___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

To close of devil [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
A'élys D.
Administrateur - Assassin
Administrateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 472
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Âge du personnage : 59-64 ans [G18]
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 59-64 ans [G18]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: To close of devil [PV] Mer 09 Mar 2016, 13:28


<< Si tu veux que je t’amène sur Irianeth, si tu veux y survivre, il va falloir suivre des règles, >> commençais-je en m’adressant au voleur.

Nous étions à une frontière entre Enkidiev et Irianeth, assis sur des chevaux. Le mien était entièrement noir avec seulement une petite tâche blanchâtre sur l’oreille gauche. C’était mon cheval depuis un moment déjà, il suivait mes aventures et mes péripéties et c’est avec étonnement que je me suis rendue compte qu’il m’était fidèle. Il aurait put partir plein de fois, et il était toujours resté. On ne pouvait pas dire que je lui manifestais beaucoup d’affection pourtant, mais bon, bref.

<< Tu fais profil bas. Tu évites de t’approcher trop près des Chevaliers. Tu évites de te lier d’amitié avec quelqu’un de là bas. Tu évites de te faire remarquer. Restes sous ta cape noire le plus possible. Si jamais quelqu’un se rend compte que tu n’es pas d’Irianeth, ce sont nos deux têtes qui risquent de tomber, ainsi que celle de ma fille. Me suis-je bien fais comprendre ? >>

Il y avait intérêt cela dit, à ce qu’il comprenne bien et qu’il assimile tout ce que je venais de dire. Je faisais profil bas le plus possible dans les deux cas, tuant ce que les Sorciers me disent de tuer tout en ne prenant que des contrats pas trop éminent pour éviter d’être un Assassin très connu. Quoiqu’il en soit, je n’en restais pas moins un Assassin redoutable, et me sous estimer équivaut à faire un pacte avec la mot.
Nous reprîmes la route. Depuis que nous avions commencé, nous avions prit des chemins longs pour éviter de rencontrer des personnes, et lorsqu’on en rencontrait, soit je laissais filer s’ils ne nous remarquaient pas, soit je faisais vibrer quelques unes de mes dagues qui commencent à s’ennuyer. Il ne m’a pas été difficile de convaincre le lieutenant en charge de Mesarthim de me le laisser pour quelques temps, au contraire semblait-il soulager d’avoir un moment de répits. Cela m’avait fait sourire. Je m’estimais heureuse de ne pas à avoir d’apprentis, puisque jouant sur deux fronts je pouvais difficilement m’occuper d’un débutant en même temps.
Pour aller sur Irianeth, nous voguons sur un bateau spécialement dédié à la marchandise. Donc assez discret et rapide. Le capitaine étant un « ami », si on peut appeler comme ça une relation basée sur une dévotion éternelle du vieil homme suite à un service rendu, Mesarthim et moi-même sommes montés à bord en toute discrétion.

<< Pas trop vaseux ? >> me moquais-je gentiment à l’intention de Mesarthim alors que nous touchions finalement le sable de la plage des Dragons. << Tu n’as pas du être habitué à faire un petit voyage en mer. >>

Un petit sourire était peint sur mon visage alors que j’attendais un moment que Mesarthim reprenne ses esprits. Oh peut-être n’était-il pas si vaseux que cela, mais ne voulant pas me trimbaler avec une pauvre loque vomissant tripes et boyaux je préférais attendre un peu sur la plage, juste au cas où.

<< Ma fille et moi avons emménagé dans une petite maison d’un village proche de la forteresse, >> commençais-je alors que nous reprenions la marche. << Auparavant nous habitions dedans mais nous étions bien trop proche de la hiérarchie, pas très avantageux pour faire profil bas. >>

Je ne savais pas trop pourquoi je lui expliquais tout cela, mais j’en avais envie. Je n’étais pas quelqu’un de très loquace d’ordinaire alors il fallait savoir apprécier ces petits moments où je me mettais à parler. Enfin sauf quand ce sont des choses du style « je vais te tuer et j’aimerais apprécier ce moment ».
Nous continuâmes jusqu’au village en silence. Une fois aux abords, nous descendîmes de nos montures pour les tenir par leur laisse tandis que nous nous approchions de la petite maison que je squattais depuis que j’avais tué les propriétaires initiaux. Oh le monde ne les regrettera pas, après tout c’était eux-mêmes des tueurs. Je ne fais que faire ma part d’égoïsme. Enfin bref. A peine nos cheveux scellés sur le côté et le pas de la porte passée que ma fille, Jiyan, surgit de nul part à grand renfort de bruit avant de se jeter sur moi dans un espèce de câlin à la Jiyan.

<< Mamaaaan t’es enfin rentrée ! >>

Du haut de ses 7 ans, elle avait une longue chevelure blonde qu’elle tenait de son père, souples et presque plus doux que de la soie. Ses petits yeux rieurs étaient d’un vert émeraudes éclatants, et ils ne semblaient jamais se rassasier de ce qu’ils pouvaient voir, autant dans le merveilleux que dans l’horreur. Fait étrange avec cette enfant : elle pouvait voir le plus horrible des scénarios elle le prendrait avec calme et une petite étincelle dans le regard qui me fait dire que je l’avais bien faite à partir de mes entrailles, c’était certain, c’était bien ma fille. Elle était assidue et travailleuse, en plus d’être débordante d’énergie. C’est pour cela que pour son jeune âge, elle avait déjà une force physique impressionnante.
Bien que je la considérais comme l’enfant le plus parfait dont j’ai pus faire sortir de mon vagin, je ne répondis pas à son étreinte. Je restais stoïque, à tel point qu’on se demanderait si nous avions bien une relation familiale. Pour beaucoup on ne pouvait pas dire que notre relation soit « familiale », elle était plus dans le genre de maître à apprenti.

<< Jiyan, nous avons un invité. >>

Elle prit un petit air sérieux, un air dont on ne penserait pas qu’elle en soit capable, avant de se tourner vers le garçon qui me faisait suite, le détaillant de haut en bas comme pour trouver ses failles. Ce sont dans ces moments-là qu’elle me ressemblait le plus : cet air sérieux, ce regard transperçant, et cette position méfiante.

<< Jiyan, je te présente Mesarthim. Mesarthim, Jiyan. Il va rester un petit moment avec nous. Occupes-toi de lui pour le moment. >>

Et je partis, les laissant seuls tous les deux.
Jiyan resta silencieuse un moment. Le silence pesant qui s’installa n’était rompu que par le bruit de la respiration lente et mesurée de la jeune enfant, et de celle de Mesarthim. Et puis, d’un coup, un large sourire fendit son visage et elle sauta sur le jeune homme de 15 ans.

<< Trop cooool ! Tu vas être mon nouveau partenaire de jeu. Les anciens étaient trop fragiles, ce n’était pas drôle, >> elle se dégagea, avant de regarder Mesarthim droit dans les yeux, une étrange lueur au fond de ces iris. << On va aller dans la forêt interdite ! >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys
Mesarthim
Voleur - Guilde des Aigles de Sang
avatar
Nombre de messages : 52
Rôle : Voleur et Espion de la guilde des Aigles de Sang
Âge du personnage : 24-29 ans [G18]
Date d'inscription : 26/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 24 à 29 ans en G18
Rôle: Voleur et espion de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: To close of devil [PV] Jeu 24 Mar 2016, 12:18



Je terminais « mission espion » d'environs une semaine avec Althen lorsque celui-ci, au court d'un repas que nous prenions à l'extérieur me fit une annonce. Prenant une gorgée de vin, il reposa son verre et dit en souriant.
-Je pars en vacances quelques temps, enfin si on peut appeler cela ainsi, continua-t-il
Le connaissant suffisemment bien à présent pour savoir qu'à chacune de se phrases il attendait une réaction, je tentai avec succès je le savais, de muer ma profonde curiosité en un intérêt poli :
- Vraiment ?
Il sourit de plus belle, il connaissais et j'en avait conscience chaque inflexion de ma voix, il n'y avait rien d'étonnant à cela, étant à la fois voleur et espion il avait appris depuis longtemps à lire entre les lignes et traduire les mensonges en vérité, de plus il m'avait inicié à cet art et bien qu'il reconnu aisément que j'étais à présent plutôt doué, je ne pouvais vraiment trompé celui qui me formais depuis maintenant de nombreuses années.
-Seul, précisa-t-il
J'avais pour habitude d'endurer sans broncher ses semi-devinettes, mais en cet instant, ma patience était mise à rude épreuve. Pour n'en rien laisser paraître, je me concentrer sur ma respiration et le battements de mon cœur.
- Combien de temps demandais-je alors.
Il haussa les épaules :
-Cela mon cher, cela dépend autant de toi que de moi.
Je ne retint mon air mi-septique mi-curieux. Il du se lasser de son propre jeu car il énnonça :
-Tu pars aussi. Un autre instructeur, une expression amusée passa sur son visage, enfin une autre membre de la guilde te réclame auprès d'elle, je pense que tu sera content...
Je n'eu pas besoin qu'il dise de qui il s'agissait pour comprendre. Cela faisait un moment déjà que j'avais rencontré Aé'lys et pas un jour ne passais sans que je songe à la promesse qu'elle m'avait faite de m'emmener  avec elle sur Irianeth.
Althen me regarda, visiblement amusé par ce qu'il voyait sur mon visage.
- A ta place je ne me réjouirai pas trop vite, elle n'est pas du genre à te materner ou à prendre soin de toi. Tu vas en baver. Enfin, quoi qu'il en soit, je lui ai déjà dit que tu la rejondrai et il n'est rien que je puisse dire pour te faire la craindre alors, je me contenterai de te souhaiter bonne chance.
Sur ces mots il se leva et laissa de l'argent sur la table.
- Tu pars demain, elle t'attendra au port à la première heure. Innutile de préciser que tu as plus qu'intérêt d'y être à l'heure. A bientôt voleur de jade ! lança-t-il en partant.
Je restai un long moment figé avant de regarder mon sac. Il était prêt, comme toujours. Althen m'avait apprit à toujours être prêt et sur le qui-vive. Je regardait la hauteur du soleil : il était haut dans le ciel, bien trop haut songeais-je. J'avais au moins une demi-journée devant moi. Une demi journée à attendre. Je vidais mon verre d'une traite avant de quitter la table à mon tour. Croisant un passant à l'air désagréable et pressé, je lui dérobé, sans vraiment y prêter attention, sa montre, sa bourse ne semblait de toute manière guère attrayante je lui préférais le petit objet, que je glissais bien vite dans ma poche.  Je m'occupais ainsi pendant le temps qu'il me restait à patienter avant de prendre une minuscule chambre dans une auberge proche du port.
Le lendemain, j'étais révéillé bien avant que le soleil ne daigne paraître, et je fus près à partir en moins de temps qu'il en faut pour le dire. Je gagnais rapidemant le port et y attendis avec une impatience mal contenue mon tout nouveau professeur.
Lorsqu'elle fut là nous montâmes à bord d'un navire de marchandise. Je m'abstint de poser quelqeu question que ce fut.
Durant le voyage elle me prodiga quelques conseils qui, à bien y regarder, auraient pu avoir une étonnante ressemblance avec des avertissement. Durant le voyage en bateau, il me fallut un moment pour m'adapter, mon corps avait du mal à comprendre pourquoi tout autour de moi était immobile alors qu'il était évident que ce ne pouvait être le cas. Je parvint cependant à en faire abstraction et à me concentrer sur les paroles d'Aé'lys. Nous finimes par poser le pied à terre, enfin. Je suivis Aé'lys tout en l'écoutant :
Ma fille et moi avons emménagé dans une petite maison d’un village proche de la forteresse, auparavant nous habitions dedans mais nous étions bien trop proche de la hiérarchie, pas très avantageux pour faire profil bas. 
Je fus surpris de l'entendre m'en révéler autant sur elle, mais certainement pas aussi surpris que flatté. Qu'elle soit consciente où nom de ce qu'elle me disait, je savais que bien peu étaient ceux qui l'avaient entendu le dire. Elle avait donc une fille. Quelle age pouvait-elle bien avoir ? Lui ressemblait elle ? Une pléiade de question se bousculaient dans ma tête sur cet être qui venait de mon mentor. Le sang de son sang, la chair de sa chair. Elle devait, à n'en pas douter, être d'un charisme extraordinaire.
-Mamaaaan t’es enfin rentrée ! 
Je me retint de peu de sursauter en voyant une ridiculement petite chose se précipiter sur ma guide pour la serrer dans ses bras. Elle avait de long cheuveux blond qui ne correspondaient en rien à ceux de sa mère. Tout son être respirait la joie et la bonne humeur. Etait elle aussi innocente qu'elle le laissait paraître ? Comment l'assassin le plus efficace et impytoyable connue avait elle pu enfanter un être d'apparence si innocent ? Pendant que j'essayai sans grande réussite de faire une analyse de la petite fille, sa mère m'introduisit auprès d'elle :
-Jiyan, je te présente Mesarthim. Mesarthim, Jiyan. Il va rester un petit moment avec nous. Occupes-toi de lui pour le moment. 
Sur ses paroles elle tourna les talons et me laissa seule avec l'enfant.  Je me tournai vers Jiyan et tentait de lui offrir une expression sympathique, sinon amicale.  Elle me fixa un instant, puis sans que je m'y attende, fondit sur moi pour me sauter dessus. Je me figeai  légèrement mal-à-l'aise devant ce contact.
-Trop cooool ! Tu vas être mon nouveau partenaire de jeu. Les anciens étaient trop fragiles, ce n’était pas drôle. On va aller dans la forêt interdite ! 
Elle me regardait avec une déterminantion que j'avait rarement eu l'occasion de voir dans mon entourage, ses yeux d'un vert profond plantés dans les miens. Une vague d'apréhension me traversa, je la soupçonnai d'être plus causée par le fait d'être seule avec la fille d'une tueuse à gage que par celui qu'elle semblait avoir la ferme intention de m'entrainer dans une forêt probablement dangereuse. Je pouvais faire face au danger, je le faisait toujours. Mais elle, était elle, en était elle capable également ? Etais-ce cela mon premier enseignement ? Devais-je veiller sur une enfant sans défense ou au contraire apprendre à voir au delà des apparence ? Après tout elle demeurait la fille d'Aé'lys d'Irianeth et  je doutais fort que cette dernière accepta que sa fille soit faible. Je hochai alors la tête plus pour moi-même que pour la fillette.
-Très bien. Montre-moi Jiyan ! 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t10231-mesarthim
A'élys D.
Administrateur - Assassin
Administrateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 472
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Âge du personnage : 59-64 ans [G18]
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 59-64 ans [G18]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: To close of devil [PV] Mar 31 Mai 2016, 07:28


Sur le chemin, alors que je partais à la rencontre d’un client important, je me demandais si j’avais bien fait de laisser Mesarthim à Jiyan. Cette petite teigne avait le don de faire fuir tous les enfants de son âge, ou d’en tuer quelques uns, alors j’espérais que le petit voleur savait s’accrocher.
---
Jiyan faillit s’impatienter alors que Mesarthim réfléchissait à sa proposition – qui en soit n’en était pas une. La petite était du genre à vouloir tout, tout de suite. Oh bien sûr elle se faisait bien réprimander par sa mère lorsqu’elle jouait les capricieuses, alors elle essayait de se modérer – car les punitions d’A’élys n’étaient jamais bien agréables – mais c’était très difficile avec les autres. Il finit par accepter, ce qui fit bondir de joie la blonde.

<< Parfait ! Suis-moi, >> ajouta-t-elle avec une nouvelle lueur dans le regard.

Cette lueur, c’était celle annonciatrice de futures bêtises. A’élys savait la repérer et donc elle pouvait prévenir ces bêtises – et les punitions qui vont avec – mais Mesarthim n’en avait encore jamais vus de la part de Jiyan, alors évidemment, elle allait en profiter. Sous couvert de son visage angélique et naïf se cachait un véritable petit démon qui n’attend que de pouvoir s’amuser aux dépens des autres. Pauvre Mesarthim, il ne savait pas dans quoi il s’était engagé.
L’enfant sortit donc de la petite maison en sautillant, chantonnant un petit air, l’air de rien. Ses bottes en cuir pleines de terre foulant le sol avec souplesse tandis que scintiller à sa ceinture l’éclat d’une dague bien dissimulée. En tant que fille d’une Assassin il était normal que la blonde sorte bien équipée – sait-on jamais, un ennemi d’A’élys pourrait faire surface. Jiyan entraina donc Mesarthim à travers le village, se dirigeant avec une nonchalance à toute épreuve en direction de la forêt noire. Cette forêt était, comme son nom l’indique, noire. En effet, lorsque l’on pénétrait sa lisière, même en pleine journée on avait l’impression d’être dans la nuit tant les feuillages sont denses. Les arbres sont grands, au tronc énorme et anguleux, aux racines saillantes et traitresses. Mais en plus de cela, il y avait les créatures. Des créatures souvent dangereuses pour n’importe quelles personnes, rendant donc cette forêt en général, interdite. Ce qui n’empêchait en rien la jeune Jiyan de s’y aventurer souvent, à tel point qu’elle arrivait à courir sans se prendre des branches ou de racines dans l’obscurité de la forêt. En général elle n’emmenait personne avec elle, sauf peut-être Gontran une fois, car ce sale gosse l’avait emmerdé alors elle l’avait assommé et attaché à un arbre. Depuis elle n’avait plus de nouvelles de lui. Ouais, Jiyan était du genre rancunière, mieux valait ne pas se la mettre à dos.
Arrivés à la lisière de la forêt, Jiyan s’arrêta un petit moment pour se tourner vers Mesarthim, le jaugeant de nouveau pour savoir s’il serait capable d’y survivre. Rien que de voir la forêt sans y mettre les pieds, cela avait quelque chose de terrifiant.

<< On va jouer à un jeu. Je cours, et tu vas devoir m’attraper ! >>

Jiyan accompagna ses paroles par un sourire angélique avant de s’enfoncer dans la forêt tête baissée, se mettant à courir aussi silencieusement qu’elle le pouvait, comme le lui avait apprit sa mère, sautant par-dessus des racines, plongeant en avant pour éviter des branches traitresses. Elle était tellement habituée à cette forêt qu’elle n’avait pas besoin de s’habituer à la noirceur avant de pouvoir tenter d’éviter les formes plus sombres qui jaillissaient dans son champ de vision : elle faisait à l’instinct et à l’habitude. Une fois qu’elle fut bien enfoncée dans la forêt, et qu’elle avait perdu le demi-midjin en cours de route, Jiyan s’arrêta, et décida d’inverser les rôles. Elle allait traquer le petit être.
Alors elle revint sur ses pas, doucement et silencieusement, écoutant attentivement le silence pesant de la forêt pour percer la respiration de Mesarthim, ses chutes et ses pas. Elle cherchait aussi des traces de pas par moments, reconnaissant les siennes par habitude et donc reconnaissant celles de Mesarthim. Elle finit par le retrouver, se cacher derrière un arbre pour ne pas qu’il la voit. Il semblait un peu perdu mais déterminer à la retrouver, ce qui la fit sourire. Décidée à s’amuser à ses dépens, Jiyan prit un caillou et le lança en direction de Mesarthim. Il ne le toucha pas, cependant cela fit un grand bruit dans le silence de la forêt qui dut certainement le surprendre, voir à lui faire peur. S’aidant d’une branche basse, Jiyan monta dans son arbre avant que Mesarthim n’arrive pour trouver la source du lancer de caillou. Cela l’amusait beaucoup de le faire tourner en bourrique. Cependant, Jiyan avait tendance à oublier qu’il pouvait tomber sur un animal potentiellement dangereux ce qui risquait bien d’arriver à force de chercher un peu partout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys
Mesarthim
Voleur - Guilde des Aigles de Sang
avatar
Nombre de messages : 52
Rôle : Voleur et Espion de la guilde des Aigles de Sang
Âge du personnage : 24-29 ans [G18]
Date d'inscription : 26/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 24 à 29 ans en G18
Rôle: Voleur et espion de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: To close of devil [PV] Dim 16 Oct 2016, 15:35




La petite fille s'élança alors a traversant des endroits qui lui semblaient aussi familiers qu'ils m'étaient inconnus, des terres, un village... Elle s'arrêta finalement devant une forêt, et quelle forêt. Levant les yeux je restait interdit devant cette immensité sombre. Il semblait qu'il était impossible à la lumière de traverser l'épaisse toiture de végétation, dans ces conditions il paraissait évident qu'on ne pouvait rien voir une fois qu'on y était entrer. Je vis le visage enfantin se tourner vers moi.
-On va jouer à un jeu. Je cours, et tu vas devoir m’attraper !
Cette simple phrase me ramena plusieurs années en arrière lors de ma première rencontre avec A'élys, je me souvint de la course poursuite dans les bois et les poignards lancés. J'en gardai encore la cicatrice sur mon épaule gauche.
En moins d'une seconde l'enfant avait disparu entre les arbres. Je me lançais à sa poursuite aussitôt mais me rendit bien vite compte des divers problèmes auxquels j'allais devoir faire face. Tout d'abord, comme je l'avais supposé, la lumière n'éclairait en rien cet endroit, ensuite, il était clair que la jeune fille savait exactement ce qu'elle faisait et où elle allait ce qui était loin d'être mon cas. Très vite, je trébuchais une première fois et me relevai. J'attendis un moment à l'écoute de tout ce qui se passait autour de moi, si ma vue me faisait défaut, je devais me servir de mes autres sens. Devant moi  sur la droite quelqu'un se déplaçait, c'était à peine perceptible comme une feuille qui aurait glissé au sol, si je n'avais pas été si entraîné, je n'aurais sans doute jamais pu les distinguer. Partant du principe qu'il s'agissait de Jiyan, j'avançais dans cette direction aussi vite que je le pouvais mais butai une nouvelle fois contre une racine. Je pestai intérieurement contre cet environnement hostile. Tant que je ne m'habituai pas à cette obscurité je n'avais aucune chance de la retrouver. Je m'abritai derrière un arbre le temps de laisser à mes pupilles le temps de se dilater tout en restant à l'affut du moindre bruit, je continuai d'écouter les déplacement de Jiyan. Soudain, ce fut le silence. Je respirai le plus doucement possible, la lumière commençait à se faire autour de moi, j'entendis des pas revenir vers moi. Je regarder dans cette direction et aperçu une ombre. Nul doute qu'il s'agissait de l'enfant. Je ne parvenais cependant pas à voir ses mouvements. Bientôt un bruit sourd retentit derrière moi. Je me tournai brusquement dans cette direction. Un doute me prit: cet environnement hostile ne pouvait rien abriter, n'est-ce pas? Il n'était pas possible que  des formes de vies puissent vivre sous pareils auspices... La pensée me vint que si de telles créatures existaient je n'avais pas la moindre envie de les rencontrer. Je prenais donc la décision de retrouver la fille de ma mentor et de repartir. Tournant le regard vers l'endroit où je l'avais vu quelques instants auparavant je m'aperçu qu'elle avait laissé sa place à du vide. Je tandis à nouveau l'oreille mais ses mouvements semblaient masqué par le bruit du vent dans les feuillages. Je m'arrêtai et regardai autour de moi... Il n'y avait pas la moindre brise, si les feuillages bougeaient c'est que quelque chose ou quelqu'un se déplaçaient dedans. Je souris alors. Si elle s'aventurait sur ce terrain là elle perdrait son avance, peu étaient ceux qui étaient plus compétents que moi pour l'escalade, y comprit les yeux bandés. Supposant qu'elle disposait peut-être de projectiles, je ne me risquais pas à sa suite, mais entrepris de grimper sur l'arbre près duquel j'avais trouvé refuge, si elle voulait voir jusqu'où je pouvais la suivre, elle risquait d'être surprise.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t10231-mesarthim
A'élys D.
Administrateur - Assassin
Administrateur - Assassin
avatar
Nombre de messages : 472
Rôle : Assassin d'Irianeth et membre de la guilde des Aigles de Sang
Âge du personnage : 59-64 ans [G18]
Date d'inscription : 07/12/2012

Plus sur le personnage
Âge: 59-64 ans [G18]
Rôle: Assassin d'Irianeth & de la guilde des Aigles de Sang
MessageSujet: Re: To close of devil [PV] Jeu 02 Fév 2017, 11:39


JIYAN
Jiyan s’amusait. A vrai dire, il lui en fallait peu pour s’amuser. Elle riait pour un rien, s’amusait d’un rien – elle était bon vivre comme on dit, ce qui déplaisait quelque fois à sa mère. En effet, son manque de considération pour le sérieux serait une faiblesse non négligeable à l’avenir, et A’élys avait quelque fois peur que cela lui porte préjudice. Peur ? A’élys, avoir peur pour sa fille ? Etrange, mais pas impossible. A’élys avait toujours eu plus d’affections pour ces filles que pour ces garçons – allez savoir pourquoi.
Ainsi donc, Jiyan s’amusait. Au détriment de Mesarthim, c’était un fait. Elle se fichait pas mal qu’il ne la prenne pas au sérieux, ou qu’il ait une mauvaise image d’elle. Elle ne voyait pas l’intérêt de se faire bien voir de toute manière – chose qu’elle apprendra plus tard – elle préférait penser que les personnes censées l’apprécier l’aiment pour ce qu’elle était et non ce qu’elle projetait comme image. Plutôt utopiste comme manière de penser, mais Jiyan était encore une enfant, elle ne comprenait pas tout ce que cela impliquait de se faire bien voir.
Jiyan était donc montée dans un arbre pour faire tourner en bourrique le jeune homme. En effet elle avait l’intention de le faire la chercher pendant des heures alors qu’elle serait tranquillement dans son arbre à se moquer de lui. Mais voilà, son plan ne se passa pas comme prévu. En effet, voilà que le jeune Mesarthim montait dans un arbre ! Pour quoi faire ? Certainement la chercher. Mais cela déplut fortement à la jeune fille qui accueillit ce retournement de situation par une moue boudeuse. Elle ne le savait pas dotée d’une quelconque intelligence – même s’il trainait avec sa mère, elle considérait qu’il était nul à partir du moment où il ne l’impressionne pas elle.
Réfléchissons, réflechissons... Jiyan observait les feuillages de l’arbre bouger à cause de la montée de Mesarthim, jusqu’à ce qu’un silence pesant s’en suive. Qu’allait-elle faire maintenant ? Elle devait trouver un plan B, c’était évident. Le problème était qu’elle pouvait difficilement se mouvoir entre les arbres sans se faire repérer par les mouvements de branches.
Ok. Puisque c’était comme ça...

Jiyan fit du bruit exprès pour attirer l’attention de Mesarthim. Dès qu’elle estima qu’il l’avait repéré, la voilà qui se mettait à bondir d’arbres en arbres grâces à des branches assez proche pour permettre sa course. Elle tentait de ne pas penser au fait que le moindre mouvement bancal la propulserait tout en bas avec de multiples entailles et ecchymoses. Après tout, c’était une possibilité. A la place elle se concentra sur le fait de se mouvoir avec agilité tout en étant assez rapide pour maintenir une bonne distance avec Mesarthim. La poursuivait-elle à terre ou dans les arbres comme elle ? Elle ne se posa pas la question, préférant continuer de courir tout en essayant d’établir un autre plan.
Jusqu’à ce que, alors qu’elle se dépêtrait dans un arbre pour en atteindre un autre, elle tomba nez-à-nez avec un serpent. Jiyan n’était pas une peureuse. Du moins, elle pouvait se retrouver en tête à tête avec un énorme animal aux dents crochues et ne pas se sentir menacer pour un sous. Mais ce n’était pas le cas avec les serpents. Jiyan, avait peur, des serpents. Réaction ?
Elle hurla. D’un cri particulièrement strident caractéristique de petites filles effrayées. Jiyan aurait put simplement s’enfuir : au lieu de cela elle se pétrifia, et le serpent effrayé par le bruit se défendit en la mordant sur l’avant bras. La douleur l’assaillit tandis que le poison se mettait à couler à vive allure dans ses veines, et elle perdit l’équilibre. Elle perdit l’équilibre et tomba. Elle tomba et se prit plusieurs branches dans sa chute, avant de finalement atteindre le sol douloureusement.
Jiyan avait mal partout, particulièrement à sa morsure de serpent. Mais ce qui allait être problématique était que son cri allait potentiellement rameuter des animaux beaucoup plus féroces qu’un serpent.

<< M… Mesarthim ? >> appela-t-elle d’une voix faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-chevalier.chocoforum.com/t11376-a-elys

To close of devil [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Irianeth :: Pikay-