___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ophélia
Animateur - Mage
Animateur - Mage
avatar
Nombre de messages : 50
Rôle : Mage
Date d'inscription : 17/01/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G19)
Rôle: Mage
MessageSujet: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Mer 27 Avr 2016, 14:42



1255




Qu’elle journée pénible. Ophélia n’étais pas de très bonne humeur puisqu’elle était coincé à Émeraude avec une… Nounou! Elle aurait dû être en classe, mais elle avait été suspendue pour la semaine pour avoir gravement brûlé quelqu’un. Le mot gravement la dérangeait un peu puisqu’elle considérait plutôt que sa victime n’avait aucune endurance à la douleur. D’un autre côté, sa ‘’sentence’’ aurait été bien pire si ce n’étais pas de Roxanne et d’Arkdae qui avaient parlé en sa faveur. Bien que ses deux parents adoptifs prennent la chose bien au sérieux, c’était surtout Arkdae qui semblait bien moins prendre la chose des deux. Il comptait la mettre sur le droit chemin et c’était le genre de commentaire qui rendait toujours un tantinet nerveuse la jeune élève.

Quoi qu’il en soit, elle était coincée avec une nounou puisque les deux Mages étaient occupés à la Tour et qu’habituellement, elle était en cours et lorsqu’elle revenait, il y avait toujours l’un de ses deux parents de disponible pour la garder. Elle n’aurait franchement jamais cru possible qu’on la prenne ainsi pour un bébé qui n’était pas capable de s’occuper d’elle-même. C’était très insultant pour son orgueil. Très. C’était même inacceptable. Malgré les recommandations sérieuses d’Arkade concernant la nounou, Ophélia avait préférée rouspété, pour terminer la conversation en hochant tout simplement de la tête d’un air faussement résignée en réalisant qu’elle ne gagnerait pas sous les arguments avec lui. Elle se dit qu’elle trouverait bien le moyen de lui fausser compagnie et d’en faire qu’à sa tête. Elle était en colère qu’on la punisse alors qu’elle n’avait fait que remettre quelqu’un à sa place. Qu’aurait-elle du faire? Se laissé malmené? Il en était totalement hors de question. Bien que celui qu’elle avait calciné était plus vieux qu’elle et qu’il semblait venir d’une bonne famille qui n’avait vraiment pas apprécié la chose, Ophélia en avait littéralement rien à ciré. Elle avait raison et la terre entière avait tort.

C’était donc en bouillant de l’intérieur qu’elle supportait de justesse les pitreries de la jeune femme qui suivait à la lettre les recommandations des deux Mages. Arkdae avait même pris la peine de lui mentionner de n’écouter la jeune élève en aucun cas. Il était prudent, il la savait intelligente et manipulatrice, ce qui en effet lui donna un peu plus de fil à retorde pour se débarrassé de sa présence ingrate aussi rapidement qu’elle ne l’aurait voulu. Elle détestait ce sentir aussi… Ligoté dans sa façon d’être. Tout ce qu’elle désirait c’était de faire ce qu’elle entendait. Elle avait encore beaucoup de mal à se plier aux règles de la maison, alors que pourtant lorsqu’elle vivait avec sa mère les choses étaient bien plus stricte, mais selon elle beaucoup plus logique. Il ne fallait que prendre en exemple le fait qu’elle ne pouvait pas utiliser sa magie comme elle l’entendait, quand et contre qui elle le voulait. Il semblait que cela n’était pas correct alors que Zyra lui avait bien appris à ne démontrer aucune pitié et tout brûler sur son passage s’il le fallait. Elle aimait sincèrement beaucoup plus cette façon de faire. C’était plus simple, plus naturel. Elle détestait devoir respecter des gens qu’elle ne connaissait même pas et qui ne démontrait aucune force ou qualité requise pouvant lui invoquer un quelconque respect. Elle détestait devoir obéir à une simple humaine qui n’avait aucun sens de l’humour soit dit en passant alors qu’elle n’avait pas sembler apprécier qu’Ophélia s’occupe personnellement de chauffé ses tartines le matin.

Elle se sentait brimé. Elle sentait le feu en elle pousser dans sa cage thoracique et qui ne demandais qu’à consumé tout ce qu’il pourrait dévorer sur son passage. Son humeur n’aidant en rien cette cause. Ainsi donc, après maintes journées d’observation et de subterfuges, Ophélia avait sue gagné la confiance de sa nounou pour la semaine en lui offrant ses airs les plus innocent et enfantin, lui faisant même croire qu’elle avait réellement envie d’aller jouer avec elle dehors. Tout ce qu’elle attendait en fait, n’étais que cette idiote ne fasse l’erreur de la quitté des yeux une seconde pour prendre la poudre d’escampette malgré le fait que Arkdae lui répétait sans cesse de ne jamais la laissé seule. C’était comme si elle était prisonnière, elle détestait cela. D’un autre côté, c’était probablement la meilleure chose à faire pour encadrer la jeune démone un peu trop flamboyante et lui inculquer de bonnes valeurs, mais Ophélia aurait préférée qu’on lui apprenne le tout d’une autre façon, comme avec Zyra. C’était peut-être un peu tout sa qui la rendait ainsi. Après tout, il n’y avait que Roxanne pour la comprendre, mais elle savait qu’elle n’y arrivait pas totalement. Comment la jeune enfant pouvait-elle se confier comme elle le voulait, en sachant que le simple nom de sa mère avait le don de dressé les cheveux sur la tête de tout le monde? En gros, elle se sentait… Seule et incomprise. Voilà, elle se l’avouait à elle-même. Même si sa mère n’avait jamais su démontrer autant d’affection que Roxanne lui offrait, il y avait ce petit quelque chose qui lui manquait tout de même et qu’elle était incapable d’exprimer.

Bref, elles étaient bien entendu à Émeraude, au château question que ses parents puissent avoir une certaine proximité avec leur fille adoptive si elle récidivait encore. Du moins, c’était la seule chose logique qu’elle voyait. Sa nounou lui avait promis qu’elles pourraient aller se balader si elle était gentille, Ophélia joua donc bien entendu les gentilles et dociles petites filles sans la moindre faille, comme depuis presque les premiers instants qu’elle avait rencontré cette stupide gardienne. Elle s’amusait intérieurement du fait que sa nounou semblait se dire que les parents de celle-ci avaient sérieusement exagéré dans leurs propos ou plus amusant encore, qu’Ophélia semblait l’apprécier. Si elle n’avait pas une idée derrière la tête, elle aurait probablement éclaté de rire en la traitant d’idiote, mais elle ne fit rien. Elle apprenait aussi à doucement travailler sa politesse et son tact ce qui était, en ce moment, une excellente opportunité pour elle et amusant de surcroit, pour mettre en pratique certains enseignements d’Arkdae, principalement. C’est donc lorsqu’elle hocha de façon évasive la tête lorsque sa gardienne lui demanda si elle avait faim, qu’Ophélia compris qu’il était enfin temps de mettre son plan à exécution. Celle-ci, trouvant la jeune enfant bien trop mignonne et docile pour se méfier l’espace d’un instant, lui jetant un regard attendri avant d’arrêter de marcher pour déposer son sac sur le sol et y fouiller à l’intérieur pour y prendre les collations qu’elle avait apporté. Aussitôt dos à elle, Ophélia laissa son regard parcourir la forêt non sans une étincelle malicieuse dans celui-ci en se disant que cette pauvre femme aurais de gros problème, car elle n’était en aucun cas supposé sortir avec la gamine et tant pis, cela lui apprendrais à ne pas écouter ses parents!

Ni une, ni deux, la jeune Démone avait déjà pris les jambes à son coup à travers les forêts sans trop savoir exactement où elle allait. Le but était de s’éloignée suffisamment pour être sûre qu’on ne la retrouve pas aussi vite, bien que la dernière fois qu’elle avait fait ce genre de stratagème, c’était avec Arkdae et elle l’avait tout de même cher payé, surtout qu’il avait la capacité de sonder le territoire et que la trouver fut assez aisé, mais là, cette nounou n’avait pas cette capacité, alors avant qu’on la cherche, elle aurait le temps de revenir. C’est donc en courant qu’elle choisit d’invoquer Phoenix question d’avoir un compagnon de jeu. Celui-ci failli embraser la forêt dès son apparition, mais Ophélia, étrangement, lui suggéra d’être prudent. Cela attirerait bien trop rapidement l’attention sur elle. Elle lui promit cependant qu’ils trouveraient un endroit pour s’amusé car après tout c’était le but premier de sa fuite. Ça et aussi le fait qu’elle voulait vraiment sortir de cet encadrement étouffant.

C’est donc en s’approchant des frontières de Perle sans trop le savoir, qu’elle sentie à un moment le sol se dérober sous ses pieds. Elle reteint un cri de surprise alors qu’elle sentie son corps chuter, non sans se cogner contre les parois terreuse et rocheuse et se blessé par la même occasion. Puis, PLOUF! L’horreur envahis bien aussitôt ses tripes. S’il y avait une chose qu’elle craignait incommensurablement dans toute son existence, c’était bien l’eau! Il semblait qu’elle avait posé le pied sur une terre fragile, qui cachais une rivière sous-terraine. Sans doute que la prochaine pluie aurait été suffisante pour que cette cavité s’effondre et laisse la lumière pénétré en ces lieux. La jeune Démone frôlait l’hystérie et si elle avait pu crier, elle l’aurait sans doute fait. En fait, elle avait peut-être essayé à son ainsi, trop envahis par la terreur du moment, mais l’eau s’engouffra dans sa bouche et elle se sentie suffoquer. Battant des bras et des jambes frénétiquement en l’espoir de sortir de cette prison liquide, les courants chaotiques la traînaient sans ménagement et en moins de deux dans la grande rivière qui la secoua d’avantage. Elle pouvait entrevoir les fons marin brouillé par les remues, puis le ciel, puis les fond, puis Phoenix qui volait au-dessus d’elle, impuissant, puis le fond.

Sans même le savoir, son corps avait réagis de la seule et unique façon qu’il était capable de le faire. Des flammes tentaient de le recouvrir et réussissaient sans doute à le faire sa magie étant plus puissante que des flots naturel, ce qui faisaient en sorte qu’une fumé ou plutôt une sorte de brume c’étaient mise à planer au-dessus de la jeune élève paniquer. Sa température corporelle était à un niveau si élever, qu’elle aurait sans aucun doute blessé n’importe quel être vivant qui l’aurait touché pour la sortir de cette fâcheuse position. D’ailleurs, elle réussit de peine et de misère à agripper un bout de tronc qui flottait, si agrippant de toute ses forces et enflammant le côté extérieur en moins de temps qu’il ne faut pour le dire alors que Phoenix profita de ce petit répit pour tenter de l’extirper de cette situation horrifique, mais les flots étant si enragées et voulant l’engloutir, ceux-ci l’envoyèrent directement contre une pierre, ce qui la déséquilibra et la renvoya férocement dans les flots. Son élémentaire ne craignait pas l’eau naturelle, mais il n’arrivait visiblement pas à maîtriser la situation pour extirper Ophélia des flots. Celle-ci d’ailleurs commençait à tousser alors qu’elle tentais de maintenir une certaine cadence pour garder la tête hors de l’eau, mais elle devait bien s’avouer qu’elle n’y arriverait pas encore longtemps. Et si elle frappait une pierre et perdait conscience? Morte noyé. C’était bien le pire cauchemar pour une Démone. Le pire, c’était qu’elle était maintenant très loin du château et n’avait aucune idée d’où elle se trouvait, encore moins qu’elle venait de traversé la frontière qui séparait Émeraude et Perle. Quoi qu’il en soit, c’était bien le dernier de ses soucis en ce moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11112-ophelia-let-s-burn-the-world-gestion
Adonis
Animateur - Sorcier
Animateur - Sorcier
avatar
Nombre de messages : 77
Rôle : Sorcier et Alpha des Démons d'Irianeth
Date d'inscription : 23/07/2014

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans [G18]
Rôle: Sorcier de Jérianeth
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Jeu 28 Avr 2016, 12:22


« Je vois que tu n’as plus besoin de moi, » fit une voix derrière mon dos, malheureusement fort reconnaissable.

C’est avec un soupire de lassitude mêlé à de l’énervement que je fis une dernière traction avant de lâcher la barre de fer. Je retombais souplement sur le sol, puis je me dirigeais vers une petite table où était disposée une serviette blanche, destinée à m’essuyer le torse nu plein de sueur. Je décidais de ne pas répondre tout de suite à Exaora, cette sorcière qui aimait particulièrement venir m’importuner. A croire que cette humaine avait des sentiments envers moi. Pauvre d’elle, il était absolument hors de question que je m’accouple avec une telle faiblarde. L’avantage avec la Chevalière Kaylann, c’était qu’elle n’était pas tout à fait humaine, et elle était forte. Elle savait me résiste, pas comme toutes les autres qui finissent brûlées vives, ou étranglées. Ou alors elles n’en ressortaient pas indemne. Cependant, je m’en fichais. Tout ce qui était faible ne méritait pas mon attention de toute manière.

« Non, je n’ai plus besoin de vous, » répondis-je calmement, en posant un regard froid et dur sur la Sorcière.

Elle sembla mal le prendre, au vu de ses lèvres pincées et de son regard légèrement vexé. Là encore, je n’en avais cure : j’étais naturellement un gentleman des suites de mon éducation d’antan, c’est pourquoi je prends la peine de lui témoigner un minimum de respect en lui répondant et en employant le vouvoiement. Au début, nos relations étaient bien moins froides et catégoriques, mais depuis quelque temps, cela avait changé.

« N’oubliez pas grâce à qui vous êtes encore en vie, Démon, » annonça-t-elle en s’avançant posément.

Son regard était dur, son ton menaçant. Cela m’arracha un léger sourire en coin. Si elle croyait pouvoir me faire peur, elle se mettait le doigt dans l’œil. Là où elle n’avait pas tord, c’était que sans elle je n’aurais pas pu m’adapter ainsi à cette nouvelle génération passablement ingrate et irrespectueuse. C’est bien pour cela que je lui témoignais tout de même un semblant de respect.

« Que votre meute ce soit récemment agrandit n’y changera rien. Sans moi, vous ne seriez rien d’autres qu’un tas de poussière. »
« J’en ai bien conscience. Et je vous pris de m’excuser si mon attitude vous a heurté, » continuais-je d’une voix calme.

Mon regard s’était radouci. Ce n’était qu’une humaine certes, mais je lui devais beaucoup. Nous restâmes silencieux un moment à nous jauger du regard, puis elle partie après un bref regard vers mon torse dénudé, ce qui m’arracha un sourire. J’étais quasi certain que je ne l a laissais pas indifférente, mais passons, cela n’avait que peu d’importance.
En effet, depuis quelques années, de nouveaux Démons avaient fait leur apparition.  Et ils m’avaient pris beaucoup de mon temps. Devoir jauger leur loyauté, les instruire sur les différents Continents, l’histoire etc., ce n’était pas une mince affaire. Car Jérianeth n’était pas tant éclairé sur les us et coutumes des humains – et autres créatures – peuplant les autres rives. Deux d’entre eux me demandaient beaucoup plus d’attention et de soin : Ekaitz et Astree. Deux boules de feux atomiques prêtes à péter au moindre bouleversement. Je devais les surveiller attentivement, et les aider du mieux que je pouvais en espérant en retour une loyauté sans faille, comme Calum et Dione le démontrent. Seul le temps le dira.

Prenant un bain rapide et bien chaud, je vérifiais que les choses étaient sous contrôle avec mes Démons avant de prendre une permission de quelques jours. Je ne me plaignais pas, ces nouvelles responsabilités me convenaient parfaitement, et surtout cela me permettait de gagner un peu de terrain sur la meute d’Enkidiev. Mon but de départ n’avait en aucun cas changé : tuer Roxanne. Je ne savais pas quand, ni par quel moyen, je ne savais pas si je la tuerai dès qu’elle sera à ma merci où si j’allais la garder en captivité un moment, mais elle finira par mourir. Elle a détruit notre famille, elle nous a fait bannir de Jérianeth, elle ne méritait en aucun cas le bonheur.
Comme à mon habitude, je bus une potion tranquilisante pour le voyage en mer. Non seulement à chaque fois que je prenais ce moyen de locomotion qu’est le bateau, mes tripes semblaient vouloir sortir par ma bouche, mais en plus je n’étais jamais tranquille, et la moindre secousse me donnait envie de brûler ce radeau de bois. Alors pour la sécurité de tous, et pour pouvoir arriver à bon port, mieux valait que je boive cette potion répugnante.
Long fut le périple : les journées semblaient être des années. Grande fut ma joie lorsque je pus enfin mettre pied à terre. C’était vraiment l’une des pires des tortures pour un Démon : être sur un bateau voguant sur plusieurs jours pour attendre une rive. Nous accostâmes donc sur les côtes de Cristal. Je profitais un moment de ces contrées – plus pour retrouver un équilibre et une bonne santé après mon périple – avant de me diriger vers Perle. Pourquoi forcément Perle ? Je ne saurais le dire. Peut-être de part les grandes forêts parcourant ces terres. Sur Irianeth il n’y en avait pas tant, et pas d’aussi verdoyantes. Et je devais dire que cela me rappelait vaguement mon passé, lorsque ma famille vivait sur les terres d’Enkidiev. A ce moment-là il n’y avait pas autant d’habitation. Un élan de nostalgie me prit alors que je m’arrêtais à une rivière, proche de la frontière avec Enkidiev.
C’était par ici que j’avais pus revoir Roxanne. Ma demi-sœur responsable de tous nos malheurs. J’aurais pus être l’Alpha de Jérianeth. Ou bien nous aurions pus vivre longtemps et sereinement sur ces terres. Quoiqu’il en soit, c’est de sa faute si j’ai du dormir plusieurs siècles pour me retrouver ici. Le choc a été si déroutant que sur le coup, j’aurais voulu être mort. Cependant mon désir de vivre était bien trop vivace, il me brûlait de l’intérieur tel le feu mystique de Zyra. Alors me résoudre à mourir ? Certainement pas. Les choses finissent par s’arranger, il faut juste se montrer fort et patient.
C’est donc plonger dans mes pensées que je finis par repérer  quelque chose d’étrange. Une petite fille se faisait malmener par le courant puissant de la rivière. S’il n’en avait tenu qu’à moi, je l’aurais laissé ainsi. Je n’aimais pas spécialement l’eau, et Exaora m’obligea à prendre des cours de natation – chose assez traumatisante en soit – et je n’avais pas très envie de tenter le coup. Mais ce qui me décida à me lever et à plonger dans la rivière (non sans une certaine hésitation et un tremblement nerveux) fut l’élémentaire de feu, très reconnaissable, tentant d’aider la jeune enfant. Elle devait être très spéciale pour avoir un ami aussi rare. Alors je plongeais, me battant contre le courant pour récupérer la jeune enfant puis ressortir le plus rapidement possible. Sur le coup, je frissonnais de dégout. L’eau était glaciale – du moins de mon avis – et j’avais déjà l’impression d’avoir les extrémités de mes membres engourdis par mon bref contact avec ce liquide perfide et traitre. Dans mes bras, la jeune enfant restait agrippée à moi, tel un koala. Ce que je n’avais alors pas remarqué dans l’eau, c’était que la jeune fille était... en flamme. Elle brûlait littéralement comme si cela été tout à fait normal. Fort heureusement, mon insensibilité au feu me permettait de ne pas être brûlé vif. Au contraire, elle me réchauffait puisque j’étais frigorifié. Elle semblait totalement terrifiée, et ne semblait pas vouloir me lâcher de sitôt, ce qui me fit sourire. Soit elle était une mage particulièrement douée, soit elle était une Démone – et au vu de la sensation que j’avais en étant près d’elle, je misais plus sur le fait qu’elle soit une démone.
Je nous éloignais de la rivière tout en reprenant des forces grâce aux flammes de l’inconnue, pour rejoindre un petit coin d’herbe assez éloigné des arbres pour éviter que nous enflammons la forêt et que l’on se retrouve avec la même catastrophe qu’à Elfes. J’aurais tout aussi bien pu aspirer la chaleur et les flammes de l’enfant pour étouffer son feu et ainsi éviter un incendie, mais quelque chose me disait qu’être ainsi recouvert de flammes l’aidait à se sentir en sécurité. Alors, ne souhaitant pas la paniquer encore plus en la refroidissant, mieux valait la laisser se calmer toute seule. M’asseyant par terre, je caressais machinalement sa petite tête brune, un geste qui se voulait rassurant. D’une voix calme, je me mis donc à lui parler.

« Il n’y a plus d’eau maintenant, c’est fini maintenant tu es en sécurité avec moi. »

C’était des paroles qui se voulaient rassurantes. Je la serrais contre moi par la même occasion pour qu’elle se sente d’autant plus en sécurité, surtout considérant ma musculature tout de même imposante – si elle ne se sentait pas à l’aise là dedans alors qu’on me pende !
Ne comptant pas la lâcher tant qu’elle serait aussi inquiète, je poursuivis, toujours aussi posé.

« Je m’appelle Adonis. Je suis un Démon alors on partage la même phobie de l'eau, de ce fait je te comprends tout à fait. Et toi ? Comment t'es-tu retrouvée dans cette rivière ? »

Je lui parlais comme à une adulte. Elle semblait certes jeune, mais elle semblait aussi avoir atteint un âge qui souhaitait s'émanciper un minimum. Alors je lui parlais comme je parlerai à une adulte que je venais de rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9763-adonis
Ophélia
Animateur - Mage
Animateur - Mage
avatar
Nombre de messages : 50
Rôle : Mage
Date d'inscription : 17/01/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G19)
Rôle: Mage
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Jeu 28 Avr 2016, 17:36

Les flots impitoyables la malmenaient sans ménagement aucun. La bardassant comme si elle n’était qu’une simple petite poupée de chiffons. Elle sentait ses forces la quitté trop rapidement, même si elle luttait depuis déjà un long moment. Combien de temps? Trop longtemps. Même si elle croyait avoir atteint le paroxysme de la terreur profonde qui envahissait son être tout entier, elle se surprenait à en être totalement dépassé. Ses mouvements se faisaient lourds et saccadés. Malgré la chaleur que son corps dégageait en un feu qui se voulait ardent, les flots semblaient ripostés avec une insistance impitoyable comme s’il la punissait par sa résistance, par son simple sang de Démon qui n’était pour eux qu’un affront.

Puis, elle subit un choc violent. Celui-ci résonna fortement dans tout son être, mais encore plus dans son crâne qui l’avait frappé de plein fouet. L’espace d’un instant, sa vue c’était embrouillé en un nuage sombre l’enveloppa toute entière alors qu’elle s’engourdissait lentement, s’entend son corps n’arrivant plus à lui répondre. Elle se sentait alors couler, frôlant le sol rocailleux. Son cœur battait la chamade et la douleur à sa tête avait momentanément éteint le son angoissant dans la rivière. C’était le calme plat. Puis, elle se sentit capable de bouger à nouveau, s’accrochant désespérément à la vie. Littéralement. Encore une fois, encore un peu, ne voulant pas s’avouer vaincue. Elle battit des bras et des jambes difficilement, sentent les flots s’engouffrer dans sa gorge et lui brûler les poumons. Elle réussit à sortir la tête et voulu reprendre son souffle, mais elle s’envoya une bonne gorgée, ce qui l’étouffa davantage. Sous l’eau, elle toussa, ce qui n’étais vraiment pas une excellente chose en soit, mais son corps refusait ses pensée et de nouveau elle se sentait disparaître, lourde, fatiguée et blessé. Son dernier combat avait été vain, puisqu’elle n’arrivait visiblement plus à rien. Elle avait déjà sombrer dans l'inconscience une fois, elle connaissait la sensation. Et si elle sombrait, là, elle allait bêtement mourir noyée.

Puis, quelque chose fini par l’agripper. Elle ne n’en rendit pas compte tout de suite, jusqu’à ce que sa tête sorte de l’eau et que son corps expulse le plus rapidement possible cette horrible chose de son petit être non sans quelques convulsions répugnante. Aussitôt reprenant légèrement conscience avec la réalité, mais pas encore assez, elle s’agrippa encore plus férocement contre cette chose autant qu’il était possible pour elle de le faire. Pas question qu’elle lâche prise et que les flots ne la reprennent pour prisonnière. Que se liquide l'engloutisse, qu'elle sombre et qu'elle meurt. Si on aurait voulu l’en décollé, il aurait vraisemblablement fallu l’assommer ou la tuer dans l’extrême, car la jeune Démone ne répondait plus d’elle, complètement inconscience de la force qu’elle pouvait exercer.

Elle ne se rendit compte de pratiquement rien sur le coup. Son brasier avait gagné en intensité aussitôt sortie des flots et n’importe quel humain aurait été brûlé au vif en moins de deux. Elle était complètement frigorifiée malgré tout, ne ressentant presque plus ses bras ni ses jambes, ce qui rendait sa prise encore plus difficile à mesurer. Alors que son sauveur les éloignait de la rivière, Phoenix disparu tout simplement comme s’il n’avait jamais exister. Ophélia quant à elle ne réalisa pas plus qu’ils avaient atteint la terre ferme et qu’on la portait dans des bras. Son visage enfouis dans sa propre épaule et sa tempe sanglante contre le torse de l’inconnu. Elle tremblait comme une feuille de façon totalement incontrôlable, ce devait faire pitié à voir, mais c’était encore une fois bien la dernière chose qui lui traversa l’esprit. C'étais de toute façon à s'en demander si elle en eut conscience.

Une fois assis, son porteur se mis à lui caresser doucement la tête. C’était le genre de marque d’affection qu’elle avait depuis peu commencé à connaître grâce à Roxanne et elle pensa donc un moment que cette elle puisque de toute façon, elle devenait de plus en plus consciente de ce qui l’entourait et de l’énergie qui la tenait. Sa mère qui venait enfin la chercher? Non. Ce n'étais aucune des deux. Qui alors? Elle savait très bien que personne n’appartenant à la race Démoniaque, mise à part Arkdae n’aurait pu survivre à une telle approche sans en payer très cher les conséquences et encore là. Sa mère lui avait toujours dit que son feu serait puissant et dangereux, même pour les Démons. Elle, elle ne savait pas. Sa mère n'étais plus là. Elle verrait bien avec le temps. Le contact avec le Démon ainsi que les caresses la détendirent doucement. De toute façon, refaisant toujours progressivement surface, elle réalisait que le son des flots déchaînés étaient bien loin, ce qui lui convenait parfaitement. Elle était en sécurité. Son feu refusait encore de se calmer car de toute façon il était incontrôlable encore et directement lié à de fortes émotion et pour en avoir eu, elle avait été servis. Elle avait encore si froid que son corps était parcourus de spasmes par moment, mais moins fréquent. La peur la quittait doucement, mais pas assez. Pas encore. Puis, il eut une voix. Cela la surprise un peu, elle sursauta. Elle ne la connaissait pas. Pas du tout. C'étais tout de même étrange, il y avait une ressemblance avec... Elle ne savait pas, elle ne la saisissait pas. Peut-être était-elle tout simplement encore trop dans les vapes. Oui.

Les paroles de ce nouveau venu avait su cependant faire son chemin jusqu’à son esprit et la soulagèrent au plus haut point. On la comprenait. Il fallait avouer qu’une certaine pointe de curiosité venait de la piquer, malgré le fait qu’elle continuait de trembler contre son gré et qu’elle le tenait toujours aussi férocement sans la moindre gêne. Comme si elle avait peur que ce soit une mauvaise blague, une illusion quelconque. Elle refusait de bouger, de toute façon, ainsi, sa tête la faisait moins souffrir alors c’était bien. Puis, des bras l’enveloppèrent plus fortement, ce qui eut un sans doute sensiblement l’effet de ce que certain appelaient une vague d’apaisement. Tranquillement, ses muscles crispés se détendirent. Elle se sentait réconforté et franchement, après cette aventure plus que traumatisante, ce n’étais étrangement pas de refus. Elle songerait plus tard à la honte que cela pourrait lui apporté, mais pour le moment, elle se contentait d’en profiter.

La voix reprit. Elle était calme, rassurante. Il se présenta et confirma par le fait même son identité, cette énergie Démoniaque qu’elle avait ressentie et qu’elle ressentait d’avantage alors que son esprit reprenait doucement contenance. Comment? Comment n’aurait-elle pas pu était sans doute la meilleure question à poser. Plus elle s’y attardait, plus elle trouvait cette énergie forte, se sentent toute petite à côté, minuscule. En d’autre temps, elle n’aurait pas apprécié la chose, mais en habitant à Émeraude, elle avait bien vite appris à prendre son trou et puis elle n’était pas bête non plus. Ce n'étais que le temps d'être plus forte. Après tout, elle ne survivrait sans doute pas bien longtemps toute seule, aussi insultant que cette idée puisse paraître. Cette énergie était digne d’un Alpha. En était-il un? C’était une bonne question. Une chose était sûre, il en avait certainement l’étoffe. Puis, repensant à ses paroles un moment, une tonne de questions fusèrent dans son esprit. Que faisait-il à Émeraude? Il était en danger… Connor n’était pas très accueillant avec les Démons et elle en avait eu un bref aperçue, alors s’il était… Son cerveau avait un certain problème à vouloir résoudre l’équation. C’était probablement cette eau sournoise qui lui avait réellement embrouillé l’esprit plus qu’elle ne l’imaginait. Et, puisque c’était son sauveur, elle jugea bon de le mettre en garde tout de suite. Étais-ce une trahison envers la Meute qui l’avait accueilli? Elle n’en avait aucune idée, il y avait trop de lignes non écrite pour qu’elle connaisse réellement l’ampleur de chacune de ses actions. Une chose était sûre, s’il était un Alpha, elle voulait bien savoir d'où il venait. Peut-être venait-il affronté l'Alpha d'Enkidiev? Lui montrerait-elle la voie? Il venait peut-être de Jerianeth? Comment pourrait-elle le deviner. D’Irianeth? Mais pourquoi se baladerait-il impunément à Émeraude, près d’une rivière de surcroît. Suicidaire? Et elle, elle faisait quoi? Elle pensais réellement une chose pareille sur Connor? Elle devrait avoir honte. Il l'avait accueillis malgré tout. Malgré... Quelque chose. Sinon, elle devait dans tous les cas le mettre en garde, juste au cas où il était ici par accident. Il n’avait pas semblé songer à sa mort, ce qui était déjà un truc bien en soit. Il l’avait sauvé des flots en y plongeant lui-même. N’étais-ce pas une preuve suffisante de ses bonnes intentions à son égard? Qui aurait fait une chose pareille? Roxanne certes. Arkdae aussi sans doute. Quant aux autres, ils l’auraient probablement laissé se noyer.

-Tu… Tu dois partir… Émeraude n’est pas un endroit sûr pour toi et vue ton énergie... Enfin, tu comprends...

Sur ses mots, elle risqua un regard vers son interlocuteur, avisant finalement son visage. Il avait un regard aussi vermeille que le sien et les cheveux aussi rouge que ceux de sa mère. Elle eu envie de tendre la main pour les toucher, parce-que sa lui rappellerais Zyra, s'en ennuyant terriblement, mais elle ne le fit pas. Heureusement qu’elle avait encore le visage humide, car cela camouflait ses larmes qui avaient coulée sous la peur. Elle ne l’avait bien entendu jamais vue et son regard de braise poser sur elle avait quelque chose qui imposait bien entendu le respect tout comme l’énergie qu’il dégageait. Elle espérait franchement ne pas l’avoir insulté en lui disant cela. Ce ne serait vraiment pas sa chance qu'un Démon qui semblait assez imposant, comme l'Alpha d'ici, Connor, songe lui aussi à la découper en rondelle alors qu’elle était encore si jeune. Cela ferait combien deux, trois... Peut-être plus qui en voudrait à sa vie? Et elle ne pouvait même pas avoir le droit de savoir pourquoi. Elle avait cependant choisi de prendre son courage à deux mains et de lui dire. Elle ne voulait pas qu’on le prenne en chasse. Ce serait vraiment trop bête. Elle aimait bien ce qu'il dégageait. Elle n'avait pas envie qu'il meurt. Il l'avait sauver. Évidemment, elle n’était clairement pas au courant qu’elle était en Territoire dit ennemi et que c’était peut-être elle qui se retrouvait dans une fâcheuse position. Elle n’avait aucune conscience de la distance qu’elle avait parcourue à travers ses flots enragés et qu’elle se retrouvait à Perle. Comment aurait-elle pu le deviner de toute façon?

Elle eut un autre tremblement malgré elle, mais heureusement, ils s’espaçaient. Ses flammes c’étaient calmer, ne laissant qu’un léger brasier calme autour d’elle qui finirait pas s’éteindre de lui-même sans doute même à son propre insu. Au moins, sa température aussi augmentait, ce qui était bon signe et l’apaisait, mais elle voulait que sa continue. Elle voulait se sentir chaude de nouveau, donc tout simplement à une température acceptable pour son propre besoin et son corps y revenait doucement.

-Je m’appelle Ophélia.

Puisque celui-ci n’avait donné aucun titre, elle ne songea pas vraiment à le faire non plus. Elle risqua de nouveau un regard vers lui et lui fit un petit sourire. C’était rare qu’elle souriait pour de vrai. Habituellement, elle ne réservait cela qu’à Roxanne et aussi à Arkdae. Un point c’est tout. Elle aimait bien son énergie à lui. Elle lui était un peu familière et de se fait d’avantage rassurante. Puis, elle risqua un regard au-dessus de son épaule, avisant les flots pour resserrer un tout petit peu son étreinte de nouveau à son insu, puis, revint vers le Démon et se détendis de nouveaux. Elle lui raconterait tout depuis le début. C’était une longue histoire, alors elle espérait ne pas l’embêter avec tout ceci. Dans tous les cas, il n’avait qu’à pas le lui avoir demandé sinon.

-Je courais pour fuir une stupide et bête nounou humaine.

On pouvait visiblement sentir une pointe de colère dans sa voix en ayant prononcé le mot ‘’humaine’’. C’était si insultant après tout de devoir supporté les ordres comme ça par des gens indigne qui ne la comprenait même pas, ni elle, ni ses réels besoin. Elle ne songea pas vraiment au fait que le Démon pourrait la réprimandé ou non pour ses paroles. Elle n’y pensait pas, disant directement ce qu’elle pensait sans réellement se filtré même si pourtant elle avait la voix de Roxanne qui résonnait dans son esprit, lui disant que les humains n’étaient pas si bête. Elle fronça les sourcils. Elle les trouvait bête, surtout cette nounou, tiens. Elle décida de développer un peu plus la situation peut-être qu’il serait du même avis qu’elle.

-J’ai été suspendu de cours pour une semaine parce-que j’ai brûlé un imbécile. Alors puisque mes tuteurs son tous les deux à la Tour et travaillent fort, je suis coincé avec une nounou parce-que je suis trop jeune pour être seule et qu’ils ne veulent pas que je récidive. En gros, c’est ça. Même si ce n’est pas vraiment comme ça qu’on me l’a dit. On m’a dit que je l’ai gravement brûlé, mais je n’en ai rien à faire et tant mieux pour lui. Il y pensera deux fois avant de se frotter à un Démon j’en suis sûre. Il n’avait qu’à pas m’embêter. Je ne vois pas pourquoi je devrais me laisser faire, faut bien montrer c’est qui le plus fort, non?

Oui. Peu importe ce qu’il dirait, elle, elle était d’accord avec elle-même et sa mère serait fière de l’entendre, sa vrai. Elle poussa un bref soupire et porta la main à sa tempe et y avisa le sang sur le bout de ses doigts. Aie. C’était pour ça que c’était si douloureux, mais bon, elle avait connu pire, elle n’aurait qu’à pas s’endormir prochainement et cela lui donnera un excellent argument pour pleurer contre les remontrances de ses parents adoptifs lorsqu’elle rentrerait. Elle aurait des preuves physiques de son histoire horrible! Sans compter ses bras et ses genoux qui arboraient quelques écorchures. Bref, elle continua.

-Alors voilà, sa faisait deux long, long jours que je travaillais cette sata… Humaine pour lui faire croire que j’étais aussi docile qu’un petit chaton pour qu’elle baisse sa garde vois-tu. Sauf que mon plan à un peut tourner en vrille quand je lui est faussé compagnie et que je me suis mise à courir pour m’éloigner le plus possible de cet endroit pourris.

Elle disait cela rien que parce-qu’elle était en colère plus qu’autre chose. Quoi qu’il en soit, elle en vint ensuite à la partie troublante de son histoire, la rivière.

-Et là, soudainement, la terre c’est dérobés sous mes pieds et pourtant, je ne cours pas la tête en l’air, je ne suis pas si idiote. Je suis tombé dans un trou et puis dans l’eau, qui ensuite m’a entrainé dans la rivière. Ensuite… Je ne sais plus. J’ai eu vraiment peur… Je crois que je suis resté longtemps dans l’eau…

Elle jeta de brefs regards autour et elle se rendit compte que la végétation était un tantinet différente. Elle devait y être restée un bon moment. Elle frissonna une dernière fois en ressentant cette prise liquide l’envelopper, puis, entré ainsi dans sa gorge et ses poumons. Elle avait vraiment failli y rester si ce n’étais pas d’Adonis, elle en était sûr. Peut-être que cela suffirait pour parler en sa faveur si les autres montraient le bout de leurs nez sans crier gare? C’était une bonne question. Elle jeta quelques regards nerveux autour, mais revint à son sauveur qu’elle avait fini par relâcher, alors que ses flammes avaient disparue, mais la chaleur était toujours là, car elle avait encore froid. Elle resta assise sur lui, parce-qu’elle s’y sentait bien.

-Et puis c’est là que tu m’as sauvé… Je t’en remercie. Je ne connais pas beaucoup de Démon qui aurait fait ça pour moi, enfin peut-être toi et une autre visiblement. La majorité ne m’aime pas trop... C’est pour ça que je te dis qu’il vaut mieux que tu partes. Ils ne sont pas très commodes avec les nouveaux et n’hésiterons peut-être pas à vouloir ta mort comme avec moi. Moi, c’est vraiment Roxanne qui m’a sauvé sinon, j’aurais été exécuté dès qu'ils m'ont trouver. Mais bon, c'est peut-être différent pour les autres...

Elle prit une pause. Elle gardait bien en mémoire cette hostilité à son égard. Elle ne pouvait pas l'oublier. Même si elle était moins forte pour l'instant, elle restait méfiante d'eux. C'étais une question de survie. Quand à Roxanne, elle lui avait vaguement expliquer qu'il valait mieux de ne jamais prononcer le nom de Zyra, ni à Arkdae, surtout pas à lui. Alors ne pouvant pas prononcer son nom, elle ne pouvait pas soumettre de théories. Soit c'étais parce-que sa mère était Zyra que tous le monde voulait la zigouiller, soit c'étais parce-qu'elle étais Démone Pure, puisque la majorité étaient Moitié. C'étais peut-être aussi les deux. Elle ne savait pas. Quoi qu'il en soit, elle devait trouver une solution pour Adonis, c'étais lui qui était sans doute bien plus en danger qu'elle si il l'étais.

-Je n’ai aucune idée d’où on est... D’après moi la frontière de Perle ne doit pas être bien loin. Par-là peut-être? Là-bas tu seras en sécurité peut-être… M'enfin tu le sais peut-être déjà? Je doit t'avouer que je ne suis pas très sûre... Tu n’aurais vraiment pas de chance de tomber sur un autre Démon, moi je ne dirait rien aux autres. Et si tu en croise un hostile... Tu es fort, je peux le sentir. Tu serais capable de le terrassé j’en suis sûr.

Fit-elle en pointant plus loin tout en haussant les épaules ensuite. Non, ils ne devaient vraiment pas être bien loin. Valait mieux qu’Adonis quitte par là avant qu’on le repère, car elle n’avait pas énormément de chances de convaincre les autres Démons qu’il était un ami, alors qu’elle était elle-même sur la corde raide. Il aurait bien plus de chance à Perle, cela serait tout de même étonnant qu’il tombe sur l’Alpha qu’on disait qu’il y avait sur Irianeth, s’il y en avait un bien entendu. Là-dessus, il fallait avouer qu’elle n’en avait aucune idée. On avait toujours été évasifs à ce sujet et puis bon, elle avait préférée se faire tranquille et ne pas trop questionner sur la Meute ennemis, sachant que sa mère y était auparavant, tous le monte grimperait bien vite sur ses chevaux. Elle pouvait déjà s’imaginer la crise.

-D'où viens-tu? Et que faisais-tu si près de la rivière, toi? Est-ce que tu fais partie d'une Meute?

Demanda-t-elle. Elle le trouvait courageux. Il avait délibérément sauter dans les eaux pour la sauver, elle, petite Démone qui ne valait rien a ses yeux après tout, elle était une étrangère, complètement. Pourquoi avoir risquer sa vie? Elle voulait en savoir plus sur lui. D'où il venait, pourquoi il était ici. Ce genre de truc. Elle lui demanda aussi pour la meute, oui. Parce-que si elle l'avait prévenu, mais qu'il était tout nouveau, elle aurait de graves problème à bien y penser. Elle songea donc rapidement à quelque chose pour justifier ses paroles précédente. Une blague, un test. Oui un test tien. Bon, c'étais simplement une précaution. Tout ceci l'aurait fortement étonné, mais avec la meute, elle ne devait plus prendre aucun risque et ne savait jamais vraiment sur quel pied danser, bien que maintenant Roxanne la protégeais en attendant. Elle ne laisserais jamais les membres de la meute lui faire du mal si jamais et Arkdae non plus. Sinon, il était peut-être comme sa mère, un Démon solitaire. Sa tête tournait vaguement ce qui lui donnait un certain haut le cœur. Elle secoua la tête mollement pour replacer ses esprit, ce qui n'aida pas sa cause, mais pas du tout, elle choisi de poser sa main sur sa tempe, en esperant que ce soit moins douloureux, mais le contact était piquant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11112-ophelia-let-s-burn-the-world-gestion
Adonis
Animateur - Sorcier
Animateur - Sorcier
avatar
Nombre de messages : 77
Rôle : Sorcier et Alpha des Démons d'Irianeth
Date d'inscription : 23/07/2014

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans [G18]
Rôle: Sorcier de Jérianeth
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Mar 30 Aoû 2016, 11:59


Tenant toujours la petite enflammée, j'avais tenté de la rassurer par ma voix ainsi que mon étreinte. Sans quoi, nous ne pourrions avoir une discussion censée. Et puis, entre Démons il fallait savoir s'entre-aider. Etrangement, l'idée qu'elle puisse me dénoncer, appeler à l'aide ou m'attaquer ne me vint même pas en tête : après tout, j'étais bien plus puissant qu'elle, et nous étions à Perle, les autres Démons d'Enkidiev ne se risqueraient possiblement pas à aller sur un autre territoire au risque de créer une nouvelle bataille. Ou alors ils étaient complètement stupides, ce qui pouvait être le cas en effet.
La petite reprit la parole. Elle ne semblait pas totalement rassurée, cela se sentait dans son ton. Elle m'enjoignit à partir – elle voulait me protéger ? Cela me fit sourire tendrement alors qu'elle finit par lever sa tête vers moi. Mon regard plongea dans des iris rougeâtres, et cela me fit froncer les sourcils : ils me disaient vaguement quelque chose. D'ailleurs, en y faisant plus attention, elle avait aussi une énergie assez familière tout en étant différente. Zyra ? Impossible. Du moins, c'était ce que je pensais. Je voyais mal Zyra semer des rejetons à tord et à travers - surtout à Emeraude – surtout en sachant à quel point sa première fille, Melyanna, était d'une déception flagrante.
A son tremblement, je resserrais imperceptiblement mon étreinte comme pour lui donner un peu plus de ma chaleur corporelle pour la réchauffer. Le point positif était qu'elle semblait aller un peu mieux – du moins ne pouvait-on pas aller pire que quand on était en train de se noyer dans une eau glaciale.
Elle s'appelait donc Ophélia. Jolie prénom, commun mais joli. Ainsi donc pouvais-je enfin mettre un prénom sur son visage de poupon, ce qui était nettement plus agréable que de l'appeler « la jeune fille » ou autre appellation. Elle me fit un sourire auquel je répondis, puis elle m'expliqua avec beaucoup de détails le pourquoi elle s'est retrouvée dans cette posture. Son histoire me fit légèrement sourire. Elle avait cramé un de ses camarades de classe et elle a faussé compagnie à la nounou qui devait la surveiller ? Comme quoi, le karma la rattrapait bien vite dis donc. Ensuite ces autres propos agrandirent mon sourire. Elle s'inquiétait pour moi ? Enfin, c'est vite dis, disons plutôt qu'elle me considérait assez fort pour terrasser un autre Démon hostile. Oui, avec le combo de mes pouvoirs je suis en capacité de mettre à terre n'importe quel démon, mais entendre cela d'une petite fille était... Ouais, j'en étais assez fier, bien malgré moi.
Elle finit par me poser des questions sur moi. Cela faisait beaucoup d'information d'un coup, alors autant commencer par étape.

« Tu viens d'Emeraude, de ce que je comprends. A Emeraude, il me semble que le principe de base c'est l'entraide, l'amour et l'amitié ; montrer qui est le plus fort ne fait pas partie des principes d'Emeraude. Alors c'est « normal » que le comportement que tu as eut ait interpelé tes supérieurs qui ont voulu te mettre une surveillance. Sur Irianeth, montrer sa puissance est une bonne chose du moment que l'on respecte ces ainés. »

C'était une chose qui d'ailleurs me tenait bien à cœur, le respect de ces ainés. Surtout en tant qu'Alpha, je n'appréciais pas beaucoup le manque de respect et les rébellions, surtout celles non justifiées. Je n'insinuais pas par là que la rébellion d'Ophélia était non justifiée, pour une Démone de sa trempe être sous les ordres d'Humains avait certainement du mal à passer et je ne pouvais que la comprendre : être sous les ordres d'un Empereur veuf et quelque peu incompétent puisque n'ayant même pas réussi à sauver sa femme et ses gosses m'insupportait quelque peu mais je serrais les dents et pliais le dos. J'étais peut-être un Démon, mais avoir tout un Ordre contre moi, je n'étais pas sûre de réussir à rester en vie.

« Malheureusement, vu que tu es à Emeraude, il faudra te plier aux règles qu'ils établissent. Et oui, il y a aussi beaucoup de personnes n'appréciant pas les Démons... »

A cette pensée, je grimaçais légèrement. Malgré les années passées, j'avais encore du mal à avaler ce que les mages nous avaient fait, à ma sœur et à moi. Nous enfermer dans une boite à jouet pendant plusieurs années... Nous aurions put rester prisonniers de cette prison enfantine encore pendant plusieurs siècles s'il n'y avait pas eut cette évènement brutale dans l'esprit dans Humains : les Ombres. Bien qu'elles soient néfastes, on peut dire que je ne leur en voulais pas totalement.
Reprenant un air neutre, je repris la parole.

« Dans tous les cas, heureusement que j'étais là pour te sauver ! Nous sommes à Perle, tu as passé la frontière. Alors ne t'en fais pas pour les autres Démons. Ne t'en fais pas pour toi non plus, si tu veux retourner à Emeraude je te laisserai partir, il n'est pas dans mon intérêt de kidnapper des enfants – pas pour le moment du moins. »

Ma dernière remarque fut accompagnée d'un sourire amusé. En effet, je ne voyais pas l'intérêt de la kidnapper. Je ne la connaissais pas, donc je ne savais pas si elle pouvait me donner un profit, et de toute façon, ce serait bien mieux si elle venait à Irianeth d'elle-même, il y avait moins de risques qu'elle ne s'échappe par la suite.

« Tu l'auras deviné, je viens d'Irianeth – enfin Jérianeth, mais je vis à Irianeth. J'étais allé près de la rivière pour tenter de combattre ma peur de l'eau, puisque cela peut être une faiblesse exploitable par l'ennemi. Une Sorcière a déjà tenté de m'apprendre à nager, elle s'est jurée de ne plus tenter vu que j'ai failli la tuer dans ma panique. »

Cela me fit légèrement rire. Je revoyais la tête d'Exaora alors que je paniquais. J'avais pied hein, à ce moment-là, et en plus ils avaient chauffé l'eau exprès pour ne pas que le froid me fasse paniquer d'autant plus. Mais c'était instinctif : je me sentais menacé, d'autant que je n'étais pas du tout dans mon élément.

« Je fais parti d'une meute oui. J'en suis même l'Alpha. Et toi, tu fais partie de la meute d'Enkidiev ? Tes parents en font partis aussi ? »

Je tentais de m'intéresser un peu à elle pour mieux la cerner. Elle semblait aller mieux donc la conversation était plus fluide, plus sympathique aussi. Cependant, je ne la lâcherai que si elle décidait de s'éloigner.

« Pour retourner sur le territoire d'Enkidiev, c'est par là, » finis-je par lui indiquer en tendant le bras dans une direction.

Je n'étais pas certain qu'elle arrive à trouver son chemin toute seule, si besoin je pourrais toujours la raccompagner, bien que cela ne me ressemble pas cette petite avait une aura et une énergie telle que j'avais envie de la protéger.

« Du moins, si tu le souhaites... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9763-adonis
Ophélia
Animateur - Mage
Animateur - Mage
avatar
Nombre de messages : 50
Rôle : Mage
Date d'inscription : 17/01/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G19)
Rôle: Mage
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Mer 31 Aoû 2016, 23:52

Ils étaient restés un petit moment, ainsi, sans bouger. Ophélia avait même cru, peut-être, ressentir un léger resserrement de l’étreinte autour d’elle. Cela n’avait rien à voir avec le genre de câlin que lui offrait Roxanne. C’était différent. Lorsque la Mage le faisait, elle semblait y prendre plaisir émotionnel. Pas Adonis, tout comme elle présentement. Elle appréciait simplement fortement la chaleur de celui-ci. S’il pouvait s’embrasé, ce serais encore mieux. À cette pensée, les flammes qui la recouvraient toujours et qui c’étais calmer, reprirent un peu plus d’intensité, mais cela n’avait rien avoir avec la peur comme plus tôt. Le déclencheur était sans doute le fait que cela l’apaisait et lui faisait un peu oublier le martellement dans son crâne.
 
Entre temps, combien de temps avaient bien pu s’écouler entre sa question et les réponses du Démon? Elle ne le savait pas exactement. Peut-être que cela n’avait duré qu’une fraction de secondes, ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, lorsqu’il prit la parole, elle releva ses yeux de braises vers lui avec toute l’attention qu’elle était en mesure d’offrir à son sauveur. Lorsqu’il lui parla alors des principes de bases d’Émeraude, qu’on lui répétait sans cesse, elle eut envie de rouler les yeux en l’air et de laissé échapper un long, très long et sans doute pénible soupir lasse. Elle comprenait pourtant qu’Adonis ne faisait que confirmé le mode de pensée d’Émeraude, mais sa l’agaçais tout de même. Elle refusait de devoir ce laissé marcher sur les pieds rien que parce-que là où elle vivait, ce devait être ainsi.
 
Les Démons n’étaient pas faits pour obéir aux humains. Ni à personne d’ailleurs. Et c’était déjà pour elle quelque chose de bien difficile à avaler. Elle était d’accord sur le point de respecté les ainés, tant qu’ils étaient Démons. Elle devait apprendre à vivre sous le toit d’un humain qui ne laissait pas facilement sa place et qui en plus pouvait s’il le désirait la détruire avec son pouvoir malsain. Par instinct de survie, parce que songer ainsi était bien plus facile, elle apprenait à se mordre la langue et à obéir, mais lui foutre une servante entre les pattes, c’était trop lui demandé.
 
À mesure qu’Adonis parlais, elle l’observait toujours en espérant que quelqu’un puisse enfin approuver ce qu’elle ressentait, mais tout ce qu’il ajouta fut pratiquement le même lourd verdict que Roxanne et tous les autres lui donnaient. Elle était sur Émeraude et c’était ainsi. Faisant soudainement une tête d’enterrement, elle quitta un moment le Démon du regard. Elle n’avait Pas envie de partager sa déception avec lui et encore moins cette colère qu’elle ressentait. Cela ne serait pas non plus pertinent qu’elle proteste. Elle foncerait probablement droit dans un mur et elle ne s’en sentait pas trop la force moralement après son aventure dans la rivière.
 
Adonis continua cependant sur une note plus joyeuse. Effectivement, il l’avait sauvé et sur ses mots, elle ne put s’empêcher de ramener son regard vers lui et de lui offrir son plus beau sourire et ce, sans avoir besoin de jouer la comédie! Elle perdit bien vite son sourire lorsqu’il lui annonça qu’ils étaient présentement à Perle. Il fut sans doute possible de lire sur son visage un passage d’incompréhension la plus totale. Cela ne lui arrivait pas souvent de se sentir aussi largué, mais en ce moment, à mesure qu’il parlait, elle réalisait non pas la fâcheuse position de celui-ci, mais la sienne. Il lui fallut un bref petit moment pour réaliser la phrase de son interlocuteur. Cela avait commencé par quelques mots clés, comme Émeraude, partir, kidnappé et enfant. Elle repassa donc de nouveau la phrase dans son esprit. Était-elle nerveuse? Non. Et la plus grande de ses inquiétudes était plutôt si justement, elle devait l’être. Il fallait avouer qu’elle en avait un peu marre de craindre pour sa vie. Cela n’avait pas été très fructueux du côté d’Émeraude… Bien que semblait-il du côté d’Irianeth cela semblait plus positif. Du moins, Irianeth pour le sauvetage 1, Émeraude pour la tentative de meurtre 0.
 
Le sourire amusé que lui offrait le Démon lui fit froncer les sourcils. Était-il sérieux dans ses propos ou pas? C’était une bonne question. Elle songeait plus à ce qu’il avait raconté comme tel, qu’à une façon de s’échapper comme le ferait n’importe qu’elle mauviette humaine de son âge, sans aucun doute. Elle lui répondit donc d’un bref petit sourire, curieuse d’en apprendre la suite. Peut-être serait-il la personne qui pourrait enfin offrir des réponses à ses questions. Elle continua donc de le fixé de ses grands yeux intéressés, brûlant déjà d’envie de lui poser milles et une question.
 
Comme elle l’avait bel et bien présumé car il aurait fallu être totalement dépourvu de cervelle pour ne pas faire le lien, il venait d’Irianeth et plus précisément, de Jérianeth. Il avait donc connu les deux Territoires et il semblait aussi bien connaître Émeraude. Avait-il donc choisi d’y vivre parce-qu’Irianeth était un meilleur choix? Elle était intrigué par ce qu’il pensait de tout ceci et de comment il pouvait bien voir les choses. Encore une fois cependant, pour l’heure, elle devait faire place à l’écoute et puis pour une fois qu’elle avait un interlocuteur intéressant, pas question de le couper dans sa lancé.
 
Lorsqu’il lui parla de la Sorcière qui avait voulu le faire nager, elle eut un regard presque horrifié. Elle pouvait tellement le comprendre. Arkdae lui avait fait le coup, même si c’était dans un bain… Quoi que la mettre de force dans une source liquide pour la toute première fois de sa vie de la sorte avait fait hurler et feuler la petite Démone de terreur, alors elle pouvait bien imaginer une situation semblable, avec un Démon plus imposant. Elle fut parcourue d’un frisson de dégoût et n’osa bien entendu pas poser son regard derrière elle, vers la rivière. Non, non et non. Il avait cependant raison sur le fait que c’était une faiblesse exploitable par n’importe quel ennemi. Elle aimerait tant y être insensible, mais elle en était incapable. En présence d’eau, elle perdait tous ses moyens. C’était si froid et… Mouillé. Sur cette pensée, ses flammes s’auraient intensifier encore un peu, mais le rire du Démon la déconcentra et elle se laissa un peu plus allé à l’image qu’il tentait de lui donner, ce qui était sans doute en effet… Un peu amusant… Mais, elle n’était pas encore assez à l’aise avec l’élément aquatique pour en rire.
 
Il enchaîna ensuite avec le fait qu’il appartenait effectivement à une meute. Et encore une fois, c’était sans doute celle d’Irianeth, puisqu’il y vivait. Lorsqu’il lui précisa qu’il en était l’alpha, elle déglutit un peu de travers sous la surprise. C’était stupide, parce-que plus tôt, elle trouvait qu’il semblait en avoir l’étoffe, alors, ce n’étais techniquement pas une réelle surprise en soit, mais tout de même. Sa lui expliquais aussi peut-être pourquoi elle se sentait si minuscule à côté de lui. En fait, tout ce beau mélange l’expliquait bien. Démon Pure si elle avait bien compris et Alpha de surcroit. C’était secrètement son nouvel héro.
 
La tirant de ses pensées, il lui demanda quelques questions sur elle, continuant sur sa lancé en lui indiquant l’endroit par où elle devait aller si elle voulait rejoindre Émeraude. Elle fronça un petit moment les sourcils en avisant la direction qu’il lui pointait. Il était donc vraiment sincère. Il la laisserait vraiment partir? Tant mieux. Bien que pour le moment, elle n’en ressentait pas vraiment le besoin. Peut-être qu’elle devrait, mais sa curiosité la poussait à rester et puis, elle n’avait pas trop envie de recevoir une claque en pleine figure de la réalité Émérienne tout de suite.
 
Baissant presque timidement la tête, elle se mit à jouer avec l’un des pans de sa tunique couleur charbon qui avait déchiré durant sa mésaventure. Puis, elle haussa les épaules. C’était un peu plus compliquer que cela et elle en savait pas trop comment s’y prendre pour expliquer sa fâcheuse situation en sachant que Roxanne lui avait mainte et mainte fois répété de ne pas mentionner le nom de sa mère. Il fallait dire qu’à force de voir tout le monde perdre la tête autour d’elle, elle avait appris à se taire, mais peut-être qu’Adonis était différent. De moins, pour le moment, il l’était des autres Démons de son entourage présent. Et quand à son appartenance envers la meute d’Enkidiev, c’était une question de survie uniquement. Une question pratique aussi. Elle doutait fort que Zyra serait fier d’elle. Ce n’était sans doute pas exactement ce qu’elle planifiait pour sa fille, mais bon. Au moins, elle était proche d’eux. Suffisait de voir s’il y aurait une suite logique ou pas à tout ceci. Entre temps, elle s’amusait à flamber quelques humains par ci par là. C’était acceptable, non? Du moins, dans la mentalité que lui avait inculqué Zyra, ce l’étais puisque toutes les raisons étaient bonne pour flambé quelqu’un.
 
-Pour la meute d’Enkidiev… Je suppose que oui.
 
Elle prit une petite pose et poussa un bref soupir.
 
-Ce ne sont pas vraiment mes parents à moi qui en font partie. J’étais à Turquoise avant, avec ma mère. C’était une Démone solitaire, mais elle a déjà vécue sur Irianeth…
 
Bon, elle n’avait pas trop envie de se mesurer à un Alpha en lui annonçant que sa mère avait jadis la place qu’il avait aujourd’hui. Surtout en ne sachant aucunement comment il pourrait le prendre. Elle ne savait rien du pourquoi du comment elle n’était plus sur Irianeth. Alors elle préférait éviter de se mettre les pieds dans les plats avec un sujet qu’elle ne maîtrisait pas du tout. Elle avait tout de même laissé échapper cette information, sans doute parce-qu’elle était un peu impressionné par la présence de l’Alpha et qu’elle avait du mal à lui mentir. Elle choisit donc de lui parler un peu de Roxanne, question de lui changer les idées sur cette potentielle Démone qu’il connaissait (lol).
 
-Bref, on a été séparé et j’ai été recueilli par Roxanne et son copain...
 
Ce n’était surtout pas essentiel de tourner le couteau dans la plaie en précisant que ce copain était humain et qu’il avait des pouvoirs vraiment pas drôles de surcroit.
 
-C’est elle qui appartient à la meute d’Émeraude et elle s’est portée garante de moi. Je la plains un peu je dois avouer, mais au moins, ça empêche les autres de me zigouillée. On ne se le cachera pas… À la grandeur que j’ai, j’ai beau avoir un sale caractère, je ne suis vraiment pas à la hauteur d’une bande de Démon verts enragé… Ou rouge, comme tu veux.
 
Sur ses mots, elle croisa ses petits bras contre son torse en faisant la moue. Elle détestait ce sentiment d’être dans un monde de grand et de n’être à la hauteur de rien encore. Elle pourrait bien brûler quelques Démons, sa mère lui avait montré qu’elle pourrait le faire, mais Roxanne lui avait bien dit que ça c’était très, très interdit. Encore plus interdit que prononcer le nom de sa mère. Interdit au point où si elle le faisait, elle perdrait sa tête et Roxanne ne pourrait plus rien pour la protéger. Elle trouvait sincèrement qu’ils n’avaient pas le sens de l’humour, mais bon. Maintenant qu’elle avait répondu à ses questions, c’était à son tour. Alors visiblement, elle ne semblait pas tout de suite décidée à courir chez elle. Après tout, elle trouvait cette opportunité intéressante. Hors de question de cracher dessus.
 
-C’est comment sur Irianeth? Vous êtes beaucoup de Démons? Et Jérianeth? Tu fais quoi sur Irianeth? Est-ce qu’on est techniquement ennemi si je suis élève de la tour? Qui décide ça de toute façon? Je croyais que les Démons étaient spéciaux, mais tout le monde obéit aux humains, pourquoi? Ils ne sont pourtant pas plus fort, pourquoi il faut leurs obéir? Ils sont si fragiles, leur peau crame à rien.
 

Sur ces derniers mots, elle eut un petit sourire carnassier malgré elle, malgré ce petit air angélique qu’elle avait. Cela lui rappelait ce gamin qu’elle avait envoyé à l’infirmerie, c’était une si petite flamme et pouf! Elle l’avait englouti si rapidement. Cela ne lui avait demandé aucun effort. Elle avait fait naître un feu et celui-ci c’était chargé du reste. Dévorant tout ce qu’il pouvait et ce, le plus rapidement possible. Elle aurait aimé voir en combien de temps le gamin aurait pu être consumé. C’était un peu dommage que des adultes magiques étaient intervenus. Encore plus dommage et désagréable cette douche froide qu’elle avait eu. C’était Arkdae qui avait su la maîtrisé. Toujours là au ‘’mauvais moment’’, lui. À croire qu’il le faisait exprès. Qu’elle idée d’arrosé un Démon par derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11112-ophelia-let-s-burn-the-world-gestion
Adonis
Animateur - Sorcier
Animateur - Sorcier
avatar
Nombre de messages : 77
Rôle : Sorcier et Alpha des Démons d'Irianeth
Date d'inscription : 23/07/2014

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans [G18]
Rôle: Sorcier de Jérianeth
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Mer 25 Jan 2017, 15:02


Lorsque je parlais des principes d’Emeraude et du fait qu’elle devait se plier aux règles des humains, Ophélia ne sembla pas tellement apprécier. Je ne pouvais que la comprendre. Devoir obéir à des humains était quelque chose de particulièrement déplaisant pour un Démon. Les Démons, de base, préféraient vivre en communauté de Démons. Du moment qu’ils n’étaient pas dérangés, tout se passait très bien. Mais le fait est que certains Démons durent quitter leur terre natale pour devoir vivre sur les terres des humains, et ce qui était certain c’était que la cohabitation avait du mal à passer, autant pour les Démons que pour les humains.
Suite à cela nous avions engagé un autre sujet de conversation. Ce qui était sûr c’était qu’il y avait plusieurs émotions qui s’inscrivirent sur le visage de la jeune enfant au fur et à mesure que je parlais. De la joie à l’incompréhension. Ce qui devait être normal, j’imagine, au vu de son jeune âge. Je ne me souvenais plus de mes jeunes années, surtout et en grande partie car j’avais été enfermé dans une boite à jouet pendant plusieurs siècles. Malgré tout, je n’y fis pas spécialement gaffe. De toute manière, elle semblait être une enfant curieuse, donc si elle avait des questions je supposais qu’elle allait les poser.
Je poursuivis donc mon discours qu’elle écouta avec attention, sans m’interrompre. Je ne savais pas vraiment si c’était un exploit ou si je devais m’en sentir flattée, de base j’estimais que toute personne supérieure à une autre ne devait pas être dérangée pendant qu’il parlait. Après avec les humains il y avait cette notion de respect envers son semblable, celui qui était au même niveau que soi, et je devais dire que j’avais parfois du mal avec ce concept. Certainement car j’étais un Alpha.
Je lui posais par la suite des questions. La différence entre elle et un démon adulte de la meute d’Enkidiev, c’était que je ne cherchais pas à la tuer. Ce n’était qu’une enfant, après tout. Plus tard peut-être. Lorsqu’elle serait adulte, qu’elle aurait fait ses propres choix et qu’elle les aurait assumés. Si elle restait à Enkidiev, alors je serais dans l’obligation de la considérer comme une ennemie que je devais tuer à tout prix.
Je lui posais donc des questions. Et elle sembla légèrement hésitante sur la réponse à donner. Cela se sentit dans son comportement, mais aussi dans ses paroles. A l’entendre, on pourrait croire qu’elle ne faisait pas partie de la meute d’Enkidiev, malgré ses dires. Je fronçais les sourcils, dubitatif, attendant la suite. Qui ne tarda pas à venir. Elle expliqua donc qu’elle habitait avant avec sa mère, une Démone solitaire ayant appartenue à Irianeth. Mes sourcils se froncèrent d’autant plus. Ce peut-il que ce soit Zyra ? C’était une possibilité à envisager sachant qu’elle avait disparu des radars. Mais il se pouvait que ce soit une autre. Je devais dire ne pas savoir comment réagir. Que faire, quoi dire. Mon instinct me dictait que c’était Zyra, ce qui expliquerait l’énergie presque familière de l’enfant. Mais il était possible que ce soit quelqu’un d’autres. Peut-être Melyanna ? Après tout, elle aurait put feindre la mort. Je n’en savais trop rien. Mais je préférais ne pas faire de commentaires. Pas tout de suite.
Ophélia ne s’arrêta donc pas là. A vrai dire, la suite de ses paroles me surprit fortement, surtout en entendant le nom de Roxanne. Je ne pus même pas cacher mon expression : j’étais clairement surpris, voir même choqué en apprenant qu’elle avait prit un homme dans sa vie, et il faudrait être idiot pour ne pas le voir. Cela voudrait-il dire que cette enfant était ma nièce ? Ma nièce par adoption. Elle avait rejoint la meute d’Enkidiev, y amenant par la même occasion Ophélia pour sa propre protection, et peut-être même pour son apprentissage. Un enfant démoniaque devait être instruit pour apprendre à maîtriser ses flammes etc. autant par sa famille que le reste de la meute.
La jeune enfant prit une moue boudeuse, et j’eus un petit sourire amusé. Je me détendis quelque peu. J’avoue m’être crispé à la mention de Roxanne. L’idée de kidnapper l’enfant m’avait traversé à nouveau l’esprit, pour faire du mal indirectement à la Démone. Elle était tentante, cette idée. Cependant, cette enfant semblait elle-même indécise quant à ce qu’elle devait être. A ce qu’elle devait faire. Je lui avais donné la possibilité de partir, et elle ne l’avait pas fait. Cela montrait bien que la jeune enfant marchait sur un fil au dessus du vide, et qu’elle ne savait pas de quel côté tomber. Et puis, elle était plutôt mignonne.
Je ne savais pas quoi dire, alors nous restâmes quelques instants dans le silence, jusqu’à ce qu’elle décide de me poser elle-même des questions. Je réfléchis quelques instants avant d’y répondre.

« Sur Irianeth... » Je poussais un soupire, bien malgré moi. « On doit obéir à un humain aussi. L’Empereur. On doit obéir car techniquement, ce n’est pas notre territoire. Notre territoire c’est Jérianeth. Nous sommes comme des « intrus » qui devont apprendre à vivre en communauté. Nous sommes plus forts qu’eux, mais ils sont nettement plus nombreux. Parfois le nombre surpasse la puissance. Actuellement nous sommes 5, moi y compris. Je suppose que je suis dans l’obligation de prendre une femme et d’engendrer la nouvelle génération, puisque je suis un Alpha. »

Cet état de fait me déprima quelque peu. Une ombre passa sur mon visage, comme si le fait de devoir prendre mes responsabilités et de faire un héritier m’énervait plus qu’autre chose. Et c’était vrai, dans un sens. Je n’avais pas vraiment envie de prendre femme, d’avoir des enfants. Je supposais que cela arriverait un jour ou l’autre, surtout si je continue la fréquence à laquelle je couche avec Kaylann, mais pour le mariage... Je me souviens de ma défunte mère qui me parlait d’amour, et tous ces trucs importants pour un bon mariage. Se marier par obligation est certainement l’une des choses les plus rebutantes que je devrais faire dans ma vie. Après, étant l’Alpha, je supposais que j’avais toujours la possibilité de prendre des amantes. Qui a dit que la polygamie était interdite ?

« Je n’ai aucuns souvenirs de Jérianeth. Ma sœur et moi avons été plongés dans un profond sommeil pendant près de 500 ans, il me semble. Donc les souvenirs de mon enfance... A vrai dire nous avons été bannis de Jérianeth à cause de notre mère, qui a été infidèle, je ne connais pas tous les détails, mais en gros ma sœur est le fruit de cette infidélité. C’est Roxanne, ma sœur. Ta mère adoptive, je suppose ? »

Mon ton avait quelque peu changé. Il se faisait à la fois mélancolique et amer. Je me suis alors rappelé bien malgré moi que c’était indirectement à cause de Roxanne que nous n’avons pas pu être sur Jérianeth. Et que c’était de sa faute, si nos parents étaient morts, et que nous avions été enfermés et condamnés à vivre dans cette époque étrange, aux conventions encore plus restrictives que dans l’ancien temps.
Je poussais un soupire pour faire partir ses idées sombres de ma tête. Ce n’était pas le moment de me laisser dominer par ma haine envers cette blondinette écervelée.

« Je suis sur Irianeth à cause de Roxanne. Je dois être trop rancunier, je suppose. Mais au vu de ce qu’elle avait fait... Il y a de quoi être en colère. Mais je ne dois pas t’embêter avec ça, tu es bien trop jeune. Je suis aussi sur Irianeth car l’ambiance est différente d’Enkidiev. Les valeurs sont différentes, elles me conviennent mieux. Mais un jour j’aimerais pouvoir aller à Jérianeth. »

C’était comme un instinct primitif. Un besoin vital. Le besoin de retourner à la source de mes origines. Là où il n’y avait que des Démons. Là où la seule autorité était l’Alpha – Alpha que j’avais bien l’intention de détrôner. J’avais envie de retourner auprès de ma tribu. Mais j’étais encore banni. Et Roxanne était encore en vie.

« Pour ce qui est d’être ennemis... C’est à toi de voir. Techniquement, nous le sommes. Lors d’une bataille, si nous nous retrouvons, nous serons dans l’obligation de nous battre, je suppose. Que tu sois avec Roxanne est un peu perturbant, je ne me savais pas... Oncle. Mais je peux faire avec. Après, tout est une question d’apparence. »

Des notions qu’elle ne pouvait possiblement pas comprendre du fait de son jeune âge. C’était à elle de voir si elle voulait qu’on soit ennemi. Si elle voulait qu’on se batte. Si elle voulait rester sur Enkidiev. Après tout, qui étais-je pour l’obliger à quelque chose ? Dans le cas où elle souhaitait rester à Enkidiev tout en n’étant pas mon ennemi, le tout était de feindre l’inimitié pour ne pas être considérés comme des traitres. Mais ça, elle le comprendrait plus tard.

« Tu te sens mieux ? Dis-moi est-ce que tu peux me parler de ta véritable mère ? »

En effet, la question de savoir si c’était Zyra me torturait l’esprit. J’avais besoin de savoir si elle était encore en vie. Elle avait été mon Alpha, j’avais de ce fait une sorte de « devoir » envers elle. La retrouver, peut-être la restituer à sa place, protéger sa semence... Cependant c’était une Démone intelligente. Elle savait se rendre invisible. Et du fait de mon affiliation à Irianeth, je ne pouvais pas trop m’aventurer sur Enkidiev pour la retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9763-adonis
Ophélia
Animateur - Mage
Animateur - Mage
avatar
Nombre de messages : 50
Rôle : Mage
Date d'inscription : 17/01/2016

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G19)
Rôle: Mage
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Jeu 26 Jan 2017, 02:13

Elle observait un peu ses réactions à mesure qu’elle parlait. Un peu discrètement, peut-être timidement. Après tout, elle ne savait pas vraiment quel genre de réaction prévoir chez le Démon et, par expérience, cela n’avait jamais été des plus positifs en soit, c’est pourquoi elle était tout de même resté prudente, mais comment pouvait-elle osé lui mentir? Il lui avait sauvé la vie et c’était un Démon Alpha. Qu’il soit d’Irianeth ou d’Enkidiev, elle ne savait visiblement pas trop comment tout ceci fonctionnait, alors, elle avait choisi de prendre une décision, celle qui lui semblait la meilleure en soit puisqu’il n’était pas hostile envers elle.

La mention de sa mère sembla intrigué Adonis, mais ce qui sembla d’avantage le choquer fut lorsqu’elle évoqua Roxanne et Arkdae, indirectement. Après tout, jamais cela n’aurait pu lui passer à l’esprit qu’il pouvait connaître Roxanne. Elle présuma qu’il avait tout compris. Oui! Un humain. La honte, mais bon. Elle n’avait pas trop le choix et visiblement, il semblait un peu comprendre sa situation, ce qui la soulagea tout de même. Si seulement il pouvait savoir comment parfois cet humain pouvait lui donner froid dans le dos… Peut-être avait-il vécue quelque chose de semblable, lui? Elle avait un peu de mal à le croire, il semblait fort et puissant, sans doute que tout le monde le craignait et sans doute le respectais, lui. Elle aimerait bien un jour en arrivé là elle aussi. Elle ne comptait pas être de ceux qui pliaient l’échine. Ça non.

Attendant toujours les réponses à ses questions, se demandant un peu si celles-ci ne l’avaient pas dérangé, dû le petit moment de silence qui avait plané, elle n’avait toujours pas osé jeter un regard vers la rivière et donc, vers Émeraude. Perle, ce n’étais pas si mal. À entendre parler tout le monde, c’était impossible de se rendre sur un territoire Tanieth sans perdre la vie. Pourtant, elle venait de le faire. Ce ne devait donc pas être si terrible qu’on le disait ce fameux côté. Elle n’avait pas peur, elle. Peut-être était-elle stupide, mais elle était avec Adonis. Il lui avait sauvé la vie alors elle ne voyait pas pourquoi soudainement il lui ferait quoi que ce soit, à la limite, il garderait les problèmes loin d’elle, en attendant, n’est-ce pas? Elle aimait bien le croire, ça faisait différent.

Il finit par prendre la parole. Elle leva le menton en sa direction sans cacher sa curiosité. Elle avait hâte de savoir et elle était plutôt heureuse qu’il veuille bien lui partager cette information. Son regard s’assombris un peu au début des propos du Démon. Il avait sans doute raison, ce n’étais pas leur place, ici. Il était vrai aussi que les humains étaient plus nombreux. Ils étaient, à ses yeux, un peu comme de la vermine. Ils étaient partout et se reproduisait à une vitesse effroyable. Étrangement, depuis tous ce temps qu’avaient passé Roxanne et Arkdae à lui expliquer pourquoi il valait mieux qu’elle se plient à certaines règles des humains, Adonis c’était montrer plus convaincant, comme s’il parlait un peu plus son langage. N’empêche qu’elle trouvait la situation désagréable, comment faisait-il pour être si calme? Elle ne songea pas à investiguer d’avantage pour le moment, se concentrant plutôt à la suite de ses propos.

Cinq? La meute d’Enkidiev était plus nombreuse, mais il y avait beaucoup de demi-démons, alors elle ne considérait pas que sa comptais vraiment. Peut-être pour la moitié d’un Démon. Après tout, c’était tout à fait ça. Il continua sur sa lancé, mentionnant que puisqu’il était Alpha, il était obligé d’engendrer la nouvelle génération sur Irianeth. Elle grimaça. Ça ne semblait pas amusant du tout, dit comme ça. Personnellement, elle n’avait pas la moindre idée de tout ce que cela pouvait impliquer, puisqu’on ne lui en avait jamais vraiment parlé. Ce serait suffisant pour qu’elle dénigre encore plus les humains et les demi-démons.

-Vous êtes tous Démons purs?

C’était une question qui lui semblait tout à fait légitime. Elle avait toujours considéré ce détail assez important en soit et tout à fait logique. C’était aussi sa mère qui le lui avait bien inculqué et elle avait toujours écouter aveuglément ses propos, de toute façon. Elle changea rapidement son état d’esprit lorsqu’il lui mentionna Jerianeth et fut visiblement, très déçus qu’il ne s’en souvienne pas, lui non plus. Après tout, elle avait déjà tenté aussi avec Roxanne et la réponse avait été la même. Il continua sur ses propos et expliqua un peu son histoire, du moins, le fait qu’il n’était plus sur Jerianeth. Elle fut toutefois, plus que surprise lorsqu’elle compris que Roxanne, sa Roxanne, qui l’avait pris sous son aile, était sa… Sœur? Elle n’avait jamais vraiment fait mention d’avoir eu un frère, pourquoi donc? Intriguée et un peu… Nerveuse vue le ton changeant de son interlocuteur, elle ne put s’empêcher de se renfrogner un peu. Après tout, avoir des liens ne lui avait jamais été des plus profitables jusqu'à maintenant. Il eut dans le mile lorsqu’il présuma qu’ils parlaient de la même Démone, après tout, il ne devait pas y en avoir une tonne. Une tonne de question explosèrent dans son esprit d’un seul coup.

-Trop jeune? J’ai quand même huit ans et demi.

Sur Irianeth à cause d’elle? Trop rancunier? Qu’est-ce qu’elle avait fait? Et ainsi de suite, si elle aurait pu... Elle espérait donc que ce commentaire saurait le convaincre. Il ne l’embêterait aucunement avec ça, il allait lui parler de Roxanne et elle avait du mal à s’imaginer la Démone faire quelque chose de vraiment, vraiment mal. Elle était même… Un peu intriguée. Roxanne ne lui dirait jamais rien là-dessus, même si elle lui demandait, pour ne pas prouver que la théorie de Zyra fût que les Démones et bien, c’était fait pour être méchant. Quoi que...  Si elle n’avait pas parlé d’Adonis, il devait y avoir une raison aussi, mais cela ne la satisfaisait pas du tout, mais pourquoi diable personne ne lui disait jamais rien! Elle se mordit donc un peu la lèvre, question de ne pas le faire crouler sous les questions. Aussi parce-qu’il avait continué à parler et qu’elle ne voulait rater aucune information, tout comme ne pas manquer de respect. Elle était bien élevée somme toute. Après tout c’était un Démon Pur, Alpha, Oncle adoptif, sans oublié héro jusqu’au dernières nouvelles… Voilà quoi. Ce qu’il racontait était vachement intéressant et elle en apprenait beaucoup.

-Oui… Moi aussi j’aimerais bien…

Avait-elle tout de même laissé glisser tout bas lorsqu’il avait mentionné son désir de pouvoir allé sur Jerianeth. En fait, elle était curieuse, mais aussi c’était quelque chose en elle qui la poussait à vouloir y aller, même si elle n’arrivait pas trop à comprendre pourquoi. C’était sans doute un truc de Démons purs. Et si ni Enkidiev, ni Irianeth n’étais un endroit où les Démons pouvaient dominer, pourquoi rester? Tout ceci était visiblement bien compliquer et la dépassait de loin, ce qu’elle n’appréciait pas nécessairement.

Quand au fait s’ils étaient ennemis, il se contenta de lui dire que cela n’en retournait qu’à elle. Ah oui? Elle hocha donc négativement la tête en fronçant les sourcils. Elle n’avait pas envie qu’ils soient ennemi, elle l’aimait bien en fait. Et puis, comme il le disait, s’il était techniquement son Oncle… Par adoption… C’était étrange en soit. Elle pouvait bien l’admettre elle aussi et se contenta d’hocher la tête lorsqu’il mentionna qu’il trouvait cela perturbant. Elle n’aurait su mieux dire. En ce qui concernait le champ de bataille, elle n’y avait jamais vraiment pensée, du moins, pas encore. Après tout, c’était le premier Démon d’Irianeth qu’elle rencontrait… Et l'Alpha de surcroît, qui ne semblait pas vouloir la tué. Il fallait avoué qu'elle se sentait un peu spéciale pour une fois. Quant aux guerres, elle ne se sentait pas réellement concerné, la seule chose qui lui plaisait à cette idée était qu’elle aurait le droit de calciné des gens sans se faire réprimandé, du moins, du haut de son jeune âge, c’était ainsi, pour le moment, qu’elle voyait les choses. Et puis, il y avait déjà sans doute pensée avec Roxanne. Est-ce que c'étais pour ça qu'elle ne lui en avait jamais parler? Parce-qu'elle ne voulait pas qu'on sache? Il fallait dire qu'elle ne se voyait pas vraiment se venté d'avoir rencontrer Adonis non plus, ont lui couperais la tête sans même qu'elle n'ai put finir sa phrase...

Elle songeait donc à toutes ses informations, tout en tentant de formuler toutes ces questions qui lui passaient sans cesse à l’esprit. Il lui demanda alors si elle se sentait mieux, en fait, elle n’en avait aucune idée, en ce moment. Elle se sentait… Perturber, sinon, elle n’avait plus trop froid, puisqu’elle était toujours recouverte de flammes, alors elle se contenta d’hausser les épaules.

-Ça dépend… Tu veux avoir plus chaud, toi? Moi toujours.

Elle lui offrit un petit sourire. C’était sûr qu’il devait apprécier aussi! Quel Démon refuserait plus de chaleur? C’était complètement insensé. Il avait été mouillé plus tôt et puis si elle pouvait lui faire un peu plaisir, pour le remercier, pourquoi pas. Sur cette pensée, elle intensifia encore sa chaleur, de toute façon, il n’y avait rien de mieux. Il avait enchaîner en lui demandant si elle pouvait lui parler de sa véritable mère. Elle ne savait pas trop s’il avait choisi le mot exprès, mais celui-ci faisait pour elle, toute la différence. Elle l’avisa un moment, faisant légèrement la moue, haussant de nouveau les épaules et avisant un peu autour, en réfléchissant à tout ceci pour risquer un œil un peu incertain vers lui.

-Si tu me promets de ne pas te mettre dans tous tes états comme les autres Démons? Je n’ai pas trop envie que tu veuilles me tuer, sa deviens une fâcheuse habitude chez presque tout le monde et sa me met de mauvaise humeur…

Après tout, un héros qui se changerait vite en potentiel tueur, ça ne l’enchantais aucunement. Sa la mettrais en rogne aussi puisqu’elle le trouvait sympa et qu’il semblait partager un peu plus sa vision sur certaines choses que les autres. Elle attendit donc qu’il lui indique qu’elle pouvait continuer. Elle plaça une mèche ondulé derrière l’une de ses oreilles et commença donc, un peu, tout de même, incertaine.

-Elle s’appelle Zyra.

Le simple fait de prononcer à voix haute le nom de sa génitrice la gonflait de courage, du moins, un peu. Elle était prête, si jamais il choisissait de pété les plombs. Puis, voyant que ce ne semblait pas être le cas, elle se détendit un peu.

-Je ne sais pas où elle est, si c’est ta prochaine question…

C’était tout aussi décevant pour elle de ne pas savoir où diable sa mère pouvait bien se trouver, sinon plus, il pouvait en être sûre. Car si elle l’avait su, elle serait allée la rejoindre, sans la moindre hésitation. Bien qu’elle affectionne Roxanne, elle n’avait aucune raison valable de vouloir rester dans cette meute. Avec sa mère, tout était plus simple et plus amusant, surtout. L’envie de continuer son récit la démangeait. Peut-être avait-elle besoin d’exprimé un peu le fait qu’elle se sentait complètement désemparée, dans ses mots à elle, à sa façon. Elle n’avait pas l’impression que c’était quelque chose de prévue, cette séparation. Elle n’avait certes pas toujours été avec elle, la laissant souvent aux bon soins de Fire, mais elle ne l’aurait jamais abandonné, ça, elle en était sûre. Elle ne savait même pas qui les avaient attaqués et sincèrement, si elle le savait, elle les ferait tous brûler vif, parce-que c’était ce qu’on lui avait appris et qu’on n’attaquait pas sa mère… Ou à elle. En fait, elle se sentait un peu coupable. Et si tout ça était de sa faute et qu’elle n’avait voulu que la protéger?

-Elle m’a seulement ordonné de disparaître dans la forêt. Je sais que quelque chose clochais et que j’étais en danger. Elle est venue, pour me dire de fuir, juste avant. Ils étaient tout prêt. Ce n’était pas vraiment le temps de rouspété… Tout ce que je me souviens c’est d’avoir obéit parce-que c’était comme ça. D’avoir pris la direction qu’elle m’avait indiquée, sans me retourner, comme elle m’a demandé. Je me souviens des flammes qui léchais les arbres derrière moi, de Fire, puis plus rien. Enfin... J'ai vraiment couru longtemps, puisqu'elle ne m'as jamais préciser quand m'arrêter.

Elle risqua un bref regard vers le Démon. Elle se demandait si peut-être il savait quelque chose de tout ceci? Ce serait bien. Elle se repassait souvent tout ceci à l’esprit, lorsqu’elle était seule. Il lui arrivait même parfois d’en rêver, mais l'issus était toujours la même.

- Si elle ne m’avait pas promis qu’elle reviendrait me chercher quand tout serait fini, je ne serais pas partie et j’aurais affronté avec elle qu’importe ce que c’était. J’étais sûre qu’elle reviendrait… Parce-qu’elle revenait toujours. Pour moi. Ou bien Fire serait revenu. Elle n’est peut-être plus sur Enkidiev… Et je suis sûre qu’elle n’est pas morte. Elle ne peut pas mourir, voyons. Et puis, quelqu’un s’en serait venté, forcément…

Elle avait baissé la tête et, tout en parlant, observait tranquillement l’herbe se tordre, puis prendre feu sous la chaleur des flammes qu’elle dégageait de ses mains alors qu’elle se contentait de frôler les brindilles, un peu songeuse. Sa mère était intelligente, mais elle ne comprenait visiblement pas pourquoi elle ne revenait pas la chercher. Elle continuait d’espérer. Que pouvait-elle faire d’autre, de toute façon?

-Tous le monde la détestent et racontent qu’elle n’a semé que mort et chaos sur le continent.

Elle haussa les épaules. Visiblement, elle avait encore de la difficulté à comprendre cette notion contradictoire qu’on tentait de lui inculquer alors qu’elle considérait celle de sa mère beaucoup plus logique et naturelle pour un Démon. Le feu, c’était ce qui la faisait vivre. Pour elle, c’était aussi important que cet effroyable liquide qui faisait vivre ces petites brindilles. Étant ce qu’elle était, soit, bien qu’une Démone, trop faible encore et marqué d’un certain instinct de survie, elle était… Coincée. Pathétiquement coincé. Sa mère aurait honte.

-J’étais bien avec elle. Ont c’est quand même bien amusé quand on était toutes les deux, elle me laissait torturer des humains. Ce n’est pas ici que ça va arriver, même pour mon anniversaire.

Elle eut un bref sourire, nostalgique. Elle n’avait jamais raconté ça à qui que ce soit. On l’aurait arrêté bien avant, la sommant de se taire, comme si elle disait les choses les plus immondes qui soient et qu’on voulait qu’elle efface tout et recommence à zéro la façon d’ont elle pensait, gracieuseté Zyra. Elle s’ennuyait de cette époque. Où elle n’avait qu’à obéir à sa mère, une Démone digne de ce nom.

Elle releva un bref regard vers le Démon, ce demandant ce qu’il pensait de tout ceci. Elle savait, oui, qu’il lui avait dit plus tôt que les humains n’aimaient pas être brûlé et tout et tout. Ce n’étais vraiment pas marrant toutes ses règles et elle espérait qu’elle ne c’était pas attiré d’ennuis en lui racontant tout ceci, mais la curiosité était plus forte que le reste. Si elle avait la moindre chance d’en savoir plus..

-Tu l’as connu, toi? Après tout, les chances que tu connaisses Roxanne étaient déjà minime selon moi, alors ma mère, si elle a été sur Irianeth un moment… Tu la forcément connu. Parle-moi d’elle s’il-te-plait…

Oui, elle aimerait bien que quelqu’un lui parle d’elle et puisqu’Adonis ne l’avait pas encore trucider, ce ne devait pas être aussi mauvais que la vision des gens d’Enkidiev avait d’elle, même les Démons. Observant toujours celui-ci, elle espérait en savoir un peu plus. Elle lui avait tout dit ce qu’elle savait, après tout. Bon, cela lui avait fait un peu de bien et, elle n’avait pas vraiment pu s’en empêcher, ne sachant trop réellement pourquoi. C’était sans doute ça, la magie des Alpha qu’on parlait des fois? Pourtant, Connor n’avait jamais rien eu de sa part, que des feulements. Il fallait dire qu’elle n’avait pas trop l’habitude de se confié à ceux qui tentaient de la tuer froidement, juste parce-qu’elle n’étais que la progéniture d’une créature que l’on détestait, visiblement.

Elle avait un peu oublié cette histoire qui faisait en sorte qu’Adonis en voulait à Roxanne, avec tout ça, ainsi que toutes les explosions que ces nouvelles informations avaient suscité dans son esprit. Il fallait dire que lorsqu’il était question de sa mère, elle était toujours toute ouïe et avait tendance à oublier tout le reste, comme présentement, surtout si elle pouvait en apprendre plus sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11112-ophelia-let-s-burn-the-world-gestion
Adonis
Animateur - Sorcier
Animateur - Sorcier
avatar
Nombre de messages : 77
Rôle : Sorcier et Alpha des Démons d'Irianeth
Date d'inscription : 23/07/2014

Plus sur le personnage
Âge: 35-40 ans [G18]
Rôle: Sorcier de Jérianeth
MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis] Mer 30 Aoû 2017, 09:09

Je parlais alors d’Irianeth. Des démons sur Irianeth. Du fait qu’on était obligé d’obéir à un humain, bien que cela nous rebute. Nous y étions bien obligés, si nous voulions rester sur leur sans avoir de problème. Des fois je me demandais si je ne devrais pas rassembler le plus de démon et demi démon possibles pour assiéger un royaume et en faire une sorte de nouvelle terre de Jérianeth. Une terre exclusive aux démons. C’était une idée. C’était intéressant. Mais ce n’était pas avec 5 démons que nous allions réussir à grand-chose. Les démons d’Enkidiev ne nous aideront sûrement pas dans cette tâche. Ophélia peut-être ? Si je refusais l’accès à sa mère adoptive, Roxanne, je doutais qu’Ophélia accepte de venir avec moi. Hm. Mon projet mérite plus de réflexions, et surtout, plus de démon.
D’ailleurs, la jeune enfant me posa une question qui me fit sourire, alors que je faisais allusion aux démons d’Irianeth.


« Nous sommes tous des démons purs, sur Irianeth. Enfin. Peut-être quelques bâtards de demis dans le futur. Après tout, un accident avec une femme peut vite arriver. »

Je ne savais pas trop si je faisais bien de parler de ce genre de choses avec une enfant à si bas âge. Avait-elle seulement eu un cours sur la sexualité ? De la part de Roxanne, j’en doutais, après tout, question amour et sexualité, elle avait des gouts douteux. Rien que le fait qu’elle se soit marié à un humain ne faisait que confirmer cette réalité.
Par la suite j’enchainais donc sur Roxanne, en en disant trop, et pas assez en même temps. Cela aiguisa la curiosité d’Ophélia, assurément, et je me demandais si ce n’était pas fait exprès, dans un sens. Peut-être que cela l’éloignera de sa mère. Instinctivement, je me mis à lui caresser la tête en un signe d’affection, alors qu’elle en demandait plus. Des informations, pas des caresses.


« Une autre fois peut-être. Cela signifie que tu devras revenir ! »

Revenir oui, tisser un lien, et l’amener toujours un peu plus dans mon sens, l’éloigner de Roxanne. La posséder, en un sens. Je doutais qu’elle rechigne à revenir à Perle pour pouvoir discuter, surtout que désormais sa curiosité était aiguisée. Oui, elle reviendra, j’en étais quasiment certain. Nous étions quelque peu similaires. Et quelque chose me disait qu’Ophélia finirait par être plus proche de moi que de Roxanne.
J’imagine que ce doit être l’instinct des femelles de se rapprocher de l’Alpha. Enfin, j’imagine.


« Ça dépend… Tu veux avoir plus chaud, toi? Moi toujours. »
« Je serais un bien piètre démon si je n’aimais pas la chaleur, voyons, » lui répondis-je d’une voix amusée.

L’important était qu’elle semblait aller mieux. Elle se réchauffait, c’était une très bonne chose, et le fait de s’être éloignée de la rivière devait la rassurer quelque peu. Peut-être aussi grâce à ma présence ? Oui ou non, je n’étais pas dans sa tête, alors tout était possible. Néanmoins j’enchainais bien rapidement en lui posant donc une question sur sa génitrice, et la jeune enfant sembla quelque peu hésitante, pour finalement commencer en me demandant de ne pas me mettre en colère.


« Je ne suis pas comme tout le monde. Je ne me mettrais pas en colère. »

Et là, la nouvelle tombe. Sa véritable mère était Zyra. Je l’écoutais avec attention alors qu’elle me racontait son histoire. Je la laissais parler sans l’interrompre. Zyra l’aurait abandonné ? En quelque sorte, puisqu’elle n’était jamais revenue la trouver. Qu’attendait-elle de son enfant ? Qu’elle fasse ses preuves par elle-même ? Il y avait de fortes chances, après tout elle avait déjà eu des enfants, et ce qui était certain c’était que Melyanna fut une forte déception – d’après les rumeurs.

« Je l’ai connu, un peu. Quand je suis arrivé sur Irianeth c’est elle qui m’accueillit. A l’époque il n’y avait pas le système de meute, mais elle était à mes yeux mon alpha. Il y avait peu de démons à cette époque-là, ceux qu’il y avait été solitaire. Elle était indépendante, et était une bourreau extrêmement douée. Nous n’avions que peu de contact cependant, mise à part qu’elle avait dans l’idée de grossir les rangs des démons, d’en faire de parfaits soldats pour renverser l’ordre des choses : faire des démons les maîtres et les autres races nos soumis. Elle s’est fait virée de l’ordre – c’était une Chevalière d’Irianeth à l’époque – car elle avait attaqué une de ses comparses, et l’avait presque tué. Le chef l’a éjecté de l’ordre, et depuis je ne l’ai plus jamais revu jusqu’à ce que je tombe sur toi. »

Je marquais une courte pause pour qu’elle intègre ce que je venais de dire. Je ne savais pas ce que Zyra avait pu dire à sa fille, alors peut-être que les informations que je lui donnais pouvaient à quelque reprise paraître redondante. On va dire que c’est excusable.

« Il n’y avait plus de démon à part moi sur Irianeth jusqu’à ce que, comble du hasard, des démons bannis de Jérianeth n’échouent sur nos plages. Je suis alors devenu Alpha puisque j’en avais les compétences et j’ai commencé à constituer une meute. Je laisse les rivages ouverts aux autres démons souhaitant nous rejoindre. »

Peut-être verrais-je un jour la petite tête de démone qu’étant Ophélia se pointer sur les berges d’Irianeth pour me jurer allégeance ? J’avais tout de même un gros doute. Si elle était la digne fille de Zyra, elle préconiserait l’indépendance à la soumission à un Alpha. Même si dans un sens elle devait se soumettre à l’Alpha d’Enkidiev.

« Le peuple d’Enkidiev n’aime pas Zyra car c’était un des meilleurs effectifs d’Irianeth. Elle était puissante et a fait beaucoup de dégât sur Enkidiev. Ils la craignent en fait, plus qu’ils la détestent. La mentalité est différente entre Enkidiev et Irianeth, les avis aussi. Torturer les gens est interdit sur Enkidiev, mais tolérer – dans la limite du raisonnable – sur Irianeth. »

Je levais alors les yeux au ciel pour observer la progression du soleil. Cela faisait bien plusieurs heures que nous discutions ainsi, et peut-être que Roxanne ou d’autre personne était déjà en train de chercher la petite démone perdue. S’ils remontaient les traces jusqu’à Perle, ils risqueraient de vouloir mener une guérilla.

« Je pense que tu devrais rentrer. Tes parents doivent s’inquiéter, et je n’ai pas très envie que l’on pense que je t’ai kidnappé et qu’une bataille n’éclate alors que nous ne sommes pas préparés. »

Un sourire presque jubilatoire à l’idée d’une guerre passa sur mes lèvres. Cela ne me dérangeait pas tant à vrai dire qu’il y ait une bataille. Simplement, cela me dérangerait de la perdre, donc autant attendre d’y être un minimum préparé. Plus tard certainement. Mais cela ne saurait tarder. Ramenant mon regard dans celui de la jeune fille, je terminais donc.

« Tu n’auras qu’à revenir un autre jour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t9763-adonis
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis]

Revenir en haut Aller en bas

Rivières, ces flots sans scrupules... [PV Adonis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev :: Perle-