémoire, et... ah...comment te dire combien je t'aime ? »

- «  Jamère puis-je savoir ce que tu fabrique avec cette belette ? »

Pris sur le fait. L'air de désapprobation peint sur le visage de la mercenaire m'aurait fait sourire en d'autres circonstances. Enfin, c'était peut être le moment tant attendu, l'occasion était trop belle. Je replaçais le rongeur sur mon épaule et me tournait vers Meïlhor. Jenna n'était pas avec elle, et je devinais sans mal mon enfant endormie sagement dans mon couffin.
La jeune mère pour sa part avait les mains posées sur les hanches et me toisait de toute sa hauteur, se demandant sans doute quelles genre de nouvelles frasques j'avais inventé. Je ne m'étais pas relevé.

- « Meïlhor, puisque Parandar à eu le présence d'esprit de te mettre sur mon chemin, voudrais tu m'accorder ton attention un instant ? »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11213-jamere
Meïlhor
Mercenaire / Assassin
avatar
Nombre de messages : 91
Rôle : Mercenaire
Date d'inscription : 14/03/2016

Plus sur le personnage
Âge: 26 à 31 ans en G 19
Rôle: Mercenaire
MessageSujet: Re: Le retour de la belette (RP Jamère) Mar 13 Déc 2016, 13:33

Jamère c'était tourné vers moi sans pour autant se relever. Sa fidèle acolyte sur l'épaule, il paraissait tergiverser. Je ne put retenir un sourire, pour une fois que je pouvais le toiser de haut.

- « Meïlhor, puisque Parandar à eu la présence d'esprit de te mettre sur mon chemin, voudrais tu m'accorder ton attention un instant ? »  

Si le mercenaire pensait bon de mêler Parandar à tout cela, l'heure était sans doute plus grave que je ne l'avais songer. Quelle nouvelle frasque avait il encore inventé ? Je devais au moins lui accorder  qu'avec lui je  ne connaissais jamais l'ennui, je n'en n'avais tout bonnement pas le temps. Il avait de nouvelles lubies plus souvent que je ne remplissais de contrat et c'était donc bien peu dire...
Je croisais les bras sur ma poitrine pour ainsi montrer mon agacement et force m'étais de constater mon amusement, à Jamère

«- Je suppose que je n'ai pas vraiment le choix... Je t'écoutes... »

A dire vrai, à le voir ainsi agenouillé je me doutais de la teneur du discours à suivre. J'espérais toutefois qu'il me connaissais suffisamment pour s'abstenir de débiter pareille idiotie.


« - Je ne sais pas vraiment comment te soumettre une question qui pourtant habite mon cœur depuis l'instant où j'ai pour la première fois eu le bonheur de croiser ta route. Te la poser est une évidence, mais c'est hélas un exercice où je me sens terriblement gauche. Enfin, je ne puis la retenir plus longtemps : Meïlhor, dame de mes pensées, héroïne de mes jours, reine de mes songes, m'accorderais tu ta main ? »


Mon compagnon venait de me demander en mariage... Il avait donc fait ce que je redoutais.
Depuis plusieurs semaine cette idée saugrenu que notre deuxième enfant ne devait pas naître bâtard lui était apparu. Comme si voir le jour hors union était un crime infâme. Je m'en portais pourtant le mieux du monde et notre fille ne paraissait pas en s'en insurger non plus.  Jamère et le sens du mélodrame...
Je redoutais que sa lubie tienne son origine d'une réelle envie de nous unir et non d'un simple caprice.
A sa demande la première pensée qui s'imposa à moi était un simple non. Néanmoins, je ne pouvais guère lui répondre avec aussi peu de délicatesse. Le petit cœur du mercenaire requerrait davantage de douceur.
Je mettais donc dans ma réponse tout le tact dont j'étais capable, adoptant pour ce faire une voix plus tendre qu'a l'accoutumé.

«  - Jamère ma main est la seule chose que je ne consentirais jamais à t'offrir. Ce serait trahir ce que je suis, ce en quoi je crois. La liberté est la valeur qui guide mes pas. Jamais je ne la bafouerais de la sorte. J'aurai le sentiment insupportable d'appartenir à celui à qui je serais lié de cette manière et jamais je n'accepterais d'être enfermé ainsi. Je suis la mère de tes enfants et en cela je suis comblée, je ne désire rien de plus»


Je décidais de me montrer agréable et peut être plus diplomate que d'ordinaire. Je ne voulais en rien le blesser mais je ne pouvais ni ne voulais accepter sa requête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11197-meilhor
Jamère
Armée - Soldat
avatar
Nombre de messages : 76
Rôle : Soldat et justicier à ses heures perdues
Date d'inscription : 21/03/2016

Plus sur le personnage
Âge: entre 28 et 33 ans en G19
Rôle: Soldat et justicier à ses heures perdues
MessageSujet: Re: Le retour de la belette (RP Jamère) Ven 23 Déc 2016, 16:41

- « Je suppose que je n'ai pas vraiment le choix... Je t'écoutes... »

Elle avait l'air assez exaspérée en disant cela mais je pouvais être malgré tout certain qu'elle écouterait ce que j'avais à lui dire, quand bien même elle ferait mine de ne m'accorder qu'une oreille distraite.
J'inspirais profondément : c'était le moment où jamais de me lancer. Repassant prestement en revue toutes les déclarations possibles auxquelles j'avais songé ces derniers jours, j'abandonnais rapidement l'idée d'une demande trop romancée. Ce n'étaient après tout pas avec de belles paroles creuses que j'avais conquis le cœur de ma farouche Meïlhor... Je décidais donc finalement de faire tout simplement part à ma compagne de mes sentiments pour elle :

- « Je ne sais pas vraiment comment te soumettre une question qui pourtant habite mon cœur depuis l'instant où j'ai pour la première fois eu le bonheur de croiser ta route. Te la poser est une évidence, mais c'est hélas un exercice où je me sens terriblement gauche. Enfin, je ne puis la retenir plus longtemps : Meïlhor, dame de mes pensées, héroïne de mes jours, reine de mes songes, m'accorderais tu ta main ? »

Pour une simple expression de sentiment, et à mon propre étonnement, le résultat était au final assez romancé, mais l'idée principale était là. M'exprimais je donc toujours de façon aussi pompeuse ? Enfin, on ne se referait pas aussi aisément, il faut croire que les habitudes ont la peau dure.

À ma déclaration, suivit un silence méditatif de Meïlhor. Je craignais en effet que l'idée de mariage n'était pas pour la ravir, et son absence de réponse conforta mes doutes. Elle prit également le temps de construire sa réponse.

- « Jamère, ma main est la seule chose que je ne consentirais jamais à t'offrir. Ce serait trahir ce que je suis, ce en quoi je crois. La liberté est la valeur qui guide mes pas. Jamais je ne la bafouerais de la sorte. J'aurai le sentiment insupportable d'appartenir à celui à qui je serais lié de cette manière et jamais je n'accepterais d'être enfermée ainsi. Je suis la mère de tes enfants et en cela je suis comblée, je ne désire rien de plus. »

La réponse était donc non. Enfin, je ne pu que souligner les efforts qu'elle avait fait pour me l'annoncer. Je ne pu pourtant réprimer totalement le pincement de déception en moi.
Je me relevais, mais ne lâchais pas la main de Meï.

- « Je ne peux pas faire mine d'être surpris, tu es prévisible. Je ne peux même pas faire mine d'être vexé par ton refus, cela ne te ressemble que trop. Je me contenterais donc de me réveiller en ta présence tout les matins et de me coucher avec toi tout les soirs. »

Je la prit dans mes bras en disant cela. Je ne pouvait vraiment pas lui en vouloir. C'était tout à fait son genre. Ah, sans doute aurais je été vraiment étonné si elle avait acceptée. Meïlhor était une âme libre, et à mon avis, ni des serments ni aucunes prisons ne pourraient jamais l'entraver, mais il me fallait accepter son choix. Tout mes enfants seraient donc des bâtards...
En proie à une inspiration soudaine, j'éloignais Meï de moi et portais mes mains à mon cou. Là, je décrochais le médaillon qui ne m'avait pas quitté depuis le jour de ma naissance, pour le passer au cou de Meïlhor.

- « Pas de serment donc. Mais tu acceptera peut être un gage de mon amour pour toi ? Prend en soin je t'en pris, tu sais à quel point j'y tiens. »

Une main sur sa joue et l'autre dans ses cheveux, j'embrassais ma compagne. Au fond, mariés ou non, cela ne changeait rien à mon amour pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11213-jamere
Meïlhor
Mercenaire / Assassin
avatar
Nombre de messages : 91
Rôle : Mercenaire
Date d'inscription : 14/03/2016

Plus sur le personnage
Âge: 26 à 31 ans en G 19
Rôle: Mercenaire
MessageSujet: Re: Le retour de la belette (RP Jamère) Jeu 05 Jan 2017, 12:50

Mon refus ne semblait pas blesser mon compagnon, je m'en sentais rassurer. Si cela le gênait il n'en montrait rien. Il se relava sans toutefois me lâcher la main.

- « Je ne peux pas faire mine d'être surpris, tu es prévisible. Je ne peux même pas faire mine d'être vexé par ton refus, cela ne te ressemble que trop. Je me contenterais donc de me réveiller en ta présence tout les matins et de me coucher avec toi tout les soirs. »

Je ne pût retenir un sourire il ne me connaissait que trop bien. Il n'ignorait rien de mes convictions profondes, il ne les comprenait sans doutes pas toutes mais jamais il ne m'aurait forcé à faire quoi que cela soit.
Me réveiller chaque matin au côté de Jamère et m'endormir chaque soir dans ses bras me paraissait une peine bien douce que j'avais accepter depuis bien longtemps. Je l'aimais cet idiot bien plus sans doute que je ne savais le lui signifier. Néanmoins, avec lui les long discours me semblait bien vain. Lorsque mes yeux rencontraient les siens, je n'avais besoin d'aucun mot pour savoir qu'il m'aimait, qu'il aimait nos enfants et qu'il ne nous abandonnerait jamais. Le reste était pour moi bien inutile. Jamère savait également que rien sinon la mort ne pourrait jamais m’empêcher de les retrouver. Ils était ma famille, mon foyer. Jamère respectait mes choix de vie comme je respectait les siens. Sans aucun doutes nous en ferions de même avec nos rejetons. Quelques soit leurs décisions je m'efforcerais toujours de les soutenir.
Mon compagnon me prit dans ses bras avec délicatesse, prenant soin du petit être que je portais.
J' humais son odeur, douce fragrance devenue habituelle.
Une idée sembla s'imposer dans l'esprit de mon amant. Il m'éloigna de lui, puis il détacha  son collier. Je n'ignorait pas ce que le bijou représentait pour lui, il était un gage de l'amour de sa mère. Elle lui avait offert alors que Jamère n'était encore qu'un nourrisson. Une fois n'est pas coutume, lorsqu'il plaça l'objet autours de mon cou je ne fit pas mine de broncher

- « Pas de serment donc. Mais tu acceptera peut être un gage de mon amour pour toi ? Prend en soin je t'en pris, tu sais à quel point j'y tiens. »

Je portait une mais à son présent. Je ne l'avais jamais vu sans ce collier, il ne le retirait sous aucun prétexte. C'était sans nul doute la prunelle de ses yeux, souvenir précieux des ses parents qui lui manquaient si souvent. Et il n'avait pas hésité à m'en faire cadeau.  Jamère...
Il m'embrassa et je lui rendit son baiser et ses caresses. L'une de mes mains vint se perdre dans son dos et l'autre se pas délicatement sur sa joue dans un geste tendre. J'aimais le contact de son corps contre du mien, comme en attestait mon ventre rond (wink, wink).
Le collier d'Ira et tout ce qu'il représentait, dernier lien ténu avec sa mère... Jamais on ne m'avait fait une pareille marque de confiance et d'amour. Je me devais de l'honorer. Bien sur que j'en prendrais soin, je ne lui dirais jamais à quel point son geste me touchait, étant bien trop pudique, même si à l'instant cela me semblait presque ridicule. Je lui chuchotait un c'est promis, me blottissant davantage contre lui. Il ne s'y trompait sans doute pas, c'était une promesse que j'honorerais avec application.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11197-meilhor

Le retour de la belette (RP Jamère)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Dix-huitième génération-