___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Traversée en eaux troubles (PV A'élys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Yelirann
Assassin - Guilde des Aigles de Sang
avatar
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 22/05/2016

Plus sur le personnage
Âge: 27-32 ans (en G19)
Rôle: assassin dans la guilde des aigles de sang
MessageSujet: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Jeu 14 Juil 2016, 09:03

Kelen tannait Yelirann depuis quelques temps déjà, pour que celui-ci accepte de rencontrer quelques membres émérite de la guilde. Comme toujours le jeune homme rechignait à approcher de nouvelles têtes, faisant ainsi preuve d'une prudence excessive. Il préférait sans nulle doute rester seule ou en dernier recours être au près de son maître. En outre,  prendre le risque de s'exposer en tant qu'apprenti assassin à la vue de tous ne lui plaisait guère. Toutefois, il avait choisi cette vie dans la guilde et devait donc s'appliquer à en assumer les règles. Si cela voulait dire accoster quelques membres et leurs prouver sa valeur, soit il s'y plierais
Kelen lui avait alors ainsi dit ces mots :

« - Yelirann, tu es dans une guilde cela suppose que tu en connaisse les membres et puis cela ne te fera que le plus grand bien. Tu es bien seul mon garçon. Néanmoins, sache que je ne te serais d'aucun secours, quoi qu'ils décident pour toi, je m'y plierai. Tâche de bien de comporter, d'être obéissant et de ne pas être trop.... Toi»

Le jeune homme  avait pris bonne note de ces paroles. Il tâcherait d'être prudent et de limiter ses extravagances. Toutefois, ses airs de joyeux bouffon l'aidait parfois  à paraître plus sympathique face à ses interlocuteurs et de ne guère trop en dévoiler sur lui même. Sa paranoïa ne le quittait jamais tout à fait, mais il parvenait à la dissimuler au mieux lorsqu'il était en compagnie d'autrui. De plus, gausser ainsi lui permettait de maintenir sous contrôle son tempérament excessif. Ainsi, il arrivait plus aisément à se contenir et ses accès de colère avait nettement diminuer, depuis qu'il était sous la bonne garde de Kelen. Ne plus vivre en compagnie des matelots, lui avait été d'une certaine manière salutaire. Il passait le plus claire de son temps avec l'assassin, qui semblait agir sur lui comme un garde-fou. Il lui apprenait à ne pas nier ce qu'il était, tout en faignant l'adaptation sociale et en limitant ses pulsions de rage. En cela, et en bien d'autres chose, Kelen était un excellent maître.  Sans éprouver pour lui d'affection particulière, Yelirann reconnaissait ses qualités et son enseignement et admettait aisément qu'il aurait put avoir un maître bien plus désagréable.
Le jeune homme était donc partie en quête des membres de la guilde et le premier qu'il devait rencontrer était une femme du nom d'A'élys. A son sujet, Kelen avait dit qu'il fallait bien commencer par un individu, il avait ajouté qu'elle était un membre important, crucial et efficace de la guilde. Yelirann avait senti dans sa voix une certaine admiration teintée de peur. Il grava cela dans son esprit , cette femme devait sans nulle doute être redoutable pour inspirer de tel sentiment à son mentor. Il devrait s'appliquer à être docile, chose dans laquelle il excellait lorsque cela s’avérait indispensable. Il se distinguait dans sa capacité à accomplir un ordre sans se poser la moindre question, son pragmatisme lui servait ainsi ; si on le sommait de faire un acte c'est qu'il devait l’exécuter. Il était une arme qu'on brandissait là ou on en avait besoin, ni plus ni moins que cela. Il en avait une totale conscience et s'en satisfaisait
Pour cette rencontre il devait aller à Perle. Yelirann s'efforça de se remémorer son savoir sans doute très sommaire sur ce territoire. Perle avait été conquis par Irianeth en 1209, le royaume était alors une puissance militaire, selon la rumeur les habitants ne s'en sortait que mieux de ce changement d’allégeance et avait d'ailleurs pour la plupart décidé de rester et de jurer fidélité à l'empire. Des informations sans nulle doutes très communes. L'assassine selon Kelen, attendrait le jeune homme dans une taverne. Yelirann s'appliqua donc à avoir l'air présentable. Il profita de son séjour à l'auberge pour prendre un bain, enfiler une chemise et un pantalon propre et il s'affubla de son éternel pelisse avant de se rendre au point de rendez vous. Il pénétra donc à la taverne non sans une certaine appréhension. Kelen lui avait décrit A'élys comme ayant une cinquantaine d'année et étant plutôt jolie. Il ne lui avait guère donné plus d'information car avait-il dit :  je suis certain qu'elle te reconnaîtra sans aucune  difficulté et elle est sans nulle doute très reconnaissable pour qui sait que chercher.
En effet, il la trouva belle et bien aisément, assise à une table un peu à l'écart seule adossé à une chaise.
Dés qu'il fit son entrée dans la petite demeure, elle posa ses yeux sur lui ; elle l'attendait cela ne faisait aucun ombrage. Son regard le pétrifia d'abord, oui ça ne pouvait être qu'elle. Une telle froideur était innée et ne s’apprenait guère dans les livres. Une tueuse née pensa t'il. Il se sentait comme un lapin prie dans les griffes d'un loup et n'avait qu'une hâte : sortir au plus vite de cet endroit infâme. Néanmoins, il n'en fit rien, Kelen lui avait donné une mission et il allait la mener à bien, quoi qui lui en coûterait. Cela ne pouvait pas être aussi terrible qu'il ne le songeait. Il s'approcha donc de l’intrigante individue et se présenta ainsi.

« - Je suis Yel, je suis ravi de faire votre connaissance ma dame. Je suis votre obligé »

En se présentant ainsi il espérait en dire assez, sans trop dévoiler de lui même. S'annoncer comme Yelirann, apprenti assassin ne lui semblait, à juste titre, guère des plus judicieux. Divulguer ainsi son statut, lui semblait pour le moins dangereux. Ces paroles, si quelqu'un d'autres qu'elle les avait entendu, ce qui lui paraissait peu probable, ne paraîtrait guère d'avantage que comme une cour maladroite d'un jeune homme pour une lady fort mystérieuse. Courtiser A'élys ne lui paraissait pas une mince à faire, néanmoins si l'occasion se présentait, il s'y risquerait sans nulle doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11374-yelirann
A'élys D.
Animateur - Assassin
Animateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 560
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 64-69 ans [G19]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Lun 16 Jan 2017, 09:20


Je devais rencontrer quelqu’un. Un novice de la guilde. Je ne savais pas trop pourquoi on m’obligeait à rencontrer un novice. De base, j’avais tendance à exécrer les novices, particulièrement ceux se croyant plus haut que son propre enseignant. J’avais eu le cas lorsque j’avais eu à entrainer des élèves et écuyers d’Irianeth pour qu’ils aient des notions dans le domaine de l’assassinat, plus particulièrement le fait d’être silencieux, agile et endurant. Autant dire que ce fut un enseignement aussi enrichissant que déplaisant, je n’aimais pas enseigner, même lorsque c’était le fait d’enseigner à mes propres enfants. Eux, je le faisais par une certaine obligation, et pour un devoir de succession, en quelque sorte. J’avais entrainé quelque peu Dawson lorsqu’il a prit connaissance de ses racines et qu’il était venu sur Irianeth. Je ne savais pas trop ce qu’il était devenu, tout ce dont je savais c’était qu’il n’a pas eu la vie facile. J’estimais qu’il était assez grand pour se débrouiller seul, après tout c’était l’ainé de la famille. Jayson fut plus décevant, lui qui avait été destiné à être un chevalier fort et indifférent, il a finit par être enterré 6 pieds sous terre, et c’était mieux ainsi. Meerah, je l’avais laissé aux bons soins d’Emeraude, et le fait est qu’eux non plus n’étaient pas spécialement qualifiés pours s’occuper d’une enfant puisqu’elle s’est retrouvée morte. Peut-être était-elle aussi bien trop faible pour ce monde, et pour les nombreux obstacles que je lui imposais de part ma profession. Et puis il y a Jiyan. Peut-être sera-t-elle la descendante que j’attendais, dans tous les cas c’était toujours aussi énervant d’enseigner à un enfant, surtout si cette enfant se plaisait à tout prendre pour un jeu. Oui, c’était frustrant.
Assise à une table, un peu à l’écart, dans une taverne fréquentée majoritairement par des membres de la guilde, je pus ainsi découvrir ma tête, me permettant d’être visible pour la personne que j’attendais, et ce même si je remarquais qu’aujourd’hui, il y avait plus de personnes « normales » que de membres de la guilde. Un thé me fut apporté, et je restais un long moment songeuse tout en touillant doucement mon thé à l’aide d’une cuillère en argent. Kelen avait prit contact avec moi quelques jours plus tôt pour me parler de son apprenti. Prometteur, engagé et ne rechignant pas à la tâche. On sentait qu’il était plutôt fier de son apprenti, mais j’avais un sentiment étrange, comme s’il n’était pas tout à fait honnête. Je n’avais pas décelé une quelconque animosité venant de sa part, alors je doutais qu’il me fasse un coup tordu. Ou alors il était un menteur extraordinaire pour réussir à passer entre mes mailles. Dans tous les cas, j’avais pas mal de réserve sur son apprenti. Il avait été accepté par la guilde, mais il n’avait pas encore fait ses preuves pour être considéré comme autre chose qu’une sous merde. Euh, un novice, pardon. Ce qui était sûr, c’était que je n’allais pas le ménager. Après tout, avant toute chose, il fallait qu’il m’impressionne moi.
J’eus un soupire tout en vérifiant d’un coup d’œil, bien inutilement d’ailleurs, que toutes mes armes étaient bien là. Des lames cachées ici et là, notamment celles dans mes protèges poignets ne jaillissant que part une inflexion précise de mes doigts. Tout était en place. Je n’avais pas à m’en faire, l’apprenti de Kelen n’était qu’un apprenti. Même si dans le fond j’avais encore quelques soupçons, après tout, Kelen pouvait être un traitre à la guilde, et son apprenti n’être en réalité qu’un assassin expérimenté d’une autre guilde venu éliminer la concurrence.

Quelqu’un passa la porte de la taverne. Naturellement, je levais le regard émeraude dans sa direction. Effectivement, je le reconnus direct, notamment car il ressemblait à Kelen en plus jeune. Blond aux yeux bleus, bonne carrure, il semblait prendre soin de son corps et de ses habits, donnant un aspect général plutôt plaisant à regarder. Cependant, je ne lui accordais aucunes expressions si ce n’est une profonde froideur. Je le jaugeais discrètement, cherchant des armes, tentant de voir ses forces et ses faiblesses au niveau de sa corpulence. J’essayais de voir ce que sa façon de marcher pouvait en dire sur sa façon de combattre.
Il s’approcha de moi avec ce qui semble être, une certaine aisance. Avait-il confiance en lui, en ses capacités ? Ou bien feignait-il ce qu’il n’avait pas ? Je ne saurais le dire, ne le connaissant pas vraiment. Il se présenta, usant d’un discours pour le moins extrêmement poli. A vrai dire, c’était le genre de belles phrases bien mises en forme que l’on sortait lorsque l’on jouait un rôle dans la haute société pour un meurtre sous couverture. Du moins, j’usais de ce genre de langage que dans ces moments-là.

<< Mon obligé ? Hm. >> Cela m’arracha un sourire. Un sourire sans joie, à en faire froid dans le dos. << En voilà une langue bien dressée pour une personne de ta... condition. Tu n’es pas là pour montrer à quel point ta mère t’a bien élevé pour être poli et courtois. >> Décroisant les jambes, je m’avançais alors sur la table, baissant d’un ton, mais avec une lueur noir dans mes yeux : << Je me sentirais obligée de la couper. >>

Je lui fis signe de s’assoir d’un geste de la main tandis que je reposais mon dos contre le dossier de ma chaise. Bien évidemment était-il dans l’obligation d’obéir, puisqu’il serait plus qu’étrange qu’il reste là, debout les bras ballants tout en discutant avec une parfaite étrangère.

<< Alors, >> commençais-je pensivement tout en le fixant. << Tu es donc l’oisillon de Kelen. Tu tires à l’arc ? Dague de fer ou d’acier ? Corps à corps ou à distance ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys
Yelirann
Assassin - Guilde des Aigles de Sang
avatar
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 22/05/2016

Plus sur le personnage
Âge: 27-32 ans (en G19)
Rôle: assassin dans la guilde des aigles de sang
MessageSujet: Re: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Mar 18 Juil 2017, 09:25

<< Mon obligé ? Hm. > Aély's eut l'air perplexe à ses mots et gratifia Yelirann d'un sourire narquois  << En voilà une langue bien dressée pour une personne de ta... condition. Tu n’es pas là pour montrer à quel point ta mère t’a bien élevé pour être poli et courtois. >> Décroisant ses jambes élancé, elle  s'avança alors sur la table, puis plus bas repris << Je me sentirais obligée de la couper. >>

Vexer Yelirann était impossible tant celui-ci avait une haute opinion de lui même. Aussi ne releva 'il absolument pas les paroles acides de l'assassin. Il se demanda toutefois à quelle condition faisait elle référence. Il ne se sentait appartenir à aucune classe sociale particulière et ne pipait mot quand au fait que s'exprimer bellement devait être une tare. Yelirann était indiscutablement cultivé, malin toutefois cela restait sensiblement à prouver. Il haussa un sourcil dubitatif aux derniers mot de son aîné. Pourquoi donc couper une langue ? Voilà qui ferait un bien triste apparat et cela ne devait pas être comestible ou alors de manière proprement désagréable. En guise de torture peut être mais quel serait l’intérêt d'infliger pareil supplique à un apprenti ? Lui enseigner le respect et la loyauté peut être. Deux chose qui vis à vis de l'argenté lui était toute acquise.
A'élys lui fit signe de s’asseoir face à elle, ordre que Yelirann s'empressa d’exécuter comme tout autre qu'elle lui intimerait, conseil de Kelen oblige.

<< Alors,tu es donc l’oisillon de Kelen. Tu tires à l’arc ? Dague de fer ou d’acier ? Corps à corps ou à distance ? >>

Elle decidait visiblement de passer aux choses sérieuse, Yelirann répondit donc à son interlocutrice sur le ton badin de la conversation.

«  - Je suis en effet un proche de Kelen. Je préfère sans commune mesure le combat sur de faible distance. J'aime le combat à l'épée, mais suis meilleur dans le maniement de la double dague. Je semble avoir les mêmes … prédisposition que mon maître, aussi m'enseigne t'il à manier son art. En dernier recours je sais tirer à l'arc, mais cette arme semble ne pas vraiment me convenir et puis je n'apprécie pas vraiment le combat à distance. J'ai pour habitude de suivre les enseignements de Kelen aussi ai-je des dagues faites de fer, d'acier mais également de corne pour pallier à toutes les éventualités. »

L’apprenti s’efforçait de rendre compte comme Kelen le lui avait appris, en énonçant des faits et occultant sciemment les sentiments qui pouvait résulter de son rapport.


Dernière édition par Yelirann le Jeu 24 Aoû 2017, 07:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11374-yelirann
A'élys D.
Animateur - Assassin
Animateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 560
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 64-69 ans [G19]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Jeu 24 Aoû 2017, 07:47

Le jeune homme semblait particulièrement… ennuyant. C’est peu dire, il ne réagissait pas, ou du moins ne voulait pas me donner le plaisir de réagir à mes remarques. Moi qui aurais bien voulu pouvoir le mettre à l’épreuve, on peut dire que j’étais bien déçue. Il semblait tellement froid et vide. A vrai dire il me fit penser à moi au même âge – si tant est que je connaisse son âge, mais sans doute devait-il être jeune. Je me souviens donc de mes jeunes années où j’arborais en tout temps un visage froid et dénué d’expression pour avoir subi trop d’horreur dans ma jeunesse. Avec l’âge cela avait fini par changer, et puis surtout grâce à mes enfants. Je ne dis pas que le fait d’avoir eu des enfants me rendit heureuse – bien au contraire, j’ai encore l’amertume dans le fond de la gorge concernant ce faiblard de Jayson – mais simplement que le fait d’avoir eu des enfants m’a obligé à faire usage des muscles de mon visage pour avoir des expressions. Je n’en restais pas moins majoritairement froide, mais désormais, j’avais développé un gout pour l’amusement, et notamment concernant les jeunes recrues de la guilde, que j’aimais traumatiser quelque peu.
Ah ! Je deviens vieille dis donc, je me mettais à ressasser le passé. Je filais un mauvais coton ! M’enfin, du moment que je ne me mettais pas à regretter mes jeunes années ni à sortir des phrases du genre « moi à ton âge » ou « vous les jeunes ». Là cela me fera un gros coup à ma fierté dis donc.
Je me mis donc à interroger le dénommé Yel, tel un parfait interrogatoire. Et Yel me répondit, toujours avec professionnalisme. Une certaine exaspération pointa le bout de son nez au fond de moi, j’aurais aimé qu’il me donne une occasion de lui faire mal. Voir de le tuer. Ou de le mutiler. Ou les deux. Après tout, bien que je n’aie pas un gout très prononcé pour la torture, il fallait bien avouer qu’en de rare occasion, c’était jouissif.
L’apprenti me donna donc plusieurs informations le concernant. Je ne pus m’empêcher d’arborer un petit sourire narquois et amusé. On peut dire qu’il se contredisait quelque peu. Kelen était-il réellement un bon maître ? Visiblement il y avait des lacunes concernant son apprenti, autant dire qu’il ne m’impressionna pas le moins du monde.

<< Tu veux devenir assassin… >> repris-je d’une voix songeuse. << Tu es au courant que dans notre profession, les combats rapprochés ne sont pas censés faire partis de nos capacités. Un assassin tue à distance, par surprise ou par des moyens un peu plus sournois comme des poisons. Alors que tu n’apprécies pas les combats à distance mais que tu souhaites être assassin me fait doucement rire. Tu ferais un piètre assassin. >>

Un sourire carnassier passa sur mes lèvres tandis qu’une lueur de défi brilla dans mes prunelles émeraudes. Oui, je le cherchais, mais oui, je pensais totalement ce que je disais. Un assassin n’était pas quelqu’un qui attaquait de front, et généralement pas avec des épées, bien qu’en cas de dernier recours, une épée pour un combat n’est jamais de trop, bien que cela handicape l’assassin. Les membres de l’ombre ne sont jamais des personnes qui attaquent de front et ne respectent jamais les règles d’un duel. Et pour le moment, ce Yel me déplaisait fortement.
Je posais avec lourdeur mes pieds sur la table, les croisant avec nonchalance, tandis que j’attrapais une coupe de bière qu’un serveur tenait au passage.

<< T’es mignon mais c’est pas comme ça que tu seras quelqu’un d’important pour la guilde, ou bien encore un assassin accompli. Kelen est un peu trop permissif dis-moi. Ton éducation est à refaire. Voir même plus… >>

Mon regard coula sur le torse musclé de Yel avec un sourire appréciateur avant de revenir vers ses yeux, non sans une lueur de défi dans le regard.

<< Tues-moi. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys
Yelirann
Assassin - Guilde des Aigles de Sang
avatar
Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 22/05/2016

Plus sur le personnage
Âge: 27-32 ans (en G19)
Rôle: assassin dans la guilde des aigles de sang
MessageSujet: Re: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Ven 08 Sep 2017, 08:25

<< Tu veux devenir assassin…Tu es au courant que dans notre profession, les combats rapprochés ne sont pas censés faire partis de nos capacités. Un assassin tue à distance, par surprise ou par des moyens un peu plus sournois comme des poisons. Alors que tu n’apprécies pas les combats à distance mais que tu souhaites être assassin me fait doucement rire. Tu ferais un piètre assassin. >>

Yelirann resta songeur un instant. Des reproches, elle en avait tout à fait le bon droit il n'allait bien sur pas en prendre offense.  Sans doutes n'avait il pas choisis ses mots avec assez de soin.
En effet, en y réfléchissant plus longuement si son goût pour les combats à l'épée n'était pas à démontrer, il n'en faisait que peu usage lors de son exercice, préférant les brumes et les coups de poignards bien placés.

A'élys paraissait ne pas vraiment le prendre au sérieux, il avait probablement fait piètre impression. A dire vrai, cela ne le peinait pas outre mesure. Ne dit ont pas qu'il faut feindre la faiblesse pour que l'ennemi se perde dans l'ignorance ?  L'assassine n'était cependant assurément pas une ennemie. Kelen avait était clair sur ce point. Yelirann devait réaliser tout ce qu'elle lui demanderais sans discuter et avec du cœur à l'ouvrage. Aussi s'y emploierait il de son mieux. Pas que cela soit conséquent, mais tout de même. L'apparente décontraction de son interlocutrice amusa l'apprenti. Elle semblait entièrement dans son élément ici et lui était ce cela son environnement de prédilection ? Il ne buvait jamais d'alcool, le bruit ne lui convenait pas toujours et pourtant il régnait dans l'auberge une sorte de sérénité. Les personnes présentent semblait s'y sentir bien, peut être était il comme lui  nul par ailleurs à leur bonne place. Yelirann commençait réellement à aimer cette guilde et plus seulement parce que Kelen le lui demandait.

<< T’es mignon mais c’est pas comme ça que tu seras quelqu’un d’important pour la guilde, ou bien encore un assassin accompli. Kelen est un peu trop permissif dis-moi. Ton éducation est à refaire. Voir même plus… >>

Mignon ? Lui ? Oui c'est vrai. C'était même l'une de ses qualités première. Kelen trop permissif ? Cela lui paraissait un peu étrange. Ce n'était pas le qualificatif qui lui venait en tête en pensant à son mentor. Après tout, il l'avait souvent abandonné en pleine foret lui demandant de le retrouver, Yelirann qui avant cela n'avait jamais mis un pied dans les bois. Les entraînements avaient parfois également étaient particulier … Comme la fois ou il lui avait demandé de voler un marchand sans se faire prendre. Il avait d'ailleurs réussi, mais de justesse le marché était bondé et les garde lois nombreux. Il le laissait également souvent se battre seul contre plusieurs ennemis, sans garantie qu'il parviennent à s'en sortir. Il y arrivait toutefois à chaque fois, pour le moment.
Soudain elle sembla le jauger et un sourire étira ses traits

<< Tues-moi. >>

Ah voilà qui posait problème à Yelirann. Kelen lui avait ordonné de faire tout ce qu'A'élys lui quémanderais. Toutefois, cela incluait il de la mettre en danger ? Était ce un exercice, une mise à l'épreuve ? Pouvait il surement la surprendre. Elle avait de l'expérience et lui non ;..Elle lui avait explicitement reproché de ne pas jouer suffisamment sur l'effet de surprise. Hors là la demande émanait d'elle, donc quoi qu'il ferait elle s'y attendrait. Bien, il devrait patienter. Voir comment la situation évoluait et agir en conséquence.
Il se pencha légèrement vers elle dans un sourire

- «  Quelqu'un d'important, comme vous très chère ? Je n'ai pas cette prétention être seulement une bonne arme me conviendrait tout à fait »

Sciemment il ne prêtait pas attention à sa demande et conversait d'un ton presque badin, ce n'était ni le moment ni l'endroit pour un tel exercice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11374-yelirann
A'élys D.
Animateur - Assassin
Animateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 560
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 64-69 ans [G19]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: Traversée en eaux troubles (PV A'élys) Mar 10 Oct 2017, 14:43


J’observais attentivement les réactions de Yelirann. Il semblait analyser chacune de mes paroles, je ne saurais dire exactement pourquoi. Cherchait-il une faille à exploiter ? Une faiblesse ? Un moment d’inattention de ma part ? Quelque chose qui lui permettrait de changer la tendance et d’être le dominant dans cette conversation ? Enfin, conversation… je trouvais cela plus comme un duel de force mentale, même si l’on ne pouvait pas dire que nous nous insultions ou que je le torturais, ou quoique ce soit d’autres. Enfin, je voyais quand même notre échange comme une sorte de combat. Nous nous jaugions l’un l’autre, enfin je supposais qu’il faisait de même. C’était ce que Kelen était censé lui apprendre, non ? En tant qu’Assassin, ou futur Assassin, il se devait d’avoir le réflexe de juger l’apparence physique de la personne qui lui faisait face, de jauger de ses forces et faiblesses, comment il bougeait, voir même jusqu’à jauger de la façon dont fonctionner la personne mentalement via une discussion tout à fait banal. Moi ? J’étais du genre à m’amuser quand j’en avais l’occasion. Je ne me considérais pas comme supérieur aux autres, du moins pas supérieur aux autres membres accomplis de la guilde. Concernant les apprentis comme Yelirann, c’était légèrement différent. Il devait apprendre. Il n’était encore qu’un bébé.

Ma demande sembla le faire réfléchir. Je parlais bien évidemment de ma demande sur le fait de me tuer. Bien évidemment, il n’y arriverait pas,  et je n’avais pas encore des envies de mourir, je voulais simplement le tester. Si j’avais demandé cela à Jahar, là c’est que je voulais crever, ou que j’étais incroyablement suicidaire – car oui je considérais Jahar comme bien plus doué et compétent que moi. Je ne sais pas s’il pensait la même chose, et je doute de toute façon qu’il dise le contraire au vu de son égo surdimensionné. Dans tous les cas, ce n’était pas le sujet actuel de la discussion avec Yelirann.
Donc ! Il réfléchissait. Peut-être à un moyen de me tuer vite et bien sans à avoir à engendrer une confrontation qu’il était sûr de perdre ? Il y aurait des conséquences – si tant est qu’il y arrivait bien sûr – car je doutais fortement que, par exemple, Jahar, croit sur parole qu’une recrue a tué un membre aguerris de la guilde par simple demande de cette dernière. Enfin le simple fait déjà que la recrue a réussi a tuer le membre est étrange. Surtout si ladite personne est moi. Enfin bref !

Il finit par se pencher dans ma direction, sourire aux lèvres, avant de me répondre qu’il n’avait aucunes prétentions à devenir un grand homme. Sa petite phrase m’arracha un sourire, qui n’avait rien d’un sourire très engageant. C’était à mi chemin entre un sourire narquois et un sourire carnassier, comme si j’étais encore indécise sur si je le bouffais tout de suite ou si je le faisais mijoter encore quelque temps.

<< Tu me flattes pour mieux me mettre dans ton lit ? >> repris-je, au tac-o-tac, sans me départir de mon sourire. J’avalais une grande goulée de ma bière, comme pour faire durée le suspens, avant de reprendre après un soupire d’extase. << Je risquerai de te bouffer tout cru, il ne resterait de toi que des miettes. Tu n’y survivrais pas. >>

Je le mettais clairement au défi là encore. Je me montrais légèrement tatillon, et j’adorais jouer sur la corde sensible des hommes : leur sempiternel fierté sur leurs performances sexuelles, aussi piètres puissent-elles être.
Aussi, je passerai sous silence qu’il a délibérément décidé de ne pas rebondir sur ma demande complètement folle. Soit il voulait m’embrouiller la tête pour que j’oublie cette demande stupide, soit il détournait la conversation pour trouver le meilleur moyen de me tuer – enfin, de tenter de me tuer. Je me demandais bien ce qu’il pouvait bien avoir en tête, et ce que sa stratégie avait pour but d’aboutir.

<< Tu ne bois pas ? >> J’haussais un sourcil. << Il est assez impoli de ne pas accompagner une femme dans sa beuverie. Je suis vexée. A moins que tu ne sois encore trop jeune ? >> Penchant la tête de côté, je le jaugeais de bas en haut d’un regard critique délibérément surjoué, puis je repris en articulant chaque mot. << Cela ne m’étonnerait pas… >> Nouvelle gorgée de bière. << Puceau, tant qu’à faire ? Cela expliquerait ton allure… strict. >>

En effet, Yelirann se tenait droit et regardait la personne droit dans les yeux, non sans garder un langage courtois et poli. Soit il venait d’une famille de noble, soit il était puceau et cherchait dans ses vaines flatteries un moyen de pouvoir murir sexuellement parlant. Ou alors il était eunuque. Ou tout ça à la fois. De mon côté, j’avais été élevé par une paysanne qui jouait de son corps, alors niveau bon langage, on ne pouvait pas dire que je sois bien élevée. Du reste, je me suis élevée toute seule, donc bon.
Puis je pris un air sérieux, dénotant avec les multiples expressions décontractées d’auparavant. Mon regard se fit dur et froid, et ma voix neutre.

<< Je te donne jusqu’à demain matin, lorsque je partirai de cet endroit pour une mission, pour tenter de me tuer. Si tu ne le fais pas, je te tue. Si ta tentative est médiocre, je te tue. Si tu ne te sens pas à la hauteur, dis le maintenant, et quitte la guilde. En attendant… >> Un sourire aussi froid que mon regard vint étirer mes lèvres. << Bois donc un verre avec moi, et parles moi de toi. >>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys

Traversée en eaux troubles (PV A'élys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev :: Perle-