___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Event ~ Prologue - La délivrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Event ~ Prologue - La délivrance Lun 10 Oct 2016, 11:13

Ceci est l'histoire des Ombres. Une partie s'ajoutera à chaque jour pendant 6jours. Lisez et prêtez attention au date. Ne sait-on, le passé pourrait bien rejoindre le présent.


Drace



  • Rôle : Dieu déchu - Sorcier
  • Race : Céleste
  • En bref : Drace fut le sorcier en chef de l'Empereur Noir pendant de longues années. Lassé par ce rôle qui ne lui apportait plus rien, le dieu déchu s'est terré dans la noirceur du monde pour y assouvir ses désirs égoïstes. Ennemi juré de l'ancienne chef des chevaliers d'Émeraude, il lui a rendu une dernière visite avant que celle-ci ne quitte ses devoirs à Émeraude. En date d'aujourd'hui, Drace se cache encore et nul ne sait où.



Les Ombres



  • Rôle : Armée
  • Race : Ombres
  • En bref : Les Ombres sont apparut officiellement en 1233 d'abord dans le désert puis à Diamant et Perle avant de disparaitre près d'un an. Elles ont refait surface à plusieurs reprises depuis. En date d'aujourd'hui, elles occupent le désert, Zénor, Fal, le nord d'Esprit et le nord d'Irianeth. Elles n'ont toutefois pas progresser depuis de nombreuse années. Un cadeau des dieux.  


Quelque part sous Enkidiev
An 1220 mois 4




Il y avait une drôle de lueur dans son regard. Une idée, une simple idée, mais quelle idée! Celle de créer des êtres plus forts que les hommes, les elfes, les fées et toutes les autres races peuplant Enkidiev et Irianeth confondus. Ce ne serait pas des Dieux, non. Il en avait marre des Dieux depuis trop longtemps, depuis qu'ils l'avaient banni, lui un génie. Du haut des plaines de Lumière, ils ne voyaient, ils s'aveuglaient. Il avait quitté tout cela depuis bien longtemps maintenant. À présent, il s'amusait. Toutes ces expériences qui lui auraient valu la furie des Dieux, tout ce qu'ils lui auraient empêché de faire, d’accomplir…Maudit soit Parandar. Il était libre. Libre d'expérimenter.

Mais même un génie comme lui finissait par tomber dans la redondance. Il avait besoin de frivolité. Fini les assemblages d'éléments bien trop simples, finis la simple modification d'objets pour en créer d'autres. Certes, ceux-ci avaient été magiques, mais... Il cherchait à faire quelque chose de plus intéressant cette fois. De plus fou un peu. Quelque chose de vivant! Un être qui pourrait se mouvoir à son gré. Bien sûr, il allait garder le contrôle. Il le créerait. Il serait son maitre. Et qui pouvait désobéir à un dieu déchu tel que lui? Drace! Le tout puissant! Il avait roulé sa bosse depuis que Parandar l’avait créé pendant un cauchemar. Et dire que ce grand Père des cieux ne le saurait jamais. Tant mieux, depuis qu’il avait quitté le monde céleste pour celui des mortels, Drace avait un plan. Un plan qui s’était déroulé tellement bien. Il avait trouvé ressources inépuisables en devenant chef des sorciers d’Irianeth. Il avait la paix. L’Empereur ne l’ennuyait qu’à l’occasion et puis ils se succédaient tellement rapidement. Puis lorsqu’il avait enfin eut ce qu’il voulait, Lyra, il avait disparut dans l’ombre du monde. Lyra lui appartenait. Même si celle-ci vivait sa vie tranquillement dans son royaume Émeraude, elle était désormais prisonnière de ses toiles. Elle ne pourrait jamais plus fermer l’œil la nuit à cause de lui. Il l’obsèderait jusqu’à un point. Il la torturait jusqu’au jour… jusqu’au jour où elle n’aurait plus le choix que de revenir vers lui. En attendant, il se préparait.

Un, puis deux, puis trois, puis quatre expériences. Pour ce faire, il utilisait un ingrédient bien spécial, qu'il utilisait déjà pourtant dans plusieurs nouveautés magiques, mais qu'il avait tendance à démanteler. Comme si déconstruire ne lui permettait plus de reconstruire. Et si pour une fois, il la gardait intacte? S’il n'enlevait que les faiblesses? Il allait s'emparer d'âmes, encore une fois. Des âmes issues de la création de Parandar. De celles-ci, il arracherait les faiblesses : sentiments, émotions, désir de vaincre, orgueil, tout ce qui faisait d'un être humain un être pitoyable. Il n'avait pas besoin de tout cela. Il avait besoin d'animer des créatures. Il les imaginait déjà, et de l'excitation fourmillait dans son être. Ce qu'il créerait serait encore plus parfait que lui-même. Plus que les hommes, que les Dieux, qui se méprenaient trop souvent à ressentir quelque chose. Il sentait que son idée était malsaine, mais ne pouvait s'empêcher de vouloir la mettre à exécution. Il lui semblait entendre dans sa tête la voix d'un vieil allié : « Cesse de créer ton propre malheur. » Ah! Dianjin, dieu des malheurs. À cela aurait-il répondu qu'il vivait bien sa malédiction. Celle de vouloir toujours aller plus loin, celle de vouloir créer davantage. Après tout, il était le cauchemar de Parandar.

Les âmes étaient réunies autour de lui. Des personnes désespérées en avaient assassiné d'autres pour lui. Être puissant était fantastique. Il avait contrôlé ces humains, avaient passé de faux pactes avec eux... et voilà qu'ils lui apportaient tout ce dont il avait besoin. Le reste des « ingrédients » ne se trouvaient pas très loin à la surface. L'essentiel était ces cinq petites âmes qui, gardées précieusement dans des sphères de sa propre invention, rayonnaient doucement. Elles n'avaient déjà plus de cerveau pour les faire fonctionner, mais l'essence y était, et c'était tout ce dont il avait besoin. Il en prit délicatement une comme s'il s'agissait d'un précieux joyau, et commença l'opération. La lueur blanche qui émanait de la sphère s'éclipsait peu à peu, s'assombrissant. Il ne resta plus que du noir. Voilà que cette âme avait perdu toute trace « d'humanité ». Soufflant quelques paroles que seuls les plus anciens immortels auraient pu comprendre, il commença à modeler sa nouvelle expérience. Une forme humaine. Avec un certain ravissement, il remarqua qu'elle prenait un aspect particulier, qu'il ne lui avait pas insufflé. Il sourit, passionné de voir un être entièrement noir devant lui. La figure de celle-ci n'exprimait pas d'émotions, et ses yeux, tout comme ce qui pouvait être appelé de la « peau », étaient couleur d'ébène. Effleurant le bras de ce nouvel être, il le sentit aussi friable que du charbon, mais à son grand étonnement, le tout se reformait à une vitesse spectaculaire. Il lui broya le bras, et celui-ci se reforma de manière vaporeuse. Il était stupéfait, et merveilleusement satisfait. Il lui sembla aussi que la pièce dans laquelle il se trouvait fut un peu plus sombre. Caressant la peau de sa création, il lui ordonna d'avancer. Rien, elle ne bougeait pas. Il avait dû faire une erreur. Il allait devoir recommencer. Il avait encore quatre charmantes âmes à manipuler.

Avec le plus grand soin, il réitéra l'expérience, s'appliquant dans chacun de ses faits et gestes. L'apparence de celle-ci était féminine cette fois-ci. Il sourit. Ce put-il que les âmes reprennent la forme de leurs hôtes initiales? Comme si leur genre était écrit dans leur essence et ne dépendait aucunement du corps dans lequel elles se trouvaient? Intéressant.  Il continua à sourire. Cette fois-ci, la création bougeait. Et étrangement la première aussi s’était animée. Discutaient-ils? Non. Il n'y avait aucun mot, aucun son. Et Drace avait fait en sorte qu'ils n'aient pas de conscience à proprement parler. Ils ne discutaient pas, mais ils s’étaient regardés avant de tourner leur tête vers l’une des torches de lumière qui éclairaient la grotte. Ils n'avancèrent pas, restant à leur place. Alors leur créateur tenta encore de les améliorer, avec le troisième, puis le quatrième, et enfin le cinquième. Ils restaient tous sur place. Ils se regardaient entre eux avant de retourner fixer la même source de lumière.

Vinrent alors les nombreuses autres expériences. À chacune qu'il considérait ratée,  le dieu déchu les jetait dans une grande faille loin de la grotte, qu'il avait expressément créée à ses fins. C'était une faille immense, qui sous terre, parcourait le continent en entier, et même le fond des océans. Elle se rendait même probablement jusqu'à Irianeth. Elle était vieille, très vieille cette faille. Elle avait été sa meilleure amie pour les expériences ratées qu'elle engouffrait. Enfin, il peaufinait à présent ses techniques, et comme il arrivait à avoir toujours plus d'âmes, il pouvait expérimenter à sa guise, augmenter la qualité. Bientôt, ses créatures répondirent à ses ordres. Ils étaient ses servants à lui. Et indestructible. Il les testait contre le feu, et feu ils absorbaient, comme une éponge absorbait de l'eau. D’ailleurs, l'eau, elle, ne leur faisait rien non plus. Le vent, de son côté, s'il arrivait à les dissoudre, ce n’était que temporaire. Les créatures ébène se reformaient de leur cendre. Quant à la terre... il pouvait leur asséner un immense choc, et ils ne faisaient que se reconstruire. C'était impressionnant. Il était fasciné.  Des phénix d’ombres! Il avait perdu le compte du nombre de ses créations. Au départ, il leur avait bien donner un numéro, mais lorsqu'il réussit à en créer plusieurs en même temps, il perdit le fil à 189. Ce n'était plus important. Il en gardait de plus en plus dans sa caverne, et les entassait. Puis une idée encore plus folle lui passa par la tête. Sa malédiction de toujours vouloir aller plus loin frappait. Il devait essayer une autre race. Une race supérieure. Un Immortel. Et s'il essayait d'arracher l'âme d'un Immortel et de la falsifier? Il n'aurait aucun scrupule à le faire. Il détestait encore plus les êtres célestes que terriens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Mar 11 Oct 2016, 00:28



Ombre Céleste



  • Rôle : Dirigeante des Ombres
  • Race : Ombre issue d'une âme d'Immortelle
  • En bref : Dès sa création, elle fut supérieure aux autres. Cela à causer bien des maux de tête à son créateur puisque les Ombres obéissait à elle plutôt qu'à lui. Alors qu'elle peinait elle-même à comprendre, le dieu déchu l'a privé de sa liberté.



Lyra



  • Rôle : Ancienne reine d'Émeraude - Ex-Chef de l'Ordre d'Émeraude
  • Race : Humain
  • En bref : Elle a quitté ses fonctions en 1228 sans un mot pour quiconque. Elle est partie affronter son pire ennemi, Drace. Mais une malédiction les lie l'un à l'autre. Si l'un meurt, l'autre subit le même sort. Or, ce n'est pas dans les plans du dieu déchu de mourir si jeune. Après l'avoir vaincu, il emprisonna son âme pour qu'à jamais elle soit avec lui, garantie d'immortalité. En date d'aujourd'hui, son âme est fusionné à celle de la fille du cristal.


Quelque part sous Enkidiev
An 1228 mois 8




Ce fut long. Ce fut ardu. Un Immortel n'était pas facile à piéger. Et pourtant il le fit. Déjà ravis de sa nouvelle possession, Drace le fut encore plus lorsqu’il entendu son nom résonné. De toutes les voix qu’il avait pu entendre, celle-ci avait un pouvoir sur lui. Il l’entendait prononcé son nom qu’elle fut à des milles de lui ou bien à quelques pouces de ses oreilles. Cette voix qui réveillait en lui des frissons de désir. Le joyau de sa collection. Le trésor qu’il enfermerait bientôt dans ses flacons. Lyra, la belle Lyra revenait enfin vers lui. Enfin. Kidnappé quelqu’un était tellement primitif. S’incruster dans sa tête par de simples mots était bien plus jouissif lorsque cette personne venait à vous de par son propre chef. Le niveau de possession est bien plus grand. Cette personne vous appartient de son plein chef. Le dieu déchu abandonna son présent projet pour se consacrer totalement à celui qui venait à lui. Si Lyra était là, c’est qu’elle avait abandonné son poste de chef, son ordre, ses chevaliers, son mari, ses enfants, ses devoirs, ses valeurs, sa vie bref. Elle avait abandonné tout pour lui. Pour venir l’affronter lui. Ah… Quelle fut grande l’extase qu’il ressentit lorsqu’il put contempler son âme danser dans sa sphère de cristal. Une âme si active, si brillante et si chère à ses yeux. Désormais, il pouvait continuer ses projets. Lyra était avec lui pour toujours. Elle contemplerait tout le mal qu’il ferait, impuissante et désemparée.




Quelque part sous Enkidiev
An 1230 mois 8




Noire, noire était l'ombre qui se tenait devant lui. Plus noir qu’il ne peut jamais voir. Spectateurs de la scène, les autres Ombres, comme il les avait appelé, parurent s’assombrir aussi. Comme s’ils s’imprégnaient de la créature supérieure à eux. Comme s’ils s’adaptaient à elle. Un mauvais pressentiment s’immisça dans l'esprit du créateur. L'Ombre issu d’une immortelle semblait plus... plus puissante. Le Dieu déchu Drace tenta de faire obéir ses sujets en leur ordonna d’aller dans la brèche. Sans succès. Eux qui lui avaient jusqu’à l’or obéis à ses moindres commandements… Aurait-il perdu le contrôle face à cette Ombre d’essence céleste? Désormais seule Ombre à la silhouette féminine, la dernière née dégageait une aura fort bien différente des autres. De ses yeux entièrement dorés, elle contemplait le dieu devant elle comme si elle l’étudiait. Sa tête se mouvait sur son cou comme si elle apprenait qu’elle pouvait se mouvoir. Alors doucement, elle leva sa main devant elle, face à Drace. Et à l’unisson, les autres Ombres l’imitèrent. Le Dieu déchu serra les dents de colère. Non! Il ne pouvait pas avoir perdu face à ses propres créations. Il les avait créées. Elles étaient ses créatures à lui. Et voilà que ses créatures manifestement semblaient ne plus avoir besoin de lui? Jamais! Il se retourna vers les dernières sphères contenant des âmes. L’une d’entre elle rayonnait plus forte comme pour le prévenir. Elle aussi sentait le danger qui émanait de ces expériences. Il gronda pour faire taire cette voix dans sa tête.  Oui, il le savait! N’en rajoute pas Lyra! Ne faisait-il pas plus froid? Devenait-il paranoïaque? Peut-être. Ce n'était pas vraiment ce qui importait. Il n'allait pas s'affoler tant que ses créatures ne se mettaient pas en marche ou... tant qu'elles ne se mettaient pas à attaquer contre son gré. De toute façon, il n'avait rien à craindre. Il les avait créés. Il savait comment elles fonctionnaient. Alors pourquoi se sentait-il mal à l'aise avec celles-ci? Il était DRACE! Dieu issu des pires cauchemars de Parandar. Rien n’allait à son encontre. Comme si l’Ombre céleste l’avait ouï, elle redescendit la main, imitée par les autres. Puis, sous le regard stupéfait de Drace, elle alla rejoindre les autres Ombres pour se mêler à eux. Et les Ombres retombèrent dans leur inactivité qu’il leur connaissait. Sans ordre de sa part, ils restaient debout, immobiles. Pour les tester, Drace de sa voix forte les appela à s’assoir. Dans un même mouvement, toutes les Ombres se laissa choir au sol. Il lança un regard noir vers la ligne de sphères sur l’une des étagères. L’une d’entre elle, plus lumineuse de nature, était prise d’une telle agitation qu’elle en faisait bouger sa prison de verre. Le dieu lui ordonna de se taire. Mais elle l’ignora totalement.

-OUI! OUI! JE SAIS! TAIS-TOI LYRA!

**Alors débarrasses toi en avant qu’il ne soit trop tard. Par pitié Drace!**

L’implora la voie dans sa tête. Mais il était déjà entrain d’échafauder d’autres plans. Ce n’était qu’une simple modification à faire.  




Quelque part sous Enkidiev
An 1233 mois 9




Il avait finis par recouvrir la sphère trop agiter d’un tissus sombre. La voix dans sa tête avait aussi finis par se taire. Probablement parce qu’elle se savait impuissante. Les Ombres n’avaient plus bougé sans son commandement. Au contraire, elles n’obéissaient pas toujours à ses ordres. Drace s’était mis à réfléchir aux problèmes. Elles n’entendaient pas ? Non, le problème était apparut avec la création de l’Ombre céleste. C’était elle le problème. Peut-être que s’il altérait… Qu’était-ce ce bruit?  Les Ombres avaient levé le regard tous en même temps. Spectacle étrange, mais surtout stressant. Qu’avaient-elles soudainement ? Alors que le dieu déchu sondait les alentours, l’Ombre issu d’une immortelle se leva parmi les autres.  Dès que Drace eut localisé l’intrus quelque part à l’entrée de sa cachette, les ombres s’éclipsèrent. Dans un bruissement, elles se mouvèrent trop rapidement au gout du dieu pour se diriger vers la pauvre âme perdue. Malgré ses ordres, les ombres l’ignorèrent et craignant qu’à cause d’elles l’entré de son repaire ne soit découvert, Drace se précipita à leur suite. Il n’eut même pas le temps d’apercevoir le pauvre garçon qu’elles l’avaient déjà encerclé. Il eut un moment où le temps sembla être figé. Rien ne bougeait. D’où il était, Drace pouvait seulement entendre le garçon râler. Puis, elle passa au coté de Drace. Elle, cette maudite Ombre d’essence céleste. Il n’avait même pas eu conscience qu’elle n’avait pas suivis les autres. Elle avança lentement vers le cercle qui se brisa pour la laisser passé. Le garçon, retenu par des mains noires, semblait étouffer par leur simple présence. Elle s’agenois alors devant lui pour être à sa hauteur. Avec une délicatesse qui énerva Drace, elle avança sa main contre la poitrine du jeune humain. Une lumière quitta celui-ci pour pénétrer la paume de l’Ombre. La vie quitta le garçon sans la moindre élaboration. Elle venait de lui prendre son âme. Aussi simple. Alors que le génie qu’il était avait du élaborer des systèmes et de formules complexes pour y parvenir? Drace allait perdre patience. Cette créature lui était infecte.

Alors qu’il allait utiliser sa magie pour les détruire, il s’interrompit. Le corps inanimé se noircit jusqu’à être aussi noir que les autres Ombres. Pire encore, lorsque les Ombres défirent leur emprise sur lui, il se leva pour les suivre jusqu’au tréfonds de la grotte, là où ils vivaient depuis leur création. Le maitre des lieux frissonna. Qu'avait-il créé? Une Ombre capable de faire ce que lui-même accomplissait? Hors de question! Il allait mettre un terme à tout cela.  Il retourna dans ses cavernes farfouillées dans les babioles qu’il avait créé au cours des derniers siècles et s’empara d’une de ses anciennes créations. Un simple flacon contenant un liquide translucide. Une prison pour cette damnée Ombre qui menaçait son génie. Il retourna auprès des Ombres qui s’étaient agroupé dans un recoin. Il se fraya un chemin en bousculant les Ombres amorphes ainsi sans ordre. Il la trouva au milieu des autres. Elle le fixait d’un œil vide. Mais ce n’était qu’une façon de l’amoindrir. Derrière ses yeux d’or, elle réfléchissait cette vipère. Sans plus, il lui lança le flacon sur elle et le verre se brisa. Le liquide l’éclaboussa et l’effet fut instantané. Le liquide se répandit sur elle et bientôt son corps de cristallisa. Bien qu’elle ne bougeait pas, Drace pouvait lire en elle la douleur et la colère contre lui. Les autres Ombres autour d’eux s’effondrèrent mollement au sol comme privé de vie à leur tour. L’énergie que Drace émanait les affaiblissait. Il n’y avait qu’elle que ce pouvoir l’atteignait pas. Mais il en était fini de toutes ces exceptions. Elle était désormais qu’une statue de cristal au trait d’une femme calme. Mais la furie à l’intérieur se débattait. Il pouvait la sentir. Il devait renforcer sa nouvelle prison. Comme un gardien au porte de sa cellule. Une gardienne. Une âme forte que rien ne pouvait altérer. Il échappa un cri rageur avant de retourner sur ses pas découvrir les sphères de cristal qui contenaient ses dernières âmes. Au travers de celles-ci, comme toujours, il y en avait une plus brillante, plus active, plus pure. Il hésita. Il allait vraiment sacrifier sa plus belle possession pour cette erreur de parcours ? Le bruit du cristal qui se fissure le convainquit. Il s’empara rageusement du globe lumineux et retourna vers la statue tremblante.

Il commença à réciter une incantation de sa création et la sphère se mit à léviter devant lui et la vitre qui l’enfermait disparut. L’âme n’en était pas moins libre. Elle restait en suspens incapable d’échapper à la magie de son oppresseur. Puis, la lumière fut aspirée par la statue. La grotte retomba dans sa noirceur habituelle.  Le calme revint et Drace souffla enfin. Il était éreinté. Les forces qu'il avait dû utiliser pour parfaire le processus l'avaient vidé. Il sentait la chaleur du désert à présent, comme s'il n'était qu'un futile humain. Elle pénétrait dans les galeries du temple ensevelis sous des siècles de tempête de sable. Et cet humain avait bien sûr décidé de pénétrer dans la première ouverture qu’il avait perçu! Pas moyen d’être seul même dans le désert.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Mer 12 Oct 2016, 10:07



Quelque part dans le Désert
An 1233 mois10





Il n’y avait plus grande chance que l’Ombre brise sa prison. La gardienne faisait son travail. Au moins. Mais Drace ne cessait de regretter son choix. Il avait perdu Lyra. Elle était désormais coincée avec cette Ombre de malheur. Il lui fallait s’en débarrassé dans le néant du désert. Son énergie émanait du cristal. Combiné à sa sienne, leurs énergies seraient perçues par les Dieux qui auraient tôt fait de le traquer.  Il devait se séparer d’elle. Définitivement. D’elle et de ses Ombres… Ils les jeta une à une dans le gouffre sans fond de son entre. Privé de leur reine, ils n’étaient plus rien. Drace savait qu’il ne tirait plus rien d’eux. Elle les avait abimé. Depuis que l’enfant s’était aventurer dans le temple enfouis, Drace savait qu’il n’était plus à l’Abris du regard de Parandar. Il lui fallait partir. Ailleurs. Le temps qu’il puisse savoir comment récupérer Lyra. Il devait la récupérer. La reprendre en sa possession. Il lui fallait un autre gardien… Une autre âme pour remplacer celle de sa belle Lyra… Mais avant… Il devait s’assurer que nulle ne puisse la lui prendre alors qu’il l’abandonnerait dans le désert.





Quelque part dans le Désert
An 1233 mois 11




Elle se tenait là, balayée par le vent et le sable. Malmené par la chaleur du jour et la froideur de la nuit. Immobile, elle supportait. Autour d’elle, le vide, le néant, rien ne poussait, rien n’arrivait à se tenir debout près d’elle. Et pourtant… Elle les sentait sous ses pieds. Elle les entendait pleurer son absence et son immobilité. Coincée sous forme de cristal, La reine des Ombres attendait alors que veillait sur elle le regard vert de sa gardienne. Autour d’elles, une bulle immense sur des kilomètres les englobait. Un cadeau laissé par Drace avant de les abandonner. De quoi décourager tous ceux qui tenteraient d’atteindre la statue. Une sombre magie l’animait. Une magie qui faisait trembler la roche sous le sable. Les Ombres s’en nourrissaient. C’était cette magie qui les avait guidé au travers de la crevasse. Mais celle qu’ils attendaient, ne savait plus, n’avait jamais su. Prisonnière du cristal, l’Ombre céleste n’était plus. La gardienne non plus.

Le cristal est éternel. Il ne se brise pas. Il ne s'effrite pas. Attention toutefois, il protège jalousement son contenu. S'il risque de la perdre, il préfère la tuer avec lui. Pour l'ouvrir et la sauver, il faut toucher et prendre. Pour prendre, il faut risquer de tout perdre. Voici votre dernier choix : Me sauver ou me tuer.

Au loin, des silhouettes se dessinaient. Aventuriers au cœur du désert, ces gens attirés par l’énergie familière de la gardienne ne pouvaient se douter de ce qu’ils allaient déclencher. En la sauvant, ils vont détruire leur monde… Était-ce vous à la recherche du cristal dans le Désert? Est-ce vous qui avez tout déclencher?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Jeu 13 Oct 2016, 01:33




Tab



  • Rôle : Dirigeante des Ombres
  • Race : Ombres issu d'une âme d'Immortelle
  • En bref : À l'époque, elle n'était qu'une enfant, non? Celle que l'on avait libérer du cristal en 1233 et en qui on sentait l'énergie de la disparue Lyra. Rapportée à la tour le temps qu'elle regagne conscience, La fille du cristal n'y ait pas resté bien longtemps désireuse de gagner sa liberté. Son âme est fusionné avec celle de Lyra, partageant ainsi tout d'elle. Mais d'où vient-elle vraiment? En date d'aujourd'hui, on ne sait où elle se trouve.


La Tour des mages
An 1234 mois 9






La pièce était déjà plongée dans une pré-ombre lorsqu’elle ouvrit les yeux, enfin. Tout autour d’elle lui était inconnu et pourtant elle ne se sentait pas en danger. L’inconnu qui l’entourait au contraire l’apaisait. Son corps immobilisé par l’inconscience était engourdis. Ses doigts bougeaient difficilement car crispés. Une voix dans sa tête lui rappelait d’aller lentement. De ne pas trop aller vite. Que c’était inutile. Tout irait bien. Elle était en sécurité. Ici. Mais où était-elle? La lumière du jour mourant emplissait la chambre d’une brume fine et scintillante. Tout semblait doré autour d’elle. En tournant la tête vers la gauche, elle put voir une porte s’entrouvrir doucement. Une silhouette humaine vêtue d’une longue robe apparut. Son visage lui souriait. Elle referma derrière elle avant de la saluer d’une voix masculine. Sa voix était tendre et un léger accent mélodieux accompagnait ses mots. Emprunt d’une douceur que la jeune enfant ne connaissait pas et pourtant, les yeux qui la contemplaient lui était familier. L’homme portait un plateau dans ses mains qu’il déposa silencieusement sur la table au coté du lit.

- As-tu soif?

L’enfant porta ses mains à ses lèvres. Elles étaient desséchées, oui, mais pourquoi? Le gentilhomme lui tendit ce qu’il venait d’apporter sur son plateau. Il l’aida à boire le liquide qui apaisa sa gorge immédiatement.

- Voilà, doucement. Juste un peu à la fois.

Oui, pas trop. Sinon elle se sentirait nauséeuse. Elle avait le temps. Elle pourrait reboire dans quelques minutes. La voix en elle aussi le lui avait dit. Et dans un geste qu’elle ne se souvenait jamais avoir reçu, mais qui lui semblait avoir déjà fait elle-même pour quelqu’un d’autre, l’homme à la chevelure argenté s’assit à ses cotés sur le lit. D’une main paternelle, l’homme balaya les quelques mèches de cheveux qui collaient contre ses joues et son front. Le silence entre eux n’inquiétait pas la jeune fille. L’homme lui redonna à boire sans qu’elle n’ait eu à lui signaler sa nouvelle soif. Avec patience, l’homme l’aida avant de reprendre le verre. Leurs mains s’étaient touchées et l’enfant avait remarqué à quel point celle de l’adulte était plus grande que la sienne. Plus longue et pourtant plus fine. Des mains qui n’avaient jamais connu la corne, les ampoules ou les entailles. Néanmoins, dans ses mains circulaient une force incroyable. Elle pouvait le sentir.

- Ca…e…lìon…?

L’homme resta interdit un instant. Avait-il bien entendu son nom? Il ne l’avait pas encore prononcé pourtant ? L’eut-elle entendu durant son inconscience? Il se retourna vers la jeune fille les sourcils forcit par les questions.

- La voix… Dans  ma…Tête. Elle me… l’a dit.

**Se pourrait-il que tu sois emplie d’une belle magie, toi aussi, jeune fille? **

- Vos lèvres! … Elles… N’ont pas… Bouger!

- Ça fait partie du monde dans lequel tu te trouves présentement. L’homme posa sa main douce sur la sienne. Dit-moi. Aurais-tu un nom toi aussi?

- Humm… On ne m’a jamais… nommé…

La même la voix en elle ignorait.

- Et aurais-tu un souvenir à me partager?

- Je ne crois pas… Que ce soit des souvenirs. Du moins, pas les miens.

- Ce n’est pas grave. Lentement, on trouvera. Tes yeux ferment tous seuls, pauvre enfant. Rendors-toi. Tu reprendras des forces.

Il se leva après avoir caressé sa joue. La jeune fille le regarda s’éloigné légèrement inquiète.

- Vais-je me réveiller encore ? Me souviendrais-je de vous?

- Bien sur.

- Tu va revenir avec le soleil?

-… Oui, dors bien.

- Caelìon… Merci.

Tout irait bien. Elle était en sécurité. Elle le savait. L’homme referma la porte alors que ses yeux se fermaient sans qu’elle ne puisse lutter.






La Tour des Mages
An 1236 mois 5


Depuis son réveille, la Tour des mages avait été sa maison. On l'avait aidé à reprendre contacte avec la réalité. On lui avait laissé le temps qu'il lui fallait. Elle s'était fait des amis ici. Aucun ennemi ne se dressait contre elle. Elle avait appris énormément de choses sur elle et sur le monde. On l'avait aimé, elle le savait. On lui avait appris l'histoire de sa découverte dans le désert. On ne lui avait pas non plus caché que cette voix en elle portait un nom: Lyra. C'était l'énergie de cette femme que l'on ressentait en elle, mélangé à la sienne. Cela avait expliqué de nombreuses rencontres à la Tour. On l'avait abordé en s'excusant pour ensuite se présenter, mais c'était toujours de courtes conversations. On venait la contempler et s'imprégner de son énergie nostalgique pour ensuite la laisser seule. Mais elle ne leur en voulait pas. Elle savait qu'elle les apaisait et elle aimait l'idée de leur faire du bien. Elle avait suivit les cours de magies avec d'autres enfants de "son" âge. On lui avait même aidé à trouver un nom: Tab. Elle était donc Tab du Désert, étudiante à la Tour des mages. Elle était quelqu'un. Une présence bien définis. Et malgré les défis devant cette co-habitation dans sa tête, elle s'en sortait plutôt bien. Mais à la Tour bientôt il ne resta plus de défi pour elle. Devenir Mage ne lui tentait pas vraiment. En faite, elle ne savait pas ce qui lui tentait. Elle connaissait encore si peu de chose. Voir le continent par elle-même lui paraissait plus séduisant comme idée. Libre de tout. Ainsi, en ce jour ensoleillé, Tab avait demandé une audience avec les Cardinaux de la Tour et la chef des Chevaliers d'Émeraude qui lui avaient si souvent été agréables. Tout comme les cardinaux, la chef de l'Ordre lui avait offert bien des opportunités au château. Elle lui avait même offert un cheval pour qu'elle puisse apprendre l'équitation. Elle avait été tant chérie sans être véritablement quelqu'un à Émeraude. Elle ne pouvait toutefois pas remercier adéquatement ces gens. Elle n'avait rien pour elle. Elle ne savait rien faire pour eux. Partir lui permettrait d'apprendre, d'acquérir quelque chose. Elle en était sur. Et pour l'instant, au moins, elle cesserait d'être un fardeau sans avenir. Elle contempla son regard une dernière fois dans le miroir. Puis alla fermer le sac sur son lit qui contenait son maigre acquis. Elle quitta son dortoir pour rejoindre l'aile des Cardinaux. C'est là que l'on lui avait donné rendez-vous. Demain matin, elle quitterait Émeraude.




Quelque part dans le Désert
An 1238 mois 12





Elle refusait d'abandonner. Elle le refusait surtout devant lui. Il était hors de question qu'il la brime encore de sa liberté, de leur liberté. Elle avait appris tant de chose. Cela ne pouvait s'arrêter ici. Elle fit descendre son cheval dans l'étroit passage qui permettrait de descendre de la falaise faloise pour atteindre le sable du Désert. La route la plus rapide, selon la voix de Lyra, pour se mettre à l'abris. Tab, elle, hésitait, mais jamais les décisions de Lyra ne l'avait mise en mauvaise posture. À vrai dire, ce n'était pas tant les décisions de Lyra. Avec le temps, les deux âmes prisonnières du même corps avait finis par s'unir pour fonctionner en symbiose. Elles n'étaient ni l'une ni l'autre. Elles étaient elle; une troisième entité. Mais lorsqu'il était question de décisions spontanées en cas de danger, elle préférait se dire que c'était l'expérience de Lyra qui la protégeait. La monture s'habitua rapidement au sable mou sous ses sabots. Elle fendit l'air chaud guidée par les coups de talon de sa cavalière. Tab le sentait se rapprocher. Il la recherchait avec ses sens. Bientôt, il l'aurait localisée. Et lorsqu'il en serait fait, ni les mages, ni les cardinaux ni les chevaliers à Émeraude ne pourrait la protéger de lui. Elle le savait. Encore une fois, c'était son combat. Un combat qu'elle devait livrer seule. Tab les vit au loin; sa monture aussi. Cette dernière s'arrêta dans un cambrement qui désarçonna presque sa cavalière. Mais Tab savait que tout irait bien. Elle força la jument à avancer malgré l'assombrissement à l'horizon. Après tout, c'était son armée, non? Les ombres l'avaient si souvent appelé dans son sommeil. C'était d'ailleurs pour cela que ce dieux déchu la recherchait, non?  Et bien, il ne l'aurait pas. Ni elle, ni les Ombres.

Les Ombres se scindèrent en deux au dernier moment pour la laissé passer. Ainsi, elle s'enfonça plus profondément dans leur territoire.Un dernier regard vers l'arrière lui permis de le voir: Drace, rageant devant l'attroupement d'Ombres qui tentaient de lui voler de sa précieuse énergie. Quelque chose explosa. Elle arrêta sa monture. Un sourire se dessina sur ses lèvres. C'était fini. Il ne parviendrait jamais à franchir la barrière. Elle avait le contrôle... Elle était leur reine. Elle les faisait obéir. Elle était leur maître, lui que leur simple créateur.

Elle reprit sa route. Le Désert s'offrait à elle. Il était sa maison. Elle y était née. Tab ou Lyra? Les deux. Elle passa plusieurs jours à la recherche d'un oasis pour son cheval qui périssait d'acre en acre. Il ne pourrait bientôt plus la porté bien loin sous cette chaleur suffocante. De plus, elle suspectait les Ombres d'accélérer le processus. L'Oasis fut introuvable et elle dut libérer l'animal de ses souffrances. Désormais seule avec elle-même, les questions se faisaient nombreuses. Les Ombres la suivaient sans jamais s'approcher trop près d'elle. Ils la contemplaient de leur yeux jaunes. Au fils des jours qui se succédaient, Tab comprit que son alimentation ne requerrait presque plus rien. Comme si tous ces ans à manger la nourriture humaine n'avait été que gourmandise. Les Ombres, par leur simple présence, suffisait à la combler. Elle trouvait cela étrange. Qu'était-elle donc?

Ses pas, sans chemin à suivre, finirent par trouver un lieu pour dormir à l'abris du sable que le vent soufflait et du froid que la nuit levait. La crevasse déchirait le sol le relevant par endroits. Sous le sable, le roc s'était séparé en deux puis en trois. Elle se laissa glissé contre les parois avec précaution, se retenant parfois avec sa magie pour éviter de chuter. La noirceur l'accueillit bientôt et elle dut s'en remettre au feu de ses paumes. La surface sous ses pieds finit par s'adoucir et devint bientôt aussi plane que les plaines d'Émeraude. Pour une fois, les Ombres ne l'avaient pas suivis. Elle ne savait si c'était qu'elles ne pouvaient pas descendre ou si elles ne voulaient pas. Et si quelque chose de plus puissants qu'eux ne s'y cachait déjà?

 



Quelque part dans le Désert
An 1242 mois 3





Il faisait si froid dans la grotte. Mais son corps ne ressentait plus l'humidité et la faim. Ses yeux s'étaient habitué à cette noirceur oppressante. Les Ombres à la surface ne descendaient jamais dans la faille. Elles restaient sagement à la surface pour sillonner le désert. Tab avait donc fait de la grotte son royaume. Nulle autre âme qu'elle y vivait. Ah! si. Lyra. Et c'était devenu conflictuel. Elle ne cessait de lui demander de faire quelque chose. Mais à quoi?! Elles étaient bien, non? Là, ici, à l'abris de ce dieux déchu... C'était lui qui avait causé tout ceci! Et Lyra le savait. C'était lui qui devait mourir ! Et les laisser tranquille. Ici, au centre des Ombres, elles étaient seules, mais en sécurité. Même Drace ne pouvait rien contre eux. Chaque fois qu'il s'était approché trop prêt, elle avait souhaité que les Ombres le dévorent et il avait toujours finis par partir. Mais il revenait. Si seulement les Ombres le pourchassaient comme lui-même l'avait pourchassé jusqu'ici. Que les Ombres le trouve et le dévorent! Qu'elles parcourent le continent et celui d'Irianeth s'il le faut! Mais qu'elles le trouvent!


** Mais les Ombres... Elles vont dévorés les mortels aussi.**

C'était vrai. Ils n'ont pas mérité cela. Ils ne lui ont rien fait, eux. Au contraire, ils l'ont même aidé...

** Les Ombres ne sont pas la solution à ton problème, Tab...Rappel-les.

Mais il va nous échapper, Lyra.

** Tab ne soit pas comme lui. **

Comme lui?... Non, elle ne voulait pas. Elle n'avait pas quitter la Tour des Mages pour devenir comme cet être exécrable. La haine en elle finissait par s'apaiser. Elle retrouvait la paix. Elle devait pensé aux gens à la surface. Elle ne pouvait pas souhaiter n'importe quoi. Et si des innocents périssaient à cause de ses souhaits? Non. Lyra avait raison. Les Ombres n'étaient pas la solution à leurs problème.

Les jours sans soleil passaient si lentement. La crainte que Drace ne l'atteigne l'empêchait de vivre en paix. Elle avait peur. Mais pas Lyra. Elle haïssait quand Lyra lui faisait la morale. Elle lui rappelait constamment que les Ombres ne devaient pas fait du mal aux habitants du continent. Mais quel était le prix à payer pour préserver leur vie ? Elle souffrait, elle. Et puis quel autre mal pouvait bien être en train de faire Drace? Qu'est-ce qui leur disait qu'il ne tuait pas à l'instant même? Qu'il faisait plus de morts que les Ombres ne pourraient faire ? Quel était le prix pour leur non-action. Les ombres pouvaient détruire Drace. Elles pouvaient le vaincre. Tab en était sur. Depuis qu'elle était dans le désert, elles étaient devenus plus forte. Elle pouvait le sentir. Elles lui obéissait!


** Elles n'obéissent à personne, Tab. Tu le sais.

Tab poussa un cri de rage qui résonna longtemps dans la grotte même après qu'elle eut arrêter. Pourquoi cette voix avait autant d'emprise sur elle? Pourquoi l'empêchait-elle de faire ce qu'elle voulait? Et qu'importe où elle allait, cette voix la suivait. Que ce soit plus profondément dans la faille ou à la surface parmi les Ombres. Elle en était sur, cette voix serait encore là. Lyra ne l'avait jamais quitter... Et ne la quitterait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Ven 14 Oct 2016, 11:01



Le monde Céleste
An 1250 mois 9





Elles se tenaient silencieusement devant lui. L'une vêtue de vives couleurs, le sourire aux lèvres, alors que l'autre portait une sobre robe noire, le visage dissimuler derrière un voilage de dentelle: le contraire l'une de l'autre. Sakura trépidait à l'idée qu'on l'ait convoquée. Taëva, elle, restait calme et sereine, habituée d'être ainsi appelé devant lui. L'une était l'expérience et l'autre l'excitation du moment nouveau. L'une était sa fille, l'autre, celle de Sveter. Il les regardait songeur et aucune d'entre elles n'osaient l'interrompe dans son analyse de leur essence. Elles étaient de dociles déesses. Il les avait choisi en d'autre pour leur obéissance, mais aussi pour leur capacité. Il ne pouvait tolérer l'échec dans la mission qu'il allait leur confier.


-J'ai pour vous, mes filles, une mission particulière. Elle concerne les Ombres qui ont envahis le monde des mortels.

Sakura se calma instantanément, son ardeur refroidit par ces mots. Taëva releva la tête inquiète. Voilà donc pourquoi Parandar avait interdit l'accès à l'amphithéâtre hormis elles. Les Ombres étaient le sujet tabou des Dieux. Il n'y avait aucunes plaisanteries à faire à ce sujet. Même la divinité des blagues, des énigmes, des bouffonneries qu'importe, se tenait muet à leur sujets. Rappelez leur existence à Parandar était volontairement faire apparaître une épée de Damoclès au dessus de sa tête sans savoir si elle allait tomber ou disparaître. Ils étaient le mystère de Parandar. Lorsqu'elles avaient envahis le monde des mortels la première fois, le monde divin avait été en alerte. Elles n'étaient pas créations d'homme. Parandar avait donc condamné tous Dieux susceptibles de les avoir engendrés à passer devant le Jugement. C'était d'ailleurs Taëva, déesse de la vérité, qui avait été la défenseur des accusés grâce à ses pouvoir. Parandar avait toute confiance en elle. Un à un, elle avais lis en chacun des dieux et aucun n'avait mentis. Les Ombres ne venaient d'aucun d'eux.

Les Ombres avaient proliféré dans le monde terrestre causant ainsi des répercussions à même le monde céleste. De nombreux dieux en avaient été affaiblis directement par leur simple présence. Le dieux Shaan en avait même perdu toute vitalité. La nature étant l'une des sources principales de nourriture des Ombres... Il avait essayé de son mieux, mais lentement elles avaient finis par grugé à même son essence. Parandar avait confié le domaine désormais vacant à deux divinités. Ainsi, elles se supporteraient mutuellement dans les dégâts engendré par ces vils créatures. De même, le dieux des morts à qui ont avait voler constamment des âmes changeait de successeur constamment. Le présent avait établis un record de longévité et Parandar espérait le garder. Le Saint-père des dieux ne savait plus quoi faire. Sa propre magie n'avait cure contre les Ombres. Quelque chose l'empêchait. Et c'est ce qui l'inquiétait le plus. Il y avait quelque chose qui s'opposait à lui et qui arrivait à lui tenir tête. Rien pour le mettre de bonne humeur.

Parandar avait étudié ces Ombres. Il avait suivis les aventures des hommes contre elles. Et il avait travaillé pour trouver une solution. Même maintenant alors qu'il s'apprêtait à confier aux deux déesses une importante mission, il ne savait pas si cela serait suffisant. Ces créatures ne lui appartenaient pas. Il ne pouvait donc pas les détruire à sa guise. Voilà une des raisons pour laquelle la loi céleste existait: lui seul créait pour que lui seul puisse châtier.

Parandar descendit de son trône, lentement. Malgré ses traits humains, il restait le plus imposant des dieux. Il mesurait dans les trois mètres. Sa carrure montrait sa force. Chez les mortels, l'apparence de Parandar aurait tout de suite indiqué qu'il était homme puissant et sage. Et bien que les dieux soient immatériels et n'eut point besoin de force physique, de le voir ainsi intimidait. Les deux divinités devant lui paraissait ridiculement faibles. Or, Parandar savait le contraire. Il était aussi respectueux de ses enfants. Il modifia sa taille pour ne les dépasser que de trois têtes. Dans sa main droite, il fit apparaître une épée et dans la gauche, un bouclier. Leur apparence était toute simple. Le bouclier n’arborait qu'une pierre en son centre. Sa surface était encore vierge de coup ou du moins, le laissait croire. Quant à l'épée, sa lame était émoussée par des siècles inaction. Son pommeau était décoré de pierre, mais voilà tout. Les deux objets ne partageaient qu'un seul élément, hormis la banalité, et s'était l'inscription; l'une le long de sa lame, de chaque coté, et l'autre, tout autour de son rebord. Promesse d'action, de protection, mais contrainte par le temps immuable. Les deux déesses les contemplaient sans comprendre leur rôle. Patiemment, le roi des dieux leur remit entre les mains l'une l'épée, l'autre le bouclier.


-Votre mission sera de remettre aux hommes ces objets magiques. Mais bien plus que cela, il vous faudra trouver à qui. Vous m'avez promis toute deux de rester neutre dans le conflit des hommes. Vous qui n'avez ni enfants, ni champions, ni prêtres parmi eux, je vous charge de leur remettre ma magie. Sakura, ton épée devra être entre les mains d'un habitant du continent noir. Taëva, ton bouclier doit être porté par un habitant du continent en guerre. Tel est ma décision. Toutefois, je ne veux que vous choisissiez. Votre magie est semblable. Offrez la même chance à plusieurs et laissez les gagner leur droit à mon présent. Qu'entre eux, ils décident de qui se fera porteur de mon artefact. Allez, mes filles. Allez leur porter leur chance de vaincre l'Ombre de la nuit, que la lumière du jour revienne.

Devant lui, les deux se penchèrent en révérence. Muettes, elles le quittèrent sans demander plus. Elles savaient qu'il n'en dirait plus de toute manière. Elles trouveraient elles-mêmes comment appliquer ses mots.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Sam 15 Oct 2016, 00:36




La forteresse de Pikay
An 1257 mois 06 jour 21

L'Empereur était assis fièrement sur son trône. Le dos droit, la tête haute, les majestueuses ailes blanches étendues de chaque coté de lui, Ryan donnait une image forte et puissante à quiconque entrait dans la salle des trônes de la forteresse de Pikay. Même à sa propre mère. Hyllïna, doyenne des chevaliers et chef de l'Ordre de chevalerie, était suivie par son adjointe pour répondre à la convocation de l'Empereur. Les deux femmes s'approchèrent du trône pour ensuite faire leur salutation à l'Empereur. Ryan avait beau être chevalier d'Irianeth, son statut impérial ne laissait pas de place à la camaraderie ou affection maternelle. Il les salua d'un bref signe de tête et d'un simple geste de la main les invita à contempler ce qui se trouvait au pied de son siège richement décoré. Un immense coffre de bois y reposait, couvert fermé. Dès qu'Hyllïna souleva ce dernier, une lumière s'échappa tout de suite de l'arche éclairant soudainement le reste de la vaste salle. La source de cet intense rayonnement provenait d'une épée brillante de joyaux et pourtant à la lame usée. L'arme reposait sur un épais coussin de velours rouge tel une pièce de collection. Incertaine de l'objet qu'elle contemplait, la chevalière Hyllïna releva son regard vers son fils qui observait leur réaction respective.

« S'agit-il de...» (Hyllïna)


« En effet, c'est l'épée que tes chevaliers ont récupérés dans la forête noire. Celle la même de la déesse Sakura.  » (Ryan)

- Si je peux me permettre, Empereur, depuis combien de temps brille-t-elle de cette manière? (Janita)

« Je vous ai appelé justement, car elle n'a commencé que cette nuit... Comme ci quelque chose l'avait déclenché soudainement. »

- Quelque chose comme le solstice d'été ?

« Comme le solstice d'été, en effet, chevalière. »

« Je n'ai pas souvenir que ces inscriptions sur la lame eurent été lisibles au paravent, Empereur Ryan.»

La femme avait pris l'épée entre ses mains et contemplait les gravures de chaque coté de la lame. La lumière qui émanait de celle-ci était vaste, mais pas éblouissante. De ce fait, la chevalière pouvait à loisir examiner les détails. L'Empereur se leva de son trône et contourna les deux femmes pour s'éloigner un peu.

« En effet, lorsque l'épée m'a été remis après sa trouvaille, j'ai passé nombres de jours à tenter de déchiffrer le language employé sur elle. Mais il ne correspondait à aucune langue parlée ou écrite sur Irinaneth ou sur Enkidiev. J'ai même questionné des immortels, pour tout dire, mais aucun n'a reconnu l'origine de la langue. »

- Fort étrange comme l'arme provient des dieux.

« Effectivement. Mais comment se fait-il que nous y parvenons désormais? Serait-ce l'effet d'un sort, mon fils? »

« Je ne crois pas. Je dirais plutôt que l'artefact nous a reconnu fin prêt à écouter son secret.»

Hyllïna rapporta son attention sur l'arme entre ses mains. Elle fit la lecture à voix haute des inscriptions pour Janita qui n'avait pu y jeter un oeil encore. De même, cela leur permettrait de mieux saisir le sens des mots.

« "L'Ombre mourra là où elle a vu le jour la première fois.
Ma lame pourfendra l'ennemi, jusqu'à l'équinox passé." »


Ryan avait passé la nuit à réfléchir sur la portée de ces phrases. Pour lui, son idée était faite. Il n'avait pas convoqué la dirigeante de l'Ordre de chevalerie pour entendre son opinion, quand même bien elle était sa mère. Ryan était un leader né, un homme fait, un empereur intelligent.

« Préparer les ordres pour une mission dans le désert d'Enkidiev. Je veux 100 hommes pour lancer la marche. Laisser les écuyers en dehors de cette mission. La préservation de notre relève est ma priorité. Énormément de chose peuvent mal aller là-bas contre les ombres. Je veux éviter des pertes de valeurs. Bien entendu, je me ferais porteur de l'artefact. Et je veux que vous soyez prêts à prendre les bateaux d'ici 15 jours. Suis-je clair, Commandante? »

« Oui, Majesté. »

Les deux chevalières se penchèrent en signe de soumission à leur empereur. Contrairement à ce qu'elles se seraient attendues, Ryan ne les chassa pas de la salle du trône. Il la quitta plutôt, les laissant seules avec l'Artefact. La porte se referma sur sa prestigieuse personne dans un bruit sourd. Hyllïna resta immobile pendant un moment en silence. Janita lui laissa le temps de penser.

« Ça lui prend une maîtresse... Bon! Janita, contactes nos chevaliers déjà sur Enkidiev. Qu'ils nous rejoignent au Port d'Argent dans 18 jours. Je me chargerais de prévenir les Sorciers et Seccyeths par le bias de Hel, Thaïs et Kaltan. »

- Hyllïna... 100 hommes?  

« C'est une façon de parler, voyons. Nous prendrons des soldats de l'armée avec nous et publierons un avis de volontaires. Allons! »

La commandante rangea l'épée soigneusement dans son coffre et referma celui-ci. Elle repoussa l'arche sur le coté du trône pour éviter qu'il n'attire trop l'attention des serviteurs curieux. Elle quitta la salle derrière Janita pour mettre en place la mission que l'Empereur venait de lui donner.





La Tour des Mages
An 1257 mois 6 jour 21


La nuit était bien entamée et dans quelques heures le soleil se lèverait. Dans l'aile des Cardinaux, le silence régnait. Les trois familles dormaient à poing fermé et le Cardinal Caelìon était absent de nuit comme toujours. Maude, domestique à la Tour depuis vingt ans maintenant, débutait sa tournée de l'aile. Chargée spécifiquement de cette aile depuis peu, la domestique avait pour tâche de veillez à la propreté de l'endroit. Depuis que les Cardinaux y avaient installé leur petite famille, on devait s'assurer que les enfants ne se laissent pas traîner dans les pièces communes. D'ailleurs, Maude pénétrait dans l'un de ces salons justement. Une couverture reposait sur le divan, des livres avaient été abandonnés sur la table et des blocs de bois s’empilaient devant le foyer. La domestique s'empressa de ranger un temps soit peu et de passer un chiffon sur les meubles. Elle pliait la couverture pour mieux la disposer sur le divan lorsqu'une douce lumière éclaira le coté de son visage. Le feu dans le foyer était pourtant mort depuis longtemps. Lorsqu'elle tourna la tête, elle remarqua que c'était l'immense bouclier qui décorait le manteau de la cheminer depuis plusieurs années maintenant qui répandait cette lumière tamisée. Ne pas avoir été domestique pendant 20 ans à la Tour, elle aurait probablement paniqué, mais des objets magiques qui s'activent seuls il y en avait dans tous les recoins de la Tour. Ce ne fut que lorsque des symboles se mirent à apparaître sur le pourtour de l'objet que Maude devint inquiète. Était-ce un mauvais sort? Elle sortie prestement du salon pour aller cogner à la porte la plus proche. Rapidement, ce fut la cardinal Faith qui lui répondit. Maude tenta de lui expliquer ce qu'elle avait vu, mais avant même ses explications à mi-chemin, Faith marchait déjà vers le salon attirée par l'énergie renouvelée. La lumière était désormais si vive qu'elle éclairait le couloir. Une ombre se dessinait au travers. Lorsque les deux femmes pénétrèrent dans le salon, le cardinal Caelìon se trouvait déjà devant le bouclier. Sans un regard pour les deux femmes, il ordonna à la domestique:

-Faites quérir le chevalier Lyzann. C'est urgent.

Il n'en fallut pas plus pour alarmer la pauvre femme qui détala en vitesse pour accomplir son ordre malgré l'heure. Les autres cardinaux apparurent dans le salon peu de temps après. Eux aussi avaient ressentie cette énergie qui circulait désormais dans l'objet magique. Ils l'analysèrent silencieux avant que la Cardinale Alizée ne brise ce silence avec une question.

«Cette énergie est de source divine. La reconnais-tu, Cael­­íon?»

Il sembla hésiter un instant. Puis il se retourna vers les trois autres cardinaux.

-Parandar...

La stupéfaction se lu sur leur visage. Pourquoi est-ce qu'un dieu aussi puissant leur aurait envoyer un tel objet magique? Les quatre cardinaux discutaient de cette situation, essayant de trouver une explication à tout cela, lorsque la chef des chevaliers entra enfin dans le salon. On l'informa de l'événement, de leur découverte et de leurs suppositions. Les cardinaux lui laissèrent le temps d'analyser à son tour la situation et de regarder l'objet magique. Contrairement toutefois à eux, Lyzann était un combattant, un chevalier de terrain, un stratège de rapidité. Elle n'avait pas le temps pour les théories peu concrètes

-La déesse de la vérité, lorsqu'elle nous a donné ce bouclier, a dit qu'il nous aiderait à "avancer parmi les ombres tels une bougie dans la noirceur de la nuit".  Je ne crois pas que c'était une métaphore au vue de l'inscription sur le bouclier." (Lyzann)

En effet, sur le bouclier deux phrases décoraient désormais son pourtour. On pouvait désormais lire: "L'Ombre mourra là où elle a vu le jour la première fois. Ma surface arrêtera toutes les attaques de l'ennemi, jusqu'à l'équinox passé." Les cardinaux discutaient justement de leur porté lorsque le chevalier les avaient rejoins.

«En effet, nous pouvons donc supposer aisément que le bouclier doit avoir un effet sur les Ombres du moins jusqu'à une certaine équinox. Nous sommes précisément en solstice d'été ce soir. Cela explique peut-être pourquoi il s'est activé soudainement. La prochaine équinox est donc... Dans trois mois pour marquer la saison pluvieuse. » (Faith)

«L'Ombre mourra là où elle a vu le jour la première fois. Si on parle des Ombres, elles sont apparus dans le désert lorsque nous avons sauver Tab du cristal. »

- Alors nous devons aller dans le désert le plus rapidement possible! Nous ne pouvons pas perdre cette chance de vaincre ces créatures. Parandar nous envoie enfin ce que l'on attendait. (Cameron)

Une Ombre passa devant le bouclier pour ensuite se laisser choir sur le divan. Lyzann croisa les bras sur sa poitrine et déposa ses pieds  sur la table basse avec désinvolture. Les regards de tous les cardinaux furent alors porté sur elle. Caelìon agita la main devant son attitude et reporta son attention sur le bouclier qu'ils n'avaient pas déplacé de son chevalet.

- Et vous allez y faire quoi? C'est bien, on sait que l'on doit aller dans le désert avant le prochain équinox. Mais une fois au rendez-vous, il se passera quoi? Vous allez improviser des formules magiques contre des êtres qui s'en sont toujours battu les couilles? On a trois mois. Prenons le temps d'y réfléchir. Il est hors de question que j'envois quiconque là-bas sans préparation. Si on se trompe à quelque part, il faudra être préparé.

«Vous marquez un point, chevalier. Ne nous emportons pas au risque de commettre des erreurs.»

Lyzann acquiesça à ces paroles. La cardinale Fatih s'assit sur le second divan de l'autre coté de la table base. Elle fut imitée par les deux plus jeunes cardinaux. Seul Caelìon resta debout à contempler le bouclier. Malgré la nuit avancée, leur tête réfléchissait.

- Si y a une chose que j'ai apprise c'est que vos dieux ne nous sont jamais véritablement favorables. Ne sont-ils pas sensés être neutre dans nos conflits? S'il nous ont remis un quelconque objet, ils ont surement fait la même chose ailleurs.  

- Et si ça prenait le deuxième? S'il fallait deux artefacts pour que quelque chose se produise?

-... SA MÈRE! Tout mais pas ça! Par pitié. En plus, ça doit être Irianeth qui doit l'avoir. C'est tellement du déjà vu. 

« Si deuxième artefact il y a. »

- Je vais essayer de trouver une réponse dans le monde divin.

- Moi, sur le marché noir. Quand on paie bien, on peut savoir tout. Ça risque d'être plus vite.  

Les cardinaux eurent un moment d'incompréhension. Était-ce une plaisanterie? Quoi qu'il en soit, La chef des Chevaliers se releva avant de les saluer.

- Je ne crois pas que nous avancions énormément à cette heure. Je vais entamer les préparatifs d'une mission dans le Désert dès demain. Je vais aussi mettre au courant mes meilleurs chevaliers afin qu'ils réfléchissent aussi à ce fameux pourquoi.  

«Bonne idée. Nous ferons l'équivalent de notre coté, chevalier. Bonne nuit. »

Lyzann quitta le salon pour retourner dans le château. L'immortel Caelion en fit de même pour regagner le monde divin. Faith invita les deux autres cardinaux à regagner leur appartement eux-aussi. Il n'y avait plus rien qu'ils puissent faire pour l'instant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sveter
◊ Animateur
◊ Animateur
avatar
Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 25/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: Pandy is a Sugar Daddy
Rôle: Déesse de l'aventure et des péripéties
MessageSujet: Re: Event ~ Prologue - La délivrance Sam 15 Oct 2016, 02:30


Vous avez désormais appris beaucoup de chose à propos des Ombres et des artefacts. Vous êtes prêts pour l'affrontement final. Revêtez votre armure et sortez votre épée. Elles vous seront utiles. L'ennemi pourrait vous surprendre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Event ~ Prologue - La délivrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeux :: Archives :: Postes RP :: Dix-septième génération-