___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Bob
Animateur - Dieu / Déesse
Animateur - Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 81
Rôle : Dieu des péchés et des vertus
Date d'inscription : 21/11/2014

Plus sur le personnage
Âge: INFINI
Rôle: Dieu des péchés et des vertus
MessageSujet: Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question Lun 09 Mai 2016, 07:06

Prodigalité : Bob ?
Bob, sortant de sa rêverie : M’oui ?
Prodigalité, se dandinant de gauche à droite : Avec les autres on s’est demandé...
Bob, fronçant les sourcils : Mmm’oui ?
Humilité : Booooob, attends, laisses-moi te jouer une p’tite chanson !
Charité Maman : Boooob ! Je vais te faire un massage pendant que l’Enfant te fait du thé.
Charité Enfant : Oui, du bon thé qui détend !
Bob : Euuuh....

Bob, au départ tranquillement couché dans du sable chaud sur la terre des Mortels, fut forcé de s’assoir par Charité pour un massage tandis qu’Humilité soufflait habilement de sa flûte traversière.

Bob : Je... peux savoir ce qu’il se passe ?
Avarice : Quoi ? T’aimes pas le massage ? Si t’aimes pas moi je le veux bien !
Envie : Laisses tomber Ava. Par contre moi j’en veux bien.
Gourmandise : Une petite glace ?
Modestie : Je viens de lire un livre gé-nial ! Ca parle d’un prince qui part à la recherche d’une princesse disparue...
Bob, se levant brusquement : OK OK STOP !

Tous se tûrent et restèrent immobile, les yeux écarquillés.

Bob : Est-ce que quelqu’un peut me dire ce qu’il se passe ici ?!
Courage : Bah... en fait... C’est Chasteté et Tempérance...
Bob : Je les vois mal faire quelque chose de... mal, justement.
Courage : Bah... en fait...
Bob : D’ailleurs où sont-ils ?
Courage : Bah...

Il y eut un long silence pendant lequel les Hatnos présents se regardèrent à tour de rôle comme pour s’échanger le droit à la parole. Alors, lequel d’entre eux aller me dire où étaient passés ses deux fripouilles d’Hatnos vertueux ? J’avais comme une sorte de mauvais pressentiment. Pourtant, Chasteté et Tempérance n’étaient pas du genre tête brûlée ; bien au contraire, ils restaient bien sagement à leur place. Et je doutais que ce soit le moment d’avoir une petite touche de spontanéité et d’imprévu.

Avarice : Tu te souviens du mystère ?
Bob : Le mystère ?
Modestie : Bob... Sérieusement... Comment peut-on être un Dieu et avoir une mémoire aussi courte.
Humilité : Ne nous dit pas que tu l’as oublié ?
Bob : Euh... Non, non, pas du tout !
Gourmandise : Tu es irrécupérable.
Envie : Ouais.
Bob : Maiiiiiiiis si, je me souviens de lui voyons !

Quoi ? Bien sûr que non je ne l’avais pas oublié. Quel Dieu ferais-je sinon ? Je ne suis pas si stupide. J’ai beaucoup de considération pour ce... mystère... évidemment. Donc ouais, bien sûr que je savais ce que c’était. J’ai une mémoire d’éléphant moi ! Je n’ai absolument pas besoin de mes Hatnos pour me rappeler quoique ce soit, que ce soit ce mystère qu’un rendez-vous avec Esyll, tsseuh !
Bref, dans tous les cas, j’avais comme un mauvais pressentiment sur ce que pouvais bien m’apprendre mes Hatnos – et sur ce que Chasteté et Tempérance mijotaient dans leur coin bien tranquille.

Humilité : Nate, l’enfant étrangement lié à nous.
Bob : AAAAH oui c’est vrai !

Oui bon je l’avais possiblement un peu oublié ce gosse. Pourtant, il avait tout de mémorable. En effet, dès qu’il est venu au monde un lien spécial s’est créé entre moi et ce petit être, un lien que même pour moi, je n’arrivais pas à la qualifier. L’enfant semblait pouvoir nous entendre, mes Hatnos et moi, dans sa petite tête blonde – enfin brune – pourtant il n’avait vraisemblablement aucunes énergies divines et je ne me souviens pas d’avoir engrosser sa mère d’une quelconque manière. Alors oui, cette enfant était un mystère absolu. Pourquoi est-il ainsi ? Pourquoi ce lien ? Je me sentais moi-même étrangement lié à lui, à croire que ce lien allait dans les deux sens. Etre lié à un mortel, le comble pour un Dieu, une curiosité intéressante pour moi.
Mais, pourquoi me parlaient-ils de ce petit être alors ?
Soudain, un petit déclic se fit dans ma tête, et j’eus peur de comprendre.

Bob : Ne me dites pas que...
Orgueil : Je crois que si Bob.
Envie : Ils sont allés le voir. Car comme tu ne t’en occupais plus...
Bob : EH OH ! Ce n’est pas que je ne m’en occupais plus, je faisais une pause.
Envie : C’est du pareil au même.
Bob : Tseuh !

Je fulminais. Chasteté et Tempérance n’avaient pas à prendre des décisions à ma place, surtout en ce qui concerne Nate. Certes c’est vrai qu’un contact plus direct et prolongé avec le phénomène m’aiderait mieux à comprendre ce lien et à aider le jeune homme à ne pas être continuellement abasourdi par les dialogues de mes Hatnos – parfois des conversations qu’il ne vaudrait mieux pas écouter à un si jeune âge.

« Bon, j’ai compris, je vais aller les chercher ces petites canailles. »

Ces petites fripouilles n’allaient pas s’en sortir aussi facilement ! Bien évidemment que j’allais m’occuper de Nate – un jour – mais ils me forçaient la main et je n’appréciais pas spécialement. J’étais peut-être – sûrement – le Dieu le plus cool du panthéon, je restais avant tout un Dieu qui n’appréciait guère recevoir des « ordres » et des obligations de la part de personnes censées être sous mon autorité.
Bref, d’un claquement de doigt je me suis retrouvé aux environs du Château de Diamant. La nuit était tombée, la plupart du monde dormait dans la bâtisse, je devais seulement faire diversion pour ensuite me perdre dans les couloirs à la recherche de ces deux crapules d’Hatnos.

« Charité, va faire opérer ta magie ! »

La mère et le fils apparurent aux côtés de Bob et partir voir les gardes de l’entrée principale, avec des sourires innocents et angéliques – des sourires qui donnaient confiance et que rien ne disaient qu’ils préparaient quelque chose de bien moins bienveillant.

Charité Maman : Bonjour vaillants guerriers !
Garde N°1 : Halte jeunes gens ! Le château est fermé.
Charité Maman : Oh nous le voyons bien, ne vous fâchez pas !
Charité Enfant : Nous sommes venus vous offrir des thés !
Charité Maman : Ils permettent de rester bien alerte durant la nuit, en plus de vous aider à trouver la paix avec vos tourments.
Charité Enfant : C’est pour vous remerciez de prendre si bien des Diamantais !

Les deux gardes se regardèrent un moment, jaugeant l’avis de l’autre sur la question.

Garde N°2 : Ce sera avec plaisir Madame, Monsieur, de partager ce thé avec vous !

C’est comme tout, bien que Charité soit adorable, les gardes restaient méfiants, ceci montrant bien qu’ils étaient de bons gardes. Alors Charité Maman versa du thé dans 3 tasses qu’elle avait apporté dans une sacoche, avant d’en donner deux au garde et une à elle.

Charité Enfant : Eh ! Et moi alors ?
Charité Maman : Toi tu vas bientôt devoir aller te coucher jeune homme, donc pas de thé pour toi !

Charité Enfant fit une moue boudeuse mignonne à souhait, faisant sourire les gardes bien malgré eux. Charité Maman sourit avant de boire une gorgée de son thé. Les deux gardes la voyant faire, ne se doutèrent pas que son thé n’avait aucun effet sur elle et burent leur tasse avec une certaine avidité.

Garde N°1 : Oh, il est délicieux !
Charité Maman : N’est-ce pas !
Garde N°2 : C’est vous qui le faites ?
Charité Maman : Oui ! Avec des herbes que je fais pousser moi-même.
Garde N°2 : Eh bien, vous... vous devez avoir... du succès !
Garde N°1 : Oui... Beaucoup de succès !

Et ils tombèrent dans un profond sommeil.

Bob, sortant de sa cachette : C’est parfait Charité !
Charité Maman : Merci ! Ils ne dormiront que pendant 5 minutes.
Bob : De toute façon, une fois que l’on aura trouvé Chasteté et Tempérance, nous n’aurons plus besoin de cette porte.

Je passais donc les grandes portes avec le plus de discrétion possible, refermant les portes comme si de rien n’était. Rasant les murs, j’envoyais stratégiquement certains de mes Hatnos pour faire diversion lorsque je croisais quelques personnes, suivant avec attention l’énergie mystérieuse de Chasteté et Tempérance. J’avais masqué mon énergie et celle des Hatnos me suivant pour éviter de me faire repérer, tout ce dont j’espérais c’était qu’il n’y avait pas trop de mages ici car Chasteté et Tempérance n’avaient aucunement pensés à masquer leur énergie spéciale. Ces buses étaient non seulement impolies mais en plus elles étaient indiscrètes ! Je me demandais vraiment ce que je foutais avec des imbéciles pareils. Ah oui, c’est vrai, c’était pour éviter d’être trop schizophrène et bipolaire. Ca change tout.
Je me perdis au moins deux fois dans les méandres du château – oui, je n’étais pas doué, et alors ? – avant de finalement trouver mes Hatnos. Ils étaient... dans la chambre de Nate. Oui, c’était logique à vrai dire.
Entrant sans faire de bruit dans la chambre, j’aperçus Chasteté et Tempérance penchés au dessus du lit d’un Nate endormis. Me raclant la gorge, ils sursautèrent tellement qu’ils faillirent pousser des cris et faire plus de bruit qu’il n’en faut.

Chasteté : B-Bob !?
Bob : Oui ? Vous n’auriez pas quelque chose à me dire par hasard ?
Tempérance : Ah oui ! Bah, on est allé voir le mystère de plus près, t’vois.
Bob : Cela m’étonne de toi Tempérance, une telle spontanéité.
Chasteté : Tu... es fâché ?
Bob, haussant le ton bien malgré lui : Oui je suis fâché !

S’en fut trop : trop de mondes, trop de bruits. Le petit Prince commença à se réveiller, et en plus un garde commençait à ouvrir la porte pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’intrus dans la chambre du garçon, puisqu’ayant entendu du bruit. Aussitôt, nous nous changeâmes en petits objets d’enfant avant de nous faire repérer par le garde ou l’enfant, tel que des petits jouets, ou encore des nounours. C’est d’ailleurs cette option que je choisis : je me transformais en un petit ourson tout doux à l’air inoffensif.

« Tout va bien mon prince ? » demanda le garde en entrant dans la pièce et en voyant que l’enfant était réveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9709-bob-la-gestion-d-une-eponge-carre-ou-humanoide
Nate
Modérateur - Diamant
Modérateur - Diamant
avatar
Nombre de messages : 24
Rôle : Prince de Diamant
Date d'inscription : 30/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15 ans
Rôle: Prince de Diamant
MessageSujet: Re: Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question Mer 03 Aoû 2016, 20:32

"Bien sûr que ça se passe dans ta tête, Harry,
mais pourquoi donc faudrait-il en conclure que ce n'est pas réel ?"

Les reliques de la mort, Harry Potter - J.K Rowling


Nate avait peur. Dès que la nuit tombait sur le château, il se sentait pétrifié d'angoisse à l'idée d'affronter le noir, les ombres, tous les monstres aux sombres desseins qui hantaient son sommeil. Alors, comme toujours, il avait un peu chouiné, se réfugiant dans les bras de sa mère, peinée et impuissante, qui avait bien été forcée, après de longues cajoleries, de l'emmener jusqu'à son lit. Papa n'était pas là, il aurait pu dormir avec elle, insista t-il. Mais à huit ans, on était sensé être un grand garçon courageux, on avait plus peur des monstres. A huit ans, on ne dormait plus avec sa mère, ce ne serait pas lui faire une faveur que cela se désolait Hevana en passant une main fraîche sur le front quelque peu fiévreux de son fils. Pourtant, les dieux savaient que Nate en avait besoin, plus que jamais. Le petit prince ne savait que trop bien que d'autres enfants de son âge, envoyés au château d’Émeraude, rêvaient déjà, peut-être en ce moment même, de combats épiques, de sacrifices héroïques et de tant d'actes de bravoure qui semblaient si loin de lui. A cette pensée, il se sentit faible, et lâche. Lui, ne rêvait jamais ; pas vraiment. Cauchemars, ses nuits n'étaient que cauhemars... Depuis que Noham avait sa propre chambre, il lui semblait que cela devenait pire encore. Immanquablement, toutes les nuits, il se sentait comme mourir. Chaque réveil suffisait à peine à le ressusciter.
Cramponné à ses draps, Nate fermait les yeux obstinément, pour ne pas voir les ombres défiler sur ses murs. Tout cela n'était que le fruit de son esprit, se répéta t-il, encore et encore. Seulement une invention de son esprit... ce n'était pas réel... ça n'existait pas ; son père le lui avait assez répété. Mais comment ignorer les voix qui murmuraient toujours à son oreille ? Ce soir, elles étaient si bien incrustées dans ses méninges, résonnaient en lui avec tant de force, déformées et terrifiantes, que sa tête lui sembla prêt de s'ouvrir en deux. Les feuilles que sa mère lui avaient donné plus tôt à mâcher n'apaisaient en rien sa terrible migraine. Honteux et démuni, Nate pleura un peu avant de se laisser glisser vers un sommeil destructeur.
Alors que la nuit commençait à peine, que le petit prince, fatigué, immergé au début d'un rêve forcément horrible se résignait à affronter une mort certaine, quelque-chose, un bruit, sans doute, le tira des pattes des monstres qui voulaient sa tête. Nate s'éveilla, les paupières lourdes, battant beaucoup des cils. Pris d'un mauvais pressentiment, il garda les poings rangés sous ses draps, refusant de se frotter les yeux, comme si on cherchait à les lui arracher. Nate se redressa pourtant vivement lorsque la porte s'ouvrit en grinçant. Pris de panique, il souffla de soulagement en reconnaissant le visage bienveillant d'un garde de nuit.


- Tout va bien mon prince ?

Nate se sermonna intérieurement. Son visage apeuré avait dû alerter le militaire. Il savait pertinemment qu'il n'avait qu'un mot à dire pour que l'homme consente à veiller prêt de sa porte jusqu'au petit matin - il l'avait déjà fait, quelques fois, lorsque les cauchemars devenaient si rapidement sanglants qu'il se réveillait en hurlant - ; mais un sursaut de bravoure et de fierté l'en empêcha. Assurément, il n'y avait rien d'inquiétant dans la chambre, pas même une ombre mouvante...

- Oui, tout va bien acquiesça l'enfant avec un faible sourire, merci.

Le garde inclina la tête, ajouta que, si le prince avait besoin de lui, il ne serait pas très loin, ce qui, malgré tout, rassura un peu Nate. La porte se referma, et le garçon demeura assis, interdit, baladant son regard à travers la chambre. Il ne pouvait s'enlever de l'idée que quelque-chose n'allait pas, mais après tout, est-ce que quelque-chose tournait jamais rond avec lui à une heure si avancée de la nuit ? Malgré tout, le pressentiment persistait, et Nate, vaincu par le doute, fît apparaître une douce lumière blanche entre ses paumes. Saisissant son courage à deux mains, il repoussa ses draps pour inspecter la pièce de plus près, éclairée par la lueur. Très vite, son œil tomba sur plusieurs objets qu'il ne reconnut pas. Cette épée en bois était-elle à Noham ? Tremblant, il s'en saisit un instant avant de la relâcher. Bientôt, il se dirigea vers un ours en peluche qu'il ramassa d'une main tremblante. Aussi tôt, serrant avec force l'ours entre ses doigts, l'écrasant presque, il plaqua un bras sur son front, avec le sentiment que son mal de tête venait de doubler d'intensité. Pourquoi fallait-il qu'il souffre toujours autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob
Animateur - Dieu / Déesse
Animateur - Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 81
Rôle : Dieu des péchés et des vertus
Date d'inscription : 21/11/2014

Plus sur le personnage
Âge: INFINI
Rôle: Dieu des péchés et des vertus
MessageSujet: Re: Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question Mer 28 Sep 2016, 16:05


Tout aurait put très bien se passer. Les gardes se seraient cassés, le petit prince se serait rendormie, j’aurais pu reprendre ma forme originelle et embarquer les jouer-hatnos pour partir illico presto, ni vu ni connu, sans problèmes, sans que mes Hatnos ne re fassent n’importe quoi ou ne fassent le bordel. Déjà qu’on avait frôlé la crise avec Charité et Tempérance voulant prendre des initiatives par eux-mêmes alors que c’était à moi de le faire puisque cela me concernant plus qu’eux. Bon en fait c’était kiff kiff mais chut, c’moi le Dieu, c’moi qui prend les décisions.
Sauf que voilà, le destin ou autre méfait des autres Dieux pour me rendre la vie dure : cela ne se passa pas comme prévu. Oh le garde était bien parti oui, mais le gamin, lui, ne se rendormit pas du tout. Car oui ce serait trop simple voyons, trop simple pour le grand dieu Bob ! Mais je vous le dis en mille et en cent : je peux déjouer toutes les mauvaises situations mwaha !
Donc reprenons. Le gosse là, Nate, le petit prince, ne se remit pas au lit comme un bon petit enfant devrait le faire. Non au contraire il alla voir les nouveaux objets qui avaient popé sans autorisation dans sa chambre. Pourquoi c’était si intelligent un enfant ? Il devrait plutôt être content au lieu de s’interroger sur le pourquoi du comment ! Ah, tiens, d’ailleurs, il ne trouva pas mieux que de venir me voir aussi. Ah bah oui, une mignonne petite peluche comme moi attirait forcément le regard des enfants – pourquoi avais-je l’impression d’être un pédophile là ?
Mais s’aurait put s’arrêter là. Il aurait simplement put me saisir et aller dormir, je m’en serais très bien sortie comme ça, mais non, il commença d’abord par jouer avec ma texture modelable et duveteuse (toute allusion perverse n’est pas permise merci). Il m’aplatit, m’écrasant, me déformant, m’humiliant devant mes Hatnos – silencieux mais qui n’en pensaient pas moins – alors qu’il semblait avoir plutôt mal à la tête.
Au bout d’un moment, bien évidemment, j’en ai eut assez. Alors... tant pis. On mettra ça sur le compte de l’imagination trop fertile des enfants.
Bougeant mes papattes en mousse, je tentais d’enlever la prise de Nate sur mon petit corps tout mou avec véhémence. Jusqu’à ce que finalement, de surprise ou de peur que sais-je, il finit par me lâcher, et je retombais sur mon p’tit cul duveteux sans encombre.

Bob : Namé c’pas bientôt fini ça ! Depuis quand on torture les peluches comme ça ? Tu devrais avoir honte !
Courage-épée, se relevant sur la pointe : Une honte !
Bob : on ne t’a pas demandé ton avis toi !
Courage-épée : Fais gaffe toi, j’peux t’éventrer si je veux !
Bob : POSE CETTE EPEE AU SOL COURAGE !
Courage-épée, s’avançant : MWAHAHA tu as peur là hein ?
Bob, fuyant avec ces petites papattes : AU SECOURS !

Bob-peluche et Courage-épée se pourchassent à travers la pièce jusqu’à ce qu’ils trébuchent tous les deux sur Colère-figurine-de-lion et s’écrasent lamentablement l’un sur l’autre par terre.

Colère-figurine-de-lion : EH MAIS FAITES UN PEU GAFFE OH !
Bob-peluche : NON MAIS TOI FAIS GAFFE ! J’AI FAILLI ME FAIRE EMBROCHER ET TOUT LE MONDE S’EN FOU !
Courage-épée : Rho ça va j’ai fais attention fais pas ta victime là !
Bob-peluche : Si, je suis une victime ! Martyrisé par des faux compagnons !
Modestie-livre : Dans un certain sens, nous sommes faux, donc...
Orgueil-miroir-de-poche : Oh mais tais-toi un peu Modestie, tu m’fatigues.
Modestie-livre : T’as qu’à dormir comme Paresse.
Courage-épée : LAISSEZ PARESSE TRANQUILLE !

Paresse-coussin ronfle dans un coin de la salle.

Bob-peluche : Fermez-là un peu on va s’faire repérer !

Etrangement, tous se turent, et mon orgueil se gonfla d’un coup face à l’autorité que je venais de faire preuve. C’était rare que les Hatnos décident de m’écouter du premier coup, en général je devais bien en martyriser certains avant de pouvoir nous ramener tous au calme.
Ou alors je leur fermais moi-même la bouche, ça marche aussi. Et je les ligote aussi pour éviter qu’ils ne se libèrent de mon emprise. C’est à ce moment-là que je me rendis compte que j’étais légèrement déchiré au niveau de ma papatte droite à cause de Courage-épée qui était tombé sur moi. Oui bon elle était en bois, mais ça coupait quand même : surtout un nounours aussi fragile que moi. Tournant alors ma tête à droite et à gauche, je me rendis alors compte que j’avais complètement zappé la présence du petit prince qui nous observait faire depuis tout à l’heure.
Le pauvre. Un petit câlin avec Paresse et il retomberait dans le pays des rêves en pensant simplement qu’il a fait un cauchemar de mauvais gouts.
M’approchant doucement du petit prince avec un air innocent – quoi de plus innocents qu’une peluche – tout en montrant ma papatte un peu déchiré, l’air penaud.

« Regarde, l’est cassé, » me lamentais-je alors.

J’suis sûr qu’Esyll pourrait réparer ça, mai Esyll n’était pas là.
M’asseyant lourdement sur mon cucul en mousse, je commençais alors à bouder face aux problèmes qui ne cessaient de venir à ma rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9709-bob-la-gestion-d-une-eponge-carre-ou-humanoide
Nate
Modérateur - Diamant
Modérateur - Diamant
avatar
Nombre de messages : 24
Rôle : Prince de Diamant
Date d'inscription : 30/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15 ans
Rôle: Prince de Diamant
MessageSujet: Re: Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question Lun 13 Fév 2017, 06:25


La panique gagna Nate. Sa paume s’éteint alors qu’il ne pouvait décoller le regard des babines mouvantes de l’ours en peluche.  Une voix masculine s’en échappait, qui n’avait rien à voir avec celle de son père, grave et sérieuse. On aurait plutôt dit le ton pris par les acteurs qu’on invitait parfois à jouer pour le bon plaisir du roi et de sa famille. La peluche se plaignait de son mauvais traitement. Quelles étaient les chances qu’il soit endormi ? Ce pouvait-il qu’il soit en train de rêver ? Nate ne croyait pas en une telle théorie. Ses rêves ne ressemblaient pas à ça, jamais. De plus, il ne se sentait pas endormi. L’épée s’anima à son tour. On eut dit qu’elle cherchait à se mettre debout. Une voix féminine raisonnait à présent dans la pièce, émanant de l’épée, pas moins théâtrale que la première. Les deux jouets se disputaient et se pourchassaient. Recroquevillé à terre, Nate appuyait les mains sur ses tempes, cherchant à arrêter la douleur, en vain. Au contraire, elle ne fît qu’augmenter alors que le nombre d’objets animés et de voix différentes se multipliait. C’était familier. Les voix… elles lui rappelaient les voix dans sa tête.  C’était elles, il en avait l’intime certitude.

- Regarde, l’est cassé.

Nate accorda un regard à l’ours en peluche qui brandissait sa patte décousue sous son nez. Le petit prince renifla, ravalant un sanglot. Il n’allait pas encore pleurer. Il n’allait pas appeler le garde non plus. Il ne voulait pas que ses parents sachent que son cas s’était encore aggravé. Son crâne dût-il se déchirer en deux qu’il ne voulait pas que tout le monde, y compris Noham ou même Tessa le prenne pour un fou. Il ne voulait plus faire de cauchemars ni entendre de voix. Il ne voulait plus avoir aussi mal à la tête, si mal qu’il en avait envie de pleurer. Il ne voulait plus avoir peur. Pourquoi ne pouvait-il pas être juste comme Noham ? Son frère, lui, n’aurait jamais vu d’ours en peluche se plaindre de sa patte cassée.

- Je… je sais pas coudre, répondit-il sans réfléchir.

Quel idiot. Comme si discuter avec ses hallucinations allait arranger son cas. Nate renifla de plus belle. La douleur ne disparaissait pas, mais il s’y faisait doucement. Le remède de sa mère commençait peut-être à faire effet… Il enfouit la tête dans ses genoux, les yeux fermés, songeant que s’il le voulait assez fort, il pourrait réussir à faire disparaitre les objets, tous autant qu’ils étaient. Il fallait que ça marche…  
Nate releva la tête au bout de quelques minutes, déçu de constater que l’ours en peluche l’observait toujours. A quoi s’attendait-il de toute façon ?


- Je peux pas réparer ta patte… fît-il d’une voix implorante.

Puis, s’adressant à tous les objets animés.


- Vous êtes les voix dans ma tête… Je vous entends d’habitude… Je vous entends et c’est tout. Pourquoi je peux vous voir maintenant ?

N’y tenant plus, il laissa les larmes rouler sur ses joues, et tant pis s'il n'était qu'un gros peureux sans volonté. Il était fatigué, il avait mal et il avait peur. Ce n’était pas juste. Il ne méritait pas ça. C'était trop pour lui.

- Je veux pas vous voir… Je veux être normal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bob
Animateur - Dieu / Déesse
Animateur - Dieu / Déesse
avatar
Nombre de messages : 81
Rôle : Dieu des péchés et des vertus
Date d'inscription : 21/11/2014

Plus sur le personnage
Âge: INFINI
Rôle: Dieu des péchés et des vertus
MessageSujet: Re: Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question Jeu 31 Aoû 2017, 05:17

Le petit prince était terrifié. Qui ne le serait pas ? Avec un peu de chance, il pensera que ce n’était qu’un cauchemar. Oui, j’allais me charger personnellement de ce point. Je le ferais se rendormir paisiblement et le lendemain il pensera certainement que ce n’était qu’un rêve, bien étrange, mais un rêve. Après tout, quelqu’un de normal ne penserait pas que ce soit réel. Il se dira peut-être que, les voix dans sa tête prenant de plus en plus de place dans sa vie, il a rêvé de personnifié les voix dans sa tête, comme une forme d’exutoire – bien qu’il soit sans doute trop jeune pour penser que c’était un exutoire. Je n’étais même pas certain qu’il sache ce que signifie « exutoire ».
Il ne savait pas coudre. Etonnant. Enfin, pas si étonnant que cela : il était jeune après tout ! Comment un enfant à si bas âge aurait-il pu savoir coudre. A part peut-être s’il avait été une femme – Misogynie power ! – mais bon dans tous les cas je me doutais bien qu’il ne pourrait pas recoudre ma patte.
Il enfouit la tête dans ses genoux. Je l’observais faire, la tête légèrement penchée sur le côté, tandis que les autres jouets-Hatnos échangeaient quelques messes basses dans mon dos. Je me rendis compte, un peu tardivement, que le jeune enfant avait tenté de nous faire disparaître comme des illusions malsaines – ce que nous étions, en quelque sorte. Si je m’en étais rendu compte un peu avant, d’un coup de claquement de doigts, je nous aurais fait disparaître, et le garçon aurait bien rapidement effacé ce souvenir de sa mémoire, mais voilà, j’étais long à la détente, et c’était trop tard.
Le garçon du nom de Nate releva la tête, et je pus très clairement lire la déception dans son regard. Il répéta qu’il ne pouvait pas réparer ma patte, comme si le fait que je sois encore là était dû au fait que j’attendais d’être réparer – en quelque sorte on pouvait dire cela. Cependant, avant que je ne puisse répondre, il poursuivit. Vif d’esprit et pas idiot pour un sous, il a vite compris que nous étions les voix dans sa tête – cette étrange lien qui nous uni et qui le torture. Les Hatnos-jouets tarirent leur chuchotement, et semblaient presque retenir leur respiration en entendant la révélation de Nate.
Et il pleura.

Bob-oursenpeluche : C’est plutôt méchant que tu ne veuilles pas nous voir.
Humilité-harpe : Très méchant.

Paresse-coussin lâcha un hoquet outré. Colère-figurinedelion lâche un petit couinement plaintif.

Modestie-livre : Qu’est-ce que la normalité, de toute manière ? Ne pas nous entendre, ne pas nous voir ?
Bob-oursenpeluche : Ce serait bien ennuyeux.
Courage-épée : Qui a envie de s’ennuyer ?
Charité-serviceàthé : Tu n’aimes pas avoir de la compagnie, pouvoir nous parler ?

Bob s’approcha un peu plus du petit garçon, et de sa patte non blessée, il tapota doucement la tête du garçon. Usant d’un peu de son pouvoir, il chassa brièvement les voix dans sa tête, leur ordonnant de se taire. Ce ne sera que provisoire malheureusement.

Bob : Je suis Bob, le dieu des péchés et des vertus, et les voici avec moi. Il ne faut pas pleurer. On est gentil. On ne te fera pas de mal.
Gourmandise-bonbon : Tu veux un gâteau ? Un fruit ? Du sucre ? Une sucette ? Tu veux me manger ?
Tempérance-cubeaveclalettreT : Ce n’est certainement pas comme ça que tu vas le rassurer.
Gourmandise-bonbon : Pourquoi pas ? Tous les enfants aiment les sucreries ! Mange-moi !
Charité-serviceàthé : Tu veux un peu de thé ? Ca va te détendre !
Gourmandise-bonbon, sautillant : Mange-moi !
Bob-oursenpeluche : Stop, il suffit !

Bob s’assoit sur ses papattes en peluche, face à Nate.

« Nous serons toujours là. Allez, souris ! Fais nous un câlin ! »

A ces mots, je levais mes deux bras avec un sourire… de peluche. Mais c’était sans compter sur ma patte déchirée, qui, du fait de mon mouvement brusque, se déchira encore plus dans un craquement sinistre… et mon bras gauche tomba, laissant s’échapper du rembourrage.

Bob-oursenpeluche, sa papatte valide posée sur son cœur : Aaah !

Bob se laisse tomber sur le dos, choqué, et les Hatnos-jouets se rassemblent autour de lui, perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9709-bob-la-gestion-d-une-eponge-carre-ou-humanoide

Jouer aux espions ou être un Dieu; tel n'est pas la question

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev :: Diamant-