___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Miyäck
Administrateur - Guérisseur
Administrateur - Guérisseur
avatar
Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 19/04/2011

Plus sur le personnage
Âge: 69 - 74 ans [G19]
Rôle: Chevalière d'Émeraude - Guérisseuse
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Jeu 02 Fév 2017, 13:19



Il fallait être bien chanceux pour pouvoir assister dans une vie à deux couronnements d’une même dynastie. Sans que cela ne soit histoire de décès, de meurtre ou de mutinerie pour le pouvoir. Simplement la transmission d’un rôle bien pesant, par des regards remplis de fiertés et d’amour. Ce matin là, la petite *tousse* famille de Chevaliers allaient pouvoir se préparer pour cette grandiose occasion. Mais avant de songer à des quelconques préparations, il fallait bien s’extirper du lit. Ce qu’aurait dû faire Miyäck, si soudainement une paire de bras ne l’avait pas ramené dans la forteresse de couvertures. Lâchant un rire léger, l’Elfe se résigna à accepter son sort, prisonnière des bras de son époux. La chaleur qu’il dégageait avait toujours eu quelque chose de réconfortant, quelque chose qu’elle ne trouvait nulle part ailleurs. Encore dix minutes, ça ne peut pas faire de mal… Ces cinq minutes qui se transformèrent finalement en heure, le sommeil ayant eu raison d’elle.
Quand enfin elle ouvrit de nouveau les yeux, ce fut pour voir une pupille verte l’observer avec douceur. Tiens, voilà des choses peu habituelles, elle qui était toujours la première réveillée. La matinée ne fit qu’enchaîner les surprises. Tout d’abord avec une maison anormalement rangée… Avec les années, les enfants et de nombreux habitants, les deux Chevaliers n’étaient plus très portés sur le rangement ou le ménage, qui se verrait défait dans l’heure suivante. Pourtant, lorsqu’ils sortirent de leur chambrée, tout avait été rangé. Lorsque Miyäck sorti en avant pour s’occuper d’arroser les plantes, à la chaleur matinale, l’eau en coulait encore… Arquant un sourcil, elle se demanda si une bonne fée du logis ne leur avait pas rendu visite dans la nuit. Le coupable ne pouvait avoir qu’un seul nom ; Alyss. Elle avait demandé à ses parents l’autorisation de venir dormir à la ferme, leur assurant que son Maître était parfaitement d’accord avec cela. Comment pouvaient-ils refusés ? Après tout, leur ferme était si vide depuis le départ de tous leurs enfants… Lin, dans son indépendance, n’était pas des plus envahissantes, même si elle apprécier beaucoup jouer aux cartes avec son père, tout en ne se gênant pas d’user de subterfuges pour être certaine de gagner à tous les coups. En parlant de Fée du logis, elle vit apparaitre dans l’encadrement de la porte une petite tête rosée, fredonnant et dansant sur un rythme qu’elle seule connaissait. Le regard attendrit, Miyäck passa son index sur le nez de sa fille, délogeant ainsi une poussière. Il semblerait qu’elle ait accompli un travail de dur labeur. Un regard accordé à Evrard suffit à ce qu’ils aient résolus tous les deux le mystère de la propreté soudaine de l’endroit. Lorsqu’elle eut terminé de se purifier, la jeune demoiselle se dirigea vers le garde-manger, sous l’œil étonné de ses parents. Il était rare de l’y voir se diriger, elle et son appétit d’oiseau.

Si Alyss se fit discrète pour augmenter l’intensité de la surprise, ce fut une réussite totale. L’Elfe ne s’était de loin attendu à la voir réapparaître avec un gâteau… Un gâteau pour eux. Miyäck porta une main sur ses lèvres, étouffant ce qui aurait pu être une exclamation de surprise, qui se fit silencieuse. Pour une surprise, c’en était une ! Un large sourire qui s’étendit sur son visage, elle accorda un regard à Evrard qui semblait dans le même état qu’elle. Tout en observant le gâteau et la fierté dans le regard de sa fille, la tête de l’Elfe avait trouvé appui sur l’épaule de son époux, qui ne tarda pas à la serrer dans ses bras. Elle ne se fit pas plus attendre et tendit ses bras en direction d’Alyss pour une étreinte familiale hautement méritée. Après tant d’épreuves, tant de temps… Elle était si fière d’Alyss, d’eux, de ce qu’ils avaient construit, tous ensemble. Quand enfin le gâteau fut goûté et apprécié, il fut le temps d’aller se préparer pour le bal et le couronnement dans la fin de journée. La petite boite contenant les bagues fut refermée et Miyäck la rangea dans la poche de sa tenue. Elle les admirerait sûrement avec plus de détail lorsqu’ils seraient fin prêts.
Leur fille ne fut pas la seule à avoir songé à une surprise. Lors d’une sortie avec son père, elle avait repéré une robe avec beaucoup d’envie. Alyss ne demandait jamais rien et se contentait de rêver à des belles choses. Ce fut le cas pour cette robe sur laquelle elle s’était arrêtée quelques minutes, tiquant l’esprit de son père. Ce fut un effluve de joie qui retentit lorsqu’elle découvrit ce qui l’attendait sur le lit. Miyäck s’en vit pour l’aider à l’enfiler correctement, elle-même déjà prête, et fut d’autant plus remplie de fierté de voir à quel point cet enfant à l’allure candide pouvait être aussi jolie. L’Elfe ne put s’empêcher de prendre Alyss dans ses bras et de lui embrasser tendrement la joue.

- Messire Evrard est-il prêt ?, ajouta-t-elle, alors que les deux femmes l’attendaient sur le pas de la porte.

Pourtant, il était de mise, sous indication de Lyzann, de venir vêtus de leurs tenues officielles de Chevaliers, celles pour les événements importants comme celui-ci. Rien de si nouveau, comme l’avait pu être le couronnement de Zoelie. Depuis ce jour, d’ailleurs, Miyäck n’avait plus jamais porté de talons. Ces choses là n’étaient définitivement pas pour elle.

- Sais-tu qu’il s’agit du couronnement de la Princesse Kessyane et non du tiens ?, renchérit-elle en s’approchant de la porte entrebaillée, où Evrard se préparait. Allez, viens, tout est parfait Princesse.

Comme quoi, trente-six années, ça change une personne. Qui aurait pu croire, lors de ce temps révolu, qu’un jour Miyäck d’Emeraude ferait de l’humour sournois ? Qui aurait pu croire qu’Evrard mettrait tant de temps pour se préparer ? Bien plus de temps que sa femme ou sa fille. Ils n’étaient plus les mêmes qu’ils étaient autrefois, c’en était certain. Mais ils étaient toujours ensemble, plus fort que jamais, à se soutenir parmi les épreuves de la vie. Ce fut donc le sourire amusée que Miyäck réussi à faire sortir son époux de sa préparation et qu’ils purent partir enfin jusqu’au château.

***

Le château était déjà bondé lorsqu’ils arrivèrent et entièrement décoré aux couleurs de la famille d’Emeraude. Une nouvelle Reine allait être nommée, une nouvelle page de l’histoire. Et surtout quelque chose de plus nouveau pour cette génération. Depuis la reprise de l’Ordre d’Emeraude, les têtes Royales avaient été changeantes, surtout pour la gente masculine. Si bien qu’à la mort de la Reine d’Emeraude, nul autre qu’Elthor, déjà Chevalier, fut nommé à la tête. C’est ainsi que le règne de Lyra avait débuté. Elle s’en était sortie d’une main de maître, aidée par son second époux et père de ses enfants, Hayden. Lyra avait finalement cédé son trône à sa fille, héritière de sa crinière flamboyante. Fille, couronnée il y a exactement trente-six ans de cela. Une date que Miyäck était loin de pouvoir oublier. Puis Zoelie avait effectué son règne seule, bien qu’accompagnée par un jeune homme du Royaume d’Ombres. Ils eurent une magnifique petite fille, qui aujourd’hui grande, allait continuer la lignée des grandes Reines d’Emeraude à la chevelure de feu. Mais Kessyane ne venait pas seule. Kessyane était déjà mariée à un jeune homme, fils de deux Chevaliers et Mage de la Tour de fonction. Et ils allaient succéder au trône, ensemble. Miyäck savait que Kyliam devait être ému, surtout qu’il manquait son épouse à l’appel pour cet événement. Il devait être fier ce voir ce que son fils était parvenu à construire et tout le courage dont il a su  faire preuve en acceptant de devenir Roi. Des grands changements et un avenir qui s’annonçait prometteur pour ces deux jeunes gens. Si Miyäck ne connaissait que peu de choses sur Eliot, de part ses discussions avec Kyliam, il en était de même pour la nouvelle Reine. C’était une grande amie de Serah, mais son statut fit qu’il ne fut pas réellement possible pour Miyäck ou Evrard, de pouvoir faire sa connaissance en personne. Nul doute, faisant confiance au jugement de sa fille, que Kessyane devait être une bonne personne. Et aux dire de Zäck, apparemment le plus proche ami du Roi Eliot, qu’il était lui aussi quelqu’un sur qui l’on pouvait  compter. Ainsi, lorsque le temps vint, Miyäck s’avança avec son époux pour féliciter le nouveau couple Royal.

- Toutes mes félicitations. Les terres d’Émeraude sont entre des mains sûres et dignes.

- Vos majestés. Mes sincères félicitations pour ce jour si particulier. L’Ordre d’Emeraude est ravi de pouvoir s’allier à deux personnes bienveillantes comme vous.

- Sir Evrard, Dame Miyäck ; le plaisir est pour nous que de savoir l'Ordre vous comptant., leur adressa finalement la Reine, leur accordant d’un signe de la tête que leurs vœux avaient été reçus de bonne grâce.

De belles promesses pour un avenir qui semblait radieux. Peut-être qu’enfin le ciel allait pouvoir rester bleu pendant quelques temps ? Loin des guerres, loin des conflits… Un temps qu’ils avaient tous au moins une fois espéré. Le temps était aujourd’hui aux réjouissances, aux festivités. Et voilà bien trop longtemps qu’aucun bal ne fut donné… Alyss en avait trépigné de joie des semaines durant. Elle qui aimait tant danser. C’est d’ailleurs pleinement qu’elle semblait profiter de l’événement, déjà éprise à la danse et ce, même sans cavalier. La Chevalière eut un sourire tendre en la voyant ainsi pouvoir s’exprimer. L’Elfe vit une tête rousse aux teintes vertes fendre la foule et venir la rejoindre. Son sourire ne quitta point ses lèvres, car aujourd’hui était bien plus qu’une célébration pour eux. Cette journée était le symbole de tout ce qu’ils avaient vécus ensemble. Non loin d’eux se trouvaient Serah et Zäck, tous deux accompagnés de leur petite fille. Elle vit également du coin de l’œil Logan, s’essayant à la danse avec une jeune fille. Ce qui surprit la mère qui n’avait pas vu son fils approcher de jeunes filles depuis que son cœur c’était éprit de la Chevalière Enora.
Un baisemain et un regard complice accordé, la Chevalière sourit aux paroles de son époux. Elle réfuta l’idée de la danse d’un mouvement de la tête, affichant un air amusé. Ils auraient l’air de quoi, sur la piste ? Ils avaient tous deux autant de rythme et de coordination qu’une plante verte. Surtout au milieu des talentueux danseurs Royaux et du nouveau couple Royal qui excellait dans l’art de la danse, ayant éblouit l’assemblée lors de l’ouverture du bal.

- Délicate attention que de penser à la sûreté de mes pieds. Sois heureux, je n’ai pas de talons pour venir écraser tes orteils tous les deux pas cette fois-ci, ajouta-t-elle, en riant.

Quelle catastrophe ils avaient été ce jour là. Pour leur première danse à tous les deux, ils s’étaient vite rendu comptes que ce domaine là ne leur était d’aucune prédilection. Alors, résignés, ils s’étaient enfuis de la cérémonie pour profiter de l’instant, de ces nouveaux sentiments déclarés qu’ils exploraient tous deux pour la première fois. Son rire se transforma en sourire, qu’elle ne perdit point puisque son regard s’accrocha au sien, tandis qu’il lui caressait la joue. Lovée dans ses bras, ils n’eurent pas à se soucier de la danse ou de calculer leurs pas, ils se contentèrent de se balancer, au rythme de la musique, l’un dans les bras de l’autre. Son cœur ne battait pas à vivre allure, elle ne se sentait pas excitée par tout ça. Non, elle était en paix. Une plénitude bien plus forte que l’excitation des premières fois. Ils étaient ensemble, malgré tout, et c’était bel et bien la seule chose qui pouvait compter en cet instant.

- Joyeux anniversaire de mariage, melethril nîn.

Un nouveau sourire vint fendre son visage tandis qu’elle avait fermé les yeux, dans l’espace de ses bras.

- Joyeux anniversaire à nous…, fit-elle dans un presque murmure tandis que son étreinte se resserrait autour de lui.

Elle n’avait besoin de parler pour exprimer sa gratitude concernant son effort en langue Elfique. Le simple effort lui faisait déjà grandement plaisir. Cette langue remontait à tellement loin dans ses souvenirs mais elle représentait quelque chose auquel elle tenait beaucoup. Parce que cela faisait parti d’elle et qu’elle avait finit par l’accepter. Et qu’un jour, elle s’était enfin décidée à l’apprendre. Puis finalement, elle se détacha légèrement de lui pour pouvoir le contempler, elle vint passer à son tour sa main sur sa joue. Dessinant machinalement le tracé d’une des nombreuses cicatrices qu’ils arboraient de leur métier, du bout de ses doigts. Des petits détails auxquels elle n’accordait d’importance que depuis quelques années. Depuis qu’elle avait cru tout perdre, ne plus pouvoir l’approcher. Avec toute la patience dont il avait fait preuve, avec tout l’amour qu’il lui avait donné malgré la cruauté des événements… Elle avait décidé de le regarder sous un jour nouveau. D’imprimer dans sa rétine le moindre petit détail. Jamais elle ne pourrait le remercier assez pour tout ce qu’il avait fait pour lui venir en aide. D’être celui qui depuis les premiers jours, avaient toujours été là. Perdue dans ses souvenirs et baignée par cet amour dont elle n’aurait jamais pensé avoir droit, elle sorti, tout droit de ses songes, une réflexion :

-  Tu sais ce que je trouve drôle ?, fit-elle. Et sans même lui laisser le temps de répliquer, elle rajouta : Dans quatre ans, nous fêterons nos noces d’Emeraude.

Dans quatre ans, quatre petites années et ils passeraient au chiffre quarante. Elle n’arrivait  toujours pas à réaliser. Déjà… Ils avaient tous deux tout juste trente ans, lorsqu’ils s’étaient enfin accordé une rencontre, à l’orée de la forêt. Trente ans et remplis de doutes, concernant l’avenir. L’Ordre d’Emeraude était changeant, beaucoup de pertes, beaucoup de morts… Il était rare de faire parti des survivants. Et pourtant, ils étaient là, tous les deux. Ensemble. Unis comme jamais. Elle se souvint soudainement de ce qui se trouvait dans sa poche.

- Même si ce n’est pas un chiffre rond, j’aimerai que l’on marque l’événement. Ce jour est bien plus que n’importe quel autre anniversaire, c’est celui qui marque nos débuts, avec ce nouveau règne...

Fouillant dans cette dernière, elle sorti l’écrin offert par Alyss, avec le gâteau.

- Ce soir, je vœux renouveler mes vœux avec toi.

Elle lui sourit, plus amoureusement que jamais.



Dernière édition par Miyäck le Dim 19 Mar 2017, 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t5503-miyack-liens-rps
Lilianna
Fées
avatar
Nombre de messages : 138
Rôle : Princesse héritière des Fées
Date d'inscription : 28/06/2016

Plus sur le personnage
Âge: 14-19 ans (G19)
Rôle: Princesse héritière des Fées
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Ven 17 Fév 2017, 23:22



Festivités heureuses

Couronnement

Elles étaient arrivées la veille. Lilianna était déjà surexcitée à l’idée d’assister à son premier couronnement. Elle savait qu’un jour, ce serait son tour. Cela l’effrayait un peu pour le moment, mais elle savait que sa mère ne lui laisserait pas le trône si elle n’était pas sûre que Lili’ soit prête. En attendant, elle se demandait comment ça se déroulait en temps réel. La jeune fée maintenant âgée de 10 ans avait hâte de voir le déroulement de la cérémonie. À quoi ressemblerait la nouvelle Reine ? Après tout, Lilianna ne connaissait personne des autres Royautés. Elle ne les avait jamais rencontrés encore. Les seules personnes qu’elle connaissait à l’extérieur de son Royaume étaient Kolth, qu’elle avait rencontré pendant l’un de ses rares voyages dans les autres Royaumes, et Alyss. Elle se demanda s’ils seraient là, tous les deux. C’était fort probable. Après tout, ils étaient des enfants d’Émeraude… Enfin, ils appartenaient à un quelconque ordre d’Émeraude. Elle avait eu vent qu’Alyss avait changé de voie. En effet, lors de son arrivée au château d’Émeraude, la veille, Lilianna s’était empressée de demander où elle se trouvait. Puisqu’elle n’était pas au château, on lui avait donné de ses nouvelles. C’est comme ça qu’elle avait appris qu’elle était devenue disciple de la tour. La jeune fée était contente pour son amie ; après tout, elle n’avait pas l’air heureuse dans son ancien rôle d’écuyer. Elle se réjouit donc à l’idée de revoir ses deux amis.  Ce qui était dommage, c’est qu’elle n’avait pas encore eu ses ailes. Elle ne pourra donc pas les montrer à son amie. Cela la décevait un peu, car elles n’avaient pas souvent la chance de se voir, et le couronnement de la princesse Kessyane aurait été une bonne occasion de le faire. Elle reprit sourire vite cependant, ne pouvant résister à l’ambiance contagieuse des festivités.

Comme à sa mauvaise habitude – du moins selon ses parents – Lilianna s’était réveillée dès les premiers rayons du soleil. Cette manie de se lever à l’aube n’avait pas changé avec l’âge. Pourtant, elle avait appris à ne pas déranger les autres. Elle avait donc attendu que ses accompagnateurs se réveillent. Elle était maintenant pré-adolescente et pourtant, on aurait dit, hormis sa grandeur, qu’elle n’avait pas changé – du moins physiquement parlant. Elle avait toujours un petit visage juvénile, des yeux bleus comme le ciel, qu’elle tenait de sa mère, et des mèches blondes qui lui tombaient en-dessous des épaules. Elle n’avait pas osé aller se promener dans le château de peur de se perdre, mais aussi de se faire réprimander. Elle avait donc regardé le soleil se lever par la fenêtre de la chambre tout en rêvant des prochains événements de la journée.

Ses parents voulaient qu’elle assiste à ce couronnement pour qu’elle puisse avoir un aperçu de ce qu’elle vivrait elle aussi quand elle serait plus vieille. Cela était une bonne occasion de parfaire son éducation royale. En plus d’en savoir d’avantage sur son avenir, elle pourrait nouer des liens avec d’autres royautés, et ainsi renforcer les relations de Fée avec les autres Royaumes d’Enkidiev. Cela permettrait aussi de montrer son soutien au Royaume d’Émeraude et de consolider, encore une fois, les liens qui unissent les deux Royaumes. Bien que Fée n’envoie que très rarement de recrues pour l’ordre des chevaliers et l’ordre de la tour des mages, le Royaume natal de Lilianna les soutenait et comprenait bien les raisons de leur existence.

Toutefois, cet aspect de leur visite au château d’Émeraude n’intéressait pas du tout Lilianna. Celle-ci ne s’intéressait seulement qu’à l’événement lui-même. Elle avait hâte de voir à quoi ressemblerait la Reine et le Roi, hâte de voir leur tenue, hâte de découvrir la salle de couronnement, hâte de voir ses amis, hâte de voir de nouvelles têtes, hâte de danser. En bref, elle avait hâte à tout, sauf à l’aspect politique de la soirée à venir.

Lorsque sa mère se leva, elle lui demanda la permission de sortir. Elle dût lui promettre de revenir à la chambre pour midi, sinon quoi elle ne pourra aller au bal. Bien évidemment, elle le promit et sortie de la chambre à coucher, contente. Elle voulait explorer le château d’Émeraude pendant qu’elle le pouvait. Elle commença par les cuisines. La nourriture n’était pas pareil ici, elle ne pouvait donc pas en manger dû à son métabolisme différent. Elle aurait cependant voulu savoir qu’est-ce que ça pouvait bien goûter. Puis, elle déambula dans les divers couloirs du château. Lilianna y croisa plusieurs personnes. Bon nombre d’entre eux était habillé de vert. Il n’y avait rien de surprenant dans ce phénomène ; après tout, elle se trouvait au château d’Émeraude, la résidence des Chevaliers d’Émeraude et des mages de la Tour.  La plupart des autres personnes qu’elle croisa était des servantes et des ouvriers s’affairant à préparer les derniers préparatifs en vue du couronnement éminent et du bal qui s’ensuivrait.

Elle explora donc le château pendant toute la matinée. Elle ne fit pas de rencontre particulière, mais cela lui permit de mieux connaître l’endroit et d’enfin mettre une image sur ce qu’on lui avait si souvent décrit. Elle n’avait, bien sûr, pas eu le temps d’explorer les moindres recoins. Cependant, elle savait maintenant, par exemple, à quoi ressemblait la bibliothèque d’Émeraude. Elle avait jeté un petit coup d’œil à certains livres, mais cela l’avait vite ennuyé. Lilianna n’était pas très studieuse.  Elle préférait découvrir par elle-même plutôt que par les livres et les cours. La jeune fée avait bien évidemment aussi visité l’aile des chevaliers. Elle y avait croisé plusieurs d’entre eux. Elle ne savait pas si elle avait le droit d’être dans cette aile, c’est pourquoi elle s’était rendue invisible pour faire cette visite. Le plus dure avait été de les éviter afin qu’il n’entre pas en collision avec un objet invisible… et qu’ainsi, la détecte. Bien sûr, Lilianna s’était souvent perdue au cours de sa visite puisqu’elle ne connaissait pas le château d’Émeraude comme le fond de sa poche. C’est d’ailleurs pourquoi elle avait souvent usé de son don magique et sonder le territoire afin de se repérer dans ces dédalles de couloirs. C’est ce qu’elle utilisa pour retrouver son chemin jusqu’à sa chambre lorsque midi sonna.

Sa mère l’attendait. Elle avait déjà préparé sa robe. Elle était étendue sur le lit, toute propre. Elle était bleu poudre. Son tissu était tellement lisse qu’à la lumière du jour, on pouvait apercevoir des reflets mauves à travers le bleu.  Cette robe laissait une partie des épaules dénudée. Il y avait la bretelle qui soutenait la robe, ainsi que des manches décoratives. Lilianna la trouva très belle et voulut déjà l’enfiler, mais sa mère lui refusa. Il fallait d’abord qu’elle se purifie. C’est ce qu’elles firent, ensemble. Cela ne leur prit pas beaucoup de temps. Pour une fois, Lilianna fit ça rapidement. D’habitude, la jeune fée s’amusait dans l’eau, faisant prolonger la durée normale du bain. Cependant, en ces circonstances, elle n’avait plus qu’en tête de mettre cette robe le plus vite possible. Et puis, elle avait grandi. Lilianna n’était plus cette petite fille surexcité par un rien qu’elle était. Elle commençait à être plus posée et à comprendre mieux son devoir et ses obligations, même si elle trouvait ça ennuyeux parfois. Lorsqu’elles sortirent de l’eau chaude, Lilianna laissa sa mère lui sécher et lui démêler les cheveux. Cela ne servait à rien de les tresser puisque la jeune fée avait les cheveux tellement lisses que les tresses se défaisaient par elle-même, au fur et à mesure que les minutes passaient. Quand ce fut fini, Lilianna retient quelques mèches à l’aide d’un ruban qu’elle disposa comme un bandeau sur sa tête. Il lui restait toujours quelques mèches rebelles glissant sur son petit visage, mais cela faisait joli. Elle ne s’en préoccupa donc pas. Elle enfila sa robe et partit en directement de la grande salle du château où se déroulera le couronnement et ensuite, le bal.


Lorsque Lilianna entra dans la salle, elle eut le souffle coupé. Les décorations étaient magnifiques. Il y avait une touche de magie dans l’air, ce qu’elle apprécia grandement. Sa mère lui avait dit qu’elle la rejoindrait d’ici peu, et lui avait expressément demandé de lui réserver un siège. La petite fée repéra deux sièges libres au premier rang et alla donc si installer. Elle était excitée que ça commence. Elle regarda les invités autour d’elle. Elle ne reconnaissait pas grand monde… Elle essaya de jeter un coup d’œil vers l’arrière de la salle, mais les premières rangées derrière elle étaient bondées de grandes personnes qui lui cachaient la vue. Elle ne put donc pas voir si elle reconnaissait certains visages. Sur cette petite recherche ratée, sa mère arriva et s’assît à ses côtés. L’assemblée n’attendait plus que les deux futurs souverains d’Émeraude. Lilianna regarda l’actuelle Reine d’Émeraude qui se tenait sur l’estrade, à l’avant. Des cheveux roux flamboyants, la Reine Zoélie semblait toutefois fragile. Lilianna ne pouvait pas s’expliquer cette impression, et elle n’y fit aucunement attention. D’un coup, l’assemblée pourtant très nombreuse se tût. Les portes de la salle s’ouvrirent pour laisser passer deux personnages. Lilianna, trop petite encore pour dépasser les têtes des adultes, essaya tant bien que mal de les voir. Elle ne les aperçu bien que lorsqu’ils passèrent à son niveau et ce qu’elle vit l’époustoufla. La jeune femme était flamboyante, mais surtout, ravissante. Elle avait les mêmes cheveux que la Reine. Il s’agissait de la future Reine Kessyane. Elle saluait et souriait à l’assemblée, et la petit fée n’hésita pas à lui rendre son sourire. Elle la trouvait très jolie. Durant toute la cérémonie, elle ne la quitta jamais des yeux. Elle se demanda si elle serait aussi jolie qu’elle quand elle serait grande !

Dans tous les cas, Lilianna trouva que la Princesse Kessyane faisait preuve d’un grand courage. Affronté cette foule immense, se retrouver sous les yeux de centaines de personnes, ce ne devait pas être facile. Et prendre la parole, encore moins. Lilianna ne s’en sentait  pas capable aujourd’hui, et de toute façon, elle était encore bien jeune pour vivre ce moment encore. Sa mère était jeune, elle devrait régner pour un moment également.

Le couronnement se déroula sans embûche. Bien que les deux nouveaux souverains d’Émeraude semblaient nerveux, ils passèrent cette épreuve haut la main. Il s’ensuivit alors le discours que devait faire la Reine tout juste couronnée. C’était un moment très attendu. Pour le peuple, cela représentait un engagement sans faille de la part du nouveau souverain, une promesse de paix pour l’avenir. Lilianna se pencha pour écouter attentivement. Pour une fois, elle était concentrée et intéressée par quelque chose. Elle voulait prendre note de ce qu’elle-même pourrait faire, plus tard. Elle fut très surprise de la proposition que fit alors Kessyane, mais aussi à la fois contente. Former le Grand Conseil avec de nouveaux membres issus du peuple afin d’entendre leurs voix ? Pourquoi pas ! C’était une idée très intéressante, mais surtout enrichissante. Et puis, cela pourrait aussi apporter une nouvelle bouffée d’air dans ce cercle fermé qu’était la Royauté…

Après cette nouvelle stupéfiante, mais électrisante, l’orchestre se permit d’enfin ouvrir le Bal, et nous pûmes voir, si l’on était assez attentif encore, les deux souverains fraichement couronnés entamer les premiers pas de danse de cette ouverture. Lilianna tapa dans ses mains, joyeuse. Enfin, les véritables festivités commençaient ! Elle se leva et se tourna vers sa mère :

- Maman ! On danse ? s’exclama la petite fée avec entrain.

Elle l’entraina jusqu’à la piste de danse, qui consistait simplement à une aire ouverte au milieu de la Grande Salle du château. Elle passa les premiers moments de son baptême de Bal à danser ainsi, tournoyant avec sa mère, riant aux éclats lorsque cette dernière la taquinait. Puis, au bout de deux ou trois musiques, elle se départit de sa mère, se mêlant à la foule. Elle voulait explorer l’endroit, découvrir de nouvelles personnes, mais surtout revoir des connaissances à elle. Heureusement, elle reconnut Alyss dans cette foule. Elle dansait avec un cavalier imaginaire, ce qui fit bien rire Lilianna ! Elle s’approcha de son amie et se mit à danser avec elle sans un mot. Elles n’en avaient pas besoin : ce moment était fait pour s’amuser. La jeune fée était contente de revoir son amie rencontrée dans les bois de Fée. Alors qu’elles dansaient, la princesse pas encore ailée aperçut une silhouette familière, qui se tenait sur le bord de la piste. Elle dit au revoir à Alyss pour se diriger vers cette silhouette, intriguée.

- Kolth ? Mon petit chevalier ?

Elle l’interpella, il se retourna. C’est avec une grande joie qu’elle renoua son amitié avec ce petit garçon rencontré par hasard sur les routes d’Enkidiev. Il l’invita à danser – probablement par galanterie ou par chevalerie, Lilianna ne savait faire la différence – et la jeune fée accepta avec plaisir.

Après ces deux rencontres qui remplis sont petit cœur de bonheur, Lilianna dansa avec qui le lui proposait, ou simplement toute seule. Cette soirée ne fût magique pas seulement pour les deux souverains, mais aussi pour cette jeune princesse qui commençait à peine à découvrir le monde et qui remplissait déjà son petit cœur de souvenir heureux.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11597-lilianna-princesse-heritiere-de-fee http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11418-lilianna-des-fees
Kolth
Animateur - Ex-Écuyer
Animateur - Ex-Écuyer
avatar
Nombre de messages : 69
Rôle : Ex-Écuyer d'Émeraude
Date d'inscription : 03/04/2016

Plus sur le personnage
Âge: 19-23 ans (G19)
Rôle: Ex-Écuyer d'Émeraude
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Jeu 23 Fév 2017, 22:25

Ce qu’il pouvait être nerveux! C’était la première fois qu’il assisterait à une cérémonie aussi importante de toute sa vie. Certes, il avait toujours considéré les cérémonies d’attributions comme un évènement majeur en soit, après tout, ils marquaient un passage, une évolution ou tout simplement une façon de tourner la page pour certains. Il en était encore à l’étape évolution, mais ça, ce couronnement c’était un peu le même principe, mais pour la Royauté! Ce n’étais, personnellement pas le genre de chose qui le mettais dans tous ces états, il s’en fichait un peu en fait, mais c’était surtout qu’il devrait s’efforcer de bien paraître, pour une fois, ce qui ne serais pas chose aisé. Être coincé dans une foule n'avait jamais été son fort.

Il avait peut-être mauvaise réputation en général mais il comptait bien démontrer ce soir qu’il n’était pas qu’un mauvais garnement sans la moindre discipline. Et puis, il savait que sa mère détestait ce genre de truc et sincèrement, il avait peur de découvrir pourquoi, à ses dépens. D’un autre côté, il était courageux. Il n’aurait qu’à ce contenté de faire quelques sourires et rester prêt du buffet et se gaver. Ce serait dans la poche! Le seul problème, c’était que plus le temps avançait, plus il ressentait cette chose au creux de son ventre qui se faisait de plus en plus présente. Avec tout ça, il n’avait même pas eu le temps d’aller s’entraîner un peu et il était plutôt intenable lorsqu’il ne se défoulait pas d’une façon ou d’une autre.

Zäck lui avait un peut forcer la main pour être prêt à temps. Ce n’étais pas comme si se préparer avait vraiment été difficile en soit, c’était plutôt qu’il hésitait un peu à se dégonflé ou pas. Il avisait le costume qu’il pouvait porter pour l’occasion, mais se désista à le mettre, choisissant plutôt de porter une tunique d’Écuyer, bien normale ainsi que ses pantalons habituels. Déjà, le voir porté une tunique plus de quelques minutes serait un évènement en soi. Il avait choisi celle-ci tout simplement y aller avec l’option confort et celle qui l’énerverait le moins tout au long de la soirée. Il attacha ses cheveux derrière sa tête, alors que quelques mèches encore trop courtes fuyaient la prise de l’attache en cuir pour lui tomber devant les yeux. Replaçant aussitôt cette partie de sa crinière rebelle derrière ses oreilles, il fit quelques pas vers une cache sous son lit où il mettait parfois quelques trucs qu’il ne désirait pas que son maître et encore moins sa fille trouve.

Il fallait vraiment le savoir pour remarquer, sous le matelas, un léger repli qui trahissait le fait que cet endroit avait été entaillé avec un couteau. S’assurant qu’il n’y avait personne dans les parages, le Berserk glissa ses doigts dans la cachette et en retira une fiole pour l’observer un moment avant de la glissé dans l’une de ses poche. C’était un cadeau de cette Chevalier qui bien qu’étant considéré comme un poison, avait l’effet de le calmer. Il y avait goûté à la fin de leur rencontre, volontairement… Il avait aussi compris qu’en boire une en entier n’étais vraiment pas nécessaire et qu’une ou deux gorgée suffisait pour lui engourdir les sens. C’était pourquoi il l’a pris. Il n’avait pas envie d’être désagréable avec tous ces gens qu’il y aurait, ce n’étais pas non plus le moment de tout simplement pété les plombs puisqu’il n’était pas trop à l’aise lorsqu’il était parmi une foule, tout coincé.

Quoi qu’il en soit, il sursauta légèrement alors que les pas de Zäck se firent entendre tout prêt. Aussi vif que l’éclair, tout comme silencieusement, il se jeta sur son lit dans une position décontracte, croisant ses bras sous sa tête, étendu sur le dos à fixé le plafond comme si de rien était. Il jeta un bref coup d’œil à son maître qui venait d’entré, lui demandant alors s’il était prêt. Sur ces mots, Kolth se redressa comme tout bon petit soldat et s’engagea alors à la suite du Chevalier qui semblait envahis d’une certaine frénésie lui-même, ce qui n’avait rien pour apaiser le jeune Berserk qui était plutôt sensibles aux émotions de son entourage.

Il fit la route jusqu’à la Tour en silence pour sa part. Lorsqu’ils arrivèrent en bas des escaliers, Kolth n’y tenait plus et choisi de monter celles-ci quatre par quatre sous les remontrances de Zäck qui lui demandait de ralentir –Car il craignait qu’il heurte quelqu’un, surtout- Évidemment, le jeune Écuyer n’en pris compte qu’une fois terminer sa petite course, arrivant devant la porte des appartements de sa mère. Ses fines oreilles pouvaient lui permettre de savoir qu’elle se trouvait là. Il eut un bref sourire et toqua deux bons coup à la porte avant de l’ouvrir presque aussitôt et s’y engouffrer sans attendre. Il était toujours heureux de la voir. Son regard tomba bien entendu sur sa mère qui était… Splendide voilà. Sincèrement, s’il ne gardait pas à l’esprit qu’elle était sa mère adoptive, il aurait sans doute attardé un peu plus son regard sur elle. Malaise! Il laissa échappé un rire nerveux lorsqu’elle lui demanda s’il était prêt à faire danser les princesses. Il ne savait pas si c'étais l'idée d'aller ce foutre dans une foule, la nervosité palpable de sa mère, l’idée de danser avec des filles ou bien tous ses facteurs qui soudainement le prirent d’assaut. Il ne se rendit pas vraiment compte de la vague d’apaisement que sa mère lui avait envoyé, mais elle fit sans doute tout de même son chemin.

-Euh… Ouais...

Il risqua un oeil en sa direction et se fit violence pour ne pas laisser couler son regard sur elle. Il savait bien que c’était le truc qui n’étais sans doute pas correct! Il secoua la tête et avisa Zäck qui observait cell-çi. C'étais à parié qu'il la reluquais. Il toussota un peu pour ne pas laissé échappé un grognement qui lui sortait de je-ne-sais-où.

-Je crois que Lilianna y sera. Tu sais, la gam… Princesse de Fée d’ont je t’avais parlé! J’imagine que je devrais l’invité… Dans tous les cas malgré sa petitesse, je crois qu’elle me massacrerais si je ne le faisait pas…

Sur ce, il eut un bref rire, moins nerveux. Bon, évidemment qu’elle n’était pas à la  hauteur, mais elle avait sue, lors de leur seule et unique rencontre ne pas laisser sa place. C’était tout de même ironique en soit, si petite et autant de caractère! Remarque, elle était moins intense que Juliette. Ce n’était pas pour lui déplaire, il la trouvait amusante et avait apprécié son petit côté innocent. Pour elle, il  était déjà un preux Chevalier. Il devait avouer que cela lui faisait un petit velours agréable.

Ainsi donc, lorsque tout le monde fut fin prêt ce qui heureusement ne prit pas de temps puisque sa mère l'étais déjà, le petit groupe quitta les appartements pour aller au Château, arrivant quelque temps avant la cérémonie, il se sépara aussitôt de Léah et de Zäck pour avisé le buffet, curieux. Une servante lui jeta pourtant un regard noir, signe que ce n’étais pas le moment de piger sur la tablé. Faisant la moue, il choisit qu’il était alors plus prudent de s’éloigné de quelques pas. Dans un coin de la salle – ou presque-, Kolth choisi que c’était le bon moment de débouchonné sa fiole et d’en prendre une ou deux gorgée question de se calmer un peu les hormones et aussi son totem qui avait vite commencer à faire des siennes en apercevant la nourriture, sans compté cette salle trop bondé qui le rendait mal à l’aise.

Prenant donc finalement deux gorgée de ce produit illicite auquel il devait vraiment connaître la recette, car il se refusait d’en manquer – Après tout, depuis qu’il en prenait un peu, on avait noté une amélioration de son caractère… C’était vite devenu un cercle vicieux.- Il devrait peut-être se faire à l’idée que cette Chevalier d’Irianeth avait plus de solutions à lui apporter que des problèmes. Il devait aussi voir à comment trouver cette Vayrinn. La contacté? Comment, comme ça, tout simplement? Il ne savait pas trop en fait. Une chose était sûre, il ne ferait pas long feu avec une si petite quantité restante. Au moins, il l'avait garder pour ce genre d’événement. Il était intelligent, quand il le voulait bien.

Il cligna à quelques reprises des yeux en réalisant que le poison lui faisait bien entendu effet, il sentie un peu son corps s’incliner vers l’arrière et il sursauta pour reprendre son équilibre en espérant que cela n’avait pas trop paru. Il ne put s’empêcher d’afficher un sourire béat pour lui-même. Un serveur passa à ses côtés en lui tendant un plateau. Oui, boire lui ferait un grand bien. Sans regarder le contenu de la coupe, Kolth la calla d’une traite, puis la remis à un autre serveur qui passait par là, faisant un échange de sa coupe vide pour une coupe pleine qu’il garda cette fois dans sa main afin d’en prendre quelques gorgée durant la cérémonie qu’il fallait avouer, ne l’intéressait pas vraiment. Il l’écouta alors d’une oreille distraite, se contenta d’applaudir lorsque tout le monde le fit.

Il eut ensuite une annonce qui sembla en choqué plus d’un, surtout la Noblesse se trouvant en ces lieux, ainsi que quelques membres de la Royauté qu’il avait su reconnaître grâce à son enseignement. Il esquissa pour sa part un sourire un peu carnassier, totalement amusé de voir ces petites gens qui se croyaient si important réalisé que la ‘’petite population’’ aurait droit à rejoindre leurs grand conseils. Il avait même envie de le rejoindre lui-même, juste pour les faire chier! Il quitta donc sa position et se dirigea un peu plus vers la salle, cherchant sa mère pour connaître son avis, mais entre-temps le tout fut terminé et il se retrouva presque malgré lui au beau milieu de la piste de danse! Évidemment, agile comme il était, il recula en vitesse pour faire partie des autres convives qui observaient le tout.

Lorsqu’il vit que personne n’avait remarqué sa petite bévue involontaire, il choisit de tout simplement tourner les talons en callant sa seconde coupe, se surprenant à se demander si Lily serait présente et se surprenant encore plus à ce demandé si c’était une bonne idée qu’elle le soit… Il fallait l’avouer, Kolth avait littéralement des bouffée de chaleurs en sa présence et il n’était pas trop sûre si cela avait réellement un lien avec son sang Démoniaque ou non. Dans tous les cas, il n’avait jamais été du genre timide avec les filles, mais son amie l’intimidait tout de même un peu, puisqu’il sentait parfois qu’il perdait un peu ses moyens en sa présence. Surtout depuis une ou deux années où elle semblait même s’en amusée!

Il n’eut cependant pas la chance de s’éloigné de beaucoup, avisant bien entendu le buffet lorsqu’une voix, derrière lui, l’interpella. Il eut aussitôt un sourire au coin des lèvres en reconnaissant cette caresse cristalline à ses oreilles celle-ci pivotant sur son crane vers l’arrière. Il afficha son plus beau sourire, puis se tourna en direction de la Princesse de Fée. Évidemment, l’image qu’elle projetait était selon lui, digne… D’une princesse venant d’un Royaume aussi hallucinant – C’était le cas de le dire- Que le Royaume de Fée! Sans attendre, Kolth se débarrassa de sa coupe. Il la termina bien entendu en une rasade, puis la déposa tout bonnement dans la main d’un voisin pris au hasard qui se demandait ce qu’il foutait. Sa avait l’air d’être un Noble effarouché, au moins, ce n’étais pas un Roi! Haha. Sous les rire de la princesse, il lui fit sa plus belle révérence, toujours un large sourire aux lèvres. Il prit la main de Lilianna et y déposa gentiment un baiser pour la relâcher tout aussi délicatement.

-Princesse Lilianna de Fée?…

Dit-il tout en se redressant. Son air changea soudainement en une expression un peu plus naturelle chez lui, soit, pétillante de malice. Elle lui pardonnerait s’il ne la vouvoyait pas, malgré le fait qu’ils se revoyaient dans un Bal de Couronnement. Après tout, il tenait encore mordicus aux petites piques gentilles qu’il lui avait fait à leur première rencontre. Lui ayant dit qu’elle n’était pas une vrai princesse, ce qui avait bien vite outrée la jeune fille. En fait, il croyait sincèrement qu’elle n’était pas une vrai princesse jusqu’à ce qu’elle lui ferme le clapet en le lui prouvant. Kolth avait trouvé cette situation amusante et la jeune fille attachante.

-Je crois que je te dois une danse et que ce soir est une bonne occasion pour racheter ma dette? Bon. J’avoue que je veux être le premier chanceux à danser avec la princesse de Fée, pas envie que tu es les pieds en compote tout à l’heure. Il faut aussi trouver une raison justifiant le fait que ce monsieur juste à côté tiens ma coupe... Alors?

Ouais, il ne fallait jamais faire de paris, même contre une gamine de cinq ans de moins que lui. Surtout si elle disait être une princesse de surcroit! Kolth avait de toute façon appris que si une fille disait être une princesse, valait mieux ne pas la contredire. Toutes les filles étaient des princesses et devaient être traité comme tel. C’était aussi un peu une leçon de vie de sa mère. Alors il faisait de son mieux, mais il avait quand même encore besoin de quelques ajustements.

C’est donc après l’accord de Lilianna, que Kolth accueilli gentiment sa main contre son avant-bras et l’escorta jusqu’à la piste de danse où ils commencèrent quelques pas. Ce n’étais pas la première fois qu’il dansait, alors il n’était pas nerveux à cause de ça, c’était un peu tout le reste. Pourtant, baissant son regard vers son amie, il pouvait voir ses yeux qui pétillaient de bonheur, ce qui le fit sourire. Au moins, il y en avait ici pour qui cette soirée était vraiment importante.

-Alors, un jour ce sera ton Tour, la couronne. Tu vois ça comment?

Lui avait-il demandé, gentiment. Évidemment, son amie ne se fit pas prier pour lui expliquer ses impressions sur la chose tout en dansant avec lui. En fait, ils dansèrent un bon moment. Six, peut-être sept chanson jusqu’à ce que quelqu’un vienne lui voler la jeune fille. Kolth lui promis qu’il restait dans le coin, notamment si quelqu’un l’embêtait. Il lui fit une révérence avant de s’éclipser, non sans lui murmuré qu’il était sérieux – Pour taper sur la personne qui oserait l’embêter-, ce qui amusa la jeune princesse.

Quittant finalement la piste de danse, Kolth s’empressa de se diriger vers le buffet. Il avait une de ces peurs bleues que… AH!!! Non!! Il s’approcha de celui-ci, désemparé. Quelqu’un avait pris le bout de cuisse qui lui faisait de l’œil, avant la cérémonie! Il aurait dû écouter son cœur et le prendre malgré les regards désapprobateurs qu’on lui avait lancés. Sous les regards outrés de quelques personnes autour auquel il répondit avec un sourire chaleureux, signe qu’il se fichait de leur avis, l’Écuyer ce contenta de prendre littéralement le plateau de ce qui restait d’un porc, y déposa quelques ajouts, pris de son autre main une demi bouteille et marcha d’un pas nonchalant jusqu’au balcon pour s’installé sur un petit banc. Bon, voilà qui lui semblait des portions tout à fait acceptables pour son appétit. Au diables les petites bouchées sur une petite serviette.




[Juste me le faire savoir si vous interagissez avec Kolth <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11261-kolth-juste-kolth#bottom
Chase
Animateur - Noble
Animateur - Noble
avatar
Nombre de messages : 41
Rôle : Noble d'Enkidiev de la lignée Harrison, branche des arts et revente (Rol'ay)
Date d'inscription : 02/05/2016

Plus sur le personnage
Âge: 23-28 ans [G18]
Rôle: Noble héritier de la branche Rol'ay de la lignée Harrison
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Sam 04 Mar 2017, 12:34


« Dyana, dépêches-toi nous allons être en retard, » m’exclamais-je haut et fort tandis qu’une servante finissait de m’habiller.
« Cesses donc de me presser veux-tu ! » me répliqua-t-elle derrière le paravent nous séparant. « La reine ne va pas s’envoler. »

Je grinçais des dents. Dyana était parfaite comme fiancée. Douce, belle, blonde, grande, et incroyablement crédule. Mais elle était aussi une parfaite petite enfant gâtée – quoi de plus normale dans une famille de riches nobles – ce qui faisait qu’elle aimait prendre son temps car elle se croyait au dessus de tout le monde.
Je savais que je ne devais pas la contrarier ou contrarier sa famille avant le mariage. Mais c’était tout de même rageant.

« Je partirai sans toi si tu n’es pas prête, » menaçais-je alors tout en prenant la porte.

Je l’entendis commencer à s’énerver à propos de mon attitude, mais j’avais déjà le pied dehors, bien décidé à mettre de la distance entre elle et moi avant que je ne dise des choses encore plus déplaisantes.
J’allais à la place rendre visite à ma cousine. Les Elhys étaient spécialement venu de Rubis pour s’installer quelque temps dans le manoir Rol’ay pour l’évènement du couronnement de la Reine d’Emeraude. En bon noble étaient-ils, ils savaient qu’ils devaient se montrer à tous les évènements royaux importants. Les Na’aril n’étaient pas présents dans le manoir, mais certainement étaient-ils dans une de leur maison close – tellement plus confortable, d’après les dires d’Oan.

« Gwen, je peux entrer ? » fis-je à sa porte.
« Il fut un temps, tu serais rentrer sans demander, » fit-elle en m’ouvrant la porte.
« Simplement pour t’énerver, » répliquais-je avec un sourire narquois.

Nous passâmes le reste du temps des préparatifs à cracher sur nos fiancés respectifs. Gwen se plainant que Kewan était trop rustre, et moi me plaignant que Dyana était trop gâtée.

Nous étions donc tous là, à assister au couronnement de Kessyane et d’Eliot. Moi tenant Dyana par le bras, Gwendolyn se tenant aux bras de Kewan, et Oan ne prenant même pas la peine d’avoir l’air d’être en couple avec sa fiancée Gemma.
Me penchant vers Oan, je ne pus m’empêcher de le taquiner.

« Ne te rappelles-t-elle pas la maîtresse de ton père ? »
« Gardes ta langue venimeuse pour tes rivaux cher cousin, » répliqua-t-il sèchement.
« On est de mauvaise humeur Oan ? Laora aurait-elle encore fait des caprices ? »
« Maida, plutôt. Rien que de voir ses cheveux rouges vifs me donne la nausée. »
« Pauvre de toi, » fis-je avec un faux air compatissant. « N’oublis pas de sourire à notre jolie reine rousse ! »
« Gardes tes conseils, Chase. »
« Tant d’animosité, c’est inconvenant. »

Je me retins de rire, et au vu de l’expression de ma très chère cousine, elle était dans le même état que moi tandis qu’Oan rageait dans son coin. Le pauvre, il n’avait pas demandé à ce que son père officialise son aventure avec Laora, encore moins qu’il engendre avec elle la petite Maida. La plus à plaindre doit certainement être sa femme, Misha, bien qu’elle a toujours cet air froid et calculateur sur le visage.
Le couronnement se poursuivit par un discours de la Reine. Nous fûmes tous quelque peu surpris par la réforme qu’elle voulait faire du Conseil de la Royauté, mais je devais dire que c’était une surprise particulièrement agréable. Nous aurons donc, nous les nobles, une place dans ce nouveau conseil ? Comme c’était intéressant. J’avais toujours pensé que nous devrions avoir une place puisque nous représentions tout de même le royaume, et voilà que la jeune Kessyane répondait à mes attentes. Petite tête rousse pas si idiote, finalement.

« Longue vie au Roi et à la Reine !! » fîmes tous ensemble au moment propice, tout en claquant dans nos mains.

Oan manquait cruellement de conviction, mais ce n’était pas grave. Gwen et moi savions l’importance que tout ceci avait, alors nous devions montrer l’exemple. Après tout, la famille Harrison était loin d’être inconnue au bataillon – et pas forcément en bien – alors il fallait bien que l’on montre notre engouement.
Le bal s’annonça alors. Le roi et la reine l’ouvrir d’une valse. Ils étaient mignons comme tout, bien que l’on pourrait se poser des questions quant à la place du roi dans cet affaire. Il était clair que c’était Kessyane qui portait la couronne, le jeune blond n’était, en quelque sorte, qu’une pièce rapportée, un jouet, une figure pour montrer qu’il y avait un roi bien qu’il ne prenne pas les décisions.
Dans tous les cas, ils étaient mignons. C’était déjà ça.
Lorsque nous pûmes danser nous aussi, j’invitais donc ma fiancée à aller sur la piste de danse. Elle qui me faisait la tête depuis que je lui avais posé un vent tout à l’heure alors qu’elle parlait toute seule, sembla plus que ravie de voir que je m’intéressais encore à elle. Au fond de moi, j’eus envie de me moquer d’elle. Mais il ne fallait pas. Au contraire, je devais me réjouir de la manière si facile dont j’arrivais à la manipuler avec aisance.

Nous dansâmes, nous bûmes, et nous discutions avec des personnes de haut rang. Certains se montrèrent courtois et bien élevés, d’autres nous attaquèrent « courtoisement » au sujet des activités possiblement illégales que nous faisions. Nous avions l’habitude de ce genre d’attaque, ce n’était pas la première fois. Des réponses évasives, des petits airs d’ange – certes ils devaient toujours avoir le doute, mais au moins nous ne nous tombions pas dans leur piège.
Et puis, lorsque j’aperçus la nouvelle royauté avec un peu moins de monde leur tournant autour, je me dirigeais vers eux, Dyana à mon bras, pour leur présenter mes respects.

« Vos majestés, » fis-je accompagné d’une révérence.

Je fus quelque peu surpris que Dyana fasse elle aussi une révérence sans rien dire de désagréable. Certainement comprenait-elle l’importance de cette rencontre, et c’était très agréable. Peut-être aura-t-elle une récompense se soir pour son comportement. J’y réfléchirai.

« Chase Rol’ay, de la famille Harrison, et voici Dyana Ilvèrone ma fiancée, pour vous servir.

Il était certains qu’ils devaient connaître la famille Harrison de nom, pour leurs actions que ce soit dans l’art, la revente, la prostitution, le marchée d’esclave et les fêtes royales que l’on pouvait donner. Bien évidemment, nous ne faisons officiellement plus d’esclavagisme. Officieusement par contre...

« En cette nouvelle ère, il serait de coutume de pouvoir avoir des portraits de vous. Ma famille connait un très bon peintre qui saurait parfaitement rendre hommage à votre prestance ! N’hésitez pas à nous contacter ! »

Je me fis courtois et serviable. Mes parents seraient plus que ravis si j’arrivais à passer contrat avec la Reine et le Roi d’Emeraude pour un portrait – non seulement la paye devrait être grande, mais en plus cela serait plus que propice pour notre image et notre réputation (bien qu’elle soit déjà impressionnante).

« Sur-ce, je ne vais pas vous monopoliser plus longtemps. Que votre règne soit grand ! »

Et sur ces mots, je pris congé de la royauté d’Emeraude pour rejoindre mon cousin et ma cousine qui discutaient encore avec des dignitaires étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11595-chase-rol-ay-pour-vous-servir http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11596-chase
Florian
Mages
avatar
Nombre de messages : 94
Rôle : Magicien de la Tour
Date d'inscription : 23/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: 22-27 ans
Rôle: Mage
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mer 22 Mar 2017, 23:04

Florian la vois, et soudain, il n’a d’yeux que pour elle. D’un pas assuré, il s’avance vers Melittis. Une part de lui-même lui avait dit qu’il n’irait pas à cet évènement, que ça ne l’intéressait pas et qu’il n’en voyait pas l’intérêt. Ce n’était pas totalement faux… À quoi cela servait-il de se présenter au couronnement des nouveaux dirigeants du royaume d’Émeraude? Qu’on fasse acte de présence ou non, cela n’y changerait pas grand chose, non? Cependant, d’un autre côté, il avait l’impression qu’il ferait n’importe quoi pour elle.

Elle avait eu l’air déçue lorsqu’il lui avait dit qu’il avait autre chose à faire. Mais elle n’avait tout de même pas renoncé à se rendre à l'événement. Si tel aurait été le cas, il n’aurait eu qu'à la repérer magiquement. Il s’arrêta, gardant une certaine distance entre eux. Se demandait-elle ce qu’il avait de mieux à faire? Ou pouvait-elle se demander où il était? Peut-être même qu’elle lui en voulait. Pour si peu?

La cérémonie du couronnement commença et sembla prendre une éternité et pendant un instant il se demanda pourquoi il n’était pas simplement venu lorsqu’elle aurait été faite. Le magicien regarda les nouveaux monarques alors qu’ils prononçait leur engagement envers le royaume avant que la nouvelle reine ne prononce son discours. Une fois le discours terminé, les nouveaux dirigeants ouvrirent le bal avec une danse, mettant un terme à l’impatience du demi elfe.

Il pouvait enfin l’inviter à danser. Acceptera-elle? Eh bien, il n’y avait pas une centaine de façons de le savoir. Il avança dans sa direction, espérant qu’elle n'aurait pas dans l’idée de déserter les lieux, lorsqu’il la vit se déplacer. Ne sachant où elle comptait aller, il allait accélérer le pas lorsqu’elle fut interceptée par quelqu’un. Cependant, cette personne semblait davantage l’ennuyer et il décida d’intervenir.

“Désolé, mais elle n’est pas disponible.”

Heureusement, il sembla comprendre le message et laissa tomber. Ou alors était-ce son regard qui faisait peur? Pourtant il ne lui semblait pas s’être montré autant insistant. Florian c’était alors retourné vers Mel et lui tendit la main.

“Accepterait-tu cette danse?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9406-florian
Naugusta
Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 36
Rôle : Dieu de la lave et des volcans
Date d'inscription : 01/03/2015

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Lun 03 Avr 2017, 13:39

Leur petite fête semblait très bien se dérouler, les gens oubliait les tracas du quotidien pour laisser part a l'amusement, en même temps, au vue de leur situation, ils en avaient bien besoin, le spectre de la mort rôdait en permanence sur leurs tête en prenant divers forme, la famine, la guerre, la soif et la maladie. Je leur souhaitais la victoire, car ma fille adoré était parmi eux, mais je ne pouvais tout de même pas intervenir dans leur conflit avec Irianeth, déjà, Melittis était pour moi, une manière légal d'intervenir dans ce beau merdier, il faudrait en contre-partie que les humains se montre fort, car il y a du sang divin des deux côté. Mon fils Liamaël était déjà mort, si jeune, il n'avait même pas connu la joie des bras d'une femme, ni les cauchemars de la guerre, il avait rejoints les grande plaine de lumière au vue de tout ce qu'il avait encore a apprendre, l'immortalité aurait été pour lui plus un fardeau qu'autre chose, le repos éternel est un sort beaucoup plus juste pour un enfant de son age, l'immortalité serait surement pour Melittis, le jours de sa mort, mais elle avait encore son temps a faire, en attendant, je m'occupe de mes affaires moi-même, en même temps, il faut dire que sa me donnes quelques excuse non valable pour sortir, car je pouvais faire le tout moi-même, dans mon domaine et je le savais trop bien. En même temps, c'est pas de ma faute si j'aime sortir et la beauté du paysage n'était pas la seul raison...

Je regardais les invitées, à la recherche d'une cavalière pour le bal, je ne contais pas rester ainsi a les regarder s'amuser, car je voulais aussi me mêler aux autres comme "quelqu'un de normal". La princesse des fée était maintenant là, je me souvenais d'elle comme si c'était hier, mais elle, allait-elle se rappeler de moi? je lui relencea le même salut qu'autre fois de manière télépathique: « Tu as le salut de tout les volcans d'Enkidiev» (a Lili). Puis l'ordre, de braves hommes et femme dévoué a la protection des innocents, quel qu'il soit. Mon regard se déplaça vers Miyäck, cette jeune femme avait des problème plus gros qu'Irianeth sur les bras et je le savais que trop bien, mais je ne pouvais pas directement tuer cet immortel et menacer ce dieu, car les lois divine m'en empêcherais, par contre, si je me tenais avec elle pour le bal, non seulement, selon ce que je crois, je lui ferais peur, mais les deux autres divinité ne viendrais pas l'embêter pendant la fête. Je me dirrigea vers elle, avec mes habits qui se démarquait de loin de ceux des autres et lui prit délicatement la main pour lui faire un baise-main sans trop de timidité en lui disant très franchement:

-Je ne vois vôtres cavalier nulle-parts, en attendant, pourriez vous m'accorder une danse?

Oui, j'y allais aussi franchement, il n'y avait pas de raison pour y aller autrement, c'était courtois et claire, sans trop de timidité dans mon ton de voix. Je la regardais franchement dans les yeux toujours en sondant les alentours, par curiosité sur ce qui m'entourais. ma fille était devant Florian, qui a mes yeux était un salle avorton, il avait déjà brisé le cœur d'une fille et tournait maintenant autour de ma fille. Je lui dis par télépathie, en lui transmettant une énergie assez écrasante, le tout cacher et lui dit a Florian: «Fait attention a ce que tu fais, il en va de ta vie, si elle ne t'intéresse pas, fait ton chemin avorton»

Il en allait effectivement de sa vie, pas qu'elle avait besoin de moi pour apprendre le respect a un avorton comme lui, mais si elle avait besoin d'idée sur une procédure, je pourrais grandement l'aider et ce, sans lui faire le moindre mal physique, pas que m'attaquer aux humains est une habitude, mais quand ce genre de con tourne autour de ma famille, je peu changer mon fusil d'épaule, mais pour une danse... je ne ferais pas grand chose pour l'en empêcher, ce n'était rien de très grave rendu là, Je retourna a mon occupation, la jeune chevalière de l'ordre que je n'avait pas trop quitté du regard. je n'étais ABSOLUMENT pas doué pour la danse, mais voyons ce que ça va donner avec quelqu'un d'autre, dans les faits, avec le tourbillon de lave qui me sert habituellement de jambe, danser serait quelque chose de très... spécial on va dire. J'attendais sa réponse, on va dire que j'ai fait la demande sans trop être connu de la personne face à moi, certe, j'avais été courtoie, mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose-Anna
Administrateur - Noble
Administrateur - Noble
avatar
Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 12/01/2015

Plus sur le personnage
Âge: 13ans -18ans
Rôle: Noble
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Ven 07 Avr 2017, 22:44


~1259 mois 9 ~ Gen 18

C'était la toute première fois que j'assistais à un tel événement. Mes yeux ne savaient où regarder. Tant de chose s'offrait à moi. Je devais rester concentrer pour ne pas prendre trop de distance derrière mon père. Comme Connor était le frère de l'ancienne reine, notre famille se devait de payer ses hommages aux nouvelles royautés dont nous étions liés par le sang. Le rang social de mes parents les privait de tout honneur royal, mais ma cousine Kessyane m'avait expliqué un jour que par la nature de notre lien familial, j'étais contrairement à mes parents en droit de mentionner la noblesse de mes origines. Or, à l'époque, ces mots n'avaient pas fait naître plus d'émoi que cela. Mon seul désir était plutôt de mentionner la nature démoniaque de mes origines. Toutefois, rendu dans ses décors riches et ces cérémonies de politesse, mon cœur s'emballait. Voilà donc le monde auquel il m'était possible d'appartenir. La pauvre maison que nous occupions me semblait bien triste soudainement et surtout vide. Les couloirs regorgeaient de gens en habits élégants et somptueux. Je me sentais toute petite dans ma simple robe crémeuse. Quelques pierres que j'avais brodé moi-même décoraient le bas de mes jupes, mais voilà tout. Mon corset était d'une platitude et mon cou, vierge de bijoux. Seule une broche dorée offerte par Oncle Evan retenait mes cheveux derrière ma tête. Nous fessions bien simple dans ce monde de richesse.

La salle des fêtes me laissa sans mot. Toute cette abondance rassemblée dans un unique endroit servait à impressionner selon mon père. Mission accomplis, j'étais en émoi. La main de mon père me tira vers lui pour éviter que je me perde dans cette foule venu saluer les nouvelles têtes couronnées. Plus que jamais, je voulais faire de ce monde le mien alors que je me rangeais aux côtés de mon père. Il avait fière allure dans ses beaux habits. Sa taille forçait tout le monde à lever la tête pour s'adresser à lui. Il dégageait une prestance certaine. La prestance d'un Alpha. Inconsciemment, je redressai les épaules pour faire meilleur mine à ses côtés. Alors que nous faisions la file pour saluer ma cousine et son mari, mon père passa ses bras autour de mes épaules pour me presser contre lui. C'était ce genre de démonstration que j'affectionnais le plus. C'était comme s'il voulait montrer aux autres que je lui appartenais. Je glissai ma main autour de sa taille pour me coller encore plus contre lui. il sentait bon, il expirait la puissance et la domination. Connor était le démon parfait pour veiller sur la meute, même s'il avait préféré laisser son oncle succéder à son père. Il n'en restait pas moins que mon père dégageait aux dires des autres démons la même prestance que grand-père Hayden. Je ne l’avais jamais connu, mais son histoire n’était plus à faire.

Mon père se défit de notre étreinte alors que nous nous approchions de plus en plus de la Reine et du Roi pour prendre la main de ma mère. C’était plus convenable de guider sa femme. Je replaçai les pans de mes jupes autour de moi et relevai la tête prête à saluer avec politesse nos nouveaux souverains politiques. Bien que la meute ne répondait pas à ce système politique de monarchie, il n’en restait pas moins que nous vivions sur leur territoire. Lorsque ce fut à notre tour d’avancer devant les monarques, je laissai mes parents prendre les devants et me contenta d’une longue révérence, tête penchée, le temps de leur échanges de respect. Je me relevai pour sourire à ma cousine et offrir une salutation d’un signe de tête à son époux avant de suivre mes parents de nouveau dans la foule de plus en plus dense. Voilà, les cérémonies étaient finies. Mes parents iraient joindre d’autres chevaliers et je devrai me contenter d’attendre avec eux qu’ils se tannent. Il n’y avait en cette foule aucuns amis à qui me joindre de toute façon. Ma sœur Lily s’était dite malade et je n’entretenais de liens qu’avec très peu d’humains. Ceux-ci se résumaient aux autres adolescents qui fréquentait la maison des chevaliers Miyäck et Evrard chez qui mes parents avaient vécu lorsqu’écuyers. On me bouscula dans une excuse rapide et un groupe profita de mon ralentissement pour passer entre mes parents et moi. La distance qui nous séparait désormais m’insista à la tenir. Du haut de mes treize ans, je n’avais plus rien d’une enfant. Mes traits avaient la maturité des démones. Mon corps tendait vers celui d’une femme. Mes yeux rouges attirait toujours autant les regards, mais bien plus par reconnaissance que par curiosité. Le monde des adultes était bien différent de celui des enfants.

Mes pas trainaient, mes yeux examinaient. Mes parents n’étaient plus en vue et j’en étais heureuse. Les voir main dans la main ne m’enchantait pas plus que cela. Une compagnie plus gay me ferait surement du bien. Je n’avais pas vraiment d’occasion de sortir. Je découvrais avec délice ce monde frivole et joyeux qu’était les bals. Plus loin des couples dansaient dans une harmonie parfaite. Chaque couple semblait être coordonné comme des loups à la chasse. Ils parvenaient à se promener à l’intérieur d’un cercle sans jamais rentrer en collision avec d’autres danseurs. Je n’avais jamais dansé, mais d’observer ces gens me donnaient envie d’apprendre. Peut-être que Roxanne saurait m’apprendre. Elle était mariée à un noble après tout. Je restai ainsi à observer les couples avec les autres spectateurs un moment avant de reprendre mon chemin. Je me glissa entre les groupes et les couples. Je n'avais pas encore une très bonne taille malgré mon sang démoniaque. Ainsi, me retrouvais-je obligé de monter sur la pointe de mes pieds à quelques reprises pour me repérer dans cette immense salle.


Rose-Anne et Kolth se sont retrouvé ici


Dernière édition par Rose-Anna le Jeu 04 Mai 2017, 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11847-rose-anna#146868
Celeste
Fées
avatar
Nombre de messages : 68
Rôle : Reine de Fée
Date d'inscription : 16/04/2014

Plus sur le personnage
Âge: 39-44 ans [G19]
Rôle: Reine de Fée
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mar 18 Avr 2017, 10:07


Ce jour-là était le jour du couronnement de la Reine Kessyane à Émeraude, et Celeste allait y assister. C'était bien la première fois que la Reine de Fées assistait à un couronnement depuis de nombreuses années, voire même la première fois tout court en fait… Depuis bientôt 15 ans qu'elle était Reine, Celeste avait bien voyagé, mais elle ne se souvenait pas avoir participé à aucun couronnement… C'est pourquoi, dès qu'elle avait reçu l'invitation, la jeune femme s'était empressée de répondre qu'elle acceptait, puis avait informé son peuple que les décisions importantes seraient prises par la Reine Ketcha le temps de son absence. De plus, ce qui avait aussi poussé la Reine a accepter d'assister au couronnement, c'était que cela permettrait à sa fille de voir à quoi s'attendre. Après tout, Lilianna était l'héritière, et ce serait à son tour un jour ! Alors peut être que lui faire assister à un couronnement, même aussi tôt dans sa vie, lui ferait se rendre compte de l'organisation de la chose...

Donc, accompagné de Lilianna, Celeste était arrivée à Émeraude la veille de la date prévue du couronnement et avait dormi au château. Bien entendu, le jour dit, lorsqu'elle se réveilla, elle constata que, comme d'habitude, sa fille était déjà levée. Pourtant, contrairement à ce qu'elle faisait habituellement, elle préféra ne pas la réprimander. C'était le premier couronnement auquel elle assistait, alors il était normal qu'elle soit excitée. C'est pourquoi la Reine accepta que sa fille explore le château, à condition que cette dernière revienne à temps pour la cérémonie. Pendant ce temps, Celeste prépara sa tenue et celle de Lilianna. Elle choisit pour elles deux une robe bleue poudre assorties. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais la jeune femme voulait que l'on remarque que Lilianna était sa fille, même si ça semblait évident au vu de leur ressemblance.
Enfin bref… Après avoir choisi les robes pour la cérémonie, ce qui lui avait pris une bonne partie de la matinée, ayant eu de la difficulté à choisir, Celeste attendit tranquillement sa fille, qui ne tarda pas. Ensuite, elles allèrent se purifier ensembles, se préparèrent, puis se dirigèrent vers la salle de bal, Lilianna la première.

Lorsqu'elle y arriva, la Reine des Fées ne put s'empêcher de penser à son propre couronnement, et de comparer. Elle ne se rappelait pas qu'il y ait eu tant de fastes au château de Fée ce jour-là, n'y autant de mondes d'ailleurs… Et c'est pourquoi elle ne put s'empêcher d'être émerveillée par tout ça… Émerveillement qui ne fit que se confirmer lorsque, peu de temps après, la Princesse Kessyane se présenta dans la salle. Elle était magnifique, et si Celeste n'était pas une Reine bien élevée et aimant sa famille, elle aurait pu lui sauter dessus à cet instant précis ! Mais la n'est pas le sujet… La jeune Reine des Fées assista à la cérémonie distraitement, trop occupée à admirer les décorations de la salle, ainsi que la robe de la nouvelle Reine (ainsi que la nouvelle Reine elle-même, on va pas se mentir 8D). A un tel point que ce fut Lilianna qui la tira de ses pensées, en lui proposant une danse. Reprenant contenance, la jeune femme accepta immédiatement.

"Mais bien sûr jeune Princesse, je vous accorderais cette danse avec plaisir !"

Celeste suivit donc sa fille jusqu'à la piste de danse avec un grand sourire, puis dansa avec elle pendant de longues minutes. Elle s'amusa tellement avec elle, la taquinant et la faisant tournoyer dans les airs, qu'elle en oublia presque où elle se trouvait… Jusqu'à ce que Lilianna semble apercevoir quelqu'un qu'elle connaissait et l'abandonne pour aller la rejoindre. Celeste quitta donc la piste et, en bonne mère poule qu'elle était, ne put s'empêcher de garder un œil sur sa petite princesse.

[Si vous voulez interagir avec Celeste, libre à vous ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9879-celeste-des-fees-maj-24-03-16
Kessyane
Administrateur - Emeraude
Administrateur - Emeraude
avatar
Nombre de messages : 247
Date d'inscription : 04/09/2013

Plus sur le personnage
Âge: 29 - 34 ans [G18]
Rôle: Reine d'Emeraude - Mage de la Tour
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mar 25 Avr 2017, 18:41




La première danse était toujours la meilleure, celle où la fierté d’être le centre de l’attention de tous, de la musique et de ses musiciens… Kessyane aimait toujours autant cette première danse, d’autant plus qu’elle pouvait maintenant la partager avec Eliot autant de fois qu’elle le voulait. Après tout, les bals d’Emeraude organisés par la Princesse –désormais Reine– étaient loin de pâlir de leur réputation, Kessyane avait le sens de la fête et elle voulait emplir les murs du château d’une joie de vivre au son mélodieux de la musique. Lorsque la première danse fut terminée, elle adressa une révérence à son époux avant qu’ils ne reprennent le chemin du trône, afin de recevoir les diverses félicitations. Le bal, en attendant, pouvait bien battre de son plein.

Tandis qu’elle marchait jusqu’au dit trône, ses sourcils se froncèrent à l’entente d’un message télépathique. Ce n’était pas une coutume rare, mais qui désirait la féliciter par télépathie en ce jour ? De ce qu’elle comprit, elle venait de prêter serment devant un Dieu. Il lui fallu quelques longues minutes avant de comprendre qu’il s’agissait de la divinité qu’elle avait un jour croisé au gré de tout, devant les murs du château… Et qu’il lui avait demandé de prendre soin de sa fille. Melitis faisait aujourd’hui parti du groupe des Archimages et était devenue une belle et –très– grande jeune fille, elle ne se faisait pas de soucis pour ça. Elle répondit donc, telle une prière, un simple Merci, se dirigeant jusqu’au trône le sourire aux lèvres, sous le regard étonné d’Eliot. Ils en discuteraient plus tard. Ils avaient bien trop de choses à discuter plus tard…

La première personne qui vint se présenter ne fut nulle autre que Saya, la sœur d’Eliot. Tandis qu’elle leur faisait une révérence, Kessyane la salua d’un grand sourire et d’un geste de la tête. Une musique ? Quelle merveilleuse idée. Ils avaient déjà bien trop de choses matérielles, après tout… Tandis qu’une musique permettait de célébrer l’instant, de le savourer.  

- Merci pour tout ça, Saya. C’est un merveilleux cadeau, tu ne trouves pas ? ajouta-t-elle en observant Eliot à ses côtés. Il faudra aller voir les musiciens tout à l’heure, pour que l’on puisse libérer un instant pour ça. Saya, passe le bonjour à ton mari et tes enfants de notre part.

Lorsque sa belle sœur parti, elle pu constater que les Chevaliers d’Emeraude s’étaient pas mal tous rassemblés les uns derrière les autres dans la ligne. La vision était presque amusante à constater.

- Sir Sergei, ravie de vous compter sur Emeraude. Nous vous remercions pour ces quelques mots.

Une nouvelle révérence avant qu’il ne parte et que le nouveau couple royal ne voient apparaître les parents de Serah apparaître.

- Sir Evrard, Dame Miyäck ; le plaisir est pour nous que de savoir l'Ordre vous comptant.,  leur adressa-t-elle finalement,  accordant d’un signe de la tête que leurs vœux avaient été reçus de bonne grâce.

D’autres Chevaliers passèrent à leur tour, tous emplis de bonnes intentions et de politesse. Ils virent même l’oncle de la Reine, le Chevalier Connor. Il était accompagné de son épouse, une autre Chevalière et d’une de leur fille, que la jeune femme affectionnait beaucoup. Elle devenait d’ailleurs une très belle jeune femme. Puis lorsqu’ils partirent, Kessyane reconnu une tête qu’ils avaient bien connus pour avoir été une membre de la Tour des Mages : la Reine Enola d’Esprit.

- Merci pour cette délicate attention, Reine Enola. Sachez qu’Emeraude sera également toujours là pour soutenir Esprit, gardons cette nouvelle ère comme un gage  grandissant de notre alliance. Nous irons loin, ensemble.

L’un des gardes à leur côté attrapa le cadeau donné pour le poser sur la table en arrière. Ils allaient certainement passer la journée du lendemain à ouvrir tous les présents et à envoyer des lettres de remerciements. Certains cadeaux étaient après tout gage d’une grande publicité si le produit venait à plaire aux souverains. Enfin, ils auraient toute la journée de demain pour commencer à réfléchir aux nouveaux contrats qu’ils pourraient obtenir pour le commerce du Royaume.
Puis ce fut autour d’un couple bien apprêtés, très certainement membres de la noblesse. Le couple  Royal répondit à leur tour par une révérence accompagnée d’un sourire, tandis que l’homme les présenter. La famille Harrison, tiens… La jeune femme en avait déjà entendu parlé de nombreuses fois. Ils étaient des membres actifs dans beaucoup de domaines et couvraient bien plus d’une chose sur plusieurs Royaumes.

- Vous nous voyez ravis de faire la connaissance d’un membre de la famille Harrison. Je comptais justement prendre contacte avec votre affaire afin d’organiser un prochain événement relativement important, ici, sur Emeraude. Quant à la peinture, c’est une proposition forte intéressante. Nous y repenserons.

Kessyane s’amusa à essayer d’imaginer ce dont était en train de penser Eliot. Avoir un portrait de lui en peinture devait sonner vraiment étrange à ses oreilles et elle ne pouvait que le comprendre. Quant à l’événement… Elle se mordit la lèvre en se disant qu’il était peut-être trop tôt pour y songer, mais elle voulait espérer le mieux pour l’avenir et ce nouvel être qu’elle accueillait en son sein. La Reine ne sut pas si Eliot se demandait de quoi elle parlait, mais encore une fois, la discussion serait remise à plus tard…

Alors que la file commençait à s’amoindrir, Kessyane vit le monarque de Jade, accompagné de son frère si elle se souvenait bien, s’approcher d’eux à son tour.

- Roi Kenshin, Emeraude vous remercie d’avoir fait le déplacement afin d’assister à la cérémonie. J’ose espérer que votre séjour ici se déroule au mieux.

Tandis qu’elle lui adressait un sourire, il le vit s’adresser à Eliot, lui offrant un présent. Il présenta une spécialité Jadoise des plus raffinées, à ses dires. La nouvelle Reine ne sut dire ce dont il s’agissait réellement puisqu’elle n’avait jamais eu l’occasion d’en goûter un jour. Elle se fierait donc à son époux pour savoir de quoi avait l’air cette étrange mixture. Quand vint le tour de son présent, Kessyane tendis les bras en direction du paquet joliment présenté. Le paquet était si léger qu’elle eut du mal à s’imaginer qu’il s’agissait d’une tunique complète en son sein.

- Ce Kimono de vos terres est un bien beau présent, que j’accepte. Je vous laisse le plaisir d’offrir ce bijou à votre épouse, il s’accordera à sa chevelure de feu. J’ose pouvoir espérer venir vous rendre visite un jour et m’essayer à vos coutumes dont on ne fait que des louanges ici.

La Reine se retourna vers le serviteur et lui tendit le fameux paquet, afin qu’il le dépose avec les autres. Lorsqu’elle revint face au Roi de Jade, elle cru qu’il ferait comme tous les autres : une simple révérence avant de ne partir… Mais ce ne fut pas le cas. Il fit signe à ses accompagnants de partir un peu plus loin, restant seul face à eux. Il lui demanda un peu de son temps pour une audience privée… Kessyane lança un regard à son époux qui lui assura qu’il pouvait bien recevoir les félicitations seul quelques instants. En réponse, elle lui adressa un sourire, amusée dans l’idée qu’il doive se comporter en Roi, même sans elle. Après tout, il allait bien devoir s’y faire. Autant l’encourager dans son initiative.

- Cela est possible, mon cher Roi. Il est important que nous puissions nous entretenir quand il le faut après tout. Où voulez-vous que nous allions discuter pour une audience privée ? Je vous suis.

C’est ainsi que dans un dernier regard adressé à son époux, Kessyane suivit le Roi de Jade, un peu plus loin. Lorsqu'elle vit que le garde Lazzare allait lui emboîter le pas pour la suivre, elle leva une main pour lui signifier que sa présence ne serait pas requise tandis que son regard désignait son mari, toujours debout à côté du trône, pour qu'il reste à ses côtés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11618-kessyane-reine-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t8092-kessyane-red-hair-cannot-be-so-wise-gestion
#Evrard
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 917
Date d'inscription : 18/10/2009

Plus sur le personnage
Âge: 74 - 79 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Lun 01 Mai 2017, 21:48


De la sentir contre lui, d’avoir au nez l’odeur de son parfum et surtout de pouvoir contempler ses yeux bicolores… Il était le plus heureux des hommes. Leurs vies étaient bien remplies. Ils avaient bâtis leur nid, leur ferme, leur maison, mais surtout leur famille. Une famille qui n’avait jamais connu de limite. Ils ne s’étaient jamais rien refusé. Leur maison avait connu maints prolongements pour accueillir enfants, écuyers et écuyers de leurs anciens écuyers. Elle avait toujours été bien remplis d’amour et d’amitié. Ils n’avaient jamais refusé la visite d’un enfant, d’un frère ou d’un inconnu. Ils avaient survécu aux pires coups de la vie… À la perte, à la maladie et aux malheurs. Evrard n’avait jamais hésité une seconde. Il avait affronté tout sachant que de l’autre côté de la porte, quelque part entre la cuisine et son jardin, la plus belle des elfes, des femmes et des êtres vivants l’attendait, prête à déposer sur ses lèvres un baisé, banale preuve de leur amour. Bien plus que ces démonstrations physiques, le couple savait se démontrer leur amour sous toutes les formes. Un geste, un mot, un regard, une attention.

« Joyeux anniversaire de mariage, melethril nîn.» (Mon amour)

Avait-il dit de son plus beau elfique. Les mots n’avaient pas sonnés aussi mélodieux que lorsque c’était les lèvres roses et douces de sa belle qui les prononçaient. Evrard était toutefois fier de lui. Ce n’était pas grand-chose pour certain, mais pour Miyäck, il savait que cela importait. Il n’était pas un étudiant en langue des plus doués, mais pour sa femme, il avait mis des efforts en cette langue qui lui tenait tant. Elle lui répondit dans un murmure en resserrant leur étreinte. Les deux chevaliers se balançaient à rythme complètement hors tempo de la musique qui jouait dans la salle. Mais ils n’en avaient cure. Ils étaient perdus dans leur petit monde à eux. Lorsque sa femme se décolla de lui, ce fut pour caresser sa joue. Il ferma son œil pour savourer la douceur et la tendresse de son geste. Il ne le rouvrir que pour contempler sa belle alors qu’elle lui faisait remarquer qu’ils fêteraient leur quarantième anniversaire de mariage. Le temps passait si vite… Autant d’années, de bonheur et d’enfants. Et ils étaient toujours aussi amoureux l’un de l’autre.

Il se souvenait encore de ce précédant couronnement à Émeraude. Cette soirée était pour eux en effet bien plus particulier que le jour même de leur noce. Ils signifiaient encore plus. C’est alors que l’elfe sortit d’il ne savait où un écrin en lui annonçant qu’elle souhaitait renouveler leur vœux. Il resta un instant ébranlé par ses mots. Décidemment, c’était lui qui avait marié la meilleure de femme. Il combla l’espace qu’elle avait laissé pour lui prendre la joue et la taille. Il déposa ses lèvres sur les siennes et lui offrit un baisé des plus passionnés. Plus que tout, il aimait Miyäck d’un amour inconditionnel. Il n’en avait aucun autre comme le leur. Il ne pouvait qu’en souhaiter un semblable à ses enfants. Mais la meilleure âme-sœur, c’était papa qui l’avait au bout des lèvres. Il était ému qu’elle ait exprimé ce désir de renouveau. Il se sentait aussi un peu idiot de n’être le prince charmant qui ait eu l’idée avant elle, mais il avait toujours été comme cela. Miyäck l’aimait ainsi. Il quitta ses lèvres pour lui dire :  


« Je les renouvelle tous les matins où je me réveille avec toi, mon trésor. Ça me permet de supporter ceux où tu es déjà debout. Mais rien ne me ferait plus plaisir ce soir de les dire à voix haute pour que tu les entendes. »

Il vint effleurer le bout de son nez avec le sien en fermant son œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume d'Émeraude :: Cité d'Émeraude :: Le château :: La salle des fêtes-