___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kessyane
Administrateur - Emeraude
Administrateur - Emeraude
avatar
Nombre de messages : 247
Date d'inscription : 04/09/2013

Plus sur le personnage
Âge: 29 - 34 ans [G18]
Rôle: Reine d'Emeraude - Mage de la Tour
MessageSujet: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Dim 04 Déc 2016, 21:14


Aujourd'hui, je suis reine. Autrefois j'étais libre.” – Victor Hugo



***
La préparation.
***


Un grand événement, n’est-ce pas ? Quelque chose que l’on ne vit qu’une seule fois dans toute son existence. Quelque chose auquel on la préparait, inlassablement, depuis sa naissance. Ne cesser d’apprendre, de découvrir, de s’intéresser à la moindre chose qui soit. Et voilà qu’en ce jour, tout se concrétisait. Un rêve lointain, inaccessible, qui venait soudainement frapper à sa porte. Cela faisait déjà un an que la nouvelle avait été annoncée. Que sa mère avait prit la décision qu’il était temps pour elle de se retirer. De lui laisser place. Elle la sentait faiblir… Lentement, mais sûrement. Combien de temps encore allait-elle pouvoir combattre les maux tout en assurance les arrières d’un Royaume ? Là avait été toute la source de son questionnement, donnant lieu à sa décision finale.

Kessyane était devant un miroir, tentant de se débattre au mieux avec sa chevelure devenant soudainement rebelle. Après plusieurs tentatives, elle du se résigner. Elle était bien trop stressée pour arriver à faire quoi que ce soit. Et si elle se mettait soudainement à bafouiller ? Ou si elle oubliait une des choses importantes qu’elle voulait adresser au peuple d’Emeraude et d’Enkidiev ? Voyant que les choses n’avançaient que peu, Alizée, en sa qualité de marraine, lui vint en aide. Elle recoiffa soigneusement la chevelure rebelle de la jeune femme, aussi rouge que celle de sa mère, aussi flamboyante que celle de sa grand-mère. C’était agréable, les mouvements répétés de la brosse descendant le long de ses cheveux. Elle eut ainsi l’occasion de pouvoir discuter avec Alizée, de ce moment important. De tout ce qu’il s’était passé ces derniers mois. Sa mère ne devrait pas tarder non plus à les rejoindre. Elle avait réussit à organiser tout un événement, qui se su de part et d’autres d’Enkidiev. Un événement qu’elle savait d’avance réussit. Arriverait-elle à être à la hauteur ? Tandis qu’elle avait fermé les yeux, elle senti le doux parfum si caractéristique de sa mère flottait non loin d’elle. Un sourire s’afficha sur son visage tandis qu’elle venait lui embrasser la joue bruyamment.

- Je t’aime, ma petite puce. Je serai toujours avec toi. Ne l’oublie pas, d’accord ?
- Promis.

Et elle savait qu’à quel part, qu’importe où il était dans les grandes plaines de lumière, son père serait aussi avec elle ce soir. Alors que sa mère dû repartir aussi tôt, pour terminer les derniers préparatifs, la future Reine s’était engagée dans une grande discussion avec sa marraine.

- N-Non ?! C’est une moquerie… C’est ça ?
- Je crains que non., ajouta la Cardinale avec un sourire compatissant, Tout est clair.
- M-Mais enfin… Pas maintenant… Aussi tôt…
- C’est un peu effrayant, mais c’est la plus belle chose au monde. Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. La seule chose que tu dois faire envers-toi-même, c’est de te féliciter !

Au même moment, quelqu’un frappa sur la porte. N’eurent-elles le temps de réagir que déjà elle s’ouvrait, laissant passer un Eliot bien paré et peigné, accompagné de son père. Kessyane jeta un regard inquiet à Alizée, qui lui fit un signe négatif de la tête. Ce n’était pas le moment. Car si tout cela pouvait lui paraître effrayant, elle ne pouvait que comprendre l’ampleur que les choses pouvaient prendre du point de vue de son époux. Elle était née héritière, sa vie entière avait été dédiée à la Royauté. Ce qui était loin d’être son cas à lui. Alors, la jeune femme prit simplement une grande respiration. Se redressant tout en dépliant sa longue robe Emeraude, elle lui adressa un sourire avant de s’approcher de lui.

- Mon Roi, lui accordit-elle d’une révérence.

Eprise d’un rire face au ridicule de sa réplique, elle vint tout simplement se lover dans ses bras. Seule forteresse dans laquelle elle pouvait se sentir en sécurité. Alors oui, qu’importe ce qui arriverait, elle n’était pas seule.

- Prêt ?

Non, jamais elle ne pourrait trouver les mots adéquats pour lui dire à quel point elle était reconnaissante qu’il lui accorde ainsi sa vie et qu’il la joigne au Royaume. Il aurait pu tout aussi bien refuser, elle n’aurait pas été la première Reine d’Emeraude sans son Roi. Mais il avait accepté de se tenir à ses côtés, jusqu’à ce que la mort les sépare.



***
Le serment.
***


Les brouhaha se faisaient déjà entendre, tandis qu’elle devait attendre auprès d’Eliot, derrière la grande porte. Toute la sale avait été préparée spécialement pour l’événement. Parée d’ornements, de grands tissus sur les plafonds et quelques petites touches de magie, offert par les soins des mages de la Tour. Le grand buffet était installé sur la terrasse, laissant ainsi la grande salle libre pour le bal qui suivrait la cérémonie. Et une grande allée aux couleurs du joyau donnant son nom au Royaume, scindait la foule en deux. Les gardes commençaient à placer progressivement les invités, en sorte que les invités Royaux puissent avoir leurs place au plus proche de la scène du couronnement. Le passage allait ainsi être dégagé, pour l'entrée dans la salle des deux futurs monarques.
C'est donc un Eliot et une Kessyane probablement tous deux paniqués, qui se devaient d'attendre au derrière de la grande porte. Entendre que la salle était bien pleine n'eut en rien rassuré l'héritière qui faisait les cents pas devant la porte. Ne trouvant aucun réconfort dans la démarche, elle finit par venir s'accoter sur Eliot, espérant qu'un peu de tendresse pourrait les réconforter tous les deux. Elle ne prit pas la peine de questionner encore Eliot pour savoir s'il était prêt avec tout ça, ils en avaient déjà discuté. Il avait déjà prit sa décision. Tout ce qu'elle espérait était de ne pas devenir une charge trop lourde pour son époux qui était étranger à ce monde impitoyable de la Royauté. Quant enfin un garde vint leur annoncer que tout était prêt, la Princesse inspira un grand coup pour se donner de la consistance. Il était temps d'y aller.

Tandis que les deux grandes portes s'ouvraient devant eux, Kessyane attrapa la main d'Eliot sans même prendre le temps de regarder et ils entamèrent leur marche sur l'allée, jusqu'à la scène où Zoelie les y attendaient. Non sans quelques sourires et signes de la main adressés au passage, Kessyane avait l'estomac totalement noué et le cœur battant à vive allure. Toute sa concentration était donnée sur les pans de sa robe dans lesquels elle ne devait pas se mêler. Lorsqu'enfin ils arrivèrent à destination, elle sentit ses épaules jusque là tendues; se relâcher un peu.

Zoelie, s’avançant jusqu’aux deux futures têtes à couronner, leur adressa un sourire bienveillant. A deux, ils seraient plus forts, elle n’avait pas à s’inquiéter pour sa fille. Puis, sa voix finit par résonner dans la grande salle silencieuse. L'atmosphère était électrisante.

-  Kessyane d’Emeraude. Eliot d’Emeraude. Êtes-vous prêt à prêter votre serment devant toute la nation d’Enkidiev ?
- Oui.

Tout était déjà organisé, répété. Zoelie avait reçu le même serment, il y a trente six ans, lors de son propre couronnement avec a mère, Lyra. Eliot et Kessy savaient à quoi s’attendre.

-  Kessyane d’Emeraude, jurez-vous de protéger les terres d'Émeraudes quoi qu'il en coûte ?
- Je le jure.

-  Kessyane d'Émeraude, jurez-vous de protéger votre peuple et de faire régner la justice à travers vos terres ?
- Je le jure.

-  Kessyane d'Émeraude, jurez-vous d'user de sagesse, de bonté et de courage pour la bien de votre peuple ? Qu’importent les décisions difficiles qui adviendront ?
- Je le jure.

- Kessyane d'Émeraude, jurez-vous finalement de toujours régner pour le bien du royaume et de son peuple et sans hésiter à sacrifier vos propres intérêts ?
- Je le jure.

- Kessyane d'Émeraude, fille de Zoelie et de feu Try d'Émeraude. Eliot d’Emeraude, fils de Kyliam et de feu Dawn d’Emeraude, prenons tous ses gens comme témoins de vos promesses.

Tandis que les deux jeunes époux s'abaissèrent, un genou à terre, Zoelie leur remit à chacun une couronne. Lorsqu'ils eurent à se relever, la foule s'exclama sous les gestes de l'ancienne Reine.


Ils étaient désormais la Reine Kessyane et le Roi Eliot d'Emeraude.



***
Le discours.
***

Lorsqu'ils se relevèrent, les deux nouveaux monarques se tournèrent vers la foule, les acclamant. C'était fait. Ils avaient maintenant passer le cap. Et il fallait à chacun d'eux le temps de s'habituer à ces nouvelles responsabilités. Surtout du côté d'Eliot, étant donné que Kessyane assistait sa mère dans toutes ses tâches royales depuis des années déjà. Eliot avait accepté de passer le cap avec elle, lorsqu'ils s'étaient échangé leurs vœux de mariage. Maintenant des vœux, c'était au peuple qu'elle devait en faire. Et elle avait déjà prévu un tout nouveau changement pour l'avenir. Lorsque le silence revint, elle s'éclaircit doucement la voix, avant de ne commencer.

- A vous tous, qui êtes venus de plus ou moins loin. Merci d’être là, merci d’être venu célébrer l’événement. Peuple Emerien, sous ce serment fait avec la couronne, je vous promets de ne jurer que votre bien. De faire au mieux pour que nous puissions continuer sur la bonne voie. Nous sommes aujourd’hui dans une nouvelle ère. Les Ombres nous ont causé beaucoup de perte… Frères, sœurs, parents, amis, voisins… Beaucoup n’y ont pas survécu. Elle se tut un temps, par respect à ces âmes qui ayant rejoint les plaines de lumière, repensant à sa défunte  belle-mère. Néanmoins, les choses ont changé. Nous sommes dans une ère de paix et de reconstruction ! Nous ne devons cesser de nous entraider, ainsi, nous resterons unis et forts. Je serai votre force, tout comme vous serez la mienne. Et je suis fière de pouvoir compter sur votre Roi, ayant accepté de se tenir aujourd’hui à mes côtés et de m’épauler dans la noble tâche de prendre soin du Royaume.

Kessyane d’Emeraude se mit à sourire. Inspirant un bon coup, histoire de retrouver son souffle, elle adressa un regard à Eliot. Bien. Il était temps pour la première réforme de leur règne.

- Avant que nous passions aux festivités, j’ai une annonce pour vous. Chaque nouvelle personne est signe d’un changement, d’une succession. Et c’est ainsi que débutera la mienne : Je désire pouvoir rapprocher le peuple de ses souverains ! C’est une notion qui m’a toujours et me tiendra toujours à cœur. Dès lors, le Conseil de la Royauté changera de nom pour devenir le Grand Conseil. C’est une chose primordiale que m’a transmit ma mère, l’ayant elle-même reçu de sa propre mère. Emeraude ne veut laisser personne en arrière. Chacun doit avoir sa chance. Ainsi, j’offre au Grand Conseil de nouveaux sièges !

Elle attendit un instant, le temps que les murmures s’éteignent.

- Le Grand Conseil gardera les sièges de chaque souverain du feu Conseil de Royauté. Les nouveaux sièges seront ainsi distribués : J’offre un siège aux Chevaliers de l’Ordre d’Emeraude. J’offre un siège pour un représentant des Mages de la Tour. J’offre cinq sièges pour les nobles d’Enkidiev. Et j’offre cinq sièges à qui voudra bien représenter sa fratrie.

A nouveau des murmures, plus intense. Quelqu’un du demander le silence.

- Nous fonctionneront par tirage au sort. N’importe qui peut s’inscrire sur sa liste, quand il le désirera. Lorsque viendra un Conseil, un ou cinq noms seront tirés au sort. Le Grand Conseil pourra ainsi bénéficier du point de vue du plus grand nombre et donner sa chance à tous de pouvoir se faire entendre. Dès demain, l’ouverture des inscriptions se fera. Elle prit une pause. Ce sera tout pour le début de cette nouvelle ère, qui je l’espère, portera encore longtemps la paix à nos chaumières ! Longue vie à Emeraude, longue vie à Enkidiev !

La paix, et bien d’autres surprises, tandis que sa main flattait son ventre, inconsciemment. Elle sourit à nouveau à Eliot tandis que les acclamations de la foule retentissaient.

- Longue vie au Roi et à la Reine !!

Son regard se porta sur sa droite, où se trouvait sa mère, applaudissant, suivit du reste de l’assemblée. Après quelques minutes, Kessyane tapa dans ses mains, attirant l’attention.

- Il est désormais temps de profiter de la soirée et de toutes ces belles promesses pour l’avenir !



***
Le bal.
***

Alors qu'elle terminait sa dernière phrase, elle attrapa la main qu’Eliot lui tendait, une musique se fit entendre. L’orchestre personnel de la Reine s’assurerait ainsi, d’égayer le restant de la soirée.

- M’accorderiez-vous cette danse ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11618-kessyane-reine-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t8092-kessyane-red-hair-cannot-be-so-wise-gestion
Eliot
Emeraude
avatar
Nombre de messages : 64
Rôle : Roi d'Émeraude - Mage de la Tour
Date d'inscription : 05/08/2013

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Dim 04 Déc 2016, 21:29


Avait-il réussi à s'endormir? Il semblerait bien, à en juger par le doux réveil que lui imposa sa bien-aimée, collée contre lui, sous les couettes de leur couche commune. Son esprit avait donc réussi à trouver un court instant de répits, après des heures à s'être retourné sur lui-même de toutes les façons possibles afin de trouver une position confortable pour dormir. Il n'y avait jamais eu autant de difficulté à s'endormir auparavant, pas même la veille de sa promotion à titre de mage, ou la veille de son départ d'Émeraude pour son voyage en compagnie de Zäck, ni même la veille de son mariage avec la belle rouquine à ses côtés. Il avait déjà l'impression que le monde tout entier était en train de tourner, tellement il avait du mal à gérer la pression de ce qui allait suivre le reste de sa journée. Ou alors était-ce une conséquence de son manque de sommeil de la nuit dernièrement? Probablement un peu des deux.

Néanmoins, il n'avait pas le choix. S'il aurait adoré faire un chat de lui-même et se rendormir pour les dix prochaines heures, il avait de lourdes responsabilités qui l'attendait et une femme merveilleuse qui avait besoin de lui. Il pouvait le sentir, même à travers sa propre pression, à quel point cette journée était stressante pour sa dulcinée à la crinière de feu. Elle ne semblait pas en avoir plus envie que lui, mais elle les poussait délicatement à quitter la sécurité de leur lit. Ils allaient affronter ce qui allait suivre ensembles. C'est ce qu'il s'était promis. Suite à un léger gémissement plaintif, le blondinet banda finalement les muscles de ses bras pour extirper son visage du confort de l'oreiller dans lequel il s'était encastré. Profitant de l'effort pour s'asseoir sur le bord du lit, il bailla un grand coup, avant de sursauter légèrement lorsqu'il sentit les bras de sa future reine l'attirer dans une étreinte, collant son corps à son dos. Il apprécia le contact pour un court instant, tournant la tête pour embrasser doucement la rouquine avant de finalement se libérer à contre-coeur pour sortir du lit pour de bon, sachant très bien que s'il se laissait aller, il n'en sortirait jamais. Il se retourna tout de même vers la jeune femme, libérant son front de ses mèches rousses, y déposant par la suite un nouveau baiser.



- Je vais me laver, on se retrouve plus tard. Je t'aime. Il fit une petite pause avant d'ajouter d'un ton amusé, dure nuit pour toi aussi, à ce que je vois.


Il s'éloigna avec un clin d'oeil. Il faisait bien évidemment référence à la chevelure rebelle de la rouquine qui avait vraisemblablement décidée d'être encore plus ébouriffée qu'à l'habitude. Il avait toujours trouvé très amusant de pouvoir voir la future reine dans un tel état, elle qui paraissait impeccable, par nécessité, la plupart du temps. De son côté, il n'avait pas à se plaindre, ses cheveux n'étaient pas suffisamment longs pour lui donner beaucoup de fil à retordre. Un bon bain achèverait de dompter la moindre mèche rebelle.

Il enfila donc rapidement une grande chemise blanche qu'il ne prit même pas la peine d'attacher. Après tout, ce n'était que par nécessité, pour des raisons pudiques, de ne pas marcher dans les couloirs de l'aile royale à moitié nu. Il allait devoir enfiler un accoutrement plus digne d'un couronnement par la suite, alors à quoi bon. De toute façon, les bains royaux n'était pas très loin de leurs quartiers, avantage certain de faire partie de la royauté d'Émeraude. Un fait qui lui donnait toujours ce sentiment étrange. Il ne s'était toujours pas fait à cette idée, bien qu'il allait y être contraint sous peu. Lui, Roi d'Émeraude. Plus il essayait d'y réfléchir, plus son vertige s'accentuait lorsqu'il se mettait à penser à toutes les responsabilités qui reposeraient sur son dos, et celui de Kessy, très prochainement.

Une petite claque mentale et il s'empara de la poignée de porte, lançant un dernier sourire à sa rouquin préférée avant de disparaître de l'autre côté.


____________________________________

- Sérieusement, papa, tu n'es pas obligé de serrer si fo- hmph...

- Allons, tu ne vas pas te plaindre pour si peu? Je crois que tu as des soucis bien plus importants.

- Ne m'en parle pas.


Debout face à son père, le mage avait du mal à tenir en place. Il avait l'estomac noué, à un tel point qu'il se sentait sur le point de se renverser pour déverser l'étendu de son déjeuner sur le plancher de sa salle de préparation. Une pensée forte agréable pour son image de futur roi. Il leva son bras droit et fit un moulinet lentement, question de tester la flexibilité et l'ajustement de son habit. Tout semblait parfait. Heureusement, ça faisait pratiquement une heure que lui et Kyliam travaillait à faire en sorte que tout soit parfait. Il n'avait jamais pensé un jour prendre autant de temps pour enfiler des vêtements de toute sa vie. Est-ce que les nobles et la royauté devait endurer une telle torture régulièrement? Sérieusement, il avait rarement expérimenté une "activité" aussi peu satisfaisante. N'eut été de son désir de préserver l'image d'importance du titre de Roi d'Émeraude, il se serait volontiers dirigé vers le couronnement avec son accoutrement ordinaire. Il ne comprenait pas le besoin de tout ce... luxe? Encore heureux qu'il n'avait pas trop à s'occuper de ses cheveux. Pauvre Kessy. Il se plaignait de la durée de sa préparation, mais elle devait être loin d'avoir terminée de son côté.

Il remarqua finalement, en observant ses mains, qu'elles tremblaient de façon incontrôlable. Il ne les avait pas vu ainsi depuis son mariage. Il commençait à avoir du mal à respirer, comme si quelqu'un s'amusait à aspirer tout l'air de ses poumons. Il avait l'impression de suffoquer et il s'appuya sur son père, qui lui agrippa doucement une épaule. Aussitôt, le blondinet sentit une puissante vague de soulagement faire son chemin à travers son être tout entier, relaxant son corps et son esprit. Son début de crise de panique s'estompa immédiatement. De sa vision magique, il put apercevoir le sourire empathique de son père, qui semblait s'inquiéter légèrement de son état. Allait-il être à la hauteur?



- Tu sais, je ne pourrais pas être plus fier de toi, mon garçon. Si ta mère était ici, elle aussi...


Il semblait vouloir poursuivre, mais Eliot entendit la voix de son père se briser avant qu'il n'en ait l'occasion. Il comprit néanmoins parfaitement ce que le chevalier d'émeraude tentait de lui dire. Il l'interrompit donc en l'attirant dans une étreinte entre père et fils. Apparemment, bien qu'ils croyaient tout deux avoir fait le deuil de la mort de leur épouse et mère, le sujet était toujours délicat. Tout le côté fort en émotion de cette journée n'aidait en rien la cause. Ils prirent tous les deux un moment en l'honneur de la défunte chevalière, avant de rompre leur étreinte, tentant chacun de leur côté de reprendre le contrôle sur leurs émotions. Le coeur du magicien se serra en voyant le visage sur le bord des larmes de son père. C'était un choc, de voir cet homme qui l'avait élevé, toujours souriant ainsi dévasté. Il avait de la chance, il pouvait compté sur le support de Kessy, mais son père... Il était seul, à présent. Il lui resterait bien évidemment sa petite soeur Saya et son frère Zhenyth, mais la maison familiale devait paraître bien petite sans sa mère.


- Bon. Tu dois trépigné d'impatience à l'idée de voir ta reine.


Il fut surpris que son père soit le premier à prendre la parole. Comme seule réponse, le blondinet hocha légèrement la tête, agrippant l'épaule de son père doucement en signe de support. Il prit une grande respiration pour se donner du courage avant de passer ses deux mains sur l'étendue de son visage. Il était prêt. Enfin, probablement pas, mais il ne le serait jamais davantage qu'il ne l'était présentement.

Il laissa son père le guider jusqu'à la salle de préparation de la future reine, qui semblait dans ses derniers ajustements. Elle était tout simplement merveilleuse, dans sa belle longue robe. Enfin, il la trouvait toujours jolie, même avec sa chevelure ébouriffée, mais il devait avouer qu'il y avait quelque chose de spécial à la voir vêtue comme... une reine. Il appréciait un peu plus toute cette nécessité de bien paraître, soudainement. Il ne put s'empêcher de lui offrir un grand sourire. La voir ainsi lui fit aussi réaliser la réalité de ce qui se passait. Il n'était pas simplement en train de rêver.



- Mon Roi, fit la rouquine, accompagnée d'une révérence.

- Ma Reine, lui répondit-il, imitant de le geste de cette dernière d'un air amusé, avant de l'accueillir dans ses bras.


Ces deux mots, il avait encore de la difficulté à saisir toute l'ampleur qu'ils portaient. Il allait lui falloir beaucoup de temps pour s'habituer à voir Kessy de cette façon. À partir d'aujourd'hui, il n'était plus seulement un couple ordinaire, ou du moins, aussi ordinaire qu'avait pu être leur couple auparavant, Kessy étant la princesse héritière et tout ça. Il n'était plus seulement "Eliot d'Émeraude". Aujourd'hui, cet Eliot allait devoir mourir pour renaître de ses cendres en quelque chose de... plus grand. Il ne pouvait plus se permettre d'être simplement lui-même, il devait être plus. Plus fort, plus sage, plus... tout. Il allait devoir apprendre à séparer l'Eliot qu'il était encore présentement d'Eliot le Roi, car il ne se faisait pas d'illusions, ces deux personnes n'étaient pas vraiment compatibles l'une avec l'autre. Il allait devoir apprendre à faire le trait entre ces deux parties qui composeraient maintenant sa propre personne.


- Prêt ?


Heureusement, il allait avoir cette personne pour l'aider avec tout ça. Il prit une dernière grande respiration avant de se lancer à l'eau.


- Allons-y.


____________________________________


Il s'était préparé mentalement, mais ce fut tout de même un choc de voir la foule à l'extérieur, alors qu'il franchissait la porte avec Kessy, main dans la main. C'était d'un grand support, d'ailleurs. Une partie de lui avait envie de courir dans la direction opposée. Il se força néanmoins à la réprimer. Un monarque se devait d'être solide. Il était déjà trop tard pour tourner les talons et prendre ses jambes à son coup. Dès le jour qu'il avait officiellement formé un couple avec la princesse héritière, il avait su les implications. Il n'avait pas fui alors et il ne fuirait pas aujourd'hui non plus. Il aimait Kessy et il aimait son royaume. Tout allait bien.

La voix de sa belle-mère réveilla son esprit troublé par la situation. Prêt à prêter serment devant tout le monde? Si elle voulait une réponse honnête, il n'en était pas certain, mais il répondit à l'unisson avec sa future reine. Il savait ce qu'il avait à faire. Le reste était simple. Il avait repassé cette scène des centaines de fois dans sa tête dans les derniers jours. Il connaissait les paroles par coeur, avant même que Zoelie ne les prononce. Gardant la tête haute, un nouveau sentiment de fierté écrasant la moindre hésitation et le moindre stress restant, il suivit l'exemple de Kessyane.



-  Eliot d’Emeraude, jurez-vous de protéger les terres d'Émeraudes quoi qu'il en coûte ?

- Je le jure.

-  Eliot d'Émeraude, jurez-vous de protéger votre peuple et de faire régner la justice à travers vos terres ?

- Je le jure.

-  Eliot d'Émeraude, jurez-vous d'user de sagesse, de bonté et de courage pour la bien de votre peuple ? Qu’importent les décisions difficiles qui adviendront ?

- Je le jure.

- Eliot d'Émeraude, jurez-vous finalement de toujours régner pour le bien du royaume et de son peuple et sans hésiter à sacrifier vos propres intérêts ?

- Je le jure.

- Kessyane d'Émeraude, fille de Zoelie et de feu Try d'Émeraude. Eliot d’Emeraude, fils de Kyliam et de feu Dawn d’Emeraude, prenons tous ses gens comme témoins de vos promesses.


Il mit un genou au sol, il sentit ses cheveux s'écraser sous le poids de la couronne d'or orné d'émeraudes puis il se releva. Il était Roi. Cette simple couronne lui semblait soudainement peser bien plus que son poids. Il prit une grande respiration alors qu'il salua la foule qui s'exclamait en compagnie de la nouvelle Reine. Est-ce qu'il allait être à la hauteur? Lui qui n'était rien avant d'avoir la chance de découvrir ses sentiments pour la princesse héritière d'émeraude étaient réciproques? Est-ce qu'il arriverait à se faire aimer de la noblesse d'émeraude pour laquelle il était probablement un pur étranger? Il n'était pas inquiet pour le peuple d'Émeraude, il avait grandit parmi eux, il les connaissait, ils le connaissaient. Par contre, pour tout le reste, il régnait un grand point d'interrogation dans son esprit. Il se rendit compte qu'il n'avait pas vraiment peur, curieusement. Du moins, pas de l'opinion des autres. Il avait peur d'être à la hauteur de ses propres attentes, de se décevoir lui-même. Il allait travailler dur pour s'assurer que ce ne serait pas le cas. Il était Roi. Tout le pouvoir était entre ses mains, il n'en retournait qu'à lui d'en faire bon usage.

Il écouta en silence le discours de Kessy, lançant l'attention de tous se porter sur sa femme alors qu'il resta légèrement en retrait. Elle était la véritable étoile de la journée, pas lui. Elle méritait ce qui lui arrivait aujourd'hui, après tous les efforts qu'elle avait fait durant toutes ses années. Elle accomplissait enfin ce pourquoi elle avait passée sa vie entière à se préparer. Il n'était que naturel qu'elle soit celle à qui revenait l'honneur du discours. Après tout, d'eux deux, il ne se faisait pas d'illusions, Kessy allait être l'image de la royauté d'Émeraude. Elle perpétuait la lignée des grandes reines à la crinière de feu. Il n'avait aucun doute qu'elle ferait honneur à sa mère et sa grand-mère, la célèbre Lyra. C'était de grosses chaussures à remplir, mais il savait que Kessy avait ce qu'il fallait.

Le nouveau Grand Conseil, la première réforme sur laquelle ils s'étaient mis d'accord suscita les réactions auxquelles il s'était attendu. Certains paraissaient visiblement peu convaincus, mais tout changement venait avec une certaine incertitude. Au final, néanmoins, il était persuadé que ce serait un pas en avant pour Émeraude. En ces durs temps, il était important d'avoir l'avis d'un maximum de personnes et ce, de toutes les sphères de la société. Est-ce qu'il allait être possible de trouver un compromis les satisfaisant tous? Peut-être pas, mais ils allaient au moins essayer.

Le discours prit fin sous les applaudissements et il salua à nouveau la foule en compagnie de la Reine, lui partageant un sourire complice alors qu'elle annonça le début de la soirée et l'ouverture du bal. Aussitôt, il lui tendit la main. N'était-ce pas de coutumes pour le Roi et la Reine d'ouvrir le bal? Et puis, il brûlait d'envie de partager une danse avec Kessy. La dernière remontait à bien trop loin.



- Celle-ci et toutes les autres, ma chère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 404
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Dim 04 Déc 2016, 21:33

Couronnement


La fête peut Commencer !



Le couronnement est  désormais terminé ! La fête et le bal ont début dès la première danse du nouveau couple Royal. Par la suite, la musique ne cessera de retentir et le temps est aux festivités. La grande salle du Château est donc la salle de bal, l'extérieur sur la terrasse sert aux buffets. Les jardins sont également ouvert aux convives, ainsi que quelques spectacles et festivités dans la cours du Château.

Le couple Royal retournera près de l'endroit de leur couronnement après la première danse afin de recevoir les félicitations de qui le voudra.



  • Une tenue de soirée est exigée
  • L'événement est ouvert à tous, seuls ceux ayant une tenue correcte seront accepter dans la sale de danse / réception. Vous pouvez profiter des festivités dans la cours, si ce n'est pas le cas.
  • Vous devez poster dans le sujet principal (ici) et par la suite, si vous désirez faire un pv, vous pouvez créer un nouveau sujet dont vous mettrez le mot Bal entre crochets → Par exemple : Une longue danse [Bal]



Sur ce, festoyez bien !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naugusta
Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 36
Rôle : Dieu de la lave et des volcans
Date d'inscription : 01/03/2015

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Dim 04 Déc 2016, 23:33

Kessyane d'Émeraude, je me souvenais d'elle, Melittis n'était encore qu'une enfant a cette époque, il y a de cela un souffle de vie a mes yeux mais bien des années pour elle je sais qu'elle se souviendra de notre rencontre. C'est d'ailleurs la raison pour la quel J'ai décider de venir a son couronnement, j'avais une petite dette si l'on pouvait dire ça ainsi et J'étais curieux d'être a cette petite fête, car on dit bien souvent : Savoir ce qui s'y passe et le vivre est bien différent. Je connaissait bien-sur les norme de la tour en ce qui consistait la magie, il faudrait que je prévienne les cardinaux, ce que je ferais, car même si ils sont au courant de ma présence, si je voulais, ils ne sauraient jamais qui je serais, tel une ombre dans la lumière faiblissante de la nuit, mais pour eux, je contais laisser des indices sur ma transformation, car ma forme originel, il était hors de question que tout le royaume me voient ainsi, cela créerait la panique lors d'un événement supposément heureux.

Lors de ma petite discutions avec Alizée, je lui avait dit que je serais présent a son couronnement, sans forcément préciser mes motifs de ma présence, bien que je suis sur qu'elle voulais bien le savoir, mais si elle voulais vraiment le savoir, ils pouvaient bien demander a la nouvelle reine qui allait pouvoir lui répondre a se sujet.

Le jours J

Venu le jours du couronnement, je pouvais rester que quelques heures je me permis donc de m'absenter pour les préparatifs et me présenta seulement pour les discourt et serment, j'étais vêtu d'une tenu de soiré d'un tissu d'une qualité digne de ce que j'étais: Un dieux avec des couleurs aussi explosive que les flammes avec un brin de magie qui les animait, les flammes semblait liquide, une coiffure bien faite avec des couleurs assortis a mes vêtements inhabituelle. J,entra dans la salle des fêtes du palais sous le regard de plusieurs personne sur l'allure de mes vêtements, je cacha seulement le coté divin de ma magie, y laissant apparaître seulement une force au delà de tout espérance des rêves les plus fou de certains sorcier de l'empire, en réaliser, je semblais avoir réussis dans ma quête de pouvoir si tel était mon objectif. Je leurs disais seulement que j'avais payer un mage pour enchanter mes vêtement en lui montrant ma bourse bien pleine, il se dit alors que en effet, j'avais la richesse de payer ce genre de prouesse magique bien inoffensive. Quand ceux-ci me laissa passé, je les récompensa avec une belle pièce en or tout en leur souhaitant une bonne soirée, même si ils travaillait lors des festivité, ce qui était dommage pour eux.  Quand la nouvelle reine prenait la parole devant le peuple et moi... un dieu, j'attendrais avant de la féliciter. question de ne pas la troubler lors de cette Phase importante. Au vue de la magie que je dégageait, j'étais sur d'une chose: Les cardinaux devait m'avoir repérer a 2 km a la ronde, je n'étais surement pas un secret pour eux, mais au manque d'indice de mon essence divine, les mages normaux pouvait qu'avoir un léger doute au niveau de l’essence magique et de l'indice flagrant de mon corps, ma fille aussi savait que j'y serais, mais je lui avait demander de se taire, elle viendra me voir si elle veut mais j'espérait la plus grande discrétion. J'étais aussi ouvert a cacher un peu plus ma magie a la demande des cardinaux, mais, j'étais bien ainsi qu'avec un faible écho de ma puissance Je dis a Kessyane par télépathie:

«Vous êtes surement pas sans savoir que vous avez prêté serment devant un dieu très chère nouvelle reine? Bref, je suis venu vous souhaiter mes félicitation pour ce nouveau titre pour le quel vous avez travailler, c'est bien mériter.»


Elle allait comprendre que c'est moi? Aucune idée, la possibilité de me répondre était présente, je n'étais pas bien loin et je ne cachais pas ma préséance a 100% non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Animateur - Archimage
Animateur - Archimage
avatar
Nombre de messages : 108
Rôle : Archimage
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 18-22 ans (G19)
Rôle: Archimage
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Lun 05 Déc 2016, 17:05

«I think every girl (And Dad too) is a Princess.»





Aujourd’hui était une journée merveilleuse. C’était le Bal en l’honneur de la future Reine d’Émeraude, Kessyane ainsi que de son époux, Éliot. Alyss adorait les fêtes, surtout les Bal. Elle avait déjà hâte d’y être. Elle c’était lever bien tôt pour l’occasion, alors qu’elle n’avait aucune raison valable de le faire. Cela faisait si longtemps qu’il n’y avait pas eu d’évènement du genre à Émeraude. Évidemment, c’était le premier couronnement auquel Alyss allait assister et cela la faisait rêver! Elle avait toujours rêvé d’être une princesse, peut-être pas une reine, mais les grandes robes, les Bals, les cheveux bien mis, c’était bien assez pour la convaincre. Même si elle avait tout juste seize ans, depuis le matin, elle ne tenait pas en place telle une fillette.

Elle c’était empresser de s’occuper de la ferme avant que ses parents ne se lève. Elle voulait leur faire la surprise et leur évité le travail. C’était aujourd’hui aussi une journée bien spéciale pour eux. Ils fêtaient leur anniversaire! C’était si romantique! Qu’est-ce qui pourrait gâcher cette magnifique journée? Rien du tout. Elle le refusait. Tu n’as pas ton mot à dire là-dessus. Peu importe. Terminant ses corvées, elle secoua la tête, puis se frotta un peu le dos. Peut-être devrait-elle faire tout ceci plus souvent. Ce n’était certes pas un entraînement, mais c’était tout comme. Heureusement pour elle, la majorité des animaux c’était trouver coopératif, ce qui lui avait fait gagné bien du temps. Elle observa l’horizon un instant, son visage était tacher, prouvant sa dure labeur de la journée. Elle songeait à Caliel et ce Bal. Elle aurait aimé pouvoir y aller avec lui. Elle n’avait pas de Cavalier et personne ne c’était proposé. En fait, c’était sans doute une bonne chose, Alyss était trop innocente pour voir plus loin qu’une simple proposition, elle, elle voulait simplement danser jusqu’à en avoir mal au pied, ce qui ne lui était encore jamais arrivé.

Ainsi donc, tout en se dirigeant vers la remise pour y ranger les outils, elle dansa, fredonnant en tournoyant, ce qui lui prit sans doute le double du temps pour tout ranger. Lorsqu’elle finit par entré à la maison, sa mère et son père étaient déjà debout. Elle se dirigea bien entendu vers eux et les embrassa, sans leur mentionner quoi que ce soit de leur anniversaire. Comme si elle avait oublié. Intérieurement, elle était amusée.

-Je vais aller me purifié.

Avait-elle tout simplement dit en continuant sa route ensuite vers la salle de bain. Toujours en fredonnant, elle se nettoya, rêveuse. Une fois chose faite, elle enfila une serviette qu’elle enroula autour de sa taille. La seule chose qui la peinait un tantinet, était qu’elle ne pourrait avoir une robe pour l’occasion. Une en particulier l’avait fait rêver alors qu’elle avait fait quelques emplettes avec son père. Elle n’était pas donner et même si la jeune maître magicienne en avait eu les moyens, elle avait préféré garder ses finances pour une partie du cadeau de ses parents, qui d’ailleurs elle devait aller chercher, enfin, le montage final. Elle n’avait pas eu la chance d’en parler à tout le monde dans la famille, alors elle avait préférée tout simplement organisé le tout toute seule, mais ça viendrais de tous. Elle l’avait préparé la veille alors qu’ils n’étaient pas à la maison. D’ailleurs, elle se dirigea vers le garde-manger sous le regard un peu intrigué de ses parents. Habituellement, il fallait un peu la poussé pour qu’elle se nourrit.

Lorsqu’elle en sortie, elle tenait un gâteau, sur une belle assiette de sa mère et le posa sur la table. Au-dessus, l’on pouvait voir un petit présentoir avec deux anneaux. Il y avait une carte écrit tout simplement «En honneur de votre Amour Éternel, vous serez toujours une inspiration pour nous tous.». Les bagues étaient simples, mais bien jolie. L’on pouvait y voir un signe d’infini avec un cœur, car Alyss savait qu’ils seraient toujours ensemble, toujours. Ils étaient une vrai inspiration pour elle, ils avaient fait preuve d’une grande force et tous les évènements difficiles qu’ils avaient vaincu n’avait fait que les rapprocher d’avantage, jamais les éloignée. Elle en faisait sans doute partie, mais elle ne préférait pas y pensée. La fille et les parents se câlinèrent un moment, avant qu’Alyss ne finisse par se rendre à sa chambre pour s’habiller. Elle ne savait pas encore ce qu’elle enfilerait, jusqu’à ce qu’elle aperçoive une boite avec une boucle sur son lit. Aussitôt, son cœur s’emballa et elle se jeta vers celle-ci, sourire aux lèvres.

Elle s’empressa de déballé le paquet. Ce n’était pourtant pas son anniversaire, mais dans tous les cas, Alyss adorait recevoir des cadeaux, des surprise. Qui n’aimait pas cela? Lorsqu’elle ouvrit la boite, elle laissa échappée un petit cri de joie. La robe! Cette magnifique robe d’un blanc délicat, simple, mais pourtant si jolie! Sans plus de cérémonie, elle la retira du paquet et couru vers son miroir, la posant devant elle, un large sourire aux lèvres pour faire quelques pas de danses en regardant les pans de celle-ci bouger de gauche à droite, elle courut jusqu'à son père pour lui sauté au cou.

-Merci papa! Je t’aime tant! Tu es trop génial!

Puis, sous les encouragements de celui-çi, car l’heure avançait rapidement, Alyss couru de nouveau vers sa chambre pour jeter sa serviette et enfilé sa robe. Elle était parfaitement à sa taille. Miyäck vint la rejoindre pour l’aider à attacher le dos de celle-ci, puis, Alyss ne put s’empêcher d’attraper gentiment sa mère pour faire quelques pas de danse avec elle, riant toutes les deux, jusqu’à ce que Miyäck annonce leur départ. Une fois sa mère quittant sa chambre, la jeune Disciple s’attarda un moment devant la glace, rêveuse. Était-elle jolie? Oh oui… Avaient-elles raisons? Quoi qu’il en soit, elle fit un bref sourire, rougissant même un peu en se demandant si Caliel aimerait bien sa robe, lui. Après tout, c’était un peu ce qui lui importait le plus. Ce soir, elle lui dédierait une danse. Même s’il ne serait pas là, il y serait, dans son cœur. Son Cavalier secret.

Elle quitta sa chambre à la course pour rejoindre sa mère, suivis de près par son père à l’entré afin de faire le trajet avec eux, non sans caressé quelques fleurs en chemin et faire un câlin à un arbre malade avant de le soignée. Ses parents étaient patients, car cela les avaient tout de même un peu ralentis, mais ils n’étaient pas en retard. Arrivé au Château, des gens y entraient encore, une légère musique, invitante atteignait ses oreilles. Les garde les laissèrent passé, l’un d’eux sourit à Alyss qui lui rendit ce sourire, qu’il était gentil! La cours était magnifiquement décorée, puis, l’intérieur faisait rêver! La rosette ne pouvait s’empêcher de garder un sourire aux lèvres, suivant ses parents docilement, alors qu’elle aurait bien pu quitter de son côté. Ils arrivèrent finalement dans la grande salle qui était bien remplis. Le regard de celle-ci parcourue les lieux avec fascination. Pourquoi ne décoraient-ils pas le Château ainsi? Il était bien plus joli. L’odeur des fleurs chatouillait son nez.

Une fois arrivée à la grande salle, encore une fois, son regard ne savait plus où donné. Elle s’arrêta net, impressionnée de voir à quel point une salle pouvait changer avec une décoration du genre. Elle observa ses parents continuer un peu, se diriger vers d’autres. Alyss ne les suivis pas, elle préféra observer chaque détail avec attention, prenant même soins de remettre quelques fleurs plus éclatantes, c’était important. Un serveur s’approcha d’elle et lui tendis un verre qu’elle prit. Du vin? Elle n’avait jamais vraiment bu. Elle sentie l’alcool rouge et fit une brève grimace. Quelqu’un l’intercepta pour la complimenté sur sa tenue. Elle rougit. Le jeune homme lui fit un peu la discussion, puis lui demanda si elle était seule. La Disciple n’eut pas le temps de répondre qu’elle vit Zäck arrivé à leur hauteur, jetant un bref regard vers je jeune homme qui baissa la tête et regarda ailleurs. Alyss ne remarqua rien, préférant plutôt aller dans les bras de son Chevalier blanc, lui faisant un câlin, de toutes ses forces. Elle baissa ensuite le regard pour avisé sa fille et ainsi lui donner un bisou.

-Tu es très jolie mademoiselle, une vrai princesse!

Alors qu’elle se redressait, Zäck lui pris son verre des mains, disant qu’il avait soif. La rosette lui offrit un bref sourire un peu amusé, se demandant bien comment les adultes faisaient pour boire une chose pareille, mais bien entendu, elle ne protesta pas non plus.

Finalement, ont annonça l’arrivé des futurs souverains. Le calme tomba aussitôt. La cérémonie commençait, Alyss était excité comme une puce, mais gardait extérieurement son calme, observant le tout, presque émue. C’était si beau cet amour qu’ils se portaient l’un pour l’autre, si beau ces promesses. Elle y croyait. Y rêvait. Le monde était si doux avec l’amour, aussi doux que le regard de Caliel. À cette pensée, elle rougit pour elle seule. Tu commences à m’énervé à penser trop à lui.

-Et bien tu n’a qu’a t’en aller.

Murmura-t-elle avec un bref sourire aux lèvres. Avait-elle osé? Cela lui arrivait parfois. Comme ce soir. Elle avait dit qu’elle ne voulait que rien au monde ne gâche cette belle soirée. Alors voilà. Elle ne demandait qu’une seule soirée, une soirée de paix, de tranquillité d’esprit. Étais-ce trop demandé? Tu n’as qu’à retirer cette robe, lentement, très lentement. Ha ha ha… Elle fronça les sourcils.

-C’est mon père qui me l’a offert. Je l’aime bien moi.

Je tes dit de ne jamais prononcer ce mot. JAMAIS. IL N’EST PAS TON PÈRE. Alyss porta une main à sa tête. Se crispa un moment alors qu’elle fut parcourue d’un frisson. Encore une bataille, une autre dans son esprit. Il détestait cela, elle le savait. Cela lui avait échappée. Elle s’excusa à travers les coups, les douleurs mentales, soumise. Elle ferait attention… Il sembla satisfait, sans doute pas assez. Il continua sur sa lancé, lui promettant de revenir la voir bientôt. Elle eut envie de pleurer à ses simples mots. La voix de Miyäck résonna dans son esprit. Ah non, elle était à ses côtés, lui demandant si elle allait bien. Alyss releva des yeux humides et lui sourit, de toutes ses forces.

-Oui, je trouve sa si beau.

Passe lui le bonjour . Son regard revint vers la scène. L’ont posait les couronne sur leurs têtes, puis, tout le monde les acclamas. Alyss se contenta d’applaudir, gardant se sourire aux lèvres. Puis, Kessyane fit son discours. Elle l’écouta avec attention. Elle jeta un bref regard vers sa mère, ce demandant un peu ce qu’elle pensait de tout ceci. C’était sans doute une excellente chose, elle en était sure. Kessyane était une personne gentille et dévoué à son peuple.

Enfin, le Bal pouvait maintenant commencer. Alyss observa le couple royal ouvrir la danse, puis, quelques couples se mirent à les rejoindre sur le plancher de danse. Elle ne se fit pas prier pour faire de même, seule. Elle n’avait pas de cavalier, mais cela ne lui importait guère. Une petite fille était vite venu la rejoindre, elle dansa avec elle un moment, la faisant tournoyé, s’amusant, puis, elle la quitta. Alyss continua, tournant sur elle-même, fermant les yeux, se laissant bercer par la musique, observant à quelques moment le bas de sa robe qui flottais merveilleusement bien à chaque tourniquet. Puis, elle teint le vide, comme si elle dansait avec un Cavalier invisible. Les yeux fermés, elle pouvait voir le visage de Caliel, presque sentir ses mains contre les siennes, son odeur. Elle espérait de tout cœur qu’il pouvait sentir ce petit bout de bonheur qu’elle lui dédiait, peu importe la distance qui les séparaient.


Dernière édition par Alyss le Ven 09 Déc 2016, 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t10436-alyss-d-emeraude
Seyhane
Jade
avatar
Nombre de messages : 31
Rôle : Princesse de Jade & Guérisseuse
Date d'inscription : 18/06/2013

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Lun 05 Déc 2016, 19:55


Un couronnement ! Un couronnement ! C’était aujourd’hui, le couronnement de la future Reine d’Émeraude et d’Eliot. Me redressant d’un coup du lit que j’avais emprunté à Émeraude, je ne cessais de chantonner ma joie du à cette magnifique journée qui venait tout juste de commencer. J’étais heureuse pour eux comme vous ne pouvez l’imaginer. J’adorais toutes les fêtes qui pouvaient bien exister. Je m’y invitais même si ce n’était pas le cas, et je m’amusais à rencontrer quelques hommes par simple plaisir. Mais étant bien maladroite, jamais je n’avais réussi à m’en faire un. Même pas pour l’histoire d’une nuit. Peut-être par un simple signe de respect, puisque j’étais tout de même l’une des princesses de Jade ? Je n’en savais rien. Franchement, je ne le savais pas pourquoi. C’était bête de ma part quoi, de ne pas le savoir pourquoi les garçons me fuyaient. Oh. Je n’avais pas songé à Mère… Peut-être parce que c’était une bête sauvage lorsqu’ils s’agissaient de ses enfants ? Je ne le savais pas, mais c’était une très bonne option. Je m’avanca vers mon miroir lorsque mes pieds vinrent toucher le sol et je sonda mes cheveux en batailles. J’esquiva un sourire amusé tout en attrapant mon peigne et y passa délicatement dans mes cheveux noisettes tout en sondant mon reflet dans le miroir. J’avais l’air épuisée mais heureuse à l’idée du couronnement. Au fil que je passais ma brosse dans mes cheveux et plus ils devenaient un brin plus doux et mieux brossé. Mes lèvres esquivèrent un sourire fier et je déposa avec douceur la brosse sur le bureau en pin avant de me sonder une nouvelle fois dans le miroir. Le tatouage sur mon visage était récent, mais il faisait bien mal. J’attrapa mon crayon et je vins passer le trait au-dessus de mes yeux, la finissant avant de sourire avant de terminer avec un peu de poudre sur le visage. Je commençais à être bien présentable pour la cour et la suite de l’évènement, enfin… Selon moi. Car oui. Trouver un homme était dans mes objectifs prochains de me trouver un compagnon de vie, puisque mon prétendant avait bien laissé notre mariage de côté… En le fuyant lâchement. Enfin bon, selon moi c’était et ça m’arrangeait. Je ne l’aimais pas du tout.

Je recula ma tête et je me sonda avant de me retourner et chercher la robe que je m’étais faite, il y a de cela plusieurs mois. Elle pouvait vous semblez bien simple comme robe, mais les robes de bal ne font pas à tout le monde. La robe que j’avais faite sur mesure avec l’une des anciens domestiques de ma mère m’allait, selon ses dires, parfaitement. Je peux bien me faire passer quelqu’un de vaniteuse. Mais je ne crois qu’aux paroles d’autrui, voyez-vous ? Je m’avança vers le pantin de bois où qu’était installé ma robe blanche et courte et je vins la retirer délicatement pour la sonder.  Pour moi, cette robe était parfaite pour une robe de bal même si elle me semblait courte. Et de plus, j’ai bien de la difficulté de danser la valse puisque je n’écoutais pas assez… Pour une princesse, je pouvais bien être rebelle. Je la déposa sur le lit et je me dénuda de mon peignoir afin de me retrouver en sous vêtement. Je me trémoussa faiblement devant mon miroir et esquiva un faible sourire amusé en m’habillant par la suite et me sonda une fois de plus. Je me semblais bien présentable…

-  Vous avez oubliez ceci, Princesse Seyhane

Je me retourna vers la voix féminine et j’esquiva un large sourire en reconnaissant l’une de mes amies de Jade. Moi qui ne croyais pas qu’elle allait me suivre à la trace. Je baissa mon regard et je sonda la couronne de fleur blanche et je m’approcha de mon amie en baissant légèrement la tête tandis que la rouquine s'avança vers moi, un faible sourire affiché sur son visage.

- Je l’avais oublié à Jade n’est-ce pas, Alexia ?
- C’est exact, vous l’avez oubliez sur votre lit. Je suppose que vous n’aviez pas prit attention et que vous êtes partis à la hâte. Je me trompe ?, demanda la jeune femme dans un rire amusé tandis qu’elle plaça la couronne de fleur blanche dans ma chevelure
- Non pas du tout,  tu as tout devinée. Je n’ai pas pensé à la prendre avant mon départ pour Émeraude…

Mon amie pouffa doucement de rire et recula d’un pas tout en redressant mon menton vers le haut pour me sonder. Je la fixa d’un regard timide et attendrit à la fois et je souris avant de reculer. Je devais sortir de la chambre et me rendre au couronnement. Je n’étais cependant pas en retard, mais je préférais arriver à l’avance afin de voir qui pouvait être présent ou pas. Dans un petit élan, je serra Alexia dans mes bras avant de reculer. Je savais pourtant que ça l’a rendais aussi mal à l’aise lorsque je le faisais. Mais c’était un tique. Je sonda ses joues rougis et soupira en lui tournant le dos et filer. Je me sentais mal, je ne voulais pas ressentir cette émotion durant la journée. J’espérais seulement qu’elle me comprenne…

~

Je courus jusqu’à la salle des festivités tout en tenant les pans de ma robe qui s’élevait dû au vent que j’effectuais durant ma course rapide. Il n’était pas trop tard, ce n’était pas commencé. J’avais simplement hâte pour le bal, l’alcool et les hommes… Surtout pour les hommes. Je suis incorrigible, veuillez me pardonnez. J’arriva finalement dans la salle, la cérémonie allait bientôt commencer. Mon regard se balança de droit à gauche tout à la rechercher d’un homme célibataire et bien bâtit. Mais. Ce n’était pour tout de suite, plus tard la chasse aux hommes. Ça pouvait bien attendre un peu, histoire pour écouter le serment de la jeune femme et du jeune homme.  Et tout commença. C’était Kessyane qui débutait son serment. Je resta bien attentive à ses dires, les yeux remplit d’admiration. Elle était vraiment belle dans sa longue robe émeraude, ça lui allait à la perfection. Mes yeux ne cessèrent de sonder la future Reine d’Émeraude tandis qu’elle prononçait son serment. Je ne pus m’empêcher d’avoir des frissons au dos et aux bras. Je sonda la jeune femme à ma droite et j’eu un sourire gêné avant de m’expliquer.

- Ce n’est qu’un coup de froid…

Elle me sonda quelques secondes d’une façon niais avant de regarder devant soi et je soupira légèrement en portant mon regard vers Eliot et Kessyane en les sondant. C’était maintenant au jeune homme a prononcer son serment. Je sentis mes jambes trembler sous la joie d’être présente durant la cérémonie, j’étais heureuse comme mon frère jumeau qui était maintenant le Roi de Jade depuis le départ de maman. Mes lèvres s’étirèrent pour faire place à un plus grand sourire tandis que le futur Roi termina ses mots. C’était terminé. Ils allèrent devenir Roi et Reine d’Émeraude. Les deux nouveaux monarques d’Émeraude se relevèrent tandis que je resta attentive à ce qu’il allait se passer. C’était Kessyane qui prononçait ses mots. Elle jurait, au nom de sa couronne de protéger son royaume des Soldats d’Irianeth et des Ombres, de surcroît. Je vins sourire et attendit que la jeune femme termine avant de lever poing dans les airs en hurlant ma joie en même temps que le peuple et les invités :

- Longue vie au Roi et à la Reine !!

J’étais heureuse pour eux, je sautillais sur place en riant vivement alors que la fête débutait pour tout le monde. Rhum et vin, sans oublier les confettis… C’était unique comme bal. Puis je perdis mon sourire, me souvenant que je ne connaissais personne ici depuis que j’étais élève d’Émeraude. Je ne voyais que quelques personnes anciennement écuyers devenus chevaliers présents à la fête, tout comme certains apprentis magiciens devenus magiciens. Du coup, j’eu un coup au cœur. J’aurai pu être comme eux si je n’avais pas décidé de fuir le Royaume d’ Émeraude pour retourner dans mon royaume natal. Je sonda le monde à la fête et je vins sourire faiblement en reculant vers le mur en sondant le peuple faire la fête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saya
Noble
avatar
Nombre de messages : 52
Rôle : Noble & musicienne
Date d'inscription : 25/07/2013

Plus sur le personnage
Âge: 29 - 34 ans [G18]
Rôle: Noble musicienne
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mar 06 Déc 2016, 17:44

Aujourd'hui, c'était un jour spécial comme je participais à un événement très important ! Je portais une robe avec des couleurs bleu foncé pour faire ressortir mon teint pâle, mais surtout un minimum mes cheveux bleus clairs qui avaient des rubans de la même couleur que mon habit pour me faire de longues couettes à cause de ma longueur étant donné qu'ils descendaient jusqu'au sol pratiquement. Ce vêtement contenait un énorme ruban au niveau du dos, sinon cela me descendait jusqu'à mes genoux et j'avais les épaules découvertes comparé à mes bras. Je portais des chaussures bleues qui m'allaient plutôt bien ! Au final... J'étais une femme possédant des yeux et des cheveux bleus, mais aussi des vêtements pareils et cela pourrait en surprendre plus d'un à mon avis. J'avais peur d'être tape à l'oeil au moment venu.

Je me trouvais en compagnie de mon mari Edmund, de notre fils Cahil et de notre fille Claire ! Nous étions présents pour le couronnement de mon frère Eliot, mais aussi de sa femme Kessyane qui se trouvait être l'héritière d'Emeraude et ma belle-soeur par la même occasion. Nous pouvions entrer à l'intérieur du château, car nous étions de la famille et nous étions bien habillés même si les gardes nous surveillaient et j'avais dû montrer l'intérieur de ma malle. Je possédais un violon, car je composais mes propres musiques depuis plusieurs années et je chantais de temps en temps ! Je n'avais plus aucun intérêt pour être dans l'armée ou me battre pour protéger les plus faibles depuis que j'avais mon deuxième enfant. Je m'étais rangé et je ne voyageais plus, sauf à de rare occasion pour me faire connaître en musicienne et chanteuse !

Je souriais avec joie, car tout se déroulait vraiment bien durant la cérémonie et j'en avais les larmes aux yeux comme je réalisais à quel point mère loupait quelque chose depuis son décès. Kessyane venait de mettre en place un nouveau conseil pour faire en sorte qu'une personne de l'ordre des chevaliers, de la tour, des nobles et du peuple puissent participer aux côtés de la royauté. Je trouvais ça très intéressant, mais je ne comptais pas inscrire mon nom ! Je n'aimais pas les responsabilités, enfin si... Seulement, cela dépendait de quoi il s'agissait précisément. En attendant, nous avions la reine et le roi qui nous disaient de profiter de la soirée et de ces belles promesses pour l'avenir dont j'avais encore un peu de mal à croire comme ce n'était pas forcément stable. Je doutais, même si j'avais confiance en mon frère et sa femme. Il me fallait seulement des faits accomplis pour y croire vraiment.

Je pouvais voir ma belle-soeur prendre la main de mon frère et lui demandé une danse, auquel ce dernier acceptait bien volontiers. Ils devaient ouvrir le bal et les festivités de cette manière, je les regardais tout en étant au côté de ma petite famille. Je portais Claire dans mes bras depuis le début, lorsque je pouvais voir le couple Royale se retiré de la danse pour se rendre sur les lieux du couronnement, j'en profitais pour déposé la petite dans les bras de son père.

- Je te laisse la garde de Cahil et Claire, le temps de rendre visite à mon frère et sa femme pour les félicités de notre part.

Je m'éloignais pour me rendre vers les amoureux. Je me trouvais à leur hauteur et je faisais la révérence comme cela montrait ma politesse. J'avais composé une musique pour le couronnement, c'était mon seul cadeau pour le coup et je n'avais rien d'autre en tête.

- Ma famille et moi-même, nous vous félicitons ! J'aimerais vous faire cadeau d'une musique composé par mes propres soins en compagnie de mon violon, si vous l'acceptez bien évidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edmund
Animateur - Archimage
Animateur - Archimage
avatar
Nombre de messages : 32
Rôle : Archimage
Date d'inscription : 20/08/2012

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Jeu 08 Déc 2016, 00:11


Un profond soupir s’échappa de la bouche d’Edmund au moment où il releva la tête vers la fenêtre, apercevant son fils à l’extérieur, déjà excité à l’idée de visiter le château d’Émeraude sous de nouvelles coutures. Pour le petit garçon, cette sortie familiale officielle devait plus ressembler à une grande aventure qu’à une fête pour le couronnement de sa tante. Il y aurait tant de personnes importantes sur place, tant d’êtres qu’il lui faudrait protéger dans le futur, mais dont, pour l’instant, l’existence ne représentait absolument rien. C’était encore un petit être de lumière, baigné de l’innocence de l’enfance, malgré la vitesse avec laquelle il serait projeté dans le monde adulte, violent, sanglant et triste. Pour le moment, il fallait protéger cette innocence, cette douceur enfantine, riante et festive, avant qu’elle ne s’échappe par tous les pores de peau de ce petit garçon blondinet.

Aux yeux de l’archimage, cette journée représentait bien autre chose. Même s’il n’avait pas de lien de parenté direct avec les futurs dirigeants du royaume, même s’il ne voulait pas nécessairement les féliciter pour le gain de pouvoir et la puissance militaire qu’ils venaient d’acquérir, même si, en fait, il allait simplement «féliciter» car il était coutume de le faire, qu’il lui incombait de le faire et qu’il souhaitait soutenir son épouse dans cet événement… Malgré toutes ces choses, il lui fallait se présenter personnellement pour une bonne raison : sa vie, sa famille et ses compagnons d’armes seraient maintenant sous les ordres de ces deux jeunes personnes. Qui étaient-ils, à quoi ressembleraient-ils, comment prendraient-ils les rênes du grand royaume que représentait Émeraude et comment affronteraient-ils leur peuple venu les fêter ? Edmund se devait d’observer tout cela de ses propres yeux. Peut-être serait-il présent lors d’un couronnement mémorable qui serait transmis de générations en générations. Peut-être assisterait-il à la montée sur le trône du plus grand couple dirigeant que cette histoire ait connue. Malgré toutes les incertitudes, malgré tous les doutes, toutes les craintes et les peurs qu’il pouvait avoir, malgré tous ces «peut-être», l’archimage était relativement certain que sa belle-sœur par alliance serait une excellente reine et que son beau-frère serait un très bon roi.

Mais c’était le destin d’un père de s’inquiéter pour le futur de ses enfants et Edmund n’y faisait pas exception !

Le roux étira doucement le cou, relevant les pans de la veste sombre qui lui couvrait les épaules pour les relever d’un geste vif et précis, faisant relever le dos du même coup. Il enligna soigneusement chaque élément avec les autres, s’assurant que chaque parcelle du costume était parfaitement placé, là où il devait être. En secouant la tête doucement, Edmund passant une main rapidement dans sa tignasse rousse, sursautant presque au contact de sa propre nuque, avant d’attraper le ruban bleu royal sur la chaise et de se l’enrouler autour du cou, le bouclant gauchement. Il avait gardé sa chevelure si longue durant de nombreuses années, mais les récents événements avaient exigés de lui un peu plus de sécurité et il avait, à contre cœur, demandé à son épouse de tailler sa chevelure au bas de sa nuque. Au final, le résultat lui allait assez bien, le rajeunissant même de quelques années, ce qui avait, bien sûr fait rigolé Saya plus que nécessaire.

Avec le temps, Edmund avait développé avec Saya une relation basée sur une tendresse et une douceur mutuelle. La naissance de leur premier fils et maintenant de leur petite fille avait resserré la force du couple qui, malgré toutes les difficultés, avait traversé le temps. L’archimage avait en sa femme une confiance aveugle et elle savait la lui rendre, au point où lors des départs d’Edmund vers d’autres royaumes, lorsque cela était nécessaire, ni l’un, ni l’autre ne s’inquiétait du sort de leur couple, de leur relation et de leur famille.

Edmund sursauta au contact de Saya qui lui avait simplement frôlé l’épaule, l’invitant à se retourner vers elle, ce qu’il fit sans attendre, une expression désolée sur le visage. Il ne savait définitivement pas nouer le ruban correctement et il avait l’air d’un fou. Relevant la tête en soupirant de soumission, Edmund se laissa faire quant à l’arrangement de ses vêtements. N’était-ce pas une journée très importante aux yeux de Saya ? Il pouvait bien faire l’effort d’avoir l’air respectable, surtout considérant qu’il possédait l’un des quelques rangs d’archimage de la Tour, ce qui le rendait, en soit, assez important et bien hiérarchisé. Un second contact le fit sursauter de plus belle, mais cette fois, ça ne venait pas de Saya…

Tournant vivement la tête vers l’arrière, le rouquin ne put réprimer un sourire en voyant son fils tenter d’attacher ce qui semblait être son propre ruban bleu autour de la queue de chat de son père. Seule et unique preuve de l’ascendance pardusse du maître-magicien, la queue rousse qui dépassait de l’arrière du pantalon adapté bougeait tranquillement de droite à gauche, empêchant le gamin d’effectuer une belle boucle avec le ruban. Au final, sur un regard de Saya, Edmund immobilisa volontairement la queue pour laisser son fils réussir et diminuer les chances d’une petite crise de larme ou de mécontentement général. Cette boucle ne ferait de mal à personne, de toute manière.

Sauf peut-être à son orgueil.

En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, la petite famille était sur la route, Claire au creux des bras de sa mère et le petit Cahil tenant fermement la main de son père, trépignant d’impatience à l’idée de retourner au château encore une fois. Saya avait prit la décision d’emmener son instrument de musique pour faire profiter à tout le monde de son fort impressionnant talent au violon, ce qui était, en soit, une excellente idée. Cette famille avait toujours eu un certain don pour la musique et ne serait-il pas intéressant de le montrer à tout le monde lors d’une grande fête ? Cela promettait d’être intéressant et fort plaisant !

Le chemin jusqu’au château se fit sans réel problème, outre les nombreux mécontentements de mademoiselle Claire qui ne semblait pas apprécier le joli soleil. Edmund avait offert à son épouse de porter la petite et de laisser Cahil marcher par lui-même, comme le grand garçon qu’il était, mais celle-ci avait refusé d’un petit mouvement de tête, étant donné qu’ils n’étaient plus très loin et que bientôt, elle pourrait être un peu plus à l’ombre. Il fallait avouer que malgré l’avancement dans l’année, les temps restaient relativement chauds. C’était déjà l’époque du neuvième mois et la terre semblait encore dégager la chaleur accumulée durant tout l’été, laissant les êtres vivants se déplacer sans problèmes et sans avoir besoin de se couvrir plus qu’à leur habitude. Et c’était tant mieux ainsi, surtout pour le couronnement ! Il n’aurait pas été agréable d’avoir tant de convives emmitouflés jusqu’au cou, incapable de se défaire de leurs habits supplémentaires.

Dès l’arrivée aux portes du château, les problèmes commencèrent. Edmund, tenant toujours Cahil par la main, avançait au milieu des autres invités, saluant d’un rapide sourire ses connaissances. Il s’efforçait de faire des petits pas, question d’éviter d’entraîner trop rapidement son fils dans le château et de le perdre de vue instantanément. Pourtant, ça ne l’empêcha pas de perdre Saya de vue. Elle n’était pourtant pas si petite que ça, il n’aurait pas dû la perdre de vue ! Tournant sur lui-même, le rouquin chercha rapidement une tête bleue du regard et lorsqu’il songea à sonder les environs pour retrouver la trace de sa femme, il fut interrompu par le contact physique d’un garde avec son épaule. L’archimage tourna donc son regard doré vers le garde, un peu surpris, surtout considérant le regard avec lequel le garde l’observait et le jaugeait. On aurait dit…


« Si vous voulez bien me suivre, Monsieur… »

C’était la boucle.  

C’était définitivement la maudite boucle attachée au bout de sa queue. On ne le prenait pas au sérieux ! Le prenait-on pour un ennemi camouflé ? Il lui fallait leur expliquer la situation, il lui fallait trouver Saya, et au plus vite ! Il fallait qu’il puisse leur expliquer sa relation avec les futurs dirigeants. Il n’essayait pas d’entrer en cachette, non, loin de là ! Il avait le droit d’être là, non ? N’avait-il pas été invité en même temps que Saya ? L’avait-il seulement été ? Y avait-il vraiment son nom sur la petite invitation qu’ils avaient reçue à la ferme ? Oh non ! Peut-être n’était-il pas sensé être là, peut-être n’était-ce que les réels nobles qui avaient le droit d’assister à la fête ! Et Claire ! Et Cahil ! Allaient-ils pouvoir entrer avec leur mère ? Probablement ! Bien sûr ! Il le fallait ! N’étaient-ils pas des descendants de la sœur du futur roi ! Mais ce roi n’allait-il pas le devenir par alliance ? Alors étaient-ils toujours importants en tant qu’enfants de la sœur de ce roi par alliance ? Comment allaient-ils faire pour rentrer à la maison, seuls ? Allait-on le laisser attendre ses enfants avant de devoir quitter ? On ne pouvait pas le garder ici, on ne pouvait pas l’enfermer et l’arrêter ! Il n’avait rien fait, non ? On ne pouvait pas l’exiler pour avoir tenter d’entrer à une fête, n’est-ce pas ? Il s’était même habillé proprement pour l’occasion… Ah.

La boucle.

C’était, au final, réellement la boucle, le problème, c’était certain.


« Monsieur… »

Edmund sursauta lorsque le garde l’avait doucement secoué pour attirer son attention. L’expression du garde était passée à une étrange moue d’inquiétude alors qu’il entraînait Edmund un peu à l’écart, tentant d’éviter les collisions avec les autres invités.

« Edmund ! »

Le rouquin releva la tête et aperçu le réconfortant visage de Saya qui lui souriait en lui envoyant la main. Devant elle se trouvait un garde qui observait tranquillement la malle contenant le violon de Saya avant de la refermer et de souhaiter une bonne journée à toute la famille, pinçant gentiment la joue droite de Claire au passage. L’archimage tourna le regard vers le garde qui l’accompagnait depuis quelques instants et celui-ci lui fit un sourire désolé.

« Vous n’aviez pas remarqué que votre femme et votre fille s’étaient arrêtées… Je voulais vous en avertir… »

Le roux balbutia quelques remerciements très gauches avant de se faire entraîner à l’intérieur du château par sa femme qui rayonnait plus que jamais. Quelques sabliers s’écoulèrent avant que le couronnement de commence réellement et Edmund dû rappeler à l’ordre Cahil à quelques occasions. Cela devait être ennuyeux pour un enfant, mais le couronnement ne durait jamais très longtemps, le temps des serments, des discours et ensuite, il serait libre. Presque libre.

Le couronnement, en tant que tel, fut fort en émotions. Tous étaient émus de voir la reine transmettre son autorité et ses pouvoirs à la prochaine génération, une génération nouvelle, fraîche et toute en puissance. Lorsque le nouveau roi et la nouvelle reine se tournèrent vers la foule, nouvellement couronnés, Edmund ne pu réprimer un mince sourire, applaudissant tranquillement, encourageant doucement son fils à en faire de même. S’ils n’avaient pas le caractère de diriger, en tout cas, ils en avaient la parfaite apparence. Ils étaient imposants, ils avaient l’air forts, ils avaient l’air confiants.

Puis vint le discours et ce fut comme un choc.

Un Grand Conseil n’est-ce pas ? Une réforme dès la première minute du règne ! Ça, c’était ce que l’on pouvait appeler une vraie dirigeante. Elle savait ce qu’elle voulait, elle avait des changements à effectuer et elle n’avait pas tardé à faire bouger les choses. Ça ne devait pas être chose facile que de se mettre rapidement à dos l’ancien conseil pour inviter le peuple à participer aux futures décisions du royaume. La noblesse perdait de nombreux pouvoirs, mais en même temps, les forces qui protégeaient le continent en gagnaient. Vraiment, c’était une grande décision, mais aux yeux de l’archimage, c’en était une excellente. Peut-être irait-il proposer son nom… N’avait-il pas dit vouloir assister à tous les changements, voir toutes ces grandes choses ? Eh bien il n’y avait pas de meilleure place que directement dans ce «Grand Conseil» !

Et la première danse fut dansée.

Edmund s’était doucement dandiné sur place avec son fils dans les bras durant la première danse, se disant qu’il pourrait ainsi retarder le moment où son fils exploserait de mécontentement et qu’il lui faudrait lui courir après partout dans la cour. Il avait applaudit en utilisant les mains de Cahil, le faisant ainsi rigoler un peu, avant de le redéposer sur le sol et de lui sourire gentiment.

Puis la tempête Saya fit son passage. Les conséquences : Edmund avait Claire dans un bras, Cahil lui tenait l’autre main et il était seul. Sa femme venait de l’abandonner avec leurs deux enfants au beau milieu d’une fête de nobles et de gens importants. Ça ne pouvait pas aller plus mal. Même s’il se savait être un relativement bon père à la maison, il n’avait jamais vraiment été excellent dans la gestion en public. Il finissait toujours par perdre son fils de vue ou encore à se retrouver avec d’autres enfants autour de lui qui lui demandaient des tours de magie.

Pourquoi les enfants l’aimaient-ils ?

Probablement à cause de la queue de chat.

Très probablement…

Soupirant, Edmund sourit doucement à sa petite Claire, lui embrassant rapidement le visage jusqu’à ce qu’elle rigole un peu, ce qui fit aussi rire Cahil au passage.


« Bon… Comme maman nous a tous abandonnés ici pour aller dire bonjour à votre oncle Eliot et votre tante Kessyane, on va aller s’amuser ensemble, tous les trois ! »

L’archimage fit un rapide clin d’œil à son aîné.


« Il semblerait qu’il y ait de la nourriture pendant la fête… Et si on gardait un petit secret… Et qu’on allait dévorer un gâteau entier !? »

À ces paroles, le regard de Cahil s’illumina de mille feux et il sautilla sur place. Edmund l’entraîna donc avec lui vers l’une des nombreuses tables où s’étendaient de nombreux plats plus appétissants les uns que les autres. Et ce fut à cet instant que le jeune archimage aperçu son sauveur. À quelques mètres de la table, Zäck lui envoyait tranquillement la main, un regard de sympathie sur le visage.

Ils étaient dans la même situation, il semblerait.


« Eh bien, eh bien, si ce n’est pas mon cher neveu ! Bien le bonjour Zäck, heureux de voir que tu te portes bien, mon bon ami…  Dis-tu bonjour à ton cousin ma chérie ! Allez, dis bonjour Claire… »

Chatouillant doucement la gamine, le maître-magicien sourit affectueusement au fils de sa grande sœur. La relation entre les deux hommes avait commencée à fleurir quelques années après le décès de Lyllianna, alors qu’Alizée et lui-même avaient reprit contact, qu’ils s’étaient expliqués l’un à l’autre et s’étaient pardonnés des péchés qui n’avaient pourtant jamais existés. Alizée avait été le pont entre le chevalier et l’archimage. Ils s’étaient découverts des points communs très prononcés et s’étaient rapidement liés d’amitié, au point où ils discutaient fréquemment ensemble, de tout et de rien, comme de bons amis.

« Tout un couronnement, n’est-ce pas ? Le royaume est entre de bonnes mains, j’en suis sûr… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah
Animateur - Archimage
Animateur - Archimage
avatar
Nombre de messages : 131
Rôle : Archimage
Date d'inscription : 19/07/2013

Plus sur le personnage
Âge: 29 - 34 ans
Rôle: Archimage
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Sam 10 Déc 2016, 19:32

Jouant nerveusement avec mes doigts, je me regardai dans le miroir. Je doutais de ma tenue. Je doutais de ma coiffure et surtout, je doutais de ma présence à cet évènement. La seule raison pour laquelle j’y allais, c’était essentiellement parce que les deux principaux intéressés étaient mes amis. Je connaissais la princesse Kessyane depuis toujours. Le seul problème avait été que nous nous n’entendions pas du tout… Enfant, elle était malade et pour moi, elle n’était qu’une faible. Sans parler qu’elle avait le titre de princesse qui… sans jamais l’avoir avouée, m’avait rendu jalouse. Bref, vient un moment donné que j’avais même eu de la pitié envers la rouquine et sa maladie. Et heureusement, on a vieillit. On réalise que c’était totalement stupide et au final, on oublie tout. Depuis quelques années, nous étions maintenant amies. Surement au grand plaisir d’Eliot. Le pauvre avait dû souffrir entre les deux… Cela me faisait étrange de savoir Eliot Roi… Déjà, la journée que j’avais assistée à leur mariage m’avait un peu troublée alors là à leur couronnement. Je savais bien que ça allait se produire un moment donné. Kessy était l’héritière. Eliot en la mariant était devenu le futur roi d’Émeraude. J’étais tout de même fière d’eux autres. Ils avaient grandement réussis dans la vie.

J’avais subtilement demandé à Kolth de m’accompagner. Lui disant qu’il aurait surement plein de belles princesses à faire danser. Mon fils était un gentleman né! Et j’en étais fière. Même si je ne l’avais pas porté en moi, même si je l’avais trouvé… Je l’avais élevé, aimer et fait de mon mieux. Je n’avais pas pensé devenir maman aussitôt. J’avais travaillé beaucoup sur moi-même lorsqu’il était arrivé dans ma vie. Faith m’avait aidé un peu, mais pas beaucoup. Elle était certes maman, mais à part ses enfants, elle n’était pas douée à s’occuper d’enfants des autres. De plus, nous étions toutes les deux beaucoup instinct animal qu’humain. Avec Kolth ça avait aidé. Il aimait mieux être sous forme animal qu’humaine. Voilà pourquoi le courant avait passé si facilement. Le seul problème, c’était qu’il avait un beaucoup plus gros caractère. Et que je savais parfaitement qu’il n’était pas la même race que moi. Il n’était pas juste métamorphose. Il était… Je ne sais pas ce qu’il était. Je n’osais pas non plus faire de recherche. Je voulais le garder près de moi. Je n’avais jamais ressentie cette peur de perdre quelqu’un. C’était drôle de voir comment on finissait par s’attacher à une personne des fois…

Je restai encore debout devant le miroir, m’observant un instant. Est-ce que tout était correct? Je ne voulais pas faire honte à mes amis non plus. Rare était les fois que je ne me sentais pas sur de moi. Habituellement, j’évitais ce genre de situation. Ça toqua à la porte et je n’eus même pas le temps d’aller ouvrir que Kolth était déjà la chambre. Tout beau, il semblait aussi inquiet que moi d’aller à cette soirée. Je ne pus m’empêcher de lui envoyer une vague d’apaisement. Le pauvre, je ne voulais pas qu’il passe une mauvaise soirée.

« Alors mon chéri, prêt à faire danser les jolies princesses? »

J’essayais de le faire sourire un peu et montrer un peu de joie de vivre face à l’évènement. Mon regard se posa sur Zäck et sa petite famille. Avait-il sentie que je risquais de ne pas venir si je partais seule? Peut-être. Zäck était sensible à ce que ses amis ressentaient et était toujours prêt à aider. D’une manière ou d’une autre, j’étais bien heureuse de les voir ici. Je me regardai une dernière fois dans la glace avant de décider à sortir de ma chambre. Je passai ma main derrière le dos de Kolth afin de le pousser vers la sortie.

« Eliot Roi… Qui aurait pensé cela quand nous étions enfants… Je suis certaine que Kessy a juste eu pitié de lui. » Je ne pus m’empêcher de rire un moment. « Bon bon… Allons voir quel style de personnes est convié à ce genre d’évènement. »

Je me doutais bien. Des nobles et essentiellement de la royauté… Surement quelques chevaliers d’Émeraude. On ne m’en voudrait surement pas si je ne passais que quelques temps et que j’oubliais d’aller danser… C’est sur ces pensées que je traversai la porte afin de rentrer dans la salle ou le couronnement se fera. Mon regard alla partout. J’essayais de voir qui était présent. Qui ne l’était pas. Bien des visages m’étaient inconnus. Heureusement pour moi, le couronnement commença. Kessy était magnifique. Eliot était tout aussi beau! Vraiment, le futur roi et reine du royaume étaient tout à leur honneur. Le silence était bien présent tout le long. Jusqu’à la fin. Kessyane avait commencé son discours. L’avait-elle préparé avant? Peut-être. Surement en fait. Je ne me voyais pas parler autant sa avoir préparer le tout. Elle parla du conseil de la royauté qui devenait maintenant le Grand Conseil. Hum, intéressant, si l’idée était bien exploitée. Tout cela pour maintenant passer au bal. Hum, vous êtes certain que c’était terminer les paroles?

« Longue vie au Roi et à la Reine! »

Ah bah oui. C’était bien terminer. J’applaudis avec la foule et regarda Zäck en riant. J’étais heureuse pour eux. Ils méritaient d’être heureux et d’avoir atteint un but précis dans la vie. Les gens commençaient à se déplacer tranquillement. Toute suite, j’allais me placer un peu plus à l’écart et me trouva quelque chose à boire afin d’avoir les mains libres. Je me doutais que Kolth irait certainement voir quelques personnes. Zäck accordera une danse à Serah et à la limite je pourrai m’occuper de Chloé. Voilà une chose de régler!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergei
Baroudeur
avatar
Nombre de messages : 158
Rôle : Ex Chevalier d'Emeraude/Aventurier
Date d'inscription : 02/01/2015

Plus sur le personnage
Âge: 22-27 Ans en G18
Rôle: Ex d'Emeraude/Baroudeur
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mer 14 Déc 2016, 10:32

Sergei c'est lever très tôt comme à son Habitue, il est allé pris son petit déjeuner, puis il est allé s'entrainer en attendant l'heure du couronnement et du bal organisé par kessyane.

Tout Endikiev est invité au couronnement de la nouvelle Reine Kessyane et au bal qui suit. l'heure de la fête arrive, Sergei décide de s'y rendre au moins en tant chevalier pour féliciter la nouvelle reine et le nouveau roi. Bien qu'il ne connaisse pas vraiment Kessyane ni même Éliot d'ailleurs.

Avant de partir Sergei ont mis un costume bleu clair et le pantalon qui va avec pour être bien habillé pour la cérémonie et pour le bal.
 
Une fois dans la salle il peut voir certaines personnes déjà là Mais pour le moment il ne connaît personne dans la fête à part Alys, qui a été son écuyère pendant 5 Ans avant de complètement changer de voie.

Le couronnement est fini c'est bientôt l'heure du bal. c'est le moment que choisit Sergei pour s'approcher du couple royal et les féliciter pour leur nouveau rôle.

A Eliot et Kessyane :"Bonjour je suis le Chevalier Sergei. Je passais juste félicitez vos Masjetés pour leurs couronnements."

Une fois cela fait il attend que ceux-ci répondent puis il prend congé d'eux pour se rendre au bal, mais avec qui c'est vrai qu'il n'a encore pas de cavalière enfin il verra bien. Peut-être va-t-il en trouver une pendant le bal. Peut-être même que cela ira au-delà qui sait, la vie réserve des surprises parfois. Enfin bref on ne va pas s'éterniser sur ça.

L'heure du Bal arrive, Sergei décide d'aller faire un tour pour se trouver une cavalière du moins il espère en trouver une. Il n'a pas du tout envie de passer sa soirée seule. Il aimerait aussi se trouver une femme et avoir des enfants qu'ils soient adoptés ou naturels, le mieux se serais d'avoir un peu des deux. mais cela semble difficile à trouver.

Pour l'instant toutes les personnes déjà présentes au bal, semblent déjà être avec quelqu'un. Comment trouver quelqu'un qui n'a pas encore de partenaire dans tous ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enola
Esperita
avatar
Nombre de messages : 147
Rôle : Reine d'Esprit
Date d'inscription : 30/12/2012

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Ven 30 Déc 2016, 07:51


Enola venait de recevoir une missive des plus importante ! Elle provenait d’Emeraude. Sans attendre elle l’ouvrit craignant une mauvaise nouvelle. Pour sa plus grande surprise il s’agissait d’une très bonne nouvelle. Une invitation au couronnement de la princesse Kessyanne . Sans une, ni deux elle commanda deux capes en fourrure de dragon des mers avec le blason d’émeraude .

Elle passa chez son couturier. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas quittée Esprit et devait représenter son peuple comme il se doit. Elle se fit faire une magnifique robe de bal bleu glace sertie de dentelle blanche, cela irait parfaitement avec sa cape . Elle écrivit ensuite une lettre à sa fille, jeune élève à la Tour afin qu’elle se commande également une belle robe rappelant les couleurs de son royaume.

Une fois cela fait, et de nombreux problèmes commerciaux résolus Enola se prépara à prendre la route pour Emeraude. Quelques jours plus tard, elle récupéra sa robe et entama son long périple vers la forteresse verte. La route serait longue, une semaine environs, elle le savait. Mais elle tenait absolument à s’y rendre.

Elle prit la route avec ses meilleurs gardes. Le trajet se fit sans encombre, la reine était tout simplement impatiente de retrouver sa fille qu’elle avait laissé aux mages pour faire son éducation magique.  

A son arrivée au château d’Emeraude, la Reine fut installée dans la chambre de sa défunte mère. Puis rapidement elle alla voir sa fille.  Elle décida de passer le reste de la soirée avec elle . Le lendemain matin de bonne heure elle commença à se préparer. Elle fût prête de bonne heure, et se rendit à la réception. Comme elle s’y attendait  la cérémonie fût splendide. Même si Kessyanne était jeune, elle serait une très bonne reine. Du moins tel était l’avis de la reine d’Esprit. Elle tenta de s’avancer vers Kessyanne et Eliott, mais ces derniers ne furent pas accessibles de suite.

Quand elle pu s’avancer vers eux. Elle commença :

-Roi Eliott, Reine Kessyanne , Votre cérémonie était magnifique. Je tenais à vous offrir ceci en gage d’amitié.

Elle tendit un paquet à Eliott et un à Kessyanne . Ces derniers contenants les magnifiques capes avec le blason d’Emeraude.

-Bien que mon royaume soit en difficulté vous pouvez compter sur mon soutien. Soyez-en certains. Je suis sereine de savoir ma fille au sein de votre forteresse ; je la sais en sécurité et je vous sais dévoué à votre peuple c’est là le plus important. Sachez également que ma porte vous sera toujours ouverte.


Elle prit ensuite congé. Laissant ces jeunes souverains à leur fête. Cela n’était plus vraiment de son âge Revenir au château lui rappelait tellement de souvenirs… cela n’était pas chose simple pour la reine Enola. Mais elle l’avait fait pour sa fille et pour Kessyane, car elle avait toujours été très proche d’Emeraude.

Elle sortit ensuite dans les jardins, et y retrouva ses loups qui se mirent à hurler à la pleine lune. La nuit était splendide…..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrili
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 113
Rôle : Chevalière d'Émeraude
Date d'inscription : 26/01/2015

Plus sur le personnage
Âge: 24 - 29 (Gen 19)
Rôle: Ex Chevalier d'Émeraude
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Jeu 05 Jan 2017, 23:07

Ah, le jour du couronnement était enfin arrivé. Tout le monde était invité et bien sûr tout le monde allait mettre leurs plus beaux habits. Il va y avoir un grand buffet, de la musique et des danse tout était parfait pour faire part de ses sentiments à la personne que l'ont aime. Oui... le jour idéal et j'allais en profiter pour avouer mon amour pour Alyss. Sauf que cette fois je devais être parfaite pour l'impressionner j'avais donc décidé de prendre ma forme humaine. Sous cette forme j'étais tout as fait normale, juste une femme bien proportionnée à la chevelure noire abondante, ondulée et plutôt longue qui encadrait bien mon visage à la peau mulâtre et mes yeux de couleur saphir.

Je m'étais préparer au mieux de mes connaissance au niveau de la coiffure se qui n'était pas aussi bien que je l'espérais, mais une simple queue de cheval haute accompagné d'accessoires décoratif pour cacher la petite corde de cuir faisait l'affaire. J'ai du demander de l'aide de ma mère adoptive, Morgane, pour trouver une robe qui m'irait bien. J'Avais trouvé une robe longue de couleur crème avec des motif mauve dont les manche s'arrêtaient après les coudes, mais laissaient les épaules à découvert. Quelques accessoires doré et cuivré telle une ceinture, collier et boucles d'oreilles pour compléter le tout et j'étais enfin prête pour le bal. Mais, avant la cérémonie de couronnement devait se faire.

***

Après que la cérémonie fut terminé le bal a pu commencer avec le couple royal pour l'ouvrir avec une danse. En les voyant je ne pu m'empêcher de me perdre dans mes penser et m'imaginer avec Alyss à leur place. Alyss.... Je devais la trouver si je voulais vraiment danser avec elle et lui avouer mes sentiments. Je regardais un peu partout en demandant aux gens s'il l'avait vu. Une très grande fille rousse de plus de deux mètres m'a dit qu'elle l'Avait vu danser avec une gamine. Je l'ai remercié avant d'aller la retrouver et ce qui se passait sous mes yeux avait réussi à m'arracher un sourire. Elle dansait, perdu dans ses pensé avec un cavalier imaginaire. Je n'Avait plus qu'à saisir cette chance et prendre place. C'était trop beau pour que j'ignore cette chance, j'étais décidée à y aller. J'avais commencer à me mettre devant en suivant sa vitesse et au moment venu je lui ai pris les mains en continuant de danser sans ralentir le pas. Sa réaction m'avait fait sourire et ricaner même.

- Je me suis permis de m'inviter dans cette danse pour te tenir compagnie. Tu sais... Tu es vraiment magnifique ce soir Alyss.

Je me contentais de lui sourire et la regarder dans ses magnifique yeux. Elle devait surement être étonnée de me voir sous ma forme humaine. Elle qui savait à quel point je préférais me forme normale et puma plutôt que celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Animateur - Archimage
Animateur - Archimage
avatar
Nombre de messages : 108
Rôle : Archimage
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 18-22 ans (G19)
Rôle: Archimage
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Jeu 12 Jan 2017, 13:55

La musique était ennivrante. Cela faisait un bien fou, toute cette histoire. Alyss n’étais pas du genre fêtarde, mais pas du tout, mais la musique, danser, les Bals quoi, elle adorait. Cela lui faisait un peu oublié ces petites misères et lui redonnait cette joie de vivre d’antan. Comme si jamais rien ne c’était passé. Elle jetait par moment quelques coups d’œil autour, sans réellement voir. Elle se contentait de laissé son regard coulé sur les autres danseurs afin de suivre la danse de groupe. Tantôt avec un cavalier, tantôt avec un autre, elle adorait les quadrilles. Surtout que tous semblaient bien heureux de danser tout comme elle, alors comment ne pas sourire à pleine dent en cette belle soirée?

Ce fut lorsque la musique fit place à une nouvelle forme de danse qu’Alyss avait choisi d’accordé celle-ci à Caliel, de la danser avec lui, même s’il n’était pas là, il était dans son cœur. Si elle fermait les yeux, elle pouvait presqu’avoir l’impression de sentir ses mains dans les siennes et peut-être même, si elle osait, une main dans son dos. Elle se perdait dans ses rêveries à imaginer ce que serait cette soirée s’il était ici à cet instant. Sans pensée à rien d’autre, ni aux couleurs, ni aux guerres et aux règles non ‘écrites. Juste à ce moment qu’elle aurait aimé avoir avec son ange. Celui qui la sauvais sans réellement le savoir durant ces nuits qu’ils passaient dans ce monde utopique, loin de tout et de tout le monde. Rien qu’eux à discuter, à rire, courir, danser, voler.

Puis, alors qu’elle rêvait à tout ceci, les yeux fermés, trouvant le moyen de rester gracieuse et de ne foncer dans personne, elle n’avait pas remarqué que quelqu’un c’était approcher. Elle sentie alors des mains se glisser dans les siennes. Sur le moment, elle se demanda si son imagination pouvait être si puissante pour lui faire ressentir un contact qui semblait plus que réel. Ce qui la poussa à ouvrir les yeux fut plutôt qu’elle réalisait que cela n’avait rien du contact de Caliel. Notamment le fait que ses mains étaient bien plus grande et robuste que celles qui tenait maintenant les siennes. Aussi le fait qu’elles semblaient dénuées de gants, chose que le Chevalier d’Irianeth portait toujours dans cet univers ci. Le parfum qui vint lui chatouillé le nez n’avait rien de l’odeur de son Cavalier du cœur, alors elle ouvrit les yeux et fut surprise d’y voir une jeune femme à la chevelure ébène suivre ses pas.

Sa danse fut légèrement déstabilisé, mais d’un regard extérieur sans doute que cela ne parut aucunement, mise à part pour celle qui venait de la rejoindre, qui put ressentir un certain soubresaut dans ses pas. Bien que son apparence était presque inhabituelle aux yeux d’Alyss, elle sut cependant rapidement reconnaître dans ses yeux et son énergie qu’il s’agissait de son amie, Azrili. Celle-ci avait choisi une apparence plus humaine qu’à l’accoutumé, sans doute pour l’occasion spéciale qu’étais le Bal. Elle ne l’avait vue ainsi qu’à de très rares occasion et la dernière fois remontais à… Leur enfance. Elle lui offrit son plus beau sourire alors qu’elle prit la parole, ce qui étrangement, la gêna un peu, faisant légèrement rosir ses joues. Elle sera un peu d’avantage ses doigts contre deux de son amie. Heureuse de cette surprise.

-Merci Az, mais que dire de toi? Tu es splendide. Ça fait différent des tuniques, n’est-ce pas?

Elle sourit et se détacha d’une des mains de son amie pour la faire tournoyer un peu en riant, puis, elles se rapprochèrent de nouveaux, continuant leurs pas au rythme de la musique. L’ambiance était légère et la proximité de son amie lui faisait plus que plaisir. Elle était après tout bien heureuse de pouvoir partager un moment aussi agréable avec quelqu’un qu’elle appréciait autant. D’ailleurs, si celle-ci ne se serait pas joint à elle, sans doute que la rosette aurait fini par lui demandé de danser, une fois qu’elle l’aurait repéré dans les environs. Peu importe le sexe, cela n’avait pas d’importance tant que l’on s’amusait. Après tout, elles étaient maintenant amies depuis plusieurs années et elles se connaissaient bien. Bien que cela pouvait parfois attirer l’attention, il n’y avait rien de déplacer à danser avec une personne du même sexe, surtout pas dans un Bal et dans tous les cas, cela était bien loin dans son esprit, elle ne faisait que profité du moment présent, sans réfléchir plus qu’il ne le fallait. Le devait-elle de toute façon? Non, ce n’étais pas nécessaire. Entre temps, la chanson était terminer sur une douce note et faisait maintenant place à une cadence plus lente.

Alyss avait relâché temporairement son amie pour observer les environs avec un certain intérêt, comme si elle cherchait tout de même à reconnaître certains visages familier, s’assuré qu’ils s’amusaient eux aussi. Elle repéra Zäck un peu plus loin et lui fit un sourire. Il n’y échapperait pas, elle voulait danser avec lui aussi, peut-être un trio avec Chloé? Il fallait dire qu’elle comptait aussi danser avec son père. Ont peu s’arranger..., puis Quant à Lilianna, celle-ci lui avait mentionné dans une lettre qu’elle comptait être présente au Bal, mais elle ne l’avait pas encore vue. Dans tous les cas, elle se ferait un plaisir de la présenté à son amie, elle était persuadée que les deux intéressée s’entendraient bien. Quoi qu’il en soit, le duo reprit la danse. Elle avait l’impression de sentir une certaine nervosité chez son amie et se demanda ce qui pouvait bien, peut-être, la tracassé. Après tout, c’était dommage en vue de cette belle soirée, non?

-Quelque chose te tracasse? Tu sembles nerveuse. En tout cas, si c’est à propos de tes pas, je trouve que tu fais une excellente Cavalière!

Dit-elle, non sans laissé son rire cristallin se propagé un peu sur la piste de danse. Un peu gêné par l’écho de celui-ci, elle baissa un peu la tête pour revenir ensuite rapporter son attention sur son amie d’enfance. Entre temps, deux jeune homme, sans doute des Nobles s’approchèrent un peu timidement du duo afin de les invités à danser afin de formé une ‘’pair’’ plus conventionnelle. Alyss ne les avaient alors remarqués que lorsque l’un d’eux avait fini par prendre la parole. D’ailleurs, l’un des deux visages lui disait quelque chose, celui-ci avait échangé quelques mots avec elle au tout début de la soirée, avant que Zäck n’apparaisse.

-Oh, mais ma charmante Cavalière du moment et moi comptons bien encore danser sur les notes de cette mélodie, si vous n’y voyez aucun inconvénient… Et je ne saurais non plus me prononcer à sa place.

Sur ses mots, elle jeta un bref regard à son amie, tout en offrant un sourire aux jeunes Nobles. Ce qui était bien dans ce genre de soirée c’était que tout le monde voulait danser et Alyss, bien entendu, ne pouvait pas refusé puisqu’elle adorait cela. D’un autre côté, elle appréciait bien le moment avec son amie et n’avait pas envie nécessairement de brisé leurs pas tout de suite.

«Oh, mais prenez tout le temps qu’ils vous faut mes lady, tant que vous nous promettez au moins une danse.»

Sur ces mots, les deux jeunes hommes s’inclinèrent et s’approchèrent du bar afin de prendre un verre et discutailler. Du moins, quelque chose comme ça, puisque dès qu’ils quittèrent son champ de vision, Alyss avait rapporté son attention sur son amie.

-Ma lady.

Avait-elle dit d’un ton un peu exagérée et visiblement amusée, tout en faisant une brève révérence à son amie, tenant les pants de sa robe immaculée pour reprendre de nouveau les mains de celle-ci et l’invité dans un amusant tourniquet, faisant flotté leurs robes au gré de leurs pas et de leurs rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t10436-alyss-d-emeraude
Kenshin
Jade
avatar
Nombre de messages : 57
Rôle : Roi de Jade
Date d'inscription : 22/11/2014

Plus sur le personnage
Âge: 24-29 ans
Rôle: Roi de Jade
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Lun 30 Jan 2017, 12:57


Éreinté par le voyage, Kenshin tomba de tout son long sur un grand lit. Confortable et sentant merveilleusement bon, il reconnut de suite la grandeur d’Émeraude. Sans parler, il admirait la beauté de cette chambre. Lui, un hôte de marque, avait droit au meilleur et c’était le cas. Ce château était formidable, il l’avait toujours su, même s’il n’avait eu finalement que peu d’occasions de s’y trouver. Son père lui non plus ne venait pas très souvent sur ces terres. Les jadois étaient réputés pour vivre au calme, chez eux. Même si Kenshin brisait de nombreuses habitudes, il n’avait pas cherché à trop voyager. Ses rares excursions hors de ses terres le conduisaient généralement aux royaumes alliés dans lesquels des membres de sa famille se trouvaient. L’on pouvait citer à ce titre Fal ou encore Rubis.


Les yeux clos, le Roi de Jade profitait de ce temps calme pour se reposer. À ses côtés, sa magnifique Reine était elle aussi présente. Faire le voyage avec elle était plus agréable que de le faire seul, à n’en pas douter. D’autres membres de sa famille étaient aussi venus. Le prince Sokkin et la princesse Seyhane étaient de ceux-là. En tant que chef de la garde royale et général de Jade, la place de son benjamin était naturelle. Celle de sa petite soeur tenait plus à un pur respect du protocole. Elle était de sang royal, et même s’il n’avait que peu d’affinités avec elle, sa présence au château se justifiait amplement. Qui plus, est si le sort était favorable, peut-être même trouverait-elle un nouveau parti. Les princes ne manqueraient assurément pas durant le couronnement des nouveaux suzerains d’Émeraude.


En effet, c’était bien de cela dont il s’agissait. Au lendemain, dans la soirée, Kessyane et Eliot seraient couronnés Roi et Reine d’Émeraude. Un tel évènement n’avait lieu que très rarement. Au vu de l’importance dudit royaume, un tel spectacle n’était véritablement pas anodin. L’ordre était certes au service de tout Enkidiev, mais nul n’était sans savoir qui commandait vraiment. En comparaison, le couronnement de Kenshin lui-même n’avait eu que très peu de succès. Au fond de lui, le souverain de Jade jalousait cette puissance, cette notoriété et cette importance. Malheureusement, il n’y avait rien à faire contre cela. Émeraude dirigeait presque Enkidiev seul depuis des siècles et ses terribles chevaliers lui procuraient une armée d’une puissance incommensurable pour le commun des mortels.


Malgré tout ce qu’il ressentait de négatif, Kenshin savait bien qu’il devait faire bonne figure. C’était donc naturellement qu’il était venu avec des présents pour les époux royaux. Qu’ils dirigent ou non Émeraude, ils étaient des monarques d’Enkidiev et à ce titre Kenshin se devait de respecter l’étiquette et de leur offrir un cadeau. Il devait en être ainsi, il n’inventait rien, il suivait tout simplement la coutume. D’un coup d’œil, il regarda les cadeaux. Feraient-ils plaisir ? Nul besoin de se triturer les méninges, il le saurait bien assez tôt après tout. À présent, il ne lui restait plus qu’à attendre que le moment de la cérémonie soit venu. 



* * *




Calme et silencieux, Kenshin se laissa placer par les gardes royaux d’Émeraude. Grâce à son titre et l’importance, il avait droit de se trouver particulièrement proche de la scène où aurait lieu le couronnement. C’était un honneur que les futurs époux faisaient aux différents monarques du continent. Bien que cette attention soit naturelle, le souverain de Jade saluait intérieurement cette belle initiative. Depuis toujours, il aimait qu’on respecte son rang et qu’on le traite avec respect et toute la déférence qui devait y être associée. En cette magnifique soirée, tel était le cas et il n’en fallait pas plus pour le ravir.


Tandis que son épouse se trouvait à ses côtés, sans pour autant qu’il ne lui adresse la parole, Kenshin ne cessait de scruter la grande salle. Cet endroit était tout simplement magnifique. Il était évident que tout le monde s’était donné beaucoup de mal pour faire de la pièce un sublime lieu de couronnement. Il y régnait le luxe, le faste et la beauté. Les décorations étaient de bon goût et il y avait même des effets de magie. Depuis toujours, le Roi de Jade étant fasciné par tout ce qui était magique, il ne pouvait que difficilement contenir son admiration pour la salle. En effet, se devant de faire bonne figure, Kenshin gardait un air froid et impassible. C’était sa façon d’être. Un Roi ne pouvait pas s’émerveiller se la première chose venue tel un vulgaire badaud. Très à l’aise dans tenue de soirée typiquement jadoise, il s’efforçait de garder une posture digne de son rang. D’un œil extérieur, il aurait été simple de voir en lui un exemple parfait de monarque arrogant et méprisant. Après tout, c’était en grande partie ce qu’il était.


Soudain, les musiciens se mirent à jouer. Alors qu’un air solennel se répandait dans l’air, les grandes portes s’ouvrirent. Au fond, Kenshin put apercevoir les futurs monarques avancer. Leur démarche était sûre, même si le Jadois pouvait aisément voir qu’ils n’étaient vraiment pas rassurés. Comment leur en jeter la pierre ? Lui-même s’était senti bien intimidé le jour où il avait pris les rênes de son royaume. Fallait-il donc leur en tenir rigueur ? Absolument pas ! Quand ils arrivèrent à destination, la cérémonie commença véritablement. La Reine Zoelie en personne s’occupa de leur couronnement. L’un après l’autre, ils furent déclarés Roi et Reine d’Émeraude. Alors à genoux, leurs couronnes furent posées sur leurs têtes. Par cet acte, ils devenaient souverains. C’était un grand moment. Comme tout le monde ici présent, Kenshin rendit honneur aux monarques en les applaudissant.


Alors que tout se passait bien, les choses se gâtèrent. Suivant son intronisation, la Reine Kessyane voulut faire un discours. Parmi tout ce qu’elle expliqua aux invités, une annonce indigna farouchement Kenshin. Le Conseil de la Royauté allait changer pour devenir le Grand Conseil. Malheureusement, les choses ne s’arrêtaient à une banale modification de nom, c’était bien dans la forme qu’il allait évoluer. Bientôt, il ne serait plus réservé aux seuls Rois d’Enkidiev mais bien à son peuple. Des places seraient distribuées à la population, à la Tour des Mages et même à l’Ordre d’Enkidiev. C’était un scandale, une véritable insulte. Un tel affront était indigne d’une reine. Comment pouvait-elle se permettre de souiller de la sorte une organisation qui existait déjà depuis bien longtemps. Le grand-père de Kenshin, Eric de Jade, avait lui même siégé au Conseil de la Royauté. Fallait-il qu’il accepte de le voir aujourd’hui perverti de la sorte ? Non, en aucun moyen, c’était inacceptable.


Bien qu’il soit furieux, le Roi de Jade s’efforça du mieux qu’il pouvait de ne pas faire de vagues. Il aurait été tout aussi lamentable de faire une scène. Ce n’était pas son genre. En bon souverain respectueux de l’étiquette, il allait faire les choses dans les règles. Il était primordial qu’il s’entretienne avec le couple royal. Plus précisément, avec le Reine Kessyane. Cependant, il fallait savoir faire les choses intelligemment. Patient, Kenshin attendit que les souverains d’Émeraude aient fini de danser. Cela fait, ils se mirent en place pour recevoir les félicitations des invités ainsi que d’éventuels présents. De son côté, le jadois pensa qu’il était préférable d’attendre un peu pour se présenter. En effet, de nombreuses autres personnes attendaient déjà leur tour.

Pour passer le temps, Kenshin alla se servir à manger. Il put constater que la gastronomie servie était d’une grande qualité. Quand finalement, il vit qu’il disposait d’un créneau pour aller voir les époux, il ne se fit pas prier. En compagnie de Sokkin, il alla à leur rencontre. Arrivé à leur niveau, les deux jadois s’inclinèrent légèrement, par preuve de respect. Bien que le visage du souverain de Jade reste tout aussi froid qu’à son habitude, sa voix était plus chaleureuse.


« Reine Kessyane, Roi Eliot, le royaume de Jade vous présente ses félicitations. Puisse votre règne à venir être faste et glorieux. »


Tout en se retournant légèrement, Kenshin fit signe à son frère de s’avancer. Lui et quelques serviteurs portaient les cadeaux destinés au couple royal. L’air fier de ses présents et de manière on ne peut plus solennelle, il les présenta à ses hôtes.


« Roi Eliot, j’ai l’insigne honneur de vous offrir cette bouteille de saké de renommée mondiale. Cet alcool à base de riz fermenté est la spécialité exclusive du Royaume de Jade. Dans cette bouteille de cristal se trouve le plus délicieux et le plus rare de tous. Chaque année, seules dix Larmes de Hope sont embouteillées. Je peux vous garantir de la grande qualité de ce breuvage, que seule la famille royale jadoise est généralement autorisée à consommer. J’ai grand espoir que ce cadeau des Dieux vous ravisse. »


Faisant suite aux paroles de son frère, Kenshin s’avança légèrement pour poser la bouteille de Larmes de Hope aux pieds du souverain d’Émeraude. Bien plus grosse que les autres, elle faisait pas moins de deux litres. Entièrement faite en cristal, on pouvait y retrouver des décorations en fil d’or et des gravures aux armoiries de Jade. Il s’agissait là d’un présent inestimable. En revanche, rien ne garantissait qu’Eliot l’apprécierait.


« Pour vous, Reine Kessyane, j’ai le plaisir de vous offrir un assortiment de kimono du plus pur style jadois. Vous n’êtes pas sans savoir que notre style vestimentaire diffère un peu du vôtre. Ces tenues que mon royaume vous donne ont été faites par la plus grande couturière dont nous disposons. Si dans le futur, vous désirez venir gratifier nos terres de votre présence, vous aurez des vêtements locaux. Si toutefois ce présent ne vous sied guère, j’ai pris l’initiative d'apporter un collier en or serti d’un imposant rubis. »


De la manière que pour le Eliot, les serviteurs de Kenshin remirent les offrandes à la Reine. Cela fait, le suzerain de Jade leur fit signe de le laisser seul. Sokkin s’inclina à nouveau et s’en alla. Seul face aux monarques, Kenshin croisa les bras dans son dos. Il se devait de poser une question à le Reine, même si la réponse n’avait pas forcément de grandes chances d’être positive.


« Pardonnez-moi d’être soudain si cavalier, Reine Kessyane, j’aimerai cependant vous faire une demande. Vous serait-il possible de m’accorder une brève audience en privée ? J’ai à vous faire part d’une chose de grande importance. Peut-être le Roi Eliot saurait-il seul faire face à cette foule le temps de quelques minutes ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
#Evrard
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 917
Date d'inscription : 18/10/2009

Plus sur le personnage
Âge: 74 - 79 ans [G18]
Rôle: [PNJ] Chevalier d'Emeraude
MessageSujet: Re: The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9 Mer 01 Fév 2017, 19:34


Les événements prennent parfois des tournures étranges, inattendus, et corrèlent parfois de manière curieuse et déroutantes. Aujourd'hui était le jour du couronnement et du bal. C'était un honneur, pour Evrard, d'assister à ce nouveau règne. Il ne s'était pas levé excessivement tôt, paressant au lit : une fois n'est pas coutume. Une fois... ? Ou peut-être deux... Ou trois. Les temps étaient calmes, et Evrard en profitait beaucoup. Bien sûr, le reste de la journée, il ne chômait guère, mais une petite matinée à roupiller, était-ce demander la lune !? Il commença d'ailleurs cette matinée en serrant le corps de sa chère et tendre femme dans le creux de ses bras. Sa perle nacrée pour qui, depuis tant d'années, ses sentiments n'avaient en rien faiblis.

La journée alla de bonnes surprises en bonnes surprises, pour les uns comme pour les autres. Chassant au loin les sombres nuages qui envahissaient trop souvent le ciel, Evrard s'était paré de son sourire aux dents inégales. Alyss – cette tendre et soyeuse jeune fille qu'il avait élevé et aimait comme sa propre fille – leur avait fait, à Miyäck et lui-même, une délicieuse surprise. Lui-même avait tenu à lui donner, pour présent, une belle robe de bal pour qu'elle puisse danser. Evrard espéra qu'en revanche elle aurait un meilleur talent que sa mère et lui pour cet art si délicat. Il serait inconvenant qu'elle écrase les pieds d'un quelconque cavalier... Si cavalier il y avait, Evrard ne comptait pas laisser sa fille se faire courtiser par n'importe qui, s'il vous plaît !

Le couronnement avait été un moment important. Extrêmement important. Evrard se tenait droit dans sa tenue, aux côtés des membres présents de sa famille et de ses frères et sœurs d'arme. La plupart des chevaliers de sa génération n'étaient plus là. A vrai dire, il était presque le seul. Il détenait en son cœur les jours d'innocence, de cris, de joie, de paix, les innombrables bêtises et chassait les heures les plus sombres. Ce jour ne devait être triste. Ce jour devait être heureux. Le meilleur. Le plus beau. Seuls les rires, les félicitations et une pensée bienveillante pour les personnes absentes s'imposaient.

Kessyane et Eliot formaient un jeune couple royal porteur d'espoir. Evrard jura tout bas de les protéger, comme il protégeait le continent autant que le royaume d’Émeraude. Pour lui, tout cela était devenu vital, important. Son rôle lui tenait plus à cœur que jamais. Lui, simple enfant de paysans d'Argent, piètre élève et écuyer difficile, était désormais ici, au milieu de cette agitation, entouré de tant de personnes qui comptaient à ses yeux. Malgré les épreuves, son optimiste opérait toujours, salvateur, et son sourire ne manquait jamais de naître au coin de ses lèvres en toute occasion. Guérir les maux par le rire était ce qu'il pensait le plus efficace. Il y avait un temps pour les larmes, mais il ne fallait pas souffrir trop longtemps. A quoi bon ? La mort était si proche, n'en avaient-ils pas tous eu la preuve ? Il fallait vivre. Vivre à tout prix.

C'est pourquoi il s'avança près du couple, le moment venu, pour leur adresser ses plus sincères félicitations. Il ne partit pas dans un profond discours philosophique sur la vie, il n'était pas très doué pour ça. Il se contenta donc de leur sourire sincèrement, une main sur le cœur, et de leur adresser un clin d’œil complice.  

« Toutes mes félicitations. Les terres d’Émeraude sont entre des mains sûres et dignes. »

Evrard inclina humblement le buste ; il n'avait jamais été doué avec le protocole, et l'âge n'y changeait strictement rien. Aurait-il du se contenter d'un hochement de tête, d'un révérence plus basse ? Qu'importait, ce qu'il le faisait, il le faisait toujours avec le cœur.

Lorsque le bal débuta réellement, Evrard rejoignit ses proches, notamment sa chère et tendre dont il prit délicatement les mains. Du coin de l’œil, il observa Alyss qui profitait du bal et sourit tendrement. Sa vie n'aurait pu être plus remplie, n'est-ce pas ? Il plongea son œil vert dans ceux de sa femme et lui fit courtoisement un baise-main.

« Madame mon épouse.... Je ne te propose pas de danser. Je n'aimerais pas blesser tes pieds dès le début du bal. En revanche... Je peux t'offrir quelque chose de bien mieux pour ces festivités... Et pas n'importe lesquelles, n'est-ce pas ? »

Evrard lui fit un clin d’œil amusé. Un couronnement, certes, mais aussi la célébration de toutes leurs années de mariage. Il prit délicatement son menton entre ses doigts et, de son pouce, caressa l'une de ses joues. La force de ses sentiments n'avaient jamais faiblis. Ils s'étaient sans doute renforcé, même. Cet amour avait survécu aux malheurs du temps et de la vie. Il s'élevait entre eux, brillait, luisait... Evrard ne put résister à l'envie de la serrer doucement dans ses bras, berçant leurs deux corps au rythme de la musique qui s'élevait sans pour autant les faire entrer dans une danse endiablée.

« Joyeux anniversaire de mariage, melethril nîn. * » tenta-t-il de prononcer le mieux possible.


(* Melethril nîn ; Mon amour en elfique, selon google. Uhhu.)


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The new Reign [Couronnement][Bal] - An 1259, mois 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume d'Émeraude :: Cité d'Émeraude :: Le château :: La salle des fêtes-