___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Angoisses d'enfant [PV Enora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Arthur
Élève
avatar
Nombre de messages : 11
Rôle : Élève de la tour des mages
Date d'inscription : 06/10/2016

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Angoisses d'enfant [PV Enora] Dim 23 Oct 2016, 07:11

Son frère et ses sœurs n'étaient pas encore rentrés du château. Arthur les attendait, paisiblement assis au coin du feu avec Enora, sa mère adoptive. En réalité, elle était de suite devenue une véritable mère pour lui. Il n'avait eu aucun mal à s'attacher à elle. Petit à petit les souvenirs de sa mère biologique s'estompaient, il n'en gardait à présent qu'une image imprécise et une odeur, qui elle, était toujours aussi vivace dans son esprit.  Peut-être était-ce dû au traumatisme subi par les circonstances terribles de sa mort, que sa mémoire refusait de conserver ces éléments...
En revanche, il avait eu plus de difficultés à s'acclimater à  Maël. En effet, l'enfant n'avait jamais vécu avec un père. Cette présence masculine l'avait d'abord dérangée puisqu'elle interférait avec le trio formé avec Lana et sa mère qu'il avait toujours connu. Cependant, le mage avait su se montrer patient avec lui, n'essayant aucunement de le brusquer et respectant son attitude parfois très réservée à son égard. Aussi, il en était venu à développer une relation complice avec ce père qu'il admirait et après duquel il trouvait un modèle. Enfin, grâce à ses nouveaux frères et sœurs, il avait véritablement compris ce qu'était une famille. Cette entité lui avait permis de s'épanouir pleinement et de devenir le petit garçon joyeux et intrépide qu'il était à présent.

Pourtant, des nuages menaçaient à présent cet horizon radieux et perturbaient la tranquillité de l'enfant. Les attributions approchaient, sonnant la séparation imminente avec toutes ces personnes qui lui étaient chères. Il savait bien qu'il ne serait jamais très loin d'eux, mais rien que de penser qu'il pourrait s'écouler plusieurs jours sans les avoir à ses côtés, particulièrement Lana, lui serrait le cœur. Le regard perdu dans les flammes de l'âtre, il pouvait  y apercevoir des images de sa jumelle. Son sourire, qui faisait apparaître de jolies fossettes au coin de ses lèvres, le bleu envoûtant de ses iris, son rire musical.... Ils avaient fait les quatre cent coups ensemble, partageaient leurs pensées, leurs rêves et leurs peurs. Comment feraient-ils pour maintenir cette relation une fois séparés ? Qui serait là pour la protéger ? Depuis la mort tragique de leur mère biologique, Arthur s'attribuait ce rôle auprès de Lana. Il était conscient qu'elle suivrait une formation qui lui permettrait de se défendre seule et qu'elle aurait évidemment un maître chargé de cette tâche, mais il lui était douloureux d'imaginer que sa sœur pourrait un jour complètement se passer de sa protection. De plus, elle allait être amenée à faire de nouvelles rencontres au château, se rapprocher de personnes, se trouver de nouveaux amis. Peut-être même un amoureux ? Il entendait beaucoup d'histoires qui circulaient parmi les élèves, que cela soit au château ou à la Tour. On disait que c'était lors de cette étape de la formation que des écuyers se mettaient ensemble, ou alors avec un apprenti de la Tour, se rencontraient en cachette, se tenant par la main, s'embrassant... A cette pensée, Arthur eut un frisson de dégoût. Comment pouvait-on penser embrasser une fille ? A son âge, l'enfant ne comptait pas vraiment d'amies parmi la gente féminine et pour tout dire, évitait le plus possible de se retrouver en leur compagnie, préférant s'entourer de garçons. Toujours est-il que les rumeurs disaient que les amoureux ne pensaient plus que l'un à l'autre, oubliant le monde qui les entouraient. Lana serait-elle comme les autres, ne prêtant plus attention à personne, même à son frère jumeau ?

Revenant tout à coup à la réalité, il s'arracha aux ondulations hypnotisantes des flammes qui retenaient son esprit dans ces sombres pensées. Arthur n'était pas du genre à se poser souvent ce type de questions, étant un petit garçon insouciant la plupart du temps. Il arrivait cependant parfois qu'il réfléchisse de manière plus mature que les autres enfants de son âge, conséquence des difficultés qu'il avait déjà traversées dans la vie. Clignant des yeux, il embrassa du regard la pièce si familière qui servait de salon à la petite famille, puis posa ses prunelles bleu acier sur sa mère. Il savait qu'il devait lui en parler. Ses craintes étaient trop grandes pour qu'il puisse les garder pour lui seul. De toute façon, elle avait toujours su lire dans son esprit comme dans un livre ouvert et devait déjà avoir deviné son trouble avant même qu'il ne le mentionne. Il savait qu'il pouvait lui faire part de ses angoisses, la chevalière étant toujours de bon conseil. L'enfant savait qu'elle utilisait son expérience de chevalière et sa bienveillance de mère pour faire passer des messages à ses enfants, même les plus durs.

Brisant le silence, il dit d'une petite voix mal assurée :

- Maman, je voulais te parler de quelque chose... Tu sais, l’attribution c'est bientôt et... Comment je ferai pour continuer à vous voir et puis être avec Lana ?


Son émotion était si grande qu'il en avait les larmes aux yeux. Une boule s'était formée dans sa gorge, l'empêchant de continuer à parler. La pièce, qui l'instant plus tôt lui avait semblé si accueillante, lui paraissait trop petite et étouffante. Il aurait aimé pouvoir se changer en panthère des neiges, courir dans les champs et ne s'arrêter qu'une fois sa peine disparue. Pourtant, il se trouvait pour l'instant en face de sa mère, qui le contemplait avec ses yeux noisettes emplis de bonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora
Esperita
avatar
Nombre de messages : 114
Rôle : Chevalière D'Emeraude et Maman à temps complet
Date d'inscription : 12/04/2013

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: Angoisses d'enfant [PV Enora] Dim 23 Oct 2016, 08:06

Le Temps passait et peu à peu l’excitation en vu de l’attribution était palpable chez les plus jeunes. Contrairement à ses confrères, Enora gardait toujours la tête froide. Elle n’avait pas d’écuyers mais se posait beaucoup de questions. Bien entendu elle parlait de ses angoisses avec son époux mais cela ne les calmaient pas pour autant. Puis depuis qu’elle était devenue maman, mot qui la faisait encore sourire à chaque fois qu’on l’appelait ainsi elle revisait son projet de vie. Lyzann n’était pas stupide et savait à quel point Enora avait souffert à cause des Ombres par le passé.

Les faits récents laissaient supposés que ce n’était que le début d’une guerre sans fin. Seulement ce coup-ci la chevalière aurait-elle le courage de partir avec les autres au front, risquerait-elle sa vie, pour garantir un avenir meilleur à ses enfants ? Enora était un peu perdue et devait parler de cela avec Nassa c’était certain. Cette dernière réussirait sans doute à l’éclairer pour faire le meilleur des choix. Ces derniers temps la chevalière ne dormait presque plus… Elle réfléchissait et appréhendait grandement le futur. Enora était assise au coin du feu avec son fils Arthur.

Devenir Maman du jour au lendemain n’était pas une chose facile pour la jeune femme. Mais elle attachait grande importance à dispenser l’attention et l’amour nécessaire à chacun des quatre bambins. Elle regarda rapidement Arthur et vit qu’il semblait troublé dans ses pensées. Par respect de son intimité elle n’osa pas faire intrusion dans son esprit. Elle se contenta de l’observer. Bientôt Arthur vint à livrer la source de ses tracas de lui-même.

- Maman, je voulais te parler de quelque chose... Tu sais, l’attribution c'est bientôt et... Comment je ferai pour continuer à vous voir et puis être avec Lana ?

L’attribution encore une épreuve pour Enora comme chacune d’entre-elles depuis le décès de sa jumelle, et de son quadruplé…. Elle devrait être forte, garder la tête froide. D’autant que lors du dernier conflit, Lyzann lui avait fait pleinement confiance et cela avait payé. Elle devait prouvée qu’elle savait dépasser la douleur de la perte de ces êtres chers. Comme à chaque attribution elle terminerait par aller fleurir les tombes de ses proches…. Elle ne voulait pas oublier, elle ne pouvait oublier. Mais cette attribution serait d’autant plus dure. Elle se retrouverait séparée de ses enfants. Elle ne pourrait plus les couver comme avant. Elle l’appréhendait. Elle ne voulait pas être séparée d’eux. Elle prit Arthur dans ses bras puis lança :

- Mon petit cœur, je sais que tu appréhendes l’attribution. Mais malheureusement tu ne peux pas rester avec moi. Je n’ai pas les compétences pour t’apprendre à contrôler tes pouvoirs. A l’attribution tu iras vivre à la Tour, Lana sera au château. Vous vous verrez plus souvent que tu ne le crois. Je retournerai vivre dans l’aile des chevaliers avec votre papa… si Lyzann me le tolère. Comme ça on se verra souvent ; le plus souvent possible. Je sais que c’est difficile pour vous, crois-moi ça l’est aussi pour moi de vous laissez pour apprendre à contrôler vos pouvoirs. Mais saches qu’où que tu sois Maman seras toujours là pour toi et dès que tu auras besoin j’’accourerai ; même si je suis à l’autre bout du continent. Je te le promets Arthur. Parole de Chevalière.

Enora espérait avoir un peu appaiser son fils… Mais elle-même ne voulait pas de cette attribution. Elle craignait une guerre sans fin, elle craignait que ses enfants partent au front lorsqu’ils ne seraient qu’adolescents… Elle craignait de les perdre…. Mais elle ne pouvait pas changer l’histoire la seule chose qu’elle pouvait faire c’était se préparer à retourner au front, combattre ses plus grandes ennemies encore une fois pour qu’eux aient un avenir meilleur.

La blonde se leva puis dit à Arthur

-je dois aller au château demain nous irons vous achetez de beaux vêtements pour l’attribution si tu veux. Je devrais m’entretenir avec une sœur d’arme un moment j’aurai besoin que vous jouiez calmement comme d’habitude, Maman doit accomplir ses devoirs de chevaliers.

Comment pouvait-elle lui dire qu’elle s’apprêtait à partir en guerre pour lui garantir un bel avenir ? Il était si jeune et si fragile….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur
Élève
avatar
Nombre de messages : 11
Rôle : Élève de la tour des mages
Date d'inscription : 06/10/2016

Plus sur le personnage
Âge:
Rôle:
MessageSujet: Re: Angoisses d'enfant [PV Enora] Dim 23 Oct 2016, 10:02

Arthur se retrouva bien vite dans les bras de sa maman, comme lorsqu'il faisait des cauchemars la nuit quand il était petit, particulièrement lors des premières semaines après son arrivée à Émeraude. Il avait l'impression que rien de mal ne pouvait lui arriver et que tous ses problèmes allaient s'envoler comme par magie. Pendant que sa mère lui parlait d'une voix douce, l'enfant se délectait de l'odeur maternelle rassurante, de la douceur de ses cheveux blonds qui titillaient sa joue et de la chaleur de son corps contre lequel il pouvait se blottir. Il sentait que, malgré la force et le courage dont elle faisait toujours preuve devant ses enfants, elle appréhendait aussi ces inévitables changements. Il n'était pas le seul à souffrir de cette séparation, qui bientôt serait réelle, ce qui d'un côté le rassurait. Une partie de lui craignait qu'une fois apprenti, sa mère ne le laisse continuer sa vie seul, se préoccupant de moins en moins de lui. Or, elle venait de lui promettre qu'elle serait toujours là pour lui, qu'ils partageraient à jamais ce lien si particulier qui unissait une mère à son fils.

De plus, comme le lui expliquait sa maman, il fallait qu'il apprenne à maîtriser ses pouvoirs. Ces derniers grandissaient en lui et il devait absolument apprendre à s'en servir, au risque qu'ils n'échappent à son contrôle et ne risquent de blesser une personne, voire de mettre en danger sa propre vie. Cela, Arthur en avait conscience, d'une part parce que ses professeurs le lui rappelaient souvent, mais aussi parce qu'il avait été témoin d'un incident. Cela s'était déroulé, un midi, au réfectoire des élèves de la Tour. Deux élèves s'étaient disputés et l'un d'eux avait lancé un rayon incendiaire dans le visage de son camarade. Heureusement, il avait immédiatement était pris en charge par des mages guérisseurs. L'élève fautif avait par la suite avoué qu'il ne comptait pas mettre autant de puissance dans son geste, mais que la colère l'avait aveuglé.

La suite des paroles de sa mère allaient intéresser l'élève de la Tour au plus haut point. Des beaux habits au château ? A cette nouvelle, les yeux de l'enfant se mirent à briller. Il avait toujours aimé ces moments privilégiés passés avec Enora et Lana . Des fois, ils allaient dans les boutiques du village pour choisir des étoffes, puis ils les confiaient au gérant, dont le personnel confectionnait le vêtement. D'autres fois, ils allaient voir directement les couturières du château qui leur proposaient des étoffes. Le seul moment ennuyeux pour l'enfant était de devoir rester immobile, tandis que la couturière prenait des mesures ou ajustait le tissu sur lui. Surtout que, malgré la gentillesse dont elles faisaient preuve, les couturières ne s’émouvaient pas vraiment des « caprices » de l'élève. Plus d'une fois, Enora avait dû rappeler à l'ordre l'enfant un peu trop agité. Il s'imaginait déjà choisir une belle étoffe aux couleurs de la Tour des mages, sa sœur se moquant gentiment de son accoutrement et sa mère lui disant qu'il était le plus beaux des garçons. De plus, il pourrait rattraper les moments perdus de la semaine avec Lana, une fois que sa mère réglerait ses affaires au château.

Le sourire aux lèvres, l'enfant répondit avec entrain :

- Bien sûr que je veux y aller ! Promis, je serai sage !

Un peu ragaillardi par la perspective de la journée suivante et une partie de ses doutes apaisés, l'enfant avait tout de même encore des questions qui restaient sans réponse. Il avait besoin d'en savoir plus. Quoi de mieux que de demander à sa mère de lui raconter sa propre expérience ? S'éloignant légèrement d'Enora, le jeune élève reprit d'une voix plus sûre que précédemment :

- Dis maman, comment ça s'est passé ton attribution ? Tu as aimé ton nouveau maître ? Et tu t'es fait des nouveaux amis ? Tu avais du temps libre ?

Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête ! Celles-ci, qui pouvaient passer pour de la simple curiosité enfantine, étaient en réalité essentielles. En effet, les réponses lui permettraient de se projeter dans cette nouvelle vie tant redoutée et de se souvenir que ses parents, eux aussi, étaient passés par la même épreuve et avaient réussi à s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parandar
◊ PNJ
◊ PNJ
avatar
Nombre de messages : 1916
Rôle : Représentation physique du STAFF
Date d'inscription : 01/10/2012

Plus sur le personnage
Âge: Naissance du monde
Rôle: Dieu Suprême
MessageSujet: Re: Angoisses d'enfant [PV Enora] Sam 09 Sep 2017, 21:03

Bonjour !

Le RP est-il toujours d'actualité ? Sans réponse, il sera déplacé le 18 septembre dans les Archives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Angoisses d'enfant [PV Enora]

Revenir en haut Aller en bas

Angoisses d'enfant [PV Enora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Dix-septième génération-