___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Tais-toi et marche [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 249
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Tais-toi et marche [PV] Mer 27 Avr 2016, 09:53


Bien que l’attribution ne fut pas grandiose dans l’esprit de la plupart des gens, Imaé quant à elle, en était très satisfaite. Le pétage de plomb de Janita fut un spectacle délicieux, et s’il n’en avait tenu qu’à elle, elle se serait fait un plaisir de mettre un peu plus de braises dans le feu brulant. Le plus étonnant fut sa rencontre avec Beurk. Il n’était pas une nouvelle que la fée azurée était le plus faible de la promo, et Imaé était bien de l’avis de le tuer tout de suite pour éviter de s’embêter avec de la sous merde. Une sorte de sélection naturelle, en somme. Cependant, il avait réussi à la faire changer d’avis, chose incroyable connaissant l’esprit de psychopathe sociopathe et sadique d’Imaé. Elle ne changeait pas souvent d’avis – pour ne pas dire, jamais – et cet avorton avait réussi un exploit. Oh mais bien sûr, elle n’allait pas être plus tendre pour autant. Il allait en souffrir, et sa motivation a intérêt à ne jamais faiblir.
Elle l’avait donc planté là sans répondre, préférant profiter un peu de son temps libre avant de torturer son nouveau cobaye. Par occuper son temps libre, se fut d’aller utiliser un prisonnier comme punching ball sans aucune raison, de lui arracher les dents pour les lui faire avaler, avant de finalement s’entrainer à l’art du dessin avec de l’acide sur la peau du pauvre homme. Un passe-temps comme un autre. Elle avait aussi passé une dernière nuit torride avec son âme sœur et quelques autres – oui, en même temps – pour éviter d’être trop en manque de sexe et de devoir jeter son dévolu sur l’homme à la peau bleue. Car en effet, elle avait déjà une petite idée derrière la tête concernant la torture du jeune homme, et cela risquait de prendre plusieurs jours.
La facilité fut qu’elle avait été déjà choisie comme mentor de Beurk, ainsi elle n’eut pas à kidnapper l’enfant puisqu’Imaé n’était pas du genre à demander la permission avant d’emprunter. Quoique de nouvelles perturbations parmi les rangs l’auraient bien amusés, quoique cela aurait plutôt fait chier les chefs, et l’Hybride n’avait pas très envie de se faire éjecter de l’ordre – grossière erreur que de la jarter, elle est du genre rancunière la petite.

Très tôt le matin – le soleil n’était même pas encore levé – Imaé s’introduisit dans la chambre de Beurk, et eut une manière bien à elle de le réveiller. Une petite tarentule sur la tronche, quoi de mieux ! C’est avec un petit sourire qu’elle observa, silencieuse, la tarentule marcher sur la peau bleuâtre du jeune homme qui ne se réveilla pas tout de suite. Non, il se réveilla plutôt lorsque l’animal le mordit sur la paupière de son œil gauche. La surprise fut de taille pour la fée, ainsi que la douleur. Le venin de la tarentule n’était pas mortel – du moins quand on le savait – simplement douloureuse. L’œil de la victime commençait déjà à gonfler, au grand plaisir de l’Hybride.

« Si tu es sage, tu auras l’antidote pour ne pas mourir, »

Hein quoi ? Pourtant le venin n’était pas mortel ! Ah mais, peut-être ne le savait-il pas, après tout les tarentules n’étaient pas très répandues. Et Imaé voulait s’amuser à ses dépends. Il ne mourra pas, du moins pas de la morsure.
C’est avec un petit sourire en coin qu’Imaé prit la bestiole dans sa main pour l’y écraser lentement.

« Déshabilles-toi et suis-moi. »

Elle n’attendit pas qu’il s’exécute pour commencer à partir. Il avait plutôt intérêt à se déshabiller, sinon sa punition risquait d’être terrible. Bon, il avait le droit d’avoir un caleçon, Imaé n’était pas si terrible ! Du moins pour le moment...
Ainsi donc, Beurk n’avait droit qu’à un caleçon avant de suivre Imaé dans les couloirs de la Forteresse. Mais elle ne s’arrêta pas là, bien au contraire ! Elle l’emmena dehors, où la nuit était encore fraiche avec, semble-t-il, une petite brise fort agréable pour elle, mais qui ne devait certainement pas l’être pour l’être dénudé qui la suivait comme son ombre. Peut-être même espérait-il qu’on ne le voit pas en se cachant derrière elle, mais c’était peine perdue malheureusement. La question était : où l’emmenait-elle ainsi ?
Très vite, ils atteignirent les quais où un bateau attendait patiemment la Chevalière et son esclave.

« Pouvons-nous levez l’ancre ? » lui demanda le Capitaine une fois qu’elle fut à sa hauteur.
« Absolument, » commença-t-elle avec un petit sourire diabolique. Puis, se tournant vers l’élève, elle poursuivit : « J’espère que tu n’as pas le mal de mer ! »

Le mal de mer est le cadet de ses soucis de toute manière.
Une fois sur le bateau, Imaé attendit que l’on soit assez loin de la berge pour se tourner vers la fée azurée avec dans le regard, une lueur malsaine.

« Tu n’es pas sur ce bateau en tant qu’invité. Tu vas devoir mériter ta place. Pour espérer dormir au chaud, tu vas devoir nettoyer le sol du bateau avant la fin de la journée. »

Elle lui montra alors un saut d’eau savonneuse, qui sera son nouvel amis jusqu’à ce qu’on arrive à destination. Problème : il n’y avait pas d’éponges ou de serviettes. Mince alors, comment allait-il nettoyer le pont du bateau alors ? Voyons... Il faut être inventif dans la vie. Et puis il lui reste ses petites mains délicates. Bien évidemment, qu’il ne songe même pas à demander de l’aide, ou à demander une serviette. C’est à la sueur de son front que l’on pouvait espérer désirer quelque chose. Quant à Imaé, son statut de Chevalière lui conférait d’ors et déjà une place dans la cabine du capitaine – If you know what I mean – et aussi grâce à la peur qu’elle inspirait à son entourage. Alors elle était tranquille.

« Tu auras sûrement faim durant ce voyage. Je te conseille de savoir chasser les rats qui se cachent ici et là, car c’est tout ce que tu auras. Alors... Au travail ! »

Avec un petit rire, elle le laissa là, avec son saut sans éponge, pour aller retrouver l’équipage qui jouait déjà à quelque jeu de hasard. Beurk devra assimiler deux leçons : on n’est jamais mieux servi que par soi même, et on n’a rien sans rien. Et aussi que pour le moment il n’est qu’une sous merde, s’il veut du respect ou de l’importance – ou les deux – il devra travailler dur, et ardemment.
Pauvre de lui : être l’esclave d’Imaé et de l’équipage pendant deux jours... Car, il ne le savait pas mais, là où ils accosteraient est le fameux royaume de Shola. Encourageant comme destination n’est-ce pas ?
Il n’était pas au bout de ses peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Beurk
Écuyer
avatar
Nombre de messages : 66
Rôle : Écuyer d'Irianeth-Fils de Harry
Âge du personnage : 16-21 ans [G18]
Date d'inscription : 08/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 16-21 ans [G18]
Rôle: Élève d'Irianeth-Fils de Harry
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Jeu 12 Mai 2016, 11:24


Après avoir dit à Imaé qu'il était prêt à tout pour s'endurcir et devenir un Chevalier (enfin, un Écuyer d'abord xD) digne de ce nom et que l’entraînement pouvait commencer immédiatement, Beurk attendit une réponse, qui ne vint jamais. A la place, la Chevalière le laissa là, seul. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle avait fait cela, mais il n'essaya pas de la rattraper de peur de l'énerver. A la place, il profita encore un peu du buffet puis alla s'isoler dans sa chambre pour méditer sur cette journée. Le Fée azurée avait redoublé, certes, mais il avait trouvé quelqu'un pour l'entraîner à la dure et faire de lui un homme, un vrai, et c'est ce qui comptait le plus pour lui ! Il allait enfin pouvoir prouver à ceux qu'il avait déçu ce dont il était capable, et leur prouver que ce redoublement n'avait fait que le renforcer ! Le jeune élève, après avoir fini de penser à tout cela, finit par s'endormir paisiblement, rêvant qu'il était Chevalier.

Malheureusement, cette première nuit en tant que redoublant fut d'assez courte durée. En effet, alors qu'il était toujours en plein rêve, Beurk sentit une douleur vive au niveau de sa paupière gauche. Se demandant ce qu'il se passait, il se redressa d'un bond et jeta un œil autour de lui pour découvrir qui osait s'attaquer à lui. Remarquant alors Imaé, l'élève fut quelque peu soulagé… Jusqu'à ce que la Chevalière prononce les mots antidote et venin et qu'elle écrase une araignée dans sa main. Beurk détestait les araignées, depuis toujours, il en avait une peur bleue. Pourtant, malgré que la panique soit à son maximum et qu'il commence à moins voir de l’œil gauche, il ne laissa rien paraître et se contenta simplement de se lever et de suivre les instructions de son mentor. Bien sûr, lorsqu'elle lui demanda de se déshabiller, Beurk hésita à enlever son caleçon, puisqu'il ne savait pas vraiment pourquoi elle lui demandait ça, mais il décida de prendre le risque de le garder lorsqu'il comprit qu'ils allaient sortir de la chambre. Et puis, si elle voulait qu'il l'enlève, et bien elle n'aurait qu'à le punir !

Ainsi donc, comme le lui avait demandé Imaé, le Fée azurée la suivit dans la Forteresse. Mais, alors qu'il pensait s'arrêter dans la salle d'entraînement, ou, mieux, dans les cuisines pour grignoter quelque chose, il se rendit rapidement compte que ce n'était pas le cas lorsqu'il aperçut que son mentor se dirigeait vers les portes. Lui qui n'était jamais sorti de la Forteresse d'Irianeth, ou presque jamais, il sentit la peur s'insinuer en lui, lui faisant même oublier qu'il était en caleçon dehors. Alors, même si ça risquait de le faire paraître un peu plus faibles aux yeux d'Imaé, Beurk se rapprocha légèrement d'elle en jetant un coup d’œil autour de lui au cas où un dragon ne soit pas loin. Il ne reprit ses esprits que lorsque l'Hybride lui ordonna de nettoyer le bateau. Le bateau ? Quel bateau ? L'élève était tellement effrayé par le fait de quitter la forteresse qu'il n'avait même pas remarqué avoir pris la mer ! De mieux en mieux...

Enfin bref… Plongeant la main dans la seau à côté de lui pour y prendre l'éponge censée s'y trouver, il remarqua rapidement qu'il n'y en avait pas. Poussant un soupir, il regarda ses mains, puis le seau, puis de nouveau ses mains, et les plongea dans le seau afin de s'adonner à la tâche qui lui avait été confiée. Toute la journée, Beurk frotta le sol de toutes ses forces, effaçant toute trace de saleté à la sueur de son front. Plusieurs fois, la faim se fit ressentir, mais il décida de l'ignorer et continua à frotter. Pour l'instant, manger des rats le dégoûtait trop pour qu'il se décide à le faire, donc il ne mangerait pas tant que la faim ne serait pas devenue insupportable.
Finalement, le pont fut entièrement propre juste après le coucher du soleil. Le jeune Fée azurée avait les mains en sang, ses muscles souffraient, la sueur avait collé son vêtement sur sa peau, mais il s'en fichait. Il était juste fier d'avoir fait ce que lui avait demandé son mentor, et en s'appliquant qui plus est. C'est d'ailleurs pourquoi, une fois son travail terminé, il se dirigea vers Imaé pour lui annoncer la "bonne nouvelle".

"Euh… Mai… Maître ? J'ai terminé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 249
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Mar 30 Aoû 2016, 11:47


Imaé s'amusait bien – pour ne pas changer. Jouant avec l'équipage, elle avait réussi à plumer 2 des 5 participants. Elle n'était pas spécialement avide d'argent, mais elle aimait les jeux, et elle aimait gagner ; alors c'était tout bénéf' ! Les matelots s'amusaient bien aussi, autant dans le jeu qu'ils avaient proposé que concernant Beurk. En effet, le voir galérer, s'écorcher et vomir était assez drôle. Qu'il était obéissant, cet élève ! Bon, en même temps, s'il ne l'avait pas été, Imaé l'aurait certainement envoyé par le fond. Oh elle aurait déjà commencé par des châtiments corporels, puis elle l'aurait fait plonger dans l'eau glacée, l'observant s'épuiser à tenter de garder la tête hors de l'eau tandis que ses membres s'engourdissaient lentement avant de finalement s'amuser à lui balancer des boulets de canon. Et hop, un joli petit crâne fendu et une jolie petite marre de sang !
C'est buvant un verre de rhum avec l'équipage fort bruyant alors que le soleil venait de se coucher, que Beurk vint la déranger. Sur le coup, elle eut envie de lui prendre ces mains ensanglantées pour les brûler à l'alcool fort, mécontente d'être ainsi perturbée. Cependant, en voyant son état fébrile et sa voix chevrotante, elle eut légèrement pitié.
Légèrement.
La gifle partit d'elle-même.

« Tu ne déranges pas ton maître lorsque celui-ci est occupé. Tu attends bien sagement en retrait qu'il vienne avoir une quelconque considération envers toi. »

Cela lui faisait encore plus remarqué qu'il n'était qu'une sous merde. Se tournant vers l'équipage, Imaé remarqua que certains approuvaient son comportement, d'autres semblaient prendre Beurk en pitié. Ils n'ont pas à le prendre en pitié, Imaé ne faisait que le renforcer physiquement et mentalement. S'il voulait devenir un fier et fort chevalier, alors il devait se renforcer et cesser d'avoir l'air d'une mauviette – déjà que son allure lui donnait clairement l'air d'une mauviette. Ce qui était sûr, c'était qu'au bout de ces 5 années, Beurk allait être changé – encore plus s'il devenait son Ecuyer par la suite (à son grand dam certainement).
Imaé s'amusa donc avec l'équipage encore une heure ou deux avant de finalement se lever et se diriger vers Beurk.

« Suis-moi, » lui dis-je froidement.

Je l'entrainais dans la cave, là où l'équipage dormait dans des hamacs de fortune. L'emmenant vers le fond, je lui montrais alors un tissu plié et des anneaux plantés dans le bois du navire.

« Voilà ton lit. »

Puis elle partit. Beurk devait donc faire son lit tout seul, comme un grand – alors qu'il n'avait certainement jamais fait cela auparavant. Il se débrouillerait de toute manière, Imaé ayant donné pour ordre à l'équipage de ne surtout pas l'aider – voir même à l'embêter si certains s'en sentait l'humeur. Une fois son lit fait, un matelot lui donnerait des bandages pour ses mains – qu'il devra soigner tout seul – ainsi qu'un quignon de pain, du fromage, et de l'eau.
Imaé était une tortionnaire, mais elle savait pertinemment que pour continuer à s'amuser aux dépens de sa victime, il fallait qu'il soit un minimum en bonne santé pour résister un peu à ses assauts. Car oui, Imaé aimait la résistance, cela aiguisait d'autant plus son envie de faire mal, et cela lui permettait de redoubler d'inventivité.
La Chevalière passa donc la nuit dans la cabine du capitaine – ils ne dormirent pas beaucoup, et pourtant le lendemain Imaé pétait la forme comme jamais. Elle était de ces personnes habituées à peu dormir, et qui pouvaient même ne pas dormir pendant plusieurs jours sans peine.
Le matin donc, très tôt, Imaé alla voir Beurk dans la cave. Il dormait encore, alors elle ne se priva pas pour lui envoyer un saut d'eau glacé à la face pour le réveiller.

« T'as une sale gueule, » lui dit-elle en l'observant.

En effet, il avait encore l'œil gonflé par l'attaque de l'araignée. Lui donnant une potion pour combattre le venin de l'araignée, elle partit sans dire un mot de plus, induisant un ordre implicite à Beurk : « suis-moi ».
Sur le pont, l'horizon ne permettait pas encore d'apercevoir la terre sur laquelle ils allaient accoster, mais la température avait largement descendue, plusieurs matelots avaient déjà sortis les pulls et les bottes. Imaé, elle, était toujours avec sa tunique noir et son pantalon noir, sans pull, l'air de ne pas sentir le froid.
Se tournant vers Beurk, elle prit la parole.

« Tu vas te mettre dos au mat principal, et ne pas bouger jusqu'à ce qu'on accoste. Tu bouges... »

Sortant une dague, elle la lança en direction de Beurk et du mat – puisqu'il s'était positionné. La dague se ficha dans le bois, à seulement quelques millimètres du cou de Beurk.

« Tu meurs. Tu t'endors, tu meurs. Tu causes, tu meurs. Je veux que tu sois tellement discret qu'on ne voit plus que le mat, et pas ta face de violet. »

Le message était clair : Imaé n'avait pas envie de s'occuper de lui pour le moment. N'étant qu'un Elève, elle n'avait de toute manière pas à s'en occuper continuellement, mais restant la tyrannique personne qu'elle était, elle donnait quand même des instructions très précises pour être tranquille. Elle avait aussi prévenu l'équipage pour qu'ils martyrisent Beurk si jamais il bougeait, dormait, causait. Ainsi donc, elle s'amusait avec l'équipage comme la veille, quelque fois elle lançait des lames sur Beurk, lui faisant quelques petites coupures de-ci de-là, plus pour s'amuser à le faire sursauter qu'autre chose. A vrai dire, c'était dès qu'il baissait sa garde et commençait à somnoler qu'elle lui envoyait ces lames, histoire de le ramener à la réalité.
De toute manière, d'ici quelques heures, ils allaient accoster.


Dernière édition par Imaé le Jeu 08 Déc 2016, 07:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Beurk
Écuyer
avatar
Nombre de messages : 66
Rôle : Écuyer d'Irianeth-Fils de Harry
Âge du personnage : 16-21 ans [G18]
Date d'inscription : 08/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 16-21 ans [G18]
Rôle: Élève d'Irianeth-Fils de Harry
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Sam 08 Oct 2016, 09:33

Beurk ne s'attendait pas du tout à la gifle que lui envoya son mentor quand il lui dit qu'il avait fini. Après tout, il avait fait ce qu'elle lui avait demandé ! Cependant, même s'il avait envie de se révolter et de hurler à Imaé qu'un peu plus de reconnaissance ne lui ferait pas de mal, il se retint et se contenta de baisser la tête et de se reculer pour attendre qu'elle ne s'intéresse à lui. Au début, l'hybride pensa que la Chevalière allait seulement le faire attendre quelques minutes, pour lui apprendre la politesse, mais, plus le temps avançait, et plus il commençait à le trouver long. Alors il s'assit sur le pont et s'intéressa un peu au jeu entre Imaé et l'équipage, pour ne pas trop s'ennuyer.
Et puis, au bout de plusieurs heures, qui lui parurent infiniment longues d'ailleurs, Beurk vit Imaé finir par se lever, et se leva donc à son tour. Avant même qu'elle ne lui demande, il était prêt à la suivre et à faire tout ce qu'elle voudrait. Il la suivit donc jusqu'à ce qu'ils arrivent là où l'équipage dormait. Le jeune Fée azurée n'en crut pas ses yeux. Il allait pouvoir dormir, pour de vrai ? Sauf que… Arrivé à son lit, il remarqua qu'il n'était pas installé. Évidemment, ça aurait été trop beau pour être vrai...

Pourtant,  il se retint une nouvelle fois de dire ses 4 vérités et commença à analyser la situation pour réussir à installer son lit. N'ayant jamais eu à faire cela tout seul, cela lui prit une bonne partie de la nuit, où il faillit abandonner plusieurs fois, par dépit et également à cause de la douleur de ses mains. A un moment, un matelot compatissant s'approcha même de lui avec des bandeaux et à manger, et lui proposa de l'aider. Beurk refusa, voulant à tout prix réussir tout seul, mais le membre d'équipage déposa tout de même ce qu'il tenait en main et voulut montrer au pauvre hybride comment faire. Ce dernier lui lança un regard qui aurait pu effrayer le plus coriace des dragons, et le matelot comprit le message. Le Fée azurée voulait réussir tout seul, c'est ce qu'Imaé voulait, et il savait que c'était pour le renforcer et l'aider à survivre. Ainsi, avec cette nouvelle détermination, il essaya de nouveau et finit par réussir, peu de temps avant le lever du soleil. Il prit donc un peu d'eau, que lui avait déposée le matelot précédemment, puis se jeta sur son « lit » pour pouvoir enfin dormir, sans penser à manger ni à soigner ses mains.

Mais il s'était endormi depuis à peine quelques heures que Beurk fut réveillé en sursaut par de l'eau glacée atterrissant sur son visage. Encore légèrement dans le cirage, il but la potion que lui donnait Imaé sans se demander ce que c'était puis la suivit jusque sur le pont. Ensuite, il alla se placer contre le mât comme elle le lui ordonnait, se disant qu'il pourrait peut-être rattraper de sa courte nuit. Jusqu'à ce qu'une dague atterrisse juste à côté de sa nuque... Là, l'élève comprit immédiatement qu'il n'était pas là pour dormir. C'est pourquoi, autant qu'il le pouvait, il tenta de résister et ne pas s'endormir, malgré la courte nuit qu'il avait passé. Heureusement, si j'ose dire, ce ne fut pas difficile de résister, puisque, dès qu'il commençait à fermer les yeux, Beurk recevait un coup ou une dague venait se ficher à quelques centimètres de lui. Il commençait même à se dire que, parfois, être martyrisé pouvait être utile…

Enfin bref… Au bout de quelques heures, une terre commença à se dessiner à l'horizon, et le jeune hybride comprit qu'ils seraient bientôt arrivés. Pourtant, il ne bougea pas, attendant qu'Imaé lui en donne l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 249
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Jeu 08 Déc 2016, 09:54

Beurk devait donc faire le mort. Enfin, en quelque sorte. Disons plutôt qu’il devait se la jouer discret et rester bien immobile devant le mat. C’était un peu comme une sorte de torture plus psychologique. Puisqu’il ne devait absolument pas bouger, ni parler, ni même manger, sinon il allait passer un sale quart d’heure. Limite il n’avait pas le droit de respirer. Imaé était plutôt satisfaite en le voyant se plier docilement à ses exigences. Elle en fut même quelque peu surprise, d’ordinaire, qu’ils soient élèves ou écuyers, ces sous-fifres résistaient un peu plus. Du moins au début. Beurk, lui, semblait vraiment vouloir faire ce dont on lui demande. Ainsi, après qu’elle eut finit d’expliquer les nouvelles règles de ce petit jeu, elle le laissa là. Elle avait prévenu l’équipage de le martyriser quelque peu, ce dont elle ne doutait pas qu’ils se donneraient à cœur joie, tandis qu’elle préférait passer un peu de temps avec le Capitaine.
Les terres enneigées de Shola apparurent bien rapidement à l’horizon. Imaé était sur le pont, lustrant ses armes avant de les enduire de poison, elle observait ces terres avec une expression indéchiffrable sur le visage. C’était comme si elle réfléchissait à tout ce qu’elle pourrait faire subir à Beurk une fois que le bateau serait accosté. Oh, il était certain qu’il allait souffrir. Potentiellement mourir, étant donné qu’il était en caleçon, et que Shola n’était pas réputé pour être un endroit très chaleureux. On pouvait déjà sentir le froid de là où ils se trouvaient, certains matelots avaient déjà sortis les gros manteaux alors qu’Imaé portait toujours ses habits habituels. Mais c’était de bonne guerre non ?

Le bateau s’approcha lentement du quai de Shola, et l’équipage s’afféra aux préparations pour mettre pied à terre. Beurk n’était d’ailleurs toujours pas autorisé à bouger. Imaé, quant à elle, prit ses armes, ainsi que des bottes et un manteau, accompagné d’un gros sac où était mis des provisions pour sa petite aventure avec le bleuet.
Elle le siffla.

« Oh, déchet radioactif ? On bouge. »

Un petit surnom affectif ? Oui, bien sûr, Imaé appréciait déjà. Elle n’était en général pas friande des surnoms, cela relevait plus du domaine de Janita d’insulter ses élèves et écuyers. D’ordinaire, Imaé ne les appelait juste pas. Puisqu’ils sont des déchets jusqu’à leur ascension en tant que chevalier, alors elle ne voyait pas l’intérêt de leur donner un nom, ou ne serait-ce qu’un surnom. C’était déjà bien trop de considération pour eux. Mais là, elle avait envie. Après tout, déchet radioactif allait plutôt bien à Beurk. On va dire que c’était des synonymes.
Imaé posa donc enfin les pieds dans la neige, accompagnée de son esclave. Elle lui donna d’ailleurs le sac pour qu’il le transporte lui-même, avant de prendre la route vers une auberge côtière. Il faisait étonnamment doux, enfin, pour ceux portant des vêtements. La Chevalière était même un peu déçue qu’il fasse aussi doux, mais elle savait déjà comment rendre l’exercice bien moins supportable. A cette pensée, Imaé eut un léger sourire qui ne disait rien qu’y vaille.
Ils ne restèrent à l’auberge que le temps de quelques minutes. Le temps de s’installer, en fait. Imaé avait droit à une chambre pour elle seule, tandis que Beurk était relégué au coin des serviteurs : il dormait avec d’autres avec un simple lit de paille et une couverture pour la nuit. Au moins avait-il une couverture, ceci dit. Et puis, très vite la Chevalière emmena Beurk loin de cette auberge pourtant si accueillante et bien plus chaude que l’extérieur.
Elle ne dit pas un mot durant tout le trajet. Ils marchèrent dans la neige plusieurs minutes, délaissant la ville pour entrer dans une forêt peu dense, et au final arriver aux berges d’une rivière. Imaé ne semblait pas souffrir du froid pour un sous. Bon en même temps elle était vêtue, elle, mais bien moins que la plupart des personnes. L’hybride n’était pas vraiment sensible aux variations de température. Au contraire, elle avait tendance à préférer les pays froids, même si le paysage assez déprimant l’intéressait beaucoup moins.
Bref, tout ça pour dire qu’ils étaient arrivés aux abords d’une rivière, légèrement gelée par endroit mais globalement liquide. Beurk devait déjà savoir ce qu’il allait devoir faire, du moins, à supposer qu’il avait un minimum de jugeote, le peu de temps qu’il passait avec Imaé devait le conforter dans l’idée qu’il pouvait s’attendre à tout de sa part, mais surtout au pire.

« Tu vas entrer dans la rivière et me rapporter 3 poissons à main nu. Tu ne sors pas tant que tu ne les auras pas attrapé. »

La Chevalière eut un petit sourire carnassier avant d’aller s’assoir au pied d’un arbre résineux près de la rivière, ne songeant même pas au fait que Beurk puisse se rebeller. Il n’avait pas intérêt, de toute manière. C’était lui-même qui demandait à être renforcer, alors Imaé le renforcer. Elle renforçait son esprit, mais aussi son corps. Le froid avait des vertus tonifiantes pour la peau et les muscles, bien qu’à une certaine dose elle soit bien plus désagréable qu’elle ne devrait l’être.
Allons, Imaé n’était pas tant un monstre. Elle voulait faire joujou avec l’élève, alors elle n’allait pas le laisser mourir de froid. Pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Beurk
Écuyer
avatar
Nombre de messages : 66
Rôle : Écuyer d'Irianeth-Fils de Harry
Âge du personnage : 16-21 ans [G18]
Date d'inscription : 08/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 16-21 ans [G18]
Rôle: Élève d'Irianeth-Fils de Harry
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Sam 11 Fév 2017, 05:17

HRP:
 


Au fur et à mesure que le navire approchait de la terre qu'il avait aperçu quelques minutes auparavant, Beurk sentait de plus en plus le froid lui mordre la peau, et il commençait à comprendre  ce qui l'attendait. Au début du voyage, il pensait qu'Imaé ne lui avait fait revêtir un slip pour seul vêtement uniquement pour lui rappeler sa place, mais c'était apparemment mal la connaître. Pourtant, une nouvelle fois, l'hybride ne s'en plaignit pas et attendit simplement que sa mentor l'appelle. Il observa simplement les préparatifs de l'arrivée sans dire un mot.
Lorsqu'ils eurent accostés, Imaé l'autorisa enfin à bouger et, malgré le nom assez… peu affectif qu'elle lui donna, notre jeune élève la suivit comme un petit chien et accepta sans se plaindre le sac qu'elle lui tendait. Durant tout le trajet jusqu'à ce qui semblait être une ville, Beurk sentait le froid sur sa peau nue et il avait de plus en plus de mal à se concentrer sur autre chose. Lui qui n'avait jamais quitté la chaleur d'Irianeth jusqu'à aujourd'hui, la température à Shola était une grande épreuve pour lui. Heureusement, assez rapidement, le Fée azurée et sa mentor arrivèrent à une auberge où la température était bien plus accueillante qu'à l'extérieur. Les clients les regardèrent bizarrement, sûrement à cause de la tenue de notre jeune élève, mais Beurk n'en tint pas compte. Tout ce qu'il espérait, c'était de pouvoir enfin manger et dormir tranquillement, même si c'était dans un lit avec d'autres serviteurs.

Malheureusement, sa joie et son espoir s'envolèrent une nouvelle fois assez rapidement. Après seulement quelques minutes, Beurk dut ressortir dans le froid. Il se demanda alors ce qu'avait pu lui préparer Imaé comme entraînement, dans ce froid. Ce ne devait pas être quelque chose de facile, voire même une chose impossible, la connaissant, mais notre hybride était prêt à tout pour devenir Chevalier, même s'il devait passer à 2 doigts de la mort. Et, lorsqu'il aperçut une rivière, glacée par endroit qui plus est, et entendit son mentor lui demander d'aller chercher du poisson, il comprit que ça allait sûrement arriver… Mais il n'en laissa rien paraître et, espérant que cela lui donnerait du courage, Beurk se jeta d'un seul coup dans l'eau. Sauf qu'il n'aurait jamais du faire ça… Le froid de l'eau lui coupa le souffle et il dû attendre quelques secondes avant de parvenir de nouveau à bouger.
Mais, une fois ces quelques secondes passées, il prit une grande inspiration et plongea à la recherche de poissons. A chaque fois qu'il en apercevait un, le Fée azurée faisait trop de bruit et le poisson s'enfuyait. Pourtant, malgré sa technique on ne peut plus inefficace, il ne se découragea pas et persévéra. Pendant au moins une heure, il continua à tenter de pêcher ces satanés créatures aquatiques, jusqu'à finir par y parvenir en décidant de changer de tactique.

Alors, ces 3 poissons dans les mains, et à la limite de l'hypothermie, Beurk sortit de la rivière et s'approcha d'Imaé en tremblant, avant de s'écrouler juste devant elle.


Dernière édition par Beurk le Mer 28 Juin 2017, 06:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imaé
Animateur - Chevalier
Animateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 249
Rôle : Bourreau
Âge du personnage : 42-47 ans [G18]
Date d'inscription : 18/01/2013

Plus sur le personnage
Âge: 42-47 ans [G18]
Rôle: Chevalière d'Irianeth & bourreau
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Mar 06 Juin 2017, 13:45

Imaé se tenait donc sous un arbre résineux. Elle avait sortit son épée et commençait à l’aiguiser à l’aide d’une pierre spéciale. Une occupation comme une autre. Beurk s’était docilement jeté à l’eau pour tenter d’attraper les poissons, et bien qu’Imaé s’était bien amusée à le regarder faire pendant plusieurs minutes, elle devait bien avouer qu’au bout d’un moment le risible fit place à l’ennui. Le spectacle n’avait pas beaucoup de rebondissements. Il n’était intéressant que le temps de deux minutes et puis après cela devenait tellement redondant que c’était ennuyeux. Imaé aurait bien voulu qu’il se noie ou qu’un poisson tente de le bouffer – ou autre chose qui aurait pu la faire bien marrer.
Alors Imaé s’était mise à aiguiser son épée avec une pierre, regardant de temps en temps en direction de Beurk au cas où il se déciderait à se noyer comme une merde. Elle s’était même mise à chantonner une petite chanson – morbide, la chanson – tout en faisant sa besogne. Cette scène aurait presque pu être normale s’il n’y avait pas le bleuet, quasiment nu comme un ver, se démenant pour pécher des poissons très certainement plus intelligents que lui dans une eau glacée. Oui, presque normale.

Et puis, avant même qu’Imaé ne finisse de rendre sa lame toute belle, Beurk sortit de l’eau. Elle releva la tête lentement avec dans le regard une certaine lassitude. Elle était prête à l’engueuler et à le remettre dans l’eau, mais ça c’était avant qu’il ne s’évanouisse – comme une merde. La chevalière poussa un long et profond soupire. Il ne manquait plus que ça. Bon au moins, l’avantage était qu’elle n’avait pas à se la jouer sauveteuse en mer pour éviter qu’il ne se noie. Il avait eu la décence de revenir sur la berge.
Ah, et, il avait ses trois poissons. Comme quoi il n’était pas si inutile que cela.
L’hybride rangea donc son épée avant de ficeler les poissons ensembles. Ah bah oui, la bouffe avant les gens, évidemment. Suite à cela, elle jeta son élève sur son épaule, tenant les poissons de son autre main, et emmena le tout dans leur auberge.

Beurk était dans un lit, sec et bien au chaud. A son chevet se trouver une assiette de nourriture composée en grande majorité du poisson qu’il avait péché. Il fallait bien qu’il mange. Imaé était bien consciente que si elle voulait s’amuser encore un peu avec son jouet, il ne fallait pas qu’il crève tout de suite. Et donc il avait besoin d’un repas copieux. Quoi de mieux que du poisson et du riz ? Imaé quant à elle, s’offrit un bon repas composé de viandes rouges bien juteuses et des pommes de terre. Ah bah oui, elle se réservait les meilleurs morceaux.
Ce n’est que le soir venu qu’Imaé alla rendre visite à son élève. Il était réveillé et avait mangé. Une bonne chose de faite donc.

« Ne crois pas que tu vas pouvoir dormir plus. Maintenant que tu es de nouveau en forme, » enfin, pas trop non plus. « On sort. Oh, et enlève encore tes vêtements. Ton hypothermie est passée. »

Imaé l’amena alors dans une forêt d’arbres résineux, la seule variété pouvant pousser sur ce territoire. La nuit commençait à tomber, le soleil à disparaître, et les deux protagonistes marchaient jusqu’au cœur de la forêt.

« Voilà ta prochaine épreuve. Tu réussis, tu pourras passer toute une journée à te prélasser. » Imaé imaginait que la perspective de pouvoir dormir sans avoir peur qu’elle déboule pour le faire chier devait être alléchante. « Tu échoues, et tu vas vite comprendre ce que mes victimes ont ressenti quand je m’occupais d’elle. » Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres. « Tu vas rester dans cette forêt toute la nuit. Si tu en ressors pour une quelconque raison avant que je ne me réveille, tu échoues. Tu meurs, tu échoues. Tu vas devoir trouver des plans pour te réchauffer, pour te défendre, te soigner... »

L’hybride sortit sa dague avec vivacité, et d’un geste vif elle traça une grande plaie sur le thorax de la fée azurée. Le sang se mit rapidement à couler. Grâce au froid le débit restait faible, et grâce au froid il avait possiblement une chance de ne pas trop ressentir la douleur.

« Tu as l’âge d’être Ecuyer. J’estime donc que tu dois être apte à survivre dans un milieu hostile. »

Un petit rire sarcastique passa la barrière de mes lèvres. S’il en ressortait victorieux, il aurait passé un cap. Un cap vers la puissance. Après cela il faudra l’entrainer à se battre. Endurcir ses muscles. Mais pour le moment, il fallait qu’il prouve qu’il était digne de survivre.
Imaé partit donc de la forêt pour se la couler douce dans l’auberge avec charmante compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11380-imae
Beurk
Écuyer
avatar
Nombre de messages : 66
Rôle : Écuyer d'Irianeth-Fils de Harry
Âge du personnage : 16-21 ans [G18]
Date d'inscription : 08/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 16-21 ans [G18]
Rôle: Élève d'Irianeth-Fils de Harry
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Mer 28 Juin 2017, 07:44


Beurk se réveilla dans un lit, habillé, avec une assiette remplie de poisson et de riz à son chevet, quelques heures après son évanouissement. Pendant un instant, il crut qu'il avait rêvé (ou plutôt cauchemardé…), que tout ce qu'Imaé lui avait fait subir depuis son départ d'Irianeth n'était absolument pas réel. Et, ça, ça lui apportait un soulagement comme jamais il n'en avait ressenti jusqu'à présent. Alors, se sentant étrangement affamé, il se jeta sur son repas et l'engloutit aussi rapidement qu'il le put.
Seulement, tout en mangeant, le jeune élève remarqua des blessures sur ses mains, qui ne pouvaient malheureusement être dues qu'au nettoyage du bateau que lui avait fait subir sa mentor en se rendant à Shola… Ce qui lui fit réaliser qu'il n'avait finalement pas rêver. Mais alors, que faisait-il ici et pourquoi était-il vêtu ? Imaé l'avait-elle pris en pitié suite à son évanouissement près de la rivière glacée ? Le jeune Fée azurée n'eut pas le temps de trouver des réponses que, déjà, l'hybride était face à lui et lui donnait de nouveaux ordres…

Comme un petit chien obéissant, Beurk retira de nouveau ses vêtements et suivit Imaé jusqu'à une sombre forêt, l'écoutant lui donner ses consignes. Et, en comprenant ce qu'il allait devoir faire, il se félicita d'avoir un jour participer au cours de survie du Chevalier Xerkh. Oh, bien sûr, entre un cours et la réalité, ce ne serait pas pareil, mais il avait tout de même un avantage par rapport à quelqu'un de non entraîné. Même si cet avantage pourrait être considéré perdu vu la blessure que venait de lui infliger Imaé…
Enfin bref, prenant son courage à deux mains, Beurk entra dans la forêt et se définit un ordre des priorités dans son esprit. D'abord, il lui fallait du bois, pour faire un feu (ouais, un feu dans une forêt ouais Rolling Eyes). Et ensuite, il verrait bien ! Donc, pendant une bonne partie de la nuit, le redoublant s'empara de toutes les branches mortes qu'il pouvait trouver, tout en tentant d'éviter les bêtes sauvages, et en fit un tas avant de s'emparer de deux pierres et de les frotter l'une contre l'autre afin de créer une étincelle. Avec le froid, la tâche fut particulièrement ardu mais, après plusieurs minutes d'acharnement, le feu finit par prendre.

Alors, sentant le sang couler au niveau de son thorax, Beurk s'empara d'une autre branche (qu'il avait préparée au cas où) et la plongea dans le feu (pour en faire une genre de torche, si tu vois ce que je veux dire ^^) avant de l'appliquer sur la blessure. Il poussa alors un cri déchirant, qui fit fuir quelques oiseaux, et serra les dents. Le jeune Fée azurée ne savait pas si sa tentative fonctionnerait, mais il avait entendu dire que le feu pouvait aider à cicatriser des blessures.
Enfin… Ensuite, ne sachant pas trop ce qu'il devait faire d'autre, il s'assit près du feu, sa branche-torche à la main, prêt à en découdre avec toutes les créatures sauvages qui oseraient s'approcher. Tout ce qu'il espérait, c'était que le feu ne s'éteigne pas avant la fin de la nuit...

Mais ce fut malheureusement ce qu'il se passa. Le vent se leva vers le milieu de la nuit, et il se fit tellement fort que, au grand dam de Beurk, le feu s'éteignit. Le jeune élève entendit alors un cri de bête sauvage, non loin, et ne sut pas trop comment réagir, lui qui était désarmé et en slip en plein milieu d'une forêt. Heureusement, son instinct de survie prit le dessus et, sans vraiment s'en rendre compte, il grimpa au premier arbre qu'il trouva (ouais, l'instinct de survie ça fait devenir Tarzan 8D)

HRP:
 


Dernière édition par Beurk le Mer 28 Juin 2017, 07:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parandar
◊ PNJ
◊ PNJ
avatar
Nombre de messages : 1767
Date d'inscription : 01/10/2012

Plus sur le personnage
Âge: Naissance du monde
Rôle: Dieu Suprême
MessageSujet: Re: Tais-toi et marche [PV] Mer 28 Juin 2017, 07:44

Le membre 'Beurk' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé - 6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tais-toi et marche [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev :: Shola-