___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lyzann
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
avatar
Nombre de messages : 1353
Rôle : Chef des chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 14/01/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52 à 57 ans [Gen18]
Rôle: Chef des chevaliers d'Émeraude
MessageSujet: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Dim 20 Nov 2016, 20:09


16ème jour du 8ème mois de l’an 1259


Les derniers jours avaient été normes. La saison des pluies s’annonçait hâtive cette année. Le ciel était gris et lourd. Une fine brume tombait constamment sur le royaume. À l’approche du gel hivernal, les plaines jaunissaient. Les arbres perdaient leurs feuilles lentement peignant le paysage rouges, orange et jaunes d’une couleur brune grisâtre. De sa fenêtre, la chef de l’Ordre d’Émeraude patientait. Les mains dans son dos, les cheveux rassemblés dans une tresse, sa silhouette vêtu de sa cuirasse de chevalier, Lyzann était prête à rejoindre le Hall pour la cérémonie. Pour l’instant, elle se trouvait toujours dans son bureau au même étage. La porte était restée ouverte et elle pouvait entendre les uns et autres se rendre dans le Hall. Les enfants passaient en courant devant le bureau le remplissant temporairement de leurs rires. Les discutions des adultes produisaient le même effet. Mais tous passaient sans voir le personnage immobile devant la fenêtre. Il y avait dans le château une vie qui n’habitait pas Lyzann. Pas depuis son retour du désert… Pas depuis 1257, mois 8. Et pourtant, de se débarrasser finalement des Ombres qui avaient envahis leur continent aurait dû la réjouir tout autant que les autres. Ils s’étaient débarrassé des Ombres, des possédés et les gens qui étaient resté enfermer dans la faille suite à l’explosion des artéfacts leur étaient revenus sain et sauf au bout de quelque jours à Perle. Blessés et affamés, mais vivants. Et vainqueurs dans leur combat contre ce qu’ils avaient appelé la Reine des Ombres.  

Malgré tout, ce combat avait laissé un gout amer à Lyzann. Elle ne saurait l’expliquer simplement… mais dans sa tête, ses réflexions tournaient toujours autour des points négatifs de ce combat. Les pertes qu’ils avaient connues, mais aussi la qualité du combat qu’ils avaient livré. Lyzann, en sa qualité de chef, ne devait jamais oublier cela. Ses chevaliers avaient-ils été obéissants, stratégiques, sérieux, offensifs, défensifs, rapides? Avaient-ils répondu convenablement aux situations? C’était des détails qui ne devaient même pas traversés l’esprit de la majorité des chevaliers et des soldats, mais pour un dirigeant d’Ordre, il était crucial de revenir sur ces faits pour faire des constations. Et bien sûr, rien n’était jamais parfait. Ainsi, Lyzann depuis la fin de cette bataille ne faisait que rassasier leurs faiblesses. De quoi la rendre morose. Il ne fallait pas non plus négliger que cela avait été la première guerre que plusieurs générations de chevalier avait connu. Leur inexpérience avait énormément joué en leur défaveur. L’entrainement ne donnait pas d’expérience. La désertine soupira et se retourna pour s’apprêter à sortir de son bureau. Elle s’arrêta toutefois en remarquant la présence d’un homme dans le cadre de la porte. Appuyé contre la charpente de la porte, un chevalier vêtu de son armure, ses cheveux noirs encadrant son visage, ses traits tirés par l’expérience de la vie et ses yeux bleus rieurs, la contemplait.


** Pendant un instant, j’ai cru contempler Lyra.**

** Je suis déjà émotive avant une attribution, merci de ne pas en rajouter. **

Elle reprit son mouvement pour sortir du bureau et une fois à la hauteur de Mathys, celui-ci n’eut d’autre choix que de se pousser du chemin pour la laisser passer. Il n’aurait pas pu l’arrêter de toute manière. Il plaqua sa main dans son visage. Mauvais mouvement que de parler de l’ancienne commandante. Décidément, il n’arrivait plus à comprendre son ancienne écuyère. Lyzann avait pris un chemin qu’il n’arriverait jamais à partager avec elle. Il était peut-être temps pour eux d’officialiser leur distance. Ce n’était pas non plus comme s’il participait encore campagne militaire. Et il n’avait jamais apprécié les cours. La communication avec les enfants était trop pénible via  télépathie. Il n’arrivait pas à garder le contrôle lorsqu’ils parlaient tous de vives voix. Peut-être avait-il fait son temps. Qui pouvait lui en vouloir de mettre fin à ses années de services? Il soupira de son indélicatesse face à sa chef et lui emboita le pas pour pénétrer à son tour dans le Hall des chevaliers.

Magnifique pièce dont l’entrée était gardée par deux piliers sculptés pour représenter l’ancienne commandante de l’Ordre, Lyra. Le Hall était toujours réservé à l’usage de l’Ordre des chevaliers. Ils y tenaient leurs repas, mais aussi leur réunion militaire. Et le soir, plusieurs s’y rejoignait pour jouer à des jeux et discuter. C’était dans cette pièce qu’ils étaient le plus souvent une famille. Ensuite, venait le champ de bataille. C’était une de leur valeur que de valoriser les liens entre eux. Tous se connaissaient ou plutôt ils devraient tous se connaitre. Mais ce n’était pas toujours le cas. Les nouvelles générations partageaient si peu avec les plus vieilles. La mode, ces dernière années, était de demander une propriété sur le chemin des chevaliers et d’y élever sa petit famille. Contraint par le règlement de devoir répondre présent au château à l’appel de leur commandant, les chevaliers s’en contentait, mais Lyzann, qui traversait le Hall parmi ces chevaliers, savaient que plusieurs rêvaient de d’autres paysages. Mathys le premier… Il lui avait confié un soir vouloir vivre au bord de la mer un jour… Et à vrai dire… C’était probablement ce qui était derrière son commentaire sec de plus tôt. Sur le bord de la mer ? Dans une colonie d’Irianeth, considérant que le royaume de Fée était bordé par un mur de pierre empêchant le peuple de voir l’océan ? C’était quoi ce délire!

Cette année, comme la saison des pluies les avait devancées, la cérémonie avait été planifiée à l’intérieur. Ouverte à tous cette fois, elle avait été prévue en plein après-midi. Comme les traditionnelles festivités du village seraient à l’eau, Lyzann avait pensé plutôt organiser un festin à l’honneur des nouveaux chevaliers et écuyers plus animé que généralement. Une troupe de barde animerait le repas et la soirée. Et pour pouvoir monter les tables pour le repas, Lyzann avait demandé qu’elles soient repoussées contre un mur pour l’après-midi à l’exception d’une seule qu’elle avait demandé devant le foyer allumé. La croix de l’ordre accroché au-dessus serait donc leur décor. Plus simple et rapide que de dresser une estrade, la table servirait de présentoir. Elle utilisa d’ailleurs le banc laissé devant pour monter sur celle-ci. On avait étalé sur celui-ci les accessoires nécessaires à la cérémonie. Chaque pile représentait un nouveau membre de l’Ordre. Dès qu’elle se retrouva en hauteur et qu’elle se retourna vers la foule, quelques rires fusèrent. Rien pour lui déplaire. Il était étrange pour elle aussi de se tenir sur la table où ils avaient l’habitude de manger. Elle esquiva un sourire amusé sur ses lèvres.


— Ne vous attendez pas à aucune frivolité de ma part.

Lança-t-elle pour la plaisanterie à ses frères et sœurs déjà présents qui tentaient de la taquiner. De se retrouver en leur présence avait complètement changé son humeur. Elle se sentait bien en leur présence. Elle avait l’impression de perdre des responsabilités lorsqu’ils étaient ainsi réunis dans le Hall. Elle avait l’impression d’être humaine surtout. D’une voix forte, mais surtout aimable, elle invita les gens à s’approcher d’elle. Elle attendit que plus personne n’entrent dans la salle pour débuter son discours qu’elle devinait long malgré elle. Vilaine chef.

— Bienvenue à vous pour notre traditionnelle cérémonie d’adoubement et d’attribution.  Nous n’avons pas beaucoup de participants cette fois-ci, mais ils sont de qualité. Un aspect à ne jamais négliger. Les dernières années ont été d’un enjeu majeur. Nous avons livré peu de combats, mais ceux que nous avons menés ont été énormes. Nous avons dû pleurer des nôtres, recentrer nos valeurs, reconstruire ce qui a été détruit. Beaucoup de travail nous attend encore. Un travail que je nous sais apte à mener. Notre force nous vient de notre union. Ne l’oubliez pas. C’est cette fraternité qui nous a permis de sortir vainqueur de cette guerre contre les Ombres. Mais ces années sont derrière nous. Le cessez-le-feu que les Ombres ont créé entre Irianeth et nous nous a permis de nous investir, mais cette paix ne sera pas éternelle. Nous ne devons pas baissé notre garde. Protéger nos frontières n’aurait jamais été aussi importantes que maintenant. Nous devons pour préparer à toutes éventualités de la part de l’Empereur d’Irianeth. Les combats, les vrais, reprendront. C’est notre devoir de les mener fièrement pour faire valoir nos valeurs. COURAGE, HONNEUR ET JUSTICE!

Il était plutôt rare qu’elle commence son discourt avec leur slogan. Généralement, elle le réservait pour conclure la cérémonie. Cette fois-ci, Lyzann préférait l’entamer avec son sentiment de ralliement.

— Passons à l’action! Je demanderais de faire de la place à l’avant pour laisser nos présentes écuyères et leurs maitres s’avancer. C’est le moment que vous attendiez.  

Elle regarda les deux jeune femmes, Tara et Azrili, fières représentantes de leur unicité au sein de l’ordre, sortir de la foule. Les chevaliers Nassa et Zen les suivirent. Comme le voulait la coutume, tous les quatre s’alignèrent en attente des paroles de Lyzann qui guideraient leurs gestes.

—  Voici l’étape qui vous offrira le titre officiel de Chevalier. À partir de maintenant, vos fautes ne seront plus pardonnables. Vos erreurs seront le poids de l’Ordre. Vos vies seront complètement dédiées à ce qui est brave, honorable et juste. Maitres! Remettez à votre écuyer son armure, signe de force tenace.

Les deux chevaliers s’exécutèrent en harmonie en allant récupérer d’abord le plastron qu’ils attachèrent sur leur écuyères. Les deux femmes avaient bonne allure. Lyzann avait craint que la condition de Tara ne lui permette pas de porter la cuirasse. Mais

— Maitres! Remettez aux  écuyers leur cape, signe de sagesse acquise.

Elle attendit qu’ils s’exécutent.

— Maitres, remettez à votre sœur son épée, signe de dévouement pour les siens.  

Voilà, le dernier symbole de leur appartenance à l’Ordre d’Émeraude en tant que Chevalier se tenait entre leurs mains.

— Tu as désormais quitté le sentier du doute pour marcher sur celui de la lumière. Tu es désormais un Chevalier d’Émeraude et ton nom n’est plus Azrili ou Tara, mais le Chevalier Azrili d’Émeraude et le Chevalier Tara d’Émeraude. Garde ton corps et ton esprit toujours purs. N’entretiens aucune pensée négative ou inutile dans ton cœur et fais-y plutôt croître ton amour pour Enkidiev et tous ses habitants. Ne cherche pas seulement la connaissance dans les livres, mais aussi dans tout ce qui t’entoure. Apprends à ressentir l’énergie dans tout ce qui vit. Partage ce que tu sais avec ceux qui cherchent comme toi, mais soustrais ton savoir mystique aux regards de ceux qui ont des penchants destructeurs. Méfie-toi de ceux qui cherchent à te dominer ou à te manipuler. Sois vigilant face à toute personne qui souhaite te détourner de ton sentier pour sa gloire ou son avantage personnel. Ne te moque jamais des autres, car tu ne sais jamais qui te surpasse en sagesse ou en puissance. Que tes actions soient honorables, car le bien que tu feras te reviendra au centuple. Honore tout ce qui respire, ne détruis pas la vie sauf si tu dois défendre la tienne.

Chevaliers! Récitez le serment de l’Ordre d’Émeraude comme une promesse faite à vous-même et à vos frères avec vos frères.

« Je prends l’engagement de suivre avec honnêteté les règles du code de chevalerie et de travailler avec toute l’ardeur et le courage dont un Chevalier doit faire preuve à servir la paix et la justice sur tout le continent et même sur les pays non encore découverts. Je m’engage aussi à maitriser ma colère, ma peur et ma hâte en toutes circonstances et à faire appel aux dieux ou aux miens lorsque je dois prendre des décisions ou aider mon prochain. »

Vous êtes désormais des Chevaliers d’Émeraude. Courage, Honneur et Justice!


Une clameur festive s’éleva pour célébrer l’officialité de leur titre. Désormais, on appellerait les deux jeunes femmes par le titre de chevalier et non d’écuyère. Elles pourraient désormais chevaucher à leur coté comme des égales. Lyzann laissa la foule livrer son message de fierté puis laissa les deux chevalières retourner rejoindre les autres.

— Pour l’attribution, la procédure est simple. Lorsque j’appelle votre nom, vous vous rapprocher de l’avant  rejoindre la personne à qui je vous ai jumelé. Maitres, faites enfiler la tunique à vos écuyers, attachez la ceinture, déposez s’y le poignard et remettez ensuite l’épée des écuyers à votre apprenti.

Chevalière Tara, te voilà maitre à ton tour de l’écuyer Caleb.
Chevalière Azrili, je te charge de l’éducation de Nerek.
Chevalier Zäck, tu devras former Kolth afin d’en faire un fière chevalier.

Je compte sur vous, Maîtres. Écuyers, aujourd’hui marque un avancement majeur dans votre cheminement. Veuillez applaudir nos prochains chevaliers et leurs maîtres.


De nouveau, la foule exprima sa joie par des applaudissements et des cris festifs. Lorsque la clameur s’arrêta enfin, la chef de l’Ordre pu enfin conclure la cérémonie.

— Pour ma part, j’ai finis. Et oui, si vite. Je vous invite à rester dans les parages pour le repas du soir. Nous aurons la chance de déguster des merveilleux plats dans une ambiance musicale. Le repas est bien sûr, ouvert à tous exceptionnellement. Bonne fin de journée à tous et aux plaisirs de vous voir ce soir.  

Voilà. Pour une fois, elle était brève dans son discours. Ce n’était pas pour déplaire une fois de temps en temps. Elle salua les convives d’un signe de tête avant de descendre de la table qui lui avait servis de scène. Devant elle, les discussions fusaient et les gens s’animaient. Une ambiance joyeuse emplissait le Hall. Des rires fusaient et des enfants s’étaient déjà remis à courir. Des spectateurs quittaient la pièce pour retourner à leur tâche quotidienne. Lyzann, quant à elle, remonta la foule dans l’espoir de trouver quelqu’un à qui discuter. Retourner dans son bureau jusqu’au repas ne l’enchantait guère.

[Je rappel aux chevaliers que pour avoir un écuyer, il faut avoir deux rps contenant deux messages datant de la génération qui vient de s’achever pour ainsi prouver votre activité. Si vous aviez demandez un écuyer et que malheureusement, vous en avez pas reçu, c’est simplement à cause de cela. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11519-lyzann-d-emeraude-chef-de-l-ordre-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t6327-lyzann
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Lun 21 Nov 2016, 04:42

Aujourd’hui je participe pour la première fois à l’attribution en étant chevalier, j’ai demandé à ne pas avoir d’écuyer, je ne me sens pas encore prêt à éduquer un gosse. Surement à la prochaine attribution, je me sentirais surement prêt.  Et je serais beaucoup plus mature aussi, je n’ai pas envie qu’un écuyer subisse mes bêtises. Bref, je ne me sens pas capable  d’en avoir un, puis je n’ai pas eu beaucoup d’activité ces dernières années. Mais je suis content d’assister à cette attribution, vous mes nouveau frères et sœurs d’armes, voir les futurs chevaliers. J’irais tous les saluer, comme ça ils me connaissent en bien, au moins les nouveaux chevaliers, les écuyers je ne sais pas trop encore.  Je dois aussi parler à Lyzann de quelque chose, une chose que je n’ose pas parler à quelqu’un d’autres. Même pas à mes meilleurs amis ou à mes parents adoptifs.

Il fait moche pour une attribution, c’est dommage. Quand je suis devenu chevalier il faisait beau et chaud ! Mais pas aujourd’hui malheureusement. Je me mes avec mes frères et sœurs d’armes. Je souris et je regarde les futurs chevaliers et les futurs écuyers. Lyzann arrive et comme à son habitude elle fait une petite pointe d’humour. Je souris et j’attends patiemment. J’espère qu’il ne va pas pleuvoir, ça serait triste. Elle parle du combat contre les Ombres, je n’ai pas participé, je suis resté au château, je ne me sentais pas encore assez entraîner pour combattre des monstres comme ça.  Ah et je dois parler de ça à Lyzann aussi. Il n’y a pas beaucoup de future chevalier, deux mais c’est déjà ça ! Deux nouvelles sœurs d’armes, Tara et Azrili. Je récite à voit basse le serment de l’Ordre d’Emeraude. Il y a trois écuyers, d’ailleurs les deux nouvelles chevalières on en deux Caleb pour Tara et Nerek pour Azrili. Et mon amis Zäck a Kolth. J’applaudis les nouvelles chevalières et les nouveaux écuyers.

Je vais vers mon amis Zäck et je le prends dans mes bras

- Alors ! Tu as donc un écuyer !

Je regarde Kolth

- Tu peux l’appeler Zäck à dos, il aime bien !

Après avoir discuté un peu je vais voir les deux nouvelles chevalières,  Tara et Azrili.

- Bravo mes sœurs ! si vous avez besoin de quelque chose, venez me voir ! je suis Adillan !
(Il va les voir une à une, pas en même temps)

Puis je vais parler au Ecuyer

- Félicitation, bon courage pour vos apprentissage ! vous étent entre de bonnes mains !

Puis je vois la chef, je prends mon courage à deux mains et je vais la voir.

- Chef ? je peux vous voir cinq minutes, j’ai besoin de vous parler.

Une fois que nous sommes seuls de lui dis.

- Déjà je m’excuse de ne pas avoir pu participer à la bataille contre les Ombres, je ne me sentais pas encore prêt… Et comme vous le savez, Yancy et Katia sont mes parents adoptifs. Mais Katia me considérer plus comme un protéger… et je crois que je suis tombé amoureux d’elle. Comme elle n’est plus avec Yancy… d’ailleurs je lui en veux énormément pour ça… Bref, je dois faire quoi, lui faire part de mes sentiments ?

Je la regarde dans les yeux après avoir dit ça.
Revenir en haut Aller en bas
Tara
Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 972
Rôle : Chevalière d'Emeraude
Âge du personnage : 20-25 ans
Date d'inscription : 19/10/2010

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Lun 21 Nov 2016, 06:58

Les derniers jours étaient loin d’avoir été simples pour la jeune fée. Elle venait de subir la pire épreuve de sa vie. A date elle n’avait pas connu pire souffrance. Bien que ne regrettant pas son choix, qui lui avait permis de rester dans la grande famille qu’est l’ordre, la jeune femme gardait toutefois quelques séquelles de cette épreuve. C’était le matin du grand jour. L’attribution. Tout le monde n’attendait que ça au château. La peur était présente dans le cœur de Tara, suite à ses paroles échangées avec Lyzann elle craignait de ne pas être adoubée cette année.

La rousse avait très mal dormi. De très bonne heure comme bon nombre de ses camarades elle se rendit aux cuisines afin de manger un petit truc avant de se préparer pour la cérémonie. Elle alla chercher son peignoir, puis se rendit aux bains. Là encore des questions mijotaient dans son esprit. Une fois lavée, l’écuyère se sécha et alla se vêtir de son uniforme. Elle prit un certain temps ensuite pour natter ses cheveux.

Elle était prête, et la cérémonie n’allait pas tarder. La rousse descendit. Elle affichait un sourire triste lié au retrait très récent de ses ailes et à l’angoisse de ne pas être adoubée. L’esprit de Tara n’était concentrée que sur Lyzann. Elle voulait simplement savoir si aujourd’hui son rêve se réaliserait. Lyzann entama rapidement la cérémonie. Quand sa chef lança :

— Passons à l’action! Je demanderais de faire de la place à l’avant pour laisser nos présentes écuyères et leurs maitres s’avancer. C’est le moment que vous attendiez

Tara s’exécuta. Visiblement elle s’était fait un film…. Son cœur s’arrêta de battre quelques instants. Elle resta figée devant sa chef perdue dans ses pensées. Ce ne fut que quand Lyzann demanda aux chevaliers de remettre l’armure aux écuyères que Tara sortie de ses pensées.

Elle ne pu s’empêcher de dire : « Merci pour votre clémence. » par télépathie à Lyzann.

Ensuite on lui remis sa cape. Une larme perla sur la joue de la rousse.
Ensuite vint le moment qu’elle attendait. Elle devait réciter le dit serment . Ce serment qu’elle pouvait réciter dans son sommeil parfois. De sa plus belle voix elle lança :

« Je prends l’engagement de suivre avec honnêteté les règles du code de chevalerie et de travailler avec toute l’ardeur et le courage dont un Chevalier doit faire preuve à servir la paix et la justice sur tout le continent et même sur les pays non encore découverts. Je m’engage aussi à maitriser ma colère, ma peur et ma hâte en toutes circonstances et à faire appel aux dieux ou aux miens lorsque je dois prendre des décisions ou aider mon prochain. »

Son rêve était enfin réalisé. Elle écouta la suite d’une oreille distraite mais quand elle entendit son prénom… elle lança un regard perdu à Nassa. Puis alla mettre la tunique, attacher la ceinture et remettre son poignard et son épée au jeune Caleb.

Visiblement Lyzann lui faisait toujours confiance. Elle formerait Caleb, elle y mettrait tout son temps et toute son énergie et il deviendrait un brillant chevalier la rousse s’en fit la promesse.

Après la conclusion de Lyzann, Tara en profita pour s’approcher de son écuyer. Elle lança :

- Caleb, je suis la chevalière Tara. Nous allons passer les cinq prochaines années ensemble. Il est donc essentiel que nous prenions le temps d’apprendre à nous connaître. Si je ne te connais pas je ne pourrais pas t’aider à progresser. Aussi dès demain je t’emmènerai en virée. Nous serons mieux en tête à tête pour apprendre à nous connaître. Tu n’auras besoin que de vêtements chauds, nous rentrerons dormir au château.


Adillan s’approcha, Tara fut coupée dans ses paroles. Elle lui répondit :

- C’est gentil à toi mon Frère. Mais en ce qui me concerne le plus dur est fait.

Elle faisait bien sur écho à l’enlèvement de ses ailes. Ensuite il adressa une phrase rassurante à Caleb. Quand il s’éloigna, Tara reprit la parole :

- Avant de te libérer je veux simplement que tu saches que mon objectif c’est de faire de toi un brillant chevalier, nous n’allons pas rire tous les jours mais je pense que tu t’en doute. Je m’excuse par avance si parfois je suis dure…. J’ai encore du mal à digérer certaines choses. Nous en reparlerons plus tard …. Tu es libre. Rendez-vous demain à l'aube aux écuries.

Elle alla ensuite vers Nassa et éclata en larmes dans les bras de la chevalière puis lança :

-Je ne devrais pas t’appeler Maître mais pour moi tu le seras toujours. Je ne t’ai pas toujours mené la vie simple, mais tu as résistée. Tu as fais de moi ce que je suis, tu m’as menée jusqu’à mon rêve. C’est grâce à toi que j’ai ma place ici ! Je te serai reconnaissante à jamais. Tout comme je le suis envers notre Chef. Simplement Merci et ne changes pas !


Un lien fort s’était développé entre Tara et Nassa, et la rousse ne voulait nullement le rompre. Nassa serait toujours son modèle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kolth
Animateur - Ex-Écuyer
Animateur - Ex-Écuyer
avatar
Nombre de messages : 56
Rôle : Écuyer d'Émeraude
Date d'inscription : 03/04/2016

Plus sur le personnage
Âge: 14-19 ans (G18)
Rôle: Écuyer d'Émeraude
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Lun 21 Nov 2016, 14:03

Déjà cinq années qu’il était élève? Le temps passait si vite! Il avait l’impression de n’être rentré qu’hier en tant qu’élève, mais c’était bel et bien aujourd’hui les attributions et il avait si hâte. Il c’était levé vraiment trop tôt, c’était à s’en demandé s’il avait dormi cette nuit. En fait non, peut-être. Il n’était pas trop sûr. Il avait sans doute somnolé, oui. Il n’avait pu s’empêcher de pensée avec hâte à tout ce qui l’attendait. Enfin le droit de pouvoir tenir une épée sans se cacher! Il avait bien hâte d’impressionné son maître. Il cognait déjà bien fort et il était sûr de le faire reculer devant ses assault! Il ne savait pas ce serait qui et sincèrement, il s’en fichait un peu. En fait, il avait une certaine tendance à préférer un homme. Ce n’étais pas sexiste, c’était juste que Charlotte avait souvent tendance à s’emporté un tantinet lorsqu’il était à proximité d’une autre fille qu’elle et Freja, bien que même avec Freja parfois... Comme s’il n’avait pas assez d’amour à donner. Lui, il pouvait aimer tout le monde, il en était bien capable. Il avait grand cœur. D’ailleurs il trouvait cela bien dommage que ses deux amies ne deviennent pas Écuyère aujourd’hui. Il ne savait pas si elles seraient là. Il savait qu’elles avaient été très déçues et même s’il espérait qu’elles soient là pour le voir, il comprenait si elle lui faussait compagnie. C’était juste dommage. Il espérait que tout ceci n’effriterait pas leur amitié. Au moins, il y avait Nerek, son meilleur pote de bagarre qui deviendrait Écuyer. Il ne pouvait que rêvasser à tous ses combats à l’Épée qu’ils allaient enfin avoir le droit de se donner sans se cacher, question d’impressionné un peu la galerie.

Bref, il considérait avoir suffisamment tourné dans son lit lorsque les premiers rayons du soleil avaient pointé le bout de leur nez. N’en pouvant plus, il finit par se lever et regarder par la fenêtre. La pluie ne le dérangeais pas, mais il semblerait que par côté pratique, la cérémonie ce passerait à l’intérieur. Dommage. Se dirigeant vers son armoire, il observa sa tunique. Il n’avait pas vraiment envie de la mettre, puisque de toute façon, il ne les avait presque jamais porté ou à de très court laps de temps. Il avait envie d’aller courir. De toute façon, il avait le temps puisque la cérémonie n’était qu’en après-midi et que le Château ne faisait que se dégourdir de sa nuit, lentement. Ainsi donc, à pas de loup, il quitta les appartements de Leah à la Tour et descendit les escaliers, puis la quitta. Sa mère adoptive dormait toujours. Il savait qu’elle trouverait cette journée difficile, car elle l’aimait beaucoup et aimait le savoir dans les parages, mais il ne serait pas si loin. Il resterait à Émeraude, du moins, peu importe son maître.

Une fois à l’extérieur, il senti aussitôt la pluie fraiche tomber sur lui. Fermant les yeux un moment, puis expirant, il prit sa forme louve et détala vers la forêt comme un lapin. Depuis un moment, il avait du mal avec ses transformations. Parfois, ça allait bien, mais parfois non. Il avait noté avoir du mal à bien ce concentré ou même à réfléchir. Il lui arrivait de poser des actions qu’il n’avait pas directement désirées. Comme si quelque chose au fond de lui changeait ses priorités. Ou sa façon de voir les choses. Il n’en avait pas vraiment parlé avec Leah. Est-ce que c’était normal pour les métamorphes? Elle avait semblé lui sous-entendre qu’il n’en était peut-être pas un. Elle exagérait sans doute un peu, encore sous le choc. Il pouvait se changer en loup, bien qu’énorme, il ne voyait pas ce qu’il pouvait être d’autre…

Bref, il c’était même, il n’y a pas si longtemps, battu avec Faith en la mettant au défi. Refusant de plier l’échine devant elle, celle qui était à la tête de la meute. Malgré le fait qu’il avait perdu le combat et non parce-qu’elle était plus forte que lui, mais simplement plus futé, il avait pris goût à cette idée d’être le mâle dominant. Après tout, elle se faisait vieille et lui, il était jeune et fort. Tout ce qui lui manquait, c’était l’expérience. Il ne savait pas si c’était réellement lui qui voulait cela, ou si, peut-être, il se laissait manipuler par ses instincts. Il fallait dire que cela ne l’inquiétais pas vraiment. Ce qui le dérangeait le plus, était qu’il avait montré les crocs à ses amies lorsqu’elles l’avaient surpris et même à sa mère lorsqu’une fois elle l’avait disputé. Il n’avait jamais fait une chose pareille. Il ne voulait tout de même pas faire de mal à ceux qu’il aimait, mais parfois il avait cette impression qu’il le pourrait. Qu’il pouvait déraper et cela lui faisait peur.

Une fois arrivé dans la forêt, le jeune Berserk ralenti la cadence, reniflant le sol avec intérêt. De loin, il n’avait l’air que d’un très grand loup noir. Dépassant déjà de taille les adultes alors qu’il n’était qu’adolescent. Puis, un craquement attira son attention. Ah, il était donc là ce cerf! Sans attendre, il s’élança vers celui-ci et n’eut pas trop de mal à le surprendre. Visiblement, il connaissait mieux la forêt que lui! Ce fut donc un déjeuner copieux. Encore plus copieux que tout ce qu’il aurait pu avoir au Château, surtout aujourd’hui alors que les cuisines devaient déborder de personnel en vue du repas du soir. Après avoir mangé, finalement rassasier, il abandonna les reste sur place, ce disant qu’un charognard en sera bien heureux. Il perdit un peu le fil du temps, ses souvenirs devinrent un peu floue, jusqu’à ce qu’il reprenne sur lui pour se retrouver presque à la limite de Rubis. Il leva la tête en l’air et avisa la position du soleil. Depuis combien de temps rôdait-il comme ça? Trop longtemps. Midi était passé et il devrait se dépêcher pour rentrer et se préparé. Sans attendre, il activa ses pattes et couru comme si le diable le poursuivait. Le bon côté des choses, c’est que c’était défoulant. Langue pendante sur le côté, il finit par arriver en vue du Château. N’ayant pas de vêtement de rechange, il se contenta de tout simplement rentré dans la tour sous sa forme louve. Cela ne fut pas long qu’il fut interpellé.

«Kolth! La règle de la Tour est PAS DE BÊTE DANS LA TOUR et là, tu es une bête.»

Sur ses mots, il grogna et se retourna vers l’apprenti Mage qui allait sans doute en devenir un prochainement. Il avait environs le même âge que Kolth et il l’énervait. Il avait raison. Il n’avait pas le droit de se promener sous cette forme, mais c’était ridicule, parce-que c’était lui! Sous ses mots, l’apprenti lui balança un rayon incendiaire vers les pattes en riposte à la vue de ses crocs. Ce fut bien suffisant pour que le futur Écuyer explose. Sans attendre, il s’élança vers l’insolent et reprit sa forme humanoïde de justesse, pour lui envoyer son poing à la figure. Aussitôt, les cris du future Mage résonnèrent dans les couloirs, alertant bien entendu tous ceux qui s’y trouvaient. Même si celui-ci tenta en vain la télékinésie pour le repoussé, Kolth y était agrippé telle une sangsue. Le retenant férocement par la chemise, alors que son autre poing allait s’écrasé sans cesse sur son visage que le pauvre tentait de protéger de ses avant-bras. Puis, un choc violent lui coupa le souffle. Le choc de son dos contre le mur ne fut pas si mal par contre. Colérique, il se débattit contre l’emprise magique qui le retenait tout en laissant un grognement furieux s’échapper de sa gorge.

-C’est LUI qui à commencer!

Mais le visage qui entra dans son champ de vision le calma assez tôt. Leah. Les sourcils froncés, elle le fixait. Au creux de son regard planait une tonne de reproches silencieuses. Il baissa piteusement la tête. Même s’il respirait toujours rapidement dû à l’adrénaline, il c’était ramolli. Puis, l’emprise fit de même. Sans demandé son reste, il donna un vif coup d’épaule dans le vide, comme pour se débarrassé de cette sensation d’emprise invisible et se dirigea, furieux vers les appartements pour ce préparé, toujours les fesses à l’air. Il se sentait si incompris, que ça ne faisait que le rendre d’avantage colérique. Il devait se calmer. Il devait mettre de côté tout ceci. Il entra dans sa chambre et claqua la porte pour se diriger vers l’Armoire et y sortir ses vêtements qu’il balança sur le lit. Il jeta un bref regard vers son poing rougit par les coups et le laissa valsé contre le mur. Comme si cela pourrait le calmer. Ce qui ne fut pas le cas. De ses fines oreilles, il pouvait entendre les gens se disperser dans les couloirs. Leah ne vint pas. Ce qui lui fit un léger pincement au cœur, mais en même temps, il savait que c’était sans doute mieux comme ça. Il se laissa choir sur son lit, fixant le plafond en tenant son poing sensible.

Cela pris plusieurs minutes pour que son état d’esprit redevienne sensiblement acceptable. Il était bien temps, puisque les attributions commenceraient dans quelques minutes sans doute. Il se redressa donc mollement et enfila son pantalon, puis, se rinça le visage dans un petit bol à cet effet afin de s’aider à éclaircir ses idées. Il ne savait pas ce qui lui prenait parfois et cette incompréhension le rendait tout simplement encore plus en colère. Qui était-il? Mise à part son nom, il n’en avait jamais eu aucune certitude. Il essuya son visage et se regarda un moment dans le miroir. Il avait changé depuis le temps. Il était visiblement plus musclé que ceux de son âge et plus grand aussi. Il s’imagina avec une cuirasse de Chevalier et cela aurait pu être trompeur sur son âge, malgré son visage encore jeunot. Au moins, cette image le calma, mais pour très peu de temps. Il était en retard maintenant! Il jeta un bref regard sur sa tunique et choisi de la laissé là. De toute façon, on lui en donnerait une pour la cérémonie, non? Une d’Écuyer. Il espérait qu’elle soit suffisamment grande et qu’on avait prévu le coup.

Sortant donc comme un éclair des appartements, omettant sans doute encore, pour la millième fois de refermé la porte, il dévala les escaliers et couru jusqu’au Château pour y entré sans prendre la peine de jeté un regard aux gardes qui de toute façon l’avaient reconnu et que l’un de ceux-ci ne put résister à rouler les yeux en l’air en apercevant le Berserk. Il arriva dans l’Aile des Chevaliers et couru encore pour arriver au Hall d’où il pouvait déjà entendre des acclamations, ainsi que la voix de la Chef de l’Ordre. Il déglutit nerveusement et ralentit la cadence pour tourner le coin et avisé celle-ci debout sur ce qui semblait être un table. Il arriva en plein milieu de son discours, juste à temps! Il se faufila discrètement dans la foule afin de s’approcher de l’avant au même moment où son nom fut prononcé. Ses oreilles frétillèrent nerveusement sous sa tignasse. Il comprit heureusement qu’elle ne le réprimandait pas, mais que c’était bel et bien à lui! Une minute de plus et il aurait eu des problèmes. Étais-ce nouveau de toute façon?

Il allât donc rejoindre son Maître pour les prochaines années. Celui-ci semblait sympathique, mais Kolth n’étais pas convaincu pour le reste. Il laissa le Chevalier lui passé la tunique par-dessus la tête et fit une moue en voyant qu’elle était trop serrer, mais bon. Il la garderait quelques minutes pour la forme et cela ne lui serait qu’une excuse supplémentaire pour la retirer… Il lui donna ensuite son poignard, puis, son épée. SON ÉPÉE. Il ne put s’empêcher de sourire bêtement en avisant l’arme accrocher à sa taille. Il finit par se tourner vers la foule qui applaudissait les nouveaux Écuyer et leur Maître. En ce moment, le jeune Berserk avait complètement oublié ses petits problèmes et se contentait d’apprécier le moment, non sans donner un bref coup de poing sur l’épaule à son ami qui était à portée pour le félicité lui aussi. Lorsque Lyzann annonça le repas du soir, son ventre gargouilla, mais il serait patient. Il finit donc par se tourner vers son Maître.

-Enchanté de vous rencontrer Maître Zäck. Je ne connais de vous que le nom… Mais euh… J’imagine que vous êtes occupé, là? Je, mmmh….

Il était rare qu’il manquait de mots, mais sincèrement, comment pouvait-il entamé une conversation? Il avait, justement, trop de question et l’envahir en mode explosion en pleine figure aux premiers abords pourraient peut-être être de trop. C’est vrai qu’il était l’ami de a mère, mais il ne l’avait que croisé. Entre temps, un Chevalier vint les rejoindre. Il l’avait déjà croisé lui aussi et il lui avait même déjà donné quelques trucs à l’épée, mais il n’était pas trop sûr qu’il avait droit de le dire. Adillan. Celui-ci serra son maître dans ses bras et s’adressa ensuite à lui. Retenant un sourire, il se contenta tout simplement de répété ces mots de façon interrogative, non sans jeté un œil à son maitre pour voir sa réaction. Étais-ce à la blague ou cela l’énervais?

-Zäck à dos?

Entre temps, comme sauvé par la cloche si l’on veut, il se contenta de jeter un bref regard complice à Nerek qui venait de le frapper dans le dos en passant prêt de lui, puis, rapporta son attention sur Zäck. Il en profita pour le détaillé. Il n’avait pas vraiment l’air fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11261-kolth-juste-kolth#bottom
Anaëlya
Animateur - Esperita
Animateur - Esperita
avatar
Nombre de messages : 152
Rôle : Ex Chevalier d'Emeraude, Princesse d'Espérita
Âge du personnage : 24-29 ans [G18]
Date d'inscription : 19/10/2013

Plus sur le personnage
Âge: 24-29 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Emeraude
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Mer 23 Nov 2016, 12:34


Je passais mes doigts dans les cheveux bruns de la belle endormie à mes côtés. Je n’avais pas très envie de quitter les lieux, à vrai dire. Aujourd’hui avait lieu l’attribution et l’adoubement de quelques chevaliers et écuyers, mais je n’avais pas envie de faire acte de présence. Il y en avait d’ailleurs, qui ne venait pas parfois, alors qu’est-ce que je risque à ne pas y aller ?
Un gémissement du corps de l’endormie me fit comprendre qu’elle commençait à s’éveiller, et j’arrêtais presque aussitôt on geste.

« Eh bien on se réveille ? » » lançais-je dans l’espoir – possiblement vain – que l’on remette le couvert histoire d’avoir une excuse valable pour sécher l’attribution.

Mais son nouveau gémissement me fit comprendre que non. Mon geste avait certainement du la réveiller légèrement, mais elle ne semblait pas prête à  ouvrir les yeux pour le moment. Une marmotte, oui c’était ça, j’avais à faire avec une marmotte qui préférait rester dans ses draps plutôt que de s’amuser un peu avec moi.
Je poussais un soupire en m’asseyant sur le lit.

« Tu m’ennuies Juny. »

Un dernier gémissement, bien plus faible que les deux premiers, me firent bien comprendre que son esprit était déjà bien loin et qu’il était peu probable qu’elle est entendue ma dernière phrase. Je levais les yeux au ciel avec un sourire amusé. Cette fille était un cas désespéré, c’était certains.
Me levant, je m’habillais donc avec une certaine lassitude. Le froid commençait à s’installer, et je ressentais d’autant plus le besoin de rester bien au chaud dans des couvertures en charmante compagnie – pas forcément Juny, d’ailleurs, bien qu’elle semble être majoritaire dans mon esprit. Enfilant mon pantalon, je secouais la tête pour chasser cette idée. Terminant de mettre mes affaires, j’eus un dernier regard pour Juny qui avait déjà profité de mon absence pour prendre toute la place qui restait dans le lit – adoptant par la même occasion une position comique. J’eus d’ailleurs un petit sourire avant de m’approcher pour remonter la couverture jusqu’à ses épaules. Quelle idiote celle-là. Passer son temps à dormir, quelle idée.

Arrivant au château, je me dirigeais vers le hall des chevaliers, ouverts à tous pour une rare occasion. J’aurais plutôt songé à le faire dans la salle des fêtes, puisqu’étant obligés de le faire en intérieur du fait du temps pourrave que nous avions, autant le faire bien. Mais bon, j’étais encore loin d’être assez influente pour oser critiquer un choix de notre chef, bien que le fait d’avoir été l’écuyère de Miyäck, une ancienne, et d’y avoir survécue notamment, devrait me placer à une place légèrement plus surélevée que les autres. M’enfin, certainement que dans mon jeune âge cela m’aurait plut et je me serais certainement conduit comme une princesse, mais ce temps était légèrement révolu, en partie du à tout ce qui s’était passé dans ma famille, et à Miyäck.
En chemin, je croisais Kris, un de mes ex partenaires de jeu lors de mon adolescence. Celui-ci, m’apercevant, m’arrêta avec une certaine brutalité en me prenant par le bras. Je me défis rapidement de son étreinte avant de lui lancer un regard courroucé.

« Qu’est-ce que tu-... »
« Ca faisait longtemps qu’on ne s’était pas vu, toi et moi... » me coupa-t-il.
« Bien trop peu si tu veux mon avis. »
« Sois pas si cruelle... » reprit-il en se rapprochant, me faisant reculer instinctivement. « On s’amusait bien tous les deux... »
« Kris, j’ai mieux à faire. »
« Rho allez ! » Il me plaqua au mur. « Juste une petite gâterie, comme ça, en souvenir du bon vieux temps... »
« Je suis une Chevalière maintenant, tu me dois le respect et obéir lorsque je te dis de me laisser tranquille. Ou je ne me priverai pas de te faire passer par mon épée. »

Cela eut l’air assez convaincant pour que Kris s’éloigne de quelque pas avec un air pas content du tout. Mais je m’en fichais pas mal, je n’aimais pas ses manières, et je me suis demandée comment j’avais fais pour pouvoir céder à ce genre d’hommes répugnants.
Il finit par partir, et une fois qu’il fut hors de vue, j’eus un frisson de dégout avant de reprendre mon chemin vers la salle de la cérémonie.

Lyzann commença son discours. C’était long, ennuyeux, et inutile. C’était vraiment cliché. C’était censé nous remonter le moral et nous inciter à ne pas baisser notre vigilance – toussa toussa – ? Ca me donnait plus envie de me trancher la gorge. Qu’on abrège, je ne voyais pas l’intérêt de telles mondanités.
Je me mis d’ailleurs à somnoler, regardant dans le vide alors que Lyzann criait « courage, honneur et justice ». Cela eut le don de me faire sourire, à défaut d’être assez alerte pour rire. Non mais, c’était pire que cliché ça aussi. Blablabla, adoubement des chevaliers. Tiens, un autre « courage, honneur et justice » ? Mazette, Lyzann ne savait donc plus quoi dire que de se répéter ? Hm, plus ça allait, et plus je me dis que j’aurais du rester dans les bras de Juny. Et blablabla, attribution des écuyers. Cool, je n’en avais pas – en même temps il n’y en avait pas beaucoup. Et enfin, la cérémonie prit fin, et j’eus malgré moi un soupire de soulagement alors que je pus enfin me dégourdir les jambes.

Observant le monde, je repérais bien vite la falloise du nom d’Ally. Mère de Juny et sœur d’arme en plus d’avoir été une compagne d’une espèce de quête étrange, j’avais bien envie d’aller lui parler, surtout après que les Ombres aient été défaites. Marchant donc dans sa direction, j’attendis qu’elle m’accorde un regard pour m’arrêter en face d’elle et commencer à parler.

« Et une nouvelle génération de faite ! » commençais-je sans grande conviction.

A vrai dire, je ne savais pas trop comment débuter une discussion, alors j’avais sortie cette phrase, et je me suis sentie très conne par la suite.

« J’ai entendu dire que vous avez faits partis des Chevaliers qui ont terminés les Ombres ! N’ayant pas pus être là du fait de problème de santé, je suis curieuse de savoir comment cela s’est passé ! »

J’étais bien curieuse d’entendre de la bouche de personnes qui ont vraiment combattus ses Ombres, ses êtres pseudo-invincibles. Comment la bataille s’est passée, etc. J’étais une combattante avant tout, ainsi j’adorais me battre et prendre part à des batailles. Malheureusement pour moi, pour celle-ci je ne fus pas d’une grande aide..

« Au fait, vous vous souvenez de cette histoire d’épée ensorcelée là... » Référence à la quête où j’avais avoué avoir des sentiments pour Juny. « Si vous pouviez éviter d’en parler... »

Je n’avais pas envie que cette histoire s’ébruite, puisque nous n’en avions pas reparlé depuis. Surtout, je ne voulais pas que Juny soit au courant de cela... (même si, soit dit en passant, Lohann voyant les liens peut facilement lire les émotions et Juny peut facilement y avoir accès... *tousse tousse*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9764-anaelya
Lyzann
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
Administrateur - Ex-Chevalier et Handicapé
avatar
Nombre de messages : 1353
Rôle : Chef des chevalier d'Émeraude
Date d'inscription : 14/01/2012

Plus sur le personnage
Âge: 52 à 57 ans [Gen18]
Rôle: Chef des chevaliers d'Émeraude
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Mer 30 Nov 2016, 22:14


Dans la foule qui se dispersait lentement, la désertine prit un instant pour s'arrêter. Elle tourna sur elle-même à la recherche d'un visage en particulier. C'était en vain. Elle était restée sur le bas de la porte pour pouvoir repartir dès qu'elle le pouvait. Une pratique qui déplaisait beaucoup à la chef lors des cérémonies. Déjà que les rencontres de ce genre se dénombraient à une seule tous les cinq ans, on pouvait bien y faire l'effort d'y assister convenablement et faire preuve de sociabilité. Lyzann contourna un couple de chevalier qui se demandait aussi quoi faire jusqu'au dernier repas. Elle allait prendre la direction du chevalier Lin lorsqu'elle se fit aborder par Adillan. Le chevalier encore tout jeune lui demandant quelques minutes de son temps pour discuter. Elle ne pouvait refuser une telle demande, bien entendu. Alors elle pria le chevalier de la suivre le temps qu'ils se rapprochent des extrémités du Hall, là où ils seraient à l’abri des oreilles curieuses. Elle lui indiqua ensuite qu'elle était prête à écouter ce qu'il avait à lui dire. Toute attentive à ses propos, elle esquissa d'abord un sourire compréhensif. Elle comprenait son sentiment. Ce n'était pas tous les nouveaux chevaliers qui s'étaient sentis prêts à passer à l'action. La paix qu'ils vivaient depuis leur naissance les avait plongés dans une vie passive. L'annonce d'un combat leur avait semblé si irréelle. Malheureusement, cette paix était désormais fragile. Ils vivaient dans une insécurité constante. À quel moment Irianeth franchirait les frontières pour acquérir plus ? C'était la question qui hantait Lyzann depuis la fin des Ombres. Parce qu’Irianeth ne se contenterait jamais de ce qu'il possédait. Et quand même bien, il était du devoir de l'ordre de récupérer ce qui leur avait pris. Les représailles viendraient. Par vengeance ou par pur méchanceté. Désormais, la guerre reprenait. Les chevaliers allaient devoir se poser la véritable question: étaient-ils prêts? Pour la guerre, pour les morts, pour les pertes, pour la violence, pour le sang, pour les défaites tout comme pour les victoires? Avaient-ils la capacité d'accepter les sacrifices?

Alors que ses pensées allaient vers des pensées solennelles et sombres, Lyzann fut prise de cours. Adillan lui faisait part de ses problèmes sentimentaux... Que n'en déplaise, mais Lyzann avait toujours cru être la dernière personne à qui on viendrait lui confier de tels aveux. Elle cligna des yeux pour exprimer sa surprise, mais elle se rattrapa rapidement en déposant une main solide sur l'épaule du chevalier. En un claquement de doigts, l'ordre se fit dans ses pensées. Ce n'était pas parce qu'elle n'était une amoureuse d'expérience qu'elle ne savait pas se montrer compréhensive et tenter une réponse honnête. Après tout, elle devinait un peu pourquoi Adillan avait décidé de lui faire part de ses problèmes de cœur. Il affectionnait une autre chevalier. Plus que ça, cette chevalière lui avait servi de mère dans un sens, de modèle féminin. Il ne voulait pas qu'en prenant la mauvaise décision, il nuise à ses relations avec celle qu'il devait considérer comme sa sœur. Lyzann ne lui aurait pas pardonné. La chef promouvait la fraternité et les liens positifs entre les chevaliers.


- Adillan, je vais t'avouer ne pas être la personne la mieux avisée pour te répondre et je ne le prendrais totalement pas mal si tu prenais aussi l'avis de d'autres personnes plus qualifiés que moi. Toutefois, je suis touché du respect que tu me témoignes en me confiant tes craintes. Et je vais te répondre avec la plus grande attention.

Elle retira sa main de son épaule sans quitter son regard.

- Un chevalier se doit d'être honnête avec soi-même, mais aussi envers les autres. Cacher tes émotions n'est pas une solution à long terme efficace. Tu dois toutefois rester respectueux envers ta sœur d’arme. Tes sentiments ne sont peut-être pas partagé et tu dois avoir la maturité de l’accepter. Katia a été affectée par sa séparation. Cela prend du temps avant de pouvoir passer à autre chose. Je crois que tu dois d’abord trouver la patience. Démontre-lui des attentions particulières et reste à l’afflux des signes qu’elle t’envoi. Ne brusque pas les choses et soit réceptif aux messages non verbaux. Si elle est mal à l’aise à l’idée que votre relation soit plus intime, elle te le fera sentir. Il te faudra alors reculer et respecter.

Elle avait parlé avec douceur. Elle n’avait elle-même jamais vécu pareil situation, mais elle savait qu’avec Mathys cela avait pris du temps. Elle s’était approchée lentement du chevalier posant un pied à la fois devant elle en attente de voir si le sourd reculait. Respecter l’espace de l’autre était important. Lui laisser le temps aussi d’apprivoiser la situation. De s’y faire, de s’y préparer, de s’y accoutumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11519-lyzann-d-emeraude-chef-de-l-ordre-d-emeraude http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t6327-lyzann
Harmony
Animateur - Ex-Chevalier
Animateur - Ex-Chevalier
avatar
Nombre de messages : 75
Rôle : Chevalier d'Émeraude
Âge du personnage : 22 - 27 ans
Date d'inscription : 26/05/2014

Plus sur le personnage
Âge: 22 - 27 ans
Rôle: Chevalier D'Émeraude
MessageSujet: Re: Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement] Lun 05 Déc 2016, 00:23

Le soleil ne c’était pas pointé le bout du nez depuis un fort moment. Et encore aujourd’hui, le ciel menaçait de nous tomber dessus à tout moment. Est-ce que ça allait changer quelque chose sur la cérémonie d’aujourd’hui? Surement pas. De toute façon, tout ce faisait à l’intérieur. Avant, c’était beaucoup plus gros. Tout ce faisait à l’extérieur avec le peuple. Maintenant, c’était plus intime. Malgré tout, ça restait très officiel comme cérémonie. C’était à l’image de la Chef des Chevaliers. Elle était simple, alors déjà faire une grosse cérémonie et tout le tralala devait être simplement de tradition. Le but premier était d’adouber les chevaliers. La façon que c’était fait restait superficielle. Sauf que cette année, malgré que ça soit à l’intérieur, c’était ouvert à tous. J’avais bien hâte de voir combien de gens allaient se ramasser là. Je fixais ma curasse qui ornait mon lit. Je l’avais bien nettoyée afin d’être bien présentable à l’évènement du jour. J’avais tressée mes cheveux mes cheveux afin de ne pas les avoir dans le visage. J’étais enfin prête à sortir de ma chambre.

Je me rendis au Hall des chevaliers d’un pas sûr. La foule était dense. Ça allait être une belle cérémonie. La pièce était magnifique comme à son habitude. Des tables semblaient prêtes à être placer pour le repas qui allait suivre. Une belle soirée s’annonçait pour ceux qui allaient rester. Pour ma part, je ne savais pas. Je n’étais pas très soirée. Les seules que je prenais finissaient généralement dans une taverne à boire quelques verres et revenir dans une des salles calmes du château devant un bon feu à penser à ce que je pourrais bien faire de ma journée du lendemain autre que de m’entrainer ou bien lire un livre.

Lyzann arriva peu de temps après. Dès sa première phrase, je ne pus m’empêcher de sourire amusée. J’écoutai les paroles de la Chef, les bras croisées sur ma curasse. Elle parla des ombres et chaque personne semblait l’écouter attentivement. Les ombres semblaient toujours avoir été présentes dans mon cas. Elles étaient là depuis si longtemps après tout. À bien y penser, elles étaient même là avant ma naissance. Wow. On c’était battu depuis si longtemps pour qu’elles disparaissent? J’espérais que ça soit réellement le cas et non une fausse alerte. Voilà que maintenant nous étions en alerte pour une éventuelle attaque d’Irianeth. Inquiète? Non, après tout, nous étions formés pour cela. Il fallait bien que les heures d’entrainements serve à quelque chose. Peut-être que nous pourrions même nous concentrer sur la reprise de certain de nos royaumes?

Je n’eus pas le temps de cogité là-dessus qu’on passait au adoubement. Et vient ensuite les écuyers. J’allais passer un autre cinq ans sans écuyer. Mais, c’était correct. Je n’allais quand même pas faire un drame avec tout cela. Il n’avait que trois enfants à attribuer. Le tout était terminé. Simple et rapide. Bientôt, la salle sera transformé pour un souper et de l’animation. C’était le temps d’aller prendre place un peu plus loin afin de regarder qui était présent et qui avait manqué tout cela. Voir la réaction des nouveaux écuyers et des nouveaux chevaliers. Et relaxer en prenant un verre de fin près de la cheminé.


HRP: Si quelqu'un veut venir voir Harmony, simplement m'aviser que vous avez posté pour pas que je passe tout droit. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Que la Lumière nous éclaire enfin [Attribution & Adoubement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume d'Émeraude :: Cité d'Émeraude :: Le château :: L'aile des chevaliers :: Hall des Chevaliers-