___




 


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Stuck in this reality without you [PV Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Caliel N.
Administrateur - Chevalier
Administrateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 10/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 19-24 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Irianeth - Prince Impérial
MessageSujet: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Sam 02 Jan 2016, 07:37

Spoiler:
 



L’image ne semblait pas claire… Elle était floutée et grisâtre. Comme si toutes les couleurs en avaient fuit l’existence. Son esprit n’était pas clair, si bien qu’il n’arrivait à distinguer que quelques maigres formes sans significations. Sa main se tendit en l’air, comme pour essayer d’atteindre quelque chose d’invisible. Et elle se referma sur rien. Comme résigné, il soupira. Où était-il ? Son esprit ne reconnaissait rien. Tandis que ses bras cherchaient un appui stable pour se redresser, il fit tout son possible pour essayer de trouver des brides de souvenirs. Mais rien ne vint.
Son corps bougea quelques instants, redressant totalement son corps qui se retrouva assis. Il n’avait plus cette sensation de loudeur dans les membres. Il était paisible.

Enfin, sa vision devint plus claire. Il sentit l’effluve d’un air marin monter jusqu’à ses narines et il s’en remplit les poumons. Ses yeux se fermèrent, profitant de la sensation agréable. S’était-il endormi près de l’océan ? Quant enfin il prit la décision de se relever, il ne reconnu pas immédiatement le paysage. Une vaste étendue, ressemblant à un immense champ non cultivé. Sa vision n’en trouvait pas la fin tant il y en avait à perte de vue. Pourtant, ce qu’il avait sentit tout à l’heure… Sa tête chercha de tous côtés, sans trouver de réponse visuelle. Et pourtant, il sentait encore ce vent marin. Ses pas le guidèrent automatiquement, le dirigeant légèrement sur la droite. Au plus il avançait, au plus il sentait ce vent marin qu’il aimait tant. Cette sensation au léger goût de liberté et aux milles promesses d’aventures.
Quant enfin il vit devant ses yeux l’océan lointain, ses jambes l’arrêtèrent. L’étendue du champ semblait s’arrêter subitement, laissant place à l’étendue d’eau. Mais quelque chose ne collait pas… C’était comme si les deux éléments n’avaient pas lieu d’être joints ensemble. Alors il s’en rapprocha encore un peu, et il comprit. Il se trouvait sur un plateau, en haut d’une haute falaise donnant sur un petit bout de plage. Le soleil était descendant, terminant son travail du jour, et offrant un spectacle magnifique à regarder. Comme attiré indéniablement par sa beauté, il s’avança. Oubliant totalement l’univers dans lequel il se trouvait. Oubliant totalement qu’il allait bientôt faire son dernier pas sur le plateau.

Sa chute se fit sentir, mais elle n’était pas effrayante. Il sentait le vent en coupe lui caresser le plumage de ses ailes. Qu’importait s’il allait tomber et s’écraser dans l’eau, la sensation était bien trop agréable. Pour une fois, ses ailes ne le faisaient pas souffrir. Elles étaient légères.
La fin de la descente fut surprenante. Lorsqu’il reprit conscience totale, il remarqua qu’il n’était ni sur le sable, ni dans l’eau. Mais plutôt dans une sorte de lieu sortant des plus beaux contes de fées, où la nature était Reine des lieux sans nul doute.

Seulement, les fleurs n’attisèrent pas son attention plus que ça. En effet, son regard se posa sur une chevelure flamboyante qui semblait danser au gré des mouvements de sa propriétaire. Pendant quelques instants, il en oublia même sa propre existence, tant il était subjugué par ce mouvement. Très vite, il se rendit compte qu’il ne s’agissait pas que d’une simple chevelure… Il y avait une petite fille, sensiblement de son âge devait-il se douter, à qui elle appartenait. Son visage était à la hauteur de sa beauté capillaire.

Durant quelques secondes, il entrouvrit ses lèvres, comme prêt à parler. Mais aucun son n’en sorti… Il n’en était pas capable. Elle ne l’avait pas vu… Il pouvait le constater rien qu’à la voir s’éloigner un peu plus dans la direction opposée. Soudainement, il senti la panique le prendre aux tripes. Il ne voulait pas qu’elle s’en aille ! Mais il était caché par les hautes herbes dans lesquelles il était semblerait-il, tombé –et ce malgré l’absence apparente de sensation percutante avec le sol. Alors ses jambes le soulevèrent d’une force nouvelle, partant à la recherche de cette petite fille. Il voulait par-dessus tout l’atteindre. Ne pas la laisser s’échapper. Il vit que ses pas étaient lents. Bien trop lents… Comme s’il nageait dans des sables mouvants invisibles. La frustration commençait à monter tant il était incapable d’avancer comme il le souhaitait, la voyant s’en aller. Alors, il gonfla ses poumons pour l’interpeller.

- A-Attends !

Un dernier regard en sa direction. Il espérait arriver à temps. Qu’elle entende le son de sa voix.

- Attends-moi !

Plus que quelques petits pas…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Disciple
avatar
Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G18)
Rôle: Disciple de la Tour
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Sam 02 Jan 2016, 12:31

Ici, c’était un monde agréable où toutes ses fantaisies pouvaient presque être exaucées. Pourquoi presque? Seule sa propre imagination pouvait la stopper, en général. Ici, il n’y avait pas de voie terrifiante. Ici, aucune ombre ne planait au-dessus de son lit ou dans sa chambre. Ici, elle oubliait momentanément sa vie à Émeraude. Ce n’étais pas la première fois qu’elle y venait et à chaque fois elle reconnaissait ce monde alors qu’elle ne pouvait lui donner un nom si ce n’était que ‘’rêve’’. Toujours le même, mais à la fois différent, la jeune rosette en profitait bien entendu pour jouer, oubliant ses petits problème de la vie, ses grandes craintes surtout. Ici, elle se sentait toujours en sécurité. Il n’y avait que les gens avec un bon cœur qui pouvaient y passé. C’était la règle de ce monde. Voilà.

C’était donc en clignant les yeux qu’Alyss réalisa qu’elle était revenue. Un sourire ce dessina aussitôt sur ses lèvres alors qu’elle chassait rapidement les dernières trace de crainte qui parcouraient son cœur. Un souvenir lointain de sa chambre plongée dans l’obscurité totale alors que sa petite chandelle sur sa commode c’était éteinte brusquement alors que des voix l’avait prise d’assaut. Elle avait entrevue la silhouette d’une personne et, après s’être caché sous ses couvertures en fermant ses yeux de toutes ses forces, elle les avait ouverts ici. Étais-ce un cauchemar qu’elle avait eu? Une semi-conscience entre deux rêves? C’était une question à laquelle elle ne songeait même plus.

Le vent léger vint caresser ses joues, fit s’animer ses cheveux créant des vagues alors que sa petite robe de nuit fouettait légèrement sa peau. Des murmures finirent par se rendre à ses oreilles pour la réconforter alors qu’elle laissa ses yeux bleutés observé le nouveau paysage qui s’offrait à elle avec fascination. Elle se trouvait bien entendu dans un endroit remplis de hautes herbes d’un vert flamboyant. Quelques arbres aux fleurs blanches laissaient les pétales s’échapper et tomber comme des flocons de neiges autour d’elle. Au loin, elle pouvait voir des montagnes d’où s’écoulaient des chutes à l’eau claire et cristalline. Au pied de ses chutes roulaient d’énormes boules de cristal rosée qui roulaient sous l’effet hydraulique alors que l’eau doucement s’écoulait dans ce qui semblait être un lac qui s’échappait dans une rivière qui finissait en une énorme chute, où encore plus bas le monde semblait tout aussi merveilleux. Évidemment, elle n’avait envie que de rejoindre la forêt qui abritait des créatures merveilleuses plus bas. Les arbres lui chantais une douce mélodie qui lui donna envie de danser et de s’y diriger.

Tournant sur elle-même tout en laissant ses bras s’étendre de chaque côté de son corps comme si elle voulait prendre le plus de place possible dans ce monde, Alyss fredonnait la mélodie que les arbres laissaient échapper. C’était un peu comme à la maison, sauf qu’ici ils étaient moins timides et tout autour était bien plus beau, bien plus doux. Le monde dans lequel elle se trouvait semblait défier certaines lois, comme la gravité. La logique aussi, mais pour la jeune enfant, cela n’était pas si percutant que cela. Ici, tout était possible, ou presque.

Elle fredonnait, les yeux fermés en tournoyant. Il fut impossible pour elle de voir la tête d’un petit garçon qui était apparue d’un plateau supérieur et qui la regardait à présent. Elle n’avait même pas remarqué que lors de sa chute, un petit nuage de pétales c’était envoler à travers les hautes herbes d’où elle était arrivée. Les arbres continuaient leur mélodie et Alyss sa danse. Elle tournoyait à s’en donner un peu le tournis, il fallait l’avouer. C’était tout de même agréable de sentir ce bourdonnement à l’intérieur d’elle. Elle entrouvrit les yeux pour regarder le paysage défiler autour d’elle, puis leva la tête vers le ciel pour observer l’étrange coucher, ou bien lever de soleil lorsqu’elle crue entendre une voix. Voix qui ne venait pas des arbres.

Elle sursauta un peu par la surprise et baissa le regard vers le sol, stoppant net de tournoyer joyeusement. Ses cheveux terminant leur course sur son visage et partout sauf dans son dos. Elle aperçue bel et bien quelqu’un. C’était un petit garçon et c’était lui qui l’avait interpellé. Elle en était sure. Un début de sourire avait eu le temps de se dessiner sur les lèvres d’Alyss alors qu’elle leva la main pour le saluer joyeusement, mais bien vite ce sourire disparu en un air surpris alors qu’elle sentie l’un de ses pieds dans le vide, forçant son corps à basculer dans celui-ci.

Elle perdit bien entendu de vue le jeune inconnu, alors qu’elle tombait. Le ciel, le sol, la chute, le ciel, le sol, la chute. Elle n’avait étrangement pas peur de se faire mal, parce-qu’elle savait que sa chute ne serait pas brutale. Elle serait douce, amortie, parce-que ce n’étais pas la première fois qu’elle tombait ici. Elle se contenta d’ouvrir les bras, parce-que voler sa aurait été chouette. Elle aurait même peut-être été capable de le faire, si elle-même ne se disait pas qu’elle ne pouvait pas voler. Puis, le sol.

Elle atterrit si doucement, qu’elle put sentir ses cheveux toucher l’herbe avant que son dos le fasse. Elle laissa les bras étendue de chaque côté, fixant le ciel de son regard bleuté alors qu’un petit point sembla y apparaître, pour grandir, et grandir et grandir encore… Un point qui n’étaient pas un point, c’était le petit garçon et quelque chose de blanc semblait coller sur lui, dans son dos. Cela lui faisait pensé à des ailles, mais elle n’avait jamais vue quelqu’un avec des ailles. De plus, pourquoi est-ce qu’il lui donnerait l’impression de tomber et d’aller très vite, s’il avait des ailles? Elle plissa les yeux un moment, curieuse jusqu’à ce qu’elle réalise qu’il allait lui tombé dessus, évidement, mais trop tard pour faire quoi que ce soit. Elle poussa un petit cri de surprise, mais surtout plus amusé qu’autre chose lorsqu’elle sentie le corps de celui-ci percuté le siens, mais de façon irréelle et plutôt douce plutôt qu’un choc qui dans tous les cas, leur aurait sans doute coûté la vie.

Alyss avisa le visage du gamin avec curiosité. Avec sa tignasse blonde, un peut en bataille et ses jolis yeux bleus, elle se surprit à sentir ses joues se réchauffer. Ses yeux glissèrent le long du dos de celui-ci, trop intimidé à l’idée de recroisé son regard. De plus, un mouvement avait attiré son attention. Elle avisa avec stupéfaction qu’effectivement, ce qu’elle avait crue voir étaient bel et bien des ailles. Elle lui fit son plus radieux sourire.

-Dis, est-ce que tu es un ange?

Sa question avait été presque chuchotée, comme si leur proximité la forçait à le faire. Ses yeux se froncèrent un tout petit peu, à cause du soleil qui finalement, semblait avoir décider de trôner fièrement dans le ciel, ce qui donnait une sorte de halo bizare à ce mystérieux inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caliel N.
Administrateur - Chevalier
Administrateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 10/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 19-24 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Irianeth - Prince Impérial
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Sam 02 Jan 2016, 20:43

Fall to the moon. I’m reaching you.



Elle dansait et virevoltait au gré du vent. Caressant sur son passage les herbes folles dansant au rythme de ses mouvements. Comme il l’enviait de savoir s’accommoder de l’air qui filait entre ses doigts. De ne faire qu’un avec cet élément. De sentir sa caresse douce et contenante. Il en rêvait. Mais ses ailes n’étaient pas encore assez endurantes  pour le supporter. Il ne faisait que retomber comme un poids mort sur le rivage. L’appel du vent était si fort… Il en priait Vatacoalt chaque fois un peu plus. Mais rien n’y faisait. Il manquait d’entraînement. Alors la voir ainsi, gracieuse et mélodieuse, lui fit envie. Il eut envie de l’approcher un peu plus. De la contempler danser encore des heures. De la voir rire avec les herbes folles. De voir ses cheveux chanter avec le vent.

Il n’eut le temps d’apercevoir que deux pupilles aussi profondes que les océans, tandis que le reste de son visage resté caché par sa chevelure, avant qu’elle ne vienne à disparaître. Il eut droit à l’esquisse d’un sourire. Si fugace qu’il eut envie de crier au ciel de le lui rendre. Alors, il continua sa course-poursuite pour l’atteindre. Car il ne cesserait jamais de la chercher. Le sol se déroba à nouveau sous ses pieds alors qu’il pensait l’avoir atteinte. Sa main se referma sur le vide. Le corps de la petite fille tombait jusqu’à ce qui semblait être un autre sol. Il la vit si sereine, les bras tendus, qu’il eut lui aussi envie de s’envoler. Ses ailes s’étendirent et il pu sentir enfin le vent se fendre à son travers. Comme si soudainement, en sa présence, tout devenait possible.
Lorsqu’il atterrit sans nul mal sur elle, il eut l’impression de plonger dans son regard. Il vit quelques étoiles dans un bleu profond. Si bien qu’il ne fit plus attention au fait qu’il l’écrasait peut-être de son poids. Il avait l’impression d’être aussi léger qu’une plume et elle aussi douce qu’un rêve.

- C’est marrant… J’allais te poser la même question.

Il lui sourit. Un de ces sourires à en décrocher la mâchoire et à en fatiguer les pommettes. Il se décala légèrement, se retrouvant assis à côté d’elle. Il pouvait enfin la distinguer un peu mieux. Son petit nez retroussé se mariant très bien avec ses joues rosées. Et ces yeux… Ces yeux dans lesquels il avait envie de se perdre, encore et encore. Ces yeux que jamais il ne pourrait oublier.

- Il était joli ton rêve. Tu danses souvent ? J’ai adoré te voir danser ! C’était… C’était chouette !

Durant quelques instants, il n’eut pas besoin de parler. Il ressenti l’unique besoin de la regarder, comme si c’était la première fois qu’il ouvrait les yeux. Comme si c’était la première fois qu’il voyait un individu féminin. Ce qui n’était pourtant pas le cas, puisqu’il avait deux grandes sœurs et une meilleure amie à ses côtés. Alors pourquoi son regard était-il happé par sa présence ?
C’est alors qu’il remarqua l’indicible présence de ce doux halo lumineux autour d’elle. Il se souvint des paroles de son père. Il n’avait pas voulu lui dire qui était cette personne, mais il était certain d’une chose : Il l’avait reconnue entre milles. Qu’importait qu’elle ne soit pas jolie, ou reconnue dans la société. Elle l’avait marqué d’une flèche en plein cœur. A cette réflexion, il s’était même demandé si l’âme sœur de son père n’était pas une servante ou une paysanne. Mais il n’en dit mot.

- « Dès l’instant où je l’ai vu, j’ai su. »

Soudainement, il se rendit compte qu’il  venait de parler à voix haute, bien que sa phrase sortie dans un murmure… Rougissant quelque peu, il adressa à la jeune fille un regard d’excuse. Mais cette phrase de son père résonnait encore dans son esprit. Peut-être que tout ça n’était que le fruit de son imagination. Que son rêve avait tellement l’air réaliste qu’il s’imaginait à quoi elle pouvait bien ressembler. Au fond de lui, si la réponse se trouvait devant ses yeux, il en était plus que satisfait. Car elle était très jolie. Bien plus jolie que ce que son père avait pu en décrire.

- Tu penses qu’on est réels ?

La question lui vint comme un coup de fouet. Pourquoi rêverait-il avec son âme-sœur ? Si c’était bien le cas. Etait-elle le fruit de son imagination ? Devait-il espérer la revoir un jour ? Soudainement, il eut peur d’avoir à se réveiller. De l’oublier. De ne plus jamais la revoir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Disciple
avatar
Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G18)
Rôle: Disciple de la Tour
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Sam 02 Jan 2016, 22:22

Sa question, elle l’avait posé comme ça, sans pensé plus qu’il ne le fallait non plus. Elle était spontanée, parce-après tout, c’était un peu la seule chose qu’elle voyait. C’était fort possible qu’elle croise un ange dans ses rêves, pourquoi pas? Après tout, elle ne connaissait aucune race sur Enkidiev de personnes pourvue d’ailles. Une chose était sure, c’était très jolie et cela lui allait à merveille. Elle en était même peut-être un peu jalouse, mais rien de bien méchant. Elle se disait que ça devait être vraiment agréable de pouvoir voler, de rencontrer le dessus des nuages, de voir la terre sous un angle différent. Le plus haut qu’elle avait pu être, c’était un arbre ou le toit de la ferme, mais jamais bien longtemps, surtout pour le toit, lorsque Miyäck l’y avait surprise. La réponse que lui donna le bel inconnu la déstabilisa un tout petit peu. Non seulement ses mots l’avaient un peu percutés, mais surtout son large sourire qui lui allait si bien. Est-ce que c’était une forme de blague? Pourquoi elle, elle serait un ange?

Après que son regard ce soit remplis d’interrogation, un tout petit peu perplexe par se retour inusité de la question, elle le regarda se replacer et s’assoir tout près d’elle. Alors qu’il continuait de la fixer, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir gêner. C’est vrai qu’elle avait toujours été du genre timide, mais en ce moment, elle avait l’impression que ses pommettes étaient pourpres. Elle se redressa à son tours et choisi de se placer sur les genoux, pour s’assoir sur ses pieds comme elle le faisait souvent. C’était bien comme position, mais si elle restait trop longtemps ainsi, elle finissait par ne plus sentir ses jambes, mais en ce moment, c’était tout de même le dernier de ses soucis. Elle posa doucement le revers de sa main sur l’une de ses joues comme pour y confirmer leur température et espérée que cela ne paraissait pas tant que ça. Elle en profita pour repoussé ses cheveux derrière ses épaules, camouflant au passage un rire timide alors que ses yeux observèrent un petit instant l’herbe sur le sol, se mettant à jouer avec celle-ci, l’enroulant autour de ses doigts comme elle aimait si bien le faire.

Elle ne put résister bien longtemps à l’envie de replonger son regard sur l’ange et son halo lumineux avec curiosité et une petite forme de fascination, sans doute. Elle ne pouvait décrocher ce sourire de son visage. Elle se sentait bien en sa présence, il y avait un petit quelque chose de différent, qu’elle n’arrivait pas vraiment à identifier, mais une chose était sure, elle le suivrait jusqu’au bout du monde s’il le lui demandait et qu’il voulait bien lui tenir doucement la main. Puis, il prit finalement la parole, lui disant que son rêve était jolie et qu’il avait adoré la voir danser. Sur ses paroles, Alyss ne put s’empêcher d’agrandir un peu plus son sourire, même si ses pommettes devaient menacer d’exploser.

-Oui… Je crois que je danse souvent maintenant que j’y pense… Quand les arbres chantent et laissent porter leurs voix au gré du vent et que celui-ci se joint à la partie. Je me sens bien et ça me rend heureuse.

Dit-elle doucement, gardant ce même sourire sur ses lèvres. Elle n’avait jamais vraiment remarqué si elle dansait souvent ni même remarquer qu’au fond elle dansait. C’était la première fois qu’on lui demandait, mais il était vrai que la réponse était sans doute oui et cela étrangement lui plus et l’amusa un peu. Elle adorait festoyer avec la nature, elle se sentait bien avec elle. Les arbres, le soleil, le vent et tout ce qui pouvait avoir un lien avec la vie en fait. En songeant à tout ceci, elle finit par détacher un peu son regard de son interlocuteur pour observer la beauté des alentours. Une forêt se dressait au loin et l’eau qui coulait de la grande chute maintenant au-dessus de leur tête s’écoulait pour suivre un autre pallier plus loin, sans aucun doute. Ce monde était infini et tout ce qu’il pouvait cacher était encore plus beau que ce qu’elle pouvait oser imaginer.

Elle ramena son regard sur le blondinet alors que celui-ci murmura quelque chose. Elle ne comprenait pas vraiment sa phrase et se demandais ce que cela signifiait. Fronçant un tout petit peu les sourcils, elle se demandait de quoi il pouvait bien parler, ainsi donc, son regard bleuté parcourue à nouveau les alentours avec une pointe de curiosité.

-Quoi? Qu’est-ce que tu as vue? Tu sais quoi?

Dit-elle simplement avec toute l’innocence qui l’habitait. Entre temps, il lui envoya un regard d’excuse tout en semblant rougir un peu, ce qui l’amusa et la fit sourire de nouveau. Ce n’étais pas comme si la rosette n’avait pas le sourire facile, mais elle devait avouer qu’elle ressentait une certaine tension dans ses joues, tant elle avait l’impression de sourire depuis qu’elle l’avait aperçue, ce qui n’étais pas totalement faux non plus. Il enchaîna avec une autre question. Question qui amusa un peu la jeune élève alors qu’elle se contenta de lui sourire pour se lever avec un petit sourire taquin.

-En tout cas, moi, je n’ai pas envie de te pincer pour vérifier! Si tu te pince, tu vas te réveiller parce-qu’on est dans un rêve c’est sur… Et moi… Et bien je n’ai pas envie que tu parte, j’aimerais bien que tu restes si tu veux…

Dit-elle, alors que son sourire s’assombri un peu vers la fin de sa phrase, mais Alyss étant ce qu’elle était, reprit son sourire et ouvrit grand les bras de chaque côté et tourna une fois sur elle-même pour faire de nouveau face à l’ange et faire une petite révérence à son nouvel ami. Oui parce-qu’elle en avait décidé ainsi. Il devait être son ami. Même si c’était un ange et qu’il ne voulait pas le lui dire. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle savait qu’elle avait besoin de lui dans sa vie. Ce n’étais pas comme ce besoin qu’elle ressentais d’être près de ses parents, de ses frères et sœurs ou de ses amis, c’était différent, agréable et intriguant à la fois.

-Moi je m’appelle Alyss et je suis bien réelle tu peux me croire sur parole! Par contre, je sais que je vais bien finir par me réveiller. Quand, je ne sais pas. Mais toute les fois que je le peux je viens ici. C’est un peu mon refuge et il n’y a que les bonnes personnes qui peuvent venir ici. Toi, tu es arrivé d’où? Tu viens souvent ici? Peut-être que c’est la première fois qu’on y est en même temps tout simplement ou peut-être que tu étais sur un autre pallié? Ton nom c’est quoi?

Dit-elle en une lancé, les yeux pétillants de joie et de curiosité. Elle finit par se rapprocher de nouveau de cet inconnu qui lui faisait autant d’effet et se laissa choir à nouveau sur les genoux prêt de lui, tout de même un peu intimidé par cette proximité qu’elle venait de crée, n’étant qu’à quelques centimètres de lui, elle l’observa un moment encore. C’était peut-être possible qu’elle le trouve mignon, mais c’était bien trop gênant de le pensée trop longtemps. Elle laissa son regard bleuté s’attarder sur cet halo mystérieux lorsqu’elle sentie que ses pommettes menaçaient de nouveau d’exploser, choisissant finalement de lever une main et de la passé dans cette lumière, surprise de ne rien y sentir de particulier. Son regard sembla quelques instants légèrement embêter. C’était dommage que ce soit si joli et impossible à toucher. Puis, sans vraiment s’en apercevoir, elle risqua avec précaution cette même main sur l’une de ses ailles, touchant timidement du bout de ses doigts les plumes immaculées, pour finir par réalisé ce qu’elle faisait et retirer rapidement sa main en la plaçant devant sa bouche avec un petit amusement en riant timidement.

-C’est doux…

Fit-elle simplement, timide. Elle avait envie de lui poser toute sorte de questions, de tout savoir sur lui, mais elle voulait aussi profité de ce monde avec lui, alors que faire? Elle se contentait d’attendre un peu, en espérant qu’il ne disparaisse pas en un claquement de doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caliel N.
Administrateur - Chevalier
Administrateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 10/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 19-24 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Irianeth - Prince Impérial
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Dim 03 Jan 2016, 18:02



Tandis qu’il l’observait faire, il se retrouva rapidement à l’imiter, comme si cela devait être une chose naturelle. Ses doigts glissèrent d’un mouvement fluide entre les brins d’herbe et très vite il dû se rendre compte que la sensation était très agréable. Il frissonna légèrement, prit de chatouilles. Jamais il n’avait pu encore toucher quelque chose directement avec ses mains. Il était toujours bloqué par ces fichus gants. Il ne pouvait s’en séparer tout simplement. Mais là… Dans ce rêve où tout semblait parfait, il ne les avait pas.
C’était pourtant une recommandation de Maman. Semblerait-il que lors de sa petite enfance, il avait causé beaucoup de mal à un autre jeune garçon, rien qu’en le touchant. Et une semaine durant, chaque contact fait avec ses mains rendaient les êtres vivants malades. Alors il avait essayé plusieurs techniques pour comprendre. Mais toutes s’étaient soldées par un échec cette même semaine. Seule celle avec le bout de torchon semblait ne produire aucun dégât, puisqu’il ne touchait pas directement. Alors sa mère lui avait cousu de jolis petits gants qu’il n’avait plus jamais quitté.

Et là, il pouvait sentir la caresse piquante des brins d’herbe. Il décrivait des cercles avec ses mains, éprit d’une joie sans comparaison possible. Ce monde était parfait. Ses ailes ne lui faisaient plus mal, il pouvait enfin découvrir le monde par ses mains. Et il était en face de la plus jolie des petites filles qu’il n’avait jusque là rencontrée.

- Oui… Je crois que je danse souvent maintenant que j’y pense… Quand les arbres chantent et laissent porter leurs voix au gré du vent et que celui-ci se joint à la partie. Je me sens bien et ça me rend heureuse.

La voix chantante des arbres… Cela sonnait si merveilleux. Elle était capable de les entendre chanter ? Son regard chercha quelques arbres. Mais rien ne vint à ses oreilles. Il fut quelque peu déçu, pensant que dans ce monde merveilleux, il aurait pu entendre les arbres chanter.

- Que te chantent-ils les arbres ? Je n’arrive pas à les entendre. Tu penses qu’ils ne veulent pas que je les entendent … ?

Distraitement, il les observa une dernière fois, espérant à un miracle. Il aurait vraiment aimé pouvoir les entendre chanter. Cela devait être un spectacle magnifique. D’autant plus sublimé par les pas de danse qu’elle posait au rythme effréné de sa chevelure virevoltante.
Lorsqu’il constata avec étonnement à quel point la phrase de son paternel prenait du sens, il se rendit compte trop tard qu’il avait parlé à voix haute. La petite fille ne comprit pas, et c’était normal. Cette phrase n’avait de sens que pour ceux ayant vécu de moment. Qu’avait-il vu ? La plus merveilleuse des créatures. Et il ne savait même pas si elle était réelle. Si elle existait quelque part. Ou s’il devait se contenter de ces quelques instants fugaces dont il serait dépossédé dès son réveil. Alors, comme simple réponse, il lui sourit.

- C’est toi que j’ai vu.

Sa réponse n’était pas forcément plus claire, mais il y avait répondu avec sincérité.

- Je ne veux pas partir non plus ! C’est le meilleur des rêves que j’ai pu faire. Je n’avais encore jamais rencontré quelqu’un dans un rêve. Pas aussi… Vraie. Alors oui, je vais rester ! J’espère que toi aussi tu as envie de rester.

Tout son cœur lui priait de dire oui. Qu’elle avait elle aussi envie de rester avec lui. Même si ce n’était qu’une petite seconde. Ce serait la seconde la plus merveilleuse de sa nuit. Pendant quelques instants, son regard suivit uniquement ses mouvements. Toujours subjugué par la couleur si douce et si vive de ses cheveux. Son nom était aussi doux que ce qu’elle dégageait.

- Moi c’est Caliel, ça veut dire « prompt à secourir » de ce que m’a dit ma mère. Parce qu’ils voulaient que je sois quelqu’un de noble et qui fasse le bien autour de lui !

Un nouveau sourire enjoué vint accompagner son discours. Puis son regard balaya à ton tour le lieu, qu’il trouvait tout autant amusant qu’au premier regard.

- C’est la première fois que je viens ici, en tout cas ! Je suis arrivé d’une grande prairie touut là-haut !

Sa main pointa vers le ciel.

- Il y avait même la mer. C’était chouette à voir. Et puis je suis tombé, et je suis arrivé là où tu étais en train de danser ! J’étais déjà venu un peu dans la grande prairie, mais je ne savais pas que sur les autres paliers l’on pouvait rencontrer du monde ! C’est génial, tu trouves pas ? Tu penses que si on continue à balader, on peut rencontrer d’autres personnes ? Enfin… J’aimerai apprendre à te connaître toi avant de rencontrer d’autres personnes. Mais ça pourrait être chouette, non ?!

Son élan survolté fut coupé par le calme olympien qu’elle dégageait de sa présence. Comme si sa seule présence apaisait toute sa nervosité. Son regard suivait sa main, tentant d’atteindre une image qu’elle seule pouvait voir. En attendant, il pu observer de plus près ce doux halo qui l’entourait. C’était la première fois qu’il voyait quelque chose de pareil. Il savait que même s’il fermait les yeux, il continuerait de sentir son parfum de fleurs.
Voyant qu’elle semblait attirée étrangement par ses ailes, il ne bougea point. Pour ne pas la brusquer. Elle pouvait bien les toucher, il lui en donnait le droit silencieusement. Seulement, elle sembla se raviser, reculer. Peinant Caliel. Il ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Son touché était délicat et agréable.

- Tu peux les toucher, si tu veux. Il faut y aller doucement.

L’une de ses ailes, sur laquelle Alyss s’était rapprochée, se déplaça pour venir se positionner devant lui légèrement courbée. Laissant ainsi à la petite fille tout le loisir de pouvoir y glisser ses doigts.

- J’ai beaucoup de questions, tu sais. J’ai l’impression qu’un seul rêve ne sera jamais assez pour apprendre à te connaître…

Sa voix prit une légère tinte de déception.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Disciple
avatar
Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G18)
Rôle: Disciple de la Tour
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Dim 03 Jan 2016, 20:11

L’ange lui demanda ce que lui racontaient les arbres. Alyss eut un petit moment de réflexion, posant quelques secondes son index sur ses lèvres. C’était compliqué à décrire, parfois ils semblaient discutés entre eux, en chantant. Les arbres chantaient tous le temps et le vent apportait leur voix encore plus loin. C’était sans doute leur façon de communiquer entre eux, elle adorait tout simplement les entendre discuter, même si parfois elle ne saisissait pas complètement ce qu’ils racontaient. Parfois des souffles, parfois des murmures. Tout ce qui comptait, c’est que cela n’avait rien à voir avec ses voix agressantes qui l’emprisonnait dans un monde beaucoup trop lugubre et déstabilisant pour elle. La prochaine fois qu’il chantait, elle se promi de chanter à voix haute avec eux pour que son ami puisse entendre lui aussi ou bien peut-être qu’elle pourrait leur demandé s’il pouvait les entendre aussi, un peu? Elle rapporta un instant son regard bleuté sur le jeune garçon, s’amusant de le voir regarder tout autour, comme s’il cherchait à les entendre lui aussi.

-Je crois que les arbres son timide et qu’ils ne veulent pas que tout le monde les entendent. Les arbres, je crois qu’ils chantent tous le temps. Nous on parle, eux, ils chantent. Ils ont une voix douce, ils murmurent tous le temps. Ils sont doux et mélodieux. C’est comme une caresse sur la joue. Parfois je ne les entends pas. Ils sont taquins, tu sais. Parfois ils m’appellent puis quand j’arrive, ils se taisent. Quand je parle d’eux aussi, ils restent silencieux. Je suis sûr que c’est parce-qu’ils veulent savoir ce que je raconte sur eux. Et tu sais ce qu’ils aiment le plus les arbres au monde mise à part le soleil et la pluie et le vent? Les câlins. De toute façon, qui n’aimerais pas les câlins dis-moi? Alors peut-être que si tu leurs fait des câlins, qu’ils vont avoir confiance en toi et vont décider de te laisser les entendre. M’enfin tu sais, je ne fais que supposé. Je te promet que je vais leur demandé ou essayer de te les faire entendre.

Dit-elle en haussant légèrement les épaules. Elle aimerait bien partager ces moments avec quelqu’un. Un jour. Puis, alors qu’elle songeait à tout ceci, il choisit de répondre à sa question précédente, celle qu’elle avait presque déjà oubliée, lorsqu’il avait semblé ne pas vraiment lui parler. À sa réponse, ses yeux s’agrandirent un peu sous une mine surprise. Elle? Elle se contenta de lui sourire, même si elle ne comprenait pas vraiment ce que tout ceci signifiait. Même s’il ne lui mentionna pas plus ce qu’il avait su. Elle se sentait un peu gêner de le lui demandé, après tout, elle ne voulait pas non plus qu’il la trouve idiote de ne pas comprendre, alors elle préféra laisser ceci de côté, afin de ne pas gâcher le moment, juste au cas où.

Ensuite, il lui mentionna qu’il n’avait pas envie de partir. Cela la soulagea bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Étrangement, ce monde lui semblerait bien vide s’il partait. Plus fade alors que pourtant, c’était un monde magnifique. Elle devait avouer que c’était aussi le meilleur rêve qu’elle avait pu faire, mais ce n’étais pas la première fois qu’elle rencontrait des gens dans ses rêves. Il y avait souvent un monsieur, d’ont elle n’arrivait pas à voir le visage qui venait. Pourquoi savait-elle que c’était un monsieur? Sa carrure, sa voix surtout, ça, ça ne trompais pas. Il lui faisait peur, car il ressemblait à une ombre et qu’elle ne se sentait pas du tout en sécurité. Voir même à sa merci, mais, rien qu’à y pensée, un frisson désagréable la parcourue et elle secoua un peu la tête. Elle perdu son sourire quelques instants. Elle avait bien trop peur qu’il arrive ici si elle y pensait trop. Parce-que c’était toujours lorsqu’elle avait trop peur qu’elle se sentait engouffrée par les voix, qu’il venait comme s’il voulait l’arracher de sa famille, de son lit. C’était trop angoissant. Elle se rassura tout de même un peu. Dans son monde, les gens méchant ne pouvaient pas passé. Tant qu’elle y croyait, sa fonctionnerait.

Elle ne répondit pas tout de suite à la question de l’ange, puisque de toute façon, il commença à se présenté puis à raconter comment il était arrivé ici. Bien vite, son sourire était réapparu, suivant du regard le lieu qu’il pointait et écoutant tout ce qu’il racontait avec une grande attention, buvant littéralement ses paroles. Caliel. Elle adorait son nom. Il sonnait doux à ses oreilles. Et elle était persuadé qu’il serait un excellent défenseur. Prompt à secourir. Elle l’imaginait bien, voler dans le ciel pour venir la sauver. Cette idée la fit sourire et même un peu rêver. Elle venait peut-être de trouver un autre Chevalier blanc, mais c’était un peu différent qu’avec Zäck, même si elle l’aimait beaucoup. Alors Caliel serait son ange gardien, voilà.

Elle avait bien tenté de touché l’une de ses jolies ailles. Timide et impressionné. C’était doux, comme les plumes d’un oiseau. Elle en avait caressé des oiseaux, elle avait eu beaucoup de chance. Les animaux étaient rarement farouches avec elle. Peut-être qu’il savait qu’elle ne leur ferait aucun mal? C’était une bonne question. Soit ça, soit elle avait toujours eu de la chance. Quoi qu’il en soit, elle fut surprise et un peu gêner de l’avoir été lorsque Caliel rapprocha l’aile qui était la plus proche de la rosette afin qu’elle puisse mieux la voir et la touché. Elle plongea un bref moment son regard dans celui de son interlocuteur, comme pour s’assurer qu’il disait vraiment la vérité et qu’il ne se forçait pas à la laissé faire. C’étais sure qu’elle irait doucement, elle ne voulait surtout pas le blessé, elle s’en voudrait jusqu’à la fin de ses jours, c’étais sure. Puis, elle rapporta son regard curieux vers les plumes immaculées et les toucha doucement. Au début, elle y glissa ses doigts timidement, puis, après être presque rendu à l’extrémité de son aille, elle reprit son mouvement, en une douce caresse. Le sourire aux lèvres, elle se disait que personne ne la croirais jamais si elle disait qu’elle avait caressé les ailles d’un ange. Elle se sentait privilégié.

Entre temps, Caliel reprit la parole. Il semblait un peu déçue dans ses mots, ce qui déçue aussi Alyss, au fond. Elle ne voulait pas le perdre. Cette idée la peinait même profondément. Elle cessa un moment de caressé les plumes, même si elle aurait sans doute pu le faire encore longtemps tant c’était agréable à toucher. Et choisi tout simplement de se rapprocher d’avantage de son ami en faisant un ou deux pas à genou et de le serrer gentiment dans ses bras, enfouissant son nez dans le creux de son cou, mais sans fermé les yeux. Elle avait bien trop peur de se réveillé. Pourquoi cette accolade? Parce-que comme ça, si jamais l’un d’eux se réveillait, ils sauraient au moins donner un câlin d’au revoir.

-Je ne t’ai pas répondu tout de suite tout à l’heure, mais oui, moi aussi j’ai envie de rester. J’aime bien être avec toi et j’ai un peu peur de te perdre en fait.

Elle resserra un tout petit peu plus son étreinte autour du cou de Caliel, bien qu’encore très loin de pouvoir être en mesure de l’étouffer et tourna un peu sa tête afin de pouvoir parler à son ami.

-Et puis je te fais un câlin tout de suite. Comme ça, si un de nous deux se réveille, et bien au moins ont aura déjà eu notre câlin d’au revoir. Mais jusqu’à la prochaine fois, d’accord?

Puis, elle se détacha doucement, pour plonger son regard bleuté dans celui de jeune garçon. Elle cherchait un peu son approbation. Elle voulait qu’il lui dise qu’il était d’accord, qu’ils allaient ce revoir. Elle refusait de pensée qu’ils ne se verraient qu’une seule fois. Elle espérait aussi que son geste lui ait un peu remonté le moral. Elle ne voulait pas qu’il soit triste ou déçue. Elle choisit finalement de se lever et lui fit signe de faire de même. Avec un sourire, elle observa les alentours et se retourna de nouveaux vers lui et lui tendit la main.

-Aller vient, on va marcher et découvrir le monde ensemble. Ont pourrais même se trouver un point de repère si tu veux pour les prochaine fois? Même si tout ici est beau! Bon d’accord. Le premier point de repère ça va être le pallier de tout à l’heure, prêt de la chute! Ensuite, si on en trouve un autre entre temps, on se le dit, tu en pense quoi? Et puis, tu veux savoir quoi sur moi? Je peux tout te dire, je n’ai pas vraiment de secret.

Fit-elle tout simplement. Elle avait bien envie de lui poser toute sortes de questions, mais peut-être que puisqu’il était un ange et que tout à l’heure il ne lui avait pas vraiment répondu, qu’il voulait garder certains secret? Un peu comme on lui avait dit que les Dieux ou les Immortels faisaient? Peut-être que c’était pour ça le halo lumineux autour de lui? Ou peut-être qu’il était un peu timide? C’était pour cela qu’elle lui avait proposé de lui poser des questions, comme ça, il verrait bien qu’elle n’avait rien de méchant! Elle aimait bien sentir la main de Caliel dans la sienne. Cela lui faisait comme si elle avait des papillons dans l’estomac. Ce n’étais pas désagréable du tout, sa la gênait juste un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caliel N.
Administrateur - Chevalier
Administrateur - Chevalier
avatar
Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 10/03/2015

Plus sur le personnage
Âge: 19-24 ans [G18]
Rôle: Chevalier d'Irianeth - Prince Impérial
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Jeu 24 Mar 2016, 16:25



Une cascade rose vint soutenir tout son regard. Comme immergé dans cette couleur douce et attrayante. Milles parfums virent emplir son nez. Quelque chose de… Fleuris, légèrement fruité. Elle sentait le printemps. Durant quelques instants, il ferma les yeux, se laissant imprégner de cette odeur si agréable. Il pouvait sentir son souffle au creux de son épaule, le faisant agréablement frissonner. Un sourire se dessina sur son visage tandis que ses mains virent refermer l’étreinte avec un peu plus de fermeté. Sans pour autant la blesser, il voulait la sentir contre lui. Se sentir complet. Quelle sensation agréable. Ce n’était pas magique, c’était… Merveilleux. Un doux sentiment d’amour inconditionnel dont il n’arrivait pas à en rationnaliser les proportions.
Sa main remonta, de son dos elle arriva jusqu’à sa nuque, puis à sa chevelure. Ce rose délicat qu’il ne connaissait à nulle autre le rendait presque toute chose. Ses doigts jouèrent de ses cheveux, délicatement. Ils étaient doux.

- Je te promets, je reviendrai te voir aussi souvent que je le pourrai.

Elle avoua avoir peur de le perdre, qu’elle voulait le revoir. Il n’en fut que plus rassuré. Lui aussi désirait la revoir, apprendre à la connaître. Découvrir qui se cachait derrière un visage si angélique. Lorsqu’elle se détacha, il eut une impression de vide. Les zones où elle se trouvait précédemment brûlaient encore la chaleur de sa présence. Unique trace de son passage jusque dans ses bras. Si ce n’était cet agréable parfum fleurit. Durant quelques instants, il fut plongé dans ses deux grands yeux azurs qu’il ne savait quitter.
Lorsqu’elle lui tendit la main, il s’en saisit aussi tôt. Presque trop rapidement. Comme éprit par la crainte de ne la voir s’envoler, disparaître comme elle lui était apparue.

- Ici. Je veux que ça soit ici. C’est là que je t’ai vue la première fois !

Innocemment, il lui sourit. Il avait l’impression d’être à milles lieux de la réalité. Comme si l’univers tout entier avait cessait d’exister par sa simple présence. Comme si ici, rien ne pouvait leur arriver. Qu’ils étaient maîtres de leur destin, tant qu’il demeurait en ces lieux. Une sensation de plénitude qu’il n’avait jamais encore atteint.

- Viens, on a qu’à marcher en même temps !

Ses pas prirent foulée et se joignirent à ceux de la jeune fille.

- Des questions, j’en ai des tas ! Par exemple… T’as quel âge ? Et puis… C’est quoi ton plat préféré ? La saison ? Ta couleur ? Les arbres, ça fait longtemps que tu les entends chanter ? J’aimerai  beaucoup pouvoir les entendre aussi… Ca doit être vraiment chouette. Oh, et danser ? Tu dansais bien, même sans musique ! Tu prends des cours de danse ? Ou tu danses que quand tu en as envie ? Lors des bals ? Est-ce que tu as déjà assisté à un bal !? Moi non… J’aimerai savoir danser. Mais je n’ai jamais assisté à une fête où on danse.

C’était peut-être bien trop de questions pour une première fois, mais tant pis. Il en avait encore tant et leur temps n’était pas délimité très clairement. Alors il voulait en profiter, autant qu’il le pouvait. Connaître le plus de choses d’elle. De sa vision du monde, des gens. De ce qui se reflétait dans son cœur. Car il était sûr d’une chose : Elle devait en avoir un magnifique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss
Disciple
avatar
Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 29/05/2015

Plus sur le personnage
Âge: 15-19 ans (G18)
Rôle: Disciple de la Tour
MessageSujet: Re: Stuck in this reality without you [PV Alyss] Ven 25 Mar 2016, 00:03

Être dans ses bras était… Magique. Elle s’y sentait bien, complètement en sécurité. La chaleur que son corps dégageait l’aurait fait littéralement fondre sur le sol vert, à travers chaque brindille, mais elle s’accrochait à lui. Elle prit une grande inspiration, laissant son odeur emplir ses poumons. C’était étrange ce sentiment un peu euphorique qui l’envahissait, cette explosion de joie, qui emballais complètement son cœur. Elle se demanda même durant l’espace d’un instant si Caliel pouvait le sentir battre contre lui, tellement il frappait fort dans sa poitrine. Surtout lorsqu’il la serra un peu plus fort. C’était si naturel et elle ne s’en plaignit surtout pas. Elle pouvait sentir la main de celui qui faisait chavirer son cœur remonté doucement le long de son dos pour rejoindre sa nuque, ce qui lui procura un agréable et léger frisson. Puis, il joua doucement dans ses cheveux en y laissant glisser ses doigts. C’était agréable, c’était différent des câlins habituel qu’elle offrait ou recevait. Dans les bras de Caliel elle se sentait… Entière, tellement bien qu’elle ne trouvait pas les mots pour se le décrire elle-même. Elle avait envie de rire, tellement elle ne comprenait pas les sentiments agréable qui la parcourait. Elle souriait.

Puis, il prit la parole. Les mots qu’il prononça lui firent du bien à entendre. Une promesse était une promesse et sans même le connaître, elle était persuadée qu’il ne disait pas ces mots à la légère. Tout comme elle. Elle le croyait, sans la moindre once d’hésitation. Sans le moindre questionnement. C’était tellement mieux que ses cauchemars, ce n’était même pas comparable, elle n’osait même pas y pensée, c’était le total opposé et encore plus. Mieux que la vie elle-même. Ici, tout était beau. Tout était possible. Et avec son nouvel ami, elle y resterait à jamais si on le lui demandait. Elle ne pensait plus au reste, rien qu’en ce monde et en cet instant. Bien entendu les siens étaient bien au loin, quelque part dans ses songes, mais devant cette forme d’extase incompréhensible, elle n’hésiterait pas.

Elle était heureuse d’être sur la même longueur d’onde que lui. Il lui semblait aussi franc qu’elle en cet instant, aussi heureux, elle pouvait le sentir au travers de ce contact. Lorsqu’elle se décolla de lui, elle en profita pour détaillé d’avantage son visage. Elle ce surpris à le trouver beau. C’était différent de ce qu’elle avait ressenti autrefois, beau, dans un sens nouveau, un sens qu’elle n’avait jamais vécue jusqu’avant, ni jamais ressentit. Beau, pas comme un chiot ou un coucher de soleil juste… Parfait pour son cœur, oui. Comme un ange. C’était étrange et agréable à la fois. Elle lui sourit à pleine dent et se sentie rougir. Pourquoi? Bonne question, puisqu’elle ne se sentait pas gêner avec lui. Comme si ils se connaissaient depuis toujours et qu’ils ne faisaient que ce retrouver après très, très longtemps.

Lorsque sa main prit la sienne, Alyss la serra un peu plus. Elle adorait ce contact. C’était un contact qu’elle avait toujours aimé de toute façon, mais encore une fois avec Caliel, il y avait quelque chose et ce quelque chose elle n’arrivait pas à le définir. Elle se sentait même un peu curieuse par toutes ces étranges sensations dans son estomac, curieuse par cette joie incommensurable qui emplissait son cœur. Elle était encore bien trop jeune pour comprendre tout ceci. Bien trop jeune pour penser à la simple idée que c’était ça, un coup de foudre. Toujours le sourire impossible à décollé de son visage, la jeune rosette écouta son ange alors qu’il lui confirma avec plaisir leurs endroit de rencontre. Elle adorait cet endroit. Elle hocha simplement positivement de la tête. Oui.

Puis, celui-ci se lança, lui balançant une tonne de question à l’étourdir. Lorsqu’il eut terminé alors qu’elle se risqua à le quitté un moment du regard pour observer le paysage qui s’offrait à eux, elle eut un petit rire. Amusée.

-dit donc tu en as des questions!

Elle rapporta son regard sur lui. Plongeant son regard azuré pour se perdre dans ses magnifiques yeux et ralentis leurs pas précipités vers ce nouveau monde, comme pour prendre une poser, profité de la brise légère qui soufflait sur eux, laissé le chant des petits oiseaux arrivé jusqu’à eux. Elle lui tenait toujours la main, n’osant pas la lâcher. Elle prit une grande inspiration pour tenter de répondre à toutes ses questions d’une traite, cherchant à être le plus spontanée possible. Pour gagner le plus de temps possible, pour le connaître lui aussi, le plus possible. Elle voulait tout savoir, tout sur lui.

-J’ai neuf ans et j’adore les plats colorés surtout! J’adore les plats chauds, comme les potages de maman, sinon, les petits gâteau. J’aime vraiment toutes les saisons, mais je crois que ma préférée c’est l’été. Entendre les feuilles se frotter les unes contre les autres dans les arbres, l’odeur de l’herbe, le vent chaud et le soleil.

Fit-elle en levant sa main libre dans les airs, pour profiter du moment présent, car ce monde était la parfaite description de ce qu’elle adorait. Bien entendu, certaines choses étaient sans doute impossible dans le vrai monde, comme ces palliés, ces chutes, le ciel étoilée alors qu’il y faisait jour, la couleur de certaines fleurs, les papillons et tout le reste.

-Sinon j’aime beaucoup le blanc. Parce-qu’en plus c’est un mélange de toutes les couleurs, puisque chaque couleur est belle! Le rose, le mauve, le vert, le bleu, le rouge!

Elle stoppa un moment et ce mis à rire. Il croirait qu’elle ne savait pas exactement ce qu’elle aimait, mais elle aimait tant de chose, tant de chose étaient bonnes et magnifique, comment pouvoir en choisir une seule? Puis les arbres. Son regard sembla vouloir pénétrer la forêt devant eux. Son visage devint paisible, sa voix moins excité, plus douce.

-Oui je les entends depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’aimerais que tu puisses entendre, c’est tellement doux, paisible, C’est même mieux qu’une berceuse, c’est aussi doux qu’une caresse du vent sur la joue.

Dit-elle en posant doucement le revers de sa main sur la joue de Caliel pour la glissé doucement. Elle le regarda un moment et lui sourit. Elle avait aimé ce contact.

-Et le vent emporte avec lui leurs murmures et leurs chants.

Puis, il lui avait parlé aussi de la danse. Elle adorait danser. Danser comme elle le voulait. Tournoyer, sautiller, tenté d’attraper le vent entre ses bras ou simplement de le laissé les caressé. Espérant pouvoir s’envolée. Elle rougit un peu du compliment.

-Merci c’est gentil… Et non, je ne prends pas de cours. De toute façon, je n’ai pas vraiment beaucoup de temps entre aidé maman et papa à la ferme puis avec mes autres cours. Je danse donc quand j’en ai envie! Et sincèrement, je trouve que c’est encore mieux comme ça! J’ai déjà dansé dans un bal oui, mais ce n’est pas pareil tu sais. C’est un peu plus gênant et je dois quand même mieux me tenir que dans un pré, sans compté que la musique d’un bal c’est beaucoup plus ennuyant que le chant de la nature et puis la majorité du temps j’aimerais mieux danser seule. Sauf quand c’est avec papa ou Zäck. Bref, tu ne manques pas grand-chose, mais oh, tu ne sais pas danser? Je peux te montrer un peu si tu veux, quelques pas simples et puis tu leur fait suivre le rythme. Je suis sûr que tu ferais un bon danseur, aller viens!

Puis sur ses mots, elle lui fit signe de s’approcher. Elle garda toujours sa main dans la sienne, puis la leva légèrement. Ensuite, elle prit son autre main et la plaça au bas de son dos.

-Alors quand tu danse avec une fille, tu dois être galant. Tu lui tiens gentiment la main et puis tu déposes ton autre main là. Ça va te permettre de bien la guidé et de la soutenir aussi, parce-que puisque tu es le garçon, c’est toi qui guide les pas. Ne me demande pas pourquoi, c’est comme ça en général. Et il faut être quand même assez proche, comme ça.

Elle eut un petit rire en le tirant un peu plus contre elle. C’était bien plus agréable de danser avec Caliel qui risquait de lui marcher sur les pieds qu’avec un autre garçon de son âge. Là étrangement, elle aurait eu envie de s’approcher encore plus et de déposer sa tête contre son épaule si elle était assez grande pour le faire, comme les adultes, mais elle ne le fit pas. Elle devait lui apprendre un peu à danser et surtout à le faire sans trop regarder ses pieds. Alors elle commença doucement des mouvements de gauche à droite, faisant suivre son ami en fredonnant une petite chanson inventé de toute pièce pour le moment, en riant un peu, l’encourageant du regard. Puis, elle risqua quelques tourniquets, doucement, pour lui montrer un peux sa ressemblait à quoi, en gros. Elle trichait un peu, elle le guidait, mais c’était pour l’aider à apprendre, puis, elle choisit de le laissé faire. Elle eut un petit rire taquin.

-Alors maintenant, on va voir si tu es capable de danser et de répondre à mes questions en même temps… À moins que tu n’aimes pas trop danser et puis si c’est le cas, ce n’est pas grave. C’est pas tout le monde qui aime et heureusement, tu n’es pas à la grande cours alors ce n’est pas mal vue si tu cesses pendant notre chanson imaginaire.

Oui, elle espérait vraiment qu’il réponde à ses questions aussi. Elle espérait que ce moment ne se termine jamais, en fait, alors elle voulait qu’il s’éternise le plus possible. Il se pouvait aussi qu’il n’aime pas vraiment cela dansé, c’était une possibilité. C’était pourquoi elle voulait qu’il sache qu’ils pouvaient arrêter aussi, cela ne l’offusquerais pas. Surtout que maintenant que lorsqu’elle parlait, elle ne pouvait pas fredonner en même temps, alors.

-Et toi tu as quel âge? Ton moment préférée de la journée? Ton plat préférée et ta couleur à toi, c’est quoi? Ta saison? Et tes ailles, est-ce que ça te fait mal? Est-ce que c’est comme avec les oiseaux? Tu dois les bouger pour renforcir tes muscles? Ou est-ce que c’est de la magie? Et est-ce que tu es un ange? Ou un immortel?

Elle fronça un peu les sourcils et passa doucement une main autour de son épaule, sans le toucher directement, comme si elle caressait une couche invisible autour de lui. Sa théorie lui semblait plausible.

-Parce-que tu as ce genre de jolie lumière tout autour de toi. Comme un halo blanc. Je n’ai jamais vue ça sur personne. Jamais. J’espèce que ce n’est pas parce-que tu es imaginaire.

Puis, elle eut une illumination et sourit.

-Tu vis où?

Sa serait bien en fait de le savoir. Elle saurait bien alors s’il était réel ou non. Non? Ils c’étaient arrêter de danser sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte. Depuis quand? Bonne question. Une chose était sûre, elle le regardait toujours, attendant qu’il lui réponde, en profitant pour se mémorisé chaque traits sur son visage. Elle le reconnaîtrait n’importe où, lumière ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stuck in this reality without you [PV Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde Céleste :: Les plaines de lumières-