___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Out of the Wood •Xerkh•

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Auriane
Élève
avatar
Nombre de messages : 18
Rôle : Espoir d'Irianeth / Fille de Xerkh et Hanaë
Âge du personnage : 4 à 9 ans | G18
Date d'inscription : 30/04/2016

Plus sur le personnage
Âge: 4 - 9 ans
Rôle: Élève d'Irianeth
MessageSujet: Out of the Wood •Xerkh• Mer 10 Aoû 2016, 09:58

J'ai toujours considéré les bois comme une deuxième maison. C'est plus fort que moi, dès que je vois un arbre, je ne peux m'empêcher d'y grimper, quand j'entend les feuilles s'ajitant sous le vent, je me sens apaisée. J'ai peut-être l'air bizarre, différente, mais c'est justement que j'aime chez moi et m'a liberté. Le fait que je ne ressemble à personne, que je ne suis pas un simple mouton qui écoute les ordres. Que j'ai quelques chose en moi qu'on ne peux pas m'enlever, quelques chose qui me rend unique. Et ça, je le tiens de mon père.

Cette partie un peu trop sauvage de moi qu'il est parfois difficile de réprimer, mon sale caractère et mon goût prononcé pour la viande rouge, toutes ces petites choses futilement plaisantes, je les tiens de mon papa. Depuis ma naissance, j'évolue entre deux mondes totalement différent. Celui de la chasse et des feux de bois, des cabanes dans les arbres et de la forêt. Et celui hors du bois. Celui du château et des robes, des servantes et des Tati Papillon. Je me plais dans les deux. Je ne peux en choisir aucun. Ils font tous deux partis de moi. Ils sont comme deux aimants, si différents et pourtant si attirés l'un à l'autre, impossible à séparer. Je suis comme ça et ça me va très bien.

Je n'ai jamais connus mes parents ensemble, et ça ne me rend pas tellement malheureuse. C'est simplement différent. C'est deux fois plus de câlins, deux fois plus d'amusement, deux monde séparés. Et pourtant qui pour moi ne forment qu'un. L'un n'existe pas sans l'autre et inversement.

Aujourd'hui, c'est dans le monde de la foret que j'évolue. Ma forêt bien aimée. Depuis petite je me suis toujours faufilée partout, toute menue et toute discrète. Je suis peut-être toute petite mais je sais pas mal de chose. Et la forêt, je l'a connait certainement mieux que les trois quart des habitants du château. C'est Vayrrin et papa qui m'ont appris ce que je sais sur les bois. Eux ce sont les rois de cet univers. Après tout, ce sont des Berserk. Il savent tout ça mieux que personne. Et moi, je ne suis qu'une demi Berserk même si je sais parler leur langue, j'ai plus de sang humain, contrairement à Miya. Miya, c'est ma protectrice, mon modèle. Celle à qui je me réfère quand je suis dans une situation délicate. Ce qui n'est pas forcément une bonne chose en fait...

Je disais donc qu'aujourd'hui, j'avais laissé les robes et les belles coiffures au placard pour les troquer contre une chemise et un pantalon, mes cheveux flottants au vent, emmêlés par la poussière. Les mains écorchés et les muscles tendus n'était entrain de monter à un arbre, l'air très concentré. A quatre ans, je n'allais monter très haut. Maman aurait été furieuse. Un petit mètre me suffit largement et je m'assois avec agilité sur une branche solide. J'aime la vue du monde quand je suis plus grande. Quand je serais adulte, je grimperais sur la plus haute branche du plus grand arbre de la forêt pour admirer le ciel. J'admirerais les oiseaux voler et je pourrais compter les fenêtres de le forteresse. Je m'inspirerais des couleurs du ciel et laisserais mon esprit disvagué vers mes rêves les plus fous. Quand je serais grande, je serais forte comme mon papa et gracieuse comme ma maman. Comme eux, je serais une guerrière, une stratège, une magicienne. Et là haut, rien ne pourra me toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xerkh
Chevalier
avatar
Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 18/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: 28-32 ans (G18)
Rôle: Chevalier Impérial 16e génération, Alpha de la colonie Berserk.
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Mar 16 Aoû 2016, 22:49

C’était une journée un peu maussade aujourd’hui. Habituellement, Xerkh ne se laissais que très peu affecté par le temps qu’il faisait dehors, voire pas du tout. Surtout qu’à Irianeth, ont finissait tous par s’y faire puisqu’il était très rare d’y voir le soleil briller autant que sur les terres d’Enkidiev et lorsque cela arrivait, c’était fort à parié que c’était durant la saison plus sèche, qui ne durait que très peu de temps. En fait, le vrai problème n’était bien entendu pas le temps en tant que tel, mais bel et bien l’humeur du Berserker.
 
À toutes les fois qu’il revenait des Territoires Inconnus, il avait ce violent choc qui le ramenait à la réalité. Surtout qu’il prenait toujours l’embarcation vers Irianeth à partir d’Argent et que ce Royaume était franchement trop mouvementée pour lui. Vous voulez voir un Berserker mauvais? Laissez-le planté en plein milieu d’Argent durant quelques heures et son niveau de patience frôlera bien rapidement le zéro. Évidemment, toute cette retenu rien que parce-qu’il était Chevalier lui redevenait aussi difficile à gérer. Il avait simplement besoin d’un petit moment de réadaptation. Cette tension qu’il ne connaissait que dans les peuples vivant près des grandes villes ne lui faisait pas du tout et il ne s’y ferait jamais. C’était même parfois à s’en demandé pourquoi il revenait…
 
Ensuite venait la nostalgie de la nature. Le silence ou les sons environnant de la forêt, des animaux, aucun humain à des kilomètres et des kilomètres, de vrais longues promenade sans arrivé au bout d’un territoire, ou d’un précipice, la chasse et un système de vie bien plus logique et moins compliqué que celui de la société malade où il vivait. Celle où il avait un rôle de Chevalier qu’il n’affectionnait sincèrement que très peu. Plus les années passaient et plus Xerkh se sentait lasse de devoir jouer un rôle qui ne lui sciait pas vraiment. D’un autre côté, il savait que certains avaient besoin de lui et qu’il pouvait être un atout important dans les rangs d’Hyllïna. Le Chevalier avait toujours été très fidèle et si ce n’étais pas de son ancien Maître ainsi que ceux qu’il portait dans son cœur, il aurait déjà déserté depuis longtemps et ce, sans aucune hésitation. Ce n’était pas pour lui une question de courage, de nom, d’image ou quoi que ce soit dans le genre, c’était simplement pour lui une question de poids. Un poids qui s’incruste à travers les trapèzes et qui même parfois comprime la cage thoracique. En grandissant, il avait compris qu’il n’avait pas besoin d’être Chevalier pour protéger les autres et que c’était même plus facile de le faire sans l’être. Ce qui devenait pour lui une grande lacune dans cette société et qui dérangeait fortement son esprit. Si un jour il devait intervenir pour protéger l’un des sien, membre de l’ordre ou non, il le ferait et ce, sans songer aux conséquences.  Il ferait comme Faelina. Voilà.
 
Et c’était elle qu’il était allé voir aujourd’hui. Ce n’étais pas quelque chose d’anormal en soit. Xerkh et Faelina étaient depuis longtemps de très bons amis. La Seccyeth avait été longtemps un point de repère pour lui dans ce monde où personne ne le comprenait. Surtout à l’adolescence ou lui-même ne savait plus où il en était. Elle lui avait permis de voir cette société d’un autre angle que ce qu’on tentait de lui imposer. Elle voyait cette société comme lui. Elle semblait pourtant depuis quelques années avoir trouvé un parfait équilibre entre ses besoins et ceux des autres. Il espérait un jour trouver cet équilibre, mais il avait très peu espoir. Dans tous les cas, voir Faelina, c’était comme voir Vayrinn et les autres Berserks. Il ne fallait pas non plus oublier Zéphyr, son meilleur ami. S’il n’était pas allé le voir pour une bonne séance de bagarre pour ce défoulé tous les deux, c’était uniquement parce-que celui-ci était en mission.
 
Ainsi donc, il avait passé une bonne partie de la journée en compagnie de la Pardusse qui par chance était disponible. Ils n’avaient rien fait de bien extravagant. Ils étaient simplement allés courir à travers les montagnes puis la forêt, pour ensuite discuté un peu. Bien qu’il ne se sente pas nécessairement mieux, il pouvait tout de même sentir que cela lui avait fait du bien, mais le résultat final restait le même : Une fois ce genre de moment terminé, il retombait dans cette fade réalité. À mesure qu’il se rapprochait de Pikay, il ressentait de nouveau cette tension à l’intérieur de lui qui le sommait de tout simplement faire demi-tour et de prolonger son séjour hors de cette grande ville.  Cela faisait tout de même un jour qu’il était revenu sur Irianeth et ses rapports commençaient sans doute à se faire attendre. La seule chose qui le motivait réellement à se rendre à la Forteresse était le fait qu’il y verrait sans doute Hanaë et Auriane. Temporairement, la Sorcière avait choisi d’y faire un petit séjour puisqu’elle avait quelques obligeances qui demandaient beaucoup de son temps et que les voyagements faisaient perdre du temps entre la Tanière et la Forteresse. Il n’appréciait pas trop le fait que sa fille traîne à temps plein à la Forteresse, sans compté que sa gardienne serait alors Janita, qui ne lui avait toujours pas adressé la parole en quatre ans. Disons que tout le monde se chargeait de faire en sorte que les deux protagonistes ne se croisent pas. Xerkh c’était toujours demandé pourquoi d’ailleurs. Étais-ce parce-qu’ils craignaient qu’il saute sur la sous-chef, ou l’inverse? C’était une question parfois amusante, parfois irritante. Aujourd’hui, il la considérait irritante.
 
Bref, il allait passé la lisière de la forêt, lorsqu’une odeur particulière se rendit à ses narines. Instantanément, son museau avait rejoint le sol avec toute son attention, puis, fini par renifler rapidement l’air, pour partir plus vers l’Est de la Forteresse à une vitesse inhumaine. Le Berserker se rendit en un temps record vers la présence qu’il avait senti non sans se faire discret, ne ressentant aucune détresse venir de celle-ci. Tapis dans l’ombre, il observait les alentours. Auriane était percher seule à un arbre. Elle y était arrivée sans l’aide de personne, visiblement. Cela le rendit un peu fier et le mis de bonne humeur, mais celle-ci disparue aussitôt avec la suite de ses pensées. Où était celle qui devait la surveiller? Hanaë était occuper, Janita n’était-elle pas censé avoir un œil sur elle? Sinon, qui était le coupable et comment se faisait-il qu’il ne le savait pas? Le Berserker grogna intérieurement. Il était hors de question que ses progénitures soient ainsi mises sous la surveillance d’incapables et sans la moindre protection. Hors de question.
 
S’approchant finalement doucement de l’arbre tel au fauve, Xerkh chassa de côté cette colère pour profiter de ce petit moment avec sa fille. Si personne ne la surveillait, alors il était visiblement le mieux placer pour le faire. Il avait aussi bien hâte de savoir comment celle-ci avait réussis à semer des adultes du haut de ses quatre ans. C’était bien sa fille quoi.
 
**Ruojnob essecnirp** (Bonjour princesse)
 
Il avisait l’arbre dans lequel elle était perchée. Avec le poids qu’il avait, y grimper serait plutôt risquer. Il choisit donc de s’assoir et de lever la tête vers celle-ci en attendant sa réaction. Après tout, cela faisait environs six mois qu’ils ne c’étaient pas vue. Voir ses grands yeux bleus rivé sur lui avec toute la surprise du monde le ramollissait complètement. S’il aurait été sous une apparence humanoïde, il aurait sans aucun doute eu un sourire charmé et fendu jusqu’aux oreilles.
 
**Tu fais quoi là. Dis-moi?**
 

Continua-t-il dans la langue commune cette fois. Après tout, Auriane ne connaissait que quelques mots. Il observait les mouvements de sa fille avec précaution, prêt à intervenir au moindre petit problème d’équilibre, puisqu’elle ne tarderais sans doute pas à descendre pour venir le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9474-xerkh-le-berserker
Auriane
Élève
avatar
Nombre de messages : 18
Rôle : Espoir d'Irianeth / Fille de Xerkh et Hanaë
Âge du personnage : 4 à 9 ans | G18
Date d'inscription : 30/04/2016

Plus sur le personnage
Âge: 4 - 9 ans
Rôle: Élève d'Irianeth
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Mer 24 Aoû 2016, 12:13

Un peu ennuyée de rester sur la même branche, je décidais de monter un peu plus haut. Après tout, maman n'était pas là et elle n'en saurait rien. Un peu inquiète de me faire surprendre à faire quelques chose qui m'était interdit, je jetais tout de même un coup d’œil aux alentours. La forêt était complètement déserte, il n'y avait aucune trace de la servante à laquelle j'avais faussé compagnie ni de qui que ce soit d'autre. Ben oui, vous ne vous êtes pas demandez comment, à 4 ans je m'étais retrouvée toute seule dans la forêt ?
Comment vous expliquez que je me suis un peu enfuie de la forteresse... Tout en continuant de grimper, je fis une moue rigolote. Les servantes sont vraiment cruches tout de même.

Ce matin, j'étais aller avec maman jusqu'à la forteresse où elle travaille la plus part du temps. Et comme chaque fois, elle m'a confiée à Mami Nini. A croire que si je restais avec elle je l'aurais déconcentrée. Cette pensée ne me plaisais pas. J'étais très sage, aucune chance que je dérange quelqu'un. Donc, j'étais aller avec Mami. Je l'adore. Bon, elle cause un peu de problème parfois d'après ce qu'on m'a raconté... mais bon ! Elle a mon admiration entière et complète. Seulement, une servante est venue la chercher. Apparemment, il y avait quelques chose d'important à régler. Pour ne pas me laisser seule, Janita à demander à la domestique en question de me garder. Et comme celle-ci s'en foutait totalement de moi, j'ai décidé de partir. En plus je la connaissait pas. Je voulais pas rester avec elle.

Elle n'a rien remarqué, et à l'heure qu'il est elle est certainement en train de se demander où je suis. J'espère qu'elle va bien se faire engueuler tiens ! Comme je ne savais pas tellement où aller et que si j'avais trouver maman, je me serais fait très sérieusement disputer, j'ai décider d'aller dans la forêt. Et c'est comme ça que je me suis retrouvée perchée à un arbre. Seule. Dans la forêt sauvage. A 4 ans.

Alors que je me concentrais pour ne pas tomber, j'entendis une voix bien familière derrière moi. PAPA ! Mais... je croyais qu'il était en voyage ? Bon, peu importe, maintenant qu'il est là, tout va mieux. Je me stabilise, debout sur une branche, une main agrippée au tronc pour être sûre de ne pas tomber. Je lui fait un grand sourire. Qu'est-ce que j'aime mon papa ! On partage beaucoup de chose ensemble.

- Ruojnob Apap !

Je replace mes boucles brunes qui collent à mon visage pour le regarder. Avec lui, je parle la langue Berseck. Je connais assez de mot pour me débrouiller, donc je fais de mon mieux. Je me dis que cette langue, c'est comme la magie. Pour s'améliorer, il faut pratiquer.

- Ej siapmirg. Siam tnanetniam ej siav erdnecsed !

Avec difficulté, je m'accroupie sur la branche où je me trouve et la saisie. Je laisse tomber mes jambes et me retrouve pendue dans le vide. Je prend mon courage à deux mains et lâche la branche pour atterrir quelques centimètres plus bas, au sol. J'attend quelques seconde pour voir si la secousse qui fait trembler mes jambes va me faire tomber. Mais je reste bien droite, sur mes deux pieds. Fière de moi, j'aborde un sourire éblouissant, la tête haute comme pour défier mon père de faire mieux. Mais comme leur n'est pas à la compétition, je me précipite dans ses bras.

- Tu m'as manqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xerkh
Chevalier
avatar
Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 18/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: 28-32 ans (G18)
Rôle: Chevalier Impérial 16e génération, Alpha de la colonie Berserk.
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Mar 30 Aoû 2016, 23:44

Bien entendu, elle n’avait pas remarqué sa présence avant qu’il ne communique avec elle. Étais-ce mal? Bonne question. Il n’en était pas particulièrement choquer, mais il se disait malgré tout qu’il devrait très rapidement continuer ses enseignements concernant le fait d’être constamment à l’affut, les proies et les chasseurs. Elle ne voulait certainement pas devenir une proie, peu importe dans quel monde elle vivait à temps plein plus tard, n’est-ce pas? Cela n’avait rien non plus de lui inculqué la paranoïa, simplement être au courant de ce qui l’entourait avant même que cette chose qui l’entourait en soit consciente elle-même. Si Aether avait su l’apprendre, sa fille le saurait aussi, qu’elle penche plus sur l’humain que sur le Berserk cela ne changeait rien dans son cœur de père et dans l’énergie qu’il déplorait afin de lui offrir les outils nécessaire pour devenir peu importe ce qu’elle désirerais devenir plus tard. Rien n’était inutile.
 
Quoi qu’il en soit, pour l’heure, sa petite fille était là, percher en hauteur et l’avait finalement aperçu. Bien rapidement et visiblement heureuse de le voir, celle-ci entreprit de descendre le plus rapidement que son équilibre le lui permettait et ce, avec précaution afin de venir le rejoindre. Il observa celle-ci faire de son regard non seulement profondément protecteur, mais calculateur. Il s’assurait que chacune des prises de sa petite étaient effectivement aussi sécuritaire qu’elle ne se l’imaginait. Dans tous les cas, le Berserker était suffisamment bien placer afin de pouvoir la cueillir sur les choses tournaient mal pour elle. Cela n’arriva évidemment pas et la petite gamine posa les pieds sur terres après un court petit moment, non sans lui avoir expliqué ce qu’elle y faisait là. Dès qu’elle fut redressée, elle se précipita contre lui.
 
Regrettait-il de ne pas être un homme en cet instant puisqu’il n’était pas en mesure d’étreindre comme un humanoïde sa cadette? Bien sûr que non. Ce genre de concept était bien loin dans son esprit et peut-être aussi dans celui de sa fille. Il l’espérait du moins. Peut-être lui demanderait-elle un jour pourquoi il n’était pas comme les autres, peut-être cela n’arriverais jamais car elle comprenait déjà ce concept. Peut-être chercherait-elle un jour elle-même les mots pour l’expliquer à quelqu’un qui n’aurais pas grandi dans tout ceci, qui sait. Dans tous les cas, il laissait plus ce genre de préoccupations aux humanoïdes. Lui, il était passé à autre chose depuis longtemps.
 
C’est donc sans pensée à tout ceci qu’il accueilli volontiers la petite brunette contre lui, refermant une patte griffu dans le dos de celle-ci, avec une délicatesse que très peu pouvaient se vanter de bénéficier chez le Berserker. Évidemment, il avait bien remarqué son petit air de défit, mais il laissa coulé. Après tout, si ses filles n’avaient pas ne serait-ce qu’un peu de caractère, alors ce n’étais tout simplement pas ses filles. Doucement, il resserra l’étreinte alors qu’un ronronnement grave s’échappait de tout son être. Même s’il pouvait être une vraie machine à tuer dénué de toute sensibilité, Xerkh avait toujours su se montrer naturellement très doux avec sa progéniture qu’il chérissait plus que tout.
 
** Ut sa’m éuqnam erocne sulp … Te sid ,cnod ut sa idnarg ...! …Mmmu Ej em ednamed is ut se erocne …esuelliuotahc** ( Tu m’as manqué encore plus… Et dis donc, tu as grandi!... Ummm… Je me demande si tu es encore chatouilleuse…)

Sur ses mots mentaux, il l’agrippa un peu plus avec sa patte sans se servir de ses griffes et commença à la pousser gentiment avec son museau dans le cou, puis dans les côtes alors que bien entendu la petite se mis à se tortiller comme un vers à chou pour tenter sans doute, en vain, de se défaire de la prise de son père. Puis, lorsqu’il jugea qu’elle en avait eu assez, il la relâcha pour l’observé d’un air malicieux.
 
**Alors à qui as-tu faussé compagnie cette fois? Tu es devenue experte en la matière à ce que je vois.**
 
Évidemment qu’il voulait savoir. Il voulait tout savoir. Le pourquoi du comment et ainsi pouvoir décidé s’il serait en colère contre cette personne ou pas. Dans tous les cas, quelqu’un en entendrais parler et ce ne serais sans doute pas Hanaë, qui n’avait rien à y voir. Il en était sûr. Attendant la réponse d’Auriane, elle choisit de continuer sur sa lancer, ne laissant donc pas la chance à celle-ci de fausser sur les potentielles remontrances qui ne viendrait pas. Après tout, ce n’étais pas à elle qu’il en voudrait. Loin de là.
 
**Je vous ai ramené quelques petits cadeaux des Territoires Inconnus à ta sœur et à toi, j’ai bien hâte de vous les montrer. Vayrinn promet qu’elle viendra dans quelques mois. Elle s’ennuie beaucoup de vous.**
 
Ce n’était pas un mensonge. La Chamanka aimait bien les deux petites filles du Berserker. Après tout, elle avait passé un bon moment avec elles et seul les Dieux savaient ce qu’elle avait pu leur enseigné, bien qu’il ne s’inquiétait pas pour cela. Ce qui l’inquiétait le plus était le fait de savoir que Miya ferait partie des élèves lors des recrutements de la prochaines génération et qu’Auriane serait une future élève, officiellement. Ayant passé par là lui-même, il savait qu’elles y arriveraient aussi. Après tout, elles avaient déjà bien plus d’outils qu’il en avait eus pour passer au travers de ces cinq premières années au sein de la société. Il espérait seulement qu’elles ne faisaient pas uniquement cela parce-que leurs parents faisaient partie des élites et Xerkh tenait à leurs montrer aussi d’autres options tout aussi intéressantes. Être Chevalier ou Sorcier, il n’y avait pas que cela pour vivre. C’était bien à ce moment-là que le Berserker savait ce faire utile. Il espérait simplement que ses filles soient épanouies et fassent ce qu’elles souhaitent. Pas comme lui. Qui se sentait parfois piégé dans ses choix passé, alors que trop attendaient beaucoup de lui, ici. Quoi qu’il en soit, il secoua légèrement la tête pour chasser ses songes qui se voulaient plutôt sombre. De l’extérieur, on pourrait tout simplement croire qu’un petit insecte avait choisi de venir l’embêter dans l’une de ses oreilles.
 
**Et puis, tu as appris des choses intéressantes durant mon absence? J’ai cru remarquer que tu t’étais aventuré plutôt haut dans cet arbre, tu es douée, bientôt tu n’auras plus aucune difficulté à me suivre, c’est moi qui va avoir du mal. Aller viens.**
 
Dit-il gentiment à son intention. En fait, ce n’étais pas tout à fait un mensonge, elle faisait poids plume à côté de lui et dans quelques années, elle serait très agile elle aussi et aura sans doute le luxe d’aller sur des branches qu’il ne pourrait atteindre par mesure de sécurité. Puis, sur ses mots, il avait commencé à marcher pour retourner dans la forêt. Ils iraient à la maison. Il n’avait pas plus envie d’aller à la Forteresse et sa fille était une excellente excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9474-xerkh-le-berserker
Auriane
Élève
avatar
Nombre de messages : 18
Rôle : Espoir d'Irianeth / Fille de Xerkh et Hanaë
Âge du personnage : 4 à 9 ans | G18
Date d'inscription : 30/04/2016

Plus sur le personnage
Âge: 4 - 9 ans
Rôle: Élève d'Irianeth
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Dim 02 Oct 2016, 05:07


J’étais tellement contente que papa soit enfin rentré. Je ne savais pas vraiment où il allait quand il quittait Irianeth mais je me jurais dans ma tête qu’un jour j’irais avec lui. Je veux voir la mer, naviguer sur les flots et même apercevoir Enkidiev depuis le pont du navire ! Tata Luisa m’a dit qu’un jour nous irions sur la plage et qu’elle me montrerait les coquillages. Je marcherais pieds nus dans le sable en tournoyant. C’est impressionnant la façon dont je l’imagine me tenant la main, sa robe en tissus blanc léger volant autour d’elle, ses cheveux emmêlés autour de son visage de poupée, un immense sourire sur les lèvres. On ne peut pas nier qu’elle est belle. Mais ce que je veux le plus c’est devenir aussi forte que papa. Quand je serais grande, je m’entraînerais jour et nuit, je serais la meilleure, je rendrais mon maître fier de moi. Je manierais l’épée mieux que tout le monde et je saurais utiliser mes pouvoirs à la perfection. Ou du moins, je ferais tout pour que cela arrive.

Autant le dire tout de suite, je n’avais jamais pensé au fait que mon père puisse être un humain tout comme vous et moi. En fait, je m’en fichais pas mal et cette différence qu’était la particularité d’être une demi-Berseck faisait une grande partie de ma fierté. J’aimais être différente. Pour attirer l’attention, c’était ce qu’il y avait de mieux être différent. Et entre mon caractère un peu spécial et mes origines pour le moins mystérieuses tout ça lié avec le fiasco que moi tout petit bébé dans le ventre de ma mère, avait provoqué  à une attribution ne pouvait qu’éveiller la curiosité des gens. Dans tous les cas, je ne m’en préoccupais pas plus que ça. Si les gens se posaient des questions sur moi, ils n’avaient qu’à venir me les poser.

Enfin, c’est comme ça que moi je fonctionne. Je ne suis pas spécialement intéressée par la vie des gens. Je suis déjà bien assez occupée avec la mienne et avec tout ce que je veux apprendre. Donc les câlins poilus de mon papa faisaient aussi partis de mon quotidien comme la forêt et le château, parler une autre langue, danser dans le sable et grimper dans les arbres. On peut dire que bien que réservée avec le reste du monde j’étais plus que câline avec ma famille. En tant que petite dernière n’avais-je pas le droit à ce privilège ? Je devrais y réfléchir.

Mais l’heure de la tendresse fut bientôt remplacée par celle de la bêtise et des rires car papa se mit à me chatouiller. Et je déteste ça. Je suis très chatouilleuse et il m’est absolument impossible de garder mon sérieux si on joue à ça avec moi.

- Non, etêrra, etêrra, etêrra !

Et j’éclatais de rire sous le regard bien veillant de mon protecteur. J’essayai en vain de me défaire de la prise qu’il avait sur moi, mais bien sûr, il n’y avait aucune chance pour que j’y arrive ! Lorsqu’ il jugea que j’étais à deux doigts de mourir de rire il décida de plutôt m’interroger sur la façon dont j’étais arrivée dans cette forêt.

- A enu etnavres. Ut sias, elle tnos tnemiarv  setoidi… (A une servante. Tu sais, elles sont vraiment idiotes…)

J’avais dit ça avec un petit air plein de malice. En fait je ne détestais pas toutes les servantes. Mais celle-là m’avait particulièrement agacée à me parler comme si j’étais folle. Une minute de plus avec elle et je devenais vraiment folle. La preuve qu’elle était bête…Elle ne m’avait même pas vu sortir de la pièce. Je souris encore plus en pensant au sermon que Mami Nini doit être en train de lui passer ! Mais ma mine joyeuse devint vite plus sombre.

- Ej siav em eriaf eétupsid, non ? (Je vais me faire disputée, non ?)

J’étais presque sûre que ce n’était pas le cas, mas je voulais quand même m’assuré que je ne craignais rien. Après tout, ce n’étais pas ma faute si elle n’avait pas été capable de me surveiller…

- Ho, iuo ! A iom issua elle em euqnam ! (Oh, oui ! A moi aussi elle me manque !)

Vayrinn avait une place très importante pour moi. C’était en grande partie grâce à elle que je ne maîtrisais pas si mal le Berseck. Peut-être pas aussi bien que Miya, mais j’étais tout de même plus jeune ! Et puis c’était aussi pour cela que je parlais cette autre langue dès que je pouvais, que ce soit avec Miya, papa ou juste quand je me racontais des histoires. Je  voulais pouvoir un jour parler sans réfléchir à quel mot je dois prononcer et comment.

Et puis, bientôt, ce serait l’attribution et je pourrais apprendre pour de vrai. Peut-être que j’aurais un mentor ? Oh,oui, ce serait vraiment bien ! J’apprendrais deux fois plus vite et une fois Elève, j’aurais déjà un bon niveau ! Je  voulais vraiment faire mes preuves. Quoi qu’il en soit, je savais déjà que je m’entraînerais dur pour que l’on connaisse mon nom comme on connait celui d’Hel ou de Janita. C’était vraiment ce que je voulais.

- J’ai seulement regardé les images de quelques livres. Et je me suis entraînée à grimper. Pas trop haut, maman me l’a interdit si je ne suis pas avec toi, et je ne voudrais pas lui désobéir, mais je me débrouille bien !

Je pris la main de papa et le suivi à travers la forêt. Je pense que l’on rentrait à la maison. Je pourrais parler avec Miya et continuer à regarder mes livres…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanaë
Animateur - Sorcier
Animateur - Sorcier
avatar
Nombre de messages : 162
Rôle : Sorcière - Princesse Impériale
Âge du personnage : 22 - 27 ans
Date d'inscription : 09/02/2014

Plus sur le personnage
Âge: 22 - 27 ans
Rôle: Sorcière
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Lun 03 Oct 2016, 12:14

Ma vie semblait tourner autour d’une simple et unique personne. Auriane. Pas que les autres n’étaient pas importantes. Loin de là. Mais Auriane prenait une place dont je n’aurai jamais pensé qu’un jour une personne soit capable. Lorsque je regardais ma fille, je sentais un mélange d’émotions. Et toute personne me connaissant, savait que les émotions n’étaient pas mon fort. J’avais découvert toutes sortes d’émotions. Passant d’un amour inconditionnel à une inquiétude sans arrêt. Est-ce que les gens autour de moi s’en rendaient compte? Je ne sais pas. Xerkh arrivait souvent à déchiffrer mes émotions. Ma mère, elle lisait en moi comme un livre ouvert. Auriane? Elle comprenait quand j’étais fâchée. J’avais souvent l’impression de lui transmettre que cette émotion. Je devais me … forcé? A lui dire je t’aime. Car je ne voulais pas qu’elle pense que je ne l’aimais pas. C’était juste… difficile pour moi de montrer mon amour. Surtout que depuis qu’elle était là, je comprenais qu’il avait toute sorte d’amour.

J’étais dans la salle ou je travaillais quelques potions quand on vient toquer. Sans même lever la tête, j’invitai la personne à rentrer. Des petits pas. Incertain et craintif. Elle n’avait même pas parlé que je savais ce qui se passait. Auriane avait faussé compagnie à la servante à qui je l’avais confié. Ce n’était pas nouveau. C’était même devenu une habitude. Même quand je lui demandais de bien suivre les règlements que je lui avais imposé. Était-ce sa logique qui lui disait de fuir ainsi ou son côté plus libre? Ou simplement l’incompétence des servantes à s’occuper d’un enfant? Dans tous les cas, je devais m’assurer que ma fille allait bien. Elle n’avait que 4 ans. Elle était certes mature et n’importe quel autre enfant je le laisserais faire. Mais elle… Je n’en étais pas capable. Je devais avouer que ça me frustrait de m’inquiéter ainsi. Je savais bien qu’elle allait bien. Je savais que si elle était prise elle allait m’appeler. Je lui faisais totalement confiance. Mais… Mamie disait que c’était l’instant maternel. Que C’était ainsi dans l’Esprit de toute maman. Et même qu’on pouvait observer ce comportement dans plusieurs espèce. Je trouvais sa stupide comme émotion. C’était juste. Dérangeant!

Je lâchais ce que je faisais sans dire un mot et passa à côté de la servante en lui lança un regard froid. Les yeux plus foncé qu’à mon habitude, je me dirigeais vers la forêt. Je n’avais même pas besoin de sondé la place pour savoir que c’était à cet endroit qu’elle c’était dirigée. C’était son endroit. Elle était comme son père sur ce côté. Je ne pouvais lui en vouloir. C’est simplement une fois rendu dans la forêt que je m’assurai de capter l’Énergie de ma fille. À peine ai-je perçu la deuxième présence, toute mon inquiétude et la colère que j’avais disparu. Premièrement, Xerkh avait cet effet et deuxièmement je la savais en sécurité avec lui. Il protégerait sa fille peu importe les circonstances. J’avançai tranquillement à travers les arbres, décidant de prendre un peu plus mon temps. Je ne cachai pas ma présence. Je savais que Xerkh allait s’en rendre compte bien assez vite, mais Auri? Bonne question. J’aimais la mettre au défi ainsi. C’était amusant et c’était des petites leçons afin qu’elle soit capable de toujours être au meilleur de sa capacité. Elle était intelligente et elle devait se servir de cette intelligence en tout temps.

Je n’étais plus bien loin. Je pouvais les voir les deux. Xerkh sous sa forme bestiale. Auriane si petite à ses côtés. Je m’approchai d’eux. Je plaquai mon regard sur ma princesse. Je n’avais pas besoin de parler que je savais qu’elle comprenait que je n’étais pas contente de son comportement. La réprimander serait peut-être la chose à faire, mais en même temps, elle savait déjà. Alors pourquoi en rajouter? Elle avait compris non? Est-ce qu’elle allait le refaire? Surement. On m’avait expliqué que c’était ainsi les enfants. Ça recommençait, mais que ce n’était pas pour faire mal. Il avait un message là-dedans. Et malheureusement, c’était à moi de tenter de comprendre ce message. Étant maintenant près d’eux, je pu profiter de leur présence. Je passais une main dans les cheveux de la petite et une main sur le pelage de Xerkh. Délicat dans les deux cas.

« Bonjour à vous deux. »

Je sentais qu’Auriane était bien heureuse de voir son père. Ils se ressemblent beaucoup sur bien des points. Leur complicité était beaucoup plus grande que celle que j’avais avec elle. Je n’étais pas jalouse. Je ne pouvais pas leur en vouloir non plus. Je savais comment j’étais.

« Qu’est-ce que vous faites? »

Oh, je m’en doutais. Grimper dans les arbres. Le jeu favori de notre princesse. Je lui avais déjà demandé de ne pas monter trop haut lorsqu’elle était seule. La peur qu’elle tombe. Qu’elle se fasse mal. Mais surtout, qu’il n’est personne pour l’aider. Que je sois trop loin. Ça me terrifiait. Je paniquais presque à l’idée. Et si… Et si elle se faisait mal au point… Il ne fallait pas. Je ne supportais pas l’idée de la perdre d’une façon ou d’une autre. Tout ce que je faisais, était essentiellement pour elle. Enfin, je crois. Je sais pu. Je déteste me sentir prise ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xerkh
Chevalier
avatar
Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 18/09/2014

Plus sur le personnage
Âge: 28-32 ans (G18)
Rôle: Chevalier Impérial 16e génération, Alpha de la colonie Berserk.
MessageSujet: Re: Out of the Wood •Xerkh• Lun 03 Oct 2016, 14:04

Entendre les rires de ses enfants le gonflait de bonheur. Même si elle le suppliait presque pour qu’il la relâche, Xerkh laissa une lueur amusée et malicieuse transpercer son regard. Il était hors de question qu’il la relâche aussi facilement. Même si pour le moment tout ceci n’était qu’un jeu, instinctivement le Berserker pratiquait sa petite fille à savoir se battre et se défendre à travers les jeux. Lorsqu’il jugea qu’elle en avait eu assez, il finit par la relâcher à contre cœur. Il appréciait la proximité de sa petite personne et voulais bien en profiter avant le jour où elle lui dirait ‘’oh papa arrête, je ne suis plus une enfant’’. Il savait bien que les enfants grandissaient vite, que le temps passait vite, maintenant et il voulait profiter de chaque instant de bonheur. Il le méritait bien.

Il écouta les explications de sa petites concernant sa fugue et il fut plutôt fier d’elle, même si intérieurement, il fulminait contre cette bête idée qu’on ait laissé une petite demi-berserk sous la surveillance d’une simple servante. Voyez ce que cela donnait. Ont sous estimais sa fille et il n’appréciait pas cela. Bien que cela puisse être pratique pour elle dans le futur, pour l’instant, cela pouvait mal tourner. Elle restait encore jeune et fragile. Un accident pouvait vite arriver, mais il n’en voulait pas du tout à Auriane, elle ne faisait que ce que lui dictait son instinct, soit, ne pas ce laissé marcher sur les pieds par moins doué qu’elle. Bref, lorsque celle-ci lui demanda si elle serait disputé, il aurait sans doute sourit tendrement s’il était sous son apparence humanoïde.

** Neib rûs euq non . Al etnavres rap ertnoc … Siaref ertê-tuep nu nob fitirépa tnava el repuos ruop iom ** ( Bien sûr que non. La servante par contre… Ferais peut-être un bon apéritif avant le souper pour moi.)

Il poussa un bref grognement. Évidemment, il n’était pas vraiment sérieux, du moins, pas avec sa fille qui devait bien se douter qu’il voulait plaisanté, même si l’idée lui était réellement passé à l’esprit, mais elle n’était vraiment pas obliger de le savoir. Il écouta attentivement le reste des propos de sa petite tout en marchant avec elle à ses côtés lorsqu’un parfum familier vint lui chatouiller le museau. Il le reconnaissait bien, ce doux parfum. C’était celui d’Hanaë. Il n’avait pas eu la chance de lui dire au revoir avant de quitté pour les Territoires, car celle-ci avait été longuement en réunion et que l’idée de croisé Janita ne lui plaisait pas du tout. Il était donc parti. Il ne songeait plus réellement à cela, il savait seulement que ça faisait un bon moment qu’ils ne c’était pas vue et que même s’il ne venait d’arriver que depuis une journée, ils n’avaient pas plus eut la chance de ce voir, puisqu’elle avait dormis au château avec Auriane. Il était donc très heureux, intérieurement, mais ne démontra rien. Après tout, il voulait aussi savoir si leur fille saurait repérer la présence de sa mère. Elle avait échoué avec son père, allait-elle se souvenir de rester alerte? Il était vrai qu’avec lui, elle lui faisait souvent bien plus confiance, mais elle devait tout de même être constamment attentive à ce qui l’entourait. Non uniquement à cas de présence ennemi, rien que pour être consciente de son environnement immédiat.

Lorsqu’elle apparue dans leur champs de vision, le Berserker posa son regard incandescent sur elle. Il la trouvait belle et elle lui avait manqué. Il nota aussi qu’elle semblait un peu contrariée par quelque chose. Étais-ce uniquement par la disparition de leur fille ou quelque chose d’autre la tracassais? Il espérait malgré tout que cela n’avait rien avoir avec lui. Elle aurait tout de même le droit de lui en vouloir d’être parti sans être aller la voir, malgré les raisons qu’il avait. Dans tous les cas, il fit mine de rien et se contenta d’accepté la caresse, alors qu’il ne put s’empêcher de ronronner tout en lui donna un bon coup de joue affectif. À sa question, il jeta un bref regard à Auriane, puis se secoua.

**Ont ce demandais justement combien de servante il fallait pour satisfaire l’appétit d’un Berserker.**

C’était assez clair en soit. Xerkh devait impérativement laissé savoir qu’il avait encore cela sur le cœur et que l’idée de la tuer était bien présente. Du moins, pour Hanaë. Auriane n’y verrait que du feu et trouverais sans doute la blague amusante.

Dans tous les cas, puisqu’Hanaë était là, pourquoi ne pas profiter de faire une activité en famille? Elle avait sans doute le temps? La maison n’étais pas bien loin, mais peut-être pourraient-il faire autre chose? Bien qu’il n’y ait pas vraiment de soleil aujourd’hui, c’était une belle journée. S’ils pouvaient rester loin de Pikay, pour lui, ce serais bien parfait peu importe le choix.

**Tu as le reste de la journée? Ont pourrais peut-être faire quelque chose tous les trois? Vous avez envie de quoi?**

Sur ses mots, il avisa la rousse ainsi que leurs filles, attendant bien entendu plutôt une réponse d’Auriane. Quant à lui et Hanaë, il ne pouvait bien s’empêcher d’avoir quelques idées plus… Intime, mais avec leur fille dans les parages ce n’étais pas une superbe idée. D’un autre cas, il savait très bien que ce ne serait sans doute pas la Sorcière qui ferait les premiers pas. Depuis qu’elle avait mis au monde Auriane, ils n’avaient jamais réellement eut d'autres rapports, bien qu'ils avaient dormis ensemble à quelques reprises. Étais-ce à cause d’Amélia? Pourquoi pensait-il à tout cela? Il secoua la tête et préféra regarder les alentours, comme si de rien était.




[Je me rattrape au prochain c'est promi ^^' Je laisse choisir aux dames ce qu'elles ont envie de faire et vous aurez un berserker a votre service <3]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9474-xerkh-le-berserker

Out of the Wood •Xerkh•

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: La forêt noire-