___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Hello Darkness [PV-Violent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 250
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Hello Darkness [PV-Violent] Ven 29 Avr 2016, 17:30

! WARNING ! Ce RP peut contenir des détails violents et gores pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes ! WARNING !


Imaé était d’humeur joueuse. Elle l’était souvent d’ailleurs. Tantôt pour le sexe, tantôt pour la torture, tantôt pour simplement martyriser allègrement les faibles d’Irianeth. Et là ? Pour quelle raison ? Oh, juste l’odeur alléchante du sang frais.
Imaé adorait les massacres. Elle adorait la torture. Autant physique que psychologique. Une fois elle obligea un enfant à violer sa mère en lui promettant que s’il le faisait, ils resteraient en vie. Ha ! Qu’est-ce que les pathétiques humains seraient prêts à croire pour leur stupide survie. Bien évidemment, Imaé avait mentit, et elle s’était délectée du spectacle. Malheureusement pour l’enfant, la torture mentale et physique dura longtemps, jusqu’à attendre la mort de sa très chère mère. Quant à lui ? Il croupissait dans une cellule d’Irianeth sans aucune autre volonté que celle de mourir. Mais l’Hybride s’assurait qu’il resterait en vie aussi longtemps qu’il le pouvait, le nourrissant de force. Le plus drôle ? Elle lui avait brûlé les yeux, pour que jamais plus il ne puisse contempler de douceur et de beauté. Restera à jamais dans son esprit les cachots sales, et les images de sa mère se faisant torturer et violer. Eh ben oui, il ne fallait pas être des traitres.
En parlant de traitres... Ce qui excitait autant la jeune femme, était justement une affaire de traitrise. Un groupe d’Argentais organisait, semble-t-il, une rébellion. C’était une tâche pour de simples soldats ou des Sorciers, mais Imaé s’était étrangement portée volontaire. Pourquoi ? Oh, simplement pour pouvoir s’amuser un peu. Après tout, elle avait peut-être son Elève à torturer et à endurcir – après tout, Beurk ne demandait que ça le petit coquin – mais il devait aussi assister aux cours. Et pendant ce temps Imaé devait s’occuper autrement. Drôle d’occupation non ? Ah mais ça c’est car Imaé est une personne assez spéciale.

* Tu sais, tu commences à m’agacer, * fit l’Insecte dans l’esprit d’Imaé.

Elle leva les yeux au ciel. L’Humaine, la personnalité dominante d’Imaé, n’aimait pas passer les rennes à l’Insecte, la perfide soumise qui n’attendait que de pouvoir être attaché à des chaînes rouillées pour se faire rouer de coup. Chose qui écœurait profondément l’Humaine qui préférait être la personne qui donnait les coups plutôt que celle qui les recevait.
Agaçant, c’était le mot.

« Et alors ? » répondit-elle à haute voix. « Ce n’est pas comme si tu pouvais changer cela. »

Des matelots qui passaient par là jetèrent un regard à la fois apeuré et inquisiteur sur la Chevalière avant de rapidement retourner à leur travail lorsque celle-ci les toisa durement. Ils savaient qui elle était, et à quel point elle était spéciale, cependant pour n’importe qui, l’entendre parler « toute seule » était quelque chose de perturbant. Imaé, elle, elle s’en fichait pas mal. Ils n’avaient rien à dire, sinon ils le payaient très cher.

* Tu veux qu’on se fasse une nouvelle fois la guerre ? *

Imaé grimaça. Pendant longtemps, l’Insecte et l’Humaine se sont disputés le corps d’Imaé pour avoir sa garde exclusive. Au départ, durant sa jeunesse, la jeune femme ne savait pas que la personne qui lui parlait dans sa tête était en réalité elle-même. Etre l’Ecuyer de Zyra lui a de ce fait permis d’accepter sa partie Insecte et de se rendre compte à quel point elle était bien plus bizarre qu’elle ne le pensait. Cela ne la dérangeait point. Ce qui l’a dérangé plus fut la guerre qui s’ensuivit pour avoir le contrôle. Elle était non seulement mentalement fatiguante, mais en plus cela la rendait instable. Puis il y eut une sorte d’armistice, et l’Humaine s’accorda avec l’Insecte pour lui laisser le contrôle quelques fois. Cependant, cela faisait un moment que l’Insecte n’avait pas put jouir du corps d’Imaé.

« Non, » soupira-t-elle, lasse « Laisses-moi faire cette mission, et après je te donne les rennes. »

* C’est ce que tu me sors à chaque fois. *

« Eh bien, si je mens, une nouvelle guerre éclatera entre nous deux alors. »

* Exact. *

Imaé eut un sourire sans joie. L’Insecte avait beau être soumise, elle voulait quand même le contrôle du corps d’Imaé. Seulement pour pouvoir avoir mal. Cependant elle ne restait pas longtemps au contrôle, d’elle-même elle se retirait une fois que ses « besoins » étaient assouvis, chose que l’Humaine lui était reconnaissante puisqu’elle répugnait l’idée de n’avoir aucuns contrôles.
Suite à cet accord morbide, l’Insecte se tut, et Imaé put enfin être tranquille jusqu’à ce qu’ils amarrent sur les côtes d’Argent. Une fois arrivée, Imaé ne perdit pas de temps, et commença déjà à se renseigner sur lesdits rebelles. Alors que la plupart des gens laisseraient quelques heures de flottement pour se remettre du séjour en mer – pas souvent très agréable – Imaé pétait littéralement le feu. Elle était bien trop impatiente à l’idée de pouvoir se défouler. Obtenir des informations fut plutôt facile pour elle. Enfin, « facile ». Observatrice, elle remarqua tout de suite des personnes suspectes de détenir des informations, personnes qui finirent par être clouées à un arbre et « légèrement » torturées pour sortir lesdites informations. Non, Imaé ne faisait pas les choses à moitié en effet.

« Leur... leur dernière position c’était proche d’une rivière, » fit l’homme au multiple lacération.

Imaé tapota un moment sa planche de bois recouverte de clous rouillés, l’air songeuse. Puis, sans crier gare, elle envoya un grand coup avec la planche au niveau du genou du gentilhomme qui se mit aussitôt à hurler comme une fillette.

« Insuffisant. »
« Ils... Ils sont au niveau de l’embranchement des deux rivières... Je crois ! »
« Leur nombre. »
« Cinq ! Cinq hommes, je n’en sais pas plus ! Par pitié, laissez ma femme et mes enfants tranquilles ! »

Imaé se tourna vers la joyeuse petite famille, ligotée tête à l’envers et bâillonnés. La Chevalière ne voulait pas s’embêter des pleurs incessant des gosses et des suppliques de la mère. Elle avait mieux à faire. Puis elle se tourna vers l’homme clouté avec un petit sourire – presque – sympathique.

« Mais bien sûr ! »

Et enfin, alors que le torturé soupirait de soulagement, l’Hybride sortit une dague et égorgea sa femme. Elle ne mettrait pas longtemps à se vider de son sang la tête en bas, une mort longue et passablement douloureuse. Le mari ne tarda pas à hurler et à pleurer tandis que les enfants sanglotaient en espérant ne pas être les suivant.

« Ceci était une leçon. Ne croyez pas pouvoir trahir l’Empire impunément. »

S’approchant du pauvre homme, elle déposa un baiser sur sa joue ensanglantée, suivit d’un rire tout ce qu’il y a de plus démoniaque. Les plantant là, elle s’en alla gaiement en direction de l’auberge où elle logeait, annonçant au passage à un garde l’emplacement de la petite famille détruite qui avait eut le malheur de croiser son chemin. C’est à se demander quand est-ce qu’Imaé était la plus dangereuse : lorsqu’elle était en colère, ou lorsqu’elle était euphorique ?
N’emportant que le strict minimum – soit son fouet métallique et épineux, trois dagues et une épée – elle partie dès le crépuscule en direction du campement du groupe de jeune rebelle qui allait passait un sale quart d’heure. Si jamais les informations du torturé étaient fausses ou s’il l’emmenait à une embuscade, Imaé jura sur son honneur qu’elle le retrouverait et lui ferait voir ce que c’est que la noirceur.
Mais fort heureusement pour lui, ses informations étaient bonnes. Cinq hommes dont un seul monté la garde pendant que les autres dormaient paisiblement. Pauvres fous, n’importe qui de plus censé laisserait deux personnes réveillées pour monter la garde. Peut-être pensaient-ils qu’avec un nombre si faible un seul suffirait. Un sourire de carnassier passa rapidement sur le visage de l’Hybride avant de feindre l’innocence et la peur. Elle s’approcha timidement avec cette même expression, ses cheveux couvrant le côté de son visage ayant l’œil rouge, elle fit exprès de faire un peu de bruit pour ameuter le garde.

« Halte ! Qui va là ? »
« Je... Pardon, » bégaya-t-elle d’une voix innocente. « Je ne retrouve plus mon chemin... cela fait des heures que je marche... »

L’homme resta méfiant un moment avant de baisser la lance qui lui servait d’arme. Son regard se radoucit et il tendit une main vers la jeune femme, avant de reprendre d’une voix plus douce.

« Vous devez être frigorifiée ! Venez ! »

Imaé eut un faible sourire de reconnaissance alors qu’elle attrapait faiblement la main du jeune homme. Presque aussitôt elle le tira vers elle pour lui faire un croche-patte. La surprise de l’acte le fit tomber de tout son poids au sol, et Imaé en profita pour s’assoir à-califourchon sur lui. Ni une ni deux, elle prit à deux mains la tête du garde qui ouvrit la bouche pour appeler l’aide de ses compagnons, et l’Hybride enfonça profondément et lentement ses pouces dans les orbites de sa victime. Aussitôt il se mit à crier et se débattre. Attrapant deux dagues, elle poignarda les deux bras du pauvre homme pour les lui plaquer au sol tandis qu’elle se jeta sur son coup pour y planter généreusement ses dents. Ses cris doublèrent d’intensité alors qu’elle lui arracha de la chair et que le sang se mit à gicler. Les quatre autres hommes arrivèrent alors, et Imaé sortit son fouet d’un geste vif, giflant les deux premiers d’un coup sec qui les fit tomber à terre, le visage ensanglanté de part les épines en métal recouvrant l’arme. La Chevalière émit un rire passablement démoniaque alors qu’elle bondissait sur ses pieds pour s’attaquer aux deux autres avec son épée et une dague. Au milieu des deux, Imaé enchainait attaques et parades des deux côtés, tantôt avec son épée tantôt avec sa dague, dans une danse aérienne qui l’amusait beaucoup, tandis que les deux autres gémissaient de douleurs mais se forçaient à se relever. Alors elle passa aux choses sérieuses. Profitant d’une ouverture de l’un de ses deux adversaires, elle plongea rapidement son regard dans le sien pour s’emparer de son esprit. Les pupilles brunes de m’homme se dilatèrent subitement, signe de son entière soumission à l’esprit de l’Humaine, qui se baissa rapidement pour éviter un coup en traitre de la part du deuxième.

« Joue avec lui pendant que je m’occupe des hommes à terre, » ordonna-t-elle à son esclave (alias, le second homme) qui se jeta sur son ami (le troisième) avec férocité.

Imaé s’approcha de l’un des deux hommes à terre qui tentait de se relever pour lui envoyer un énorme coup de pied dans l’abdomen, le faisant tomber sur son coéquipier qui était resté sur le sol. Lui écrasant la main tenant son épée de son pied, elle s’approcha légèrement de l’homme (soit, le quatrième) pour lui chuchoter :

« Si tu lui ouvres le ventre pour manger son cœur, je te promets la vie sauve. »
« Tu peux toujours aller crever en enfer ! » s’énerva-t-il en lui crachant au visage.

Imaé ne s’en offusqua pas outre mesure, au contraire elle en rit à gorge déployée avant de saisir l’épée de son adversaire pour lui trancher son bras d’un geste vif. Il hurla, les yeux exorbités tournés vers le futur moignon qui lui servira de bras. La Chevalière le laissa donc dans sa misère pour s’occuper du cinquième, toujours à terre, les yeux crevés, dut au coup de fouet de l’Hybride. Il semblait perdu et désemparé. Le pauvre homme ne devait pas être habitué à tant d’obscurité. Tous ses sens devaient être en alerte alors qu’il respirait fébrilement, les poings fermés comme pour se rassurer et se protéger. Il faisait presque pitié. Imaé récupéra les deux dagues qu’elle avait plantées dans sa première victime... pour les planter dans les poings du quatrième homme toujours vivants – bien que plus pour longtemps. Il hurla, de surprise et de douleur, tandis qu’Imaé approchait son visage du sien, ses cheveux chatouillant les plaies béantes de sa face ensanglantée et son souffle se mêlant avec un certain dégout au souffle court du 5ème.

« Ne t’en fais pas mon mignon, tu n’en auras plus pour longtemps... » lui chuchota-t-elle avant de lécher allègrement les orbites blessés de l’homme.

Repérant un mouvement suspect à sa gauche, Imaé roula en vitesse sur le côté, évitant de justesse un coup d’épée du manchot (le quatrième homme). Cependant, l’aveugle (le cinquième homme) lui, ne put éviter le coup, et le manchot ne put l’arrêter tant il prit son élan pour la balancer. Et spouik, la lame s’enfonça dans le ventre de son compagnon d’arme, qui hurla de plus belle avec, en plus, du sang giclant de sa bouche. Se relevant, Imaé donna un grand coup de pied dans le ventre du manchot qui venait de ressortir avec peine son épée de l’aveugle, puis elle le saisit à plein cheveu pour plonger sa tête dans les entrailles ouvertes de l’aveugle.

« Tu aurais dut accepter mon offre, manchot. »

Sortant une des dagues des poings de l’aveugle, Imaé découpa un peu plus le ventre du blessé pour dégager la cage thoracique. Là, elle saisit le cœur à pleines mains, l’arracha d’un geste vif, donnant ainsi à l’aveugle une mort plutôt rapide – beaucoup trop rapide au gout de l’Hybride. Puis elle ressortit la tête du manchot pour lui faire bouffer le cœur encore légèrement palpitant de son acolyte. Il tenta de recracher mais Imaé plaqua sa main sur sa bouche pour l’obliger à avaler, avec un sourire des plus satisfaits au visage. Relâchant le manchot – qui en profita pour vomir – Imaé jeta un coup d’œil à son esclave. Il avait fait du bon boulot, ça c’était certain ! Son adversaire était à terre, gémissant de douleurs alors que l’esclave continuait de le rouer de coup de pied dans la colonne vertébrale.

« Il suffit esclave. »

Il s’arrêta, droit comme un I, attendant les prochains ordres qui ne tardèrent pas à arriver, aussi horribles soit-ils. Le pire dans l’histoire, c’est qu’il s’en souviendra toute sa vie.

« Maintenant, viole-le, » poursuivit-elle d’une voix enjôleuse. « N’hésites pas à y aller à fond ! Et... prends ton temps. Nous avons toute la nuit. »

C’est donc durant plusieurs longues heures qui parurent une éternité, que l’esclave viola son ami, sous ses suppliques et ses gémissements de douleur. Il était bien trop faible et blessé pour résister, alors il subissait en espérant la clémence de la Chevalière – clémence, mot dont elle ignorait l’existence. Le tout sous son regard approbateur, ainsi que sous celui du manchot qui fut obligé de regarder le spectacle, puisque l’Hybride lui avait coupé les paupières. Une fois que l’esclave atteint son orgasme ultime, Imaé le félicita d’un claquement de main bien mérité.

« Bravo, très impressionnant ! »

* Moi je voudrais bien qu’il me traite comme ça, en me tirant les cheveux et en... *

« Fermes-là l’Insecte, » coupa l’Humaine d’une voix sèche.
« Vous... vous êtes tarés... » se permit de commenter le manchot.
« Et fière de l’être, » répliqua-t-elle. « Je m’ennuie déjà. Esclave, tues-les. »

Il s’exécuta sans rechigner à la tâche. Une fin plutôt rapide, un peu trop facile, mais Imaé avait envie de ne jouer qu’avec son esclave maintenant. Elle savait qu’elle devait en laisser un de vivant pour un interrogatoire, mais un accident est si vite arrivé ?
Une fois que seules les respirations de l’esclave et d’Imaé furent audibles, la Chevalière s’approcha de l’homme avec un sourire sadique.

« Dis-moi ce que tu veux. »
« Je veux mourir. Tuez-moi. »

Imaé lâcha un rire sarcastique avant de sortir son fouet. Elle n’en avait pas fini avec lui.

« Nettoie mon fouet avec ton sang. »

Cependant, alors qu’il approchait sa main du fouet métallique, l’Hybride entendit un bruit suspect non loin. Aussitôt elle réagit, sortant une des dagues qu’elle avait récupéré elle la lança rapidement en direction du bruit. L’intrus – qui était en fait une intruse – réussit à éviter le coup alors qu’il se mettait à porter de vue d’Imaé. Reconnaissant le visage, Imaé eut un sourire – presque – désolé.

« Amélia ! Je ne pensais pas te voir ici, » lâcha-t-elle alors que son esclave prenait le fouet et commençait déjà à s’entailler les mains pour recouvrir le métal de la couleur rougeâtre du sang. « Qu’est-ce qui t’amènes ? » poursuivit-elle en grattant pensivement le sang coagulé autour de sa bouche. « Au fait, superbe prestation à l’attribution avec Janita et Xerkh. Tu as su garder ton calme tandis que notre chef se permettait une mise en scène. »

Imaé avait bien appuyé sur le terme de « chef », car depuis ce moment, elle considérait que Janita n’était plus tellement digne d’être son chef. Se mettre en spectacle ainsi était indigne de son rang et de ses responsabilités. Dire qu’ils voulaient redorer l’ordre des Chevaliers – eh bah, ils sont bien partis !
Quoiqu’il en soit, Imaé donnait presque l’impression d’avoir une discussion civilisée des plus normales autour d’un thé. Dans son ton, rien ne laisserait penser qu’elle était au beau milieu d’un carnage, avec un homme se mutilant sur un fouet métallique. Que voulez-vous, elle était ainsi. Bizarre.

Le fouet en question :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Amélia
Chevalier
avatar
Nombre de messages : 437
Rôle : Chevalière impérial
Âge du personnage : 32 ans-37 ans (Génération 18)
Date d'inscription : 17/12/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42 ans-47 ans (Génération 18)
Rôle: Chevalier
MessageSujet: Re: Hello Darkness [PV-Violent] Mar 01 Nov 2016, 13:41

''Amélia, ta nouvelle mission consistera a assister Imaé dans sa mission. Pour ne pas plutôt dire gardé un œil dessus. Tu doit savoir que malgré ses compétences indiscutables elle a un caractère plutôt difficile a gérer.''

Un roulement des yeux de la part du chevalier aux cheveux blancs fut-ce la seul réponse a cette accusation. A ses yeux, ''caractère plutôt difficile a gérer'', était pratiquement une notion obligatoire pour rentrer dans l'ordre. Non, non, c'était plutôt vrai. La midjin céleste avait bien compris au fil du temps que les membres de l'élite avaient tous un caractère fort et dominant (jusqu’à une certaine limite). Après tout, les faibles d'esprit n'avaient pas leur place dans l'empire et encore moins dans l'élite. Cependant, lorsque ces personnes aux caractères forts commençaient a dépassés les bornes, ils devenaient un fardeau pour l'empire. Et Imaé était un cas qui jouait très fortement sur cette limite d'après ce que la chevalier aux sang divin avait pu observer autant que les rumeurs qui portaient aux sujet de l'elfe-humaine. Amélia ne pouvait pas dire qu'elle était mieux. Elle aussi prenait de gros risque parfois qui pouvait apporté un regard sur sa personne. Mais, ayant l'avantage d'avoir été près de la famille impérial, la petite midjin avait bien entendu développé des trucs pour que ses ''déviances'' passent plus inaperçu. Ou alors, ceux qui gardait un œil sur elle ne trouvait pas nécessaire d'agir puisqu'elle n'était peut-être pas si déviante que ça. Ou encore attendaient-ils simplement qu'elle abuse de cette confiance pour la prendre la mains dans le sac? Bref, pour le moment elle ne sentait aucune menace a sont sujet. On ne pouvait pas dire la même chose d'Imaé par contre qui ne semblait pas être aussi ''libre'' et digne de confiance qu'on aurait pu le croire.

'' Imaé a été envoyé a Argent afin de détruire un groupe de rebelle qui est en train de se former. Vôtre mission est bien entendu d'y mettre un terme et de capturer les têtes dirigeantes afin que nous en fassions des exemples. Vous êtes libres de décision pour les autres personnes affiliés.''

''Bien, je part le plus tôt possible pour allez la rejoindre.''

Sa sœur d'arme devait déjà avoir au moins une journée d'avance sur elle plus ou moins. Selon ses calcule, si elle partait dans la journée, elle arriverais surement a temps pour la rattrapé, si la chevalier était du genre a recueillir de l'information auprès des dirigeants pour commencer. La demi-midjin doutait que ce soit le cas par contre. Imaé n'était pas très réputé pour être vraiment sociable avec les hautes sphères, de ce que pouvait savoir la chevalier au cheveux blanc. Dans tout les cas, Amélia essaya de ne pas voir sa comme une mission de ''gardienne d'enfant.'' Mais plus comme un expérience a acquérir venant d'un chevalier plus expérimenter. Quoi... Il fallait bien voir le côté positif des choses non? La chevalier salua sa sœur et chef avant de prendre congé afin de se préparer a son voyage.

**

Deux jours plus tard, lors d'une nuit sans nuage, Amélia arriva sur la terre ferme du continent d'Enkidiev. Aussitôt pied a terre qu'elle se rendit au garde le plus proche afin de demandé des informations sur la location d'Imaé... Malheureusement, sa réponse était trop vague. A ses dires, la chevalier elfique avait passé comme un coup de vent pour se dirigé tout de suite vers le village. Bon... la logique poussa a tenter de la trouver avec ses sens magiques. En vain... elle était déjà bien loin du village. Avait elle déjà trouver des informations? Fort possible. Beaucoup de chose pouvait arriver en une journée si on ne perdait pas de temps. Et d'après ce que lui avait dit le soldat, sa soeur d'arme semblait être plus qu’enthousiasme lors de son arrivé. Tenté de la chasser en tournant en rond dans le royaume était inutile. La midjin au sang divin se dirigea donc au château. Si il Imaé faisait bien sont travail, les informations qu'elle avait trouvé devrait être au château. Mais encore, c'était seulement SI celle-ci avait décidé de faire part de ses informations.

Heureusement, cela sembla être le cas. Les gardes emmenèrent la guerrière magique face a un homme enchaîner. A première vu, on se demandait presque s'il était encore vivant. Les nombreuses marques horribles qui striait sont corps et le regard vide qui ne semblait même pas voir le sol qu'il regardait démontrait clairement les dernières heures horrible que celui-ci passa. Ah... c'était plus ou moins charmant a voir. Si la jeune fille pouvait se plaire a voir pareil spectacle, il fallait qu'elle se sente dans l'atmosphère pour en apprécier toute la chose. Pour le moment, son esprit était simplement concentré a vouloir retrouver Imaé. A la surprise des soldats, Amélia ouvrit la porte de la cellule, comme ci celle-ci n'avais jamais été barré. De toute façon, l'homme était enchaîné et mutilé a un point ou il lui était impossible de se sauvé. La chevalier au cheveux blancs le ramena a la réalité en plongeant ses doigts dans une de ses plaies, arrachant un hurlement d'agonie a l'homme. Après ce réveil plutôt brutal, le flots de parole faible mais rageur de l'homme s'égouttaient comme un torrent. Des insultes par dessus insultes ne cessèrent que lorsque la petite chevalier appuya fermement a deux place précise sur l'épaule et le bras de l'homme. Ces points de pression nerveux lui lança un choc dans tout le corps, engourdissant son bras tout en lui envoyant une forte douleur momentané.


''Silence... Ne parle que lorsque je te l'ordonne. Je vais te permettre de voir tes enfants une dernière fois avant qu'on ne t'envoie a la potence. Mais ta réponse va déterminer si tu va les voir en un morceau ou en pièces. Alors choisi bien tes paroles. Qu'a tu dévoilé au chevalier qui t'as fait ça. Je veut tout savoir.''

Faible... cet homme était faible. Pas étonnant qu'il avait lâché le morceau face a Imaé (Non, Amé ne la sous estimait pas, elle avait simplement une confiance aveugle en ses propres capacités a résisté a la torture.) et que maintenant il pliait aussi facilement devant elle. Après avoir démontré son côté pathétique et faible, la pauvre victime avoua qu'il avait envoyer Imaé dans un piège. Ou était-ce le cas? Pas vraiment, il ne fut pas trop compliqué a Amélia de détecté le mensonge. C'était simplement un plan pour la faire paniqué? Voulait-il mourir tout de suite a ce point? Dommage... il ne c'était définitivement pas pris de la bonne manière. Au moins, la direction dans lequel il avait envoyé la chevalier ne semblait pas être un mensonge. Donc, Amélia avait une bonne idée de ou elle se trouvait. Elle ne connaissait peut-être pas tout les coins et les recoins d'Argent, mais elle y avait passé assez de temps pour connaître la généralité du royaume. Sans plus un mot elle ressortie, laissant le soin au soldats de refermer la porte. Lorsqu'elle fut a une distance respectable de sa source d'information elle s'arrêta pour se tourner vers le soldat le plus près.

'' Allez couper un doigt de chacun de ses enfants et ramenez-lui.''

''Lady?''

Se questionna le soldats. Amélia n'avait-elle pas promis a l'homme de voir ses deux enfants en un morceau s'il répondait correctement? Bien entendu, la chevalier dévisagea d'un regard noir l'homme qui remettait ses ordres en question. Mais la chevalier savait qu'il était beaucoup plus efficace de lui faire comprendre son raisonnement plutôt que de simplement lui imposer. Cela ne pouvait que solidifier leur loyauté.

''La moitié des choses qu'il m'a raconté ne sont que des mensonges. De plus, il est un traître. Il ne mérite aucune merci. Il peu déjà se considérer chanceux que ses enfants n'aient pas subi le même sort que sa femme.''

Suite a cette explication, le soldat qui fut plus ou moins satisfait de cette dernière, ne laissa plus paraître aucun doute et pris congé de la chevalier après l'avoir saluer pour allez exécuter ces ordres. Tant qu'a Amélia... c'était maintenant une course contre la montre. Même si elle savait qu'Imaé n'était probablement pas tombé dans un piège, la midjin céleste ne pouvait tout de même éloigné le doute que tout ça était trop facile. Ce n'était certainement pas une organisation de 5-6 personnes qui réussiraient a faire monter des rumeurs de rébellion suffisante pour que Irianeth en entendent parler. Quelque chose de plus gros se tramait... Elle mettrais sa mains au feu que ce soit le cas. Et si Imaé éliminait toute source d'information tout de suite, il était fort a parier que les responsables se feraient discret pour un moment. Donc elle devait se rendre a elle et l'arrêté de faire un carnage avant que toute source d'information ne soit coupé.

La chevalier galopait en suivant la rivière désigné. A son rythme, elle allait arrivé très bientôt en direction des essences spirituels qu'elle ressentait. La plupart d'entre eux semblait faible, voir même que certains était déjà en train de disparaître. Soi, Imaé les avaient déjà trouvé et avait commencé a s'amuser. A une distance suffisante pour être sur de ne pas se faire entendre, Amélia arrêta sa monture et débarqua. Elle ferait le reste a pied, c'était beaucoup plus discret. Malgré son pas léger et fluide, cela pris tout de même une bonne heure a la chevalier afin d'arriver en vu du carnage. Imaé ne semblait pas l'avoir repéré. La midjin en doutait fort bien par contre. Il était toujours difficile de prendre un chevalier par surprise. De toute façon, ce n'étais pas vraiment d'elle qu'elle se cachait, mais plutôt des autres. De ce qu'elle pouvait voir, il y avait un traître dans les rebelles? Naaah... quelque chose était louche. Surtout lorsqu'elle entendit les paroles d'Imaé concernant l'homme. Il ne semblait pas être dans un état normal. C'était comme s'il était sous son contrôle. La chevalier sortie alors tranquillement de sa cachette afin de rejoindre l'hybride humaine. Du moins, eu elle a peine eu le temps de faire frémir les feuilles comme la brise qu'un objet non identifier se dirigea rapidement en sa direction. Ses réflexes aiguisé lui sauva la vie. L'objet effleura a peine la joue, lui entaillant la chair suffisamment pour qu'une légère goûte de sang perle sur celle-ci. Si, la blessure n'était pas assez profonde pour permettre au poison de l'infecté rapidement, il ne fallait tout de même pas ignoré que ce pouvait être le cas. La chevalier répondit alors au faux sourire de sa sœur d'arme par un sourire tout aussi faux de sa part. Elle feigna bien entendu l'innocence, comme si rien ne s'était passer.


''Ah, s'il-te-plait ne me parle pas de cet événement. J'ai honte de nôtre chef juste a y pensée. Encore plus parce que nous partageons le même sang. De plus, honnêtement je ne trouve pas que j'ai bien agis. J'ai figé le temps d'un instant, ce qui est inacceptable pour un élite. De toute façon... Cela fait si longtemps.''

Répondit-elle simplement d'un ton agacer. Tout en reprenant son sourire, Amélia jeta un regard intrigué sur la scène. C'était... artistiquement morbide. L'odeur du sang frais emplissait les narines de la plus petite des deux dames. Son regard se porta sur chacun des cadavres présents en regardant l'état de chacun. La barbarie de cette scène aurait pu être dégoûtante pour certaine, mais ce n'étais pas le cas pour la midjin céleste. Cette dernière déposa finalement les yeux sur l'esclave qui était en train de se charcuté les mains. Amélia ne lui donna pas plus de plusieurs minutes qu'il mourrait vidé de son sang. Elle se retourna alors vers Imaé, appuyant son index sur ses lèvres en regardant le ciel d'un air pensif quelque seconde avant de ramener son regard souriant vers l'elfe.

''Mmmmh... plusieurs raison en fait. Autant bonne que mauvaise je suppose. Tout d'abord la raison principale est la confiance que l'empire te porte qui m'amène ici. Je compte bien aussi prendre de l'expérience en apprenant d'un senior. Sinon, tu crois vraiment que les pathétiques trucs qui se trouve ici soient les seuls reliés a la rébellion? Allons Imaé, je suis sur que tu peut lui faire craché plus d'information que ça avant de l'achever. Tu ne voudrait quand même pas que cette mission ce termine aussi facilement sans plus de chance de s'amusé. Non?''

Oui, bon, la première chose qu'elle avait dit n'était très certainement pas intelligent de sa part. Bien sur que cela serait irritant pour la chevalier. Mais d'un autre côté, Amélia n'avait aucune raison d'être malhonnête avec Imaé. En fait, elle considérait plus que si elle lui disait la vérité tout de suite, qu'elle aurait déjà de un, une raison de faire attention, de deux, peut-être une meilleur opinion de la midjin?
Mais sinon, elle comptait bien entendu parié sur les désirs de plaisirs de la chevalier pour continuer cette mission plutôt que de lui dire qu'elle était surveillé et blablabla. Ah oui... Il fallait quand même qu'elle lui demande.


''Ah oui... Tes dagues sont ils empoisonnés?''

Demanda-t'elle tout simplement alors qu'elle ramassa la perle de sang qui avait marqué sa joue. Après tout, même si elle ne ressentait pas de problème maintenant. Il fallait mieux être prudente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 250
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Re: Hello Darkness [PV-Violent] Jeu 01 Juin 2017, 12:59

Imaé pouvait entendre les sanglots de son esclave tandis qu’elle s’entretenait avec Amélia. Elle n’était absolument pas désolée. Au contraire, ces sanglots lui arrachaient de délicieux frissons d’excitation. Après tout, ce doit être particulièrement traumatisant d’être sous l’emprise de son pouvoir. Avoir conscience de ce qu’il se passait autour de soi mais n’avoir absolument aucun contrôle sur son corps. Surtout quand ce contrôle était aux mains d’une perverse psychopathe. Qui sait ce que l’hybride pourrait lui demander encore ? Certainement des choses encore plus sales que de violer son compagnon, en l’obligeant à y prendre du plaisir. Un plaisir mécanique certainement, car dans sa tête il devait plus être dégouter qu’autre chose.
Tout ça pour dire que ses pleurs ne faisaient que lui donner envie de s’amuser encore un peu avec lui. Quelqu’un de véritablement brisé ne pleurs pas. Quelqu’un de véritablement brisé attend simplement la mort sans rien dire. Il ne ressent plus rien d’autres qu’un vide profond. Ce n’était pas encore le cas avec son esclave. Mais cela semblait l’être bientôt. Pleurer était la première étape. Bientôt il deviendra un parfait toutou.
Amélia sembla donc assez irritée à la mention de cet évènement « marquant » entre Janita et la petite marmaille. Cela arracha un sourire sans joie à la Chevalière. Plutôt un sourire narquois d’ailleurs. Elle avait tendance à se foutre complètement des états d’âme de ses confrères. Certainement que cela n’entrait pas dans ce que l’Empire souhaitait de la part de ses Chevaliers, de son Elite, mais elle s’en fichait aussi. Imaé n’en restait pas moins un membre important, et elle doutait qu’ils décident de virer un élément comme elle. Imaé ne se jettait pas des fleurs, bien que du genre vantarde, elle avait simplement une trop grande confiance en elle. Dans tous les cas, à partir du moment où elle n’attaquait pas le chef ou l’Empereur, sa tête restera sagement à sa place.

« C’est dans ses moments-là que je suis d’autant plus convaincue que faire des enfants est une perte de temps, » répliqua-t-elle lorsqu’Amélia eut fini de parler à ce sujet.

Imaé le disait et le pensait totalement. Les enfants, c’était la mort. Avoir des enfants, c’était aussi se radoucir – du moins elle l’avait vu chez maintes femmes bien qu’il y ait des exceptions partout, comme Zyra par exemple. Avoir des enfants c’est devoir prendre du temps pour s’occuper d’eux, temps qui aurait put être bénéfique pour autre chose de bien plus intéressant. Comme le sexe, par exemple. Tout ça pour dire que la chevalière était fortement contre le fait d’enfanter, et elle s’en était assuré.

Suite à cela, la discussion dériva sur quelque chose de bien plus fâcheux : la raison de la présence d’Amélia en ces lieux. Imaé se doutait très bien de ce qu’elle faisait là, mais elle aimait bien faire un brin de causette pendant que son esclave se mutiler lui-même. Lorsqu’elle m’annonça que la principal raison de sa présence était la confiance de l’Empire à mon égard, Imaé partir dans un rire incontrôlable et sarcastique. L’hybride se contrefichait totalement de la confiance de l’Empire. Elle réussit cependant à se calmer pour pouvoir écouter le reste des paroles d’Amélia tout en s’essuyant les petites larmes qui s’étaient mis à perler au coin de ses yeux.

« La confiance de l’Empire... Ha ! Je doute fortement que quiconque devrait me faire confiance, alors je ne m’en offusque pas le moins du monde. Cependant, si tu me mets des bâtons dans les roues, je risquerai de me montrer moins compréhensive. »

Le ton de sa voix se fit plus menaçante alors qu’Imaé termina sa phrase. En effet, même si l’idée qu’Amélia ait été envoyé pour la surveiller était amusante, si jamais elle lui barrait la route ou faisait capoter sa mission, elle risquait d’avoir mal. La chevalière était du genre rancunière.

Imaé poussa alors un long soupire avant de se tourner vers son esclave. D’un claquement de doigt, il arrêta tout de suite son activité. Elle venait de relâcher son emprise sur son esprit. Il sembla sonné et ne plus savoir où il était ou bien encore ce qu’il avait fait. Il était désorienté, mais cela ne durera pas longtemps. Très vite il allait recouvrer ses esprits. Mais Imaé doutait qu’il réussisse à s’enfuir, de toute manière.
Balayant la question sur la dague possiblement empoisonnée d’un mouvement las de la main, Imaé s’approcha de l’esclave pour tapoter sa tête comme un bon petit chien.

« Empoisonnée... » reprit-elle d’une voix lasse. « Non. Plutôt un produit exacerbant la sensibilité des nerfs. Pratique pour faire d’autant plus souffrir. » Un sourire mauvais s’afficha sur ses lèvres alors qu’elle leva la tête en direction de l’intruse. « Tu veux apprendre ? Montres-moi comment tu fais pour arracher des informations à quelqu’un. »

Cela risquait d’être plus facile que d’habitude sachant que l’homme avait déjà bien souffert, mais Imaé était curieuse de savoir comment Amélia pourrait s’y prendre. Et puis, la Chevalière aimait bien regarder les autres torturer aussi. Ça avait un côté... excitant.

Hors RP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Amélia
Chevalier
avatar
Nombre de messages : 437
Rôle : Chevalière impérial
Âge du personnage : 32 ans-37 ans (Génération 18)
Date d'inscription : 17/12/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42 ans-47 ans (Génération 18)
Rôle: Chevalier
MessageSujet: Re: Hello Darkness [PV-Violent] Dim 11 Juin 2017, 11:14

''Oh?''

En voila toute une surprise. D'entendre une femme dire qu'elle ne voulait pas d'enfant. Enfin, ce n'était certainement pas une décision impossible non plus. Mais dans son entourage la chevalier cadette  n'avait jamais entendu personne s'étaler aussi ouvertement sur cette décision. Elle avait bien entendu de nombreuse femme proclamer ne pas se sentir prête, mais ne pas en vouloir tout simplement, c'était une tout autre histoire. La plupart des femmes qu'elle connaissait était satisfaite de leur vie de mère, elle comprise. La jeune femme aux cheveux immaculé ne regrettait nullement d'avoir mis aux mondes sa merveilleuse Miya. Bien qu'elle devait avouer que ce n'était pas de tout repos. Et cela lui enlevait énormément de liberté aussi. Mais elle était patiente. Viendra le jour ou sa petite enfant volera de ses propres ailes et ou elle pourrait retrouver son temps a elle. De toute façon, cela forgeait le caractère sur bien des points et cela changeait aussi complètement la vie d'une personne. Elle qui avait des tendances de moralité inhumaine parfois se retrouvait maintenant a peser le pour et le contre lorsqu'elle jugeait une vie... Enfin, tout dépendait des situations. Il était vrai qu'elle était peut-être devenu plus clémente et respectueuse de la vie. Mais cela ne l'empêchait pas parfois de retomber sous une certaine facette de sa personnalité plus macabre de temps a autre.

Amélia continua donc sur un autre sujet de discussion, soit le sujet de sa raison d'être ici. La jeune femme était sur ses gardes, les muscles légèrement tendu malgré son apparence légèrement reposé et son sourire forcer. Puis la demi elfe se mis littéralement a rire. Quoi? Qu'avait-elle dit de si hilarant? Ne venait-elle pas de lui avouer qu'elle était surveillez et qu'elle devait faire attention? Ou c'était le fait qu'elle la croyait incapable de menée a bien sa mission? Amélia attendit avec patience la réponse tout en la dévisageant d'un air interloqué. La réponse ne tarda pas, et fut beaucoup plus dérangeante pour la chevalier que le fou rire dont elle venait d'être pris. Elle était dangereuse, autant pour l'empire que pour bref... Tout le monde quoi. Imaé était définitivement du même moule que Zyra dans ce sens. Enfin, tant que ses actions n'étaient pas ouvertement pointé du doigt, elle devait ce croire suffisamment supérieur pour faire ce qu'elle voulait. Oh... n'allez pas croire que cela dérangeait la plus jeune des deux chevaliers. Enfin si... un peu... Du moins tant que des innocents étaient ciblé par les folies sanguinaires de la chevalier. Mis a part ça, tant que les ordres étaient respectés, aux yeux d'Amélia elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait. Après tout, elle même n'était pas aussi blanche qu'il y paraissait a première vu. Néanmoins Amélia avait toujours eu conscience de la vision que les autres portaient a son regard. Elle avait donc toujours eu tendance a faire attention a son apparence. Après tout, ayant eu l'impératrice comme maître, il fallait bien qu'elle s'en montre digne non? Au moins, dans toute cette histoire, Imaé ne lui en tenait pas rigueur. Et c'était une bonne chose, la chevalier ne souhaitait pas ce la mettre a dos. Pour la sécurité de sa famille, du moins...

Suite a la menace a semi dissimulé de la femme aux yeux vairon, Amélia ne pu s'empêché de sourire de façon confiante. Elle ne souhaitait pas ce la mettre a dos, c'était un fait. Mais ce n'était pas parce qu'elle en avait vraiment peur elle même. Son côté guerrière la poussait au contraire a vouloir la provoquer. Cependant, elle était consciente que si elle le faisait, ni une ni l'autre n'en sortirait indemne et... Elles avaient quand même une mission a effectué en ce moment. Alors que son aînée claqua des doigts, la midjin au sang divin remarqua alors le changement d'attitude chez la victime, comme si celui-ci s'était réveiller d'une forme d'hypnose. Amélia jaugea sa réaction, ne savait-t'on jamais si celui-ci pouvait tenter quelque chose malgré son état plutôt misérable. Après que la chevalier aux yeux bi colore se soit rapprocher de lui pour lui flatter la tête comme un bon chien, elle lui expliqua le produit qu'elle avait utilisé sur ses armes. La midjin soupira intérieurement. Si ce n'était que cela, elle n'avait aucune raison de s'en faire. De toute façon, elle s'était douté un peu de son effet vu le temps passé entre sa blessure et la réponse. Il était vrai que sa joue lui faisait un mal d'enfer. Elle ressentait aussi les moindres variations de l'air comme elle ne l'avait jamais sentie. Même ses vêtements lui paraissait un tantinet trop lourd maintenant. C'était certes une substance fort utile pour la torture. Cependant Amélia voyait plus loin que cette simple utilité. Bien qu'elle même ait déjà crée quelque chose de semblable, peut-être lui demandera-t'elle un jour la recette afin d'en faire sienne et modifié certaine propriété selon ses besoins. Enfin...

Pour en revenir a la situation présente, Imaé la sortie de ses pensées en lui posant une question rhétorique, suivi d'une demande tout a fait normal dans cette situation. Imaé voulait savoir quel était les talents de la maître-magicienne dans le domaine de la torture? Bien... pourquoi pas. Elle avait le temps après tout et il fallait bien qu'il ait des réponses de toute façon. Pendant un moment la jeune femme leva les yeux vers la cime des arbres, un index posé sur ses lèvres et le regard absent. Cela lui rappelait sa dernière rencontre avec Zyra, quelques années plus tôt dans la forêt de turquoise. C'était la seconde fois qu'on essayait de voir en elle un talent en lequel elle ne croyait pas trop avoir. Il fallait dire que cette fois-ci par contre, elle n'était pas venu ici avec l'état d'esprit suffisamment réveiller pour s'y abandonner a souhait. Ou peut-être s'était-elle trop ramolli avec le temps.


''Aaaahhh... Que m'a-t'elle déjà conseillé sur le sujet déjà...''

Ce dit-elle tout haut malgré elle, tentant de se souvenir de cette mémorable rencontre ou elle avait sombrer dans la déchéance. Un vil sourire s'afficha sur son visage a cette pensées. Amélia s'était peut-être adoucit avec le temps. Mais elle ne pouvait nier avoir déjà éprouver une certaine sensation bénéfique lors de cette soirée. Peut-être était-ce le fait qu'elle avait été guidé sur le droit chemin et qu'elle n'avait pas vraiment été forcé de s'exécuté. Cela avait été par son bon plaisir et bien que un peu nécessaire pour sa mission, lui avait apporté une certaine satisfaction. Ce fut maintenant au tour d'Amélia de claquer des doigts. Maintenant elle se rappelait la première leçon que Zyra lui avait appris sur se domaine. Enfin... la deuxième... Puisque la première avait été simplement l'ordre des membres a faire brûler afin qu'il ne meurt pas aussitôt. Les idées commençaient a se bousculer dans sa tête alors qu'elle se rapprochait de la chevalier et de son ''animal'' d'un air typiquement mauvais. Ce n'était pas l'imagination qui lui manquait lorsqu'elle s'y mettait. Probablement même que parfois elle voyait trop loin. Elle savait cependant qu'elle ne devait pas le tuer. Il fallait faire attention a ce qu'elle ferait. De toute façon, il était déjà salement amocher, alors autant y allez par un approche psychologique pour commencer.

Lorsque la jeune femme arriva a leur niveau, elle s'accroupis sur ses jambes pour être a la hauteur de l'homme qui la regardait avec une certaine frayeur. Par Aequiva, elle n'avait rien fait encore qu'il était déjà méfiant a ce point? La séance risquait d'être courte. Sa tête appuyer sur une des mains, Amélia laissa de longue seconde s'écouler, laissant la tension monter avant de finalement commencer a parlé.


''J'ai faim...''

Laissa-t'elle échappé d'un ton tout a fait banal en le regardant d'un air affamé. Bien sur, cela ne voulait rien dire sur le moment. Une personne normal ne verrait pas les sous-entendus de la situation avec une phrase aussi banale. Cependant... l'homme devait en avoir assez subi pour comprendre un petit peu ou elle voulait en venir non? A voir son regard s'élargir sous cette phrase, il semblerais bien que oui. Même ses jambes semblaient réaliser le danger alors que ceux-ci se mirent a poussé la terre pour le forcer a tenter de s'enfuir malgré les douleurs. Honnêtement, cette vision des choses l'amusa suffisamment pour qu'elle se laisse allez a un rire malsain. Elle avait vraiment l'impression de voir une proie s'enfuir devant elle. Ce qui... était un peu dommage en soit.

''Aaah... c'est décevant.''

Laissa-t'elle échapper sur un ton morose. Elle aurait aimé qu'il tente de se défendre au moins, a la limite qu'il lui tienne tête. Son esprit de guerrière était heurté, elle ne s'amuserait définitivement pas avec lui. D'un geste de la main, la chevalier aux cheveux blancs dessina un lasso invisible dans l'air et alors qu'elle le va le doigt, l'homme se retourna littéralement tête a l’envers avant de s'élevé dans les airs, comme s'il s'était pris le pied dans un piège. Sans se presser la jeune femme se rapprocha de lui, a une distance suffisamment éloigné pour ne pas qu'elle reçoive un coup au hasard, le regardant gigoter en vain dans les airs, tentant de se déprendre de ce lien invisible qui le retenait. Amélia se mis a tourner autour de lui alors qu'il profanait des insultes, chose qu'elle n'écoutait nullement d'ailleurs.

''Tu sais... j'ai un étrange amant dans ma vie. Bien qu'il peu prendre l’apparence humaine, il est tout autre chose au fond de lui. Il est un puissant prédateur sans merci face a ses proies. Les dévorants vivants tout en se régalant de leur cris alors qu'il leur mange les entrailles.''

Vérité? Mensonge? Même Amélia n'en était pas sur. Elle connaissait son respect qu'il avait de la nature, et chaque fois qu'elle l'avait vu dévoré des animaux, c'était après qu'il leurs aient généralement broyer la nuque, les tuants sur le coups. Elle l'avait pourtant déjà vu manger des hommes de cette odieuse façon et elle avait cru voir une certaine lueur de satisfaction dans son regard. Cependant avec la situation, cela se comprenait. Honnêtement, elle ne lui avait jamais posé la question. Puisque cela ne l'intéressait pas vraiment. Après tout, elle ne pouvait pas comprendre entièrement sa façon de pensée. Il y avait longtemps qu'elle s'était mis cela dans la tête même si parfois, elle essayait encore et toujours.

''Il m'a dit que sa viande préféré était la chair humaine. Moi personnellement, je n'en ai jamais mangé...''

Dit-elle tout en s'arrêtant devant lui. Avait-il remarqué alors qu'elle tournait autour de lui que sa lame avait lentement tourné au rouge? Alimentant celle-ci de son énergie magique, elle l'avait suffisamment réchauffé pour pouvoir enfin l'utilisé de façon efficace. Bien sur, son but n'était pas de saigné l'homme a blanc. Si elle voulait que celui-ci survivre, il lui faudrait même refermer les plaies qu'avait causé son aînée. Mais... pas pour le moment. Son premier coup, lancer sans avertissement, visa les tendons retenant ses bras a ses épaules, puis elle le laissa retomber comme une flasque molle sur le sol tout en s'assurant que celui-ci ne se brise pas le coup.

''Ooh... c'est ça la danse du ver de terre?''

Demanda-t'elle d'un air amusé après s'être retourné la tête vers Imaé. L'homme, incapable d'utiliser ses bras d'avantage, tendais tant bien que mal de se relever pour s'enfuir. Encore une fois, Amélia le releva du sol, cette fois-ci le retenant par les deux pieds. Ses bras pendouillant laissait voir les deux entailles calciner par la lame, ayant déjà cautérisé la blessure. Les pleurs de l'homme était aussi lamentable que ceux d'un enfant. Il lui rappelait, malheureusement pour lui, l'irritation qu'elle pouvait ressentir lorsqu'elle était prise avec les crises de Miya. De quoi a la mettre mauvaise humeur. Malgré tout Amélia se força un sourire. S'il croyait qu'elle allait le laisser mourir ainsi... Il allait avoir malheureusement une longue nuit devant lui. Amélia attendit un moment que ces hurlements se taise, le laissant se fatigué.

''Tu sait, tu devrait peut-être garder tes forces pour autres choses que hurler. Tu en aura probablement besoin pour résister. Mais pour en revenir a mon histoire... Je n'ai donc jamais mangé et je suis curieuse de savoir ce que sa goûte. J'espère ne rien t'apprendre en te disant non plus que l'homme n'a pas tout besoin pour survivre non? Ah, bien sur que je ne compte pas te tué. Tout d'abord je n'ai aucune raison de le faire. C'est bien plus amusant de te tourmenter et aussi je suis sur que tu as plein de chose intéressante a nous raconter. Alors si tu as quelque chose a dire n'hésite pas, après tout il va falloir passer le temps pendant que je fait cuire ses alléchantes entrailles.''

Ce fut avec un coup de langue autours des lèvres qu'Amélia avait lancé cette dernière phrase. Honnêtement, elle ne pouvait nié que sa curiosité était piqué au vif en ce moment. Oui... elle voulait savoir ce que goûtait la cher humaine. Si le goût du sang lui avait déjà traversé les lèvres, il n'en était pas de même pour la chair (Ouais, si on ne parlait pas d'un certain membre en question tousse tousse ). Amélia regarda l'homme d'un bout a l'autre, tournant toujours autours de lui.

''Mmmh... Alors par quoi je devrait commencer? Les fesses sont habituellement une bonne partie tendre et délicieuse, je vais peut-être garder cette partie pour la fin. Tes bras me font pensées a des ailes de poulets. Ça semble bon mais j'ai le goût de quelque chose de plus... exotique. Le foie? Les intestins? L'estomac? Que préférerait tu perdre en premier? Je te donne le choix. Mais si tu veut...''

Ou pas, puisqu'elle n'avait aucune intention de lui donner le choix sur sa prochaine action.

''On va t'ouvrir le ventre pour voir l'état des morceaux. Sa pourrait t'aider a faire le premier choix.''

Malgré les protestations, la chevalier planta la lame légèrement dans la laine de celui-ci, avant de descendre très lentement la lame jusqu'au plexus solaire. Ce qui était le plus difficile dans toute cette action était de faire en sorte de ne pas trop pénétrer la lame profondément tout en usant de sa guérison au possible afin de minimisé les dommages (Ce qui voulait dire a peine, voir pas du tout, puisqu'elle était déjà concentrer a le maintenir dans les airs). Pourquoi pas après tout, plus elle le guérissait, plus elle pourrait étalé son calvaire. Sincèrement... Amélia avait oublié cette petite partie de sa personnalité qui sommeillait au fond d'elle. Et elle était en train de se dire que peut-être cela lui avait manqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hello Darkness [PV-Violent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev :: Argent-